Navigation – Plan du site

Des empires de l’âge d’or à la délicate mécanique des sociétés : histoire et archéologie du Sahel médiéval

Introduction au dossier
From golden-age empires to the complex clockwork of societies: history and archaeology of medieval Sahel
Thomas Vernet

Texte intégral

  • 1  Bien qu’il signale que l’expression est un lieu commun, l’ouvrage de F.-X. Fauvelle-Aymar sur le M (...)

1Dans les ouvrages de vulgarisation, les manuels d’histoire et, bien souvent, les publications académiques, l’Afrique de l’Ouest « médiévale » est invariablement convoquée pour démontrer la profondeur de l’histoire africaine et placer le continent sur la grande carte des civilisations anciennes du monde. Le Moyen Âge serait le temps des « grands empires », un âge d’or qui verrait la succession du Ghana, du Mali, puis du Songhay, les meilleurs représentants de cette « Afrique des siècles d’or1 », sûre d’elle-même, prospère et surtout, depuis le renouveau historiographique des indépendances, maîtresse de son destin.

  • 2  J. Cuoq, 1975, p. 42.
  • 3  P. Masonen, 2000.

2L’or du Ghana, le faste inouï du pèlerinage de Mansa Musa ou les savants de Tombouctou sont autant de topoï d’une histoire sincèrement militante qui, malgré ses progrès immenses, perpétue consciemment ou inconsciemment la fascination déjà perceptible au début du ixe siècle chez al-Fazārī, le premier géographe à mentionner un royaume sahélien, sous la célèbre formule l’« État de Ghana, pays de l’or2 ». Par la suite, rares sont les érudits arabes qui se défont totalement de cette fascination, même lorsque, à partir des xiiie-xive siècles, le Sahel, du moins septentrional, n’est plus un monde lointain et mystérieux pour les Maghrébins puis les Égyptiens. En Occident, le monde savant s’empare de cette histoire au début du xixe siècle ; d’autant que les chroniques de Tombouctou, découvertes par Heinrich Barth et d’autres dans les décennies suivantes, semblent lui offrir un cadre chronologique et dynastique cohérent. Comme l’a montré Pekka Masonen, la colonisation ne vient pas nier cette profondeur historique, bien au contraire, elle la valorise à travers l’invention d’un « Moyen Âge soudanais », empreint de présupposés, qui sert paradoxalement à légitimer le projet colonial. L’ère des indépendances puis les avancées de l’historiographie et de l’archéologie africanistes iront démonter ces interprétations, sans toutefois se défaire systématiquement des héritages issus des temps de l’invention3.

  • 4  F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 14. Cette vision manichéenne d’un fossé entre un prétendu âge d’or (...)

3De nos jours, au-delà même du Sahel, les débats demeurent persistants sur cet étrange objet que constitue l’Afrique « médiévale ». Le spécialiste de l’Afrique à l’époque moderne que je suis remarque que, au regard de ce Moyen Âge africain, sa période est mal aimée : l’arrivée des Portugais, couplée à l’invasion marocaine du Songhay puis à l’essor de la traite européenne, paraît entamer le déclin inexorable des sociétés subsahariennes, entraînées – selon une vision foncièrement téléologique – dans la spirale de l’exploitation, de la cupidité et, in fine, d’une colonisation qui arrive néanmoins quatre siècles plus tard – une perspective que l’on perçoit encore dans des publications pourtant mesurées4. En somme, et en forçant quelque peu le trait, l’Afrique du Moyen Âge serait celle de sociétés actives, florissantes, arrimées pour le meilleur aux flux de la mondialisation, et l’Afrique de l’époque moderne un monde de sociétés passives – ou, pire, complices –, victimes d’une mondialisation qu’elles n’auraient su contrôler sur leur sol. Au-delà des raccourcis de cette perception, on peut y voir, au fond, une façon assez morale de considérer l’histoire. Mais qui oserait défendre, pour un public large, l’histoire de l’Afrique à travers les exemples du royaume du Dahomey, de l’Ashanti, si intimement liés à l’esclavage, ou à travers celui de la méconnue cité-État swahili de Pate, théoriquement soumise à l’empire portugais ? L’or de Mansa Musa ou de Kilwa, la cour du roi du Ghana, ou le royaume du très chrétien Zār’a Ya’eqob sont assurément moins polémiques, plus mystérieux et finalement plus attrayants. Ainsi, même pour l’historien de l’Afrique « moderne » le plus militant, il est difficile de ne pas éprouver un attachement pour ces temps lointains et les traces si évanescentes qu’ils ont laissées.

  • 5  Voir M.-L. Derat, « Hommage à Jean Boulègue », dans ce dossier, ainsi que les mélanges dédiés à sa (...)

4L’idée de ce dossier a pris forme à la suite d’une longue fréquentation, au cours d’enseignements centrés sur le Sahel ancien, des textes de la géographie arabe et des chroniques produites à Tombouctou, au Kanem-Bornu et à Kano. Leur étude, de concert avec les étudiants, chaque année renouvelée, ne cessait d’ouvrir de nouvelles interprétations, malheureusement très difficiles à étayer tant les textes s’avèrent flous, ambigus et bien entendu pétris d’idéologie. Toutefois, ces difficultés et ces chausse-trappes s’avèrent précisément une matière extraordinaire pour l’étudiant en histoire comme pour l’historien professionnel : elles stimulent leur sens critique, mais aussi leur imagination – indispensable à tout bon questionnement – et les obligent à pousser jusqu’au bout le travail de déconstruction documentaire, par un décapage des textes strate après strate. Jean Boulègue, à qui ce dossier est dédié, était un maître et un passeur incontesté dans cet exercice, et ce fut d’abord par son biais qu’il forma toute une génération5. Assurément, il nous donna le goût de ce travail patient et méticuleux, souvent frustrant, mais aussi excitant, voire jubilatoire. L’article qu’il était en train de rédiger sur le royaume d’Uri au Darfour quand il nous a brutalement quittés, et que nous publions ici, est une ultime illustration de ce travail délicat. Pour ma part, reprendre le flambeau face aux étudiants fut un honneur.

  • 6  R. Mauny, 1961.
  • 7  G. Brasseur, 1981. Fabrice Melka assure la publication en ligne des cahiers de terrain de R. Mauny(...)
  • 8  J. Polet, 2004-2005, p. 21. Bien que contredits par certaines découvertes archéologiques, les trav (...)
  • 9 N. Levtzion, 1973 ; E.A. McDougall (dir.), Engaging with a Legacy: Nehemia Levtzion (1935-2003), do (...)
  • 10  La recherche francophone se focalise alors sur les sites mauritaniens de Tegdaoust, Azougui et Kou (...)
  • 11  J. Cuoq, 1975 ; N.Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000 [1981]. Voir D.S. Collins (2008) pour une réflexi (...)
  • 12  On pense en particulier aux études de Djibril Tamsir Niane (1975), Madina Ly-Tall (1977) et Sékéné (...)
  • 13  B. Hirsch, J.-L. Triaud, P.F. de Moraes Farias, communications à la première rencontre du réseau d (...)
  • 14 Collectif, Vallées du Niger, 1993.

5Jean Boulègue lui-même était l’héritier d’une école historiographique française en grande partie initiée autour des indépendances par Raymond Mauny, premier détenteur à partir de 1962 de la chaire d’histoire de l’Afrique précoloniale de la Sorbonne et auteur en 1961 du monumental Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge, d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, qui à ce jour demeure toujours un point d’entrée sur nombre de sujets6. Avec Hubert Deschamps et Georges Balandier, Raymond Mauny fonda le Centre de recherches africaines, dont le Centre d’études des mondes africains, qui abrite notre revue, Afriques, est l’héritier7. D’autre part, sous la houlette de Mauny et d’autres pionniers, tels Jean Devisse8, ou Nehemia Levtzion chez les anglophones9, le Sahel médiéval fut au cœur de la reconnaissance académique de l’histoire de l’Afrique à partir des années 1960, particulièrement en France. À partir de cette époque suivent une vingtaine d’années d’effervescence, portées par l’enthousiasme des indépendances, la légitimation théorique et méthodologique de la collecte et de l’étude des traditions orales, la multiplication des fouilles archéologiques professionnelles en Afrique de l’Ouest10 et la publication de précieux corpus de sources arabes médiévales11. Parallèlement, dans les jeunes États africains, on se passionne pour les empires médiévaux, qui permettent de rivaliser avec les passés européens. La description de ces empires repose alors généralement sur des textes contemporains abordés avec une faible distance critique, des sources endogènes offrant une certaine « vérité africaine » et enfin, souvent, le calque de modèles européens. Dans la lignée de Mauny, des historiens ouest-africains portent le mouvement, publiant des tableaux sur le Mali et le Songhay12. Dans le monde francophone, les années 1980 et surtout 1990 voient un reflux très net de l’intérêt pour le Sahel ancien, dans un contexte général de désaffection pour les passés africains précoloniaux, sinon de tyrannie du contemporain, de difficultés croissantes pour les chercheurs africains, de baisse d’intérêt en Afrique même – les synthèses déjà publiées ne sont-elles pas suffisantes pour démontrer l’« égalité de niveaux » entre l’Afrique et l’Europe ? –, mais aussi d’horizons nouveaux pour les chercheurs, attirés par d’autres terrains13. Enfin les sources, si rares, n’avaient-elles pas tout dit ? L’exposition Vallées du Niger de 1993 et son remarquable catalogue14 apparaissent a posteriori à la fois comme une vitrine et un quasi-crépuscule de la recherche francophone.

  • 15  P.F. de Moraes Farias, 2003 ; J.-L. Triaud, 2005.
  • 16  En 2013, la Grande-Bretagne compte douze archéologues africanistes titulaires travaillant sur les (...)

6Ailleurs pourtant, dans l’univers anglophone, la recherche, souvent fragmentée, s’est poursuivie. Elle s’illustre de la plus brillante manière en 2003 à travers l’ouvrage de Paulo Fernando de Moraes Farias qui, par le biais de l’étude comparée des chroniques de Tombouctou (les Taʾrīḫ) et de près de trois cents inscriptions épigraphiées de l’arc oriental du Niger, opère une révolution historiographique en reconsidérant totalement ces chroniques inlassablement commentées et, ce faisant, l’histoire de l’Est de la boucle du Niger15. L’archéologie des temps historiques, principalement britannique, demeure également très dynamique de nos jours, suivant cependant une démarche plus proche de l’anthropologie historique que de l’histoire16.

7Ce dossier est donc à la fois une façon de renouer avec les racines académiques profondes de notre équipe de recherche, de présenter certaines avancées remarquables ou pistes très prometteuses, issues de projets récents ou à l’œuvre, et, au-delà, nous l’espérons, un effort pour encourager la recherche francophone à réinvestir un terrain longtemps perdu de vue. C’est pourquoi nous présentons les études de spécialistes confirmés comme de jeunes chercheurs, des travaux très aboutis comme des réflexions et des résultats préliminaires. D’autre part, il nous a semblé essentiel de publier à la fois des études historiques et des travaux archéologiques dans un effort, modeste, pour faire à nouveau dialoguer ces deux disciplines. Malheureusement, bien qu’entremêlées à l’avènement des études sur les passés africains, elles ne cessent aujourd’hui de s’éloigner, pour des raisons académiques structurelles mais également en raison de perspectives épistémologiques divergentes. Il n’est pas trop tard, cependant, pour renouer le fil, et certains projets innovants le prouvent.

  • 17  B. Hirsch, 2005, p. 184 ; F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 18. Au sujet des sociétés islamisées, l’o (...)
  • 18  A. LaViolette, J. Fleisher, 2005. Sur le Sahel en particulier, par exemple : D. Conrad, 1994 ; J. (...)

8Enfin, on constatera que ce dossier soulève davantage de questions qu’il n’offre de réponses. Nous savons à quel point il est difficile, voire périlleux, d’élaborer un tableau synoptique et cohérent de l’Afrique avant le xvie siècle17. Il nous faut reconnaître nos lacunes et admettre que nous sommes face à des objets extrêmement délicats à saisir : entités politiques difficiles à définir au-delà de leur cœur, foyers de concentration de la population et du pouvoir paradoxalement peu – ou très – concentrés (on pense aux débats sur les configurations urbaines et les capitales18), catégories sociales quasiment invisibles au-delà des élites, commerces peu connus ou difficiles à quantifier (ainsi les estimations de la traite transsaharienne relèvent ni plus ni moins de la spéculation), etc. Les temps sont à la déconstruction, et, indéniablement, la réflexion critique sur les productions historiques passées nous incite à la prudence. Toutefois, et sur un plan peut-être plus positif, ce sont également les découvertes et les progrès récents qui ouvrent de nouveaux questionnements. C’est sans doute par ce double cheminement que notre appréhension de l’Afrique des temps « médiévaux » progressera. Cette histoire n’est pas terminée.

  • 19  B. Hirsch, 2005, p. 183-184 ; P.F. de Moraes Farias dans ce dossier.
  • 20  Ce point a été, à ma connaissance, peu abordé ; voir néanmoins R. Seignobos, 2013, et F.-X. Fauvel (...)
  • 21  J. Devisse, R. Vernet, 1993 ; J. Devisse, B. Diallo, 1993 ; S.K. McIntosh, 2008 p. 354-360.

9Malgré la mise au jour des préjugés et des enjeux idéologiques dans la définition initiale de ce champ de recherche en Occident, le consensus persiste sur le Sahel ancien, ou médiéval, en tant qu’objet d’étude – ce qui est d’ailleurs commun à bien d’autres domaines de recherche portant sur les espaces extra-européens. Il est vrai cependant que ce sont les auteurs des Taʾrīḫ de Tombouctou qui ont les premiers, au xviie siècle, conceptualisé le bilād al-Sūdān comme espace géopolitique cohérent, illustrant les connexions établies entre ses différentes parties19. La conceptualisation opérée par les auteurs arabes médiévaux, étudiée par Jean-Charles Ducène dans notre dossier, est, elle, beaucoup plus floue sur le plan humain et climatique, et très ethnocentrée, le cadre mathématique structurant avant tout cette géographie. Bande climatique de transition entre le désert du Sahara et la forêt, le Sahel est généralement entendu comme s’étirant de l’océan Atlantique jusqu’à la partie orientale de la cuvette du lac Tchad et au Darfour. Il faut néanmoins noter, sur le plan de la géographie humaine, le caractère flou de la bordure orientale20, comme des limites septentrionale et méridionale. Sur le plan climatique, désert et savane ont reculé ou avancé selon les époques, y compris sur des temporalités assez courtes. Les populations berbérophones et négro-africaines n’ont cessé d’interagir et de se mélanger, et, plus généralement, les travaux récents n’opposent plus de façon binaire les modes de vie nomade et sédentaire21. Au Sud, les communications et les circulations intenses entre le Sahel et les espaces en retrait du golfe de Guinée – d’ailleurs parfois mentionnées dans les Taʾrīḫ – incitent également, comme nous le verrons, à se défaire d’une approche trop restrictive de l’espace sahélien.

  • 22  F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 20-24.

10Parfois discutée, la périodisation du Sahel médiéval est toutefois le plus souvent admise comme allant des premiers contacts avec l’islam et de l’essor des premiers grands royaumes, au viiie siècle, jusqu’à la chute de l’empire songhay en 1591 ou plutôt au milieu du xviie siècle, l’ère de rédaction des Taʾrīḫ. Cette chronologie, allant de Ghana jusqu’aux saints, aux savants, et au pouvoir arma du Songhay, est également celle qu’adoptent les chroniques de Tombouctou. Implicitement, elle incite à délimiter un « âge d’or », ou du moins un temps des « grands empires », établissant une parenté des uns avec les autres, ce qui est précisément une construction des Taʾrīḫ. La borne finale pourrait pourtant être placée plus loin, jusqu’aux temps des grands djihads. Il existe cependant une certaine cohérence à ce que l’on appelle souvent le Moyen Âge africain, fondée, comme l’explique François-Xavier Fauvelle-Aymar, à la fois sur un régime documentaire spécifique (des sources lacunaires et ambiguës empêchant toute trame narrative continue) et sur le branchement du continent africain sur des phénomènes globaux22. Mais il n’est pas possible de trancher ici les débats et l’on se contentera de relever que les articles réunis se situent quasiment tous dans ces bornes classiques.

  • 23  Pour un état des lieux plus conséquent, on pourra par exemple consulter R.A. Kea, 2004, et S.K. Mc (...)

11Plutôt que de dresser un état des lieux exhaustif de la recherche actuelle sur l’Afrique de l’Ouest, je voudrais à présent insister sur quelques pistes de réflexion qui s’en dégagent ou qui me sont plus personnelles23.

  • 24  Levtzion et Moraes Farias furent des pionniers de l’exercice (N. Levtzion, 1968, et P.F. de Moraes(...)
  • 25  Cette question a suscité une littérature assez considérable : D. Conrad, H.J. Fisher, 1982 et 1983 (...)
  • 26  Notamment : P. Masonen, 2000 ; J. Hunwick, 2005a et 2005b.
  • 27  J. Boulègue, 2003a [1989] ; J. Boulègue, 1994.
  • 28  Voir en particulier F.-X. Fauvelle-Aymar et B. Hirsch, 2003 et 2009.

12L’une des tendances majeures est celle d’une relecture critique des fondements documentaires et historiographiques de ce champ de recherche. Engagée précocement mais prenant réellement de l’ampleur dans les années 1980, cette démarche est loin d’être achevée. On peut néanmoins relever que l’étude du Sahel est singulièrement en avance dans cette voie par rapport à d’autres espaces africains, en particulier l’Afrique orientale ; ce qui suggère que l’Afrique de l’Ouest conserve un rôle moteur dans le champ historiographique de l’Afrique médiévale. Les travaux ont débuté par une remise en question de l’usage des sources arabes24, souvent acceptées de façon par trop littérale, en particulier au sujet de la prétendue invasion de Ghana par les Almoravides, pivot de la réflexion sur les pouvoirs sahéliens et mythe historiographique tenace25. La réflexion sur les textes issus des auteurs arabes s’est ensuite affinée et élargie, portée notamment par N. Levtzion, P. Masonen, J. Hunwick26 ou, dans une moindre mesure, J. Boulègue, qui parvenait – avec prudence – à en tirer le meilleur27. La cartographie mentale des voyageurs et des érudits a été interrogée, comme leurs motivations idéologiques. Ainsi le voyage d’Ibn Battuta jusqu’à la capitale du Mali, objet de toutes les attentions dans la quête de cette dernière, a été sérieusement mis en doute28.

  • 29  Les débats sont résumés dans B.M. Cooper, 2005.
  • 30  J. Jansen, 2000.
  • 31  N. Levtzion, 1971 ; D.Lange, 1977 ; J. Hunwick, 1994 ; A. Holl, 2000 et 2005 ; P.F. de Moraes Fari (...)
  • 32  R.L. Pouwels, 1993.

13Parallèlement, à partir du début des années 1980, les débats s’amplifient entre spécialistes de l’Afrique au sujet des sources orales et des constructions du passé élaborées à travers elles par les sociétés subsahariennes29. À propos du Sahel médiéval, J. Jansen démontre ainsi à quel point les traditions orales associées à Sunjata Keita sont des produits de leur époque, très difficilement exploitables pour les temps les plus anciens30. Ces problèmes se posent en des termes très similaires pour les chroniques en arabe produites par les sociétés ouest-africaines. Un travail d'analyse du contexte de leur découverte et de leurs premières interprétations a été entamé – révélant notamment la postériorité des idées de Barth. Ainsi, longtemps considérées comme de simples réceptacles de faits bruts, elles se sont révélées en réalité des projets cohérents fondés sur une interprétation du passé et bien souvent une réinvention de la tradition, manipulées à des fins de légitimation sociale et politique. Il s’agissait en particulier, par l’intermédiaire de ces récits, de faire remonter fictivement des lignées dynastiques le plus loin dans le temps et, en parallèle, de défendre un enracinement très ancien dans l’islam et d’autres sources de légitimité. Enfin, il a été démontré à quel point la composition de certaines des chroniques qui nous sont parvenues, comme la chronique de Kano, était tardive31. Il est frappant de constater à quel point les intentions et les procédés des chroniqueurs sont similaires sur la côte swahili à la fin du xixe siècle32, vraisemblablement dans un contexte général de valorisation de l’écrit en tant que source de légitimation et mode de transmission du récit historique, mais également de défense de pouvoirs et de clans locaux menacés par de nouvelles élites.

  • 33   P. Masonen, 2000 ; J.-L. Triaud, 1998 et 1999 ; M. Diawara, P.F. de Moraes Farias, G. Spittler, 2 (...)
  • 34  T. Insoll, 1994 et 2004.

14En retour, ce regard nouveau sur les sources a encouragé une analyse critique de l’historiographie, elle aussi intrinsèquement liée à son époque. Pekka Masonen et Jean-Louis Triaud, en particulier, ont proposé de remarquables études sur les fondations précoloniales et coloniales de l’histoire du Sahel médiéval, révélant par une archéologie des savoirs les « chaînes d’autorité » qui enracinent durablement certaines hypothèses, notamment autour de la question de Ghana33. Sans aller aussi loin, certains spécialistes, tel Timothy Insoll, ont entamé une réflexion davantage centrée sur l’archéologie, notamment dans ses rapports au corpus arabe34. Ainsi ce sont les héritages de la science coloniale, puis de la démarche afrocentrée, voire afrocentriste, des indépendances que l’on a commencé à mettre en lumière. Le dossier que nous publions reflète cette tendance, et le travail doit se poursuivre de façon systématique. Il est tout à fait essentiel, en particulier, de multiplier les études serrées sur le contexte de production et de réception de certains récits au xixe siècle et au début du xxe siècle : l’historien du Sahel médiéval se doit donc aussi d’être un fin connaisseur de cette époque.

15Est-ce à dire, pourtant, que les sources écrites ne peuvent plus rien nous apprendre, ou presque, sur les sociétés sahéliennes antérieures au xixe siècle ? Que leur interprétation serait épuisée et que, au mieux, la réflexion ne pourrait plus porter que sur leurs conditions de production ? Pressurés à l’extrême, les descriptions de Ghana par al-Bakri ou les Taʾrīḫ de Tombouctou – qui ont généré une bibliographie impressionnante – n’auraient-ils plus rien à révéler ? Ce serait oublier les principes de la démarche historique, qui repose d’abord sur le renouvellement des questions posées aux textes. A-t-on épuisé l’étude de la Guerre des Gaules ou de Grégoire de Tours ? Loin de conduire à déclarer l’inutilité des documents, le travail de déconstruction critique déjà entamé comme les progrès de l’archéologie doivent au contraire nous pousser vers de nouveaux horizons d’interprétation (que l’on pense à la confrontation entre les textes gréco-romains et l’archéologie des Gaulois, dont les avancées ont été prodigieuses depuis quelques années !).

  • 35  D. Conrad, H.J. Fisher, 1982, p. 38-41.
  • 36  J. Cuoq, 1975, p. 343.
  • 37  S. Bühnen, 1994.
  • 38  Sur ce dernier point, voir R.A. Austen, J. Jansen, 1996.
  • 39  Une filiation explicite avec les Almoravides est rapportée par Jean-Léon l’Africain, probablement (...)
  • 40  D. Lange, 1980, p. 166-169.

16Prenons, brièvement, l’exemple de la petite histoire dynastique du Mali rapportée par Ibn Ḫaldūn. Elle débute par le déclin de Ghana, l’expansion des Almoravides et leurs conquêtes aux dépens de certaines populations soudanaises – mais non explicitement de Ghana, selon Conrad et Fisher35. Cette pénétration, qu’elle soit menée par la force ou non, est présentée comme très positive car elle engendre l’islamisation d’un « grand nombre » de Soudanais. Plus tard, les Soso exercent une conquête clairement négative de Ghana puisqu’« ils réduisirent toute la population en esclavage », apparaissant de la sorte non seulement comme des envahisseurs brutaux mais aussi, dans ce passage du moins, comme des ennemis de l’islam. Le Mali naissant, sous la direction de Mārī Djāta et présenté comme une puissance musulmane, l’emporte ensuite sur les Soso, conquiert leurs possessions et exerce sa suzeraineté sur le Ghana36. L’identité des Soso fait débat37, mais ce n’est pas ce qui compte ici : l’essentiel, dans le récit, semble de démontrer la légitimité des conquêtes du Mali et, partant, de sa fondation en tant qu’autorité politique expansionniste. D’autre part, il s’agit incontestablement de dépeindre le Mali comme un défenseur de l’islam, dans une sorte de jeu de miroir entre l’expansion des Almoravides et celle du Mali. Il est difficilement contestable que la pensée khaldunienne influe sur la construction de cette histoire, que ce soit ses conceptions de la relation entre sédentaires et nomades ou celles des cycles dynastiques38. Il fait pourtant peu de doute que le savant nous rapporte ici, à travers son principal informateur Shayḫ ʿUṯmān, « faqīh de Ghana », la propagande dynastique malienne telle qu’elle est diffusée dans la seconde moitié du xive siècle. Durant cette période, l’émergence du Mali semble d’abord située par rapport à Ghana et aux Almoravides, figures peut-être incontournables dès cette époque de l’histoire du Sahel occidental : l’une symbole d’un État ancien (« antique » ?) et tutélaire, dont l’antériorité et le prestige sont reconnus dans les Taʾrīḫ comme dans nombre de traditions de la région, et l’autre symbole de la lutte pour l’orthodoxie sunnite39. Un peu plus tôt, Ibn Fāṭima, qui séjourne au Kanem dans le second quart du xiiie siècle, colporte lui aussi la propagande de la dynastie des Sefuwa, qui se disent descendants du héros yéménite Sayf ibn Ḏi Yazan. Il fait également un portrait excessivement élogieux du mai Dunama Dibalami (vers 1210-1248), tout entier adonné à la propagation de l’islam et à la lutte contre les païens40. Ibn Fāṭima, qui paraît avoir visité la cour, fut manifestement très bien « informé » par ses hôtes, attachés à transmettre un portrait très construit de leur souverain et de sa dynastie auprès de cet étranger et sans doute, au-delà, du royaume ḥafṣide de Tunisie.

  • 41  P.F. de Moraes Farias, 2003. De son côté, J. Boulègue a montré la sophistication de la réflexion h (...)

17Ainsi, très attentives à exalter leur légitimité islamique et donc leur autorité à travers rituels, culture matérielle et prosélytisme, certaines dynasties ouest-africaines paraissent également avoir veillé, dès ces époques lointaines, à promouvoir un discours historique sophistiqué, rattachant leur royaume non seulement à la grande histoire de l’islam, mais aussi à celle du Sahel, comme dans le cas des récits associant le Mali à la fois au Ghana-Wagadu et aux Almoravides. Il est par conséquent légitime de se demander si, au xviie siècle, les chroniqueurs de Tombouctou ne se situent pas dans cette tradition. En effet, et de façon très élaborée, ils établissent une filiation entre les vieux royaumes du Ghana, du Mali, les anciennes dynasties du Songhay et la monarchie des Askya et ses dépositaires contemporains. P.F. de Moraes Farias a démontré à quel point ces chroniqueurs étaient des créateurs et des historiens idéologues, bien plus que de simples compilateurs41. Cependant al-Sa’di et les autres chroniqueurs de son temps n’étaient-ils pas les héritiers, très inspirés, d’une pratique sahélienne ancienne de production de récits historiques fondés sur une approche globale du passé ouest-africain, prenant en considération large étendue géopolitique et profondeur chronologique ? Une telle pratique aurait pu émerger dans un milieu de cour, invité à propager un discours officiel sur le pouvoir et influencé par les récits issus du monde arabe. Peut-être serait-il pertinent d’engager une analyse comparatiste d’un large corpus de chroniques, prenant notamment en considération les bribes de discours historiques locaux rapportées par les érudits arabes médiévaux ?

  • 42  F. Prost, 2010.
  • 43  B. Hirsch, 2005, p. 184.
  • 44  Sur la question de Niani, voir aussi F.-X. Fauvelle-Aymar, 2012.

18Comme on l’a dit, l’archéologie et l’histoire de l’Afrique occidentale se sont écartées l’une de l’autre ; un divorce qui s’enclenche à partir des années 1970-1980. L’archéologie s’affranchit en effet à cette époque de l’histoire et se construit comme une science autonome et objective : la conception archéométrique de l’étude du passé offre un statut scientifique à la pratique archéologique, qui se conçoit en opposition au discours historique. La multiplication des techniques employées et leur complexité croissante, couplées à l’intérêt grandissant des archéologues pour l’anthropologie, repoussent un peu plus l’histoire, jugée moins rigoureuse et moins objective42. Dans le cas de l’Afrique de l’Ouest, l’écart a été aggravé par l’échec du croisement, très pratiqué dans les années 1960 et 1970, entre corpus arabe, chroniques, sources orales et prospections archéologiques, des catégories de sources qui ne sont pas toutes « sur la même longueur d’onde », pour reprendre l’expression de Moraes Farias, et peuvent se contredire43, notamment parce qu’elles relèvent de régimes d’historicité divergents. Les fouilles de Niani-Sankarani par W. Filipowiak, utiles par ailleurs, semblent très représentatives de cet échec, comme l’explique Hadrien Collet dans l’article que nous publions44.

  • 45  S.K. McIntosh, 1995 ; R.J. McIntosh, 1998 ; R.A.Kea, 2004, p. 728-729 ; A. LaViolette, J. Fleisher(...)
  • 46  K.C. MacDonald, S. Camara, 2012.
  • 47  K.C. MacDonald et alii, 2011.

19Pourtant des travaux récents indiquent que toute ambition transdisciplinaire n’a pas été abandonnée. Il ne s’agit plus de chercher à valider les textes ou les traditions par l’archéologie ni à faire coïncider les corpus pour en tirer un tableau d’ensemble, mais plutôt de conduire des investigations transdisciplinaires méthodiques sur une vaste superficie. La prospection n’est plus seulement verticale, concentrée sur les niveaux d’occupation, elle prend une dimension horizontale pour comprendre les logiques spatiales et sociales d’un territoire, et interroger notamment les liens fonctionnels et hiérarchiques entre la ville et son arrière-pays. En Afrique de l’Ouest, les travaux de R.J. et S.K. McIntosh sur la zone de Djenné sont emblématiques de cette démarche45. Associée à un travail d’enquête orale extensif, une telle approche peut notamment, au-delà des prospections au sol, permettre de s’affranchir des simplifications et des discours hégémoniques portés par les seuls récits issus des textes ou des gardiens de la tradition orale. C’est l’ambition par exemple du Projet Ségou, dirigé par Kevin MacDonald et Seydou Camara, dont l’objectif est de comprendre le système d’occupation lié au royaume de Ségou (vers 1712-1861), dans un rayon de 50 kilomètres. Il s’attaque de la sorte à la notion d’État, bien moins visible sur le plan archéologique que celle de la ville, et offre une réflexion renouvelée sur l’émergence et le fonctionnement d’une formation étatique, notamment dans le cadre des réseaux de dépendance46. Ces recherches ont ainsi porté sur Sorotomo, tell proche de Ségou, identifiable aux « villes royales » évoquées par certaines traditions et bien distinct, dans ses caractéristiques, des grandes cités commerçantes ou des « capitales » imaginées à partir des textes arabes. De la sorte, daté du xiiie siècle au milieu du xve siècle, Sorotomo fut peut-être un centre de pouvoir associé à l’empire du Mali, sans être pour autant une improbable « capitale47 ». De son côté, l’article de P.F. de Moraes Farias publié ci-dessous et consacré à Bentyia est un modèle de transdisciplinarité. Il convoque toutes les données possibles (épigraphie, archéologie, linguistique, traditions, etc.) pour réévaluer la place de ce foyer dans l’histoire de la boucle orientale du Niger, très sous-estimée par les Taʾrīḫ.

  • 48  Pour un bref résumé des pistes récentes dans ce domaine, on peut consulter S.K. McIntosh, 2008, p. (...)
  • 49  K.M. De Luna, J. Fleisher, S.K. McIntosh, 2012.

20Dans leur contribution à ce dossier thématique, Jean Maley et Robert Vernet proposent quant à eux une synthèse particulièrement fournie sur les variations climatiques en Afrique de l’Ouest depuis la fin du néolithique. S’appuyant sur les données considérables accumulées par la recherche paléoclimatologique, ils rappellent le poids de l’environnement dans la trajectoire des sociétés sahéliennes et tentent d’établir des parallèles entre les séquences climatiques, historiques et archéologiques. La démarche est audacieuse, et certaines hypothèses provoqueront vraisemblablement le débat. Il faut néanmoins souligner que, si les archéologues ont pour habitude de prendre en considération les effets environnementaux (on pense notamment à S.K. et R.J. McIntosh dans leur approche du Moyen-Niger48), les historiens de l’Afrique y demeurent encore assez réticents, sans doute par peur de laisser penser que sur ce continent la nature l’emporterait sur la culture. Peut-être moins frileux, les archéologues poursuivent de leur côté leur quête de transdisciplinarité et, par exemple, s’intéressent depuis peu aux potentialités de la linguistique et de la génétique49.

  • 50  S. Nixon, T. Rehren, M.F. Guerra, 2011.
  • 51  Les plus anciennes datations livrées jusqu’à présent (S. Takezawa, M. Cissé, 2012, p. 836) semblen (...)
  • 52  S. Takezawa, M. Cissé, 2012.

21Sur un plan plus spectaculaire, l’archéologie, même plus classique, révèle parfois des surprises et vient corroborer remarquablement les textes de la géographie arabe. Sam Nixon – dont nous publions en français le bilan des fouilles à Essouk/Tadmekka – a découvert que la mention par al-Bakrī de la production à Tadmekka de dinars d’or « chauves », c’est-à-dire non estampillés, était une réalité50. Les fouilles conduites à Gao-Sané et Gao l’Ancien à partir de 2001 par Shoichiro Takezawa et Mamadou Cissé ont livré des résultats plus troublants encore. Ils ont mis au jour à Gao l’Ancien deux structures en pierre du xe siècle d’une superficie considérable, totalement inédite jusque-là en Afrique de l’Ouest : l’une d’entre elles mesurait peut-être 70 mètres de long sur 10 mètres de hauteur. La plus petite, très sophistiquée, serait une luxueuse résidence et la plus grande serait la citadelle dédiée à sa protection. La qualité et la quantité de la céramique importée, des perles ou des fragments métalliques sont également inconnues ailleurs, et il s’agirait de la première découverte d’un palais royal en Afrique de l’Ouest. Pour Takezawa et Cissé, l’ensemble de ces découvertes s’accordent de façon frappante avec les descriptions, livrées par al-Muhallabī et al-Bakrī, de Gao sous la forme d’une « ville double », composée d’une cité royale et d’une ville marchande. Une fois de plus, nous constatons à quel point al-Bakrī est bien informé. En outre, les investigations ont exhumé des indices de commerce transsaharien dès la première moitié du viie siècle, c’est-à-dire avant l’islamisation de l’Afrique de Nord51 ; elles ont également révélé la prospérité du site dès le viiie siècle52.

22Ces résultats fondamentaux, dont la publication est toujours en cours, semblent s’accorder avec la découverte par l’équipe de Sonja Magnavita, dans le Nord du Burkina Faso, de milliers de perles, de cauris et d’autres artefacts en quantités non négligeables, dans des contextes antérieurs au viiie siècle. Dès les ive-vie siècles, des articles nord-africains atteignaient ainsi la région de Kissi. Ces différentes découvertes très récentes doivent par conséquent nous pousser à réévaluer la chronologie de l’ouverture et de l’essor du trafic transsaharien, du moins sur l’axe lié à l’est de la boucle du Niger. Les débats, intenses, sur la nature des premiers échanges transsahariens n’en sont que relancés. Sonja Magnavita nous offre, dans son article, une réflexion à leur sujet, à partir de ses propres recherches à Kissi et Garbey Kourou.

  • 53  Ainsi pouvons-nous également mentionner la publication de travaux sur Dia (R. Bedaux et alii, 2005 (...)
  • 54  R. Vernet, 2000, p. 185-187, 232-233 ; T. Insoll, 2001-2002.
  • 55  J. Polet, 2004-2005, p. 19-22.
  • 56  B. Gado, 1993.
  • 57  S. Takezawa, M. Cissé, 2012, p. 839.

23La masse de données nouvelles engendrées par les chantiers de fouilles conduits depuis une douzaine d’années53, ou l’étude très poussée de rares sites comme Jenné-Jeno ne doivent toutefois pas nous faire oublier que de très nombreux sites n’ont jamais été étudiés ou très superficiellement, y compris des localités importantes pour lesquelles une documentation historique existe : par exemple Oualata, Ouadane, Chinguitti, les cités du Kawar, ou encore les niveaux anciens de Tombouctou54. D’autres sites célèbres n’ont pas pu recevoir l’attention qu’ils méritaient, comme Koumbi Saleh55 ou l’extraordinaire nécropole de Bura (Sud-Ouest du Niger, vers iie-xie siècle) fouillée par l’université de Niamey56. De même, à l’instar de Bura, et malgré les découvertes essentielles déjà livrées, seulement 10 % du site de Gao l’Ancien aurait été fouillé57. Il est malheureusement à craindre que l’instabilité sociale, politique et militaire actuelle dans certains États repousse pour longtemps tout nouveau projet de chantier dans le Nord du Sahel. Rappelons également les méfaits du pillage, infatigablement dénoncé par les spécialistes de la région.

  • 58  J. Hunwick, 2005a.

24Quant aux sources écrites, au-delà de la nécessaire déconstruction des œuvres connues, John Hunwick rappelle utilement que des gisements n’ont pas ou très peu attiré l’attention et n’ont jamais été traduits dans des langues occidentales : manuscrits divers conservés à Tombouctou, chroniques marocaines évoquant la conquête du Songhay, sources ottomanes, etc., même si l’essentiel des fonds d’archives concernent le xixe siècle et le début du xxe siècle58.

25Enfin, les sources européennes des xve-xviie siècles n’ont pas livré tous leurs secrets. Certains auteurs occidentaux de cette époque obtiennent en effet des informations inédites et précieuses sur les régions subsahariennes, et la traque de celles-ci n’est pas achevée, comme le montrent l’article de Jean Boulègue, fondé sur le géographe italien Anania, et celui de Rémi Dewière. Ce dernier analyse avec soin le Discours historique de l’estat du royaume de Borno, un manuscrit connu, mais délaissé, issu d’un ancien captif de Tripoli ; Rémi Dewière démontre ainsi son intérêt capital pour l’étude du sultanat du Bornu au xviie siècle.

  • 59  Jean Boulègue, toujours attentif aux textes, a montré qu’il fallait veiller à ne pas opposer de fa (...)

26Je voudrais à présent terminer ces quelques observations en évoquant un renversement assez notable que l’on observe depuis quelques années et qui me semble primordial. Comme nous le savons, les sources écrites décrivant le Sahel ancien, qu’il s’agisse des auteurs arabes ou des Taʾrīḫ, sont particulièrement trompeuses. À l’exception de précieuses traces que l’on peut débusquer à la marge, elles ne s’intéressent quasiment qu’aux cercles du pouvoir et aux mondes urbain, musulman, commerçant et, pour les plus tardives, savant. Elles suggèrent un monde sahélien fait de grands axes commerciaux, de centres urbains isolés de leur arrière-pays, enrobé d’une islamisation assez homogène, qui serait celle des élites59. C’est un regard extrêmement partiel, profondément islamocentrique, souvent ethnocentrique et dans tous les cas systématiquement centré sur les catégories sociales supérieures. Les esclaves sont mentionnés, parce qu’ils sont objets de commerce, force de travail ou instruments de pouvoir et de prestige. Les sociétés razziées sont parfois évoquées – avec force stéréotypes. Mais où sont les catégories sociales intermédiaires ? Le petit peuple des villes et des faubourgs ? Les artisans et les agriculteurs ? Même en ville, les identités sont-elles si homogènes, en particulier vis-à-vis de l’islam ? Quelle est concrètement la réalité de l’empire du Mali pour un paysan de langue malinké ou soninké, voire pour un pouvoir local censé lui être soumis ? Quel degré de souveraineté pouvaient exercer le Mali ou le Songhay au-delà de leur centre ? Les textes nous parlent de raids militaires, de gouverneurs et de garnisons, est-ce suffisant pour conclure à un pouvoir central souverain, a fortiori « absolu » et implacable, comme aiment à le décrire les géographes arabes ? Faisons un peu de comparatisme sauvage et songeons aux difficultés considérables qu’ont les rois de France à la même époque pour faire respecter leur autorité ou à la faiblesse structurelle de l’empire portugais, entité particulièrement mouvante.

  • 60  R.J. McIntosh, 1998, p. 253-254 ; R.J. et S.K. McIntosh, cités in T. Insoll, 2004, p. 170.

27Au fond, l’histoire du Sahel médiéval fut, et demeure encore fréquemment, éminemment située. C’est un monde qui est perçu depuis le Nord, c’est-à-dire le milieu arabo-berbère et les cités caravanières du Sahel septentrional, ou, dans de rares cas, depuis quelques grandes villes du Sud, telle Djenné. Cette histoire chemine habituellement du Nord vers le Sud, suivant la route des caravaniers arabo-berbères, puis des commerçants et des missionnaires wangara, ou d’autres pieux personnages. Plus généralement, c’est un monde qui est perçu d’en haut : les négociants, les souverains et leur cour, les lettrés. Les textes et les vestiges archéologiques les plus visibles nous poussent donc naturellement à mettre en avant les dynamiques associées à ces milieux en tant que facteurs majeurs de transformation des sociétés : les échanges commerciaux à très longue distance, l’islamisation ou la centralisation des pouvoirs. Les dynamiques liées aux échanges régionaux, aux mobilités et aux mutations d’autres milieux sociaux, ou aux régions considérées comme périphériques sont, de fait, sous-estimées. Ainsi sommes-nous insensiblement poussés à valoriser les dynamiques extérieures, la principale d’entre elles étant ce que Roderick et Susan McIntosh ont appelé le « stimulus arabe60 ». Cette histoire a tendance, par ailleurs, à chercher des dominants et des dominés, ou du moins des communautés « dans l’histoire » et d’autres qui vont « y entrer » : nous ne parlons plus de civilisateurs et de conquérants, mais nous avons tout de même des difficultés à nous défaire de catégories telles que les « musulmans » et les « païens », les empereurs et les chefferies, la ville païenne et sa sœur musulmane, etc. Dans notre dossier, la contribution de Bruce Hall, qui porte sur l’empire songhay, nous invite précisément à échapper à ce type de catégorisations rigides, ainsi qu’aux modèles simplificateurs, afin de repenser le fonctionnement des pouvoirs étatiques et leur rapport à l’islam.

  • 61  S.K. McIntosh, 1995 ; R.J. McIntosh, 1998.
  • 62  G. Chouin, 2005 ; G. Chouin, C.R. DeCorse, 2010.

28Heureusement, l’archéologie a largement contribué à bouleverser cette perception essentiellement fondée sur un cheminement du Nord vers le Sud et des stimuli aux sources lointaines. Les fouilles de Jenné-Jeno, notamment, ont démontré l’ancienneté du phénomène urbain en Afrique de l’Ouest, puisque le site est occupé dès le milieu du iiie siècle avant J.-C. et connaît son apogée à partir du viiie siècle. D’autres investigations ont montré que Djenné elle-même datait du ixe siècle et non du xiiie siècle, elle n’a donc pas été fondée pour accueillir les musulmans, comme on le croyait61. Plus au sud encore, les chantiers de fouilles récents au Ghana ont révolutionné notre connaissance des sociétés akan. Les spécialistes, dans la lignée d’Ivor Wilks, ont longtemps pensé que celles-ci s’étaient transformées au cours des xve et xvie siècles en passant, sous l’impulsion du commerce wangara, puis européen, d’une économie fondée sur la chasse et la cueillette à une société agraire et étatisée. La découverte de grands sites d’occupation permanente, remontant jusqu’au début du ixe siècle, montre que ces processus sont en réalité beaucoup plus anciens. Dès lors, la thèse de l’impulsion extérieure s’effondre et il nous faut reconsidérer, comme en appellent de leurs vœux Gérard Chouin et Christopher DeCorse, l’histoire du monde ouest-africain comme celle de l’espace atlantique : elles ne peuvent plus être abordées exclusivement au prisme de l’« impact » d’agents extérieurs62.

29Ces deux exemples emblématiques, tirés des espaces méridionaux, nous invitent à décentrer le regard sur les dynamiques à l’œuvre en l’Afrique de l’Ouest, habituellement focalisé sur le Sahel septentrional. Les régions entrées tardivement dans les échanges à très longue distance n’ont pas attendu ceux-ci pour se transformer. Chaque objet d’étude doit donc désormais, dans la mesure du possible, être inscrit dans des échelles variées : interrégionale, régionale et locale, dont il faudrait parvenir à saisir les articulations.

  • 63  Il faut y ajouter les recherches sur la métallurgie dans la vallée du Beli, au nord du Burkina Fas (...)
  • 64  Présentation du projet Crossroads of Empires : Archaeology, Material Culture and Sociopolitical Re (...)

30Plusieurs projets récents ou en cours suivent cette démarche ; tous s’intéressent, d’une façon ou d’une autre, à la périphérie des « empires ». Ils portent principalement sur la vallée orientale du Niger, depuis Bentiya et la région burkinabé de Kissi, au nord, jusqu’au Dendi, au nord du Bénin. Cette zone est un carrefour commercial et un creuset culturel entre l’interface du Nord de la boucle du Niger et les voies conduisant vers les zones forestières du monde akan, l’espace haoussa et probablement le monde yoruba dans le Sud-Ouest de l’actuel Nigeria. Longtemps négligée par l’archéologie historique, cette région révèle au fil des investigations un paysage technologique et humain complexe, dont rendent compte les articles de Sonja Magnavita, Anne Haour et Paulo Fernando de Moraes Farias présentés dans notre dossier63. En particulier, le projet Crossroads of Empires, porté par Anne Haour depuis 2011 et dont nous présentons les premiers résultats, vise à travers la culture matérielle à cerner les activités des artisans et leur circulation, et par ce biais à étudier la diffusion des savoir-faire, la mobilité des individus et les affiliations communautaires. Au-delà, c’est la question de l’influence des « empires » qui est posée : quels rôles jouèrent-ils dans les interactions sociales, politiques ou religieuses ? Comment ont-ils structuré le paysage et la circulation des hommes, des idées et des objets ? À travers ce questionnement, le projet interroge in fine la pertinence heuristique du concept d’empire64, dont j’ai souligné la prégnance jusqu’à aujourd’hui.

31Ainsi, en approfondissant l’étude des sociétés à la lisière méridionale du Sahel, tels les Akan, ou en interrogeant les grandes formes étatiques du Sahel et leurs principaux foyers de pouvoir et de commerce depuis le Sud, et non plus seulement depuis le Nord, nous pouvons espérer renouveler notre compréhension de ces objets fascinants que sont les royaumes et les entrepôts sahéliens mentionnés en des termes si vagues et si subjectifs par la géographie arabe, les chroniques et les traditions orales. Cette approche, bien évidemment, n’est pas contradictoire avec l’étude archéologique et historique de ports caravaniers maghrébins, encore peu développée. En ce sens, le programme initié en 2012 à Sijilmasa par l’équipe de F.-X. Fauvelle-Aymar s’avère prometteur pour l’histoire de l’Afrique de l’Ouest subsaharienne65.

32Décentrer le regard, revisiter les textes, déconstruire l’historiographie et ses modèles, interroger les flux intrarégionaux, multiplier les jeux d’échelles, ou encore questionner les identités et leur brassage, le programme est ambitieux et complexe. C’est à ce prix, pourtant, que nous pouvons espérer, humblement, mieux comprendre le Sahel médiéval et ainsi, peut-être, échapper aux mirages.

33Pour finir, il me reste à m’associer aux coéditeurs de ce dossier, Camille Lefebvre et Robin Seignobos, afin de remercier, pour leur aide précieuse dans son élaboration et dans celle de cette introduction, Paulo Fernando de Moraes Farias, Marie-Laure Derat, Fabrice Melka, ainsi que Susan McIntosh, Kevin MacDonald, Gérard Chouin, François-Xavier Fauvelle-Aymar, Jean-Louis Triaud, Robert Vernet, et tous les spécialistes qui ont évalué anonymement les articles.

Haut de page

Bibliographie

Austen, R.A., Jansen, J., 1996, « History, oral transmission and structure in Ibn Khaldun’s chronology of Mali rulers », History in Africa, 23, p. 17-28.

Ba, A., 2002, Le Takrur, des origines à la conquête par le Mali (vie-xiiie siècle), Nouakchott, CRIAA/département d’histoire, université de Nouakchott, Dakar, IFAN/UCAD.

Bedaux, R., Polet, J., Sanogo, K., Schmidt, A. (dir.), 2005, Recherches archéologiques à Dia dans le delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, Leyde, CNWS Publication.

Bocoum, H., McIntosh, S.K., 2002, Fouilles à Sincu Bara, un site de l’âge du fer dans la moyenne vallée du Sénégal, Dakar, IFAN/Ch. A. Diop, Nouakchott, CRIAA.

Boulègue, J., 1994, « Les essais agronomiques d’un sultan du Kanem au xiiie siècle », in O. Redon, B. Rosenberger (dir.), Les assises du pouvoir. Temps médiévaux, territoires africains, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, p. 69-75.

Boulègue, J., 2003a [1989], « La lecture ethnique d’Ibn Saʿīd, d’après Ibn Fāṭima, chez les peuples riverains du Tchad (xiiie siècle) », in J.-P. Chrétien, G. Prunier (dir.), Les ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, 2e édition, p. 33-39.

Boulègue, J., 2003b, « À la croisée de plusieurs temporalités, les chroniques ouest-africaines », Hypothèses, p. 195-199.

Boulègue, J., 2004, « Temps et structures chez un historien tombouctien du xviie siècle », Afrique & Histoire, 2, p. 97-108.

Boulègue, J., 2007, « L’affichage du religieux dans les conflits politiques en Sénégambie du xve au xviiie siècle », in C. Deslaurier, D. Juhé-Beaulaton (dir.), Afrique, terre d’histoire. Au cœur de la recherche avec Jean-Pierre Chrétien, Paris, Karthala, p. 519-526.

Brasseur, G., 1981, « Raymond Mauny », in Le sol, la parole et l'écrit : 2 000 ans d'histoire africaine. Mélanges en hommage à Raymond Mauny, Paris, Société française d'histoire d'outre-mer/L’Harmattan, p. 1-3.

Bühnen, S., 1994, « In quest of Susu », History in Africa, 21, p. 1-47.

Burkhalter, S.L., 1992, « Listening for silences in Almoravid history : another reading of “The conquest that never was" », History in Africa, p. 103-131.

Chouin, G., 2005, « Introduction à l’archéologie de l’aire “Akan" : filiations, dialogues et perspectives », Journal des Africanistes, 75 (2), Approches croisées des mondes akan. Partie II : Archéologie et sources, p. 13-24.

Chouin, G., DeCorse, C.R., 2010, « Prelude to the Atlantic trade : new perspectives on Southern Ghana’s pre-Atlantic history (800-1500) », Journal of African History, 51 (2), p. 123-145.

Cissoko, S.M., 1996 [1975], Tombouctou et l’empire songhay. Épanouissement du Soudan nigérien aux xve-xvie siècles, Paris, L’Harmattan (rééd).

Collectif, 1993, Vallées du Niger, Paris, Réunion des musées nationaux.

Collins, D.S., 2008, « Linking translation theory and African history : domestication and foreignization in “Corpus of early Arabic sources for West African history" », Canadian Journal of African Studies/Revue canadienne des études africaines, 42 (2-3), p. 331-346.

Conrad, D., 1994, « A town called Dakajalan : the Sunjata tradition and the question of ancient Mali’s capital », Journal of African History, 35 (3), p. 355-377.

Conrad, D., Fisher, H.J., 1982, « The conquest that never was : Ghana and the Almoravids, 1076. I. The external Arabic sources », History in Africa, 9, p. 21-59.

Conrad, D., Fisher, H.J., 1983, « The conquest that never was : Ghana and the Almoravids, 1076. II. The local oral sources », History in Africa, 10, p. 53-78.

Cooper, B.M., 2005, « Oral sources and the challenge of African history », in J.EPhilips (dir.), Writing African History, Rochester, University of Rochester Press, p. 191-215.

Cuoq, J. (éd.), 1975, Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle (Bilād al-Sūdān), Paris, CNRS.

De Luna, K.M., Fleisher, J., McIntosh, S.K., 2012, « Thinking across the African past : interdisciplinarity and early history », African Archaeological Review, 29 (2-3), p. 75-94.

Devisse, J., 1990, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », in M. El Fasi, I. Hrbek (dir.), Histoire générale de l’Afrique. III. L’Afrique du viie au xiesiècle,Paris, UNESCO/Nouvelles Éditions africaines, p. 397-463.

Devisse, J., 1993, « L’or », in Collectif, Vallées du Niger, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 344-357.

Devisse, J., Diallo, B., 1993, « Le seuil du Wagadu », in Collectif, Vallées du Niger, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 103-115.

Devisse, J., Vernet, R., 1993, « Le bassin des vallées du Niger : chronologie et espaces », in Collectif, Vallées du Niger, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 11-37.

Diawara, M., Moraes Farias, P.F. de, Spittler, G. (dir.), 2006, Heinrich Barth et l’Afrique, Cologne, Rüdiger Köppe Verlage.

Fabre, J.-M., 2012, « La vallée du Beli (Markoye, Burkina Faso) : un important district sidérurgique au temps des grands empires », in F.-X. Fauvelle-Aymar (dir.), Palethnologie de l’Afrique, P@lethnologie, 4, p. 195-209.

Fauvelle-Aymar, F.-X., 2012, « Niani redux. En finir avec l’identification du site de Niani (Guinée-Conakry) à la capitale du royaume du Mali », in F.-X. Fauvelle-Aymar (dir.), Palethnologie de l’Afrique, P@lethnologie, 4, p. 237-254.

Fauvelle-Aymar, F.-X., 2013, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Alma.

Fauvelle-Aymar, F.-X., Hirsch, B., 2003, « Voyage aux frontières du monde : topologie, narration et jeux de miroir dans la Rihla de Ibn Battûta », Afrique & Histoire, 1, p. 75-122.

Fauvelle-Aymar, F.-X., Hirsch, B., 2009, « Le “pays des Noirs" selon Jean-Léon l’Africain », in J. Pouillon (dir.), Léon L’Africain, Paris, Karthala/IISMM, p. 83-102.

Fauvelle-Aymar, F.-X., Hirsch, B. (dir.), 2013, Les ruses de l’historien. Essais d’Afrique et d’ailleurs en hommage à Jean Boulègue, Paris, Karthala.

Gado, B., 1993, « Un “village des morts" à Bura en République du Niger. Un site méthodiquement fouillé fournit d’irremplaçables informations », in Collectif, Vallées du Niger, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 365-374.

Haour, A., 2007, Rulers, Warriors, Traders, Clerics : the Central Sahel and the North Sea, 800-1500, Oxford, Oxford University Press.

Haour, A., 2010, « Kufan Kanawa : the former Kano ? », in A. Haour, B. Rossi (dir.), Being and Becoming Hausa, Leyde et Boston, Brill, p. 141-163.

Haour, A., Gado, B., 2009, « Garumele, ville médiévale du Kanem-Borno ? Une contribution archéologique », Journal of African History, 50 (3), p. 355-375.

Hirsch, B., 2005, « Paulo Fernando de Moraes Farias. Un historien entre trois mondes », entretien avec Paulo Fernando de Moraes Farias, Afrique & Histoire, 4, p. 177-187.

Holl, A., 2000, The Diwan Revisited. Literacy, State Formation and the Rise of Kanuri Domination (AD 1200-1600), Londres et New York, Kegan Paul International.

Holl, A., 2005, « New perspectives on the Diwan: state formation and the rise of Kanuri domination in the Central Sudan (AD 1200-1600) », in D. Crummey (dir.), Land, Literacy and the State in Sudanic Africa, Trenton et Asmara, Red Sea Press, p. 45-75.

Hunwick, J., 1994, « A Historical whodunit : the so-called “Kano chronicle" and its place in the historiography of Kano », History in Africa, 21, p. 127-146.

Hunwick, J., 2005a, « Arabic sources for African history », in J.E. Philips (dir.), Writing African History, Rochester, University of Rochester Press, p. 216-253.

Hunwick, J., 2005b, « A region of the mind : medieval Arab views of African geography and ethnography and their legacy », Sudanic Africa, 16, p. 103-136.

Insoll, T., 1994, « The external creation of Western Sahel’s past : the use and abuse of the Arabic sources », Archeological Review from Cambridge, 13 (1), p. 39-49.

Insoll, T., 2001-2002, « The archaeology of Post Medieval Timbuktu », Sahara, 13, p. 7-22

Insoll, T., 2003, The Archaeology of Islam in Sub-Saharan Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Insoll, T., 2004, « A true picture ? Colonial and other historical archaeologies », in A.M. Reid, P.J. Lane (dir.), African Historical Archaeologies, New York, Kluwer Academic/Plenum, p. 163-187.

Jansen, J., 2000, « Masking Sunjata : a hermeneutical critique », History in Africa, 27, p. 131-141.

Jean-Léon l’Africain, 1956, Description de l’Afrique, A. Épaulard (éd. et trad.), Paris, Adrien-Maisonneuve.

Kea, R.A, 2004, « Expansions and contractions : world-historical change and the Western Sudan world-system (1200/1000 B.C.-1200/1250 A.D.) », Journal of World-Systems Research, 10 (3), p. 723-816.

Lange, D., 1977, Le dīwan des sultans du [Kānem-] Bornū : chronologie et histoire d’un royaume africain, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

Lange, D., 1980, « La région du lac Tchad d’après la géographie d’Ibn Saʿīd : textes et cartes », Annales islamologiques, 16, p. 149-181.

LaViolette, A., Fleisher, J., 2005, « The archaeology of Sub-Saharan urbanism : cities and their countrysides », in A.B. Stalh (dir.), African Archaeology, a Critical Introduction, Malden et Oxford, Blackwell.

Levtzion, N., 1968, « Ibn Hawqal, the cheque, and Awdaghost », Journal of African History, 9 (2), p. 223-233.

Levtzion, N., 1971, « A seventeenth-century chronicle by Ibn al-Mukhtār : a critical study of Ta’rīkh al-Fattāsh », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 34 (3), p. 571-593.

Levtzion, N., 1973, Ancient Ghana and Mali, Londres, Methuen.

Levtzion, N., 1994, « Berber nomads and Sudanese states : the historiography of the Desert-Sahel interface », in N. Levtzion, Islam in West Africa, Religion, Society and Politics to 1800, Aldershot, Variorum, X.

Levtzion, N., Hopkins, J.F.P. (éd.), 2000 [1981], Corpus of early Arabic sources for West African history, Princeton, Markus Wiener.

Ly-Tall, M., 1977, Contribution à l’histoire de l’empire du Mali (xiiie-xvie siècles). Limites, principales provinces, institutions politiques, Paris, Nouvelles Éditions africaines.

MacDonald, K.C., Camara, S., 2012, « Segou, slavery, and Sifinso », in J.C. Monroe, A. Ogundiran (dir.), Power and Landscape in Atlantic West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, p. 169-190.

MacDonald, K.C., Camara, S., Canós Donnay, S., Gestrich, N., Keita, D., 2011, « Sorotomo : a forgotten Malian capital? », Archaeology International, 13/14, p. 52-64.

McDougall, E.A. (dir.), 2008, Engaging with a Legacy: Nehemia Levtzion (1935-2003), dossier in Canadian Journal of African Studies/Revue canadienne des études africaines, 42 (2-3).

McIntosh, R.J., 1998, The Peoples of the Middle Niger : the Island of Gold, Malden et Oxford, Blackwell.

McIntosh, S.K. (dir.), 1995, Excavations at Jenne-jeno, Hambarketolo and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali) : the 1981 Season, Berkeley, University of California Press.

McIntosh, S.K., 2008, « Reconceptualizing Early Ghana », Canadian Journal of African Studies/Revue canadienne des études africaines, 42 (2-3), p. 347-373.

Masonen, P., 2000, The Negroland Revisited. Discovery and Invention of the Sudanese Middle Ages, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica.

Masonen, P., Fisher, H.J., 1996, « Not quite Venus from the waves : the Almoravid conquest of Ghana in the modern historiography of Western Africa », History in Africa, 23, p. 197-231.

Mauny, R., 1961, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Dakar, IFAN.

Moraes Farias, P.F. de, 1974, « Silent trade : myth and historical evidence », History in Africa, 1, p. 9-24.

Moraes Farias, P.F. de, 2003, Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali. Epigraphy, Chronicles, and Songhay-Tuāreg History, Oxford, Oxford University Press.

Moraes Farias, P.F. de, 2006, « Barth, le fondateur d’une lecture réductrice des chroniques de Tombouctou », in M. Diawara, P.F. de Moraes Farias, G. Spittler (dir.), Heinrich Barth et l’Afrique, Cologne, Rüdiger Köppe Verlage, p. 215-223.

Niane, D.T., 1975, Recherches sur l’empire du Mali au Moyen Âge, Paris, Présence africaine.

Nixon, S., Rehren, T., Guerra, M.F., 2011, « New light on the early Islamic West African gold trade : coin moulds from Tadmekka, Mali », Antiquity, 85 (330), p. 1353-1368.

Polet, J., 2004, « L’émergence de la ville en Afrique subsaharienne », in A. Bazzana, H. Bocoum (dir.), Du nord au sud du Sahara. Cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb. Bilan et perspectives, Paris, Sépia, p. 249-259.

Polet, J. (dir.), 2004-2005, Cahier Koumbi Saleh, in Afrique : Archéologie & Arts, 3, p. 19-100.

Pouwels, R.L., 1993, « Reflections on historiography and pre-nineteenth-century history from the Pate “Chronicles" », History in Africa, 20, p. 263-296.

Prost, F., 2010, « Archéologie », in C. Delacroix et alii (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », p. 54-67.

Robert, S. et D., Devisse, J., 1970, Tegdaoust, 1. Recherches sur Aoudaghost, Paris, Arts et Métiers graphiques.

Robert-Chaleix, D., Robert, S.,Saison, B., 2004-2005 [1977], « Bilan en 1977 des recherches archéologiques à Tegdaoust et Koumbi Saleh (Mauritanie) », Afrique : Archéologie & Arts, 3, p. 23-48.

Seignobos, R., 2013, « L’insaisissable royauté nubienne. Analyse de deux cas de transmission “décalée” de l’information chez les géographes arabes (ixe-xiiie siècle) », in F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch (dir.), Les ruses de l’historien. Essais d’Afrique et d’ailleurs en hommage à Jean Boulègue, Paris, Karthala, p. 401-414.

Takezawa, S., Cissé, M., 2012, « Discovery of the earliest royal palace in Gao and its implications for the history of West Africa », Cahiers d’études africaines, LII (4), 208, p. 813-844.

Triaud, J.-L., 1998, « Haut-Sénégal-Niger, un modèle "positiviste" ? De la coutume à l’histoire : Maurice Delafosse et l’invention de l’histoire africaine », in J.-L. Amselle, E. Sibeud (dir.), Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris, Maisonneuve et Larose, p. 210-232.

Triaud, J.-L., 1999, « Le nom de Ghana, mémoire en exil, mémoire importée, mémoire appropriée », in J.-P. Chrétien, J.-L. Triaud (dir.), Histoire d’Afrique, les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, p. 235-280.

Triaud, J.-L., 2005, « L’éveil à l’écriture. Un nouveau Moyen Âge sahélien. À propos de l’ouvrage de Paulo Fernando de Moraes Farias, Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali. Epigraphy, Chronicles, and Songhay-Tuāreg History », Afrique & Histoire, 4, p. 195-243.

Vernet, R. (dir.), 2000, L’Archéologie en Afrique de l’Ouest. Sahara et Sahel, Nouakchott, CRIAA, Paris, Sépia.

Haut de page

Notes

1  Bien qu’il signale que l’expression est un lieu commun, l’ouvrage de F.-X. Fauvelle-Aymar sur le Moyen Âge africain joue, par exemple, beaucoup sur ce registre, explicite jusque dans son titre (F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013). Sans doute est-ce là un procédé nécessaire pour toucher un large public, visé par l’ouvrage.

2  J. Cuoq, 1975, p. 42.

3  P. Masonen, 2000.

4  F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 14. Cette vision manichéenne d’un fossé entre un prétendu âge d’or médiéval et un déclin inéluctable mis en branle dès l’arrivée des Portugais est encore plus prégnante dans l’historiographie de la côte orientale de l’Afrique.

5  Voir M.-L. Derat, « Hommage à Jean Boulègue », dans ce dossier, ainsi que les mélanges dédiés à sa mémoire (F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2013).

6  R. Mauny, 1961.

7  G. Brasseur, 1981. Fabrice Melka assure la publication en ligne des cahiers de terrain de R. Mauny entre 1942 et 1962 sur le site http://mauny.hypotheses.org.

8  J. Polet, 2004-2005, p. 21. Bien que contredits par certaines découvertes archéologiques, les travaux de J. Devisse sont, en particulier, toujours d’excellents points de départ sur la question des flux et des réseaux commerciaux (J. Devisse, 1990 et 1993).

9 N. Levtzion, 1973 ; E.A. McDougall (dir.), Engaging with a Legacy: Nehemia Levtzion (1935-2003), dossier in Canadian Journal of African Studies/Revue canadienne des études africaines, 2008.

10  La recherche francophone se focalise alors sur les sites mauritaniens de Tegdaoust, Azougui et Koumbi Saleh (D. et S. Robert, J. Devisse, 1970 ; D. Robert-Chaleix, S. Robert, B. Saison, 2004-2005 [1977] ; J. Polet, 2004-2005).

11  J. Cuoq, 1975 ; N.Levtzion, J.F.P. Hopkins, 2000 [1981]. Voir D.S. Collins (2008) pour une réflexion sur les choix de traduction et d’interprétation opérés dans ces corpus.

12  On pense en particulier aux études de Djibril Tamsir Niane (1975), Madina Ly-Tall (1977) et Sékéné Mody Cissoko (1975).

13  B. Hirsch, J.-L. Triaud, P.F. de Moraes Farias, communications à la première rencontre du réseau d’études africaines en France, Paris, 2006, URL : http://www.etudes-africaines.cnrs.fr/ficheateliers.php?recordID=43.

14 Collectif, Vallées du Niger, 1993.

15  P.F. de Moraes Farias, 2003 ; J.-L. Triaud, 2005.

16  En 2013, la Grande-Bretagne compte douze archéologues africanistes titulaires travaillant sur les périodes historiques (K. MacDonald, « Siblings or orphans? British archaeologists as pre-colonial historians in Africa », communication au panel Tyrannie du contemporain, où en est l'histoire « ancienne » de l'Afrique ?, meeting du Collaborative Research Group - African History, de l’AEGIS, 16 juin 2012, CEMAf, Paris).

17  B. Hirsch, 2005, p. 184 ; F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 18. Au sujet des sociétés islamisées, l’ouvrage de Timothy Insoll offre néanmoins une tentative de synthèse, prudente, accessible et assez incontournable (T. Insoll, 2003).

18  A. LaViolette, J. Fleisher, 2005. Sur le Sahel en particulier, par exemple : D. Conrad, 1994 ; J. Polet, 2004 ; K.C. MacDonald et alii, 2011 ; K.C. MacDonald, S.Camara, 2012 ; H. Collet dans ce dossier.

19  B. Hirsch, 2005, p. 183-184 ; P.F. de Moraes Farias dans ce dossier.

20  Ce point a été, à ma connaissance, peu abordé ; voir néanmoins R. Seignobos, 2013, et F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, 2009. Sur le Darfour, A. Haour offre une synthèse de l’archéologie très utile (A. Haour, 2007, p. 21-25).

21  J. Devisse, R. Vernet, 1993 ; J. Devisse, B. Diallo, 1993 ; S.K. McIntosh, 2008 p. 354-360.

22  F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013, p. 20-24.

23  Pour un état des lieux plus conséquent, on pourra par exemple consulter R.A. Kea, 2004, et S.K. McIntosh, 2008.

24  Levtzion et Moraes Farias furent des pionniers de l’exercice (N. Levtzion, 1968, et P.F. de Moraes Farias, 1974).

25  Cette question a suscité une littérature assez considérable : D. Conrad, H.J. Fisher, 1982 et 1983 ; S.L. Burkhalter, 1992 ; N. Levtzion, 1994 ; P. Masonen, H.J. Fisher, 1996 ; P. Masonen, 2000.

26  Notamment : P. Masonen, 2000 ; J. Hunwick, 2005a et 2005b.

27  J. Boulègue, 2003a [1989] ; J. Boulègue, 1994.

28  Voir en particulier F.-X. Fauvelle-Aymar et B. Hirsch, 2003 et 2009.

29  Les débats sont résumés dans B.M. Cooper, 2005.

30  J. Jansen, 2000.

31  N. Levtzion, 1971 ; D.Lange, 1977 ; J. Hunwick, 1994 ; A. Holl, 2000 et 2005 ; P.F. de Moraes Farias, 2003 et 2006.

32  R.L. Pouwels, 1993.

33   P. Masonen, 2000 ; J.-L. Triaud, 1998 et 1999 ; M. Diawara, P.F. de Moraes Farias, G. Spittler, 2006.

34  T. Insoll, 1994 et 2004.

35  D. Conrad, H.J. Fisher, 1982, p. 38-41.

36  J. Cuoq, 1975, p. 343.

37  S. Bühnen, 1994.

38  Sur ce dernier point, voir R.A. Austen, J. Jansen, 1996.

39  Une filiation explicite avec les Almoravides est rapportée par Jean-Léon l’Africain, probablement sur la base de traditions en circulation au début du xvie siècle. Selon lui, le Mali aurait été le premier royaume soudanais converti à l’islam, alors qu’il était dirigé par le chef almoravide Abū Bakr bin Umar (Jean-Léon l’Africain, 1956, p. 466).

40  D. Lange, 1980, p. 166-169.

41  P.F. de Moraes Farias, 2003. De son côté, J. Boulègue a montré la sophistication de la réflexion historique d’al-Saʽdi à propos des processus d’urbanisation opérés à Tombouctou et à Djenné, que le chroniqueur déploie en particulier dans des temporalités propres (J. Boulègue, 2003b et 2004).

42  F. Prost, 2010.

43  B. Hirsch, 2005, p. 184.

44  Sur la question de Niani, voir aussi F.-X. Fauvelle-Aymar, 2012.

45  S.K. McIntosh, 1995 ; R.J. McIntosh, 1998 ; R.A.Kea, 2004, p. 728-729 ; A. LaViolette, J. Fleisher, 2005, p. 332-335.

46  K.C. MacDonald, S. Camara, 2012.

47  K.C. MacDonald et alii, 2011.

48  Pour un bref résumé des pistes récentes dans ce domaine, on peut consulter S.K. McIntosh, 2008, p. 350-354.

49  K.M. De Luna, J. Fleisher, S.K. McIntosh, 2012.

50  S. Nixon, T. Rehren, M.F. Guerra, 2011.

51  Les plus anciennes datations livrées jusqu’à présent (S. Takezawa, M. Cissé, 2012, p. 836) semblent confirmer celles, peu nombreuses, de T. Insoll, qui renvoyaient aux vie-viie siècles (T. Insoll, 2003, p. 212, et 2004, p. 176).

52  S. Takezawa, M. Cissé, 2012.

53  Ainsi pouvons-nous également mentionner la publication de travaux sur Dia (R. Bedaux et alii, 2005), sur Garumele au Niger (A. Haour, B. Gado, 2009) ou sur les sites haoussa (A. Haour, 2010) – A. Haour établit le premier bilan, très documenté, sur l’archéologie du Sahel central (A. Haour, 2007, p. 21-47). La moyenne vallée du Sénégal au premier millénaire fait également l’objet de recherches approfondies (H. Bocoum, S.K. McIntosh, 2002), dont la publication se poursuit. Celles-ci pourraient nous permettre de mieux comprendre les origines du royaume du Takrur, important dans la région mais particulièrement mystérieux (A. Ba, 2002). Enfin, signalons la diffusion récente d’articles novateurs ou restés très longtemps inédits sur Tegdaoust et Koumbi Saleh (J. Polet, 2004-2005).

54  R. Vernet, 2000, p. 185-187, 232-233 ; T. Insoll, 2001-2002.

55  J. Polet, 2004-2005, p. 19-22.

56  B. Gado, 1993.

57  S. Takezawa, M. Cissé, 2012, p. 839.

58  J. Hunwick, 2005a.

59  Jean Boulègue, toujours attentif aux textes, a montré qu’il fallait veiller à ne pas opposer de façon tranchée l’islam des élites et celui du peuple (J. Boulègue, 2007).

60  R.J. McIntosh, 1998, p. 253-254 ; R.J. et S.K. McIntosh, cités in T. Insoll, 2004, p. 170.

61  S.K. McIntosh, 1995 ; R.J. McIntosh, 1998.

62  G. Chouin, 2005 ; G. Chouin, C.R. DeCorse, 2010.

63  Il faut y ajouter les recherches sur la métallurgie dans la vallée du Beli, au nord du Burkina Faso, qui ont révélé une spécialisation remarquable dans l’industrie du fer à la fin du premier millénaire, puis autour du xiiie siècle. J.-M. Fabre y décèle ainsi l’existence d’un district sidérurgique, alimentant un vaste marché local, encore mal identifié, voire des demandes lointaines (J.-M. Fabre, 2012).

64  Présentation du projet Crossroads of Empires : Archaeology, Material Culture and Sociopolitical Relationships in West Africa, disponible sur : http://www.sru.uea.ac.uk/research-crossroads.php.

65  On pourra consulter les liens suivants :
http://www.cjb.ma/108-orientations-de-recherche/288-histoire-et-archeologie/294-presentation.html et
http://traces.univ-tlse2.fr/medias/fichier/traces-pole-afrique-projet-sijilimasa_1360229385028-pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vernet, « Des empires de l’âge d’or à la délicate mécanique des sociétés : histoire et archéologie du Sahel médiéval », Afriques [En ligne], 04 | 2013, mis en ligne le 28 juin 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1283 ; DOI : 10.4000/afriques.1283

Haut de page

Auteur

Thomas Vernet

Maître de conférences, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org