Navigation – Plan du site

Hommage à Jean Boulègue

Tribute to Jean Boulègue
Marie-Laure Derat

Notes de la rédaction

Ce dossier sur le Sahel médiéval est dédié à la mémoire de Jean Boulègue, professeur d’histoire de l’Afrique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne de 1989 à 2005. Nous avons conçu ce dossier avant sa disparition et il nous a fait l’amitié de proposer un article, malheureusement inachevé, que nous avons choisi de publier malgré tout. Les éditeurs de ce dossier, tout comme une grande partie de l’équipe de rédaction de cette revue, doivent beaucoup à son enseignement, essentiellement consacré au Sahel médiéval. C’est à sa dimension de passeur, au professeur que nous rendons hommage ici.

Texte intégral

  • 1  Jean Boulègue nous a quittés en mars 2011. Plusieurs hommages lui ont été consacrés, rappelant que (...)
  • 2  Il a publié sa thèse d’État en deux volumes distincts, dont le second vient tout juste de paraître (...)

1J’ai eu la chance, au cours de ma formation à l’histoire de l’Afrique, d’être l’élève de Jean Boulègue1. D’abord en DEUG, alors qu’il enseignait l’histoire de l’Afrique antérieure au xixe siècle, sous la forme de cours magistraux ; en licence ensuite, où il consacrait un semestre entier de cours en amphithéâtre et de travaux dirigés à la question de l’islam en Afrique subsaharienne ; puis en maîtrise et en DEA, où, en duo avec Bertrand Hirsch, il nous initiait à la recherche en nous donnant les bases d’une méthodologie pour exploiter les sources écrites et d’une réflexion sur ce que sont le métier d’historien et l’écriture de l’histoire. Il a été ensuite mon directeur de thèse, partageant cette tâche avec Bertrand Hirsch. Il enseignait assez peu sur sa propre spécialité – les royaumes de l’espace sénégambien entre les xiiie et xviiie siècles2 – mais sa connaissance intime des sources arabes et portugaises servait tous les sujets qu’il abordait dans ses cours.

2Dans sa vie de professeur, Jean était un personnage discret. Il n’avait certes pas le charisme de ces figures léonines de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à l’image d’un Jean-Paul Bertaud ou d’un Antoine Prost. Mais il était attentif à ses étudiants et à la transmission du savoir, et, avec le recul, je peux également ajouter qu’il était un excellent pédagogue. Chaque cours était soigneusement préparé, extrêmement articulé, le discours ciselé, à l’image des articles que Jean a écrits. Il s’installait et ouvrait un dossier contenant quelques feuilles écrites à la main. Un plan, quelques notes. Le cours pouvait commencer.

3La rigueur dans le choix des mots imposait un tempo à ses cours, lent et ample à la fois, et une certaine aridité. Il fallait savoir attendre que tous les termes d’un problème soient posés, patiemment, précisément, avant d’en connaître la solution, elle aussi donnée par petites touches. Il en décourageait certains. Mais quand on avait su dépasser ce cap et que l’on restait arrimé à son discours et à sa démonstration, chaque cours procurait à la fois une satisfaction personnelle – celle d’avoir touché, ou cru toucher, une certaine réalité du passé – et un réel plaisir intellectuel.

4Les cours de Jean Boulègue étaient fascinants. Particulièrement quand il se saisissait d’un texte et qu’il prêchait par l’exemple la rigueur de l’analyse historique, débusquant les contradictions, les traditions orales encapsulées, les différents niveaux d’information. Je me souviens tout particulièrement de l’un de ces moments où, commentant les Ta’rīḫ al-Sūdān et Ta’rīḫ al-Fattāš, au sujet des rois du Songhay, Jean pouvait tout à la fois souligner les passages issus de la tradition orale, ceux qui, issus de cette même tradition, avaient connu un relais par l’écrit – en repérant notamment la mention de date hégirienne alors que la tradition orale aurait employé des durées de règne – et les interventions personnelles de l’auteur, Es’sadi, dans le récit, pour tenter d’expliquer les contradictions nées de la confrontation entre deux traditions orales différentes.

5Pour un étudiant en troisième année d’histoire à l’université, c’était déjà une bonne leçon. Mais le commentaire du texte était loin d’être terminé. Il s’agissait là d’un premier niveau d’interprétation. Le second niveau tendait à montrer comment l’islam avait influencé les récits d’origine et comment le contexte de rédaction de ces deux textes, le xviie siècle, avait aussi suscité le désir de faire remonter au plus lointain passé possible la conversion des rois du Songhay à l’islam. Ces influences avaient eu lieu non pas à un seul moment, mais à plusieurs reprises. Jean débusquait alors la succession des revendications et leur sédimentation dans les travaux d’Es’sadi.

6Il avait choisi des textes modèles pour nous inculquer une leçon d’histoire magistrale, nous transmettre à la fois l’état de la recherche sur les Ta’rīḫ al-Sūdān et Ta’rīḫ al-Fattāš et la jubilation qu’éprouve tout historien à détricoter un texte pour en comprendre les ressorts et au final établir ce que ce texte peut nous livrer du passé, et déterminer quel passé peut ainsi être mis en lumière. Je pourrais multiplier les exemples de ces moments où l’on prenait conscience, en sa compagnie, de tous les niveaux d’interprétation que l’on pouvait appliquer à des documents d’une vingtaine de lignes, comme à des œuvres de plus grande envergure. Mais ils ne feraient qu’illustrer ce qui vient d’être dit.

7Une fois franchi le cap de ces premières années de formation à l’histoire de l’Afrique, Jean Boulègue et Bertrand Hirsch nous accueillaient en maîtrise et en DEA, avec un tout autre enseignement. Les sources de l’historien étaient au cœur des séminaires hebdomadaires, avec le souci d’effectuer un aller et retour constant entre l’histoire de l’Afrique et l’histoire d’autres régions du monde. Je me rappelle tout particulièrement un cours sur la cartographie où Jean nous présenta une carte réalisée pour André Thevet, qui cherchait à gonfler l’importance d’une expédition française dans la baie de Rio de Janeiro, pour créer une France antarctique aux dépens des Portugais. L’île aux Français était représentée au milieu de la carte, en plein centre de la baie, pour dire l’enjeu de cette conquête. Mais comme ce fut une défaite, la carte représentait aussi l’île assaillie de toutes parts par la flotte portugaise, l’ennemi en surnombre, pour rendre la défaite honorable. Une fois de plus, ce n’étaient pas les recherches de Jean Boulègue qui étaient au cœur de son enseignement, mais sa propension à trouver le document qui pourrait le mieux nous faire prendre conscience de la nécessité d’interpréter les sources. Il faut une grande modestie pour s’effacer ainsi derrière les travaux des autres.

  • 3  C’est l’objet d’un ouvrage dont il était particulièrement fier et qui expose fort bien sa pensée s (...)

8Je terminerai ces quelques lignes de souvenirs par l’évocation du bureau de Jean et les discussions qui pouvaient s’y tenir. Jean s’asseyait sous la photo encadrée de Salman Rushdie. Celle-ci évoquait bien sûr la lutte inégale entre un auteur libre et des religieux intolérants, et l’admiration que portait Jean à ce combat, qu’il avait également endossé. Pénétrer dans ce bureau, c’était entrer dans une autre sphère. On y parlait d’histoire de l’Afrique parfois, mais surtout des autres sujets auxquels Jean appliquait la même rigueur scientifique et la même passion : la philosophie de l’histoire, son intérêt pour l’armée et la conscription, et enfin sa vigilance vis-à-vis de la liberté d’expression menacée par les religions3.

9Jean Boulègue était un maître.

Haut de page

Notes

1  Jean Boulègue nous a quittés en mars 2011. Plusieurs hommages lui ont été consacrés, rappelant quelle a été sa carrière et listant ses publications. M. Chastanet, 2011, « In memoriam : Jean Boulègue (1937-2011) », Journal des Africanistes, 81 (1), p. 166-170 ; F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2013, Avant-propos, in Les ruses de l’historien. Essais d’Afrique et d’ailleurs en hommage à Jean Boulègue, Paris, Karthala, p. 5-13.

2  Il a publié sa thèse d’État en deux volumes distincts, dont le second vient tout juste de paraître aux éditions Karthala : J. Boulègue, 1987, Les anciens royaumes wolof (Sénégal). Vol. 1 : Le Grand Jolof (xiiie-xvie siècle), Paris, Façades-Karthala ; J. Boulègue, 2013, Les royaumes wolof dans l’espace sénégambien (xiiie-xviiie siècle), Paris, Karthala.

3  C’est l’objet d’un ouvrage dont il était particulièrement fier et qui expose fort bien sa pensée sur le sujet, dans lequel il met dos à dos les intolérances, d’où qu’elles soient. J. Boulègue, 2010, Le blasphème en procès 1984-2009. L’Église et la mosquée contre les libertés, Paris, Nova éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Derat, « Hommage à Jean Boulègue », Afriques [En ligne], 04 | 2013, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 24 février 2017. URL : http://afriques.revues.org/1271 ; DOI : 10.4000/afriques.1271

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Derat

Chargée de recherche CNRS, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org