Navigation – Plan du site

Vie et miracles de Daniel de Qorqor. Introduction

Life and miracles of saint Daniel of Qorqor. Introduction
Gérard Colin

Résumés

La Vie et les miracles de Daniel de Qorqor sont actuellement connus par deux manuscrits conservés dans l’église de Qorqor Māryām dans le Tigré. Le premier, daté de 1911 ap. J.-C, n’est accessible que dans un microfilm conservé à l’Institute of Ethiopian Studies d’Addis Abeba. Cette copie de qualité médiocre, parfois peu lisible et lacunaire de plusieurs folios, est impropre à une édition intégrale. L’autre manuscrit, photographié en 2009 dans l’église, est ici édité et traduit dans son intégralité. Achevé en 1975-76, il présente une version sensiblement différente du premier manuscrit, tant d’un point de vue formel que pour ce qui concerne les informations factuelles. Cette introduction présente points communs et divergences, notamment à propos de la généalogie monastique de Daniel.

Haut de page

Texte intégral

Le gadl de Daniel

  • 1  Je dois un tirage papier de ce microfilm (Institute of Ethiopian Studies, ci-après I.E.S., n°I.E.S (...)

1La vie de Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor est actuellement connue en quelque détail par deux manuscrits conservés dans leur pays d’origine. Le premier, daté du mois de sanē 1903 de l’ère éthiopienne (= juin-juillet 1911 ap. J.-C.), n’est accessible que dans un microfilm de qualité médiocre, parfois peu lisible et lacunaire de plusieurs folios1, toutes circonstances qui le rendent assez impropre à une édition intégrale. Le gadl de Daniel y occupe une vingtaine de folios ; sa teneur peut se résumer comme suit :

  • 2  Ou Wanbartā, la forme qui est privilégiée dans le manuscrit que nous publions.
  • 3  Sur les noms et personnages de Śeyouma-Sābā et Ebna-Sanbat, cf. l’étude approfondie de G. Lusini, (...)

2Daniel est né dans la région (medr) du Manbartā2 du lignage (nagad) des Daqiqa-Afqarē appelés Lāʿelāy-Mogāryā. Ses parents, « justes, vertueux et très riches », s’appelaient Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē. Devenu suffisamment grand, le jeune garçon se rend auprès d’Ebna-Sanbat, supérieur de Dabra-Māryām dans le Garʿāltā3 ; celui-ci l’instruit dans la sagesse spirituelle, le revêt de l’habit monastique et lui donne le nom de Zakāryās.

3La sœur de Daniel, Sena-Ḥeywat, et le mari de celle-ci, Iyasous-Moʾa, obtiennent d’engendrer un fils grâce à la sainte intercession de leur frère et beau-frère. L’enfant, qui sera connu sous le nom monastique d’Ēwosṭātēwos et fondera l’ordre des Eustathéens, passera plusieurs années dans le monastère de son oncle où il sera fait moine.

  • 4  S’agit-il d’une confusion ou d’une double homonymie fortuite ? Un Gabra-Nāzrāwi disciple de Yoḥann (...)

4Daniel va ensuite à Jérusalem, où il visite le tombeau du Christ, et se plonge dans le Jourdain. Après que, lors de son voyage de retour, il a converti des païens, il reçoit la visite de Gabra-Nāzrāwi de Dabra-Ḫāraykewā, disciple de Yoḥannes4. Il fait encore jaillir miraculeusement dans son monastère une source qui existe toujours. La suite du gadl fait une place importante à Gabra-Nāzrāwi qui, entre autres, apporte à Daniel une tablette d’autel (tābot) de Dabra-Ḫaraykewā.

5Après que Jésus a donné un pacte (kidān) à Daniel et béni son monastère Dabra-Māryām, « lieu de montée de la prière et lieu de descente de l’Esprit Saint », le saint tombe malade et meurt. Le gadl s’achève sur les mots suivants :

Les jours de ce bienheureux et glorieux abouna Daniel furent de 84 (ans) ; on l’enterra dans un tombeau plaisant qui est à l’intérieur du sanctuaire (bēta-maqdas) à droite de l’autel. Les grands miracles et prodiges de (Daniel) s’(y) font jusqu’à aujourd’hui. Le jour du repos (éternel) d’abouna Daniel est le 6 de ḫedār, jour de l’entrée de Notre Dame Marie dans Dabra-Qwesqwām.

  • 5  Relié avec des ais de bois, il mesure 34,5 x 30 x 9 cm ; il a été photographié en janvier 2009 par (...)

6Le deuxième témoin du gadl de Daniel, d’une recension sensiblement différente, se trouve dans le monastère de celui-ci5. De date récente – il a été achevé en l’an 1968 de l’ère éthiopienne (= 1975-76 ap. J.-C.) –, il comprend 115 folios inscrits sur trois colonnes de 18 lignes (les colonnes des folios 112-114 comportent 30 lignes, le folio 115 est blanc à l’exception de la 1re colonne). Le gadl lui-même occupe les folios 1 à 80 ; il a été écrit, si l’on en croit une indication du texte (f. 38r°c), par deux moines égyptiens ou, à tout le moins, ayant séjourné en Égypte. Les folios 81 à 99 constituent une manière d’excursus originellement indépendant de ce qui précède. Ce développement, en même temps qu’il reprend une partie des éléments du gadl, est largement consacré aux rapports existant entre Daniel et les rois Abreha et Aṣbeḥa. Les Miracles du saint figurent aux folios 100 à 112 ; la numérotation de ces petits récits qui ne comportent pas tous un numéro d’ordre et, dans leur état actuel, sont au nombre de 18 va de 1 à 20. Le blason (malkeʾ) de Daniel, différent de celui du ms. I.E.S. 194, s’étend sur les folios 113r°b - 114v°c.

7Le manuscrit a été conçu pour un usage liturgique mensuel, ainsi que l’indique la notation en haut de page « (lecture) de tāḫsās, de yakkātit, de ṭerr », etc. La succession de ces mentions ne semble pas totalement cohérente au début de l’ouvrage : tāḫsās, yakkātit, ṭerr, ṭerr, yakkātit. La lecture de ḫedār, mois de la mort du saint, est plus étendue que les autres. Celle qui fait suite à la mention « (lecture) de ṭeqemt » est répartie entre les jours de la semaine et traite des différentes étapes du pèlerinage que fait Daniel aux Lieux Saints. Cet usage fractionné du livre, où chaque nouvelle section reprend la teneur de la précédente, explique en partie que le texte soit quatre ou cinq fois plus développé que celui du ms. I.E.S. 194.

8Les données biographiques du saint, relativement peu nombreuses, ont été parfois mises en relation avec des événements de la vie de la Vierge Marie, patronne du monastère de Daniel. Celui-ci est né un 28 maskaram, mais sa conception eut lieu un 3 tāḫsās – après une gestation de presque dix mois –, jour de la Présentation de Marie au Temple. Il meurt un 6 ḫedār, jour de l’entrée de la Vierge – lors de la Fuite en Égypte – à Dabra-Qwesqwām. Ses parents, « de souche royale », s’appellent Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē ; si le nom de la mère ne fait pas de doute, en revanche celui du père – Śeyouma-Sābā – peut être sujet à caution : en dehors de deux ou trois occurrences, il a partout remplacé un nom préalablement effacé, Iyasous-Moʾa. Cette circonstance, jointe au fait que le lieu d’origine des géniteurs – Ablāʿelo – n’est pas le même que celui du ms. I.E.S. 194, pourrait signifier qu’il s’agit d’un autre personnage, antérieur, sur lequel serait venue en quelque sorte se plaquer la carrière de Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor.

  • 6  C’est le nom du maître d’Ēwosṭātēwos dans le synaxaire (G. Colin, 1986, p. 423-433), c’est donc le (...)
  • 7  Il faut toutefois noter que d’autres traditions font aussi d’Ebna-Sanbat un autre nom de Daniel ou (...)
  • 8  Cf. E. Cerulli, dans S. Kur, 1965, p. III-IV.
  • 9  Cf. S. Kur, 1965, p. 15 : « 618 ans après l’arrivée d’abbā Salāmā (vers 330 ap. J.-C.) […], un aut (...)

9D’autres indications, divergentes, concernant les années d’apprentissage des hypothétiques deux personnages semblent aller dans le même sens : alors que l’un a pour maître Ebna-Sanbat de Dabra-Māryām qui confère à son disciple le nom de Zakāryās6, l’autre fait ses premières études avec Gabra-Krestos de Dabra-Ba-Qeddest-Śellāsē, puis de plus approfondies avec Pēṭros de Dabra-Qirqos et ne reçoit pas d’autre nom que Daniel7. Il est d’autre part ordonné diacre et prêtre par le métropolite de l’époque lequel, fait inhabituel, lui conférera aussi lui-même, plus tard, le vêtement monastique. La titulature complète de celui-ci est « Salāmā du Sud, le Traducteur, deuxième Révélateur de la lumière ». L’épithète « le Traducteur », comme la mention de certaines des œuvres traduites, paraît désigner le Salāmā bien connu qui a procédé et fait procéder à la version de différentes compositions arabes. Ce personnage, cependant, a vécu en plein xive siècle, très postérieurement donc à Daniel. Il faut ainsi peut-être penser au métropolite « Salāmā du Sud » mentionné par les Actes de Iyasous-Moʾa et placé, avec réserve et au prix d’une correction textuelle, dans la deuxième moitié du xiie siècle par Cerulli8. Si toutefois on ne suit pas le savant italien dans sa restitution, on constate que Salāmā « du Sud » est arrivé en Éthiopie au milieu du xe siècle ; or le gadl (f.40 v°a) donne pour la montée de Daniel à Dabra-Māryām-Qorqor la date de 6459 de l’ère du Monde, soit l’année 967 ap. J.-C., ce qui correspond bien à l’indication des Actes de Iyasous-Moʾa9.

10D’autres références chronologiques sont également fournies, en rapport cette fois avec des rois axoumites de peu postérieurs aux frères Abreha et Aṣbeḥa :

11Lorsque Daniel va recevoir l’ordination, le souverain régnant est Asfeḥa, « le roi qui régna une année » et est fils d’Aṣbeḥa (f. 10r°b-c).
Dabra-Māryām est révélée à Daniel la 15e année du règne d’Amēdā (f. 40r°a).
Daniel meurt la 14e année du règne de Śāhel (f. 99r°c).
Vingt ans séparent l’ordination de Daniel de la réception de Dabra-Māryām ; le premier événement est daté de l’an 376 de la Miséricorde (f. 10r°b) et le second, de l’an 396 (f. 40r°a).

  • 10  Cf. C. Conti-Rossini, 1909, en particulier p. 293 (il faut noter que la liste C fait de Aṣbeḥa le (...)

12Ces données, sans doute tirées de quelque répertoire des rois d’Axoum, correspondent presque parfaitement à la liste C de Conti-Rossini10.

13Que dire, enfin, des 165 (f. 5r°b) ou 265 (f. 12v°c) années que Daniel est censé passer à Dabra-Māryām ?

  • 11  Cf., pour cet ensemble monastique, la notice d’E. Balicka-Witakowska (2010).

14Quoi qu’il en soit de l’existence hypothétique de deux personnages et de l’époque où ils ont vécu, Daniel est célébré par son gadl avant tout comme abbé de Dabra-Māryām-Qorqor et comme constructeur de sa propre grotte-oratoire située au-dessus de l’église du monastère11. Le pèlerinage à Jérusalem prêté au saint homme fournit par ailleurs au rédacteur l’occasion de mentionner la poussière rapportée du tombeau du Christ, laquelle, une fois répandue sur les terres du monastère, en assurera la prospérité. La coïncidence, un 6 ḫedār, de la mort de Daniel et de la fête mariale de Dabra-Qwesqwām est un autre motif récurrent à l’occasion duquel on apprend que la Sainte Famille s’est également reposée sur le mont Qorqor, lors de son errance loin de la Palestine.

15Parmi les principaux disciples de l’abbé se détachent d’une part Yoḥannes, « du désert de Scété » (f. 43r°a), qui sera le successeur de Daniel à la tête de Dabra-Māryām, d’autre part et surtout Ebna-Sanbalt, le premier et bien-aimé fils spirituel de celui-ci. Ebna-Sanbalt, qui mourra également un 6 ḫedār, se voit entre autres consacrer quatre des Miracles ; il deviendra aussi le supérieur de Ṭāfāt dans le Chiré. Il faut encore mentionner Ṣagā-Za-Ab qui apparaît dans la deuxième partie du manuscrit, partie due à un certain Za-Māryām (f. 113r°a, f. 115r°a), où il est désigné par Daniel comme son successeur (f. 88r°b). Cette information paraît contradictoire avec les passages du gadl proprement dit où Yoḥannes est clairement donné comme le deuxième abbé, à moins de considérer que Ṣagā-Za-Ab ait succédé non à Daniel directement, mais à Yoḥannes « le vieillard ». En dehors des disciples n’est cité qu’un autre moine rencontré par Daniel, Gabra-Nāzrāwi de Dabra-Ḫaraykewā. Enfin Ēwosṭātēwos, le neveu de Daniel, est évoqué dans les Miracles, soit au moment de sa naissance, soit devenu adulte.

16À part des indications topographiques très précises concernant Dabra-Māryām-Qorqor et ses environs, le gadl ne donne que peu d’informations, on le voit, sur le saint. Cet état de fait est peut-être dû à la perte d’autres éléments, perte qui est expressément attribuée aux dévastations de Gragne (f. 115r°a).

17Le texte du manuscrit est répétitif parfois jusqu’à l’obscurité, la grammaire et l’ordre des mots étant par ailleurs souvent déconcertants ; il a cependant été suivi ici tant qu’il offrait un sens acceptable.

18L’orthographe adoptée pour l’édition du guèze est celle du manuscrit ; elle se caractérise par l’habituel emploi indifférencié des consonnes voisines - ʾ et ʿ, h, ḥ et ḫ, ś et s – et du premier et du quatrième ordre, lesquels de surcroît sont souvent peu distinguables l’un de l’autre.

19La ponctuation a posé un problème particulier : le , de loin le signe le plus employé, a été utilisé par le rédacteur avec une fréquence qui correspond au style redondant et empreint d’emphase du texte. Il a été conservé ici, même lorsqu’il pouvait paraître superflu ; seules quelques occurrences ont été supprimées – et quelques autres ajoutées – lorsqu’elles étaient manifestement fautives. En revanche le , au demeurant assez rare, n’a pas été retenu : il est placé d’une manière si arbitraire que son maintien, corrigé en fonction du sens, eût entraîné une reconstruction par trop artificielle.

20Le manuscrit renferme plusieurs centaines d’erreurs – ajouts ou omissions de lettres et de mots principalement –, elles ont toutes été relevées dans l’apparat critique, à la seule exception de la très fréquente absence du séparateur de mots ().

21Les mots entre parenthèses dans la traduction ont été suppléés pour la bonne intelligence du français ou pour expliciter un pronom suffixe du guèze.

22Tous les noms propres purement éthiopiens ont été transcrits selon leur orthographe originale, sauf les toponymes bien connus – Tigré, Choa, etc. – et le nom de Dānʾēl lui-même qui revêt ici sa forme française, Daniel.

Sigles et conventions

23Dans l’apparat critique du texte, la lettre « M » désigne la lecture du manuscrit.

24L’astérisque (*) indique le début d’une variante dont l’appel de note marque la fin.

Index

25Les numéros de paragraphes précédés de la lettre I renvoient à l’introduction, les autres numéros à la traduction.

Index des citations et allusions bibliques

26Genèse II, 13 : 225
Genèse XVIII, 2 : 309
Genèse XXII, 1-12 : 306
Genèse XXXV, 19 : 177
Genèse XXXVII, 33-35 : 122
Genèse XLVIII, 13-20 : 299

27Exode XVI, 31 : 67
Exode XXVIII, 31-35 : 57

28Nombres XVI, 32-33 : 315

29Deutéronome XXXII, 8 : 180

30Josué VI, 1-20 : 75, 242

31Juges I, 7 : 72
Juges VI, 36-40 : 299

321Rois XVII, 1 : 58
1Rois XVII, 9 : 177

33Cantique IV, 6 : 90

34Isaïe VI, 3-4 : 103
Isaïe XIX, 19 : 14
Isaïe XLI, 8 : 299

35Ézéchiel I, 26 : 102

36Daniel I, 7 : 93
Daniel II, 34, 45 : 158
Daniel VII, 9 : 96, 131
Daniel XIV, 33-39 : 57
Daniel (grec) III, 26 : 40

37Psaumes I, 3 : 39
Psaumes XXXIII(32), 2 : 230
Psaumes XXXIV (33), 19-20 : 212
Psaumes XXXV (34), 13-14 : 149, 163
Psaumes XLVI (45), 5-6 : 88
Psaumes LXV (64), 7-8 : 72
Psaumes LXVIII (67), 2 : 76
Psaumes LXXVIII (77), 69 : 77, 88
Psaumes LXXXVII (86), 1-2 : 77
Psaumes XCI (90), 6 : 290
Psaumes CXVI (115), 15-16 : 230, 309
Psaumes CXVIII (117), 20-21 : 105, 230
Psaumes CXIX (118), 1 : 65
Psaumes CXXI (120), 1-2 : 95
Psaumes CXXII (121), 1-3 : 145
Psaumes CXXXIV (133), 22-3 : 156

38Matthieu III, 16 : 26
Matthieu IV, 1-2 : 144
Matthieu IV, 3 : 47
Matthieu V, 1-3 : 77
Matthieu VII, 13-14 : 76, 284
Matthieu VIII, 30-32 : 80, 239
Matthieu IX, 10 : 214
Matthieu XVI, 26 : 57
Matthieu XVIII, 22 : 137
Matthieu XIX, 29 : 57
Matthieu XXVIII, 1 : 209

39Marc III, 13 : 310

40Luc IV, 25 : 58
Luc XIV, 26 : 57
Luc XXIII, 29-30 : 151
Luc XXIII, 39-43 : 126

41Jean X, 1-2 : 102
Jean XIII, 23 : 308
Jean XX, 1-2 : 126

42Actes II, 3-4 : 284
Actes VI, 5 : 34
Actes VII, 55-56 : 34
Actes XX, 7 : 35

431Timothée III, 5 : 180

44Hébreux V, 6 : 25
Hébreux XI, 37 : 190

45Apocalypse I, 4 : 15
Apocalypse I, 15 : 159
Apocalypse IV, 5 : 209
Apocalypse IV, 8 : 123

464Esdras IX, 26 : 60
4Esdras X, 25 : 60
4Esdras XIV, 38-44 : 45

Index des noms propres

47Aaron : 27, 65, 87, 112
Abāla-Krestos : 232
Abib : 111
Abiram : 315
Ablāʿelo/Awlāʿelo : I 8 ; 3, 18, 33, 34, 59, 193
Abraham : 27, 65, 137, 170, 309
Abrehā : I 6, I 10 ; 6, 11, 13, 59, 65, 66, 71, 82, 85, 92, 114, 134, 142, 188, 193, 197, 201, 202, 203, 204, 205, 206, 211, 227, 247, 251, 275, 281, 287
Achab : 58
Adam : 126, 152, 164
Adonaï : 164, 170, 190
Agāmē : 12
Akāla-Krestos : 196, 198
Amata-Dānʾēl : 224
Amata-Śellāsē : I 2 ; 3, 8, 13, 15, 18, 20, 33, 34, 36, 39, 50, 51, 52, 53, 159, 188, 262, 266, 269
Amēdā : I 11 ; 92
Amēdo : 238
Antoine : 27, 94, 115, 121, 124, 142, 183, 200, 213, 255
Arfad : 60
Armāḫ Dāwit : 130
Aṣbeḥa : I 6, I 10 ; 11, 13, 24, 59, 65, 66, 71, 82, 85, 92, 114, 134, 142, 188, 193, 197, 201, 202, 203, 204, 205, 206, 211, 227, 247, 251, 275, 281, 287
Aṣbeḥa : I 11
Aṣbi : 18, 52, 59
Aṣfeḥa : 24, 28
Awlāʿelo-Wanbarta : 20, 52
Axoum : 11, 23, 24, 27, 28, 29, 31, 33, 66, 82, 87, 92, 107, 111, 120, 134, 138, 206, 223, 227, 230, 232, 247, 281, 287
Aybā-Gamād : 11, 59, 65, 66, 193, 197, 227
Azarya : 93, 101

48Ba-Qeddest-Śellāsē/Bēta-Śellāsē/Dabra-Qeddest-Śellāsē/Dabra-Śellāsē-Aṣbi/Qeddest-Śellāsē/Aṣbi-Ba-Qeddest-Śellāsē : I 9 ; 3, 5, 11, 15, 18, 19, 23, 33, 34, 35, 42
Barāqit : 11, 193
Barāqit-Bēta-Ṣeyon : 92
Bartalomēwos : 213
Basilide : 212
Bazēn : 132
Beʾesē-Salām : 209
Berhān-ʿOdā-Qwarāro : 92, 238
Besoy : 86
Bēta-Giyorgis/Bēta-Qeddous-Giyorgis : 134, 195, 251
Bēta-Pāppāsayiti : 213
Bēta-Qirqos-Weqro/Gadāma-Weqro/Weqro-Bēta-Qirqos/Qirqos-Weqro : 15, 18, 44, 45, 48, 57, 59, 61, 63, 83, 193

49Chiré : I 15 ; 95, 142, 183, 242, 247, 255
Choa : 92, 201
Cyriaque : 106
Cyrus : 50

50Dabra-Bizān : 266
Dabra-Dānʾēl-Qorqor : 82
Dabra-Ephrata : 179
Dabra-Ganātos : 213
Dabra-Ḫaraykewā (-Ḥarāmāt) : I 4, I 15 ; 269
Dabra-Ḥawāz : 213
Dabra-Māryām/Dabra-Māryām-Qorqor/Qorqor-Dabra-Māryām : passim
Dabra-Māryām du Garʿāltā : I 2, I 9
Dabra-Qwesqwām : I 5, I 8, I 14 ; 95, 184, 192, 195, 200, 209, 218, 227, 242, 255
Dabra-Śāhel : 213
Dabra-Sālēm : 198
Dabra-Ṣarābi : 266
Dabra-Sinā : 227
Dabra-Tābor : 227
Dabra-Tayāṭron/Dabra-Yemʿāta-Tayāṭron : 72, 73, 92, 238, 290
Daqiqa-Afqarē : I 2
Daniel (prophète) : 3, 31, 57, 158, 159, 161, 163
Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor : passim
Datān : 315
David (roi d’Israël) : 18, 19, 23, 27, 33, 72, 76, 77, 83, 85, 88, 95, 106, 120, 145, 163, 188, 202, 212, 230, 231, 313

51Ebna-Sanbalt : 95, 96, 97, 120, 125, 130, 142, 154, 173, 179, 181, 183, 186, 196, 198, 209, 232, 238, 242, 243, 247, 251, 255, 315
Ebna-Sanbat : I 2, I 9
Égypte : 144, 157, 227
Éliab : 312
Élie : 2, 58, 212
Élisée : 2
Ēlohē : 99
Endreyās : 97, 120
Énoch : 2, 212
Éphraïm : 299
Éphrata : 177
Ērar : 201
Esdras : 45, 60, 212
Éthiopie : 10, 11, 19, 87, 92, 94, 101, 111, 114, 130, 132, 156, 157, 183, 195, 204, 205, 206, 238, 247
Étienne : 34
Ève : 164
Ēwosṭātēwos : I 3, I 15 ; 259, 262, 266, 269, 272, 275, 278, 281, 284, 313, 323

52Filātāwos : 156, 157, 169, 170

53Gabra-Dānʾēl : 224
Gabra-Krestos : I 9 ; 3, 4, 5, 8, 10, 15, 18, 19, 20, 23, 24, 25, 27, 28, 29, 31, 33, 34, 35, 36
Gabra-Mikāʾēl : 92, 238
Gabra-Nāzrāwi : I 4, I 15 ; 269, 272, 275, 278, 281, 284, 316, 325
Gabrʾēl : 213
Gabriel (ange) : 67, 83, 122, 123, 124, 144, 145, 149, 150, 151, 152, 154, 156, 158, 163, 172, 173, 179, 190, 191, 194, 197, 202, 203, 204, 211, 302
Gadāma-Weqro: 48, 61, 69
Galilée : 132
Garʿāltā : I 2 ; 10, 11, 12, 72, 116, 188, 190, 191, 194, 195, 233, 238
Gédéon : 299
Georges : 133, 134, 212, 300
Germā-Iyasous : 97, 120
Gethsémani : 86, 126, 136
Golgotha : 86, 126, 170, 173, 175, 177
Gragne : 327
Grèce : 92, 238
Gouh : 290
Guihôn : 225

54Habacuc : 57
Hananya : 93, 101
Ḥarāmāt : 12
Ḥarirgwā : 213
Ḥawzēn : 131, 132, 213
Hérode : 11, 13, 78, 82, 83, 87, 114, 132, 136, 182, 204, 227
Honorius : 202

55Ildefonse : 113, 114
Isaac : 27, 65, 137, 170, 306
Iyasous-Moʾa : I 3, I 8 ; 52, 134, 170, 174, 204
Iyasous-Moʾa : I 9
Inde : 75

56Jacob : 27, 65, 77, 102, 122, 136, 170, 299
Jean (Baptiste) : 159
Jean (évangéliste) : 15, 18, 23, 27, 102, 308
Jean le Petit : 213
Jéricho : 75, 242
Jérusalem : I 4, I 14 ; 28, 50, 86, 131, 136, 138, 144, 145, 147, 149, 151, 154, 156, 157, 169, 170, 174, 177, 179, 182, 183, 190, 191, 192, 195, 197, 220, 222, 223, 225, 231, 266
Jézabel : 58
Joseph (patriarche biblique) : 122
Joseph (époux de la Vierge) : 11, 78, 82, 114, 132, 133, 136, 184, 204, 227
Josias : 202
Josué : 75, 242
Jourdain (fleuve du) : I 4 ; 26, 144, 158, 159, 163, 170, 225, 226
Judas : 86

57Kaśātē-Berhān : 213
Kenfa-Mikāʾēl : 97, 120

58Lāʿeka-Krestos : 120
Lāʿeka-Śellāsē : 97, 120
Lāʿelāy-Mogāryā : I 2
Liban: 159
Luc (évangéliste): 102
Lydda : 300

59Macaire : 27, 86, 94, 115, 121, 124, 142, 144, 180, 183, 200, 213, 155
Magāb : 195, 233, 238
Manbartā/Wanbartā : I 2 ; 259, 262, 266, 269
Marc (évangéliste) : 102, 213, 310
Marie (la Vierge) : passim
Marie « au parfum » : 137
Marie Madeleine : 126, 137
Mātēwos : 213
Mātēwos : 255
Matthieu (évangéliste) : 102
Māy-Ṭāfāt : 142
Méditerranée (mer) : 266
Melchisédeq : 25, 27, 87
Mercure : 212
Mertādā : 300
Michel (ange) : 9, 10, 24, 25, 26, 44, 45, 48, 50, 51, 52, 53, 55, 64, 65, 66, 67, 71, 72, 74, 75, 82, 83, 111, 112, 113, 115, 116, 122, 125, 149, 150, 151, 152, 154, 156, 158, 163, 169, 170, 172, 173, 179, 190, 191, 194, 197, 202, 203, 204, 211, 212, 302
Mikāʾēl : 213
Misaël : 93, 101
Moïse : 27, 65, 82, 113, 142, 180, 212, 310

60Nabuchodonosor : 50
Nemrod : 12, 13
Noé : 65, 137
Noun : 75, 242

61Ouriel (ange) : 275, 278

62Pachôme : 27, 94, 115, 121, 124, 142, 183, 213
Palamon : 193
Paul (apôtre) : 2, 10, 15, 18, 27, 31, 64, 212
Pāwli : 97
Pēṭros (maître de Daniel) : I 9 ; 15, 18, 44, 45, 47, 48, 50, 51, 55, 57, 61, 63, 64, 65, 66, 69
Pēṭros : 97, 120, 142
Phanouel (ange): 4, 27, 81, 128, 209
Pierre (apôtre) : 2, 10, 25, 64, 212
Ptolémée : 50

63Qorqor (montagne de) : I 14 ; 12, 59, 153, 156, 193, 195, 197, 213, 233, 240, 242, 255
Quarantaine (désert de la) : 144, 163, 164, 167, 169, 170

64Raphael (ange) : 122, 123, 124, 211

65Sabaoth Adonay : 95
Sabaoth Emmanuel : 149, 287
Ṣadyā : 287
Ṣagā-Za-Ab : I 15 ; 194, 195, 196, 197, 198, 199
Śāhel : I 11 ; 232
Salāmā : I 9 ; 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 33, 107, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 120, 121
Salomé : 11, 78, 82, 114, 132, 133, 136, 184, 204, 227
Salomon : 27, 188, 202
Samarie : 164
Sarepta : 177
Sarṭou : 132
Scété (désert de) : I 15 ; 86, 96, 144, 180, 266
Ṣeḥmā : 287
Semʿon : 86
Sena-Ḥeywat : I 3 ; 259, 262, 266, 269, 275
Śeyouma-Sābā : I 2 ; 3, 4, 5, 8, 13, 15, 18, 20, 24, 26, 28, 33, 34, 36, 38, 39, 41, 42, 45, 50, 51, 52, 53, 55, 57, 60, 62, 72, 92, 96, 106, 158, 159, 188, 193, 226, 238, 262, 265, 266, 269, 278, 298
Simon : 137
Sinaï : 42, 75
Sion : 77, 126, 156, 221, 238
Suse : 158, 170

66Tabor : 75
Ṭāfāt : I 15 ; 95, 183, 242, 255
Takkazē : 225
Talāwē-Krestos : 97, 120, 142, 182, 196, 198, 209, 232, 238
Tana : 87
Tambēn : 12, 213
Tasfā-Giyorgis : 97, 120
Théophile : 67
Tigré :12

67Wāldebbā : 223
Warʿe : 225

68Yārēd : 18, 44, 47, 227, 230
Yemʿātā : 72, 92, 238
Yosēf : 130
Yoḥannes : I 15 ; 96, 97, 120, 125, 130, 142, 154, 173, 181, 182, 186, 210, 232, 238, 320
Yoḥannes : I 4
Yoḥanni : 142

69Za-Agāʾezet : 97
Zacharie : 27, 87
Zakāryās : I 2, I 9
Za-Manfas-Qeddous : 97, 120, 196, 198, 209, 232
Za-Māryām : 298, 328
Zébédée : 15, 18, 27
Zway : 87

Haut de page

Bibliographie

Balicka-Witakowska, E., 2010, « Qorqor », in S. Uhlig et A. Bausi (éd.), Encyclopædia Æthiopica, Harrassowitz, Wiesbaden, vol. IV, p. 300-301.

Colin, G., 1986, Le synaxaire éthiopien. Mois de maskaram, Turnhout, Brepols.

Conti-Rossini, C., 1909, « Les listes des rois d’Axoum », Journal Asiatique, ser. 10, 14, p. 263-320.

Kinefe-Rigb Zelleke, 1975, « Bibliography of the Ethiopic Hagiographical Traditions », Journal of Ethiopian Studies, XIII/2, p. 57-102.

Kur, S., 1965, Actes de Iyasus Mo’a, Louvain, CSCO, vol. 259-260, Scriptores Æthiopici t. 49-50.

Lusini, G., 1990 [1996], « A New Source for the History of Garalta (Ethiopia): The “Life” of Dānʾēl of Dabra Māryām on Mount Qorqor (KRZ 36) », Quaderni Utinensi, VIII/15-16, p. 345-352.

Lusini, G., 1993, Studi sul monachesimo eustaziano (secoli XIV-XV), Napoli, Istituto Universitario Orientale.

Haut de page

Notes

1  Je dois un tirage papier de ce microfilm (Institute of Ethiopian Studies, ci-après I.E.S., n°I.E.S. 194) à la courtoise libéralité de G. Lusini, lequel en a par ailleurs donné une description aussi complète que le permettait un document défectueux (cf. G. Lusini, 1993, en particulier p. 70-71).

2  Ou Wanbartā, la forme qui est privilégiée dans le manuscrit que nous publions.

3  Sur les noms et personnages de Śeyouma-Sābā et Ebna-Sanbat, cf. l’étude approfondie de G. Lusini, 1990 [1996].

4  S’agit-il d’une confusion ou d’une double homonymie fortuite ? Un Gabra-Nāzrāwi disciple de Yoḥannes (de Dabra-Bizan) a certes existé, mais très postérieurement, au xve siècle (cf. entre autres Kinefe-Rigb Zelleke, 1975, p. 75).

5  Relié avec des ais de bois, il mesure 34,5 x 30 x 9 cm ; il a été photographié en janvier 2009 par Claire Bosc-Tiessé.

6  C’est le nom du maître d’Ēwosṭātēwos dans le synaxaire (G. Colin, 1986, p. 423-433), c’est donc le manuscrit du microfilm I.E.S. 194 qui permet de faire le rapport entre Zakāryās et Daniel.

7  Il faut toutefois noter que d’autres traditions font aussi d’Ebna-Sanbat un autre nom de Daniel ou un personnage complètement différent (G. Lusini, 1990, p. 348).

8  Cf. E. Cerulli, dans S. Kur, 1965, p. III-IV.

9  Cf. S. Kur, 1965, p. 15 : « 618 ans après l’arrivée d’abbā Salāmā (vers 330 ap. J.-C.) […], un autre métropolite vint, abbā Salāmā du Sud ».

10  Cf. C. Conti-Rossini, 1909, en particulier p. 293 (il faut noter que la liste C fait de Aṣbeḥa le père, et non le fils, d’Amēdā et qu’elle place Śāhel avant, et non après, les autres rois cités par le gadl ; par ailleurs, la mention (f. 58r°c) d’Armaḥ Dāwit, souverain très postérieur, est énigmatique).

11  Cf., pour cet ensemble monastique, la notice d’E. Balicka-Witakowska (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Colin, « Vie et miracles de Daniel de Qorqor. Introduction », Afriques [En ligne], Sources, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://afriques.revues.org/1487

Haut de page

Auteur

Gérard Colin

Chargé de recherche CNRS, Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org