Navigation – Plan du site

Lydon, Ghislaine — On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa

Judith Scheele
Référence(s) :

Lydon Ghislaine, On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, 494 pages.

Texte intégral

  • 1  A. Greif, 1989, 1993, 2000.

1Le livre de Ghislaine Lydon ouvre un nouveau chapitre dans les recherches historiques sur le Sahara. L’auteure reprend certes un sujet classique : le commerce transsaharien. Mais elle l’étudie à partir de sources locales qui, malgré leur richesse et leur abondance, n’ont jusqu’ici que trop peu attiré l’intérêt des chercheurs des universités occidentales – à l’exception de quelques travaux isolés tels ceux de Paul Pascon au Maroc, d’Ulrich Haarmann en Libye, ou de Rainer Osswald en Mauritanie. Lydon propose une analyse de documents internes, sahariens, notamment des registres commerciaux d’une famille Tekna, grands commerçants du Wâd Nûn sud-marocain qui contrôlaient, au xixe siècle – et qui, dans une certaine mesure, contrôlent toujours – une grande partie du commerce avec la Mauritanie et le Nord du Mali. Mais, à la grande différence de ses prédécesseurs orientalistes et géographes, elle s’efforce d’appréhender ses données dans un cadre historique et théorique plus large. Ainsi elle démontre, tout au long de son livre, à quel point les transactions commerciales étaient basées sur des normes juridiques islamiques, instituées non par un pouvoir centralisateur, mais par le consentement et la confiance mutuels des commerçants organisés en réseaux. Elle interprète cette situation à l’aune de théories empruntées aux économistes, notamment Avner Greif1, qui basent leur analyse sur la force des institutions, de la réputation individuelle des commerçants et des codes moraux partagés. Le droit islamique, et la tradition d’enseignement, les techniques de comptabilité et d’écriture qu’il implique, constitue donc pour Lydon la ressource principale de l’essor du commerce transsaharien, notamment à partir de la fin du xviiie siècle. En intégrant ainsi le commerce saharien à des débats théoriques plus larges, l’auteure réussit à sortir le Sahara de son isolement et commence à lui donner la place qu’il mérite dans l’histoire « globale » (ou globalisante). Or, pour des partisans d’une histoire économique plus substantiviste, cet appui sur les sciences économiques pourrait pêcher par l’affirmation implicite de l’individualisme fondamental qu’il implique. Le problème du tricheur, et donc de la force rédemptrice de la religion, ne se poserait sans doute pas de la même manière si nous abordions les réseaux commerciaux d’abord d’un point de vue social et politique, en les voyant non plus comme facultatifs, mais comme constitutifs de l’identité et de l’existence sociale de ceux qui y participent.

2Par l’accent mis sur l’écrit et sur des standards légaux sophistiqués, le livre nous amène loin de tout présupposé d’une passivité ou d’une primitivité économique quelconque de cette partie du continent africain. Plus important encore, il démontre la vitalité d’un système juridique d’une complexité notoire en l’absence de tout État centralisateur. Ici, le souci de légalité dépasse celui du pouvoir et de la force, pour se lier intimement à des notions de civilisations et de bien faire. Si le livre ne nous donne que peu d’exemples de contrats rompus et d’agents sans foi, cette description d’une société qui fonctionne par réseaux et par référence à un modèle légal et social partagé reste passionnante et convaincante, et devrait alimenter à son tour des débats en sciences islamiques et en anthropologie juridique.

3L’argument central, qui postule l’importance de l’écriture pour le commerce, et des limites qui lui étaient imposées par la logique intérieure du droit islamique, est tout aussi pertinent. Même si l’état actuel des recherches sahariennes rend toute comparaison statistique risquée et même si d’autres facteurs – dont l’impact de la colonisation elle-même – ont certainement tout autant joué dans l’intensification du commerce saharien dans la deuxième moitié du xixe siècle, il était temps de souligner l’importance des facteurs internes et proprement sahariens dans le développement économique de la région. Or, ces facteurs internes dépassent parfois le cadre strictement islamique et légal : le succès des Tekna et d’autres commerçants comme eux a en partie survécu aux changements légaux, politiques et sociaux amenés par la colonisation et les indépendances. En dehors du monde régi par une référence commune à l’Islam, ils ont donc fait preuve d’une grande capacité d’adaptabilité, accueillant en leur sein d’autres populations, nouant de nouvelles alliances, adoptant d’autres techniques commerciales, d’autres sources de légitimité et de capitaux. Capacité certainement renforcée par leur habitude d’agir dans un monde nourri d’ambitions universalistes.

4Les deux grandes qualités du livre – la pluralité des sources qui permet une vue de l’intérieur et la tentative d’insérer le commerce saharien dans une perspective plus large – amènent quelques tensions et paradoxes difficilement évitables au sein d’un projet intellectuel d’une telle envergure. Nous pouvons brièvement en relever deux afin de souligner ce qui constitue à nos yeux d’importantes pistes pour des recherches futures. Le premier paradoxe est relatif à une certaine indécision d’échelle. Au cœur du livre se trouve une étude de cas très précise, concernant une famille Tekna, commerçante, ses archives commerciales et son histoire orale, enrichies par des souvenirs et des témoignages recueillis au Maroc et en Mauritanie. Cette étude est excellente et en appelle d’autres du même type. D’autres parties de l’ouvrage, en revanche, parlent du Sahara tout entier ou de l’Ouest de l’Afrique, dans un cadre temporel qui s’étend de l’Antiquité jusqu’à nos jours. Un tel cadre a certainement un sens mais gagnerait à être construit et argumenté à partir de l’utilisation de nombreuses sources primaires, notamment d’autres archives juridiques et commerciales de la région, qui, pour l’heure, n’ont hélas pas encore été rendues accessibles. Aussi, le lien entre le Wâd Nûn, les Tekna, la Mauritanie et le Sahara, entre l’Antiquité et le xixsiècle, ne paraît pas toujours suffisamment mis en évidence. De la même façon, malgré l’accent mis sur une logique de réseaux, en harmonie avec les matériaux d’archives, la description fait parfois quelques raccourcis géographiques ou historiques, hésitant ainsi entre un point de vue intérieur, le Sahara vu par les Tekna, et un point de vue extérieur, le Sahara construit par la science occidentale. Or, le « Sahara » vu de l’intérieur est lui-même hétérogène. Pour en donner un seul exemple : le Touat, décrit dans le livre comme la « porte du Sahara », en suivant des conventions propres aux Tekna, est déjà situé en plein désert, à plus de mille kilomètres de l’Atlas présaharien ; et vu d’Algérie, il indiquerait plutôt la « porte du Soudan ». Le commerce des Tekna est-il donc transsaharien ou saharien ? Et cette question a-t-elle un sens du point de vue local ?

5En soulignant l’importance qu’il y a à croiser ces regards multiples, en procédant par réseaux plutôt que par catégories, il ne s’agit pas de privilégier une seule lecture de l’espace saharien mais simplement de souligner l’ampleur de la tâche qu’il reste à accomplir avant de pouvoir parler du Sahara comme d’une catégorie historique pertinente.

6En vue de futurs projets de recherches qui ne manqueront pas de faire suite à ce travail pionnier, cette logique pourrait être poussée encore plus loin. Que serait en effet l’image qui émergerait d’une analyse des Tekna qui intégrerait toutes leurs activités, économiques, sociales et politiques ? D’une analyse des nawâzil (questions juridiques, responsa) qui les traiterait tous, devoirs religieux, dons, agriculture, mariage, héritages ? Il s’agit bien évidemment là d’un autre projet, qui pourrait figurer comme tome deux du présent ouvrage. Mais il est important de garder à l’esprit que le fait de privilégier le commerce constitue déjà un choix méthodologique, nécessaire dans le cadre d’un ouvrage monographique, et que notre connaissance de la région ne pourrait qu’être enrichie par une étude des nombreux liens qui existent entre le commerce transsaharien, les échanges régionaux et locaux, l’agriculture, l’investissement dans l’irrigation et dans des infrastructures locales (souvent dotée de fonctions religieuses et d’enseignement), et des projets politiques régionaux, comme nous l’ont montré, entre autres, les recherches de Paul Pascon, de Pierre Bonte et d’Ann McDougall. Ainsi, On Trans-Saharan trails, par la qualité de ses sources et de son analyse, ouvre un nouveau champ dans les études sahariennes, qui nous permettra, peu à peu de dessiner une image du Sahara qui échapperait aux stéréotypes occidentaux et autres, et de l’appréhender dans sa diversité, dans les réseaux qui le constituent, et dans son dynamisme social, économique et culturel.

Haut de page

Bibliographie

Bonte, P., 1998, « Fortunes commerciales à Shingîti (Adrar mauritanien) au xixe siècle », Journal of African History, 39, p. 1-13.

Bonte, P., 2000, « Faire fortune au Sahara : permanences et ruptures », Autrepart, 16, p. 49-65.

Greif, A., 1989, « Reputation and coalition in medieval trade : evidence on the Maghribi traders », Journal of Economic History, 49/4, p. 857-882.

Greif, A., 1993, « Contract enforceability and economic institutions in early trade : the Maghribi traders coalition », American Economic Review, 83/3, p. 525-548.

Greif, A., 2000, « The fundamental problem of exchange : a research agenda in historical institutional analysis », Journal of Political Economy, 102, p. 912-950.

Haarmann, U., 1998, « The dead ostrich : life and trade in Ghadamès (Libya) in the nineteenth century », Die Welt des Islams, 38/1, p. 9-94.

McDougall, E. A., 1986, « The economies of Islam in the Southern Sahara : the rise of the Kunta clan », Asian and African Studies, 20, p. 45-60.

McDougall, E. A., 2005, « Conceptualising the Sahara : the world of nineteenth-century Beyrouk commerce », The Journal of North African Studies, 10/3-4, p. 369-386.

Osswald, R., 1986, Die Handelsstädte der Westsahara. Die Entwicklung der arabisch-maurischen Kultur von Sinqît, Wâdân, Tîsît und Walâta, Berlin, Reimer.

Osswald, R., 1993, Schichtengesellschaft und islamisches Recht : die Zawâyâ und Krieger der Westsahara im Spiegel von Rechtsgutachten des 16.-19. Jahrhunderts, Wiesbaden, Harassowitz.

Pascon, P., 1984, La Maison d’Iligh, Rabat, P. Pascon.

Haut de page

Notes

1  A. Greif, 1989, 1993, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Scheele, « Lydon, Ghislaine — On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1201

Haut de page

Auteur

Judith Scheele

Post-Doctoral Research Fellow, All Souls College, Université d’Oxford

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org