Navigation – Plan du site
Ouvrir de nouveaux chantiers

Tadmekka. Archéologie d’une ville caravanière des premiers temps du commerce transsaharien

Tadmekka: The archaeology of an early cross-Saharan caravan town in West Africa
Sam Nixon

Résumés

Cet article présente les premières fouilles systématiques de Tadmekka, une des villes commerçantes majeures d’Afrique de l’Ouest, qui a participé à la croissance du commerce transsaharien durant les premières années de l’ère islamique (vers 650-1500). En 2005, des fouilles sur les ruines de Tadmekka (Essouk), dans le Nord du Mali, ont fourni une stratigraphie de 6,5 m, depuis le milieu du premier millénaire jusque vers 1400. Les analyses effectuées ensuite ont considérablement amélioré notre compréhension des périodes « préhistoriques » et historiques, et permettent d’ouvrir des perspectives nouvelles. Après une description des prémisses du projet et une présentation complète de ses résultats, nous présentons une histoire du développement de Tadmekka, en plaçant côte à côte les résultats archéologiques et les indices fournis par la documentation historique. Nous nous focalisons ensuite sur des analyses spécifiques, comme par exemple : les modes de construction à Tadmekka, le monnayage en or, le commerce des produits au-delà du Sahara, les céramiques, les industries locales et les pratiques alimentaires.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Voir par exemple S.K. McIntosh (éd.), 1995 ; R. Bedaux et al. (éds), 2005.
  • 2  Voir T. Garrard, 1982 ; M. Liverani, 2000 ; S. Magnavita, 2009.
  • 3  J. Devisse, 1988 ; E. Savage, 1992 ; T. Insoll, 2003 ; P. Mitchell, 2005.

1Au cours des dernières décennies, l’archéologie n’a cessé de révéler comment les sociétés complexes et les réseaux commerciaux se sont développés en Afrique de l’Ouest avant l’arrivée de l’islam, longtemps considérée comme le facteur ayant stimulé l’essor de sociétés dans la région1. En parallèle, les travaux démontrent, à partir d’indices de mieux en mieux étayés et désormais disponibles à la fois pour l’époque romaine et pour les débuts de l’époque byzantine2, que ces sociétés commencent alors à être associées à des réseaux marchands traversant le Sahara. Au cours de cette période, l’Afrique de l’Ouest devient de plus en plus attractive pour les sociétés situées au nord du désert, certainement en raison des grandes quantités de marchandises qui s’y trouvent, notamment l’or, les esclaves et l’ivoire. En outre, avant que le commerce maritime le long des côtes ouest-africaines ne s’établisse au xve siècle, le Sahara est le seul moyen d’entrer en contact avec cette région. Bien que nous puissions être certains que des preuves supplémentaires des échanges transsahariens entre le Nord et l’Ouest de l’Afrique durant l’époque préislamique seront découvertes, peu de spécialistes remettraient en question le fait que c’est seulement à la suite de la conquête de l’Afrique du Nord au viie siècle que le négoce transsaharien s’est réellement transformé en un système commercial florissant. Une demande toujours croissante en produits ouest-africains se développe dans les États islamiques, et les marchands sahariens ne manquent pas d’y répondre. En tant que processus historique, la première période du commerce transsaharien musulman (vers 650-1500) est particulièrement importante. Elle a établi la première véritable connexion entre l’Afrique de l’Ouest et un large « système mondial », précurseur essentiel de la pénétration des Européens en Afrique de l’Ouest. Elle a également engendré des stimuli économiques significatifs pour le monde musulman d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, principalement par l’or et les esclaves. Enfin, bien évidemment, c’est par le biais de ces échanges que l’islam s’implante en Afrique de l’Ouest3. Ainsi, les débuts du commerce transsaharien ne sont pas seulement d’un grand intérêt pour les spécialistes, mais ils stimulent également l’imagination historique du grand public, intrigué par ces audacieux voyages prémodernes et les fascinants contacts culturels à longue distance qui en découlèrent.

  • 4  Voir N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000.

2Grâce aux textes produits par la géographie arabe, rédigés par des érudits musulmans entre les ixe et xve siècles4, les historiens africanistes ont pu depuis longtemps étudier les premiers flux du commerce transsaharien conduits par des musulmans. Nous possédons des descriptions de vastes portions du désert ainsi que des villes situées le long des routes caravanières (figure 1). Y apparaissent aussi des détails sur les peuples du Sahara, principalement des Berbères nomades qui contrôlent les routes caravanières, ainsi que sur les négociants originaires de tout le monde islamique qui s’installent dans les villes. Au sud du désert, les États d’Afrique de l’Ouest prenant part à ce commerce sont aussi évoqués. Plus tôt, lorsque les échanges se mettent en place, les géographes mentionnent dans les textes (ixe siècle) les premières entités politiques commerçantes d’Afrique de l’Ouest, Gao, Ghana et Kanem. Puis, à l’apogée de ce commerce, à partir du xiiie siècle, nous sommes informés sur l’empire du Mali, principale puissance d’Afrique de l’Ouest, dont le nom devient synonyme de richesse inégalée. Nous disposons également de descriptions des produits transportés par les caravanes chamelières : l’or, les esclaves et l’ivoire, en provenance d’Afrique de l’Ouest, et les produits nord-africains échangés contre ceux-ci, comme le cuivre, les objets de verre et les textiles. Ainsi les textes sont une mine d’informations pour les chercheurs, et les premiers documents arabes permettent indéniablement au lecteur de commencer à pénétrer le monde des premiers échanges transsahariens.

Figure 1 : Carte illustrant la position d’Essouk-Tadmekka en Afrique de l’Ouest et le premier système du commerce islamique transsaharien

Figure 1 : Carte illustrant la position d’Essouk-Tadmekka en Afrique de l’Ouest et le premier système du commerce islamique transsaharien

Sam Nixon.

  • 5  On peut relever toutefois qu’il est toujours difficile de localiser certaines de ces villes décrit (...)
  • 6  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000.

3Les agglomérations marchandes d’Afrique de l’Ouest situées au « Sahel », sur le pourtour sud du Sahara (figure 1), étaient essentielles dans le développement du commerce musulman. Principaux lieux d’échanges entre les marchands nord-africains et ouest-africains, on y retrouve les grandes places de marché du commerce transsaharien. Localisées à la limite où le monde berbère-saharien rencontre le monde soudanien, c’est aussi en leur sein que se produisaient bon nombre d’échanges culturels, elles étaient notamment les têtes de pont de l’islam en Afrique de l’Ouest. Tombouctou est la plus célèbre de ces villes. Mentionnée pour la première fois au xive siècle dans la documentation arabe, elle devient rapidement connue comme un centre majeur d’une grande prospérité, inspirant les explorateurs européens jusqu’au xixe siècle (même si alors sa gloire était depuis longtemps derrière elle). Néanmoins la documentation historique fait référence à toute une série d’autres cités marchandes, non seulement contemporaines de Tombouctou mais également bien avant que celle-ci ne soit évoquée. Les premières mentions d’agglomérations remontent au xe siècle avec les grandes villes d’Audaghust, de Tadmekka et Kawar (figure 1). De même, d’importantes localités commerçantes sont signalées à proximité des capitales des plus anciens États connus, Ghana et Gao. Les sources arabes nous fournissent de précieux détails sur celles-ci, notamment leur emplacement5 et leurs connexions6.

  • 7  S. Berthier, 1997.
  • 8  J. Devisse (éd.), 1983.
  • 9  T. Insoll, 1996, T. Insoll (éd.), 2000 ; et plus récemment M. Cissé, 2011.
  • 10  S.K. McIntosh, R.J. McIntosh, 1986 ; T. Insoll, 1998, 2002 ; D. Park, 2010.
  • 11  P.F. de Moraes Farias, 2003, 2010.

4De son côté, l’archéologie a permis d’enrichir notre compréhension de ces sites et de leur trafic commercial. À partir des années 1950 et 1960, des recherches ont été conduites sur les sites de Koumbi Saleh (une ville commerçante associée à l’État de Ghana)7 et de Tegdaoust (l’Audaghust historique)8. D’autres ont aussi été effectuées sur les villes commerçantes et royales de Gao9. Tombouctou elle-même a été l’objet de quelques fouilles, portant uniquement sur les périodes postmédiévales et sur des sites environnants, plutôt que sur la ville médiévale elle-même10. Ainsi se sont ouvertes de nouvelles perspectives sur la culture transsaharienne, absentes de la documentation historique, notamment au sujet des styles architecturaux, de la culture matérielle et de ses usages, et des pratiques alimentaires. De plus, des études épigraphiques menées sur certains de ces sites (Gao et Tadmekka) offrent un nouvel éclairage sur la langue, l’ethnicité et les pratiques culturelles11.

5Malgré cette abondance de matériel, il nous reste encore beaucoup à apprendre. Les textes arabes, riches en ce qui concerne certains éléments, nous éclairent moins sur d’autres : par exemple, les auteurs se soucient peu de fournir des commentaires détaillés sur la vie culturelle de ces cités. De même, si les travaux archéologiques antérieurs nous ont déjà apporté d’importants indices, il faut souligner que la discipline est en constante évolution et, par rapport aux travaux qui ont pu être effectués même dix années plus tôt, elle possède désormais un bien meilleur potentiel pour étudier ces vestiges. Ajoutons aussi que certaines des villes les plus importantes n’ont jamais été fouillées. Ainsi demeure-t-il difficile de savoir à quoi ressemblaient ces localités, quel était leur fonctionnement, qui étaient leurs habitants et quel était l’objet de leur commerce. Nous n’avons même pas une idée juste de quand elles se sont développées et ont décliné. Considérant qu’il est essentiel d’améliorer notre compréhension de cette zone de recherche et considérant que l’archéologie est l’outil principal pour y parvenir, un nouveau projet fut lancé, se focalisant sur l’étude des ruines, jamais fouillées auparavant, de la ville de Tadmekka, carrefour du commerce transsaharien au nord de l’actuel Mali, aujourd’hui connue sous le nom d’Essouk (figures 1-4).

Figure 2 : Vue de la vallée d’Essouk, l’emplacement des ruines de Tadmekka

Figure 2 : Vue de la vallée d’Essouk, l’emplacement des ruines de Tadmekka

Sam Nixon.

Figure 3 : Carte des ruines d’Essouk, avec une photographie aérienne d’une partie des ruines

Figure 3 : Carte des ruines d’Essouk, avec une photographie aérienne d’une partie des ruines

D'après R. Mauny, 1961 et P.F. de Moraes Farias, 2003.

Figure 4 : Vue est-ouest à travers la zone centrale des ruines de Tadmekka, s’étendant d’une colline à l’autre – les restes de structures de pierre peuvent être vus partout

Figure 4 : Vue est-ouest à travers la zone centrale des ruines de Tadmekka, s’étendant d’une colline à l’autre – les restes de structures de pierre peuvent être vus partout

Sam Nixon.

  • 12  R. Mauny, 1961, p. 117-118.
  • 13  T. Insoll, 2003, p. 215-216.

6Tadmekka a depuis longtemps été identifiée par l’éminent spécialiste Raymond Mauny comme l’une des plus anciennes et des plus importantes villes du commerce transsaharien en Afrique de l’Ouest12. Néanmoins Essouk, le site contemporain de Tadmekka, n’avait quasiment jamais été examinée, ce qui a amené à la désigner ces dernières années comme étant le lieu le plus prometteur pour une nouvelle archéologie du commerce transsaharien13. La guerre civile au Mali avait écarté d’office tout travail à Essouk depuis le début des années 1990, mais un climat politique plus favorable a permis à l’auteur d’effectuer un relevé et des fouilles en 2004 et 2005, en collaboration avec les autorités maliennes en charge du patrimoine. Bien que ces explorations aient été conçues spécifiquement dans un objectif académique, le projet a aussi reconnu l’importance du site comme point central pour les célébrations locales du passé médiéval (y compris le « festival Essouk » annuel). Il a également pris en compte la proposition faite de l’inscrire sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

  • 14  S. Nixon, 2009, 2010 ; S. Nixon et al., 2011a ; S. Nixon et al., 2011b.
  • 15  Cette monographie est fondée sur S. Nixon, 2008.

7Il existe déjà en anglais des publications académiques et grand public sur les fouilles conduites à Tadmekka14, et d’autres paraîtront prochainement (notamment une monographie dans la série Journal of African Archaeology Monograph15). Toutefois, la communauté académique francophone a produit de nombreux travaux sur les agglomérations d’Afrique de l’Ouest. De même, beaucoup de chercheurs ouest-africains ainsi que les agences du patrimoine et des musées utilisent principalement le français (y compris la Mission culturelle Essouk, l’agence gouvernementale en charge de la préservation du patrimoine pour les ruines). Enfin, c’est le français plutôt que l’anglais qui est largement parlé au Mali. C’est pourquoi il m’a semblé important de publier en français le résultat des travaux menés lors de ces fouilles. Cet article n’est cependant pas une traduction d’un travail antérieur, mais il constitue plutôt la version la plus à jour du projet.

Tadmekka et les sources historiques

  • 16  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 50-51.
  • 17  Voir H. Norris, 1975.
  • 18  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 88-91, 154.

8La première trace contemporaine de « Tadmekka » dans les textes arabes remonte au xe siècle, lorsque Ibn Hawqal la décrit comme un « territoire » occupé par des groupes d’origine mixte, mi-berbères, mi-noirs, gouvernés par deux « rois » qui semblent être musulmans16. D’après cette première description, Tadmekka est clairement mentionnée comme appartenant au monde touareg, des Berbères qui occupent les régions centrales du Sahara, depuis la Libye jusqu’au Mali, étroitement associés aux caravanes transsahariennes et célèbres par leurs liens avec Tombouctou17. Bien que ce premier récit d’Ibn Hawqal n’indique spécifiquement ni une ville ni le commerce transsaharien, des récits plus tardifs, des xie-xiiie siècles, suggèrent que Tadmekka était déjà un centre d’échanges au xe siècle et peut-être même dès le ixe siècle18. Ces évocations associent aussi fortement Tadmekka avec les ibadites, un groupe important au sein des premiers commerçants musulmans.

  • 19  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 98-99.
  • 20  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 193, 210.
  • 21  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 274.
  • 22  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 354.

9La première mention d’un commerce et d’une ville associés à Tadmekka se trouve dans la description d’al-Bakri, achevée en 1068. Il faut souligner qu’al-Bakri est le premier à donner une étymologie du nom de Tadmekka, qui serait du berbère et signifierait « ressemblant à La Mecque ». Il la situe sur les routes commerciales allant de Ghana et Gao vers la Tunisie et la Libye, et la décrit comme étant « une grande ville […] mieux construite que Ghana ou Kawkaw [Gao] », occupée par des Berbères musulmans, où les marchands sont nombreux et qui dispose d’une monnaie d’or pur non frappée. Près d’un siècle plus tard, al-Zuhri rapporte que Tadmekka s’est convertie à l’islam (c’est-à-dire à l’islam sunnite) à la fin du xie siècle, à la suite de relations avec les Almoravides, l’important mouvement de réforme islamique qui s’est développé au Sahara et qui a plus tard formé un État au Maroc19. Deux descriptions du xiiie siècle et du début du xive siècle – peut-être des compilations de textes plus anciens – l’évoquent simplement comme une ville célèbre20. De son côté, en 1337-1338, al-Umari la dépeint comme puissante, « indépendante » du Mali et partie prenante d’une confédération plus large de Berbères « blancs », dont la description fait penser aux pasteurs touaregs. Il n’y a aucune mention explicite d’une ville ou de commerce21. Enfin, au début du xve siècle, dans ce qui ne serait peut-être qu’une simple compilation de textes plus anciens22, on trouve une vague référence à une « cité ».

  • 23  P.F. de Moraes Farias, 2003, 2010.

10Le travail épigraphique effectué sur le site archéologique de Tadmekka (Essouk) apporte un autre type de matériaux historiques. Des inscriptions en arabe, funéraires et non funéraires, datées du début du xie siècle jusqu’au xive siècle, nous éclairent sur la langue, l’ethnicité et les pratiques culturelles, et nous montrent qu’Essouk-Tadmekka était occupée par des groupes mixtes, pratiquant l’islam, mais détenteurs d’une culture sahélienne forte23.

11Même si l’ensemble de ces sources peuvent nous aider à élaborer des récits intéressants sur le passé de Tadmekka, beaucoup de questions demeurent néanmoins sans réponse. Par exemple, doit-on prêter foi aux sources tardives, qui suggèrent que Tadmekka aurait été un centre urbain et marchand avant le xie siècle, ou à celles de cette époque qui indiquent le contraire ? À quoi ressemblait la ville ? En particulier, comment aborder le texte d’al-Bakri qui suggère que Tadmekka était peut-être la cité la mieux construite d’Afrique de l’Ouest ? Durant les premiers temps de l’occupation du site, quel était l’équilibre entre les groupes saharien, sahélien et nord-africain ? Quels étaient les produits que l’on trouvait sur ses marchés ? La référence énigmatique d’al-Bakri à un dinar d’or non frappé est-elle un détail historique exact ? À quelle époque exactement Tadmekka a-t-elle été abandonnée ? Nous pourrions ainsi multiplier les questions. Pour y répondre, nous devons nous tourner vers l’archéologie.

Un aperçu d’Essouk et de ses fouilles

  • 24  P.F. de Moraes Farias, 2003.
  • 25  P.F. de Moraes Farias, 2003, 2010.
  • 26  Ceux-ci n’ont pas fait l’objet d’une étude approfondie, mais voir C. Dupuy, 1999, pour un aperçu d (...)

12Bien que le nom « Essouk » (le « marché » en arabe) ne soit pas mentionné dans les textes, les vestiges au nord du Mali qui le portent sont considérés de longue date comme ayant été l’emplacement de Tadmekka, ce que les études épigraphiques ont récemment confirmé24. Les ruines (figures 2 et 3) se trouvent loin des localités actuelles, dans l’Adrar des Iforas, une zone montagneuse et semi-désertique en lisière du Sahara proprement dit, aujourd’hui surtout occupée par les nomades touaregs. Plus précisément, elles sont situées à 45 km au nord-ouest de Kidal, en un point où l’oued Essouk traverse une dense succession d’escarpements. La ville centrale comprend approximativement 50 ha couverts de vestiges de structures en pierre, incluant des espaces de commerce et d’habitat, des caravansérails, des mosquées et des enclos pour animaux (figures 4 et 5). Autour du site, on trouve des cimetières révélant des inscriptions en arabe (figure 6). D’autres inscriptions, non funéraires, en arabe ainsi qu’en tifinagh, l’alphabet berbère, se rencontrent dans les escarpements d’Essouk25, aux côtés de pétroglyphes d’animaux, de personnages et d’objets, certains clairement de l’ère préislamique (figure 6)26. Au-delà de la partie centrale du site, on peut découvrir certaines structures isolées, y compris un musalla (aire de prière à ciel ouvert) (figure 6).

  • 27  R. Mauny, 1961 ; P.F. de Moraes Farias, 2003.
  • 28  P. Cressier, 1988, 1992 ; P.F. de Moraes Farias, 2003.
  • 29  R. Mauny, 1961.
  • 30  P.F. de Moraes Farias, 2003, p. cxxxviii.
  • 31  P. Cressier, 1988.

13Au total, les fouilles entreprises jusqu’à présent ont été très peu nombreuses. Des cartes à basse résolution des ruines d’Essouk avaient été dressées à partir de photographies aériennes27, et des structures funéraires et des mosquées avaient été relevées sur le site lui-même28. Seul Mauny avait conduit dans les années 1950, au cours d’une seule journée, des fouilles non systématiques et non documentées29. Plus récemment, les Touaregs des environs, cherchant la confirmation archéologique de leur propriété ancestrale sur Essouk, ont mené quelques excavations amateurs30. Enfin, du fait de l’instabilité politique du Mali, les recherches envisagées dans les années 1980 sont restées inabouties31. La campagne de janvier-mars 2005, décrite ici, est donc, de fait, la première à avoir été entreprise de façon professionnelle à Essouk.

14Au début de cette campagne, la datation des structures de surface était inconnue, tout comme la profondeur de la stratigraphie, ainsi que la nature des vestiges archéologiques et de la culture matérielle sous la surface. L’objectif des fouilles était d’établir une séquence archéologique qui représenterait de façon aussi complète que possible les différentes occupations du site, particulièrement celles ayant un lien avec le commerce transsaharien. Nous avons commencé par une collecte limitée de matériel sur la surface (surtout des céramiques mais aussi quelques perles de verre et des fragments d’objets en métal). Il s’agissait de contribuer à déterminer l’emplacement des fouilles et de consigner la distribution de la culture matérielle à travers le site. Un recensement limité de l’épigraphie arabe, non relevée auparavant, et des structures de surface a aussi été entrepris, qui a permis la découverte d’une large structure de musalla au nord de la ville (figure 6). Trois unités ont été fouillées (figure 3). L’unité EKA se trouve au « centre » du site et, sur le plan topographique, paraissait offrir les dépôts les plus profonds. EKB est localisée sur la zone où les collectes de surface ont fourni le plus de restes d’objets issus du commerce transsaharien. Enfin, EKC est située sur l’île au milieu de l’oued, une zone semblant être d’importance, mais où les collections de surface n’avaient rien donné parce que la zone était recouverte de sable amassé par le vent.

15Les fouilles ont suivi la stratigraphie naturelle, n’employant des niveaux arbitraires que de façon très occasionnelle, là où la définition stratigraphique était absente. Des plans de chaque contexte stratigraphique ont été dressés. Les dépôts d’EKA ont été tamisés à travers un tamis de 10 mm et ceux d’EKB et EKC à travers un tamis de 2 mm. Tous les artefacts trouvés par tamisage ont été placés en sacs et archivés. Des échantillons de sol ont été prélevés pour examen archéobotanique et des échantillons de charbon collectés systématiquement pour datations au radiocarbone par AMS (spectrométrie de masse par accélérateur). Des tessons de poterie à dégraissant organique ont aussi été recueillis pour datation par AMS, lorsque leur provenance était sûre.

16J’aborde l’unité EKA en premier puisque celle-ci présente la séquence stratigraphique la plus complète (figures 7 et 9). Des descriptions brèves des dépôts moins complets d’EKB et EKC suivent. Il sera expliqué comment ils peuvent être mis en relation avec la séquence principale établie à partir de l’unité EKA.

Unité EKA

17L’unité EKA a d’abord été fouillée sur une zone de 5 x 5 m, située de part et d’autre d’un complexe de bâtiments en pierre, avec des cours entourées de petites salles rectangulaires. Le sondage a été installé de part et d’autre du mur extérieur du complexe et comprenait une salle complète. Les fouilles ont retiré près de 6,5 m de dépôts liés à l’occupation, les 5 m supérieurs contenant des restes architecturaux témoignant d’une occupation permanente. Dans une continuité étonnante, deux des murs définissant la structure excavée à la surface ont été retrouvés jusqu’à 5 m sous la surface. Cela représente un processus de reconstruction ininterrompu de ceux-ci sur les fondations des murs précédents, plutôt que des murs bâtis sur une seule période – c’est seulement lors de la fouille que la séquence des « murs » de 5 m peut être appréhendée en son entier (figures 7 et 9). À travers la séquence, on observe quatorze « horizons » de construction (définis comme une réorganisation de l’espace bâti). Les dépôts sont divisés en quatre grandes « périodes ».

Figure 7 : Vue d’EKA vers la base des murs

Figure 7 : Vue d’EKA vers la base des murs

Sam Nixon.

Figure 8 : Légendes des plans et des dessins stratigraphiques

Figure 8 : Légendes des plans et des dessins stratigraphiques

Sam Nixon.

Figure 9 : La stratigraphie de l’unité EKA, montrant les périodes avec les horizons définis et détaillant les dates au radiocarbone utilisées pour créer la chronologie d’EKA

Figure 9 : La stratigraphie de l’unité EKA, montrant les périodes avec les horizons définis et détaillant les dates au radiocarbone utilisées pour créer la chronologie d’EKA

Sam Nixon.

EKA Période 1 : Horizons 1 et 2, 669-514 cm sous la surface ; avant env. 750 ap. J.-C.

18Cette période précède la première architecture permanente découverte lors des fouilles. Le sable compacté mais friable de l’Horizon 1, contenant une faible fraction organique, suggère une activité limitée. L’Horizon 2 se distingue de l’Horizon 1 surtout par la présence de trous de poteaux (dans tous les contextes de l’Horizon 2) – certains contenant des poteries, des pierres ou des débris d’os, servant de support à ces poteaux – qui ont probablement à voir avec des structures de tentes ou toute autre forme de structure semi-permanente. La démarcation entre les Horizons 1 et 2 montre aussi une évolution vers un limon argileux bien moins friable, qui contient nettement plus de matière organique. Un limon sablonneux riche en matière organique (Contexte 117) marque la fin de l’Horizon 2, il est peut-être lié au développement d’une occupation en dur dans cette zone du site ; les traces de celle-ci apparaissent dans le contexte reposant immédiatement au-dessus. Alors que la fin de la Période 1 est datée de façon certaine, aucune datation n’est disponible pour les dépôts plus anciens.

EKA Période 2 : Horizons 3-8, 514-290 cm sous la surface, env. 750-950 ap. J.-C.

19La Période 2 débute avec l’Horizon 3, qui atteste de la plus ancienne architecture permanente retrouvée. Elle consiste en une pièce mesurant 3 x 2,5 m, construite sans fondations, mais très solidement bâtie en utilisant à la fois des murs de pierres sèches recouverts de banco (boue séchée) et des murs en pisé (figure 10). La pièce possède deux issues au niveau du sol et une autre surélevée, peut-être un escalier menant au toit. Une construction solide et des accès multiples font penser qu’il s’agit non pas d’un petit bâtiment d’une seule pièce mais plutôt d’une structure plus importante. S’il est vrai qu’il n’y a pas de preuves de l’existence d’un niveau supérieur, l’utilisation du pisé suggère peut-être qu’il s’agissait d’un toit porteur. Les dépôts (figure 9) consistent tout d’abord en limon sablonneux, probablement associé à la construction, suivi d’un limon argileux, puis de sable friable, fonctionnant vraisemblablement respectivement comme le niveau de fondation et le niveau de sol habité ; des trous de poteaux dans le sable argileux ont sans doute à voir avec une substructure ou des supports pour le toit. Dans les dépôts suivants, le limon argileux est remplacé par un sable très fin (probablement tamisé), représentant, semble-t-il, le réaménagement de l’espace domestique. Au vu des accès multiples, il est possible que cet espace ait été une sorte de zone de passage. L’énergie déployée lors de sa construction et de son aménagement tendrait à suggérer qu’il s’agissait peut-être d’un bâtiment prestigieux.

Figure 10 : Plan de l’Horizon 3 d’EKA et la porte du sud non remplie de l’Horizon 3 d’EKA

Figure 10 : Plan de l’Horizon 3 d’EKA et la porte du sud non remplie de l’Horizon 3 d’EKA

Sam Nixon.

20Les Horizons 4-8 montrent une grande continuité avec l’Horizon 3, surtout dans le réemploi et la reconstruction des quatre murs de sa structure. Il y a, néanmoins, quelques différences. Premièrement, à partir de l’Horizon 7, le mur principal de pisé est rebâti en pierre (bien que le pisé soit employé pour combler les accès). En outre, les issues ne sont pas toujours construites aux mêmes emplacements, et, à partir de l’Horizon 6, n’existent plus que dans le mur est. Chaque horizon voit aussi des changements dans ses détails internes (par exemple, des marches de banco ou de pierre), alors que l’Horizon 6 comporte des pierres taillées plus finement et l’Horizon 7 une utilisation substructurelle de briques en banco (la première utilisation de briques en banco répertoriée sur le site). Les dépôts montrent de larges continuités avec les caractéristiques de l’Horizon 3, la plus remarquable étant l’alternance régulière de niveau de fondation et de niveau de sol en sable. Des changements notables dans les dépôts incluent une grande accumulation de sable (Horizon 6) et l’utilisation d’argile solide (Horizons 4-5, 7-8). Alors que les fonctions des différents espaces des salles fouillées sont difficiles à comprendre, l’Horizon 8 (qui comportait un grand foyer) avait possiblement une fonction de cuisine.

EKA Période 3a : Horizon 9, 290-230 cm sous la surface, env. 950-1100 ap. J.-C.

21Alors que la reconstruction a lieu sur trois des quatre murs qui définissent les constructions précédentes, l’extension vers le sud de l’espace de la pièce, au-delà de l’unité de fouille, marque un changement notable manifeste. De même, si les trois murs présents sont édifiés sur les murs précédents, il semble que ce soit la première fois que la reconstruction s’effectue depuis la base même de la surface destinée à être occupée. Autre changement, la construction en pisé est absente, bien que les murs de pierres sèches soient toujours enduits de banco. Nous ne pouvons pas déterminer clairement si les ouvertures observées dans les murs sont des portes ou font partie d’ouvertures plus larges, il est donc difficile de mettre cette pièce en perspective avec ce qui l’entoure. Les dépôts d’occupation suivent globalement le motif précédent, avec des couches alternées de limon et de sable. Une fosse circulaire dans le second dépôt de limon (Contexte 86b) était peut-être utilisée comme petit magasin caché sous le sol de sable, alors que, dans le troisième dépôt de limon, des fosses et des trous de poteaux ont été relevés. Les fonctions des espaces de la pièce durant la Période 3a sont incertaines.

EKA Période 3b : Horizons 10 et 11, 230-190 cm sous la surface, env. 1100-1300 ap. J.-C.

22La Période 3b voit la reconstruction de trois murs de la Période 3a, mais l’ajout de nouvelles structures crée des espaces discontinus avec les occupations précédentes (figure 11, gauche) ; les dépôts sont aussi légèrement différents. Dans l’Horizon 10, la nouvelle structure la plus significative est un mur qui court d’est en ouest à travers l’espace fouillé, ce qui signifie que nous distinguons désormais des portions de deux espaces au sein de l’unité de fouille, avec une petite pièce au nord accessible au travers de son mur nord et une portion d’une zone plus large et non définie au sud. La construction en pierre sèche se poursuit, avec de nouveau du pisé et des briques en banco, tandis qu’un plâtre blanc apparaît pour la première fois. En contraste avec les précédents dépôts, un sol d’argile est suivi de dépôts limoneux et non de sable (dans la zone nord, ce dépôt limoneux est très riche organiquement). La zone nord faisait peut-être office de cuisine, alors que la zone sud était probablement une aire de passage.

Figure 11 : Plan de l’Horizon 10 d’EKA et la reconstruction de cet espace vue dans l’Horizon 11

Figure 11 : Plan de l’Horizon 10 d’EKA et la reconstruction de cet espace vue dans l’Horizon 11

Sam Nixon.

23Un espace de vie complètement différent caractérise l’Horizon 11. Le changement le plus important concerne la réduction de la hauteur du mur est-ouest et son incorporation dans une plate-forme recouverte d’ocre rouge au nord de l’espace fouillé, probablement pour s’y asseoir (figure 11, droite) et, peut-être, associée à une sorte d’antichambre. Un accès conduit au-delà de cette plate-forme vers un espace interne où l’on trouve un plâtre épais d’ocre rouge sur les murs. Les recherches, en dehors de la structure principale à l’ouest de la fouille, ont identifié un mur qui n’est pas intégré à la structure principale, probablement une sorte de substructure dans une rue ou un espace extérieur. La période se termine avec des éboulements importants de mur en banco.

EKA Période 4 : Horizons 12-14, 190-0 cm sous la surface, env. 1300-1400 ap. J.-C.

24Commençant avec des restructurations significatives de l’espace habité à la suite de l’effondrement du mur qui a mis fin à la Période 3b, la Période 4 témoigne d’une série rapide de destructions et de reconstructions qui sont apparues comme des éboulements de murs successifs, séparés par des niveaux d’occupation très minces. Des changements manifestes apparaissent à l’Horizon 12 : la plate-forme d’assise n’est pas reconstruite et le mur oriental est rebâti dans une position légèrement plus à l’ouest ; un petit mur de banco est également édifié au nord-est de l’unité. La construction se poursuit au-dessus des autres murs des horizons précédents, mais en pierres sèches sans enduit de banco. De multiples portions de lieux de vie sont visibles dans l’unité. La zone à l’ouest de la fouille est probablement un espace extérieur, le restant étant des segments d’espaces/de pièces au sein d’un complexe d’occupation. Une seule surface d’occupation est présente, une mince couche de limon sablonneux. L’Horizon 12 se termine avec l’écroulement d’un mur épais (Contextes 43/45a) contenant un pot entier.

25L’Horizon 13 (figure 12, droite) voit des constructions en pierres sèches qui suivent les murs de l’horizon précédent, mais la présence d’un nouveau mur est-ouest signifie que nous sommes de nouveau en face d’une salle complète au sein de l’unité, accessible par une porte ouverte dans son mur nord. Le reste de la fouille contient des portions plus petites d’autres espaces architecturaux. Le mur de l’horizon précédent, à l’ouest de la fouille, n’est pas reconstruit. Un seul niveau d’occupation – du sable sur un sol d’argile – est suivi par des traces de feu et l’effondrement d’un mur épais, contenant deux pots entiers. La principale pièce dans cet horizon semble être une zone de stockage ou de cuisine. L’Horizon 14, le dernier horizon d’occupation, voit des structures en pierres sèches qui accompagnent grossièrement les lignes de construction de l’Horizon 13, bien que le mur sud de la salle principale soit rebâti un peu plus au sud. Une fois de plus, on aperçoit un espace avec une pièce complète, de petites portions d’autres espaces et, à l’ouest de la structure, se trouve une rue (visible en surface). Au sein de l’espace de la pièce centrale, on rencontre une structure en banco qui était peut-être utilisée pour stocker le grain et qui pourrait indiquer qu’elle servait de cuisine. Des affaissements conséquents de murs viennent sceller les dépôts (figure 12, gauche).

Figure 12 : La surface d’EKA et un espace de chambre avec des pots entiers en dessous après fouilles

Figure 12 : La surface d’EKA et un espace de chambre avec des pots entiers en dessous après fouilles

Sam Nixon.

Unité EKB

26EKB se trouve près de l’escarpement oriental, dans un lieu où les ruines de murs en pierre se dressent à leur plus haut (2 m à certains endroits). Ici, beaucoup de bâtiments sont façonnés de pierres plus grandes, et leurs espaces individuels sont de taille plus importante que dans les bâtiments situés ailleurs. Les fouilles ont commencé sur une zone de 5 x 5 m, en relation avec un complexe de constructions de pierre. Dressé à travers le centre de l’unité se trouve un mur (90 cm d’épaisseur, 20 cm au-dessus de la surface et généralement orienté est-ouest), formant la limite sud du complexe (Mur 1). Ainsi l’unité de fouille contient une partie d’un large espace d’habitat dans sa partie nord et une partie d’une voie de passage dans sa moitié sud. Les dépôts sont relativement peu profonds (environ 2,5 m de profondeur), mais révèlent une phase décisive d’expansion et d’abandon.

EKB Horizon 1 : 258-138 cm sous la surface, avant env. 950 ap. J.-C.

27Les premiers dépôts dans EKB consistent en des sables, argiles et graviers variés provenant d’une activité humaine relativement intense et de dépôts naturels. On ne les retrouve qu’à l’ouest de l’unité, car la surface d’origine stérile sur laquelle l’occupation a pris son assise se trouvait sur une forte inclinaison est-ouest. Le seul trait saillant est ce qui semble être une fosse de latrines, entourée de pierres, située vers la fin de l’horizon.

EKB Horizon 2 : 138-88 cm sous la surface, env. 950-1000 ap. J.-C.

28Cet horizon débute avec la construction du mur que l’on avait vu à la surface de l’unité (figure 13). La zone située au nord de celui-ci était probablement un espace interne car la face sud du mur est façonnée avec soin. Un autre mur a été construit perpendiculairement au mur principal au nord de l’unité, ce qui fait que cette zone contient des portions de ce qui doit être deux espaces intérieurs. La zone au sud était le plus probablement une voie de passage (voir la description de l’Horizon 3), alors qu’au nord du mur principal des dépôts friables et cendreux riches en restes organiques indiquent peut-être une aire de cuisine ou de rejets.

Figure 13 : Mur 1 (côté sud) exposé dans l’unité EKB

Figure 13 : Mur 1 (côté sud) exposé dans l’unité EKB

Sam Nixon.

EKB Horizon 3 : 88-0 cm sous la surface, env. 1000-1050 ap. J.-C.

29Cet horizon voit une utilisation continue du mur principal est-ouest mais l’abandon du plus petit mur interne. Les structures de surface montrent que la zone à son nord devait faire partie d’une large salle ou cour, et celle à son sud d’une voie de passage. Deux foyers dans la zone nord indiquent peut-être une cuisine, alors que les dépôts au sud contiennent un gravier compact avec des poches de sable, une fosse et un petit foyer. Des chutes de mur importantes marquent la fin de l’occupation. L’échantillon daté par radiocarbone Oxa-16152 (985-1025 ap. J.C.) provient de cet horizon.

Unité EKC

30EKC se trouve sur l’île dans l’oued, placée de part et d’autre du mur extérieur d’un complexe de structures contigu à la rue nord-sud qui coupe l’île en deux. Les fouilles ont commencé dans une zone de 3 x 2 m, le mur (de 85 cm d’épaisseur et généralement d’orientation nord-sud) se trouvant au centre. L’unité a été creusée en profondeur, jusqu’à 10 m, mais à cause de son exiguïté et du fait qu’à partir de 1 m de profondeur un ancien puits comblé occupait une portion significative de la zone fouillée, il a été difficile de distinguer entre les dépôts primaires et les comblements invasifs remplissant le puits ; par conséquent, seuls les premiers 2,5 m sont considérés ici.

EKC Horizon 1 : 233-133 cm sous la surface, env. 1200-1300 ap. J.-C.

31Cet horizon contient les premiers dépôts clairement distinguables du remblai du puits. Ces derniers consistent en un mélange d’argile très dure et de gravier compact recouvert par un limon sablonneux friable et contenant beaucoup de cendres. Aucun bâtiment n’a été retrouvé ; on note toutefois la présence d’une fosse entourée de pierres bien taillées (figure 14), très probablement une tombe – comme seul le coin de celle-ci a été fouillé, il n’a pas été possible de voir si une inhumation avait été effectuée. L’horizon se termine avec un sable grossier qui recouvre ce dernier espace et les dépôts attenants.

Figure 14 : Des pierres alignées, que l’on peut présumer être un pourtour de tombe fouillée dans l’unité EKC.

Figure 14 : Des pierres alignées, que l’on peut présumer être un pourtour de tombe fouillée dans l’unité EKC.

Sam Nixon.

EKC Horizon 2 : 133-58 cm sous la surface ; env. 1300-1350 ap. J.-C.

32L’Horizon 2 débute avec la construction d’un mur de 1 m d’épaisseur d’une orientation générale nord-sud, il s’agit vraisemblablement d’un côté d’une large voie d’entrée. Il s’élève directement sur le sable qui recouvre la tombe présumée de l’horizon précédent. Du sable grossier apparaît à partir de la base du mur. Le puits a probablement été creusé dans cet horizon puis aussi finalement comblé. La fin de l’horizon est marquée par un épisode d’écroulement de mur. L’échantillon radiocarbone Oxa-16770 (1285-1390 ap. J.C.) provient de cet horizon.

EKC Horizon 3 : 58-0 cm sous la surface ; env. 1350-1400 ap. J.-C.

33Un nouveau mur, légèrement plus étroit (85 cm d’épaisseur), se dresse en travers du carré de fouilles, construit au-dessus du mur précédent. Peu de dépôts lui sont associés avant son effondrement, qui marque la fin de l’occupation.

Résumé de la séquence de fouille

34Les fouilles ont révélé une séquence profonde et bien conservée depuis le « centre » du site (EKA), ainsi que des traces notables d’occupation de deux autres zones qui peuvent être mises en relation avec cette séquence centrale. Bien que les recherches menées ne fournissent évidemment pas un schéma définitif de l’occupation d’Essouk, il est certain qu’elles ont été particulièrement couronnées de succès en donnant des résultats importants concernant ses différentes phases. La périodisation des séquences d’occupation repose sur la sélection de moments au sein de la séquence EKA, dans lesquels les dépôts d’occupation et les structures semblent montrer les plus grands changements.

Datations au radiocarbone

  • 32  Voir S. Nixon, 2009, pour un tableau complet des résultats du radiocarbone.

35Les dépôts de fouilles ont été datés par AMS, avec l’analyse de dégraissant végétal (carbonisé) dans les céramiques, et des restes de plantes carbonisées retrouvés dans des échantillons archéobotaniques. Dix-neuf échantillons (treize échantillons de dégraissant végétal provenant des céramiques et six échantillons archéobotaniques) ont été soumis au Oxford Radiocarbon Accelerator Unit. Treize dates valides ont été obtenues (voir figure 9 et descriptions d’EKB et d’EKC)32. La séquence EKA dans son ensemble montre une bonne correspondance avec les éléments datables issus de la culture matérielle. Trois échantillons (de EKA 5, 113 et 118) ne sont néanmoins pas complètement pertinents avec leur position stratigraphique, probablement parce qu’il s’agissait de fragments de plantes qui ont connu des déplacements verticaux dans les dépôts. En revanche, les échantillons de poterie peuvent être traités avec une plus grande confiance parce qu’ils ont été collectés directement depuis des contextes évidents de dépôts primaires (par exemple un pot entier), ou parce qu’il s’agissait de types de poterie ayant une position temporelle distincte au sein de la séquence générale. Les résultats des échantillons datés tirés d’EKB et EKC s’accordent bien avec ce qui était attendu et avec la séquence d’EKA, fondée sur l’interprétation des objets importés présentés dans l’unité et des différents types de céramique également rencontrés dans EKA. Lorsqu’on considère les résultats comme un tout, les datations de la séquence d’Essouk s’avèrent dignes de confiance.

Culture matérielle et subsistance

  • 33  Les restes de faune d’EKC représentent un échantillon du total tamisé alors que ceux provenant d’E (...)

36Une grande variété de traces matérielles et de données relatives à la subsistance d’Essouk ont été découverts puis soumises à des analyses typologiques et techniques approfondies. Les quantités de matériels trouvés et leur traitement technique sont détaillés dans le Tableau 133 (voir Annexe : Tableau 1. Résumé de la culture matérielle et des indices de subsistance recueillis et des analyses scientifiques et techniques réalisées).

  • 34  S. Nixon, 2008.
  • 35  S. Nixon et al., 2011a ; S. Nixon et al., 2011b.

37Une description et une analyse des artefacts sont fournies ailleurs34. D’autres travaux publiés, plus spécifiques, proposent des études plus approfondies de certains types de traces35 ; enfin d’autres publications sont prévues, sur la transformation de l’or ou l’analyse chimique du cuivre. Je résume ici les résultats clés par période, en structurant ce résumé autour des découvertes de l’EKA et en mettant ces dernières en parallèle avec celles concernant les deux autres unités.

Période 1 (avant env. 750 ap. J.-C.)

38Le principal artefact de cette période est la poterie, généralement peu cuite, presque toujours à dégraissant végétal, avec peu de décoration, des caractéristiques communes aux assemblages sahélo-sahariens du monde berbère. La cordelette enroulée est le motif de décoration le plus courant. Un tesson de poterie à dégraissant de chamotte (issu du Contexte 118) évoque des traditions céramiques associées à des zones plus au sud, ce qui suggère des contacts extrarégionaux. Le seul autre objet remarquable est un échantillon de scorie de fer (de nouveau du Contexte 118), qui est probablement un résidu de fonderie (voir infra). Les traces de pratiques alimentaires sont limitées mais incluent du bétail (Bos sp.), des indices de millet (Pennisetum glaucum), très probablement cultivé, et de collecte de plantes sauvages. De façon générale, les découvertes sont plus communes dans l’Horizon 2 que dans l’Horizon 1, en accord avec les dépôts qui indiquent une utilisation allant en s’intensifiant pour cette partie du site.

Période 2 (env. 750-950 ap. J.-C.)

39Le début de cette période voit une augmentation significative des quantités de matériaux, indiquant que la première architecture permanente découverte était aussi associée à une « intensification de l’occupation ». On y détecte également les premières traces de connexions à travers le Sahara et d’autres échanges à longue distance. On trouve ainsi un fragment de verre islamique, deux grains de blé (Triticum sp.), une céréale inconnue dans l’Afrique de l’Ouest préislamique, ce qui suggère fortement la présence de marchands venus d’au-delà du Sahara, et un fragment de couscoussière en céramique qui pourrait être associé à la transformation du blé. Toujours dans les mêmes niveaux, la présence d’un petit (N = 14) assemblage d’éclats de poterie décorés utilisant une roulette de fibre plate pliée (figure 16 n° 4), suggère des échanges à longue distance ou des liens culturels avec la zone du moyen Niger/de la boucle du Niger au sud (incluant l’échantillon radiocarbone Oxax 2178 22). Un artefact de cuivre et une pierre semi-précieuse travaillée (agate : figure 15 n° 27) indiquent également un trafic extrarégional d’une forme ou d’une autre, bien que l’origine de ces objets ne soit pas déterminée. Les preuves supplémentaires d’un commerce à longue distance durant toute cette période incluent : 1) du verre islamique et des perles de verre – principalement dans l’Horizon 8, dans lequel on trouve une large quantité de verre (les perles de verre sont surtout monochromes, comme dans toute la séquence) –, 2) du cuivre, 3) une améthyste (peut-être travaillée), 4) trois fragments de moules à monnaie d’or contenant des traces microscopique de gouttes d’or (voir par exemple figure 17). Ces moules sont issus de l’Horizon 6 et peuvent être datés par association aux environs de 850-900. Ils constituent la plus ancienne preuve d’un commerce de l’or à Essouk (voir infra). Une clé de fer (Horizon 4) est associée à ces découvertes, suggérant un endroit sécurisé pour conserver des biens précieux.

Figure 16 : Pots de la période 4 (1-3) et d’autres exemples de poterie décorée (4-6)

Figure 16 : Pots de la période 4 (1-3) et d’autres exemples de poterie décorée (4-6)

Dessins : Nafogo Coulibally.

Figure 17 : Un des moules à pièces en céramique retrouvés à Essouk, montrant les gouttelettes d’or trouvées sur sa surface

Figure 17 : Un des moules à pièces en céramique retrouvés à Essouk, montrant les gouttelettes d’or trouvées sur sa surface

© C2RMF, radiographie X T. Borel et microscopie optique D. Bagault.

40La céramique de la Période 2 continue à être majoritairement de tradition peu décorée et à dégraissant végétal, comme décrite précédemment. La décoration en est dominée par la corde (environ 70 %), surtout par des impressions de cordelette enroulée (environ 40 %), mais aussi, dans une moindre mesure, produite au peigne traîné (environ 13 %). Un type intéressant de récipient comporte une poignée interne. Les céramiques avec dégraissant de chamotte (environ 5 % de la céramique totale) sont le seul signe d’une possible connexion subsaharienne, à part le décor à roulette de fibre plate pliée signalé plus haut. On retrouve d’autres indices d’une production locale d’artefacts, dans le travail du fer (une fois de plus probablement la fonderie) et du cuivre, et dans la production de monnaie d’or, mise en évidence par les fragments de moules. À l’inverse de la Période 1, les produits finis de métal sont aussi présents, surtout des objets de fer utilitaires de base tels que des clous, la clé mentionnée plus haut et des articles en cuivre plus petits. Des traces limitées du travail du jaspe et du silex ont aussi été découvertes.

41Les restes d’animaux indiquent que durant cette période les moutons ou les chèvres (Ovis/Capra) étaient consommés de préférence au bétail (avec un ratio de 4:1), et que le poulet (Gallus gallus) ou les pintades (Numida meleagris) étaient aussi présents. Trois os de canidés (très certainement des chiens domestiques) ainsi que des coquilles d’œufs d’autruche ont également été dégagés. Les traces archéobotaniques sont elles aussi limitées, outre le blé, nous trouvons principalement des céréales sauvages collectées (Brachiaria, Echinochloa et Panicum).

42Les données de l’Horizon 1 EKB, contemporaines de la fin de la Période 2 EKA, s’inscrivent globalement dans la tendance décrite plus haut. Les marchandises incluent des récipients en verre et des perles de verre, de même que du cuivre. La céramique et les indices de travail du fer sont semblables, et la présence d’une perle de jaspe se rapporte bien au débitage du jaspe d’EKA. Un élément absent dans l’EKA est un fragment de bracelet de pierre. Autre similarité, les ossements retrouvés montrent une abondance de la consommation de mouton ou de chèvre, ils nous révèlent aussi la première trace de la présence de l’âne à Essouk (Equus asinus). Un autre fragment de couscoussier a été retrouvé.

Période 3a (env. 950-1100 ap. J.-C.)

43La quantité de matériel exhumé demeure élevée pour cette période, mais de subtils changements apparaissent. Les témoignages attestant d’un commerce transsaharien et d’autres relations à longue distance prennent surtout la forme de perles de verre et de récipients de verre, tous deux fortement concentrés dans le tout premier contexte de l’Horizon 9 (Contexte 87). On trouve de l’or (en très petite quantité dans des débris des deux creusets), avec de petites collections de deux nouveaux artefacts, des coquilles de cauris (Cypraea sp.) (voir par exemple figure 15 n° 26) et des céramiques vernissées, y compris un tesson de porcelaine chinoise Qingbai de la dynastie Song (960-1279 ap. J.-C.) trouvé dans le Contexte 86 (figure 15 n° 15). Vers la fin de la Période 3a, plusieurs tessons d’un nouveau style avec un décor à cordelette enroulée imprimée font leur apparition (CWSGI ware, figure 16 n° 5). Les analyses SEM et pétrographique indiquent que cette céramique était importée de la région du fleuve Niger (ce qui peut être déduit des traces de spicules d’éponges dans l’argile de la céramique). Le cuivre est aussi présent ainsi qu’une perle de pierre semi-précieuse (figure 15 n° 28).

44La céramique fabriquée localement conserve le même profil. Néanmoins, au cours de cette période, la décoration au peigne est peu utilisée (~ 2 %) et les poteries décorées à l’aide d’une roulette de cordelette torsadée sont répertoriées pour la première fois. Des poignées intérieures sont à nouveau présentes en très petites quantités. Le fer (probablement la fonderie) et l’or continuent d’être travaillés, et l’on a trouvé des traces de fonte de cuivre pour la première fois. Les restes fauniques indiquent une tendance à la consommation de bovidés similaire à celle de la Période 2 et la présence possible de chiens (un spécimen) ; les céréales (surtout Echinochloa) dominent les échantillons archéobotaniques, et le blé est de nouveau présent.

45Les découvertes faites à EKB pour cette période correspondent largement à ces données. De larges quantités de récipients de verre, de perles de verre, de céramiques vernissées (figure 15) et de cuivre ont été retrouvées – ceux-ci sont surtout concentrés dans la première partie de cette période (Horizon 2), les céramiques vernissées, par exemple, n’étant présentes qu’ici. On rencontre également d’infimes quantités du nouveau style de décor à cordelette enroulée imprimée (CWSGI). Des éléments de commerce, qui ne sont pas dans EKA, incluent un textile de coton avec des coutures en soie. Les ossements de ces dépôts EKB fournissent la première attestation de chameaux (Camelus dromedarius), ainsi que de poules et de gazelles (Gazella dorcas). Sept fragments de couscoussier ont été retrouvés.

Période 3b (env. 1100-1300 ap. J.-C.)

46Malgré une grande continuité avec la Période 3a, certaines différences peuvent être observées. Des objets trouvant leur origine au-delà du Sahara sont toujours présents, mais en petite quantité. Il s’agit de perles de verre, de récipients de verre et de céramiques vernissées, ainsi que de cauris. De nouvelles traces de graines de coton (Gossypium sp.) suggèrent le transport de coton non transformé sur de longues distances. Six des sept pièces de monnaie découvertes à Essouk (encore non identifiées à cause des couches d’érosion) ont été prélevées dans ces dépôts (cinq de cuivre, une d’argent) ainsi qu’un probable poids d’or, de fabrication rudimentaire, en céramique (13,6 g) qui correspond à des standards de poids islamiques connus.

47Les céramiques continuent d’être dominées par des fabrications relativement simples, à engobe végétal. Il y a une augmentation radicale des importations CWSGI, mais une réduction significative dans l’utilisation de la cordelette enroulée imprimée dans la décoration de la poterie locale. Les céramiques peintes et l’utilisation d’engobe augmentent toutes deux, bien qu’il s’agisse probablement d’importations, incluant quelques formes carénées, observées pour la première fois. En dépit des quantités relativement importantes d’objets de fer et de cuivre qui ont été retrouvées, il n’y a qu’un spécimen qui indique un travail potentiel du métal durant cette période, un morceau de plomb. Une fusaïole documente la production de textiles, et les restes d’une petite natte circulaire ont aussi été retrouvés.

48Pratiquement tous les ossements proviennent de bovidés domestiques, et les moutons/chèvres sont beaucoup plus nombreux que le bétail (dans un ratio de 12:1). Un plus grand nombre d’ossements, avec des marques de carbonisation, signale peut-être un changement dans les pratiques de cuisson. Parmi les échantillons archéobotaniques prélevés, les céréales sont les plus communes, majoritairement Echinochloa, ainsi que le blé (huit spécimens retrouvés et un peu de poudre de semoule).

49Les éléments issus de l’EKC du xiiie siècle sont globalement en accord avec les tendances de la période EKA 3b. Des perles de verre, des récipients de verre, des céramiques vernissées, du cuivre et du fer (bien que des objets CWSGI ne soient pas présents) ont été retrouvés. Les restes fauniques incluent le seul os de cheval (Equus caballus) trouvé à ce jour sur le site.

Période 4 (env. 1300-1400 ap. J.-C.)

50Cette période voit un changement radical dans la culture matérielle et de grands changements dans les données sur la subsistance. Les témoignages de marchandises provenant de régions au-delà du Sahara apparaissent, mais sont peu nombreux. On trouve des perles de verre, des récipients de verre et un seul tesson de céramique vernissée, seules deux perles de verre font partie de l’horizon final (Horizon 14). Le cuivre, y compris une pièce de monnaie, et des céramiques CWSGI sont là en petite quantité. Une pièce de textile en soie a aussi été retrouvée (figure 15 n° 25).

51Les céramiques connaissent des changements significatifs. Les poteries décorées à l’aide d’une roulette de cordelette torsadée, en quantité négligeable précédemment, sont maintenant beaucoup plus nombreuses (~ 16 % de toutes les décorations), elles sont associées à des motifs de décorations distinctifs qui n’ont pas de précédent dans la tradition potière d’Essouk (voir figure 16 n° 6). L’impression dominante auparavant, la cordelette enroulée imprimée, tombe à seulement 2 %. Les décors réalisés au peigne traîné (~ 6 %), faits d’impressions de doigts (~ 10 %) et à l’herbe traînée (~ 4 %) sont de plus en plus nombreux, et la peinture augmente. Les poignées sont aussi plus courantes, présentes sur 2 % des récipients, contre 0,5 % avant, et certains types n’avaient pas encore été répertoriés (par exemple figure 16 n° 1-3). Le travail du métal est de nouveau bien en évidence et comporte de la fonderie de fer. D’autres activités manufacturières impliquent le travail du jaspe et du silex, une production de textile limitée (fondée sur une seule fusaïole) et l’emploi de l’hématite et du jarosite comme colorants. Un fragment de bol en pierre a aussi été retrouvé.

  • 36  S. Nixon et al., 2011a.

52Alors que les moutons/chèvres sont toujours préférés, les ossement indiquent un accroissement massif de la consommation de bétail sur le site (un ratio de seulement 2:1 en faveur des moutons/chèvres). Un autre changement important est l’assemblage significatif d’os canins (probablement des chiens) (N = 14), dont certains sont calcinés, une preuve probable de cynophagie (voir infra). Parmi les restes fauniques, on trouve des animaux sauvages – la hyène (Hyaena hyaena), le varan (Varanus exanthematicus), du poisson (Pisces sp. Indet) et du héron cendré (Ardea cinerea) – et il y a une augmentation significative des coquilles d’œufs d’autruche (dix-huit fragments, comparés à un total de cinq retrouvés dans tous les dépôts EKA précédents). Des changements très clairs apparaissent dans les échantillons archéobotaniques : alors que les céréales, y compris Echinochloa, Brachiaria et Panicum, sont fortement représentées (le blé est présent aussi), les fruits et les plantes sauvages récoltés sont en bien plus grande quantité qu’auparavant. Des taxa sont observés pour la première fois : datte (Phoenix), pastèque (Citrullus), « datte du désert » (Balanites) et Hyphaene (thebaica). Un seul spécimen de lin (Linumsp.) constitue une première pour un site ouest-africain. Par ces changements archéobotaniques, il semble probable que nous assistons à l’arrivée du package (de plantes) saharien sur le site, qui n’avait pas encore été observé jusque-là36.

53Les découvertes faites à EKC pour cette période correspondent bien avec celles d’EKA. Les objets exotiques comportent des récipients de verre, des perles de verre et du cuivre, bien qu’aucun de ceux-ci ne soit présent dans l’horizon terminal d’EKC. Deux perles d’agate ont aussi été trouvées (figure 15 n° 29-30). La céramique est généralement semblable et la faune montre des tendances similaires dans le ratio mouton/chèvre comparé au bétail. De plus, de grandes quantités de coquilles d’œufs d’autruche ont aussi été retrouvées. Un autre spécimen d’ossement d’âne a été répertorié.

La relation entre les matériels collectés en surface et ceux issus de la fouille

54Ayant développé une séquence matérielle solide et bien datée pour Essouk, nous pouvons établir certaines conclusions sur l’histoire de l’occupation des zones non fouillées du site, en comparant les matériaux collectés en surface (surtout des céramiques) avec ceux issus des fouilles. La première chose qui semble évidente est que la dernière occupation, à l’ouest de l’oued, était le fait de groupes qui partageaient la tradition de céramiques de la Période 4 d’EKA. La seconde chose à noter est que la zone plus large autour d’EKB ne contient ni la céramique diagnostique de la Période 3b d’EKA, ni celle de la Période 4, et n’a donc probablement pas été occupée après env. 1100 ap. J.-C. Les découvertes concernant d’autres zones du site sont non concluantes.

Une nouvelle histoire culturelle de Tadmekka

55En croisant les faits archéologiques avec la documentation historique, épigraphique et pétroglyphique, nous pouvons maintenant fournir une histoire culturelle de Essouk-Tadmekka plus détaillée.

  • 37  C. Dupuy, 1999.
  • 38  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 50.

56Si l’art rupestre à Essouk y signale des activités humaines bien avant l’ère islamique37, il n’a pas été possible de savoir quand l’occupation du site a débuté, avant les premiers témoignages écrits sur Tadmekka (Ibn Hawqal en 967/68 ap. J.-C.38). Les fouilles rapportées ici semblent maintenant nous indiquer une occupation relativement intensive d’Essouk avant le viiie siècle (Horizon 2). On ne peut la situer dans une phase préislamique ou la lier aux premiers temps de l’islam. Cela suggère néanmoins l’importance qu’a eue ce lieu en tant qu’étape probable pour le tout premier commerce transsaharien islamique. Alors que nous n’avons pas encore de preuves matérielles de ce commerce avant env. 750 ap. J.-C., il est vraisemblable que les éléments témoignant d’une intensification de l’occupation au cours de la Période 1 soient à associer au commerce à longue distance/à travers le Sahara (probablement par des Berbères nomades, à en juger par la céramique et les restes de structures semi-permanentes), dans la mesure où il y a peu d’autres raisons pour une installation dans cet environnement marginal.

  • 39  P.F. de Moraes Farias, 2003, p. cxl.

57Ces fouilles font apparaître que les premiers témoignages de liens transsahariens et d’autres commerces à longue distance – le verre, les pierres semi-précieuses, la poterie du moyen Niger/boucle du Niger et le blé –, et ceux concernant la présence d’une architecture élaborée et permanente, et donc coûteuse, remontent probablement au milieu du viiie siècle ap. J.-C. On peut penser qu’Essouk était déjà reliée à un réseau transsaharien conséquent à cette époque. De même, elle a peut-être été dès ce moment une communauté culturellement et ethniquement mélangée. En effet, la combinaison de céramiques berbères, de poteries du moyen Niger/boucle du Niger et de pratiques culturelles probablement nord-africaines (consommation du blé, utilisation de couscoussiers et de sols de sable tamisé) suggère la présence, ou du moins l’influence culturelle, des trois populations impliquées dans le commerce transsaharien : Berbères sahariens, marchands d’Afrique du Nord et groupes de Noirs soudaniens. Le mélange, autrement bizarre, de banco et de murs de pierres sèches soutient cette conclusion d’une occupation multiple. En se gardant de construire une image trop précise de la composition culturelle de cette première occupation permanente, notons que la description que fait Ibn Hawqal de la population au xe siècle, comme étant d’origine mixte, noire/berbère, avec une royauté dédoublée, peut trouver son origine dans une longue tradition de mixité culturelle dans la région d’Essouk39.

  • 40  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 154.

58Depuis la moitié du viiie siècle jusqu’à env. 950 ap. J.-C. – à peu près la date du témoignage d’Ibn Hawqal –, Essouk semble connaître une occupation continuelle, et l’extension spatiale d’EKA jusqu’à EKB suggère une population résidente allant s’accroissant. La présence d’artefacts issus du grand commerce – tout d’abord le verre, le cuivre, les perles, les pierres semi-précieuses et une clé du monde islamique, puis des moules à monnaie d’or, suivis d’un afflux massif de verre et de perles – indique l’existence d’une conurbation marchande hautement évoluée. Ceci donne de la substance aux références historiques plus tardives (xie-xiiie siècles) évoquant un commerce et des installations sur la route d’Essouk durant cette période, références qui avaient été auparavant mises de côté en faveur de récits contemporains. Les indices de production d’or rejoignent bien la mention plus tardive d’al-Bakri (xie siècle) à une monnaie d’or à Essouk, et, avec ceux d’un travail du métal, ils suggèrent une activité industrielle intense sur le site. L’archéologie ne fournit pas d’autres éléments d’identification culturelle en plus de ceux déjà présentés. Néanmoins, si nous devons en croire les histoires collectées plus tardivement sur cette période, alors nous devrions prendre en compte celle selon laquelle le leader ibadite Abu Yazid était né d’un marchand et d’une esclave noire à Essouk à la fin du ixe siècle40, ce qui suggère une mixité culturelle continue. Le manque de pierres tombales islamiques de cette époque reflète plus probablement un manque d’inscriptions arabes datées de cette époque qu’un manque d’islam, sans doute présent sous une forme ou sous une autre.

  • 41  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 85.
  • 42 P.F. de Moraes Farias, 2003.

59Au cours de la période allant de 950 à 1050 après J.-C., de nouveaux bâtiments apparaissent, bien construits, accompagnés de biens associés aux routes marchandes à longue distance (indices de l’unité EKB). Les données rassemblées suggèrent que les autres bâtiments occupés durant cette période à EKB et ses environs étaient des structures larges et potentiellement commerciales. En plus de l’or, des perles et du cuivre, de nouveaux produits marchands incluent des céramiques vernissées et des cauris. Ceci semblerait faire apparaître que non seulement le commerce se poursuit à Essouk durant cette période, mais qu’en plus il s’accroît. En accord avec ce tableau, nous avons, au xie siècle, la description faite par al-Bakri d’une Tadmekka riche, fameuse et au commerce florissant41. Les résultats archéologiques devraient maintenant lever toute résistance à prendre ses dires au pied de la lettre. Avec les indices dont nous disposons, nous ne pouvons pas affirmer que l’archéologie d’Essouk reflète le basculement du groupe sahélien culturellement mixte, avec une royauté double, décrite par Ibn Hawqal en 967-968 ap. J.-C., vers un centre berbère et marchand avec un seul roi, décrit par al-Bakri un siècle plus tard. La correspondance entre les témoignages de richesse commerciale au début du xie siècle et l’élévation distincte du nombre d’inscriptions datées de ce moment mérite néanmoins d’être relevée42.

  • 43  I. Hrbek, J. Devisse, 1988 ; S. Burkhalter, 1992 ; N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000.
  • 44  J. Devisse (éd.), 1983.

60Une architecture permanente et des indices d’un commerce à grande échelle continuent de marquer le premier quart du millénaire suivant, de 1050 à 1300 ap. J.-C., bien qu’il y ait certains signes d’une contraction du site. Si al-Zuhri et certains auteurs plus tardifs, de même que l’épigraphie, suggèrent que Tadmekka connaît une activité culturelle continue, il est vrai qu’il y a quelque incertitude quant au statut exact du site durant cette période. L’archéologie nous permet maintenant d’affirmer qu’elle a continué d’être un lieu de commerce important du xie siècle au xiiie siècle inclus. Néanmoins, au début de cette période, les indices montrent aussi certaines transformations qui semblent correspondre à la poussée des Almoravides vers 1050 ap. J.-C.43. Les structures dans et près d’EKB sont abandonnées et non reconstruites. On remarque des changements architecturaux dans EKA après env. 1100 ap. J.-C., incluant l’utilisation de plâtre blanc et d’ocre rouge. La présence de larges quantités de pots importés de la boucle du Niger dénote aussi une évolution dans les marchandises échangées. Il nous semble qu’on ne doive pas accorder trop d’importance au manque de références, après al-Bakri, à la production de monnaie d’or. Remarquons qu’un autre site, Tegdaoust, voit bien à cette époque une chute distincte dans sa production industrielle, liée au conflit avec les Almoravides44. Alors qu’al-Bakri suggère que la subsistance de Tadmekka se composait pour beaucoup de grains soudaniens importés, la difficulté à détecter archéologiquement ceux-ci (les grains transformés laissent peu de traces archéologiques) fait qu’il est impossible de commenter la façon dont ce commerce a pu être affecté. De la même manière, aucune lumière ne peut être faite sur les potentiels changements idéologiques suggérés par al-Zuhri (voir supra).

61Donc, l’image d’ensemble pour la période allant d’environ 1050 à 1300 ap. J.-C. nous donne un site qui a apparemment connu une occupation permanente liée au commerce, mais d’un caractère différent de la précédente. Ce changement a eu lieu au début de cette période, autour du moment de l’avènement des Almoravides.

  • 45 N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 274.

62Durant le xive siècle, bien que la zone EKB soit abandonnée, les données archéologiques indiquent la continuité d’un établissement permanent de grande échelle, pas seulement dans EKA et EKC, mais aussi, selon les données recueillies, dans une large zone à l’ouest de l’oued. Bien qu’il soit difficile d’en juger, le site était peut-être encore plus grand qu’au cours de la période précédente. Notons que pour Essouk les sources historiques ne font aucune référence à un site permanent durant cette période. La présence continue de produits marchands, même en plus petit nombre, et l’existence même d’Essouk dans une zone écologiquement si marginale suggèrent une participation constante aux réseaux du commerce transsaharien. De nouveaux styles de bâtiments, des différences significatives dans la culture matérielle (par exemple dans les traditions de céramique), une baisse importante de la présence de céramiques importées CWSGI et des changements alimentaires conséquents pointent probablement de nouveaux éléments culturels sur le site au début du xive siècle. De la cynophagie et de la construction de bâtiments au-dessus d’un cimetière, on peut conclure que ces nouveaux groupes semblaient prendre l’islam relativement à la légère. Si on se tourne vers les données historiques, il nous semble voir un parallèle entre ces nouveaux groupes et la description que fait al-Umari, au début du xive siècle, de la population de Tadmekka comme étant des pastoralistes berbères « blancs45 ».

  • 46  N. Levtzion, 1994.
  • 47 Cf. N. Levtzion, 1994.

63On peut aussi relier ces résultats archéologiques à un autre épisode historique : les liens que Tadmekka entretient avec le Mali. Une croyance commune suggère que ce dernier a exercé son pouvoir sur toutes les localités du Sahel, y compris la région de Tadmekka, au moins jusque dans la deuxième moitié du xive siècle46. Mais les signes trouvés à Essouk de l’arrivée de nouveaux groupes au début du xive siècle, associés à ceux d’une période de destruction et de reconstruction, sous-tendent que la position du site au sein du système de commerce sahélien (malien) a changé à partir d’environ 1300 ap. J.-C. Nous devrions sérieusement considérer que la référence d’al-Umari à l’« indépendance » de Tadmekka vis-à-vis du Mali vers 1330 – une information d’ailleurs pas discutée dans les débats concernant le contrôle des villes commerçantes par le Mali au xive siècle47 – reflète peut-être directement ce statut politique nouveau : une cité indépendante échappant au contrôle du Mali.

64Les zones EKA et EKC ont été abandonnées vers 1400. Bien qu’une faible occupation ait peut-être continué à l’ouest de l’oued, cette période semble être la plus probable pour la fin de l’occupation permanente d’Essouk. Ainsi, alors que, pour après le xive siècle, l’absence de références significatives à Tadmekka chez les auteurs arabes et le manque de sources épigraphiques auraient pu être utilisés de façon approximative pour en venir à cette conclusion, l’archéologie fournit les preuves solides nécessaires pour soutenir ce raisonnement historique. Néanmoins, la raison pour laquelle Essouk a été abandonnée demeure inconnue. Des conflits intergroupes berbères y ont peut-être contribué mais la croissance de centres plus larges à l’est et à l’ouest, comme Takedda et Tombouctou, a probablement été plus déterminante.

Études spécialisées et débats ciblés

« Mieux construit que Ghana ou Kawkaw » : redécouvrir les traditions architecturales de Tadmekka

65Les ruines d’Essouk sont connues depuis longtemps et, depuis longtemps, elles sont apparentées à Tadmekka, une hypothèse confirmée assez récemment. Au travers des photographies aériennes, ces restes en surface (figure 3) présentent un aspect fascinant, et marcher à travers le site avec ces images en main est réellement instructif. On peut ainsi comprendre le lien entre la ville centrale et les cimetières, discerner le quadrillage des rues, des quartiers et des bâtiments individuels, y compris des mosquées, des maisons et de ce qui semble être des caravansérails. De même, l’agencement des espaces de sépultures et l’emplacement des tombes individuelles sont évidents. De près cependant, la plupart de ces ruines consistent en des murs bas et friables, et nous ne pouvons pas vraiment parler d’architecture au sens vertical du mot. En outre, nous ne connaissons pas la datation de ces vestiges de surface de la zone centrale de la ville. Sans fouilles, il nous est donc difficile de dire grand-chose des traditions architecturales de Tadmekka. Ceci est pourtant nécessaire pour une cité considérée comme l’une des plus importantes d’Afrique de l’Ouest et particulièrement remarquée par al-Bakri pour ses modes de construction (voir supra).

66Les fouilles et les recherches ont montré que beaucoup de vestiges de surface peuvent être datés de la fin du xive-début du xve siècle, probablement la phase terminale pour le site. Cependant, certaines zones (sûrement celle autour d’EKB, et probablement la zone plus large, au sud) nous offrent des vestiges de surface des xe et xie siècles. Une fois datés, les vestiges archéologiques de surface reprennent vie. Nous avons ainsi pu déterminer que la mosquée principale du vendredi, vue en surface, est probablement du xive-xve siècle et que la mosquée plus au sud sur le site probablement du xe-xie siècle. Pareillement, nous pouvons maintenant dater une série de structures commerciales et résidentielles soit du xive siècle, soit du xe-xie siècle, et des quartiers entiers des vestiges de surface de la ville sont maintenant mieux situés chronologiquement. Pourtant, notre recherche s’est principalement focalisée sur l’architecture excavée. Les fouilles révèlent un site d’au moins 5 m de profondeur de vestiges de bâti en dur et nous avons pu mettre en évidence que ceux-ci semblent dater d’au moins le viiie siècle ap. J.-C.

  • 48  H. Lhote, 1951.

67La profondeur et la chronologie des vestiges témoignent clairement d’une longue tradition d’architecture permanente et du fait que la première Tadmekka islamique était un lieu aux constructions de grande qualité avec des maisons bien bâties. C’est bien le cas pour les restes datant approximativement du temps d’al-Bakri que l’on retrouve non seulement dans l’antichambre d’EKA, mais aussi dans EKB, avec un mur extérieur très bien construit. Au-delà de simplement corroborer les propos de cet auteur sur la qualité des édifices de la ville, les fouilles attestent d’une architecture élaborée à travers toute la séquence. Plus étonnant encore est la structure d’importance datée des environs du viiie siècle dans EKA, pourvue de murs d’un haut niveau de finition mais aussi d’un beau sol de sable tamisé. En plus des phases initiale et intermédiaire, les signes d’une telle maîtrise se rencontrent même dans la phase la plus tardive de Tadmekka (par exemple le mur dans EKC). Il est donc clair que la ville était visuellement remarquable pour tous ceux arrivant là par les routes marchandes, et ce depuis son origine même jusqu’à sa phase finale. Elle a parfois été considérée comme un site aux traditions architecturales superficielles48, principalement sur la base de ses vestiges de surface, mais peut-être aussi à cause de la croyance assez répandue que les traditions architecturales sahariennes et touarègues sont relativement élémentaires et sous-développées. Nous avons maintenant démontré que cela n’est pas le cas.

  • 49  S. Berthier, 1997.

68Les vestiges nous disent manifestement beaucoup plus sur la chronologie, la profondeur et la qualité de l’architecture permanente de Tadmekka. Nous avons aussi mis en évidence des techniques particulières de construction. On voit de la pierre de taille, du pisé, de la pierre recouverte de banco, des briques de boue, du plâtre, et même des revêtements ocre sur les murs. En plus des sols de sable tamisé dont nous avons déjà fait mention, on rencontre également des sols d’argile. En dehors de la découverte de ces techniques, nous avons daté leur présence et relevé leurs combinaisons. Parmi elles, l’une des plus intéressantes concerne la première construction. Dans la tradition du bâti en Afrique de l’Ouest, les architectes et les maîtres d’œuvre travaillent le plus souvent soit avec de la boue, soit avec de la pierre, et il est moins commun de voir ces traditions mélangées. À Essouk néanmoins, nous pouvons observer l’association d’architectures de pierre et de boue dans une seule structure. Il est possible que cela ait un lien avec la mixité culturelle, qui sans aucun doute a eu lieu dans les premières phases de l’établissement de la ville. Important encore, nous avons relevé des indices d’architectures mobiles. Des trous de poteaux apparaissent dans les structures, peut-être en relation avec des substructures. Notons enfin que la présence d’une grande clé révèle l’existence de portes (le plus probablement en bois), un parallèle est d’ailleurs à faire avec la serrure et la clé retrouvées à Koumbi Saleh49. Cela suggère aussi que certains bâtiments étaient des structures sécurisées, ce que nous avons pu démontré pour le plus ancien de ceux que nous avons découverts.

69Il serait bon que des fouilles futures se focalisent sur des surfaces plus grandes, nous permettant ainsi de recréer des unités architecturales complètes. Notre travail a montré que des structures entières étaient visibles en surface pour le xive siècle mais également pour la période du xe-xie siècle. Trouver des traces de bâtiments plus anciens ne nécessiterait donc pas toujours le déblayage des restes de périodes plus récentes. De même, des études plus poussées de l’architecture de surface seraient très utiles, surtout compte tenu du fait que nous avons maintenant une idée de sa chronologie. On y gagnerait une bonne compréhension des types datés de structures religieuses, commerciales et résidentielles de Tadmekka. D’autres études plus approfondies pourraient aussi s’attacher aux environs de la ville. La découverte initiale de la musalla, sans travail de recherche systématique, en montre le potentiel. Enfin, l’exploitation des photos aériennes de très bonne qualité permettrait de mieux comprendre l’utilisation de l’espace dans la ville.

Le commerce de l’or ouest-africain et les « dinars d’or pur » de Tadmekka

  • 50 Cf. J. Devisse, 1988.

70L’or a toujours été connu pour avoir été le principal produit d’exportation du commerce de l’Afrique occidentale50 – seulement peut-être concurrencé, en importance, par la traite des esclaves – mais les archives historiques ne nous éclairent que peu sur les détails de ce commerce. L’archéologie a également très rarement fourni de renseignements sur son fonctionnement dans les villes d’Afrique de l’Ouest, et les connaissances que nous en avons reposent le plus souvent sur des analyses de monnaies et de bijoux produits à partir de l’or, une fois celui-ci arrivé au nord du Sahara. Lors de nos fouilles à Essouk, nous espérions trouver des informations sur ce négoce, puisque Tadmekka a toujours été connue pour en avoir été l’un des principaux centres. Elle fut en effet remarquée par al-Bakri en raison de l’existence supposée d’une monnaie d’or pur non estampillé (voir supra), l’auteur nous fournit l’une des descriptions les plus détaillées qui existent sur ce commerce. Nos recherches ont pu établir qu’une industrie de l’or avait bien cours à Essouk.

  • 51  S. Nixon et al., 2011b.
  • 52  Voir S. Nixon et al., 2011b, pour les résultats chimiques complets.

71Dans les contextes fouillés du ixe-xie siècle, nous avons trouvé trois fragments de moules à monnaie en céramique (figure 17). On peut les relier à une classe d’objets bien connus, plus couramment rencontrés dans des contextes de l’âge du fer européen mais aussi retrouvés dans des contextes islamiques anciens (au Pakistan)51. Dans les creusets de ces moules à monnaie étaient fondus des fragments de métaux dans le but d’obtenir des boules qui étaient alors frappées pour produire des pièces non estampillées. Un des moules d’Essouk présentait encore quelques gouttes d’or (figure 17), nous permettant ainsi de confirmer l’existence d’une monnaie d’or à Tadmekka. Alors que nous ne disposons d’aucune pièce, la référence d’al-Bakri à des « dinars » nous laisserait supposer qu’elles aient eu plus ou moins la forme et le poids du dinar commun. Nous devons aussi présumer qu’elles n’étaient pas estampillées, comme le note là encore al-Bakri, ou qu’elles présentaient des marques d’identification très simples. Cela aurait un certain sens, les dirigeants de Tadmekka ne voulaient probablement pas produire de vrais dinars à leur nom pour des raisons politiques, le califat islamique au nord du désert ne tolérant pas la production de monnaie indépendante. Il est aussi probable que les pièces non marquées constituaient un bien d’échange utile, car elles pouvaient être simplement estampillées par l’acheteur pour façonner sa propre monnaie. En outre, l’analyse des gouttelettes d’or retrouvées dans le moule nous a permis d’établir la grande pureté des pièces fabriquées à Tadmekka (98-99 %)52. Il semblerait que cet or très pur soit celui que l’on trouve dans son état naturel en Afrique de l’ouest, plutôt qu’un or raffiné artificiellement.

  • 53  Voir par exemple J. Devisse, 1988.
  • 54  De nouveau, voir J. Devisse, 1988, pour un aperçu de la réflexion passée sur le commerce sur l’or. (...)

72On le voit, la découverte de ces moules est extrêmement importante, notamment car elle nous permet de confirmer le témoignage d’al-Bakri sur la monnaie en cours à Tadmekka, une réalité longtemps incertaine et jusque-là ignorée par beaucoup de chercheurs53. Nous avons ici la première preuve concrète d’une production monétaire précoloniale en Afrique de l’Ouest. Alors qu’on a longtemps cru que le commerce de l’or entre les villes commerciales d’Afrique de l’Ouest était rudimentaire54, nous pouvons maintenant établir qu’une économie locale de l’or existait et avait atteint un haut degré de développement. Les analyses chimiques nous montrent que l’or ouest-africain atteignait le même niveau de pureté que celui des monnaies les plus pures d’Afrique du Nord. De cet or de grande qualité, que nous pensions raffiné en Afrique du Nord, il semble maintenant qu’au moins une portion y arrivait directement sous cette forme. Il reste difficile de savoir si cette monnaie d’or a été produite aussi bien avant qu’après les indices dont nous disposons pour la période du ixe-xie siècle.

  • 55  T. Rehren, S. Nixon, en préparation.

73En plus des moules de céramique, nous avons aussi découvert deux fragments, également en céramique, de creusets utilisés pour la transformation de l’or. Leur analyse a montré qu’ils contenaient un or très pur (98-99 %) et des résidus de métaux lourds (ceux généralement trouvés dans l’or alluvial) dans un dépôt de scories vitreuses. Après une étude approfondie, nous pensons que le creuset a été utilisé pour séparer la poussière d’or des impuretés qui sont en même temps récoltées lors du battage dans les rivières, ces impuretés étant difficiles à séparer manuellement. Nous avons ici la preuve qu’une partie de l’or qui arrivait dans la ville était brut, c’est-à-dire non débarrassé de ses impuretés, étayant l’hypothèse d’une industrie de l’or établie à Tadmekka même. En outre, nous disposons ainsi d’une combinaison chimique de métaux lourds associés à l’or, qui peut nous aider à mieux déterminer l’origine du premier or ouest-africain55.

Décharger les caravanes : la culture matérielle des routes commerciales

74L’un des objectifs principaux de ces fouilles était la découverte d’objets circulant sur les routes commerciales et témoignant de la place du site dans les échanges à longue distance. Toute une gamme de ces produits a été retrouvée. La qualité et le large éventail de ces marchandises ont confirmé ce que les sources historiques indiquaient : Tadmekka était un haut lieu du commerce transsaharien.

  • 56  Voir par exemple J. Devisse (éd.), 1983 ; T. Insoll, 1996 ; T. Insoll (éd.), 2000 ; M. Cissé, 2011 (...)
  • 57  Voir J. Lankton dans S. Nixon, 2008.
  • 58  Voir S. Nixon, 2008.
  • 59  M. Cissé, 2011.
  • 60  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 169.
  • 61  Voir J. Lankton dans S. Nixon, 2008.
  • 62  J. Devisse (éd.), 1983.
  • 63  Nick Gestrich, communication personnelle.

75À l’instar d’autres anciennes villes de commerce fouillées en Afrique de l’Ouest56, les perles, les récipients de verre et les céramiques vernissées forment la grande part des marchandises transsahariennes identifiées. Les analyses chimiques des perles et des récipients de verre de Tadmekka n’ont pas été en mesure de nous fournir une provenance précise57, cela est dû en particulier à un manque de données sur les sources chimiques dans le monde islamique. Certaines des céramiques vernissées sembleraient néanmoins pouvoir être rattachées à la zone tunisienne58. Bien qu’il ne soit pas possible de retracer les origines de la majorité du matériel prélevé, on peut quand même avancer de nombreuses conclusions. Tout d’abord, il est intéressant d’observer des variations entre les importations retrouvées à Tadmekka et celles trouvées à Gao et à Tegdaoust. Il semble que ces sites aient été occupés par des consommateurs différents aux goûts distincts. On pourrait écrire des pages entières sur le sujet, mais quelques exemples suffiront ici à montrer le potentiel de ces indices. Au sein des perles de verre – dont on sait, par les textes historiques, qu’elles étaient une des marchandises prédominantes –, la plus courante est une simple perle bleue. Ce type a depuis été retrouvé en grande quantité à Gao59. Pourtant les textes historiques ne mentionnent qu’à une seule reprise l’importance de ces perles bleues60. Cette abondance est peut-être liée à leur disponibilité et à leur coût, il est également probable que ce soit à mettre en rapport avec une demande. La signification culturelle de cette demande mérite des recherches plus poussées. Autre découverte intéressante, l’identification, au sein des céramiques vernissées, d’un éclat de céramique provenant de l’Est de la Chine. Il témoigne du fait que certains produits pénétrant dans le système transsaharien étaient déjà des marchandises de grande valeur provenant d’un commerce à longue distance. Dernier exemple, après analyse chimique de la composition du verre des récipients retrouvés à Essouk, on note que presque aucun d’entre eux n’est fait du verre issu du plus fameux centre de fabrication présent dans le monde islamique, Fustat, en Égypte, centre pourtant connecté à Tadmekka par voie commerciale61. Cela nous oblige encore à repenser certaines conclusions simplistes sur les types de produits échangés et leur origine. D’autres fouilles sur le site permettraient probablement de découvrir des récipients en verre complets, semblables à ceux trouvés à Tegdaoust62 et à Tongo Maaré Diabel63.

  • 64  J. Devisse (éd.),1983.
  • 65  M. Cissé, 2011.
  • 66  S. Magnavita, 2009.

76Plus encore que l’origine et la nature des perles, des récipients de verre et de la céramique vernissée mis au jour à Essouk, c’est la position stratigraphique de ces artefacts qui est riche d’enseignements. Ces trois types d’objets étaient localisés dans une portion limitée de la stratigraphie, essentiellement dans 50 cm de dépôts datés du xe au xie siècle. Cela a été observé à Tegdaoust64 et, à Gao, on constate également une tendance nette de recouvrement de ces derniers dans les niveaux plus anciens du site65. Sans doute y étaient-ils plus répandus qu’aux périodes plus tardives du commerce transsaharien. De nouvelles découvertes sur le site de Kissi au Burkina Faso ont montré qu’il existait un puissant commerce préislamique de perles de verre66. Celles-ci étaient donc considérées comme une marchandise importante lors des premiers échanges, mais il est possible qu’elles aient été moins prisées ensuite, ce qui peut expliquer leur présence archéologique moindre au cours du temps. La céramique vernissée et la vaisselle de verre ne se trouvent en quantité significative qu’entre les xe et xie siècles. Il est difficile de déterminer si cela aussi était dû à l’approvisionnement et à la demande des plus grands marchés ouest-africains, ou aux goûts des commerçants qui employaient eux-mêmes ces objets. Il faut noter aussi que, lorsqu’on considère la variabilité de cette culture matérielle dans le temps, la possession et l’utilisation de ces objets sont souvent vues comme allant de pair avec la pratique d’un mode de vie islamique.

  • 67  Voir T. Fenn et al., 2009.
  • 68  Des artefacts en cours d’analyse par Thomas Fenn.
  • 69  T. Monod, 1969.

77On a longtemps pensé qu’une grande partie des produits venant par le Sahara étaient difficiles à détecter archéologiquement. Le travail réalisé à Essouk en a néanmoins fourni quelques identifications importantes. Parmi ceux-ci, nous avons les premiers exemples, pour les sites ouest-africains, de textiles, peut-être la marchandise la plus importante en provenance d’Afrique du Nord. Alors que les textiles étaient produits en Afrique de l’Ouest – nous avons d’ailleurs des fusaïoles à Essouk –, les deux pièces de tissu retrouvées contiennent de la soie, ce qui signe sans doute un bien d’importation. Il est possible qu’elles aient été tissées à Tadmekka et il est aussi possible qu’elles aient été plutôt portées par un marchand et n’aient donc pas été exactement des marchandises. Néanmoins, il semble probable que le morceau de soie jaune que nous avons trouvé soit bien un produit de luxe qui avait été acheminé de loin. Ces artefacts sont représentatifs du type de textiles qui circulaient au sein du commerce transsaharien, et il est fascinant de voir la capacité que ces sites sahéliens arides ont à conserver des artefacts organiques comme ceux-ci. L’autre produit commercial majeur qu’il a été difficile de retrouver archéologiquement est le cuivre. Le cuivre provient à la fois du Sahara et d’au-delà de celui-ci, il est donc difficile d’identifier ceux des objets issus directement du commerce transsaharien. En accord avec des méthodologies développées pour retracer les origines du cuivre67, nous avons mis en place un programme d’étude afin d’identifier la provenance de ce métal utilisé dans les objets d’Essouk. Les résultats montrent qu’une portion significative de ces objets a été produite avec du cuivre issu du Nord du Sahara, et certains même avec des cuivres européens68. Cette étude signale le potentiel que nous offre une distinction entre les objets produits localement et ceux qui ont été importés, celle-ci serait particulièrement appropriée pour le recouvrement de larges quantités de lingots de cuivre, comme il en a été trouvé dans la caravane perdue de Ma’aden Ijafen69.

78Au-delà des marchandises du Nord du désert, nous avons aussi tenté d’identifier des biens venant du Sud. Nous avons déjà évoqué le cas de l’or, mais nous avons aussi trouvé de larges quantités de céramique venant du fleuve Niger, plus au sud. Celles-ci ont commencé à faire leur apparition au xiie siècle et sont présentes en grande quantité durant quelque cent à deux cents ans. Cela peut peut-être étonner que de grandes et lourdes poteries puissent être acheminées depuis le Sud, mais si nous en acceptons la venue depuis l’Afrique du Nord, à la réflexion, cela ne devrait pas nous surprendre. On ne sait pas pourquoi ces pots arrivaient à Tadmekka, mais il semblerait qu’ils aient été appréciés. Ils pouvaient sans doute aussi contenir des produits de valeur (comme de l’huile de beurre de karité). Ce que la céramique retrouvée semble clairement indiquer, c’est une nette évolution dans les systèmes de commerce et d’approvisionnement du moment, et dans les habitudes de consommation sur le site. À ce moment, nous assistons à la pénétration dans une ville du monde berbère d’éléments plus nombreux d’une culture matérielle méridionale, phénomène que nous ne repérons ni avant ni après cette période. Il est difficile de déterminer quels en sont exactement les mécanismes, mais cette tendance fait naître des questions nouvelles.

  • 70  T. Insoll, 1996.
  • 71  J. Devisse (éd.),1983.

79L’archéologie d’une culture matérielle en déplacement sur les routes transsahariennes doit être menée dans un cadre ouest-africain plus large, plutôt que dans le seul contexte d’une ville isolée. Dans chaque ville fouillée, des découvertes étonnantes sont faites, ainsi en est-il d’une pierre tombale espagnole et de larges quantités d’ivoire d’hippopotame à Gao70, ou de pesons de verre fatimides de Tegdaoust71. Le tableau que l’on dresse touche par touche est stimulant, et des fouilles futures, aidées de méthodes archéologiques nouvelles, pourraient nous en donner une image beaucoup plus claire encore.

Les analyses céramiques, et un épisode oublié de l’histoire ouest-africaine

80La céramique, peut-être plus que n’importe quel autre type d’artefact, nous fournit un outil de compréhension des peuples et des cultures du Sahel ancien. À Tadmekka, son étude s’est aussi révélée capitale. Si celle que nous y avons retrouvée s’inscrit dans les grandes lignes des traditions du monde berbère, il apparaît néanmoins que différents éléments de poterie apportent à la réflexion des éléments plus précis. On a vu plus haut comment son importation à Tadmekka nous procure d’importantes informations sur le commerce, mais son examen donne aussi à voir un changement culturel significatif dans la phase la plus tardive du site.

81La documentation historique dessine une apparente continuité générale des débuts de l’occupation du site jusqu’à sa fin. De même, l’épigraphie n’identifie pas de rupture radicale dans le temps. Pourtant, lorsqu’on s’attache à observer la séquence de la céramique, on y voit, à travers différentes formes d’indices, d’importantes transformations autour de 1300.

  • 72  N. Levtzion, 1994.

82Autour du xiiie-xive siècle, le tableau historique en ce qui concerne Tadmekka est défini par un conflit avec l’empire du Mali72. Le Mali aurait attaqué Tadmekka avant de l’avoir laissé tranquille. Néanmoins, les sources historiques ne fournissent pas suffisamment de détails sur cet épisode. Au milieu du xive siècle Tamekka était une entité indépendante, gouvernée par un groupe Touareg nomade puissant (un « Sultanat » dans les sources historiques). La céramique que nous avons retrouvée est certainement à mettre en relation avec ce groupe. Son analyse suggère que ce groupe était arrivé sur le site depuis peu. Cette information ouvre de nouvelles perspectives : l’arrivée de ce groupe à Tadmekka a peut-être été la cause de la dispute avec l’empire du Mali. Tadmekka étant pour lui la porte d’entrée et de sortie vers le désert, il aurait pu voir dans cette présence une menace. Il est aussi possible que le Mali ait pensé placer Tadmekka plus fermement sous son contrôle et que ces nouveaux groupes touaregs aient senti la nécessité de l’occuper et de la contrôler plus étroitement. Ces questions ont besoin d’être explorées plus en profondeur. Ce que nous pouvons néanmoins avancer avec certitude, c’est que, à l’apogée de la puissance du Mali, au xive siècle, la ville de Tadmekka, symboliquement et géographiquement importante, connaissait des changements associés à l’arrivée de nouvelles populations venant du désert. La culture de la ville marchande sahélienne glisse alors un peu plus vers une culture touarègue. Mais le lien entre ceci et le tableau plus large d’un déclin du Mali et de l’arrivée éventuelle des Berbères du désert dans un autre centre d’importance, Tombouctou, n’est pas clair. Un débat entièrement neuf s’ouvre donc avec les céramiques découvertes à Essouk.

Reconstituer les ateliers de Tadmekka

83Tadmekka est communément considérée comme une ville marchande, un lieu de transit pour les objets. Mais, au-delà du commerce extérieur, sur lequel insistent beaucoup les sources arabes, une vie propre s’y développe et des populations pas forcément impliquées dans ce commerce y habitent. L’archéologie nous offre un bon moyen d’explorer ces autres aspects de la cité. Elle est, par exemple, particulièrement adaptée pour relever les traces d’industries passées. Nous avons déjà traité du travail de l’or et des productions textiles et céramiques, abordons maintenant une catégorie d’indices importants sur lesquels nous nous sommes penchés : les scories et les restes de creusets, qui nous en disent long sur une industrie du métal à Tadmekka. Sur environ quarante échantillons retrouvés, nous avons préparé la plus grande part pour une analyse technique, y compris au microscope électronique.

  • 73  Thilo Rehren, communication personnelle.

84Parmi les scories, les plus communément rencontrées sont celles de fer. Un bon éventail d’échantillons et de qualités de production de fer a été mis en évidence. L’analyse de ce matériel nous renseigne non seulement sur la forge – le travail sur un fer prétraité – mais aussi sur la fonte, la production de métal à partir du minerai. Au sein des scories et des fragments de creuset, qui initialement semblaient être simplement liés à la production de fer, nous avons aussi retrouvé des indices de travail de l’acier. À noter qu’il s’agissait d’acier de creuset73. Cette forme n’est pas très courante à l’époque médiévale et n’était auparavant connue qu’en Asie centrale. Il n’est pour l’instant pas encore évident de savoir si cet acier était effectivement produit sur le site de Tadmekka ou s’il était importé, sous forme de lingots, avant d’être refaçonné sur le site ; peut-être était-il utilisé pour la fabrication d’épées. Il reste que les deux scénarios sont intéressants puisque nous n’avons pas d’autres exemples de ce type de travail dans des villes ouest-africaines. Autres traces, celles d’une industrie du cuivre, notamment de la fonte de cuivre de haute qualité, témoignage là encore de l’existence à Tadmekka d’un groupe de travailleurs du métal hautement qualifiés. Enfin, bien qu’indirects, quelques indices d’un travail de l’argent (une particule dans un creuset) et d’un travail du plomb ont également été décelés.

85De simples traces nous racontent donc toute une histoire et nous démontrent l’existence et le fonctionnement d’une communauté diverse et qualifiée de travailleurs du métal à Essouk, un aspect qui n’apparaît pas dans les sources historiques. Ces informations peuvent probablement être élargies au Sahel, puisqu’elles témoignent de connaissances technologiques, pour certaines surprenantes, comme le travail de l’acier de creuset.

86La poursuite des fouilles produirait inévitablement plus de preuves et ferait presque certainement apparaître d’autres industries. L’étude que nous avons détaillée ici ne prétend pas être un inventaire exhaustif des industries métallurgiques à Tadmekka, cependant elle montre que des informations détaillées peuvent être retrouvées avec l’archéologie. Si par exemple nous devions réexplorer le secteur industriel bien défini de la ville de Tegdaoust, ou si nous devions trouver in situ de vraies traces d’un atelier à Essouk, nous pouvons voir quel genre d’informations pourraient y être glanées.

Les restes d’animaux et de plantes

87Dans la vie quotidienne de la ville, les animaux et les plantes tiennent une place importante, les premiers pour le transport et la nourriture bien sûr, les seconds également pour l’alimentation mais aussi, par exemple, la médecine ou le fourrage pour les animaux. Les sources arabes nous fournissent bien quelques aperçus sur cet aspect de Tadmekka, mais nous donnent peu de détails. Une partie de notre travail a consisté en une collecte méticuleuse d’ossements, trouvés lors du tamisage, et de matériel végétal, au travers d’échantillons de sol pour un archivage archéobotanique.

  • 74  M. Canard, 1953.
  • 75  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 72.
  • 76  P. Bonte, 2004.

88Les ossements nous ont permis de nous faire une idée générale de l’économie pastorale de Tadmekka. Comme il est détaillé plus haut, celle-ci était fortement fondée sur les moutons ou les chèvres, mais aussi sur quelques bovins. On décèle des changements dans le temps, avec du bétail en plus grand nombre sur la fin de la période. La présence de bêtes de somme, telles que l’âne et le chameau, et des indices de cheval ont également été détectés. De plus, nous avons pu montrer quels animaux sauvages étaient utilisés pour compléter le régime alimentaire des habitants. La découverte majeure concerne la consommation de viande de chien, attestée par ailleurs chez les peuples sahariens dans les temps historiques74. Cette pratique est associée au monde berbère et aux commerçants ibadites, un des groupes de commerçants musulmans qui ont fréquenté Essouk. Dans les premiers temps de l’islam, la consommation de chiens était considérée comme un signe important de pratiques non musulmanes et, pour cette raison, était visée par les Almoravides dans leur politique d’islamisation en profondeur des sociétés75. Tadmekka n’y échappe pas. Il est ainsi intéressant de noter que, à Essouk, si des os de chien ont été trouvés avant la période almoravide mais aussi à des époques plus tardives, ils sont absents de l’époque lui succédant immédiatement. Pierre Bonte suggère que nous n’avons probablement pas là juste une pratique alimentaire mais que cette consommation pouvait avoir aussi un sens magique et rituel76.

  • 77  Voir S. Nixon et al., 2011a.

89Concernant les découvertes archéobotaniques (par exemple figure 18), celles-ci permettent d’aller plus loin que ne l’autorisait la lecture des sources historiques77. Les données recueillies donnent des identifications claires des taxa récoltés (y compris Echinochloa, Brachiaria et Panicum). Elles fournissent également un aperçu de possibles cultures à Essouk/Tadmekka, y compris le millet perle, le blé et des fruits variés. De plus, nous avons observé que des espèces du Sud, que les textes historiques disaient être importées à Tadmekka, n’étaient pas présentes archéologiquement. Une gamme d’autres taxa, importants dans l’histoire de la région, a aussi été identifiée, incluant des dattes, du coton, de la pastèque, et la plus vieille graine de lin identifiée en Afrique de l’Ouest. Un élément clé de cette collection est le plus ancien et le plus important catalogue archéologique de blé d’Afrique de l’Ouest, une espèce importante dans le régime des musulmans, mais qui jusqu’à maintenant était perçue comme étant pratiquement absente de leur régime en Afrique de l’Ouest au cours de la période médiévale. Le blé aurait poussé avec grande difficulté dans ces régions très arides et était sûrement un aliment de luxe à Tadmekka, importé d’au-delà du Sahara ou cultivé localement en utilisant une irrigation très coûteuse en énergie. Mais, quelle que soit son origine, nous avons là encore matière à de nouvelles discussions sur les cultures, les régimes alimentaires et les changements survenant avec l’arrivée de l’islam.

Conclusion

90Les fouilles réalisées et l’analyse de leurs résultats nous ont permis de dresser un tableau beaucoup plus détaillé de la ville, en conjonction avec les sources historiques existantes. L’archéologie permet ainsi de cibler des points précis du débat historique concernant Tadmekka, comme ceux qui intéressent aussi, plus largement, les recherches sur le Sahel ouest-africain. Nous l’avons vu sur les questions se rapportant à la tradition architecturale de Tadmekka et à sa monnaie d’or. Mais cette étude souligne aussi comment l’archéologie peut faire avancer notre compréhension des sociétés du Sahel ouest africain au-delà des questions que nous posent les documents historiques. Nous avons montré que s’attacher à des domaines d’investigation spécialisés, comme l’étude des poteries, des traces de travail du métal, des restes botaniques et d’ossements, nous permettait de dresser un aperçu plus large de la cité. Ces recherches peuvent aussi donner lieu à des surprises : la découverte d’un travail de l’acier de creuset et les indices d’une consommation de blé en sont la preuve. Là encore, en dehors d’un intérêt certain pour les chercheurs œuvrant sur Tadmekka, elles peuvent donner lieu à une meilleure compréhension de l’ancien Sahel. Il y a certainement toute une série d’autres débats pour lesquels d’autres indices pourraient être utilisés et sur lesquels nous ne nous sommes pas penchés. Espérons cependant que le compte rendu fait ici des témoignages matériels retrouvés à Essouk et de leur potentiel analytique soit assez fidèle, montrant comment des projets ciblés génèrent une foison de données qui peuvent littéralement ramener à la vie les ruines d’une ville d’Afrique de l’Ouest.

  • 78  S. Magnavita, 2009.
  • 79  C. Magnavita, 2011.
  • 80  D. Park, 2010.
  • 81  M. Cissé, 2011.

91D’autres études archéologiques sont en cours sur le Sahel médiéval. Les recherches récentes de Kevin MacDonald sur Sorotomo, un site important associé à l’empire du Mali, de même que sa collaboration avec Nick Gestrich sur le Tongo Maaré Diabel sont d’un grand intérêt. Sonja Magnavita poursuit aussi une série de travaux importants sur le Niger médiéval78. L’analyse géophysique de Carlos Magnavita a de son côté un grand potentiel79. Douglas Park a aussi généré quelques résultats intéressants dans la région de Tombouctou80, et les investigations du chercheur malien Mamadou Cissé à Gao méritent d’être mentionnées81. Enfin, le nouveau projet d’Anne Haour, focalisé sur le Nord-Bénin, promet des résultats intéressants dans une zone qui est peu étudiée archéologiquement. Il s’agit là seulement de quelques-uns des projets qui peuvent être mentionnés.

92Par ailleurs, de nombreux sites connus n’ont pas du tout été étudiés. Dans la zone du Sahara, des villes de grande importance, documentées historiquement, comme Kawar, Chinguetti et Walata, et les niveaux médiévaux du centre urbain de Tombouctou n’ont jamais été étudiés. Mais il y a aussi des lieux qui n’ont toujours pas été découverts, telles les capitales des empires du Mali et du Ghana. De même que tout un groupe de sites qui ne sont associés à aucune des localités dont parlent les sources arabes, y compris dans la région des lacs au Mali. D’autres, qui ont déjà fait l’objet de travaux significatifs, devraient être soumis à une recherche dans les archives, par exemple la ville de Koumbi Saleh. Et même, la littérature et les collections d’artefacts du site bien documenté de Tegdaoust pourraient gagner à être revisitées. Comme j’espère l’avoir démontré, la palette des techniques analytiques qui peuvent être utilisées sur ces sites signifie que le potentiel archéologique pour enquêter sur le Sahel ancien est remarquablement important.

Remerciements

93Je voudrais tout d’abord remercier les habitants d’Essouk et tous ceux de la région de Kidal, qui ont rendu possibles ces recherches. Des remerciements particuliers à Jean-Pierre Tita (qui était alors le chef de la Mission culturelle Essouk) et à l’équipe des fouilleurs. Le projet d’Essouk a également une dette envers l’Institut des sciences humaines malien (et surtout envers Klena Sanogo), la Direction nationale du patrimoine culturel (et plus particulièrement les archéologues Mamadou Cissé, Fané Yamoussa et Soumaila Coulibally), et surtout le regretté Tereba Togola, pour ses encouragements à travailler à Essouk.

94Je suis reconnaissant à l’Arts and Humanities Research Council (AHRC), pour avoir financé la recherche doctorale au sein de laquelle le projet Essouk a été entrepris, et à l’AHRC, à l’University College London et à l’University of London Central Research Fund pour avoir financé le travail de terrain d’Essouk. Un grand merci est aussi adressé à l’initiative conjointe du NERC (Natural Environment Research Council)/AHRC Oxford Radiocarbon Dating Service (ORADS), pour financer le projet de datation au radiocarbone.

95Je remercie Kevin MacDonald pour ses conseils et son soutien tout le long du projet, et Paulo F. de Moraes Farias pour ses encouragements et les conversations que nous avons partagées. Les découvertes du projet n’auraient pas été possibles sans les contributions scientifiques et techniques des personnes suivantes : Elizabeth Bloxom (artefacts de pierre), Sandra Bond (textiles), Nafogo Coulibally (illustration), Laure Dussubieux (archéologie métallurgique, et des récipients et perles de verre), Thomas Fenn (archéologie métallurgique), Simon Groom (pétrographie), Maria Filomena-Guerra (archéologie métallurgique), Dorian Fuller (archéobotanique), Fiona Griffin (illustration), Tom Higham (datation au radiocarbone), Derek Kennet (céramiques), Regina Krahl (céramiques), Stuart Laidlaw (photographie), James Lankton (récipients et perles de verre), Kevin MacDonald (analyses fauniques et pétrographiques), Mary-Anne Murray (archéobotanique), Venetia Porter (céramiques), Thilo Rehren (archéométallurgie), Peter Robertshaw (perles de verre), Jane Sidell (coquillages), St John Simpson (récipients de verre), Ken Thomas (coquillages), Julia Tubman (céramiques) et Charlotte Veysey (illustration). Je voudrais aussi remercier les membres du comité de lecture de cet article, dont les commentaires éclairés ont été très utiles.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bedaux, R., Polet, J., Sanogo, K., Schmidt, A. (éds), 2005, Recherches archéologiques à Dia dans le delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, (Mededelingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde 33), Leyde, cnws Publications.

Berthier, S., 1997, Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire de Ghana : Étude d’un secteur, d’habitat à Koumbi Saleh, Mauritanie : Campagnes II-III-IV-V (1975–1976)-(1980–1981), British Archaeological Reports 680, Cambridge Monographs in African Archaeology 41, Oxford, Archaeopress.

Bonte, P., 2004, « Entre mythes et sacrifices. Le dossier inachevé de la cynophagie dans le monde berbère », Anthropozoologica, 39 (1), p. 343-350.

Burkhalter, S.L., 1992, « Listening for silences in Almoravid history: another reading of "The conquest that never was" », History in Africa, 19, p. 103-131.

Canard, M., 1953, « La cynophagie au Sahara », Bulletin de liaison saharienne, 4 (15), p. 2-8.

Cissé, M., 2011, Archaeological investigations of early trade and urbanism at Gao Saney (Mali), Ph.D. dissertation, Rice University.

Cressier, P., 1988, Programme Azawagh. Première prospection comparative des sites médiévaux et modernes de l’Adrar des Iforas (Rapport Préliminaire), Paris, ORSTOM/CNRS.

Cressier, P., 1992, « Archéologie de la dévotion Soufi », Journal des africanistes, vol. 62 (2), p. 69-90.

Devisse, J. (éd.), 1983, Tegdaoust III. Recherches sur Aoudaghost (Campagnes 1960-1965, enquêtes générales), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations.

Devisse, J., 1988, « Trade and trade routes in West Africa », in M. El Fasi (éd.), General History of Africa, vol. III: Africa from the Seventh to the Eleventh Century, Berkeley, University of California Press, p. 367-435.

Dupuy, C., 1999, « L’art rupestre à gravures naturalistes de l’Adrar des Iforas (Mali) », Sahara, 11, p. 69-86.

Fenn, T.R., Killick, D.J., Chesley, J., Magnavita, S., Ruiz, J., 2009, « Contacts between West Africa and Roman North Africa: Archaeometallurgical results from Kissi, Northeastern Burkina Faso », in S. Magnavita, L. Koté, P. Breunig and O.A. Idé (éds), Crossroads/Carrefour Sahel. Cultural and technological developments in first millennium BC/AD West Africa. Développements culturels et technologiques pendant le premier millénnaire BC/AD dans l’Afrique de l’Ouest, Journal of African Archaeology Monograph Series 2, Francfort-sur-le-Main, Africa Magna Verlag, p. 119-146.

Garrard, T., 1982, « Myth and metrology: the early cross-Saharan gold trade », Journal of African History, 23, p. 443-461.

Hrbek, I., Devisse, J., 1988, « The Almoravids », in M. El Fasi (éd.), General History of Africa, vol. III: Africa from the Seventh to the Eleventh Century, Berkeley, University of California Press, p. 336-366.

Insoll, T., 1996, Islam, Archaeology and History. Gao Region (Mali) ca. AD 900–1250, Cambridge Monographs in African Archaeology 39 / BAR International Series 647, Oxford: Tempvs Reparatvm.

Insoll, T., 1998, « Archaeological research in Timbuktu », Antiquity, 72, p. 413-417.

Insoll, T. (éd.), 2000, Urbanism, Archaeology and Trade: Further Observations on the Gao Region (Mali): The 1996 Fieldseason Results, BAR International Series, 829, Oxford, BAR.

Insoll, T., 2002, « The Archaeology of Post Medieval Timbuktu », Sahara, 13, p. 7-22.

Insoll, T., 2003, The Archaeology of Islam in Sub-Saharan Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Levtzion, N., 1994, « Berber nomads and Sudanese states: the historiography of the desert-Sahel interface », in N. Levtzion, Islam in West Africa: Religion, Society and Politics to 1800, Londres, Variorum.

Levtzion, N., Hopkins, J.F.P. (éds), 2000, Corpus of Early Arabic Sources for West African History, Princeton, Markus Wiener Publishers.

Lhote, H., 1951, « Sur l’emplacement de la ville de Tadmekka, antique capitale des Berbères soudanais », Notes Africaines, 51, p. 65-69.

Liverani, M., 2000, « Looking for the southern frontier of the Garamantes », Sahara, 12, p. 31-44.

Magnavita, C., 2011, « Birni-Gazargamo: The early capital of Kanem-Borno », in D. Gronenborn (éd.), Gold, Slaves, and Ivory. Medieval empires in Northern Nigeria, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Mainz, p. 58-61.

Magnavita, S., 2009, « Sahelian crossroads: Some aspects on the Iron Age sites of Kissi, Burkina Faso », in S. Magnavita, L. Koté, P. Breunig, O.A. Idé (éds), Crossroads / Carrefour Sahel, Francfort-sur-le-Main, Africa Magna Verlag, p. 79-104.

Mauny, R., 1961, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge, Mémoires de l’IFAN, 61, Dakar, IFAN.

McIntosh, S.K., McIntosh, R.J., 1986, « Archaeological reconnaissance in the region of Timbuktu, Mali », National Geographic Research, 2 (3), p. 302-319.

McIntosh, S.K. (éd.), 1995, Excavations at Jenné-Jeno, Hambarketolo, and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali), the 1981 Season, Berkeley, University of California Press.

Mitchell, P., 2005, African Connections. Archaeological Perspectives on Africa and the Wider World, Walnut Creek, Altamira Press.

Monod, T., 1969, « Le Ma’aden Ijafen : une épave caravanière ancienne dans la Majabat al-Koubra », Actes du 1er colloque international d'archéologie africaine, 1967, Fort Lamy, Institut national tchadien pour les sciences humaine, Études et documents tchadiens, mémoires 1, p. 286-320.

Moraes Farias, P.F. De, 2003, Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali: Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuāreg History, Oxford, Oxford University Press for The British Academy.

Moraes Farias, P.F. De, 2010, « Local Landscapes and Constructions of World Space: Medieval Inscriptions, Cognitive Dissonance, and the Course of the Niger », Afriques [En ligne], 02 | 2010. URL: http://afriques.revues.org./896

Nixon, S., 2008, The archaeology of Early Islamic cross-Saharan trading towns in West Africa: a comparative view and progressive methodology from the entrepot of Essouk-Tadmekka, Ph.D. Thesis, University College, Londres.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Nixon, S., 2009, « Excavating Essouk-Tadmakka (Mali): new archaeological investigations of Early Islamic trans-Saharan trade », Azania: Archaeological Research in Africa, 44 (2), p. 217-255.
DOI : 10.1080/00671990903047595

Nixon, S., 2010, « Before Timbuktu: the great trading centre of Tadmekka », Current World Archaeology, 39, p. 40-51.

Nixon, S., Murray, M.A., Fuller, D.Q., 2011a, « Plant Use at an Early Islamic Merchant Town in the West African Sahel: The Archaeobotany of Essouk-Tadmekka (Mali) », Vegetation History and Archaeobotany, 20 (3), p. 223-239.

Nixon, S., Rehren, Th., Guerra, M.F., 2011b, « New Light on the Early Islamic West African Gold Trade: Coin Moulds from Tadmekka, Mali », Antiquity, 85, p. 1353-1368.

Norris, H., 1975, The Tuaregs: Their Islamic Legacy and its Diffusion in the Sahel, Warminster, Aris and Philips.

Park, D., 2010, « Prehistoric Timbuktu and its hinterland », Antiquity, 84, p. 1076-1088.

Savage, E., 1992, « Berbers and Blacks: Ibadi slave traffic in eighth-century North Africa », Journal of African History, 33, p. 351-368.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple S.K. McIntosh (éd.), 1995 ; R. Bedaux et al. (éds), 2005.

2  Voir T. Garrard, 1982 ; M. Liverani, 2000 ; S. Magnavita, 2009.

3  J. Devisse, 1988 ; E. Savage, 1992 ; T. Insoll, 2003 ; P. Mitchell, 2005.

4  Voir N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000.

5  On peut relever toutefois qu’il est toujours difficile de localiser certaines de ces villes décrites par les géographes arabes, notamment les capitales de Ghana et de Mali.

6  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000.

7  S. Berthier, 1997.

8  J. Devisse (éd.), 1983.

9  T. Insoll, 1996, T. Insoll (éd.), 2000 ; et plus récemment M. Cissé, 2011.

10  S.K. McIntosh, R.J. McIntosh, 1986 ; T. Insoll, 1998, 2002 ; D. Park, 2010.

11  P.F. de Moraes Farias, 2003, 2010.

12  R. Mauny, 1961, p. 117-118.

13  T. Insoll, 2003, p. 215-216.

14  S. Nixon, 2009, 2010 ; S. Nixon et al., 2011a ; S. Nixon et al., 2011b.

15  Cette monographie est fondée sur S. Nixon, 2008.

16  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 50-51.

17  Voir H. Norris, 1975.

18  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 88-91, 154.

19  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 98-99.

20  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 193, 210.

21  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 274.

22  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 354.

23  P.F. de Moraes Farias, 2003, 2010.

24  P.F. de Moraes Farias, 2003.

25  P.F. de Moraes Farias, 2003, 2010.

26  Ceux-ci n’ont pas fait l’objet d’une étude approfondie, mais voir C. Dupuy, 1999, pour un aperçu des pétroglyphes dans l’Adrar des Iforas.

27  R. Mauny, 1961 ; P.F. de Moraes Farias, 2003.

28  P. Cressier, 1988, 1992 ; P.F. de Moraes Farias, 2003.

29  R. Mauny, 1961.

30  P.F. de Moraes Farias, 2003, p. cxxxviii.

31  P. Cressier, 1988.

32  Voir S. Nixon, 2009, pour un tableau complet des résultats du radiocarbone.

33  Les restes de faune d’EKC représentent un échantillon du total tamisé alors que ceux provenant d’EKA et d’EKB sont un échantillon à 100 %. Des échantillons archéobotaniques n’ont pas été entrepris dans l’horizon EKB 1 et dans l’unité EKC.

34  S. Nixon, 2008.

35  S. Nixon et al., 2011a ; S. Nixon et al., 2011b.

36  S. Nixon et al., 2011a.

37  C. Dupuy, 1999.

38  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 50.

39  P.F. de Moraes Farias, 2003, p. cxl.

40  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 154.

41  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 85.

42 P.F. de Moraes Farias, 2003.

43  I. Hrbek, J. Devisse, 1988 ; S. Burkhalter, 1992 ; N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000.

44  J. Devisse (éd.), 1983.

45 N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 274.

46  N. Levtzion, 1994.

47 Cf. N. Levtzion, 1994.

48  H. Lhote, 1951.

49  S. Berthier, 1997.

50 Cf. J. Devisse, 1988.

51  S. Nixon et al., 2011b.

52  Voir S. Nixon et al., 2011b, pour les résultats chimiques complets.

53  Voir par exemple J. Devisse, 1988.

54  De nouveau, voir J. Devisse, 1988, pour un aperçu de la réflexion passée sur le commerce sur l’or.

55  T. Rehren, S. Nixon, en préparation.

56  Voir par exemple J. Devisse (éd.), 1983 ; T. Insoll, 1996 ; T. Insoll (éd.), 2000 ; M. Cissé, 2011.

57  Voir J. Lankton dans S. Nixon, 2008.

58  Voir S. Nixon, 2008.

59  M. Cissé, 2011.

60  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 169.

61  Voir J. Lankton dans S. Nixon, 2008.

62  J. Devisse (éd.), 1983.

63  Nick Gestrich, communication personnelle.

64  J. Devisse (éd.),1983.

65  M. Cissé, 2011.

66  S. Magnavita, 2009.

67  Voir T. Fenn et al., 2009.

68  Des artefacts en cours d’analyse par Thomas Fenn.

69  T. Monod, 1969.

70  T. Insoll, 1996.

71  J. Devisse (éd.),1983.

72  N. Levtzion, 1994.

73  Thilo Rehren, communication personnelle.

74  M. Canard, 1953.

75  N. Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000, p. 72.

76  P. Bonte, 2004.

77  Voir S. Nixon et al., 2011a.

78  S. Magnavita, 2009.

79  C. Magnavita, 2011.

80  D. Park, 2010.

81  M. Cissé, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte illustrant la position d’Essouk-Tadmekka en Afrique de l’Ouest et le premier système du commerce islamique transsaharien
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-1.png
Fichier image/png, 177k
Titre Figure 2 : Vue de la vallée d’Essouk, l’emplacement des ruines de Tadmekka
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-2.png
Fichier image/png, 345k
Titre Figure 3 : Carte des ruines d’Essouk, avec une photographie aérienne d’une partie des ruines
Crédits D'après R. Mauny, 1961 et P.F. de Moraes Farias, 2003.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-3.png
Fichier image/png, 343k
Titre Figure 4 : Vue est-ouest à travers la zone centrale des ruines de Tadmekka, s’étendant d’une colline à l’autre – les restes de structures de pierre peuvent être vus partout
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-4.png
Fichier image/png, 392k
Titre Figure 5 : Vues montrant des restes de structures au sein des ruines de la ville
Légende À gauche : zone près de l’unité de fouille EKA en train d’être visitée durant le festival d’Essouk ; à droite : zone près de l’unité EKB pendant les fouilles de surface.
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-5.png
Fichier image/png, 290k
Titre Figure 6 : Restes de surface entourant les ruines du centre de la ville
Légende Du haut à gauche dans le sens des aiguilles d’une montre : un des cimetières d’Essouk ; épigraphie arabe dans les falaises d’Essouk ; pétroglyphes anthropomorphiques ; musalla.
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-6.png
Fichier image/png, 629k
Titre Figure 7 : Vue d’EKA vers la base des murs
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 8 : Légendes des plans et des dessins stratigraphiques
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-8.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 9 : La stratigraphie de l’unité EKA, montrant les périodes avec les horizons définis et détaillant les dates au radiocarbone utilisées pour créer la chronologie d’EKA
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-9.png
Fichier image/png, 415k
Titre Figure 10 : Plan de l’Horizon 3 d’EKA et la porte du sud non remplie de l’Horizon 3 d’EKA
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-10.png
Fichier image/png, 312k
Titre Figure 11 : Plan de l’Horizon 10 d’EKA et la reconstruction de cet espace vue dans l’Horizon 11
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-11.png
Fichier image/png, 222k
Titre Figure 12 : La surface d’EKA et un espace de chambre avec des pots entiers en dessous après fouilles
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 13 : Mur 1 (côté sud) exposé dans l’unité EKB
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 14 : Des pierres alignées, que l’on peut présumer être un pourtour de tombe fouillée dans l’unité EKC.
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 15 : Exemples de biens commerciaux et autres petits objets
Légende 1-14 : perles de verre ; 15-23 : céramiques d’Afrique du Nord et d’Asie ; 24 : fragment de verre ; 25 : textile (soie) ; 26 : cauri ; 27 : agate brut ; 28-30 : perles de pierre semi-précieuse ; 31-32 : objets en cuivre.
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 16 : Pots de la période 4 (1-3) et d’autres exemples de poterie décorée (4-6)
Crédits Dessins : Nafogo Coulibally.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-16.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 17 : Un des moules à pièces en céramique retrouvés à Essouk, montrant les gouttelettes d’or trouvées sur sa surface
Crédits © C2RMF, radiographie X T. Borel et microscopie optique D. Bagault.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 18 : Exemples de restes de plantes carbonisées et desséchées découvertes à Essouk
Légende A : grain de blé carbonisé (Eka 61) ; B : graine de coton carbonisée (Eka 77) ; C : noyau de datte carbonisé (Eka 43) ; D : Balanites aegyptiaca (« datte du désert ») desséchées (Eka 21).
Crédits Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1237/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sam Nixon, « Tadmekka. Archéologie d’une ville caravanière des premiers temps du commerce transsaharien », Afriques [En ligne], 04 | 2013, mis en ligne le 16 avril 2013, consulté le 23 avril 2014. URL : http://afriques.revues.org/1237

Haut de page

Auteur

Sam Nixon

Postdoctoral Researcher, Sainsbury Research Unit for the Arts of Africa, Oceania & the Americas, Sainsbury Centre for Visual Arts, University of East Anglia, Norwich

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page