Navigation – Plan du site
Ouvrir de nouveaux chantiers

Peuples et évolution climatique en Afrique nord-tropicale, de la fin du Néolithique à l’aube de l’époque moderne

Peoples and climate change in northern tropical Africa from the end of the Neolithic till the dawn of the modern era
Jean Maley et Robert Vernet

Résumés

La fin du Néolithique, au cours du IIIe millénaire BP, a correspondu à l’affaiblissement des périodes humides et à la mise en place de la géographie actuelle dans la zone sud-saharienne et sahélienne, qui s’étend de l’Atlantique au lac Tchad. Depuis cette époque le climat a cependant continué à beaucoup varier. La succession des différents épisodes climatiques, phases humides ou phases arides – et leurs interactions complexes –, est précisée. Ces faits climatiques sont mis en parallèle avec l’évolution archéologique et historique des différentes phases culturelles. Dans cette immense région, souvent à la limite de conditions naturelles extrêmes, les évènements climatiques ont toujours eu des conséquences très importantes sur l’évolution des peuplements humains. Le relativement bon synchronisme des principaux changements culturels, d’ouest en est à travers la bande sahélienne, paraît avoir été fréquemment contrôlé par le rôle directeur des changements climatiques majeurs et des variations environnementales qui en ont résulté.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Archéologues, historiens et paléoenvironnementalistes spécialistes de l’Afrique peuvent aujourd’hui confronter leurs données, qui s’accumulent, grâce en particulier à l’augmentation du nombre des datations par le radiocarbone. Mais l’Afrique, même réduite à son quadrant nord-ouest, est géographiquement immense, archéologiquement parfois à peine défrichée et historiquement peu fournie en documents écrits avant les tout derniers siècles.

2Le moment semble cependant venu de tenter une synthèse de ces connaissances souvent disparates. En Afrique, le xxe siècle a fourni une histoire, tant climatique qu’humaine, fréquemment dramatique, avec, en particulier dans les zones charnières du Sahel, de l’Atlantique au Nil et à la Corne de l’Afrique, une interaction constante entre phénomènes climatiques et action anthropique. Les sécheresses surtout, qu’elles soient annuelles ou étalées sur cinq, dix ou vingt-cinq ans – et parfois plus –, ont joué un rôle essentiel dans la vie des peuples de la région. Elles ont provoqué famines, effondrements démographiques, migrations, voire guerres civiles et coups d’État.

  • 1  P. DeMenocal, 2001 ; H. Weiss, R.S. Bradley, 2001.

3Il en a été de même dans le passé, depuis que l’Afrique de l’Ouest a développé agriculture, métallurgie, sédentarité villageoise et urbaine, structures politiques – étatiques, sociales, religieuses… Affirmer que les faits climatiques sont responsables de l’évolution anthropique serait évidemment excessif, mais établir le plus précisément possible la chronologie des événements naturels et humains est essentiel. D’ailleurs, les récentes avancées dans ce domaine ont souvent provoqué des polémiques, selon que l’on privilégie le fait climatique ou le fait anthropique. Historiens et spécialistes (archéologues et paléoenvironnementalistes) des périodes plus anciennes n’ont pas forcément le même point de vue sur le sujet : les historiens ne mettent que rarement en avant les facteurs environnementaux. Il est certes très difficile, compte tenu des lacunes de la documentation, de comprendre les causes de phénomènes comme les conflits entre structures politiques ou le déclin de royaumes, les facteurs étant le plus souvent multiples, mais nous pensons que le climat fut un facteur très important, sans doute le plus important dans certains cas1. Cette contribution, qui est un état des connaissances les plus récentes, s’efforce de mettre en valeur le rôle du climat.

4En Afrique nord-tropicale, les environnements se répartissent en trois grands domaines zonaux (figure 1). Au sud de la zone étudiée ici, de part et d’autre de l’équateur, se développe la grande forêt ; on observe ensuite, en allant vers le nord, une très large bande occupée par les savanes qui sont caractérisées par un mélange d’arbres, avec des densités variables, et de surfaces couvertes de plantes herbacées, surtout des graminées ; enfin on atteint les étendues désertiques du Sahara, où la végétation est presque inexistante et où les surfaces sont surtout colonisées par des dunes mobiles. Cette succession correspond à un gradient climatique, allant du plus humide, vers l’équateur, au plus aride sur le Sahara. Dans la bande occupée par les savanes, la décroissance de l’humidité, qui se marque par la diminution des pluies annuelles, mais aussi de la longueur de la saison pluvieuse, affecte surtout la densité des arbres. Vers le sud, dans ce qu’on appelle la bande « soudano-guinéenne » et qui se situe juste au nord de la grande forêt, la densité des arbres est élevée, mais la canopée reste ouverte, ce qui permet un certain développement des herbacées. Dans la bande « soudanienne » qui lui succède vers le nord, l’humidité décroît, en même temps que la densité des arbres. Pour le Sahel, qui constitue la bande la moins humide juste au sud du Sahara, la densité des arbres est minimum, présentant un aspect steppique, avec surtout des arbres adaptés à un climat relativement sec, comme les acacias.

  • 2  Lors de la phase aride du milieu du xve siècle, des villages se sont installés dans le fond asséch (...)
  • 3  M. Leblanc et al., 2006.

5Lorsque le climat devient plus sec, le Sahel prend des allures de Sahara méridional. En revanche, lorsque les précipitations augmentent, le paysage devient plus arboré. Certains milieux ont cependant une vie particulière, comme le long des grands fleuves – Sénégal, Niger, Chari et Logone, Nil – dont les zones sources se trouvent dans des régions relativement humides, correspondant essentiellement à la zone soudano-guinéenne. Ainsi le lac Tchad, qui est actuellement alimenté à près de 85 % par les apports fluviatiles du Chari et du Logone, présente des fluctuations qui reflètent surtout l’évolution climatique de la zone soudano-guinéenne où tombent l’essentiel des pluies. Lors des épisodes arides, il peut servir de zone refuge2. En revanche, durant certaines périodes très humides, il peut aussi se transformer en mer intérieure, appelée MégaTchad, et atteindre la taille de la mer Caspienne, comme lorsque les pluies ont beaucoup augmenté à l’Holocène moyen3.

Figure 1 : Le Sahel actuel dans son cadre physique en Afrique de l’Ouest

Figure 1 : Le Sahel actuel dans son cadre physique en Afrique de l’Ouest

D’après P. Rognon, 1993, Vallées du Niger, p. 41.

6Durant l’Holocène, c’est-à-dire depuis onze mille ans, les isohyètes ont effectivement « glissé », soit vers le nord (phase plus humide), soit vers le sud (phase plus sèche). Concernant le xxe siècle et depuis une cinquantaine d’années, on a surtout assisté à un certain glissement des isohyètes vers le sud. L’amplitude de ce mouvement est encore discutée, mais l’observation de la sécheresse dramatique des années 1965-1985 indique que l’aridification peut être brusque. Mais elle n’a pas été une inéluctable évolution vers le désert. Au cours des trois derniers millénaires, les variations climatiques ont présenté de fortes amplitudes, l’alternance entre phases humides et phases sèches restant la règle. Il suffit de rappeler que la dernière rémission humide, entre environ 800 et 1200 cal BP, a vu à la fois l’arrivée de l’Islam, le développement des échanges transsahariens et celui de plusieurs royaumes, tant sur les fleuves Sénégal et Niger qu’autour du lac Tchad. Cependant, quoi qu’il en soit, les conséquences ne sont pas les mêmes à 20° nord (limite de l’élevage bovin, apparition du désert) et à 18° (limite de la culture du mil).

7Les travaux décryptant les environnements anciens dans la zone nord tropicale apportent des réponses de plus en plus détaillées, qui réduisent la marge d’imprécision parfois à moins d’un siècle. De plus, concernant le dernier millénaire, des données historiques parfois relativement précises, comme, par exemple, avec la carte de Fra Mauro (voir plus bas), permettent d’apporter des précisions chronologiques avec une marge d’erreur de moins de vingt ans. Les multiples techniques d’analyse et de datation des sédiments, surtout terrestres, sont de plus en plus efficaces. La courbe climatique, qui ne cesse d’osciller de l’aride à l’humide, cerne de mieux en mieux les grands épisodes ayant caractérisé l’Holocène, avec des phases soit nettement « arides », soit plus « humides ». C’est pourquoi cet article est un essai de synthèse paléoenvironnementale et paléoclimatique croisée avec la chronologie préhistorique et historique.

8La période historique profite, de plus, du fait que l’archéologie et l’histoire peuvent s’éclairer mutuellement. En effet, à partir du Moyen Âge, il existe des récits de voyageurs et de géographes arabes et européens, puis plus tard des chroniques locales, qui apportent des informations historiques importantes, permettant de préciser certaines données archéologiques dont le calage chronologique n’avait été obtenu que par des datations absolues. C’est ainsi que les textes signalant des sécheresses, des crues exceptionnelles, des famines, l’abandon d’habitats, ou donnant des indications sur la baisse du niveau des puits (cf. figure 9) peuvent être parfois précisés par des données archéologiques ou géologiques. La combinaison de ces diverses données conduit, en particulier, à une meilleure reconstitution de l’évolution climatique qui, on le verra, a fortement influencé et parfois déterminé pour ces périodes l’action politique et économique de l’homme.

9Concernant les paléoenvironnements des deux derniers millénaires, certaines régions ont fait l’objet de recherches relativement détaillées, comme dans le bassin du Tchad, la région aval du delta intérieur du Niger et le pays dogon au Mali. Plus au sud, on peut aussi signaler l’étude de certains secteurs du domaine forestier autour du golfe de Guinée (Ghana, Cameroun, Gabon et Congo), ainsi que l’étude de carottes marines prélevées au large de la Mauritanie et du Sénégal, et plus au sud, au large du Cameroun et du delta du fleuve Congo.

10Or tous ces travaux sont fondamentaux, comme s’en aperçoivent désormais archéologues et historiens. Les périodes alternées de précipitations importantes et de crises arides ont en effet joué un rôle considérable dans la naissance, le développement et la fin des formations politiques et culturelles de l’Afrique tropicale. Le rôle écologique de l’action anthropique peut être parfois important, en particulier celui de l’agriculture et de la métallurgie, par l’intermédiaire des brûlis, des défrichements et de l’intensification des cultures, bien que ces diverses contraintes n’empêchent pas des rémissions environnementales lorsque survient une nouvelle période plus humide.

11Il est donc indispensable de cerner les connaissances actuelles sur les variations paléoenvironnementales et paléoclimatiques depuis près de quatre mille ans – connaissances nécessaires à une bonne compréhension de l’histoire de l’Afrique tropicale, du Sahel au golfe de Guinée. Mais il faut garder constamment à l’esprit, d’une part, que le sens des mots « aridité » (ou « crise aride ») et « humidité » est d’une grande relativité, selon la latitude et le milieu, et, d’autre part, que la région est immense et géographiquement très variée (dépressions humides, plateaux, massifs dunaires, fleuves, intérieur du continent et littoral…).

Les mécanismes régionaux du climat

12La mousson estivale constitue le premier facteur climatique du Sahel. En effet, la saison des pluies, qui se produit au cœur de l’été, résulte de la mousson qui remonte vers le nord à cette époque de l’année. Le front de la mousson sur l’Afrique de l’Ouest matérialise ce que les climatologues appellent la zone de convergence intertropicale, ou ZCIT. En effet, c’est à ce niveau que convergent les alizés de l’hémisphère Nord et ceux de l’hémisphère Sud. L’alizé boréal, venant du nord, correspond ici à l’harmattan, vent sec soufflant vers le sud-ouest depuis le Sahara. L’alizé austral se charge en air humide lorsqu’il survole l’Atlantique Sud et c’est ainsi qu’il se transforme en mousson, lorsqu’il franchit l’équateur et pénètre au-dessus de l’Afrique.

  • 4  S.E. Nicholson, J.P. Grist, 2001.
  • 5  J. Maley, 1997.
  • 6  S. Janicot et al., 2008.

13Les principaux moteurs qui actionnent les alizés sont les deux grandes ceintures anticycloniques au nord et au sud de l’équateur. La puissance de ces anticyclones résulte essentiellement du contraste thermique pôle-équateur. Ainsi c’est durant l’hiver austral – culminant durant les mois de juin, juillet et août – que le contraste thermique est maximum sur l’hémisphère Sud. De ce fait, c’est durant ces mois que les alizés austraux sont les plus puissants, et avec eux la mousson qui est ainsi poussée vers le nord. En même temps, le rayonnement solaire et la température sont à leur maximum sur l’hémisphère Nord, et en particulier sur le Sahara, ce qui y entretient un système dépressionnaire facilitant la remontée vers le nord du flux de la mousson. Toutefois, si le flux de la mousson envahit chaque année le Sahel, un peu comme une marée régulière, cette condition est nécessaire mais pas du tout suffisante pour qu’il y pleuve régulièrement. En effet d’autres conditions sont nécessaires pour déclencher effectivement les pluies à l’intérieur du flux de la mousson. Depuis longtemps les climatologues essayent d’analyser ces diverses conditions pour comprendre en détail les phénomènes et surtout pour pouvoir faire des prévisions météorologiques, afin d’informer à l’avance les agriculteurs du Sahel. Le total annuel des pluies, par rapport à une valeur moyenne calculée sur trente ans ou plus, peut être soit supérieur à cette moyenne (année « humide »), soit inférieur (année « sèche »). Lorsqu’on considère le domaine tropical au nord de l’équateur, on constate ainsi que, lorsque les pluies sont plus importantes (ou plus faibles) au Sahel, les pluies peuvent présenter, la même année, des tendances opposées plus au sud, sur la bande forestière « guinéenne » qui s’étend juste au nord du golfe de Guinée. Le « dipôle » mis ainsi en évidence pourrait aider à comprendre le fonctionnement des systèmes pluvieux4, d’autant plus qu’on le retrouve à plus long terme durant l’Holocène5. Toutefois, en analysant le déplacement annuel de la ZCIT depuis les années 1950, il a été constaté que la latitude maximum de sa remontée vers le nord varie peu entre une année « sèche » et une année « humide » au Sahel. Cette constatation importante montre que les facteurs contrôlant la genèse des pluies résultent surtout de la dynamique interne qui se développe dans le flux de la mousson et qui est liée à des ondes et à des vents transversaux, surtout d’est en ouest, circulant à l’intérieur (jet africain d’est) ou au-dessus de la mousson (jet tropical d’est)6.

  • 7  S. Janicot et al., 2008 ; M.E. Mann et al., 2009.
  • 8  V. Trouet et al., 2009.
  • 9  R. Seager et al., 2007.
  • 10  S. Janicot et al., 2008.

14Concernant les situations climatiques de type « dipôle », les climatologues ont montré que ces « anomalies », caractérisées par des pluies plus élevées ou plus faibles suivant les zones, présentent des corrélations positives ou négatives relativement régulières avec les variations des températures marines de surface (TMS) sur les océans voisins de l’Afrique, mais aussi sur des océans plus éloignés, comme le Pacifique, où interviennent des anomalies des TMS de type El Niño et la Niña7, ou encore avec la variation de la pression atmosphérique sur l’Atlantique Nord, qui détermine l’oscillation nord-atlantique8. Ces constatations, qui ont été mises à profit pour effectuer des prévisions, apportent aussi une aide à la compréhension des variations climatiques à plus long terme sur la région tropicale9. Les recherches se poursuivent encore actuellement, par exemple avec le programme international AMMA (Euro-African Monsoon Multidisciplinary Analysis) qui, avec de gros moyens, étudie la mousson africaine suivant un transect sud-nord allant du Bénin au Niger10.

Figure 2 : Variabilité des précipitations en Afrique de l’Ouest

Figure 2 : Variabilité des précipitations en Afrique de l’Ouest
  • 11  Les pluies de la zone soudanienne présentent généralement des tendances « charnières », c’est-à-di (...)

Schéma fondé sur le renforcement ou l’affaiblissement alterné des anticyclones subtropicaux (AA) au nord et au sud, avec trois situations principales : les deux premières illustrent un dipôle classique durant la période contemporaine qui oppose (1) soit des précipitations en baisse sur les régions nord-tropicales, du Sahel à la zone soudano-guinéenne, et en augmentation sur la zone guinéenne forestière, (2) soit l’inverse, des précipitations en hausse du Sahel à la zone soudano-guinéenne et en baisse sur la zone guinéenne forestière. La situation (3) résulterait d’un renforcement simultané des anticyclones au nord et au sud ; cette dernière situation, très atypique au xxe siècle, est marquée par un renforcement des pluies dans une bande centrale correspondant approximativement à la zone soudano-guinéenne11.

D’après M. Leroux, 1996, fig. 84.

  • 12  M. Leroux, 1996.
  • 13  J. Maley, 2010.

15Toutefois, le fonctionnement de type « dipôle » n’est pas constant, car d’autres situations peuvent exister, en particulier comme on le voit sur le schéma élaboré par Leroux12 pour la période contemporaine (approximativement le xxe siècle) (figure 2). En plus des situations 1 et 2, associées à un système de « dipôle », il a aussi défini une troisième situation, très atypique et très peu fréquente durant le xxe siècle, avec des pluies nettement déficitaires sur le Sahel et aussi sur la bande guinéenne, mais, au contraire, très élevées sur une bande intermédiaire située au nord de la forêt équatoriale et correspondant à la zone « soudano-guinéenne », où dominent des savanes relativement arborées. Leroux estime que cette situation particulière pourrait résulter d’un renforcement simultané des anticyclones subtropicaux au nord et au sud de l’équateur, d’où résulterait un blocage de la ZCIT à ce niveau, ce qui expliquerait l’importance des pluies. En suivant l’hypothèse de cet auteur et d’après la thermodynamique qui régit l’activité des anticyclones subtropicaux, ce cas particulier devrait, a priori, résulter de conditions froides relativement généralisées, ayant pu aussi affecter les TMS. Or le recensement des variations paléoenvironnementales au cours des trois derniers millénaires montre que, si la situation 3 est très atypique au xxe siècle, elle a été en revanche dominante lors de certaines périodes étudiées ici, comme particulièrement au xviie siècle, ainsi qu’entre environ 300 et 700 AD et 2800 et 2500 cal BP. On peut ajouter aussi une période « froide » similaire de l’Holocène inférieur, de 8300 à 8100 cal BP13. Pour de telles périodes, la résultante climatique qu’on a pu observer est une opposition des tendances entre le Sahel, alors très sec à aride, et la zone soudano-guinéenne, très humide.

  • 14  P. Knippertz, 2005 ; P. Knippertz, A.H. Fink, 2009.

16Le problème principal pour expliquer ce déphasage climatique est qu’un tel phénomène a été quasiment inconnu durant le xxe siècle, période servant habituellement de référence aux études climatiques. Toutefois, le fait que ces diverses périodes aient toutes été associées à des refroidissements marqués sur l’hémisphère Nord, comme par exemple le xviie siècle avec le maximum du petit âge glaciaire, est une donnée qui explique bien le renforcement de l’harmattan et l’activité éolienne sur le Sud du Sahara et au Sahel. Concernant le blocage de la ZCIT qui serait envisagé ici au niveau de la zone soudano-guinéenne, on peut tout d’abord rappeler que les climatologues ont récemment montré que, chaque année, la remontée de la ZCIT vers le nord marque un temps d’arrêt au sud du Sahel, avant le « saut de la mousson » plus au nord, lorsque les conditions climatiques favorables aux pluies s’installent sur le Sahel. Le blocage de la ZCIT discuté plus haut pourrait-il être éventuellement apparenté à celui qui précède le « saut de la mousson » ? Toutefois, une hypothèse complémentaire peut être proposée pour expliquer l’importance de la saison des pluies. En effet, au xxe siècle, pendant la saison sèche qui intervient de novembre à avril sur la zone soudano-guinéenne, des pluies exceptionnelles se formant au nord du front de la mousson ont été parfois observées. Ces pluies, qui ne sont donc pas des pluies de mousson, dépendent de « dépressions extra-tropicales » qui sont de type cyclonique et se rattachent à la circulation des vents d’ouest, dominants aux latitudes moyennes de l’hémisphère Nord14. On pourrait donc envisager ainsi une certaine fréquence de ces dépressions extratropicales lorsque la ZCIT resterait bloquée au niveau de la zone soudano-guinéenne, auxquelles succéderaient, une fois la ZCIT remontée plus au nord, des pluies formées dans la mousson. On aurait donc ainsi, au total, une saison des pluies relativement longue et importante, conservant cependant une saisonnalité de type savane.

  • 15  F. Hintze, U. Hintze, 1968 ; C. Rilly, 2010.
  • 16  J. Maley, 1981, 2010 ; F. Gasse, 2000.
  • 17  J. Maley, 1977 ; 2010, p. 251-258.
  • 18  F. Meier, P. Knippertz, 2009.
  • 19  J. Dubief, 1963, 1999.

17Concernant les paléoenvironnements de l’Afrique tropicale, il est intéressant de remarquer que les principales variations climatiques, mises en évidence plus bas au cours des derniers millénaires, se rattachent fréquemment aux trois principaux types d’anomalies présentés sur la figure 2. Toutefois d’autres anomalies existent, en particulier quand le Sahel était relativement humide, comme durant une grande partie du Moyen Âge, lorsque plusieurs grands royaumes se sont développés au Sahel, en s’étendant même sur le Sud du Sahara. Les données récoltées montrent ainsi qu’entre les viie et xive siècles les capitales – présumées – du royaume du Ghana (Koumbi-Saleh) et du royaume du Kanem (Manam) se situaient sur le Sud du Sahara. Plus à l’est, le développement durant la même période des principautés chrétiennes situées en Nubie, dans l’actuel Soudan15, a pu aussi être facilité par cette phase relativement humide. Diverses données, soit historiques pour le Ghana médiéval et d’autres régions proches, soit de type géologique pour le Kanem, et exposées ci-dessous, montrent que la saison des pluies annuelles était nettement plus longue et, de ce fait, présentait une évaporation réduite. En fait, cette période relativement humide qui a duré près de huit siècles, avec plusieurs interruptions arides, pourrait être comparée, bien qu’en beaucoup moins importante, avec les grandes périodes humides qui ont été souvent décrites au cours de l’Holocène inférieur et moyen16. Fondée en particulier sur des données isotopiques de l’oxygène obtenues sur les cernes mensuels d’accroissement de coquilles datées de l’Holocène moyen et prélevées au sud du Sahara, l’hypothèse a été avancée17 que certaines phases humides pouvaient résulter de la succession annuelle de deux saisons des pluies différentes, l’une, en été, correspondant aux pluies de la mousson, et une seconde, surtout au printemps, associée à des pluies qui se forment encore parfois actuellement au nord du front de la mousson (« pluies de Heug » ou « pluies des mangues ») et qui dépendent de dépressions extratropicales18. Au xxe siècle, ces dépressions ont également été actives certaines années au Sahara où elles ont été nommées « dépressions sahariennes19 ». On pourrait donc ainsi estimer que la phase humide qui a affecté l’Afrique de l’Ouest durant une partie du Moyen Âge aurait résulté annuellement de deux saisons des pluies différentes.

  • 20  M.E. Mann et al., 2008.

18C’est probablement en replaçant ce climat particulier dans un cadre plus global qu’il pourra être mieux interprété, car, il est nécessaire de le rappeler ici, la période entre 800 et 1200 AD a correspondu à ce que les spécialistes ont décrit comme la « phase chaude du Moyen Âge20 ». Toutefois, pour tout essai d’interprétation, il sera alors nécessaire d’analyser les situations climatiques non pas annuellement mais suivant un découpage saisonnier. Cette hypothèse caractérisée par la succession au cours de l’année de deux saisons des pluies, l’une se développant dans la mousson, l’autre résultant des dépressions extratropicales, est similaire à celle qui a été présentée plus haut pour expliquer le type 3 sur la figure 2, sauf que, pour ce premier cas, ce système climatique particulier ne concernait que la zone soudano-guinéenne, la zone sahélienne restant alors très aride. Là encore, ces différences ne pourront être interprétées que dans un cadre saisonnier et plus global.

  • 21  J. Maley, 2010.
  • 22  D’après E. Bard, M. Frank, 2007.
  • 23  M.E. Mann et al., 2008.
  • 24  H. Kuhnert, S. Mulitza, 2011.

19Enfin, on a constaté récemment que la variation des niveaux du lac Tchad au cours du dernier millénaire présentait une corrélation relativement bonne avec une courbe de variation de l’activité solaire (figure 2)21. La corrélation apparaît surtout au niveau de la cyclicité des variations, mais moins au niveau de leur amplitude. Il est intéressant de remarquer que la courbe de l’activité solaire22 a été minimum au xve siècle (phase Spörer), en même temps que le lac Tchad s’était asséché – ce qui a donc correspondu à une activité minimum de la mousson, du Sahel à la zone soudano-guinéenne –, qui pourrait correspondre à une situation très marquée de type 1 (figure 2). Or cet assèchement du lac Tchad survenu au milieu du xve se corrèle aussi avec une phase de refroidissement relativement brusque de l’hémisphère Nord, que les spécialistes associent au début du « petit âge glaciaire23 ». Mais, en revanche, comme on l’a vu plus haut, la seconde phase de refroidissement du « petit âge glaciaire », survenue au xviie siècle, a correspondu à une situation de type 3, caractérisée, au contraire, par un très haut niveau du lac Tchad qui était alors alimenté par des apports fluviatiles renforcés, venant de la zone soudano-guinéenne. En même temps, on peut observer que l’activité solaire était alors dans une phase de baisse continue (phase Maunder). Ce comportement tout à fait opposé de la mousson africaine entre les xve et xviie siècles montre que son fonctionnement est effectivement complexe et que, suivant les périodes, elle subit des influences multiples. À ce propos, il a été montré récemment24 que, vers le milieu du xve, la variation des TMS avait évolué d’une manière complètement opposée entre l’Est et l’Ouest de l’Atlantique tropical, en présentant d’une part une forte baisse près des côtes mauritaniennes, et d’autre part à l’ouest, au nord du Venezuela, une forte hausse quasiment synchrone. Ainsi, un tel « dipôle zonal » pourrait faire partie de la chaîne causale expliquant la forte baisse de la mousson au milieu du xve siècle. Ce dipôle zonal semble avoir disparu durant le xviie siècle, car on observe alors une baisse des TMS apparemment générale sur l’Atlantique tropical.

  • 25  B.M. Chase et al., 2010.

20Concernant le rôle de la variation de l’activité solaire sur les climats de l’Afrique tropicale, ce n’est pas tant la variation de l’insolation qui agirait directement – car elle a été très faible durant les derniers millénaires (figure 3) – que la variation des rayonnements non visibles, de diverses longueurs d’ondes, qui sont associés à la radiation solaire. Cette question est encore mal connue et très débattue parmi les spécialistes25.

Figure 3 : Variation comparée de l’activité solaire (IST, irradiance solaire totale), en watts par m2, et des niveaux lacustres du lac Tchad durant le dernier millénaire.

Figure 3 : Variation comparée de l’activité solaire (IST, irradiance solaire totale), en watts par m2, et des niveaux lacustres du lac Tchad durant le dernier millénaire.

La courbe de l’activité solaire (IST) est extraite d’E. Bard, M. Frank, 2007.

Évolution des paléoenvironnements pendant les trois derniers millénaires

Bassin du lac Tchad

4200-3200 cal BP

  • 26  M. Leblanc et al., 2006.
  • 27  G. Connah, 1981 ; P. Breunig, 2009.
  • 28  J. Maley, 2010 ; M. Servant, 1973.
  • 29  J.-L. Schneider, 1969, 1994.

21Après la grande phase aride qui a culminé entre 4700 et 4200 cal BP est intervenue une nouvelle phase humide entre environ 4200 et 3500, marquée en particulier par la dernière phase du paléo-Tchad entre les altitudes 285 et 288 m – bien plus bas que le méga-Tchad autour de 325 m de l’Holocène moyen26. Il a occupé surtout la dépression des pays bas du Tchad, mais en s’étendant jusqu’au secteur du lac Tchad actuel, où cette phase lacustre a correspondu à la formation d’un petit cordon sableux qui culmine à cette altitude au sud-est du lac actuel. On sait que le lac Tchad – qui correspondait approximativement à la partie sud de ce dernier paléo-Tchad – occupait alors un emplacement proche de l’actuel car, sur la plaine argileuse au sud du lac, les premiers habitats ont été datés vers 3800 cal BP27. L’alimentation de cette dernière phase du paléo-Tchad s’est faite, d’une part, par des pluies tombées sur le Sahel et le Sud du Sahara – car des dépôts lacustres remontant à cette période ont été retrouvés aux mêmes latitudes dans de petites dépressions isolées du Niger oriental voisin28 – et, d’autre part, par une alimentation fluviatile en provenance du Sud du bassin qui transitait surtout par le « delta récent » que Schneider29 a décrit sur le Nord de la plaine du Chari-Baguirmi, avec sa zone frontale située vers l’altitude de 286 m et son apex distal vers 300 m.

3200-2300 cal BP

  • 30  P. Breunig, K. Neumann, 2002 ; A. Mayor et al., 2005.
  • 31  S. Kröpelin et al., 2008.
  • 32  B. Makaske, 1998.
  • 33  T.J.J. Hanebuth, H. Lantzsch, 2008.
  • 34 In A. Berthelot, 1927 ; R. Carpenter, 1956.
  • 35  J. Maley, 2004a, p. 204.

22Le fonctionnement du Bahr el Ghazal a repris lorsque le paléo-Tchad a régressé à partir d’environ 3200 cal BP, comme le montre à Koro-Toro la datation d’une huître fluviatile en position de vie située à 25 m au-dessus du talweg actuel du Bahr. Cette phase d’écoulement du Bahr el-Ghazal s’est poursuivie probablement durant tout le IIIe millénaire cal BP, alimentée par des apports d’origine méridionale transitant par le delta récent, mais aussi par des débordements réguliers du lac Tchad. Ultérieurement, entre 2800 et 2500, une phase aride généralisée a été mise en évidence à travers le Sahel en Afrique de l’Ouest30 – phénomène confirmé par une importante reprise de l’activité éolienne à Ounianga, au nord du Tchad31, par une phase dunaire datée vers 2500 dans le « delta intérieur » du Niger32, ainsi qu’en Mauritanie33. Plus tard, vers 2500-2400 cal BP, de faibles étendues lacustres ont été observées au Borkou et au Kanem, probablement surtout alimentées par les apports du Bahr el-Ghazal. Ce long fleuve, qui est actuellement fossile, coulait alors jusque vers Koro-Toro pour former de vastes marécages dans la dépression du Borkou, où se trouve le point le plus bas du bassin du Tchad, à 165 m. C’est dans cet environnement et sur les bords de ce fleuve que s’est probablement achevée l’exploration des Nasamons, telle qu’elle a été racontée par Hérodote dans son fameux ouvrage historique34. Hérodote, mort en 424 avant J.-C., a rapporté qu’une expédition des Nasamons – qui vivaient dans la Syrte, au nord de la Libye – était partie vers le sud et, après un long voyage, avait atteint apparemment ce qui est actuellement le Borkou, à l’est des pays bas du Tchad. Les Nasamons furent capturés par « de petits hommes d’une taille inférieure à la moyenne […] qui les conduisirent à travers de très grands marais et au-delà, dans une ville où tous étaient de taille semblable et de couleur noire. Le long de la ville, un grand fleuve coulait du couchant vers le levant ; on y voyait des crocodiles35 ».

  • 36  J. Maley, 1981, 2010.
  • 37  R. Mauny, 1970.

23Toutefois, avant que des données géologiques bien datées aient établi la présence de marécages dans le Borkou vers 2400 cal BP36, certains historiens, comme R. Mauny en 1970, avaient interprété ce témoignage d’Hérodote en se fondant uniquement sur les environnements qui existent à l’époque actuelle au sud du Sahara. C’est ainsi que Mauny avait fait aboutir les Nasamons dans la boucle du Niger, jusqu’aux marécages situés autour du lac Débo37. Mais lorsqu’on examine la longueur des deux routes envisagées ici, celle vers le Borkou, via l’oasis de Koufra et le plateau des Erdis, est d’environ 1 600 km, tandis que celle vers les marécages situés à l’aval du delta intérieur du Niger, via le Sud du Tassili, le Nord de l’Aïr et de l’Adrar des Iforas, est comprise entre 3 800 et 4 000 km, soit près de 8 000 km aller et retour. Ce dernier voyage paraît non seulement improbable, vu sa très grande longueur et le but final certainement inconnu au départ, mais aussi impossible sans des moyens considérables, alors que le premier, beaucoup plus court, est le plus plausible.

2300-1800 cal BP

  • 38  J. Maley, 2004b, p. 168-169.
  • 39  J. Maley, 2010.
  • 40  O. Langlois, 2009 ; J. Rapp, 1984.
  • 41  J. Maley, 2010.
  • 42  L. Lespez et al., 2011, figure 5.
  • 43  B. Makaské, 1998, figure 4.36.

24Postérieurement à 2400 cal BP, le climat humide a évolué progressivement vers une phase très érosive qui a perduré jusque vers 1800 cal BP. Cette phase a été caractérisée par d’importantes crues dévastatrices, entre lesquelles les cours d’eau pouvaient s’assécher, correspondant donc à une saisonnalité climatique élevée, ce qui a conféré un caractère relativement aride à cette période. Un des caractères remarquables de cette phase est sa grande extension latitudinale, puisque de fortes érosions associées à des dépôts grossiers ont été datées de cette époque jusque sous l’équateur, dans le bassin forestier du Congo38. Plus au nord, cette phase érosive s’est fortement marquée dans la zone soudano-guinéenne, en particulier par une formation conglomératique qui caractérise la base d’une « basse terrasse » au sud du bassin du Tchad39. Un hiatus a été observé pour cette époque dans des dépôts archéologiques au sud du lac Tchad40. Mais c’est plus au nord que l’action érosive a été la plus spectaculaire en s’exerçant fortement le long du Bahr el-Ghazal (dénivelé d’environ 120 m sur environ 400 km, entre le début du Bahr el-Ghazal et la dépression du Borkou), avec une érosion d’environ 15 m à Salal, dans sa partie moyenne, et jusqu’à près de 40 m à Koro-Toro41. Cette longue phase érosive s’est aussi étendue sur l’Afrique de l’Ouest, avec en particulier un hiatus bien marqué entre 2400 et 1700 cal BP sur l’enregistrement sédimentaire à haute résolution obtenu sur les dépôts fluviatiles d’Ounjougou (plateau de Bandiagara) au Mali42. Cette érosion paraît s’être exercée aussi sur le chenal du Bani, vers l’entrée du delta intérieur du Niger43.

  • 44  R. Mauny, 1950, p. 270-273.
  • 45  M. Cremaschi, A. Zerboni, 2009.

25Il est intéressant de citer ici le premier grand géographe de l’Antiquité, Claude Ptolémée, dont le monumental Guide géographique, rédigé à Alexandrie, a été daté du milieu du iie siècle de notre ère. On peut donc penser qu’il rapporte des données concernant le ou les deux siècles précédents (environ 2100-1850 cal BP). Parmi les très nombreux auteurs ayant étudié la carte de Ptolémée, on pourrait citer ici l’article très détaillé que Mauny44 a publié en 1950 et dans lequel, en particulier, il a tenté d’identifier les diverses branches des deux fleuves situés en « Libye intérieure », les fleuves Nigeir et Gueir. D’après les noms des diverses localités et peuplades mentionnées le long de son parcours, Mauny tente d’attribuer le Nigeir à l’oued Saoura actuel. L’attribution est beaucoup plus difficile pour les trois branches du Gueir qui se situent plus à l’est. La branche située vers le nord part des marais Chilonides et celle vers le sud part du mont Garamantique. Il pourrait donc s’agir d’un cours d’eau parcourant le Sud du pays des Garamantes – dont on sait qu’à l’époque romaine il se situait entièrement sur la Libye actuelle45 –, mais, comme Mauny le fait remarquer, ce pays ne comportait pas de rivière ! Il y a aussi une branche médiane et plus orientale qui part des marais Nouba (vers la Nubie ?), et qui, suite à un cours souterrain ( ?), rejoint le Gueir près de la confluence des deux branches précédentes. L’attribution des trois branches du Gueir à des cours d’eau connus paraît donc très difficile, sinon impossible.

  • 46 Cf. D. Lange, 1980.

26Toutefois, a contrario, si un grand lac Tchad avait existé à l’époque de Ptolémée, il en aurait eu certainement connaissance et l’aurait figuré sur sa carte, un peu comme, beaucoup plus tard, au xiiie siècle, Ibn Saïd avait décrit le très grand lac Koura46 qui correspond au lac Tchad actuel. Lorsqu’on revient aux paléoenvironnements décrits plus haut et qui correspondent aux diverses données géologiques concernant l’époque discutée ici (environ 2100-1850 cal BP), on constate qu’il s’agit surtout d’une période caractérisée par des érosions intenses ayant creusé des talwegs très profonds. On pourrait donc éventuellement conclure que le secteur du lac Tchad était aussi alors très raviné et donc quasi inexistant, sinon sous forme de vastes marécages saisonniers. Seraient-ce les marais Nouba de Ptolémée, d’où partait une rivière dont le cours était en partie souterrain (l’actuel Bahr el Ghazal ?). Plus tard, au Moyen Âge, d’autres auteurs, comme Ibn Saïd cité plus haut, parleront aussi d’un cours d’eau, appelé Nil Misr, qui « s’évapore » au pied d’une montagne pour réapparaître de l’autre côté, formant une des sources éventuelles du Nil égyptien !

iie au xiie siècle AD (1800-800 cal BP)

  • 47  J. Maley, 2010 ; M. Servant, 1973.
  • 48  L.A. Holmes et al., 1999.
  • 49  S. Stokes et al., 2004.
  • 50  J. Maley, 1982.

27Le climat a changé complètement à partir d’environ 1800 cal BP, car on observe alors que ce sont les dépôts de sédiments fins, de type argileux, qui ont dominé entre 1800 et 1300 cal BP (200 à 700 AD) une première phase de remblaiement de la « basse terrasse » signalée plus haut au sud du bassin du Tchad. Ce remblaiement fluviatile de type argileux se retrouve plus en aval sur des coupes au sud du lac Tchad, et enfin dans le Bahr el-Ghazal, où un remblaiement de même type a été observé sur quatre mètres à Salal, daté vers la base d’environ 1700 cal BP, constituant ainsi la première phase du remplissage du talweg47. Toutefois, paradoxalement, pendant la mise en place de ce remblaiement sédimentaire qui avait pris sa source sur la zone soudano-guinéenne, d’autres données précises, connues par des datations par thermoluminescence venant de la zone sahélienne, indiquent une reprise de l’activité éolienne, en particulier au Manga entre environ 1800 et 1300 cal BP 48 et dans la boucle du Niger49. On a ici un exemple typique d’un déphasage climatique complet entre, d’une part, une phase très aride sur le Sahel et le Sud du Sahara, marquée par une phase de réactivation éolienne, et d’autre part, au contraire, une phase très humide sur la zone soudano-guinéenne. La dominance des dépôts fins dans la partie inférieure de la « basse terrasse » a été attribuée au fait qu’il s’agit surtout de sédiments de type lœssique qui seraient le résultat des apports de poussières sahariennes vers le sud, causés par le renforcement de l’harmattan plus au nord50. Le déphasage climatique décrit ici est un phénomène très particulier qui a déjà été discuté plus haut, pour une phase similaire intervenue au xviie siècle.

  • 51  M. Leblanc et al., 2006, figure 1.
  • 52  J.A. Rodier, 1962 ; J. Maley, 1981, p. 57-63 ; J.C. Olivry et al., 1996.
  • 53  E. Treinen-claustre, 1982.

28Concernant le lac Tchad, on a vu plus haut, que depuis le début du IVe millénaire cal BP, il ne s’était plus étendu sur la plaine argileuse qui le borde au sud. De ce fait, on peut déduire que la stabilisation de son niveau n’avait pu résulter que de l’existence d’un déversoir situé au nord-est du lac et par lequel le trop-plein des eaux débordait dans le Bahr el-Ghazal. En effet, comme l’ont montré des études de géographie physique, l’existence du lac Tchad dans sa position actuelle sur le flanc sud du bassin (en moyenne vers 282 m durant le xxe siècle) et non près du point le plus bas, 165 m, qui se situe nettement plus au nord au Borkou, résulte de l’existence d’un seuil géomorphologique qui se trouve au Kanem, près de sa rive orientale51. Et c’est ce seuil qui a déterminé l’existence et la position d’un déversoir. Celui-ci a fait l’objet d’études hydrologiques par l’ORSTOM52, qui ont montré que l’alimentation du Bahr el-Ghazal par le lac Tchad et l’établissement d’un écoulement permanent de ce fleuve ne pouvaient intervenir que lorsque le lac atteint et se maintient à une altitude proche de 286 m. De ce fait, il apparaît que, au cours du Ier millénaire de notre ère, le niveau du lac a dû se situer quasiment toujours au niveau de son déversoir, mais avec probablement des conditions climatiques variables à travers le bassin du Tchad. En effet les données exposées ci-dessus montrent qu’à partir du viie siècle (1300 cal BP) le climat a changé. D’une part, l’aridité a cessé au Sahel et, d’autre part, sur le haut bassin, est intervenue une deuxième phase de remblaiement de la « basse terrasse » qui a débuté vers 800 de notre ère (1200 cal BP) et a été composée par des sédiments relativement sableux, d’où l’on peut déduire une saisonnalité plus marquée des pluies. Plus vers l’aval, dans le Bahr el-Ghazal, une deuxième phase de remblaiement limoneux a achevé le colmatage de son talweg. On peut préciser que ce colmatage s’est terminé un peu avant le xiiie siècle, car certains sites du « haddadien », culture dont la fin se situe au xiiie siècle, ont été observés dans le lit du Bahr au sud de Koro-Toro53. Ce colmatage accéléré a été causé par les apports fluviatiles qui ont transité directement par le « delta récent » décrit plus haut. Toutefois, le déversoir du lac Tchad y a contribué aussi, surtout par des apports liquides, car la charge sédimentaire des apports fluviatiles arrivant au lac devait s’y décanter largement.

xiiie-xixe siècles

  • 54  J. Maley, 1981, 2004a, 2010.

29L’histoire du lac au cours du dernier millénaire a pu être en partie reconstituée grâce à l’étude de plusieurs carottes (figure 4a). Par interpolation, la base de la principale, prélevée à Baga-Sola, a été datée vers le xie-xiie siècle. Les analyses polliniques effectuées sur cette carotte ont permis de reconstituer les grandes lignes de l’histoire de la végétation. Par ailleurs, des précisions chronologiques importantes ont été apportées par diverses données historiques qui ont permis de dater quelques situations d’assèchement et de débordement remarquables du lac54 (figure 4b).

Figure 4a : Stratigraphie et analyses polliniques du dernier millénaire de notre ère

Figure 4a : Stratigraphie et analyses polliniques du dernier millénaire de notre ère

- À droite : stratigraphie des dépôts lacustres dans l’archipel méridional du lac Tchad d’après des carottes prélevées près de Bol (Bol-Tandal, Bol-Berim, Mandi) et vers le nord de la « grande barrière » (haut-fond séparant les bassins nord et sud du lac Tchad ; carotte prélevée à 15 km au sud de Baga-Sola). Corrélations stratigraphiques entre les différentes carottes, et deux datations au radiocarbone. Les niveaux d’argiles organiques « tourbeuses », d’argiles sableuses et de sédiments carbonatés (Berim) correspondent à des bas niveaux lacustres (r/régressions), et les niveaux argileux à des hauts niveaux lacustres relatifs (t/transgressions). La chronologie calendaire reconstituée des différentes régressions et transgressions lacustres est fondée sur ces deux datations et sur des points remarquables calés par quelques données historiques (J. Maley, 1981, 2004, 2010).
- À gauche : spectre pollinique synthétique (pourcentages relatifs) de la carotte de Baga-Sola regroupant les pollens des éléments sahélien, soudano-guinéen et des plantes hygrophiles. Les courbes polliniques ont été construites en utilisant le rapport à la moyenne avec une échelle logarithmique. La position des échantillons étudiés, de 1 à 8, est indiquée par des barres noires. Sur le spectre synthétique sont portés en bas les numéros des échantillons et en haut les phases lacustres (t/transgression ou r/régression) auxquelles ils ont été rattachés (J. Maley, 1981, 2004). En palynologie, on utilise fréquemment la variation de la végétation hygrophile comme donnée « proxi » de la variation des niveaux lacustres.

Figure 4b : Variation des niveaux du lac Tchad au cours du dernier millénaire

Figure 4b : Variation des niveaux du lac Tchad au cours du dernier millénaire

J. Maley, 1981, 2004a.

  • 55  J. Maley, 2004a.
  • 56  D. Lange, 1980.
  • 57  J. Maley, 2010, p. 256.
  • 58  J. Maley, 2004a.

30Les données polliniques obtenues sur la carotte de Baga-Sola55 montrent qu’au xiie siècle la végétation sahélienne autour du lac Tchad était nettement plus développée qu’actuellement, et donc associée à des pluies régionales plus importantes. On peut associer cette information à certaines données historiques, comme les descriptions rapportées par Ibn Fatima qui a visité la région durant la première moitié du xiiie siècle, lorsque le sultan Dounama Dibalémi (vers 1210-1248) régnait au Kanem56. De plus, à ces données, il est nécessaire d’ajouter celles venant de l’Afrique de l’Ouest, et en particulier celles concernant le développement du royaume du Ghana. On peut conclure qu’à cette époque les pluies régionales étaient plus importantes et devaient probablement correspondre à deux saisons des pluies successives (pluies de « printemps » et pluies de mousson en été)57. De plus, la plus grande persistance des pluies et des nuages au cours de l’année avait probablement conduit à une certaine baisse de l’évaporation. En effet, il est possible de caractériser l’importance des apports fluviatiles car ceux-ci sont marqués par les pollens de type soudano-guinéen (figure 4a). Or on constate que jusqu’au xvie siècle (niveau 6-r3) ces pollens, qui sont transportés par les fleuves depuis les hauts bassins du Chari et du Logone, présentaient alors des pourcentages inférieurs de moitié par rapport à ceux de l’époque contemporaine (niveau 8-r4), ce qui montre que dans l’alimentation du lac, les apports d’origine méridionale devaient avoir jusqu’au xvie siècle (excepté durant les intermèdes arides) un rôle nettement moins important, car actuellement près de 85 % de son alimentation résulte des apports fluviatiles et seulement environ 15 % vient des pluies régionales58. À cette époque, du fait des pluies plus importantes, la zone sahélienne devait être dans son ensemble nettement plus humide, ce qui favorisait le développement des populations régionales. C’est attesté, par exemple, par le fait que les capitales probables du royaume du Kanem, Manam, et de l’ancien royaume du Ghana, Koumbi Saleh, se trouvaient alors, pour l’une, au nord du Kanem, vers la limite sud actuelle du Sahara, et, pour l’autre, dans une situation similaire au sud de la Mauritanie actuelle.

  • 59  C. Seignobos, 1993.
  • 60  J. Maley, 2004a, p. 209.

31Vers le début du xve siècle, le climat s’est dégradé à nouveau. Les écoulements du Chari et du Logone ont fortement diminué, et ils ont été si faibles vers le milieu du xve siècle que la partie méridionale du lac Tchad s’est complètement asséchée. Plusieurs données géologiques précises ont été rapportées à ce phénomène, en particulier des fissures de dessication remplies de débris carbonisés et la formation d’une croûte calcaire dans l’archipel près de Bol. Or cette phase d’assèchement a été confirmée par C. Seignobos59 qui a récolté des données détaillées de la tradition orale qu’il a obtenues auprès de certaines tribus Fellata (Peuls) vivant actuellement au sud du lac Tchad. Par recoupement avec des faits historiques, cet auteur a pu dater l’assèchement du milieu du xve siècle, ce qui correspond bien à la valeur moyenne des deux datations au radiocarbone obtenues précédemment, dont une sur les débris carbonisés signalés plus haut. Cette tradition rapporte qu’à cette époque une très forte sécheresse régionale avait obligé les Fellata à déplacer leurs villages dans la partie asséchée au sud du lac Tchad, où il y avait encore des pâturages et de l’eau dans des puits creusés dans le fond asséché du lac ! La précision de certains témoignages permet de conclure que cet assèchement dura environ une génération, soit de vingt à vingt-cinq ans, ce qui tend à le situer entre 1440 et 1470 environ60.

  • 61  P. Falchetta, 2006.
  • 62  D. Lange, 1980.
  • 63 Cf. J. Maley, 2004a.
  • 64  Communication personnelle (avril 2011) de Scott MacEachern, archéologue, Bowdoin College, Maine, U (...)

32À ces informations remarquables, des données cartographiques peuvent être associées. Elles viennent de la carte de Fra Mauro, dressée à Venise avec des données souvent précises et récoltées entre 1448 et 1459, comme certains historiens ont pu le montrer61. Ils ont aussi indiqué que, pour construire sa carte, Fra Mauro avait effectué de longues recherches dont il a rapporté l’essentiel dans un document annexe, sous forme de brèves informations pour des sites ou des régions précis. C’est ainsi que, pour la région du lac Tchad, Fra Mauro avait eu connaissance des informations rapportées antérieurement par Ibn Saïd qui avait décrit au xiiie siècle le très grand lac Koura62, correspondant à l’actuel lac Tchad, où convergeaient plusieurs grands fleuves et d’où sortait, en particulier vers le nord-est, le Nil Misr (en direction de l’Égypte), c’est-à-dire le Bahr el-Ghazal qui coulait encore à cette époque63. Toutefois, en se fondant certainement sur des informations obtenues lorsqu’il préparait sa carte, Fra Mauro avait bien situé tous les fleuves mentionnés par Ibn Saïd. Mais, à la place du grand lac Koura, il avait uniquement dessiné des marécages, en précisant en annexe qu’il s’agissait de grandissimi paludi. On peut aussi préciser que certains des lieux mentionnés pour ce secteur par Fra Mauro sont en langue kanuri, population vivant au sud du lac, ce qui signifie que son informateur principal venait de la région du lac Tchad64. Ces informations importantes confirment donc bien cette phase d’assèchement du lac Tchad et sa datation vers le milieu du xve siècle.

  • 65  J.-Y. Marchal, 1978.
  • 66  B. Makaské et al., 2007.
  • 67  T.J.J. Hanebuth, R. Henrich, 2009.

33À la suite de cette phase d’assèchement, le retour brutal de la crue du fleuve noya tous les villages des Fellata, ce qui explique pourquoi ceux-ci mémorisèrent cet événement catastrophique. À cette époque, la forte réduction des pluies s’était donc étendue du Sahel à la zone soudano-guinéenne. Cette phase très aride a été retrouvée dans le Yatenga, au Burkina, où de nombreux puits se sont asséchés au milieu du xve siècle65. Par ailleurs, dans le delta intérieur du Niger, la région du Méma, à l’ouest de Mopti, a été abandonnée brutalement par ses habitants à cette époque66. Une donnée obtenue récemment sur une carotte marine prélevée au large de la Mauritanie montre qu’une très forte activité éolienne a culminé vers 1470 AD67. Ces résultats renforcent le caractère très aride de cette courte période qui a correspondu à une rupture générale en de nombreux points du Sahel (abandon de villes, recul des populations, etc.). Cette période très aride pourrait ainsi se comparer d’une part à la phase très aride qui a marqué le passage de l’Holocène moyen à l’Holocène récent, vers 4200/4000 cal BP, et d’autre part, mais en beaucoup moins intense, à certaines phases arides du xxe siècle.

  • 68  J. Maley, 1981, p. 70-73.
  • 69  J. Maley, 1981, p. 70-73.
  • 70  J. Chapelle, 1957.
  • 71  J. Maley, 1981, p. 70-73.
  • 72  L.A. Holmes et al., 1999.

34Vers la fin du xve siècle, les conditions climatiques s’étant améliorées, le lac Tchad retrouva un niveau moyen et des fluctuations plus limitées jusque vers la fin du xvie siècle. Ensuite, plusieurs données historiques et la tradition orale ont clairement mis en évidence une nouvelle et dernière phase d’écoulement permanent du Bahr el-Ghazal durant tout le xviie siècle et jusque vers le début du xviiie siècle68, d’où on peut déduire que le niveau du lac Tchad se situait alors vers 286 m. Durant cette dernière période, les conditions climatiques ont été comparables à ce qui avait déjà été observé vers le milieu du premier millénaire AD, avec des tendances complètement déphasées entre d’une part le Sahel et le Sud du Sahara, et d’autre part le haut du bassin du Tchad sur la zone soudano-guinéenne. En effet après la phase aride du xve siècle, la tribu des Kreda était retournée nomadiser au Borkou durant le xvie, vers le Sud du Sahara69, mais une nouvelle phase d’aridité liée à un fort accroissement de l’activité éolienne obligea les Kreda à migrer à nouveau au xviie vers le Kanem, plus au sud, où ils vivent encore actuellement. Cependant la tradition orale des Kreda rapporte que, lorsqu’ils émigrèrent du Borkou, le Bahr el-Ghazal coulait70. Cette observation importante est confirmée par d’autres témoignages historiques précis rapportant un écoulement du Bahr à cette époque71. Par ailleurs, des données physiques confirment une forte activité éolienne au xviie siècle dans le centre du bassin du Tchad, au Manga72. Étant donné la forte aridité qui se développait alors au sud du Sahara, les eaux qui débordaient à cette époque du lac Tchad pour alimenter le Bahr ne pouvaient venir que des fleuves Chari et Logone, et particulièrement d’une alimentation renforcée sur leurs hauts bassins.

  • 73  J. Maley, 1981, p. 76-79.
  • 74  S.M. Cissoko, 1968.
  • 75  S. Stokes et al., 2004; H.M. Rendell et al., 2003.
  • 76  M. Sarnthein, 1978.
  • 77  A.T. Grove et al., 1975.
  • 78  J. Maley, 1981, p. 79-80.

35De ce fait, on voit clairement qu’au xviie siècle, d’une part, les pluies de la zone soudano-guinéenne devaient être beaucoup plus importantes qu’actuellement et que, d’autre part, l’harmattan du Sud du Sahara s’était considérablement renforcé. Ce comportement climatique particulier paraît avoir été général au xviie siècle à travers l’Afrique nord-tropicale. Ainsi, vers l’ouest, dans la boucle du Niger, des crues très fortes ont été rapportées, coupant souvent Tombouctou en deux (d’après les deux Tarikh73) avec, en même temps, une aridité régionale intense74, liée à une forte réactivation éolienne75. Sur la Mauritanie proche, une phase dunaire récente a été aussi datée approximativement du xviie siècle76, faisant suite à celle du xve siècle. Les fortes crues du Niger de cette époque devaient être alimentées par des pluies intenses et prolongées sur le haut de son bassin qui est également situé en zone soudano-guinéenne. Le bassin du fleuve Niger (pour ses cours supérieur et moyen) est, d’un point de vue géographique et climatique, assez similaire à celui du Tchad. Plus à l’est, des voyageurs ont rapporté qu’au xviie siècle certains lacs du plateau éthiopien débordaient77, ce qui est en accord avec les très fortes crues du Nil signalées pour cette époque dans son cours inférieur, en particulier pour le lac du Fayoum, alimenté par un bras du Nil, où une phase transgressive a été alors rapportée par des témoignages historiques78.

Figure 5 : Chronologie de l’Holocène récent : le lac Tchad et son bassin versant méridional

Figure 5 : Chronologie de l’Holocène récent : le lac Tchad et son bassin versant méridional

R. Vernet

  • 79  J. Maley, 2010.

36Il faut remarquer que le déphasage climatique du xviie siècle, vu son caractère tout à fait atypique, a été rarement bien interprété par les historiens. En effet, le constat de fortes crues et de débordements de lacs reliés aux grands fleuves à travers le Sahel leur a fait conclure à une phase humide pour cette zone climatique, sans tenir compte des preuves diverses d’aridité, liées surtout à des réactivations éoliennes au Sahel et au sud du Sahara. Il faut aussi tenir compte du fait que ces crues dépendent encore actuellement et très largement, à plus de 85 % pour le lac Tchad, des apports fluviatiles originaires du sud des grands bassins fluviaux (Niger, Chari et Logone, Nil), qui sont situés en zone soudano-guinéenne79.

  • 80  J. Maley, 1981, p. 509-516.

37À partir du début du xviiie siècle, le climat de ces diverses régions s’est rapproché de l’actuel, marqué par quelques brèves phases plus sèches, comme vers le milieu du xviiie siècle. Toutefois on doit remarquer que la « basse terrasse », dont l’accumulation a débuté vers 1800 cal BP sur les hauts bassins du Chari et Logone, ainsi qu’à travers toute la zone soudano-guinéenne, a achevé son édification avec des sédiments limoneux au début du xixe siècle. Mais, fait important, une nouvelle phase érosive a débuté faiblement durant la seconde partie du xixe pour s’accroître considérablement tout au long du xxe, mettant ainsi partout en relief cette terrasse80. Le caractère général de cette érosion à travers le Sahel résulte probablement d’un climat à la saisonnalité très marqué qu’on pourrait comparer à celui mis en évidence entre environ 2400 et 1800 cal BP.

Delta intérieur du Niger (Mali)

  • 81  R.J. McIntosh, 1998, chap. 2.
  • 82  B. Makaské, 1998 ; E. de Vries, B. Makaské et al., 2005.
  • 83  A. Mayor et al., 2005.

38R.J. McIntosh81, B. Makaské82, puis A. Mayor83 sont les principaux auteurs qui ont effectué des recherches sur les derniers millénaires dans le delta intérieur du Niger. Suite à la phase très aride qui s’est achevée vers 500 avant J.-C., les populations néolithiques de l’Azawad et du Mema, comme du Hodh, à l’ouest, et du Tilemsi, à l’est, sont descendues au sud, particulièrement vers les parties qui étaient restées fonctionnelles du réseau hydrographique du Niger (figures 6 et 7).

Phase aride de la fin du Ier millénaire avant J.-C. : 300 avant J.-C.-300 après J.-C

  • 84  L. Lespez et al., 2011, figure 5.
  • 85 Cf. I. Bouimetharan et al., 2009.

39L’hydraulicité du fleuve Niger s’est beaucoup affaiblie, entraînant une baisse du niveau du fleuve, ce qui a favorisé l’occupation des rives, dans un environnement plutôt sec. Comme pour le fleuve Sénégal, le Niger a été un refuge. La ville de Jenné-Jeno a été créée vers 100 avant J.-C. et, jusque vers 400 après J.-C., elle est passée de 12 à 25 hectares. Dans la région d’Ounjougou, cette période a été marquée par une érosion importante84, comme dans le bassin du Tchad, et aussi sur le fleuve Sénégal où des crues éclairs très érosives ont été mises en évidence au cours de cette période85.

Phase aride : 300-600 après J.-C., puis humide : 700-1000 après J.-C

  • 86  S. Stokes et al., 2004.

40Une phase de réactivation éolienne a été mise en évidence et datée entre environ 300 et 600 après J.-C.86. Ensuite, comme cela a été observé ailleurs en Afrique de l’Ouest, les précipitations ont augmenté. L’amélioration climatique est illustrée par la migration au Sahel de divers taxons soudaniens. Elle explique, pour une bonne part, l’explosion démographique et les innovations économiques et politiques décrites par les historiens. Ces phénomènes ont été à leur maximum entre 700-800 et 1100-1200 AD.

De 1000 à 1200 : période instable avec aridification progressive

  • 87  D. Conrad, H. Fisher, 1982, 1983.
  • 88  D. Lange, 1996.
  • 89  D. Lange, 1978.

41Plusieurs brèves oscillations arides sont intervenues au cours du xie siècle. La plus importante en termes d’impact historique est peut-être intervenue dans la seconde moitié du siècle, sans doute autour des années 1070, à la fois à l’ouest et vers le centre de la zone sahélienne. Sur le territoire de l’actuelle Mauritanie, les Almoravides, mouvement politico-religieux sunnite né dans le milieu sanhadja (en particulier chez les Lamtouna), deviennent une force essentielle dans la région au milieu du siècle. En 1054-1055, ils s’emparent à la fois de Sijilmassa, au nord, et d’Awdaghost, au sud, ce qui leur offre le contrôle de l’un des principaux axes d’échanges à travers le Sahara. Peu après, dans les années 1070, ils semblent avoir eu une influence notable sur le royaume de Ghana – même si ce point, assez obscur, fait l’objet de débats87. Cette expansion affaiblit considérablement leurs rivaux berbères kharidjites et surtout contribue à répandre et à enraciner l’islam sunnite au Sahel, où il était encore peu présent en dehors de petits cercles dirigeants et marchands88. Au-delà des aspects géopolitiques, l’expansion et l’influence des Almoravides sont peut-être liées à un bref épisode aride. Il n’est pas inintéressant de mettre en parallèle ces mutations avec le changement dynastique survenu vers 1075 dans le royaume du Kanem, lorsque les Zaghawa sont obligés de céder le pouvoir à une nouvelle dynastie, les Sefuwa89. La proximité de ces événements, survenus en des points très éloignés du Sud du Sahara, pourrait être en partie liée à un épisode aride, mis à profit par les ennemis des pouvoirs en place.

42L’instabilité climatique et politique, caractérisée par d’autres guerres et conquêtes, s’est poursuivie au début du xiie siècle.

Larges fluctuations de 1200 à 1500

  • 90  J.-Y. Marchal, 1978.

43Des périodes sèches de longueur variable, comme au xiiie siècle, sont la cause de fortes perturbations des populations régionales. Mais c’est surtout la phase de forte aridité du milieu du xve, synchrone avec celle du Tchad, qui a entraîné l’abandon des habitats dans le Mema et de la majorité des sites au sud du delta intérieur, dont Jenné-Jeno, de même que des sites du Gourma. Cette phase aride a joué un rôle dans la disparition finale du royaume de Ghana et du glissement des Soninkés vers le sud (cf. la légende du Wagadou en annexe). De nombreux puits du Yatenga (Nord-Burkina) se sont aussi asséchés vers le milieu du xve siècle90.

Durant le xvie siècle, augmentation des précipitations

44En se fondant sur des informations rapportées par plusieurs navigateurs portugais, on a pu conclure que le climat avait été plus humide au xvie siècle.

Aux xviie et xviiie siècles, les conditions deviennent plus sèches

  • 91  Lt Péfontan, 1922.
  • 92  Es-Sa’di, 1898-1900.
  • 93  M. Kati, 1981.
  • 94  C. Becker, 1986.

45À partir de l’extrême fin du xvie, et surtout au xviie, s’est produit un nouveau déphasage climatique, qui a déjà été décrit plus haut, entre la zone sahélienne qui est devenue plus aride et la zone soudano-guinéenne plus humide, expliquant ainsi les fortes crues qui ont alors affecté les grands fleuves nord-tropicaux (cf. figure 2). Cette nouvelle phase climatique particulière a débuté en 1592 par une très forte crue du fleuve Niger qui a même pénétré pour la première fois dans Tombouctou, coupant la ville en deux91. D’autres fortes crues ont été ensuite signalées durant le xviie siècle (Tarikh es Sudan d’Es-Sa’di92 et Tarikh el-Fettach d’Al-Kati93). Mais en même temps, de fortes sécheresses régionales sont intervenues au xvii-xviiie siècle, bien documentées par les chroniques locales. L’aridité a augmenté très fortement à partir de 1640. La bande climatique saharienne semble alors avoir glissé d’au moins 200 km vers le sud. Les principales années très sèches ont été 1640-1647, 1670 et 1680, 1738-1750, 1770 et 1790, 1820-1840. Cette chronologie correspond aussi à celle que Ch. Becker94 a établie pour la Sénégambie.

Figure 6 : Évolution du delta intérieur du fleuve Niger

Figure 6 : Évolution du delta intérieur du fleuve Niger

R.J. McIntosh, 1998, p. 78.

Figure 7 : Chronologie de l’Holocène récent dans la boucle du Niger (Mali)

Figure 7 : Chronologie de l’Holocène récent dans la boucle du Niger (Mali)

R. Vernet

Bassin du Sénégal

Le Sud de la Mauritanie

Le littoral

  • 95  R. Vernet, travaux en cours.

46La région de Nouakchott, vers 18° nord, a connu plusieurs périodes de peuplement important au Ier millénaire avant J.-C., directement liées aux contrastes pluviométriques : 2900 à 2800, 2650-2500, 2400, vers 2200 cal BP. Entre Nouakchott et le fleuve Sénégal, plusieurs épisodes de mangrove sont datés, autour de 2400, 2100 et 1800 cal BP, les mêmes épisodes étant connus dans le delta du fleuve95.

  • 96  S. Daveau, 1969, p. 985-986.
  • 97  J.L. Webb, 1995, p. 28.
  • 98  M. Sarnthein, 1978.
  • 99  J.L. Webb, 1995, p. 10.

47Ensuite, la rareté des traces archéologiques dans un monde devenu surtout nomade fait que ce sont les récits des premiers explorateurs européens qui ont apporté des informations sur l’évolution du climat. Grâce aux indications fournies aux xve et xvie siècles par les navigateurs Alvise Ca’ da Mosto et Duarte Pacheco Pereira, et aux descriptions de Valentim Fernandes, S. Daveau a conclu que ces diverses sources « donnent toutes l’impression d’un régime climatique un peu différent de l’actuel [...] ». De plus, « dans l’Adrar et dans la région d’Arguin, João Rodrigues place de février à mai la saison [pluvieuse] principale, tout en admettant que les pluies peuvent se produire pendant d’autres mois de l’année96 [...] ». Les deux premiers navigateurs notent aussi que les nomades étaient descendus vers le Sud durant les xiiie et xve siècles – périodes plutôt arides par rapport aux xiie et xive plus humides. De plus, au xvie siècle, les sédentaires remontaient encore au nord du fleuve Sénégal, en restant à distance des nomades berbères97. Mais après 1650, la compétition pour la terre a repris, mêlant causes climatiques98, en particulier la reprise de l’activité éolienne, et politiques (guerre de Char Babba dans le Trarza, en 1662-1674, entre Berbères et Arabes). J.L. Webb99 a pu ainsi écrire : In the year 1600, the major ecological zone of camel herding, cattle herding and rainfed agriculture were approximately 200-300 kilometers to the north of their position some 250 years later.

  • 100  T.J.J. Hanebuth, R. Henrich, 2009.
  • 101  J. Maley, 1981, p. 526.

48Concernant le milieu du xve siècle, qui a été décrit plus haut comme la période la plus aride du Moyen Âge, avec par exemple l’assèchement du lac Tchad, Ca’ da Mosto a écrit que, pour les deux années 1455-1456, les pluies n’avaient commencé que début août pour s’achever en septembre – donc avec une seule saison des pluies très courte, liée uniquement à la mousson estivale, et sans une première saison des pluies au printemps qui intervenait probablement à d’autres périodes discutées plus bas, ce qui avait dû correspondre à une forte sécheresse régionale. Des données précises, obtenues sur une carotte marine prélevée au large de la Mauritanie, montrent qu’une forte activité éolienne a culminé vers 1470100, lors du maximum de cette phase aride. En revanche, les informations climatiques, reposant sur des récits de navigateurs, rapportées par Valentim Fernandes pour les premières années du xvie siècle, étaient très différentes. Il a en effet écrit qu’au sud du Cap-Vert, vers Kaolack, les gens semaient et récoltaient deux fois par an, une fois en avril et une seconde fois en septembre – ce qui signifie que les pluies de Heug (correspondant aux dépressions extra-tropicales) apportaient alors assez de d’eau pour permettre une récolte. La seconde récolte résultait des pluies de la mousson estivale. Tout cela signifie donc qu’il y avait alors deux saisons des pluies – ce qui confirme les conclusions qui ont été présentées plus haut101.

Figure 8 : Paléoenvironnements de l’Holocène récent du littoral atlantique (18°-16° nord)

Figure 8 : Paléoenvironnements de l’Holocène récent du littoral atlantique (18°-16° nord)

R. Vernet

Les confins sud-est

49L’évolution climatique de la fin du Néolithique au sud-est de la Mauritanie a été semblable à celle des autres régions méridionales du Sahara et septentrionales du Sahel. Après 3000 cal BP, les données archéologiques montrent que les populations de la boucle du Niger ont été affectées par les différentes phases arides régionales.

  • 102  S. Robert, 1976, p. 54.
  • 103  J. Polet, 1985.

50Pour la période historique, la figure 9, qui montre le niveau des puits à Awdaghost, illustre parfaitement l’évolution à partir du xie siècle. La plus ancienne occupation (viiie siècle) s’était établie sur les parties hautes, les bas-fonds étant répulsifs parce que trop humides. Les maisons comportaient des systèmes d’évacuation des eaux. L’archéologue S. Robert estime vraisemblable que, vers le début du Moyen Âge, Awdaghost ait été incluse dans l’isohyète 400-500 mm102. Mais, à partir du milieu du xie siècle, la ville a commencé à être affectée par la baisse des précipitations, même si la pression anthropique a probablement joué aussi un rôle. Les puits ont suivi la nappe phréatique qui avait dû s’enfoncer progressivement. Cependant, au xiie encore, des aménagements destinés à l’évacuation des eaux (rigoles se dirigeant vers des puisards ou des rues) et non à la collecte des eaux (citernes) existaient encore. Enfin, vers 1300-1350, l’économie est devenue pastorale et la ville s’est contractée, les habitants préférant s’installer dans les zones rurales103.

Figure 9 : Évolution de l’altitude relative des puits d’Awdaghost entre les ixe et xve siècles

Figure 9 : Évolution de l’altitude relative des puits d’Awdaghost entre les ixe et xve siècles

B. Moussié et J Devisse, 1983.

  • 104  J. Cuoq, 1975, p. 149 (passage sur Awdaghust).

51Les fouilles archéologiques ont montré en même temps la diminution des restes de bovins au profit des ovicapridés, ce qui indique une dégradation de l’environnement au fil des siècles. Enfin, à la fin du xive siècle, les puits d’Awdaghost se sont retrouvés à sec : ils avaient baissé d’un mètre par siècle entre les xe et xive siècles. Les géographes arabes, comme al-Bakrî et al-Idrîsî, y ont été sensibles, et, en particulier, ce dernier semble avoir noté la progression de la désertification104.

  • 105  J. Devisse et B. Diallo, 1993.

52À quelques centaines de kilomètres au sud-est, Koumbi Saleh a été affectée au xiiie par une première péjoration climatique. Mais c’est au xve siècle qu’elle a vraiment décliné et disparu105.

  • 106  « En 1244 (1828-1829) les gens de Oualata firent une récolte magnifique et on ne cessa de faire la (...)
  • 107  M. Ould Maouloud, 1999.
  • 108  J.L. Webb, 1995, p. 7.

53Plus tard, de fortes sécheresses ont été évoquées par certaines chroniques au milieu du xviie siècle, puis au xviiie (Chronique de Oualata et Nema104-106 ; Chronique de Tichitt107). Toutefois cette phase sèche était terminée vers 1830, car un voyageur a alors décrit l’abondance des habitations entre Ouadane et Tombouctou et entre Ouadane et Tichitt108.

Les terroirs gangara du Tagant au Moyen Âge

  • 109  C. Monteil, 1953. Cf. en annexe : « La légende historique du Ghana-Wagadou ».
  • 110  M. Ould Khattar, 1995a et b.

54Entre 18° et 17° de latitude nord, le Tagant est un plateau où alternent les conditions climatiques sahariennes et sahéliennes. Vallées et dépressions sont des zones refuges où des populations agropastorales ont pu prospérer même dans des conditions difficiles. Les Gangara, qui sont des ancêtres des Soninké, y ont vécu très longtemps. Ils sont présents au xie siècle, comme l’indique al-Bakrî décrivant l’itinéraire de Sijilmassa à Awdaghost. Leurs traditions109 indiquent qu’ils avaient été nombreux à vivre dans le Ghana médiéval. Mais leur présence est certainement antérieure, puisque ces régions ont pu constituer des refuges pour divers groupes humains de la région de Tichitt à la fin du Néolithique110.

55Charles Toupet, qui a synthétisé des travaux antérieurs, note que les terroirs gangara les plus septentrionaux sont à une latitude de 17°45’ N, dans une zone qui ne reçoit aujourd’hui guère plus de 200 mm de précipitations, alors que la limite actuelle de la culture du mil sous pluie coïncide avec l’isohyète 450 mm. Cet auteur conclut :

  • 111  Ch. Toupet, 1976, p. 57.

Ceci conduit donc à supposer que ces régions devaient recevoir au moment où leurs terroirs étaient fonctionnels une quantité de pluie au moins double de l’actuelle. Il y aurait eu dans ces régions une oscillation négative de quelque 200 mm, soit un décalage des isohyètes d’environ 200 km vers le sud, si l’on se réfère à leur espacement actuel111.

  • 112  Ch. Toupet, 1976, p. 58.

56Or diverses données exposées plus haut (cf. Les mécanismes régionaux du climat) permettent d’estimer que, du viie au xiie siècle mais aussi durant les plus courtes fluctuations plus favorables des xive et xvie siècles, deux saisons des pluies, l’une au printemps et l’autre durant l’été, avaient affecté la bande sahélienne, de la Mauritanie au Tchad et probablement jusqu’au Nil. L’abandon du Tagant par les Gangara daterait du xviiie siècle. Toupet note qu’ils se sont maintenus encore au xixe siècle dans l’Assaba plus méridional, en réussissant à résister aux Maures, tant que les conditions climatiques leur ont été favorables – condition indissociable de la lutte pour la terre112.

Le fleuve Sénégal

57Dans cette région, qu’il s’agisse de la moyenne vallée ou du delta, les travaux sont conséquents, surtout dans le domaine archéologique. Une centaine de dates viennent les conforter. De ce fait, il est aussi possible d’établir des comparaisons avec le Sud-Ouest mauritanien, lui aussi bien doté.

  • 113  P. Michel, 1973.
  • 114  J. Devisse, 1982.
  • 115  M. Azzoug et al., 2012 ; les zones source des fleuves Sénégal et Saloum sont à des latitudes voisi (...)

58Les données géologiques obtenues par P. Michel113 montrent qu’il faut attendre l’Holocène récent pour que le golfe du Sénégal se transforme en une vallée fluviale. Cela a permis, après 3000 cal BP, l’installation de sédentaires agriculteurs et éleveurs, au moment où une phase aride reconnue en d’autres points du Sahel a entraîné une importante diminution des précipitations, responsable d’une forte descente au sud de la limite Sud-Sahara/Nord-Sahel. Dans la vallée du Sénégal, c’est vers 7500-6450 cal BP que le niveau de la mer a atteint son niveau actuel, créant ainsi un très profond estuaire, progressivement comblé par la sédimentation fluviatile et éolienne, au gré des périodes climatiques. En même temps, une vaste zone deltaïque s’est construite, occupée à plusieurs reprises par des pêcheurs et des collecteurs de mollusques marins. Mais ce n’est qu’au début du Ier millénaire avant J.-C. que la moyenne vallée du Sénégal est devenue favorable aux hommes – dont certains devaient provenir des plaines mauritaniennes touchées alors par l’aridité. La haute terrasse a servi d’habitat refuge à l’abri des fortes crues114, car on a montré plus haut que lors de la phase aride survenue entre 300 et 600 après J.-C. (figure 11), les fleuves nord-tropicaux, y compris le Sénégal, ont présenté des écoulements importants en provenance de leur zone source. Or des analyses isotopiques (δ18O) effectuées sur des coquilles prélevées régulièrement sur un amas coquillier déposé entre 460 et 1090 AD dans le delta du Saloum ont conclu effectivement à des apports fluviatiles nettement plus importants que pour la période récente115.

  • 116  H. Bocoum et al., 1995.

59Les travaux sur le continent116 sont relativement anciens. Ils ont montré que le Ier millénaire avant J.-C. a été relativement humide, mais toutefois interrompu par une phase aride vers 2500 cal BP. Ensuite, après le début du Ier millénaire de notre ère, sont intervenues une évolution marquée vers l’aridité, puis une amélioration dans sa seconde moitié, suivie d’une longue période d’instabilité qui s’est achevée avec l’installation des conditions actuelles au xviiie siècle.

  • 117  I. Bouimetarhan et al., 2009 ; T.J.J. Hanebuth, H. Lantzsch, 2008 ; S. Mulitza et al., 2010 ; J. N(...)
  • 118  A. Alexandre et al., 1997.
  • 119  A.M. Lézine, 1988.
  • 120  R. Sarr et al., 2009.
  • 121  P. Michel, 1973, p. 599.
  • 122  J. Monteillet et al., 1981.

60De nouvelles recherches ont été effectuées récemment en mer, en face du delta, concernant surtout les trois derniers millénaires117. L’histoire climatique établie sur le continent est confirmée (avec des nuances liées à la correction, encore imprécise pour la région, qui doit être appliquée aux datations radiocarbone en milieu marin). Les données marines montrent bien la diminution de la sédimentation du fleuve Sénégal après 2500 cal BP et la domination des éléments sahariens et sahéliens qui remplacent les taxons soudaniens. Parallèlement, les pollens de mangrove deviennent plus rares à partir de 200 après J.-C. Ces résultats corroborent ceux d’Alexandre et al.118, pour le lac de Guiers, et de Lézine119 et Sarr120, pour l’Ouest du Sénégal. On constate, autour de 250 après J.-C., une recrudescence de l’action éolienne : dans le delta du Sénégal, des coquilles d’Anadara senilis consommées ont été retrouvées sous 110 cm de sable éolien121. Une intrusion marine vers 200-300 après J.-C., indiquant une baisse des écoulements du fleuve122, est visible, alors qu’une mangrove bien datée était présente peu auparavant, dans le delta comme à Nouakchott, 200 km au nord.

  • 123  W. Van Neer, H. Bocoum, 1991.
  • 124  E.M. Niedermeyer, 2009.
  • 125  J.L. Webb, 1995, p. 11 ; M.A. Murray et al., 2007 ; M.A. Murray, 2008.

61En revanche, les conditions sont devenues plus humides dans la deuxième moitié du Ier millénaire de notre ère, au moins jusqu’au xie siècle (figure 12). Le site de Tulel-Fobo, par exemple, a fourni une faune indiquant encore un environnement luxuriant il y a mille ans123. Des villages d’éleveurs-agriculteurs ont pu s’installer assez loin au nord du fleuve. L’instabilité est devenue ensuite le fait marquant jusqu’au xvie, où s’est produite une petite phase humide124. Le peuplement de la vallée, devenue refuge, s’est renforcé, parallèlement à une intensification de l’agriculture, avec de sérieuses conséquences sur le milieu. L’aridité paraît définitive au xviiie siècle. Vers 1850, l’agriculture sous pluie ne remonte plus au-dessus de 100 km au nord du fleuve125.

  • 126  J.L. Webb, 1995, p. 11.
  • 127  C. Becker, 1986, p. 362.
  • 128  J.P. Chauveau, 1986, p. 208.

62Il faut cependant noter que le développement de l’agriculture, de la métallurgie et donc l’augmentation de la densité humaine s’allient à la dégradation des conditions climatiques : les séquences polliniques126 montrent au Ier millénaire de notre ère une forte diminution des arbres et le développement des herbacées à la suite de l’installation humaine. Dans un tableau très documenté, Charles Becker127 recense les nombreux épisodes de sécheresses, inondations, famines, sauterelles, guerres et épidémies en Sénégambie : la chronologie correspond à celle du delta intérieur du Niger au Mali. Comme J.L. Webb, il pointe la très forte crise aride des années 1747-1758. Concernant le littoral sénégalais, J.P. Chauveau128 note pour les xviie et xviiie siècles que de profondes transformations écologiques étaient intervenues et avaient affecté particulièrement le domaine des rias et estuaires du littoral atlantique qui, sans doute jusqu’au début du xviiie, ont présenté des facilités de communication, quasi inexistantes aujourd’hui et probablement liées à des apports fluviatiles conséquents. L’importance de l’alimentation fluviatile pour cette époque doit être mise en parallèle avec celle des grands fleuves nord-tropicaux, comme cela a été décrit plus haut. Des phénomènes de sédimentation et l’assèchement du climat, sensible à partir du xviiie siècle, ont fermé à la navigation des pirogues (notamment de transport) certains bras de fleuves qui faisaient probablement communiquer la Gambie, la Casamance et les rias de la Guinée-Bissau – et peut-être aussi le Saloum et le Waalo, proche de l’embouchure du fleuve Sénégal. Il apparaît ainsi que le réseau hydrographique littoral ouvert sur la mer en plusieurs points de la Grande-Côte sénégalaise (Gandiole, Mboro, Kayar) vascularisait le milieu côtier.

Figure 10 : Chronologie de l’Holocène récent : Sud-Ouest de la Mauritanie et fleuve Sénégal

Figure 10 : Chronologie de l’Holocène récent : Sud-Ouest de la Mauritanie et fleuve Sénégal

R. Vernet et A. Gnokane, 2011

Figure 11 : Deux sondages en face du delta du Sénégal (GeoB 9504-3 ; GeoB 9503-5)

Figure 11 : Deux sondages en face du delta du Sénégal (GeoB 9504-3 ; GeoB 9503-5)

Comparaison avec l’évolution des dunes de la boucle du Niger (S. Stokes et al., 2004)

Extrait de J. Nizou et al., 2011.

Figure  12 : Courbe climatique dans une dépression humide en arrière du littoral au sud du fleuve Sénégal

Figure  12 : Courbe climatique dans une dépression humide en arrière du littoral au sud du fleuve Sénégal

M. Fall et al., 2010, p. 332.

Synthèse

63Un tableau général de l’évolution climatique des derniers millénaires dans l’Ouest africain peut être esquissé.

Le basculement climatique

  • 129  R.J. McIntosh, 1998.
  • 130  I. Bouimetarhan et al., 2009.

64Vers 3000 cal BP, le long épisode climatique globalement positif de l’Holocène est terminé et les paysages commencent à ressembler à ceux d’aujourd’hui, bien que la pression anthropique ne joue pas encore un rôle essentiel. Un accroissement de l’activité éolienne est intervenu entre environ 3000 et 2500 cal BP. Puis, à travers le Sahel, entre 2500 cal BP et 300 AD, a été observé un climat plus contrasté, mais sans sécheresse marquée, en particulier dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal et aussi dans le delta intérieur du Niger129. Une phase avec des crues éclairs a été mise en évidence entre 2200 et 2100 cal BP pour le fleuve Sénégal130. Toutefois une diminution des crues est intervenue ensuite, permettant la colonisation agricole progressive des terres basses, qui a été effective à la fin du Ier millénaire de notre ère. À cette époque, le changement est très net partout. Ainsi au Sénégal, alors que, de 4500 à 2000 cal BP, une végétation soudanienne était présente, on constate que les environnements semi-arides actuels sont apparus vers 2000 cal BP. Un seuil biologique a été franchi, qui a entraîné la destruction des formations forestières et la disparition des espèces soudaniennes entre 14° et 16° nord.

Une longue rémission dans la deuxième moitié du Ier millénaire de notre ère

65Modeste si on la compare aux épisodes antérieurs, elle joue pourtant un rôle essentiel dans l’évolution du peuplement. Le Sahel est, à cette époque, un milieu très favorable à l’agriculture et à l’élevage, les risques de crise aride étant plus rares que lors du millénaire précédent. On constate un peu partout une amélioration des précipitations. À partir du vie ou au viie siècle, et pour plusieurs siècles, une dernière récurrence humide a permis aux peuples sahéliens de remonter vers le nord, jusqu’à 20° et même 21° de latitude nord.

66Dans le delta intérieur du Niger, l’agriculture de la plaine alluviale dans la région de Djenné est à son maximum vers 1000, mais les habitats commencent à se rétracter après cette date.

67Dans le bassin du Tchad, le Bahr el-Ghazal a été de nouveau en forte activité du iiie au xiie siècle, alimenté par les apports renforcés du Chari et du Logone, ce qui signifie une pluviosité nettement supérieure à l’actuelle sur leur haut bassin. Mais, en même temps, un déphasage climatique marqué s’est produit avec le Sahel où, au contraire, s’est développée une nouvelle phase aride entre les iiie et vie siècles. Ensuite un optimum climatique a eu lieu entre les viie et xie siècles et s’est poursuivi jusque vers le début du xve siècle, malgré quelques interludes moins favorables, surtout au xiiie.

Le dernier millénaire

68On a vu plus haut que le xie siècle est une période clef de l’histoire sahélienne, tant il se passe de mutations durant cette période. Il fait peu de doute que l’instabilité climatique a participé de ces transformations.

69Sur le fleuve Sénégal, la péjoration climatique se fait sentir de plus en plus nettement à partir du xie siècle, bien que les paysages aient commencé à changer à partir de 900, sous l’effet probable des progrès de l’agriculture. À Awdaghost, les aménagements urbains montrent une dégradation progressive du climat, les précipitations pouvant avoir diminué de 400 à 200 mm en quelques siècles. Les agriculteurs Gangara du Nord du Tagant ont vécu la même évolution. Vers 1300-1350, l’économie régionale devient progressivement pastorale, avec une diminution notoire de la part des bovins au profit des moutons et des chèvres. Plus au sud, Koumbi Saleh ne décline qu’à partir du xve siècle, après une péjoration climatique au xiiie. Cette évolution est identique dans toutes les régions du Nord Sahel, au Mali comme dans le bassin du Tchad.

70Si la période 1500-1630 voit un retour de précipitations conséquentes, le xviiie siècle marque l’installation définitive de l’aridité – dont il ne faut surtout pas oublier qu’elle est variable en fonction de la latitude et des conditions géographiques locales. Au xixe siècle, la décennie 1830-1840 a été caractérisée par de fortes sécheresses en Afrique de l’Ouest, avec le tarissement de nombreux lacs et fleuves.

Évolution de l’occupation humaine et influence des paléoclimats sur l’histoire des sociétés humaines au cours des trois derniers millénaires

  • 131  M. Cremaschi, A. Zerboni, 2009.
  • 132  C’est dans le courant du ve siècle avant J.-C. que Méroé, la capitale des Méroïtiques, a été insta (...)

71Lorsqu’on compare la succession des événements archéologiques puis historiques avec la succession des événements paléoenvironnementaux, on constate que ces derniers ont fortement influencé, et même parfois contrôlé, le développement des différentes cultures et civilisations du Sud du Sahara et du Sahel. En effet, il apparaît que les changements rapides qui ont souvent caractérisé le passage d’une phase climatiquement défavorable à une autre plus clémente correspondent fréquemment au début ou à la fin de séquences culturelles. Comme exemple, on peut rappeler que plusieurs cultures mentionnées dans cette synthèse ont commencé leur développement ou une nouvelle extension vers 2500 cal BP, après l’achèvement d’une phase aride accompagnée de réactivations éoliennes, intervenue entre environ 2800-2700 et 2500 cal BP, et l’ont achevé entre les iiie et ve siècles AD, sous la contrainte d’une nouvelle phase aride et éolienne. À ce propos, il est intéressant de signaler ici que les Garamantes, qui ont développé une civilisation originale plus au nord, dans le Sahara libyen, présentent une chronologie qui est encadrée par ces deux phases très arides. En effet, la civilisation des Garamantes a débuté vers 2500 cal BP et elle s’est achevée vers 500 AD131. Le début et la fin de la civilisation méroïtique au Sahara oriental, qui présente une chronologie voisine132, paraissent avoir subi aussi les mêmes contraintes climatiques.

  • 133  R.J. McIntosh, 2005a, p. 67 ; R.J. McIntosh, 2005b.

72De plus, comme les variations paléoenvironnementales ont souvent consisté d’abord en une progression vers le nord de conditions plus humides, puis en un recul souvent rapide de ces conditions vers le sud, l’archéologue R.J. McIntosh133 a construit un pulse model qu’il a surtout développé pour les sociétés du delta intérieur du Niger, au Mali, en particulier au Méma, au cours des derniers millénaires : Climate oscillations would create a « pulse » of population movements north and south along the rainfall gradients of the West African monsoonal climate system – encouraging north-south shifts of population movements and of ecological adaptations. Divers exemples de pulsation ou migration brutale de populations seront présentés plus loin pour d’autres régions du Sahel.

Le bassin du Tchad

  • 134  C. Magnavita et al., 2006.
  • 135  P. Breunig, K. Neumann, 2002.
  • 136  C. Magnavita et al., 2006 (cf. surtout le site de Zilum).
  • 137  P. Breunig, 2009.
  • 138  S. MacEachern, 1996.
  • 139  F. Paris et al., 1992.

73La première phase de la « culture gajigana », rattachée à la phase finale du Late Stone Age, s’est s’installée dès 3800 cal BP sur la plaine argileuse « firki », au sud-ouest du lac Tchad134, du fait de la faible extension de la dernière phase du paléo-Tchad, qui n’a pas dépassé l’altitude d’environ 288 m. La seconde phase entre 3500 et 3000 cal BP a vu l’installation de villages où se pratiquait la culture du mil. La phase aride qui est intervenue ensuite entre 2800 et 2500 cal BP a conduit à une dispersion de ces communautés135. Les archéologues, qui ont mis en évidence the sudden rise of densely populated, nucleated, and fortified settlements in the middle of the 1st millenium BC Sahel, expliquent ce phénomène par des conflits divers entre populations136, mais le retour de conditions climatiques favorables vers 2500 cal BP a certainement joué un rôle important. Cette troisième phase a été rattachée au premier âge du fer, car l’usage du fer est apparu vers 2300 cal BP dans les sites rattachés à la culture gajigana137. Cette apparition du fer est cependant relativement tardive par rapport à d’autres sites datés entre 3200 et 2800 cal BP et situés à la périphérie du bassin du Tchad, soit à une centaine de kilomètres vers le sud-est à Ghwa Kiva (Nigeria)138, soit plus lointains vers le nord-est, à Termit (Sud-Niger)139.

  • 140  D. Lange, 1989 et 2008.

74S’appuyant en particulier sur des données linguistiques, Lange estime que le début de cette nouvelle phase de peuplement résulterait d’une migration de populations de langue tchadique sur les plaines au sud du lac Tchad, et que ces populations pourraient être aussi les ancêtres des légendaires Sao, dont les Kotoko et Kanouri actuels au sud du lac considèrent être les descendants140.

  • 141  O. Langlois, 2009 ; J. Rapp, 1984.
  • 142  O. Langlois, 2009.
  • 143  J.P. Roset, 1995.
  • 144  E. Treinen-Claustre, 1982.
  • 145  E. Treinen-Claustre, 1982, p. 99 et 190.
  • 146  Marie-José Tubiana a fait remarquer que la description du pays zaghawa chez Idrîsî, et d’autres au (...)
  • 147  D. Lange, 1977, p. 153 ; E. Treinen-Claustre, 1982, p. 178.
  • 148  J.C. Zeltner, 1980, p. 140 ; D. Lange, 1980.

75Dans cette région, au Nord-Cameroun, un hiatus a été observé vers 2200-2000 cal BP dans certains dépôts archéologiques141. Cette coupure peut être mise en rapport avec la phase très érosive qui a été décrite plus haut pour cette époque. Cette phase érosive, liée en particulier à d’intenses et brutales inondations, peut aussi expliquer la forte perturbation des habitats qui, d’après Rapp, auraient été évacués dans les deux ou trois premiers siècles AD. Ces phénomènes pourraient être responsables des migrations mises en évidence par Langlois142 entre le piedmont des monts Mandara et la plaine au sud du lac Tchad. Tous ces bouleversements climatiques intervenus vers le début du Ier millénaire de notre ère, auxquels il faut ajouter la phase très aride qui a suivi ensuite du iiie au vie siècle, accompagnée de réactivations éoliennes, seraient probablement à associer, d’une part, à la disparition ou au recul des populations berbères qui occupaient auparavant l’Aïr143, et, d’autre part, aux changements culturels qui se sont produits le long du Bahr el-Ghazal, marqués en particulier par le début de l’haddadien ou « âge du fer moyen »144. Ces diverses migrations constituent d’autres exemples en faveur du pulse model de R. McIntosh. Quelques traits spécifiques de l’haddadien, comme le décor de certaines poteries peintes, résultent d’influences provenant de la civilisation méroïtique proche du Nil145. L’hypothèse a été formulée que les anciens Zaghawa146, qui sont à l’origine de la dynastie des Duguwa, fondateurs du royaume du Kanem vers le début du viie siècle, auraient pu être rattachés à la culture haddadienne147, en particulier du fait que les géographes Idrîsî et Ibn Saïd indiquent que la ville principale des Duguwa, Manam, était située vers la limite nord du Kanem, probablement dans l’Eguei. En effet, sur les cartes accompagnant les deux ouvrages d’Idrîsî, ainsi que sur la carte reconstituée de l’ouvrage d’Ibn Saïd – fondé sur les propos d’Ibn Fatima – Manam se situait sur une route partant du Kawar (figure 1), étant ainsi relativement proche du Bahr el-Ghazal (le Nil Misr) et de Njimi, située plus au sud, qui lui succéda comme capitale du Kanem148.

  • 149  B. Gado, 1980.
  • 150  A.D. Bivar, P.L. Shinnie, 1962.

76Le retour au viie siècle d’une phase humide favorable au Sahel et sur le Sud du Sahara, et l’essor parallèle des échanges transsahariens ont correspondu au début du développement des grands royaumes sahéliens, le Ghana, le Kanem et le royaume de Gao, auxquels on peut associer les petites principautés chrétiennes de Nubie. Plus tard, au xie siècle, des transformations peuvent être associées à une brutale phase aride sur le Sud du Sahara, comme nous l’avons vu. Une autre phase aride intervenue au xiiie siècle est à associer dans le bassin du Tchad à des mouvements généralisés de populations vers le sud, à partir du Borkou et du Tibesti. Les Zarma ont quitté alors l’Azawagh (18° nord), situé à l’ouest de l’Aïr, devenu trop aride, pour migrer dans la région de Niamey (14° nord)149. Un bref retour de conditions plus favorables est intervenu au xive siècle – qui expliquerait en partie l’apogée du Mali –, avant que ne survienne l’assèchement du lac Tchad vers le milieu xve siècle, associé à une brève phase très aride responsable d’une coupure majeure pour toutes les sociétés sahéliennes, en particulier pour le Kanem et la région de l’ancien royaume de Ghana. Le Kanem s’est alors replié vers le sud, au Bornou, où, en 1470, il a établi sa nouvelle capitale, Gasreggomo, abandonnant la précédente capitale des Sefuwa, Njimi, située au nord du lac150. Un bref retour de conditions favorables est intervenu au xvie siècle.

  • 151  J. Maley, 1981, p. 77.

77Le xviie siècle est particulier, car les grands fleuves de l’Afrique nord-tropicale, Sénégal, Niger, Chari et Logone, et Nil, le plus à l’est, ont présenté de fortes crues originaires de leur zone source située dans le domaine soudano-guinéen. Des données historiques rapportent, par exemple, l’inondation fréquente de certains quartiers de Tombouctou, ce qui n’était jamais arrivé auparavant depuis sa fondation au xiie siècle151. Toutefois, dans le même temps, une forte aridité s’était développée au Sahel, associée à une phase de réactivation éolienne entraînant l’ensevelissement dans les sables de diverses bourgades et aussi de nouvelles migrations vers le sud.

  • 152  E. Mohammadou, 2004.

78Cette période et la suivante au xviiie siècle fournissent un bon exemple de pulsation-migration brutale d’une population, suivant le schéma de R.J. et S.K. McIntosh. En effet, la migration violente des Baaré et des Tchamba intervenue au Centre du Cameroun et dans l’Est du Nigeria à partir du milieu du xviiie siècle et au début du xixe pourrait avoir été déclenchée par les changements environnementaux exposés plus haut. Cette migration, qui concerne diverses populations originaires des contreforts septentrionaux du plateau de l’Adamaoua, a été décrite en détails par l’historien E. Mohammadou152. Effectivement, durant le xviie siècle et le début du xviiie, précédant le début de leur migration, des conditions environnementales favorables ont affecté leurs régions d’origine, comme le prouve le très haut niveau du lac Tchad au xviie siècle, causé par de fortes crues du Chari et du Logone, qui résultent d’un climat très humide sur les régions où vivaient ces groupes. De telles conditions auraient ainsi favorisé un important développement démographique de ces populations. Ce haut niveau lacustre s’est achevé durant la première partie du xviiie siècle par deux courtes et brutales régressions successives du lac Tchad (figure 4b). Ce phénomène a dû correspondre à une succession de deux phases relativement sèches sur le plateau de l’Adamaoua et sa périphérie, entraînant une baisse drastique des ressources pour les Baaré, les Tchamba et les populations voisines, ce qui les auraient donc forcés à quitter leurs régions d’origine durant la seconde partie du xviiie pour entreprendre les nombreuses razzias qui les ont conduits vers le sud jusqu’à la lisière de la grande forêt, et aussi loin vers l’ouest.

79On peut donc conclure ici que ce serait un changement climatique qui a été le moteur principal de la migration des Baaré et des Tchamba, du fait des fortes contraintes exercées soudainement sur une population qui s’était beaucoup accrue.

Delta intérieur du Niger

  • 153  P. Breunig, K. Neumann, 2002 ; A. Mayor et al., 2005, p. 51.
  • 154  B. Makaské et al., 2007, p. 254.
  • 155  T. Togola, 2008.

80Après la phase aride situé vers 2700-2500 cal BP qui a coïncidé avec la fin du Néolithique, les plaines du delta intérieur sont redevenues attractives en constituant le plus grand ensemble humide du Sahel semi-aride, tandis que l’occupation des zones sahariennes a alors diminué drastiquement. Cette phase aride a correspondu à la fin de la culture de Tichitt, à l’abandon du plateau dogon153 et à celui de nombreux sites au nord du Burkina Faso. Le delta intérieur a juxtaposé des possibilités économiques variées – chasse, pêche, élevage, agriculture. La culture du riz a débuté vers 800 avant J.-C. (Dia Shoma), parallèlement à la métallurgie, environ un millénaire après le mil dans toute la bande nord-sahélienne. Le Mema, en particulier, a été une région essentielle pour l’évolution de l’occupation humaine. Agriculture, métallurgie et villes s’y sont développées : Repeated drastic changes in the environment during the late Holocene must have profoundly impacted the way of life in prehistoric societies in the Mema, and may have encouraged technical and organizational innovations as well as massive migrations154. Mais, lors des phases de désertification suivantes, particulièrement durant le milieu du Ier millénaire AD et vers le milieu du xve siècle, le même phénomène s’est reproduit et la région s’est à nouveau vidée155.

Figure 13 : Les grands États du Sahel médiéval

Figure 13 : Les grands États du Sahel médiéval

A. Mayor et al., 2005, p. 27

Phase aride de 300 à 700 de notre ère

81La phase aride qui s’est développée entre environ 300 et 700 AD (figure 11) a entraîné un certain abandon de la région. Toutefois la recrudescence des apports fluviatiles d’origine méridionale explique pourquoi les habitats, comme Jenné-Jeno, ont pu se maintenir sur le bord du fleuve, comme cela a été expliqué plus haut pour le Sénégal.

Phase humide de 700 à 1400 de notre ère

  • 156  R. Reichelt, 1977.

82L’amélioration climatique générale qui a suivi, à partir d’environ 700 de notre ère, joue un rôle important dans l’explosion démographique, la sédentarisation, la naissance du phénomène urbain, le développement intensif de l’agriculture, de la métallurgie du fer, et l’émergence des premiers royaumes. De nouvelles stratégies sociales, économiques et politiques apparaissent. Reichelt156 note la présence dans le Gourma malien de 300 systèmes hydrauliques associés au pastoralisme, autour du xe siècle. Entre 700-800 et 1100-1200, la densité d’occupation est à son maximum. Elle diminuera ensuite, en fonction de la situation géographique des régions. Le royaume du Ghana est à son apogée entre les viie et xie siècles.

  • 157  R.J. McIntosh, 1998 ; S.K. McIntosh, 1999.

83Le cas de Jenné-Jeno est emblématique. Les fouilles montrent l’agrandissement de la ville et l’importance des échanges économiques : vers 500 AD, importation de cuivre de plus de 300 km ; vers 900 AD, importation d’or provenant de 600 km ; métallurgie du fer, à partir du ive ou ve siècle. La principale période d’occupation est intervenue entre 400 et 900 AD, mais on a continué à construire jusque vers 1100157.

84Sur le plateau dogon, moins favorisé, la présence humaine a été forte à partir du vie et jusqu’au xie siècle. Mais lorsque les conditions se sont détériorées, les hommes se sont réfugiés dans des zones où l’eau subsistait, comme le pied de la falaise. Les Tellem sont arrivés sur le plateau au xie et l’ont quitté entre les xiiie et xve siècles, remplacés par les Dogon au xvie siècle :

  • 158  S. Ozainne et al., 2009, p. 43.

Les récits locaux montrent une histoire du peuplement dogon très complexe, faite de délocalisations villageoises fréquentes liées à l’instabilité de l’histoire climatique et politique : découverte de points d’eau, assèchement de rivières, famines, conflits fonciers, mais aussi replis suite à des razzias de Peul, de Bambara ou de Mossi voisins158.

  • 159  A. Ballouche, M. Rasse, 2007.
  • 160  A. Mayor et al., 2005.
  • 161  G.E. Brooks, 1986, p. 54.
  • 162  R.A. Kea, 2004, p. 764.
  • 163  B. Gado, 1980.

85Le xiie siècle est un moment critique sur beaucoup de plans, car, aux raisons climatiques, se mêlent des causes anthropiques : fort impact de la déforestation et du défrichement, liés à l’agriculture intensive et à la métallurgie159, instabilité politique... Une brutale phase aride intervenue vers le milieu du xve a entraîné de nombreux déplacements vers le sud de populations berbères ou sahéliennes – pour les habitants du Sud-Est de la Mauritanie, comme ceux de Koumbi Saleh160. Les Touaregs s’emparent de Tombouctou, avant d’en être délogés par les Songhaï161. Mais, même dans la région des lacs, la population a diminué après le pic des vie-xie siècles162. Entre 1100 et 1400, le déclin est graduel, comme à Jenné-Jeno, qui connaît contraction puis abandon au xve siècle. Les pasteurs peul et les agriculteurs bamana ont alors remplacé les populations précédentes. Lors du déclin du Ghana à partir du xiiie siècle, celui-ci a été remplacé par le Mali (xiiie-xve siècle), qui a lui-même été concurrencé par le royaume songhaï, ce dernier existant plus à l’est sur le fleuve Niger depuis le viie siècle. En s’emparant du delta intérieur, les Songhaï pousseront des populations à fuir – par exemple à se réfugier sur le plateau dogon. En revanche, au xiiie siècle, des populations venues de l’Adrar des Ifoghas, sous la pression du climat, des Touaregs et d’autres groupes ethniques, ont migré vers le sud en renforçant le Songhaï163. Il se pourrait que l’apogée du Mali, vers 1300-1350, ait été associée à la phase un peu plus humide du xive siècle.

Phase instable 1600-1800 de notre ère

  • 164  R. Reichelt et al., 1992.

86Les xviie et xviiie siècles sont marqués par une très forte instabilité humaine (occupation marocaine, pression mossi…), comme le montrent migrations164, famines et épidémies, dans toute la bande sahélienne, documentées aux xvie et xviie siècles par le Tarik es-Soudan et le Tarik el-Fettach.

Bassin du Sénégal

Mauritanie occidentale

87Au début du Ier millénaire avant J.-C., la limite du Sahel – et donc d’un mode de vie sahélien – se situe encore au niveau de l’Adrar (21° nord). L’aire de distribution des objets en cuivre du chalcolithique d’Akjoujt (3000-2700 cal BP) s’étend du Nord-Est de l’Adrar et du golfe d’Arguin jusqu’au fleuve Sénégal (Walaldé). Le poids des objets en cuivre actuellement connus pourrait s’élever à plus de 60 kg – ce qui signifie qu’il en a été fabriqué des quantités bien plus grandes, dont la fonte a nécessité des quantités de bois forcément importantes.

88Après la phase aride intervenue vers 2700-2500 cal BP, le centre de gravité de la Mauritanie occidentale est reporté vers 18° nord, latitude de Nouakchott, qui est aussi celle du Nord du Tagant et de Tichitt, plus à l’est. La culture littorale de Tin Mahham s’est développée autour de Nouakchott entre 2500 et 1900 cal BP, puis elle a glissé plus au sud, dans l’Aftout es Saheli (17° nord), où elle a continué à évoluer.

  • 165  P. F. de Moraes Farias, 1967.
  • 166  P. Bonte, 1986, p. 394.
  • 167  C’est aussi le cas, bien entendu, dans les autres régions nord-sahéliennes de l’époque.

89Ensuite, durant la seconde partie du premier millénaire AD, une tradition culturelle d’éleveurs et de pêcheurs-collecteurs de mollusques marins se développe dans la région de Nouakchott. Leurs céramiques sont proches de celles de la moyenne vallée du Sénégal (Cubalel, Siwre, Toulel-Fobo, Sincu Bara…). L’augmentation des pluies qui a caractérisé la deuxième moitié du premier millénaire AD a permis à des populations variées de cohabiter, au moins un temps : Abu Bakr – un Sanhadja – aurait chassé les Sudan du Tagant, de l’Adrar et du Tiris vers 1070165. Par ailleurs, à propos de certains terrains de culture actuels de l’Adrar, les grayr, P. Bonte écrit166 : « La tradition orale fait état, dans des termes à peu près identiques, d’un peuplement noir ancien et d’une exploitation de ces grayr par des groupes qui auraient quitté la région et se trouveraient aujourd’hui parmi les populations wolofs du Sud de la Mauritanie. » La région comprise entre Nouakchott, le fleuve Sénégal et l’erg du Trarza a été, entre 1000 avant et 1000 de notre ère, une zone de contact entre deux mondes : celui du Néolithique saharien et celui des premières sociétés paysannes sahéliennes, déjà bien différenciées, comme le montre la variété des cultures et des sous-groupes contemporains167.

  • 168  D. Robert-Chaleix, 1986, p. 55-56.

90L’accroissement de l’aridité, à partir du nord, conduit à s’intéresser à la notion de frontière, comme l’a fait D. Robert-Chaleix168 :

La limite entre le monde saharien et les pays noirs, envisagée comme une ligne de contact entre un monde nomade et oasien, connu sur la rive nord du Sahara, et un monde sédentaire vivant essentiellement de l’agriculture, semble s’être située, dans les derniers siècles du premier millénaire de notre ère, au voisinage du 18e parallèle, c’est-à-dire non loin de Nouakchott pour les régions côtières, aux confins méridionaux de l’Aouker occidental, à la rive sud de l’Aouker du Hodh plus à l’est (vers 16° nord) ; elle a pu être plus septentrionale pour l’ensemble des plateaux du Tagant et de l’Assaba.

91Enfin, de 1400 à 1550 AD, une dernière phase de peuplement stable est visible, mais surtout vers 17° nord, sur le littoral de l’Afout es Saheli, encore à l’abri de la désertification progressive et des crises climatiques.

92La corrélation est bonne entre l’occupation humaine sur le fleuve Sénégal et la Mauritanie occidentale. Pendant les périodes arides, le fleuve a servi de refuge, de même que le littoral et le delta du Sénégal, où les ressources marines ont toujours été très importantes. Mais, pendant les épisodes pluvieux, toute la région comprise entre 18° nord (qui était encore au milieu du xxe siècle la limite septentrionale du Sahel) et le Sénégal appartenait à une même aire environnementale et humaine : des chasseurs, des pêcheurs (sur le fleuve et sur le littoral), des agriculteurs (de moins en moins vers le nord) et surtout des éleveurs. Au nord de 18° de latitude, on est, sauf lors de rares épisodes après 2500 cal BP, dans un milieu en cours de « saharisation » : chasse, élevage nomade, agriculture de type oasien et commerce transaharien, pour lequel l’Adrar joue un rôle essentiel.

Les confins sud-est de la Mauritanie

  • 169  M. Ould Khattar, 1995b.

93Pour la fin du Néolithique, seule la chronologie de la culture de Tichitt est connue. Après son apparition vers 4200 cal BP, sans doute à la suite de l’épisode aride qui a conduit des populations sahariennes à descendre vers le sud, une première phase (vers 18°-19° nord) s’achève vers 3300 cal BP. Une deuxième phase s’est développée entre 3000 à 2650 cal BP, puis, après une coupure, est intervenue une troisième phase durant la deuxième moitié du Ier millénaire avant J.-C. La culture de Tichitt semble alors se décaler vers le sud-est dans la région de Nema et plus au sud (16°-17° nord), et vers le Tagant au sud-ouest. La métallurgie du fer apparaît, parallèlement à la généralisation de l’agriculture. Une ultime phase, précisément dans le Tagant, est datée entre 2050 et 1650 cal BP et semble faire la liaison avec les cultivateurs gangara des débuts de l’histoire – plus qu’avec la naissance du royaume de Ghana, comme l’a montré Ould Khattar169.

  • 170  S. Berthier, 1997.
  • 171  J. Devisse, 1982.

94Le royaume de Ghana-Wagadou apparaît au viie ou au début du viiie siècle, sinon plus tôt. Son apogée va du ixe au xie siècle. Awdaghost, grand centre commercial entre Sahara et Sahel, s’est développé aussi à partir du viie siècle. Mais après l’épisode almoravide en 1054, la ville semble avoir momentanément stagné. Koumbi Saleh a été une ville d’une taille considérable, qui a connu une remarquable prospérité entre les ixe et xive siècles, malgré les perturbations survenues, semble-t-il, dans la seconde moitié du xie siècle. Des phases de déclin ont été observées aux xiie et xiiie siècles. Koumbi Saleh cesse d’être le centre d’un important système étatique à partir du xiiie siècle, mais son complet abandon n’est intervenu qu’au xve siècle170. Les Soninké, qui en constituaient sans doute la population principale, se sont alors installés plus au sud, mais aussi les autres ethnies négro-africaines de la région (Peuls, Ouolofs, Sérères) – parfois pour fuir l’islam. La fondation de « ports », villes étapes aux frontières du Sahara, rythme ce déclin171 : au sud, Oualata vers 700, Tichitt, vers 1100, puis au xiiie siècle, Chinguetti et Ouadane vers le nord-est, dans l’Adrar.

Figure 14 : Chronologie du Sud-Est de la Mauritanie à l’Holocène récent

Figure 14 : Chronologie du Sud-Est de la Mauritanie à l’Holocène récent

R. Vernet

La vallée du Sénégal

  • 172  A. Deme, S.K. McIntosh, 2006.

95C’est la diminution des pluies qui, indirectement, a permis, à partir de 2800 cal BP, le peuplement de la moyenne vallée du Sénégal, car la plaine inondable s’est alors rétrécie. En revanche, le delta, qui a débuté sa formation vers 6500 cal BP, après la stabilisation du niveau marin, a présenté plusieurs phases de peuplement qui ont été séparées par de longs vides (peut-être liés à la rareté des recherches ?). Le premier épisode connu a été daté entre 800 et 200 avant J.-C. pour le site de Walaldé où ont été trouvés des objets en fer et en cuivre (ces derniers en provenance d’Akjoujt), et où la culture du mil, l’élevage et la pêche étaient pratiqués172. Aux mêmes dates, les amas coquilliers étaient nombreux dans le delta.

  • 173  J. Devisse, 1982, p. 172.
  • 174  H. Bocoum, 2000, p. 166-169.

96Comme Jean Devisse l’avait fait remarquer à propos des nombreux groupes humains descendus vers le sud à partir de la Mauritanie : « Depuis quatre mille ans est intervenu sur 800 à 1 000 km du nord-est au sud-ouest un glissement multiséculaire de peuples de même culture fondamentale, chassés par la migration de l’isohyète 400173. » Plusieurs épisodes ont été individualisés174 :

  • 200-600 de notre ère. Durant cette phase de réactivation éolienne (figures 10 et 11), les habitats se concentrent sur la haute terrasse du Sénégal, à l’abri des fortes crues du fleuve.

  • 600-950. Cette période, comme ailleurs, est la période la plus prospère : les sédentaires du fleuve peuvent remonter loin au nord en latitude, jusqu’à 18°30 à l’ouest, dans la région de Nouakchott et sur les plateaux du Tagant et de l’Assaba. L’agriculture se développe et transforme les paysages. Le peuplement s’est densifié, associé à la naissance des premiers États.

    • 175  A. Ba, 2002, p. 46.

    Du xie au xiiie siècle, le royaume de Tekrour a dominé toute la vallée, bien qu’il ait pu apparaître plus tôt. L’instabilité climatique a contraint les habitants des marges nord à redescendre vers le fleuve175.

  • Au xive, le Tekrour, victime d’instabilité politique et climatique, s’est séparé en plusieurs principautés qui ne constituent plus qu’une province du Mali. Dans le delta, de nombreux amas coquilliers sont présents autour des marigots du Khant.

  • L’aridité a été définitive au xviiie siècle, forçant les agriculteurs gangara à abandonner le Tagant pour se replier vers le fleuve. Du début du xvie siècle au début du xviiie, le royaume du Fouta Toro a contrôlé la région. Puis l’instabilité est devenue la règle. En 1743, les Français ont établi un fort à Podor – Saint-Louis ayant été fondée en 1659.

Conclusion : Paléoclimats et histoire à l’Holocène récent. Les problèmes à résoudre

97L’amélioration climatique de la deuxième moitié du Ier millénaire de notre ère a joué un rôle essentiel dans l’évolution du peuplement. Le Sahel était, à cette époque, un milieu très favorable à l’agriculture et à l’élevage. Les vastes espaces du Sahara méridional ont été reconquis : les peuples sahéliens d’une part, berbères, puis arabes, d’autre part, (Touaregs à l’est, Maures plus à l’ouest), se côtoyaient, ainsi que les Toubous au Tchad. Mais les centres de gravité étaient plus au sud et attiraient Berbères et Arabes : fleuve Sénégal, delta intérieur du Niger, Gao. À partir du viiie siècle, des villes – cités-États ou capitales – ont été fondées, souvent par des populations venues à la fois du Nord et du Sud. Awdaghost, Koumbi Saleh (Mauritanie), Gao (Mali), Manam (Tchad) sont les plus importantes.

  • 176  A. Höhn, K. Neumann, 2011.

98Une brève phase sèche intervenue dans le courant des années 1050-1075 a pu avoir, comme on l’a vu plus haut, des répercussions importantes sur l’histoire de l’espace mauritanien (pays sanhadja, Tagant, Ghana) et du Kanem. Mais ce dérèglement climatique vers la fin du xie siècle en annonçait d’autres plus importants dans les siècles suivants. En fait, il est probable que les paysages ont commencé à changer à partir de 900, sous l’effet des progrès de l’agriculture176.

99Les mouvements de population, dont il est souvent impossible de distinguer les causes naturelles des causes politiques ou religieuses (refus de l’islam notamment), sont nombreux. La pulsation humide de la deuxième moitié du Ier millénaire a favorisé le mode de vie des populations sahéliennes à l’extrême nord du Sahel de cette époque, jusqu’à ce que le désert reprenne le dessus et les contraigne à fuir vers le sud pour pouvoir conserver leur mode de vie – alors que la majorité des Berbères et des Arabes s’adaptaient aux contraintes du milieu saharien.

100G.E. Brooks donne par ailleurs l’exemple des populations mandé :

  • 177  G.E. Brooks, 1986, p. 52.

During the ca. 1100-1500 dry period Mande-speaking smiths moved progressively southwards to exploit woodlands for charcoal-making in order to smelt and work iron and to open new markets for their manufactures. The ecologies of the areas they migrated from Senegambia and the lands along the northern borders of Futa Jallon changed from savanna-woodland to savanna and became suitable for the growth of cotton and the production of large quantities of cotton textiles many of which were carried south by Mande traders for barter with West-Atlantic and Gur-speaking groups living in the savanna-woodland and forest zones177.

101L’évolution du peuplement au cours des derniers siècles n’est que la répétition de ce mécanisme enclenché au début du dernier millénaire. La lutte pour l’eau et pour les meilleurs terroirs agricoles ne va plus cesser : elle existe toujours aujourd’hui…

La notion d’aridité

102La notion d’aridité, comme celle d’humidité d’ailleurs, est utilisée par les chercheurs d’une manière qui mériterait d’être plus soigneusement encadrée. Dans l’absolu, un épisode aride est une phase où les précipitations diminuent fortement – et inversement pour les périodes humides. Mais peut-on mettre sur le même plan une sécheresse à 18°, 15° ou 10° de latitude nord ? Une baisse de niveau du lac Bosumtwi, en milieu forestier (6°30 nord), ne remet pas en cause radicalement l’existence des populations riveraines. Mais les fleuves sahéliens (Niger à Niamey, ou Sénégal à Kaedi) pouvaient, avant les aménagements hydrauliques récents, être à sec à la fin de la saison sèche. De même, les sources et nappes phréatiques des régions méridionales du Sahara peuvent se tarir, condamnant les populations à, au mieux, une fuite vers le sud (ou aujourd’hui vers les villes modernes). Mais on a vu que, sur le plateau de l’Adamaoua où les pluies dépassent actuellement souvent les 1 000 mm chaque année, de brèves périodes de forte baisse de cette pluviosité avaient pu aussi grandement affecter les populations locales des Baaré et Tchamba. Il est donc ici question d’accoutumance à un certain milieu climatique qui, lorsque celui-ci se dégrade brutalement, conduit aussi à bouleverser l’équilibre établi dans le mode de vie et finalement à entraîner aussi des migrations en masse. On voit donc ici que la notion de « sécheresse » est une notion relative qui devrait être adaptée à chaque environnement.

L’influence des activités anthropiques

103L’économie agricole et plus généralement l’emprise accrue des sociétés sur le milieu semblent devenir prépondérantes dans le Sahel au cours du Ier millénaire de notre ère, car leur intensification rapide a eu alors des revers majeurs : les défrichements, les brûlis saisonniers, l’appauvrissement des sols, la diminution de la biodiversité, la lutte pour la terre et les conflits éleveurs-agriculteurs. Les feux réguliers, en particulier, en dénudant les sols, ont favorisé l’érosion et les ravinements :

  • 178  Y. Le Drezen et al., 2010, p. 318. Cf. aussi A. Ballouche, M. Rasse, 2007.

Les activités humaines ont surtout pour conséquence d’exacerber l’impact d’événements hydroclimatiques exceptionnels en favorisant des phénomènes de crues torrentielles en raison de leurs transformations de l’état de surface du bassin versant178.

  • 179  A. Mayor et al., 2005, p. 27.

104Mayor et al. notent aussi179 :

The regressive dynamics of Sudano-Sahelian vegetation cover at the scale of the last three thousand years, generally termed « landscape aridification », raise numerous questions in terms of interpretation of the environment and its operation. The retreat of forest formations, wooded or mixed, and their qualitative transformations leading to xerophile, open formations entails a degradation of the hydric balance, soil destabilization, and multiple processes of erosion. This development could be explained by climate breaks, but may also result from more complex processes where different anthropic practices could become dominant, with environmental effects comparable to those of climatic aridification. It is thus useful to distinguish indicators specific to climate effects from those of anthropic activity, and then to rank them in order to determine their respective roles. The two kinds of factors and their impacts can be linked, either neutralizing or synergistic.

105Les exemples de régions abandonnées à la suite d’une période aride (et des troubles qui les accompagnent en général), sont légion. Au xve siècle, les habitants du Nord-Burkina Faso et du Nord-Cameroun ont abandonné ces régions, comme on l’a montré aussi pour le Mema :

  • 180  S. Kahleber, K. Neumann, 2007, p. 336. Cf. aussi A. Höhn, K. Neumann, 2011.

Climatic deterioration, political instability and warfare are cited as possible reasons for the large-scale populations movements. […] However, the land-use conflicts of a growing population might also have initiated and intensified political destabilisation180.

106Le découplage climat-occupation humaine a joué un rôle dans certains cas : l’exemple des rives des fleuves sahéliens et de leurs affluents se peuplant et prospérant économiquement, pendant que les régions septentrionales et les plateaux et plaines aux réseaux médiocres se vidaient lors du grand basculement climatique entre les IIIe et IIe millénaires avant notre ère, fait comprendre que l’évolution climatique et l’évolution humaine ne sont pas obligatoirement parallèles. Les berges des cours d’eau, des lacs et des dépressions humides ont servi de refuges. Elles sont devenues la nouvelle frontière humaine, la carte des densités de population lui étant assez strictement inféodée. À l’inverse, de fortes précipitations en zone tropicale humide peuvent provoquer de hauts niveaux des fleuves – par exemple le Logone et le Chari – et attirer des populations repoussées d’une région septentrionale qui s’est aridifiée.

  • 181  T. Vallette, 2010, p. 242.

107À l’inverse, nombreuses sont les régions et les milieux où l’homme a vécu sur le fil du rasoir en s’adaptant pour survivre. Tous les groupes néolithiques et postnéolithiques n’ont pas migré vers le sud, mais il existe un seuil : la « migration forcée des populations d’espaces septentrionaux devenant arides vers des environnements méridionaux […] montre qu’un seuil de tolérance face aux risques encourus est dépassé. Ces espaces septentrionaux dépassent alors le niveau d’acceptabilité du risque pour ces populations181 ». Mais ce seuil est variable dans le temps et l’espace : les Gangara, au début de la période historique, dans le Nord du Tagant, vivaient sous 400 mm de précipitations au moins, ce qui a conduit à l’existence d’une économie intégrant toutes les possibilités d’un milieu complexe : réseaux hydrographiques pérennes et dépressions humides : élevage, culture du mil, oasis, voire pêche ; pâturages saisonniers dans certaines vallées, massifs dunaires, plateaux et montagnes ; eau douce saisonnière dues aux précipitations. A l’ouest s’y ajoute l’exploitation du littoral atlantique pour d’autres populations.

108Dans l’environnement sud-saharien et sahélien, le rapport de l’homme au milieu est instable. Il ne peut plus occuper l’espace de manière permanente. D’une part, il est obligé de suivre l’eau, selon les saisons, les années ou les cycles d’années ; d’autre part, il s’adapte à sa raréfaction et au caractère de plus en plus aléatoire des pluies et à l’accumulation de l’eau dans certaines zones – dépressions, vallées, « deltas intérieurs », sources, cours d’eau permanents. Il le fait de plusieurs manières, avec une redoutable capacité d’innovation : en important l’élevage ; en inventant l’agriculture ; en déplaçant sans cesse le curseur entre nomadisme et sédentarité ; en creusant des puits, de l’oglat, simple trou dans le lit mineur d’un oued, au puits profond de plusieurs mètres ; en délaissant l’élevage bovin au profit de celui des moutons, puis des chèvres – pour finalement recourir au dromadaire il y a moins de deux mille ans ; en s’adaptant à l’évolution de la faune et de la végétation – de la savane sahélienne à la forêt-galerie et à la steppe. En fait, l’image du curseur utilisée ci-dessus est probablement la mieux adaptée pour décrire la situation de l’homme dans la région pendant les derniers millénaires : il déplace ce curseur dès que nécessaire, soit parce qu’il y est contraint par la détérioration du milieu (détérioration à laquelle il participe, par une pression excessive sur le milieu – surpâturage, agriculture intensive…), soit parce qu’il a amélioré son mode de fonctionnement économique, apprenant par exemple à gérer l’élevage bovin dans un contexte de forte aridité, au moins saisonnière, comme savent le faire encore aujourd’hui certains groupes sahariens.

Le rôle prépondérant des variations climatiques sur les changements culturels

  • 182  Sous la direction de J.F. Berger, viennent d’être publiés les actes d’un congrès ayant traité du t (...)
  • 183  J. Clanet, 1975.

109Au long de cet exposé, on a pu montrer que le fil directeur des grands changements culturels et de leurs différentes étapes successives a généralement été sous le contrôle des changements climatiques majeurs et des variations environnementales qui en ont résulté182. Une preuve importante de ce rôle climatique directeur est le relativement bon synchronisme avec les principaux changements culturels, d’ouest en est, à travers la bande sahélienne. L’action anthropique a pu parfois fortement accentuer l’effet du climat sur les environnements. Il reste cependant à évaluer plus précisément la part respective de l’action anthropique et des événements climatiques qui ont toujours fortement marqué la région. Cela s’est encore vérifié à l’époque contemporaine où, par exemple, la petite « phase humide » des années 1950-1960 a beaucoup favorisé un bref développement des activités des agriculteurs et des éleveurs. Mais la survenue brutale d’une sécheresse dans la seconde partie des années 1960, nouvelle « phase aride » qui a perduré jusqu’à la fin du xxe siècle, est la cause principale de l’arrêt de ce développement car, en quelques années, tous les Sahéliens ont abandonné les secteurs précédemment conquis. Des migrations vers le sud ont été alors observées chez les éleveurs, comme Clanet183 l’a montré au Tchad, ou comme cela a été encore constaté récemment entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire – ce phénomène ayant aussi affecté les agriculteurs qui sont venus s’installer en grand nombre à la périphérie des villes.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre, A., Meunier, J.D., Lézine, A.M., Vincens, A., Schwartz, D., 1997, « Phytoliths: indicators of grassland dynamics during the late Holocene in intertropical Africa », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 136, p. 213-229.

Azzoug, M., Carré, M., Schauer, A.J., 2012, « Reconstructing the duration of the West African Monsoon season from growth patterns and isotopic signals of shells of Anadara senilis (Saloum Delta, Senegal) », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 346-347, p. 145–152.

Ba, A., 2002, Le Takrur, des origines à la conquête par le Mali (vie-xiiie siècles), Nouakchott, CRIAA.

Ballouche, A., Rasse, M., 2007, « L’homme, artisan des paysages de savane », Pour la Science, 358, p. 56-61.

Bard, E., Frank, M., 2007, « Climate change and solar variability: What’s new under the sun? », Earth & Planetary Change Letters, 248, p. 1-14.

Becker, C., 1986, « Conditions écologiques, crises de subsistance et histoire de la population à l’époque de la traite des esclaves en Sénégambie (xviie-xviiie siècles) », Canadian Journal of African Studies, 20/3, p. 357-376.

Berger, J.F. (dir.), 2012, Des climats et des hommes, Paris, La Découverte.

Berthelot, A., 1927, L’Afrique saharienne et soudanaise. Ce qu’en ont connu les Anciens, Paris, Payot.

Berthier, S., 1997, Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana : Étude d’un secteur, d’habitat à Koumbi Saleh, Mauritanie : Campagnes II-III-IV-V (1975–1976)-(1980–1981), British Archaeological Reports 680, Cambridge Monographs in African Archaeology 41, Oxford, Archaeopress.

Bivar, A.D., Shinnie, P.L., 1962, « Old Kanuri capitals », Journal of African History, 3, p. 1-10.

Bocoum, H., 2000, L’âge du fer au Sénégal, Dakar/Nouakchott, IFAN/CRIA.

Bocoum, H., McIntosh, S.K., McIntosh, R.J., 1995, « La réduction directe et ses rapports avec l’environnement dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, des origines au xvie siècle », in La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderurgica, Symposium international sur la forge catalane, Andorra, Rippol, p. 491-501.

Bolton, A.R.C., 1936, « The Dubab and Nuba of Jebel Daier », Sudan Notes and Records, 19, p. 92-108.

Bonte, P., 1986, « Une agriculture saharienne. Les grayr de l’Adrar mauritanien », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 41-42, p. 378-397.

Bouimetarhan, I., Dupont, L., Schefuss, E., Mollenhauer, G., Mulitza, S., Zonneveld, K., 2009, « Palynological evidence for climatic and oceanic variability off NW Africa during the Late Holocene », Quaternary Research, 72, p. 88-197.

Breunig, P., 2009, « Cultural change in the first millennium BC – Evidence from Nigeria, West Africa », in S. Magnavita, L. Koté, P. Breunig, O.A. I (eds), Crossroads – Carrefour Sahel: Cultural and Technological Developments in First Millennium BC/AD West Africa, Journal of African Archaeology, Francfort, Africa Magna Verlag, Monograph, 2, p. 15-26.

Breunig, P., Neumann, K., 2002, « Continuity or discontinuity? The 1st. millennium BC – Crisis in West African prehistory », in T. Lenssen-Erz et al. (éd.) Tides of the Desert. Contributions to the Archaeology and Environmental History of Africa in Honour of Rudolph Kuper, Cologne, Africa Praehistorica, 14, p. 491-505.

Brooks, G.E., 1986, « A provisional historical schema for Western Africa based on seven climate periods (ca. 9000 BC to the 19th century) », Cahiers d’études africaines, 26/101-102, p. 43-62.

Carbou, H., 1912, La région du Tchad et du Ouadai. Études ethnologiques : dialecte toubou, Paris, E. Leroux, 2 t.

Carpenter, R., 1956, « A trans-Saharan caravan route in Herodotus », American Journal of Archaeology, vol. 60, n° 3, p. 231-242.

Chapelle, J., 1957, Nomades noirs du Sahara, Paris, Plon (rééd. 1982, Paris, L’Harmattan).

Chase, B.M., Meadows, M.E., Carr, A.S., Reimer, P.J., 2010, « Evidence for progressive Holocene aridification in Southern Africa recorded in Namibian hyrax middens: Implications for African Monsoon dynamics and the “African Humid Period” », Quaternary Research, 74, p. 36-45.

Chauveau, J.P., 1986, « Une histoire maritime africaine est-elle possible ? Historiographie et histoire de la navigation et de la pêche africaines à la côte occidentale depuis le xve siècle », Cahiers d’études africaines, 26/101-102, p. 173-235.

Chavane, B., 1985, Villages de l’ancien Tekrour, Paris, Karthala.

Cissoko, S.M., 1968, « Famines et épidémies à Tombouctou et dans la boucle du Niger du xvie au xviiie siècle », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, B, 30, p. 806-821.

Clanet, J., 1975, Les éleveurs de l’Ouest tchadien. La mobilité des éleveurs du Kanem et leurs réponses à la crise climatique de 1969-1973, Thèse 3e cycle, université de Rouen.

Connah, G., 1981, Three Thousand Years in Africa. Man and his Environment in the Lake Chad Region of Nigeria, Cambridge, Cambridge University Press.

Conrad, D., Fisher, H., 1982, « The conquest that never was: Ghana and the Almoravids, 1076 », I. « The external Arabic sources », History in Africa, vol. 9, p. 21-59.

Conrad, D., Fisher, H., 1983, « The Conquest That Never Was: Ghana and the Almoravids, 1076 », II. « The Local Oral Sources », History in Africa, vol. 10, p. 53-78.

Cremaschi, M., Zerboni, A., 2009, « Early to Middle landscape exploitation in a drying environment: two case studies compared from the Central Sahara (SW Fezzan, Libya) », Geoscience, 341, p. 689-702.

Cuoq, J., 1975, Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle, Paris, CNRS.

Daveau, S., 1969, « La découverte du climat d’Afrique tropicale au cours des navigations portugaises (xve siècle et début du xvie siècle)  », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, B, t. 31, p. 953-988.

Deme, A., McIntosh, S.K., 2006, « Excavations at Walaldé: new light on the settlement of the Middle Senegal valley by iron-using peoples », Journal of African Archaeology, 4/2, p. 317-347.

DeMenocal, P., 2001, « Cultural responses to climate change during the Late Holocene », Science, 292, p. 667-673.

Devisse, J., 1982, « L’apport de l’archéologie à l’histoire de l’Afrique occidentale, entre le ve et le xiie siècle », Académie des inscriptions et belles lettres, janv.-mars, p. 157-176.

Devisse, J., Diallo, B., 1993, « Le seuil du Wagadou », in Vallées du Niger. Catalogue de l’exposition, Paris, RMN, p. 103-125

Dubief, J., 1963, Le climat du Sahara. L’eau atmosphérique au Sahara, Mém. hors série, Inst. rech. Sahar., univ. Alger, 2 (1).

Dubief, J., 1999, L’Ajjer, Sahara central, Paris, Karthala.

Dupuy, C., 2010, « Milieux, hommes et techniques dans la vallée de la Kolimbiné (bassin supérieur du Sénégal, Mali) », Les Nouvelles de l’archéologie, Paris, n° 120-121, p. 81-86.

Es-Sa’di, A., 1898-1900, Tarikh es-Soudan, éd. et trad. O. Houdas, réimpression, Paris, Maisonneuve, coll. UNESCO, 1981.

Falchetta, P., 2006, Fra Mauro’s World Map, Turnhout, Brepols Pub.

Fall, M., Gaye, J.P., Trimborn, P., 2010, « Isotope refinement of Late Holocene climatic oscillations in the northern coast of Senegal », Global and Planetary Change, 72, p. 331-333.

Feller, C., Médus, J., Paycheng, C., Chavane, B., 1981, « Étude palynologique et pédologique d’un site protohistorique de la moyenne vallée du fleuve Sénégal », Palaeoecology of Africa, 13, p. 235-248.

Gado, B., 1980, Le Zarmatarey. Contribution à l’étude des populations d’entre Niger et Dallol Mawri, Niamey, IRSH, Études nigériennes, n° 45.

Gasse, F., 2000, « Hydrological changes in the African tropics since the Last Glacial Maximum », Quaternary Science Review, 19, p. 189-211.

Grove, A.T., Street, F.A., Goudie, A.S., 1975, « Former lake levels and climatic change in the Rift Valley of Southern Ethiopia », Geographical Journal, 141, p. 177-202.

Hanebuth, T.J.J., Henrich, R., 2009, « Recurrent decadal-scale dust events over Holocene western Africa and their control on canyon turbidite activity (Mauritania) », Quaternary Science Reviews, 28/3-4, p. 261-270.

Hanebuth, T.J.J., Lantzsch, H., 2008, « A Late Quaternary sedimentary shelf system under hyperarid conditions: unravelling climatic, oceanographic and sea-level controls (golfe d’Arguin, Mauritania, NW Africa) », Marine Geology, 256, p. 77-89.

Hassan, F.A., 2007, « Extreme Nile floods and famines in Medieval Egypt (AD 930-1500) and their climatic implications », Quaternary International, 173-174, p. 101–112.

Hintze, F., Hintze, U., 1968, « Civilizations of the Old Sudan. Kerma, Kush, Christian Nubia », Grüner Publ., Amsterdam.

Höhn, A., Neumann, K., 2012, « Shifting cultivation and the development of a cultural landscape during the Iron Age (0-1500 AD) in the Northern Sahel of Burkina Faso, West Africa: Insights from archaeological charcoal », Quaternary International, vol. 249, p. 72–83.

Holmes, L.A., Street-Perrott, F.A., Perrott, R.A., Stokes, S., Waller, M.P., Huang, Y., Eglinton, G., Ivanovich, M., 1999, « Holocene landscape evolution of the Manga Grasslands, NE Nigeria: evidence from palaeolimnology and dune chronology », Journal of Geological Society, Londres, 156, p. 357-368.

Janicot, S., Thorncroft, C.D. and 25 co-authors, 2008, « Large-scale overview of the summer monsoon over West Africa during the AMMA field experiment in 2006 », Annales Geophysicae, 26, p. 2569-2595.

Kahlheber, S., Neumann, K., 2007, « The development of plant cultivation in semi-arid West Africa », in T. Denham, J. Iriarte, L. Vrydaghs (éds), Rethinking Agriculture: Archaeological and Ethnoarchaeological Perspectives, Walnut Creek, Left Coast Press, p. 320-346.

Kati, M., 1981, Tarikh el-Fettach, texte arabe et traduction française par O. Houdas et M. Delafosse, Paris, Maisonneuve, rééd.

Kea, R.A., 2004, « Expansions and contractions: World-historical change and the Western Sudan world-system (1200/1000 BC-1200/1250 AD) », Journal of World-Systems Research, X/3, p. 723-816.

Kendall, T., 2010, Jebel Barkal. History and Archaeology of Ancient Napata, [En ligne]. http://www.jebelbarkal.org.

Kesteloot, L., Barbey, C., Ndongo, S.M., 1985, « Tyamaba, mythe peul », Notes africaines, Dakar, IFAN, n° 185-186.

Kesteloot, L., Barbey, C., Ndongo, S.M., 1993, « Les Peul », in J. Devisse (éd.), Les vallées du Niger, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 173-189.

Kesteloot, L., 1993, Dieux d’eau du Sahel. Voyage à travers les mythes de Seth à Tyamaba, Paris, L’Harmattan / IFAN.

Knippertz, P., 2005, « Tropical-extratropical interactions associated with an Atlantic Tropical Plume and Subtropical Jet streak », Monthly Weather Review, 133, p. 2759-2776.

Knippertz, P., Fink, A.H., 2009, « Prediction of dry-season precipitation in Tropical West Africa and its relation to forcing from the extratropics », Weather Forecast, 24, p. 1064-1084.

Kröpelin, S., Verschuren, D., Lézine, A.M. and 12 co-authors, 2008, « Climate-driven ecosystem succession in the Sahara: the past 6000 years », Science, 320, p. 765-768.

Kuhnert, H., Mulitza, S., 2011, « Multidecadal variability and late medieval cooling of near-coastal sea surface temperatures in the eastern tropical North Atlantic », Paleoceanography, 26, PA4224, 11 p.

Lange, D., 1977, Le diwan des sultans du Kanem-Bornou. Chronologie et histoire d’un royaume africain, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

Lange, D., 1978, « Progrès de l’Islam et changement politique au Kanem du xie au xiiie siècle : un essai d’interprétation », The Journal of African History, 19, p. 495-513.

Lange, D., 1980, « La région du lac Tchad d’après la Géographie d’Ibn Saïd », Annales islamiques, 16, p. 149-181.

Lange, D., 1989, « Préliminaires à une histoire des Sao », The Journal of African History, 30, p. 189-210.

Lange, D., 1996, « The Almoravid expansion and the downfall of Ghana », Der Islam, 73, p. 313-351.

Lange, D., 2008, « Immigration of the Chadic-speaking Sao towards 600 BCE », Borno Museum Soc. Newsletter, 72/73 et 74/75, p. 84-106.

Langlois, O., 2009, « Un probable afflux de populations septentrionales aux alentours de Maroua (400-500 après J.-C.) », in H. Tourneux, N. Woïn (éds), Migrations et mobilité dans le bassin du lac Tchad, Paris, IRD, coll. Colloques et séminaires, p. 73-96.

Leblanc, M., Favreau, G., Maley, J., Nazoumou, Y., Leduc, C., Stagnitti, F., Van Oevelen, P.J., Delclaux, F., Lemoalle, J., 2006, « Reconstruction of Megalake Chad using february 2000 shuttle radar topographic mission data », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 239, p. 16-27.

Le Drezen, Y., Lespez, L., Rasse, M., Garnier, A., Coutard, S., Huysecom, E., Ballouche, A., 2010, « Hydrosedimentary records and Holocene environmental dynamics in the Yamé valley (Mali, Sudano-Sahelian West Africa) », Comptes Rendus Géosciences, 342, p. 244-252.

Le Quellec, J.L., 2004, Arts rupestres et mythologie en Afrique, Paris, Flammarion.

Leroux, M., 1996, La dynamique du temps et du climat, Paris, Masson, (3e édit., 2004, Paris, Dunod).

Lespez, L., Le Drezen, Y., Garnier, A., Rasse, M., Eichhorn, B., Ozainne, S., Ballouche, A., Neumann, K., Huysecom, E., 2011, « High-resolution fluvial records of Holocene environmental changes in the Sahel: the Yamé River at Ounjougou (Mali, West Africa) », Quaternary Science Reviews, 30, p. 737-756.

Levtzion, N., 1973, Ancient Ghana and Mali, Londres, Methuen.

Lézine, A.M., 1988, « New pollen data from the Sahel, Senegal », Review of Palaeobotany and Palynology, 55, p. 141-154.

Lézine, A.M., 2009, « Timing of vegetation changes at the end of the Holocene humid period in desert areas at the northern edge of the Atlantic and Indian monsoon systems », Comptes Rendus Géoscience, 341, p. 750-759.

MacEachern, S., 1996, « Iron Age beginnings North of the Mandara Mountains, Cameroon and Nigeria », in G. Pwiti, R. Soper (éds), Aspects of African Archaeology, Harare, univ. Zimbabwe, p. 489-495.

Magnavita, C., Breunig, P., Ameje, J., Posselt, M., 2006, « Zilum: a mid-first Millennium BC fortified settlement near lake Chad », Journal of African Archaeology, 4, p. 153-169.

Makaské, B., 1998, « An anastomosing river in a tropical semi-arid climate (upper Inland Niger delta, Central Mali) », Nederlands Geografica Studies, 249, p. 99-171.

Makaské, B., Vries E. de, Tainter, J.A., McIntosh, R.J., 2007, « Aeolian and fluviolacustrine landforms and prehistoric human occupation on a tectonically influenced floodplain margin, the Méma, Central Mali », Netherlands Journal of Geosciences, 86/3, p. 241-256.

Maley, J., 1977, « Palaeoclimates of Central Sahara during the Early Holocene », Nature, 269, p. 573-577.

Maley, J., 1981, Études palynologiques dans le bassin du Tchad et paléoclimatologie de l’Afrique nord-tropicale de 30 000 ans à l’époque actuelle, Paris, Travaux et documents de l’ORSTOM, n° 129.

Maley, J., 1982, « Dust, clouds, rain types, and climatic variations in tropical North Africa », Quaternary Research, 18, p. 1-16.

Maley, J., 1997, « Middle to Late Holocene changes in tropical Africa and other continents: Paleomonsoon and sea surface temperature variations », in H.N. Dalfes, G. Kukla, H. Weiss (éds), Third millennium BC climate change and Old World collapse, NATO ASI Series, Global Environmental Change, Berlin, Springer-Verlag, p. 611-640.

Maley, J., 2000, « Les variations des niveaux du lac Tchad au cours du dernier millénaire : rôle des conditions climatiques régionales et des apports fluviatiles. Comparaison avec le lac Naivasha en Afrique orientale », Bulletin méga-Tchad, univ. Paris-Nanterre, p. 24-29.

Maley, J., 2004a, « Le bassin du Tchad au quaternaire récent : formations sédimentaires, paléoenvironnements et préhistoire. La question des paléotchads », in J. Renault-Miskovsky, A.M. Semah (éds), L’évolution de la Végétation depuis deux millions d’années, Paris, Artcom-Errance, p. 179-217.

Maley, J., 2004b, « Les variations de la végétation et des paléoenvironnements du Domaine forestier africain au cours du quaternaire récent », in J. Renault-Miskovsky, A.M. Semah (éds), L’évolution de la Végétation depuis deux millions d’années, Paris, Semah eds., Artcom-Errance, p. 143-178.

Maley, J., 2010, « Climate and palaeoenvironment evolution in North Tropical Africa from the end of the Tertiary to the Upper Quaternary », Palaeoecology of Africa, 30, p. 227-278.

Maley, J., Brenac, P., 1998, « Vegetation dynamics, palaeoenvironments and climatic changes in the forests of western Cameroon during the last 28 000 years BP », Review of Palaeobotany and Palynology, 99, p. 157-187.

Mann, M.E., Zhang, Z., Hughes, M.K., Bradley, R.S., Miller, S.K., Rutherford, S., Ni, F., 2008, « Proxy-based reconstructions of hemispheric and global surface temperature variations over the past two millennia », Proc. Nat. Acad. Sc., 105, 36, p. 13252-13257.

Mann, M.E., Zhang, S., Rutherford, R.S., Bradley, M.K., Hughes, D., Shindell, C., Ammann, G., Faluvegi, F., Ni, F., 2009, « Global signatures and dynamical origins of the Little Ice Age and Medieval climate anomaly », Science, 326, p. 1256-1260.

Marchal, J.-Y., 1978, « Vestiges d’occupation ancienne au Yatenga (Haute-Volta). Une reconnaissance du pays Kibga », Cahiers ORSTOM, Sciences humaines, 11/4, p. 449-483.

Marty, P., 1927, « Les chroniques de Oualata et de Néma », Revue des études islamiques, p. 355-426 et p. 531-575.

Mauny, R., 1950, « L’Ouest africain chez Ptolémée (vers 141 après J.C) », in Conferencia Intern. Africanistas Occidentais, Lisbonne, vol. 1, p. 241-293.

Mauny, R., 1970, Les siècles obscurs de l’Afrique noire. Histoire et archéologie, Paris, Fayard.

Mayor, A., Huysecom, E., Gallay, A., Rasse, M., Ballouche, A., 2005, « Population dynamics and paleoclimate over the past 3000 years in the Dogon country, Mali », Journal of Anthropological Archaeology, 24, p. 25-61.

McIntosh, R.J., 1998, The Peoples of the Middle Niger, Oxford, Blackwell.

McIntosh, R.J., 2005a, « Pulse of the Méma: deep-time risk strategies », Geomorphology and Human Palaeoecology of the Méma, Mali, Alterra Report, Wageningen, 1244, p. 67-83.

McIntosh, R.J., 2005b, Ancient Middle Niger. Urbanism and the Self-Organizing Landscape, Cambridge University Press.

McIntosh, S.K., 1999, « Floodplains and the development of complex society: comparative perspectives from the West African semi-arid tropics », in E. Bacus (éd.), Complex Polities in the Ancient Tropical World, Archaeological Papers of the American Anthropological Association, 9, p. 151-165.

McIntosh, R.J., McIntosh, S.K., 1980, Prehistoric Investigations in the Region of Jenne, Mali: A Study in the Development of Urbanism in the Sahel, Cambridge Monographs in African Archaeology 2, Oxford, BAR International Series, 89.

Meier, F., Knippertz, P., 2009, « Dynamics and predictability of a heavy dry-season precipitation event over West Africa sensitivity experiments with a global model », Monthly Weather Review, 137, p. 189-206.

Michel, P., 1973, Les bassins des fleuves Sénégal et Gambie. Étude géomorphologique, Paris, Mémoires de l’ORSTOM, n° 63.

Mohammadou, E., 2004, Climat et histoire en Afrique centrale aux xviiie et xixe siècles : l’expansion Baaré-Tchamba de la Haute-Bénoué (Cameroun), Nagoya, Yoshihito et Djingui, Nagoya université.

Monteil, C., 1953, « La légende du Ouagadou et l’origine des Soninké », in Mélanges ethnologiques, Dakar, IFAN, Mémoires, n° 23, p. 361-408.

Monteillet, J., Faure, H., Pirazolli, P.A., Ravise, A., 1981, « L’invasion saline du Ferlo (Sénégal) à l’Holocène supérieur (1900) », Palaeoecology of Africa, 13, p. 205-215.

Moraes Farias, P. F. de, 1967, « The Almoravids: some questions concerning the character of the movement during its period of closest contact with the Western Sudan », Bulletin de l’IFAN, sér. B., XXIX/3-4, p. 794-878.

Moussie, B., Devisse, J., 1983, « Hydrogéologie, environnement et archéologie », Tegdaoust III. Recherches sur Audaghost, Paris, éd. Recherches sur les civilisations, mém. n° 25, p. 365-395.

Mulitza, S., Heslop, D., Pittauerova, D., Fischer, H.W., Meyer, I., Stuut, J.B., Zabel, M., Mollenhauer, G., Collins, J.A., Kuhnert, H., Schulz, M., 2010, « Increase in African dust flux at the onset of commercial agriculture in the Sahel region », Nature, 466, p. 226-228.

Murray, S.S., 2008, « A report on the charred botanical remains from Sincu Bara, A Mid-First Millennium AD Middle Senegal valley site », Nyame Akuma, 69, p. 56-63.

Murray, M.A., Fuller, D.Q., Cappeza, C., 2007, « Crop production on the Senegal river in the Early First Millennium AD: preliminary archaeobotanical results from Cubalel », in R.T.J. Cappers, (éd.), Fields of Changes. Progress in African Archaeology, Barkhuis et Groningen Univ. Library, p. 63-69.

Nicholson, S.E., Grist, J.P., 2001, « A conceptual model for understanding rainfall variability in the West African Sahel on interannual and interdecadal timescales », International Journal of Climatology, 21, p. 1733-1757.

Niedermeyer, E.M., 2009, Northwest African Sahel Climate Variations during Holocene/Late Pleistocene: Insights from Plant wax Stable Hydrogen(∆D) and Carbon (∆13C) Isotopic Composition and Sea Surface Temperature, Thèse, Brême.

Nizou, J., Hanebuth, T.J.J., Heslop, D., Schwenk, T., Palamenghi, L., Stuut, J.B., Henrich, R., 2010, « The Senegal River mud belt: A high-resolution archive of paleoclimatic change and coastal evolution », Marine Geology, 278, p. 150-164.

Nizou, J., Hanebuth, T.J.J., Vogt, C., 2011, « Deciphering signals of Late Holocene fluvial and aeolian supply from a shelf sediment depocentre off Senegal (North-West Africa) », Journal of Quaternary Science, vol. 26, 4, p. 411-421.

Olivry, J.C., Chouret, A., Vuillaume, G., Lemoalle, J., Bricquet, J.P., 1996, Hydrologie du lac Tchad, Paris, ORSTOM, Monographies hydrologiques, vol. 12.

Ould Khattar, M., 1995a, La fin des temps préhistoriques dans le Sud-Est mauritanien, Thèse, université Paris 1.

Ould Khattar, M., 1995b, « Les sites Gangara, la fin de la culture de Tichitt et l’origine de Ghana », Journal des africanistes, 65/2, p. 31-41.

Ould Maouloud, M., 1999, « Nouvelle traduction de la chronique de Tichitt », in Histoire de la Mauritanie. Essais et synthèses, université de Nouakchott (LERHI) et Université de Provence (IREMAM et IHCC), Nouakchott, p. 51-85.

Ozainne, S., Huysecom, E., Mayor, A., Robion-Brunner, C., Soriano, S., 2009, « Une chronologie pour le peuplement et le climat du pays dogon : la séquence culturelle et environnementale du gisement d’Ounjougou (Mali) », Antropo, Genève, 18, p. 37-46. [En ligne], http://www.didac.ehu.es/antropo.

Paris, F., Person, A., Quechon, G., Saliege, J.F., 1992, « Les débuts de la métallurgie au Niger septentrional : Aïr, Azawagh, Ighazer, Termit », Journal des africanistes, 62, p. 55-68.

Péfontan, Lt, 1922, « Histoire de Tombouctou, de sa fondation à l’occupation française (xiie siècle-1893) », Bulletin du comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, 7, p. 81-113.

Polet, J., 1985, Tegdaoust IV. Fouille d’une partie de Tegdaoust, Paris, éd. Recherches sur les civilisations, n° 54.

Rapp, J., 1984, Quelques aspects des civilisations néolithiques et post-néolithiques de l’extrême Nord du Cameroun. Étude des décors céramiques et essai de chronologie, Thèse de 3e cycle, université Bordeaux 1.

Reichelt, R., 1977, « Sur les aménagements hydrauliques anciens et récents dans le Gourma, Sahel tropical, République du Mali », Sciences géologiques (Bulletin de Institut de géologie, Strasbourg université Louis-Pasteur), 30/1, p. 19-31.

Reichelt, R., Faure, H., Maley, J., 1992, « Die Entwiklung des Klimas im randtropischen Sahara-Sahelbereich wärend des Jungquartärs : ein Beitrag zur angewandten Klimakunde », Petermanns Geographischen Mitteilungen, 136, p. 69-79.

Rendell, H.M., Clarke, M.L., Warren, A., Chappell, A., 2003, « The timing of climbing dune formation in Southwestern Niger: fluvio-aeolian interractions and the role of sand supply », Quaternary Science Review, 22, p. 1059-1065.

Rilly, C., 2010, « Le royaume de Méroé », Afriques [En ligne], Varia. URL : http://afriques.revues.org/379.

Robert, S., 1976, Archéologie des sites urbains des Hodh et problèmes de la désertification saharienne au Moyen Âge, Nouakchott, coll. La désertification au sud du Sahara, 1973 ; Dakar-Abidjan, Nouvelles éditions africaines, p. 46-55.

Robert-Chaleix, D., 1986, « Nouveaux sites médiévaux mauritaniens : un aperçu sur les régions septentrionales du Bilad es Sudan », Actes du colloque L’Histoire du Sahara et des relations transsahariennes entre le Maghreb et l’Ouest africain du Moyen Âge à la fin de l’époque coloniale, oct. 1985, Marrakech-Bergame, p. 46-58.

Rodier, J.A., 1962, « Résultats des études entreprises sur les phénomènes d’écoulement dans la dépression du Bahr el-Ghazal », Réunion des hydrologues des pays riverains du Tchad, Fort-Lamy, rapport ORSTOM.

Roset, J.P., 1995, « L’occupation humaine de l’Aïr et du Ténéré, au Niger, depuis 10 000 ans », in A. Marliac (éd.), Milieux, Sociétés et Archéologues, Paris, ORSTOM-Karthala, p. 161-195.

Sarnthein, M., 1978, « Sand deserts during glacial maximum and climatic optimum », Nature, 272, p. 43-46.

Sarr, R., Debenay, J.P., El Hadji Sow, 2009, « Enregistrement des fluctuations du niveau marin dans l’Holocène supérieur du lac Retba (Sénégal) par les foraminifères », Revue de micropaléontologie, 52, p. 31-41.

Sarr, R., El Hadji Sow, Bodergat, A.M., 2009, « Ostracodes et incursions marines dans l’Holocène terminal du lac Retba (Cap-Vert, Sénégal) », Geobios, 42, p. 381-395.

Schneider, J.-L., 1969, « Évolution du dernier lacustre et peuplements préhistoriques aux pays bas du Tchad », Bull. IFAN, sér. A, 31, p. 259-263.

Schneider, J.-L., 1994, Le Tchad depuis 25 000 ans, géologie, archéologie, hydrogéologie, Paris, Masson.

Seager, R., Graham, N., Herweijer, C., Gordon, A.L., Kushnir, Y., Cook, E., 2007, « Blueprints for Medieval hydroclimate », Quaternary Science Review, 26, p. 2322-2336.

Seignobos, C., 1993, « Des traditions Fellata et de l’assèchement du lac Tchad », in D. Barreteau, C. von Graffenried (éds), Datation et chronologie dans le bassin du lac Tchad, Paris, ORSTOM, p. 165-182.

Servant, M., 1973, Séquences continentales et variations climatiques : Evolution du bassin du Tchad au Cénozoïque supérieur, Thèse sc., Paris, ORSTOM, 159 (1983).

Shanahan, T.M., Overpeck, J.T., Anchukaitis, K.J., Beck, J.W., Cole, J.E., Dettman, D.L., Peck, J.A., Scholz, C. A., King, J.W., 2009, « Atlantic forcing of persistent drought in West Africa », Science, 324, p. 377-380.

Stokes, S., Bailey, R.M., Fedoroff, N., O’Marah, K.E., 2004, « Optical dating of aeolian dynamism on the West African Sahelian margin », Geomorphology, 59, p. 281-291.

Togola, T., 2008, Archaeological investigations of Iron Age sites in the Mema region, Mali (West Africa), Cambridge Monographs in African Archaeology, 73, Oxford, Hadrian Books.

Toupet, Ch., 1976, « L’évolution du climat de la Mauritanie du Moyen Âge à nos jours », in La désertification au sud du Sahara, Colloque de Nouakchott (1973), Dakar-Abidjan, Nouvelles éditions africaines, p. 56-63.

Treinen-Claustre, E., 1982, Sahara et Sahel à l’âge du fer. Borkou, Tchad, Paris, Mémoire de la Société des africanistes.

Trouet, V., Esper, J., Graham, N.E., Baker, A., Scourse, J.D., Frank, D.C., 2009, « Persistent positive North Atlantic oscillation mode dominated the Medieval climate anomaly », Science, 324, p. 78-80.

Tubiana, M.J., 1964, Survivances Préislamiques en pays Zaghawa, Paris. Institut d’ethnologie.

Vallette, T., 2010, « Lors de la dernière aridification du Sahara (4500-2000 BP), les vastes concentrations humaines des marges sud du désert ont-elles été un indice pertinent d’une économie de (dé)croissance ? », Archeo. Doct, Travaux de l’École doctorale d’archéologie, Paris I Panthéon-Sorbonne, Presses universitaires de la Sorbonne, n° 2, p. 239-264.

Van Neer, W., Bocoum, H., 1991, « Étude archéozoologique de Tulel-Fobo, site protohistorique (iv-xe siècle) de la moyenne vallée du fleuve Sénégal (République du Sénégal) », Archaeozoologia, 4/1, p. 93-114.

Vries, E. De, Makaské, B. et al., 2005, « Geomorphology and human palaeoecology of the Méma, Mali », Alterra Report, Wageningen Université.

Waller, M.P., Street-Perrott, F.A., Wang, H., 2007, « Holocene vegetation history of the Sahel: pollen, sedimentological and geochemical data from Jikariya Lake, North-Eastern Nigeria », Journal of Biogeography, 34, p. 1575-1590.

Webb, J.L., 1995, Desert Frontier Ecological and Economic Change along the Western Sahel 1600-1850, Madison, univ. of Wisconsin Press.

Weiss, H., Bradley, R.S., 2001, « What drives societal collapses? », Science, 291, p. 609-610.

Zeltner, J.C., 1980, Pages d’histoire du Kanem, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Annexe

La légende historique du Ghana-Wagadou : interprétation paléoclimatique du mythe du serpent faiseur de pluie

La fondation du royaume du Ghana et de sa capitale supposée, Koumbi Saleh, au sud de la Mauritanie désertique actuelle, fournit un autre bon exemple de pulsation-migration brutale d’une population – telle qu’elle a été schématisée par R.J. et S.K. McIntosh. En effet, après la phase très aride qui s’est achevée vers le viie siècle AD, les conditions qui sont redevenues très favorables au Sahel et sur le Sud du Sahara ont donc permis l’installation et la migration vers le nord de nouvelles populations. Cette migration puis cette installation permanente et enfin plus tard sa destruction associée au repli vers le sud des gens du Ghana sont le sujet principal de la célèbre « légende du Wagadou184 » qui a été conservée par la tradition orale des Soninkés et récoltée en particulier par Vincent Monteil185.

En effet, cette légende raconte que le chef Dyabé, accompagné de son peuple et de son armée, arriva au lieu-dit Kombi, gardé par Bida, un énorme serpent noir vivant au fond d’un puits. Un pacte fut conclu avec Bida, suivant lequel Dyabé et ses successeurs lui donneraient une jeune fille vierge chaque année à la Tabaski. En retour, Bida s’engagea : « Tous les ans, je ferai pleuvoir cinq fois et, après chaque pluie, quinze jours durant, les villages ramasseront l’or qui sera tombé avec la pluie. » Mais un jour, après une longue période de prospérité, un jeune homme coupa la tête du Bida avec son sabre. Aussitôt la sécheresse s’installa et, aucune pluie n’étant tombée sur eux, les vivres et les animaux s’épuisèrent, les puits et les sources se tarirent et les populations se dispersèrent. C’est ainsi que la sécheresse s’installa et que le Wagadou fut ruiné.

Dans la version de la légende présentée ici, il est précisé que la cérémonie durant laquelle le Bida apparaissait et emportait une jeune fille se situait à la Tabaski. V. Monteil fait remarquer que ce dernier terme est du berbère et correspond au terme de la pâque juive qui est une fête intervenant au printemps. De ce fait, dans la société préislamique où se situe cette histoire, il s’agissait probablement alors d’une « fête du printemps ». En effet, dans ce récit, les pluies, qui étaient régulièrement associées à ce sacrifice, pouvaient correspondre à une première saison des pluies située dans les premiers mois de l’année, avec des pluies comparables, mais en beaucoup plus importantes pour cette époque, aux pluies actuelles de Heug sur le Sénégal et le Mali. Les pluies se poursuivaient ensuite par une seconde saison des pluies qui devait correspondre à la mousson estivale. Concernant cette question climatique, il faut signaler que le géographe Al Bakrî, qui écrivait au xie siècle, rapporte que, dans la région de Ghana, « on sème deux fois par an186 ». Cette précision importante, que l’on peut associer à la succession annuelle de deux saisons des pluies, peut être aussi mise en parallèle avec une information rapportée par le chroniqueur portugais Valentim Fernandez, suivant laquelle ce climat particulier, caractérisé par deux saisons des pluies successives, existait encore au xvie siècle au Sénégal. Dans le texte de la légende il est ensuite précisé que, « le jour fixé pour le sacrifice, le peuple s’assemblait autour du puits [il est probable qu’il s’agissait d’un secteur avec peu de végétation et au sol plutôt sableux, comme c’est souvent le cas autour des puits au Sahel], tout à coup […] le tonnerre grondait, la terre tremblait, et le bida apparaissait, pour disparaître presque aussitôt ». On voit donc ici clairement que le Bida qui se manifestait en sortant du puits était, en fait, la personnification des grands tourbillons de poussière liés aux coups de vent et au tonnerre qui précèdent les pluies187.

Le mythe du « serpent faiseur de pluie » existe dans d’autres cultures et civilisations anciennes de l’Afrique subsaharienne188 et particulièrement jusqu’à l’autre extrémité du Sahel, au Soudan, dans la tribu des Dubab qui fait partie des Nubas du Kordofan. Là, dans les années 1930, A.C. Bolton189 a décrit un culte très vivace, lié au serpent, et aussi dans le but d’obtenir des pluies. De plus, il est remarquable de constater que le serpent mythique des Dubab, qui se nomme Kakarkurma, présente un comportement qui, par certains aspects, est voisin de celui du Bida du Wagadou. En effet Kakarkurma se déclare d’abord comme étant le seigneur de la région : I am lord of this land, contraignant ainsi les habitants à passer un pacte avec lui. En cas de faibles récoltes, un  « faiseur de pluie » (kujur) intervient pour mener une cérémonie (sibr) durant laquelle la population locale défile devant la grotte où Kakarkurma se cache. Bolton précise : In the cave I observed two platters on which incense is burnt when the rain-maker communes with the ancestral spirit of the Dubab. Cette observation signifie que cette cérémonie se pratiquait encore dans les années 1930. Par ailleurs, la description de Kakarkurma, from the waist up a man and below a serpent, permet de le comparer à des représentations du dieu Apédémak sur la paroi de certains temples méroïtiques, il y a plus de deux mille ans, comme celui de Naga, proche de Méroé, où ce dieu avait une tête de lion, un torse d’homme jusqu’à la ceinture et plus bas présentait un corps de serpent dressé avec des circonvolutions sur plusieurs mètres de haut190. Cette dernière particularité rapproche aussi Apédémak de la manifestation du Bida au Wagadou. Le rôle éminent du serpent se retrouve jusque chez les anciens Égyptiens, car un naja dressé, l’uraeus, se trouvait sur la coiffe des pharaons qui, en particulier, étaient considérés comme responsables de la crue du Nil. Finalement, on voit bien que la légende du Wagadou est un des divers avatars d’un mythe très ancien qui remonte aux temps préhistoriques en ayant affecté les régions sahariennes et sahéliennes, comme l’a montré Le Quellec191, et qui a été construit autour du thème du serpent bienveillant et pourvoyeur de pluie et de fécondité.

Jean Maley

Haut de page

Notes

1  P. DeMenocal, 2001 ; H. Weiss, R.S. Bradley, 2001.

2  Lors de la phase aride du milieu du xve siècle, des villages se sont installés dans le fond asséché du lac Tchad (J. Maley, 2000, 2004a, 2010).

3  M. Leblanc et al., 2006.

4  S.E. Nicholson, J.P. Grist, 2001.

5  J. Maley, 1997.

6  S. Janicot et al., 2008.

7  S. Janicot et al., 2008 ; M.E. Mann et al., 2009.

8  V. Trouet et al., 2009.

9  R. Seager et al., 2007.

10  S. Janicot et al., 2008.

11  Les pluies de la zone soudanienne présentent généralement des tendances « charnières », c’est-à-dire qui se rattachent tantôt à celles du Sahel, tantôt à celles de la zone soudano-guinéenne.

12  M. Leroux, 1996.

13  J. Maley, 2010.

14  P. Knippertz, 2005 ; P. Knippertz, A.H. Fink, 2009.

15  F. Hintze, U. Hintze, 1968 ; C. Rilly, 2010.

16  J. Maley, 1981, 2010 ; F. Gasse, 2000.

17  J. Maley, 1977 ; 2010, p. 251-258.

18  F. Meier, P. Knippertz, 2009.

19  J. Dubief, 1963, 1999.

20  M.E. Mann et al., 2008.

21  J. Maley, 2010.

22  D’après E. Bard, M. Frank, 2007.

23  M.E. Mann et al., 2008.

24  H. Kuhnert, S. Mulitza, 2011.

25  B.M. Chase et al., 2010.

26  M. Leblanc et al., 2006.

27  G. Connah, 1981 ; P. Breunig, 2009.

28  J. Maley, 2010 ; M. Servant, 1973.

29  J.-L. Schneider, 1969, 1994.

30  P. Breunig, K. Neumann, 2002 ; A. Mayor et al., 2005.

31  S. Kröpelin et al., 2008.

32  B. Makaske, 1998.

33  T.J.J. Hanebuth, H. Lantzsch, 2008.

34 In A. Berthelot, 1927 ; R. Carpenter, 1956.

35  J. Maley, 2004a, p. 204.

36  J. Maley, 1981, 2010.

37  R. Mauny, 1970.

38  J. Maley, 2004b, p. 168-169.

39  J. Maley, 2010.

40  O. Langlois, 2009 ; J. Rapp, 1984.

41  J. Maley, 2010.

42  L. Lespez et al., 2011, figure 5.

43  B. Makaské, 1998, figure 4.36.

44  R. Mauny, 1950, p. 270-273.

45  M. Cremaschi, A. Zerboni, 2009.

46 Cf. D. Lange, 1980.

47  J. Maley, 2010 ; M. Servant, 1973.

48  L.A. Holmes et al., 1999.

49  S. Stokes et al., 2004.

50  J. Maley, 1982.

51  M. Leblanc et al., 2006, figure 1.

52  J.A. Rodier, 1962 ; J. Maley, 1981, p. 57-63 ; J.C. Olivry et al., 1996.

53  E. Treinen-claustre, 1982.

54  J. Maley, 1981, 2004a, 2010.

55  J. Maley, 2004a.

56  D. Lange, 1980.

57  J. Maley, 2010, p. 256.

58  J. Maley, 2004a.

59  C. Seignobos, 1993.

60  J. Maley, 2004a, p. 209.

61  P. Falchetta, 2006.

62  D. Lange, 1980.

63 Cf. J. Maley, 2004a.

64  Communication personnelle (avril 2011) de Scott MacEachern, archéologue, Bowdoin College, Maine, USA.

65  J.-Y. Marchal, 1978.

66  B. Makaské et al., 2007.

67  T.J.J. Hanebuth, R. Henrich, 2009.

68  J. Maley, 1981, p. 70-73.

69  J. Maley, 1981, p. 70-73.

70  J. Chapelle, 1957.

71  J. Maley, 1981, p. 70-73.

72  L.A. Holmes et al., 1999.

73  J. Maley, 1981, p. 76-79.

74  S.M. Cissoko, 1968.

75  S. Stokes et al., 2004; H.M. Rendell et al., 2003.

76  M. Sarnthein, 1978.

77  A.T. Grove et al., 1975.

78  J. Maley, 1981, p. 79-80.

79  J. Maley, 2010.

80  J. Maley, 1981, p. 509-516.

81  R.J. McIntosh, 1998, chap. 2.

82  B. Makaské, 1998 ; E. de Vries, B. Makaské et al., 2005.

83  A. Mayor et al., 2005.

84  L. Lespez et al., 2011, figure 5.

85 Cf. I. Bouimetharan et al., 2009.

86  S. Stokes et al., 2004.

87  D. Conrad, H. Fisher, 1982, 1983.

88  D. Lange, 1996.

89  D. Lange, 1978.

90  J.-Y. Marchal, 1978.

91  Lt Péfontan, 1922.

92  Es-Sa’di, 1898-1900.

93  M. Kati, 1981.

94  C. Becker, 1986.

95  R. Vernet, travaux en cours.

96  S. Daveau, 1969, p. 985-986.

97  J.L. Webb, 1995, p. 28.

98  M. Sarnthein, 1978.

99  J.L. Webb, 1995, p. 10.

100  T.J.J. Hanebuth, R. Henrich, 2009.

101  J. Maley, 1981, p. 526.

102  S. Robert, 1976, p. 54.

103  J. Polet, 1985.

104  J. Cuoq, 1975, p. 149 (passage sur Awdaghust).

105  J. Devisse et B. Diallo, 1993.

106  « En 1244 (1828-1829) les gens de Oualata firent une récolte magnifique et on ne cessa de faire la cueillette jusqu’à la saison sèche. Ce fut une année de pâturage et d’abondance pour nous. » « En 1249 (1833-1834) eut lieu une grande sécheresse et la famine dans le Takrur, à Oualata, à Araouan et dans les villages du Soudan. La barre de sel atteignit la valeur d’une mesure de grain (20 à 25 mesures en année normale). Un grand nombre de captifs et d’autres personnes moururent de faim » (P. Marty, 1927, p. 565).

107  M. Ould Maouloud, 1999.

108  J.L. Webb, 1995, p. 7.

109  C. Monteil, 1953. Cf. en annexe : « La légende historique du Ghana-Wagadou ».

110  M. Ould Khattar, 1995a et b.

111  Ch. Toupet, 1976, p. 57.

112  Ch. Toupet, 1976, p. 58.

113  P. Michel, 1973.

114  J. Devisse, 1982.

115  M. Azzoug et al., 2012 ; les zones source des fleuves Sénégal et Saloum sont à des latitudes voisines.

116  H. Bocoum et al., 1995.

117  I. Bouimetarhan et al., 2009 ; T.J.J. Hanebuth, H. Lantzsch, 2008 ; S. Mulitza et al., 2010 ; J. Nizou et al., 2010 ; J. Nizou et al., 2011.

118  A. Alexandre et al., 1997.

119  A.M. Lézine, 1988.

120  R. Sarr et al., 2009.

121  P. Michel, 1973, p. 599.

122  J. Monteillet et al., 1981.

123  W. Van Neer, H. Bocoum, 1991.

124  E.M. Niedermeyer, 2009.

125  J.L. Webb, 1995, p. 11 ; M.A. Murray et al., 2007 ; M.A. Murray, 2008.

126  J.L. Webb, 1995, p. 11.

127  C. Becker, 1986, p. 362.

128  J.P. Chauveau, 1986, p. 208.

129  R.J. McIntosh, 1998.

130  I. Bouimetarhan et al., 2009.

131  M. Cremaschi, A. Zerboni, 2009.

132  C’est dans le courant du ve siècle avant J.-C. que Méroé, la capitale des Méroïtiques, a été installée vers le Nord du Sahel, à environ 200 km au nord-est du confluent Nil Blanc-Nil Bleu, où se situe l’actuelle ville de Khartoum. La destruction de Méroé est intervenue dans le courant du ive siècle AD (F. Hintze, U. Hintze, 1968 ; C. Rilly, 2010 ; T. Kendall, 2010).

133  R.J. McIntosh, 2005a, p. 67 ; R.J. McIntosh, 2005b.

134  C. Magnavita et al., 2006.

135  P. Breunig, K. Neumann, 2002.

136  C. Magnavita et al., 2006 (cf. surtout le site de Zilum).

137  P. Breunig, 2009.

138  S. MacEachern, 1996.

139  F. Paris et al., 1992.

140  D. Lange, 1989 et 2008.

141  O. Langlois, 2009 ; J. Rapp, 1984.

142  O. Langlois, 2009.

143  J.P. Roset, 1995.

144  E. Treinen-Claustre, 1982.

145  E. Treinen-Claustre, 1982, p. 99 et 190.

146  Marie-José Tubiana a fait remarquer que la description du pays zaghawa chez Idrîsî, et d’autres auteurs arabes du Moyen Âge, correspond à ce que les anthropologues actuels appellent le pays « Toubou » qui comprend les Teda, Daza, Bideyat et Zaghawa (M.J. Tubiana, 1964, p. 18).

147  D. Lange, 1977, p. 153 ; E. Treinen-Claustre, 1982, p. 178.

148  J.C. Zeltner, 1980, p. 140 ; D. Lange, 1980.

149  B. Gado, 1980.

150  A.D. Bivar, P.L. Shinnie, 1962.

151  J. Maley, 1981, p. 77.

152  E. Mohammadou, 2004.

153  P. Breunig, K. Neumann, 2002 ; A. Mayor et al., 2005, p. 51.

154  B. Makaské et al., 2007, p. 254.

155  T. Togola, 2008.

156  R. Reichelt, 1977.

157  R.J. McIntosh, 1998 ; S.K. McIntosh, 1999.

158  S. Ozainne et al., 2009, p. 43.

159  A. Ballouche, M. Rasse, 2007.

160  A. Mayor et al., 2005.

161  G.E. Brooks, 1986, p. 54.

162  R.A. Kea, 2004, p. 764.

163  B. Gado, 1980.

164  R. Reichelt et al., 1992.

165  P. F. de Moraes Farias, 1967.

166  P. Bonte, 1986, p. 394.

167  C’est aussi le cas, bien entendu, dans les autres régions nord-sahéliennes de l’époque.

168  D. Robert-Chaleix, 1986, p. 55-56.

169  M. Ould Khattar, 1995b.

170  S. Berthier, 1997.

171  J. Devisse, 1982.

172  A. Deme, S.K. McIntosh, 2006.

173  J. Devisse, 1982, p. 172.

174  H. Bocoum, 2000, p. 166-169.

175  A. Ba, 2002, p. 46.

176  A. Höhn, K. Neumann, 2011.

177  G.E. Brooks, 1986, p. 52.

178  Y. Le Drezen et al., 2010, p. 318. Cf. aussi A. Ballouche, M. Rasse, 2007.

179  A. Mayor et al., 2005, p. 27.

180  S. Kahleber, K. Neumann, 2007, p. 336. Cf. aussi A. Höhn, K. Neumann, 2011.

181  T. Vallette, 2010, p. 242.

182  Sous la direction de J.F. Berger, viennent d’être publiés les actes d’un congrès ayant traité du thème du rapport entre les changements climatiques et les changements intervenus dans l’histoire des hommes, depuis leur origine (J.F. Berger, 2012).

183  J. Clanet, 1975.

184  J. Maley, 1981, p. 526-528 ; 2010, p. 256-258.

185  C. Monteil, 1953.

186  J. Cuoq, 1975, p. 102, § 143.

187  J. Maley, 1981, p. 528.

188  L. Kesteloot, 2007.

189  A.R.C. Bolton, 1936 ; communication personnelle de T. Kendall, Harvard University (juin 2012).

190  F. Hintze, U. Hintze, 1968, pl. 117.

191  J.L. Le Quellec, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Sahel actuel dans son cadre physique en Afrique de l’Ouest
Crédits D’après P. Rognon, 1993, Vallées du Niger, p. 41.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 2 : Variabilité des précipitations en Afrique de l’Ouest
Légende Schéma fondé sur le renforcement ou l’affaiblissement alterné des anticyclones subtropicaux (AA) au nord et au sud, avec trois situations principales : les deux premières illustrent un dipôle classique durant la période contemporaine qui oppose (1) soit des précipitations en baisse sur les régions nord-tropicales, du Sahel à la zone soudano-guinéenne, et en augmentation sur la zone guinéenne forestière, (2) soit l’inverse, des précipitations en hausse du Sahel à la zone soudano-guinéenne et en baisse sur la zone guinéenne forestière. La situation (3) résulterait d’un renforcement simultané des anticyclones au nord et au sud ; cette dernière situation, très atypique au xxe siècle, est marquée par un renforcement des pluies dans une bande centrale correspondant approximativement à la zone soudano-guinéenne11.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 : Variation comparée de l’activité solaire (IST, irradiance solaire totale), en watts par m2, et des niveaux lacustres du lac Tchad durant le dernier millénaire.
Crédits La courbe de l’activité solaire (IST) est extraite d’E. Bard, M. Frank, 2007.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4a : Stratigraphie et analyses polliniques du dernier millénaire de notre ère
Légende - À droite : stratigraphie des dépôts lacustres dans l’archipel méridional du lac Tchad d’après des carottes prélevées près de Bol (Bol-Tandal, Bol-Berim, Mandi) et vers le nord de la « grande barrière » (haut-fond séparant les bassins nord et sud du lac Tchad ; carotte prélevée à 15 km au sud de Baga-Sola). Corrélations stratigraphiques entre les différentes carottes, et deux datations au radiocarbone. Les niveaux d’argiles organiques « tourbeuses », d’argiles sableuses et de sédiments carbonatés (Berim) correspondent à des bas niveaux lacustres (r/régressions), et les niveaux argileux à des hauts niveaux lacustres relatifs (t/transgressions). La chronologie calendaire reconstituée des différentes régressions et transgressions lacustres est fondée sur ces deux datations et sur des points remarquables calés par quelques données historiques (J. Maley, 1981, 2004, 2010).- À gauche : spectre pollinique synthétique (pourcentages relatifs) de la carotte de Baga-Sola regroupant les pollens des éléments sahélien, soudano-guinéen et des plantes hygrophiles. Les courbes polliniques ont été construites en utilisant le rapport à la moyenne avec une échelle logarithmique. La position des échantillons étudiés, de 1 à 8, est indiquée par des barres noires. Sur le spectre synthétique sont portés en bas les numéros des échantillons et en haut les phases lacustres (t/transgression ou r/régression) auxquelles ils ont été rattachés (J. Maley, 1981, 2004). En palynologie, on utilise fréquemment la variation de la végétation hygrophile comme donnée « proxi » de la variation des niveaux lacustres.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 4b : Variation des niveaux du lac Tchad au cours du dernier millénaire
Crédits J. Maley, 1981, 2004a.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 5 : Chronologie de l’Holocène récent : le lac Tchad et son bassin versant méridional
Crédits R. Vernet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 6 : Évolution du delta intérieur du fleuve Niger
Crédits R.J. McIntosh, 1998, p. 78.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 7 : Chronologie de l’Holocène récent dans la boucle du Niger (Mali)
Crédits R. Vernet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 8 : Paléoenvironnements de l’Holocène récent du littoral atlantique (18°-16° nord)
Crédits R. Vernet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 9 : Évolution de l’altitude relative des puits d’Awdaghost entre les ixe et xve siècles
Crédits B. Moussié et J Devisse, 1983.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 10 : Chronologie de l’Holocène récent : Sud-Ouest de la Mauritanie et fleuve Sénégal
Crédits R. Vernet et A. Gnokane, 2011
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 11 : Deux sondages en face du delta du Sénégal (GeoB 9504-3 ; GeoB 9503-5)
Légende Comparaison avec l’évolution des dunes de la boucle du Niger (S. Stokes et al., 2004)
Crédits Extrait de J. Nizou et al., 2011.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure  12 : Courbe climatique dans une dépression humide en arrière du littoral au sud du fleuve Sénégal
Crédits M. Fall et al., 2010, p. 332.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 13 : Les grands États du Sahel médiéval
Crédits A. Mayor et al., 2005, p. 27
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 14 : Chronologie du Sud-Est de la Mauritanie à l’Holocène récent
Crédits R. Vernet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1209/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Maley et Robert Vernet, « Peuples et évolution climatique en Afrique nord-tropicale, de la fin du Néolithique à l’aube de l’époque moderne », Afriques [En ligne], 04 | 2013, mis en ligne le 23 mai 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://afriques.revues.org/1209 ; DOI : 10.4000/afriques.1209

Haut de page

Auteurs

Jean Maley

Directeur de recherche honoraire IRD, Département Paléoenvironnements et Paléoclimatologie, université Montpellier 2

Robert Vernet

Chercheur associé, Institut mauritanien de recherches scientifiques

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org