Navigation – Plan du site

Le rôle de l’écrit dans le commerce transsaharien : matérialité de l’écrit, usages pratiques des documents et références textuelles

À propos de On Trans-Saharan Trails de Ghislaine Lydon
Aïssatou Mbodj-Pouye
Référence(s) :

Lydon Ghislaine, On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, 494 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage de Ghislaine Lydon propose une histoire des voies occidentales du commerce transsaharien au xixe siècle. Adossé à une étude de cas, sur la région du Wād Nūn et la ville de Guelmīm située au sud du Maroc actuel, le livre envisage de manière plus globale les dynamiques économiques et culturelles de la sous-région.

  • 1  G. Lydon, 2009a. Sans autre renvoi bibliographique, les numéros de pages entre parenthèses réfèren (...)

2La question du rôle de l’écrit dans l’organisation du commerce caravanier, et celle de l’importance de la culture islamique comme cadre des transactions commerciales, sont au cœur de cet ouvrage. Contre l’image d’un commerce transsaharien immuable à travers les siècles (p. 241)1, elle accorde une place de choix dans sa réflexion sur la manière dont des innovations ont donné une impulsion particulière et marqué durablement le commerce transsaharien, que ce soit des techniques nouvelles comme l’extension du recours aux armes à feu, ou des usages, comme l’habitude de boire du thé vert sucré. L’extension de la culture écrite, envisagée à la fois en tant que technologie permettant une logistique et une organisation plus efficaces, et en tant que vecteur donnant accès à un univers commun de référence, constitue selon l’auteure une des clefs du développement de ce commerce au xixe siècle.

3La discussion que l’ouvrage engage sur le rôle de l’écrit est directement liée aux sources sur lesquelles s’appuie cette étude et au statut qui leur est conféré. Pour ce qui est des sources écrites, l’auteure s’appuie sur des archives et d’autres sources européennes mais aussi sur des manuscrits arabes, en particulier des archives privées des familles de caravaniers : lettres, contrats et documents comptables. Son travail sur ces documents place ces sources au centre de l’enquête, puisqu’elle s’interroge sur le statut de ces écrits dans le contexte socioculturel qui les a vus naître, sur l’évolution des pratiques de l’écrit et sur les situations d’écriture qu’elles permettent de reconstituer.

4Pourtant, G. Lydon s’appuie aussi sur des sources orales, notamment des entretiens recueillis auprès d’anciens caravaniers. Elle revendique même une centralité des sources orales (p. 21-30 ; 46-47), susceptibles d’éclairer nouvellement les documents écrits. Elle souligne que les commentaires sur les documents recueillis dans les archives familiales auprès de leurs détenteurs actuels ont été essentiels à la compréhension de ces écrits.

5Ce va-et-vient entre oral et écrit rappelle la démarche ethnographique et donne envie d’en savoir plus sur les situations d’enquête qui sont tout juste évoquées par de courtes notations comme celle qui ouvre l’ouvrage (p. ix).

  • 2  Je fais le choix dans cet article, soit de la traduction par « culture écrite », soit du maintien (...)

6L’intérêt du livre du point de vue d’un travail sur la culture écrite est de déplier différentes dimensions de ce que recouvre en anglais la notion de literacy2. La première est celle de la matérialité de l’écrit, aspect souvent négligé de la literacy que G. Lydon prend au sérieux, proposant une réflexion sur le commerce du papier et son coût, et adossant l’étude des pratiques de l’écrit à une prise en compte de l’infrastructure matérielle qui les rend possibles.

7La seconde dimension de la literacy qui est étudiée est celle des usages sociaux de l’écrit, avec une attention à des genres particuliers, tels que les listes, les lettres, les contrats et les livres de comptes. Au-delà des types d’écrit, ce sont bien des pratiques et des usages qu’il s’agit de reconstituer, de la sphère de circulation de ces écrits à une interrogation sur les manières d’écrire ou de faire écrire. Si les écrits émanent souvent de spécialistes, muftis et qadis qui œuvrent comme pourvoyeurs de services juridiques (legal service providers), ces documents donnent à entendre d’autres voix que celles des clercs et démontrent un investissement dans l’écrit de la part de non lettrés.

  • 3  L’identification d’un « réseau commercial du Wād Nūn » (Wād Nūn trade network) est l’acquis du cha (...)

8Enfin, la troisième dimension de la literacy qu’explore cet ouvrage est celle des références textuelles, en l’occurrence la façon dont les commerçants se rapportent au cadre religieux et juridique de l’islam et plus particulièrement de la tradition malikite. Ces références constituent l’arrière-fond des transactions et rendent possible l’existence de réseaux commerciaux comme celui du Wād Nūn3.

9L’ouvrage a le mérite d’aborder ces différentes facettes d’une culture écrite, à la fois dans le détail de l’organisation du commerce caravanier, mettant surtout en avant les aspects pratiques de l’écrit, et dans l’univers de référence constitué par ce que G. Lydon appelle une « paper economy of faith », où s’articulent différentes modalités de la preuve, entre l’autorité du texte et celle du témoignage. Je soulignerai l’apport de cette étude sur ces deux points avant de poser quelques questions plus générales sur l’approche de la literacy qui nous est ici proposée.

Un commerce tramé d’écrits

Le papier et les livres, objets du commerce

  • 4  Cette thématique a ultérieurement fait l’objet d’une publication collective : G. Krätli et G. Lydo (...)

10Avant de détailler les usages de l’écrit dans le commerce caravanier, G. Lydon consacre quelques pages à une synthèse sur le commerce du papier et du livre (p. 99-104), à la fin du chapitre 2 qui propose un panorama du « commerce transsaharien dans la longue durée » (« Trans-Saharan Trade in the Longue Durée4 »).

11La rareté et le coût du papier sont des éléments clefs pour comprendre les habitudes et les manières d’écrire (telles que les « économies de papier » qui amènent à utiliser les plus petites surfaces d’écriture d’une feuille, à écrire de manière transversale, etc.). Si la technologie de fabrication du papier, venue de Chine via le Moyen-Orient, connaît un développement au Maghreb autour du xie siècle, c’est ensuite dans des villes européennes, d’abord méditerranéennes puis d’Europe du Nord, que se développe cette industrie. Le papier, qui constitue au xixe siècle une denrée très prisée en Afrique de l’Ouest, circule alors par les voies caravanières, qui assurent un approvisionnement régulier (p. 103).

12Tout comme le papier, les livres sont une marchandise particulièrement rare et importante dans le Sahara occidental. Les témoignages des voyageurs arabes aux xive et xve siècles font état de la présence de manuscrits religieux et de l’importance symbolique associée à leur possession. Empruntant à Bourdieu la notion de capital culturel, elle souligne l’enjeu symbolique à posséder des livres et à disposer d’une bibliothèque, ce qui requiert un investissement économique important et parfois de longs voyages en quête de livres.

13Pour G. Lydon, la disponibilité du papier, associée à un accroissement du niveau d’alphabétisation en arabe, est une des conditions du développement du commerce trans-saharien au xixe siècle (p. 103). Des notes incidentes appuient cette thèse, comme la mention qu’« au xixe siècle, une majorité des commerçants transsahariens écrivaient eux-mêmes leurs propres lettres et contrats » (p. 244 ; voir aussi p. 277). Cependant, faute d’une discussion plus détaillée des niveaux d’alphabétisation et de ce qui permet d’avancer qu’ils ont progressé au xixe siècle, ce constat, pourtant un pivot de l’argumentation de l’auteure sur la culture écrite, reste peu étayé.

L’écriture au cœur de l’organisation des caravanes

  • 5  J. Goody, 1986.

14Acquis à bon prix, le papier devient support d’écrits qui trament la logistique et l’organisation du commerce. Cette thèse importante est détaillée au chapitre 5 sur l’organisation du commerce caravanier (p. 241-248, section « The paper economy of caravanning »). Cette section s’ouvre sur une réflexion plus générale sur l’écrit dans le commerce de longue distance, qui se réfère aux analyses de Jack Goody selon lesquelles l’écrit autorise une extension du commerce en rendant possible des opérations commerciales et financières plus complexes5. On reviendra sur cette référence et la manière dont certaines discussions de l’ouvrage permettent de nuancer la manière dont J. Goody énonce ces thèses.

15Pour ce qui est de la faculté que l’écriture donne de gérer des opérations commerciales à distance, l’auteure tient ici incontestablement un exemple très probant. L’écriture est ce qui permet aux financeurs des caravanes de se lancer dans des opérations qui prennent souvent des mois et qui engagent des parcours longs et hasardeux. Elle autorise des échanges indispensables dans un contexte où « organiser une caravane de chameaux […] requérait la coordination de transactions multiples de parties multiples situées dans des lieux multiples » (p. 275). Une caravane, grande ou petite, regroupe en effet différents commanditaires et engage une myriade de relations de travail et d’échange. Toutes sortes d’écrit permettent que ces collectifs tiennent dans le temps et l’espace et qu’ils arrivent à bon port au fil d’escales où s’opèrent chargements nouveaux ou ventes. Commissionner, rendre des comptes, attester le paiement de dettes, mais aussi échanger des informations sur l’état des marchés et des routes, sont autant d’opérations cruciales pour une telle entreprise. Les documents assurent les échanges à distance, ainsi que la trace dans le temps des différentes étapes d’une opération commerciale, parfois au-delà de la mort des acteurs, comme l’illustre l’affaire d’héritages successifs analysée au chapitre 7.

16Le détail des types des textes qui accompagnent le commerce caravanier est donné dans le tableau 5.2 (p. 243). Les documents à valeur contractuelle sont les plus nombreux : contrats de travail, contrats déléguant des pouvoirs à un représentant (agency contracts), commandes, accords entre partenaires commerciaux, etc. Des documents financiers sont également maniés, tels que des lettres de change et des reconnaissances de dette. Le genre du livre de compte, servant à enregistrer contrats et dettes, est rare avant la fin du xixe siècle mais attesté toutefois par quelques cas remarquables, tel que celui tenu durant 30 ans par le fils d’un notable de Guelmīm au milieu du xixe siècle, ou encore celui d’un commerçant Tekna mort dans les années 1930 et que sa veuve a ensuite continué (p. 248).

17Outre ces écrits juridiques et comptables, des écrits plus ordinaires trament l’organisation et la logistique de la caravane. Ainsi les listes sont légion : listes caravanières (caravan lists), consignant les participants et leurs marchandises ; listes de courses avec parfois des indications sur les achats à effectuer et des consignes pour s’adapter à l’état du marché à destination ; lettres de voiture (waybills), soit des listes de biens répartis sur différents chargements de dromadaires. Notons que ces écrits, qui permettent d’abord de mieux s’organiser, comme aide-mémoire ou pour planifier des activités, revêtent parfois une valeur d’attestation : ainsi, le fait que des noms de commerçants connus figurent sur une liste caravanière peut prémunir contre des attaques et servir de passeport (p. 245). À ces listes se greffent des échanges de lettres, porteuses d’information et donneuses d’instructions.

18Enfin, ne figurent pas dans le tableau 5.2 alors qu’elles sont évoquées précédemment (p. 213-214 ; 219) les marques qui apparaissent sur les dromadaires ainsi que sur certains biens comme les barres de sel. Là encore, ce type d’écrit répond à d’autres, puisque ces marques sont mentionnées dans certains contrats pour identifier les biens (p. 219).

19Cette omniprésence de l’écrit dans le commerce rend indispensable la maîtrise de l’écrit par les responsables de la caravane, notamment le chef (mrābuṭ). De même le représentant commercial (wakīl), qui est porteur d’écrits qui le commissionnent et peuvent attester de sa capacité de représentant. Ces formes de délégation commerciale nous introduisent à l’univers des contrats, et aux références juridiques et religieuses qui constituent l’arrière-plan de ce commerce.

A paper economy of faith

  • 6  Le terme de contrat désigne de manière générique toutes les formes d’accords commerciaux (p. 287).

20La forme du contrat investit l’écrit d’une valeur d’attestation6. Cette efficace de l’écrit permet certes à des individus et des groupes qui ne peuvent participer physiquement au commerce d’en être partie prenante ; en même temps l’autorité de l’écrit reste toujours discutée. Cette ambivalence de l’écrit est explorée au long des chapitres 6 et 7.

L’importance du contrat écrit, au-delà des lettrés

21L’injonction à coucher par écrit les contrats figure dans le Coran (sourate 2, versets 282-283, cités p. 287) et donne lieu à des prescriptions détaillées dans la tradition juridique malikite. L’existence de modèles écrits proposant des formes standardisées est attestée dans les librairies privées du Sahara que G. Lydon a explorées (p. 288-289). Certaines formes de contrat étaient particulièrement répandues et codifiées, notamment celles associant des partenaires commerciaux, soit un investisseur et un associé qui voyage, dans le cadre d’un contrat de responsabilité limitée, soit deux partenaires dont l’un seulement circule mais dispose du capital commun et peut l’engager à sa guise.

22Ces références textuelles, tout à la fois religieuses et juridiques, à l’islam malikite qui font autorité dans la région sont médiatisées par un ensemble d’intermédiaires « pourvoyeurs de services juridiques » qui sont sollicités pour interpréter des textes, résoudre des cas litigieux, mais aussi répondre à des questions plus pratiques comme démêler des problèmes de conversion liés à la pluralité des mesures. (p. 275-276). Ces experts ne s’appuient pas seulement sur leur connaissance des textes religieux et juridiques mais adossent leur réflexion à la maîtrise de la jurisprudence et des coutumes locales.

23Le rôle de ces lettrés, en tant qu’interprètes des textes et pourvoyeurs de conseil auprès d’un large public, fait de leurs écrits des sources particulièrement intéressantes comme « interfaces » (p. 33) donnant à entendre d’autres voix que celles des clercs.

24En particulier, les lettres et les contrats permettent de documenter la place des femmes dans ce commerce. Alors que la participation physique des femmes aux caravanes demeure exceptionnelle (à noter toutefois le cas des femmes Masna évoqué p. 239-240), leur engagement dans le commerce de longue distance est attesté par les sources commerciales étudiées par G. Lydon. La double délégation, de l’activité commerciale et parfois de l’écriture, n’interdit pas un investissement dans le commerce. Les contrats témoignent de la volonté de maîtriser et d’attester par écrit même des transactions internes à la famille : on voit ainsi des femmes commissionner leurs époux ou leurs frères. Ces activités sont rendues possibles par l’autonomie financière de la femme au sein du couple garantie par le droit musulman en continuité avec des usages locaux. Reste que les cas de femmes véritablement entrepreneurs sont rares et concernent souvent des veuves.

L’autorité de l’écrit en question

  • 7  Ce paradoxe est repris de manière synthétique dans l’article de Ghislaine Lydon (G. Lydon, 2009b).

25La prescription religieuse d’écrire les contrats et l’omniprésence de fait de ces documents ne signifient pas pour autant que l’autorité de l’écrit domine sans partage. Au contraire, à considérer de près les références islamiques, le statut de l’écrit reste ambigu, comme le rappelle G. Lydon7.

  • 8  La distinction entre proof et evidence, maniée par exemple p. 354 pour rendre compte des nuances q (...)

26Cette fragilité de l’écrit selon les textes de référence islamiques se manifeste à un double niveau. En amont, lors de sa production, l’écrit ne fait foi que dans la mesure où il transcrit une transaction ou un accord attesté par des témoins dont la présence est consignée. Leur qualité de témoin repose sur leur bonne réputation. Même un acte d’effacement requiert la présence des personnes concernées. Du coup, l’écrit ne fonctionne que pourvu de signes de validation particuliers, signatures notamment, et son authentification repose souvent sur la connaissance par différents membres d’un réseau de l’écriture manuscrite des uns et des autres. En aval, l’écrit n’a pas officiellement force de preuve (legal evidence), sauf à réunir à nouveau les témoins qui ont présidé à sa rédaction. Le contrat a bien une valeur d’information et d’attestation (proof) entre les parties, et à ce titre peut être considéré comme « cimentant » des relations fondées sur la confiance (p. 392). Le contrat écrit fait partie de « mécanismes informels d’imposition » (informal enforcement mechanisms, p. 295), mais en cas de litige le document ne peut être produit de manière décisive8. Pour G. Lydon, il s’agit là d’un des facteurs limitants du cadre institutionnel du commerce dans le monde musulman (voir notamment p. 294-295 ; p. 380). Comme le montre le cas d’héritage particulièrement complexe étudié au chapitre 7, cette ambivalence se traduit en pratique par des disputes entre experts, qui débattent sur le statut des témoins et la manière de concilier attestations écrites et témoignages.

  • 9  S. Goitein, 1967-1999.

27C’est sur fond de ce statut paradoxal de l’écrit, que G. Lydon propose l’expression de paper economy of faith (introduite p. 3 et détaillée p. 277), qu’elle définie par une double référence. Premièrement, l’expression renvoie au travail imposant de l’historien Shelomo Goitein sur les juifs dans le monde musulman, régulièrement cité dans l’ouvrage. Cette étude prend pour sources des manuscrits hébreux et judéo-arabes médiévaux, notamment ceux de la Geniza du Caire qui documentent le commerce des juifs d’Afrique du Nord au début de l’époque moderne9. S. Goitein parle à propos de cette source documentaire d’une « économie du papier » (a paper economy). G. Lydon propose d’étendre cette dénomination, au-delà des transactions écrites, commerciales ou bancaires, aux usages plus informels comme les contrats et lettres qu’elle étudie. Cette expression a le grand mérite d’incorporer une référence à la matérialité du support écrit.

  • 10  P. Bourdieu, 2000 [1972].
  • 11  Op. cit., p. 352.
  • 12  Op. cit., p. 352-353.
  • 13  Op. cit., p. 353 ; voir aussi le développement sur l’oral et l’écrit p. 312-313.

28La deuxième référence est celle aux travaux de Pierre Bourdieu sur la Kabylie, en particulier la discussion sur l’économie de la bonne foi qui figure dans l’Esquisse d’une théorie de la pratique10. L’intérêt de cette seconde référence est un peu moins aisé à saisir, et requiert d’entrer davantage dans le détail de l’argumentation bourdieusienne que ne le fait G. Lydon. Ce passage de l’Esquisse met en scène « l’homme de la bonne foi », « qui ne pratique aucun échange faisant intervenir la monnaie et qui n’établit que des relations fondées sur la confiance entière et, à la différence du maquignon, ignore les garanties dont s’entourent les transactions mercantiles, témoins, gages, actes écrits11 ». Bourdieu poursuit en avançant que « la loi générale des échanges fait que les conventions sont d’autant plus faciles à instaurer (donc d’autant plus fréquentes) et d’autant plus abandonnées à la bonne foi que les individus ou les groupes qu’elles unissent sont plus proches de la généalogie ; inversement à mesure que la relation devient plus impersonnelle […], la transaction a de moins en moins de chance de s’établir mais elle peut devenir et devient de plus en plus purement économique12 ». Il semble que la convergence entre ce que décrit Bourdieu et les réseaux commerciaux étudiés est de faire apparaître toutes les modalités intermédiaires entre le contrat impersonnel et l’échange sur la simple base de la bonne foi des participants. Bourdieu développe à partir de là la thèse que le calcul économique est toujours présent même quand il se donne comme désintéressé, et souligne que le capital symbolique est aisément convertible en capital économique. Si ce dernier point rencontre un écho direct dans le travail de G. Lydon, on peut regretter qu’elle n’explicite pas davantage la manière dont elle se situe par rapport aux autres arguments de Bourdieu. Sur deux points en particulier, elle semble s’en écarter assez nettement. Premièrement, elle traite de cas de transactions au sein des familles (contrats entre époux par exemple évoqués plus haut, mais aussi entre membres d’une fratrie), point qui contredit l’affirmation de Bourdieu citée plus haut que la proximité généalogique rend ces pratiques inutiles et mal vues. D’autres références sont convoquées qui soulignent que les liens familiaux ne rendent pas inutiles les contrats (p. 355), mais la contradiction avec Bourdieu n’est pas discutée. Deuxièmement, Bourdieu établit un gradient de solennité selon qu’il y a ou non recours à l’écrit, et une fois l’écrit introduit, selon le type de garanties dont il est revêtu13. Il serait intéressant que G. Lydon explicite son recours un peu paradoxal à cette référence puisque associer « économie de la bonne foi » et « économie du papier » va à l’encontre du rapport que Bourdieu établit entre l’écriture et la formalisation, donc à l’opposé de la bonne foi.

29Reste que dans ses tensions même, la notion de paper economy of faith rend bien compte des modalités très diverses des transactions où l’on passe par une formalisation plus ou moins grande de la relation, tout en comptant sur la bonne foi des uns des autres ainsi que sur une référence religieuse qui n’est pas que formelle (sur l’importance de la foi religieuse dans le commerce, voir p. 350-352). L’expression traduit adéquatement le fait que le recours à l’écrit ne fait pas basculer tout uniment du côté de la formalisation et l’impersonnel. À côté de l’écrit, l’oral reste en effet un canal de communication essentiel. S’agissant de communautés relativement restreintes et avides de nouvelles du fait même de leur rareté, les informations circulent d’ailleurs rapidement malgré les distances (p. 275).

30L’ambivalence de l’écrit ne doit pas conduire à sous-estimer la valeur des documents, qu’a contrario les tentatives de manipulation font bien ressortir. Mais l’écrit prend sens dans des formes de communication orales qui permettent d’asseoir des réputations ou de les défaire, par exemple dans le cas où la lettre sert à exposer dans une communauté un différend. Ainsi, s’estimant lésé, un commerçant de Tīshīt adresse une lettre à son débiteur mais aussi aux frères et fils de celui-ci, et en fait à l’ensemble de son clan (p. 246). La lettre de réclamation se fait en même temps lettre dénonciation dès lors qu’elle est adressée à d’autres que son seul destinataire. Un tel cas suggère l’importance de l’activité de commentaire des documents. Il témoigne du fait que l’écrit soutient des réputations comme il peut tenter de les mettre à mal.

31L’étude de cas du chapitre 7 rend le mieux compte du statut paradoxal de l’attestation écrite. Il s’agit d’une histoire d’héritages successifs, suite à une série de décès, au milieu du xixe siècle, de commerçants Tekna résidant à Tīshīt et liés les uns aux autres : l’exécuteur testamentaire d’un premier commerçant décédé en voyage meurt lui-même peu de temps après, sans avoir soldé l’ensemble de ses dettes, ce qui amène un autre commerçant à devoir régler l’ensemble, avant de se trouver peu après à nouveau exécuteur d’un autre commerçant mort peu de temps avant l’arrivée de plusieurs de ses caravanes ; avant même d’avoir soldé l’ensemble de ces successions, ce commerçant engage une partie des biens des commerçants décédés dans une expédition où à son tour il périt.

32Comme en augure la complexité de cet enchevêtrement de successions suite à des décès survenus dans un laps de temps inférieur à trois ans, des litiges se nouent autour du règlement de ces héritages, ce qui vaut à l’ensemble de l’affaire d’être portée devant plusieurs muftis, et aboutit à la rédaction d’un document exceptionnel retraçant l’ensemble de cette histoire et portant copies de plusieurs autres actes. Ce document, qu’elle a trouvé dans des archives familiales et décrypté, fournit à G. Lydon la matière d’une étude de cas très précisément restituée (p. 356-377).

33Cette affaire témoigne de l’importance des contrats écrits dans cette société, puisque suite à chaque décès, on voit apparaître des prêteurs et des débiteurs qui viennent solder leurs comptes avec les représentants des commerçants décédés. Chacun se prévaut de documents, notamment des épouses qui font valoir des contrats commissionnant leur mari et demandant à recouvrer leur investissement (p. 368). Le règlement peut aussi donner lieu à de nouveaux actes sur les documents : ainsi, un débiteur qui se fait connaître demande à ce que son nom soit effacé en présence du qadi (ibid.). L’ensemble de l’affaire donne lieu à des opérations complexes dans lesquelles apparaissent de nouveaux intermédiaires qui effectuent rachats et transferts de dettes. Certaines revendications font aussi apparaître que tout n’a pas été documenté, en particulier les irrégularités d’un des protagonistes qui a mêlé son bien à celui dont il était censé gérer les affaires post mortem. Enfin, les avis divergents des qadis et muftis, et notamment une dispute entre ces experts quant à la valeur de certains témoignages, rendent bien compte du statut fragile de la bonne foi et étayent les analyses de G. Lydon sur l’ambivalence de l’attestation écrite, indispensable mais toujours susceptible d’être remise en cause.

34À travers de tels exemples, les tensions inhérentes à cette culture écrite sont bien mises au jour et invitent à poser en conclusion quelques questions pour pousser plus avant la réflexion.

Quelques questions pour conclure

35Si le thème de la literacy et la culture écrite islamique constitue un des fils de l’ouvrage, les quelques passages synthétiques sur cette thématique restent succincts et ne donnent pas une vision aussi nuancée de l’acquis de l’ouvrage sur l’écrit que ne le font les études de cas. L’auteure explicite bien l’intérêt qu’il y a à considérer davantage l’écrit dans l’histoire des réseaux commerciaux, mais l’apport de son étude aux discussions comparatistes sur la culture écrite n’est pas mis en avant, alors que son travail apporte des matériaux qui pourraient contribuer utilement aux discussions en cours sur la place de l’écrit dans les sociétés africaines.

36Parmi d’autres, deux questions pourraient faire l’objet de clarifications utiles.

37La première invite à mettre en perspective cette culture écrite avec les autres en présence. En particulier, même si c’est un peu en dehors des bornes chronologiques considérées, on se demande ce que la confrontation avec l’état colonial documentaire change quant à l’autorité de l’écrit. Une question adjacente porte sur les graphies et les langues : on aimerait en savoir plus sur la présence ou l’absence, dans les archives familiales, de documents comportant des écrits en écriture latine ou dans les langues européennes et éventuellement sur l’existence de documents plurilingues ou plurigraphes (associant plusieurs graphies).

38La seconde question est plus massive et amène à suggérer que les résultats de l’étude permettraient de discuter, et non plus simplement de citer, des travaux comme ceux de J. Goody et P. Bourdieu. En effet, les documents et les analyses proposées dessinent un tableau plus complexe que l’association trop mécanique qui ressort de ces travaux entre l’écriture et des formes de rationalisation de l’activité économique : les contrats n’abolissent pas l’importance de l’oralité et des réputations sociales et les documents écrits restent pris dans des interactions dans lesquelles l’oral joue un rôle central ; les notations sur l’importance de l’écriture manuscrite et de la reconnaissance des différentes mains par les commerçants d’un même réseau témoignent du fait que l’écriture n’est pas univoquement associée à une dépersonnalisation des relations.

  • 14  J. Goody, 1968, p. 199-264.
  • 15  B. Messick, 1983, p. 41-52.
  • 16  Sur la notion de commercial literacy, voir B. Street, 1984, cité p. 353. L’article synthétique sur (...)

39Sur l’évaluation plus globale du rôle de l’écrit, dans un contexte où ses usages commerciaux sont liés à un cadre juridique à référence religieuse, une manière de préciser les choses qui apparaît de façon sous-jacente serait de faire référence au concept de restricted literacy, proposé par J. Goody14. La notion de limite (constraint) au développement du commerce, que l’infrastructure légale de l’islam aurait imposée, va dans ce sens (par exemple p. 278). En même temps, cette notion a été abondamment discutée, et sa reprise n’irait pas sans difficulté (parmi les critiques de cette notion, on peut renvoyer à celle de Brinkley Messick15). Engager la discussion à ce niveau-là amènerait aussi un nécessaire positionnement par rapport aux débats sur les effets de l’écrit, qui affleurent à travers quelques références16, mais dans lesquels on attend de voir G. Lydon s’engager plus directement. La richesse des données présentées et des analyses développées dans ce livre lui permettra sans nul doute d’y insuffler des idées neuves.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., 2000 [1972], Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Seuil.

Goody, J., 1968, « Restricted literacy in Northern Ghana », in J. Goody (éd.), Literacy in Traditional Societies, Cambridge, Cambridge University Press, p. 199-264.

Goody, J., 1986, La Logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin.

Goitein, S., 1967-1999, A Mediterranean Society : the Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Berkeley, University of California press, [6 vol.].

Hanna, N., 2007, « Literacy and the "great divide" in the Islamic world, 1300-1800 », Journal of Global History, 2, p. 175-193.

Krätli, G., Lydon, G. (éds), 2011, The Trans-Saharan Book Trade : Manuscript Culture, Arabic Literacy and Intellectual History in Muslim Africa, Leyde, Boston, Brill.

Lydon, G., 2009a, On Trans-Saharan Trails : Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Lydon, G., 2009b, « A paper economy of faith without faith in paper : a reflection on Islamic institutional history », Journal of Economic Behavior & Organization, vol. 71 (3).

Messick, B., 1983, « Legal documents and the concept of "restricted literacy" in a traditional society », International Journal of the Sociology of Language, 42, p. 41-52.

Street, B., 1984, Literacy in Theory and Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1  G. Lydon, 2009a. Sans autre renvoi bibliographique, les numéros de pages entre parenthèses réfèrent à son ouvrage.

2  Je fais le choix dans cet article, soit de la traduction par « culture écrite », soit du maintien du terme anglais de literacy dans les passages où je m’attache à une analyse précise de ce que recouvre cette notion dans l’ouvrage. La traduction française par « littératie » n’est en effet pas d’usage courant parmi les historiens.

3  L’identification d’un « réseau commercial du Wād Nūn » (Wād Nūn trade network) est l’acquis du chapitre 4. Ce réseau est composé de différents groupes, les Tekna et leurs alliés, Juifs de Guelmīm et membres du clan des Awlād Bū al-Sibā, unis par différents critères d’affinité culturelle et politique, ainsi que par un usage partagé de l’écrit (p. 196).

4  Cette thématique a ultérieurement fait l’objet d’une publication collective : G. Krätli et G. Lydon (éds), 2011.

5  J. Goody, 1986.

6  Le terme de contrat désigne de manière générique toutes les formes d’accords commerciaux (p. 287).

7  Ce paradoxe est repris de manière synthétique dans l’article de Ghislaine Lydon (G. Lydon, 2009b).

8  La distinction entre proof et evidence, maniée par exemple p. 354 pour rendre compte des nuances quant à la valeur des documents écrits, est difficile à rendre en français où le terme de preuve englobe ces différents degrés d’attestation.

9  S. Goitein, 1967-1999.

10  P. Bourdieu, 2000 [1972].

11  Op. cit., p. 352.

12  Op. cit., p. 352-353.

13  Op. cit., p. 353 ; voir aussi le développement sur l’oral et l’écrit p. 312-313.

14  J. Goody, 1968, p. 199-264.

15  B. Messick, 1983, p. 41-52.

16  Sur la notion de commercial literacy, voir B. Street, 1984, cité p. 353. L’article synthétique sur les théories de la literacy de N. Hanna, 2007, p. 175-193, est cité également p. 353.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïssatou Mbodj-Pouye, « Le rôle de l’écrit dans le commerce transsaharien : matérialité de l’écrit, usages pratiques des documents et références textuelles », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1199

Haut de page

Auteur

Aïssatou Mbodj-Pouye

Chargée de recherche CNRS, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org