Navigation – Plan du site
Déconstruire les modèles

L’introuvable capitale du Mali. La question de la capitale dans l’historiographie du royaume médiéval du Mali

The capital that cannot be found: The question of the capital in the historiography of the medieval kingdom of Mali
Hadrien Collet

Résumés

Parmi les nombreuses hypothèses portant sur la capitale du Mali à son apogée (xiiie-début xve siècle), celle de Niani, apparue sous la plume des « historiens coloniaux », a connu la plus belle fortune. Construite par l’histoire coloniale, puis partiellement déconstruite à partir des années 1970, l’hypothèse de Niani, bien que porteuse d’une façon de faire de l’histoire aujourd’hui révolue, continue d’avoir ses partisans. Apparue en 1923, elle traverse l’époque coloniale et celle des indépendances des années 1960 avant de se retrouver confrontée à la méthode critique de l’histoire académique et de l’archéologie. Cette étude propose donc d’appréhender l’historiographie spécifique à Niani, qui reflète les évolutions de l’écriture de l’histoire ancienne du Soudan, et de faire le point sur l’état des recherches actuelles sur la question de la capitale du Mali.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article doit beaucoup à la patiente relecture et aux précieux conseils de Camille Lefebvre, Thomas Vernet, Robin Seignobos et Bertrand Hirsch qui ont toute ma gratitude. Tous mes remerciements vont également aux personnes qui m’ont aidé dans ce travail.

Par ailleurs, tous les noms et mots arabes font l’objet d’une translittération selon la norme din-31635, dite « translittération Arabica » tandis que les toponymes et les noms propres les plus connus suivent l’usage commun des écritures francophones. Les noms et les mots arabes figurant dans les citations et les références bibliographiques sont reproduits exactement comme dans le texte d’origine.

Texte intégral

1L’histoire de la capitale médiévale du Mali est une histoire fragmentée. Lorsqu’on aborde pour la première fois l’ensemble des études qui y sont consacrées, on se retrouve confronté à une succession de désaccords et de consensus : existence d’une seule capitale sur la longue durée, de deux s’étant succédé, de plusieurs capitales périphériques constituant des centres « décentrés » ou bien d’une capitale itinérante, toutes les idées sont émises. A celles-ci s’ajoutent les divergences autour de l’emplacement physique du ou des sites et de leurs noms.

2Parmi les diverses hypothèses avancées, celle de Niani a connu la plus grande longévité, à tel point qu’elle apparaît encore aujourd’hui comme la capitale médiévale du Mali dans de nombreuses publications. Le nom de Niani, employé seul ou avec son épithète « Sankarani », désigne généralement les ruines situées le long du Sankarani, affluent du fleuve Niger, et proches du village de Niani en Guinée, près de la frontière guinéo-malienne.

  • 1  S. Dulucq utilise cette expression en l’appliquant aux administrateurs coloniaux, liés au monde ac (...)

3L’hypothèse faisant de Niani la capitale médiévale du Mali a été élaborée à partir des années 1920 sous la plume des « historiens coloniaux1 », au point de devenir une véritable doxa à l’époque, puis a été consacrée par une série de fouilles en 1965, 1968 et 1973, conduites par l’équipe polono-guinéenne dirigée par Władisław Filipowiak. Ces trois campagnes n’ont pas réussi à prouver que le site de Niani était bien la capitale médiévale du xive siècle, ce qui n’a pas scellé son sort pour autant.

  • 2 W.D. Cooley, 1966 (1re éd. 1841).
  • 3  J.Vidal, 1923a.

4Les débats autour de la localisation et du nom de la capitale du royaume du Mali durent maintenant depuis 1841, avec la parution de la première grande étude de l’histoire africaine subsaharienne, The Negroland of the Arabs2, publiée par William Cooley. Ceux relatifs à la question de Niani, capitale supposée, ont pris forme en 1923 avec un article de l’administrateur colonial Jules Vidal3.

  • 4  Cette nécessité est sûrement encore plus grande à cause de l'épineux problème de la décolonisation (...)
  • 5  Pour une réflexion d’ensemble sur cette question, voir D. Pestre, 1995.
  • 6  T.Monod, avril 1959, p.34.

5Cela nous amène à un autre problème, soulevé pour toute question relative à l’histoire médiévale du Sahel, celui d’être confronté à une littérature extrêmement disparate. En effet, qu’on se trouve devant l’étagère d’une bibliothèque ou devant une bibliographie, il faut composer avec un corpus dont les éléments obéissent à des logiques et des histoires différentes. Or il n’est plus possible aujourd’hui d’étudier l’histoire ancienne du Soudan sans procéder à un minutieux travail de déconstruction de l’œuvre et de la pensée de chaque auteur, tant leur manière d’écrire l’histoire est un reflet de l’historiographie de leur temps4. En somme, il s’agit d’appliquer aux historiens du passé la même méthode que l’on applique aux sources5. En 1959, dans sa préface au numéro spécial de Notes africaines consacré à l’empire du Mali, Théodore Monod, directeur de l’Institut français (puis fondamental) d’Afrique noire (ifan) de Dakar, écrivait : « L’histoire ne se fabrique pas. C’est une réalité objective à découvrir, à explorer, à décrire. Avec son vrai visage, et non celui que, consciemment ou non, parfois nous lui souhaiterions6. » En réalité, les matériaux qui nous permettent d’écrire l’histoire, qu’ils soient écrits, oraux ou gravés dans la pierre, ne sont jamais objectifs. Ils sont eux aussi biaisés par la pensée et les pratiques de leur époque et de leurs auteurs. La « réalité objective » dont parle Monod est une chimère dans la mesure où tel auteur arabe aura écrit en fonction de sa formation littéraire et de ses représentations, et telle tradition orale aura été façonnée par un contexte politico-culturel précis. Il n’y a donc pas à découvrir une vérité cachée mais à comprendre une pluralité de discours subjectifs sur un même objet. L’histoire du Soudan médiéval ne peut plus s’écrire aujourd’hui sans ce double examen des sources et des procédés narratifs construits à partir de celles-ci par une historiographie traversée, ici peut-être plus qu’ailleurs, par un ensemble d’idéologies.

6L’historiographie spécifique à Niani, qui puise ses racines dans l’histoire coloniale, reflète les évolutions épistémologiques, méthodologiques, et les changements dans les courants historiques qui s’opèrent des années 1920 à aujourd’hui. L’accent sera mis sur les évolutions de cette période, sur la préférence donnée à certains types de sources à certains moments, les manuscrits arabes pour la science coloniale et les traditions orales dans les années 1960 par exemple, et les raisons de ces choix, jamais innocents et toujours liés à un contexte politique ou idéologique.

  • 7  P.F. de Moraes Farias, 2003.

7Au début des années 2000, deux études majeures sont venues renouveler en profondeur l’approche critique à adopter vis-à-vis de l’histoire du Soudan médiéval. La première, celle de P.F. de Moraes Farias sur l’épigraphie médiévale et les chroniques soudanaises, a entraîné une remise en cause de l’utilisation des différentes sources disponibles pour penser l’histoire de la région. En insistant sur le fait que chaque catégorie de sources obéit à ses logiques propres, il a montré que, si elles peuvent être concurrentes voire contradictoires, elles racontent des histoires qui leur sont spécifiques, et qu’il convient de les étudier de façon critique plutôt que d’accorder la primauté à l’une sur l’autre. La dimension heuristique de cette approche est importante car elle rend possible une compréhension plus juste des conditions et des raisons de production de tel ou tel récit historique local7.

  • 8  P. Masonen, 2000.

8La seconde, celle de Pekka Masonen, s’intéresse à l’historiographie européenne consacrée à l’Afrique médiévale, au Ghana et au Mali en particulier, et procède à un patient travail de restitution du processus de découverte littéraire de l’histoire du Soudan par les Européens et de déconstruction de certains mythes historiques et historiographiques, éclairant davantage les mécanismes mis en œuvre dans l’écriture de cette histoire, tant au niveau local qu’au niveau européen8. Sa méthode est novatrice car il traite la littérature historiographique comme les sources primaires dont se sert n’importe quel historien pour ses recherches.

9Ainsi nous tâcherons ici de combiner ces deux démarches ; accompagner un travail approfondi sur les productions historiques coloniales et postcoloniales d’un travail critique sur les sources, toujours en précisant la source utilisée par un auteur ainsi que ses raisons.

  • 9  Voir par exemple le travail de S. Nixon à Es-Sūq (S. Nixon, 2010 ; S. Nixon et al., 2011), qui a p (...)

10Enfin, l’archéologie historique a apporté un nombre important de nouveaux éléments sur l’organisation de l’espace sahélien et sahélo-soudanien à différentes échelles9. Plutôt que de considérer les traditions orales dans leur dimension narrative, elle s’en sert davantage pour leur capacité à révéler l’emplacement de sites archéologiques à travers la place que ces derniers occupent dans les mémoires collectives locales. Le travail de K. MacDonald dans la région de Ségou, par exemple, est venu relancer un questionnement déjà ancien sur la possibilité d’un territoire malien multipolaire.

11La présente étude propose donc de parcourir à nouveau l’importante production historique et archéologique relative à Niani et aux autres capitales supposées, en mettant l’accent, en premier lieu, sur le travail produit en contexte colonial et sa préférence pour les sources arabes au travers par exemple de la question du nom de la capitale. Dans un second temps, nous étudierons les nombreux aspects de la postérité de Niani en essayant de comprendre pourquoi les conclusions des fouilles polono-guinéennes, qui n’ont pas réussi à démontrer le caractère médiéval du site, n’ont pas forcément poussé certains historiens à se désintéresser du site. Cela nous amènera à nous intéresser aux nouvelles formes que prennent les interrogations relatives à la capitale médiévale du Mali à partir des indépendances, tant dans les discours nationaux maliens et guinéens que dans les cercles académiques.

Les sources arabes : le bréviaire colonial pour l’histoire du Mali médiéval et sa capitale

  • 10  Maurice Delafosse (1870-1926) est un administrateur colonial, linguiste, enseignant et essayiste. (...)
  • 11  J.-L. Triaud, 1998, p. 215-216.
  • 12  J.-L. Triaud, 1998, p. 217.

12Il convient tout d’abord de mettre au jour et d’analyser la documentation utilisée pour écrire l’histoire du Mali, et de sa capitale notamment, à l’époque coloniale. Cette présentation est nécessaire dans la mesure où les « historiens coloniaux » accordaient une place prééminente à la littérature arabe écrite. L’œuvre de Maurice Delafosse, fondatrice pour les études françaises de l’histoire du Soudan, éclaire de façon décisive les méthodes et les pratiques employées au tournant des années 1920 pour l’écriture de l’histoire des royaumes sahéliens anciens10. J.-L. Triaud a recomposé, par une restitution fidèle des trajectoires personnelle et professionnelle de cet administrateur colonial, le parcours qui a conduit celui-ci à devenir le grand spécialiste de l’histoire soudanaise de son temps. Nous focaliserons ici notre attention sur la nature des sources qu’il utilisait, qui relève tant d’une histoire positiviste que de spécificités liées aux originalités de son terrain. Professeur d’arabe dialectal à l’Institut des langues orientales, c’est avec les versions traduites en français des sources arabes qu’il travaille principalement, les complétant avec les monographies réalisées par les administrateurs sur le terrain11. Bien qu’il ne fût pas historien de métier, il écrivait l’histoire selon le modèle dominant de son époque, le positivisme de l’école historique « méthodique », ce qui lui faisait préférer les textes écrits à tout autre support. Cependant, associer son travail à du « positivisme pur » serait réducteur sinon erroné. En décalage avec cette historiographie française, il réserve ainsi une place aux traditions orales. Elles viennent compléter les lacunes et les silences des manuscrits arabes, constituant un corpus de sources auxiliaires qui se tient à disposition quand cela est jugé nécessaire12. Ainsi, comme nous le verrons, même dans une situation où les traditions orales sont à l’origine d’une découverte, un site en ruine par exemple, les « historiens coloniaux » n’auront de cesse de revenir aux sources arabes et de les réinterpréter en fonction de leur hypothèse du moment. C’est précisément le cas de Niani. Découverte dans un premier temps par Jules Vidal par l’intermédiaire des récits oraux, elle va ensuite générer un important mouvement de relecture des documents arabes.

13Mais avant d’y venir, arrêtons-nous un moment sur ces sources arabes en question et en particulier sur le personnage d’Ibn Baṭṭūṭa, figure centrale des études sur le Mali médiéval.

  • 13  P. Masonen, 2000, p. 306-318.
  • 14  Comme l’épigraphie dans la région Gao par exemple, voir P.F. de Moraes Farias, 2003, p. lv.
  • 15  Timothy Insoll parle d’« abus d’usage » (T. Insoll, 1994).

14Pekka Masonen a restitué la chronologie des découvertes des sources arabes traitant de l’histoire du Sahel ancien. Ces manuscrits arabes, les chroniques de Tombouctou notamment, découverts en partie au fur et à mesure que les puissances européennes mettaient en place les bases d’une occupation durable en Afrique de l’Ouest, furent immédiatement l’objet d’une grande fascination et furent rapidement traduits en plusieurs langues13. Si bien qu’ils devinrent pour longtemps les sources privilégiées de l’écriture de l’histoire de royaumes prestigieux comme ceux du Ghana, du Mali et du Songhay, au détriment d’autres supports, comme l’épigraphie, tout aussi fondamentaux pour éclairer le passé de certaines régions14. Cette utilisation à outrance15 s’explique aussi par le fait que les informations disponibles sur l’histoire du Mali, en dehors de quelques traditions orales, étaient assez rares. En outre, elle se comprend également par les grands noms arabes qui ont parlé du Mali, tels al-ʿUmarī (1301-1349), Ibn Baṭṭūṭa (1304-1368) et Ibn Ḫaldūn (1332-1406). Eu égard à la caution intellectuelle apportée par des auteurs occupant une place prestigieuse dans la littérature arabe, les historiens coloniaux leur accordèrent la plus grande confiance et n’entreprirent pas une critique poussée de leurs œuvres, ce qui eut pour effet une exploitation littérale, voire purement factuelle, des renseignements relatifs au Mali.

15Le personnage le plus sollicité par l’historiographie coloniale fut sans conteste Ibn Baṭṭūṭa. En effet ce dernier, dans sa relation de voyage, ou Riḥla, raconte le périple qu’il aurait entrepris en direction de la capitale du Mali, dans laquelle il aurait séjourné de février 1352 à décembre 1353. C’est précisément sur cet itinéraire, aller et retour, que se sont cristallisées la plupart des études essayant de retrouver l’emplacement de la capitale :

  • 16  J. Cuoq, 1975, p. 296-301.

Lorsque je fus décidé pour le voyage vers Mâllî, qui est à 24 jours de marche pour qui se dépêche, j’engageai un guide des Massûfa. [...] Après dix jours de marche depuis Iwâlâtan, nous arrivâmes au bourg de Zâgharî. C’est un gros bourg, habité par des Sûdân appelés Wandjarâta. Habite avec eux un groupe de Blancs, qui suivent le rite Ibâdiyya des Khawâridj. Les sunnites malikites blancs sont appelés chez eux Turî. De ce bourg on exporte du mil vers Iwâlâtan. Nous marchâmes ensuite depuis Zâgharî et arrivâmes au grand fleuve, c’est-à-dire le Nîl, sur lequel se trouve la ville de Kârsakhû. Le Nîl descend de là sur Kâbara, puis vers Zâgha. [...] Le Nîl descend ensuite vers Tunbuktû, puis vers Kawkaw. [...] Nous marchâmes ensuite depuis Kârsakhû et nous arrivâmes au fleuve Sansara qui est à environ dix milles de Mâllî. Les Sûdân ont coutume d’interdire aux gens d’y pénétrer sans autorisation. J’avais écrit auparavant à la communauté des Blancs [...] pour qu’ils louent pour moi une maison. Quand j’arrivais près du fleuve mentionné, je le traversai par le bac et personne ne me le défendit. J’arrivai ainsi à la ville de Mâllî, capitale du roi des Sûdân16.

16Le Iwālātan d’Ibn Baṭṭūṭa correspond à la localité de Walata, dernière ville connue empruntée par le géographe. C’est donc autour des villes perdues de Zāġarī, Kārsaḫū et du fleuve Ṣanṣara qu’ont achoppé toutes les tentatives d’identification jusqu’à aujourd’hui. La capitale du Mali ne fut pas la dernière destination soudanaise du voyageur marocain. Nous possédons aussi une description du chemin de retour emprunté au départ de la ville (que nous arrêtons volontairement à la première ville aujourd’hui indentifiable) :

  • 17  J. Cuoq, 1975, p. 312-315.

J’en partis le 22 muḥarram 754 [28 février 1353]. […] Nous gagnâmes la route de Mîma. […] Nous arrivâmes à un grand canal qui sort du Nîl. On ne peut le passer qu’avec des embarcations. Ce lieu est infesté de moustiques. On n’y passe que de nuit. Nous arrivâmes à ce canal dans le premier tiers de la nuit, qui était éclairée par la lune. […] Notre halte, près de ce canal, eut lieu dans un gros bourg qui avait pour chef un Sudân, un pèlerin (de la Mekke), plein de distinction, du nom de farba Magha. […] Nous quittâmes ce bourg près du canal et arrivâmes à la localité de Kuri Mansa. […] Je voyageai ensuite vers la localité de Mîma. Nous fîmes halte près des puits en dehors de la localité. Nous voyageâmes ensuite vers la ville de Timbuktû17.

  • 18  Voir plus bas les différentes études qui ont été réalisées à partir du texte d’Ibn Baṭṭūṭa.
  • 19  Voir A. Muhammad, 1985 ; P.F. de Moraes Farias, 1985 ; T. Insoll, 1994, 2004 ; J. Hunwick, 2005.

17Il s’agit du seul récit dont nous disposions aujourd’hui, décrivant un voyage entrepris dans l’intérieur du Mali médiéval. Ainsi une étude méticuleuse de celui-ci a longtemps été considérée, de J. Vidal (1923) à J. Hunwick (1973), comme la clé devant permettre de retrouver la capitale18. Toutefois, l’utilisation positiviste de cette documentation, qui caractérise l’histoire coloniale, a commencé à être remise en cause à partir des années 1980 par le biais d’un travail critique portant sur les projets littéraires, la formation intellectuelle et le regard sur l’Afrique noire de ces auteurs arabes19.

  • 20  F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003.
  • 21  F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003, p. 105.
  • 22  F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003, p. 97 et 105.

18En ce qui concerne Ibn Baṭṭūṭa, ce nouveau champ de réflexion a amené François-Xavier Fauvelle-Aymar et Bertrand Hirsch à remettre en cause l’authenticité d’une partie de son voyage20. Ils soulignent qu’il est frappant de constater, en lisant sa relation, que la structure narrative adoptée par l’auteur est altérée à chaque fois qu’il atteint les frontières du monde connu par la science géographique arabo-musulmane de son époque, dont les représentations reposaient encore largement sur la géographie ptoléméenne. Les auteurs soulignent ces anomalies présentes dans le récit, font état de « jeux de miroirs » et s’étonnent du peu d’informations livrées sur la capitale, pour ce qui a été, d’après les dates données par l’auteur lui-même, son plus long séjour dans un même endroit en dehors de La Mecque et de périodes où il stoppe volontairement ses voyages pour entrer au service de souverains locaux, comme à Delhi par exemple21. Au Mali, il abandonne son questionnaire et sa grille de lecture habituels, et ne décrit quasiment pas la capitale, chose à laquelle il a pourtant habitué son lecteur au sujet de nombreuses grandes villes au cours de son récit22. La rupture dans sa narratologie se situerait à Walata, où le voyageur fait lui-même état de son intention d’annuler son voyage vers la capitale, suite au manque d’égards dont il juge avoir été victime de la part des officiels du Mali avant de se résoudre finalement à s’y rendre. Il est envisageable de penser qu’à partir de ce point il aurait pu se contenter de recueillir des informations auprès de marchands habitués à commercer au Mali. Quoi qu’il en soit, de l’aveu des deux auteurs eux-mêmes, s’il n’est pas possible d’apporter une réponse claire et définitive à la présence réelle ou non d’Ibn Baṭṭūṭa dans la capitale du Mali, il est permis de douter de certaines parties de ce récit.

Niani, capitale malienne de la science coloniale

  • 23  P. Masonen, 2000, p. 458-461.

19Le choix de Niani comme capitale médiévale du Mali n’avait rien d’évident. Que l’on se situe du point de vue des sources arabes ou des traditions orales, plusieurs villes pouvaient prétendre à ce statut prestigieux. P. Masonen a déjà montré l’évolution des postulats sur la capitale médiévale du Mali. De W. Cooley (1795-1883), qui propose en 1841 une première hypothèse en l’identifiant à Binni, près du village de Samé et de la rivière Joliba, aux années 1920, où le consensus se forme autour de Niani, l’emplacement supposé de la capitale change plusieurs fois23.

  • 24  P. Masonen, 2000, p. 460.

20Cependant, lorsque P. Masonen affirme : On account of the combined work of Delafosse and other French writers, the hypothesis that Niani-on-Sankarani was the imperial capital of ancient Mālī became deeply rooted in the historiography of Western Africa24, il met en avant M. Delafosse, figure de proue de l’histoire coloniale française, au détriment de Jules Vidal, alors que celui-ci est le premier administrateur français à proposer Niani comme capitale.

  • 25  J. Vidal, 1923a, 1923c, 1924.
  • 26  Bulletin officiel du ministère des Colonies, 1900, p. 456.

21Les informations sur la vie de J. Vidal sont difficiles à rassembler. Il apparaît soudainement sur la scène des historiens coloniaux lorsqu’il publie trois articles, deux sur le Mali et un sur le Ghana, dans le numéro du Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’aof de 1923, puis un autre dans celui de 1924 sur la légende de Sunjata Keita, avant de disparaître à nouveau des publications25. Il aurait été nommé à l’« emploi d’administrateur adjoint de 3e classe des colonies » à partir du 7 avril 190026. La deuxième occurrence que nous ayons trouvée, qui intervient plus d’une décennie plus tard à l’occasion de la notice qui est jointe à l’évocation de sa promotion au rang de chevalier de la Légion d’honneur, a le mérite de nous éclairer un peu sur sa formation :

  • 27  M. Ruedel, L.-G. Thebault, Les Annales coloniales, 27 juillet 1912, p. 2.

M. l’administrateur Vidal, après un court passage aux communes mixtes d’Algérie, sert au Soudan depuis près de vingt ans. Il a rendu les plus brillants services, même pendant l’occupation militaire, par ses qualités d’exceptionnelle énergie et d’endurance et par sa connaissance de l’arabe et des dialectes soudanais. Nul mieux que lui ne méritait la haute distinction qui vient de lui être octroyée. Vidal, administrateur de 1re classe des colonies27.

  • 28  Le titre de sa fonction est mis en exergue et accompagne son nom dans chacun de ses articles.
  • 29  Par exemple dans son article sur le Ghana : « Grâce […] aux informations que j'ai pu recueillir da (...)

22Le reste des renseignements est donné par J. Vidal lui-même dans ses articles. En 1923, il est administrateur en chef des colonies28. À l’instar de Delafosse, il semble qu’il ait combiné une vie d’administrateur et une vie de chercheur. Il fait souvent état de son travail de terrain et des informations qu’il tient des populations29. Avant décembre 1922, il réalise une première étude sur la capitale du Mali avant d’effectuer un travail de terrain à Niani en décembre 1922 pendant la saison des hautes herbes, ce qui rend impossible la pratique de fouilles. Dans son second article, daté du 20 février 1923, il fait de Niani-Sankarani la capitale médiévale du Mali. Il est malaisé de connaître précisément l’attitude qu’il adoptait vis-à-vis des populations dont il sollicitait l’aide et même de connaître la manière dont il obtenait cette « aide », mais il exprime clairement par moments un certain mépris :

  • 30  J. Vidal, 1924, p. 317.

Au cours de mes recherches sur l’emplacement de l’antique Malli, alors me trouvant à Kangaba, j’étais entré en relation avec les griots de Kyela, gardien attitrés – si je puis dire – de la tradition des anciens souverains du Mandings, je n’ai pas manqué de leur demander de me conter l’histoire du célèbre fondateur de l’empire30.

23Étant arabisant lui-même, son histoire privilégie largement les sources arabes. Bien qu’il se soit intéressé à la tradition relative à Sunjata Keita, il réfute tout lien entre Niani et celui-ci, donnant par la même occasion implicitement sa préférence pour les auteurs arabes :

  • 31  J. Vidal, 1924, p. 328.

Pour en terminer avec cette trop longue contribution à la remémoration d’un héros qui fut plus un chef de bande et un aventurier qu’un guerrier digne de ce nom, j’ajoute que Soundiata ne parvint, au cours de son existence épique, à fixer sa résidence nulle part, vivant au hasard des expéditions, se souciant fort peu du sort de ses sujets, et que ce ne fut que sous le règne de son petit-fils Kâon Mamadi dont le père Diourounikou avait été détrôné et tué par l’usurpateur Sékouré, captif de la couronne, que l’empire Manding commença à prendre tournure d’un État organisé et que Niani fut choisie définitivement comme résidence des souverains31.

  • 32  J. Cuoq, 1975, p. 344.

24Au-delà des contradictions évidentes que présente la conclusion de sa contribution à la légende de Sunjata Keita, c’est sans doute grâce aux traditions orales liées au héros fondateur mandingue qu’il a entendu parler des ruines de Niani ; il procède ici à une hiérarchisation de la documentation. Les informations qu’il livre sont celles de l’histoire dynastique du Mali contenue dans le Kitāb al-ʽIbar d’Ibn Ḫaldūn32, dont il a une connaissance certaine puisqu’il s’en sert pour « corriger » une partie de la tradition orale avec laquelle il est en désaccord. Même s’il n’explique pas pourquoi selon lui Niani fut choisie plus tard comme capitale par les successeurs de Sunjata Keita, il place ici les sources de l’histoire de celle-ci hors de la tradition orale et dans les textes arabes. Ce qui explique son utilisation exclusive de ces derniers dans ses deux articles de 1923 sur le Mali. Voyons maintenant comment Niani s’est imposée à l’issue des débats de la science coloniale.

  • 33  L.-G. Binger, 1892, p. 56-57.

25Lorsque M. Delafosse publie son Haut-Sénégal-Niger en 1912, il valide les thèses de L.-G. Binger qui situait la capitale près de Niamina33.

  • 34  J. Vidal, 1923a, p. 257.

26Avant décembre 1922, Jules Vidal rédige un article sur la question de la capitale. D’emblée il se démarque très clairement des idées de Binger et Delafosse : « La thèse adoptée par Barth et MM. Binger et Delafosse, en ce qui concerne la fixation de l’emplacement de Mali, demeure incertaine, sinon erronée34. » Par cette déclaration, il engage un débat avec Delafosse qui devait durer deux ans, et au terme duquel ce dernier finit par accepter son hypothèse en la complétant, ce qui tendit à effacer la visibilité de Vidal sur la question. Publiées en 1923, les conclusions que Vidal tire de son premier « essai » sur la capitale visent d’abord à établir une concordance entre l’emplacement de Niani et l’itinéraire d’Ibn Baṭṭūṭa. Toutefois il ne prononce pas encore le nom de Niani :

  • 35  J. Vidal, 1923a, p. 267.

Pour résumer cette controverse un peu longue et formuler mon opinion sur la question qui nous préoccupe, je conclus, texte d’Ibn Battuta en main :
1. Que la capitale de l’Empire mandingue n’a jamais existé dans la région de Nyamina ;
2. Que l’emplacement de cette capitale doit être recherché soit dans la boucle formée par le confluent du Niger et du Sankarani, soit dans la région de Faraba, à l’est de ce dernier fleuve35

  • 36  « M. Vidal fut le premier Européen, de mémoire d'homme, qui vint à Niani », M. Gaillard, 1923, p.  (...)
  • 37  M. Montrat, juillet 1958.

27Puis, il se rend sur le site de Niani en décembre 1922, à la demande du gouverneur général de l’aof, Martial Merlin. Selon M. Gaillard, il aurait été le premier Européen à faire ce voyage36. Toutefois, dans une notice écrite le 26 mars 1931 et publiée seulement en 1958 par Notes africaines37, Maurice Montrat, administrateur en poste pendant quatre ans à Siguiri, indique qu’il passe à Niani en 1918 et 1922 pour faire une enquête de terrain, sans préciser s’il a vu les ruines ou simplement le village. Quoi qu’il en soit, le compte rendu de Vidal, publié plus tard en 1923, s’appuie sur des entretiens qu’il dit avoir eus avec des membres de la famille royale, d’un côté, et des successeurs des griots de la famille royale du Mali, de l’autre. Sans fournir la somme des informations recueillies ni la manière dont il les a obtenues, il raconte simplement les enseignements qu’il a pu en tirer et fait correspondre les localités perdues de l’itinéraire d’Ibn Baṭṭūṭa avec des villages contemporains pour le faire arriver à Niani. À l’issue de sa démonstration il propose la synthèse suivante :

  • 38  J. Vidal, 1923c, p. 607.

Des renseignements affirmés de la manière la plus catégorique par tous ces informateurs, il résulte que :
1. Jamais, au grand jamais, les souverains mandingues n’ont résidé autre part que dans le Manding dont la limite septentrionale sur le Niger est Bamako ;
2. Que ces souverains ont eu successivement plusieurs capitales : la première, antérieure à Soundiata, le fondateur de l’empire, se nommait Diériba, à l’emplacement du village actuel Diéribakoro, près de l’embouchure du Milo, sur la rive gauche du Niger et en amont de Siguiri ; la seconde, qui fut la plus célèbre et conserva son rang pendant plusieurs siècles, se nommait Niani, à l’emplacement du village actuel du même nom, situé près du fleuve Sankarani, affluent du Niger, à la limite des colonies du Soudan français et de la Guinée38.

Carte du vieux Manding

Carte du vieux Manding

Hadrien Collet

  • 39  Il ne précise pas la nature de cette « aide ».

28À partir de ce moment, Niani est l’objet de toutes les attentions de la part des historiens coloniaux. Puisque le travail de J. Vidal, avant tout littéraire et s’apparentant à une objectivation de la relation de voyage d’Ibn Baṭṭūṭa, a convaincu, un travail de terrain paraît nécessaire. Dès juin 1923, Maurice Gaillard, administrateur-adjoint des colonies, se rend à Niani à la demande du lieutenant-gouverneur de Guinée et commence des fouilles avec l’« aide39 » des habitants du village contemporain. Dans l’article qu’il a tiré de son expérience, il précise que sa démarche est d’abord d’obtenir le maximum d’informations sur les traditions orales relatives aux ruines, ce qui lui permet d’établir une périodisation de l’occupation du site en quatre temps :

  • 40  M. Gaillard, 1923, p. 622-623.

Par Niani 1, la première ville de Niani. Par Niani 2, la ville de Niani Mansa Mamourou, détruite sous Nanamoudou en 1696. Par Niani 3, la ville de N’Fa Kaba, détruite par le chef de Ségou ; Niani sans indice désignera l’actuel village de Niani, reconstruit par Fadyi en 187740.

29Son effort consiste aussi en une analyse topographique des lieux afin de voir s’ils avaient pu être à même d’accueillir en leur sein une ville de la dimension d’une capitale. Concernant les fouilles, il met en avant la présence de fours catalans, d’une industrie du fer développée, et consacre un long appendice aux fragments de poteries retrouvés. D’une manière générale, il est clair que ses objectifs n’étaient pas tant de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse de Vidal que de lui donner une certaine épaisseur en approfondissant les connaissances sur Niani. Quoi qu’il en soit, le titre de son article est sans équivoque : « Niani, ancienne capitale de l’Empire mandingue ».

  • 41  J.-L. Triaud, 1998, p. 226.

30Vidal et Gaillard ont donc bien été les pionniers des débats autour de Niani. Leur thèse a été rapidement adoptée par Maurice Delafosse, qui s’affronte également avec Vidal sur la question du royaume du Ghana, sans transiger cette fois-ci avec ses convictions41.

Façonner le nom : le problème des toponymes dans les sources arabes

31Si la logique de J. Vidal avait surtout été d’orienter vers Niani l’itinéraire contenu dans la Riḥla, lui permettant ainsi d’affirmer avoir retrouvé la capitale, un problème majeur demeurait. En effet, les sources arabes ne comportent pas explicitement le nom de Niani. Or nous avons déjà évoqué la place prédominante accordée aux géographes et voyageurs arabes par les « historiens coloniaux ». L’histoire médiévale du Sahel ne pouvait donc pas s’écrire en parallèle des données contenues dans les manuscrits.

  • 42  Fonds arabe de la BnF, manuscrit 5867, Masalīk al-abṣār fī mamālik al-amṣār.
  • 43  Fonds arabe de la BnF, manuscrit 2287, Tuḥfat al-nuẓẓār fī gharā’ib al amṣar wa ‘adjā’ib al-asfār.
  • 44  Ibnaldun, Kitab al ʿibar, 1971, vol. 6, p. 217.
  • 45 On pourrait effectuer la même opération avec un ʾalif maqṣūra à la fin ce qui donnerait la même cho (...)
  • 46  Il est généralement admis aujourd’hui que Maḥmūd Kaʿti n’est pas l’unique auteur du Ta’rīḫ al-fatt (...)
  • 47  Une erreur s’est glissée dans la traduction française  de Houdas et Delafosse. Dans la note p. 66, (...)

Auteurs

Graphie du nom de la capitale dans les sources

Points diacritiques et vocalisations possibles (non exhaustif)

Translittération

al-ʿUmarī42 (1301-1349)

بِتى،بتي،بتى،ٮٮى

بُتًى،بُتِي،بَتًى،بَتِي
،بِتِي،بِتًى،بتى

Binī, Bitī, Bitā, Binā, Banbā, Binbī, Batā, Batī, Butī, Butā

Ibn Baṭṭūṭa43 (1304-1368)

مالّى

مَالَّى،مَالِّي

Māllī ,Māllā

Ibn Ḫaldūn44 (1332-1406)

ٮٮى،بني

بَنِي،تَنِي,يَنِي،نَنِي  ثَنِي،نَتِي،تَتِي،يَتِي، بتِي،ثَتِي،بَثِي،تَثِي، يَثِي،نَثِي،ثَثِي،بَبِي، تَبِي،يَبِي،نَبِي،نِنِي،بِنِي تِنِي،يِنِي،ثِنِي،نِتِي،بِتِي يِتِي،تِتِي،ثِتِي،ثَبِي45

Nanī, Tanī, Yanī, Banī, Tanī, Natī, Tatī, Yatī, Tatī, Batī, Natī, Tatī, Yatī, Batī, Yatī, Nabī, Tabī, Yabī, Babī, Tabī, Niny, Biny, Tany, Yiny, Tiny, Nity, Bity, Nity, Tity, Yity

Maḥmūd Kaʿti46 (xvie-xviie siècle)

يَنِعْ

Déjà vocalisé

yaniʿ47

32Pas de Niani, donc. Comme on peut le voir, les noms utilisés par les auteurs arabes pour désigner la capitale sont assez différents les uns des autres. Si les graphies données par Ibn Ḫaldūn et al-ʿUmarī ont une structure « morphologique » qui porte des ressemblances, les points diacritiques montrent qu’ils ont utilisé des racines trilitères bien distinctes pour écrire le nom. Néanmoins il est permis de penser qu’ils parlaient tous les deux de la même ville, bien que le nom soit orthographié différemment.

  • 48  J.-L. Triaud, 1998, p. 226.
  • 49  Pour en savoir plus sur le rôle de Maurice Delafosse dans la construction d’une histoire africaine (...)

33Nous avons déjà évoqué les raisons qui expliqueraient pourquoi le nom arabe de la capitale fourni par Ibn Baṭṭūṭa est si éloigné du nom donné par les deux autres principaux auteurs du xive siècle. Tous ces noms disparates censés décrire la même ville posaient un réel problème pour les partisans de Niani. C’est dans la réponse de Delafosse à Vidal, publiée en 1924, qualifiée de « sommet de la réflexion historique de l’auteur en la matière » par J.-L. Triaud48, que s’opère le bricolage sur les toponymes arabes. Rapidement acquis aux thèses de Vidal, Delafosse a tenté d’effacer l’incohérence provoquée par l’annonce d’avoir retrouvé la capitale, alors que le nom de celle-ci était absent des sources arabes, alors jugées supérieures aux autres. Il apporte ainsi une caution scientifique qui vise à se démarquer de Vidal en mettant davantage en avant ses compétences linguistiques, notamment d’arabisant, en travaillant sur les noms, là où Vidal s’était contenté de celui donné par la tradition orale49. Dans son article, « Le Gâna et le Mali et l’emplacement de leurs capitales », il fait du nom la question essentielle permettant de résoudre l’équation de la capitale malienne. Ainsi il déclare en incipit :

  • 50  M. Delafosse, 1924, p. 479.

Je dis « emplacement des capitales des anciens États du Gâna et du Mali », et non « l’emplacement des anciennes villes de Gâna et de Mali », car, ainsi que j’essaierai de le démontrer tout à l’heure, [...] Mali, prononciation dialectale du nom de la province du Manding et de la tribu des Mandingues ou Malinké, ne l’a été qu’en vertu du procédé qui consiste à prendre la partie pour le tout. Et cette circonstance n’a pas peu contribué à provoquer des investigations inutiles et à engendrer des conclusions erronées50.

34Il parle ici bien évidemment d’Ibn Baṭṭūṭa qui aurait confondu le nom de la province dans laquelle se trouvait la capitale avec le nom de la capitale elle-même.

  • 51  M. Delafosse, 1924, p. 514.
  • 52  M. Delafosse, 1924, p. 514.

35Mais il va plus loin. Selon lui, les noms sont porteurs d’« éléments pathogènes » pour le savant qui les étudie et qui l’entraînent sur de mauvaises pistes. Les raisons sont multiples ; ils peuvent désigner une ville qui a disparu, peuvent s’être évanouis de la mémoire des hommes, renvoyer simultanément à une région et plusieurs villes sans distinction ou bien encore être le résultat de fautes de transcription d’une langue vers une autre, tant oralement que par écrit. Eu égard à cela, il explique le Yaniʿ contenu dans le Ta’rīḫ al-fattāš par « on sait que l’n mouillé des langues soudanaises est habituellement transcrit par le y arabe51 ». Plus loin, il précise dans une note de bas de page que la lettre ʿaïn (ع) « sans voyelle est destinée vraisemblablement à figurer la nasalisation qui suit en général le suffixe diminutif ni dans les dialectes malinké52 ». Établir que le nom commence par « ni » est donc la deuxième étape qui veut faire de Niani le nom de la capitale.

  • 53  Il n’avait pas connaissance du texte d’al-ʿUmarī.

36Mais pour M. Delafosse cela n’est pas suffisant : il reste encore, dans un troisième temps, à traiter du nom laissé par Ibn Ḫaldūn53. Selon lui, Ibn Ḫaldūn avait aussi cité le nom de Niani pour parler de la cité des mansa. Toutefois, une erreur de lecture aurait empêché de le comprendre a priori. Le passage qui suit mérite d’être cité intégralement car, parmi les rares écrits qui traitent spécifiquement du nom, c’est celui qui a quasiment établi un paradigme dans la dénomination de la capitale :

Dans sa traduction de l’Histoire des Berbères, de Slane fait parler ainsi Ibn Khaldoun : « la capitale du royaume de Melli, dit ce « même Ebn Ouaçoul, s’appelle Beled-Beni [...] ; elle est « très étendue, très populeuse et très commerçante, etc. ». Il ajoute en note que « le nom de la tribu » qui devait suivre Beni « est resté en blanc dans tous les manuscrits », indication reproduite plus tard par M. Binger. On a conclu de là que le nom indiqué au grand historien arabe, comme étant celui de la capitale du Mali, était « ville des Beni X... », « ville de la tribu de X... », sans que l’on pût savoir de quelle tribu il s’agissait.

  • 54  M. Delafosse, 1924, p. 519-520. Les guillemets sont reproduits comme dans le texte original dans l (...)

Il m’avait paru bien extraordinaire que l’informateur d’Ibn Khaldoun, qui était natif de Sidjilmâssa (Tafilalet), mais qui avait voyagé et même résidé au Soudan, puisqu’il avait exercé les fonctions de cadi à Gao, eût désigné le nom d’une ville soudanaise sous une forme qui n’est jamais usitée en pays noir et qui n’est que très rarement employée, même dans les contrées de langue arabe, pour se représenter une localité. J’ai eu la curiosité d’examiner les manuscrits d’après lesquels Slane a publié le texte qu’il a traduit ensuite et j’ai constaté qu’il n’existait aucun blanc à la suite du mot que ce savant avait transcrit par Beni. J’ai observé en outre que ce mot n’est pas écrit Beni, attendu que le premier trait vertical ne porte pas au-dessous de lui le point diacritique qui caractérise le b arabe : en réalité ce trait ne porte aucun point, d’où il résulte qu’on peut le lire indifféremment b, n ou y. J’ai pensé alors qu’il était permis de transcrire le mot Yani aussi bien que Beni et de lire « la capitale [...] s’appelle la ville [beled] de Niani ». C’est ainsi que, délibérément, je suggérai que la capitale du Mali devait s’appeler Niani. Peu après, je trouvais dans le Tarikh al-Fettach la confirmation de mon hypothèse54.

  • 55  Ça n’est que récemment que les toponymes écrits en arabe ont commencé à être donnés en translittér (...)

37Cette opération de « bricolage » sur les noms arabes, réalisée par Delafosse, parachève de faire du nom de Niani celui de la capitale du Mali dans les traductions et éditions françaises des manuscrits arabes de l’époque55. Pourtant, si Delafosse est pertinent quand il relève que, en l’absence de points diacritiques, on ne peut accepter la traduction de de Slane, cela ne le dissuade pas de donner à son tour une traduction qui va dans le sens de son idée.

  • 56  C. Monteil, 1929.

38Le premier à émettre des réserves est Charles Monteil en 1929. En reprenant toutes les occurrences dans les sources du nom de la capitale, consultant les manuscrits, il se rend compte des insuffisances qui ont mené aux conclusions de Maurice Delafosse et de Louis-Gustave Binger avant lui, en pointant une « obsession du nom » et les manques dans les transcriptions arabes. Il utilise malgré tout le nom de Niani pour la capitale du Mali dans son article56.

39Pour Maurice Montrat, qui écrit, le 26 mars 1931, sa « Notice sur l’emplacement de la capitale du Mali », la question n’est pas non plus entièrement résolue. Il donne sa préférence aux ruines de Mali-Tombo, dont l’emplacement est, semble-t-il, jalousement gardé par les populations :

  • 57  M. Montrat, 1958, p. 91.

Les ruines de Mali seraient bien plus importantes et plus précieuses que celles de Niani. Plusieurs personnes me l’ont affirmé et m’ont toujours indiqué la même direction. Mais aucune d’elles n’a osé m’y conduire « pour ne pas troubler le repos des anciens » et surtout « pour ne pas mourir ». […] « Le jour de l’arrivée des Blancs à Mali sera la fin du monde. » […] Voilà ce qui est dit dans le pays. Même à prix d’argent, il est difficile d’avoir le moindre renseignement précis57.

  • 58  M. Montrat, 1958, p. 92.
  • 59  Notes africaines publie en 1959 un autre court article retrouvé dans la documentation de l’ifan, c (...)

40Il n’est pas utile de développer davantage les idées de Montrat puisque sa notice, publiée seulement en 1958 à l’initiative de Notes africaines, le bulletin de l’Institut français (puis fondamental) d’Afrique noire, n’a pas contribué aux débats sur la capitale dans l’historiographie de l’entre-deux-guerres. Elle permet juste de se rendre compte que l’hypothèse de J. Vidal, M. Gaillard et M. Delafosse n’avait pas entièrement convaincu tous les historiens coloniaux de l’époque, et que des fouilles archéologiques étaient perçues comme le seul moyen de résoudre définitivement le problème de la capitale médiévale de l’âge d’or du Mali (xive-début xve siècle) : « Où faut-il donc chercher Mali ? À mon humble avis, c’est assurément la région appelée la "fourche du Niger et du Sankarani" qu’il conviendrait de fouiller58 » [il souligne]. Bien que le consensus ne soit pas absolu, il ne l’est jamais quand il s’agit de Niani, la question reste en l’état jusqu’à la décolonisation59, et une certaine doxa est fixée.

Décolonisation, traditions orales et nationalisme : la nouvelle donne des années 1960

41Les années 1960 constituent un tournant majeur. Décolonisation, visibilité nouvelle des historiens africains, changements dans les pratiques de l’écriture de l’histoire africaine, montée en puissance des traditions orales, et nationalisme en construction des pays nouvellement créés (Mali et Guinée notamment) sont autant d’éléments qui ont des conséquences directes sur la question de la capitale médiévale du Mali.

  • 60  Cette idée entre en résonance avec la citation de Théodore Monod qui figure en introduction.
  • 61  E. Sibeud, 2011, p. 3-4.

42Au cours de cette décennie, les traditions orales font l’objet de toutes les attentions, de la part des historiens africains aussi bien qu’européens. D’une manière générale, c’est toute la recherche en histoire africaine qui est repensée à ce moment-là. Il s’agit de découvrir la « vérité africaine », d’avoir accès, par le biais des traditions orales utilisées avec une juste méthode, au « vrai » passé africain60. Ce mouvement de remise en cause des sciences humaines dans le rapport qu’elles entretenaient avec l’histoire africaine est d’abord venu d’un double constat ; le besoin d’en finir avec les méthodes de la science coloniale, d’une part, et la volonté d’écrire désormais une histoire « africanisée », d’autre part. Jacques Berque souligne dès 1962 le sentiment d’impuissance ressenti par les sciences sociales pour comprendre les sociétés non occidentales et leur incapacité à sortir de conceptions occidentalo-centrées. Il s’agit de mettre au centre l’« homme africain » et de rompre avec une histoire où le référent silencieux » est, selon Berque, l’« adulte occidental péninsulaire61 ». On retrouve cette idée dans les débats autour de l’africanisation. Selon E. Brizuela-Garcia :

  • 62  E. Brizuela-Garcia, 2006, p. 87.

Africanizing meant two things. It was necessary first to rid the writing of African history and the prejudices and limitations imposed by traditional colonial and European history. In this regard the methods, questions, and sources used by historians in the writings of African history needed to be Africanized. Secondly, it was assumed that more of the personnel involved in the writing of African history and the institutions supporting this endeavor would be based in Africa, connected to African societies and their everyday problems62.

  • 63  J. Vansina, 1961.
  • 64  David Newbury a reconstitué le long débat ouvert par Vansina en 1961 et les nombreuses critiques q (...)

43Ainsi les traditions orales apparurent à cette période comme la seule alternative pour écrire une histoire de l’Afrique médiévale « authentiquement » africaine, c’est-à-dire à partir de sources endogènes, considérées comme les seules vraiment à même de révéler la « vérité » historique locale. Jan Vansina, qui publie sa célèbre méthode, De la tradition orale, essai de méthode historique63, en 1961, incarne cette nouvelle disposition à l’égard de ce type de sources qui s’analyseraient désormais comme des textes et dont la richesse en informations se révélerait à condition d’adopter la bonne méthode d’interrogation à leur égard64.

  • 65  Voir la vidéo de l’ina de l’émission « Cinq colonnes à la une » : http://www.ina.fr/politique/part (...)
  • 66  Pour avoir un aperçu d’ensemble de la chronologie de la fédération du Mali, voir l’article de RFI  (...)

44Les années 1960 marquent aussi le temps de la construction des nationalismes maliens et guinéens, qui revendiquent tous deux la paternité de la capitale du Mali médiéval. Le Soudan français et le Sénégal ratifient, les 21 et 22 janvier 1959, une nouvelle Constitution qui donne naissance à la fédération du Mali, avec Dakar pour capitale. Cet acte signe le grand retour du nom de Mali sur la scène politique soudanaise65. Mais l’aventure panafricaine tourne court, le Sénégal vote son indépendance le 20 août 1960 et, le 22 septembre 1960, la république du Mali fait de même66. La fin de la colonisation politique de l’Afrique de l’Ouest entraîne la formation de plusieurs États qui peuvent revendiquer l’incorporation de l’histoire médiévale du Mali à leur roman national (Mali, Sénégal, Gambie, Guinée, Mauritanie). Pourtant deux pays vont principalement revendiquer cet héritage historique. Si la république du Mali adopte le nom de l’illustre royaume médiéval, c’est bien la Guinée qui hérite de Niani, située près de la frontière guinéo-malienne.

  • 67  Cette idée a déjà été développée par David Conrad avec d’autres exemples (D. Conrad, 1994).

45Ainsi, cette décennie amorce un processus de réappropriation de l’histoire médiévale du Sahel dans un but de construction d’une identité nationale, de même qu’une mise en valeur de la tradition orale par les historiens des républiques de Mali et de Guinée67. Concernant l’histoire du Mali médiéval et de sa capitale, deux figures se détachent. L’un, Mamby Sidibé, s’érige en conteur d’une histoire malienne officielle, l’autre, Djibril Tamsir Niane, écrit longuement sur les traditions orales du pays mandingue et sur le Mali ancien. Ils ont été tous deux nourris par l’histoire écrite en situation coloniale mais donnent, quand ils rencontrent des contradictions entre différents types de sources, leur préférence aux traditions orales.

  • 68  Unique quotidien pendant les années 1960. Le quotidien en langue bambara Kibaru paraît pour la pre (...)
  • 69  Voir article de Bakary Coulibaly : « L’Essor, témoin de l’histoire », http://www.primature.gov.ml/ (...)
  • 70  V. GӦrӦg, 1981, p. 287-288.
  • 71  À ce propos, voir l’étude de Bernard Mouralis qui aborde spécifiquement la question (B. Mouralis, (...)
  • 72  M. Sidibé, 6 mai 1963, p. 4.

46Lorsque le Mali devient une république indépendante, son gouvernement fait le choix du socialisme. Créé en 1949 par l’Union soudanaise-Rassemblement démocratique africain (us-rda), l’unique68 quotidien – puis hebdomadaire – L’Essor devient le principal vecteur de diffusion des idées nationales, politiques, culturelles et historiques visant les masses lettrées de la nouvelle nation en construction qu’est le Mali69. De 1963 au coup d’État militaire de 1968, après lequel le journal passe officiellement sous contrôle gouvernemental, une série de grands tableaux didactiques y sont publiés sur l’histoire médiévale du Mali. Ils sont quasiment tous l’œuvre de Mamby Sidibé. Né en 1890, il a plus de 70 ans quand il commence à écrire pour L’Essor. Il a beaucoup publié dans le Bulletin de l’enseignement de l’Afrique occidentale française de 1916 à 1928 puis par l’intermédiaire de Notes africaines et de Présence africaine à partir de 195070. Il s’est spécialisé dans les traditions orales et les contes africains, et fait partie de ce groupe d’intellectuels africains qui ont commencé par publier des textes courts sous l’égide des intellectuels coloniaux avant de sortir de cette tutelle et de publier des synthèses plus importantes à la faveur des nouveaux moyens d’édition qui se développent à partir des indépendances71. Dans le numéro de L’Essor daté du 6 mai 1963, il nous informe sur les lectures qui ont nourri ses réflexions (les sources arabes et les publications du Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’aof) et précise qu’il a recueilli de nombreuses traditions entre 1923 et 1935 dans toute la région du Manding72.

  • 73  Un exemple de cette construction d’une identité nationale malienne qui se fait par l’histoire se t (...)
  • 74  Par exemple : « Cette civilisation [celle du Mali] négro-africaine, par ses institutions, politiqu (...)

47L’histoire qu’il construit sur le Mali mêle indistinctement temps anciens et contemporains. Son objectif étant de montrer la grandeur du Mali dans la longue durée, il emploie ainsi tout son talent pour dénoncer la vision de l’histoire de l’Afrique véhiculée selon lui par les colonisateurs et participe de la construction d’une identité nationale malienne73. Il s’efforce aussi de montrer que le Mali du xive siècle n’avait, à ce moment-là, rien à envier à l’Europe74.

  • 75  M. Sidibé, 29 avril 1963, p. 2.
  • 76  M. Sidibé, 13 mai 1963, p. 3.
  • 77  Cette conception est relativement bien acceptée à cette période. Toujours dans sa préface pour le (...)

48Son traitement de la question de la capitale s’intègre dans les tableaux qu’il fait du Mali à différentes époques. Si Niani a bien été la capitale, celle des premiers temps, les souverains maliens ont ensuite déplacé leur siège. Ainsi la capitale de l’âge d’or serait selon lui Māllī, visitée par Ibn Baṭṭūṭa. Le 29 avril 1963 il écrit ainsi dans L’Essor : « Il [Sunjata Keita] agrandit ses domaines de tous les côtés, autour de Niani, dans la vallée du Sankarani75. » Puis, un peu moins d’un mois plus tard dans l’édition du 13 mai : « La capitale Mali était une ville entièrement musulmane. Des jurisconsultes marocains et égyptiens s’y coudoyaient [sic]76. » On voit clairement à quelles sources appartiennent les deux noms ; le premier, Niani, est cité dans les traditions orales et renvoie surtout à la ville développée par le héros fondateur Sunjata Keita (xiiie siècle), tandis que le second est celui donné par Ibn Baṭṭūṭa dans sa Riḥla. Rien n’est dit dans les écrits de Sidibé sur ce changement de nom ; s’agit-il de la même ville, de la fondation d’une nouvelle au xive siècle, d’une évolution dans l’appellation de la capitale ? Quoi qu’il en soit, il est permis de penser qu’il avait connaissance du travail de Vidal, qu’il ne cite pas, puisqu’il affirme avoir lu Delafosse et Gaillard. D’autres noms étaient à sa disposition pour le xive siècle, mais il est manifeste qu’il donne ici sa préférence à Ibn Baṭṭūṭa. L’hypothèse qui paraît la plus plausible réside dans le fait que Niani se trouvait en Guinée et non au Mali. Étant donné le profond nationalisme de Sidibé et sa croyance selon laquelle l’histoire de la république du Mali s’inscrivait en droite ligne dans la descendance politique du Mali médiéval77, il est difficile d’imaginer qu’il aurait pu concevoir l’emplacement de la capitale de Mansā Mūsā, plus grand souverain du xive siècle, à Niani. Toutefois, face à la concordance des traditions orales sur lesquelles il avait travaillé, sous sa plume Niani a bien été capitale, au moins au début, du Mali.

  • 78  « En Afrique noire, il faut faire la distinction entre la tradition populaire, véhicule des légend (...)

49Pour ce qui est du Guinéen Djibril Tamsir Niane (né en 1932), qui appartient à une génération plus jeune que celle de M. Sidibé, la position est moins confuse. En effet, il s’est distingué comme l’un des plus fervents défenseurs de Niani comme capitale du Mali médiéval. Écrivain prolifique, il a beaucoup composé sur l’histoire médiévale du Mali, ses traditions orales et l’espace mandingue, devenant le plus grand spécialiste africain de son temps sur ces questions. Il fut l’un des promoteurs les plus actifs de l’histoire du Soudan ancien après la décolonisation. En 1959, il soutient un mémoire sur l’« empire » du Mali, ce qui lui vaut d’obtenir son diplôme supérieur d’histoire à la faculté des lettres de Bordeaux. De 1964 à 1968, il est professeur à l’institut polytechnique de Conakry puis à l’ifan et, de 1965 à 1972, il est associé étroitement aux missions archéologiques dirigées par W. Filipowiak. Il représente certainement l’exemple le plus abouti de ces historiens des années 1960 qui firent une utilisation la plus littérale possible des traditions orales, conférant aux griots le statut d’archivistes78.

  • 79  Cette seconde édition n’a pas, semble-t-il, été remaniée puisque D.T. Niane n’y parle pas du tout (...)
  • 80  1324 correspond au pèlerinage de Mansā Mūsā à La Mecque et 1353 à la présence du voyageur marocain (...)
  • 81  D.T. Niane, 1975, p. 77-79.

50Son histoire, qui prend souvent l’apparence d’une pure narration et qui place les traditions orales au-dessus des sources écrites, présente un récit général peu problématisé de la région. En 1960, dans Soundjata ou l’épopée mandingue, il publie une version du récit de Sunjata Keita provenant de Dieliba-Koro (en Guinée), qui favorise le site guinéen de Niani comme capitale. En 1962, son ouvrage Recherches sur l’empire du Mali au Moyen Âge, travail adapté de son mémoire de 1959, connaît un certain succès puisqu’il est réédité en 197579. Il permet de voir que l’auteur s’adapte aux contradictions de ses sources avec une grande souplesse : Niani a bien été la capitale, mais Malli l’a supplantée à partir du règne de Mansā Mūsā jusqu’à celui de Mansā Sulaymān, puisque c’est le nom donné à la ville par Ibn Baṭṭūṭa quand il est au Mali pendant le règne de ce dernier, donc au moins de 1324 à 135380. Puis Niani aurait à nouveau occupé le rôle de capitale avant de laisser sa place à Kangaba au xviie siècle81. En outre le projet nationaliste – et socialiste – dans lequel s’inscrit cette œuvre est clairement affiché puisque c’est l’Institut national de recherches et de documentation de Conakry qui supervise l’impression (qui eut lieu à Berlin) tandis que l’en-tête de la couverture porte en exergue « République de Guinée ».

  • 82  Ses cahiers scientifiques de terrain témoignent dans leur ensemble de liens étroits avec l’adminis (...)
  • 83  Voir http://www.editionsecriture.com/auteurs/raymond-mauny. Consulté le 9/01/2013.
  • 84  Fonds Raymond Mauny, Bibliothèque de recherches africaines, CEMAf (Centre d’études des mondes afri (...)

51Côté français, Raymond Mauny (1912-1994) incarne le savant à cheval sur deux époques qui s’intéresse à l’histoire du Soudan médiéval. Le temps de l’administrateur-chercheur s’éteint avec sa génération, et l’histoire de l’Afrique ancienne s’écrit bientôt sous la plume d’« historiens à plein temps » qui lui donnent une place nouvelle dans le monde académique. Le parcours de Mauny témoigne de ce processus qui n’est pas tant une rupture brutale qu’une évolution. Il arrive pour la première fois au Sénégal en 1937 pour travailler dans les services du gouverneur général. De 1949 à 1962, c’est à l’ifan qu’il réalise ses études sur le Moyen Âge africain. De 1949 à 1951, il dirige les fouilles réalisées sur le site de Kumbi-Saleh82. Puis il enseigne l’histoire de l’Afrique précoloniale en Sorbonne à partir de 1962 jusqu’en 1977 et y crée le Centre de recherches africaines en 196583. Lorsqu’il publie en 1961 son célèbre Tableau de l’Ouest africain au Moyen Âge d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, il est considéré comme l’un des plus grands spécialistes du Sahel médiéval. Ses archives, qui se trouvent aujourd’hui à la Bibliothèque de recherches africaines (bra)84 et dont l’inventaire complet reste à faire, attestent d’une correspondance avec les plus grands noms de l’époque ; Amadou Hampâté Bâ, Cheikh Anta Diop, Jan Vansina, Joseph Cuoq, dont il préface le Recueil des sources arabes…, bréviaire de tout étudiant universitaire français en histoire du Soudan médiéval. Son expérience de terrain, de 1942 à 1962, son poste à la Sorbonne et son livre dont l’impact rappelle celui du Haut-Sénégal-Niger de M. Delafosse expliquent que c’est vers lui que se tourne W. Filipowiak pour obtenir de précieux conseils lors de ses fouilles à Niani. Le titre de son ouvrage comporte une forte dimension programmatique quant à son approche de l’histoire africaine. Bien que la littérature qui est à sa disposition relève davantage de l’histoire écrite en situation coloniale, souvent positiviste, l’histoire qu’il écrit en 1958, date d’écriture de sa thèse dont est issu son ouvrage de 1961, incarne plutôt l’« histoire totale » de l’École des Annales. Ainsi les différents types de sources ne sont plus hiérarchisés, mais pris dans leur ensemble et mobilisés pour obtenir l’histoire la plus exhaustive possible.

  • 85  R. Mauny, avril 1959, p. 36.

52Dans le numéro spécial consacré à l’« empire » du Mali de Notes africaines de 1959, il évoque l’existence de trois capitales : « Les historiens ont longuement hésité sur l’emplacement de la capitale du Mali. Il semble bien qu’il y ait eu plusieurs capitales successives, Dieliba, Niani, Kangaba85. » Puis il fait mention de son expérience de terrain à Niani :

  • 86  R. Mauny, avril 1959, p. 36.

Niani aujourd’hui est un petit village. […] J’ai parcouru vainement le site à la recherche d’un pan de mur, d’une stèle musulmane, d’un indice quelconque, et mes prédécesseurs n’ont pas eu plus de chance. […] La lecture des photographies aériennes (l’ifan possède toute la couverture aérienne de la région et un agrandissement de Niani) n’a pas fourni le moindre indice et j’ai survolé en vain, début 1958, la région du confluent Niger-Sankarani et Kangaba à la recherche des ruines dont certains auteurs parlaient sur la foi de traditions locales86.

53Il réserve une petite place à la question de la capitale médiévale dans son Tableau géographique et émet à nouveau, à la suite de C. Monteil qu’il cite, des doutes sur Niani. Mais il reste curieux vis-à-vis du site de Niani-Sankarani, au point d’y encourager les fouilles [nous soulignons] :

Ch. Monteil conclut en disant que la question n’est pas résolue, les renseignements locaux indiquant tantôt Dieliba Koto, au confluent du Niger et du Tinkisso, et tantôt la localité du même nom sise en face de Kangaba, qu’un « supplément d’information n’est pas moins nécessaire pour Niani-sur-Sankarani » [R. Mauny cite Ch. Monteil] – le manque de stèle funéraires est significatif à son avis – et que la transcription même du nom de la capitale en Niani est sujette à caution : les manuscrits du Masalik d’al Omari (que M. Delafosse n’a pas connus) portent Biti, Bina, Banba ou Binbi et non Nyeni ou Niani. […]

  • 87  R. Mauny, 1961, p. 123-124.

En conclusion, il y a donc encore une question de Mali non résolue : on a de fortes chances d’être dans le vrai en estimant que Niani est la capitale qui fut fréquentée par les voyageurs et marchands étrangers, au xive siècle en particulier : les traditions recueillies sont assez concordantes. Mais nous répétons avec Ch. Monteil qu’un « supplément d’informations » est nécessaire. La région entre Niger et Sankarani, que tout désigne comme ayant porté la capitale du Mali, est à prospecter ; le site de Niani révélera seulement alors s’il peut être identifié avec la capitale de Mansa Moussa ou bien s’il faut chercher ailleurs cette dernière87.

54En dépit d’un premier travail de déconstruction sur le nom de Niani, attribué par convention depuis Delafosse aux traductions françaises des toponymes arabes donnés pour la capitale, Mauny invite les archéologues à se saisir enfin du dossier.

55Au final, il n’est pas étonnant que Niane, par sa connaissance des traditions orales, et Mauny, par son expérience de terrain, aient été les deux experts auxquels Filipowiak se référa lors de la conduite de ses trois campagnes archéologiques à Niani, tant ils étaient devenus, chacun à sa manière, incontournables.

Les campagnes archéologiques à Niani

  • 88  W. Filipowiak, 1966, 1968, 1969.

56Quand le livre de Władysław Filipowiak, Études archéologiques sur la capitale médiévale du Mali, paraît en 1979, c’est la première fois qu’un ouvrage est entièrement consacré à la cité malienne. Il fait la synthèse de trois campagnes de fouilles, menées en 1965, 1968 et 1973 sur le site voisin du village de Niani, situé près du Sankarani. Parallèlement, des comptes rendus, des publications de résultats et des synthèses critiques ont déjà paru88. Cette étude reprend donc tous les écrits sortis depuis 1965 et le début des fouilles, dans le but d’offrir au lecteur une vue d’ensemble sur les recherches.

57Ce projet archéologique a été largement soutenu par le gouvernement socialiste guinéen – car Niani, rappelons-le, se trouve non pas au Mali mais en Guinée –, en partenariat avec la Pologne, elle aussi socialiste, l’histoire de l’Afrique devant désormais s’écrire en coopération avec une Guinée et un Mali indépendants, soucieux de valoriser et de mettre en avant leur histoire.

  • 89  Un exemple pris au hasard : « Nous trouvons une description plus détaillée de la capitale du "Male (...)

58Des fouilles archéologiques exigent un certain nombre de moyens financiers, matériels et humains. Si les différentes campagnes ont pu être entreprises, c’est en partie parce que leurs acteurs étaient sûrs qu’ils s’apprêtaient à exhumer la capitale malienne du xive siècle. Comme nous l’avons souligné, ce sentiment est d’autant plus compréhensible qu’il s’appuyait sur une littérature favorable. Depuis la décolonisation, tous les ouvrages de synthèse sur l’histoire ouest-africaine ou plus simplement malienne ne remettaient pas en cause Niani en tant que capitale ou invitaient à des fouilles, comme nous l’avons vu. En outre, le choix de D.T. Niane pour l’accompagner en tant qu’expert de l’histoire soudanaise médiévale, lui-même défenseur emblématique de la région du vieux Manding comme berceau de la civilisation malienne et de Niani, venait renforcer ce sentiment. D’un côté, W. Filipowiak, étant novice sur les questions d’histoire africaine, devait assimiler rapidement une importante littérature, notamment coloniale, dont il reprit les pratiques, par exemple la superposition de la toponymie médiévale à la toponymie contemporaine89. D’un autre côté, il s’en remettait à Niane pour les questions d’histoire, donnant par la même occasion une grande place aux traditions orales.

  • 90  Pour une analyse plus complète sur la façon d’écrire l’histoire à l’époque coloniale dont le livre (...)

59Le titre de l’ouvrage de l’archéologue ne laisse aucun doute : la ville des mansa a été trouvée. La thèse défendue est clairement annoncée : la capitale a été identifiée, et l’archéologie est là pour le démontrer. Le livre est donc construit dans cette optique, il est censé sceller une question débattue depuis le xixe siècle. Il débute par une synthèse historiographique détaillée, reprenant l’ensemble des études réalisées depuis L.-G. Binger. Il s’intéresse à l’histoire de Niani dans une perspective globale, voire totale, dépassant de part et d’autre amplement la borne chronologique (xive-début xve siècle) de l’âge d’or médiéval. En outre, il puise dans la littérature scientifique tout ce qui serait susceptible de l’aider pour son approche archéologique, telles des études sociologiques ou anthropologiques, afin de connaître les pratiques alimentaires ou bien artisanales ; en somme, tout ce qui a potentiellement laissé des traces. Car à cette époque on pense les sources de l’histoire de l’Afrique ancienne comme complémentaires90, censées combler les vides et les silences entre elles. Ainsi les sources orales et écrites, et les traces archéologiques sont perçues comme participant d’un tout cohérent permettant d’appréhender les mêmes réalités de façon plus complète.

60Dans une longue introduction, il revient avec précision sur les trois campagnes de fouilles. La première, en 1965, correspond à un travail préliminaire qui a préparé les suivantes, prévues pour être des fouilles systématiques. La seconde, pendant l’année 1968, permet de mettre en lumière l’extension géographique du site. Les recherches se concentrent sur les spécificités urbaines décrites par Ibn Baṭṭūṭa (le cimetière musulman et le palais royal), censées être symptomatiques du site de la capitale. L’utilisation de la datation au carbone 14 montre une présence de l’habitat aux vie et xviie siècles. En revanche, les fouilles ne parviennent pas à identifier le site du palais royal, mentionné par les trois auteurs arabes du xive siècle, pas plus qu’un cimetière avec des stèles musulmanes, problèmes auxquels s’était déjà confronté Gaillard. Lors de l’expédition suivante, la priorité de Władyław Filipowiak est donc de privilégier une démarche quantitative, afin de récolter un maximum de matériaux à dater. C’est en 1973, lors de la dernière étape, qu’il pense avoir atteint tous ses objectifs, par la découverte des emplacements du cimetière et du palais royal mentionnés par les sources du xive siècle.

  • 91  Mise au point par Willard Frank Libby (1908-1980), prix Nobel de chimie en 1960, la première datat (...)

61Pour comprendre les raisons qui ont amené Filipowiak à conclure qu’il avait bien identifié la capitale médiévale du Mali, alors qu’il ne réussit jamais à retrouver la moindre preuve médiévale, il faut confronter les résultats du travail de Filipowiak à la correspondance scientifique qu’il entretient avec Raymond Mauny entre 1962 et 1981. Cette relation épistolaire restitue admirablement l’atmosphère de cette décennie de fouilles et permet de cerner la personnalité de l’archéologue polonais. Celle-ci montre l’ambivalence des sentiments de Filipowiak, partagé entre un désir scientifique de découverte, où il se réfère constamment aux spécialistes de la question, pour mettre en relation ses avancées avec des conseils, sinon pour y trouver une certaine légitimité, et une volonté de montrer qu’il cherche au bon endroit la capitale du royaume malien, au point de surinterpréter parfois ses résultats. Cette correspondance a fait l’objet d’une édition et d’une étude attentive de F.-X. Fauvelle-Aymar dans un article à paraître prochainement. Nous nous contenterons ici de prendre un exemple de ce travail pour illustrer une des erreurs qui ont pu amener W. Filipowiak à conclure qu’il s’agissait bien de la capitale du xive siècle. Dans une lettre du 25 mars 1969, R. Mauny lui communique le résultat des datations au carbone 14 tant attendues par les deux scientifiques91 :

Je reçois à l’instant même une lettre [...] me donnant le résultat des analyses au C-14 de vos deux échantillons 5 et 13, provenant de Niani (Guinée).

  • 92  R. Mauny à W. Filipowiak, lettre du 25 mars 1969, F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 343. C’est R. Mau (...)

Voici ces résultats : Votre n° 5 ; GSY-1291. 1400 ± 100 BP=550 ± 100 AD (stat. 1). Votre n° 13 ; GSY-1292. 1200 ± 100 BP=750 ± 100 AD (stat. 6D). [...] Je vous avoue que je suis très surpris, comme vous le serez vous-mêmes aussi, des dates fournies. Elles doivent plutôt se rapporter à un site antérieur à la capitale du Mali, à une occupation primitive du site qui n’a rien à voir avec la ville médiévale. [...] Je vous ai écrit le 5 novembre [...]. Je vous demandais des précisions sur la poterie émaillée que vous aviez découverte. [...] Cette poterie émaillée serait la preuve de l’âge médiéval de Niani et de ses contacts avec le Maghreb et résoudrait à mon avis la question de l’identification de Niani avec Malli, en attendant les dates au C-14 des couches médiévales, que nous aurons bien un jour ou l’autre92.

  • 93  W. Filipowiak à R. Mauny, lettre du 28 avril 1969, F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 344.
  • 94  Description rapportée par Ibn Ḫaldūn. Voir J. Cuoq, 1975, p. 347-348.

62Après deux campagnes (1965 et 1968), Filipowiak n’avait toujours pas retrouvé d’éléments tangibles, poterie émaillée et dénéraux en circulation à la période médiévale, ou bien datation au carbone 14, lui permettant d’affirmer qu’il fouillait la capitale des mansa. Pourtant W. Filipowiak se montre enthousiaste dans la réponse à cette lettre, car il a confondu les dates bp (before present) et ad (anno domini), lui autorisant une interprétation médiévale des résultats93 et l’incitant à faire d’emblée des rapprochements avec les textes arabes et notamment al-Idrīsī (xiie siècle). Par la suite, il se rend compte de son erreur et s’excuse de son emballement. La dernière campagne de fouilles de 1973, qui se concentre sur le quartier royal putatif, apparaît alors comme un dernier baroud d’honneur pendant lequel tous les efforts sont orientés vers la découverte du palais royal, avec ses murs en plâtre et ses arabesques décrits par Ibn Ḫaldūn94, mais il n’est pas identifié. Les échanges deviennent erratiques puis sporadiques, l’intérêt de Mauny étant passé. Dans la dernière lettre de la correspondance, datée du 23 mars 1981, Mauny revient sur les datations du quartier royal, et sa conclusion est sans ambiguïté :

  • 95  R. Mauny à W. Filipowiak, lettre du 23 mars 1981, F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 354.

Par contre, j’ai été déçu que les dates données pour Niani-Kaba (« quartier royal ») soient de 1570 ± 50 et 1650 ± 50 AD. Cela correspondrait non à la capitale des grands Mansa du xive, mais à la période finale, avant les destructions des Songaï et des Bambara aux xve-xviie. Or comme il est invraisemblable qu’une ville aussi importante que celle de quelque 20 km de long décrite par Al-Omari et Ibn Battuta au xive n’ait pas laissé de traces archéologiques, la capitale du xive doit se trouver hors du secteur que vous avez fouillé mais sans doute pas trop loin – mais peut-être à quelques km quand même... [...] Je ne puis donc que souhaiter que de nouvelles campagnes de fouilles aient lieu dans le secteur de Niani pour retrouver l’emplacement de la capitale de Mansa Moussa et Mansa Souleiman95.

  • 96  Un exemple, qui figure dans une revue polonaise faisant un compte rendu du livre de W. Filipowiak, (...)
  • 97  Y. Person, 1981.

63Pourquoi alors Filipowiak a-t-il conclu avoir trouvé la capitale du Mali en 1979 ? Il est difficile d’avancer des explications satisfaisantes ; moins qu’un manque de probité intellectuelle, il faut y voir une détermination sans faille qui ne laissait place à aucune invalidation des hypothèses après dix ans d’études sur la question. Les enjeux liés aux fouilles ne peuvent pas être éludés. La Guinée nouvellement indépendante, qui avait soutenu en grande partie l’entreprise, ne s’attendait sans doute pas à autre chose que de posséder sur ses terres la capitale d’un des empires médiévaux les plus prestigieux. Il est possible que W. Filipowiak se soit « approprié » les enjeux nationaux accompagnant cette aventure96, ne lui permettant pas d’émettre d’autres conclusions qui auraient permis de dessiner les contours d’une histoire plus moderne de ce site, conformément à la datation, portant sur la capitale du xviie siècle, période à laquelle se rapportent la plupart des traditions orales encore vivantes autour du Sankarani, comme l’a montré Y. Person97.

  • 98  M.-C. De Graeve, 1983, p. 1-2.

64Quoi qu’il en soit, il est incontestable que le gouvernement guinéen, désormais persuadé de détenir sur ses terres la capitale médiévale du Mali, a considéré Niani comme un joyau du patrimoine national. Un rapport de l’Unesco de 1983, qui détaille une mission à Niani qui s’est déroulée du 16 mai au 5 juin 1982, montre, d’une part, que pour le gouvernement guinéen, les conclusions des résultats des fouilles polono-guinéennes avaient été acceptées et que, d’autre part, il fallait se hâter de sauver un « monument » en péril, puisque la construction du barrage de Sélingué sur le Sankarani en 1980, côté malien, avait eu comme effet d’inonder complètement une partie du site, le reste étant exploitable lors de la saison des basses eaux, uniquement cinq mois par an98 :

  • 99  M.-C. De Graeve, 1983, p. iii.

À la demande du gouvernement de la République populaire révolutionnaire de Guinée, le directeur général de l’Unesco a organisé, dans le cadre du programme ordinaire de l’organisation pour 1981-1983, une mission entreprise par Mlle M.-C. De Graeve à qui ont été confiées les tâches suivantes :
– Apporter son concours au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et à l’Institut national de recherche et de documentation de Guinée afin d’identifier les lieux où les excavations archéologiques devraient être effectuées sans délai, puis à long terme à Niani, afin de récupérer des matériaux provenant du site de l’ancien empire du Mali.
– Apporter son concours aux autorités susmentionnées pour définir l’équipement scientifique nécessaire pour effectuer les excavations archéologiques à Niani, et déterminer les études scientifiques à réaliser dans ce domaine.
– Pendant la période couverte par le contrat, effectuer, à la demande des autorités susmentionnées, toutes autres tâches ayant rapport avec le site de Niani.
– Avoir des discussions avec les autorités susmentionnées et le Programme des Nations unies pour le développement à Conakry sur les possibilités de financement d’un projet, qui faciliterait les excavations archéologiques dont il est question ci-dessus, l’achat d’équipement scientifique, de véhicules, etc., et de formation de personnel99.

65Les conclusions du rapport, tout en soulignant que le site est un héritage collectif, affirment à nouveau que Niani était la capitale du Mali, laissant penser que le Mali médiéval n’a eu qu’une seule capitale. On peut sûrement y voir ici l’influence des écrits de W. Filipowiak que l’auteure a lus :

  • 100  M.-C. De Graeve, 1983, p. 4.

Les sources écrites, les données de la tradition orale et les fouilles archéologiques ont prouvé que Niani a connu une vie intense pendant mille quatre cents ans (du vie au xxe siècle). Ce patrimoine culturel constitue la tradition et la culture de la Guinée, du Mali, de la confédération de la Séné-Gambie et de la Guinée-Bissau, puisque Niani était la capitale de l’empire médiéval du Mali100.

66Pourtant, dans le monde académique, le moment de Niani est passé. Considérée longtemps comme la capitale majeure, elle n’est plus considérée, au terme des fouilles, que comme une capitale possible parmi d’autres.

L’après-fouilles : repenser le concept de capitale et les pratiques archéologiques

  • 101  C. Meillassoux, 1972.
  • 102  J. Hunwick, 1973.
  • 103  Il conviendrait aussi de signaler l’article de l’anthropologue marxiste Pierre-Philippe Rey qui s’ (...)

67Les fouilles n’ayant pas réussi à prouver que le site de Niani avait été actif au xive siècle, de nouvelles hypothèses n’ont pas tardé à être élaborées. Dès 1972, Claude Meillassoux procède à un réexamen critique de l’itinéraire d’Ibn Baṭṭūṭa101, un retour aux sources en somme. En 1973, John Hunwick102 lui répond par un autre article103 et propose lui aussi une nouvelle hypothèse pour l’emplacement de la capitale du xive siècle.

  • 104  Al-ʿUmarī (texte), S. al-Munajjid, 1963.
  • 105  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 1981, entrée « al-ʿUmarī ».
  • 106 Le yâ' (ي, le y) a en arabe un double statut, il est semi-consonne et semi-voyelle, on peut donc le (...)
  • 107  J. Hunwick, 1973, p. 198.

68Il remet également en cause le travail de M. Delafosse – sans le citer – sur la question du nom. En comparant plusieurs versions du manuscrit d’al-ʿUmarī, il se retrouve confronté à l’artificialité du choix de Niani à partir de la documentation arabe. La consultation des différentes traductions qui ont été faites de l’œuvre du géographe l’a conduit à un constat : le nom du siège du pouvoir malien a été retranscrit dans des formes diverses. Celle de Maurice Gaudefroy-Demombynes de 1927 donne : Binī, Binā ou Bitī, Bitā. Le seul manuscrit imprimé, édité par al-Munajjid, qui est à Beyrouth104, donne Y.nī, mais Hunwick préconise de se méfier de la façon dont le texte a été construit. De même, la traduction anglaise105 donne cette fois-ci pour Ibn Ḫaldūn : B.nī ou B.nā. Première constatation, ils ont en commun à l’initiale la lettre bā’ (ب, le b) et non la lettre nūn (ن, le n) ou encore le yā’ (ي, le y) qui seraient nécessaires au vocable Niani ou Nyani106. Le passage d’al-ʿUmarī a été recopié par un écrivain arabe, al-Qalqašandī, qui mourut moins de cinquante ans après lui et qui utilisa une des premières copies de son travail. Il donne B.n.bī, B.n.bā. Parmi les lectures possibles, on peut donc lire Banba ou Banaba. Et Hunwick de conclure : [...] it scarcely helps the argument in favour of the name of the capital being Nyani107.

69Si la date des articles est si proche de la parution de l’ouvrage de Filipowiak, cela s’explique par le fait que, comme nous l’avons déjà vu, les résultats de ses fouilles, achevées en 1973, sont déjà connus par la publication d’articles, par les échanges entre les spécialistes sur le sujet, et ont déjà eu le temps d’être discutés. Les conclusions de Filipowiak étaient prévues. C. Meillassoux et J. Hunwick n’ont donc pas eu à attendre la sortie de son livre en 1979 pour se prononcer et émettre de nouvelles propositions, ils en connaissaient sans doute déjà la substance.

70Les années 1970 constituent une rupture. Le paradigme de Niani s’effrite progressivement dans le monde académique d’une part, et, d’autre part, on peut observer une dichotomie de plus en forte entre les cercles académiques francophones et anglophones, ces derniers étant beaucoup moins sensibles à Niani dans la mesure où l’essentiel des publications sur la question avaient surtout été jusqu’ici écrites en français.

  • 108  Voir R. et S.K. McIntosh dont les publications s’étalent de 1981 à 2005 ; J. Devisse, 1983 ; S. Ni (...)
  • 109  D. Conrad, 1994, p. 367.
  • 110  T. Insoll, 2003, p. 320-322. Il est important de noter que les archéologues anglophones ne sont pa (...)

71Après Niani, l’archéologie s’est intéressée à d’autres régions de l’histoire médiévale du Soudan ; S.K et R. McIntosh108 à Djenné, J. Devisse à Tedgaoust, S. Nixon à Es-Sūq, ou encore K. MacDonald à la région de Ségou. Si J. Hunwick avait rejeté Niani, dès 1973, il l’avait surtout fait de façon indirecte au travers d’une réinterprétation du chemin emprunté par Ibn Baṭṭūṭa, mais n’avait pas parlé spécifiquement du travail de W. Filipowiak. L’historien états-unien D. Conrad, en 1994, en s’intéressant à l’une des premières capitales supposées du Mali, restait encore prudent face à ce qui se dessinait de plus en plus comme une évidence : Niani was apparently chosen on the basis of the writtings of Vidal, Gaillard and Delafosse and D.T. Niane, who accompanied the expeditions of 1965 and 1968109. Il n’est pas étonnant au final que la première condamnation sans appel des conclusions de Filipowiak soit venue du milieu de l’archéologie. T. Insoll, en reprenant les idées de Hunwick et Conrad, est le premier archéologue à écrire noir sur blanc, en 2003, que Niani « n’est pas la capitale du Mali110 » (au xive siècle).

  • 111  M. kaʿti, 1913, p. 66.

72De la même façon que les archéologues se sont éloignés de la région du Manding, les historiens se sont peu à peu détournés de la période xive-xve siècle pour se consacrer à la supposée première capitale du Mali (xiiie siècle) ou alors à son histoire tardive des xvie et xviie siècles. Les années 1970 marquent également un tournant dans l’utilisation des traditions orales, qui deviennent le principal matériel de travail pour l’histoire de la capitale primitive du Mali. Dès le début des études sur le Mali ancien, l’idée de deux capitales au moins, dont la première précéderait celle de l’âge d’or, est présente. On doit cette conception au Ta’rīḫ al-fattāš qui parle d’une capitale nommé Diêriba, qui aurait précédé celle de Yaniʿ111. Ainsi D. Conrad et K.L. Green se penchent respectivement sur les villages de Dakajalan et Kangaba.

  • 112  K.-L. Green, 1991, p. 127.

73En 1991, Kathryn L. Green publie une étude dans laquelle elle choisit de façon originale de se focaliser sur la place de Kangaba dans la question de la capitale. Elle explique son intérêt pour Kangaba par le fait que de nombreuses communautés de langue mandé font remonter l’origine de leurs ancêtres à cette localité112.

  • 113  M. Kaʿti, 1913, p. 66.

74M. Delafosse le premier pensait que Kangaba avait été la capitale du Mali, assez pour lui consacrer une place dans son Haut-Sénégal-Niger de 1912. Il réitéra cette idée dans ses annotations du Ta’rīḫ al-fattāš en établissant une synonymie entre Kangaba et Diêriba fondée sur son interprétation des traditions orales113.

75C’est au travers d’une minutieuse reconstitution de Kangaba que Green met en avant son raisonnement. Kaba est un site qui abrite un sanctuaire, kamablõ, qui est reconstruit tous les sept ans sous l’impulsion d’un prétendu descendant de Sunjata. Pendant cette cérémonie, la geste du Mali est racontée par les djeli de Keyla, gardiens de l’histoire malienne censés être les descendants des djeli des mansa. Green attire une première fois notre attention sur le fait que les traditions qui entrent en jeu ici ne se rattachent pas au temps de Sunjata mais seulement à celui de ses descendants. En découle un premier décalage entre l’historiographie, qui en fait un centre ancien, et les populations, qui en font un centre plus tardif.

76Elle focalise ensuite son étude sur la question de Kangaba dans l’historiographie. Si Delafosse, en marge de la traduction d’un manuscrit en 1913, fait toujours dans ses gloses de Kangaba la première capitale du royaume du Mali, Vidal la considère lui comme le lieu de refuge de la famille royale face aux conquêtes des Bambara. En 1929, C. Monteil convainc Delafosse ; Naréna est probablement la première capitale, mais ce dernier ne renonce pas à donner à Kangaba le statut qu’elle mérite, eu égard au prestige qui, à ses yeux, l’accompagne. Il y voit la banlieue de la véritable capitale. K.L. Green attribue ce phénomène (la volonté de Delafosse de ne pas abandonner ce site) à l’importance prise par Kangaba dans les populations à l’aube du xxe siècle et à son rôle dans la « cohésion » sociale. Niane éclaire définitivement la question quand il édite en 1960 une version de l’épopée de Sunjata qu’il a collectée au village de Djeliba Koro. Il nous apprend que les Keita sont arrivés plus tard (époque moderne) à Kangaba et que la ville a été fondée par les Traoré et les Sibi-Camara plutôt que par les Keita.

77Green désire donc identifier les causes de cette croyance couramment répandue qui fait de la ville une des premières résidences des Keita, la famille royale de l’époque médiévale. Son statut de sanctuaire et la cérémonie singulière qui s’y déroule en font ipso facto l’une des villes officielles du récit de l’histoire des Keita. L’histoire du sanctuaire de kamablõ apporte des explications :

  • 114  K.-L. Green, 1991, p. 129-130.

Traditions collected by Dieterlen state that the kamablõ in Kaba was built by Mansa Sama, a descendant of Sunjata. Niane has suggested that this Mansa Sama of the traditions refers to Mansa Suleyman of ancient Mali (r. 1336-58) who, after his return from Mecca in 1352, built the kamablõ as an Islamic sanctuary. The kamablõ then became a “pagan” sanctuary after the fall of the empire in 1670, suggests Niane. Yves Person has effectively shown that Niane’s treatment of the post-fourteenth-century period of Keita genealogy is defective. He suggests, convincingly and reinforcing Kaba traditions of the rather recent Keita residence there, that the Mansa Sama of the kamablõ founding in traditions is not the fourteenth-century Mansa Suleyman, suggested by Niane, but the locally recognized fourth successor and descendant of the seventeenth-century Mansa Kanda Keita114.

78Elle explique que les traditions de Kangaba d’aujourd’hui se rattachent à des ancêtres prestigieux soit parce que ces personnages sont arrivés tardivement, après le xviie siècle, soit parce que l’on a ajouté la mention « Mande Kaba » dans l’histoire des Keita après qu’ils étaient arrivés, pour légitimer et faire oublier une implantation moderne dans la ville et ainsi augmenter son prestige. Le constat est que la ville y a gagné en réputation, par la disparition des autres sanctuaires du même type dans les autres villes, et par le statut que lui conféraient les descendants de la famille royale.

79S’il paraît clair que les Keita sont arrivés à Kangaba bien après la période médiévale, les raisons qui amènent les traditions d’aujourd’hui à rattacher la ville à des personnages anciens sont plus obscures. K.L. Green y voit la faute de la colonisation. D’une part, les administrateurs (Delafosse, Vidal) avaient un réel intérêt pour les récits des djeli et pour les cérémonies, ce dont les élites colonisées étaient conscientes. D’autre part, les officiers français rencontrèrent de grandes difficultés à établir un canton et à mettre en place un chef de canton autour de Kangaba, en d’autres termes à établir un cadre qui aurait été autre que celui des traditionnels kafu. Green cite Terence Ranger qui explique que la période des années 1920 et 1930 fut un moment de grande invention de traditions de la part des populations, qui augmentaient le prestige de certaines histoires en réaction à la colonisation et ses nouvelles structures.

80D. Conrad, dans un article publié en 1994, s’est lui aussi intéressé à cette première capitale putative. Selon les hypothèses avancées, la ville de Dakajalan aurait été la première capitale du royaume, celle de Sunjata, tandis que Niani, si elle fut un jour le centre du pouvoir, n’a pu l’être qu’à partir du xvie siècle. Dans une note de bas de page, il précise l’identité des personnes dont il a reçu des conseils ; J. Hunwick, N. Levtzion, et S.K. et R. McIntosh, soit tous les spécialistes de l’histoire de cet espace ou de ce royaume à ce moment-là. Tout au long de l’article, il fait état de réflexions nées d’une communication personnelle avec Levtzion, dont il va se démarquer. Il est donc intéressant de voir ce que ce dernier pense de la capitale médiévale du Mali :

  • 115  N. Levtzion, 1973, p. 61-62 (réédité sans réécriture pour cette question en 1980).

The Keita of Mali had successive capitals, of which Niani flourished during great imperial period of Sunjata and his successors. […] What may be inferred from the traditions is that the Keita had various capitals at different periods in their long history, but it is very likely that during the imperial period, from the twelfth to the sixteenth century, Mali had one capital only115.

81Conrad fait partie des détracteurs de l’hypothèse Niani, il est partisan de l’existence d’une pluralité de capitales et toute une partie de son article s’attache à essayer de solder l’héritage colonial. Pour montrer ces localisations multiples entre les xiiie et xvie siècles, et établir que Dakajalan fut la première, il compte utiliser non pas la vision arabe ou européenne de la capitale mais celle obéissant aux représentations locales des populations, en croisant au maximum les informations provenant des sources arabes, de l’archéologie et des traditions.

82Il croit fermement en un recentrement de la résidence royale après l’extension du royaume à la fin du xiiie siècle. Pour étayer cette opinion, il se repose sur une tradition des Diabaté de Keyla datant de 1922, faisant référence à une succession de capitales qui, combinée à l’archéologie, montre, au moins pour la période pré-« impériale » du Mali, que les souverains soudanais s’étaient dotés de plusieurs lieux de pouvoir. Il semble donc logique, selon lui, que la pratique ait perduré. Les tumulus funéraires retrouvés près de Djenné (ca. 900-1200) ne contenaient pas l’or ou les richesses symboles des élites soudanaises, ce qui semble traduire le fait que ces dernières n’étaient pas établies de façon permanente dans la ville où elles ont été enterrées. Finalement, pour la période du haut Moyen Âge de l’Afrique subsaharienne, les archéologues (R. et S.K. McIntosh, T. Togola) ont produit la théorie des « capitales périphériques », ce qui rend vaine la recherche d’un lieu réifiant dans l’espace une centralisation politique.

83La période suivante, appelée The Western Sudan’s imperial periods par D. Conrad, marquée par la concentration du pouvoir au sein de quelques lignages, a pu conduire les chefs de familles dirigeantes à s’implanter simultanément dans différentes villes pour asseoir leur autorité. L’obsession des Arabes et des Européens à plaquer leur idée de capitale, bureaucratique et cœur du pouvoir, sur les sociétés soudanaises ne leur a pas permis, selon lui, d’envisager que la notion de pouvoir pouvait exister en dehors d’un lieu et être rattachée à une personne ou à un clan.

  • 116  Par les reconstructions généalogiques par exemple, avec la filiation à Bilali, premier muezzin de (...)
  • 117  L'existence de Mansa Wali est attestée par le pèlerinage à La Mecque qu'il entreprit sous le règne (...)

84Les sources des voyageurs arabes, qui parlent d’une grande capitale, doivent donc nous pousser à nous interroger sur les raisons qui auraient conduit à l’abandon d’une pratique rurale du pouvoir en différents endroits au profit d’une certaine centralisation. Conrad y voit l’influence grandissante de l’islam. L’image de la figure de Sunjata, bien que fortement liée à l’histoire de l’islam par des reconstructions116, restant très empreinte d’éléments traditionnels de la société mandingue, ce serait donc à son successeur immédiat, Mansa Wali, que le royaume du Mali devrait l’installation des mansa dans une seule capitale, puisque celui-ci avait manifestement décidé de donner plus de place à l’islam dans l’exercice de son pouvoir117. Le but aurait été aussi d’avoir la mainmise sur les réseaux commerciaux et d’en ouvrir de nouveaux.

85Que reste-t-il alors du concept de « capitale périphérique » ? Pour Conrad, une telle pratique historique ne disparaît pas comme ça, et il n’est pas évident que les voyageurs arabes aient tous décrit la même capitale. La notion même de capitale est remise en cause, et Conrad lui substitue le terme endogène de mansadugu, littéralement la ville du roi. En accord avec la description d’Ibn Ḫaldūn, qui décrit une ville comme un terminus caravanier pour le Maghreb, l’Ifriqiya et l’Égypte, la rive gauche du Niger lui semble plus appropriée. Vidal, qui avait pu avoir accès à certaines traditions des Diabaté de Keyla, s’était vu confier que Dieriba (ou Dieribakoro, le même village que celui dans lequel Niane a recueilli sa version de l’épopée de Sunjata Keita), près du cours du Milo, avait été la première capitale du Mali sur la rive gauche du Niger. Le Ta’rīḫ al-fattāš fait mention de cette ville, ce qui renforce son statut de possible mansadugu. En somme, écouter les traditions dans leur globalité permet l’accès aux représentations locales du pouvoir. Il importe donc, si un jour un centre royal semblable aux descriptions est découvert sur la rive gauche du Niger, de ne pas éliminer les mansadugu qui furent également d’autres centres stratégiques de pouvoir, notamment par leurs fonctions religieuses.

  • 118  Conrad ne précise pas lesquels ni d'où ils sont originaires.

86D. Conrad est convaincu de la capacité des traditions à ouvrir de nouvelles perspectives, aussi propose-t-il une méthode novatrice, ne plus partir des sources écrites pour lancer des campagnes archéologiques mais essayer au contraire de trouver les réponses dans les traditions. Il regrette que seule Niani, parmi toutes les localisations potentielles que propose la région du Vieux Manding, ait été fouillée. La méthode de W. Filipowiak fut trop orientée vers des résultats, qui, à ses yeux, ne pouvaient être autres que ceux espérés. A fortiori, en poussant plus loin les investigations, Filipowiak aurait trouvé d’autres traditions qui vont dans un sens nouveau ; plusieurs djeli118 décrivent Niani comme la résidence du chef du clan des Konaté. Un Libérien originaire du Mandé indique que ce fut un des premiers centres urbains du Mandé fondé par les Kamara. J. Vidal avait en sa possession une tradition qui faisait de Niani la capitale prospère de Mansa Mamourou (ou Mamadu), qui a régné dans la seconde partie du xvie siècle. Nous sommes donc assez éloignés de la version de l’épopée de Sunjata de D.T. Niane, où le souverain avait fondé Niani peu après sa victoire sur les Soso. En définitive, les traditions qui font état d’un rayonnement de Niani sous Mansa Mamourou, la rapprochant d’un statut de capitale, sont les plus plausibles puisqu’elles trouvent un écho jusque dans les datations au carbone 14 qui témoignent d’une activité artisanale et commerciale assez dense à cette période.

  • 119  L'hypothèse de D. Conrad reprend une vieille idée de Charles Monteil (C. Monteil, 1929) mais aussi (...)

87La version de Sunjata de Niane n’est pas pour Conrad une version canonique, loin de là. Son principal but, à travers cet article, est de produire une hypothèse viable, en passant par les traditions orales, concernant la capitale de Sunjata Keita. Au regard des sources orales, c’est la ville de Dakajalan119 qui bénéficie du plus grand nombre de références.

  • 120  A. Ba Konaré, 1983.

88Une version de l’épopée de Sunjata, compilation de plusieurs traditions existantes, établie par Adame Ba Konaré et publiée en 1983, débute par une référence au Dakajalan de la région de Kri à l’extrême fin du xiie siècle120. Pour D. Conrad, la référence à la région de Kri est significative, elle est connue pour être le berceau des mythes d’origine malienne et plusieurs traditions y font référence. Parmi celles-ci, celle que Monteil collecta auprès de traditionnistes des villes de Médine, Kita, Bamako et Djenné, qui font de la région de Kiri (Kri) et de Do le cœur des premières manifestations d’un pouvoir politique dans la ville de « Dakadiali ». Un autre traditionniste, à Nioro, récite l’une des variantes majeures de la geste du Mali en plaçant la résidence de Sunjata à « Dahadiala », quartier général pour la préparation de la guerre contre les Soso. Tout en montrant que toutes les versions de l’ascension de Sunjata qu’il a en sa possession font de Dakajalan le centre des opérations militaires pendant la guerre contre les Soso, il étend le rôle martial et administratif de la ville à la période suivante, lors de l’unification et des conquêtes. Il remet aussi en cause dans la version de D.T. Niane le fait que, à la victoire lors de la bataille de Kirina, une assemblée se soit réunie à Kangaba pour désigner Sunjata comme roi du royaume naissant. En effet, une fois encore, Dakajalan concentre les faveurs de la majorité des traditions orales.

89Reste à traiter l’épineux problème de la localisation de Dakajalan. Pour Conrad, les obstacles à sa localisation sont nombreux ; elle est restée dans l’ombre de l’histoire pendant que Niani était portée à la lumière, aucune ville ne s’est développée près de ses ruines, elle n’est pas devenue, à l’inverse de Kangaba, un lieu public de spectacles et, finalement, son emplacement a été perdu par tous les types de sources. Nous en revenons ici à un problème déjà évoqué, celui du secret qui entoure certains sites anciens considérés dorénavant comme sacrés. Youssouf Tata Cissé et Niane se sont heurtés au refus, ou à une ignorance maquillée en refus, des traditionnistes qui invoquent une raison religieuse au fait que ces sites ne doivent jamais être trouvés, ce qui équivaudrait à une profanation. Selon D. Conrad, cette méfiance remonterait aux djihads d’al-Hajj ʿUmar et de Samory Touré du premier xixe siècle, qui mirent à mal les sites relevant des religions dites « traditionnelles », à la présence française ainsi qu’aux chercheurs africains et non africains trop curieux à leur goût.

  • 121  J. Jansen, 2000, p. 141.

90La question de la première capitale du Mali, celle de Sunjata Keita ou de ses prédécesseurs, entraîne donc une nouvelle utilisation des traditions orales. Après la période des années 1910 et 1920, où elles étaient souvent laissées de côté, et celle des années 1960 où elles furent considérées comme les seules sources possibles d’une histoire authentiquement africaine, l’usage a de nouveau changé. Il faut désormais les prendre dans leur ensemble, les comparer et les recouper. Si K.L. Green les utilise clairement pour déconstruire une histoire ancienne à laquelle elles se réfèrent, D. Conrad ne rompt pas entièrement avec l’idée qu’elles peuvent encore éclairer les mystères non résolus de l’histoire médiévale du Mali. À partir de la fin des années 1990, le questionnement porté sur les traditions orales se déplace encore. L’important travail de J. Jansen sur l’épopée de Sunjata Keita, fruit d’un long raisonnement, a révélé la profonde dimension anthropologique des traditions, éclairant les mécanismes sociologiques et montrant ainsi qu’elles viennent légitimer et relégitimer – à travers les cérémonies qui les entourent – l’organisation de la société mandingue. Maintes fois réinventées, il est difficile d’opérer sur elles une analyse historique régressive qui remonterait plus haut que l’époque moderne. Voici l’analyse que fait, in fine, Jansen, après de nombreuses publications à propos de l’épopée de Sunjata Keita : Thus, the Sunjata epic has to be studied as a representative in a way of life, as a “total social fact” in Mauss’ words and not as a text121.

  • 122  À ce sujet, voir Y. Person, 1981 ; M. Ly, 1981.

91D’un autre côté, c’est la période tardive du Mali qui suscite une curiosité nouvelle, celle qui est justement à même de donner une place légitime à Niani. On situe traditionnellement son début à partir du milieu du xve siècle, après lequel surviennent deux événements majeurs : les premiers contacts avec les navigateurs portugais sur la côte atlantique, d’une part, et la perte du front sahélien au profit des Touaregs puis des Songhay, d’autre part122.

92D’une manière plus générale, ça n’est pas seulement le statut de Niani qui est contesté à partir des années 1970, mais aussi le concept même de « capitale ». Nous avons vu que certains historiens ont réfléchi autour de la question d’une capitale primitive du Mali (Conrad, Green) à partir de traditions orales et que d’autres sources, comme le Ta’rīḫ al-fattāš, parlent aussi de deux capitales qui se seraient succédé.

93En plaidant en faveur de l’existence de plusieurs capitales à un double niveau, synchronique et diachronique, Conrad élargit un peu plus la question, s’opposant à une idée déjà présente chez les historiens coloniaux et renforcée par la tradition orale recueillie par Niane, concernant l’épopée de Sunjata Keita qui donnait Niani comme ville de résidence des mansa. L’idée d’une seule et même ville qui se serait développée avec le temps s’est imposée, tant le savant guinéen faisait autorité sur la question, et cela en dépit des contradictions offertes par les différents types de sources. Ce rejet du modèle centralisé que l’on a voulu trop souvent appliquer au Mali collerait davantage aux représentations locales de l’espace. En somme, là où séjournait le mansa, se serait trouvée pour un temps la capitale. Cette idée fait écho à un texte-testament de Jean Bazin qui fait état de ses dernières réflexions sur l’organisation spatiale des villes soudanaises anciennes :

  • 123  J. Bazin, 2004, p. 51.

Cela donne, dans ce qui nous intéresse ici, lorsqu’on accumule des hommes, cela donne quelque chose comme une ville, peut-être, mais une ville d’un certain type. Les capitales, les anciennes capitales de l’Afrique de l’Ouest – et c’est le cas de Ségou aussi – sont des sortes de « zones capitales », c’est-à-dire qu’en réalité – les auteurs arabes décrivent cela très bien pour la capitale de l’ancien Mali, mais Ségou c’est le cas aussi et là les choses sont plus près –, c’est en fait, à l’échelle de ce que les Français appelleront un « canton », c’est une sorte d’aire assez vaste, qui peut faire vingt ou trente kilomètres ou quarante kilomètres de diamètre, et à l’intérieur de cela, il y a un lieu qui est le palais royal qui, éventuellement, se déplace dans cette zone, et puis ces hommes que l’on accumule qui s’installent tout autour. Et ils s’installent sous la forme de villages dispersés, mais qui sont à l’intérieur de cette même zone. Alors c’est bien une sorte d’établissement urbain, parce qu’il y a une grande densité de peuplement. […] Un État c’est une zone centrale où s’accumulent […] où arrivent les hommes drainés par le roi et ses gens. Et puis vous avez une périphérie qui est composée de paysans, de tributaires, de chefs vassaux, etc. Tandis que dans le cas des communes marchandes qui couvrent toute l’Afrique de l’Ouest, c’est le modèle de réseau qui l’emporte123.

94Cette conception horizontale d’un espace urbain centré autour d’un complexe royal qui se déplacerait, entraînant avec lui de facto une itinérance de la capitale, serait intéressante à étudier dans le cas précis du Mali, en étant mis en relief avec le concept de mansadugu, mis en avant par D. Conrad.

95Les toutes dernières découvertes de l’archéologie au Mali vont dans ce sens. K. MacDonald a récemment mis au jour, avec son équipe, le premier site urbain médiéval dans l’orbite du pays du Manding. Dans un article collectif, il dresse un bilan préliminaire des résultats des fouilles conduites sur le site de Sorotomo, près de la ville de Ségou, dont les datations donnent une borne chronologique qui s’étend de 1210 à 1450. Le site présente les caractéristiques d’une ville royale, avec un centre qui paraît avoir été fortifié. Son interprétation est assez proche de celle de Bazin :

  • 124  K. MacDonald et al., 2011, p. 62.

Nevertheless, as has been tellingly pointed out by Conrad, the entire notion of “capital” is a misleading Arabic and European formulation, having little resonance with local understandings of power and its organisation. Instead, oral traditions describe the notion of “king’s towns”, centres of power linked to royal courts, which could change over time124.

96Cette découverte est porteuse d’espoir à bien des égards. C’est la première fois qu’un site médiéval est mis en valeur aux portes de la région du Vieux Manding. Cela montre que, si Niani-Sankarani n’a pas tenu toutes ses promesses, cette région recèle sans doute encore beaucoup de secrets en attente d’être dévoilés. La découverte d’autres ruines médiévales présentant les mêmes caractéristiques, associée à celle de ruines plus modernes, à l’instar de Niani, pourrait ainsi nous éclairer davantage sur le repli rapide du Mali sur sa région d’origine, face aux armées songhay – d’autant plus que le site paraît avoir été abandonné en catastrophe –, et sur sa restructuration autour d’un nouveau réseau urbain.

97En outre, la question même d’une seule capitale centralisée, si dépendante de la notion d’empire, paraît moins plausible aujourd’hui puisque Sorotomo présente les spécificités d’une résidence royale dont l’organisation obéirait à une logique davantage horizontale, qui semble prévaloir en ce qui concerne ce type de structure urbaine, que verticale. Aujourd’hui donc, il reste encore beaucoup à faire pour résoudre cette question de la capitale, ou plutôt des capitales, qui a plus que jamais besoin de l’archéologie, seule à même de mettre en lumière l’espace médiéval malien.

98Ainsi la méthode consistant à faire l’inventaire des traditions orales attachées à un site archéologique contient un potentiel heuristique indéniable. Si l’analyse archéologique, permettant une datation médiévale, moderne ou contemporaine des sites, est confrontée aux traditions, il sera possible d’approfondir nos connaissances sur les processus de construction mémorielle qui entourent les ruines dans la région sahélo-soudanaise, de saisir, après recoupement des différentes sources disponibles, ce qui reste de l’histoire ancienne et surtout de comprendre les conditions de la réinvention de l’histoire d’un site, dont l’origine a été oubliée, par les mémoires locales, à partir d’événements qui leur sont contemporains.

Représentation des différentes hypothèses pour l'emplacement de la capitale du Mali

Représentation des différentes hypothèses pour l'emplacement de la capitale du Mali

Hadrien Collet

Niani aujourd’hui : entre permanence et abandon

  • 125  R. Jr. Hunt Davis (dir.), 2005, p. 108. Si Niani n’est pas présentée comme la capitale dans la not (...)
  • 126  E. Cline (dir.), 2007, p. 62-64.
  • 127  D.W. Phillipson, 1985.
  • 128  D. Conrad, 2010 (1re éd. 2005), p. 57.

99Depuis les années 1970, entre déconstruction des hypothèses coloniales et nouveaux questionnements, les réflexions autour de la capitale se sont donc élargies. Pourtant, la fin de la doxa autour de Niani n’entraîne pas pour autant sa disparition des publications. Si elle n’est plus citée qu’incidemment par les écrits académiques, elle persiste dans les ouvrages de vulgarisation, au gré de la place que veulent bien lui donner les publications grand public ou les ouvrages synoptiques de l’histoire de l’Afrique ancienne qui fleurissent dans la deuxième partie du xxe siècle et jusqu’à aujourd’hui. C’est ici que la dichotomie entre les publications anglophones et francophones est la plus marquée. Du côté anglophone, si Niani est mentionnée, elle est désormais séparée de son épithète « capitale ». Dans deux encyclopédies monumentales sur l’histoire de l’Afrique parues dans les années 2000, Niani soit est devenue simplement « plus grande place » du commerce dans le Mali médiéval125, soit n’est plus du tout mentionnée126. D.W. Phillipson, dans son African Archaeology127, et D. Conrad, dans son Empire of Medieval West Africa128, destiné à un public profane, l’excluent pour les premières fois d’une carte générale représentant le Mali. À cela s’ajoutent les autres travaux que nous avons déjà mentionnés, en particulier ceux de P. Masonen.

  • 129  Voir par exemple son Recherches sur l’empire du Mali au Moyen Âge, 1962 (réédité en 1975).
  • 130  P. Boilley, J.-P. Chrétien, 2010, p. 24.
  • 131  Voir l’éditorial de B. Hirsch pour la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, 201 (...)

100Côté francophone, Niani connaît une postérité plus heureuse. Niane, dont les livres ont été plusieurs fois réédités, continue de promouvoir Niani comme capitale129. C’est également lui qui rédige la notice sur l’histoire du Mali en 1985 dans le volume quatre de l’Histoire générale de l’Afrique commandée par l’Unesco, dans lequel il parle de Niani comme capitale. Dans toute son œuvre, il n’a jamais dévié de son idée première, et son travail de vulgarisation de l’histoire du Mali continue de jouer pour beaucoup dans le succès de Niani en dehors des cercles académiques. L’important livre né de l’exposition éponyme qui s’est tenue du 12 octobre 1993 au 10 janvier 1994 au Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie, Les vallées du Niger, fait également de même. Plus récemment, l’Histoire de l’Afrique ancienne de P. Boilley et J.-P. Chrétien y reste fidèle130. Enfin, en France, l’histoire de l’Afrique ancienne est au programme d’histoire des classes de cinquième depuis la rentrée 2010 et, dans les manuels, Niani est toujours la capitale de l’âge d’or du Mali (xive-début xve siècle). Cet état de fait montre que Niani jouit encore des faveurs d’une historiographie – vieillissante aujourd’hui tant la manière de faire de l’histoire médiévale en Afrique évolue rapidement131 – qui a longtemps été laissée sans réexamen et qui, souvent, a ses racines profondément enfouies dans l’histoire écrite en situation coloniale. Comment expliquer que Niani se retrouve à occuper une place solide dans la narration factuelle des manuels d’histoire alors que, même si rien n’est certain, l’historiographie la plus récente qui lui est consacrée invite plutôt aujourd’hui à la laisser de côté faute de preuves nécessaires pour en faire la capitale du xive siècle ? R. Mauny, par exemple, en faisant le compte rendu de l’ouvrage de Filipowiak, pour le Journal des africanistes, en 1980, est sans équivoque :

  • 132  R. Mauny, 1980, p. 265-266.

Que faut-il en penser ? Notons de graves lacunes : aucune date du xive siècle n’a encore été relevée au C-14 à Niani et pas un seul fragment de poterie maghrébine émaillée – si abondante à Kumbi Saleh et Tegdaoust – n’a été recueilli, alors qu’y prospérait la cour royale du roi le plus riche de l’univers à l’époque et qu’y vivait une importante colonie arabe.
Donc si nous sommes portés à identifier Niani avec la capitale du Mali, ne serait-ce que par une tradition orale constante, l’archéologie, dans l’état actuel des recherches, permet seulement d’estimer le fait exact pour la petite capitale tardive, postérieure à l’apogée du xive, pillée par les Songaï en 1545 puis détruite par les Bambara vers 1630-1645. Mais le problème reste entier pour le siège du pouvoir du xiiie (Sundiata) au début du xvie, en particulier celui des grands Mansa du xive132.

101L’entrée de l’Afrique médiévale, du Mali en particulier, dans les programmes français d’histoire recouvre une réalité politique et sociale propre à la France. En effet, sans que nous connaissions les discussions sous-jacentes ayant entraîné la réforme des programmes d’histoire, il paraît évident que le Mali, par la fascination qu’il a exercée sur tous ceux qui l’ont étudié depuis la fin du xixe siècle (notamment à cause de sa richesse en or), a joué un rôle moteur dans la reconnaissance par la France de l’histoire de l’Afrique avant la colonisation. Dès lors, était-il concevable d’admettre que l’on ignorait l’emplacement de la capitale – un vide insupportable sur les cartes pour beaucoup – d’un des royaumes les plus emblématiques d’une histoire aspirant à gagner en visibilité, alors qu’au même moment elle accédait à la reconnaissance et allait être apprise par des milliers d’élèves de collège ? Tombouctou et Gao ont participé de la renommée du Mali, néanmoins, pour une entité politique qualifiée partout d’« empire » prestigieux, il fallait une capitale centralisée.

  • 133  Voir l’éditorial de B. Hirsch pour la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, 201 (...)
  • 134  Le compte rendu de R. Mauny était pourtant catégorique mais, quand il l’écrit, il est déjà retrait (...)

102D’autre part, la pérennité de Niani est peut-être aussi liée à la quasi-désertification de la recherche académique sur le Mali médiéval en France133, à partir des années 1970 : en dehors de quelques universitaires anglophones moins imprégnés par la littérature coloniale francophone, la vieille historiographie de Niani a réussi en France à conserver une certaine vigueur134.

103Aujourd’hui, la recherche continue. Qu’elle postule l’existence d’une capitale précoce, centrale ou tardive, d’une seule capitale sur la longue durée, de deux ou bien d’une multitude au même moment ou à travers le temps, la question relative à la capitale du Mali rassemble un flot d’hypothèses dont il est parfois bien difficile de distinguer les différents courants.

104La place prise par les publications anglophones depuis les années 1970, succédant à l’hégémonie francophone de la période coloniale, pouvait faire penser que Niani était définitivement écartée. C’était sans compter sur la résilience de l’historiographie française qui a su redonner récemment au site un second souffle. Pourtant, il serait assez raisonnable, en l’absence de preuves définitivement convaincantes, d’adopter la plus grande précaution et de conserver une certaine prudence vis-à-vis de Niani, qui est loin de constituer la capitale incontestable du Mali au xive siècle.

105La question de la capitale n’étant pas résolue, elle ne pourra connaître d’avancée significative qu’avec un travail de terrain, malheureusement impossible aujourd’hui. Il faut continuer à être patient. Cependant l’archéologie, avec sa technologie et ses techniques sans cesse en évolution, ne peut plus continuer à chercher des sites reflétant idéalement les descriptions des textes arabes. Jusqu’ici, ceux-ci se sont avérés être des auxiliaires précieux autant que des handicaps pour les archéologues. Pris au premier degré, ils conduisent à trop se focaliser sur les marqueurs forts (mosquée, cimetière, palais) et éclipsent le reste. À la lumière des dernières fouilles réalisées en Afrique subsaharienne, il est désormais évident que les villes du Nord-Sahel sont fortement influencées par l’urbanisme du Maghreb. Une fois que l'on est véritablement entré dans le Sahel, l’architecture est davantage soudanaise. Il s’agit d’un autre monde urbain que l’on connaît encore très peu. Après tout, il est probable que la description sommaire de la capitale du Mali faite par Ibn Baṭṭūṭa, qui avait plutôt tendance à décrire longuement les villes – surtout arabes – qu’il a visitées pendant son voyage, vienne du fait qu’il avait affaire à une structure urbaine originale qu’il ne comprenait pas complètement ou qui n’avait pas de valeur à ses yeux, le conduisant à se contenter de décrire les éléments qui lui étaient familiers. Il conviendrait donc d’éviter d’avoir comme objectif une confirmation systématique des textes arabes, si l’on entreprend des fouilles dans la zone sahélienne ou sahélo-soudanaise. Il reste encore à définir les outils et les concepts qui permettraient de repenser complètement cet espace afin d’avoir une meilleure compréhension des autres ruines médiévales – leur place dans l’espace malien et leur fonctionnement interne – qui sont encore à découvrir.

Haut de page

Bibliographie

Amselle, J.-L., Sibeud, E. (dir.), 1998, Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris, Maisonneuve et Larose.

Arias, S., Chaudron, E. (dir.), 2010, Histoire-Géographie, 5e programme 2010, Paris, Belin.

Atmore, O., 2003 (1re éd. 1981), Africa Since 1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Austen, R. (dir.), 1999, In Search of Sunjata. The Mande Oral Epic as History. Literature and Performance, Indiana, Indiana University Press.

Ba Konaré, A., 1983, Sunjata : le fondateur de l’empire du Mali, Abidjan, Nouvelles Éditions africaines.

Bazin, J., 2004, « L’État avec ou sans cité », Journal des africanistes, n° 74, p. 49-56.

Bernus, E., 2003, Les États de Kong, Paris, Karthala.

Binger, L.-G., 1892, Du Niger au golfe de Guinée, Paris, Hachette.

Boilley, P., Chrétien, J.-P., 2010, Histoire de l’Afrique ancienne, Paris, La Documentation française.

Brizuela-Garcia, E., 2001, « Literacy and the decolonization of Africa’s intellectual history », History in Africa, n° 38, p. 35-46.

Brizuela-Garcia, E., 2006, « The history of africanization and africanization of history », History in Africa, n° 33, p. 85-100.

Cline, E. (dir.), 2007, The Ancient World, Civilizations of Africa, vol. 1, Armonk, Sharpe Reference.

Conrad, D., 1994, « A town called Dakajalan: The Sunjata tradition and the question of ancient Mali’s capital », Journal of African History, vol. 35, n° 3, p. 355-377.

Conrad, D., 2010 (1re éd. 2005), Empires of Medieval West Africa, New York, Chelsea House Publishers.

Cooley, W.D., 1966 (1re éd. 1841), The Negroland of the Arabs, Londres, Frank Casse and Co.

Cooper, B., 2005, « Oral sources and the challenge of African history », in J.E. Phillips (dir.), Writing African History, Rochester, University of Rochester Press, p. 169-190.

Cornevin, M., 1998, Secrets du continent noir révélés par l’archéologie, Paris, Maisonneuve et Larose.

Cornevin, R., 1962, Histoire de l’Afrique, vol. 1, Paris, Payot.

Cuoq, J., 1975, Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle, Paris, Centre national de la recherche scientifique.

De Graeve, M.-C., 1983, « La prospection, la préservation et les fouilles archéologiques du site historique de Niani », Rapport de l’Unesco, Paris.

Delafosse, M., 1912, Haut-Sénégal-Niger (Soudan français), vol. 2, Paris, Larousse.

Delafosse, M., 1924, « Le Ghana et le Mali et l’emplacement de leurs capitales », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, n° 7, p. 479-542.

Devisse, J. (dir.), 1983, Tegdaoust III. Recherches sur Aoudaghost, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations.

Devisse, J. (dir.), 1993-1994, Vallées du Niger, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Dulucq, S., 2009, Écrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale (xixe-xxe siècles), Paris, Karthala.

Fauvelle-Aymar, F.-X., 2013, « La correspondance entre Raymond Mauny et Wladislaw Filipowiak au sujet de la fouille de Niani (Guinée), capitale supposée de l’empire médiéval du Mali », in F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch (dir.), Les ruses de l’historien. Essais d’Afrique et d’ailleurs en hommage à Jean Boulègue, Paris, Karthala, p. 331-355.

Fauvelle-Aymar, F.-X., Hirsch, B., 2003, « Voyage aux frontières du monde. Topologie, narration et jeux de miroirs dans la Rihla de Ibn Battûta », Afrique & Histoire, n° 1, p. 75-122.

Filipowiak, W., 1966, « L’expédition archéologique polono-guinéenne à Niani (Guinée) », Africana Bulletin, n° 4, p. 116-127.

Filipowiak, W., 1968, « Contribution aux recherches sur la capitale du royaume du Mali à l’époque du haut Moyen Âge (Afrique occidentale) », Archaeologia Polona, n° 10, p. 217-232.

Filipowiak, W., 1969, « L’expédition archéologique polono-guinéenne à Niani en 1968 », Africana Bulletin, n° 11, p. 107-117.

Filipowiak, W., 1979, Études archéologiques sur la capitale médiévale du Mali, Varsovie, Muzeum Narodowe.

Filipowiak, W., 1981, « Le complexe du palais royal du Mali », in Société française d’histoire d’outre-mer, Le sol, la parole et l’écrit. Mélanges offerts à Raymond Mauny, vol. 1, Paris, L’Harmattan, p. 71-87.

Gaillard, M., 1923, « Niani ancienne capitale de l’Empire mandingue », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, n° 8, p. 620-636.

GӦrӦg, V., 1981, Littérature orale d’Afrique noire, bibliographie analytique, Paris, Maisonneuve et Larose.

Green, K.L., 1991, « "Mande Kaba", the Capital of Mali: A recent invention? », History in Africa, n° 18, p. 127-135.

Hervé, H., avril 1959, « Niani, ex-capitale de l'Empire manding », Notes africaines, n° 82, p. 50-55.

Hirsch, B., 2010, « Pour une nouvelle histoire des mondes africains avant le xixe siècle ? », Afriques, débats, méthodes et terrains d’histoire, [En ligne], Éditorial, URL : http://afriques.revues.org/550.

Hirsch, B., 2005, « Paulo Fernando de Moraes Farias. Un historien entre trois mondes », entretien avec Paulo Fernando de Moraes Farias, Afrique & Histoire, 4, p. 177-187.

Hunt Davis Jr., R. (dir.), 2005, Encyclopedia of African History and Culture, vol. 2, New York, Facts on file inc.

Hunwick, J., 1973, « The midfourteenth century capital of Mali », Journal of African History, XIV, n° 2, p. 195-208.

Hunwick, J., 2005, « A region of the mind: Medieval Arab views of African geography and ethnography and their legacy », Sudanic Africa, n° 16, p. 103-136.

Ibnaldūn, 1971, Kitāb al-ʽibar, Beyrouth, Dar Al-Kotob Al-Ilmiyahn, vol. 6.

Insoll, T., 1994, « The external creation of Western Sahel’s past: the use and abuse of the Arabic sources », Archaeological Review from Cambridge, n° 13, p. 39-49.

Insoll, T., 2003, The Archaeology of Islam in Sub-Saharan Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Insoll, T., 2004, « A true picture? Colonial and other historical archaeologies », in A.M. Reid, P.L. Lane (dir.), African Historical Archaeologies, New York, Kluwer Academic/Plenum, p. 163-187.

Jansen, J., 2000, « Masking Sunjata: A hermeneutical critique », History in Africa, n° 27, p. 131-141.

Jansen, J., 2001, « The Sunjata epic. The ultimate version », Research in African Literatures, n° 32, p. 14-46.

Jansen, J., 2001, « The intimacy of belonging: Literacy and experience of Sunjata in Mali », History in Africa, n° 38, p. 103-122.

Ka˓ti, M., 1913, Tarikh al-Fettach, ou Chronique du chercheur, traduction de Delafosse, M., Houdas, O., Paris, éditions Leroux.

Konopka, M., 1985, « Comptes rendus. Notes critiques », Archaeologia Polona, n° 24, p. 232-237.

Lefebvre, C., 2011, « La décolonisation d’un lieu commun. L’artificialité des frontières africaines : un legs intellectuel colonial devenu étendard de l’anticolonialisme », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 24, p. 77-104.

Levtzion, N., 1971, « A seventeenth-century chronicle by Ibn al-Mukhtar: a critical study of Ta’rikh al-fattash », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, n° 34, p. 571-593.

Levtzion, N., 1973, Ancient Ghana and Mali, Londres, Methuen.

Levtzion, N., Hopkins, J.F.P. (dir.), 1981, Corpus of Early Arabic Sources for West African History, Cambridge, Cambridge University Press.

Ly, M., 1981, « L’empire du Mali aux xve et xvie siècles », in Société française d’histoire d’outre-mer, Le Sol, la parole et l’écrit. Mélanges offerts à Raymond Mauny, Paris, L’Harmattan, p. 595-611.

MacDonald, K.C., Camara, S., 2012, « Segou, slavery, and Sifinso », in J.C. Monroe, A. Ogundiran (dir.), Power and Landscape in Atlantic West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, p. 169-190.

MacDonald, K.C., Camara, S., Canós Donnay, S., Gestrich, N., Keita, D., 2011, « Sorotomo: A forgotten Malian capital? », Archaeology International, n° 13/14, p. 52-64.

Malowist, M., 1964, Wielkie panstwa Sudanu Zachodniego w poznym sredniowieczu (Les grands États du Soudan occidental au bas Moyen Âge), Varsovie, Państwowe Wydawn, Naukowe.

Masonen, P., 2000, The Negroland Revisited. Discovery and Invention of the Sudanese Middle Ages, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica.

Mauny, R., avril 1959, « Évocation de l’empire du Mali », Notes africaines, n° 82, p. 35-38.

Mauny, R., 1961, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Dakar, Ifan.

Mauny, R., 1980, « Filipowiak, W. Études archéologiques sur la capitale du Mali », Journal des africanistes, n° 50/2, p. 265-266.

McIntosh, R., McIntosh, S.K., 1981, « The inland Niger delta before the empire of Mali: evidence from Jenne-Jeno », Journal of African History, Cambridge, n° 22, p. 1-22.

McIntosh, R., 2005, Ancient Middle Niger: Urbanism and the Self-Organizing Landscape, Cambridge, Cambridge University Press.

Meillassoux, C., 1972, « L’itinéraire d’Ibn Battuta de Walata à Malli », The Journal of African History, n° 13/3, p. 389-395.

Monod, T., avril 1959, « Préface », Notes africaines, n° 82, p. 34.

Monteil, C., 1929, « Les empires du Mali. Études d’histoire et de sociologie soudanaises », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, n° 12/3-4, Paris, p. 7-19.

Montrat, M., juillet 1958, « Notice sur l’emplacement de la capitale du Mali », Notes africaines, n° 79, p. 90-93.

Moraes Farias, P.F. de, 1985, « Models of the world and categorial models: The ‘enslavable barbarian’ as a mobile classificatory label », in J.R. Willis, Slave & Slavery in Muslim Africa, Londres, Frank Cass and Company limited.

Moraes Farias, P.F. de, 2003, Arabic Inscription from the Republic of Mali, Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History, Oxford, Oxford University Press.

Mouralis, B., 2004, « Littératures africaines, oral, savoir », Semen, n° 18, [En ligne] URL : http://semen.revues.org/2221.

Muhammad, A., 1985, « The image of Africans in Arabic literature: Some unpublished manuscripts », in J.R. Willis, Slave & Slavery in Muslim Africa, Londres, Frank Cass and Company limited.

Newbury, D., 2007, « Contradictions at the heart of the canon: Jan Vansina and the debate over oral historiography in Africa, 1960-1985 », History in Africa, n° 34, p. 213-254.

Niane, D.T., Suret-Canale, J., 1965, Histoire de l’Afrique occidentale, Paris, Présence africaine.

Niane, D.T., 1975 (1re éd. 1962), Recherches sur l’empire du Mali au Moyen Âge, Paris, Présence africaine.

Nixon, S., 2010, « Before Timbuktu. The great trading centre of Tadmakka », Current World Archaeology, n° 39, p. 40-51.

Nixon, S., Rehren, T., Filomena Guerra, M., 2011, « New light on the early Islamic West African gold trade: coin moulds from Tadmekka, Mali », Antiquity, n° 85, p. 1353-1368.

Olivier, R., Atmore, A., 2003 (1re éd. 1981), Medieval Africa 1250-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Person, Y., 1981, « Nyaani Mansa Mamadu et la fin de l’empire du Mali », in Société française d’histoire d’outre-mer, Le Sol, la parole et l’écrit,Mélanges offerts à Raymond Mauny, Paris, L’Harmattan, p. 613-654.

Pestre, D., 1995, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales. Histoire, sciences sociales, 50e année, n° 3, p. 487-522.

Phillipson, D.W., 2005 (1re éd. 1985), African Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press.

Rey, P.P., 1998, « Les gens de l’or et leur idéologie, l’itinéraire d’Ibn Battuta en Afrique occidentale au xive siècle », in B. Schlemmer (dir.), Terrains et engagements de Claude Meillassoux, Paris, Karthala, p. 121-155.

Robert, S., Robert, D., Devisse, J., 1970, Tegdaoust I : Recherches sur Aoudaghost, Paris, Arts et métiers graphiques.

Sibeud, E., 2004, « Les sciences coloniales à l’épreuve de la situation coloniale », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 10, p. 3-7.

Sibeud, E., 2011, « Des sciences coloniales au questionnement postcolonial : La décolonisation invisible ? », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 24, p. 3-7.

Sidibé, M., 1928, « Premières notes sur la littérature orale, les croyances et coutumes indigènes », Bulletin d’enseignement de l’aof, n° 17, p. 60-78.

Sidibé, M., 29 avril 1963, « Coup d’œil d’ensemble sur l’ancien empire du Mali », L’Essor, p. 6.

Sidibé, M., 6 mai 1963, « Comment je me suis formé pour l’histoire du Mali », L’Essor, p. 4.

Sidibé, M., 13 mai 1963, « Vie légendaire et historique de Soundiata Keita, empereur de 1230 à 1255 », L’Essor, p. 3.

Sidibé, M., 10 juin 1963, « Période qui a précédé la décadence du Mali (de 1660-1670) », L’Essor, p. 2.

Triaud, J.-L., 1998, « Haut-Sénégal-Niger, un modèle "positiviste" ? De la coutume à l’histoire : Maurice Delafosse et l’invention de l’histoire africaine », in J.-L. Amselle, E. Sibeud (dir.), Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : itinéraire d’un africanisme, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 210-232.

Triaud, J.-L., 1999, « Le nom de Ghana. Mémoire en exil, mémoire importée, mémoire appropriée », in J.-P. Chrétien, J.-L.Triaud (dir.), Histoire d’Afrique, les enjeux de mémoire, Paris, Karthala.

Vansina, J., De la tradition orale essai de méthode historique, Tervuren, Musée royal de l'Afrique Centrale, Annales, série in-8°, Sciences humaines, n°36.

Vidal, J., 1923a, « Au sujet de l’emplacement de Mali (ou Melli), capitale de l’ancien empire mandingue », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’aof, avril-juin, n° 2, p. 251-268.

Vidal, J., 1923b, « Le mystère de Ghana », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’aof, juillet-septembre, n° 3, p. 512-524.

Vidal, J., 1923c, « Un problème historique africain. Le véritable emplacement du Mali », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’aof, octobre-décembre, n° 4, p. 606-619.

Vidal, J., 1924, « La légende officielle de Soundiata », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’aof, n° 7, p. 317-328.

Haut de page

Notes

1  S. Dulucq utilise cette expression en l’appliquant aux administrateurs coloniaux, liés au monde académique ou simples passionnés, qui ont fait œuvre d’historiens. Voir S.Dulucq, 2009, p.228.

2 W.D. Cooley, 1966 (1re éd. 1841).

3  J.Vidal, 1923a.

4  Cette nécessité est sûrement encore plus grande à cause de l'épineux problème de la décolonisation de l'histoire africaine et les débats qu'elle a suscités. Pour approfondir la question, voir E.Sibeud, 2004 et 2011 ; C.Lefebvre, 2011.

5  Pour une réflexion d’ensemble sur cette question, voir D. Pestre, 1995.

6  T.Monod, avril 1959, p.34.

7  P.F. de Moraes Farias, 2003.

8  P. Masonen, 2000.

9  Voir par exemple le travail de S. Nixon à Es-Sūq (S. Nixon, 2010 ; S. Nixon et al., 2011), qui a prouvé que des flans d’or était frappés au sud du Sahara à la période médiévale, ce qui a des conséquences sur la façon de penser le rôle de cette ville aux niveaux local, régional et international, ses interactions avec les royaumes soudanais ou encore les raisons qui pousseraient à la conquérir.

10  Maurice Delafosse (1870-1926) est un administrateur colonial, linguiste, enseignant et essayiste. Il consacre quasiment toute son œuvre à l'Afrique, son histoire et ses langues. À partir de 1909, il enseigne à l'École des langues orientales et à l'École coloniale, puis il est nommé, pendant la Première Guerre mondiale, responsable des affaires civiles du gouvernement de l'AOF. Il résida uniquement à Paris après la guerre et est demeuré longtemps comme le grand spécialiste des sociétés de l'Afrique subsaharienne, notamment grâce à des ouvrages monumentaux (Haut-Sénégal-Niger, 1912).

11  J.-L. Triaud, 1998, p. 215-216.

12  J.-L. Triaud, 1998, p. 217.

13  P. Masonen, 2000, p. 306-318.

14  Comme l’épigraphie dans la région Gao par exemple, voir P.F. de Moraes Farias, 2003, p. lv.

15  Timothy Insoll parle d’« abus d’usage » (T. Insoll, 1994).

16  J. Cuoq, 1975, p. 296-301.

17  J. Cuoq, 1975, p. 312-315.

18  Voir plus bas les différentes études qui ont été réalisées à partir du texte d’Ibn Baṭṭūṭa.

19  Voir A. Muhammad, 1985 ; P.F. de Moraes Farias, 1985 ; T. Insoll, 1994, 2004 ; J. Hunwick, 2005.

20  F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003.

21  F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003, p. 105.

22  F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2003, p. 97 et 105.

23  P. Masonen, 2000, p. 458-461.

24  P. Masonen, 2000, p. 460.

25  J. Vidal, 1923a, 1923c, 1924.

26  Bulletin officiel du ministère des Colonies, 1900, p. 456.

27  M. Ruedel, L.-G. Thebault, Les Annales coloniales, 27 juillet 1912, p. 2.

28  Le titre de sa fonction est mis en exergue et accompagne son nom dans chacun de ses articles.

29  Par exemple dans son article sur le Ghana : « Grâce […] aux informations que j'ai pu recueillir dans les milieux indigènes aux cours de ma longue carrière au Soudan », J. Vidal, 1923b, p. 513.

30  J. Vidal, 1924, p. 317.

31  J. Vidal, 1924, p. 328.

32  J. Cuoq, 1975, p. 344.

33  L.-G. Binger, 1892, p. 56-57.

34  J. Vidal, 1923a, p. 257.

35  J. Vidal, 1923a, p. 267.

36  « M. Vidal fut le premier Européen, de mémoire d'homme, qui vint à Niani », M. Gaillard, 1923, p. 621.

37  M. Montrat, juillet 1958.

38  J. Vidal, 1923c, p. 607.

39  Il ne précise pas la nature de cette « aide ».

40  M. Gaillard, 1923, p. 622-623.

41  J.-L. Triaud, 1998, p. 226.

42  Fonds arabe de la BnF, manuscrit 5867, Masalīk al-abṣār fī mamālik al-amṣār.

43  Fonds arabe de la BnF, manuscrit 2287, Tuḥfat al-nuẓẓār fī gharā’ib al amṣar wa ‘adjā’ib al-asfār.

44  Ibnaldun, Kitab al ʿibar, 1971, vol. 6, p. 217.

45 On pourrait effectuer la même opération avec un ʾalif maqṣūra à la fin ce qui donnerait la même chose mais avec un a en voyelle longue finale, en mettant une ḍamma, voyelle brève qui correspond au u, sur les consonnes ou encore en mettant une fatḥa voyelle brève a sur le yā' final, ce qui donnerait le son ya, exemple : banaya. La vocalisation pour une racine de trois lettres est donc très riche.

46  Il est généralement admis aujourd’hui que Maḥmūd Kaʿti n’est pas l’unique auteur du Ta’rīḫ al-fattāš. Il est plus que probable qu’il le commença et qu’il fut achevé par des membres de sa famille, par l’un de ses petits-fils notamment. Pour plus de détails, voir N. Levtzion, 1971.

47  Une erreur s’est glissée dans la traduction française  de Houdas et Delafosse. Dans la note p. 66, on peut lire que le nom de la capitale est Yanʿ (يَنْع) et non Yaniʿ. Or, si on se réfère au texte arabe, le nom donné par les manuscrits est bien Yaniʿ, comme indiqué dans le tableau.

48  J.-L. Triaud, 1998, p. 226.

49  Pour en savoir plus sur le rôle de Maurice Delafosse dans la construction d’une histoire africaine par les Européens et notamment sur son rôle de médiateur de cette histoire en France, voir J.-L. Triaud, 1998, p. 210-232.

50  M. Delafosse, 1924, p. 479.

51  M. Delafosse, 1924, p. 514.

52  M. Delafosse, 1924, p. 514.

53  Il n’avait pas connaissance du texte d’al-ʿUmarī.

54  M. Delafosse, 1924, p. 519-520. Les guillemets sont reproduits comme dans le texte original dans la mesure où, par la densité dans l’emboîtement des idées, ils reflètent certainement dans ce passage l’état d’effervescence intellectuelle de l’auteur sur cette question. En outre, le nom d’Ebn Ouaçoul est accompagné d’une note dans le texte original dans laquelle il est dit qu’il était un informateur d’Ibn Ḫaldūn.

55  Ça n’est que récemment que les toponymes écrits en arabe ont commencé à être donnés en translittération ou simplement sous une forme consonantique en l’absence de vocalisation. Comparer par exemple les deux recueils de sources arabes de J. Cuoq, 1975 ; N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 1981.

56  C. Monteil, 1929.

57  M. Montrat, 1958, p. 91.

58  M. Montrat, 1958, p. 92.

59  Notes africaines publie en 1959 un autre court article retrouvé dans la documentation de l’ifan, celui d’un certain instituteur, H. Hervé, daté du 25 juin 1938 et intitulé « Niani, ex-capitale de l’empire manding ». À l’instar de M. Montrat, il a également entrepris un voyage à Niani pour « y recueillir la tradition locale et rechercher les traces de l’ancienne capitale » (H. Hervé, avril 1959, p. 51). Hormis le fait que d’après son titre il souscrivait entièrement à l’hypothèse de Niani comme capitale et qu’il a sans doute participé d’un mouvement dans les années 1930 (même s’il est difficile de généraliser à partir de deux exemples) qui a voulu voir « Niani de près », son article n’apporte pas grand-chose de nouveau.

60  Cette idée entre en résonance avec la citation de Théodore Monod qui figure en introduction.

61  E. Sibeud, 2011, p. 3-4.

62  E. Brizuela-Garcia, 2006, p. 87.

63  J. Vansina, 1961.

64  David Newbury a reconstitué le long débat ouvert par Vansina en 1961 et les nombreuses critiques qu’il a dû affronter. Son analyse, qui serait trop longue à développer ici, porte sur l’historiographie de l’oralité de 1960 à 1985 et est un bon éclairage, centré sur le personnage de Vansina, des débats et des évolutions dans les théories et les pratiques de l’oralité. Voir D. Newbury, 2007, p. 213-254.

65  Voir la vidéo de l’ina de l’émission « Cinq colonnes à la une » : http://www.ina.fr/politique/partis-politiques/video/CAF88024314/mali-an-i.fr.html (consulté le 10/01/2013).

66  Pour avoir un aperçu d’ensemble de la chronologie de la fédération du Mali, voir l’article de RFI : http://www.rfi.fr/afrique/20100402-histoire-federation-mali-son-eclatement (consulté le 10/01/2013). Se reporter également à l’émission de La Fabrique de l’Histoire diffusée sur la radio France Culture le 06/02/2013 : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-le-mali-34-2013-02-06.

67  Cette idée a déjà été développée par David Conrad avec d’autres exemples (D. Conrad, 1994).

68  Unique quotidien pendant les années 1960. Le quotidien en langue bambara Kibaru paraît pour la première fois en 1972.

69  Voir article de Bakary Coulibaly : « L’Essor, témoin de l’histoire », http://www.primature.gov.ml/index.php?option=com_content&view=article&id=4232:lessor--temoin-de-lhistoire&catid=18:ministere-de-la-communication-porte-parole-du-gouv&Itemid=100118 (consulté le 19/11/2012). Pour illustrer l’utilisation de l’histoire du Mali dans un but résolument nationaliste : « Le Mali, notre patrie, a été, sans conteste, le plus puissant et le plus vaste des empires de l’Ouest africain, du Moyen Âge au xixe siècle ». Ou encore : « Je me propose de représenter l’histoire du Mali sous une forme très simple, par suite, accessible à tous les lecteurs, car, pour bien aimer sa patrie, du fond de votre cœur, il faut en connaître l’histoire, le passé glorieux », M. Sidibé, 29 avril 1963, p. 6. Un autre exemple, qui figure dans cette introduction inaugurale à sa collaboration avec L’Essor, illustre ce nationalisme dont nous parlons : « Rencontrer des difficultés, des obstacles, c’est, pour un homme ou une nation nouvellement née, tremper les caractères, les âmes qui font des familles unies, fortes et prospères, des hommes capables de bien tenir le gouvernail des nations décidées à réussir. Le Mali est semblable à une hydre à plusieurs têtes que l’adversaire ne peut abattre d’un seul coup, car si un Malien (ou une Malienne) tombe, dix le remplacent », M. Sidibé, 29 avril 1963, p. 6.

70  V. GӦrӦg, 1981, p. 287-288.

71  À ce propos, voir l’étude de Bernard Mouralis qui aborde spécifiquement la question (B. Mouralis, 2004).

72  M. Sidibé, 6 mai 1963, p. 4.

73  Un exemple de cette construction d’une identité nationale malienne qui se fait par l’histoire se trouve dans un de ses articles écrits pour L’Essor : « L’armée malienne avait cent mille hommes dont dix mille cavaliers tous armés de flèches empoisonnées, d’arcs, de hachettes, de coutelas, de sabres, etc. Elle assurait la défense du territoire national », 10 juin 1963, p. 2. L’expression « territoire national » pour le royaume du Mali est ici clairement anachronique.

74  Par exemple : « Cette civilisation [celle du Mali] négro-africaine, par ses institutions, politiques, sociales, religieuses et judiciaires, était nettement supérieure à celle des États européens qui se disent civilisés aujourd’hui, alors que la colonisation européenne les avait gratifiés de sauvages et de sanguinaires. Cependant, au Moyen Âge, pendant que l’administration malienne avait instauré la paix et la sécurité, il y avait des guerres continuelles en Europe médiévale », M. Sidibé, 10 juin 1963, p. 2.

75  M. Sidibé, 29 avril 1963, p. 2.

76  M. Sidibé, 13 mai 1963, p. 3.

77  Cette conception est relativement bien acceptée à cette période. Toujours dans sa préface pour le numéro spécial consacré à l’empire du Mali par Notes africaines, en 1959, T. Monod déclare : « 1670-1959 : 289 ans. Le Mali, réduit en 1670 par la conquête bambara à la dimension d’une province, renaît de ses cendres. Il nous a paru qu’il valait la peine de réunir en un même fascicule un certain nombre de documents destinés à renseigner nos lecteurs sur le premier Mali. Les Africains veulent connaître leur histoire » (T. Monod, avril 1959, p. 34). À noter que Monod parle ici de la fédération du Mali et pas encore de la république du Mali, mais l’idée demeura la même.

78  « En Afrique noire, il faut faire la distinction entre la tradition populaire, véhicule des légendes historiques, et ce que nous appellerons la "tradition-archives" : celle-ci, pour l’Ouest africain, est détenue par ceux que l’on appelle communément "griots". Autrefois dans les cours royales, le griot a joué le rôle du chancelier, l’homme qui possède tous les documents sur les coutumes et les traditions des rois et qui les dit au roi de vive voix. Le griot a été le lien vivant des souverains de l’Ouest africain », D.T. Niane, 1975, p. 7-8.

79  Cette seconde édition n’a pas, semble-t-il, été remaniée puisque D.T. Niane n’y parle pas du tout de sa présence à Niani et exprime même ses regrets de pas avoir pu se rendre sur le site alors qu’avant 1975 il s’y est rendu plusieurs fois. D.T. Niane, 1975, p. 78.

80  1324 correspond au pèlerinage de Mansā Mūsā à La Mecque et 1353 à la présence du voyageur marocain au Mali. Elles figurent parmi les seules dates fiables dont nous disposions.

81  D.T. Niane, 1975, p. 77-79.

82  Ses cahiers scientifiques de terrain témoignent dans leur ensemble de liens étroits avec l’administration coloniale et notamment certains officiers de l’armée française qui mettent à sa disposition véhicules et équipement. Pour en savoir plus sur les conditions de la recherche en Afrique de l’Ouest à cette période, nous conseillons ici la lecture passionnante des Cahiers de terrain de Raymond Mauny, dont la publication est assurée par Fabrice Melka, disponible en ligne : http://mauny.hypotheses.org.

83  Voir http://www.editionsecriture.com/auteurs/raymond-mauny. Consulté le 9/01/2013.

84  Fonds Raymond Mauny, Bibliothèque de recherches africaines, CEMAf (Centre d’études des mondes africains).

85  R. Mauny, avril 1959, p. 36.

86  R. Mauny, avril 1959, p. 36.

87  R. Mauny, 1961, p. 123-124.

88  W. Filipowiak, 1966, 1968, 1969.

89  Un exemple pris au hasard : « Nous trouvons une description plus détaillée de la capitale du "Malel" chez Ibn Batouta au xive siècle, qui mentionne la rivière Sankarani (Sansara) », W. Filipowiak, 1968, p. 218.

90  Pour une analyse plus complète sur la façon d’écrire l’histoire à l’époque coloniale dont le livre de W. Filipowiak est à bien des égards une émanation tardive voir S. Dulucq, 2009 et B. Hirsch, 2005.

91  Mise au point par Willard Frank Libby (1908-1980), prix Nobel de chimie en 1960, la première datation au carbone 14 est réalisée en 1949. Elle prit rapidement, sous l'impulsion de la communauté des archéologues américains, une place incontournable dans les études archéologiques.

92  R. Mauny à W. Filipowiak, lettre du 25 mars 1969, F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 343. C’est R. Mauny qui souligne.

93  W. Filipowiak à R. Mauny, lettre du 28 avril 1969, F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 344.

94  Description rapportée par Ibn Ḫaldūn. Voir J. Cuoq, 1975, p. 347-348.

95  R. Mauny à W. Filipowiak, lettre du 23 mars 1981, F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 354.

96  Un exemple, qui figure dans une revue polonaise faisant un compte rendu du livre de W. Filipowiak, illustre un des enjeux qui semblent apparaître, souvent en filigrane, dans les différentes publications relatives à ces fouilles : « Il serait inutile de souligner l’importance de cette problématique [retrouver la capitale du Mali] pour la cristallisation de la conscience nationale des pays qui, héritiers des traditions du Mali, n’ont pu recouvrer leur indépendance qu’il y a vingt ans (Mali, Guinée) », M. Konopka, 1985, p. 233.

97  Y. Person, 1981.

98  M.-C. De Graeve, 1983, p. 1-2.

99  M.-C. De Graeve, 1983, p. iii.

100  M.-C. De Graeve, 1983, p. 4.

101  C. Meillassoux, 1972.

102  J. Hunwick, 1973.

103  Il conviendrait aussi de signaler l’article de l’anthropologue marxiste Pierre-Philippe Rey qui s’interroge également sur l’itinéraire d'Ibn Baṭṭūṭa mais sans s’intéresser à la capitale du Mali. Son article est le dernier avatar de ce questionnement sur le chemin emprunté par le voyageur marocain (P.-P. Rey, 1998).

104  Al-ʿUmarī (texte), S. al-Munajjid, 1963.

105  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 1981, entrée « al-ʿUmarī ».

106 Le yâ' (ي, le y) a en arabe un double statut, il est semi-consonne et semi-voyelle, on peut donc le transcrire en y ou en i long (î).

107  J. Hunwick, 1973, p. 198.

108  Voir R. et S.K. McIntosh dont les publications s’étalent de 1981 à 2005 ; J. Devisse, 1983 ; S. Nixon et al., 2011, K. MacDonald et al., 2011.

109  D. Conrad, 1994, p. 367.

110  T. Insoll, 2003, p. 320-322. Il est important de noter que les archéologues anglophones ne sont pas tous unanimes sur la question. Voir par exemple O. Atmore, 2003 (1re éd. 1981), qui fait le choix de Niani comme capitale. D. Conrad donne également quelques noms d’auteurs anglophones restés fidèles à Niani, D. Conrad, 1994, p. 355.

111  M. kaʿti, 1913, p. 66.

112  K.-L. Green, 1991, p. 127.

113  M. Kaʿti, 1913, p. 66.

114  K.-L. Green, 1991, p. 129-130.

115  N. Levtzion, 1973, p. 61-62 (réédité sans réécriture pour cette question en 1980).

116  Par les reconstructions généalogiques par exemple, avec la filiation à Bilali, premier muezzin de l'islam, qui était un esclave noir racheté et affranchi par Abu Bakr.

117  L'existence de Mansa Wali est attestée par le pèlerinage à La Mecque qu'il entreprit sous le règne de Baybar (1260-1277), alors souverain du Caire.

118  Conrad ne précise pas lesquels ni d'où ils sont originaires.

119  L'hypothèse de D. Conrad reprend une vieille idée de Charles Monteil (C. Monteil, 1929) mais aussi, selon R. Mauny, d’Yves Person à la fin des années 1960. Dans son Tableau géographique de l'Ouest africain au Moyen Âge, Mauny rapporte p. 123-124 : « Enfin tout récemment, Y. Person me disait que, d'après ses recoupements, Kri serait Kilikourou, entre Tabou et Naréna, et non le village du même nom près de Balangourou, et que la Dieliba primitive serait le village de ce nom sur la rive gauche du Niger, à 38 km en amont de Bamako. La capitale de Soundiata, selon lui, serait à Dakadiala, au confluent du Sankarani et du Niger, sur la rive droite. » Dans son article, Conrad établit un lien entre Dakadiala et « son » Dakajalan.

120  A. Ba Konaré, 1983.

121  J. Jansen, 2000, p. 141.

122  À ce sujet, voir Y. Person, 1981 ; M. Ly, 1981.

123  J. Bazin, 2004, p. 51.

124  K. MacDonald et al., 2011, p. 62.

125  R. Jr. Hunt Davis (dir.), 2005, p. 108. Si Niani n’est pas présentée comme la capitale dans la notice qui lui est consacrée, il faut signaler néanmoins certaines fautes factuelles importantes et une présentation pour le moins originale du site qui nous interroge sur l’origine de ces informations : Niani Key center of trade and business of the Mali empire. Niani was located near the confluence of the Niger and Sankarani rivers. It thrived in an area that was near the Bure gold mines and that also was good for farming. Rice, beans, yams, onions, grains, and cotton were among the commonly grown crops. The area was densely populated, having at least 100,000 inhabitants in the 14th century. Although Niani was a bustling commercial city during the rule of Sundiata (r. 1235–1255), it was during the later rule of Mansa Musa I (r. 1307–1332) that the city reached its pinnacle as a trading center for the entire western region of the Sudan. Scribes, judges, guild chiefs, and treasury officials managed their daily affairs in Niani, while gold, salt, and kola nuts were exchanged at the market. The Songhay raided Niani early in the 15th century and added the city to their expanding empire.

126  E. Cline (dir.), 2007, p. 62-64.

127  D.W. Phillipson, 1985.

128  D. Conrad, 2010 (1re éd. 2005), p. 57.

129  Voir par exemple son Recherches sur l’empire du Mali au Moyen Âge, 1962 (réédité en 1975).

130  P. Boilley, J.-P. Chrétien, 2010, p. 24.

131  Voir l’éditorial de B. Hirsch pour la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, 2010.

132  R. Mauny, 1980, p. 265-266.

133  Voir l’éditorial de B. Hirsch pour la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, 2010, notamment la partie sur la « désertification » de cette histoire.

134  Le compte rendu de R. Mauny était pourtant catégorique mais, quand il l’écrit, il est déjà retraité, absorbé par ses responsabilités en tant qu’historien de sa ville, Chinon, et ne suit plus l’histoire de l’Afrique que d’un œil lointain, bien que toujours avisé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte du vieux Manding
Crédits Hadrien Collet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1098/img-1.png
Fichier image/png, 101k
Titre Représentation des différentes hypothèses pour l'emplacement de la capitale du Mali
Crédits Hadrien Collet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1098/img-2.png
Fichier image/png, 796k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Collet, « L’introuvable capitale du Mali. La question de la capitale dans l’historiographie du royaume médiéval du Mali », Afriques [En ligne], 04 | 2013, mis en ligne le 26 mai 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://afriques.revues.org/1098 ; DOI : 10.4000/afriques.1098

Haut de page

Auteur

Hadrien Collet

Doctorant, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org