Navigation – Plan du site
Des pratiques alimentaires aux frontières de la discipline historique

Des céréales et du lait au Sahara et au Sahel, de l’épipaléolithique à l’âge des métaux

Cereals and milk in the Sahara and the Sahel, from the Epipaleolithic period to the Metal Age
Christian Dupuy

Résumés

La diversité des traditions culinaires actuelles au Sahara et au Sahel, centrées sur les céréales et accordant aux laitages une part très variable, témoigne de la complexité de leur histoire. Cet article propose une synthèse et des réflexions à ce sujet à partir des vestiges archéologiques connus.
Reconnaître dans les sites préhistoriques à partir de 20 000 av. J.-C. (époque d’apparition du matériel de broyage en pierre dans le désert Libyque) une utilisation des céréales sauvages dans l’alimentation reste problématique. De nouvelles investigations, parmi lesquelles certaines sont au point depuis peu, pourraient apporter des éléments déterminants à ce dossier. Les premières tentatives de domestication du mil apparaissent au cours du IIIe millénaire av. J.-C. dans le Sahel ouest-africain. La domestication des autres céréales toujours exploitées aujourd’hui intervient au moins deux millénaires plus tard, à en juger par les restes botaniques mis au jour. Le développement de la céréaliculture impose gestion des semences, stockage des grains, surveillance et protection des champs, défense des récoltes. Il entraîne également spécialisations économiques, développement de l’artisanat, convoitises, intensification des échanges commerciaux et, par là, une accentuation des hiérarchies sociales et des rivalités politiques.
Depuis le début de l’élevage en Afrique, c’est-à-dire depuis le VIe millénaire av. J.-C., les pasteurs du Sahara ont tiré bénéfice de la production laitière de leurs animaux. Diverses sources documentaires plaident en ce sens : femelles laitières et scènes de traite figurées dans les arts rupestres du Sahara, abattage de veaux et de chevreaux en bas âge dans le désert Libyque, graisses de lait de vache conservées dans des tessons de la Tadrart Akoukas.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie chaleureusement Dominique Commelin, pour son aide précieuse dans mes recherches bibliographiques, et Monique Chastanet, pour ses informations concernant l’alimentation d’hier et d’aujourd’hui dans le Sahel ouest-africain ainsi que pour ses relectures qui m’ont permis d’améliorer ce travail.

Texte intégral

Introduction

  • 1  M. Chastanet, 2008, 2010.
  • 2  S. Nixon, M.A. Murray, D.Q. Fuller, 2011.
  • 3  F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013.
  • 4  Une chronologie et une carte accompagnent le texte pour permettre au lecteur de situer les événeme (...)

1Au Sahara comme au Sahel, les céréales constituent la base de l’alimentation. Les éleveurs les consomment souvent avec du beurre ou du fromage, accompagnées de lait cru, aigre ou caillé, issu de la traite de leurs animaux : vaches, chèvres, plus rarement brebis et chamelles. Les agriculteurs préfèrent les accommoder de condiments et de sauces variés, avec comme boisson de prédilection, dans les milieux non islamisés, la bière de mil ou de sorgho. L’alimentation, au même titre que les manières d’être et de paraître, que les activités « traditionnelles », que les mythes, les rites et les croyances, participe de l’affirmation identitaire des groupes. Chaque recette s’inscrit dans une aire géographique particulière, marquée par l’histoire sociale et politique. Les textes arabes, puis européens1 et, plus modestement, les données des fouilles archéologiques de l’époque du commerce transsaharien arabo-berbère2 nous renseignent sur quelques traditions culinaires qui étaient prisées, çà et là, en Afrique de l’Ouest ; l’islamisation marquant le début d’une nouvelle période pour ces régions3. Mais, à remonter plus loin dans le temps, que sait-on au juste de l’exploitation alimentaire des céréales et du lait dans la steppe et la savane africaines4 ?

L’exploitation alimentaire des céréales

Récolter et décortiquer les grains

  • 5  Ces dates, comme toutes celles qui suivent, sont exprimées en âge calendaire. Leurs valeurs sont o (...)
  • 6  F. Wendorf, 1968, p. 941-946.

2La transformation des céréales en denrées consommables passe nécessairement par deux étapes : la récolte, puis le décorticage des grains pour en éliminer les enveloppes riches en cellulose, indigestes pour l’homme. Ces deux opérations étaient-elles déjà pratiquées entre 15 000 et 12 000 av. J.-C.5 aux confins de l’Égypte et du Soudan, comme l’envisage Fred Wendorf6 ? Son hypothèse s’appuie sur les découvertes, dans cinq gisements préhistoriques situés à proximité de la vallée du Nil, de microlithes géométriques, de fragments de meules plates et de molettes discoïdes (fig. 1).

Figure 1 : Pays, régions et sites archéologiques mentionnés dans le texte

Figure 1 : Pays, régions et sites archéologiques mentionnés dans le texte

C. Dupuy (fond de carte tiré de A. Muzzolini, 1995).

3Certains des microlithes, de type segment, montrent des traces d’usure sur les deux faces au voisinage du tranchant. Et, fait encore plus exceptionnel, sur le dos arqué de l’une de ces pièces adhéraient des restes de poix. Partant de ces observations, Fred Wendorf assimile ces microlithes à des éléments de faucille qui étaient probablement logés dans les rainures de manches en bois, en os ou en ivoire remplies de résine (fig. 2). Ces outils composites auraient servi à couper des céréales. De fait, les traces d’usure sont qualifiées de « lustre des moissons ».

Figure 2 : Segments avec traces d’usure sur les deux faces rendues par semis de points

Figure 2 : Segments avec traces d’usure sur les deux faces rendues par semis de points

Site 8905 de Tushka, Nubie égyptienne. En e, reconstitution hypothétique d’une faucille : la position du segment dans le manche est déduite des zones lustrées et des restes d’adhésifs observés sur la pièce b au niveau des hachures.

D’après F. Wendorf, 1968, p. 943, fig. 92.

4Si fauchage il y eut, les gerbes récoltées une fois sèches devaient être dépiquées ou battues afin que les épillets se détachent des épis ou des panicules avant d’être récupérés par vannage. Ensuite intervenaient les meules et molettes (fig. 3) pour débarrasser les grains de leurs enveloppes non consommables (glumes et glumelles), par roulement et frottement des épillets entre la meule fixe posée au sol et la molette tenue en main et animée d’un mouvement alternatif de translation. Ce même matériel était peut-être utilisé dans une étape ultérieure pour moudre plus ou moins finement l’amande des grains selon la préparation culinaire désirée. Cette lecture des vestiges, si instructive soit-elle, n’est pas la seule envisageable.

Figure 3 : Fragments de meules et de molettes

Figure 3 : Fragments de meules et de molettes

Site 8905 de Tushka, Nubie égyptienne. Le fragment en haut à gauche a une longueur de 34 cm.

D’après F. Wendorf, 1968, p. 942, fig. 91.

  • 7  G. Camps, 1974, p. 170.
  • 8  L’épipaléolithique (parfois appelé prénéolithique ou mésolithique) s’amorce dans le Nord de l’Afri (...)
  • 9  P. Anderson-Gerfaud, G. Deraprahamian, G. Willcox, 1991.
  • 10  H. Procopiou, R. Treuil (dir.), 2002. Par ailleurs, M. Gast (1995, p. 250-251) fait remarquer que, (...)
  • 11  Il sera question des phytolithes un peu plus loin dans le texte. Indiquons d’ores et déjà qu’il s’ (...)
  • 12  K.U. Radomski, K. Neumann, 2011.
  • 13  G. Hillman, 1996 ; R. Schild, F. Wendorf, 1980.

5En 1974, Gabriel Camps7 indiquait, à propos des lames lustrées retrouvées dans divers sites épipaléolithiques8 du Nord de l’Afrique, que leur lustrage avait pu être provoqué par la coupe de plantes qui n’étaient pas forcément alimentaires, tels les joncs et les roseaux destinés à la confection de pièges, à la fabrication de vanneries ou à la couverture des habitations. Depuis les années 1980, les progrès accomplis dans l’analyse des microtraces permettent de distinguer les stigmates induits par le sciage des joncs et des roseaux de ceux provoqués par la coupe des céréales9. Il serait intéressant de réexaminer les segments de l’épipaléolithique nubien au regard de ce référentiel, afin de se prononcer sur leur usage. Quant aux meules et molettes associées, il n’est pas assuré qu’elles aient été dévolues au décorticage des grains et à leur mouture, étant donné qu’elles sont tout aussi efficaces pour broyer, écraser, malaxer des tiges, tubercules, feuilles, écorces, baies, noyaux, fruits, charbons, ou bien des substances minérales, telles que les pigments, ou des substances animales, telles que la viande et les os, ou encore pour corroyer du cuir10… Leur examen au microscope pourrait révéler quelques traces des produits travaillés, à l’instar des phytolithes11 de céréales qui ont été retrouvés piégés en surface d’une meule du Wadi Howar (Nord-Ouest du Soudan), utilisée à la fin du Ve millénaire av. J.-C., et d’une autre issue d’un niveau daté des alentours de 500 apr. J.-C. à Dorota (Nord-Est du Nigeria)12. De telles observations généralisées à l’ensemble des meules d’un site ou, tout au moins, à un échantillon représentatif permettraient de se prononcer en faveur d’une exploitation des céréales à des fins alimentaires. Précisons que le plus ancien matériel de broyage connu en Afrique septentrionale, utilisé cinq à sept millénaires avant celui de Nubie égypto-soudanaise et retrouvé dans le Wadi Koubbanieh – un ancien affluent occidental du Nil à hauteur d’Assouan –, semble avoir surtout servi à écraser des tubercules de souchet pour en extraire l’amertume avant cuisson, si l’on en juge par les abondants restes aplatis et carbonisés de cette plante hydrophile présents dans les sites13.

6De ces diverses remarques, on retiendra que la découverte d’outils de coupe et/ou de broyage dans un gisement archéologique est en soi insuffisante pour affirmer une exploitation des céréales à des fins alimentaires. Pour ce faire, des examens au microscope s’imposent, tant sur les outils de coupe, pour l’identification des traces d’usure, que sur les meules et molettes, pour la détermination des résidus susceptibles d’être piégés à leur surface. Malheureusement, ce matériel au Sahara et au Sahel est souvent altéré et retrouvé dans des positions autres que celles d’origine, dans des positions dites « secondaires ». Cela en raison des variations climatiques, notamment des alternances saisons sèches/saisons des pluies, qui provoquent un remaniement perpétuel des formations superficielles : accumulation/déflation de dépôts éoliens, formation/destruction de terrasses alluvionnaires, apparition/comblement de craquelures, de crevasses et de ravines sur terrains lœssiques et sablo-limoneux… Par conséquent, rares sont les pièces se prêtant à ces examens, lesquels n’ont pas fourni à l’heure actuelle les preuves d’une pratique des moissons et/ou d’un décorticage généralisé des grains.

  • 14  E. Bernus, 1967 ; 1981 ; 1999 ; M. Chastanet, 1991 ; M. Gast, 1968 ; J. Nicolaisen, 1963.

7Ces opérations peuvent s’avérer extrêmement délicates à détecter lorsque, à la meule et au broyeur de pierre, se substituaient le mortier et le pilon de bois, qui se dégradent vite après abandon. Et aussi lorsque les récoltes s’effectuaient sans fauchage, comme on l’observe encore parfois aujourd’hui au Sahara et au Sahel14. Un panier à claire-voie et à fond plein muni d’une anse est souvent utilisé à cet effet (fig. 4). Le récipient est balancé à bout de bras dans un mouvement pendulaire sur le haut des tiges des céréales sauvages, de préférence au petit matin alors que la végétation est encore imprégnée de rosée. Chaque coup porté par le bord du panier détache les épillets à maturité. Ceux-ci encore alourdis d’humidité ne s’envolent pas en tous sens, mais tombent plus ou moins verticalement et finissent leur chute dans le fond du panier.

Figure 4 : Femme du Tchad, panier en main, en train de moissonner du riz sauvage

Figure 4 : Femme du Tchad, panier en main, en train de moissonner du riz sauvage

Photo A. Borgel tirée de J. Pernès, 1983, p. 911, fig. 1.

  • 15  J. Pernes, 1983.
  • 16  E. Bernus, 1967 ; 1981 ; 1999 et M. Gast 1994, p. 2143.
  • 17  E. Bernus, 1999, p. 3202 et M. Gast 1994, p. 2142-2143.
  • 18  Ces modes de récolte ont été observés chez les Touaregs par E. Bernus (1967) et M. Gast (1968) ain (...)

8Les récolteurs de riz sauvage autour du lac Tchad procèdent de cette façon, en y ajoutant une astuce pour augmenter la quantité d’épillets recueillis à chacun de leurs passages. Lorsque le riz est en fleur, les parties hautes des tiges sont ligaturées par bouquets. Quelque temps plus tard, se développent les panicules qui s’emmêlent au gré du vent par effet de proximité contrainte. Leur enchevêtrement empêche la chute au sol des épillets à maturité les uns après les autres, comme cela se produit naturellement ; le rendement de la cueillette au panier se trouve ainsi grandement amélioré15. Au Niger et en Algérie, les touffes de certaines graminées sur pied sont parfois battues au bâton sur un seau de cuir. D’autres moissonneurs, armés de patience et non pas de bâton, égrainent les épis, un par un, entre leurs doigts au-dessus d’un récipient16. Plus expéditive est la technique consistant à arracher par poignées, Chenopodium vulvaria au Sahara central et riz sauvage autour des mares de la zone sahélienne, à un stade de maturité incomplète, afin que les épillets ne tombent pas au sol à ce moment-là, puis à empaqueter les tiges pour les transporter vers l’aire d’égrenage où elles seront battues après séchage17. Deux autres modes de récolte sans faucille sont documentés : le balayage des grains sur les sols nus de saison sèche et la récupération de ceux accumulés dans les fourmilières18. Aucun outil de coupe n’est utilisé dans ces divers procédés. À supposer que les grains ainsi collectés soient ensuite décortiqués et concassés à l’aide du mortier et du pilon de bois qui, comme le panier ou le bâton, ne se conservent pas longtemps, aucune trace ne subsistera de l’exploitation ainsi faite des graminées spontanées.

  • 19  G.A. Henry, A.S. Brook, R.D. Piperno, 2011.
  • 20  J.-P. Gambarotta, 1995.
  • 21  Les teneurs en strontium et en baryum sont plus élevées chez les herbivores que chez les carnivore (...)
  • 22  A. Person, T. Ibrahim, H. Jousse, A. Fink, C. Albaret, L. Garenne-Marot, V. Zeitoun, J.-F. Saliège(...)
  • 23  D.Q. Fuller, K. MacDonald, R. Vernet, 2007.
  • 24  E. Bernus, P. Cressier, A. Durand, F. Paris, J.-F. Saliège, 1999, p. 159-167 ; B. Finucane, K. Man (...)

9Depuis peu, diverses analyses de laboratoire peuvent fournir les preuves indirectes de ces opérations, là où aucune trace visible ne les fait soupçonner. Le tartre des dents humaines fait partie des matériaux nouvellement examinés. Pour l’heure, celui des individus exhumés au Sahara et au Sahel ne l’a pas encore été. À défaut de cas africains, on se reportera aux résultats enregistrés sur le tartre dentaire de Néandertaliens qui évoluaient il y a environ cinquante mille ans à Shanidar (Irak). Celui-ci s’est avéré renfermer des grains d’amidon d’orge, démontrant que ces hominidés se nourrissaient de cette céréale qui était alors probablement collectée suivant l’une ou l’autre des techniques sans visibilité archéologique décrites ci-dessus19. Un autre moyen indirect pour savoir si les céréales tenaient ou non une place importante dans le menu des hommes préhistoriques, en l’absence d’outillage lithique caractéristique, consiste à observer l’usure de l’émail dentaire : celle induite par la mastication de la viande se distingue de celle engendrée par une consommation régulière de grains qui, en outre, favorise les caries20. Le diagnostic peut aussi s’appuyer sur les proportions de strontium, de baryum et de carbone isotopique 13 (13C) contenues dans la fraction minérale des dents et des ossements humains, à défaut de disposer du collagène des squelettes plus riche en ces éléments mais rarement conservé en milieu tropical : ces proportions changent selon que les individus se nourrissent de végétaux des zones humides ou marécageuses (tubercules, riz…) ou de graminées de la savane et de la steppe africaines, dont font partie le mil et le sorgho, ou bien de protéines animales apportées par la viande, le lait et ses produits dérivés21. Quelques résultats probants ont été obtenus en ce domaine dans le Sud du Sahara. Par exemple, les signaux biogéochimiques conservés dans des ossements humains du Dhar Néma (Mauritanie), datables du IIe millénaire av. J.-C., révèlent une nourriture à dominante végétale22, à une époque où la balle de céréales issue du décorticage des grains pour l’alimentation est ajoutée dans l’argile destinée à la fabrication de la poterie23. Plus à l’est, dans le Sahara malien et nigérien, les teneurs en 13C de certains squelettes humains mis au jour augmentent dans un rapport de un à deux, voire parfois de un à trois, à partir de la fin du IIIe millénaire av. J.-C. Ce changement témoigne d’une nourriture sinon déjà centrée sur les céréales, du moins y faisant de plus en plus souvent appel24.

  • 25  Comme observé tout dernièrement sur une meule du Wadi Howar (Nord-Ouest du Soudan) et sur une autr (...)
  • 26  C. Delhon, 2005-2006.
  • 27  H. Procopiou, P. Anderson, F. Formenti, J. Juan-Tresseras, 2002.
  • 28  C. Delhon, L. Martin, J. Argant, S. Thiebault, 2006.

10En l’absence de restes humains et d’outillage lithique, la preuve d’une exploitation ancienne des céréales peut venir des phytolithes. Comme il est précisé ci-dessus en note 11, les phytolithes sont des formations siliceuses microscopiques présentes à l’intérieur des tissus végétaux vivants, notamment dans les tiges, feuilles, glumes et glumelles. Les grains, eux, n’en contiennent pas. Ces concrétions prennent l’empreinte des cellules végétales et en conservent les formes après décomposition des parties organiques. Leur morphologie est caractéristique du genre, voire de l’espèce. Les phytolithes se retrouvent en imprégnation sur l’outillage de broyage25, mais aussi dans les structures domestiques – silos, fours, fosses de rejet –, dans la pâte à dégraissant végétal des céramiques, dans le torchis et les briques des habitations, dans les coprolithes des herbivores26. De plus, ces concrétions siliceuses gardent les stigmates des opérations subies par la plante. Par exemple, la mouture a pour conséquence d’aplatir leurs bords27, ou encore la mastication par les animaux d’élevage de les fragmenter en modules réguliers28. C’est dire combien l’intégration de phytolithiciens dans les équipes travaillant sur les sites archéologiques du Sahara et du Sahel pourrait s’avérer déterminante pour saisir l’intérêt que portèrent les hommes aux graminées à travers le temps et l’espace.

Cuire les céréales

  • 29  Au cours de mes missions archéologiques dans l’Adrar des Iforas à la fin des années 1980, nombre d (...)
  • 30  G.A. Henry, A.S. Brook, R.D. Piperno, 2011.
  • 31  Période géologique tempérée à l’échelle planétaire qui s’amorce vers 10 000 av. J.-C. et qui se po (...)

11Les céréales peuvent être mangées crues. Il en est ainsi parfois chez les Touaregs de l’Ahaggar et de l’Adrar des Iforas lorsqu’ils se déplacent loin de leurs campements. En ces circonstances, leur repas consiste en du mil brut de mouture délayé dans de l’eau, avec des dattes et du fromage de chèvre pilés29. Mais les céréales ont plus de goût et se digèrent mieux cuites. C’est peut-être pourquoi les Néandertaliens faisaient déjà bouillir leur orge, il y a cinquante mille ans, comme en témoignent les déformations caractéristiques de quelques grains d’amidon retrouvés dans leur tartre dentaire30. Pour ce faire, on peut supposer, au regard d’exemples ethnographiques, qu’ils utilisaient des peaux animales remplies d’eau et de grains, placées à une distance convenable des foyers, ou bien des outres ou des récipients en bois dans lesquels étaient plongées des pierres brûlantes tirées des braises. Aucune donnée au Sahara et au Sahel ne témoigne d’une cuisson des céréales au pléistocène. Le début de l’holocène31 est marqué par une invention majeure, la poterie, il y a à peu près onze mille ans, suivie un millénaire plus tard, par la fabrication de vases en pierre. La présence de ces récipients dans les gisements préhistoriques est souvent considérée comme révélatrice de l’avènement d’une tradition culinaire basée sur la consommation des céréales sous forme de bouillies plus ou moins épaisses, qui nécessitent une longue cuisson. Que penser de cette thèse ?

  • 32  J.-P. Roset, 2000.

12Intéressons-nous pour commencer à la vaisselle de pierre. Quelques fragments de bols hémisphériques en fibrolite, dépassant parfois 25 cm de diamètre à l’ouverture, ont été découverts par J.-P. Roset32 à Temet, sur la bordure nord-orientale de l’Aïr en territoire nigérien (fig. 5).

Figure 5 : Vestiges de vaisselle de pierre mise au jour à Temet (Aïr, Niger), datant de l’holocène ancien

Figure 5 : Vestiges de vaisselle de pierre mise au jour à Temet (Aïr, Niger), datant de l’holocène ancien

La base du récipient de gauche présente un méplat dû à une altération d’origine thermique.

D’après J.-P. Roset, 2000, p. 276, fig. 4.

  • 33  E. Bernus, P. Cressier, A. Durand, F. Paris, J.-F. Saliège, 1999, p. 129.
  • 34  M. Raimbault, 1994, p. 525-528.
  • 35  Des vases de pierre retrouvés dans le secteur de Ouarzazate au Maroc et dans la région de Oualata (...)
  • 36  C. Simon-Boidot, 2008.
  • 37  J.-P. Roset, 2000, p. 275.

13Des charbons de bois retrouvés à leur voisinage et des limons riches en diatomites scellant l’occupation permettent de dater leur utilisation de la fin du IXe millénaire av. J.-C. Des fragments de vase en pierre inventoriés plus à l’ouest sur le gisement de Tamaya Mellet 1 (vallée de l’Azawagh, Niger)33 et, plus loin, un bol en quartzite présent dans un site de l’erg Jmeya (Foum el Alba, Mali)34 pourraient être contemporains de ceux de Temet au vu des contextes archéologiques. La production de ces récipients dans le Sud du Sahara semble avoir été de courte durée35. Les vases en pierre du prédynastique égyptien, fabriqués quatre millénaires plus tard dans la vallée du Nil, de formes très différentes, évidés par abrasion rotative36 et non par piquetage et polissage, comme au Niger et au Mali, participent d’une tout autre histoire sur laquelle nous ne nous attarderons pas dans le cadre de cette étude. Revenons donc à Temet, où un fragment de bol mis au jour présente une zone brunâtre en partie extérieure qui pourrait témoigner d’un passage au feu pour « chauffer probablement des substances liquides ou semi-liquides37 ». Toutefois, aucun indice ne permet d’identifier ces substances et a fortioride les assimiler à des bouillies de céréales.

  • 38  F. Jesse (2010) synthétise les résultats enregistrés sur cette céramique ancienne et son contexte (...)

14Passons à la poterie. Apparue au Sahara ou au Sahel à la charnière des Xe-IXe millénaires av. J.-C., son utilisation se répand en quelques siècles dans une aire géographique longue de 3 000 km, large de 1 000 km, mordant à l’est sur la vallée du Nil soudanaise et à l’ouest sur la moyenne vallée du Niger38. Toujours employée aujourd’hui, son succès tient à sa facilité et à sa rapidité de fabrication par modelage de l’argile (à la différence de la vaisselle de pierre qui impose un long et délicat travail de sculpture et polissage), comme à sa capacité à aller au feu régulièrement et à y rester longtemps (à la différence des contenants en matière organique tels que l’œuf d’autruche, le cuir, les peaux, le bois). Quatre autres atouts la caractérisent : sa grande dureté, son caractère indigeste qui dissuade la vermine et les rongeurs de s’y attaquer, sa résistance à l’humidité, et enfin sa porosité qui permet à n’importe quel liquide d’acquérir, par évaporation lente à travers la paroi, une température inférieure de plusieurs degrés à la température ambiante (pour rappel : l’évaporation est un changement d’état physique liquide/gazeux produisant du froid). Qui n’a jamais été ravi de pouvoir se désaltérer de l’eau fraîche issue d’une jarre entreposée en un lieu où le thermomètre affichait plus de 35 °C ? Reste à savoir si, dès le début de l’holocène, les pots de terre cuite, ou tout au moins un certain nombre d’entre eux, ont été utilisés pour la cuisson des céréales ; ce qui en ferait les premières marmites de la préhistoire africaine.

  • 39  J.-P. Roset, 2000.

15Les courbes plus ou moins accusées des 563 tessons de taille centimétrique découverts par J.-P. Roset39 dans le Nord du Niger ont permis à l’auteur de cerner les formes et les volumes des vases dont ils sont issus (fig. 6). Il s’agissait de récipients hémisphériques sans élément de préhension, aux diamètres maximum de panse compris entre 10 cm et plus de 60 cm, avec une concentration autour de 20-30 cm.

Figure 6 : Exemples de poterie de l’holocène ancien découverte dans l’Aïr au Niger (site de Tagalagal)

Figure 6 : Exemples de poterie de l’holocène ancien découverte dans l’Aïr au Niger (site de Tagalagal)

D’après J.-P. Roset, 2000, p. 270, fig. 3.

  • 40  F. Jesse, 2010.

16Cette large gamme de dimensions sous-tend des usages variés : transport et/ou stockage de substances liquides et/ou solides qui pouvaient se réaliser en contexte domestique et/ou religieux, voire en des circonstances exceptionnelles (les matériaux nouveaux sont souvent monopolisés par l’élite qui les utilise de manière ostentatoire pour renforcer son prestige). Quant à la cuisson, aucune trace de passage au feu ni aucun dépôt calciné ne s’observent sur les tessons de l’Aïr comme sur ceux sensiblement contemporains de la zone saharo-sahélienne40. On peut alors se demander sur quoi se fonde la thèse souvent soutenue d’une vaisselle de terre cuite apparue il y a onze mille ans pour la préparation et la consommation de bouillies de céréales. Le fait que la céramique serve fréquemment à cela aujourd’hui de par le monde ne peut être en soi déterminant. Deux types d’arguments sont avancés.

  • 41  S. Amblard, G. Quéchon, 1994 ; G. Aumassip, 2000 ; E. Huysecom, 2007 ; J.-P. Roset, 2000.
  • 42  G.A. Henry, A.S. Brook, R.D. Piperno, 2011.

17La poterie apparaît au lendemain de l’aridité marquée du pléistocène final, à un moment où l’Afrique septentrionale bénéficie d’une humidité favorable à la multiplication des céréales sauvages. Cette situation aurait motivé leur cueillette intensive et, corrélativement, leur consommation sous forme de bouillie grâce… à la poterie. Les tenants de cette théorie font valoir, en plus du contexte écologique, la présence de meules et molettes dans plusieurs gisements de l’holocène ancien, y voyant un matériel qui aurait été destiné au décorticage et au broyage des grains41. Or cette fonction spécifique de meunerie reste à démontrer puisque aucun résidu de broyage n’a été pour le moment recherché ou mis en évidence sur ces outils. La production de moutures de céréales n’est donc que présumée. On ne peut affirmer par conséquent que la poterie ancienne, ou tout au moins une catégorie particulière de pots, ait servi à leur cuisson. Le doute pourrait être levé en soumettant les tessons actuellement connus du début de l’holocène à des analyses chromatographiques et spectrométriques, et des examens microscopiques à même de révéler la présence de résidus alimentaires imprégnés dans leur épaisseur (lipides, glucides, grains d’amidon…), à supposer qu’ils se soient conservés. Les pâtes céramiques à dégraissant minéral devraient être privilégiées pour ces examens aux dépens de celles à dégraissant végétal, riches en composants organiques risquant de masquer les éléments traces recherchés. La solution pourrait aussi venir indirectement de l’observation des déformations de grains d’amidon provoquées par la cuisson des céréales, lesquels sont susceptibles de se retrouver inclus dans le tartre dentaire des hommes fossiles du Sahara et du Sahel, à l’instar de ceux qui se sont conservés dans le tartre dentaire de Néandertaliens42.

  • 43  A.M. Mercuri, 2001 ; K. Wasylikowa, 1993.
  • 44  H. Barakat, A.G. Fahmy, 1999 ; B. Barich, F. Hassan, 2000 ; K. Wasylikowa, 2001.

18Abandonnons les premiers récipients de pierre et de terre cuite pour les grains carbonisés et/ou desséchés de morphologie sauvage mis au jour sur quelques sites du Sahara libyen43 et du désert Libyque égyptien44, datant des VIIIe-VIIe millénaires av. J.-C. Ces restes botaniques ont été retrouvés dispersés, et non pas groupés à proximité de meules et de broyeurs, de foyers ou à l’intérieur de silos. Ils sont souvent utilisés comme preuves d’une nourriture faisant appel aux céréales sauvages. On peut certes les considérer comme des grains tombés au sol au moment de la préparation des mets et de leur consommation, puis dispersés par les passages des hommes et des animaux, et par les intempéries. Cependant, une autre interprétation peut en être donnée. Ne pourrait-il s’agir de résidus de graminées récoltées avec leurs panicules et apportées dans les campements pour servir à la sparterie, la vannerie, la literie, aux coussins, paravents, à la couverture des habitations, ou encore pour allumer les foyers, attiser les flammes, irradier de lumière les campements, obtenir de la cendre, fumer de la viande et du poisson… ?

  • 45  M. Gast, 1968, p. 338-339.
  • 46  E. Bernus, 1981, p. 279. Des céréales sont aussi récoltées à l’état immature dans les oasis du Sah (...)
  • 47  Observations personnelles au cours de mes missions archéologiques dans l’Adrar des Iforas de 1986 (...)
  • 48  B. Van de Walle, 1978.

19On ne saurait clore cette partie sans parler de quelques modes de cuisson des céréales ne nécessitant aucun récipient, encore pratiqués de nos jours. Des pierres plates posées sur le feu et enduites de graisse sont utilisées dans l’Ahaggar pour la cuisson de crêpes. Ce simple dispositif est préféré au plat de terre cuite, tajine, qui absorbe trop la graisse et, de fait, rend les crêpes de céréales trop sèches45. C’est aussi sur une pierre chaude que sont portés les épis de mil cueillis au stade laiteux au Niger, quand ils ne sont pas directement placés sur les braises46. Les soies, les glumes et les glumelles sont ainsi brûlées et, simultanément, les grains grillés. Les épis sont alors récupérés. À la suite de quoi, les petites billes rôties encore attachées au rachis sont croquées. Un autre procédé, très répandu chez les Maures et les Touaregs47, consiste dans une première étape à réduire en semoule ou en farine les grains récoltés à maturité soit par pilage, soit par broyage. Puis la mouture est mélangée à de l’eau et pétrie pour l’obtention d’une pâte. Celle-ci est alors modelée en galette discoïde d’épaisseur centimétrique avant d’être déposée dans le fond d’une cuvette creusée dans un sol sableux. Elle est ensuite recouverte d’un tapis de braises ardentes et de sable, d’où elle est retirée après une trentaine de minutes de cuisson à l’étouffée. La galette encore brûlante est grattée et frappée pour être débarrassée des particules non consommables adhérant à sa surface. Au Sahara, les Touaregs l’émiettent chaude et la consomment imbibée de beurre ou d’huile, ou bien arrosée d’un ragoût de légumes et de viande. Cette cuisson des céréales sous forme de galette n’est pas sans évoquer une scène figurée dans la tombe de Neferirtenef à Saqqarah au milieu du IIIe millénaire av. J.-C. (fig. 7)48. Elle pourrait remonter beaucoup plus loin dans le temps. Mais, n’induisant aucun vestige, son histoire reste en grande partie insaisissable. Peut-être sera-t-elle un jour appréhendée par des voies détournées, en l’occurrence grâce aux analyses sur squelettes humains ?

Figure 7 : Neferirtenef, le « chef des troupeaux » (Ancien Empire égyptien, Ve dynastie, Saqqarah)

Figure 7 : Neferirtenef, le « chef des troupeaux » (Ancien Empire égyptien, Ve dynastie, Saqqarah)

Neferirtenef observe la préparation des galettes de blé ou d’orge, comme le précise l’inscription au-dessus de lui : « modeler les galettes ». Celles-ci sont mises à cuire à même le sol chauffé par des braises.

D’après B. Van de Walle, 1978.

20Les investigations menées sur les outils de coupe et de broyage, sur les récipients en pierre et en terre, puis sur les restes carbonisés et desséchés de graminées n’ont pas fourni de donnée univoque et, par là, de repère chronologique indiscutable concernant l’exploitation des céréales à des fins alimentaires au Sahara et au Sahel durant l’holocène. Reste à explorer d’autres pistes.

Stocker les grains

  • 49  E. Bernus, 1981, p. 251 ; A. Mayor, 1989 ; et observations personnelles dans le Sahel malien et ni (...)

21Les graminées sont des plantes à maturité saisonnière. Se nourrir de leurs grains à longueur d’année impose par conséquent la pratique du stockage. Les stratégies adoptées à cet effet au Sahara et au Sahel sont variées : épandages de grains sur des dalles rocheuses recouvertes de paille fixée par des pierres, entreposage dans de grandes jarres, placement dans de larges paniers, enfermement dans des sacs de cuir, ensilage dans des fosses, entassement des gerbes ou des panicules sur des plateformes surélevées, stockage dans des greniers, dépôt à même le sol dans des magasins maçonnés en terre49. Nombre de ces aménagements ne laissent après abandon que des traces fugaces ou peu de vestiges. Existe-t-il quelques témoins archéologiques susceptibles de témoigner d’une conservation saisonnière des céréales et, par là, de l’importance de ces denrées dans l’alimentation des populations de la préhistoire ?

  • 50  E. Bernus, P. Cressier, A. Durand, F. Paris, J.-F. Saliège, 1999 ; D. Commelin, M. Raimbault, J.-F (...)
  • 51  E. Burri, 2003 ; G. De Ceuninck, 1994 ; et observations personnelles dans la vallée de la Kolimbin (...)
  • 52  J.-C. Echallier, J.-P. Roset, 1986.

22Les jarres comptent parmi les éléments de stockage qui se conservent le mieux. Mais comment distinguer, dans les gisements, les tessons s’y rapportant de ceux issus de récipients qui étaient dévolus à d’autres fonctions ? L’incorporation de matière organique dans l’argile destinée à la fabrication de la céramique se répand, semble-t-il, sur la frange méridionale du Sahara à partir du VIIe millénaire av. J.-C., d’après les plus anciennes datations 14C obtenues sur le dégraissant végétal50. Cet ajout confère à la terre cuite une texture poreuse qui la rend à la fois plus résistante aux chocs et plus adaptée à la conservation qu’à la cuisson. Est-ce à dire que la poterie acquiert à partir de cette époque une fonction de stockage prédominante ? Rien n’est moins sûr au regard des productions céramiques actuelles du Sahel qui montrent que le choix des dégraissants est plus conditionné par la tradition que par la quête de propriétés physiques particulières. Ces mêmes enquêtes révèlent que les vases destinés à la conservation de substances liquides ou solides ont généralement des diamètres de panse et des hauteurs supérieurs à 35 cm, alors que ceux servant à la cuisson, au repas, à la toilette ou au transport sont de dimensions plus réduites51. Les vases découverts par J.-P. Roset dans l’Aïr (Niger), datés des alentours du Xe millénaire av. J.-C. et dont on a déjà parlé, ont été fabriqués à partir de terres contenant naturellement des particules minérales et exemptes apparemment de dégraissant52. Certains tessons de faible courbure traduisent l’existence de récipients hémisphériques volumineux qui devaient remplir une fonction de stockage, mais on ne sait de quelles substances. Cette incertitude s’applique à tous les pots de taille importante issus de sites pour lesquels l’exploitation des céréales à des fins alimentaires reste à prouver.

  • 53  S. Di Lernia, 1998, p. 125.
  • 54  G. Aumassip, 2000, p. 248.
  • 55  A. Menardi Noguera, A. Zboray, 2011.
  • 56  D’après les recherches en cours dans le Gilf Kebir, voisin du Djebel el-‘Uweynat (F. Förster, H. R (...)

23Un panier partiellement conservé contenant quelques grains de Brachiaria/Urochloa issus probablement de cueillette a été retrouvé dans un niveau du VIIIe millénaire av. J.-C sous l’abri de Uan Afuda dans la Tadrart Akoukas en Libye53. L’abri de Ti-n-Hanakaten dans le Tassili-n-Ajjer en Algérie, situé à une centaine de kilomètres au sud, a lui aussi livré des restes de vannerie datant de cette même époque54. Par ailleurs, de nombreux paniers et sacs de cuir sont représentés dans l’art rupestre du Djebel el-‘Uweynat aux confins de l’Égypte, du Soudan et du Tchad55. Ces figurations en contexte riche de taurins, postérieures aux expressions anciennes de la région, sont datables des alentours du IVe millénaire av. J.-C., alors que l’humidité locale assurait encore la formation de pâturages56. Ces divers documents archéologiques, si précieux soient-ils en ce qui concerne l’utilisation ancienne des fibres végétales et des peaux animales, ne permettent pas d’affirmer qu’ils étaient destinés en particulier au stockage des grains.

  • 57  R. Schild, H. Krolik, F. Wendorf, A.E. Close, 1996 ; F. Wendorf, R. Schild, K. Wasylikowa, J. Dahl (...)
  • 58  K. Wasylikowa, J. Harlan, J. Evans, F. Wendorf, R. Schild, A. Close, H. Krolick, R. Housley, 1993.

24Douze fosses, de 1 m à 1,75 m de diamètre à l’ouverture pour sensiblement 1 m de profondeur, ont été mises au jour à El Nabta dans le Sud du désert Libyque égyptien57. Elles avoisinent une vingtaine de fonds de huttes et deux larges puits. Les datations renvoient au VIIe millénaire av. J.-C. Ces divers aménagements témoigneraient d’une implantation saisonnière. Sur les 1 000 m² de surface fouillée, ont été retrouvés quelque 20 000 restes botaniques, avec par endroit des concentrations de grains carbonisés de sorgho, qui furent un temps considérés comme cultivés. Mais ni la morphologie des grains ni les analyses infrarouges, auxquelles certains spécimens ont été soumis, n’ont permis de confirmer ce statut domestique58. Le contexte invite à identifier les structures fossoyées à des silos qui étaient peut-être destinés à la conservation du sorgho, plutôt qu’à des fosses de rejet ou à des zones d’extraction de l’argile pour la fabrication de la poterie. Toutefois cette opinion mériterait d’être confortée par l’établissement de spectres phytolithiques à l’endroit des silos présumés.

25Plusieurs centaines d’alignements de pierres – blocs, dalles ou piliers –, le plus souvent disposées en trois rangées de trois, ont été inventoriés sur les Dhar Tichitt et Oualata, faisant partie intégrante d’une longue falaise en arc de cercle située au sud-est du territoire mauritanien (fig. 8).

Figure 8 : Base de grenier à trois rangées de trois dalles dressées de 40 cm de haut – une affaissée et une brisée au sol – du Dhar mauritanien (village v.392)

Figure 8 : Base de grenier à trois rangées de trois dalles dressées de 40 cm de haut – une affaissée et une brisée au sol – du Dhar mauritanien (village v.392)

D’après S. Amblard-Pison, 1996, p. 361, fig. 5.

  • 59  S. Amblard-Pison, 1996.
  • 60  D.Q. Fuller, K. MacDonald, R. Vernet, 2007 ; K.C. MacDonald, R. Vernet, M. Martinon-Torres, D.Q. F(...)
  • 61  A. Person, T. Ibrahim, H. Jousse, A. Fink, C. Albaret, L. Garenne-Marot, V. Zeitoun, J.-F. Saliège(...)

26S. Amblard-Pison59 identifie ces structures à des bases de greniers dont les parties surélevées en bois, en vannerie et/ou en terre auraient disparu. L’existence à l’heure actuelle en Afrique occidentale de greniers sur pilotis aux soubassements de pierres disposées de façon comparable plaide en faveur de cette identification, que conforte aussi le contexte archéologique régional. Les alignements en question s’agencent en effet autour de maisons aux murs de pierres sèches, formant par endroit de vastes agglomérations. Plus de 400 villages sont recensés sur 300 km de falaise. La sédentarité des habitants ne fait ici guère de doute. Du mil de morphologie domestique était cultivé, comme l’attestent les empreintes de grains et les restes d’épillets observés à la loupe binoculaire et au microscope sur des centaines de tessons. Il ressort aussi de ces examens que le dégraissant végétal incorporait de la balle de céréales sauvages, issue des opérations de décorticage et de broyage sur les meules omniprésentes dans les villages (ce qui n’exclut pas d’autres utilisations pour ce matériel). Les datations 14C obtenues sur ce dégraissant et sur d’autres vestiges organiques délimitent un cadre chronologique s’inscrivant dans les deux derniers millénaires av. J.-C. À cette époque, les formations dunaires avoisinantes de la Majabat al-Koubra, au nord, et de l’Aouker, au sud, étaient gagnées par l’aridité, alors que l’étroite dépression du Baten au pied des Dhar Tichitt et Oualata était encore couverte de lacs et de marécages liés aux résurgences des nappes phréatiques. Aussi cette zone devait-elle être fort attractive pour les hommes. La densité de population rendait probablement indispensable le stockage des céréales dans des greniers pour leur consommation différée au cours des neuf mois de saison sèche. Parallèlement, la conservation des semences pouvait être réalisée dans de grandes jarres dont la présence est attestée par les fortes épaisseurs et faibles courbures de nombreux tessons. Le Dhar Néma, plus oriental, recèle, lui aussi, des soubassements en pierres de greniers, du matériel de mouture en abondance et de la poterie à dégraissant végétal incorporant, entre autres résidus organiques, des épillets de mil de morphologie domestique60. Les plus anciens de ces vestiges se rapportent au début du IIe millénaire av. J.-C. Comme il a été précisé dans la première partie à propos de l’intérêt des signaux biogéochimiques émis par les squelettes, des ossements humains attribuables à cette époque recèlent des teneurs en strontium et en baryum témoignant d’une alimentation à dominante végétale, en accord avec le contexte archéologique61.

  • 62  K. Manning, R. Pelling, T. Higham, J.-L. Schwenniger, D.Q. Fuller, 2011.
  • 63  J. Cauvin, 1994, p. 80.
  • 64  O. Aurenche, S.K. Kozlowski, 1999, p. 102.

27La consommation de mil domestique complétée par une cueillette de subsistance est attestée un demi-millénaire plus tôt dans le Bas-Tilemsi, au nord de Gao (Mali), ici encore par des datations sur le dégraissant végétal de tessons montrant des empreintes et des résidus de mil domestique mélangés à ceux de graminées sauvages62. Les structures de stockage sont inconnues dans ce secteur (il en est de même pour l’habitat), soit parce qu’elles ne se sont pas conservées, soit parce que les fouilles ne les ont pas encore révélées, à moins que le mil domestique consommé ait été importé. La domestication du mil est donc réalisée au nord-est de la moyenne vallée du Niger vers le milieu du IIIe millénaire av. J.-C. Aucune date plus ancienne relative à cet événement n’a été enregistrée jusqu’ici. Un certain laps de temps sépare toujours les premières pratiques agricoles de l’apparition des formes domestiques. Mais quelle valeur lui attribuer : quelques siècles, un millénaire, plusieurs millénaires ? Et comment qualifier cette période ? J. Cauvin63 parle à son sujet d’agriculture « prédomestique ». En démontrer l’existence est problématique puisque rien ne distingue alors les graminées spontanées des graminées cultivées. Pour O. Aurenche et S.K. Kozlowski64, on ne peut parler d’agriculture et de populations agricoles que lorsque l’on retrouve des plantes morphologiquement domestiques.

Cultiver les céréales

  • 65  J. Clotault, A.-C. Thuillet, M. Buiron, S. De Mita, M. Couderc, B.I.G. Haussmann, C. Mariac, Y. Vi (...)
  • 66  S. Tostain, 1998, p. 479.
  • 67  S. Amblard, J. Pernes, 1989.
  • 68  D.Q. Fuller, 2003.
  • 69  C. Dupuy, 2010.

28La comparaison des empreintes génétiques de plusieurs lignées de mils sauvages et domestiques incline les généticiens à faire remonter les premières tentatives de mise en culture de cette céréale au début du IIIe millénaire av. J.-C. sur la frange sahélienne de l’Afrique de l’Ouest65. Serge Tostain66 en situe le berceau au nord/nord-est du fleuve Sénégal. Cette agriculture « prédomestique » précéderait donc de quelques siècles l’apparition du mil de morphologie domestique, Pennisetum glaucum, dans le Bas-Tilemsi, elle-même antérieure à celle avérée dès 1989 dans le Sud de la Mauritanie67. On sait, d’autre part68, que du mil de signature génétique ouest-africaine a été introduit et cultivé en Inde vers 1700 av. J.-C. La « miliculture » (mot emprunté à S. Tostain) était donc forcément maîtrisée en Afrique de l’Ouest avant cette époque. Notons au passage que cette transmission de cultivars à grande distance au cours de la première moitié du IIe millénaire av. J.-C. n’est pas totalement pour surprendre au regard des expressions rupestres de l’Adrar des Iforas, de l’Aïr et de régions plus septentrionales montrant des figures de zébus, de chevaux et de chars à timon unique et roues à rais. Ces animaux et ce type de véhicule en provenance du Proche-Orient furent adoptés dans le Nord de l’Afrique au cours de la première moitié du IIe millénaire av. J.-C.69, à l’époque où le mil ouest-africain gagnait l’Inde. Par leur synchronisme, ces événements plaident en faveur de relations à vaste échelle entre les continents africain et asiatique, sensiblement un millénaire après la naissance de la « miliculture » en Afrique de l’Ouest, d’après l’estimation des généticiens. Les fouilles à venir devraient permettre de mieux saisir l’importance et la régularité de ces échanges ainsi que les voies suivies.

  • 70  S.K. McIntosh, R.J. McIntosh, 1980; S. Murray, 2005.
  • 71  G. Second, 1985.
  • 72  D.Q. Fuller, 2004 ; C. Magnavita, P. Breunig, D. Ishaya, O. Adebayo, 2009 ; S.K. McIntosh, R.J. Mc(...)
  • 73  R. Pelling, 2008, p. 57.
  • 74  J.R. Harlan, 1993 ; M.A. Murrey, D.Q. Fuller, C. Cappeza, 2007.
  • 75  S., Boardman, 1999.
  • 76  C. Seignobos (dir.), 1984 ; C. Seignobos, Y. Marzouk, F. Sigaut (dir.), 2000.

29En l’état des connaissances, les domestications des autres céréales d’origine africaine cultivées aujourd’hui aux côtés du mil semblent dater de périodes plus récentes. Le riz, Oryza glaberrima, est présent dans la moyenne vallée du Niger au Ier millénaire av. J.-C70. Les données génétiques situent sa domestication en Afrique de l’Ouest, sans plus de précisions71. Le sorgho, Sorghum bicolor, est attesté dans cette même région et dans des régions plus orientales, jusque dans le Nord du Soudan, aux alentours des débuts de l’ère chrétienne72 ; il est cultivé au Fezzan à Germa au cours des derniers siècles av. J.-C.73. Le lieu et le processus de domestication de cette céréale sont toujours discutés. Puis apparaissent à des dates encore imprécises l’éleusine, Eleusine coracana, et le fonio, Digitaria exilis74. Mentionnons la domestication probable du teff, Eragrostis tef, au Ve siècle av. J.-C. dans le secteur d’Axoum, au nord de l’Éthiopie75. Ces diverses cultures se développent alors que la métallurgie du fer se répand et permet la fabrication d’instruments aratoires aux performances variées, favorisant l’exploitation agricole de nouvelles terres et progressivement la mise au point des techniques culturales toujours en vigueur aujourd’hui76.

  • 77  J.R. Harlan, 1989 ; A. Luxereau, 2003 ; S. Tostain, 1998, p. 483.
  • 78  J. Pernes, 1983, extraits des pages 911-913, 915 et 917 rapprochés ici artificiellement.

30La domestication du mil témoigne d’un tournant dans la préhistoire africaine : le passage à un mode d’économie fondé sur la production de grains. Toutefois, la réalité a peut-être été plus complexe que ne le font supposer les données actuelles. On ne peut exclure, en effet, que, parmi les espèces de graminées spontanées aujourd’hui collectées en Afrique dans un but alimentaire77, quelques-unes aient fait l’objet de tentatives de domestication plus anciennes que celles menées sur le mil. Ces essais, s’ils ont eu lieu, n’ont pas donné de résultats visibles parce que, à la différence du mil, comme l’explique J. Pernès78, « de telles plantes n’avaient pas de dispositions génétiques ou reproductives qui favorisaient l’émergence et le maintien d’un type cultivé ». Voyons pourquoi la domestication du mil a réussi et pourquoi, a contrario, d’autres domestications, à supposer qu’elles aient été tentées, ont échoué et quelles conséquences cela peut avoir pour notre propos. J. Pernès ajoute :

Le mil sauvage est de forme buissonnante, chaque touffe porte des centaines de petits épis arrivant à maturité de façon très échelonnée. De plus les graines sont attachées sur l’épi par un pédicelle court qui se rompt facilement au fur et à mesure de leur arrivée à maturité. Elles sont entourées de longues soies qui leur permettent d’être emportées au loin par le vent. À l’inverse, le mil domestique porte de gros épis, mais en petit nombre, arrivant à maturité à peu près simultanément, auxquels les grains sont fermement attachés par un pédicelle long. Ces caractères sont très utiles à l’agriculteur qui peut ainsi récolter le maximum de grains en un minimum de temps avec économie d’énergie. De plus, les soies pratiquement absentes simplifient les préparations culinaires. La diminution de l’enveloppe des grains (glumes et glumelles) assure, en outre, une germination rapide et synchrone. Ces transformations morphologiques sont contrôlées par cinq gènes situés sur un même chromosome qui se transmettent en bloc d’une génération à la suivante. Cette configuration particulière assure ainsi la stabilité génétique de la plante cultivée.

  • 79  G. Willcox, 2000, p. 131.
  • 80  H. Jousse, 2004 ; K. Manning, 2011.
  • 81  P. Dubreuil, M. Warburton, M. Chastanet, D. Hoisington, A. Charcosset (2006, p. 289) font état de (...)

31Les graminées privées de cette propriété ne pourront évoluer morphologiquement dans un sens favorable à l’agriculteur. Mais l’aptitude de la plante à se transformer, si indispensable soit-elle, est en soi insuffisante pour que se réalise sa domestication. En effet, la forme mutante n’apparaît dans la nature que « tous les 2 à 4 millions de plantes79 ». De plus, elle est interféconde avec la forme sauvage. L’hybridation conduit en quelques générations à un retour vers la morphologie spontanée. Sans intervention humaine, les mutants sont voués à demeurer marginaux. Leur multiplication ne peut s’opérer que si les graines porteuses du syndrome de la domestication sont sélectionnées, puis semées. Les préhistoriens et les paléobotanistes s’accordent à penser que la récolte tardive des graminées sauvages par fauchage ou arrachage a favorisé la collecte des mutants à épillets persistants ou faiblement caducs. On peut se demander si le bétail n’y aurait pas aussi contribué de façon fortuite. L’élevage des taurins, des chèvres et des moutons était largement répandu dans la bande saharo-sahélienne au IIIe millénaire av. J.-C.80. Supposons que ces animaux aient été alors nourris, durant la saison sèche, de fourrage ramassé en brousse, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Les herbes spontanées, coupées, arrachées, rassemblées en gerbes, puis transportées jusqu’aux lieux de vie, devaient comprendre une majorité de tiges dépourvues de leurs grains, car ceux-ci étaient tombés au sol au moment des manipulations, auxquelles se mêlaient quelques mutants à rachis solide qui, eux, en étaient pourvus. Ingurgités par le bétail, ces grains non déhiscents acquéraient un fort pouvoir germinatif par suite de leur transit dans le tube digestif. Là où les déjections animales s’accumulaient, notamment dans les zones de parcage et dès lors que la nature reprenait ses droits, la proportion des mutants devait être plus élevée qu’ailleurs. Les semences étaient-elles recueillies en ces lieux ? Des expérimentations mériteraient d’être menées afin de juger de la validité de cette hypothèse. Après les semailles, si les agriculteurs n’y prenaient garde, la proximité des formes sauvages et des formes domestiques pouvait conduire à une multiplication des hybrides dans leurs champs. Trois stratégies exclusives ou conjuguées s’offraient à eux pour limiter ce risque : ensemencer en des lieux éloignés des populations spontanées, cultiver suivant un calendrier décalé par rapport au cycle végétatif naturel81, éliminer des champs les intrus avant leur floraison.

32Les hasards de la génétique alliés à l’observation humaine ont conduit aux résultats que l’on sait pour la domestication du mil. Qu’à un moment ou à un autre un maillon ait manqué dans l’enchaînement décrit, et le processus de domestication en cours pouvait échouer. Cela s’est-il produit ? Si oui, cela supposerait l’existence de plusieurs tentatives avant que la morphologie utile à l’agriculteur ait fini par s’imposer.

  • 82  G. Camps, 1968.
  • 83  G. Quéchon, 2002.
  • 84  En s’appuyant sur des observations ethnographiques relatives à la division sexuelle du travail, R. (...)
  • 85  P.C. Anderson, 2000, p. 105. D’après J. Pernes (1983, p. 912), les enveloppes épaisses entourant c (...)

33La question d’une « miliculture » dès l’holocène ancien a été posée par G. Camps82 suite à ses fouilles menées dans le site Amekni (Ahaggar). Une population s’installe en ce lieu dans le courant du VIIe millénaire av. J.-C. Un abondant matériel de broyage est utilisé. De la poterie est fabriquée. La palynologie révèle, entre autres données floristiques, deux pollens de mil de taille relativement importante, attribués à une espèce cultivée, et des liguliflores, adventices du type Launaea-Picris, qui se développent lorsque la terre est retournée. L’hypothèse d’un travail du sol pour semer le mil est avancée. Ces données, qui restent uniques et isolées, doivent être considérées avec prudence pour diverses raisons. Les pollens peuvent être transportés par le vent sur de très grandes distances. De plus, leur dimension micrométrique les prédispose à s’infiltrer à travers les sédiments et, par là, à être intrusifs dans les niveaux archéologiques. Enfin, le critère de taille pour décider du caractère sauvage ou domestique des céréales est incertain. Il n’en reste pas moins qu’Amekni a livré du matériel de broyage et de la poterie, comme d’autres sites contemporains du Sahara central et du Sahel. Les gisements préhistoriques étudiés par G. Quéchon83 à Termit, au sud-est du Ténéré (Niger), en font partie. Une panoplie d’outils particulière, comprenant des pics bifaces, des haches polies et, surtout, des plaquettes de grès ogivales encochées, singularise quelques sites de ce secteur. Cette industrie est supposée contemporaine des meules, des molettes et de la céramique présentes par ailleurs. G. Quéchon est enclin à attribuer ces vestiges à des agriculteurs : les meules et les molettes seraient assimilables à du matériel de meunerie, la poterie à de la vaisselle pour la cuisson des céréales, les plaquettes de grès ogivales encochées à des lames de houe destinées au travail de la terre pour les semailles. L’auteur émet, en outre, l’hypothèse d’une « miliculture » sur sol léger, peut-être pratiquée par des agricultrices sous couvert que « les prémices de la méthode expérimentale seraient dues à la moitié la plus sédentaire et le plus patiente de la population, les femmes84 ». Ses hypothèses, si stimulantes soient-elles, appellent quelques commentaires qui renvoient pour partie à des remarques déjà formulées ci-dessus. En l’absence d’examen sous fort grossissement, les meules et molettes de l’holocène ancien, à Termit comme ailleurs, ont pu servir à d’autres opérations qu’au décorticage des grains par broyage. En l’absence de traces de passage au feu et de dépôts calcinés, la poterie associée n’a pas forcément été utilisée pour la préparation de bouillies de céréales. Quant au matériel d’abattage, de défrichage et de travail du sol, si son emploi pour l’aménagement d’espaces domestiques ne fait guère de doute, son utilisation pour la préparation des champs reste à démontrer. Notre réticence sur ce dernier point vient d’observations faites à Jalès (Ardèche, France), où des semis expérimentaux ont permis de constater que les graines d’espèces sauvages et d’espèces domestiques primitives se développent mieux sur un terrain non labouré, au besoin nettoyé de sa végétation spontanée par arrachage ou brûlis, qu’après un enfouissement dans la terre retournée85. Les outils aratoires ne s’imposaient donc pas aux premiers temps de l’agriculture. Par conséquent, les plaquettes de grès ogivales encochées de Termit ne représentent pas forcément des lames de houe.

  • 86  C’est à cette position prudente que se rangent S. Amblard et G. Quechon, 1994.

34Les fonctions technologiques du matériel archéologique de l’holocène ancien mis au jour au Sahara et au Sahel restent en l’état trop incertaines pour que l’on puisse accepter sans réserve l’idée de pratiques agricoles et/ou d’une exploitation intensive des graminées spontanées dès cette époque ; ce qui ne veut pas dire qu’il faille rejeter ces possibilités86. Les incertitudes pourraient être levées de diverses manières :

  • par les découvertes de tessons montrant des traces de passage au feu ou des dépôts calcinés ;

  • par des analyses chromatographique et spectrométrique sur ces tessons, mais aussi sur ceux à dégraissant minéral déjà connus, susceptibles de comprendre quelques résidus alimentaires imprégnés dans leur épaisseur ;

  • par les découvertes de grains accumulés dans des structures domestiques (foyers, silos, ateliers de meunerie…) ;

  • par l’observation au microscope des outils de coupe, de la céramique et des dents humaines ;

  • par des analyses biogéochimiques sur des restes humains fossiles ;

  • par l’identification des phytolithes aux endroits où l’on peut s’attendre à en trouver dans l’hypothèse d’une exploitation des graminées à des fins alimentaires.

  • 87  K. Neumann, 2003 ; K. Manning, 2010.
  • 88  A. Ballouche, 2002 ; C. Floret, R. Pontanier, G. Serpentié, 1993.

35En l’état des connaissances, aucune donnée archéologique n’abonde en faveur d’une céréaliculture avant le IIIe millénaire av. J.-C. Le mil semble bien avoir été la première graminée africaine domestiquée entre la moyenne vallée du Sénégal et la moyenne vallée du Niger. Les restes paléobotaniques actuellement connus révèlent que sa culture se répand en quelques siècles dans la bande saharo-sahélienne du bassin du fleuve Sénégal au bassin du lac Tchad87. Les diagrammes polliniques enregistrés dans plusieurs sites témoignent en outre du développement d’une savane à combrétacées sur les sols sablonneux du Sahel il y a un peu plus de trois mille ans. Cette évolution du paysage résulterait d’une extension des défrichements pour la culture du mil suivie de jachères88. Aucune preuve botanique ne vient à l’appui d’une domestication des autres graminées africaines avant le Ier millénaire av. J.-C.

  • 89  S. Nixon, M.A. Murray, D.Q. Fuller, 2011. Du blé est consommé à Dia (moyenne vallée du Niger) à pa (...)
  • 90  T. Insoll, 1996 ; 2000.
  • 91  M. Chastanet, 2010.

36Du blé en provenance des oasis sahariennes, voire du Maghreb est introduit au VIIIe siècle apr. J.-C. à Essouk dans l’Adrar des Iforas (Mali)89. Sa culture locale par irrigation est probable dès cette époque. La découverte dans ce même site et, plus au sud, à Gao et ses alentours90, de tessons percés suggère l’usage de couscoussiers pour une cuisson à la vapeur de couscous de céréales à partir de la fin du Ier millénaire apr. J.-C., annonciatrice de la « civilisation du couscous » de mil et de sorgho de l’Afrique de l’Ouest, documentée par les textes arabes, puis européens91.

Protéger les champs et les récoltes

  • 92  La présence du chien domestique n’est attestée en Afrique qu’à partir du milieu du VIe millénaire (...)
  • 93  A. Lericollais, J. Schmitz, 1984, p. 448-450, et observations personnelles dans le Sahel malien et (...)
  • 94  M. Raimbault, 1995.
  • 95  S’agit-il de poids de bâtons à fouir pour ameublir et fouiller le sol ? Ces ustensiles sont apparu (...)
  • 96  De nombreux dispositifs comparables étudiés par C. Seignobos (1980) ont été réalisés dans le Nord (...)
  • 97  G. Arcangioli, L. Rossi, 1994 ; H. Riemer, 2004 ; F. Berger, 2009.
  • 98  S. Amblard-Pison, 2006.
  • 99  Tout un faisceau d’indices concordants tirés de l’art rupestre permettent cette estimation chronol (...)
  • 100  M. Chauveau, 2005 ; M. Wuttmann, 2001.
  • 101  D.J. Mattingly, S. al-Aghab, M. Ahmed, F. Moussa, M. Sterry, A.I. Wilson, 2010, p. 123-124 et p. 1 (...)

37Les animaux sauvages constituent une menace pour les cultures. Diverses mesures de protection sont prises à cet effet : présence de chiens92, chasses collectives, émission régulière de bruits, confection d’épouvantails, brûlis, enfumage par combustion des déjections animales, édification de clôtures, de palissades ou de murs93. Seule cette dernière stratégie peut laisser des traces durables au sol. Les plus anciens vestiges susceptibles de s’y rapporter ont été relevés et étudiés par Michel Raimbault94 au nord du Tilemsi (Sahara malien). Il s’agit de onze enceintes à double parement de pierres dans lequel des espèces végétales agressives (épineux, euphorbiacées…) avaient été probablement dressées, sinon plantées ; ce qui impliquerait dans ce cas une certaine forme d’arboriculture. Trois datations sur charbons issus de sondages situent leurs constructions entre le début du IVe millénaire et la fin du IIIe millénaire av. J.-C. Les plus grandes structures s’étirent sur 400 m et délimitent des surfaces circulaires ou elliptiques de l’ordre de 11 ha. Des groupes s’adonnaient à leurs activités domestiques dans ces espaces protégés où l’on retrouve des haches, des herminettes, du matériel de broyage assez abondant, des anneaux de pierre95, des outils taillés, des éclats de taille, de la poterie dégraissée au sable et des restes de taurins. Il est intéressant de noter que ces lieux clos de haies végétales sont occupés à l’époque supposée des premières expérimentations agricoles sur le mil et le sont encore lorsque cette céréale est consommée sous sa forme domestique quelques centaines de kilomètres au sud, dans le Bas-Tilemsi. De fait, on peut se demander, dans l’attente de fouilles extensives, si ces enceintes du Sahara malien n’auraient pas servi à protéger des champs et récoltes contre l’appétit des prédateurs plutôt qu’à dissuader quelques pilleurs de s’y attaquer96. Des alignements de pierres sont connus par ailleurs au Sahara97. Les blocs dressés, parfois de grande taille, s’agencent sur des kilomètres. Certains de ces ouvrages peuvent être qualifiés de constructions mégalithiques. Leurs âges et fonctions sont indéterminés : parc à bétail, enclos destinés à la capture du gros gibier, mise en défens de prairies à graminées spontanées, délimitation et protection de terroirs agricoles… ? Signalons que des surfaces closes de murs comprises entre 14 a et 9 ha ont été identifiées à d’anciens jardins et/ou champs dans quelques villages établis au sommet des Dhar Tichitt et Oualata grâce à la présence de sédiments riches en argile et matière organique, prélevés dans les formations lacustres de pied de falaise et remontés jusqu’à ces lieux de culture pour améliorer la fertilité des sols sablonneux98. L’art rupestre du Sahara témoigne de l’intérêt porté au palmier dattier à partir de l’époque des chars, soit dès la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C.99 : est-ce à dire que des palmeraies étaient entretenues et que la culture irriguée était pratiquée dès cette époque ? Les données actuelles ne permettent pas de répondre. On sait seulement que le captage de l’eau des nappes phréatiques et leur acheminement par des galeries souterraines vers les terres arables en aval, selon un système introduit par les Perses appelé foggara, qanat ou qânet, sont attestés vers le milieu du Ve siècle av. J.-C. à Ayn-Manâwîr (oasis de Kharga) dans le désert Libyque égyptien100 et au IIe siècle av. J.-C. au Fezzan101.

  • 102  S. Amblard-Pison, 2006.
  • 103  R.M.A. Bedaux, T.S. Constandse-Westermann, L. Hacquebord, A.G. Lange, J.D. Vander Waals, 1978 ; S. (...)
  • 104  R.M.A. Bedaux, 1972 ; R.M.A. Bedaux, A.G. Lange, 1983 ; E. Huysecom, 2009.
  • 105  C. Magnavita, P. Breunig, D. Ishaya, O. Adebayo, 2009.
  • 106 Idem.
  • 107  S.K. McIntosh, R.J. McIntosh, 1980.
  • 108  A. Schmidt, K. Sanogo, D. Keita, 2005.

38L’apparition au IIe millénaire av. J.-C. d’éperons barrés et de villages ceints de murailles au sommet et sur les pentes des Dhar Tchitt et Oualata, dans le Sud mauritanien, atteste d’une menace d’un genre nouveau102. Celle-ci se précise par ailleurs au cours des derniers siècles avant l’ère chrétienne. Les levées alluviales au cœur de la moyenne vallée du Niger, naturellement protégées par l’eau du fleuve, sont colonisées et mises en culture103. La conquête de ces milieux humides peu salubres manifeste probablement une volonté de protection des champs et des récoltes contre des pilleurs. Cette hypothèse paraît d’autant plus probable que, à la même époque et à quelque 100 km de là, des dizaines de greniers tronconiques en argile sont construits dans des grottes de la falaise de Bandiagara à Pégué-Sanga104. Au sud-ouest du lac Tchad, à partir du Ve siècle av. J.-C., de larges et profonds fossés creusés autour d’habitations rassemblées sur des dizaines d’hectares, et peut-être associés à de puissants murs de terre, attestent un même souci de protection105. Cette organisation ne va pas sans évoquer celle des époques ultérieures. Les agglomérations de Zubo et de Dorota dans ce même secteur du lac Tchad106, occupées au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne, sont cernées de fossés probablement contigus à des remparts de terre qu’ont fait disparaître les intempéries. Plus à l’ouest, dans la moyenne vallée du Niger, les villes de Djenne-Jeno107 et de Dia-Shoma108 sont ceintes de puissants murs à base de briques d’argile crue, respectivement à partir du ixe siècle et du xive siècle apr. J.-C.

L’exploitation du lait

  • 109  La comparaison des figures rupestres avec, d’une part, les données enregistrées dans les domaines (...)

39L’intérêt porté au lait est illustré de différentes manières et de façon marginale dans les arts rupestres du Sahara, depuis les expressions gravées anciennes datables des VIe-IVe millénaires av. J.-C. jusqu’aux plus récentes de l’époque du dromadaire réalisées à partir des ive-ve siècles apr. J.-C.109. Quelques scènes montrent des personnages buvant directement au pis ou des traites sur le côté (fig. 9a, 9b et 9c), au cours desquelles le lait est recueilli dans des récipients hémisphériques (poterie, bois sculpté ou calebasse ouvragée ?).

Figure 9a : Petits personnages buvant directement au pis dans le Djebel el-‘Uweynat

Figure 9a : Petits personnages buvant directement au pis dans le Djebel el-‘Uweynat

Peinture datable des alentours du IVe millénaire av. J.-C. (désert Libyque).

D’après A. Zboray, 2009.

Figure 9b : Traite sur le côté dans le Messak Settafet (Wadi Tiksatin)

Figure 9b : Traite sur le côté dans le Messak Settafet (Wadi Tiksatin)

Gravures datables des VIe-IVe millénaires av. J.-C. (Sud-Ouest de la Libye).

Relevés et photos de A. et A.-M. Van Albada, 1996 et 2000.

Figure 9c : Traite sur le côté dans le Messak Settafet (Wadi Erahar)

Figure 9c : Traite sur le côté dans le Messak Settafet (Wadi Erahar)

Gravures datables des VIe-IVe millénaires av. J.-C. (Sud-Ouest de la Libye).

Relevés et photos de A. et A.-M. Van Albada, 1996 et 2000.

  • 110  J.-L. Le Quellec, 2011.

40Parfois un éleveur se tient debout derrière une vache pour provoquer, en l’absence du veau, le réflexe de la descente du lait par insufflation dans son vagin (fig. 9d), une technique encore pratiquée aujourd’hui en Afrique110.

Figure 9d : Traite d’une vache pendant qu’est pratiquée l’insufflation dans son vagin

Figure 9d : Traite d’une vache pendant qu’est pratiquée l’insufflation dans son vagin

Peinture de l’Immidir datable des IVe-IIIe millénaires av. J.-C. (Ahaggar, Algérie).

Photo de Y. Gauthier tirée de J.-L. Le Quellec, 2011, p. 82, fig. 19.

  • 111  M. Gast, 2008.

41La valeur accordée au lait est aussi suggérée par des représentations isolées de vaches, plus rarement de chèvres, exceptionnellement de brebis et, postérieurement au ive siècle apr. J.-C., de chamelles. Ces femelles laitières sont reconnaissables à leurs pis exagérément gonflés vus de côté ou de derrière (fig. 9e). Le dessin de la mamelle se limite parfois aux tétines rendues par quatre traits parallèles placés entre les membres postérieurs ou bien sous la ligne ventrale, dans une position et dans des proportions irréalistes (fig. 9f). Certains bergers touaregs dessinent encore parfois aujourd’hui sous les abris rocheux de leur région des chamelles au pis magnifié (fig. 9g) dont le lait est très prisé111.

Figure 9e : Vache au pis magnifié de l’Enneri Borboré

Figure 9e : Vache au pis magnifié de l’Enneri Borboré

Peinture datable des IVe-IIIe millénaires av. J.-C. (Tibesti, Tchad).

D’après A. Boccazzi et D. Calati, 2001-2002, pl. M.

Figure 9f : Vache à large encornure lyriforme aux trayons rendus par trois traits parallèles disposés sous la ligne ventrale

Figure 9f : Vache à large encornure lyriforme aux trayons rendus par trois traits parallèles disposés sous la ligne ventrale

Gravure datable des alentours du IIe millénaire av. J.-C. (Adrar des Iforas, Mali).

Photo C. Dupuy.

Figure 9g : Chamelle au pis dessiné sous le ventre, entourée de chamelons

Figure 9g : Chamelle au pis dessiné sous le ventre, entourée de chamelons

Gravure réalisée postérieurement au ve siècle apr. J.-C. (Oued Djerat, Tassili-n-Ajjer, Algérie).

Photo C. Dupuy.

42Les pasteurs du Sahara à tradition d’art rupestre ont donc su tirer profit de la production laitière de leurs animaux et ce, semble-t-il, dès l’apparition de l’élevage dans le Nord de l’Afrique au VIe millénaire av. J.-C. Ces données iconographiques se trouvent confortées par de récentes analyses archéozoologiques et par des mesures physiques tout dernièrement obtenues sur des tessons.

  • 112  J. Lesur, F. Briois, B. Midant-Reynes, M. Wuttman, 2011.
  • 113  « En partie tourné vers l’exploitation du lait » car les restes osseux d’animaux domestiques – bœu (...)
  • 114  J. Dunne, R.P. Evershed, M. Salque, L. Cramp, S. Bruni, K. Ryan, S. Biagetti, S. Di Lernia, 2012.
  • 115  G. Bailloud, 1997, p. 87-100.
  • 116  C. Dupuy, 2010, p. 34-35.
  • 117  M. Klee, B. Zach, H.-P. Stika, 2004.
  • 118  S. Amblard-Pison, 2006, p. 238.

43Des ossements de chevreaux et de veaux abattus en bas âge au voisinage de Kharga (oasis égyptienne du désert Libyque), durant la première moitié du Ve millénaire av. J.-C.112, suggèrent un élevage en partie tourné vers l’exploitation du lait de chèvre, de brebis et de vache113. Par ailleurs, des analyses chromatographiques et spectrométriques couplées à l’enregistrement de signaux isotopiques, réalisées sur des tessons de la fin du VIe millénaire av. J.-C. au début du IVe millénaire av. J.-C. issus de l’abri de Takarkori (Tadrart Akoukas, Libye), ont révélé des imprégnations de graisses comparables à celles présentes dans le lait de vache114. L’éventail des lipides mis en évidence sur une dizaine de tessons plaide, en outre, en faveur de préparations culinaires à base de lait et de plantes d’espèces malheureusement indéterminées. Par ailleurs, des scènes peintes à Gaora dans l’Ennedi suggèrent une alimentation lactée et végétale. On y voit des vaches au pis magnifié aux côtés de femmes en train de piler et de moudre, à proximité de greniers sur pilotis et de clôtures115. Les hommes figurés dans ce contexte sont armés de lances à pointe foliacée suggérant l’emploi du métal. Ce type d’arme se généralise dans le Sud du Sahara au cours du Ier millénaire av. J.-C.116 alors que la culture du mil est attestée non loin de là, autour du lac Tchad117. Les femmes de Gaora seraient-elles en train de décortiquer du mil en vue de l’accommoder avec des laitages ? On ne saurait l’affirmer. En revanche, une telle préparation était probablement réalisée dans les villages des Dhar Tichitt et Oualata au cours des deux derniers millénaires av. J.-C. En effet, les rochers à l’air libre, au voisinage immédiat des habitations, se trouvent ornés de gravures de taurins en nombre prédominant parmi lesquels les vaches occupent une place de premier plan. Çà et là, quelques chèvres les accompagnent. Ces représentations de femelles laitières dénotent un intérêt pour le lait de la part des villageois qui, rappelons-le, s’adonnaient à la culture du mil et à la cueillette des céréales spontanées118. De fait, les grains devaient être régulièrement consommés avec des laitages. Au regard de l’art rupestre dominé par les taurins et ignorant le monde végétal, il semblerait que le lait et la viande aient recouvert ici des valeurs sociales, économiques et symboliques plus fortes que les graines nourricières. Le prestige lié à la possession de bétail l’emportait-il sur celui lié à la disposition d’importantes réserves de grains ?

Conclusion et réflexions

44Les données présentées ci-dessus, opération par opération, peuvent se ranger dans trois époques distinctes, chacune étant source de réflexions spécifiques.

Du XXe millénaire av. J.-C. au VIe millénaire av. J.-C. : une hypothétique exploitation alimentaire des grains spontanés

45Ni les traces d’usage ni les restes de graminées ne permettent d’affirmer qu’à cette époque les microlithes, les meules, les molettes et la poterie aient servi à faucher les céréales sauvages, à débarrasser les grains de leurs enveloppes indigestes et à les cuire sous forme de bouillies. Cet équipement a pu être utilisé à d’autres fins. Ces incertitudes pourraient être levées par les apports de fouilles archéologiques à venir et par des analyses de laboratoire sur le matériel déjà découvert. En l’état, il est prématuré d’affirmer une exploitation intensive des graminées spontanées et, plus encore, d’envisager des pratiques agricoles, étant donné que les preuves d’occupation permanente font défaut. Aucun indice de sédentarité et de stockage n’a été mis en évidence jusqu’ici. Aussi l’emprise humaine sur le milieu naturel au voisinage immédiat des lieux de vie devait-elle être faible, d’autant que les pluies bien réparties sur l’année du début de l’holocène assuraient l’abondance du gibier, la régénération de la végétation et, en particulier, la multiplication des graminées spontanées. Pourquoi, dans cette situation, des groupes auraient-ils constitué des semences et ouvert des champs ? Certes les conditions climatiques ne peuvent, à elles seules, tout expliquer. Des impératifs sociaux et/ou religieux ont pu encourager le contrôle du cycle végétatif de certaines graminées. Cependant, seule la découverte de grains de morphologie domestique permettrait d’abonder dans ce sens…

Du VIe millénaire av. J.-C. au début du IIIe millénaire av. J.-C. : des laitages peut-être consommés avec des grains spontanés

46L’exploitation du lait de vache au début de l’élevage ne prête guère à discussion puisque cette pratique se trouve illustrée dans les gravures rupestres anciennes du Sahara central, réalisées entre les VIe et IVe millénaires av. J.-C. Elle se trouve confirmée depuis peu, d’une part, par les découvertes d’ossements de veaux et de chevreaux abattus en bas âge au sud-est du désert Libyque durant la première moitié du Ve millénaire av. J.-C. et, d’autre part, par les graisses de lait de vache conservées dans des pots de terre cuite du Sahara central utilisés entre les VIe et IVe millénaires av. J.-C. Cet intérêt porté au lait traverse les millénaires jusqu’à nos jours, comme le montrent, dans différentes régions sahariennes, les gravures et les peintures rupestres de vaches, de chèvres, de brebis et, pour finir, de chamelles. Comment évaluer la place que tenaient les céréales dans le menu des auteurs de ces figurations puisque ceux-ci n’ont relaté dans leur art aucune scène qui puisse être rattachée à une pratique de la cueillette ? Cette absence reçoit plusieurs explications. Les situations évoquées ne sont pas forcément exclusives ; leur conjugaison suivant les époques et les régions ne saurait être exclue. La nourriture végétale était peut-être délaissée par ces éleveurs au profit d’une alimentation centrée sur le lait et la viande (aucune donnée n’indique qu’ils buvaient le sang de leurs animaux), à moins que les graminées spontanées n’aient été récoltées en période de disette comme aliments d’appoint. Associée à l’idée de misère, cette activité ne pouvait figurer au sein d’images idéalisées d’éleveurs dans la force de l’âge, aux côtés de leurs animaux bien portants. Mais on peut aussi supposer l’inverse, c’est-à-dire envisager que les céréales sauvages étaient un aliment très commun, un aliment de base que les éleveurs consommaient sans ressentir l’intérêt d’en faire état sur les rochers qu’ils ornaient d’animaux domestiques, notamment de taurins, considérés comme des biens de prestige. La mobilité des pasteurs et la division sexuelle du travail en découlant n’auraient-elles pas favorisé cette attitude ? La récolte des céréales sauvages et leur préparation étaient peut-être réalisées par les femmes pendant que les hommes accompagnaient les troupeaux en brousse et exprimaient sur les rochers à l’air libre certaines de leurs préoccupations tournées vers l’extérieur des campements, excluant de leur production graphique toute opération réalisée sur les grains par la gent féminine (les scènes peintes à Gaora, en Ennedi, dans lesquelles se trouvent dessinées quelques femmes en train de moudre et de piler, font exception). Une dernière possibilité mérite d’être considérée dès lors que l’on s’écarte de l’idée reçue d’un peuplement saharien entièrement acquis à l’économie pastorale, ce dont témoigneraient les expressions peintes et gravées de cette région privilégiant cet univers. Peut-être les céréales étaient-elles récoltées et consommées par des groupes de chasseurs-cueilleurs aux identités distinctes des pasteurs à tradition d’art rupestre. Lesquels, par conséquent, auraient exclu de leurs expressions un mode de subsistance en partie fondé sur l’exploitation des ressources végétales, qui dérogeait aux fondements socioculturels de leur économie de production fondée sur l’élevage.

À partir du IIIe millénaire av. J.-C. : une nourriture à base de lait et de céréales domestiques et sauvages

47L’apparition du mil de forme domestique vers le milieu du IIIe millénaire av. J.-C. dans le Bas-Tilemsi démontre l’intérêt alimentaire porté pour cette céréale alors que l’aridité du Sahara s’accentue. Dès lors, les graminées spontanées de la steppe et de la savane ne suffisent peut-être plus à satisfaire les besoins des humains en grains et, simultanément, des animaux en herbe et en fourrage. La « miliculture », une fois maîtrisée, va donner à la société un levier important pour pallier les déficiences de la pluviosité et une pression anthropique toujours plus forte. Mais l’agriculture a ses contraintes : sélection, accumulation et conservation des semences, semailles, surveillance des champs, stockage des grains, protection des récoltes. Malgré cela, son succès est rapide. Sa propagation en quelques siècles dans une vaste aire géographique témoigne de sa nécessité. L’éventail des stratégies, dès lors, s’élargit : économie à large spectre, là où les biotopes permettent de concilier chasse, pêche, collecte, élevage et agriculture ; cultures de décrues en bordure des fleuves, des rivières et des bas-fonds argileux se remplissant d’eau durant la mousson ; céréaliculture extensive pendant l’hivernage, préférentiellement sur sols sablo-limoneux pour le mil ; élevage nomade en milieu plus aride ; semi-nomadisme conjuguant pratiques agricoles et pastorales dans les milieux physiques contrastés ; combinaison de la chasse et de l’agriculture selon les besoins. La cueillette des grains spontanés, toujours pratiquée aujourd’hui, n’a probablement jamais cessé depuis l’apparition de l’agriculture… La pluralité des modes de vie s’accompagne d’une plasticité des organisations politiques, d’une intensification des échanges marchands, du développement d’un artisanat spécialisé dont la métallurgie fait partie, d’une course au prestige et aux innovations. Les convoitises sont attisées, les conflits parfois exacerbés, les hiérarchies sociales s’accentuent. On peut supposer que, parallèlement à ces changements, des recettes de cuisine évoluent tandis que d’autres se maintiennent, selon les circonstances, les lieux et les modes de vie.

48La diversité des plats actuels centrés sur les céréales, accommodés ou non de laitages, relève pour partie de cette histoire. Indépendamment des époques considérées ci-dessus, il demeure encore impossible de répondre aux questions suivantes : comment les grains étaient-ils préparés et consommés ? Quelle était leur part dans l’alimentation ? Quelles boissons les accompagnaient ? Cette histoire reste à écrire. Les saveurs des plats et des boissons d’origines saharienne et sahélienne n’en seront, à terme, que plus renforcées.

Haut de page

Bibliographie

Amblard, S., 2006, Communautés villageoises néolithiques des Dhar Tichitt et Oualata (Mauritanie), Oxford, BAR International, Series 1546.

Amblard-Pison, S., 1996, « Greniers néolithiques sur pilotis du Sahara méridional (Dhar Tichitt et Oualata, Mauritanie) », L’Anthropologie (Paris), 100 (2-3), p. 356-365.

Amblard-Pison, S., 2002, « Quatre mille ans d’histoire du mil en Mauritanie sud-orientale », in M. Chastanet, D. Juhe-Beaulaton et F.-X. Fauvelle-Aymar (dir.), Cuisine et société en Afrique : histoire, saveurs, savoir-faire, Paris, Karthala, p. 119-129.

Amblard-Pison, S., 2006, Communautés villageoises néolithiques des Dhars Tichitt et Oualata (Mauritanie), Oxford, BAR International Series 1546.

Amblard,S.,Pernes, J., 1989, « The identification of cultivated pearl millet (Pennisetum) amongst plant impressions on pottery from Oued Chebbi (Dhar Oualata, Mauritania) », The African Archaeological Review, 7, p. 117-126.

Amblard, S., Quechon, G., 1994, « L’agriculture néolithique au Sahara méridional : faits, théories et contradictions », in Milieux, hommes et techniques du Sahara préhistorique. Problèmes actuels, Paris, L’Harmattan, p. 162-170.

Anderson, P.C., 2000, « La tracéologie comme révélateur des débuts de l’agriculture », in J. Guilaine (dir.), Naissances des agricultures, séminaire du Collège de France, Paris, Errance, p. 99-119.

Anderson-Gerfaud, P., Deraprahamian, G., Willcox, G., 1991, « Les premières cultures de céréales sauvages et primitives au Proche-Orient néolithique : résultats préliminaires d’expériences à Jalès (Ardèche) », Cahiers de l’Euphrate, 5-6 (Paris, ADPF), p. 191-232.

Arcangioli, G., Rossi, L., 1994, « Monumenti preislamici scoperti nell’Erg Djourab (Ciad) », Sahara, 6, p. 104-108.

Aubaile-Sallenave, F., 2010, « Céréales vertes, céréales de fête, céréales antiques au Maghreb », in H. Franconie, M. Chastanet, F. Sigaut (dir.), Couscous, boulgour et polenta. Transformer et consommer les céréales dans le monde, Paris, Karthala, p. 341-364.

Aumassip, G., 2000, « Le site préhistorique de Ti-n-Hanakaten (Tassili-n-Ajjer, Algérie) et les débuts du Néolithique au Sahara », in J. Guilaine (dir.), Naissances des agricultures, séminaire du Collège de France, Paris, Errance, p. 99-119.

Aurenche, O., Kozlowski, S. K., 1999, La naissance du Néolithique au Proche-Orient, Paris, Errance.

Bailloud, G., 1997, Art rupestre en Ennedi, Paris, Sépia.

Ballouche, A., 2002, « Histoire des paysages végétaux et mémoire des sociétés dans les savanes ouest-africaines », Historiens et géographes, 381, p. 379-388.

Balter, V., 2001, Les rapports Sr/Ca et Ba/Ca dans les phosphates biogéniques ; applications paléoécologiques et paléoanthropologiques, Thèse de l’Université de Bordeaux I et de Paris VI.

Barakat, H.,Fahmy, A.G., 1999, « Wild grasses as Neolithic food resources in the Eastern Sahara », in M. Van der Veen (dir.), The Exploitation of Plant Resources in Ancient Africa, New York, Kluwer/Plenum, p. 33-46.

Barich, B., Hassan, F., 2000, « A stratified sequence from Wadi el-Obeiyd, Farafra. New data on subsistence and chronology of the Egyptian Western desert », in L. Krzyzaniak, K. Kroeper (dir.), Recent Research into the Stone Age of Norteastern Africa, Poznan, Poznan Archaeological Museum, p. 11-20.

Bedaux, R.M.A., 1972, « Tellem, reconnaissance archéologique d’une culture de l’Ouest africain au Moyen Âge : recherches architectoniques », Journal de la Société des africanistes, 42, p. 103-185.

Bedaux, R.M.A., Constandse-Westermann, T.S., Hacquebord, L., Lange, A.G., Van der Waals, J.D., 1978, « Recherches archéologiques dans le delta intérieur du Niger (Mali) », Palaeohistoria, 20, p. 91-220.

Bedaux, R.M.A., Lange, A.G., 1983, « Tellem, reconnaissance archéologique d’une culture de l’Ouest Africain au Moyen Âge : la poterie », Journal de la Société des africanistes, 53 (1-2), p. 5-59.

Berger, F., 2009, « An area with aligned stones in the Western desert of Egypt », Sahara, 20, p. 195-198.

Bernus, E., 1967, « Cueillette et exploitation des ressources spontanées du Sahel nigérien par les Kel Tamasheq », Cahiers ORSTOM, série Sciences humaines, IV (1), p. 31-52.

Bernus, E., 1981, Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, mémoire ORSTOM, n° 94.

Bernus, E., 1999, « Graines sauvages (cueillette en pays touareg) », in G. Camps (dir.), Encyclopédie berbère, 21, 1999, p. 3199-3208.

Bernus, E., Cressier, P., Durand, A., Paris, F., Saliège, J.-F., 1999, Vallée de l’Azawagh (Sahara du Niger), Saint-Maur, Sépia, Études nigériennes, n° 57.

Boardman,S., 1999, « The agricultural foundation of the Aksumite empire, Ethiopia: An interim report », in M. Van der Veen (dir.),The Exploitation of Plant Resources in Ancient Africa, New York, Plenum, p. 137-148.

Boccazzi, A., Calati, D., 2001-2002, « I pastori di Ouri », Sahara, 13, p. 103-114.

Bolleli, E., Marçais, J., Pascon, P., 1956, « Note préliminaire sur les vases de pierre découverts à Souq-el-Khemis des Aït Ouahi (Nord marocain) », Bulletin d’archéologie marocaine, I, p. 157-162.

Boulay, S., 2008, « Alimentation, diététique et relations sociales au Sahara : l’exemple des pasteurs nomades maures de Mauritanie », URL : http://www.lemangeur-ocha.com/texte/alimentation-dietetique-et-relations-sociales-au-sahara-lexemple-des-pasteurs-nomades-maures-de-mauritanie/.

Briois, F., Midant-Reynes, B., Marchand, S., Tristant, Y., Wuttmann, M., De Dapper, M., Lesur, J., Newton, C., 2012, « Neolithic occupation of an artesian spring: KS043 in the Kharga Oasis, Egypt », Journal of Field Archaeology, 37 (3), p. 178-191.

Burri, E., 2003, « Cartographie des composantes stylistiques de la céramique dans le delta intérieur du Niger (Mali) », Bulletin du Centre genevois d’anthropologie, 6, p. 69-93.

Camps, G., 1968, Amekni. Néolithique ancien du Hoggar, Alger, mémoire du CRAPE, n° 10.

Camps, G., 1974, Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara, Paris, Doin.

Camps-Fabrer, H., 1966, Matière et art mobilier dans la préhistoire nord-africaine et saharienne, Alger, mémoire du CRAPE, n° 5.

Cauvin, J., 1994, Naissance des divinités. Naissance de l’agriculture. La révolution des symboles au Néolithique, Paris, Éditions du CNRS.

Champault, D., 1987, « Alimentation dans les oasis du Sahara nord-occidental », Encyclopédie berbère, IV, p. 512-515.

Chastanet, M., 1991, « La cueillette de plantes alimentaires en pays soninké (Sénégal) depuis la fin du 19e siècle : histoire et devenir d’un savoir-faire », in G. Dupré (dir.), Savoirs paysans et développement, Paris, Karthala-ORSTOM, p. 253-287.

Chastanet, M., 2008, « La cuisine de Tombouctou (Mali), entre Afrique subsaharienne et Maghreb », Horizons maghrébins, numéro spécial Manger au Maghreb, 59, p. 47-73.

Chastanet, M., 2010, « Couscous ‘à la sahélienne’ (Sénégal, Mali, Mauritanie) », in H. Franconie, M. Chastanet, F. Sigaut (dir.), Couscous, boulgour et polenta. Transformer et consommer les céréales dans le monde, Paris, Karthala, p. 149-187.

Chauveau, M., 2005, « Irrigation et exploitation de la terre dans l’oasis de Kharga à l’époque perse », in J.C. Moreno Garcia (dir.), L’agriculture institutionnelle en Égypte ancienne : état de la question et perspectives interdisciplinaires, Villeneuve-d’Ascq, université Charles-de-Gaulle-Lille, p. 157-163.

Clotault, J., Thuillet, A.-C., Buiron, M., De Mita, S., Couderc, M., Haussmann, B.I.G., Mariac, C., Vigouroux, Y., 2012, « Evolutionary history of pearl millet (Pennisetum glaucum [L.] R. Br.) and selection on flowering genes since its domestication », Molecular Biology and Evolution, 29 (4), p. 1199-1212.

Commelin, D., Raimbault, M., Saliège, J.-F., 1993, « Nouvelles données sur la chronologie du Néolithique du Sahara malien », C. R. Acad. Sci. Paris, 317 (II), p. 543-550.

De Ceuninck, G., 1994, « Forme, fonction et ethnie : approche ethnoarchéologique des céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) », in Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique, culturel, Juan-les-Pins, APDCA, p. 161-177.

Delhon, C., 2005-2006, « Potentiel de l’analyse des phytolithes contenus dans les pâtes céramiques et les matériaux de construction », Cahier des thèmes transversaux ArScAn, VII, p. 86-93.

Delhon, C., Martin, L., Argant, J., Thiebault, S., 2006, « Shepherds and plants in the Alps: Multi-proxy archaeobotanical analysis of Neolithic dung from La Grande Rivoire (Isère, France) », Journal of Archaeological Science, 35, p. 2937-2952.

DiLernia, S., 1998, « Early Holocene pre-pastoral cultures in the Uan Afuda cave, wadi Kessan, Tadart Acacous (Libyan Sahara) », in Wadi Teshuinat. Paleoenvironnement and Préhistory in South-Western Fezzan (Libyan Sahara), Centreo interuniversitario di Ricerca per le Cicilta e l’Ambiante del Sahara Antico, CNR Quaderni di Geodinamica Alpina e Quaternaria, 7, p. 123-154.

Dubreuil, P., Warburton, M., Chastanet, M., Hoisington, D.,Charcosset, A, 2006, « More on the introduction of temperate maize into Europe: large-scale bulk SSR genotyping and new historical elements », Maydica, 51, p. 281-291.

Dunne, J., Evershed, R.P., Salque, M., Cramp, L., Bruni, S., Ryan, K.,Biagetti, S., DiLernia, S., 2012, « First dairying in green Saharan Africa in the fifth millennium BC », Nature, 486, p. 390-394.

Dupuy, C., 1989, « Les gravures naturalistes de l’Adrar des Iforas (Mali) dans le contexte de l’art rupestre saharien », Travaux du LAPMO, p. 151-174.

Dupuy, C., 2006, « L’Adrar des Iforas à l’époque des chars : art, religion, rapports sociaux et relations à grande distance », Sahara, 17, p. 29-50.

Dupuy, C., 2009, « L’apparition et l’expansion du Camelus dromedarius dans le Nord de l’Afrique (vallée du Nil, Maghreb, Sahara, Sahel) », Le Saharien, 190, p. 6-10.

Dupuy, C., 2010, « Les apports archéologiques des gravures rupestres de l’Aïr (Niger) et de l’Adrar des Iforas (Mali) », Les Nouvelles de l’archéologie, 120-121, p. 29-37.

Dupuy, C., Delhougne, R., 2003, « Un anneau de pierre décoré du Sahara », Le Saharien, 167, p. 31-35.

Echallier, J.-C., Roset, J.-P., 1986, « La céramique des gisements de Tagalagal et de l’Adrar Bous 10 (Aïr, République du Niger). Résultats des analyses », Cahiers ORSTOM, Série Sciences Humaines, 22 (2), p. 151-158.

Fauvelle-Aymar, F.-X., 2013, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Alma Éditeur.

Finucane, B., Manning, K., Toure, M., 2008, « Late Stone Age subsistence in the Tilemsi Valley, Mali: Stable isotope analysis of human and animal remains from the site of Karkarichinkat Nord (KN05) and Karkarichinkat Sud (KS05) », Journal of Anthropological Archaeology, 27, p. 82-92.

Floret, C., Pontanier, R., Serpentié, G., 1993, La jachère en Afrique tropicale, Paris, UNESCO.

Förster, F., Riemer, H., Kuper, R., 2012, « The ‘Cave of Beasts’ (Gilf Kebir, SW Egypt) and its chronological and cultural affiliation: Approaches and preliminary results of the Wadi Sura project », in D. Huyge, F. Van Noten, D. Swinne (dir), The Signs of Which Times? Chronological and Palaeoenvironmental Issues in the Rock Art of Northern Africa, Brussels, Royal Academy for Overseas Sciences, p. 197-216.

Fuller, D.Q., 2003, « African crops in prehistoric South Asia: a critical review », in K. Neumann, S. Kahlheber, E.A. Butler (dir.), Food, Fuel and Fields: Progress in African Archaeobotany, Cologne, Heinrich-Barth Institut, p. 239-271.

Fuller, D.Q., 2004, « Early Kushite Agriculture: Archaeobotanical Evidence from Kawa », Sudan & Nubia, 8, p. 70-74.

Fuller, D.Q., MacDonald, K., Vernet, R., 2007, « Early domesticated pearl millet in Dhar Nema (Mauritania): evidence of crop processing waste as ceramic temper », in R. Cappers (dir.), Fields of Change. Progress in African Archeobotany, Groningen, Barkhuis & Groningen University Library, p. 71-76.

Gambarotta, J.-P., 1995, « Usure dentaire macroscopique de quelques échantillons de populations du Nord du Maroc (préhistoriques et actuelles) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 7 (1-2), p. 21-36.

Gast, M., 1968, Alimentation des populations en Ahaggar, Paris, Art et Métiers Graphiques, mémoire du CRAPE, VIII.

Gast, M., 1994, « Cueillette », Encyclopédie Berbère, XIV, p. 2140-2144.

Gast, M., 1995, « Des graines nourricières qu’on ne broie pas : les confusions de “l’agriculture néolithique saharienne” », in R. Chénorkian (dir.), L’homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, p. 249-257.

Gast, M., 2008, « Lait », Encyclopédie berbère, XXVIII-XIX, p. 4322-4329.

Gast, M., 2010, « Mil (Monde touareg) », Encyclopédie berbère, XXXII, p. 5024-5028.

Gast, M., Adrian, J., 1965, Mils et sorgho en Ahaggar, étude ethnologique et nutritionnelle des procédés de mouture, Paris, Art et Métiers Graphiques, mémoire du CRAPE, IV.

Gast, M., Sigaut, F. (dir.), 1979, Les techniques de conservation des grains à long terme, Paris, CNRS, tome I.

Gast, M., Sigaut, F. (dir.), 1981, Les techniques de conservation des grains à long terme, Paris, CNRS, tome II.

Gast, M., Sigaut, F., (dir.), 1985, Les techniques de conservation des grains à long terme, Paris, CNRS, tome III (3 vol.).

Haaland, R., 1995, « Sedentism, cultivation and plant domestication in the Holocen Middle Nile region », Journal of Field Archaeology, 2, p. 157-174.

Harlan, J.R., 1989, « Wild grass seeds as food sources in the Sahara and Sub-Sahara », Sahara, 2, p. 69-74.

Harlan, J.R., 1993, « The tropical African cereals », in T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah, A. Okpoto (dir.), The Archaeology of Africa: Food, Metals and Towns, Routledge, London, p. 53-60.

Henry, G.A., Brook, A.S., Piperno, R.D., 2011, « Microfossils in calculus demonstrate consumption of plants and cooked foods in Neanderthal diets (Shanidar III, Iraq; Spy I and II, Belgium) », PNAS, 108 (2), p. 486-491.

Hillman, G., 1996, « The principal plant foods available to predynastic populations and their exploitation », Archéo-Nil, 6, p. 17-25.

Huysecom, E., 2007, « Un Néolithique ancien en Afrique de l’Ouest ? », Pour la Science, 358, p. 44-49.

Huysecom, E., 2009, « Une réévaluation des cultures Toloy-Tellem par l’étude de l’architecture funéraire de la falaise à Pégué-Sanga, Dourou-Boro et Yawa-Vaches », Jahresbericht SLSA, vol. 2008, p. 116-121.

Insoll, T., 1996, Islam, Archaeology and History: Gao Region (Mali) ca AD 900-1250, Oxford, BAR S647.

Insoll, T., 2000, Urbanism, Archaeology and Trade: Further Observations on the Gao Region (Mali). The 1996 Fieldseason Results, Oxford, BAR S829.

Jesse, F., 2010, « Early pottery in Northern Africa. An Overview », Journal of African Archaeology, 8 (2), p. 219-238.

Jousse, H., 2004, « A new contribution to the history of pastoralism in West Africa », Journal of African Archaeology, 2, 2, p. 187-202.

Klee, M., Zach, B., Stika, H.-P., 2004, « Four thousand years of plant exploitation in the Lake Chad basin (Nigeria), part III: plant impressions in potsherds from the Final Stone Age Gajiganna culture », Vegetation History and Archaeobotany, 13, p. 131-142.

Lee-Thorp, J.A., Sealy, J.C., Van der Merwe, N.J., 1989, « Stable carbon isotope ratio differences between bone collagen and bone apatite, and their relationship to diet », Journal of Archeological Science, 16, p. 585-599.

Lee-Thorp, J.A., Van der Merwe, N.J., 1991, « Aspects of the chemistry of modern and fossil biological apatites », Journal of Archeological Science, 18, p. 343-354.

LeQuellec, J.-L., 2011, « Provoking lactation by the insufflation technique as documented by the rock images of the Sahara », Anthropozoologica, 46 (1), p. 65-125.

Lericollais, A., Schmitz, J., 1984, « ‘La calebasse et la houe’. Techniques et outils des cultures de décrue dans la vallée du Sénégal », in C. Seignobos (dir.), Les instruments aratoires en Afrique tropicale. La fonction et le signe, Paris, Éditions de l’ORSTOM, Cahiers ORSTOM, série Sciences Humaines, vol. XX (3-4), p. 427-452.

Lesur, J., Briois, F., Midant-Reynes, B., Wuttman, M., 2011, « Domesticates and Wild Game in the Egyptian Western desert at the end of the 5th millennium BC: the Fauna from KS43, Kharga oasis », in H. Jousse, J. Lesur (dir.), Recent Advances in Archaeozoology, Francfort, Africa MagnaVerlag, p. 59-74.

Luxereau, A., 2003, « Place actuelle de la cueillette dans l’économie locale du Niger central », Journal de la Société des africanistes, 2003, 73 (2), p. 77-90.

MacDonald, K.C., Vernet, R., Martinon-Torres, M., Fuller, D.Q., 2009, « Dhar Néma: from early agriculture to metallurgy in southeastern Mauritania », Azania, Archaeological Research in Africa, 44 (1), p. 3-48.

Magnavita, C., Breunig, P., Ishaya, D., Adebayo, O., 2009, « Iron Age beginnings at the Southwestern margins of Lake Chad », in S. Magnavita, L. Kote, P. Breunig, O.A. Ide (dir.), Crossroads. Cultural and Technological Developments in First Millenium BC/AD West Africa, Francfort, Journal of African Archaelogy Monograph Series, 2, p. 27-58.

Manning, K., 2010, « A developmental history for early West African agriculture », in P. Allsworth-Jones (dir.), African Archaeology: New Developments, New Perspectives. Oxford, BAR International Series 2164, p. 43-52.

Manning, K., 2011, « The first herders of the West African Sahel: Inter-site comparative analysis of zooarchaeological data from the Lower Tilemsi Valley, Mali », in H. Jousse, J. Lesur (dir.), Recent Advances in Archaeozoology, Francfort, Africa Magna Verlag, p. 75-85.

Manning, K., Pelling, R., Higham, T., Schwenniger, J.-L., Fuller, D.Q., 2011, « 4500-Year old domesticated pearl millet (Pennisetum glaucum) from the Tilemsi Valley, Mali: new insights into an alternative cereal domestication pathway », Journal of Archaeological Science, 38, p. 312-322.

Mattingly, D.J., al-Aghab, S., Ahmed, M., Moussa, F., Sterry, M., Wilson, A.I., 2010, « DMP X: Survey and landscape conservation issues around the Taqallit headland », Libyan Studies, 41, p. 105-132.

Mayor, A., 1989, Les greniers d’Afrique occidentale : essai d’ethnoarchéologie, Genève, université de Genève, travail de diplôme en archéologie préhistorique, département d’anthropologie et d’écologie.

McIntosh, S.K. (dir.), 1994, Excavations at Jenné-Jeno, Hambarketolo and Kaniana (Inland Niger Delta, Mali), the 1981 Season, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 20.

McIntosh, S.K., McIntosh, R.J., 1980, Prehistoric Investigations in the Region of Jenne, Mali: A Study in the Developpment of Urbanism in the Sahel, Oxford, Cambridge Monographs in African Archaeology 2, BAR International Series 89.

Menardi Noguera, A., Zboray, A., 2011, « Containers, bags and other manmade objects in the pastoral paintings of the Jebel el-‘Uweinat: a review », Les Cahiers de l’AARS, 15, p. 275-294.

Mercuri, A.M., 2001, « Preliminary analysis of fruits, seeds and other few plant macrofossils from the Early Holocene sequence », in E.A.A. Garcea (dir.), Uan Tabu in the Settlement History of the Libyan Sahara, Firenze, Edizione all’Insegno del Giglio, Arid Zone Archaeology Monographs 2, p. 189-213.

Morales, J., Perez-Jorda, G., Pena-Chocarro, L., Zapata, L., Ruiz-Alonzo, M., Lopez-Saez, J.A., Linstädter, J., 2013, « The origins of agriculture in North-West Africa: macro-botanical remains from Epipalaeolithic and Early Neolithic levels of Ifri Oudadane (Morocco) », Journal of Archaeological Science, 40, p. 2659-2669.

Murray, S., 2005, « Recherches archéobotaniques », in R.M.A. Bedaux, J. Polet, K. Sanogo, A.M. Schmidt (dir.), Recherches archéologiques à Dia dans le delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, Leiden, CNWS publications, vol. 144, Mededelingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde (RMV) n° 33, p. 386-400.

Murray, M.A., Fuller, D.Q., Cappeza, C., 2007, « Crop production on the Senegal River in the Early First Millenium AD: preliminary archaebotanical results from Cubalel », in R. Cappers (dir.), Fields of change. Progress in African Archeobotany, Groningen, Barkhuis & Groningen University Library, p. 63-70.

Muzzolini, A., 1995, Les images rupestres du Sahara, Toulouse, édité par l’auteur.

Neumann, K., 2003, « Emergence of agriculture in Sub-Saharan Africa », in K. Neumann, A. Butler, S. Kahlheber (dir.), Food, Fuel and Fields, Cologne, Heinrich-Barth-Institut, Africa Praehistorica, vol. 15., p. 71-92.

Nicolaisen, J., 1963, Ecology and Culture of the Pastoral Tuareg, Copenhague, National Museum.

Nixon, S., Murray, M.A., Fuller, D.Q., 2011, « Plant use at an Early Islamic merchant town in the West African Sahel: the archaeobotany of Essouk-Tadmakka (Mali) », Veget. Hist. Archaeobot., 20 (3), p. 223-239.

Osborn, D.J., Osvbornova, J., 1998, The Mammals of Ancient Egypt, Warminster, Aris & Phillips Ltd.

Pelling, R., 2008, « Garamantian agriculture: the plant remains from Jarma, Fazzan », Libyan Studies, 39, p. 41-71.

Pernes, J., 1983, « La génétique de la domestication des céréales », La Recherche, 146, p. 910-919.

Person, A., Amblard-Pison, S., Jousse, H., Vallette, T., Raimbault, M., Albaret, C., Maurer, A.-F., Suire, J., 2012, « Influence de l’environnement sur la gestion des ressources dans la zone refuge du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale) », Journal of African Archaeology, 10 (2), p. 133-164.

Person, A., Ibrahim, T., Jousse, H., Fink, A., Albaret, C., Garenne-Marot, L., Zeitoun, V., Saliège, J.-F., Ould M’Heimam, S., 2004, « Environnement et marqueurs culturels en Mauritanie sud-orientale : le site de Boû Khzâmâ (DN4), premiers résultats et approche biogéochimique », in A. Bazzana, H. Bocoum, Du nord au sud du Sahara, cinquante ans d’archéologie française en Afrique de l’Ouest et au Maghreb, bilan et perspectives, Saint-Maur, Sépia, p. 195-213.

Procopiou, H., Anderson, P., Formenti, F., Juan-Tresseras, J., 2002, « Étude des matières transformées sur les outils de mouture : identification des résidus et des traces d’usure par analyse chimique et par observations en microscopie optique et électronique », in H. Procopiou, R. Treuil (dir.), Moudre et broyer. L’interprétation fonctionnelle de l’outillage de mouture et de broyage dans la préhistoire et l’Antiquité. I. Méthodes, pétrographie, chimie, tracéologie, expérimentation, ethnoarchéologie, Paris, CTHS, p. 11-128.

Puigaudeau, O. du, Senones, M., 1967, « Vases de pierre polis du Maroc et du Sahara », Bulletin d’archéologie marocaine, VII, p. 151-159.

Quechon, G., 2002, « Sur une origine des céréales cultivées en Afrique ou les aléas de l’hypothèse scientifique. Le site de Tchiré-Ouma, Termit, Niger », Méga-Tchad, p. 1-6.

Radomski, K.U., Neumann, K., 2011, « Grasses and grinding stones: Inflorescence hytoliths from Modern West African poaceae and archaeological stone artefacts », in A.G. Fahmy, S. Kahlheber, A.C. D’Andrea (dir.), Windowson the African Past. Current Approaches to African Archaeobotany, Francfort, Africa Magna Verlag, Reports in African Archaeology 3, p. 153-166.

Raimbault, M., 1994, Sahara malien : environnement, populations et industries préhistoriques, Aix-en-Provence, thèse d’État.

Raimbault, M., 1995, « La culture néolithique des ‘villages à enceinte’ dans la région de Tessalit, au nord-est du Sahara malien », in R. Chénorkian (dir.), L’homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, p. 113-125.

Riemer, H., 2004, « Holocene game drives in the Great Sand Sea of Egypt? Stone structures and their archaeological evidence », Sahara, 15, p. 31-42.

Roset, J.-P., 2000, « Céramique et néolithisation en Afrique saharienne », in J. Guilaine (dir.), Premiers paysans du monde. Naissances des agricultures, Paris, Errance, séminaire du Collège de France, p. 263-290.

Rowley-Conwy, P.A., Deakin, W.J., Shaw, C.H., 1997, « Ancient DNA from archaeological sorghum (Sorghum bicolor) from Qasr Ibrim, Nubia. Implications for domestication and evolution and a review of the archaeological evidence », Sahara, 9, p. 23-34.

Schild, R., Krolik, H., Wendorf, F., Close, A.E., 1996, « Architecture of Early Neolithic huts at Nabta Playa », in L. Krzyzaniak, K. Kroeper, M. Kobusiewicz (dir.), Interregional Contacts in the Later Prehistory of Northeastern Africa, Poznan, Poznan Archaeological Museum, p. 101-114.

Schild, R., Wendorf, F., 1980, « The Late Pleistocene lithostratigraphy and environment of Wadi Kubbaniya », in F. Wendorf, R. Schild, A. Close (dir.), Loaves and Fishes. Nile in Wadi Kubbaniya. The Prehistory of Wadi Kubbaniya, Dallas, Southern Methodist University Press, vol. 1, p. 11-47.

Schmidt, A., Sanogo, K., Keita, D., 2005, « Les fortifications de Dia-Shoma », in R.M.A. Bedaux, J. Polet, K. Sanogo, A. M. Schmidt (dir.), 2005, Recherches archéologiques à Dia dans le delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, Leiden, CNWS Publications, vol. 144, Mededelingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde (RMV), n° 33, p. 117-124.

Second, G., 1985, Relations évolutives chez le genre « Oryza » et processus de domestication des riz, Paris, Éditions de l’ORSTOM, Collection Études et Thèses.

Seignobos, C., 1980, « Des fortifications végétales dans la zone soudano-sahélienne (Tchad et Nord-Cameroun) », Cahiers ORSTOM, série Sciences humaines, vol. XVII (3-4), p. 191-222.

Seignobos, C. (dir.), 1984, Les instruments aratoires en Afrique tropicale. La fonction et le signe, Paris, Éditions de l’ORSTOM, Cahiers ORSTOM, série Sciences humaines, vol. XX (3-4).

Seignobos, C., Marzouk, Y., Sigaut, F., (dir.), 2000, Outils aratoires en Afrique. Innovations, normes et traces, Paris, Karthala/IRD.

Simon-Boidot, C., 2008, « Le foreur de vase de pierre. Artisan par excellence », Égypte, Afrique & Orient, 49, p. 37-46.

Tostain, S., 1998, « Le mil, une longue histoire : hypothèses sur sa domestication et ses migrations », in M. Chastanet (dir.), Plantes et paysages d’Afrique. Une histoire à explorer, Paris, Karthala-CRA, p. 461-490.

Van Albada, A., Van Albada, A.-M., 1996, « Organisation de l’espace orné dans le Messak au Sahara libyen », Anthropologie, XXXIV/1-2, p. 143-159.

Van Albada, A., Van Albada, A.-M., 2000, La montagne des hommes-chiens, Paris, Seuil.

Van de Walle, B., 1978, La Chapelle funéraire de Neferirtenef, Bruxelles, Éditions Musées royaux d’art et d’histoire.

Wasylikowa, K., 1993, « Plant macrofossils from the archaeological sites of Uan Muhuggiag and Ti-n-Torha, southwestern Libya », in L. Krzyzaniak, M. Kobusiewicz, J. Alexander (dir.), Environmental Change and Human Culture in the Nile Basin and Northern Africa Until the Second Millennium B.C., Poznan Archaeological Museum, p. 25-41.

Wasylikowa, K., 2001, « Site E-75-6: Vegetation and subsistence of the Early Neolithic at Nabta Playa, Egypt, reconstructed from charred plant remains », in F. Wendorf, R. Schild and Associates (dir.), Holocene Settlement of the Egyptian Sahara. vol.1. The Archaeology of Nabta Playa, New York, Boston, Dordrecht, London, Moscow Kluwer Academic/Plenum Publisher, p. 544-591.

Wasylikowa, K., Harlan, J., Evans, J., Wendorf, F., Schild, R., Close, A., Krolick, H., Housley, R., 1993, « Examination of botanical remains from Early Neolithic houses at Nabta Playa, Western desert, Egypt, with special reference to sorghum grains », in T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah, A. Okpoto (dir.), The Archaeology of Africa: Food, Metals and Towns, Londres, Routledge, p. 154-164.

Wendorf, F., 1968, « Late Paleolithic sites in Egyptian Nubia », in F. Wendorf (dir.), The Prehistory of Nubia, Dallas, Fort Burgwin Research Center and Southern Methodist University Press, vol. 2, p. 791-953.

Wendorf, F., Schild, R., Wasylikowa, K., Dahlberg, J., Evans, J.D., Biehl, E., 1998, « The use of plants during the Early Holocene in the Egyptian Sahara: Early Neolithic food economies », in S. Di Lernia, G. Manzi (dir.), Before Food Production in North Africa: General Questions and Analytical Tools Dealing with Resource Exploitation and Population Dynamics at 12,000-7000 BP, Forlí, ABACO (Actes du 13e Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Forlí 1996. Workshop 14/15/16), volume 6/2, p. 1053-1060.

Wetterstrom, W., 1993, « Foraging and farming in Egypt: The Transition from hunting ang gathering to horticulture in the Nile Valley », in T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah, A. Okpoto (dir.), The Archaeology of Africa: Food, Metals and Towns, Londres, Routledge, p. 165-226.

Wetterstrom, W., 1998, « The origins of agriculture in Africa: with particular reference to Sorghum and pearl millet », The Review of Archaeology, 19 (2), p. 30-46.

Willcox, G., 2000, « Nouvelles données sur l’origine de la domestication des plantes au Proche-Orient », in J. Guilaine (dir.), Premiers paysans du monde. Naissances des agricultures, Paris, Errance, séminaire du Collège de France, p. 123-139.

Wuttmann, M., 2001, « Les qanats de ‘Ayn-Manâwîr », in P. Briant (dir.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité. Qanâts et canalisations souterraines en Iran, en Égypte et en Grèce, Paris, Thotm, p. 109-135.

Zboray, A., 2009, Rock Art of the Libyan Desert, second expanded edition (DVD), Newbury, Fliegel Jezerniczky.

Haut de page

Annexe

CHRONOLOGIE (Sahara et Sahel, vallée du Nil exclue)

L’ÉPIPALEOLITHIQUE (XXe/VIe millénaire av. J.-C.)
Mode de subsistance exclusivement fondé sur l’exploitation des ressources spontanées.

- XXe millénaire av. J.-C. – Apparition des meules et des molettes dans le Wadi Koubbanieh (ancien affluent occidental du Nil à hauteur d’Assouan). Aridité marquée de la fin du pléistocène.

- À partir du XVIe millénaire av. J.-C. – Multiplication des microlithiques géométriques, parmi lesquels des segments qui ont pu servir de lames de faucille à Tushka (Nubie égyptienne). Aridité marquée de la fin du pléistocène.

- À la charnière des Xe-IXe millénaire av. J.-C. – Début de l’holocène. Fabrication de la poterie au Sahara et au Sahel. Pluies bien réparties sur l’année. Graminées spontanées abondantes.

- VIIIe millénaire av. J.-C. – Apparition d’une vaisselle de pierre dans le Nord du Niger.

LE NÉOLITHIQUE (VIe/IIe millénaire av. J.-C.)
Production de nourriture grâce à l’élevage et/ou à l’agriculture.

- VIe millénaire av. J.-C. – Début de l’élevage des taurins, des chèvres et des moutons. Exploitation du lait. Apparition du chien domestique. Aridité de plus en plus marquée au nord du tropique du Cancer.

- Vers le début du IIIe millénaire av. J.-C. – Premières tentatives de domestication du mil sur la frange sahélienne de l’Afrique de l’Ouest, d’après la comparaison des empreintes génétiques de plusieurs lignées de mils sauvages et domestiques actuelles. Constructions d’enceintes à double parement de pierres dans le Haut-Tilemsi (Mali).

- Deuxième moitié du IIIe millénaire av. J.-C. – Apparition du mil de morphologie domestique dans le Bas-Tilemsi (Mali). Baisse généralisée de la pluviosité.

- À partir du début du IIe millénaire av. J.-C. – Greniers sur pilotis aux soubassements de pierre, éperons barrés et villages ceints de murailles au sommet et sur les pentes des Dhar Tichitt et Oualata. Alimentation faisant de plus en plus souvent appel aux graminées de la savane, d’après l’augmentation des teneurs en 13C dans les ossements humains.

- À partir du xviie siècle av. J.-C. – Relations à grande distance (épisodiques ou régulières ?) révélées par les arts rupestres du Sahara central et méridional : apparition du char, du cheval et du zébu en provenance d’Asie. Mil de signature génétique ouest-africaine introduit et cultivé en Inde.

L’ÂGE DES MÉTAUX (Ier millénaire av. J.-C./648 apr. J.-C.)
Spécialisations artisanales, intensification des échanges commerciaux, accentuation des hiérarchies sociales et des rivalités politiques, repli des populations sahariennes vers des zones privilégiées par la géographie et le climat.

- Ier millénaire av. J.-C. – Culture du riz dans la moyenne vallée du Niger. Développement des métallurgies du cuivre, puis du fer.

- À partir du ve siècle av. J.-C. Protection des champs et des récoltes contre les pilleurs dans la vallée du Niger et dans le bassin du lac Tchad.

- Aux alentours des débuts de l’ère chrétienne – Culture du sorgho sur la frange sahélienne de la moyenne vallée du Niger jusque dans le Nord du Soudan, mais aussi dans le Sud de la Libye.

- Vers le ve siècle apr. J.-C. – Les témoins de relations transsahariennes se multiplient : apparition dans la moyenne vallée du Niger du dromadaire, du poulet et des inscriptions rupestres libyco-berbères, première circulation de cauris et de perles en verre issus de l’Afrique méditerranéenne, alors largement ouverte au commerce international.

L’ISLAMISATION

- 648-700 apr. J.-C. – La conquête arabe en Ifriqiya (Afrique).

- viiie siècle apr. J.-C. Blé introduit et cultivé à Essouk (Adrar des Iforas, Mali), où de l’or est raffiné, puis coulé dans des moules en céramique munis de cupules.

- Entre 1000 et 1600 apr. J.-C. – Blé consommé à Dia (moyenne vallée du Niger, Mali).

Haut de page

Notes

1  M. Chastanet, 2008, 2010.

2  S. Nixon, M.A. Murray, D.Q. Fuller, 2011.

3  F.-X. Fauvelle-Aymar, 2013.

4  Une chronologie et une carte accompagnent le texte pour permettre au lecteur de situer les événements et de localiser les régions et les sites auxquels renvoie cette synthèse.

5  Ces dates, comme toutes celles qui suivent, sont exprimées en âge calendaire. Leurs valeurs sont obtenues à partir de mesures de l’activité radiométrique 14C de matériaux organiques issus de fouilles archéologiques, lesquelles mesures, reportées sur des courbes de calibration, donnent des âges historiques : cf. http://c14.arch.ox.ac.uk/embed.php?File=oxcal.html. Les résultats sont arrondis au millénaire pour la période allant du XXe au VIe millénaire av. J.-C., et au demi-millénaire pour les époques plus récentes. Ces approximations n’ont rien d’arbitraire : elles recouvrent l’incertitude affectant la plupart des datations publiées avant les années 1990, pour lesquelles la normalisation de l’activité initiale du 14C n’a pas été réalisée. Pour plus de détails, se reporter à E. Bernus, P. Cressier, A. Durand, F. Paris, J.-F. Saliège, 1999, p. 33-42. La précision retenue est suffisante pour suivre les étapes de l’histoire de l’alimentation faisant l’objet de notre réflexion.

6  F. Wendorf, 1968, p. 941-946.

7  G. Camps, 1974, p. 170.

8  L’épipaléolithique (parfois appelé prénéolithique ou mésolithique) s’amorce dans le Nord de l’Afrique au XXe millénaire av. J.-C. Cette période se caractérise, d’une part, par l’existence d’outils en pierre de dimensions réduites, appelés microlithiques géométriques, utilisés par les derniers chasseurs-cueilleurs de la préhistoire et, d’autre part, par un mode de subsistance encore exclusivement fondé sur l’exploitation des ressources spontanées. Le passage à l’agriculture et/ou à l’élevage fait basculer la société vers une économie de production de nourriture végétale et/ou animale, baptisée néolithique. Ce tournant s’opère en Égypte et sur le littoral africain de la Méditerranée occidentale au VIe millénaire av. J.-C. L’épipaléolithique nord-africain s’étend par conséquent du XXe au VIe millénaire av. J.-C.

9  P. Anderson-Gerfaud, G. Deraprahamian, G. Willcox, 1991.

10  H. Procopiou, R. Treuil (dir.), 2002. Par ailleurs, M. Gast (1995, p. 250-251) fait remarquer que, de nos jours, les graines de cueillette au Sahara ne sont pas broyées à la pierre parce que leur taille réduite (2 mm tout au plus dans leur plus grande longueur) et leurs fines enveloppes n’imposent pas un tel traitement. Ces graines sont seulement mondées dans le mortier de bois, vannées, puis bouillies à l’eau.

11  Il sera question des phytolithes un peu plus loin dans le texte. Indiquons d’ores et déjà qu’il s’agit de formations siliceuses microscopiques présentes à l’intérieur des tissus végétaux vivants, notamment dans les tiges, feuilles, glumes et glumelles. Ces concrétions prennent l’empreinte des cellules végétales et en conservent les formes après décomposition des parties organiques (C. Delhon, 2005-2006). Leur recherche sur le matériel de broyage est récente. Leur identification dans les matériaux argileux (céramique, murs en terre, silos, aires de dépicage, zones de stabulation et de parcage des animaux domestiques…) est un peu plus ancienne et a déjà apporté d’intéressantes informations présentées à la fin de ce paragraphe.

12  K.U. Radomski, K. Neumann, 2011.

13  G. Hillman, 1996 ; R. Schild, F. Wendorf, 1980.

14  E. Bernus, 1967 ; 1981 ; 1999 ; M. Chastanet, 1991 ; M. Gast, 1968 ; J. Nicolaisen, 1963.

15  J. Pernes, 1983.

16  E. Bernus, 1967 ; 1981 ; 1999 et M. Gast 1994, p. 2143.

17  E. Bernus, 1999, p. 3202 et M. Gast 1994, p. 2142-2143.

18  Ces modes de récolte ont été observés chez les Touaregs par E. Bernus (1967) et M. Gast (1968) ainsi que chez les Soninkés par M. Chastanet (1991).

19  G.A. Henry, A.S. Brook, R.D. Piperno, 2011.

20  J.-P. Gambarotta, 1995.

21  Les teneurs en strontium et en baryum sont plus élevées chez les herbivores que chez les carnivores. Cela se retrouve chez l’homme : une personne se nourrissant de végétaux fixe dans son squelette une proportion plus importante de strontium et de baryum qu’une autre personne s’alimentant essentiellement de viande. Lorsque les conditions de conservation des ossements et des dents sont bonnes, ces teneurs ne subissent pas de modification après la mort des individus. Elles constituent alors un bon indicateur de l’alimentation du passé (V. Balter, 2001).
Les teneurs en 13C dans ces mêmes parties de notre anatomie permettent de remonter encore plus finement au régime alimentaire, à condition que la fraction minérale des squelettes, appelée bioapatite, ne soit pas altérée par des minéralisations carbonatées post mortem (J.A. Lee-Thorp et al., 1989 ; J.A. Lee-Thorp, N.J. Van der Merwe, 1991). Voyons rapidement ce qu’il en ressort pour notre étude. Les végétaux se placent au départ de la chaîne alimentaire. La plupart de ceux consommés par l’homme participent de deux cycles photosynthétiques distincts, C3 ou C4. Les graminées de la savane et de la steppe africaines, dont font partie le mil et le sorgho ayant une photosynthèse en C4, renferment deux fois plus de 13C que les plantes des zones humides et marécageuses telles que les tubercules et le riz, ayant une photosynthèse en C3. De fait, un régime alimentaire privilégiant les graminées en C4 apporte plus de 13C au squelette qu’une nourriture à base de tubercules. Ajoutons que la viande et le lait des animaux d’élevage de même que la viande des herbivores de la faune tropicale africaine contiennent une moindre quantité de 13C que les plantes en C4 présentes sous ces latitudes. C’est pourquoi une alimentation carnée et lactée comme celle des éleveurs nomades conduit à des teneurs en 13C au niveau du squelette deux à trois fois plus faibles qu’une alimentation centrée sur les céréales en C4, à l’instar de celle des agriculteurs villageois du Sahel, grands consommateurs de mil.
Les géochimistes définissent la proportion en 13C par le ∂13C donné en ‰ et calculé de la manière suivante : ∂13C ‰ = [(13C/12C éch.) / (13C/12C std) - 1].1000
13C/12C éch. : rapport des teneurs entre l’isotope rare du carbone (13C) et l’atome de carbone (12C) abondant dans l’échantillon.
13C/12C std : rapport des teneurs entre l’isotope rare du carbone (13C) et l’atome de carbone (12C) abondant dans le standard PDB ; une belemnite (Belemnitella americana) se rapportant au crétacé final de PeeDee en Caroline du Sud.
D'après les recherches d’E. Bernus et al. (1999), le ∂13C contenu dans les ossements se situe entre - 7 ‰ et - 9 ‰ chez les éleveurs nomades du Sahel se nourrissant surtout de produits lactés et de viande, et entre - 2 ‰ et - 4 ‰ chez leurs voisins sédentaires, cultivateurs et grands consommateurs de mil.

22  A. Person, T. Ibrahim, H. Jousse, A. Fink, C. Albaret, L. Garenne-Marot, V. Zeitoun, J.-F. Saliège, S. Ould M’Heimam, 2004.

23  D.Q. Fuller, K. MacDonald, R. Vernet, 2007.

24  E. Bernus, P. Cressier, A. Durand, F. Paris, J.-F. Saliège, 1999, p. 159-167 ; B. Finucane, K. Manning, M. Toure, 2008 ; K. Manning, 2011.

25  Comme observé tout dernièrement sur une meule du Wadi Howar (Nord-Ouest du Soudan) et sur une autre de Dorota (Nord-Est du Nigeria) auxquelles il est fait référence un peu plus haut dans le texte. Se reporter à K.U. Radomski, K. Neumann, 2011.

26  C. Delhon, 2005-2006.

27  H. Procopiou, P. Anderson, F. Formenti, J. Juan-Tresseras, 2002.

28  C. Delhon, L. Martin, J. Argant, S. Thiebault, 2006.

29  Au cours de mes missions archéologiques dans l’Adrar des Iforas à la fin des années 1980, nombre de mes petits-déjeuners ont consisté en cette préparation, appelée aghajera ou aghehâra par les Touaregs (M. Gast, 2010, p. 5026-5027 ; E. Bernus, 1981, p. 211). Ce plat est aussi communément préparé par les pasteurs peuls et par les paysans songhay et hawsa, auquel sont parfois ajoutées des épices et d’autres céréales (E. Bernus, 1981, p. 211 ; M. Chastanet, 2008, p. 64-65). Cette préparation est ancienne, comme l’atteste l’enquête menée par M. Chastanet (2008, p. 55) sur l’histoire de la cuisine à Tombouctou : Ibn Battuta (1352-1353) parle à son sujet du daknu, René Caillie (1828) du dokhnou, Heinrich Barth (1853) du dakno qu’il oppose curieusement au redjire, alors qu’il s’agit du même type de plat.

30  G.A. Henry, A.S. Brook, R.D. Piperno, 2011.

31  Période géologique tempérée à l’échelle planétaire qui s’amorce vers 10 000 av. J.-C. et qui se poursuit aujourd’hui. L’holocène succède au pléistocène, caractérisé par d’importantes variations climatiques, en particulier par plusieurs époques glaciaires. L’holocène ne doit pas être confondu avec le néolithique qui, lui, renvoie à une période particulière de la préhistoire, marquée par l’avènement del’agriculture et de l’élevage. Dans le Nord de l’Afrique, plus précisément dans la vallée du Nil (W. Wetterstrom, 1993), dans le désert Libyque égyptien (F. Briois et al., 2012) et sur le littoral de la Méditerranée occidentale (J. Morales et al., 2013), le basculement vers cette économie de production de nourriture végétale et animale s’opère au cours des VIe-Ve millénaires av. J.-C. La naissance du néolithique date donc ici de l’holocène moyen et non pas du début de l’holocène comme au Proche-Orient.

32  J.-P. Roset, 2000.

33  E. Bernus, P. Cressier, A. Durand, F. Paris, J.-F. Saliège, 1999, p. 129.

34  M. Raimbault, 1994, p. 525-528.

35  Des vases de pierre retrouvés dans le secteur de Ouarzazate au Maroc et dans la région de Oualata en Mauritanie sont présentés par E. Bolleli, J. Marçais, P. Pascon, 1956 ; par O. du Puigaudeau et M. Senones, 1967. D’autres provenant du Tassili-n-Ajjer (Algérie) le sont par H. Camps-Fabrer, 1966, p. 287-289. Faute de contexte archéologique, il est impossible de se prononcer sur leur âge.

36  C. Simon-Boidot, 2008.

37  J.-P. Roset, 2000, p. 275.

38  F. Jesse (2010) synthétise les résultats enregistrés sur cette céramique ancienne et son contexte archéologique site par site.

39  J.-P. Roset, 2000.

40  F. Jesse, 2010.

41  S. Amblard, G. Quéchon, 1994 ; G. Aumassip, 2000 ; E. Huysecom, 2007 ; J.-P. Roset, 2000.

42  G.A. Henry, A.S. Brook, R.D. Piperno, 2011.

43  A.M. Mercuri, 2001 ; K. Wasylikowa, 1993.

44  H. Barakat, A.G. Fahmy, 1999 ; B. Barich, F. Hassan, 2000 ; K. Wasylikowa, 2001.

45  M. Gast, 1968, p. 338-339.

46  E. Bernus, 1981, p. 279. Des céréales sont aussi récoltées à l’état immature dans les oasis du Sahara nord-occidental (D. Champault, 1987, p. 513) et plus largement au Maghreb (F. Aubaile-Sallenave, 2010) pour entrer dans la préparation de plats consommés à l’occasion de certaines fêtes et manifestations rituelles. Les épis verts sont grillés et pilés ou bien cuits à la vapeur, séchés, dépiqués, broyés au moulin de pierre. L’enquête menée par F. Aubaile-Sallenave (2010) témoigne de l’extension géographique de cette pratique et de sa haute antiquité.

47  Observations personnelles au cours de mes missions archéologiques dans l’Adrar des Iforas de 1986 à 1990 et de mes accompagnements culturels dans le Tassili-n-Ajjer de 2006 à 2010. Pour d’autres régions, se reporter aux descriptions de S. Boulay, 2008 ; M. Gast, J. Adrian, 1965.

48  B. Van de Walle, 1978.

49  E. Bernus, 1981, p. 251 ; A. Mayor, 1989 ; et observations personnelles dans le Sahel malien et nigérien au cours des années 1980-1990. Une abondante documentation archéologique, historique et ethnologique concernant les différents types de stockage des grains de par le monde est donnée dans M. Gast et F. Sigaut (dir.), 1979 ; 1981 ; 1985.

50  E. Bernus, P. Cressier, A. Durand, F. Paris, J.-F. Saliège, 1999 ; D. Commelin, M. Raimbault, J.-F. Saliège, 1993 ; G. Quéchon, 2002.

51  E. Burri, 2003 ; G. De Ceuninck, 1994 ; et observations personnelles dans la vallée de la Kolimbiné et de ses affluents (haute vallée du Sénégal, Mali).

52  J.-C. Echallier, J.-P. Roset, 1986.

53  S. Di Lernia, 1998, p. 125.

54  G. Aumassip, 2000, p. 248.

55  A. Menardi Noguera, A. Zboray, 2011.

56  D’après les recherches en cours dans le Gilf Kebir, voisin du Djebel el-‘Uweynat (F. Förster, H. Riemer, R. Kuper, 2012, p. 204).

57  R. Schild, H. Krolik, F. Wendorf, A.E. Close, 1996 ; F. Wendorf, R. Schild, K. Wasylikowa, J. Dahlberg, J.D. Evans, E. Biehl, 1998.

58  K. Wasylikowa, J. Harlan, J. Evans, F. Wendorf, R. Schild, A. Close, H. Krolick, R. Housley, 1993.

59  S. Amblard-Pison, 1996.

60  D.Q. Fuller, K. MacDonald, R. Vernet, 2007 ; K.C. MacDonald, R. Vernet, M. Martinon-Torres, D.Q. Fuller, 2009 ; A. Person, S. Amblard-Pison, H. Jousse, T. Vallette, M. Raimbault, C. Albaret, A.-F. Maurer, J. Suire, 2012.

61  A. Person, T. Ibrahim, H. Jousse, A. Fink, C. Albaret, L. Garenne-Marot, V. Zeitoun, J.-F. Saliège, S. Ould M’Heimam, 2004.

62  K. Manning, R. Pelling, T. Higham, J.-L. Schwenniger, D.Q. Fuller, 2011.

63  J. Cauvin, 1994, p. 80.

64  O. Aurenche, S.K. Kozlowski, 1999, p. 102.

65  J. Clotault, A.-C. Thuillet, M. Buiron, S. De Mita, M. Couderc, B.I.G. Haussmann, C. Mariac, Y. Vigouroux, 2012.

66  S. Tostain, 1998, p. 479.

67  S. Amblard, J. Pernes, 1989.

68  D.Q. Fuller, 2003.

69  C. Dupuy, 2010.

70  S.K. McIntosh, R.J. McIntosh, 1980; S. Murray, 2005.

71  G. Second, 1985.

72  D.Q. Fuller, 2004 ; C. Magnavita, P. Breunig, D. Ishaya, O. Adebayo, 2009 ; S.K. McIntosh, R.J. McIntosh, 1980 ; P.A. Rowley-Conwy, W.J. Deakin, C.H. Shaw, 1997 ; W. Wetterstrom, 1998.

73  R. Pelling, 2008, p. 57.

74  J.R. Harlan, 1993 ; M.A. Murrey, D.Q. Fuller, C. Cappeza, 2007.

75  S., Boardman, 1999.

76  C. Seignobos (dir.), 1984 ; C. Seignobos, Y. Marzouk, F. Sigaut (dir.), 2000.

77  J.R. Harlan, 1989 ; A. Luxereau, 2003 ; S. Tostain, 1998, p. 483.

78  J. Pernes, 1983, extraits des pages 911-913, 915 et 917 rapprochés ici artificiellement.

79  G. Willcox, 2000, p. 131.

80  H. Jousse, 2004 ; K. Manning, 2011.

81  P. Dubreuil, M. Warburton, M. Chastanet, D. Hoisington, A. Charcosset (2006, p. 289) font état de cette pratique de calendriers décalés chez les Amérindiens d’Amérique du Nord à la période des premiers contacts avec les Européens. Cela permettait alors de cultiver des variétés différentes de maïs qui, autrement, se seraient hybridées. Aucune donnée n’atteste de cette stratégie en Afrique durant la période qui nous intéresse. On notera toutefois, à la suite de M. Gast (2010, p. 5025), que les cultivateurs d’Idelès dans l’Ahaggar (Sahara algérien) peuvent semer, d’avril à septembre, trois fois du mil sur les sols arrosés de leur jardin. Un tel échelonnement des semailles est possible au Sahel sur les sols exondés en bordure des fleuves, des rivières et des bas-fonds argileux se remplissant d’eau durant la mousson. Reste à savoir si des groupes d’agriculteurs s’y sont adonnés aux temps anciens. Ces cultures de décrue, dites aussi de « contre-saison », auraient permis de limiter les hybridations avec les populations sauvages.

82  G. Camps, 1968.

83  G. Quéchon, 2002.

84  En s’appuyant sur des observations ethnographiques relatives à la division sexuelle du travail, R. Haaland (1995) avance également l’idée selon laquelle les femmes auraient joué un rôle clé dans le contrôle des mécanismes ayant conduit à la céréaliculture.

85  P.C. Anderson, 2000, p. 105. D’après J. Pernes (1983, p. 912), les enveloppes épaisses entourant ces graines doivent être dégradées pour que leur plantule soit libérée et, consécutivement, leur germination assurée. L’exposition à l’air libre, donc aux intempéries, permet cette dégradation ; un phénomène que les hommes préhistoriques avaient loisir d’observer et qui leur était vraisemblablement familier. De ce fait, retourner la terre ne s’est probablement pas imposé aux premiers temps des semailles. Puis, les glumes et glumelles des céréales cultivées se sont réduites, la grosseur des graines et leurs substances de réserve modifiées. L’effet de dormance a disparu. Le tout a favorisé une germination rapide. Le recours à l’enfouissement des semences est devenu alors judicieux : il a assuré un développement synchrone des plantes, une arrivée à maturité simultanée des grains et, par là, une unique moisson par champ.

86  C’est à cette position prudente que se rangent S. Amblard et G. Quechon, 1994.

87  K. Neumann, 2003 ; K. Manning, 2010.

88  A. Ballouche, 2002 ; C. Floret, R. Pontanier, G. Serpentié, 1993.

89  S. Nixon, M.A. Murray, D.Q. Fuller, 2011. Du blé est consommé à Dia (moyenne vallée du Niger) à partir de 1000/1600 apr. J.-C., d’après S. Murray, 2005, p. 395.

90  T. Insoll, 1996 ; 2000.

91  M. Chastanet, 2010.

92  La présence du chien domestique n’est attestée en Afrique qu’à partir du milieu du VIe millénaire av. J.-C. à Nabta Playa dans le désert Libyque à 100 km d’Abou Simbel (D.J. Osborn, J. Osvbornova, 1998, p. 57).

93  A. Lericollais, J. Schmitz, 1984, p. 448-450, et observations personnelles dans le Sahel malien et nigérien au cours des années 1980-1990.

94  M. Raimbault, 1995.

95  S’agit-il de poids de bâtons à fouir pour ameublir et fouiller le sol ? Ces ustensiles sont apparus au cours de l’épipaléolithique nord-soudanais et maghrébin ; se reporter à C. Dupuy, R. Delhougne, 2003.

96  De nombreux dispositifs comparables étudiés par C. Seignobos (1980) ont été réalisés dans le Nord du Cameroun à l’époque des grandes hégémonies guerrières du bassin du lac Tchad. En l’état des connaissances, aucune donnée préhistorique ne témoigne d’une insécurité dans le Nord du Mali, et plus largement dans le Sud du Sahara, avant le IIe millénaire av. J.-C. (C. Dupuy, 2010, p. 32-35). C’est pourquoi ma préférence va à l’idée d’aménagements visant à protéger ces lieux de vie contre les animaux sauvages, alors bien présents à ces latitudes, plutôt qu’à freiner les intentions malveillantes d’hypothétiques assaillants.

97  G. Arcangioli, L. Rossi, 1994 ; H. Riemer, 2004 ; F. Berger, 2009.

98  S. Amblard-Pison, 2006.

99  Tout un faisceau d’indices concordants tirés de l’art rupestre permettent cette estimation chronologique : C. Dupuy, 2006 ; 2010.

100  M. Chauveau, 2005 ; M. Wuttmann, 2001.

101  D.J. Mattingly, S. al-Aghab, M. Ahmed, F. Moussa, M. Sterry, A.I. Wilson, 2010, p. 123-124 et p. 128.

102  S. Amblard-Pison, 2006.

103  R.M.A. Bedaux, T.S. Constandse-Westermann, L. Hacquebord, A.G. Lange, J.D. Vander Waals, 1978 ; S.K., McIntosh (dir.), 1994.

104  R.M.A. Bedaux, 1972 ; R.M.A. Bedaux, A.G. Lange, 1983 ; E. Huysecom, 2009.

105  C. Magnavita, P. Breunig, D. Ishaya, O. Adebayo, 2009.

106 Idem.

107  S.K. McIntosh, R.J. McIntosh, 1980.

108  A. Schmidt, K. Sanogo, D. Keita, 2005.

109  La comparaison des figures rupestres avec, d’une part, les données enregistrées dans les domaines de la paléoécologie, de l’archéozoologie, de l’archéologie préhistorique et historique, et avec, d’autre part, les textes de l’Antiquité égyptienne et nord-africaine permet ces estimations chronologiques (C. Dupuy, 1989 ; 2009). Leur cohérence s’est trouvée plusieurs fois confirmée dans des régions où seul était connu l’art rupestre et où les résultats enregistrés à l’issue des fouilles archéologiques sont venus confirmer ce que les figurations faisaient supposer. Ainsi en va-t-il, par exemple, pour l’exploitation du lait dès le début de l’élevage, comme il apparaît dans cette partie.

110  J.-L. Le Quellec, 2011.

111  M. Gast, 2008.

112  J. Lesur, F. Briois, B. Midant-Reynes, M. Wuttman, 2011.

113  « En partie tourné vers l’exploitation du lait » car les restes osseux d’animaux domestiques – bœufs, chèvres, moutons –, retrouvés parmi les restes de cuisine dans de nombreux sites, et quelques scènes rupestres d’abattage et de boucherie montrent que l’élevage était aussi pratiqué pour la viande. De plus, l’abondance des représentations rupestres de taurins ainsi que les sépultures de ces animaux attestent de leur importance dans les croyances et les relations sociales. Nous ne pouvons développer ces aspects dans le cadre de cette étude consacrée à la consommation du lait.

114  J. Dunne, R.P. Evershed, M. Salque, L. Cramp, S. Bruni, K. Ryan, S. Biagetti, S. Di Lernia, 2012.

115  G. Bailloud, 1997, p. 87-100.

116  C. Dupuy, 2010, p. 34-35.

117  M. Klee, B. Zach, H.-P. Stika, 2004.

118  S. Amblard-Pison, 2006, p. 238.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Pays, régions et sites archéologiques mentionnés dans le texte
Crédits C. Dupuy (fond de carte tiré de A. Muzzolini, 1995).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-1.png
Fichier image/png, 834k
Titre Figure 2 : Segments avec traces d’usure sur les deux faces rendues par semis de points
Légende Site 8905 de Tushka, Nubie égyptienne. En e, reconstitution hypothétique d’une faucille : la position du segment dans le manche est déduite des zones lustrées et des restes d’adhésifs observés sur la pièce b au niveau des hachures.
Crédits D’après F. Wendorf, 1968, p. 943, fig. 92.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3 : Fragments de meules et de molettes
Légende Site 8905 de Tushka, Nubie égyptienne. Le fragment en haut à gauche a une longueur de 34 cm.
Crédits D’après F. Wendorf, 1968, p. 942, fig. 91.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 4 : Femme du Tchad, panier en main, en train de moissonner du riz sauvage
Crédits Photo A. Borgel tirée de J. Pernès, 1983, p. 911, fig. 1.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 5 : Vestiges de vaisselle de pierre mise au jour à Temet (Aïr, Niger), datant de l’holocène ancien
Légende La base du récipient de gauche présente un méplat dû à une altération d’origine thermique.
Crédits D’après J.-P. Roset, 2000, p. 276, fig. 4.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6 : Exemples de poterie de l’holocène ancien découverte dans l’Aïr au Niger (site de Tagalagal)
Crédits D’après J.-P. Roset, 2000, p. 270, fig. 3.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 7 : Neferirtenef, le « chef des troupeaux » (Ancien Empire égyptien, Ve dynastie, Saqqarah)
Légende Neferirtenef observe la préparation des galettes de blé ou d’orge, comme le précise l’inscription au-dessus de lui : « modeler les galettes ». Celles-ci sont mises à cuire à même le sol chauffé par des braises.
Crédits D’après B. Van de Walle, 1978.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 8 : Base de grenier à trois rangées de trois dalles dressées de 40 cm de haut – une affaissée et une brisée au sol – du Dhar mauritanien (village v.392)
Crédits D’après S. Amblard-Pison, 1996, p. 361, fig. 5.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 9a : Petits personnages buvant directement au pis dans le Djebel el-‘Uweynat
Légende Peinture datable des alentours du IVe millénaire av. J.-C. (désert Libyque).
Crédits D’après A. Zboray, 2009.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 9b : Traite sur le côté dans le Messak Settafet (Wadi Tiksatin)
Légende Gravures datables des VIe-IVe millénaires av. J.-C. (Sud-Ouest de la Libye).
Crédits Relevés et photos de A. et A.-M. Van Albada, 1996 et 2000.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 9c : Traite sur le côté dans le Messak Settafet (Wadi Erahar)
Légende Gravures datables des VIe-IVe millénaires av. J.-C. (Sud-Ouest de la Libye).
Crédits Relevés et photos de A. et A.-M. Van Albada, 1996 et 2000.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 9d : Traite d’une vache pendant qu’est pratiquée l’insufflation dans son vagin
Légende Peinture de l’Immidir datable des IVe-IIIe millénaires av. J.-C. (Ahaggar, Algérie).
Crédits Photo de Y. Gauthier tirée de J.-L. Le Quellec, 2011, p. 82, fig. 19.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 9e : Vache au pis magnifié de l’Enneri Borboré
Légende Peinture datable des IVe-IIIe millénaires av. J.-C. (Tibesti, Tchad).
Crédits D’après A. Boccazzi et D. Calati, 2001-2002, pl. M.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Figure 9f : Vache à large encornure lyriforme aux trayons rendus par trois traits parallèles disposés sous la ligne ventrale
Légende Gravure datable des alentours du IIe millénaire av. J.-C. (Adrar des Iforas, Mali).
Crédits Photo C. Dupuy.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 9g : Chamelle au pis dessiné sous le ventre, entourée de chamelons
Légende Gravure réalisée postérieurement au ve siècle apr. J.-C. (Oued Djerat, Tassili-n-Ajjer, Algérie).
Crédits Photo C. Dupuy.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1376/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Dupuy, « Des céréales et du lait au Sahara et au Sahel, de l’épipaléolithique à l’âge des métaux », Afriques [En ligne], 05 | 2014, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://afriques.revues.org/1376 ; DOI : 10.4000/afriques.1376

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Institut des mondes africains (IMAF), Université Tous Âges, Lyon, Université Pour Tous, Saint-Étienne

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org