Navigation – Plan du site

La mort dans quelques qenē en amharique

Death in a few qenē in Amharic
Daniel Assefa

Résumés

Ce travail présente vingt qenē, poésie en amharique à double sens, dont le texte original est accompagné d’une traduction annotée en français. Le thème de la mort y est présent, abordé de façon diverse. Issus d’un recueil établi par le blatēn gētā māḥtama Śellāsē en 1961, ces poèmes véhiculent mémoire collective et culture populaire. Ainsi, des événements collectifs traumatisants de l’histoire éthiopienne tout autant que les décès de personnages historiques importants y sont largement évoqués. Quelques poèmes présentent des allégories de la mort, tandis que d’autres s’attachent à exprimer les émotions ressenties durant un deuil.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

mort, poésie

Keywords :

death, Ethiopia, poetry

Géographique :

Éthiopie
Haut de page

Notes de la rédaction

En cas de problème pour visualiser correctement certains caractères vous pouvez télécharger la police Visual Geez unicode  sur le site internet SIL International (Abyssinica SIL 1.200 font).

Texte intégral

  • 1  Il s’agit de qenē rassemblés par Māḫtama Śellāsē Walda Masqal. La première édition date de 1962 (1 (...)
  • 2  C’est le sens habituel du terme qenē. Voir A. d’Abbadie, 1881, p. 298 ; J. Baeteman, 1929, p. 346  (...)

1Ce modeste travail propose une présentation de vingt qenē1 suivie d’une traduction annotée en français. Blatēn gētā Māḫtama Śellāsē a rassemblé environ 1 473 qenē. Le thème de la mort est présent dans un certain nombre de ces qenē. Nous en avons choisi une vingtaine pour une première étude limitée. Le lecteur remarquera assez vite que les qenē présentés ci-dessous ne sont pas des hymnes ou des chants sacrés. En effet, par qenē, il ne faut pas entendre ici « hymne » ou « chant sacré2 ». Le sens plus large de poème ou de couplets poétiques, dans lesquels abondent les figures de style, est mieux adapté dans notre cas.

  • 3  Le qenē n° 8 dans cet article semble entrer dans cette catégorie. En effet, on compare la mort ave (...)
  • 4 Voir Feqra Dengel Bayana, 1981-1982, p. 111-123.

2En amharique, on a tendance à généraliser toutes sortes de qenē à une forme de qenē qu’on nomme samenā warq qenē (la cire et l’or). Or, le samenā warq qenē n’est qu’une catégorie parmi plusieurs autres3. Le couple sam et warq est une figure servant à illustrer le rapport qui existe entre une métaphore et son référent. On veut dire quelque chose du warq (l’or) à travers le sam (la cire). Le sam est analogue au signifiant, le warq au signifié. N’y a-t-il donc pas un abus quant à l’usage de l’expression samenā warq ? On a pris l’habitude de parler de samenā warq même en l’absence de métaphores, d’allégories, de personnifications ou de symboles. Feqra Dengel Bayana critique l’emploi de la formule samenā warq pour expliquer le genre de qenē4 que nous présentons. Il rappelle le terme technique de ces qenē : taqaelā qenē ou meremer qenē. Par le premier, on veut dire que le sens de la deuxième phrase est annexé, sans aucun lien évident avec ce qui précède. Dans la deuxième formulation, meremer implique l’exercice mental que l’on doit faire pour arriver à déceler le jeu de mots en vue de découvrir le sens caché. D’après Feqra Dengel Bayana, la formule samenā warq relève de la logique des métaphores au sens large du terme. Une étude systématique et exhaustive s’avère nécessaire. Cependant, ces exemples de couplets amhariques, au-delà de leur riche symbolique, auront montré que la question des figures de style et des jeux de mots mérite une attention particulière.

3Chaque qenē offre donc au moins deux sens dans notre cas. Mais, comme on le verra dans les notes de la traduction des qenē, il n’y a pas nécessairement de lien logique ou de rapport « signifiant / signifié » entre le premier sens (n° 1 dans la traduction) et le second (n° 2 dans la traduction). Il nous semble que c’est le cas pour la plupart de ces vingt qenē ci-dessous.

  • 5  Pourtant Māḫtama Śellāsē Walda Masqal, comme nombre d’auteurs, emploie le terme sam pour le sens n (...)

4Le lien entre les traductions n° 1 et n° 2 est fondé tout simplement sur un jeu de mots, sur des calembours, sur la polysémie. Ainsi le principe de samenā warq (la cire et l’or) ne s’applique pas ici. Le qenē samenā warq n’est-il donc pas différent du qenē calembour5 ?

5À titre d’exemple prenons le qenē suivant :

ሞጣ ቀራንዮ ምነው አይታረስ
ደምበጫ ደብረ ወርቅ ምነው አይታረስ
በሬሳ ላይ መጣሁ ከዚያ እስከዚህ ድረስ

Pourquoi ne pas labourer les terres de Moṭā et de Qarānyo ?
Pourquoi ne pas labourer les terres de Dambač̣ā et de Dabra Warq ?
Je n’ai vu aucun bœuf en parcourant d’un bout à l’autre.

6Au premier abord, nous ne notons que l’idée de labourer. Les deux premières phrases sont parallèles. Une personne s’étonne du fait qu’on ne laboure pas dans ces lieux ci-dessus mentionnés. La troisième phrase n’est qu’une confirmation de ce qui vient d’être dit. La personne ne s’attendait pas à voir des attelages de bœufs.

  • 6  Voir la note 10 pour un exemple analogue en français.

7Mais en s’attardant un peu sur le groupe de mot berē sālāy (sans que j’aie vu de bœuf), un autre sens émerge. Pour y arriver, il faut lire berēsā lāy (ayant marché sur des cadavres) au lieu de berē sālāy6. Ainsi, on introduit le thème de la mort. Mais ce passage ne se fait que par un jeu de mots. Autrement dit, berē sālāy n’est pas une image de berēsā lāy ; « ne pas voir de bœuf » n’a rien à voir avec « marcher sur des cadavres ». Le premier ne peut pas jouer le rôle de cire (sam), ni le deuxième celui de l’or (warq). L’appellation « qenē calembour » irait donc bien pour les qenē de ce genre.

8Rappelons qu’un certain nombre de ces qenē ont des références historiques, c'est-à-dire des événements et des lieux qui ont marqué la tradition. C’est le cas de huit d’entre eux dans notre corpus. Quatre qenē évoquent des situations dramatiques entre Moṭā et Qarānyo (1, 2, 3, 4), dans le Goǧǧām. On a aussi repéré trois qenē où il est question de Le’ul Makonnen, le père de l’empereur Hailé Sélassié (les qenē 6, 7, 8). Un qenē (5) rappelle la guerre entre les troupes du roi Yohannes IV et les mahdistes à Mattamā (février 1889).

9Cinq qenē utilisent des métaphores, des images et des personnifications en parlant de la mort. Six qenē expriment la tristesse, le deuil et le regret. Sept proposent une réflexion sur la mort. Pour repérer facilement les nuances et les jeux de mots, nous avons souligné les mots-clés dans le texte en amharique. Tous les vers de chaque couplet riment.

10Chaque traduction est suivie d’une double interprétation du qenē (en italique).

Des personnages ou des événements historiques

11Les quatre qenē suivants se réfèrent à deux lieux d'Éthiopie : Moṭā et Qarānyo dans le Nord du Goǧǧām :

  • 7  Le chiffre entre parenthèses indique l’ordre du qenē dans le livre de Māḫtama Śellāsē Walda Masqal (...)

1. ሞጣም ቀራንዮም ሁሉም ደብር ነው
በኢየሱስ ንገረኝ የሞተውን ሰው (168)7

  • 8  Église principale.

Moṭā et Qarānyo sont tous les deux des dabr8
S’il te plaît, au nom de Jésus, donne-moi le nom des morts là-bas

12Le premier sens est une demande de renseignement pour savoir le nom des personnes décédées en ces deux lieux. Dans ce cas l’expression ba-Iyasus donne une emphase à la demande : « S’il te plaît, au nom de Dieu, dis-le-moi. » Cela sous-entend, comme on le verra plus tard, un carnage dans ces lieux.

  • 9  Il est possible que ce qenē fasse référence aux querelles christologiques déchirant les « onctionn (...)

13Mais ba-Iyasus, d’une manière un peu elliptique, signifie aussi « à cause de Jésus ». On pourrait suppléer le terme mekneyāt (ba-Iyasus mekneyāt). Ainsi, la vraie demande est l’identification de martyrs plus que des morts en général : « Qui sont ceux qui ont trouvé la mort à cause de leur foi en Jésus9 ? »

2. ሞጣ ቀራንዮ ሞልቶ ካህናቱ
እነራስ በዛብህ ሳይፈቱ ሞቱ (170)

Alors que les prêtres abondent à Moṭā et à Qarānyo
Des gens comme rās Bazābeh sont morts sans absolution.
Des gens comme rās Bazābeh sont morts en prison

  • 10  On pourrait comparer, formellement, ce double sens à ces deux phrases : « Sais-tu pourquoi les sau (...)
  • 11  Le sens caché se réfère à une situation politique précise. Rās Bazābeh était le fils aîné du neguś(...)

14Le mot-clé est sāyefatu qui peut signifier « sans être libéré » ou « sans avoir reçu l’absolution10 ». Le premier verset, faisant allusion aux prêtres, nous donne des indices sur le sens apparent : rās Bazābeh et ses compagnons sont morts sans la prière de l’absoute et les sacrements des prêtres. Mais, dans le sens caché, l’objectif est de montrer que le rās Bazābeh et ses compagnons ont trouvé la mort dans une prison11.

3. ሞጣ ቀራንዮ ጽላሎና ጐንጂ
ኧረ ሰውና ሰው ሰውና ሰው እንጂ (171)

À Moṭā et à Qarānyo, à Ṣelālo et Gonǧi
Mon Dieu les hommes s’entredéchirent !
Il a construit une maison sur le cadavre de l’homme qu’il a tué

15Le premier sens est évident. Il évoque la querelle et les luttes entre les hommes. Là-bas les hommes sont devenus méchants les uns pour les autres.

16Le sens caché nous a paru difficile à saisir : « Il a construit une maison sur le cadavre de l’homme qu’il a tué. » D’après Māḫtama Śellāsē Walda Masqal, un homme originaire de Ṣelālo et de Gonǧi fut tué par des hommes qui ont bâti un mur sur son cadavre. Sa femme aurait chanté ces vers dès qu’elle voyait les personnes soupçonnées de ce crime. Il semble que la femme qui a perdu son mari demande une faveur. Elle voudrait que l’on détruise la maison, que l’on laboure la terre erasawenā (du verbe arasa) pour découvrir le corps de son mari.

4. ሥጋ አማረኝ አለች የቀለቤ እናት
መተማ አትሄድም ወይ ከታረደበት (184)

La mère de Qalabē dit : « J’ai envie de manger de la viande ».
Pourquoi ne va-t-elle pas à Mattamā, où l’on a tué beaucoup [de bêtes] ?

  • 12  Nous ne savons rien sur l’identité de ce personnage.

17Voilà un conseil à la mère de Qalabē12. Elle souhaite manger de la viande. Pourquoi ne pas aller là où l’on a tué des bœufs ? Là-bas elle pourra se régaler.

  • 13  Lieu d’une bataille sanglante entre Yohannes IV et les troupes soudanaises madhistes en 1889.

18Mais en semblant désigner un lieu où l’on « égorge » plusieurs bêtes (afin de les manger), le qenē souligne la mort d’un fils à Mattamā13. Pourquoi ne va-t-elle pas à Mattamā : là son fils Qalabē est tombé par l’épée, il a été égorgé. Cela ressemble à une élégie prononcée devant une mère en deuil.

5. ሞት ዕቃዬ ነው ብሎ
ወሰደው አሉ በቶሎ
ሌላውስ ይቅር ቢሻው
ዐይኑ እንኳን አሳስቶት በተወው (42)

On dit : « La mort l’a vite ravi
En disant : cet objet est à moi »
Ah si du moins
Son œil l’avait trompé, il l’aurait laissé

19Le qenē feint de parler d’un certain monsieur Mort. Celui-ci, à la recherche d’un objet, entre en toute hâte dans une maison. Il trouve l’objet et s’en va aussitôt avec. Mais l’auteur du qenē exprime ses regrets. Il aurait préféré que monsieur Mort ait pris un autre objet : « Ah si monsieur Mort, par erreur, n’avait pas emmené cet objet ! »

20D’après Māḫtama Śellāsē Walda Masqal, le sens « caché » est le suivant : la mort de Le'ul Makonnen, père de l’empereur Hailé Sélassié, est regrettable. L’auteur aurait préféré la mort de quelqu’un d’autre à sa place. C’est comme si l’auteur disait : « Ah, si la mort avait eu pitié de Le'ul Makonnen et lui avait laissé plus de temps ! Si Le'ul Makonnen n’était pas mort aussi tôt ! » Une personne qui ne connaît pas le contexte de production et de récitation de ce qené aurait du mal à imaginer la référence cachée à  Le'ul Makonnen.

6. ሲመሰገን ኖሮ ልዑል መኰንን
ዛሬ ብቻ ሠራ ሰው የሚያሳዝን
የትኛው አንቀጽ ነው የተጠቀሰው
ያለውን ሰው ሁሉ በሞቱቀጣው (207)

Le'ul Makonnen était toujours remercié
Mais aujourd’hui il a fait une chose qui a attristé beaucoup de gens
Sur quel article du code s’est-il fondé ?
Il a exécuté tout le monde qui restait

21La polysémie se trouve au niveau du quatrième vers, notamment le terme qaṭāw. Littéralement, cela veut dire « punir ». Le'ul Mekonen aurait puni tout le monde, chose curieuse. Comment cela est-il possible ? Aurait-il changé de tempérament ? On ne le reconnaît plus ! Il ne faisait pas cela. Ce n’était pas son habitude.

22La deuxième interprétation parle d’une punition d’un autre ordre. La mort de Le'ul Makonnen est ressentie comme une punition. Sa mort est une grande perte pour eux. Les gens ne pourront plus avoir ses faveurs car il est mort. Ces expressions de regrets sont similaires à celles des personnes qui pleurent leur proche en disant : « Tu fus cruel, tu m’as abandonné en mourant… »

7. ስልከኛው ሲያሳልፍ ቃል አሳስቶ ነው
መኰንን አይደለም የሞተው ነው (214)

C’est sans doute une erreur du standardiste
Ce n’est pas Makonnen mais plutôt un pauvre qui est mort

23Au début, on essaye de démentir la mort de Le'ul Makonnen. On ne veut pas accepter sa mort. Certes il y a un mort : un pauvre est décédé. Ce n’est pas l’authenticité de la nouvelle qu’il questionne. Les personnes savent bien que Le'ul Makonnen est décédé. Ils savent que les nouvelles sont exactes. Ils expriment simplement leur souhait : ils auraient aimé qu’il soit toujours vivant.

24Le sens caché montre combien, aux yeux de l’auteur de ce qenē, la mort de Le'ul Makonnen fut un coup dur pour les pauvres. D’après le qenē, la mort de Makonnen est aussi la mort des pauvres.

Les images de la mort

8. ማሳለፍ እንደ ሞት ነው
አንድም ሰው አይቀረው (29)

La mort est comme un maître d’hôtel servant à table
Elle n’oublie personne

25La mort est ici comparée à un intendant bienveillant, compétent et attentionné, qui n’oublie personne au service de la table. On note ici une certaine ironie et un contraste. Le service de la table est un facteur de joie et de convivialité. En revanche, le « service » assuré par la mort est loin d’avoir ce climat joyeux. En donnant l’impression d’accorder une vertu à la mort, le qenē affirme le constat universel selon lequel personne n’échappe à la mort. Dans ce qenē, il n’y a pas de jeu de mots.

9. ሞት በየሰዉ ቤት ሲገባ ሲወጣ
እኔም ቤት አልቀረ በፈንታዬ መጣ (164)

La Mort visitant toutes les familles
Est aussi venue chez moi

26On trouve une ironie analogue à celle du qenē n° 8. On accorde une vertu à la mort, celle de rendre visite à tout le monde. Mais derrière cette idée en est cachée une autre, relatant la tristesse d’une personne qui a perdu un proche.

10. ሞት ደግ ሰው መስሎ ባሕታዊ ምእመን
ዕጣን ይዞ ሄደ ወደ ቤተክስያን (166)

La mort, sous l’aspect d’une personne généreuse ou d’un pieux ermite,
Est allée à l’église, l’encens à la main

27Encore une ironie semblable à celle des qenē n° 8 et 9. Cette fois-ci la mort s’est transformée en un pieux ermite. Ainsi fréquente-t-elle une église. En guise de dévotion elle va offrir de l’encens.

28En fait, le sens caché est loin d’être heureux. Tout se joue sur le mot eṭān.

29On a des assonances et des allitérations proches du terme hean, signifiant « bébé ». Ainsi, le deuxième sens exprime un drame : la mort a ravi un bébé !

11. ሞት ፊደል ተምሮ ያነባል ስንል
እንኳን ሊያነብና ገና ያግዛል (167)

Alors qu’elle devrait commencer à lire
La mort en est toujours au point d’apprendre les lettres de l’alphabet

30Ce qenē nous invite à imaginer une scène « amusante » dans laquelle la mort devient une analphabète désirant apprendre à lire. Seulement elle n’est pas du tout douée pour cela. La mort n’arrive pas à distinguer les lettres de l’alphabet. Elle est toujours débutante. Elle est encore bloquée sur la première lettre de l’alphabet.

31Grâce à un autre sens du verbe yāgezāl, qui veut dire amener, déplacer, transporter, on nous annonce que la mort amène sans cesse les hommes au tombeau.

Tristesse, deuil, regret14

  • 14  Voir aussi les qenē 3, 4, 5.

12. ሣጥኑን ስትመቱት ምስማር እያያችሁ
ያን የኔን ብርጭቆ ትሰብሩታላችሁ (175)

Faites attention quand vous enfoncez des clous dans le cercueil
De peur de briser mon verre

32Berč̣eqo veut dire un « verre », dans son sens apparent. Il y a donc une dame qui demande que l’on fasse attention car elle a un objet fragile. Dans le sens caché, « mon verre » en éthiopien signifie quelqu’un de précieux, un bien-aimé ; dans ce contexte, il s’agit de son enfant chéri. « Faites attention ; ne brisez pas mon verre » veut alors dire « faites attention, remplissez doucement de pierres et de terre la tombe de mon enfant chéri ; ne le malmenez pas ».

13. ሣጥን ሳልገዛልሽ አወይ ድኅነቴ
አለምን አለምን ቀበርኩሽ እናቴ (176)

Hélas, vu ma pauvreté, je n’ai pas pu t’acheter de cercueil
Maman, je t’ai enterrée sans rien du tout

33Le terme alamen (répété deux fois) veut dire « sans aucune chose », « avec rien du tout ». La personne qui est en deuil déplore son manque de moyens ; il n’a pas assez d’argent pour faire en sorte que sa mère soit enterrée dans un cercueil.

34Mais dans le deuxième cas, alam, alamē signifie ce que le fils ou la fille avait de meilleur dans ce monde. Autrement dit, sa mère était sa source de joie, elle était tout pour lui.

14. ሥራ ፈቶ ዋለ ትናንት ሸማኔው
ቀለምሽ ነው ወይ የተበላሸው (177)

Hier le tisserand a passé tout son temps en vain
Est-ce ta bobine qui est en panne ?

  • 15  Voir A. d’Abbadie, 1881, p. 246.

35Tout se joue sur les différents sens du terme qalam. Dans le sens apparent, comme le contexte l’indique, on se réfère à l’activité du tisserand. On enquête sur la raison de son inactivité. Serait-ce à cause d’une panne de l’instrument ? On prépare du fil pour la navette en l’enroulant autour d’une bobine15.

36Mais qalam veut aussi dire « teint », « beauté », « charme ». Par ta mort tu as perdu ta beauté et ton charme. Le texte ne mentionne pas la relation entre le plaignant et la personne morte. Le suffixe féminin attaché à qalam montre qu’il s’agit d’une femme décédée.

Réflexions sur la mort16

  • 16  Voir aussi les qenē 8, 9 et 11.

15. ሞት ይቅር ይላሉ ሞት ቢቀር አልወድም
ድንጋዩም አፈሩም ከሰው ፊት አይከብድም (165)

On dit « si la mort n’existait pas », mais je ne suis pas d’accord
La pierre et la terre ne pèsent pas plus que le visage d’un homme

37L’idée apparente est la suivante. Regarder une tombe est moins contraignant, moins gênant que regarder le visage d’un homme grave, sérieux.

38Le deuxième sens ici est en continuité avec le premier. La différence se joue sur une autre signification du mot aykabdem (« cela n’est pas pesant »). Littéralement, cela se dit d’un objet, en l’occurrence de la terre et de la pierre. Mais, au sens figuré, on peut l’employer pour décrire l’ennui causé par l’attitude hostile, glaciale d’une personne que l’on voudrait aborder. Contrairement à la majorité des qenē présentés dans cet article, le sens caché ne fait pas allusion à la mort.

16. ሰው ሁሉ በርስቱ ይጨርሳል ሀብቱን
የኋላ የኋላ ላያጣው መሬቱን (199)

Tout le monde dépense sa fortune dans des procès mais finit par avoir l’héritage
De toute façon il obtiendra sa terre tôt ou tard

  • 17  Il faut noter que le rest dont le premier vers fait mention est la terre reçue en héritage.

39Dans ce qenē, le premier sens rapproche l’héritage et la terre17. On n’a pas besoin de se casser la tête car on finira par obtenir gain de cause, on est dans une situation légitime.

40Mais pour le deuxième sens, on a une réflexion sur l’inévitabilité de la mort. Voir aussi le qenē 18 dans lequel il est question d’« acheter un terrain », pour signifier mourir.

Autres

17. ሞቱን የሰማሁት በግንቦት በሰኔ
አላውራ ብዬ ነው አለመናገሬ (163)

C’est au mois de mai ou de juin que j’ai appris sa mort
Mais je n’ai rien dit par discrétion

41Le jeu de mots est au niveau du mot alāwerā. Cela désigne, d’une part, la décision de ne pas divulguer le décès d’un homme dont on est bien au courant depuis un certain temps. La personne est décidée à ne pas parler, à garder le silence. Il s’agit du verbe awara (« parler »).

42Et, d’autre part, par homophonie, on a un deuxième sens : ala (« sans ») + awera (« chef, tête, responsable »), ce qui donne le sens : « Il n’y a pas de responsable auquel je puisse m’adresser. » On a l’impression que l’on parle de la mort d’une personne. Mais c’est la situation non désirée par l’absence d’un responsable que l’on veut souligner.

43Le narrateur n’ose pas se plaindre car il n’y a, à ses yeux, personne qui va changer les choses, qui va entreprendre des réformes pour améliorer une situation difficile.

18. ምን ጊዜ ነግዳ ምን ጊዜ አገኘችው
ከቤተክስያን ጓሮ መሬት የገዛችው (159)

Comment a-t-elle fait pour réaliser si vite cette affaire
Et acheter un terrain derrière l’église ?

44Dans le premier sens, on a l’idée d’une femme ayant réussi dans le monde des affaires. Grâce à des activités commerciales, elle gagne assez d’argent de manière à pouvoir s’acheter un terrain derrière une église.

45La deuxième idée est fondée sur un sens figuré du terme « acheter un terrain » qui veut dire « mourir ». Ainsi, à première vue, un auditeur peut penser à la fortune d’une personne, alors que le but est effectivement de mentionner le décès de celle-ci. Il est possible de voir dans ce qenē une réflexion ironique : une personne qui voulait devenir riche a été enterrée.

19. ምን ጠላት መጣና በሌሊት ጠራው
ለመሬት እንደሆን ቀድሞም የጁ ነው (160)

Quel ennemi l’a appelé la nuit
Si c’est pour la terre qui lui appartenait depuis toujours ?

46On pose une question. Une personne est accusée au tribunal. Elle se serait injustement accaparée de la propriété d’autrui. Or, dit l’auteur, la personne était innocente.

47Par un jeu de mots, le deuxième sens annonce la mort de cette même personne. En effet, yeǧu est aussi un nom de lieu. La personne serait morte à Yeǧu.

Conclusion

48Ces vingt qenē donnent des indications sur les différentes façons de parler de la mort en Éthiopie. Une relation existe entre les réflexions générales sur la mort et les références à des situations historiques particulières. Les deux sont étroitement liées. Elles s’inspirent mutuellement. Certains qenē illustrent des remarques sur la mort en général à partir d’un événement tragique. D’autre part, des observations générales sont appliquées, adaptées à des circonstances nouvelles.

Haut de page

Bibliographie

D’Abbadie, A., 1881, Dictionnaire de langue amharigna, Paris, F. Vieweg, librairie éditeur.

Adenaw Guebre Mesqel, 1968-1969 (1961 E.C.), ዘይቤና ቅኔ፣ አአ፣ ተስፋ /ሥላሴ, Addis Abeba, Tasfā G/Sellāsē.

Ahmed Hassan, 2003, « Bäzzabbeh, ras », Encyclopaedia Æthiopica, 1, p. 511-512.

Alemayehu Mogas, 1960-1961 (1953 E.C.), ሰምና ወርቅ አማርኛ እስኪ እንወቅ፣ አሥመራ፣ ኤልፖሊግራፊክ ማተሚያ ቤት፣, Asmara, Poligrafico.

Baeteman, J., 1929, Dictionnaire amarigna-français, Dire Dawa, St-Lazare.

Cohen, M., 1924, « Couplets amhariques du Choa », Journal asiatique, tome 205, p. 1-100.

Feqra Dengel Bayana, 1981-1982 (1974 E.C.), የምሳሌያዊ ንግግሮች ሰዋስው ; አዲስ አበባ ; ኩራዝ አሳታሚ ድርጅት, Addis Abeba, Kuraz Printing Press.

Gagnière, C., 1986, Tout sur tout. Petit dictionnaire de l’insolite et du sourire, Paris, France Loisirs.

Guidi, I., 1935, Vocabolario Amarico-Italiano, Roma, Istituto dell’Oriente.

Heruy WaldaSelassé, 1925-1926 (1918 E.C.), መጽሐፈ ቅኔ፣ አአ, Addis Abeba.

Kane, T. L., 1990, Amharic-English Dictionary, Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

Leguay, T., 2001, Dans quel état j’erre ? Trésors de l’homophonie, Paris, Mots & Cie.

tama Śellāsē Walda Masqal, 1968-1969 (1961 E.C.), አማርኛ ቅኔ ከነመፍቻው : አአ, Addis Abeba.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit de qenē rassemblés par Māḫtama Śellāsē Walda Masqal. La première édition date de 1962 (1955 E. C.), C’est ici la troisième édition, datée de 1968 (1961 E. C.), qui est utilisée (tamaŚellāsē Walda Masqal, 1968-1969).

2  C’est le sens habituel du terme qenē. Voir A. d’Abbadie, 1881, p. 298 ; J. Baeteman, 1929, p. 346 ; I. Guidi, 1935, p. 290 ; T. L. Kane, 1990,p. 803.

3  Le qenē n° 8 dans cet article semble entrer dans cette catégorie. En effet, on compare la mort avec un maître d’hôtel servant à table. De même que ce dernier fait attention de ne pas oublier un convive, de même la mort n’oublie pas d’appeler des vivants.

4 Voir Feqra Dengel Bayana, 1981-1982, p. 111-123.

5  Pourtant Māḫtama Śellāsē Walda Masqal, comme nombre d’auteurs, emploie le terme sam pour le sens n° 1 et warq pour le sens n° 2.

6  Voir la note 10 pour un exemple analogue en français.

7  Le chiffre entre parenthèses indique l’ordre du qenē dans le livre de Māḫtama Śellāsē Walda Masqal (tama Śellāsē Walda Masqal, 1968-1968).

8  Église principale.

9  Il est possible que ce qenē fasse référence aux querelles christologiques déchirant les « onctionnistes » et les « unionistes ». Moṭā et sa région sont en effet au centre de la querelle.

10  On pourrait comparer, formellement, ce double sens à ces deux phrases : « Sais-tu pourquoi les sauvages sont tout nus ? C’est parce que Christophe Colomb les a découverts. » Voir C. Gagnière, 1986, p. 39, entrée « Calembour ».

11  Le sens caché se réfère à une situation politique précise. Rās Bazābeh était le fils aîné du neguś du Goǧǧām Takla Hāymānot. Il est nommé gouverneur de cette province après la destitution de son frère cadet de cette fonction en 1902. Trois ans plus tard, accusé d'un complot déstabilisant l'État, il est emprisonné dans le Manz où il meurt ; voir Ahmed Hassan, 2003, p. 511-512.

12  Nous ne savons rien sur l’identité de ce personnage.

13  Lieu d’une bataille sanglante entre Yohannes IV et les troupes soudanaises madhistes en 1889.

14  Voir aussi les qenē 3, 4, 5.

15  Voir A. d’Abbadie, 1881, p. 246.

16  Voir aussi les qenē 8, 9 et 11.

17  Il faut noter que le rest dont le premier vers fait mention est la terre reçue en héritage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Assefa, « La mort dans quelques qenē en amharique », Afriques [En ligne], Sources, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://afriques.revues.org/1026

Haut de page

Auteur

Daniel Assefa

Docteur en théologie de l’Université catholique de Paris, recteur de l’Institut franciscain de philosophie et de théologie, Addis Abeba

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org