Navigation – Plan du site

Vie et miracles de Daniel de Qorqor. Traduction française

Life and miracles of saint Daniel of Qorqor. French translation
Gérard Colin

Résumés

Cette édition et traduction de la Vie et des miracles de Daniel est basée sur un manuscrit toujours conservé dans l’église de Qorqor Māryām. Relié avec des ais de bois, il mesure 34,5 x 30 x 9 cm et comprend 115 folios de parchemin. Il a été achevé en l’an 1968 de l’ère éthiopienne (= 1975-76 ap. J.-C.).

Haut de page

Texte intégral

(Lecture) de sās

1(1r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 1 Littéralement « le récit de la vie (gadl) ».

2Mes pères et mes frères, enfants de l’Évangile, peuple chrétien, oyez et écoutez le récit1 de la conception, de la naissance et du combat (spirituel) de ce soleil lumineux qui a été choisi dès le ventre de sa mère comme Élie, Énoch et Élisée, les prophètes de Dieu le Très-Haut, et comme Pierre (1r°b) et Paul, apôtres prédicateurs de l’évangile du royaume du Dieu du ciel et de la terre, puissant sur toute chose, juste qui est dit « soleil qui ne se couche pas » et « lampe qui ne s’éteint pas », qui brille sur tous les saints, Daniel, prédicateur de l’évangile du royaume du Fils de Dieu, fils du soleil de (1r°c) l’orient et source de la Loi.

  • 2 Ce nom remplace un nom précédent systématiquement effacé ; celui-ci subsiste néanmoins dans le text (...)

3Śeyouma-Sābā2 (est le nom de) son père ; quant à sa mère, (son nom est) Amata-Śellāsē ; ces justes (étaient) d’un district oriental de la région d’Ablāʿelo. La souche de leur lignée était de race royale, ils étaient prêtres et leurs parents les marièrent selon la loi des épousailles. Au moment du mariage de ces saints, Śeyouma-Sābā (1v°a) et Amata-Śellāsē, sa femme, cette femme conçut, le 3 de tāḫsās, le jour de la fête de la présentation dans le temple de Notre Dame la sainte Vierge Marie mère de Dieu, jour fameux du salut. Ils mirent (l’enfant) au monde le 28 de maskaram et l’élevèrent dans l’honneur et dans la grandeur ; quand l’enfant fils de Śeyouma-Sābā eut neuf mois et cinq jours (1v°b), son père et sa mère le conduisirent à l’église de Dabra-Śellāsē-Aṣbi pour le baptiser du baptême chrétien. Ils arrivèrent à l’église et un prêtre doux et bon dans toutes ses voies, du nom de Gabra-Krestos, le baptisa le 10 de ḫedār, un dimanche. (1v°c) Il lui donna son nom d’après le nom de Daniel le prophète, le prophète de Suse, en disant : « Que ton nom soit Daniel fils de Śeyouma-Sābā, destructeur des (faux) dieux, plein de la grâce de Dieu et d’une grande gloire. »

4Ce jour-là, le 10 de ḫedār, l’Esprit Saint descendit sur l’enfant Daniel et obombra sa tête comme une colombe (2r°a) blanche. Au moment même, (le prêtre) l’oignit de chrême et d’huile sainte en disant : « Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, au nom de la sainte Église unique, je t’oins et te donne un grand nom : que ton nom soit Daniel vainqueur des démons et expulseur des satans, comme Phanouel le serviteur vierge, l’ange de Dieu. » (2r°b) Ayant dit cela, ce prêtre du nom de Gabra-Krestos oignit et baptisa l’enfant Daniel. Après qu’il l’eut baptisé et oint de chrême et d’huile sainte, alors le prêtre dit à son père Śeyouma-Sābā – après qu’il eut achevé de le baptiser et de l’oindre : « Qui parraine ce (2r°c) tien fils qui a été appelé Daniel aujourd’hui ? » Śeyouma-Sābā lui rendit (réponse) avec une parole d’humilité : « Je te (l’)ai dit : Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu l’a parrainé afin qu’il fût pour elle un fils et qu’il fût encenseur de son sanctuaire. » Tandis qu’il disait ainsi, alors, soudain, Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de la Lumière vint, (2v°a) revêtue du soleil au-dessus de sa tête et de la lune sous ses pieds. Elle se déclara au moment même marraine de (l’enfant) et dit au (prêtre) : « Voici : celui-ci (est) mon fils, vraiment, en vérité, mon fils Daniel, fils de Śeyouma-Sābā selon la chair et mon fils selon l’esprit de la grâce. » Ayant dit (cela), elle prit des mains du prêtre Gabra-Krestos le petit enfant Daniel que celui-ci avait baptisé (2v°b), dans ses deux paumes, et lui parla alors avec le souffle de l’Esprit Saint, avec sa bouche pure, en disant : « Reçois l’Esprit Saint, toi petit enfant qui (es) digne de l’héritage du royaume des cieux. » Ayant dit cela, après avoir béni ce petit enfant Daniel avec le souffle de l’haleine de (2v°c) sa bouche pure, Notre Dame Marie le remit au prêtre.

5Celui-ci prit le petit enfant dans (ses) bras étendus. En le prenant, il lui dit : « Reçois l’Esprit Saint, toi enfant Daniel expulseur des démons ; toi sois, quant à ton siège, élevé au-dessus de tous les saints justes. Aucun ne sera plus grand que ton monastère, (3r°a) qui t’obéira, parmi tous les monastères du monde. Sois béni et saint plus que tous les petits enfants. » Ayant dit cela, il le signa avec le chrême ; quand il eut achevé de signer ce petit enfant Daniel, alors s’écrièrent à voix haute les portes de l’église de Bēta-Śellāsē, avec son toit et ses poutres, en disant trois fois : « Il lui convient, il (3r°b) lui convient, il lui convient, ce nom de Daniel vainqueur des démons ! » Ayant dit (cela), l’église de Ba-Qeddest-Śellāsē loua Daniel fils de Śeyouma-Sābā qui avait été baptisé en elle. En ce jour, son père et sa mère menèrent à bien son baptême, le 10 de ḫedār. En ce jour, ils conduisirent le petit enfant Daniel dans (3r°c) l’église, afin qu’il reçût les saints mystères ; ils entrèrent dans l’église, célébrèrent le sacrifice eucharistique et présentèrent à (Daniel) les saints mystères. Les yeux du cœur du petit enfant Daniel brillèrent et ce petit enfant s’écria après avoir reçu la communion. Il s’écria à haute voix (3v°a) en disant : « Un (est) le Père saint, un (est) le Fils saint, un est l’Esprit Saint ! » Avec cette glorification des anges, le petit enfant connaisseur des arcanes, Daniel, glorifia et psalmodia au milieu de son père, de sa mère et du prêtre Gabra-Krestos qui l’avait baptisé et au milieu des (gens) assemblés. Ayant entendu cette parole de glorification (3v°b) du petit enfant Daniel, ceux qui étaient assemblés au milieu de l’église de Ba-Qeddest-Śellāsē s’émerveillèrent de la glorification de ce petit enfant et furent stupéfaits ; au moment même, ils achevèrent la messe et procédèrent à la fin du sacrifice eucharistique. Le prêtre Gabra-Krestos leur dit : « Retournez en paix dans vos maisons et que (3v°c) le Seigneur Dieu de paix soit avec vous tous dans les siècles des siècles. »

6Salut à ta naissance, elle est de la souche de rois,
De la souche de David ; celle-ci (est) du rameau d’Abrehā.
Daniel le juste, administrateur de la maison de Dieu,
Bénis-nous et sanctifie-nous chaque mois et chaque année,
(Nous) les gens de ton monastère, Dabra-Māryām, afin que nous ne périssions pas pour rien.

(Lecture) de yakkātit

7(4r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

8Après que le prêtre Gabra-Krestos eut béni Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē, les parents du petit enfant Daniel, et ceux qui étaient venus avec eux pour baptiser le petit enfant, étant debout, (tous) allèrent dans leur maison dans la joie et dans la paix. Que leur bénédiction sainte soit sur nous dans les siècles des siècles.

  • 3 Cf., par exemple, la lecture du 12 ḫedār du Synaxaire.

9(4r°b) Après être revenus dans leur maison, alors, ils firent une fête, un repas pour les pauvres et pour les indigents, pour les gens de la ville et pour tous ceux qui étaient dans cette ville. Ils leur donnèrent à manger des mets savoureux et des boissons de différents goûts, ayant abattu de nombreux bœufs. (Les gens) mangèrent, se rassasièrent, glorifièrent (4r°c) Dieu et bénirent (leurs hôtes) d’une grande bénédiction en disant : « Que le Seigneur Dieu de nos pères (le) rende grand pour vous et le fasse croître d’une belle croissance. Qu’il soit béni jusque dans les siècles des siècles. » Ce fait eut lieu le 12 de ḫedār, (c’)était lors de la fête de l’office de l’archange (Michel)3.

10Après qu’ils eurent fait la fête du baptême de leur fils (4v°a) Daniel – alors c’était le 6 de tāḫsās –, l’ange de Dieu, l’archange saint Michel, vint auprès d’eux et leur dit : « Salut à vous, salut à vous, vous serviteurs de Dieu ! Le Seigneur, le Messie du Dieu d’Israël, vous dit : « Nourrissez-le d’une bonne nourriture et élevez-le dans la crainte de Dieu, dans (4v°b) la sagesse et dans la connaissance spirituelle. Après que vous l’aurez élevé dans cette sagesse et crainte de Dieu, donnez-le à ce prêtre Gabra-Krestos qui l’a baptisé, afin qu’il ajoute sa sagesse à la sagesse de (l’enfant) : celui-ci sera savant et avisé ; il n’épousera pas de femme de ce monde, mais il sera pur et (4v°c) vierge comme les saints Apôtres Paul et Jean, (l’auteur de) l’Apocalypse, le spectateur des choses cachées. Il ira dans la région du Garʿāltā au nord de l’Éthiopie et demeurera sur une grande et haute montagne qui s’appelle Dabra-Māryām-Qorqor.

11« Quant à l’église de celle-ci, il la construira, elle qui sera construite d’une construction rupestre ; quant à celle qu’ont construite les rois (5r°a) d’Axoum au grand nom, Abrehā et Aṣbeḥa, avec Āyba-Gāmād, leur maison, et avec Weqro-Bēta-Qirqos et Barāqit, dans la région du Garʿāltā, (c’est) celle qui est au-dessous de Dabra-Māryām-Qorqor. En premier, avant la construction de ce monastère, Notre Seigneur Jésus-Christ se reposa sur (la montagne) au moment de son exil, loin des attaques de l’ennemi Hérode, (5r°b) avec Marie sa mère et avec Joseph et Salomé. Quant à ce monastère, aucun n’est plus grand que lui parmi tous les monastères d’Éthiopie, sauf la première, l’aînée des églises, la cathédrale d’Axoum ; aucun n’est plus grand que lui.

  • 4 Littéralement « un tribut d’impôt ».

12« L’enfant Daniel demeurera auprès de (la montagne), sur elle, pendant 165 ans, jusqu’à ce (5r°c) qu’il soit un vieillard décrépit ; il fera son tombeau dans ce monastère. Au moment où il accédera à sa montagne, alors qu’il montera sur (elle) – au moment de sa montée –, il y rencontrera, sur elle, des rassemblements de démons ayant fait leur maison construite d’or, de pierres précieuses et d’ivoire. Leur roi s’appelle Nemrod. Quant à ce (5v°a) démon revêtu de chair, le roi des démons, l’adorent, font de lui un dieu et se prosternent devant lui les gens du Garʿāltā, du Ḥarāmāt, de l’Agāmē, de la région du Tambēn et de la région du Tigré. Ils font de lui leur dieu et lui donnent en présent un tribut4. Il leur prescrit par la puissance de sa magie ce qu’ils doivent lui donner (5v°b) de bœufs, de moutons, de chèvres et de volailles pour son tribut. Ce démon revêtu de chair, roi des démons, mange leur chair et boit leur sang avec les démons, ses soldats. Il donne des ordres à tous les gens qui l’adorent et lui donnent un tribut, à ceux qui lui donnent son présent, quand ils se prosternent devant lui. (5v°c) Le roi des démons Nemrod leur parle et leur donne des ordres, étant en haut de la montagne de Qorqor, son palais.

13« Quant à ces gens qui l’adorent, ils lui parlent, étant en bas de la montagne. Ce démon revêtu de chair, Nemrod, roi des démons, au moment où ils – celui-ci va mourir et celui-ci ne va pas mourir – lui donnent son cadeau, (ce démon donc) fait de la prédiction pour eux (6r°a) et de la divination ; en effet le roi des démons, Nemrod, était devin, étant en haut de cette montagne, en effet le sommet est le palais du roi des démons, Nemrod. Personne n’y pénétrera, parmi les rois, parmi les hommes et parmi toutes les créatures, sauf Daniel votre fils, (à) toi Śeyouma-Sābā et (6r°b) (à) ta femme bénie Amata-Śellāsē. Au moment où les rois Abrehā et Aṣbeḥa construisaient (leur église), avant la construction de Dabra-Māryām-Qorqor, celle-ci demeura le palais des démons. Quant à l’endroit (?) où reposa, au moment de son exil, Notre Seigneur Jésus-Christ – gloire à lui ! –, lui qui y demeura, se reposant des épreuves (6r°c) d’Hérode, l’ennemi maudit des petits enfants, ces démons revêtus de chair ne s’en approchèrent pas avec leur roi Nemrod. En effet la puissance de la divinité de (Jésus) gardait ce lieu béni, Dabra-Māryām-Qorqor, le lieu de Daniel le juste vainqueur des démons.

  • 5 Cf. Isaïe XIX, 19.

14« Quant à l’appellation de cette affaire, l’affaire des démons, que je vous en dise (6v°a) l’explication : ce Daniel, le petit enfant vainqueur des démons, y entrera par la puissance de Dieu. Quant à ce lieu, il sera appelé Dabra-Māryām-Qorqor, le lieu de Daniel le juste, il sera nommé de ce nom. Au moment de la montée de ce petit enfant, les assemblées de démons disparaîtront, (Daniel) les fera disparaître par la grandeur de sa justice. (6v°b) Il fera de (Dabra-Māryām) un autel pour Dieu, selon que dit le prophète par l’esprit de sa prophétie : Une ville sera un autel pour Dieu5. »

  • 6 Littéralement « (celui qui) était et est » ; cf., entre autres, Apocalypse I, 4.
  • 7 Littéralement « les Actes du ministère ».
  • 8 Littéralement « (l’ordre) guèze de l’Éthiopie ». Cf. infra où cette étape de l’apprentissage est pl (...)

15Avec cette parole fut achevé le récit de la conception et de la naissance de ce petit enfant Daniel. Après avoir achevé ces propos, (l’ange) dit aux parents de (Daniel), Śeyouma-Sābā et Amata-(6v°c)Śellāsē son épouse : « Dorénavant, élevez-le dans la sagesse et faites-le grandir dans la crainte de Dieu, car la grâce de Dieu n’est pas donnée à tous, mais à celui qui pratique la justice dans toutes ses voies et dont la foi est droite. Dorénavant, après qu’il aura grandi, selon que je vous ai dit, donnez au maître Gabra-Krestos d’Aṣbi-Ba-Qeddest-(7r°a)Śellāsē ce petit enfant Daniel. Après qu’il aura appris par cœur le syllabaire6 (amharique), le texte de (la 1re) épître de Jean fils de Zébédée, les Actes7 des Apôtres, le livre de l’Apocalypse, les lettres de saint Paul et tout le syllabaire guèze8, après qu’il aura appris par cœur tout cela, (7r°b) conduisez-le aussi au docteur de la grande loi spirituelle, abouna Pēṭros de Bēta-Qirqos-Weqro, pour qu’il apprenne les livres anciens et nouveaux de la Loi et les quatre évangiles. Après que votre fils, le petit enfant Daniel, aura appris par cœur tout cet enseignement, vous vous reposerez loin des peines de ce monde (7r°c) et de la tentation du diable ; vous serez enterrés tous les deux, homme et femme, dans un seul tombeau dans cette ville vôtre. Après ces paroles que je vous ai dites, gardez-le avec votre cœur et fortifiez-le avec votre pensée afin que vous soyez des amis et des héritiers pour le Dieu de justice. » (7v°a) Ayant dit cela, après qu’il leur eut parlé, (l’ange) se déroba à leur (vue) et monta aux cieux dans une grande gloire.

16Que la bénédiction de leur Dieu soit avec tous les enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles, amen.

(Lecture de) ṭerr

17Après que l’archange saint Michel fut monté (aux cieux), (7v°b) alors, c’était le 6 de ṭerr.

18Après qu’ils eurent achevé d’élever le petit enfant Daniel, alors, l’homme Śeyouma-Sābā et sa bienheureuse femme Amata-Śellāsē se mirent à délibérer en disant : « Que penser et que faire ? En effet ce petit enfant Daniel (7v°c), notre fils que nous avons engendré avec une abondance de demandes et de supplications, voici qu’il a atteint – (lui) notre jeune fils Daniel – l’âge de douze ans ; voici : conduisons-le au grand docteur, le prêtre savant, avisé et humble au milieu du peuple, le grand prêtre Gabra-Krestos du lieu de Qeddest-Śellāsē, pour qu’il lui enseigne le syllabaire amharique, (8r°a) le syllabaire guèze, la (1re) lettre de Jean fils de Zébédée, les Actes des Apôtres, la vision de Jean – l’Apocalypse –, les lettres de Paul, les Psaumes de David et les Cantiques des prophètes. Après qu’il aura achevé tout cela, nous le donnerons aussi au grand docteur – du nom de Pēṭros – de Bēta-Qirqos-(8r°b)Weqro pour qu’il lui enseigne les cantiques et psaumes de saint Yārēd et les cantiques des anges. Après qu’il aura appris par cœur tout cela, nous ferons venir ce fils nôtre, Daniel le béni, afin de lui fiancer une fille d’entre les notables du district d’Ablāʿelo, de la région d’Aṣbi. Voici cependant : donnons-le (8r°c) à ce prêtre Gabra-Krestos pour qu’il l’instruise ; après qu’il aura appris, nous le marierons après qu’il sera revenu et le joindrons à nous. Lui, il héritera de nos biens et de nos richesses et quant à nous, lorsque nous quitterons ce monde transitoire, il fera la commémoration de notre mort. »

19Après qu’ils eurent décidé cette chose, ils conduisirent (Daniel) au (8v°a) monastère de Ba-Qeddest-Śellāsē et le donnèrent au prêtre pur de corps et d’esprit Gabra-Krestos, (l’)ayant recommandé à la recommandation de la sainte Trinité et à la puissance des miracles de Notre Dame la sainte Vierge Marie, en disant : « Bienheureux et saint prêtre Gabra-Krestos, prends sous ta garde ce petit enfant ; (8v°b) enseigne-lui l’enseignement spirituel, la crainte de Dieu d’abord, le syllabaire guèze de notre pays l’Éthiopie, tous les livres de nos pères les Apôtres, les Psaumes de David et des filles (?) qui sont sans nombre, le Livre des miracles de Marie et, dans la nuit, (8v°c) la règle des péricopes de la prière de l’Évangile « Notre Père qui (est) aux cieux » dont il a été réglé qu’on la récitât chaque jour et chaque heure, la Louange de Notre Dame Marie mère de Dieu et le règlement du diaconat. Enseigne-lui tout cet enseignement (et) le règlement de la prêtrise.

20« Après qu’il aura appris par cœur ces choses, nous (9r°a) le ramènerons et le ferons venir auprès de nous, pour fiancer une fille d’entre les notables du district d’Awlāʿelo-Wanbartā à notre fils Daniel, et nous ferons pour lui des noces dans une grande joie, ayant invité les notables parmi les grands de la ville et tous ceux qui seront présents, (venus) de près et de loin, hommes et femmes, vieillards, jeunes gens et petits enfants ; ayant invité tout le peuple, nous ferons pour (Daniel) (9r°b) les noces et lui amènerons l’épouse bénie. Quant à nous, nous montrerons joie et allégresse à cause de ce nôtre fils béni Daniel. Dorénavant, instruis-le vite ; bienheureux et élu, demeure de l’Esprit Saint, prêtre Gabra-Krestos, reçois-le : le voici. » À ce moment, (Gabra-Krestos) le reçut avec joie. Quant à son père bienheureux et élu, demeure de (9r°c) l’Esprit Saint, candide comme une colombe, Śeyouma-Sābā, et à sa mère bienheureuse et élue, qui avait été élue dès le ventre de sa mère, Amata-Śellāsē, mère de l’enfant Daniel, ils s’en retournèrent alors dans leur région dans la joie et dans la paix.

21Que leur bénédiction soit avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles.

22Salut à ton entrée (9v°a) vers l’enseignement du syllabaire guèze de l’ordonnance duquel la beauté (est) admirable
Et vers l’apprentissage par cœur des Dix Commandements.
Daniel le petit enfant, administrateur de la maison de Dieu,
Es-tu Daniel l’expulseur des neuf démons,
Daniel qui a été établi dans Dabra-Māryām, dans les dix villes ?

(Lecture) de ṭerr

  • 9 Cf. note 6.
  • 10 Cf. G. Colin, 2014, § 9.
  • 11 La forme መተርጕማዊ፡ est absente des dictionnaires.

23Après qu’ils l’eurent fait entrer dans la maison (9v°b) d’enseignement dans le lieu de Ba-Qeddest-Śellāsē par le docteur grand et spirituel, le prêtre Gabra-Krestos, dans Dabra-Aṣbi, (dans) le lieu de Ba-Qeddest-Śellāsē, au moment de son entrée auprès de son maître, le prêtre Gabra-Krestos, alors, rapidement, il commença (l’apprentissage de) l’alphabet iota et bēta, le syllabaire amharique9. Au moment même, le 6 de ṭerr, il apprit par cœur l’alphabet (9v°c) iota et bēta. Au moment même, l’Esprit Saint lui révéla depuis le texte à apprendre de l’Apôtre (Jean) jusqu’aux Psaumes de David et jusqu’au règlement de la messe du diaconat et de la prêtrise. De ce jour, le 4 de ṭerr, le mardi, (son maître) le conduisit auprès de l’évêque à la ville de la cathédrale d’Axoum, là où était le métropolite abouna Salāmā du Sud10, le Traducteur11, deuxième Salāmā (10r°a) Révélateur de la lumière. Ils arrivèrent rapidement à la ville d’Axoum dans la maison du métropolite abbā Salāmā du Sud, le Traducteur. C’est lui qui traduisit, parmi les textes du Gebra-Ḥemāmāt, (des passages) des Prophètes, des homélies et des exhortations, lui le métropolite, deuxième Salāmā, du Sud, le Traducteur. Ce jour-là, c’était le (10r°b) 5 de ṭerr.

  • 12  376 a.m. = 204 ou 736 ou 1260 ou 1800 ap. J.C.
  • 13  Cf., sur ce personnage, G. Colin, 2014, § 11.

24Quand le prêtre Gabra-Krestos et le petit enfant Daniel entrèrent et arrivèrent dans la ville d’Axoum à la porte de la maison du métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, dans les jours du règne d’Asfeḥa, le roi qui régna une année – quant à (l’année de) l’ère de la Miséricorde, elle était en ce temps la 376e12; lui est fils (10r°c) d’Aṣbeḥa13 –, à ce moment, quand le prêtre Gabra-Krestos et le petit enfant Daniel arrivèrent à la porte de la maison du métropolite Salāmā du Sud, le Traducteur, là, à la porte de la maison du métropolite, l’ange de Dieu saint Michel les attendit debout ; il les salua d’un salut en langue hébraïque en (10v°a) disant : « Anris, lefis, māsris ; quand donc êtes-vous venus ? Bienvenue à vous, serviteurs de Dieu très-haut, toi le petit enfant bienheureux Daniel et le prêtre Gabra-Krestos, qui êtes venus aujourd’hui par une étape de trois jours à cause de l’ordination diaconale et sacerdotale de ce petit enfant (10v°b) Daniel, fils de Śeyouma-Sābā, par le métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur. Venez, suivez-moi pour que nous entrions auprès de ce métropolite afin que (Daniel) reçoive l’ordination sacerdotale et diaconale. »

  • 14 Le sens de ces mots « hébraïques et arabes » – et de ceux, en italique, qui suivent – me reste obsc (...)
  • 15 Cf. entre autres Hébreux V, 6.

25Ils le suivirent et entrèrent auprès de ce métropolite abouna Salāmā du Sud, le (10v°c) Traducteur. L’archange saint Michel parla avec une parole de salutation en langue hébraïque au métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, alors que (celui-ci) était assis sur son trône d’or, en disant : « Aliles, arfis, mārsiyon14. » Ayant dit cela, l’ange donna le salut au métropolite (11r°a) Salāmā. Au moment même, le métropolite abbā Salāmā du Sud, le Traducteur, se leva de son trône dans un grand trouble ; lui, le métropolite, dit à (l’ange) dans la langue arabe dans laquelle il prêchait l’évangile du royaume du Fils de Dieu : « Arwāʿ, alifṭewāʿ, zewāʿ ». Ces (11r°b) lettres arabes (sont) une parole de salut. L’ange de puissance lui dit : « Ne te trouble pas, toi savant métropolite, abbā Salāmā du Sud, le Traducteur; au contraire, assieds-toi sur ton trône dans la joie et dans la paix : Dieu t’a envoyé aujourd’hui ce petit enfant béni et (11r°c) saint, savant et avisé, avec ce prêtre Gabra-Krestos plein d’humilité et de douceur. Mais voici : rapidement, avec célérité, donne-lui – et investis-l’(en) – l’ordination diaconale et sacerdotale, avec l’ordination de chef des chefs, selon l’ordre de Melchisédeq (11v°a) le prêtre15 et selon l’ordre de saint Pierre, le chef des Apôtres, en disant : « Arsādo arsawos – ce qui veut dire “chef des chefs” –, selon l’ordre de Melchisédeq, le prêtre de l’Évangile. »

  • 16 Cf. Matthieu III, 16.

26Alors, à cette heure-là, (le métropolite) fit selon ce qu’avait ordonné l’ange de Dieu, (11v°b) l’archange saint Michel ; le 6 de ṭerr, le bienheureux Traducteur, abouna le deuxième Salāmā, du Sud, plein de la grâce de l’Esprit Saint, conféra l’ordination sacerdotale et diaconale – et l’oignit de l’onction du chrême – au jeune garçon béni Daniel, revêtu d’Esprit et de puissance, (11v°c) le fils de Śeyouma-Sābā. Ce jour et (cette) heure-là, le 6 de ṭerr, l’Esprit Saint descendit sur la tête du petit enfant Daniel sous l’aspect d’une colombe blanche, comme lors de la descente du Jourdain où il descendit sur la tête de Notre Seigneur16. De même l’Esprit Saint descendit sur la tête du (12r°a) petit enfant Daniel ; l’Esprit Saint demeura sur lui. Abouna Salāmā, le métropolite du Sud, le bénit et parfuma du parfum de l’Esprit Saint le souffle de sa bouche en disant : « Reçois l’Esprit Saint, que demeure en toi l’aide de Dieu, la majesté de grâce qui (12r°b) chasse les démons – et qui fait approcher les anges – de sur toi et de sur toute la nature des hommes. »

27Ayant dit cela, après qu’il eut béni le petit enfant béni Daniel, abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, le conduisit, le guida et l’amena à la maison des Tables de Moïse de la cathédrale d’Axoum. Là aussi, il le bénit, le (12r°c) sanctifia et le purifia de tout le désir du siècle ; il le communia de la communion pure. Le métropolite abbā Salāmā du Sud, le Traducteur, donna la bénédiction au prêtre Gabra-Krestos et à Daniel le béni ; il les bénit, les sanctifia et les parfuma en disant : « Que le Seigneur (12v°a) Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, Dieu d’Antoine, de Macaire et de Pachôme demeure sur vous ; toi, prêtre Gabra-Krestos, parce que tu as enseigné à (Daniel) l’alphabet alfa et bēta et les fonctions du diaconat et de la prêtrise, sois héritier du Jardin des délices jusque dans les siècles des (12v°b) siècles. Toi, jeune enfant Daniel, aie un trône élevé comme David et Salomon, les rois d’Israël, et comme Phanouel, l’ange expulseur des démons ; toi, petit enfant Daniel, assieds-toi sur un siège sur une haute montagne, grande et élevée ; son monastère qui (est) vers l’est (est) le monastère oriental, (12v°c) il n’en est pas de plus grand que lui parmi tous les monastères du monde. Tu demeureras là 265 ans, (jusqu’au) terme de tes jours en gardant la loi de Dieu. Tes enfants qui naîtront de toi (et) de l’Esprit Saint, moines bénis, se multiplieront. Toi, jeune Daniel, (13r°a) sois béni et saint ; que ton sacerdoce soit comme le sacerdoce d’Aaron, de Melchisédeq et de Zacharie, les prêtres du Premier-Né. Sois vierge et pur comme le fils de Zébédée, Jean (l’auteur de) l’Apocalypse, et comme Paul, langue de parfum et de baume, ornement et couronne de l’Église sainte ; comme eux, sois savant et avisé. (13r°b) Que demeurent sur toi l’aide de Dieu le Très-Haut et la paix et la glorification du nom de Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu ; qu’elles demeurent sur toi jusque dans les siècles des siècles. »

  • 17  Cf. note 19.

28Ayant dit ainsi, abouna Salāmā le Traducteur, du Sud, donna la bénédiction et le salut au prêtre Gabra-Krestos, le maître de (Daniel), et au fils de Śeyouma-Sābā (13r°c) dans la ville d’Axoum, la ville sainte, image de la Jérusalem céleste, la mère des villes. Abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, deuxième Salāmā Révélateur de la lumière, ayant dit cela, après qu’il eut conféré l’ordination sacerdotale et diaconale (13v°a) au petit enfant Daniel fils de Śeyouma-Sābā, (ce fut) le 6 de ṭerr, un jour certain, un vendredi, dans les jours du règne d’Asfeḥa qui régna une année ; (l’année de) l’ère de la Miséricorde était en ce temps-là la 376e17.

29Après que furent restés sept jours dans la cathédrale d’Axoum le prêtre (13v°b) Gabra-Krestos et son fils à qui il avait dispensé l’enseignement du syllabaire guèze et l’enseignement de la prêtrise et du diaconat – à Daniel –, (le métropolite) leur dit : « Retournez dans votre région en paix. » Ayant dit cela, le métropolite abouna Salāmā le Traducteur, du Sud, prit congé d’eux et, quant à eux, ils retournèrent en paix dans leur région.

30Que leur bénédiction soit (13v°c) avec tous les enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles, amen.

31Salut à vous, Gabra-Krestos et Daniel compagnon de Paul.
Toi qui as reçu la prêtrise dans la cathédrale d’Axoum, le sanctuaire,
Par la main du Traducteur, le métropolite,
Bénis-nous avec ton maître Gabra-Krestos,
Toi qui as été enfanté, Daniel, avec un esprit puissant.

(Lecture) de yakkātit

32(14r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 18 La traduction de ce début de paragraphe à la rédaction embarrassée est en partie incertaine.

33Après cela, après avoir reçu le diaconat et la prêtrise, le bienheureux Daniel fils de Śeyouma-Sābā retourna alors avec son maître Gabra-Krestos dans la maison de son père Śeyouma-Sābā, à Ablāʿelo-Aṣbi, le lieu de Qeddest-Śellāsē. Alors c’était (14r°b) le 6 de yakkātit ; ils retournèrent dans la maison du père de (Daniel), Śeyouma-Sābā, et de sa mère, la bienheureuse Amata-Śellāsē, après que (Daniel) eut reçu la prêtrise dans la cathédrale d’Axoum par la main du métropolite abouna Salāmā le Traducteur, du Sud. Seulement, ce jour-là, le 6 de yakkātit, jour de joie et d’exultation, alors, (14r°c) le maître de (Daniel), le bienheureux prêtre Gabra-Krestos de Dabra-Qeddest-Śellāsē, à qui (les parents) avaient remis en dépôt (l’enfant) pour qu’il lui apprît le syllabaire guèze, les Psaumes de David et l’enseignement du diaconat et de la prêtrise, remit (Daniel) à son père Śeyouma-Sābā et à sa mère Amata-Śellāsē, en ce jour18. (14v°a) Lui le prêtre Gabra-Krestos, selon qu’ils lui avaient remis Daniel leur fils, enseigna à celui-ci l’enseignement du diaconat et de la prêtrise et remit l’enfant Daniel leur fils à Śeyouma-Sābā et à Amata-Śellāsē. À ce moment, (14v°b) ils se réjouirent d’une grande joie et firent de grandes clameurs en s’écriant à haute voix.

  • 19  Cf. Actes VI, 5 ; VII, 55-56.

34Au moment même, les gens de la ville d’Ablāʿelo entendirent le bruit des clameurs dans la maison de Śeyouma-Sābā ; ils arrivèrent vite en se hâtant. Arrivés dans la maison de Śeyouma-Sābā, ils virent, (14v°c) assis avec son père et sa mère, le fils de ceux-ci, Daniel, ayant reçu le diaconat et la prêtrise. Alors ils glorifièrent et psalmodièrent dans une grande joie en disant à haute voix : « Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē, bonne nouvelle pour vous, vous les bénis, quand vous avez vu ce petit enfant qui a reçu la prêtrise d’auprès de (15r°a) Dieu ! Bonne nouvelle pour vous quand vous avez vu ce fils vôtre être orné des vêtements sacerdotaux de consécration, étant à la ressemblance des anges ! Désormais, réjouissez-vous et exultez, car abondante (sera) votre récompense dans les cieux ; désormais, faites-le entrer dans le sanctuaire et qu’il soit digne (15r°b) du service de la messe comme les anges. » Ayant dit cela, les gens de la ville de Śeyouma-Sābā et d’Amata-Śellāsē son épouse louèrent et célébrèrent ceux-ci. Les gens de la ville de Śeyouma-Sābā, le père du jeune Daniel qui avait grandi dans une grande discipline, dirent encore à celui-ci : « Donne (15r°c) ce petit enfant, votre fils Daniel, à ce prêtre son maître qui s’appelle Gabra-Krestos pour qu’il le fasse entrer dans le sanctuaire de Bēta-Qeddest-Śellāsē et l’institue diacre comme Étienne qui a vu l’essence de la Trinité qui (est) en haut19. »

  • 20 Cf., pour ce moment, Actes XX, 7.

35Au moment même, de nouveau, ils donnèrent (15v°a) (Daniel) au professeur Gabra-Krestos du lieu de Qeddest-Śellāsē-Dabra-Aṣbi, pour qu’il y fît la consécration et apprît le mystère eucharistique. Au moment même, le prêtre Gabra-Krestos conduisit et fit entrer dans le sanctuaire le jeune enfant Daniel, et il consacra l’eucharistie ce jour-là, le (15v°b) 6 de yakkātit, le dimanche au milieu de la nuit20. Alors qu’il consacrait, il arriva là où il est dit : « Donne-nous de nous unir à ton Esprit Saint. » Il arriva jusque là où il est dit : « Envoie la grâce de l’Esprit Saint sur nous. » Au moment même, le jeune Daniel vit sur la patène de l’eucharistie un agneau blanc étant égorgé ; (15v°c) sur la tête du jeune adolescent Daniel, (il y avait) une colombe blanche à la ressemblance de l’Esprit Saint. Alors la face de ce jeune adolescent Daniel brilla comme la lumière du soleil au mois de barmoudā. À ce moment, son maître le prêtre Gabra-Krestos le communia de l’eucharistie pure. Alors, à ce moment, ils achevèrent le service du (16r°a) mystère de l’eucharistie. Le diacre Daniel dit : « Retournez en paix. » Le prêtre Gabra-Krestos, possesseur d’un beau souvenir, dit : « Que Dieu soit avec vous tous, amen. » À ce moment, ils signèrent l’eucharistie qu’ils avaient reçue.

36Au moment même, après qu’ils eurent achevé la consécration de l’eucharistie, tous deux, Gabra-Krestos (16r°b) le prêtre et le diacre Daniel, allèrent dans la maison des parents de celui-ci, Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē. Alors, au moment de leur arrivée à la maison des parents du petit enfant, le diacre Daniel, le prêtre Gabra-Krestos s’écria en disant : « Bienheureux serviteurs de Dieu, Śeyouma-Sābā et Amata-(16r°c)Śellāsē, qui avez engendré ce jeune juste, Daniel le béni, que j’ai fait diacre aujourd’hui, que vous m’avez confié pour que je lui enseignasse cette tâche du ministère diaconal ! Voici qu’aujourd’hui, en ce jour, le 6 de yakkātit, le dimanche, il a achevé l’apprentissage du diaconat. Recevez ce présent vôtre, (16v°a) cette bonne nouvelle vôtre, car il a été investi pour vous aujourd’hui de la dignité sacerdotale et diaconale ; il a officié aujourd’hui, en ce jour, le 6 de yakkātit. Joie à vous – quand Dieu vous a fait voir cette grâce et honneur – à cause de cet honneur de votre fils Daniel qui a reçu la grâce du sacerdoce d’auprès du (16v°b) Seigneur votre Dieu ! Aujourd’hui, la joie vous revient à cause de ce fils vôtre saint de corps et d’âme. Voici : recevez-le dorénavant et jusqu’à jamais. »

37Que la bénédiction du Dieu de (Daniel) soit avec tous les enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles.

38Après qu’il fut devenu prêtre, le jeune (16v°c) Daniel, fils de Śeyouma-Sābā, resta dans la maison de son père dix mois, officiant dans la tâche diaconale et servant (ses parents) dans la crainte de Dieu et dans la douceur. Alors que ce jeune Daniel les servait et leur agréait dans tout son service, de ce jour-là, le 6 de (17r°a) yakkātit, l’adolescent Daniel se mit à commencer à faire des miracles et des prodiges.

  • 21  Cf. Psaumes I, 3.

39Il y avait dans la maison de son père Śeyouma-Sābā et de sa mère Amata-Śellāsē un cèdre qu’on appelle en langue tigrigna awhi et en langue amharique wānzā. Il produisait un beau fruit et ne cessait de fructifier chaque jour et chaque heure, selon (17r°b) qu’il est dit dans le psaume : … qui donne son fruit à son moment et dont le feuillage ne s’envole pas21. En ce jour-là, le 6 de yakkātit, ce cèdre produisit un beau fruit qui était agréable à voir pour l’œil et doux à manger pour la bouche et la langue. Alors, ce jour-là, après que (17r°c) ce cèdre eut produit un beau fruit, alors, les petits enfants de la ville se rassemblèrent en ce jour pour manger le fruit du cèdre qui était dans la maison de Śeyouma-Sābā, le père du jeune enfant Daniel, alors que le jeune garçon était dans la maison de son père, étant diacre. À ce (17v°a) moment, les petits enfants de la ville se rassemblèrent là où était le jeune garçon Daniel, dans la maison de son père, là où était le cèdre, au milieu de la maison de son père. À ce moment, ils sollicitèrent le jeune Daniel en disant : « Notre frère, donne-nous de manger (du fruit du cèdre), ayant fait descendre (celui-ci) d’en haut, car nous, nous ne pouvons y monter : (17v°b) il est haut, lui dont la hauteur atteint cent coudées. Tu es notre frère et notre bien-aimé ; toi ayant fait descendre (le cèdre), donne-nous selon ton habitude de manger du fruit du cèdre et de nous en réjouir selon notre habitude. »

  • 22  Cf. Daniel (grec) III, 26. Cette prière fait partie des « Cantiques des prophètes » figurant dans (...)

40À ce moment, un jeune garçon parmi les petits enfants de la ville passa outre, monta sur (17v°c) le cèdre et parvint au sommet de l’awhi. À ce moment, il voulut couper (une branche) de ce wānzā ; alors il tomba du cèdre et mourut. Les petits enfants qui s’étaient rassemblés pour manger du fruit du cèdre poussèrent alors des cris. Le jeune garçon béni Daniel leur dit : (18r°a) « Mes frères bénis, taisez-vous, ne pleurez pas et ne criez pas ; cessez vos cris. » Entendant la parole de leur frère Daniel, ils cessèrent leurs cris. À ce moment, le diacre Daniel récita la prière de Daniel le prophète en disant : « Que soit béni le Seigneur, Dieu de nos pères ; loué et (18r°b) glorifié (est) ton nom jusqu’à jamais », jusqu’à la fin22. Après qu’il eut récité cette prière sur le mort, à la fin de cette prière, de plus, le diacre Daniel souffla au visage du petit enfant qui était mort. Au moment même, (celui-ci) se leva d’entre les morts, tandis que voyaient (cela) les petits enfants rassemblés qui (18r°c) s’étaient rassemblés pour manger (du fruit) du cèdre. (Daniel) le ressuscita après qu’il fut mort.

41Il bénit encore le cèdre en disant : « Abaisse ta tête, descends vers le bas ; sois petit et non élevé afin que les petits enfants de cette ville mangent de ton fruit en demeurant au sol. » Au moment même, (le cèdre) se prosterna vers le bienheureux mār Daniel en s’abaissant. (18v°a) Il fut bas et petit comme tous les arbres de la campagne et quiconque passait à côté de lui – grand et petit – en mangeait et était guéri de sa maladie. À ce moment, mār Daniel le bénit en disant : « Sois béni et demeure jusqu’à la fin du monde ; que le fruit béni ne te fasse pas défaut jusque dans les siècles des siècles. » (18v°b) Quand les gens de la ville de Daniel fils de Śeyouma-Sābā virent ce prodige et miracle, ils s’émerveillèrent d’un grand émerveillement ; ils furent stupéfaits, disant à haute voix : « Combien admirable est le miracle du Seigneur de tout l’univers ! Plus prodigieuse que (tout) ce que nous avons vu (est) sa puissance et plus abasourdissante que (tout) ce que nous avons entendu, sa gloire ! Gloire au Seigneur notre Dieu, amen ! »

42(18v°c) Salut à toi, homme de puissance et d’élévation,
Fils de Śeyouma-Sābā, faiseur de miracles qui sont (objet) de récit.
Daniel jeune garçon, faiseur de miracles et de salut,
Le cèdre de la maison de ton père s’est prosterné devant toi pour que fût l’égalité
Et Dabra-Aṣbi-Ba-Qeddest-Śellāsē a été faite semblable au Sinaï.

(Lecture) de maggābit

43(19r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

44Après qu’il eut ressuscité le petit enfant mort – dans la maison de son père – du fait du cèdre, (qu’)il l’eut ressuscité et eut abaissé le cèdre, alors qu’il était couché et endormi avec son père et sa mère, chacun sur sa couche de repos, alors c’était le 6 de maggābit. Vint auprès d’eux, au moment du chant du (19r°b) coq, alors qu’ils récitaient tous trois ensemble la prière du milieu de la nuit « Notre Père qui (est) aux cieux », l’ange du Seigneur, l’archange saint Michel, et leur maison brilla comme la lumière de l’éclair. (L’ange) se révéla à eux alors et leur dit : « Salut à vous, salut à vous, serviteurs de Dieu ! (19r°c) Pourquoi avez-vous délaissé votre vœu relatif à ce fils vôtre Daniel, faiseur de miracles et de prodiges ? Voici qu’aujourd’hui Dieu vous dit : “N’oubliez pas de nouveau votre vœu que vous avez fait. Voici : conduisez-le à Bēta-Qirqos-Weqro auprès du père illustre abbā Pēṭros qui a appris les livres de la Loi, livres de (19v°a) la Tora, des Prophètes et des Apôtres, les livres nouveaux et les Évangiles, le chant de l’hymnique de saint Yārēd – c’est le chant des anges. Lui votre fils Daniel, conduisez-le et amenez-le auprès de ce maître bienheureux, compagnon des anges, compagnon de nous-mêmes ; conduisez-le rapidement.” »

  • 23  Cf. 4Esdras XIV, 38-44.

45(19v°b) Ayant entendu cette parole de l’ange de Dieu, l’archange saint Michel, ils conduisirent alors (Daniel) rapidement et le firent parvenir encore auprès du saint chef des pères moines, abouna Pēṭros de Bēta-Qirqos-Weqro. Et lui, abbā Pēṭros de Bēta-Weqro-Qirqos, l’accueillit avec grande joie (19v°c) et l’introduisit dans sa cellule. (Daniel) demeura dans sa cellule, trésor de prière ; une petite (coupe d’eau) bouillonna comme si on l’avait chauffée avec du feu – (lui) étant à l’intérieur (de la cellule) –, comme la coupe de feu qu’ont chauffée pour Esdras Soutael les anges de miséricorde, afin que lui fussent révélés les écrits anciens23. De même elle bouillonna au moment de l’entrée du (20r°a) jeune mār Daniel fils de Śeyouma-Sābā auprès de son père Pēṭros de Dabra-Gadāma-Weqro-Bēta-Qirqos. À ce moment, ce dernier lui présenta la coupe d’argile qui bouillonna comme si on l’avait chauffée au feu. À ce moment, (Daniel) but la coupe d’argile qui était dans la main de notre père Pēṭros ; au moment même lui furent révélés (20r°b) les écrits anciens et nouveaux et les livres des pères. Il retint par cœur toute leur teneur et leur interprétation. Au moment même, il récita et interpréta pour son maître abouna Pēṭros, devant lui, les écrits anciens et nouveaux, des anciens et des jeunes filles (?). Il fut savant, (20r°c) avisé et humble dans la récitation des écrits et de leur interprétation ; il fut vigilant comme les anges dans la récitation et l’interprétation de tous les livres. Au moment même, abouna Pēṭros de Dabra-Weqro-Qirqos bénit et sanctifia le jeune garçon béni et saint, mār Daniel fils de Śeyouma-Sābā, le 6 de maggābit, le vendredi, au moment de la 6e heure.

46Que sa bénédiction sainte soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles, amen.

  • 24  Cf. Matthieu IV, 3.

47Après que le bienheureux entre les bienheureux, le jeune Daniel vigilant comme les (20v°b) anges, eut achevé tout l’apprentissage des livres, le chant des anges et celui de Yārēd – hymnique des anges –, un jour, alors qu’il récitait et interprétait l’évangile du Royaume, il arriva jusque là où il est dit : Voici que s’approcha celui qui le tentait24. À ce moment, alors qu’il récitait et interprétait, alors, vint Satan à la ressemblance d’un moine, comme s’il écoutait la parole du (20v°c) livre de l’Évangile – l’interprétation et la façon de réciter de (Daniel) –, s’étant fait semblable à un solitaire du désert ; alors que mār Daniel récitait et interprétait l’évangile du royaume du Fils de Dieu, étant debout devant son père et maître, abouna Pēṭros. Quant à lui, Satan, qui était venu s’étant fait semblable à un moine qui écoutait (21r°a) la parole de l’Écriture, à ce moment, il rit de mār Daniel et se moqua de lui en disant : « Est-ce que tu (es) un homme paresseux, oisif et indolent ? Connais-tu la parole des écrits anciens et nouveaux ? En effet tu ne peux, toi, les réciter et les interpréter. À présent, voici : retire-toi et éloigne-toi de cette (21r°b) récitation et interprétation de cette parole de la Tora, des Prophètes et des nouveaux (écrits). » Et il voulut le souffleter au visage.

48Alors, à ce moment, l’archange Michel fulgura comme un éclair en tenant ferme son épée et saisit de sa main droite le moine, Satan. L’archange (21r°c) Michel dit à mār Daniel : « Soufflette-le au visage. » Au moment même, (le moine) fut soulevé de force ; (Daniel) le souffleta, frappa son visage et l’engloutit dans un grand ravin qui était devant l’église de Qirqos-Weqro, et (le moine) mourut de male mort. Le jeune garçon Daniel fut sauf devant son maître, abouna Pēṭros (21v°a) de Gadāma-Weqro. Mār Daniel fut sauf par la puissance de Dieu, par l’aide de l’archange saint Michel, le 6 de maggābit.

49Que l’intercession de son secours soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

50Alors, en ce jour, le 6 de maggābit, abbā Pēṭros dit encore à mār Daniel – à (21v°b) ce moment, il lui dit encore : « Mon fils, aujourd’hui, voici qu’en ce jour sont décédés, sont morts – en ce jour, le 6 de maggābit – et ont passé ton père et ta mère, Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē. Voici : aujourd’hui, va rapidement à la maison de ton père et de ta mère pour visiter leur maison et (21v°c) regarder le tombeau de ton père et de ta mère ; tes frères et tes sœurs sont des veuves et des orphelins. La maison de ton père et de ta mère est déserte comme Jérusalem au temps de sa captivité jadis par la main de Nabuchodonosor, de Cyrus et de Ptolémée ; comme elle est la maison de ton père et de ta mère. Voici : va rapidement pour consoler (22r°a) (tes frères et sœurs) et visiter le tombeau de (tes parents). L’ange de Dieu, l’archange Michel, m’a tenu ce discours et s’en est allé au moment même. »

51Ayant appris la mort de ses parents, (Daniel partit) en pleurant et gémissant avec des cris de douleur. Il arriva rapidement à la porte de la maison de son père Śeyouma-Sābā et de sa mère Amata-Śellāsē. Là l’attendait l’ange de Dieu, l’archange (22r°b) saint Michel, debout à la porte de son père et de sa mère; il lui dit : « Jeune garçon bien-aimé, abbā Daniel, prédicateur de la foi, fils de Śeyouma-Sābā selon la chair et fils de Pēṭros selon la grâce, ne verse pas ainsi des larmes amères et violentes ; ainsi n’est pas la coutume des solitaires, mais c’est la coutume des (22r°c) laïcs. Au contraire, arrête tes larmes et ta lamentation, car à partir d’aujourd’hui tu es un solitaire du désert. » Disant cela, l’ange de Dieu, l’archange saint Michel, admonesta le solitaire du désert, Daniel fils de Śeyouma-Sābā, et lui fit cesser ses larmes.

  • 25  Il s’agit ici d’un des très rares endroits du manuscrit où le nom du père de Daniel n’a pas été ef (...)

52(Daniel) entra alors, arrêtant ses larmes, et trouva ses frères et (22v°a) ses sœurs étant orphelins. Quant à la maison de ses parents, il la vit étant déserte et dépouillée de sa majesté. Il voulut pleurer, l’ange de Dieu l’admonesta de nouveau et au moment même il arrêta ses larmes. Il vit encore le cèdre étant plein de fruit et la saveur de (celui-ci), comme (celle) des galettes de miel, ses frères et ses sœurs s’en nourrissant. (22v°b) Lui, le jeune solitaire du désert et des montagnes, abbā Daniel fils de Iyasous-Moʾa25, se réjouit, consola ses frères et ses sœurs et leur fit cesser leurs larmes, ainsi que les parents de son père et de sa mère, les gens d’Aṣbi et d’Awlāʿelo, s’affligeant et pleurant. Il leur dit : « Mes pères et mes frères, levez-vous pour que nous allions (22v°c) à leur tombeau, pour que je le voie, moi. Quand mon père Śeyouma-Sābā et ma mère Amata-Śellāsē sont-ils morts ? » Ils lui dirent : « Tous deux sont morts aujourd’hui, le même jour, tous deux ont été enterrés dans le même tombeau. Lève-toi, viens, allons te montrer le tombeau de ton père et de ta mère. » À ce moment, abbā Daniel se leva, ensemble avec ses parents et ses frères ; au moment même, (23r°a) ils arrivèrent, rapidement, au tombeau de son père et de sa mère.

53Au moment de leur arrivée, abbā Daniel vit le tombeau de son père et de sa mère, Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē ; pour la troisième fois, il pleura et se lamenta, étant au tombeau de son père et de sa mère. Au moment même, l’ange de Dieu s’irrita contre lui : « Ne t’ai-je pas dit, moi l’ange de l’alliance de (Dieu) : “Ne verse pas de larmes, car (23r°b) c’est la façon de faire habituelle de la ville” ? En effet celui qui pleure (le fait) par désespoir en disant : “Il n’y a pas de résurrection des morts”. Dieu se venge de lui et le hait plus que tous. » Disant cela, l’ange de Dieu saint Michel admonesta abbā Daniel et s’irrita contre lui. Après avoir vu le tombeau de son père (23r°c) et de sa mère, (Daniel) s’en retourna avec les parents de son père et de sa mère, ses sœurs et ses frères dans la maison de son père et de sa mère, Amata-Śellāsē et Śeyouma-Sābā. Ils (y) arrivèrent en paix en échangeant des paroles de consolation pour leur affliction.

54Que leur bénédiction soit avec tous les enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles.

55Salut à abbā Daniel à qui (23v°a) Pēṭros son maître ordonna
De voir le tombeau de Śeyouma-Sābā son père.
Quand il versa des larmes avec amertume de cœur en quittant sa tombe,
L’ange l’admonesta avec l’ordre de cesser ses paroles (plaintives).
Que Michel disperse l’assemblée de ses ennemis.

(Lecture) de miyāzyā

56Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 26  Cf. entre autres Matthieu XVI, 26.
  • 27  Cf. Matthieu XIX, 29 ; Luc XIV, 26.
  • 28  Cf. Daniel XIV, 33-39.

57Quand ce fut le 6 de miyāzyā – alors c’était la (23v°b) nuit du mercredi –, (Daniel) laissa la maison de son père ouverte et sortit de nuit en disant : « (Quel profit pour un homme) s’il gagne le monde entier et ruine sa vie26 », se rappelant la parole de l’Évangile qui dit : « Celui qui n’a pas laissé son père et sa mère, sa maison, ses enfants et ses champs ne peut me servir27. » Laissant sa maison – la maison de son père – ouverte, il sortit de nuit ; (23v°c) il alla à Gadāma-Weqro et entra dans une grotte parmi les grottes de Gadāma-Qirqos-Weqro qui était du côté oriental de cette église de Qirqos, au bord de son fleuve dans lequel coule un flot puissant. Abbā Daniel entra dans cette grotte sans que son père Pēṭros le sût. Après qu’il (24r°a) fut entré dans cette grotte, abbā Daniel le vainqueur des démons commença prière, supplication et prosternation en disant : « Ô mon Seigneur Jésus-Christ, écoute ma prière et ma supplication, toi qui as écouté Daniel le grand prophète alors qu’il était dans la fosse des lions, toi qui lui as envoyé sa nourriture – une nourriture de lentilles – par la main (24r°b) d’Habacuc dans une corbeille d’or, (ton ange) portant celui-ci par les cheveux de son crâne ; il l’amena là où était Daniel son père, (Habacuc) portant la nourriture de lentilles, et ils mangèrent ensemble, (Habacuc et) Daniel son père, le prophète de Dieu28. De même, écoute ma prière et ma supplication, à (moi) ton serviteur Daniel, (24r°c) fils de Śeyouma-Sābā, qui as été appelé du nom du grand prophète Daniel.

  • 29  Cf. 1Rois XVII, 1 ; Luc IV, 25.

58« Ô mon Seigneur Jésus-Christ, toi qui as écouté la prière et la supplication d’Élie le prophète à propos de la mauvaiseté du péché d’Achab le roi et de Jézabel : il a mis un frein au ciel pour qu’il ne dispensât pas de pluie pendant trois ans (24v°a) et six mois ; quand il avait admonesté (Achab), (celui-ci) n’était pas venu à résipiscence29.

59« De même que (pour) eux, ne tourne pas la face des démons mauvais vers moi ni vers tout le genre des enfants des chrétiens – et ceux qui font le bien, et ceux qui font le mal. Donne le pardon de la pénitence à tes serviteurs, les gens d’Ablāʿelo et (24v°b) d’Aṣbi, les gens de Weqro-Bēta-Qirqos, les gens d’Aybā-Gamād, la maison des rois Abrehā et Aṣbeḥa, les gens de Qorqor et de Dabra-Māryām, pour que cet ennemi du bien, fondement du mal et du péché, ne les tourne pas vers la pratique du péché.

  • 30  Cf. 4Esdras IX, 26 ; X, 25.

60« Ô mon Seigneur (24v°c) Jésus-Christ, toi qui as révélé à Esdras le prophète, dans le désert d’Arfad, une femme lumineuse et resplendissante à la ressemblance de la lumière d’un candélabre30, de même révèle-moi (l’endroit) où je vais demeurer, où mon corps sera enterré et où je pratiquerai la justice, moi ton serviteur Daniel fils de Śeyouma-Sābā, pour qu’il me soit un profit pour (25r°a) mon âme et un gain pour mon corps, à (moi) ton serviteur Daniel fils de Śeyouma-Sābā, dans les siècles des siècles. »

61Alors qu’il priait, sollicitait, suppliait et se prosternait, étant dans le lieu de Gadāma-Weqro, à l’intérieur de la grotte, à la porte du passage – porte étroite –, vint alors auprès de lui, auprès d’abbā Daniel, l’ennemi du bien, s’étant fait semblable (25r°b) à l’apparence d’un babouin, en se moquant de lui, le raillant, lui parlant dans la langue des êtres humains et lui disant : « Solitaire du désert, pourquoi demeures-tu dans cette grotte du désert qui n’a pas de nourriture quotidienne ? En effet cette grotte est la demeure d’un grand serpent dont (25r°c) la longueur ne peut être mesurée ni estimée. Pour que, au moment de sa venue et de son entrée, il ne t’engloutisse pas, viens, sors et réunis-toi à ton père, abouna Pēṭros, qui est à la porte de la grotte à l’extérieur de l’église de Qirqos le martyr. »

  • 31  ተካሴ፡ (« épaules ») est peut-être, s’il ne s’agit pas d’une simple erreur graphique, une variante, (...)

62Alors qu’il parlait et s’adressait à mār Daniel fils de Śeyouma-Sābā, alors, (25v°a) le serpent arriva en grondant comme le grondement des éclairs de l’hiver, ainsi qu’avait dit à (Daniel) le babouin maudit. Au moment même, un grand démon monta sur celui-ci ; une couronne d’or sombre (était) sur lui, sur la tête du démon qui était monté sur les épaules31 du babouin impur, demeure de Satan. (25v°b) L’esprit impur dit à l’esprit du serpent : « Ouvre (ta gueule), engloutis vivant le solitaire Daniel fils de Śeyouma-Sābā qui a hérité de cette grotte, ta maison. » À ce moment, le serpent ouvrit sa gueule et voulut engloutir (Daniel) vivant. À ce moment rirent (25v°c) le babouin et le démon qui était sur ses épaules, paré d’une couronne d’or ; alors que ces démons sorciers riaient, mār Daniel le vainqueur des démons signa son visage au nom de la Trinité en disant : « Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, éloignez-vous et écartez-vous loin de ma face, soyez lancés loin de ma face, comme une pierre de (26r°a) fronde, dans le fleuve de ce désert. »

63À cet instant, selon qu’avait dit mār Daniel le vainqueur des démons, ils furent jetés dans le creux du fleuve et noyés, ces trompeurs, le babouin demeure de Satan, le serpent à la grande longueur, dont la taille ne pouvait être estimée, et le démon qui était assis sur les épaules du (babouin), paré (26r°b) d’une couronne royale. Mār Daniel le vainqueur des démons les noya dans l’abîme du fleuve, le 6 de miyāzyā, à la maison de Pēṭros, la glorieuse Weqro-Bēta-Qirqos. Ce jour-là, après avoir noyé les démons, il loua le Seigneur son Dieu en disant : (26r°c) « Que soit béni le Seigneur Dieu de nos pères; il est glorifié, il est exalté à jamais ! Que soit béni le nom de sa gloire ; il est glorifié, il est exalté à jamais ! » Ayant dit cela, mār Daniel le vainqueur des démons bénit Dieu et demeura dans la grotte, attristé, (26v°a) en s’affligeant et s’attristant à cause de l’attaque de Satan. Tandis qu’il s’attristait, alors, une torpeur lui survint et il dormit un peu.

  • 32  Littéralement : « le Daniélien ».

64Tandis que mār Daniel était au moment de son sommeil, alors, l’ange de Dieu parla à abbā Pēṭros qui avait enseigné à abbā Daniel le solitaire les livres de la Loi : « Va auprès de (26v°b) ton fils Daniel ; il s’est endormi un peu dans une grotte de l’est ; va et éveille-le. » (Pēṭros) alla au moment même et fit se lever (Daniel). Il lui dit : « Mon fils Daniel, éveille-toi de ton sommeil et viens, suis-moi dans ma demeure pour que nous restions ensemble dans l’amour et dans la paix. » Au moment même, (Daniel) s’éveilla de son sommeil, (26v°c) se prosterna aux pieds de son père abbā Pēṭros et baisa sa croix en disant : « Abbā, pardonne-moi mon péché que j’ai fait consciemment ou inconsciemment. » (Daniel) ayant dit cela – après avoir parlé à (Pēṭros) –, (celui-ci) le délia du lien de son péché en disant : « Seigneur Dieu de Pierre (27r°a) et de Paul les grands, délivre-le du lien du péché. Mon fils Daniel, pierre précieuse d’onyx, quand es-tu venu ? Est-ce aujourd’hui ou hier que tu es venu, toi le vainqueur des démons ? » Son fils abbā Daniel lui dit : « Mon père, vieillard béni, je ne suis venu ni aujourd’hui ni hier ; depuis que je suis venu, j’ai (déjà) passé un mois (27r°b) et ai demeuré un mois dans la grotte de l’est qui est au bord du cours du fleuve. J’ai subi dans cette grotte une épreuve pénible en combattant avec les démons qui sont venus sous l’apparence d’un babouin et d’un serpent dont la taille ne peut être estimée. Et moi, ton fils Daniel32, j’ai signé ma face au nom (27r°c) de la Trinité : ils ont été détruits, sont tombés et entrés dans le creux du fleuve, le flot de l’abîme ; ils ont péri pour rien. Quant à moi, j’ai été sauvé par la puissance du Seigneur, mon Dieu et ton Dieu puissant. Désormais toi, mon père abouna Pēṭros, montre-moi le beau dessein et enseigne-moi la voie où je (27v°a) demeurerai et marcherai ; toi, dis-moi la voie droite, mon père abouna Pēṭros. » Son maître abouna Pēṭros lui dit : « Tu (es) mon fils abbā Daniel ; quant à (l’endroit) où tu iras et demeureras, le Seigneur notre Dieu (le) connaît, seulement, aujourd’hui, rapidement, faisons une prière et supplions le Seigneur notre Dieu pour (27v°b) qu’il nous révèle l’endroit où tu iras et demeureras, soit dans les montagnes, soit dans la boue des ruelles, soit dans les déserts, soit dans les rues et les plaines du désert ; dans quelque endroit que tu demeureras, c’est dans ta part d’héritage que tu demeureras. »

  • 33  À Pēṭros.
  • 34  Cf. Psaumes CXIX (118), 1.

65Au moment même, alors qu’abouna Pēṭros et abbā Daniel, son fils selon l’Esprit, s’entretenaient, (27v°c) l’archange saint Michel se révéla à eux, se tint au milieu d’eux et leur dit : « Salut à vous, serviteurs de Dieu ! Le Seigneur Dieu de tout te33 dit : “Bénis-le, bénis-le pour qu’il aille dans la voie droite en priant et disant : Alef. Heureux ceux qui (sont) purs (28r°a) dans leur voie et qui marchent dans ses voies34, jusqu’à ce qu’il arrive à la maison des rois élus Abrehā et Aṣbeḥa”. » Au moment même, (Pēṭros) bénit (Daniel) et lui dit : « Mon fils Daniel, désormais va en paix ; que (l’ange) t’amène là où il nous a dit – le tombeau des rois, Aybā-Gamād –, afin que tu (y) passes la semaine à laquelle tu penses dans ton coeur. » En ce (28r°b) jour, le 6 de miyāzyā, il le bénit en disant : « Que le Seigneur Dieu de Moïse et d’Aaron, les pères, le Dieu de Noé, d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, rende ta voie droite dans la paix. »

66Après que, ayant dit cela, son père abouna Pēṭros eut béni mār Daniel le destructeur du temple d’idoles, ce (28r°c) mār Daniel, pierre précieuse-aporgeyon, à ce moment, alla en priant, selon que lui avait dit l’ange de Dieu, l’archange saint Michel, et dit : « Alef. Heureux ceux qui (sont) purs dans leur voie et qui marchent dans toutes ses voies ». En faisant cette prière, il arriva à Aybā-Gamād, le tombeau (28v°a) des rois d’Axoum, Abrehā et Aṣbeḥa ; le saint et bienheureux Daniel entra dans leur église, dans laquelle était une tablette d’autel de Michel l’archange. Entré à l’intérieur du sanctuaire, au moment même, il procéda à dix mille prosternations ; sa sueur coula comme la pluie de l’hiver. Il fut pris de faiblesse au moment même, à cause de la grandeur de la (28v°b) faim et de la soif, il tomba et s’endormit d’un petit sommeil au milieu du sanctuaire.

  • 35  Cf., pour la comparaison, Exode XVI, 31.
  • 36  Cf., sur ce personnage qui partage avec Daniel le fait d’avoir détruit des temples païens, la lect (...)

67À ce moment, alors qu’il était endormi, Notre Dame Marie mère de Dieu descendit – et, avec elle, Michel et Gabriel –, tenant le pain du ciel et une coupe de vin pleine alors que (Daniel) était endormi, étant (28v°c) prosterné. Elle éveilla de son petit sommeil mār Daniel, le destructeur des temples des démons. Au moment même, elle lui remit le pain du ciel et la coupe de vin en disant : « Éveille-toi de ton sommeil, mange de ce pain du ciel et (bois) cette coupe de vin afin d’avoir la force loin de la faiblesse. » Au moment même, il reçut le (29r°a) pain du ciel et la coupe de vin de la vie. Il mangea de ce pain du ciel dont la couleur blanche est semblable à (celle de) la coriandre et dont le goût (est) comme (celui) des galettes au miel35. Sa vigueur fut forte comme auparavant et il fut en bonne santé. Au moment même, la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu le bénit et lui donna la force loin de la faiblesse (due à) la route (29r°b), comme Théophile le patriarche36.

68Comme eux, (toi Marie,) fortifie dans la foi droite tous les enfants de Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor dans les siècles des siècles.

69Salut à abbā Daniel qui, à Gadāma-Weqro, a vaincu les démons.
Par la bénédiction de son père Pēṭros, il est entré dans le sanctuaire ;
Par la main de la Vierge Marie, (29r°c) il a mangé le pain du ciel.
Elle lui a annoncé son entrée dans Dabra-Qorqor, son autel.
« Mon bien-aimé Daniel, ne te tiens pas à l’extérieur. »

(Lecture) de genbot

70Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 37  Cf. la lecture du 1ergenbot du Synaxaire.

71Quand ce fut après qu’il eut mangé le pain du ciel que lui avait donné Notre Dame Marie dans la maison des rois Abrehā (29v°a) et Aṣbeḥa, le dimanche, ce jour-là, alors, c’était le 1er de genbot, le jour de la naissance de Notre Dame Marie mère de Dieu – ce jour (est) connu, c’est le jour du salut37. En ce jour, le 1er de genbot, alors, l’archange saint Michel lui dit : (29v°b) « Abbā Daniel, lève-toi donc, mets donc tes vêtements, ceins tes reins et viens donc, suis-moi. » Alors (Daniel) fit comme lui avait ordonné l’ange de Dieu et revêtit son vêtement. Abbā Daniel confia (à Michel) le sanctuaire des rois Abrehā et Aṣbeḥa. Au moment où se leva le solitaire abbā Daniel, alors, (29v°c) les hautes colonnes de la construction rupestre s’écrièrent à haute voix en disant dans la langue des hommes : « Abbā Daniel, où vas-tu ? Reste plutôt avec nous et ne va pas dans un autre lieu, car (tu es) notre force et notre assise. » Alors que les colonnes du sanctuaire disaient ainsi, (30r°a) l’archange Michel les admonesta et leur dit : « Ne dites pas ainsi, cessez votre discours, ce propos ne vous convient pas, (à vous) qui proférez ce propos ; mais cessez-le, car il n’est pas souhaitable devant Dieu. »

  • 38  Le mot ሞአ፡ du texte guèze constitue la deuxième partie du nom Iyasous-Moʾa ; le premier élément –  (...)
  • 39  Cf. Psaumes LXV (64), 7-8.

72Il dit au solitaire : « Toi abbā Daniel, lève-toi et viens, suis-moi pour que je te guide, pour que (30r°b) je t’amène à ton monastère, la part d’héritage de ton tombeau, Dabra-Māryām-Qorqor. Au moment même, ils se levèrent et montèrent sur un char de feu ; il les amena rapidement vers l’ouest, au pied de Dabra-Māryām-Qorqor la céleste. Au moment de leur arrivée, alors, (le char) (30r°c) les descendit devant Dabra-Tayāṭron, le monastère de Yemʿātā, à la limite de Dabra-Māryām-Qorqor. En effet, au moment de l’entrée de mār Daniel, abouna Yemʿātā du Garʿāltā n’était pas (encore) entré et n’avait pas demeuré à Dabra-Tayāṭron. Au moment même, l’ange et le solitaire du désert, mār Daniel le vainqueur (30v°a) des démons, descendirent de sur le char de feu au pied de la montagne du côté de l’ouest. Les faces de l’ange de Dieu saint Michel et d’abbā Daniel le vainqueur des démons, fils de Śeyouma-Sābā38, (étaient tournées) vers l’est. Au moment où abbā Daniel était debout, à ce moment, l’ange de Dieu dit à (30v°b) mār Daniel : « Prosterne-toi en psalmodiant le psaume de David. » Au moment même, (Daniel) se prosterna et s’agenouilla en signant sa face au nom de la Trinité en disant : « Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, toi tu as établi les montagnes par ta puissance et elles sont ceintes (30v°c) de puissance ; toi qui agites la baleine de la mer39. » En disant (cela), il se prosternait.

73Au moment même, les deux montagnes, Dabra-Māryām-Qorqor et Dabra-Yemʿātā-Tayāṭron, furent arrachées et se soulevèrent de leurs fondations de cent coudées par trois fois, les deux montagnes, Dabra-Māryām et Dabra-Tayāṭron, se prosternant (31r°a) devant mār Daniel, avec abaissement de leur tête et de leur col, en disant : « Voici : il est venu, Daniel l’expulseur des esprits loin de notre lieu ; voici : il est venu, abbā Daniel notre lumière et notre lampe ; voici : il est venu, Daniel notre gardien et notre berger ! » Avec cette parole de jubilation, (31r°b) les deux montagnes accueillirent mār Daniel et se prosternèrent devant lui.

74Au moment même, l’archange Michel dit au solitaire du désert mār Daniel : « Abbā, fais le tour, tourne autour de cette montagne (pour voir) si tu trouves une issue et un moyen de monter sur elle ; en effet son abrupt est haut et le tracé de son chemin est accidenté. (31r°c) Au moment où tu monteras au sommet de la montagne où tu demeureras, là tu combattras avec l’assemblée des démons qui y demeurent. Tu les vaincras, toi, par la puissance de la croix de Notre Seigneur Jésus-Christ, que je te donne aujourd’hui, qui est descendue pour toi du ciel des cieux sur l’ordre (31v°a) du Seigneur notre Dieu. » Au moment même, l’archange Michel donna et remit à mār Daniel l’expulseur des démons le bâton (en forme) de croix qui était descendu pour lui du ciel des cieux. (Daniel) reçut alors le bâton (en forme) de croix qui expulse les démons, ressuscite les morts (31v°b) et purifie les lépreux. « Sois fort et puissant », (continua l’ange). Ayant dit cela, l’ange de Dieu, l’archange Michel, se déroba à sa (vue).

  • 40  Cf. Josué VI, 1-20  et, pour les soixante-dix rois, Juges I ,7.
  • 41  Le mot ንሥገት፡ (« fermeture »), dérivé de ነሠገ፡, est absent des dictionnaires.

75Mār Daniel resta seul dans le lieu où il était, debout et priant, en disant : « Mon Seigneur et mon Dieu, (31v°c) sauveur du monde, de quelle manière pourrai-je monter sur cette montagne céleste qui ressemble au mont Tabor et au mont Sinaï, dont la taille et l’abrupt (sont) hauts et (qui) n’a ni issue ni passage ? Quant à ce que m’a dit l’ange de Dieu, l’archange Michel, je vais faire et effectuer tout, selon que (32r°a) m’a dit et m’a prescrit mon Dieu parlant par la voix de son ange – “abbā Daniel, fais le tour, tourne autour de ce tien monastère, Dabra-Māryām-Qorqor qui a été creusée avec des pierres d’Inde (?).” Voici : aujourd’hui je vais en faire le tour selon son ordre. » Et il en fit le tour, selon la parole de l’ange de Dieu, l’archange Michel, (32r°b) trois fois, selon que Josué fils de Noun a fait le tour de (Jéricho) pendant trois jours : il détruisit le rempart de ses angles et le rempart de ses portes de fer s’ouvrit. Et lui entra dans Jéricho et extermina les soixante-dix rois40. Lui aussi, abbā Daniel, selon que lui avait dit l’ange – “fais le tour, (32r°c) tourne autour de ta montagne, Dabra-Māryām, pour monter sur elle” –, il en fit le tour trois fois en disant : « Seigneur notre Dieu, toi qui as détruit la muraille de Jéricho par la main de Josué ton serviteur, de même détruis le verrou de la fermeture41 et de l’ouverture de cette montagne mienne, Dabra-Māryām-Qorqor. »

  • 42  Cf. Psaumes LXVIII (67), 2.
  • 43  Réminiscence de Matthieu VII, 13-14.

76À ce moment, abouna Daniel en fit trois fois le tour (32v°a) en psalmodiant le psaume de David et en disant : « Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et tes ennemis se dispersent ; qu’ils fuient devant ta face, tous ceux qui haïssent ton nom saint et béni42. » À la fin de cette prière d’abouna Daniel, mār Daniel se tint debout vers l’est et, son visage (32v°b) étant (tourné) vers l’ouest, il aperçut une petite faille, issue de la montagne. Au moment où mār Daniel aperçut et vit, il dit : « C’(est) le passage par lequel les justes entrent. Je te rends grâce, Seigneur, car tu m’as écouté. » Ayant dit cela, (32v°b) mār Daniel alla, arriva au passage étroit43, le vendredi, en récitant la prière de l’Évangile et monta ; (ceux qui montent) par un autre côté sont des voleurs et des brigands. Il arriva et sortit en haut ; étant sorti par le passage étroit, il trouva au pied de la montagne un sanctuaire construit qui avait été commencé.

  • 44  Cf. Psaumes LXXXVII (86), 1-2.
  • 45  Cf. Psaumes LXXVIII (77), 69.
  • 46  Cf. Matthieu V, 1-3.

77(33r°a) Il entra à l’intérieur de ce sanctuaire construit, psalmodiant le psaume de David en disant : « Ses fondements (sont) dans les montagnes saintes. Dieu préfère les portes de Sion à toutes les tentes de Jacob44. » Il demeura (là) cette nuit-là en psalmodiant le psaume et la parole de l’Évangile, disant : (33r°b) « Il édifia son sanctuaire aux hauts du ciel et le fonda dans les siècles des siècles45. » Il parla encore par la voix de l’Évangile en disant : « Voyant les nombreuses gens, il monta dans la montagne ; il s’assit, ses disciples s’approchèrent et il les enseigna en disant : – (continua) abouna Daniel – “Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux46.” » (33r°c) (Daniel) demeura (là) en psalmodiant ainsi cette glorification.

78Ce fut le matin, à l’aube du samedi ; abbā Daniel le vainqueur des démons voulut monter sur sa montagne. Alors il assura son bâton (en forme) de croix et se leva. En allant par le passage étroit, le chemin des justes, (33v°a) il monta et arriva, étant monté sur la montagne, là où avait demeuré le Seigneur de gloire, Notre Seigneur Jésus-Christ – sur la montagne – avec les siens : sa mère Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu, Joseph, Salomé et aussi l’âne qui (était) chargé de leur bagage. (33v°b) Étant monté sur la montagne, (Daniel) se prosterna trois fois en disant : « Gloire au Père, gloire au Fils, gloire à l’Esprit Saint, à toi qui m’as fait parvenir (ici) ! En effet je suis monté sur cette montagne sur laquelle mon Seigneur Jésus-Christ s’est reposé loin de l’attaque de l’ennemi Hérode, dans les jours de son exil. Moi aussi, son serviteur qui (33v°c) fait fautes et péchés, moi Daniel serviteur des Puissances, je m’y suis reposé en disant : "Que le Seigneur Dieu d’Israël soit béni, que son nom de gloire soit béni, toujours, jusque dans les siècles des siècles". » Ayant dit cela, abbā Daniel se reposa en ce lieu le 1er de genbot.

79Que la bénédiction du Dieu d’abbā Daniel soit avec nous dans les siècles des siècles, amen.

  • 47  Cf. entre autres, pour le troupeau de cochons anéanti, Matthieu VIII, 30-32.

80(34r°a) Après qu’abouna Daniel se fut reposé au moment de son entrée, alors, ce fut le 6 de genbot. En disant la prière de la 3e heure du jour, avant qu’apparût la construction de Dabra-Māryām-Qorqor, il aperçut vers l’ouest de la montagne, du côté sud, un troupeau de cochons avec leurs démons et leur roi en train de faire une fête, (34r°b) ayant égorgé un cochon et un chameau ; ils firent un repas, s’étant réunis en une seule communauté. Au moment où il aperçut ces démons, abbā Daniel assura son bâton (en forme) de croix ; abouna Daniel le vainqueur des démons alla et, confiant dans la puissance de Dieu, assurant son bâton (en forme) de croix, entra au milieu d’eux, au milieu de (34r°c) leur roi (et de ses démons) en disant : « La croix (est) notre puissance, la croix (est) notre force, par la puissance de la croix du (Christ) nous avons été sauvés. » Au moment même, alors qu’il disait (cela), (les démons) furent confondus et précipités ; ils moururent, périrent pour rien et furent comme une vapeur de fumée47. (34v°a) Quant au roi des démons, il resta seul sur son trône d’or. Au moment même, le vainqueur des démons, abbā Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor, souffleta le visage du (démon) avec le signe de la croix, son bâton, et (le démon) tomba de son trône. (Daniel) le précipita, le fit rouler et le ramena (34v°b) dans la profondeur de la terre.

81Dabra-Māryām la céleste fut sauvée de la souillure des démons par la grandeur de la justice de mār Daniel l’expulseur des démons ; elle fut purifiée de la faute et de la tache. À cause de cela, abbā Daniel fut appelé « expulseur et vainqueur des démons qui adorent le (34v°c) monde des ténèbres », comme Phanouel, l’ange expulseur des démons hors du palais royal du Jardin.

  • 48  C’est-à-dire la Vierge Marie.

82Tandis que (Daniel) disait cela quant à la purification de la souillure de Dabra-Māryām-Qorqor et tandis qu’il faisait cela, à ce moment, alors, l’ange de Dieu, l’archange saint Michel, vint, (35r°a) revêtu de lumière, et lui dit : « Salut, vainqueur des démons, abbā Daniel ; lève-toi, viens, que je te conduise pour que tu voies le jardin de justice et la voie de la lumière, la demeure de vie, la maison de ton séjour, le saint des saints, qui a été construit par la main de Dieu l’architecte. Quant à ceux qui ont trouvé cette (35r°b) tienne église construite en premier, (ce sont) les rois excellents, les rois d’Axoum Abrehā et Aṣbeḥa ; (elle a été) construite par la main de l’Esprit Saint, le Dieu expert et architecte. Il l’a appelée d’un grand nom en disant « porte de lumière, lever du soleil », (elle) dont la taille (est) haute comme le cyprès et (35r°c) le cèdre, parée de topaze, Dabra-Māryām-Qorqor, mère des monastères. Rien ne l’emporte, en gloire et en grâce, sur Dabra-Māryām-Qorqor. Elle est ton monastère, Dabra-Māryām-Qorqor, Dabra-Dānʾēl-Qorqor, maison de pureté, maison de bénédiction est-elle. (35v°a) Elle est ce tien sanctuaire et ton tombeau, Dabra-Māryām-Qorqor, demeure de Dieu comme la vierge de Moïse48. Elle est plus grande que les chérubins et surpasse les séraphins, lieu de repos de la gloire de Dieu qui s’y est reposé de tout – (35v°b) (lui) le Seigneur de gloire, Dieu des chérubins et des séraphins, au moment de son exil loin des attaques de l’ennemi, Hérode le maudit, avec les siens : sa mère, Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu, et avec Joseph et Salomé –, dans laquelle Notre Seigneur s’est reposé. Viens, que (35v°c) je te conduise et te fasse parvenir à cette grotte dont je te dis que Notre Seigneur s’y est reposé et a fait une demeure au temps de son exil. »

83Il le fit parvenir, en le conduisant, à ce lieu de la grotte ; il le fit entrer dans la grotte. (Daniel) s’arrêta et vit la beauté de la disposition, de la fondation et de la situation de cette grotte. Elle (était) plus pure que toutes (36r°a) les montagnes et les grottes du monde, construite en or fin, en saphir et en rubis ; les murs de Dabra-Māryām-Qorqor, la grotte de Notre Seigneur Jésus-Christ, étaient parés de cristal. (Daniel) fit dix mille prosternations; comme il s’était prosterné dans Bēta-Qirqos-Weqro, de même il se prosterna dans cette grotte. (36r°b) Il s’émerveilla de la beauté de l’aspect de cette grotte de notre Seigneur Jésus-Christ dans laquelle (celui-ci) s’était reposé. Dans cette grotte de Notre Seigneur, lui-même Notre Seigneur descendit avec sa mère, Notre Dame Marie mère de Dieu, et, avec lui, Michel et Gabriel, les séraphins et (36r°c) les chérubins et les maîtres de la puissance, les quatre Animaux (célestes) portant son trône. Vint aussi David, le roi d’Israël, pour psalmodier un psaume. En troisième vinrent les vingt-quatre prêtres du ciel avec leurs encensoirs d’or et d’argent. Notre Seigneur Jésus-Christ – gloire à lui ! – descendit sur son trône, prit la main droite de mār Daniel (36v°a) et lui dit : « Mon bien-aimé mār Daniel, viens et suis-moi pour voir ton sanctuaire et tombeau qui a été construit par l’opération de ma sagesse et par ma parole. Ce sanctuaire construit, (c’est) la grotte de mon repos qui (est) parée d’or et de pierres précieuses, de hyacinthe (36v°b) et de rubis. Qu’elle soit pour toi seul et que personne n’entre, usant d’audace, dans cette grotte de mon repos où je me suis reposé loin de l’attaque de l’ennemi Hérode ; en effet je l’ai dissimulée, moi ton créateur, dans le manteau de ma gloire afin qu’elle fût donc pour toi seul. Elle a été dissimulée à l’œil de toute créature (36v°c) et je ne donnerai pas la gloire de ce mystère à un autre que Daniel mon bien-aimé. »

84Après que, ayant dit cela, Notre Seigneur eut parlé à mār Daniel le vainqueur des démons, Notre Seigneur dit encore : « Vous qui vous êtes rassemblés en ce jour dans cette grotte, ma place secrète, venez – suivez-moi – avec moi au saint des saints (37r°a) qui a été construit par ma sagesse et par mon art pour qu’il fût la demeure de mon bien-aimé Daniel le vainqueur des démons et le lieu de louange du sanctuaire et tombeau de ce juste Daniel ; ennemi des démons (est) ce juste. Venez, suivez-moi, vous tous qui vous êtes rassemblés en ce jour, le 6 de genbot, dans la grotte du (37r°b) monastère du solitaire du désert, mār Daniel le vainqueur des démons. Lui mon bien-aimé, qu’il aille avec moi, étant à ma droite, pour que je donne un pacte, à cause de l’ascension de sa montagne et de sa grotte, à ce mār Daniel ennemi des démons. »

85Ils entrèrent en ce jour et heure, Notre Seigneur entra avec les siens qui (37r°c) s’étaient rassemblés pour l’ascension de la montagne et de la grotte de (Daniel). L’entrée dans son sanctuaire (eut lieu) pour sanctifier celui-ci par la main de Dieu. Eux étant entrés dans le sanctuaire construit, Notre Seigneur Jésus-Christ s’assit sur un trône de gloire en tenant la main droite de mār Daniel. Avec lui, à droite du trône de gloire (37v°a) du Seigneur de toute créature, (il y avait) sa mère Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu et David, le roi d’Israël père de celle-ci, avec elle. Notre Seigneur dit à son bien-aimé mār Daniel, le destructeur des (faux) dieux : « Mon bien-aimé, reçois un pacte et prends(-le) dans ce sanctuaire construit (37v°c) que j’ai construit, moi, en secret avant que le sût un autre homme, soit juste soit pécheur. Je l’ai fait connaître d’abord à tes bien-aimés, les rois excellents Abrehā et Aṣbeḥa, mes bien-aimés, qui viendront toujours vers toi selon la nature de l’âme et ne se sépareront de toi ni le jour ni la nuit.

  • 49  Cette attribution du gadl à des moines égyptiens, si elle est exacte, montre qu’il y a deux strate (...)

86« (37v°c) Tout homme qui sera monté sur cette montagne dont tu as chassé les démons – et détruit les temples d’idoles de ceux-ci –, soit pour baiser (ton tombeau) soit pour (le) voir, je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la dix-huitième génération. Celui qui aura reçu la communion en ce jour, le 1er de genbot, le jour de la naissance de ma mère Marie, et le 6 de genbot, qui est (38r°a) la fête de l’ascension de ton monastère et de ta grotte, je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la vingtième génération. Celui qui aura apporté une offrande ou de la cire et de l’huile en ce jour, je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la dix-septième génération. L’homme qui aura été enterré (ici), même si (c’est) un homme qui a fauté – consciemment ou (38r°b) inconsciemment –, je le rendrai, moi, comme s’il avait été enterré à Jérusalem, au Golgotha mon tombeau, et à Gethsémani, le tombeau de ma mère ; je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la dix-neuvième génération. Celui qui aura négligé ce tien monastère et ton sanctuaire construit de Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de descente de l’Esprit Saint, lieu de montée de la prière –, le sanctuaire céleste, et le livre de ta vie qui a (38r°c) été écrit par la main de pères excellents, par la main d’abbā Semʿon de la colonne (et) de Besoy, fils de Macaire du désert de Scété49, que sa part soit avec le Diable maudit et avec Judas l’impie. Celui qui aura diminué et raccourci l’écriture, la lecture et le commentaire de (ce livre), Dieu – moi l’alpha et l’oméga – retirera (38v°a) pour lui (son nom) de l’arbre de vie.

87« Moi (je suis) ton Seigneur et ton créateur qui me suis reposé vers ce tien sanctuaire construit au moment de mon exil loin d’Hérode l’ennemi, trois ans, vers cette montagne, vers la ville d’Axoum, vers le lac Tana et vers le lac Zway. J’ai béni d’abord ce tien monastère, et ce tien sanctuaire construit, (38v°b) pour qu’il fût plus grand que tous les monastères du monde. Moi je l’ai magnifié, béni et sanctifié pour qu’il fût élevé, honoré et saint plus que tous les monastères d’Éthiopie. Quant à son peuple, ton peuple que je t’ai donné comme dîme, je l’ai béni et sanctifié pour qu’il (38v°c) fût tes fils et tes enfants. Je les ferai hériter avec toi dans mon royaume, dans le Jardin des délices. Ceux qui consacreront et chanteront, les chantres, je rendrai leur chant comme (celui) des anges du ciel ; quant à leur sacerdoce, comme le sacerdoce de Melchisédeq, d’Aaron et de Zacharie (39r°a) je rendrai leur sacerdoce. Quant à ce tien monastère, je l’ai fait avec un intérieur ouvert, lui dont les portes (sont) nombreuses et dont les parties construites (sont) nombreuses ; j’ai fait apparente la moitié d’entre elles ; quant à l’autre moitié d’entre elles, je l’ai faite dissimulée, elle où demeurent les contempteurs du monde, les saints justes, les solitaires qui y prient. Cependant prends, (39r°b) reçois et garde ce monastère, et (ce) sanctuaire construit, jusqu’au jour de ma venue ; prends(-le) et reçois(-le) pour qu’il te soit un refuge et un asile, pour toi et pour tout ton peuple. »

  • 50  Cf. Psaumes XLVI (45), 5-6.
  • 51  Cf. Psaumes LXXVIII (77), 69.

88Après que, ayant dit cela, il lui eut donné un pacte, il dit à David son bien-aimé : « Chante pour Daniel mon bien-aimé. » Au moment même, (39r°c) (David) s’écria en disant : « Le Très-Haut a sanctifié sa demeure ; Dieu (est) au milieu d’elle, elle n’est pas ébranlée, Daniel, Dieu l’aide avec son front50. Il a construit son sanctuaire aux hauts des cieux et l’a fondé dans les siècles des siècles51. »

89Que la bénédiction de son Dieu et de son pacte soit avec nous tous, enfants de Daniel, dans les siècles des siècles.

  • 52  Cf. Cantique IV, 6.

90(39v°a) Salut à ton ascension de la montagne, vers Dabra-Māryām, dans la jubilation,
Comme des collines d’encens et une montagne de myrrhe52.
Expulseur des démons, Daniel, avec un bâton (en forme) de croix, (leur) tourment.
Les rois des démons ont été précipités et ont péri de ce moment.
L’histoire de ton ascension et le bruit de la jubilation ont été entendus.

(Lecture) de sanē

91(39v°b) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 53  396 a.m. = 224 ou 756 ou 1280 ou 1820 ap. J.C.

92Après qu’abbā Daniel fils de Śeyouma-Sābā fut monté à Dabra-Māryām son monastère – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint, la céleste – sur l’ordre de Dieu, le 1er de genbot – et l’entrée dans son sanctuaire eut lieu le 6 de genbot –, après qu’il eut vaincu les rois des démons (39v°c) – alors c’était le 6 de sanē –, abbā Daniel le vainqueur des démons resta seul. Après que Notre Seigneur Jésus fut monté avec sa mère, Notre Dame Marie mère de Dieu, après que (Daniel) eut reçu le sanctuaire construit qui avait été révélé en premier aux rois Abrehā et Aṣbeḥa, rois d’Axoum et du Choa, et, dans un temps postérieur (40r°a), après qu’eurent décédé ces rois élus, il fut révélé à Daniel fils de Śeyouma-Sābā dans les jours du règne d’Amēdā, le roi puissant, le roi d’Axoum, la quinzième année de son règne – l’année de miséricorde était en ce temps-là la 396e53. En cette année du règne (40r°b) d’Amēdā le roi apparut la construction des églises rupestres d’Éthiopie, soit celles qui ont été construites par l’opération de la sagesse de Dieu, soit celles qui ont été construites par la main des artisans magiciens de Grèce. Quant à Dabra-Māryām, à Dabra-(40r°c)Tayāṭron, le monastère de mār Yemʿātā, à Barāqit-Bēta-Ṣeyon, à Berhān-ʿOdā, la maison d’abouna Gabra-Mikāʾēl, Berhān-ʿOdā-Qwarāro, des artisans magiciens de Grèce ne les ont pas construites, au contraire elles ont été construites par l’opération de la sagesse du Seigneur, Dieu des dieux.

  • 54  6459 année du monde = 966-967 ap. J.C.
  • 55  Cf. Daniel I, 7.

93En ce temps-là eut lieu l’ascension (40v°a) du monastère de mār Daniel – dans son monastère de Dabra-Māryām-Qorqor –, l’année du monde était 645954. Il entra dans le sanctuaire ; étant entré dans le sanctuaire, il pria et dit : « Mon dieu, Dieu de Hananya, d’Azarya et de Misaël55, toi qui m’as fait parvenir dans ce sanctuaire, qui (40v°b) m’as donné ce tien sanctuaire construit du haut des cieux et céleste ; que vais-je en faire seul ? Y consacrerai-je seul et l’encenserai-je seul ? Procéderai-je seul à l’établissement de la règle de ce monastère que tu m’as donné, à (moi) ton serviteur Daniel ? Mon Seigneur Jésus-Christ, d’où trouverai-je (40v°c) des gens choisis, vierges purs, qui demeureront avec moi dans l’union dans l’Esprit Saint ?

  • 56  Littéralement : « le Daniélien ».

94Mon Seigneur et mon Dieu, amène-moi rapidement des moines qui se sont assujettis au joug monastique, qui sont les images des pères purs abbā Antoine, abbā Macaire et abbā Pachôme, qui feront (41r°a) ta volonté toujours, en tout temps. Amène-moi (des gens) comme eux, bénis et saints, de toutes les régions d’Éthiopie, qui m’obéiront. Pour moi – et pour toi, Dieu bon et vivificateur –, pour ton serviteur Daniel56, écoute ma sollicitation et ma supplique afin que viennent auprès (41r°b) de moi des gens bénis qui n’ont pas été souillés de la souillure de la turpitude du monde, qui ont méprisé ce monde transitoire ; qu’ils viennent auprès de ton serviteur Daniel, auprès de cette Dabra-Māryām-Qorqor que tu m’as donnée, ce monastère élevé, céleste, du haut des cieux, pour qu’ils le gardent, (41r°c) le sanctifient, l’encensent et le parfument du parfum de l’Esprit Saint ; qu’ils viennent en fuyant pour qu’ils demeurent dans ce sanctuaire du haut des cieux, céleste, qui (est) pur de la souillure de la tache. C’est la maison des anges que ce monastère que tu m’as donné, à (moi) (41v°a) ton serviteur Daniel, dans les siècles des siècles, amen. »

  • 57  Cf. Psaumes CXXI (120), 1-2.

95Tandis que mār Daniel le vainqueur des démons sollicitait ainsi, à ce moment, alors, arriva abouna Ebna-Sanbalt de la région du Chiré, (de) la ville de Ṭāfāt. Étant arrivé, il se tint au pied de Dabra-Māryām, il se tint avec son visage (tourné) (41v°b) vers l’est en priant avec la parole du psaume de David, disant : « Je lève mes yeux vers les montagnes. D’où viendra mon secours ? Mon secours (vient) d’auprès de Dieu57 », jusqu’à la fin. Alors que priait ainsi abouna (41v°c) Ebna-Sanbalt, étant au pied de Dabra-Māryām-Qorqor, alors abouna Daniel sut par son esprit qu’un homme juste et béni était venu, de la ville de Ṭāfāṭ dans la région du Chiré, à Dabra-Māryām-Qorqor ; il dit à son monastère : « Monastère céleste, (42r°a) et élevé, palais du haut des cieux, lieu d’issue et de repos de Sabaot Adonay, je te dis, moi serviteur de Dieu, abbā Daniel : Lève-toi, accueille-le et prosterne-toi devant lui trois fois. Soulève-le, (l’)ayant saisi, en le portant sur ta tête ; baise-le de ta bouche, prosterne-toi rapidement devant lui et enlève-le (42r°b) au sommet de la montagne, car monter auprès de moi est fort difficile pour lui. Il est venu auprès de moi sur l’ordre de Dieu afin d’être, pour moi, mon fils par l’Esprit. Quant au jour de son entrée dans ce monastère, (ce fut) le 6 de sanē. Quant au repos de fête (42r°c) de ce mien fils Ebna-Sanbalt qui est venu (de) la région du Chiré, (de) la ville de Ṭāfāt, son repos (donc) aura lieu le 6 de ḫedār, en un jour célèbre et bien connu, le jour de l’entrée du (Christ) dans Dabra-Qwesqwām. Enlève-le en le portant sur ta tête. »

  • 58  Le mot sanbalt désigne le nard fin ; le nom Ebna-Sanbalt veut ainsi dire, semble-t-il, « Pierre de (...)
  • 59 Cf. entre autres Daniel VII, 9.

96Au moment même, (42v°a) Dabra-Māryām-Qorqor du haut des cieux, la céleste, sans souillure, se prosterna et s’agenouilla trois fois ; elle souleva, porta sur sa tête et fit monter Ebna-Sanbalt, le contempteur du monde et le fondement de la justice. Elle le déposa devant abbā Daniel fils de (42v°b) Śeyouma-Sābā, son père, sans qu’(Ebna-Sanbalt) en eût conscience, étant ivre comme qui a bu du vin vieux et l’aspect de sa face étant comme la lumière du soleil. Elle descendit de sur sa tête le solitaire, le contempteur du monde, abbā Ebna-Sanbalt, le fils d’abbā Daniel, et le déposa devant (42v°c) son père abouna Daniel. Au moment même, mār Daniel le vainqueur des démons vit la lumière de sa face. La senteur du parfum d’abouna Ebna-Sanbalt (était) comme la désignation de celui-ci par le nom de senteur de sanbalt58, senteur du parfum des aromates. Mār Daniel se réjouit d’une grande joie quand il vit son fils abouna (43r°a) Ebna-Sanbalt, son fils aîné. Il bondit comme un agneau qui s’est rassasié du lait de sa mère et il le plaça à sa droite. Vint encore son fils bienheureux et saint, grand (et) spirituel, du nom d’abbā Yoḥannes du désert de Scété. Son aspect (était) effrayant comme (43r°b) (celui d’)un lion et ses cheveux blancs comme la neige, comme l’Ancien des jours59. Celui-là, (Daniel) le fit monter, en faisant un miracle de même, sur la tête de Dabra-Māryām – lieu de descente de l’Esprit Saint, lieu de montée de la prière des saints –, son monastère. Il le plaça devant lui pour le voir et se rassasier de lui, de la vue de sa face.

97En troisième (43r°c) vinrent de nombreuses excellentes gens, les contempteurs du monde, les glorieux pères moines, de partout, des pays du monde, dont les noms (sont :) abouna Talāwē-Krestos, abouna Za-Manfas-Qeddous, abouna Pēṭros, abouna Endreyās, abouna Lāʿeka-(43v°a)Śellāsē, abbā Germā-Iyasous, abbā Pāwli, abbā Za-Agāʾezet, abbā Tasfā-Giyorgis, abbā Kenfa-Mikāʾēl et d’autres aussi du nombre (desquels) le calcul n’est pas possible. En ce jour, alors, le 6 de sanē, abouna Daniel fit monter ces gens excellents (43v°b) sur une haute montagne, à Dabra-Māryām du haut des cieux, pleine de joie. Il les joignit à ses enfants abouna Ebna-Sanbalt et abbā Yoḥannes et les plaça à l’intérieur de la grotte qui est à côté de l’église.

98Que la sainte bénédiction (43v°c) de Daniel soit sur nous tous, ses enfants, dans les siècles des siècles.

  • 60  Le mot አስተፍሳሔ፡ (« réjouissance »), forgé pour les besoins de la rime en ē sur la forme verbale አስተ (...)

99Salut à abbā Daniel qui a été appelé l’ami d’Ēlohē.
L’ascension de son monastère a été célébrée par la voix de la glorification.
Il a rassemblé ses enfants les moines de partout.
Son monastère s’est réjoui par la puissance de son Dieu qui (est) dans la mansuétude,
Gloire de réjouissance60 qui achève la louange.

(Lecture) de ḥamlē

100(44r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

101Après qu’eut eu lieu l’ascension du monastère du père glorieux abouna Daniel, engendreur de milliers, de Dabra-Māryām-Qorqor, le Seigneur son Dieu rassembla pour lui, parmi les gens excellents, ceux qui seraient moines ; de toutes les régions d’Éthiopie il fit monter (44r°b) tous les pères en un seul jour. Le 6 de ḥamlē eut lieu l’ascension de leur monastère, le monastère de leur père abbā Daniel, le prédicateur de la fleur de la foi. Lors de l’ascension de ces pères qui seraient ses enfants moines, il les accueillit avec grande joie en disant : « Béni soit (44r°c) le Seigneur Dieu de Hananya, d’Azarya et de Misaël ! Il est glorifié et il est très-haut à jamais, lui qui m’a fait voir ces pères, les enfants de Dieu et mes enfants dans l’Esprit qui, tout entiers, ressemblent aux anges purs du ciel. »

  • 61  Cf. Jean X, 1-2.
  • 62  Cf. entre autres Ézéchiel I, 26.

102Il les plaça devant lui et derrière lui, à sa droite et à (44v°a) sa gauche, comme les angles de la terre, comme les angles de Dabra-Māryām-Qorqor. Après leur avoir enseigné la règle de son monastère, il leur enseigna la parole de l’Évangile en disant : « En vérité, en vérité, je vous le dis : Celui qui n’entre pas par la porte des brebis, mais monte par un autre endroit, est un voleur et un larron. (44v°b) Mais celui qui entre par la porte est un bon pasteur61. » Ayant dit cela, il interpréta pour eux la parole de l’Évangile ; de nouveau il fit pour eux une parabole avec les angles de la disposition de son monastère Dabra-Māryām-Qorqor, selon qu’il (vient d’être) écrit. Il fit une parabole devant ses disciples en (44v°c) disant : « Quant à ce monastère nôtre des hauteurs du ciel, il est semblable aux quatre évangiles de justice sur lesquels se sont accordés les quatre Évangélistes : Matthieu, Marc, Luc et Jean. Il est également semblable aux quatre angles du Temple et aux quatre patriarches qui le bénirent pour toujours. En troisième, il est semblable aux quatre (45r°a) Animaux porteurs du trône du Seigneur des armées62. Les colonnes de notre sanctuaire sont semblables aux cinq colonnes du mystère de Dieu qui nous a donné ce monastère et sanctuaire, du haut des cieux, le céleste. Venez, réjouissons-nous dans le Seigneur et poussons des cris de jubilation vers le Dieu (45r°b) de Jacob, un psaume suave qui (soit) avec un instrument de musique. »

  • 63 Cf. Isaïe VI, 3-4.

103Abouna Daniel dit encore à ces pères qui s’étaient rassemblés pour être des moines accomplis dans le combat (spirituel), dans le jeûne et dans la prière, dans la prosternation et dans la pratique de toutes les vertus : « Venez donc, mes (45r°c) enfants pères (moines), pour que je vous conduise au sanctuaire qui a été construit par l’opération de la sagesse de Dieu et par les doigts de Jésus. Quant aux cellules construites de celui-ci, (elles sont) vos demeures à chacun, elles qui ont été construites par la main des anges. Levez-vous donc, (45v°a) voyez la construction du sanctuaire et des cellules, vos demeures. Vous (êtes) les bénis de la Trinité sainte qui emplit les cieux, (vous) seuils de la porte qui s’écrient d’une voix qui dit : “Saint, saint, saint (est) le Seigneur, Dieu des dieux qui est (45v°b) et sera toujours jusque dans les siècles des siècles63.” » Ayant dit cela, abbā Daniel revêtu de la lumière de la gloire les conduisit jusqu’à ce qu’il les eût amenés au sanctuaire construit paré de lumière et aux cellules, demeures de ceux qui s’étaient rassemblés auprès de lui pour (45v°c) être les moines ses enfants. Ceux-ci suivirent la trace des pieds de leur père abbā daniel, le prédicateur de la foi, le vainqueur du Diable impur, jusqu’à ce qu’il les eût amenés à son sanctuaire construit.

104Voyant alors ce saint des saints, le sanctuaire construit (46r°a) de leur père Daniel, (eux) ces pères qui s’étaient rassemblés, qui seraient les moines enfants d’abbā Daniel, le prédicateur de l’évangile de la divinité – dont il est dit dans le livre de (ses?) actes : « Personne n’est plus grand qu’abbā Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor. » –, ils s’émerveillèrent d’un grand émerveillement en disant : « De même (46r°b) que nous avons vu, de même nous avons entendu – avec nos yeux et avec nos oreilles – alors que les anges du ciel disaient : “Dabra-Māryām-Qorqor est semblable au palais des cieux élevés d’en haut, car elle est le saint des saints.” » Et disant cela, ils se prosternèrent et s’agenouillèrent (46r°c) jusqu’à ce qu’ils exsudassent une grande flamme de sur leur visage. Le sanctuaire construit brilla de la grandeur de la majesté de ces pères saints, les enfants d’abouna Daniel, images des anges de Dieu.

  • 64 Cf. Psaumes CXVIII (117), 20-21.

105En ce jour, après qu’ils eurent vu le sanctuaire construit, (46v°a) (Daniel) les conduisit encore jusqu’à ce qu’il les eût amenés aux cellules, leurs demeures à chacun, qui avaient été construites par l’opération de la sagesse de Dieu, par la main de ses anges. Abouna Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor donna ces cellules, leurs demeures, à ceux qui avaient méprisé le monde (46v°b) transitoire, à ceux qui étaient venus auprès de lui par la volonté de Dieu le Très-Haut ; à chacun d’eux il (les) donna. Il les fit entrer à l’intérieur de ces cellules en disant : « Priez dans la veille, dans la prosternation, dans le jeûne et dans la prière, en disant : “C’(est) la porte de Dieu (46v°c) par (laquelle) les justes entrent. Je te rends grâce, Seigneur, car tu m’as entendu64.” »

  • 65 Il manque ici des mots tels que « il leur dit : “Levez-vous” ».

106Après que le bienheureux mār abouna Daniel, expulseur des démons qui adoraient le monde des ténèbres, eut fait entrer ceux qui s’étaient rassemblés de (tous) les pays du monde, de l’est et de l’ouest, du nord et du sud, (47r°a) pour lui être des disciples et des amis, pour que ne cessât pas la louange de Dieu dans cette chambre du sanctuaire de (Daniel) qui a été construite par la main du roi céleste, […65] et récitez les prières des heures du jour et de la nuit : en premier, la prière de l’Évangile – “Notre Père qui (es) aux cieux” –, puis (47r°b) les Psaumes de David, les Cantiques des prophètes, le Weddāsē-Amlāk, le Weddāsē-Māryām, l’anaphore de (Marie) Gwasʿa d’abbā Cyriaque, le Maḫlēta-ṣegē et le Saqoqāwa-Dengel. Tout cela, que je vous ai dit, gardez(-le), faites(-le) et ne cessez pas afin que ne s’irrite pas contre nous (47r°c) le Seigneur notre Dieu. » Ayant dit cela, abouna Daniel donna une prescription et un enseignement à ceux qui étaient venus de loin et de près pour être les moines ses enfants, pour le servir dans la pureté et dans la crainte de Dieu, (disant :) « Je vous ai parlé, moi votre maître Daniel (47v°a) fils de Śeyouma-Sābā. Faites et accomplissez tout selon la règle des pères qui a été édictée par le Seigneur notre Dieu. »

  • 66 C’est-à-dire Frumence, le convertisseur et premier évêque d’Éthiopie.

107Ayant dit (cela), mār Daniel, le destructeur des (faux) dieux et des temples d’idoles, entra dans sa grotte-oratoire qui était vers le sanctuaire, (47v°b) vers la gauche, car c’est cette grotte construite qui était l’oratoire de mār Daniel, qui est vers le rocher oriental qui est vers le bord d’un grand précipice, qu’il se mit à édifier après avoir reçu la calotte et l’habit monastique de la main du métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur – qui n’est pas le Révélateur de la lumière Salāmā66 –, qui demeurait dans la ville d’Axoum.

108Que sa bénédiction soit avec tous les enfants de Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor dans les siècles des siècles, amen.

109(48r°a) Je dis salut à celui qui a montré les règles (monastiques)
Aux contempteurs du monde, ses enfants qui sont venus soudain.
Daniel le solitaire qui a eu la possibilité de construire un sanctuaire,
Garde-nous, (nous) tes enfants qui supplions auprès de toi chaque jour ;
Avec ta croix bénis-nous et éloigne les démons.

(Lecture) de naḥasē

110(48r°b) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 67  Cf. par exemple, sur ce personnage et l’action de saint Michel en sa faveur, la lecture du 25 ṭeqe (...)
  • 68 Cf., pour la fête de l’Assomption, la lecture du 16 naḥasē du Synaxaire (le jeûne qui précède cette (...)

111Ensuite, après que le bienheureux abouna mār Daniel vainqueur des démons fut entré à l’intérieur de la grotte construite – dont on ferait la maison des économes –, tandis qu’il récitait la prière du matin, alors lui apparut l’ange de Dieu, (48r°c) le chef des armées (célestes), saint Michel l’archange, portant une calotte et un habit monastique dans ses mains comme ceux qu’il avait donnés à abouna Abib au moment où il le revêtit de la calotte et de l’habit monastique67. De même l’archange saint Michel les donna à abouna Daniel, le 6 de naḥasē, lors du (48v°a) jeûne de la fête de l’assomption de Notre Dame Marie mère de Dieu68. Après lui avoir donné cette calotte et (cet) habit monastique, alors, l’archange saint Michel lui dit : « Abbā Daniel, Dieu, le Roi des rois et le Seigneur de toute créature, te dit : (48v°b) “Va rapidement à la cathédrale d’Axoum, prenant la calotte et l’habit monastique – ces biens de moines que voici que je t’ai donnés aujourd’hui –, chez le métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur. Lui (est) le métropolite de la cathédrale d’Axoum qui a traduit les écrits (48v°c) des Prophètes et des Apôtres qui sont dans le livre du Gebra-Ḥemāmāt des langues grecque, arabe et hébraïque en guèze, les caractères d’Éthiopie. Lui (est) le métropolite, deuxième Salāmā, du Sud, le Traducteur. Lui accomplira pour toi le rituel monastique, affaire des (49r°a) anges, avec la calotte et l’habit monastique, qui sont dans ta main, que je t’ai donnés aujourd’hui. Va auprès du métropolite abbā Salāmā du Sud, le Traducteur, de la ville d’Axoum. Voici qu’il attend ta venue ; comme la semence du blé de la terre qui attend la pluie, lui le métropolite attend ta venue. (49r°b) Voici, (fais-le) avant de parler à tes disciples alors qu’ils sont, chacun, dans leurs cellules ; ne leur parle pas pour ne pas les perturber, car ce sont les jours du jeûne d’une semaine. Viens, monte sur (ce) char de lumière.” »

  • 69 Cf., sur ce manteau, Exode XXVIII, 31-35.

112Au moment même, ils montèrent tous les deux, le chef des armées (célestes), (49r°c) l’intercesseur de miséricorde, saint Michel et abbā Daniel expulseur des démons. Ils arrivèrent rapidement – l’ange et le juste – au moment de la réunion de la consécration eucharistique, au moment du matin, le samedi, alors que le métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, était à encenser l’arche de la Loi. (49v°a) Au moment même, alors qu’il encensait, il sut l’arrivée d’abouna Daniel et de l’ange de Dieu, saint Michel l’archange, tenant la calotte et l’habit monastique ; il les accueillit avec joie, ayant placé le bandeau d’or sur sa tête et l’encensoir d’or avec de l’encens (étant) dans sa main droite. (49v°b) (Il portait) un vêtement d’or pur, le vêtement sacerdotal auquel (étaient) des clochettes d’or comme le vêtement d’Aaron le lévite69. Au moment où il le revêtait, il tintinnabulait comme des clochettes d’or au point que le son en était entendu jusqu’à la partie de l’église ouverte aux laïcs.

  • 70  Sur Ildefonse de Tolède et le manteau que lui apporte la sainte Vierge, cf., entre autres, G. Coli (...)

113Le métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, (49v°c) (fut) à encenser avec l’encensoir d’or mār Daniel, le guérisseur des malades, pour l’honorer. Le métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, les fit entrer en les conduisant auprès des Tables de Moïse. Il les fit entrer jusqu’à ce qu’il les eût amenés à l’intérieur du saint des saints. Au moment de l’entrée de (50r°a) l’ange de Dieu et du juste mār Daniel, le faiseur de prodiges, dans la maison des Tables, le métropolite abouna Salāmā, le Traducteur, du Sud, fit approcher des trônes d’or et de pierres précieuses pour l’ange de Dieu, le chef des Veilleurs, Michel, et pour le faiseur de miracles, abouna Daniel ; ils s’assirent (50r°b) au moment même sur ces trônes d’or et de pierres précieuses. À ce moment, après que l’ange et le juste se furent assis, alors, Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu descendit, tenant un manteau d’or pur qui était semblable à la couleur du ciel, dont la teinte était semblable à (celle du) vêtement (50r°c) d’Ildefonse70. Notre Dame Marie s’assit sur un autre trône dont la couleur n’est pas connue, à la droite de mār Daniel (assis) sur un trône d’or. Au moment même, après s’être assise à la droite de mār Daniel, Notre Dame Marie bénit celui-ci en disant : « Que la bénédiction de mon Fils, (50v°a) de son Père et de son Esprit Saint demeure sur toi. Sois béni jusque dans les siècles des siècles. »

114Ayant dit cela, après avoir béni abbā Daniel maître d’un siège élevé, Notre Dame Marie lui donna le vêtement céleste (qui était) comme le manteau d’Ildefonse l’évêque. (50v°b) À ce moment, elle investit de la dignité épiscopale, comme Ildefonse l’évêque, son bien-aimé, abouna Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor, en ce jour-là, le 6 de naḥasē. Elle le revêtit encore ce jour-là, le samedi au moment du matin, du vêtement de gloire (qui était) comme (celui d’)Ildefonse l’évêque, (50v°c) le manteau de la foi orné de fleurs. Au moment même, il revêtit le beau vêtement de gloire. (Marie) lui dit : « Deuxième évêque vierge Ildefonse es-tu, abbā Daniel à la foi droite. Je t’ai investi et t’ai loué à cause de ta belle façon d’agir. Cependant, aujourd’hui, le rituel du joug monastique sera accompli sur toi (51r°a) par la main de ce bienheureux et élu, collègue du grand et glorieux évêque (Ildefonse), abouna Salāmā, le Révélateur de la lumière de l’Éthiopie, c’est-à-dire l’évêque deuxième Salāmā, le Traducteur, du Sud. Lui te donnera l’habit monastique des anges, t’(en) vêtira les reins et (coiffera) ta tête de la couronne de la calotte. (51r°b) Quant au siège sur lequel tu t’assiéras, il te (le) donnera à Dabra-Māryām-Qorqor, ton sanctuaire où je me suis reposée des tentatives de l’ennemi Hérode avec mon Fils et bien-aimé Jésus-Christ, avec Joseph et Salomé et (avec) l’âne qui (était) chargé de notre bagage. Nous nous sommes reposés dans (51r°c) l’intérieur de la grotte construite du sanctuaire qui (est) tout entière construite en or fin et en pierres précieuses, ses portes (étant) plaquées de béryl. Que celle-ci soit pour toi seul et elle sera dissimulée aux yeux de tous. Et encore, nous avons béni ton sanctuaire qu’ont trouvé avant toi les rois élus Abrehā et Aṣbeḥa dans les jours de leur fonction (royale). Le Seigneur mon Fils, Dieu de tout, (le) leur a révélé à cause de leur justice. (À) toi aussi, il te (l’)a révélé, à cause de la grandeur de ton humilité, pour que tu fusses en association avec eux. À présent, toi (51v°b) bienheureux métropolite abbā Salāmā le Traducteur, accomplis le rituel des moines pour ce mien bien-aimé Daniel vainqueur des démons. »

  • 71 Le mot መተርጕማዊ፡ (« traducteur ») n’est pas attesté dans les dictionnaires.
  • 72  Un ou plusieurs mots manquent au début de cette phrase à la traduction, par ailleurs, incertaine ; (...)

115Au moment même, après que Notre Dame Marie eut donné (cette) bonne nouvelle à abbā Daniel revêtu du manteau céleste, à ce moment, l’archange Michel fit approcher celui-ci du (51v°c) métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur. Lui le métropolite reçut de la main de l’ange la calotte, l’habit monastique et le bâton (en forme) de croix qui était descendu des cieux pour abbā Daniel vainqueur des démons. Ayant reçu la calotte et l’habit monastique, le métropolite Salāmā fit une bénédiction et accomplit pour (Daniel) le (52r°a) rituel des moines des premiers pères, (avec) la calotte et l’habit monastique, en remettant à Daniel, dans sa main droite, le bâton (en forme) de croix de celui-ci, qui était descendu des cieux pour lui. À ce moment, le métropolite abbā Salāmā du Sud, le Traducteur71, s’écria à haute voix en disant : « […72] et tu as placé (52r°b) sur sa tête une couronne qui (est) de pierres précieuses. Il t’a demandé de vivre pour de longs jours, dans les siècles des siècles. » À ce moment, il accomplit pour le père glorieux abouna Daniel le rituel des moines des premiers pères – d’Antoine, de Macaire et de Pachôme –, le 6 de naḥasē, lors de la fête du jeûne d’une semaine de l’assomption de la Vierge Marie mère de Dieu.

  • 73 Le guèze a omis le complément d’objet du verbe « firent » ; il doit s’agir d’un mot tel que « glori (...)
  • 74  Il manque ici des mots tels que « Daniel revint dans son monastère, ».

116Après l’achèvement du rituel monastique, alors, les anges et les archanges firent […73] avec le métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur. Celui-ci donna alors la communion pure à mār Daniel expulseur des démons, (52v°a) le samedi ; la face de celui-ci fut joyeuse et illuminée en ce jour, le 6 de naḥasē. Ce jour-là, alors, l’ange de Dieu, saint Michel l’archange dit au métropolite abbā Salāmā le Traducteur : « Bénis ce tien fils (52v°b) abbā Daniel expulseur des démons pour qu’il revienne dans sa ville, la ville du Garʿāltā, Dabra-Māryām-Qorqor, dans la paix et dans la joie. » Au moment même, le métropolite bénit (Daniel) en disant : « Reçois l’Esprit Saint et reviens en paix dans ton monastère, Dabra-Māryām-Qorqor. » […74] l’ange le portant (52v°c) sur ses ailes.

117Que sa bénédiction soit sur nous tous, les enfants de Daniel, dans les siècles des siècles.

118Salut à toi, Daniel, vainqueur des démons par la voix du Christ,
Qui a affaibli le roi des démons, le grand Agresseur, par sa puissance.
Toi qui as reçu de la main de l’évêque la règle des anges, l’habit monastique,
Bénis-nous avec ta croix qui est descendue du troisième ciel
Pour que nous recevions ta bénédiction sans faiblesse ni peine.

(Lecture) de maskaram

119(53r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

120Frères bénis, que je vous parle pour que vous entendiez l’histoire de sa grotte. Quand il eut demeuré dans la ville d’Axoum en recevant la calotte et l’habit monastique de la main du métropolite abouna Salāmā du Sud, le Traducteur, alors, mār Daniel s’en retourna, le 6 de naḥasē ; il revint (53r°b) dans sa grotte et commença la prière de la semaine du jeûne de l’assomption de Notre Dame : la (première) anaphore de Notre Dame Marie, l’anaphore du Seigneur, le Kidān, l’Enseignement des arcanes, les Psaumes de David, le Weddāsē-Amlāk, les Cantiques des prophètes, le Cantique des cantiques et les écrits (53r°c) des Prophètes et des Apôtres, jusqu’à ce que fussent achevés les jours de la semaine du jeûne de l’assomption de Notre Dame Marie mère de Dieu. Au moment où il acheva les jours de la semaine (du jeûne) de l’assomption de Notre Dame Marie – alors c’était après qu’il fut revenu de la ville d’Axoum après avoir reçu la (53v°a) calotte et l’habit monastique –, alors c’était le 6 de maskaram. Il appela ses enfants, les moines abouna Yoḥannes, abouna Ebna-Sanbalt, abouna Talāwē-Krestos, abouna Za-Manfas-Qeddous, abouna Pēṭros, abouna Endreyās, abouna Lāʿeka-Krestos, abouna Lāʿeka-Śellāsē, abouna Germā-Iyasous, (53v°b) abouna Tasfā-Giyorgis, abbā Kenfa-Mikāʾēl et d’autres aussi (qu’)il n’est pas possible de compter.

  • 75 ተከውከወት፡ (ተከወወት፡ dans le manuscrit) est, semble-t-il, une forme passive du verbe actif inusité ከውከወ፡(...)

121Ce jour-là, le 6 de maskaram, mār Daniel dit à ses enfants qui s’étaient rassemblés : « Mes enfants, voici que j’ai accompli : par la main de l’ange et par la main du métropolite abouna Salāmā le Traducteur, du Sud, (53v°c) il a été accompli sur moi, le rituel monastique des premiers pères bénis, Antoine, Macaire et Pachôme. Voici que moi je vais accomplir pour vous le rituel monastique; je vais (l’)accomplir pour vous aujourd’hui, en ce jour béni, le 6 de maskaram. » Au moment même, tous ses enfants s’approchèrent et s’assirent à ses pieds. Au moment même, (54r°a) il leur présenta à chacun une calotte et un habit monastique. Au moment même, mār Daniel récita la prière du Livre des moines et la prière des morts au sujet de ceux qui se sont endormis. Ayant achevé cette prière, abouna mār Daniel accomplit le rituel des moines et, en ce jour, fit (de) ses enfants des moines spirituels ; il brilla d’une lumière éclatante comme la lumière du soleil du mois de nisān. Dabra-Māryām-(54r°b)Qorqor aussi fut environnée75 de la lumière de la gloire de Dieu.

  • 76  La traduction de cette fin de phrase est incertaine.
  • 77 Cf. Genèse XXXVII, 33-35.

122À la fin de ce rituel des moines, alors que les enfants de mār Daniel étaient dans son sanctuaire qui avait été construit par l’opération de la sagesse de Dieu, (54r°c) se réjouissant d’une grande joie, soudain, alors, mār Daniel tomba malade d’une maladie, son côté droit de rhumatisme et la tête de migraine76. Au moment même, mār Daniel tomba et mourut, l’archange Michel se tenant à sa droite. La mort de mār Daniel eut lieu le 6 de maskaram pour montrer la puissance de Dieu. (54v°a) Alors les moines ses enfants furent bouleversés d’un grand bouleversement, ils pleurèrent des pleurs amers en disant : « Qu’est-ce qui a touché abouna mār Daniel ? Un accident soudain l’a touché, il l’a touché à cause de notre péché ! » Son âme monta dans le palais du haut des cieux devant Dieu, par la main des anges Gabriel et Raphael ; quant à son corps, (54v°b) saint Michel le gardait. Ses enfants les moines voulurent ensevelir son corps pour l’enterrer ; la puissance divine les (en) empêcha et la dépouille de son corps devint une flamme de feu que ne pouvaient toucher les êtres de feu. Au moment même, (les moines) eurent peur de s’approcher (54v°c) de la dépouille de son corps. Leur affliction fut comme l’affliction amère de Jacob du fait de la mort de Joseph son fils au moment de sa disparition avec ses frères77.

  • 78 Cf. Apocalypse IV, 8.

123Quant à l’âme de (Daniel), Notre Seigneur Jésus-Christ prescrivit à ses anges Gabriel et Raphael de lui montrer les villes du Jardin (qui seraient) à lui et à ses enfants, la part d’héritage (55r°a) des justes, ainsi que le lieu du châtiment, l’héritage des pécheurs. Au moment même, ils conduisirent (Daniel) et l’amenèrent aux villes du Jardin, au-dessus de ses douze villes du Jardin. Les anges qui avaient montré à mār Daniel la demeure son héritage lui dirent : « Serviteur de Dieu véritable, toi qui as été croyant avec peu (de moines), (55r°b) je t’institue sur beaucoup – t’a dit Dieu ; entre dans la joie de ton Seigneur. » De nouveau, Gabriel et Raphael le conduisirent jusqu’à ce qu’ils l’eussent amené, en le guidant, au lieu des justes, dans une terre éclatante et lumineuse qui ruisselle de lait et de miel, c’est-à-dire (55r°c) la demeure des justes. En troisième, ils lui montrèrent la demeure des martyrs, lumineuse comme la lumière du soleil et de la lune ; la gloire de Dieu ne s’en sépare ni la nuit ni le jour. Abbā Daniel s’émerveilla de cette gloire et de (cette) ville. En quatrième, ils le conduisirent en le guidant jusqu’à ce (55v°a) qu’ils l’eussent amené jusqu’aux lieux des Prophètes et des Apôtres qui sont construits en or et en pierres précieuses ; au milieu d’eux (se trouvait) une arche de perle que (des êtres célestes) entouraient avec des encensoirs d’or en disant : « Saint, saint, saint (est) le Seigneur, Dieu des dieux, qui était et sera toujours, dans les siècles des siècles78. »

124(55v°b) Abouna Daniel, après être mort, demeura (au ciel) trois jours et trois nuits. Notre Seigneur Jésus-Christ dit aux archanges Raphael et Gabriel : « A-t-il vu le lieu de sa demeure, les douze villes, sa part d’héritage à lui et à ses enfants ? » (Ils répondirent :) « Oui, il a vu, notre Seigneur et notre Dieu. » Alors (55v°c) Notre Seigneur leur dit : « Aujourd’hui, il y a eu pour mon bien-aimé, après qu’il fut mort, trois jours et trois nuits. Conduisez l’âme de Daniel vainqueur des démons, mon bien-aimé ; que son âme revienne auprès de son corps et qu’il demeure sur terre en redressant la foi et enseignant l’évangile de mon royaume, en (56r°a) dotant ses enfants de la règle cénobitique d’Antoine, de Pachôme et de Macaire pendant vingt ans. Désormais, que son âme revienne auprès de son corps ; conduisez et faites revenir son âme pour qu’elle s’unisse avec son corps. Que ressuscite comme moi, le troisième jour, après être mort, mār Daniel que j’ai fait expulseur des démons. »

125(56r°b) Cependant, à ce moment, l’âme de mār Daniel descendit avec les archanges – Michel étant à garder la dépouille de son corps – alors que la dépouille de son corps était endormie au milieu de ses enfants les moines pleurant et se lamentant au milieu de l’intérieur de son sanctuaire, car (56r°c) ils étaient en grande détresse à cause de sa mort. Ce jour-là, le 6 de maskaram, la dépouille du corps de mār Daniel, vainqueur d’une mort soudaine, bougea ; (celui-ci) ressuscita par la puissance de son Dieu, comme son Seigneur, le créateur des cieux et de la terre, le Christ ; il ressuscita d’entre les morts le troisième jour. (56v°a) Mār Daniel, le rejeton du lion terrible, ressuscita et s’éveilla de son sommeil de mort. Voyant (cela), ses enfants les moines, abouna Ebna-Sanbalt, abouna Yoḥannes et tous les (autres) moines, restèrent à garder sa dépouille au milieu de son sanctuaire, Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de descente de l’Esprit Saint, lieu de montée de la prière –, sans souillure ni tache. (56v°b) Ses disciples les moines glorifièrent et psalmodièrent le psaume de glorification du jour de la Résurrection sainte en disant : « Il a vaincu la mort et est ressuscité, le jeune Daniel, il a vaincu la mort et est ressuscité », tournoyant de côté et d’autre, tapant des pieds et battant (56v°c) des mains avec tambour et sistres, avec les paroles du psaume suave. Ils furent enivrés comme qui a bu du vin vieux par ce cantique de la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ – gloire à lui !

  • 79  Cf. Luc XXIII, 39-43.
  • 80  Cf. entre autres Jean XX, 1-2.

126Alors que les disciples d’abouna Daniel, rejeton de colombe, psalmodiaient, (celui-ci) étant ressuscité d’entre les morts, alors, (57r°a) l’Esprit Saint descendit sous l’aspect d’un rejeton de lion terrifiant revêtu de la chair mortelle d’Adam, étant sous l’aspect d’un serviteur. Il se tint au milieu d’eux et leur dit dans la langue des hommes : « Enfants de Daniel, recevez et accueillez un pacte ; je (suis) le Seigneur de Daniel vainqueur d’une mort soudaine, le créateur des cieux et de la terre, (moi) qui suis ressuscité le troisième (jour) ; (57r°b) comme moi, j’ai ressuscité mār Daniel votre père pour lui donner un pacte en disant dans ce sien sanctuaire qui a été construit par ma main : Tout homme qui aura fait la commémoration de sa résurrection en ce jour, le 6 de maskaram, que sa part soit comme (celle du) larron de droite qui a été crucifié à ma droite79 (57r°c) et comme (celle de) Marie Madeleine qui, avant tous mes Apôtres, a contemplé le mystère de ma résurrection80. Comme eux, qu’il hérite du Royaume, du Jardin de la joie. Ceux qui auront donné un présent en ce jour, moi je ferai leur présent comme (celui des) mages qui m’ont salué avec un présent au moment de (57v°a) ma naissance. Comme (pour) eux, je placerai leur gloire dans les cieux. Celui qui aura été enterré et aura reposé dans ce tien monastère, Dabra-Māryām-Qorqor, je rendrai sa part comme s’il avait été enterré et avait reposé au Golgotha, mon tombeau, et à Gethsémani, le tombeau de ma mère. Celui qui aura donné à manger de son déjeuner et de (57v°b) son dîner avec foi, moi je lui ferai manger du déjeuner sur le mont Sion quand seront abattus deux bœufs ; je le rassasierai pour mon bien-aimé Daniel – j’ai juré à celui-ci que je ne ferai pas mentir mon don de puissance –, pour mon bien-aimé Daniel vainqueur des démons, de Dabra-Māryām-Qorqor. »

127Que sa prière et sa bénédiction (57v°c) soient avec nous tous, enfants de Daniel, à jamais.

128Salut à abbā Daniel qui a reçu la calotte et l’habit monastique
De la main de l’évêque et d’auprès de l’ange des hauteurs.
Es-tu céleste et, comme Phanouel, expulseur du vain Agresseur ?
Garde ton monastère, Dabra-Māryām, des maux des démons qui (sont) une peine
Et fais-nous nous attabler à la droite de Dieu l’Artisan.

(Lecture) de ṭeqemt

129(58r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 81 La traduction de ce début de phrase, dont le texte semble corrompu, est incertaine.
  • 82  464 a.m. = 292 ou 824 ou 1356 ou 1888 ap. J.C.

130Ouvrez l’oreille de vos cœurs, enfants de l’Évangile, pour écouter l’histoire de la justice et de la vie du bienheureux et élu, le prédicateur de l’évangile du royaume du Fils de Dieu, abouna mār Daniel qui a fait un miracle et prodige quand il est monté à son monastère, Dabra-(58r°b)Māryām ; après que sept ans furent passés pour lui, il construisit sa maison-oratoire qui est vers l’est au bord d’un grand précipice, qui est vis-à-vis des gens de la ville de Dabra-Māryām-Qorqor, ainsi que les grottes-oratoires de ses enfants moines qui (sont) abouna Ebna-Sanbalt, abouna (58r°c) Yoḥannes et abouna Yosēf. Et pour tous ses enfants, il construisit leurs grottes-maisons, pour ces siens enfants81, dans les jours d’Armāḫ Dāwit, le roi d’Éthiopie qui régna sur l’Éthiopie. L’année de miséricorde était la 464e82, il fut en ce temps-là à construire (58v°a) cette sienne grotte-oratoire; le 6 de ṭeqemt, il acheva de la construire. Il y peignit le portrait des Prophètes et des Apôtres et la rendit prête pour la consécration du sacrifice (eucharistique).

  • 83  Les mots guèzes ዘመዝባዕ፡ ወዘአፉሁ፡ ውእቱ፡ ne donnent pas de sens satisfaisant dans ce contexte.
  • 84  Cf. Daniel VII, 9.

131Ce jour-là, le 6 de ṭeqemt, Dieu rassembla pour lui des gens excellents, de l’est et (58v°b) de l’ouest, du nord et du sud; c’étaient des justes dont les (encensoirs) précieux (étaient) comme (ceux des) vingt-quatre prêtres du ciel qui (étaient) avec leurs encensoirs d’or, de pierres précieuses et d’argent remplis d’encens. La fumée de l’encens remplit la totalité du monastère de (Daniel), Dabra-Māryām-Qorqor ; (58v°c) la fragrance de son parfum ravissait les cœurs. Leur vêtement était un manteau avec de l’or en abondance, leur taille (était) comme (celle d’)un cyprès ; quant à l’aspect de leur personne, ils étaient semblables aux anges de Dieu. Quant à la rougeur de la face de leur personne, ils étaient semblables à la rougeur d’une fleur de grenade. Ces justes (59r°a) étaient […83], leur nombre (était) de soixante-quatorze. De nouveau, encore, le Seigneur son Dieu amena à (Daniel) des justes parmi les vieillards du Ḥawzēn qui (étaient) parés du vêtement de cheveux blancs de l’Ancien des jours84. Les cheveux blancs de leur tête et leur barbe étaient semblables, blancs, à (59r°b) la neige ; leur aspect (était) l’aspect des anges. Ils vinrent, tenant un encensoir de bronze et de fer que le Seigneur Dieu de (Daniel) leur avait apporté de Jérusalem sa ville pour qu’ils glorifiassent et psalmodiassent pour la gloire et la grandeur de la justice d’abouna Daniel (59r°c) de Dabra-Māryām-Qorqor pleine de grâce et de gloire.

132Alors, en ce jour-là, le 6 de ṭeqemt, alors que la terre était parée de la fleur d’or de la foi – le nombre des vieillards du Ḥawzēn qui montèrent à Dabra-Māryām, le monastère du bienheureux abouna Daniel maître d’un grand siège, (était) de deux cent soixante-six –, (59v°a) au moment de l’ascension de ces justes, le 6 de ṭeqemt, au temps des fleurs, Dabra-Māryām vibra de la lumière d’une grande gloire, au point que le monastère vacilla à (en) tomber du fait de la grande gloire de Dieu. Ces justes entrèrent dans ce sanctuaire (59v°b) d’abouna Daniel que (celui-ci) avait construit de sa main droite. L’entrée de ces justes brilla et fut d’une majesté élevée au point que le lieu de la construction, le lieu de son sanctuaire, ne les contint pas. En ce jour-là, le vendredi, alors qu’étaient ensemble, s’étant rassemblés, ces (59v°c) justes avec leurs encensoirs, à ce moment vint Notre Dame Marie revêtue de la majesté du Royaume, comme (lors de) son entrée, auparavant, dans les jours du règne d’Hérode, l’ennemi des petits enfants, le roi de Galilée. Il y avait un roi d’Éthiopie du nom de Bazēn ; avant la (60r°a) naissance du (Christ), il resta à gouverner huit ans et, après la naissance du Christ, il resta (à gouverner) neuf ans. Le temps de son règne (fut de) dix-sept ans, son nom royal (est) Sarṭou. En ce temps-là, quand (Marie) vint, elle (était) revêtue de la majesté du Royaume, portant son enfant et se faisant suivre de Joseph et de Salomé et aussi de l’âne (60r°b) qui (était) chargé de leur bagage.

133Sous un tel aspect, ce jour-là, Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu vint au sanctuaire d’abouna Daniel qui est vers l’est (60r°c) au bord d’un grand précipice, qu’a construit de sa main mār Daniel avant sa mort. Tandis que les justes qui s’étaient rassemblés voyaient, (Daniel) accueillit dans une grande joie la sainte Vierge Marie mère de Dieu et la fit entrer à l’intérieur de (60v°a) son sanctuaire, alors qu’elle portait son Fils bien-aimé – avec elle (étaient) Joseph et Salomé et aussi l’âne qui (était) chargé de leur bagage. Elle entra dans le sanctuaire et s’assit sur le meuble de la table d’autel ; les anges et les archanges s’assirent à sa droite et à sa gauche. (60v°b) Les justes et les martyrs qui étaient venus l’entourèrent comme un mur. Saint Georges, le chef des martyrs, pria et supplia mār Daniel vainqueur des démons en disant : « Devant Notre Dame Marie, mon frère et bien-aimé (60v°c) mār Daniel, je te prie et te supplie de me faire entrer dans tes deux sanctuaires ; l’un (est) le grand sanctuaire qui est derrière nous, que t’a révélé le Seigneur notre Dieu, l’autre (est) le sanctuaire où nous sommes avec Notre Dame la sainte deux fois vierge (61r°a) Marie mère de Dieu. Fais-moi entrer dans tes deux sanctuaires pour que je sois associé avec toi en une seule communauté. »

  • 85  Il s’agit d’un des seuls passages du gadl où le nom du père de Daniel n’a pas été effacé et rempla (...)

134Mār Daniel dit à mār Georges : « Je ne te ferai pas entrer, moi, dans mes deux sanctuaires, parce que toi, quand tu (61r°b) t’irriteras, tu frapperas mes enfants avec le bâton de ta colère. Seulement, moi je vais te donner une autre demeure, à toi seul ; viens, que je te conduise et t’amène à ce tien sanctuaire élevé. » Notre Dame Marie dit à (Georges) : « Va avec abbā Daniel, toi Georges ; (61r°c) va, suis-le rapidement, en courant et avec hâte, pour qu’il te montre ton sanctuaire, à toi seul. Retournez rapidement pour que soit consacré ce sanctuaire de mār Daniel fils de Iyasous-Moʾa85. » Au moment même, ils allèrent en se précipitant ; (61v°a) ils arrivèrent au sommet du sanctuaire de droite qu’avaient trouvé les rois excellents Abrehā et Aṣbeḥa, les rois d’Axoum. (Daniel) montra à (Georges) sa demeure et lui remit ce sanctuaire ; à ce moment, il l’appela du nom de Bēta-Giyorgis, du nom du martyr saint Georges. (61v°b) Au moment où il vit ce sanctuaire, mār Georges se réjouit ; mār Georges exulta de ce qu’il avait trouvé une demeure à lui seul, et (les sanctuaires) furent une seule communauté.

135Au moment même, ils retournèrent en courant et avec hâte au sanctuaire de mār Daniel, comme leur avait prescrit (61v°c) Notre Dame en disant : « (Une fois) arrivés, retournez rapidement au lieu de la maison de mār Daniel pour qu’elle soit consacrée aujourd’hui. » Ils retournèrent au moment même et entrèrent là où était Notre Dame Marie, dans le sanctuaire construit de mār Daniel, (62r°a) pierre d’onyx. (Marie) dit à mār Daniel, le maître de cette demeure, pierre de topaze : « Viens, approche-toi de moi pour que je te revête du vêtement de fleur qui (est) imprégné de nard, pour que (ton sanctuaire) soit consacré aujourd’hui par la main de mon Fils bien-aimé, par ma main sainte, par ta main bénie et par la main des justes bénis.  » Au moment même, (62r°b) mār Daniel s’approcha d’elle, de Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu. Au moment où il s’approcha, comme elle lui avait dit, Notre Dame Marie mère de Dieu le revêtit d’un vêtement précieux, du vêtement de fleur qui (est) imprégné de nard. Au moment même, son visage brilla comme (62r°c) la lumière de l’éclair qui flamboie, comme la lumière de la divinité.

136Elle le bénit au moment même en disant : « Que la bénédiction de mon Fils, de son Père et de l’Esprit Saint demeure sur toi ; et ce tien sanctuaire, nous le bénissons par ma main et par la main de mon Fils bien-aimé. » (Elle continua) en disant : « Je l’ai magnifié, (62v°a) je l’ai exalté et je l’ai consacré par ma première entrée lors de mon exil loin d’Hérode l’ennemi, lui qui nous a donné le repos en lui, (à moi) avec mon Fils bien-aimé Jésus-Christ, Joseph, Salomé et l’âne qui (était) chargé de notre bagage. À présent, aujourd’hui, je suis venue pour bénir ce sanctuaire. » Au moment même descendit le sacrifice (62v°b) pur avec la patène et la coupe. Au moment même, les justes qui s’étaient rassemblés ce jour-là, le 6 de ṭeqemt, consacrèrent (le sanctuaire). En foulant de ses pieds le sanctuaire construit de mār Daniel, pierre de saphir, et en y entrant, (Marie fit de même). Elle donna à (Daniel) un pacte, étant avec son Fils bien-aimé, en disant : « Mon bien-aimé (62v°c) Daniel, reçois et accueille un pacte, pour les tiens et pour les gens de ta maison, moi disant : Tout homme qui aura donné des baisers auprès de cette tienne grotte, nous le mettrons avec moi comme s’il avait donné des baisers à Jérusalem, le tombeau de mon Fils, et à Gethsémani, mon tombeau ; que de même soit son pacte.

  • 86 Cf. Matthieu XVIII, 22.

137« Et encore, nous t’avons donné un pacte de miséricorde en (63r°a) disant avec la voix d’un pacte ferme : Tu es notre bien-aimé Daniel au siège élevé; que ton pacte soit comme le pacte de Noé, d’Abraham, d’Isaac et de Jacob dont nous leur avons juré que nous ne (le) ferions pas mentir pour eux dans les siècles des siècles. Quant aux gens de la montagne qui sont sous Dabra-Māryām-Qorqor, qui sont dans (63r°b) sa sphère, et à tes enfants les moines qui demeurent au sommet de cette montagne, nous leur avons donné un pacte ferme, comme mon pacte que m’a donné mon Fils, le pacte de miséricorde au sujet de Simon l’anthropophage et au sujet de Marie au parfum et de Marie Madeleine. (63r°c) J’effacerai tous leurs péchés et je les ferai enfants du Royaume. Ils ne verront pas le châtiment du chéol et la géhenne de feu ; ils ne verront pas non plus l’ange de la mort à la face hideuse au moment de la sortie de leurs âmes, et les anges de lumière les recevront. Je leur ai fait miséricorde pour tout leur péché ; (63v°a) j’effacerai toute leur faute, je leur remettrai tout leur péché sept fois soixante-dix fois86 et je les ferai hériter du Jardin de la joie. Quant à celui qui sera monté à cette Dabra-Māryām-Qorqor pour donner des baisers, pensant que son péché sera effacé, nous, pour l’amour d’abbā Daniel, nous lui ferons franchir la mer de (63v°b) feu terrible sans examen ni jugement. Quant à celui qui sera enterré près de cette Dabra-Māryām, le lieu de Daniel vainqueur des démons, il trouvera la récompense de la justice et les démons ne le trouveront pas. »

138Notre Seigneur le Christ dit de sa voix : Rien n’est plus grand que Dabra-Māryām-Qorqor, le monastère (63v°c) d’abbā Daniel, excepté la cathédrale d’Axoum et Jérusalem.

139Que la bénédiction d’abouna Daniel nous garde, amen.

140Salut à ton sanctuaire construit, porte orientale ;
Sa lumière est semblable à (celle du) candélabre du luminaire.
Daniel, vainqueur du roi des puissants démons,
Garde ton monastère tous les jours
Pour que n’entre pas auprès de nous le terrible châtiment.

(Lecture) du lundi

141(64r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

142Écoutez et comprenez le miracle et prodige que fait le bienheureux, le puissant faiseur de miracles, abbā Daniel le puissant vainqueur des démons. Après qu’il eut construit son sanctuaire construit qui est vers l’est, le lieu de l’oratoire de ce juste abouna Daniel, alors c’était le lundi, il (64r°b) rassembla ses enfants les moines afin d’instituer pour eux la règle cénobitique des pères moines, d’abbā Antoine, abbā Macaire et abbā Pachôme. Pour que tous leurs biens fussent communs, il nomma économe des frères abbā Ebna-Sanbalt de la ville du Chiré Māy-Ṭāfāt. Quant à (64r°c) abouna Yoḥannes, le grand vieillard spirituel, il le fit supérieur sous lui afin qu’il commandât à ses disciples pour tout le service des besoins de la communauté des pères moines. Il nomma abbā Yoḥanni chef des disciples ; il nomma abbā Talāwē-Krestos encenseur du sanctuaire de Notre Dame la sainte Vierge (64v°a) Marie mère de Dieu, qu’avaient trouvé en premier les rois élus, Abrehā et Aṣbeḥa. Quant à abbā Pēṭros, il le fit encenseur de la maison-oratoire, du sanctuaire construit d’abbā Daniel que (celui-ci) avait construit de sa main. Quant aux autres pères moines, ses enfants, il leur prescrivit de servir pour tous les besoins du monastère (64v°b) et d’être vigilants et éveillés pour le jeûne et pour la prière et la prosternation, pour la lecture de tous les livres du Nouveau (Testament) et des livres des Prophètes, des Apôtres et des premiers pères.

143« Soyez aussi obéissants, (continua-t-il,) envers Dieu et envers vos maîtres. En troisième, je vous ai dit : Gardez les lois (64v°c) du Décalogue, la loi de Moïse, et les six commandements de l’Évangile. Demeurez dans une telle manière de faire. »

  • 87  On attendrait plutôt « en Galilée » ou « en Judée ».
  • 88  Cf. entre autres Matthieu IV, 1-2.

144Une nuit d’entre les nuits, le lundi, alors que mār Daniel priait dans sa grotte-oratoire, son sanctuaire construit oriental, vint auprès de lui l’ange du nom de Gabriel l’Annonciateur, l’ange de l’Annonciation, habillé (65r°a) de vêtements d’or. Il s’approcha de lui, le fit cesser sa prosternation et lui dit avec une parole d’appel : « Ami de Dieu, abbā Daniel, voici : lève-toi et va à Jérusalem ; ceins tes reins, habille-toi donc de tes vêtements et arrive à Jérusalem. Va encore à Jérusalem87 auprès du (65r°b) fleuve du Jourdain et au désert de la Quarantaine où Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a jeûné, pour que tu y jeûnes après avoir prié et t’être prosterné quarante jours et quarante nuits comme ton Seigneur, le créateur des cieux et de la terre, et que tu combattes avec les démons88. Et là (65r°c) aussi, après avoir peiné et accompli ta carrière, tu trouveras le prix préparé devant ton Seigneur, le créateur des cieux et de la terre. Après, plonge-toi dans l’eau du Jourdain et, après cette action, retourne au sanctuaire de Jérusalem, au tombeau de ton Seigneur. De là, va (65v°a) dans la terre d’Égypte, au désert de Scété, le désert d’abbā Macaire, pour apprendre la règle monastique, le combat (spirituel) des moines, les premiers pères. »

  • 89 Cf. Psaumes CXXII (121), 1-3.

145Après que, ayant dit cela, l’ange de Dieu, l’archange saint Gabriel, lui eut parlé, (Daniel) monta sur un char de lumière, le lundi, avec (65v°b) l’ange de Dieu, saint Gabriel l’archange, au moment de la troisième heure, en psalmodiant le psaume de David et disant, le lundi : « Je me suis réjoui, car on m’a dit : “Nous allons à la maison de Dieu.” Nos pieds s’arrêtent à tes portes, Jérusalem, (65v°c) Jérusalem bâtie comme une ville89» Alors que mār Daniel psalmodiait, ils arrivèrent à la ville de Jérusalem, le lundi, (Daniel) avec l’ange de Dieu. Ils descendirent du char et se prosternèrent dans Jérusalem devant la gloire de la croix et du tombeau de Notre Seigneur Jésus-Christ.

146Que la bénédiction sainte de Daniel (66r°a) soit sur nous tous, ses enfants, dans les siècles des siècles, amen.

147Salut à abbā Daniel qui entra dans Jérusalem, dans la ville du Christ,
En paix, avec l’ange et dans l’amour mutuel,
Pour se prosterner au tombeau de son Seigneur, le sauveur du monde.
Lors de son arrivée, il se prosterna consciemment,
Quand il arriva, (66r°b) il redoubla d’émerveillement.

(Lecture) du mardi

148Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 90  Cf. Psaumes XXXV (34), 13-14.

149Après que l’ange de Dieu, le chef des Veilleurs, saint Gabriel l’annonciateur de l’Incarnation, et mār Daniel vainqueur des démons furent entrés dans Jérusalem, ils descendirent de sur le char de feu. Ils entrèrent (66r°c) dans le sanctuaire de Jérusalem, le tombeau de Notre Seigneur Jésus-Christ. L’ange de Dieu saint Gabriel et le vainqueur des démons abbā Daniel se prosternèrent ce jour-là devant la gloire du tombeau de Sabaoth Emmanuel. Le mardi, à l’entrée du jeûne saint de quarante (jours), (ils firent) dix mille prosternations (66v°a) devant la porte du tombeau de Notre Seigneur Jésus-Christ. Au moment même, mār Daniel vainqueur des démons pria à la porte du tombeau de Notre Seigneur en disant : « J’ai affligé mon âme par le jeûne et ma prière est retournée dans mon sein; comme pour mes frères, de même j’ai pris parti90. » (66v°b) Alors qu’il priait ainsi, l’ange de Dieu, l’archange saint Michel, vint aussi et se joignit à saint Gabriel, l’annonciateur de l’Incarnation, son compagnon, là où était abouna Daniel vainqueur des démons, là où était Jérusalem, la ville de (66v°c) Dieu.

150Ce jour-là, le mardi, le jour (du début) du jeûne saint des quarante (jours), alors, les majestueux archanges Michel et Gabriel dirent, étant tous deux (ensemble), à (Daniel :) « Mār Daniel vainqueur des démons – les deux anges étant d’une seule voix –, abbā Daniel vainqueur des démons, (67r°a) lève-toi et viens ; allons pour que tu fasses le tour du lieu de la passion et de la crucifixion de Notre Seigneur Jésus-Christ, afin que tu trouves le prix préparé pour ceux qui feront ta commémoration et pour ceux qui invoqueront ton nom. » Au moment même, les deux anges Michel et Gabriel, les amis de (Daniel), firent faire le tour à celui-ci en le guidant, (67r°b) étant tous deux (ensemble), saint Michel devant lui et saint Gabriel derrière lui. En premier, ils lui montrèrent le lieu de l’arrestation de (Jésus) et, en deuxième, le lieu de son soufflettement et de son couronnement d’épines. En troisième, ils lui montrèrent le lieu de sa flagellation et de son abreuvement de vinaigre alors qu’il était suspendu (67r°c) sur le bois de la croix. Ils lui montrèrent encore où les méchants Juifs avaient délibéré de le tuer et de le flageller.

  • 91  On attendrait plutôt « En quatrième ».
  • 92  Cf. Luc XXIII, 29-30.

151En troisième91, ils l’amenèrent au lieu du Crâne où s’était tenue Notre Dame Marie, où elle regardait (son Fils) alors qu’il était suspendu – elle étant avec saint Jean – sur (67v°a) le bois de la croix. Avec elle (il y avait) trois vierges regardant, suspendu sur le bois de la croix, notre Seigneur, notre Dieu, notre Sauveur, Jésus-Christ ; elles pleuraient et se lamentaient avec une voix de grand pleur. À ce moment, le Seigneur Jésus leur dit avec une voix divine : « Filles (67v°b) de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous et sur vos fils ; en effet heureuses les stériles qui n’ont pas enfanté en ces jours ! On dira aux montagnes : Tombez sur nous ! Et aux collines : Couvrez-nous92. » Avec de telles paroles, (67v°c) les deux anges Michel et Gabriel montrèrent le lieu de la passion et de la flagellation du (Christ) à abouna Daniel en le conduisant, étant devant et derrière abouna Daniel, pierre précieuse. Et de nouveau, également, ils le conduisirent et l’amenèrent à Gethsémani, le tombeau de la mère du grand Roi, Notre Dame Marie. Alors (68r°a) ils le montrèrent à abouna Daniel expulseur des satans.

152Ayant vu ces lieux de la passion, de la crucifixion et de la mort de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, (Daniel) pleura et se lamenta sur le fait que Notre Seigneur eût subi cette passion, se rappelant les clous de la passion du (68r°b) Seigneur de tout l’univers, (passion subie) pour le salut d’Adam et de sa race, afin qu’elle fût le pardon pour les pécheurs. Après avoir montré tout cela au bienheureux et saint abouna Daniel, les archanges Michel et Gabriel, faisant retourner (celui-ci), le firent entrer au sanctuaire (68r°c) de Jérusalem. Les deux grands anges, les chefs de l’armée (céleste), Michel et Gabriel firent entrer abouna Daniel en le conduisant, étant l’un devant lui et l’autre derrière lui, le mardi, dans les jours du jeûne saint des quarante (jours), pour qu’il priât là.

153Que sa bénédiction sainte soit (68v°a) sur nous tous, enfants d’abbā Daniel de Qorqor.

154Salut à ton entrée dans le sanctuaire de Jérusalem, lieu de la Crucifixion,
Alors que (te) conduisent, devant toi, Michel et Gabriel les grands chefs.
Daniel le bienheureux, ami de la prière,
Daniel le bienheureux, ami de Yoḥannes et d’Ebna-(68v°b)Sanbalt,
Bénis tes enfants avec ton bâton (en forme) de croix, la vie,
Et garde-nous en tout temps et en toute heure.

(Lecture) du mercredi

155Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 93  Cf. Psaumes CXXXIV (133), 2-3.

156Alors ce fut le mercredi. Après que (68v°c) les deux grands archanges Michel et Gabriel eurent fait entrer (Daniel) dans le sanctuaire de Jérusalem, en le conduisant, après qu’ils l’eurent fait entrer, alors, vint le père évêque abbā Filātāwos pour consacrer l’eucharistie. Étant entré au sanctuaire, il trouva abouna Daniel (69r°a) de Qorqor, les mains tendues – et ses doigts brillaient comme des cierges – en train de prier et de dire : « Élevez vos mains la nuit dans le sanctuaire et bénissez Dieu. Que Dieu (te) bénisse de Sion93. » Au moment même, abbā Filātāwos l’évêque sut (69r°b) qu’abouna Daniel était d’entre les gens d’Éthiopie ; au moment même, il lui donna le salut et ils s’embrassèrent mutuellement d’un baiser spirituel. À ce moment, l’évêque abbā Filātāwos dit à abouna Daniel : « Abbā glorieux, homme de Dieu, (69r°c) consacre pour nous aujourd’hui, en ce mercredi, pour que nous recevions l’eucharistie pure de ta sainte main croyante, c’est-à-dire le corps et le sang de Notre Seigneur, Notre Dieu et Notre Sauveur, Jésus-Christ. »

157D’une voix humble, abouna prédicateur de l’Évangile, (69v°a) la tête d’angle, abouna Daniel, langue de parfum et langue de baume, au sacerdoce parfumé, dit oui. Il consacra l’eucharistie pure et communia l’évêque Filātāwos (et) ceux qui étaient venus alors – fidèles, prêtres, diacres et tous les gens ; ils reçurent (69v°b) l’eucharistie. Leur face brilla comme l’éclat du feu qui flambe et leur âme se réjouit du parfum de l’Esprit Saint, (eux) abouna Filātāwos et tous les gens d’Éthiopie, d’Égypte et de Jérusalem. À ce moment, (Daniel) mit fin au service eucharistique et (69v°c) (les gens) revinrent dans leurs maisons en paix.

  • 94  Ici et quelques mots plus loin, on attendrait plutôt « ils allèrent ».
  • 95  Cf. Daniel II, 34, 45.

158À ce moment, les grands archanges Michel et Gabriel lui dirent à haute voix : « Faiseur de miracles, éclair de feu, abbā Daniel, viens, lève-toi pour que nous allions au fleuve du Jourdain afin que tu sois baptisé par la main de Daniel le prophète de (70r°a) Dieu, toi qui as été nommé du nom de ce prophète qui a été nommé Daniel. » Alors ils se levèrent tous les trois, Michel, Gabriel et mār abouna Daniel ; ils entrèrent94 alors, montés sur un nuage de lumière ; ils entrèrent ce jour-là, le mercredi, au moment du milieu de la nuit. Là (70r°b) les attendait le grand prophète Daniel, le prophète de Suse. Alors (celui-ci) accueillit les deux anges majestueux et leur compagnon, lion à l’aspect terrible, abouna Daniel, fils de Śeyouma-Sābā, de Dabra-Māryām-Qorqor. Au moment de l’arrivée des deux anges Michel et (70r°c) Gabriel et d’abouna Daniel au fleuve du Jourdain, le grand prophète de Dieu Daniel se réjouit, lui qui avait vu depuis le sommet d’une montagne une pierre rouler depuis le sommet d’une montagne vers le bas95. Au moment de l’arrivée des deux (anges) Michel et Gabriel (70v°a) avec Daniel vainqueur des démons, rapidement, le grand prophète Daniel dit [bonjour ?] à son homonyme qui avait été nommé Daniel vainqueur des démons, de Dabra-Māryām-Qorqor.

  • 96  Cf., pour la comparaison, Apocalypse I, 15.
  • 97  Cf., pour cette date du baptême tant de Jésus que de Daniel, la lecture du 11 ṭerr du Synaxaire.

159Au moment où l’eau du Jourdain aperçut abouna Daniel, alors, l’eau du Jourdain bouillonna (70v°b) comme si on l’avait fait chauffer au feu, comme le bronze du Liban qu’on a fait chauffer au feu96. En cette heure-là, abouna Daniel entra dans le fleuve du Jourdain là où Jean avait baptisé le Christ, là où était Daniel le prophète, debout au milieu du fleuve du Jourdain. (70v°b) Le prophète Daniel l’accueillit et le fit entrer là où il était. Le grand prophète Daniel baptisa abouna Daniel fils de Śeyouma-Sābā, qui avait été nommé d’un nom identique au sien, en disant : « Daniel le prophète a baptisé Daniel vainqueur des démons, fils d’Amata-Śellāsē, le mercredi, lors du jeûne saint des quarante (jours), au moment de la sixième (71r°a) heure de la nuit, le 11 de ṭerr97. »

160Que la bénédiction sainte de Daniel soit sur nous tous, ses enfants, dans les siècles des siècles.

161Salut à Daniel qui a été semblable à un rejeton de lion,
Qu’a baptisé Daniel, le prophète de Suse,
Lors de la venue du Fils de Dieu dans les jours de la Sexagésime,
Au point que de Dabra-Māryām la faute est enlevée.
Par ta venue (71r°b) la faute est enlevée.

(Lecture) du jeudi

162Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 98  Cf. Psaumes XXXV (34), 13.

163Après qu’abouna Daniel eut été baptisé par la main de Daniel le prophète, alors, ce fut le jeudi. Ce jour-là, au moment même, les chefs Michel et Gabriel dirent à abouna Daniel : « Père glorieux, bienheureux, (71r°c) au beau souvenir, maître d’une montagne élevée, abbā Daniel vainqueur des démons, viens, lève-toi pour que nous allions au désert de la Quarantaine afin que tu jeûnes, pries et sois tenté par les esprits impurs. » À ce moment, mār Daniel se leva et les deux anges le firent monter du (71v°a) fleuve du Jourdain vers le désert de la Quarantaine. En ce jeudi, ils le firent monter sur le dos du nuage jusqu’à ce qu’ils l’eussent amené au-dessus du désert de la Quarantaine. Ils le déposèrent là où avait demeuré Notre Seigneur Jésus-Christ ; ils le déposèrent là. À son arrivée avec les archanges (71v°b) au désert de la Quarantaine, mār Daniel fit des prosternations au point que sa sueur coula comme les gouttes de la pluie d’hiver. Abouna Daniel glorifia en ce jour, de la glorification du psaume de David, en disant : « J’ai affligé mon âme par le jeûne et ma prière est retournée dans mon sein98. »

164Tandis (71v°c) qu’abouna Daniel priait ainsi, alors, Satan vint sous l’aspect d’un vieux moine vêtu d’une tunique de peau qui semblait noire. Au moment de son arrivée, alors, il dit à (Daniel) : « Salut à toi, salut à toi, toi abbā Daniel de Dabra-Māryām, le deuxième siège céleste d’Adonaï, (72r°a) la porte du soleil, la demeure d’Adonaï ! Qu’est-ce qui t’a amené dans ce lieu de chaleur torride et étouffante, lieu de la faim et de la peste ? Ne reste pas dans ce lieu, va-t’en rapidement et retourne dans le pays d’Éthiopie, dans ton premier séjour. » « Au contraire, retourne rapidement », lui dit (72r°b) l’esprit impur qui était venu auprès de lui, s’étant fait semblable à un moine solitaire. En cette heure et (ce) jour-là, alors, mār abouna Daniel sut qu’il était un esprit impur, l’ennemi d’Adam et Ève, qu’il était son ennemi à lui. Rapidement, à ce moment, mār abouna Daniel reconnut l’esprit impur qui était venu sous l’aspect d’un moine, vêtu du vêtement de peau des moines. Au moment même, abouna Daniel hocha la tête, la secoua et lui dit de sa parole, l’épée de sa langue : « Je t’ai reconnu, je t’ai reconnu ! Tu es, toi, un esprit impur ; retire-toi et éloigne-toi (72v°a) de moi, car tu es un faiseur d’injustice, un homme de malédiction. Que cherches-tu dans ce lieu du Jeûne du salut d’Adam et de sa race ? Tu es venu, toi, maudit magicien de Samarie, né du mal, ennemi de la justice. Ne t’approche pas de ce lieu saint, le désert de (72v°b) la Quarantaine ; sors, éloigne-toi d’ici et ne t’approche pas de moi ! »

165Abouna Daniel fit une bénédiction avec le signe de la croix, son bâton, sur la face de l’Agresseur et cet esprit impur tomba, selon la chute d’une grande montagne après son effondrement. De même tomba ce magicien impur, le jeudi, (72v°c) et abouna Daniel fut sauf.

166Que sa prière et sa bénédiction soient avec nous tous, enfants de Daniel, dans les siècles des siècles.

167Salut à ton entrée au désert de la Quarantaine par la puissance de l’Esprit,
Vainqueur de l’Agresseur, Daniel, par la puissance du différend et de la lutte.
Bénis-nous, abbā, de ta croix sainte
Et que nos ennemis soient dispersés comme la fumée du feu.

(Lecture) du vendredi

168(73r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

169Après que le bienheureux mār Daniel eut vaincu l’Agresseur, l’esprit impur, alors, ce jour-là, l’archange Michel dit au bienheureux mār Daniel avec une parole de salut : « Mār Daniel, désormais le séjour dans ce désert de la Quarantaine te suffit ; (73r°b) retourne rapidement à Jérusalem, la ville du Christ, pour être béni et recevoir la bénédiction de la part de Jérusalem, la ville du grand Roi, de la main du père évêque abbā Filātāwos, et pour recueillir la poussière de (Jérusalem), de sa terre, par la main de cet évêque abbā Filātāwos. (73r°c) Tu recevras, toi, cette poussière de Jérusalem dans ton manteau et tu l’apporteras, toi mār Daniel, à ton monastère, partage de ton tombeau, Dabra-Qorqor, le monastère élevé, Dabra-Māryām-Qorqor, le deuxième palais des hauteurs célestes. Là, tu sèmeras cette poussière (73v°a) du pacte de Jérusalem, la ville sainte. Au moment de ton entrée, sème-la dans les champs de ton tombeau, Dabra-Māryām-Qorqor la céleste. »

170Ayant dit cela à abouna Daniel fils de Iyasous-Moʾa, l’archange saint Michel le prit et l’amena à Jérusalem, la ville (73v°b) sainte. Il le déposa au milieu du temple de Jérusalem devant l’évêque abbā Filātāwos ; (celui-ci) fit un bel accueil à mār Daniel et l’installa sur son siège d’or. Au moment même, l’évêque abouna Filātāwos lui dit : « Mār abouna Daniel vainqueur (73v°c) des démons, où as-tu demeuré ? Est-ce aux cieux que tu as demeuré ou est-ce sur terre que tu as demeuré ? » Abouna Daniel, l’exécuteur de la volonté de Dieu Adonaï, lui dit : « J’ai demeuré dans le fleuve du Jourdain en étant baptisé par la main de mon père Daniel, le prophète de Suse ; comme mon Seigneur Jésus que (Jean) a baptisé dans (74r°a) le fleuve du Jourdain, de même ce grand prophète Daniel m’a baptisé, lui du nom duquel j’ai été nommé le nouveau Daniel, vainqueur des démons. Du fleuve du Jourdain, je suis allé et entré dans le désert de la Quarantaine et, là, j’ai jeûné ; comme mon Seigneur et mon Dieu Jésus-Christ, (74r°b) j’ai jeûné quarante jours et quarante nuits, dans le désert de la Quarantaine. J’ai demeuré là en combattant avec les démons impurs, dans ce désert de la Quarantaine. Alors que je jeûnais dans ce désert de la Quarantaine, Satan vint auprès de moi, ayant pris (74r°c) l’aspect d’un moine revêtu d’un vêtement noir, mais à l’intérieur de lui (il était) plein d’iniquité, de brutalité et de violence. Il voulut me séduire et me faire tomber de mon rang, mais moi, ton fils abbā Daniel vainqueur des démons, je le vainquis par la puissance de Dieu (74v°a) et me sauvai de la torture et de la tentation de l’ennemi du bien. À présent, donne-moi la bénédiction et le pardon de mon péché, à (moi) ton serviteur Daniel. Donne-moi aussi ce dont tu as reçu l’ordre de la part du Seigneur, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. »

171Au moment (74v°b) même, (l’évêque) lui donna le pardon qui est profitable à l’âme ; au moment même, il (le) lui donna, s’étant levé de son siège. Abbā Daniel alla au lieu du Golgotha avec l’évêque abbā Filātāwos et abbā Filātāwos lui dit : « Étends ton manteau, toi abbā Daniel vainqueur des démons. » Au (74v°c) moment même, abouna Daniel étendit son manteau ; l’évêque prit dans sa main, dans ses deux paumes, de la poussière de l’endroit du monument du tombeau de Notre Seigneur Jésus-Christ et lui donna de la poudre. Abouna Daniel reçut de la poudre de Jérusalem avec son manteau, la poudre de (Jérusalem), (75r°a) la poussière du Golgotha, le monument du tombeau de Notre Seigneur Jésus-Christ, (lui) le bienheureux abouna Daniel, le vendredi au moment de la troisième heure du jour. Au moment même, il se leva, ceignit ses reins et revêtit son manteau ; il (y) serra la poudre, la poussière de Jérusalem.

172Mār Daniel (l’)ayant serrée dans son manteau, (75r°b) au moment même, la puissance spirituelle le prit et il monta sur le dos d’un nuage lumineux. Quand le nuage de lumière voulut se mettre en marche, il fut empêché de se mettre en marche, jusqu’à ce qu’arrivassent les chefs de l’armée (céleste), Michel et Gabriel. Au moment même arrivèrent les archanges (75r°c) Michel et Gabriel et ils montèrent sur le nuage de lumière avec leur bien-aimé mār Daniel. Au moment même, après que les deux anges furent montés, au moment de la troisième heure, avec leur bien-aimé abouna Daniel, (le nuage) les emporta jusqu’à ce qu’il les eût amenés rapidement, avec (75v°a) célérité et avec hâte, au moment de la troisième heure, à Dabra-Māryām-Qorqor, dans les hauteurs. Il fit descendre auprès du lieu de son oratoire mār Daniel vainqueur des démons avec les deux anges Michel et Gabriel, au moment de la troisième heure.

173Ce jour-là, (75v°b) le 6 de ṭeqemt, ils entrèrent dans la grotte du sanctuaire construit de mār Daniel qui était vers l’est. Ils descendirent tous trois, Michel, Gabriel et mār Daniel, de sur le nuage à l’extérieur de la porte de la grotte du sanctuaire construit d’abouna Daniel. Ils entrèrent rapidement dans ce (75v°c) sanctuaire construit, à l’intérieur de ce sanctuaire construit d’abouna Daniel qui était vers l’est. Là, à l’intérieur de ce sanctuaire construit, ils trouvèrent, en train de réciter la prière du moment de la troisième heure du jour du samedi, les bienheureux serviteurs de Dieu abouna Yoḥannes et abouna Ebna-(76r°a)Sanbalt étant attristés et affligés d’être privés de leur père abouna Daniel – dont la mention et l’histoire sont belles. En cette heure-là, quand ils virent abouna Daniel leur père étant avec les anges, les grands chefs, Michel et Gabriel, (76r°b) ces enfants de mār Daniel vainqueur des démons les accueillirent avec joie ; et ils accueillirent le manteau de leur père mār Daniel dans lequel était serrée de la poussière, poudre du Golgotha, le tombeau du grand Roi, Dieu. Ayant descendu (la poussière), ils la placèrent devant le père glorieux, abouna (76r°c) Daniel, et devant les grands anges, Michel et Gabriel.

174Au moment même, après qu’ils eurent descendu cette poudre de Jérusalem des épaules de mār Daniel fils de Iyasous-Moʾa, à ce moment-là, abouna Daniel bénit ses enfants avec une parole de vérité et leur dit : « Vous portez-vous bien, (76v°a) mes enfants, et se porte-t-il bien, notre monastère, Dabra-Māryām-Qorqor, qui a été appelé du nom de “lieu de repos de Notre Seigneur Jésus-Christ” et de “lieu de repos de sa mère, Notre Dame Marie mère de Dieu” ? » Ils lui dirent : « Abouna, oui, nous nous portons bien, ainsi que tous les gens de ta maison et de ton monastère, Dabra-Māryām (76v°b) pleine de grâce et de gloire. (Nous,) tes enfants les moines et les moniales, avons été sauvés de l’attaque de l’Ennemi, des démons. »

175Ayant dit cela, mār Daniel sema la poudre du Golgotha dans Dabra-Māryām, dans les champs de son tombeau et du tombeau des croyants et auprès du tombeau de (76v°c) ses enfants les moines. Mār Daniel la sema encore dans la plaine du (monastère) au pied de Dabra-Māryām, sur toute sa superficie – à l’est et à l’ouest, au nord et au sud – afin qu’elle fût l’espérance d’une bénédiction et d’un pacte pour les gens du siècle qui (y) avaient été ensevelis et enterrés, afin qu’elle fût avec eux pour l’espérance et pour la vie (77r°a) éternelle.

176Que la bénédiction sainte de Daniel soit sur nous tous, ses enfants, dans les siècles des siècles.

  • 99  C’est-à-dire le prophète Élie (cf. 1Rois XVII, 9).
  • 100  C’est-à-dire Bethléem (cf., entre autres, Genèse XXXV, 19).

177Salut à ton retour de Jérusalem, (lieu) du Golgotha
Après que tu y as apporté la tablette d’autel de Marie la Vierge.
Daniel le bienheureux, prophète du Très-Haut, de Sarepta99.
Abbā, abbā, quand tu y as demeuré,
Ton monastère, Dabra-Māryām, a été appelé Éphrata100.

(Lecture) du samedi

178(77r°b) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

179Au moment du retour de mār Daniel vainqueur des démons, de la ville de Jérusalem à Dabra-Māryām-Qorqor, Dabra-Ēphrata, le samedi, avec Michel et Gabriel, au moment de la troisième heure, avant qu’il procédât au sacrifice eucharistique, (77r°c) il fit le tour de son monastère, Dabra-Māryām, d’une procession de supplication, trois fois, en disant avec ses enfants les moines : « Seigneur, prends pitié de nous, Christ, à cause de Notre Dame Marie », jusqu’à la fin (de la prière). Au moment de son retour, ils procédèrent au sacrifice eucharistique quand ils virent leur père Daniel au moment de (77v°a) son entrée depuis la ville de Jérusalem, au moment de la troisième heure ; alors, rapidement, ils procédèrent au sacrifice eucharistique. Au moment même, ce jour-là, abouna Daniel vainqueur de l’Agresseur impur consacra l’eucharistie et communia les fidèles et ses enfants les moines. Quant à lui-même, son fils et père, abouna Ebna-Sanbalt, l’administra, (77v°b) étant avec Michel et Gabriel. (Daniel) procéda au moment même à la fin du sacrifice eucharistique.

  • 101  On peut aussi comprendre « comme si tu l’avais vue ».
  • 102  Cf. 1Timothée III, 5.
  • 103  Cf. Deutéronome XXXII, 8.

180À la fin de cette consécration eucharistique, alors, il se manifesta une grande lumière dont la couleur n’est pas connue – parfois elle semblait verte et parfois elle semblait un feu rougeoyant –, (Daniel) étant dans sa grotte orientale, (77v°c) son sanctuaire construit qu’il avait construit de sa main, (lui) mār Daniel paré de lumière, vainqueur de l’esprit impur. De cette lumière qui était dans son monastère, à l’intérieur du monastère, étant à l’intérieur de cette lumière, la parole de Dieu l’appela et lui dit : « Daniel, Daniel, éveille-toi du sommeil de la paresse ! Voici (78r°a) qu’elle s’est approchée et est arrivée, l’heure de la fête de ton repos. Prépare-toi à t’en aller, dispose et institue pour (tes moines) la règle cénobitique des premiers pères, comme celle que tu as vue101 dans le monastère d’abouna Macaire au désert de Scété, “la Balance des cœurs” ; que tout leur bien soit (commun), fût-ce une aiguille. Voici : rapidement, prépare et dispose ta maison, (78r°b) selon que dit saint Paul, langue de parfum : Celui qui ne peut disposer sa maison, comment prendra-t-il soin de la maison de Dieu102. Ne sois pas paresseux ni oisif, au contraire sois éveillé et vigilant comme les anges. Désormais hâte-toi de donner une règle à tes enfants les moines ; qu’ils (78r°c) soient semblables aux anges du ciel, selon qu’il est dit par la voix du prophète Moïse : “Établis les tribus selon leur territoire et selon le nombre des anges de Dieu103”. » Ayant dit cela, la parole de Dieu se tut.

181Après qu’il eut entendu cette parole de Dieu, le bienheureux mār Daniel vainqueur (78v°a) des démons, alors, sonna la cloche de l’église pour que se rassemblassent alors les enfants moines de mār Daniel expulseur des démons. Au moment même, ils sortirent en se dépêchant de leurs cellules, ayant entendu le son de la cloche qu’avait sonnée leur père mār Daniel, la perle, (78v°b) abouna Daniel. Étant arrivés, ils s’arrêtèrent, tombèrent et baisèrent les mains et les pieds de leur père mār Daniel expulseur des démons, ainsi que la croix qui (était) dans sa main. Au moment de leur rassemblement, il les fit se tenir devant lui selon leur statut et selon leur rang, comme auparavant. (78v°c) Il plaça sur son grand siège abouna Yoḥannes son fils, le grand et pur vieillard, et il plaça abouna Ebna-Sanbalt sur son deuxième siège, à sa droite. Quant à ses autres enfants moines, il les plaça devant lui.

182Il leur dit : « Mes enfants, écoutez-moi, que je vous parle, moi, (79r°a) votre père pauvre et humble, qui vais vous parler de ce qui concerne la séparation d’avec ce monde. Moi, votre père Daniel, j’ai été appelé auprès de celui que ne connaît pas une autre ville (que la Jérusalem céleste) ; en effet, le Seigneur mon Dieu m’a appelé pour l’honneur de sa gloire. Voici que j’ai nommé pour vous (79r°b) un homme excellent, un moine béni qui sera à votre tête ; je l’ai nommé afin qu’il fût un supérieur pour ce mien monastère béni, Dabra-Māryām, en sorte qu’il vous commandât, étant abbé sur ce monastère, lieu de repos de mon Seigneur et mon Dieu, (79r°c) créateur des cieux et de la terre, et de sa mère, Notre Dame Marie sa mère, (venus) par crainte de l’ennemi Hérode. Voici : obéissez à sa parole et soumettez-vous à son humilité. Quant à abbā Talāwē-Krestos, mon fils, je l’ai établi sous (79v°a) le bienheureux abbā Yoḥannes, mon fils ; exécutez sa volonté et faites ce qu’il désire.

183« Quant à ce monastère nôtre, Dabra-Māryām, palais des hauteurs – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint, la céleste –, que Dieu le magnifie plus que tous les monastères d’Éthiopie et le rende élevé, pur, (79v°b) honoré, saint et bienheureux plus que tous les monastères du monde ; que Dieu en fasse sa demeure, pour lui-même. Quant à cette communauté (de Dabra-Māryām), qu’elle soit la communauté des Prophètes et des Apôtres, la communauté des justes et des martyrs, la communauté (79v°c) d’Antoine, de Macaire et de Pachôme et la communauté de tous les pères moines ; que notre communauté soit comme la maison de Notre Seigneur, mon Dieu. Voici qu’aujourd’hui je vous ai bénis, sanctifiés et parfumés du parfum de l’Esprit Saint. Voici que j’ai achevé (80r°a) votre bénédiction, depuis maintenant jusqu’à jamais. Quant à toi, mon fils et mon bien-aimé abbā Ebna-Sanbalt, va dans la région du Chiré, dans la ville de Ṭāfāt, car tu seras enterré là. Tu te reposeras avec moi, la deuxième année après mon repos, tu te reposeras des peines de ce monde. Après (80r°b) m’avoir enterré en ce jour, le 6 de ḫedār, tu iras à ton monastère, dans la région du Chiré, qui s’appelle la ville de Ṭāfāt. Tu seras enterré dans son sanctuaire. Quant à ton tombeau – à la poussière du monument de ton tombeau –, qu’il soit guérisseur des malades, de ceux qui souffrent et des paralytiques (80r°c) et redresseur des pieds des boiteux. (Dans) la région du Chiré, la ville de Ṭāfāt sera un vaisseau et un gué comme la Jérusalem céleste.

184« Quant à moi, abbā Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor qui a été auparavant la demeure des démons, voici que j’ai fait de celle-ci la maison des justes (80v°a) et des purs ; j’en ai fait de nouveau la demeure de la gloire de Dieu. Et ce jour-ci (est) la fête du repos de Notre Maître, le 6 de ḫedār, la fête de l’exil de Notre Dame la sainte Vierge Marie mère de Dieu avec son fils bien-aimé et avec Joseph et Salomé, et de son entrée dans Dabra-Qwesqwām. (80v°b) Elle nous fera nous reposer des peines de ce monde transitoire et nous nous reposerons tous les deux en ce jour de lumière, moi avant toi et toi après moi. »

185Voici qu’aujourd’hui nous avons scellé, écrit et achevé la vie d’abouna Daniel de Dabra-Māryām. (80v°c) Que la gloire de Dieu soit sur nous dans les siècles des siècles.

186Je dis salut à la fête de votre repos, voici votre fête
Que Dieu le Fils a rendue belle.
Daniel le nouveau et Ebna-Sanbalt l’apôtre,
Nous espérons voir le jour de votre repos ;
Yoḥannes l’a glorifié et l’a appelé « fête ».

(Lecture) de ḫedār

187(81r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 104  101 a.m. = 461 ou 993 ou 1525 ap. J.C.
  • 105  Littéralement : « le Salomonien ».

188« Ayant fait le signe de croix, je ressusciterai et je m’appuierai sur la puissance de la croix du (Christ) », dit le nouveau traducteur vainqueur des démons par son autorité et par sa parole, le bienheureux abouna Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor, ce qui, traduit, veut dire « (lieu) où a creusé » abouna Daniel fils de (81r°b) Śeyouma-Sābā – sa mère (est) Amata-Śellāsē – un rocher solide, étant avec les rois justes Abrehā et Aṣbeḥa, alors que le bruit du creusement de la construction de cette Dabra-Māryām, son monastère et le monastère des rois élus Abrehā et Aṣbeḥa, était entendu jusque dans les terres de ce monastère et la région (81r°c) du Garʿāltā. Après qu’il eut construit le sanctuaire de cette Dabra-Māryām, (ce fut) la 101e année de la Miséricorde104, (lui) étant avec les rois justes Abrehā et Aṣbeḥa, ses bien-aimés ; ce juste, vainqueur des démons, abbā Daniel était le professeur de la pénitence de (81v°a) ces rois vainqueurs des démons, comme leur père, (lui) Salomon105 fils de David.

189Que la bénédiction du secours de ce docteur de la loi de l’Évangile et de la loi de la Tora et des Prophètes qui suit la trace des Prophètes et des Apôtres, qui était planté comme une colonne au moment de la prière, nous garde en tout temps, le jour (81v°b) et la nuit – (lui) ce juste, nouveau Daniel, destructeur des (faux) dieux –, nous tous, enfants de Dabra-Māryām la céleste, dans les siècles des siècles, amen.

  • 106  Cf. entre autres, pour ce vêment des saints hommes, Hébreux XI, 37.

190Après que les jours de la vie d’abouna Daniel de Qorqor-Dabra-Māryām, de la région du Garʿāltā furent de cent soixante (ans), alors ce fut le 4 de ḫedār, (81v°c) tandis qu’il était à prier, étant dans sa grotte-oratoire orientale qui était au bord d’un précipice profond – la taille de la profondeur de ce précipice ne peut être mesurée –, alors vinrent auprès de lui les deux anges majestueux, les chefs de l’armée (céleste). Alors, ce jour-là, le 4 de ḫedār, au moment de la 3e heure du jour, (82r°a) Michel et Gabriel, ses bien-aimés qui lui portaient secours dans tous les besoins de son cœur et les désirs de sa pensée, arrivèrent soudain, rapidement, sur l’ordre de Dieu, alors. Au moment de leur arrivée avec une face lumineuse devant celui qui était revêtu d’une peau de mouton et d’une toison106, le bienheureux abouna Daniel, le renverseur des statues d’idole dans son monastère, Dabra–Māryām la sainte, alors, (82r°b) tandis qu’ils étaient debout, ils s’écrièrent à haute voix étant devant lui en disant : « Daniel, Daniel, lutteur de Dabra-Māryām couronnée de majesté et de grandeur ! Salut à toi, salut à toi, champion et athlète ! Prépare-toi à aller auprès de celui qu’une autre ville (que la Jérusalem céleste) ne connaît pas. Voici qu’il t’appelle, le Messie des (82r°c) armées, Adonaï le Roi céleste, en disant : “Viens auprès de moi, je vais te faire te reposer de (tes) nombreuses peines et te faire hériter de la terre blanche et lumineuse qui ruisselle de lait et de miel, que ne foulent pas les pieds des orgueilleux et (que) n’atteignent pas les aigles avec (leurs) ailes, la tienne et celle des gens de ce tien monastère dans la région du Garʿāltā, Dabra-Māryām (82v°a) la céleste – lieu de montée de la prière, où l’Esprit Saint est descendu –, la maison du juste Daniel, l’excavation du rocher, Qorqor.” »

191Ayant dit (cela), les anges majestueux, les archanges Michel et Gabriel, prirent abouna Daniel, le professeur des rois grands (et) justes, par ses mains droite et gauche pour que ne le fît pas trembler ni ne l’effrayât l’ange de (82v°b) la mort à la face hideuse au moment de la sortie de son âme et que, au moment du repos de leur mort, les croyants de son monastère ne tremblassent pas, (eux) ses croyants qui étaient devant, derrière, à gauche et à droite de ce juste, expulseur des démons, abbā Daniel de Dabra-Māryām la céleste, (82v°c) image de la Jérusalem céleste. Au moment où ils le saisirent, ces archanges Michel et Gabriel scellèrent du sceau de la Trinité puissante la poitrine et le front de mār Daniel revêtu de l’Esprit, pour qu’il ne tremblât pas au moment de la sortie de son âme à cause de l’aspect redoutable de l’ange de la mort, et (que ne tremblassent pas), au moment de la sortie de leurs âmes, (83r°a) les gens de son monastère et de sa région, la région du Garʿāltā. Ce jour-là, le 4 de ḫedār, au moment de la 3e heure du jour, ils annoncèrent à (Daniel) la nouvelle joyeuse et scellèrent du sceau de la Trinité, à cause de l’effroi de sa mort, le père glorieux Daniel, engendreur de milliers de pères moines, par l’Esprit, (eux) les chefs de l’armée (céleste) (83r°b), Michel et Gabriel.

192À la fin du scellement de mār Daniel vainqueur des démons, de Dabra-Māryām-Qorqor la céleste, alors, au moment de la disparition de ces archanges, alors, (ceux-ci) parlèrent à (Daniel) d’une voix de joie et de paix en disant : « Abbā, (83r°c) nouveau Daniel, vainqueur des démons, maître de ce monastère, prépare-toi désormais à aller auprès de celui que ne connaît pas d’autre ville (que la Jérusalem céleste), car elle est arrivée, la fête de ton départ de mort et de ton repos loin de ce monde transitoire, corruptible et sujet au vieillissement. Au moment de l’heure du départ (83v°a) de ton âme, alors, viendra en outre ton créateur, le créateur des cieux et de la terre, le créateur de toutes les créatures, étant avec sa mère, Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie sa mère et, avec lui, les Prophètes et les Apôtres, les justes et les martyrs. Quant à Notre Dame (83v°b) Marie mère de Dieu, elle te rachètera. Le jour de la fête de son entrée dans Dabra-Qwesqwām, le 6 de ḫedār, tu te reposeras des peines de ce monde transitoire, parce que tu as peiné et transpiré à porter le combat des moines et à construire le sanctuaire de la Vierge (83v°c) Marie, ta mère, tu te reposeras. »

193Est-ce que, dans un autre petit épisode ascétique de son livre, il est dit que meurt un autre mois et un autre jour abouna Daniel, le faiseur de miracles de Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint, la céleste –, le constructeur du sanctuaire de la Vierge, (lui) étant avec les rois excellents (et) justes, ses enfants dans l’Esprit, (84r°a) Abrehā et Aṣbeḥa ? Ce propos n’est-il pas un mensonge ? Mais il se lèvera de nouveau après être mort et avoir été enterré. S’étant levé, il enseignera l’évangile du Royaume dans tous les confins de l’univers, surtout il (l’)enseignera près de sa région d’Ablāʿelo où il est né, à Bēta-Qirqos-Weqro – les constructeurs de celle-ci (sont) les rois Abrehā et Aṣbeḥa. (84r°b) Quant à ce juste abouna Daniel, il est né d’une autre ville proche du lieu de Bēta-Qirqos ; au-dessus de celle-ci était la maison de ses parents. Le juste étant uni avec les rois de justice Abrehā et Aṣbeḥa, ils construisirent les sanctuaires bien-connus : en premier, la maison de ceux-ci, Āybā-Gamād. (84r°c) Ils construisirent encore, étant avec leur père dans l’Esprit, le nouveau Daniel, vainqueur des démons, Weqro-Bēta-Qirqos ; Weqro veut dire, traduit, « Qorqor », la pierre qu’a creusée abbā Daniel vainqueur des démons avec les rois Abrehā et Aṣbeḥa, les justes. En troisième, ils construisirent, étant tous les trois, Dabra-Māryām-Qorqor (84v°a) et (c’est) en dessous de ce monastère, Dabra-Māryām-Qorqor la céleste, qu’est le quatrième, il s’appelle Barāqit ; ils (l’)ont construit tous les trois, le grand juste abbā Daniel, fils de Śeyouma-Sābā selon la chair et fils de Palamon selon la grâce de l’Esprit Saint, avec ses bien-aimés, les rois Abrehā et Aṣbeḥa.

194En ce (84v°b) jour-là, le 4 de ḫedār, après que les archanges Michel et Gabriel eurent tenu ce discours à (Daniel) devant son fils abouna Ṣagā-Za-Ab, son disciple, (Daniel) ne prit pas peur ni ne trembla devant l’attaque de l’Ennemi et le tourment de la mort. Après qu’ils eurent scellé du sceau solide de la Trinité abouna Daniel vainqueur des (84v°c) démons, ces anges lui dirent encore : « Abbā Daniel le nouveau, destructeur des (faux) dieux, nous, nous te disons : Intercède et prie désormais pour le pardon et le péché de ton peuple, tous les gens du Garʿāltā, surtout pour les gens de ton monastère céleste, Qorqor-Dabra-Māryām, et pour ceux qui (85r°a) sont à sa droite et à sa gauche, devant lui et derrière lui. Intercède et prie pour eux afin qu’ils ne voient pas l’amertume de la mort et l’épreuve du Diable, la géhenne de feu. Désormais intercède et prie, supplie, prosterne-toi et agenouille-toi, car voici que s’est approché le moment de la sortie de ton âme. Hâte-toi de faire une prière et ne paresse pas. » (85r°b) Ayant dit cela, après avoir annoncé le moment de sa mort à ce juste abouna Daniel vainqueur des démons, constructeur du sanctuaire de la Vierge Marie, ayant dit cela, ces archanges disparurent et montèrent aux cieux.

  • 107  Citation non identifiée.

195Quant au bienheureux abouna Daniel, il resta seul (85r°c) avec son fils Ṣagā-Za-Ab dans sa grotte-oratoire construite orientale qui était au bord du précipice. Il dit à son fils abbā Ṣagā-Za-Ab : « Mon fils, va maintenant ; voici qu’est proche la fête des noces de mon départ. Ne (le) dis à personne, mais intercède et prie afin que nous obtenions l’espérance du salut pour nos âmes et pour les âmes des pécheurs, (85v°a) pour ceux qui ont commis le péché : les gens de Dabra-Māryām-Qorqor, les gens de mon monastère Magāb et aussi les autres gens de Qorqor qui sont à l’est et à l’ouest, au nord et au sud de ce mien monastère ; (pour) ce que le Seigneur mon Dieu m’a donné en dîme : tout le peuple du Garʿāltā au complet et (85v°b) tout le peuple d’Éthiopie, par l’intercession et la supplication de la mère de la Lumière, Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère du Roi céleste, (elle) ayant intercédé auprès de son Fils bien-aimé, mon Seigneur Jésus-Christ, afin que fût pour moi l’espérance de la dîme d’un pacte ce peuple du Garʿāltā, peuple de Qorqor la céleste, (85v°c) Dabra-Māryām, l’image de la Jérusalem céleste, ma demeure (connue) sous le nom de “demeure des pères justes”, selon que dit l’Écriture : La demeure est appelée du nom de celui qui y demeure107. Elle a été appelée de mon nom et elle sera dite, après ma mort et mon départ, Dabra-Māryām-Qorqor la céleste. Maintenant, toi jeune Ṣagā-Za-Ab, va et entre (86r°a) dans le lieu de ta grotte-oratoire qui s’appelle Bēta-Giyorgis ; étant entré, intercède et prie, prosterne-toi, agenouille-toi et supplie pour le pardon des gens pécheurs, pour ceux qui feront ma commémoration et la commémoration de la fête de l’entrée dans Dabra-Qwesqwām de ma Dame la sainte deux fois vierge (86r°b) Marie mère de Dieu. »

196Au moment même, (Ṣagā-Za-Ab) se leva, alla et entra dans la grotte-oratoire d’abouna Ebna-Sanbalt, abouna Talāwē-Krestos, abouna Akāla-Krestos et abouna Za-Manfas-Qeddous, les enfants d’abouna Daniel vainqueur des démons impurs, le maître du (86r°c) monastère céleste. Au moment de son arrivée, ce moine abbā Ṣagā-Za-Ab entra et se joignit à ses saints (et) justes frères. Lors de son entrée, (ceux-ci) virent la face d’abbā Ṣagā-Za-Ab, (lui) ayant la face sombre comme la suie d’un pot, de tremblement devant l’heure de la mort de son père Daniel le nouveau, vainqueur des (86v°a) démons impurs. À ce moment, les moines enfants du nouveau Daniel observèrent abouna Ṣagā-Za-Ab, fils de (Daniel) selon l’Esprit, dont (celui-ci) avait fait son disciple, et lui dirent : « Qu’as-tu, notre frère, que la beauté de ta face soit assombrie comme la suie d’un pot ? »

197Abbā Ṣagā-Za-Ab leur dit : « Voici qu’à présent j’ai entendu (86v°b) (Daniel) parler, étant avec les anges de Dieu, les archanges Michel et Gabriel ses bien-aimés, alors qu’ils disaient en langues hébraïque et grecque – en effet mon père Daniel est instruit des lettres grecques et hébraïques et ce juste m’a enseigné à moi-même (86v°c) les lettres grecques et hébraïques, c’est-à-dire la langue des anges : “Prépare-toi à aller, toi abbā Daniel, auprès de celui que ne connaît pas d’autre ville (que la Jérusalem céleste) ; en effet, là-bas, tu hériteras de la terre blanche et lumineuse qui ruisselle de lait et de miel. En effet, aujourd’hui, il est arrivé, le jour des noces de (87r°a) ton départ de ce monde sujet au vieillissement et corruptible.” Ayant entendu ce propos, alors que les deux grands anges, les archanges Michel et Gabriel, parlaient à abouna Daniel, alors je tremblai et pris peur à cause de la mort de celui-ci. À cause de cette annonce amère, pénible, affligeante – quand je l(’)entendis –, la beauté de ma face fut assombrie, mon cœur s’affligea et je fus (87r°b) égaré par le tremblement de mon âme. Par ce propos, ma face fut assombrie : à cause de la séparation, de son corps, de l’âme de mon père Daniel, constructeur du sanctuaire de la Vierge et père des rois, le juste abouna Daniel de Qorqor, la maison des deux rois Abrehā et Aṣbeḥa, les rois d’Axoum, Dabra-Māryām. »

  • 108  « Sālēm » est mis pour « Jérusalem ».

198(87r°c) Les enfants de (Daniel), les moines, entendirent ce propos de la part de leur frère, le savant et avisé abouna Ṣagā-Za-Ab, l’éthéré et céleste de Dabra-Sālēm108, la maison de Daniel, Dabra-Māryām ; ils entendirent, (eux) les enfants de Daniel – abouna Ebna-Sanbalt, abouna Talāwē-Krestos, abouna Akāla-Krestos et abouna Za-Manfas-Qeddous –, l’annonce du repos de (87v°a) leur père abouna Daniel, que (c’était) le jour de son repos. À ce moment, ils s’écrièrent à haute voix, dans de grands pleurs, en disant : « Abouna Daniel, lumière de nos yeux, lampe de notre âme et joie de Dabra-Māryām notre mère ! Malheur à nous, malheur à nous, car nous sommes orphelins ! Malheur à nous, joie pour notre âme et (87v°b) lumière pour nos yeux ! Abouna Daniel, ornement de notre gloire et couronne de notre orgueil ! Maintenant, ne voyons pas ta mort pour que tu restes au milieu de nous ! »

199Alors qu’ils se lamentaient et pleuraient avec cette parole de lamentation affligée, abouna Daniel vainqueur des démons entendit le son du cri des pleurs de ses enfants les moines. Au moment où il entendit les pleurs de ses enfants, alors, il claqua des mains, les appela de sa voix et leur dit : « Mes enfants, venez rapidement auprès de moi et approchez-vous. Pourquoi pleurez-vous et vous affligez-vous ? Cette action ne convient pas à des moines. Quant à la coutume des pères moines, (c’est) l’intercession, la supplication et (88r°a) la prosternation pour le pardon du péché, pour leurs âmes, et pour le péché des gens croyants. Maintenant, je vous dis, moi votre père abbā Daniel : Ne pleurez pas comme les laïcs qui aiment ce monde sujet au vieillissement, transitoire et corruptible; au contraire, cessez vos pleurs et demeurez (88r°b) dans l’amour et la paix pour être les disciples du créateur des cieux et de la terre, Jésus-Christ. Voici que je vous ai laissé comme père à ma place abbā Ṣagā-Za-Ab mon fils ; qu’il s’asseye sur mon siège et la croix qui a été tenue dans ma main, qu’il (la) tienne dans sa main.

200« Quant à vous, mes enfants, obéissez-lui, (88r°c) à sa parole et à sa gloire. De même qu’a obéi au père des pères, abouna Antoine, son fils abbā Macaire, de même obéissez-lui et soumettez-vous à sa gloire. Maintenant, voici qu’est proche le jour de mon repos de mort; pratiquez la paix et l’amour au milieu de Dieu notre créateur et de la mère de la Lumière, (88v°a) notre Dame à tous, la sainte Vierge rédemptrice de l’univers, notre joie (à nous) pécheurs, Marie mère de Dieu. Procédez aujourd’hui, en ce jour, pendant trois jours, le 6 de ḫedār, le jour de la fête de son exil et de son entrée dans Dabra-Qwesqwām, à la célébration de la fête de sa commémoration et de la fête de la commémoration de mon repos (88v°b) loin de ce monde. Quant à moi votre père, ma disparition et mon repos ont lieu en ce jour, le 6 de ḫedār. Vous mes enfants, demeurez dans l’amour et dans la paix, étant assujettis au joug de l’évangile du Christ, notre créateur. Ne soyez pas paresseux et oisifs (88v°c) loin de la pratique de la prière, de l’aumône et de l’enseignement des pauvres. Je vous ai encore dit, moi votre père Daniel le nouveau, vainqueur des démons : Gardez dans l’amour et dans la paix ce mien monastère céleste – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint, l’élevée –, Dabra-Māryām-Qorqor, seconde de la céleste Sion, pour que n’y entre pas (89r°a) l’ennemi du bien, Satan, l’adversaire du genre humain. Je l’ai lié avec un lien solide et je l’ai certes scellé avec mon sceau solide. »

  • 109  Dans ce paragraphe qui devait être introduit par quelques mots indiquant le changement de locuteur (...)

201« Quant aux rois Abrehā et Aṣbeḥa, mes bien-aimés et tes bien-aimés, alors qu’ils étaient dans la région du Choa, quand sont entrés en dispute un homme et une femme alors que (les rois) étaient à Ērar, leur camp royal, ils (89r°b) commirent une injustice et furent partiaux dans une sentence de justice. Au moment de leur mort, la cent deuxième année de la Miséricorde, je plaçai leurs âmes dans le lieu de la pénitence jusqu’à ce qu’ils eussent accompli leur pénitence du péché qu’ils avaient fait sur terre au moment de la sentence de justice et d’iniquité, (89r°c) car il n’y a pas de pur devant Dieu. Le ciel non plus n’est pas pur devant le Très-Haut. Qui d’entre les hommes ne faute pas ? Lequel d’entre les morceaux de bois ne fume pas109 ? »

202Quand ces rois moururent, leurs âmes sortirent et allèrent (89v°a) au lieu de la pénitence, Michel et Gabriel les conduisant. À gauche des rois justes Abrehā et Aṣbeḥa, deux ténébreux anges des ténèbres les entourèrent, car il sembla à ces anges des ténèbres qu’ils seraient châtiés. (89v°b) Les anges de miséricorde Michel et Gabriel amenèrent rapidement (les rois) en vue du chéol, lieu de pénitence, et les placèrent dans ce lieu pendant trois semaines, jusqu’à ce qu’arrivât et vînt auprès d’eux abouna Daniel et qu’il leur donnât une pénitence pour le pardon de (89v°c) leur péché. Quand les rois élus eurent accompli leur pénitence par la parole d’abouna Daniel vainqueur des démons impurs, (celui-ci) les fit hériter du Jardin de la joie dans le sein de leurs pères, les grands rois David, Salomon, Honorius et Josias.

203À ce moment, après que furent morts (90r°a) ces rois, le 4 de ṭeqemt, les deux grands archanges Michel et Gabriel conduisirent les âmes des rois Abrehā et Aṣbeḥa en les guidant jusqu’à ce qu’ils les eussent amenées là où leur avait dit le Seigneur leur Dieu, au lieu de la pénitence en vue du chéol. (90r°b) Ils les placèrent dans ce lieu de pénitence jusqu’à ce que fussent accomplis les jours de la semaine de pénitence.

204Après qu’ils eurent placé dans ce lieu de pénitence, le 4 de ṭeqemt, les âmes des rois – ce fut alors le 6 de ḫedār –, Dieu le Très-Haut réunit les âmes des rois Abrehā et Aṣbeḥa avec (90r°c) leurs corps et ils furent selon leur nature antérieure. Au moment même, Dieu le Très-Haut dit à ses anges Michel et Gabriel : « Allez, amenez les rois excellents (et) justes Abrehā et Aṣbeḥa, que j’ai rendus vivants selon leur nature antérieure, au (90v°a) monastère élevé entre les élevés et glorieux entre les glorieux, la céleste Dabra-Māryām-Qorqor, où est mon bien-aimé et le bien-aimé de Marie ma mère, le puissant et le combattant, abbā Daniel vainqueur des démons et renverseur des (faux) dieux. Amenez-les devant lui afin qu’il leur donne une pénitence par laquelle (90v°b) sera pardonné le péché de ces rois Abrehā et Aṣbeḥa étant revêtus de leur corps selon leur nature antérieure. » Alors (les anges) les amenèrent là où était Daniel vainqueur des démons, l’éclair de feu, fils de Iyasous-Moʾa, tandis qu’il était dans leur sanctuaire, Dabra-Māryām-Qorqor la pure, (90v°c) qui est grande et élevée plus que tous les monastères du monde (et) les monastères d’Éthiopie, car Notre Seigneur Jésus-Christ s’y est reposé avec sa mère, Notre Dame la sainte Vierge Marie, avec Joseph, Salomé et aussi l’âne qui (était) chargé de leur bagage, au moment de son exil loin d’Hérode l’ennemi, avant (91r°a) la construction de ce monastère de Daniel, Dabra-Māryām la sainte, glorifiée au haut des cieux.

205(Jésus) la bénit, la sanctifia et la magnifia plus que tous les monastères d’Éthiopie. Il la fit avec un intérieur large et construite par l’Esprit Saint, étant scellée au nom de la Trinité sainte jusqu’à ce que l’ouvrissent le nouveau Daniel, vainqueur des démons, (91r°b) et les (rois) excellents Abrehā et Aṣbeḥa au jour fixé pour elle. Au moment de l’arrivée des rois d’Éthiopie Abrehā et Aṣbeḥa s’étant relevés d’entre leurs morts, du lieu de la pénitence près du (lieu du) châtiment, les archanges Michel et Gabriel accueillirent (Daniel) dans une grande joie en disant, (le) guidant : « Donne-leur, (91v°c) abbā puissant et combattant, abbā Daniel vainqueur des démons – t’a dit le Seigneur Dieu de tout –, donne-leur rapidement le pardon de leur péché, le pardon de leur pénitence. » (Daniel) leur donna rapidement une pénitence, de trois semaines. Au moment même, il obtint pour eux le pardon de leur péché devant Dieu et (91v°a) les fit entrer dans le sein de leurs pères, les rois David et Salomon, les rois élus, avec leurs âmes et leur corps – par la prière et par l’intercession d’abouna Daniel le nouveau, vainqueur des démons. Par cette parole par laquelle il donna le pardon de leur péché aux rois Abrehā et Aṣbeḥa, les rois élus, (91v°b) abouna Daniel fut dit professeur de pénitence des rois Abrehā et Aṣbeḥa. À cause du fait qu’il leur avait donné une pénitence, abouna Daniel fut appelé professeur de pénitence.

206Tandis que ces rois d’Axoum étaient dans leur vie charnelle à régir le pays d’Éthiopie, ce juste et combattant, abouna Daniel, (91v°c) n’était pas le professeur de pénitence de ces rois Abrehā et Aṣbeḥa, mais il y eut d’autres moines et prêtres jusqu’à la fin de leur temps. Avec cette affaire, abouna Daniel devint un nouveau prophète et fut appelé un juste, chef des solitaires.

207Que la bénédiction de son secours garde et sauve de la tentation du corps et de l’âme tous les enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles, amen.

208(92r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

  • 110  Cf., pour cette indication chronologique, Matthieu XXVIII, 1.
  • 111  Cf. entre autres, pour ces phénomènes météorologiques accompagnant un événement exceptionnel, Apoc (...)

209Alors c’était le 6 de ḫedār, le jour de la fête de l’entrée dans Dabra-Qwesqwām de Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu. Au moment du milieu de la nuit, le soir du samedi, au moment où se levait le dimanche110, (92r°b) abouna Daniel au vertueux combat, expulseur des démons comme Phanouel l’ange, fut pris de la maladie de la migraine et tomba du fait de la grandeur du mal. En cette heure du mal du bienheureux mār Daniel, en ce jour, le 6 de ḫedār, le soir du samedi, il y eut foudre, éclair et tonnerre111 et (92r°c) Dabra-Māryām-Qorqor fut environnée par la lumière de la gloire de la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ. Vinrent les enfants de (Daniel) qui (sont) abouna Ebna-Sanbalt, abouna Talāwē-Krestos, abouna Za-Manfas-Qeddous et abouna Beʾesē-Salām. Vint encore le grand supérieur son fils qui était plus grand que tous les pères (92v°a) saints, enfants d’abouna Daniel vainqueur des démons ; il dit aux pères moines : « Vous pères mes frères, enfants d’abouna Daniel le nouveau, expulseur des démons, que s’est-il passé chez vous ? Est-ce aujourd’hui qu’est arrivé le jour de la venue de Notre Seigneur Jésus-Christ ? Est-ce le samedi que disparaissent les cieux et la terre ? Qu’est (92v°b) ce que nous voyons et entendons, le bruit des éclairs, et ce que nous voyons, l’orbe de la lumière de la gloire de la divinité ? Qu’est cette affaire d’éclairs et de tonnerre ? Voici : levez-vous, mes frères, allons voir notre père, notre supérieur, le renverseur des (faux) dieux et des temples d’idole, abouna Daniel le nouveau, de Dabra-Māryām (92v°c) la haute, la céleste. »

210Au moment même, les bienheureux pères moines, enfants d’abouna Daniel, se levèrent, le vieillard abbā Yoḥannes porteur du joug monastique les conduisant ; ils arrivèrent rapidement là où était abouna Daniel vainqueur des démons, dans sa grotte-oratoire qui était du côté de l’est. Ils entrèrent alors (93r°a) rapidement là où était abouna Daniel, le docteur de la loi et de la règle, le successeur des Apôtres, l’expulseur des démons. Étant entrés à l’intérieur, dans la grotte-oratoire de ce juste, leur père Daniel, qui était du côté de l’est, ces pères, ses enfants moines, le trouvèrent tombé et gisant à terre. Voyant leur père (93r°b) Daniel le juste, ils pleurèrent et se lamentèrent sur lui parce qu’ils l’avaient trouvé tombé et gisant – à cause de la force du mal de leur père abouna Daniel. Rapidement, au moment même, ils le relevèrent, le soulevèrent et l’emmenèrent avec célérité et avec hâte ; ils le firent entrer dans le sanctuaire et le déposèrent au pied du meuble de la tablette d’autel. Au moment même, ils (93r°c) creusèrent le tombeau de leur père abouna Daniel à l’extérieur du sanctuaire.

211À la fin du creusement du tombeau d’abouna Daniel, alors, la lumière de la divinité fulgura comme la lumière de la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ et (celui-ci) descendit au moment même du ciel, habillé de lumière comme d’un (93v°a) vêtement. Le sanctuaire fut ébranlé par sa majesté et le monastère aussi fut fortement ébranlé. Rapidement, alors, descendit le trône de gloire et, avec lui, les chérubins, les séraphins et les vingt-quatre prêtres du ciel. Vint aussi Notre Dame Marie et, avec elle, le chœur des grands archanges Michel, Gabriel et Raphael et toutes les armées des anges – des milliers de milliers et des myriades de myriades. Ils entourèrent et investirent le sanctuaire de Dabra-Māryām, sanctuaire des rois Abrehā et Aṣbeḥa et sanctuaire d’abouna Daniel vainqueur des démons. Au moment même, (Jésus) dit à l’archange saint Michel : (93v°c) « Ange de ma puissance, va et relève, ayant saisi sa main droite, Daniel mon bien-aimé et le bien-aimé de Marie ma mère. » (L’ange) saisit rapidement la main droite de (Daniel) et releva celui-ci ; il le fit s’approcher du Dieu de miséricorde et se tenir devant lui.

  • 112  Cf. Psaumes XXXIV (33), 19-20.

212Notre Seigneur Jésus-Christ dit à (Daniel) : « Lesquels appellerai-je pour toi parmi les Prophètes, parmi les Apôtres, parmi les justes, (94r°a) parmi les martyrs, parmi les patriarches afin que je te donne un pacte de miséricorde, afin qu’ils soient témoins pour toi ? » Mār Daniel dit d’une voix humble et avec crainte, en tremblant et en craignant, à son Seigneur et son créateur : « Mon Seigneur et mon Dieu, Jésus-Christ, appelle pour moi ceux que tu veux, car toi tu connais tous ceux qui (94r°b) seront appelés et qui ne seront pas appelés. » Au moment même, sur l’ordre du Seigneur son Dieu, l’archange saint Michel appela pour (Daniel) ; d’abord, il appela pour lui l’assemblée des Prophètes et, en deuxième, l’assemblée des Apôtres – parmi les Prophètes : Esdras, Énoch, Élie et Moïse portant l’éphod ; également David (94r°c) le roi avec sa lyre, s’écriant et disant à voix haute : Abondante (est) la souffrance des justes, que Dieu les sauve de tout. Proche (est) Dieu des cœurs humbles112. » Vinrent encore les Apôtres Pierre et Paul et tous les (autres) Apôtres. En troisième vinrent les martyrs (94v°a) depuis Georges : Mercure, Basilide et tous les (autres) martyrs ; ils avaient un aspect reconnaissable à leurs chevaux. De saint Georges le cheval (était) blanc, de Mercure le cheval (était) noir, de Basilide le cheval (tirait) sur le vert. Ils vinrent avec leurs chevaux et achevèrent d’arriver.

213Les justes vinrent (94v°b) du Ḥawzēn, (de) Dabra-Ḥawāz ; 6 666 pères justes vinrent. En effet, ils étaient voisins de la maison de mār Daniel, pierre de saphir : Dabra-Māryām la céleste, monastère du Qorqor, et Dabra-Ḥawāz, monastère du Ḥawzēn, se voyaient mutuellement, étant proches l’une de l’autre. (94v°c) Ces justes, abouna Daniel lumière du monde, et les pères justes, les vieillards du Ḥawzēn, s’étaient entretenus des grandeurs de Dieu, étant dans leurs monastères respectifs. En cinquième vinrent les pères moines justes – abouna Antoine, abouna Macaire, abouna Pachôme et abouna Jean le Petit – et, d’entre les archevêques, (95r°a) saint Marc l’Évangéliste et abouna Kaśātē-Berhān du Tambēn, (de) Dabra-Ganātos ; (d’entre) les évêques, (celui de) Bēta-Pāpāsayiti du Ḥarirgwā et d’autres évêques : de Dabra-Śāhel, abouna Bartalomēwos et abbā Mātēwos ; de Bēta-Pāppāsayiti, abbā Mikāʾēl et abbā Gabrʾēl ; ils achevèrent de venir.

  • 113  La mention d’abbés portant le titre d’évêque ou d’archevêque est quelque peu étonnante (cf. toutef (...)
  • 114  Cf. entre autres, pour l’association des pécheurs et des publicains, Matthieu IX, 10.

214(95r°b) Après qu’eurent achevé de venir les Prophètes et les Apôtres, les justes et les martyrs, les archevêques et les évêques113, (Jésus) appela (Daniel) d’une grande voix en disant : « Abbā Daniel, pierre d’oiseau-bargānā, lève-toi, viens et approche-toi de moi afin que je te donne un pacte pour ceux qui feront (95r°c) ta commémoration et pour ceux qui invoqueront ton nom ; approche-toi de moi rapidement. » (Daniel) s’approcha rapidement, (Jésus) toucha tous ses membres et il fut sain. Au moment même, (Jésus) le saisit par la main droite en disant : « Tous les hommes, soit juste soit pécheur et publicain114, s’ils ont fait pénitence en ce jour, lors de la fête de l’exil (95v°a) de ma mère Marie, le 6 de ḫedār, chaque mois je leur ferai miséricorde, moi Jésus, avec ma parole qui ne ment pas, jusqu’à la vingt-cinquième génération.

215« Si un juste ou un pécheur a donné à boire une coupe d’eau fraîche au nom de Marie et en ton nom, (à) toi mon bien-aimé et le bien-aimé de ma mère Marie, abbā Daniel, (95v°b) en ce jour, le 6 de ḫedār, chaque mois et année je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la vingtième génération.

216« Celui qui aura restauré ton sanctuaire et celui qui aura consacré une tablette d’autel dans ton église, je lui ferai miséricorde, moi, avec ma parole, jusqu’à la vingtième génération.

217« Les chantres qui auront consacré et auront chanté le jour de (95v°c) ton repos de fête, chaque mois et chaque année je leur ferai miséricorde, moi, jusqu’à la dix-huitième génération.

218« Celui qui aura reçu la communion en ce jour, fête de l’exil de ma mère Marie et de son entrée à Dabra-Qwesqwām et ton repos de fête, je lui ferai miséricorde, moi, avec ma parole qui ne ment pas, (96r°a) jusqu’à la dix-neuvième génération.

219« Celui qui aura apporté une offrande le jour de ton repos de fête – soit un juste, soit un pécheur –, en tout temps je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la dix-huitième génération.

220« Celui qui aura fait écrire et aura écrit et qui se sera fatigué à rechercher (96r°b) le livre de ta vie, ayant foi avec diligence, moi j’écrirai son nom dans le livre de la vie, sur une colonne d’or, dans les cieux, dans la Jérusalem céleste.

221« Celui qui aura donné à manger du pain (provenant) du pain de ta commémoration, moi je lui donnerai à manger lors du banquet du mont Sion (96r°c) et je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la dix-septième génération.

222« Celui qui aura été enterré auprès de ce tien sanctuaire, Dabra-Māryām la céleste, l’image de la Jérusalem céleste, je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la seizième génération.

223« Celui qui aura été enterré auprès de cette Dabra-Māryām, lieu des (96v°a) justes, je le rendrai comme s’il avait été enterré à Jérusalem, (dans) le Wāldebbā et la cathédrale d’Axoum, et je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la vingtième génération.

224« Celui qui aura appelé son fils, sa fille et sa servante en disant “Gabra-Dānʾēl ” ou “ Amata-Dānʾēl”, je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la quinzième génération.

  • 115  Cf. Genèse II, 13.

225(96v°b) « Quant à toi qui as apporté de l’eau du Jourdain dans ton manteau depuis Jérusalem ma ville, lorsque tu l’as apportée, tu l’as placée devant ta sainte église Dabra-Māryām – lieu de descente de l’Esprit Saint, lieu de montée de la prière des justes. Son écoulement est comme le Takkazē, le fleuve de Guihôn115, et son écoulement est arrivé jusqu’à la rivière (96v°c) de Warʿe. Et moi, ton Seigneur et ton créateur, j’ai saisi et tenu ses flots ; j’ai réduit son écoulement et je l’ai rendu diminué et petit, lui qui jaillit. S’il n’y a pas de gens purs de la souillure du péché, l’écoulement de son jaillissement sera petit ; s’il y a des gens purs de la souillure du péché, sans faute, elle jaillira abondamment.

226« Conformément à un tel (97r°a) discours, j’ai fait que ton monastère et mon monastère, Dabra-Māryām la céleste – lieu de descente de l’Esprit Saint –, parée de flammes, manquât d’eau, afin que n’y entrassent pas, que n’en fissent pas leur demeure les rois de ce monde – de peur que l’Ennemi ne les attaquât avec son armée nombreuse. En outre, je l’ai faite (ainsi) afin qu’elle ne fût pas la maison des gouverneurs et des préfets (97r°b) ni la maison des fornicateurs et des iniques. Ainsi je l’ai faite pure de la souillure de la tache du péché. Tu (es) mon bien-aimé abbā Daniel fils de Śeyouma-Sābā. Quant à l’eau de la vie que tu as apportée du fleuve du Jourdain dans ton manteau, que j’ai rendue diminuée et réduite, qu’elle soit (97r°c) guérisseuse des malades et de ceux qui souffrent de différents maux et qu’elle demeure jusqu’à la fin du monde.

227« Quant à ce tien monastère, Dabra-Māryām – lieu de descente du Verbe –, (c’est) mon lieu de repos où je me suis reposé au temps où j’ai été exilé par l’attaque de l’ennemi Hérode ; nous y avons demeuré trois mois, (moi) avec ma mère Marie, Joseph et Salomé. (97v°a) Personne ne nous a connus, d’entre les hommes du monde, jusqu’aux jours de notre voyage et de notre entrée dans la terre d’Égypte et de notre venue, le 6 de ḫedār, à Dabra-Qwesqwām. J’ai rendu ton monastère, (à) toi mon bien-aimé Daniel vainqueur des démons, comme Dabra-Tābor et Dabra-Sinā ; je l’ai aussi rendu comme la cathédrale d’Axoum, (97v°b) la maison des Tables de la loi et de la règle, et comme Āybā-Gamād, la maison des rois Abrehā et Aṣbeḥa. Quant à ton monastère, Dabra-Māryām-Qorqor, aucun n’est plus grand que lui, parmi tous les monastères du monde, en gloire et grandeur ni par les mots du pacte du Fils, le sauveur du monde, selon que dit le bienheureux Yārēd, (97v°c) le prêtre d’Axoum : “Elle brille plus que le soleil et elle est plus haute qu’une montagne, elle qui (est) en vérité le ciel élevé, le trône du soleil.” Dabra-Māryām-Qorqor est élevée et glorieuse plus que tous les monastères du monde et aucun n’est plus grand qu’elle. »

228Ayant dit cela, après (98r°a) avoir donné un pacte à son serviteur abbā Daniel dans le monastère de celui-ci, Dabra-Māryām-Qorqor, Notre Seigneur Jésus-Christ – gloire à lui ! – lui donna encore un pacte, (lui) Notre Sauveur, (en disant :) « Tout homme qui aura visité un malade ou un prisonnier et aura consolé un affligé, qui aura donné de la cire, de l’encens et du vin le jour de la commémoration de ta (mort de) fête ; en ce jour, aujourd’hui, ou chaque mois et chaque année, je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la quinzième génération.

  • 116  Le guèze porte « jusqu’à la dix et … génération » ; peut-être s’agit-il de la seizième, si l’on en (...)

229(98r°b) « Celui qui aura été enterré au pied de ton monastère, même le pécheur, l’inique, le fornicateur et l’idolâtre, (dans un lieu) qui est dans l’intérieur de celui-ci, dans la campagne de ton monastère, Dabra-Māryām-Qorqor, là où parvient l’ombre de celui-ci, à l’est et à l’ouest, au nord et au sud, je lui ferai miséricorde, moi, jusqu’à la […116] génération. »

  • 117  Cf. entre autres, pour cet instrument de musique, Psaumes XXXIII (32), 2.
  • 118  Cf. Psaumes CXVIII (117), 20-21.
  • 119  Cf. Psaumes CXVI (115), 15-16.

230(98r°c) Ayant dit cela, le Seigneur, Dieu de ceux qui l’aiment, scella son pacte ferme, de sa parole qui ne ment pas, qu’il avait préparé pour son serviteur et son bien-aimé abouna Daniel, vainqueur des démons, de Dabra-Māryām-Qorqor. Après qu’il eut donné ce pacte à son serviteur abouna Daniel, alors, à la sixième heure de la nuit, il fit venir Yārēd, (98v°a) le prêtre d’Axoum, s’écriant et disant : « Dabra-Māryām sera construite en pierres de saphir, et de pierres précieuses (seront) parés les murs de Dabra-Māryām », jusqu’à la fin (de son discours ?). Notre Seigneur Jésus-Christ fit se tenir (Yārēd) avec David, le roi d’Israël, et dit à David son bien-aimé : « Chante pour mon bien-aimé Daniel au moment de la sortie (98v°b) et de la séparation de son âme. » Ayant entendu cette parole de la part de son Seigneur, David le roi, alors, chanta avec les dix cordes de sa harpe117 pour mār Daniel expulseur des démons en disant : « Ceci (est) la porte de Dieu, les justes y entrent, je te célèbre, Seigneur, car tu m’as entendu118. » Et encore (98v°c) il s’écria avec les dix cordes de sa harpe : «  Glorieuse devant Dieu, la mort du juste ! Seigneur, moi (je suis) ton serviteur, fils de ta servante119. »

  • 120  Il manque ici des mots tels que « et les anges s’écrièrent ».

231Tandis que David le roi d’Israël chantait ce cantique, alors, sortit l’esprit d’abouna Daniel vainqueur des démons impurs, le dimanche, au moment de la sixième heure de la nuit. (99r°a) Notre Dame Marie l’accueillit […120] en disant : « Alléluia ! » et firent entrer dans la Jérusalem céleste, avec gloire et cantiques, abouna Daniel, la perle. Alors, ses enfants, les moines justes, l’ensevelirent dans son vêtement de labeur : dans un manteau et dans une peau de chèvre. Ils l’enterrèrent à l’extérieur du rideau du sanctuaire (99r°b) à droite de l’autel.

  • 121  395 a.m. = 223 ou 755 ou 1279 ou 1819 ap. J.C.

232Les noms de ses enfants (sont les suivants :) abouna Yoḥannes le grand vieillard, abouna Ebna-Sanbalt, abouna Talāwē-Krestos, abouna Za-Manfas-Qeddous, abouna Abāla-Krestos. Quant aux autres, leur nombre ne peut être estimé. Le repos d’abouna Daniel (eut lieu) le 6 de ḫedār, au moment du milieu de la (99r°c) nuit, dans les jours de la fin du règne de Śāhel, roi d’Axoum, après que celui-ci eut régné quatorze ans. L’année de la Miséricorde était, en ce temps du règne de Śāhel, la 395e année121.

233Les gens de son monastère, les gens de Qorqor et de Magāb et les gens du Garʿāltā, (Daniel) les scella tous de la forme du signe de croix (99v°a) pour qu’ils ne descendissent pas dans la géhenne de feu, dans le châtiment éternel. (Jésus dit :) « Je leur ai donné un pacte à cause de toi, toi mon bien-aimé abbā mār Daniel ; je leur ai aussi donné un pacte pour que crûssent leurs bœufs, leurs moutons, leurs chèvres et leurs ânes, pour qu’ils crûssent et se multipliassent dans leurs campagnes. Que le blé du pays des gens de Qorqor et de Magāb (99v°b) et des gens du Garʿāltā au complet soit béni dans les siècles des siècles et soit pour le ventre des affamés et des assoiffés. Quant à ces gens de Qorqor, Magāb et Garʿāltā, tous je te (les) ai donnés en dîme pour qu’ils fissent ta commémoration chaque année et chaque mois à Dabra-Māryām, là où ton corps a été enterré et enseveli. Que dans l’au-delà (99v°c) et ici-bas soient ma clémence et ma miséricorde. »

234Que la prière et la bénédiction de Daniel soient avec tous ses enfants dans les siècles des siècles, amen.

235Salut à toi, Daniel l’artisan,
Qui t’es fait semblable à un prophète et apôtre nouveau.
Voici aujourd’hui le jour de ton repos,
Voici le jour de ton repos qui a été béni.
Bénis tes enfants pour qu’ils ne soient pas un butin.

(Miracles de Daniel)

236(100r°a) Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit Saint, un seul Dieu.

237Nous écrivons le premier des miracles d’abouna Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint – qui est grande et élevée plus que tous les monastères ; aucun n’est plus grand qu’elle en élévation et en mystère caché. Que la bénédiction du Dieu du vainqueur des démons Daniel nous sauve de la main de l’Adversaire, nous tous les (100r°b) enfants de Daniel de Dabra-Māryām pleine de grâce et de gloire, dans les siècles des siècles, amen.

  • 122  Ce pluriel (ኰኵሓት፡) de ኰኵሕ፡ (« roc ») est absent des dictionnaires.
  • 123  396 a.m. = 224 ou 756 ou 1280 ou 1820 ap. J.C.

238Ce fut après le repos de mār Daniel, fils de Śeyouma-Sābā, de Dabra-Māryām-Qorqor, la deuxième année après que fut entré dans le repos, le 6 de ḫedār, abouna Daniel ; alors ses enfants les moines – abouna (100r°c) Yoḥannes le vieillard, qui était devenu abbé après (Daniel), abouna Ebna-Sanbalt et abouna Talāwē-Krestos –, tous ses enfants les (autres) moines, les gens de la région de Dabra-Māryām-Qorqor et de Magāb, qui étaient au pied du monastère, et les gens du Garʿāltā, tous pensèrent à faire la commémoration de mār Daniel (100v°a) vainqueur des démons, dans les jours du règne d’Amēdo, roi de Sion. C’est pendant les jours de ce roi que furent construites les églises à l’intérieur des rocs122 (en) Éthiopie, par la main de magiciens et d’experts de Grèce. Mais Dabra-Māryām-Qorqor, Dabra-Tayāṭron – le monastère d’abouna Yemʿātā – et Berhān-ʿOdā – la maison (100v°b) d’abouna Gabra-Mikāʾēl ne furent pas construites par la main de magiciens et d’experts de Grèce, au contraire elles ont été construites par l’opération de la sagesse de Dieu. Ce roi régna quinze ans et l’année de la Miséricorde était en ce temps, alors qu’ils faisaient la commémoration de mār Daniel, la 396e année de la Miséricorde123.

  • 124  Cf. entre autres, à propos des cochons et des démons, Matthieu VIII, 32.

239En ce (100v°c) jour-là, ils firent sa commémoration, ayant rassemblé des gens de pays de toute part. De nombreuses gens vinrent – infirmes, malades, lépreux, épileptiques –, ayant entendu l’annonce que se faisait la commémoration de mār Daniel expulseur des démons, la perle. Au moment de l’arrivée de ces possédés des démons, (101r°a) on leur présenta à tous du pain de la commémoration de (Daniel). Ils mangèrent, burent, se désaltérèrent et allèrent, après s’être rassasiés, auprès du monument de son tombeau, étant au milieu des gens rassemblés, (eux) ces infirmes possédés des démons, lépreux et épileptiques ; ils entrèrent dans le monument de son tombeau et léchèrent, au moment de leur entrée, (101r°b) la poussière du monument de son tombeau. Les démons qui demeuraient sur eux, dont l’aspect était divers, sortirent ; l’un ressemblait à un âne sauvage, un (autre) ressemblait à un singe, un (autre) ressemblait à une hyène et à un léopard – chacun sous son aspect. Les démons sortirent et entrèrent dans un troupeau de cochons124. Voyant (cela), le (101v°c) peuple qui s’était rassemblé le jour du repos d’abouna Daniel s’émerveilla et fut stupéfait.

240Que la bénédiction du Dieu de celui-ci soit avec tous les enfants de Daniel de Qorqor à jamais, amen.

2412e miracle de mār Daniel vainqueur des démons qui, par la grandeur de sa prière, nous libère de la géhenne de feu, (101v°a) nous tous enfants de ce couvent, nous tous fils du baptême, dans les siècles des siècles.

  • 125  Il manque ici des mots tels que « dans le monastère de ».
  • 126  Cf. Josué VI, 1-21.

242Mes pères et mes frères, écoutez donc et méditez le miracle et prodige qui s’est produit dans le saint des saints, Dabra-Qorqor, Dabra-Māryām, le mardi, le 6 de ḫedār, alors que le peuple et la foule étaient rassemblés (101v°b) pour faire la fête de la commémoration de l’exil de Notre Dame la sainte deux fois vierge Marie mère de Dieu et de son entrée dans Dabra-Qwesqwām, […125] mār abouna Daniel en haut de la montagne. Ce jour-là, le 6 de ḫedār, alors, vint de sa région, la région du Chiré, (du) district de (101v°c) Ṭāfāt – il arriva rapidement – abouna Ebna-Sanbalt, le 6 de ḫedār, au pied de Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint –, du côté oriental de la montagne. Au moment même, il voulut monter sur le sommet de la montagne de Qorqor, là où était mār Daniel ; abouna Ebna-Sanbalt fit trois fois le tour de Dabra-Māryām-Qorqor, comme (102r°a) Josué fils de Noun avait fait le tour de Jéricho pendant sept jours. Par le fait que (Josué) avait fait le tour, les portes de Jéricho alors s’ouvrirent et ses verrous s’ouvrirent alors. Israël entra et se partagea la terre de l’héritage126.

243Quant au bienheureux abouna Ebna-Sanbalt, il ne trouva pas le chemin pour monter à Dabra-Māryām-Qorqor. Alors il pria, étant au pied de Dabra-(102r°b)Māryām-Qorqor, au pied d’un olivier. Alors Dabra-Māryām-Qorqor se leva, quitta son emplacement en haut dans le ciel, se prosterna trois fois devant la gloire de la grandeur d’abouna Ebna-Sanbalt et lui parla dans la langue des hommes en disant : « Bienheureux abbā Ebna-(102r°c)Sanbalt ! » Après avoir achevé ses prosternations, elle lui montra le chemin pour monter, un passage étroit.

244Que la bénédiction du Dieu de Daniel soit avec nous tous, ses enfants, dans les siècles des siècles.

245Le miracle de ton amour, Marie, par l’assemblée des justes a été loué.
Surtout il a régné sur les pécheurs,
Car il a fait revivre les infirmes et a guéri les malades.
L’un (102v°a) dit : « Il a fait fleurir ce qui était desséché. »
Un (autre) dit : « Il a déplacé les montagnes. »

2463e miracle de mār Daniel. Que la bénédiction de son Dieu soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les siècles des siècles.

247Le mercredi arriva tandis que le bienheureux abouna Ebna-Sanbalt était au pied de l’olivier ; alors (102v°b) mār abouna Daniel vainqueur des démons sut par l’Esprit Saint qu’il y avait un homme béni, un moine, du nom d’abbā Ebna-Sanbalt qui était venu de la région du Chiré ; c’était un grand moine. Alors abouna Daniel expulseur des démons descendit du sommet de la montagne avec ses disciples et trouva abouna (102v°c) Ebna-Sanbalt son fils en train de prier au pied de l’olivier, debout en train de réciter la prière de l’Évangile « Notre Père qui (es) aux cieux ». Au moment de leur salutation, (103r°a) après qu’ils eurent achevé, mār abouna Daniel, étant avec ses disciples, conduisit abouna Ebna-Sanbalt, (celui-ci) le suivant. Rapidement, au moment même, ils montèrent au sommet de Dabra-Māryām et entrèrent dans le sanctuaire construit des rois d’Éthiopie Abrehā et Aṣbeḥa, rois d’Axoum ; en effet (103r°b) l’église est le tombeau de (Daniel). Au moment de leur entrée, alors, à ce moment, abouna Daniel montra son tombeau à son fils abouna Ebna-Sanbalt. Ayant vu, ce juste s’émerveilla et fut stupéfait de ce sanctuaire construit.

248Que la prière et la bénédiction de (Daniel) soient avec nous tous, enfants de Dabra-Māryām-Qorqor, dans les siècles des siècles.

249(103r°c) Marie, pécheur est celui qui a négligé ton miracle.
Qu’il ne voie pas sa gloire, puisqu’il a enlevé ta fleur.
Mais, en racontant le secours de ton miracle,
L’un s’est éloigné, abandonnant sa femme,
Et un (autre) est parti au désert, méprisant son royaume.

2504e miracle d’abouna Daniel. Que sa bénédiction soit avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām) dans les (103v°a) siècles des siècles.

251Après qu’ils furent montés au sommet de la montagne et entrés dans le sanctuaire – le sanctuaire construit –, après que mār Daniel lui eut montré son tombeau, mār Daniel conduisit encore, le jeudi, son fils Ebna-Sanbalt jusqu’à ce qu’il l’eût amené – (le) conduisant – à sa grotte-oratoire ; celui (103v°b) qui a construit ce sanctuaire construit qui est du côté de l’est, c’est lui-même mār abouna Daniel, de sa main. Au moment même, le bienheureux abouna Ebna-Sanbalt vit le sanctuaire construit qu’a construit de sa main mār Daniel son père et s’émerveilla d’un grand émerveillement. Ils allèrent une troisième fois et (Daniel) conduisit (Ebna-Sanbalt) jusqu’à ce qu’il l’eût amené au-dessus (103v°c) du sanctuaire construit qui a été construit par l’opération de la sagesse de Dieu le Très-Haut. Ceux qui l’ont trouvé d’abord (sont) les rois élus Abrehā et Aṣbeḥa. Au-dessus de ce sanctuaire, il y a ce qu’on appelle Bēta-Qeddous-Giyorgis. Mār Daniel y fit entrer son fils abouna Ebna-Sanbalt et dit à celui-ci : « Mon fils, demeure dans cet endroit saint (104r°a) dans lequel il y a de nombreuses grottes, lieux de repos de saints justes. Choisis une grotte parmi les grottes des justes qui sont proches de toi. » À ce moment, abouna Ebna-Sanbalt choisit une grotte parmi les grottes des pères justes ; en ce jeudi, il entra dans une grotte (104r°b) qu’il avait choisie et (celle-ci) se réjouit par la grâce de l’Esprit Saint, le 6 de tāḫsās.

252Que la bénédiction sainte de Daniel soit sur nous tous, ses enfants, dans les siècles des siècles.

253Jésus l’exilé, espoir des exilés,
Jésus, refuge des opprimés,
Dieu, sans demeure comme les pauvres,
(104r°c) Jésus, vagabond et errant étant petit enfant,
Fils bien-aimé du Père, méprisé chez les hommes.
Cantique de larmes a été pour moi l’affliction de sa mère.

2545e miracle de mār Daniel vainqueur des démons. Qu’il nous sauve du jour mauvais, nous tous enfants du baptême, dans les siècles des siècles.

255Un (104v°a) jour, le 6 de ṭerr, le jour du mois (qui est) la fête de l’exil de (Marie) et de son entrée à Dabra-Qwesqwām, le vendredi, alors, mār Daniel dit aux moines ses enfants : « Aujourd’hui, préparez l’eucharistie, en ce jour, jour de la fête de l’exil de Notre Dame Marie, mère de (104v°b) Dieu, pour que reçoive l’eucharistie pure cet hôte moine qui est venu de la région du Chiré, de la ville de Ṭāfāt, afin qu’il soit béni d’auprès de nous et qu’il reçoive une bénédiction de ce lieu saint. Au moment de l’arrivée de ce juste, Ebna-Sanbalt, (104v°c) Dabra-Māryām-Qorqor s’est prosternée devant lui, s’étant élevée trois fois de l’endroit où elle était, et l’a accueilli dans une grande joie. Aujourd’hui, rapidement, préparez l’eucharistie. » L’administrateur de l’église, abbā Mātēwos, fils de (Daniel) dit à celui-ci : « Mon père mār Daniel, nous n’avons pas de vigne avec quoi préparer l’eucharistie. » En ce vendredi, au moment du matin, (Daniel) planta de la vigne (105 r°a) et, au moment de la sixième heure du jour du vendredi, alors, elle fleurit et fructifia. (Daniel) offrit avec elle le sacrifice (et) l’eucharistie au moment de la sixième heure du jour, offrant avec elle le sacrifice et l’eucharistie au peuple de Qorqor, aux moines du monastère et au bienheureux abouna Ebna-Sanbalt, son bien-aimé. En ce jour-là, Dabra-Māryām-Qorqor brilla (105r°b) et il y eut une (grande) joie.

256Que la bénédiction de (Daniel) soit avec nous tous, enfants de Māryām-Qorqor, dans les siècles des siècles, amen.

257Voici qu’il a fleuri et donné son parfum,
Ton miracle, nard qui délecte l’église,
Marie, me faisant par lui emprunter en courant, comme un cerf, le chemin de la rédemption.
Rends-moi véloce comme une chèvre et comme un jeune cerf,
(105r°c) Loin de la face du péché, sœur du serpent dont le venin tue.

2586e miracle d’abouna Daniel. Que sa bénédiction soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

259Le samedi, après que fut né abouna Ēwosṭātēwos le docteur, le partageur de la mer, fils de la sœur d’abouna Daniel – quant à la sœur de celui-ci, (105v°a) son nom (est) Sena-Ḥeywat –, en (ce) jour connu, alors, le frère de la mère d’abouna Ēwosṭātēwos, abouna Daniel, vint à la maison de sa sœur Sena-Ḥeywat – le mari de celle-ci (était) gouverneur du Wanbartā – pour voir le fils de sa sœur, abouna Ēwosṭātēwos, parce qu’il avait vu une vision (105v°b) le jour de la naissance du fils de sa sœur, abouna Ēwosṭātēwos, ayant entendu la nouvelle de la naissance de ce juste. Quant à la vision d’Ēwosṭatēwos, (ce fut) alors que (Daniel le) voyait, l’Esprit Saint descendant, étant fait semblable à un lion, coiffé du capuchon monastique d’Antoine et de Macaire. Sa tête touchait le ciel et (105v°c) évêques et patriarches le suivaient – devant lui (étaient) des prêtres et des moines – alors qu’il entrait dans le monastère du frère de sa mère Sena-Ḥeywat, abouna Daniel de Qorqor-Dabra-Māryām – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint – le 6 de ḫedār, le samedi.

260Que la bénédiction de (Daniel) soit avec nous tous, les auditeurs, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

261(106r°a) 7e miracle d’abouna Daniel. Que sa bénédiction soit avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles, amen.

  • 127  Le guèze ajoute « celui qui a planté ce cèdre (est) Ēwosṭātēwos, le fils de la sœur de (Daniel) ».

262Au moment de l’entrée d’abouna Daniel, le samedi au moment de la troisième heure du jour, dans la maison de sa sœur Sena-Ḥeywat – maison et lieu de naissance d’Ēwosṭātēwos fils de Sena-Ḥeywat –, abouna Daniel entra dans la maison de sa sœur (106r°b) Sena-Ḥeywat qui tenait dans ses bras son fils abbā Ēwosṭātēwos. Ils furent ensemble à s’entretenir des grandeurs de Dieu, avec le fils de (Sena-Ḥeywat), avec son frère mār Daniel fils de Śeyouma-Sābā – et sa mère Amata-Śellāsē –, les gouverneurs du Wanbartā. À ce moment de l’entrée de mār Daniel, en ce (106r°c) jour, se prosterna un cèdre qui était à la porte de la maison de la bienheureuse Sena-Ḥeywat, la sœur vertueuse de mār Daniel127. Quant au fruit de ce cèdre, les petits enfants de cette région du Wanbartā s’en nourrissaient. Au moment de l’entrée de mār Daniel dans la maison de (106v°a) sa sœur Sena-Ḥeywat, alors, ce cèdre se prosterna vers mār Daniel – devant celui-ci – et s’agenouilla à trois reprises, Sena-Ḥeywat, la sœur de mār Daniel voyant (cela) ; avec elle il y avait Śeyouma-Sābā, gouverneur du Wanbartā, et son épouse Amata-Śellāsē, les parents de mār Daniel. Au moment même, (106v°b) Sena-Ḥeywat poussa des cris de joie quand elle vit mār Daniel son frère ; (celui-ci) s’assit sur un siège d’honneur. À ce moment, on lui baisa les mains, les pieds et la croix qui (était) dans sa main ; alors qu’on baisait sa croix, mār Daniel étreignait celle-ci. Alors mār Daniel bénit dans la paix sa sœur Sena-Ḥeywat, son père Śeyouma-Sābā et sa mère (106v°c) Amata-Śellāsē, le 6 de maskaram.

263Que sa bénédiction soit avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

264Avec quoi rembourserai-je la Fleur de ton ventre
En contrepartie de ton pacte, Vierge, qu’elle m’a donné comme cause de salut ?
Seulement, avec toi je l’exalterai dans la gloire autant qu’il m’est possible.
Le miracle de (107r°a) ma joie à cause de toi, que je ne peux complètement penser,
Satan pleure en (le) voyant.

265Miracle de mār Daniel, fils de Śeyouma-Sābā, de Dabra-Māryām l’élevée – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint. Que la bénédiction de son secours nous garde nous tous, (107r°b) enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

  • 128  Cf., par exemple, la lecture du 18 maskaram du Synaxaire.

266Après que mār abouna Daniel eut reçu le fils de sa sœur, abouna Ēwosṭātēwos fils de Sena-Ḥeywat, ses parents, Śeyouma-Sābā, gouverneur du Wanbartā, et sa mère Amata-Śellāsē étant présents (107r°c) – tandis qu’il tenait dans ses bras le fils de sa sœur, le petit enfant Ēwosṭātēwos –, alors, abouna mār Daniel leur dit : « Venez, approchez-vous de moi pour que je vous bénisse. Vous serez rétribués de votre salaire dans les cieux à cause de ce fils de ma sœur, Ēwosṭātēwos, (107v°a) qui a traversé la mer Méditerranée avec son manteau128, dont la renommée est parvenue dans tous les confins de la terre. Venez pour que je vous bénisse afin que vous receviez le salaire de la bénédiction d’auprès de Dieu. » Ayant dit cela, abouna Daniel bénit son père et (107v°b) sa mère, Śeyouma-Sābā et Amata-Śellāsē, et sa sœur Sena-Ḥeywat, la mère d’Ēwosṭātēwos, « le fils de ma sœur qui est dans mon sein (, dit-il) ; que Dieu rende grande sa clémence et lui donne le don de vaincre l’attaque des démons et d’être (107v°c) vainqueur des esprits impurs. Que son monastère, Dabra-Ṣarābi, soit à la ressemblance de Jérusalem, la ville de Dieu, la ville sainte, et à la ressemblance de Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu du repos du Dieu des armées. (108r°a) Quant à moi, votre fils et votre compagnon, abbā Daniel, lorsque je monterai avec lui, je bénirai son monastère, Dabra-Bizān, la Balance des cœurs, deuxième Scété. » Ayant dit cela, il les bénit dans la paix.

267Que sa bénédiction sainte soit avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), (108r°b) dans les siècles des siècles.

268Miracle d’abouna Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint. Que sa bénédiction sainte soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

269Après avoir achevé la bénédiction du fils de (108r°c) sa sœur Sena-Ḥeywat, abbā Ēwosṭātēwos, de son père Śeyouma-Sābā et de sa mère Amata-Śellāsē, les gouverneurs du Wanbartā, à ce moment, le dimanche, le 16 de maskaram, après avoir achevé leur bénédiction, (108v°a) le bienheureux mār Daniel, à ce moment, leur dit : « Désormais, je vous dis avec une parole de paix : Gardez la loi et la règle du Fils de Marie la Vierge. Quant à ce garçon, le fils de ma sœur Sena-Ḥeywat, Ēwosṭātēwos le (108v°b) béni, dont la renommée parviendra dans (tous) les pays du monde, enseignez-lui la parole de Dieu, l’humilité, le jeûne, la prière et la crainte de Dieu. Désormais moi, votre fils abbā Daniel, je vais aller auprès de mon bien-aimé Gabra-(108v°c)Nāzrāwi de Dabra-Ḫaraykewā-Ḥarāmāt pour lui conter l’histoire de la naissance de ce garçon – que tu (m’)as contée, toi ma sœur Sena-Ḥeywat – en disant : “Que son nom soit Ēwosṭātēwos”. » Ayant dit cela, après avoir parlé à (109r°a) Sena-Ḥeywat sa sœur, son frère mār Daniel monta sur le dos d’un nuage jusqu’à ce qu’il fût arrivé, rapidement, à Dabra- Ḫaraykewā, le monastère de Gabra-Nāzrāwi ; abouna Daniel descendit de sur le nuage. Au moment même, abouna Gabra-Nāzrāwi accueillit mār Daniel, jusqu’à ce qu’il l’eût fait entrer, en le conduisant, dans son église (109r°b) sainte, dans la paix de Dieu.

270Que la bénédiction sainte de (Daniel) soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

271Miracle d’abouna Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint. Que la bénédiction de son secours nous garde, amen.

272Après qu’abouna Gabra-Nāzrāwi eut fait entrer abouna Daniel (109r°c) dans son église sainte, alors, à ce moment, abouna Daniel dit à abouna Gabra-Nāzrāwi : « Salut à toi, salut à toi, toi mon père abbā Gabra-Nāzrāwi ! Moi ton frère, je suis venu pour t’annoncer la naissance du fils de ma sœur, Ēwosṭātēwos ; (109v°a) bienheureux et élu (est) abbā Ēwosṭātēwos. Voici qu’il montera à Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint – qui a été sanctifiée par l’empreinte des pieds de Notre Seigneur Jésus-Christ. En effet il montera avec nous, ensemble, et nous allons bénir mon monastère, (109v°b) Dabra-Māryām – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint –, aujourd’hui, en ce jour. »

273Que la bénédiction sainte de (Daniel) soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

274Miracle d’abouna Daniel. Que sa bénédiction soit sur nous dans les siècles des siècles.

275En ce jour, le bien-aimé d’abouna Daniel, abouna Gabra-Nāzrāwi, appela (celui-ci) (109v°c) en disant : « Viens, allons à ton monastère, Dabra-Māryām. » Au moment même, les deux justes se levèrent et allèrent ; alors, au moment de leur arrivée, ils montèrent sur le sommet de la montagne. Là, abouna Ēwosṭātēwos les attendit avec l’ange de Dieu, saint Ouriel ; ils entrèrent alors dans (110r°a) l’église sainte de mār Daniel – au moment de l’ascension de la montagne de celui-ci –, eux les trois justes étant là, abouna Gabra-Nāzrāwi et abouna Daniel avec le fils de sa sœur Sena-Ḥeywat, abouna Ēwosṭātēwos, au milieu de la sainte église, le sanctuaire des rois Abrehā et Aṣbeḥa. Alors descendirent pour (110r°b) eux, des cieux, une patène et un calice – pour l’honneur d’abouna Daniel – avec le pain et le vin ; ils en furent communiés, du saint mystère. Alors ces trois justes – abouna Daniel, abouna Ēwosṭātēwos, le fils de la sœur de (Daniel) Sena-Ḥeywat, et abouna Gabra-Nāzrāwi – se réjouirent, (110r°c) ayant vu ensemble ce miracle à Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière, lieu de descente de l’Esprit Saint. Quant à la patène (et) au calice qui sont descendus du ciel, ils existent encore aujourd’hui.

276Que la bénédiction de (ces justes) nous garde, amen.

277Miracle d’abouna Daniel. Que sa bénédiction nous garde, nous tous enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

278Au moment même, (110v°a) après leur entrée, mār Daniel fils de Śeyouma-Sābā les conduisit alors dans son sanctuaire qui était à l’est – que lui-même avait construit de ses mains – où étaient les images des Prophètes et des Apôtres et les images des justes et des martyrs. Il fit entrer à l’intérieur ses pères, les deux justes abouna Ēwosṭātēwos et (110v°b) abouna Gabra-Nāzrāwi ; au moment de leur entrée, Dieu fit descendre pour eux le pain du ciel par la main de son ange Ouriel. Au moment même, ils mangèrent, se rassasièrent et louèrent Dieu leur créateur avec des cantiques et avec des glorifications, en ce jour, le 21 de sanē.

279Que leur bénédiction sainte (110v°c) soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles, amen.

280Miracle de mār Daniel. Que sa bénédiction sainte soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles, amen.

281Après que furent entrés dans Dabra-Māryām-Qorqor – lieu de montée de la prière –, (puis) dans la grotte-oratoire de mār Daniel les bienheureux serviteurs (111r°a) de Dieu abouna Ēwosṭātēwos et abouna Gabra-Nāzrāwi, après qu’ils eurent mangé le pain du ciel, alors, abouna Daniel les conduisit de nouveau à l’intérieur de la maison et sanctuaire des rois d’Axoum, Abrehā et Aṣbeḥa, sanctuaire et tombeau de ce (111r°b) juste, abbā Daniel; il les fit entrer dans le sanctuaire construit des rois. Étant entrés, ils le bénirent, le sanctifièrent et le parfumèrent du parfum de la glorification des anges. En ce jour, Dabra-Māryām-Qorqor brilla de la glorification de ces justes, abouna Ēwosṭātēwos et (111r°c) abouna Gabra-Nāzrāwi, au moment de (leur) entrée dans le monastère de (Daniel). Les pères justes le sanctifièrent, y offrirent l’eucharistie et, pour eux, descendirent la patène et le calice purs. Dabra-Māryām-Qorqor fut purifiée de la souillure de la tache du péché à cause de l’honneur et de la pureté d’abouna Daniel au siège élevé.

282Que sa bénédiction nous garde, nous tous, dans les siècles des siècles.

283(111v°a) 16e miracle de mār Daniel. Que la bénédiction de son Dieu soit avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

  • 129  Réminiscence de Matthieu VII, 13-14.
  • 130  On attendrait plutôt « en bas de ».
  • 131  Cf. Actes II, 3-4.

284Après avoir achevé de bénir Dabra-Māryām-Qorqor, le monastère d’abouna Daniel, abouna Ēwosṭātēwos et abouna Gabra-Nāzrāwi songèrent à prendre le chemin de leur région, (eux) ces (111v°b) deux justes. Le bienheureux mār Daniel entreprit de les raccompagner et ils allèrent par une voie large et une porte étroite129. Alors qu’ils descendaient de la montagne, abouna Ēwosṭātēwos, abouna Gabra-Nāzrāwi et abouna Daniel arrivèrent à côté de130 Dabra-Māryām. Au moment de leur arrivée (111v°c) à la porte étroite, l’Esprit Saint descendit sur eux sous l’aspect d’une colombe blanche et ils burent la boisson des langues partagées, comme les Apôtres leurs pères ; au moment même leur furent révélées soixante-dix langues partagées, les langages de tous les pays131. Cette porte étroite a été appelée – cette (112r°a) voie – « lieu de descente de l’Esprit Saint » depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui.

285Que la bénédiction du Dieu de (ces justes) soit avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

28617e miracle d’abouna Daniel. Que la bénédiction sainte de Daniel soit sur nous tous, ses enfants.

287Quand ce fut le 4 de ṭeqemt, le jour du repos des rois d’Axoum Abrehā et Aṣbeḥa, alors, ces rois vinrent, en âme, auprès de leur bien-aimé abouna Daniel. Étant arrivés, alors, ils lui dirent : « Salut à toi, salut à toi, toi notre père (et) professeur, toi semblable à Daniel (le prophète) ! Aujourd’hui, nous sommes venus auprès de toi pour apporter des pierres noires et rondes de (112r°b) la maison d’abouna Ṣeḥmā, de la région de Ṣadyā, afin d’embellir l’accès de Dabra-Māryām, le passage et l’issue du chemin, de la porte étroite, afin d’y faire une rampe de montée en sorte que les fidèles montent grâce à elle – afin de monter pour la fête – pour se prosterner auprès de l’église de la Vierge Marie mère de Dieu et devant son Fils, Sabaoth Emmanuel. » Mār Daniel dit aux rois Abrehā et Aṣbeḥa : « Avec quoi apporterons-nous ces pierres noires et rondes depuis la région de Ṣadyā, de la maison d’abouna (112r°c) Ṣeḥmā ? » Les rois lui dirent : « Tu (le) sais, abbā. » À ce moment, abbā Daniel appela un petit nuage et ils montèrent dessus tous les trois, les rois et le juste mār Daniel. Ils allèrent rapidement et arrivèrent à la région de Ṣadyā ; ils placèrent les pierres sur le dos du nuage que l’univers ne peut embrasser ni porter et s’en retournèrent rapidement, en hâte et avec diligence. Au moment même, tous trois firent les assises du mur du milieu : au moment même, ils améliorèrent (le chemin), l’aplanirent et l’appelèrent « voie de justice, passage du peuple, porte étroite » ; jusqu’à aujourd’hui, il a été appelé de ce nom.

288Que leur bénédiction sainte soit (112v°a) sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

28918e miracle d’abouna Daniel. Que sa bénédiction soit avec son serviteur (en blanc) dans les siècles des siècles.

  • 132  Cf., pour l’expression, Psaumes XCI (90), 6.

290Un homme qu’avait saisi le démon de midi132 vint de la région de Gouh, de Dabra-Tayāṭron ; (le démon) le faisait sans cesse tomber et se convulser. Il entra dans le monument du tombeau d’abouna Daniel qui était à l’extérieur du sanctuaire et, au moment de son entrée, fut oint de la poussière du tombeau. Le démon de midi sortit de l’homme et (celui-ci) fut guéri de ses convulsions par la puissance du miracle d’abouna Daniel.

291Que sa bénédiction nous garde dans les siècles des siècles, amen.

29219e(112v°b) miracle d’abouna mār Daniel. Que sa bénédiction soit avec nous dans les siècles des siècles.

  • 133  On attendrait plutôt « le 6 de ḫedār ».

293Un jour, le mois de la mort de fête d’abouna Daniel, le 6 de ṭerr133, Notre Seigneur Jésus-Christ vint auprès de lui ; quand il vit son Seigneur, abouna Daniel se prosterna et dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Le Seigneur lui dit : « Qu’à partir d’aujourd’hui il y ait pour toi un pacte à jamais : ceux qui auront foi en ta prière et ceux qui auront fait ta commémoration, que leur péché leur soit remis. »

294Que la prière et le pacte de (Daniel) soient avec nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles.

29520e miracle de mār Daniel. Que sa bénédiction nous garde, amen.

296Et encore, (112v°c) (Jésus) lui donna un pacte, le 6 de yakkātit, en disant : « Ceux qui auront foi en ta prière d’un cœur ferme, qu’ils passent ouvertement (dans les cieux) avec toi ; si (quelqu’un) a donné du pain et une coupe – jusqu’à de l’eau fraîche –, que son péché lui soit remis ; si (quelqu’un) a donné et offert de l’encens à ton église le jour de ta commémoration, qu’il passe ouvertement (dans les cieux) avec toi. » Après cela, abbā Daniel s’agenouilla, se prosterna et dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! À toi (est) la puissance : si j’ai trouvé grâce devant toi, fais miséricorde pour moi à mon père, ma mère et tous mes parents. » Le Seigneur dit : « J’ai fait miséricorde pour toi et j’ai accompli le pacte que je t’ai donné ; demeure (113r°a) à ma droite dans les siècles des siècles. »

297Que la bénédiction sainte de (Daniel) soit sur nous tous, enfants de la communauté (de Dabra-Māryām), dans les siècles des siècles, amen.

  • 134  C’est-à-dire en 1975-76 ap. J.-C.
  • 135  La traduction des mots qui suivent immédiatement ce nom propre est incertaine.

298Le livre de la vie et des miracles d’abouna Daniel, fils de Śeyouma-Sābā, de Dabra-Māryām-Qorqor est achevé dans la paix de Dieu, amen, en la 1968e année de la Miséricorde134, la puissance de Dieu m’aidant, (moi qui suis) de petite capacité, le scribe du (livre), abouna Za-Māryām135 ; elle a surveillé (ce scribe), l’a suscité, (l’)a institué, l’a établi pour écrire la vie d’abouna Daniel vainqueur des démons impurs. Que la bénédiction de celui-ci soit sur nous dans les siècles des siècles, amen.

(Blason)

  • 136  Cf. Juges VI, 36-40.
  • 137  Cf. entre autres, pour la comparaison avec Jacob, Isaïe XLI, 8.
  • 138  Cf. Genèse XLVIII, 13-20.

299(113r°b) Salut à la mention de ton nom dont l’histoire (est) agréable
Et salut à ta chevelure dont l’aspect (est celui de) la toison de Gédéon136.
Daniel Jacob, serviteur de Dieu137.
Bénis tes enfants dont voici qu’ils (sont) dans ta main,
Comme Éphraïm a été béni par son (grand-)père glorieux138.

300Salut à ta tête qu’a embellie Mertādā (?)
Et (salut) à ton visage joyeux, image du soleil du mois de marmoudā.
Daniel, bien-aimé de Georges, l’étoile de Lydda,
Garde-nous, (nous) tes enfants, au jour de la vengeance et de la rétribution
Comme une mère garde du mal son fils.

301Salut à tes paupières qui sont semblables à l’aurore
Et salut à tes yeux qui éclairent complètement.
Daniel notre père, de (113r°c) l’Église ornement de joie,
Alors que la construction de ton sanctuaire élevé est agréable,
Celui qui le dévasterait, qu’il soit dispersé comme le soufre et fohā (?).

302Salut à tes oreilles qui ont écouté l’annonce de Gabriel
Et salut à tes joues dont le nombre des soufflets (va) par quatre-vingt-dix.
Daniel notre père, au moment de ta fête viens
Avec Michel ton bien-aimé qui (est) seigneur sur les armées (célestes).
Bénis ton troupeau et les hommes qui (sont) à toi.

303Salut à tes narines qui hument le (parfum du) sacrifice
Et salut à tes lèvres qui n’ont pas proféré de mensonge.
Daniel, bien-aimé de celui qui est mort sur la croix,
Car tu es un ermite et un solitaire.
En faveur de tes fils multiplie auprès du Père la prière.

304(113v°a) Salut à ta bouche qui a appris la sagesse
Et salut à tes dents qui ressemblent au  lait.
Daniel, ta justice dans les cieux est conservée.
Bienheureux tes enfants qui ont cherché le profit,
De ta justice ils ont reçu un salaire.

305Salut à ta langue qui murmure avec une parole sainte
Et salut à ta voix dont la douceur du mystère a été louée.
Daniel mon père, je te supplie, moi,
Pour que tu ne m’abandonnes pas et me gratifies de faveur
Comme les Disciples ont été gratifiés de l’Esprit Saint.

  • 139  Cf. Genèse XXII, 1-12.

306Salut à ton souffle qui guérit par son exhalaison
Et salut à ta gorge dans l’enseignement des six paroles.
Daniel Isaac, sacrifice de Dieu139,
Viens, viens avec les sept chefs (des anges)
(113v°b) Pour visiter cette tienne maison et ce tien peuple !

307Salut à ta nuque qui s’est attaché le collier de la pureté
Et salut à ton épaule qui a porté le joug de la règle.
Daniel, (toi) dont le cœur s’est enivré de l’amour de Dieu,
Quand ils t’ont vu dans le désert en train de faire un miracle,
Les démons et le serpent t’ont donné la montagne.

  • 140  Cf. Jean XIII, 23.

308Salut à ton dos qui a été revêtu du cilice de l’épreuve
Et salut à ta poitrine qu’a serrée l’Enfant du malheur.
Daniel Jean qui s’est reposé sur (Jésus)140,
Autant que la grâce céleste il a gratifié d’une bouche
L’homme à la bouche liée qui était bègue.

  • 141  Cf. Genèse XVIII, 2.
  • 142 Cf. Psaumes CXVI (115), 15.

309Salut à ton sein, il est le reposoir des saints,
Et salut à tes mains qui palpent (113v°c) selon leur condition.
Daniel Abraham qui aime accueillir l’étranger141,
Abbā, les trois Bâtons de feu te disent :
« En vérité, glorieuse (est) la mort du juste142. »

  • 143  Cf. Marc III, 13.

310Salut à tes bras qui sont très forts
Et salut à tes coudes, ils ressemblent aux coudes de Moïse.
Daniel Marc, comme au sommet d’une montagne il s’est retiré143,
Plus que les athlètes (de Dieu) il a augmenté le combat
Et en combattant il a obtenu la gloire, la richesse de l’âme.

311Salut à ton avant-bras qui a mesuré la maison du savoir
Et salut à ta paume, elle a commencé à tout faire.
Daniel, fils de celui qui a ressuscité les morts,
Ils se sont dit à ton sujet : « Chaque fois que s’est levé le jour, il était là.
En vérité, nous avons vu: au-delà de (celle des) justes (est) sa vertu. »

312Salut à tes doigts qui ont écrit des psaumes
Et salut à tes ongles (114r°a) qui ont donné force au conseil.
Daniel Éliab, après que tu as été envoyé une fois,
Tu n’as pas demandé (quelqu’un) d’entre les sages ni un maître qui admoneste
Pour construire le sanctuaire du monastère qui est à toi.

313Salut à ton côté qui ne s’est pas du tout couché
Et salut à ton ventre, banquet de la nourriture de bénédiction.
Daniel David, accomplisseur de la sagesse et de la justice
D’Ēwosṭātēwos, le docteur de la Loi ; et ses enfants qui ont subsisté
Désirent que leur vie monte à ta droite.

314Salut à ton cœur, connaisseur de toute nature,
Et salut à tes lombes collés par l’amour de Dieu.
Daniel, l’homme qui aura été condamné,
S’il a foi en toi avec une confiance ferme,
(114r°b) Régnera, (même) pécheur, avec toi dans le royaume du ciel.

  • 144  Cf. Nombres XVI, 32-33.

315Salut à ta pensée qui a glorifié la nature de la Trinité
Et salut à tes intestins dont l’aspect (est) le pouvoir de Dieu.
Daniel, père d’Ebna-Sanbalt l’aîné du présent (divin),
Que la terre avale nos ennemis en ouvrant sa bouche
Comme Datân et Abiram qui retournèrent en elle144.

316Salut à ton nombril que la douceur de la tête du clou a foulé
Et salut à tes entrailles que le feu de l’amour du Verbe a incendiées.
Daniel a appelé Gabra-Nāzrāwi avec hospitalité.
Qu’avec toi demeure, ô Seigneur, (114r°c) celui dont tu aimes les fils,
Car il n’a pas été, lui seul, sa préoccupation.

317Salut à tes reins, le cilice de l’Esprit Saint (est) leur ceinture,
Et salut à tes cuisses, les neuf colonnes de la foi.
Daniel, place (?), mur de la maison de prière
Où les saints demeurent et s’appuient,
Dans laquelle demeurent le corps du salut et le sang.

318Salut à tes genoux qui se prosternaient dix mille fois
Et salut à tes pieds qui n’ont pas cherché le repos.
Daniel, mon père, ne me rejette pas complètement,
En effet mon temps a passé étant inutile
Comme une branche qui, avant que ne fructifiât sa fleur, s’est dépouillée.

319Salut à (114v°a) tes talons qui sont sortis depuis l’est
Et salut à tes pas qui, avec les sandales, ont aplani le mur.
Daniel mon père, selon que ton Seigneur a établi
Tout ce que tu as voulu, moi étant témoin,
Il te dit : « Ici (est) Dabra-Māryām, viens. »

320Salut à tes orteils qui (sont) dix à eux tous
Ainsi que les ongles sur eux.
Daniel, maître de Yoḥannes le prêtre,
(Nous) tes amis qui sont à gauche et (à) droite,
Garde-nous, (nous) tes enfants, du temps mauvais.

321Salut à ta stature, arbre de la plantation du Jardin qui est haut,
Et salut à ton blason qui a rougi comme la fleur de grenade.
(114v°b) Daniel mon père, je te supplie beaucoup,
Car mon temps et mon jour sont arrivés.
Donne-moi une pénitence comme tribut de ta bénédiction.

322Salut à la sortie de ton âme de l’intérieur du corps, au désert,
Et salut à la dépouille de ton corps, elle a été scellée à l’entrée de sa maison.
Daniel mon père, toi tu saisis le monde.
On se réjouit de ta venue, (toi) étant présent le jour du jugement,
Ayant d’entrée saisi l’annonce de l’ange.

323Salut à l’ensevelissement de ton corps dans le manteau de pourpre de la foi
Et salut à ton tombeau dans Dabra-Māryām la grande.
Daniel, père d’Ēwosṭātēwos (114v°c) l’élu,
S’ils font ta commémoration – y compris avec un creux de main d’eau fraîche –,
Est-ce que les pauvres ne seront pas saufs lors de la fête de la grâce ?

324J’ai offert le présent du salut avec l’amour dont j’ai été capable,
Par ton grand amour qui n’est pas épuisé par la parole.
Daniel, mon père, (toi) qui fais des miracles.
Reçois ton présent, ô Seigneur, avec celui qui viendra après.
À cette eau, la pluie, ta bonté, qu’on donne un psaume.

325Que Dieu soit béni par la bouche (des êtres) de chair,
Lui qui m’a donné une voix pour que je te loue sans omission.
Daniel, le bien-aimé de Gabra-Nāzrāwi plein de grâce,
Dans le monastère de paix, gardien de ses règles et de sa loi,
Dans notre terre, qu’apparaisse le fleuve de ton secours.

326Ô Dieu de Daniel, garde-nous, soustrais-nous au jour mauvais et délivre-nous de toute (115r°a) tentation, (nous) tes serviteurs, enfants de Daniel de Dabra-Māryām-Qorqor.

327(Ce livre est ce qui reste) de ce qui a péri dans les jours de Gragne, le roi musulman et, aujourd’hui, les enfants de Daniel l’ont trouvé à grand-peine en cherchant.

328En 1968 de l’ère de la Miséricorde. Son prix (est) de sept cents berrs et son scribe (est) abouna Za-Māryām.

  • 145  La traduction de ces deux phrases en amharique est due à l’obligeante amitié d’Emmanuel Fritsch.

329Sur la base de notre contrat, j'ai reçu sept cents berrs. J’ai remis le gadl de Daniel de Qorqor, pas (d’)un autre, ayant achevé de l’écrire intégralement145.

330Béni soit Dieu qui m'a fait achever dans la sécurité et dans la paix, pour les siècles des siècles.

Haut de page

Bibliographie

Lusini, G., 2005, « Daniel », in S. Uhlig, Encyclopædia Æthiopica, vol. 2, p. 85-86.

Colin, G., 2014, « Vie et miracles de Daniel de Qorqor. Introduction », Afriques [En ligne], Sources. URL : http://afriques.revues.org/1487

Colin, G., 2004, Le livre éthiopien des miracles de Marie, Paris, éd. du Cerf.

Haut de page

Notes

1 Littéralement « le récit de la vie (gadl) ».

2 Ce nom remplace un nom précédent systématiquement effacé ; celui-ci subsiste néanmoins dans le texte en deux ou trois occurrences, il s’agit de Iyasous-Moʾa.

3 Cf., par exemple, la lecture du 12 ḫedār du Synaxaire.

4 Littéralement « un tribut d’impôt ».

5 Cf. Isaïe XIX, 19.

6 Littéralement « (celui qui) était et est » ; cf., entre autres, Apocalypse I, 4.

7 Littéralement « les Actes du ministère ».

8 Littéralement « (l’ordre) guèze de l’Éthiopie ». Cf. infra où cette étape de l’apprentissage est placée – correctement – après celle du syllabaire dans l’ordre amharique et avant celle des textes scripturaires.

9 Cf. note 6.

10 Cf. G. Colin, 2014, § 9.

11 La forme መተርጕማዊ፡ est absente des dictionnaires.

12  376 a.m. = 204 ou 736 ou 1260 ou 1800 ap. J.C.

13  Cf., sur ce personnage, G. Colin, 2014, § 11.

14 Le sens de ces mots « hébraïques et arabes » – et de ceux, en italique, qui suivent – me reste obscur.

15 Cf. entre autres Hébreux V, 6.

16 Cf. Matthieu III, 16.

17  Cf. note 19.

18 La traduction de ce début de paragraphe à la rédaction embarrassée est en partie incertaine.

19  Cf. Actes VI, 5 ; VII, 55-56.

20 Cf., pour ce moment, Actes XX, 7.

21  Cf. Psaumes I, 3.

22  Cf. Daniel (grec) III, 26. Cette prière fait partie des « Cantiques des prophètes » figurant dans le psautier éthiopien.

23  Cf. 4Esdras XIV, 38-44.

24  Cf. Matthieu IV, 3.

25  Il s’agit ici d’un des très rares endroits du manuscrit où le nom du père de Daniel n’a pas été effacé et remplacé par celui de Śeyouma-Sābā.

26  Cf. entre autres Matthieu XVI, 26.

27  Cf. Matthieu XIX, 29 ; Luc XIV, 26.

28  Cf. Daniel XIV, 33-39.

29  Cf. 1Rois XVII, 1 ; Luc IV, 25.

30  Cf. 4Esdras IX, 26 ; X, 25.

31  ተካሴ፡ (« épaules ») est peut-être, s’il ne s’agit pas d’une simple erreur graphique, une variante, non attestée dans les dictionnaires, de ተኬሳ፡.

32  Littéralement : « le Daniélien ».

33  À Pēṭros.

34  Cf. Psaumes CXIX (118), 1.

35  Cf., pour la comparaison, Exode XVI, 31.

36  Cf., sur ce personnage qui partage avec Daniel le fait d’avoir détruit des temples païens, la lecture du 10 ṭeqemt du Synaxaire.

37  Cf. la lecture du 1er genbot du Synaxaire.

38  Le mot ሞአ፡ du texte guèze constitue la deuxième partie du nom Iyasous-Moʾa ; le premier élément – effacé – a été remplacé par Śeyouma.

39  Cf. Psaumes LXV (64), 7-8.

40  Cf. Josué VI, 1-20  et, pour les soixante-dix rois, Juges I ,7.

41  Le mot ንሥገት፡ (« fermeture »), dérivé de ነሠገ፡, est absent des dictionnaires.

42  Cf. Psaumes LXVIII (67), 2.

43  Réminiscence de Matthieu VII, 13-14.

44  Cf. Psaumes LXXXVII (86), 1-2.

45  Cf. Psaumes LXXVIII (77), 69.

46  Cf. Matthieu V, 1-3.

47  Cf. entre autres, pour le troupeau de cochons anéanti, Matthieu VIII, 30-32.

48  C’est-à-dire la Vierge Marie.

49  Cette attribution du gadl à des moines égyptiens, si elle est exacte, montre qu’il y a deux strates de rédaction, la deuxième partie étant due à Za-Māryām (f. 113r°a).

50  Cf. Psaumes XLVI (45), 5-6.

51  Cf. Psaumes LXXVIII (77), 69.

52  Cf. Cantique IV, 6.

53  396 a.m. = 224 ou 756 ou 1280 ou 1820 ap. J.C.

54  6459 année du monde = 966-967 ap. J.C.

55  Cf. Daniel I, 7.

56  Littéralement : « le Daniélien ».

57  Cf. Psaumes CXXI (120), 1-2.

58  Le mot sanbalt désigne le nard fin ; le nom Ebna-Sanbalt veut ainsi dire, semble-t-il, « Pierre de nard » ou « Fils de nard », à moins qu’il ne s’agisse d’une réinterprétation du nom – Ebna-Sanbat – du maître de Daniel (cf., pour ce personnage, la notice sur Daniel de G. Lusini, 2005).

59 Cf. entre autres Daniel VII, 9.

60  Le mot አስተፍሳሔ፡ (« réjouissance »), forgé pour les besoins de la rime en ē sur la forme verbale አስተፍስሐ፡, est absent des dictionnaires.

61  Cf. Jean X, 1-2.

62  Cf. entre autres Ézéchiel I, 26.

63 Cf. Isaïe VI, 3-4.

64 Cf. Psaumes CXVIII (117), 20-21.

65 Il manque ici des mots tels que « il leur dit : “Levez-vous” ».

66 C’est-à-dire Frumence, le convertisseur et premier évêque d’Éthiopie.

67  Cf. par exemple, sur ce personnage et l’action de saint Michel en sa faveur, la lecture du 25 ṭeqemt du Synaxaire.

68 Cf., pour la fête de l’Assomption, la lecture du 16 naḥasē du Synaxaire (le jeûne qui précède cette solennité commence le premier jour du mois).

69 Cf., sur ce manteau, Exode XXVIII, 31-35.

70  Sur Ildefonse de Tolède et le manteau que lui apporte la sainte Vierge, cf., entre autres, G. Colin, 2004, p. 23-24.

71 Le mot መተርጕማዊ፡ (« traducteur ») n’est pas attesté dans les dictionnaires.

72  Un ou plusieurs mots manquent au début de cette phrase à la traduction, par ailleurs, incertaine ; il semble que Salāmā s’y adresse à Dieu.

73 Le guèze a omis le complément d’objet du verbe « firent » ; il doit s’agir d’un mot tel que « glorification » ou « action de grâce ».

74  Il manque ici des mots tels que « Daniel revint dans son monastère, ».

75 ተከውከወት፡ (ተከወወት፡ dans le manuscrit) est, semble-t-il, une forme passive du verbe actif inusité ከውከወ፡ (« entourer »).

76  La traduction de cette fin de phrase est incertaine.

77 Cf. Genèse XXXVII, 33-35.

78 Cf. Apocalypse IV, 8.

79  Cf. Luc XXIII, 39-43.

80  Cf. entre autres Jean XX, 1-2.

81 La traduction de ce début de phrase, dont le texte semble corrompu, est incertaine.

82  464 a.m. = 292 ou 824 ou 1356 ou 1888 ap. J.C.

83  Les mots guèzes ዘመዝባዕ፡ ወዘአፉሁ፡ ውእቱ፡ ne donnent pas de sens satisfaisant dans ce contexte.

84  Cf. Daniel VII, 9.

85  Il s’agit d’un des seuls passages du gadl où le nom du père de Daniel n’a pas été effacé et remplacé par celui de Śeyouma-Sābā.

86 Cf. Matthieu XVIII, 22.

87  On attendrait plutôt « en Galilée » ou « en Judée ».

88  Cf. entre autres Matthieu IV, 1-2.

89 Cf. Psaumes CXXII (121), 1-3.

90  Cf. Psaumes XXXV (34), 13-14.

91  On attendrait plutôt « En quatrième ».

92  Cf. Luc XXIII, 29-30.

93  Cf. Psaumes CXXXIV (133), 2-3.

94  Ici et quelques mots plus loin, on attendrait plutôt « ils allèrent ».

95  Cf. Daniel II, 34, 45.

96  Cf., pour la comparaison, Apocalypse I, 15.

97  Cf., pour cette date du baptême tant de Jésus que de Daniel, la lecture du 11 ṭerr du Synaxaire.

98  Cf. Psaumes XXXV (34), 13.

99  C’est-à-dire le prophète Élie (cf. 1Rois XVII, 9).

100  C’est-à-dire Bethléem (cf., entre autres, Genèse XXXV, 19).

101  On peut aussi comprendre « comme si tu l’avais vue ».

102  Cf. 1Timothée III, 5.

103  Cf. Deutéronome XXXII, 8.

104  101 a.m. = 461 ou 993 ou 1525 ap. J.C.

105  Littéralement : « le Salomonien ».

106  Cf. entre autres, pour ce vêment des saints hommes, Hébreux XI, 37.

107  Citation non identifiée.

108  « Sālēm » est mis pour « Jérusalem ».

109  Dans ce paragraphe qui devait être introduit par quelques mots indiquant le changement de locuteur, c’est Dieu qui s’adresse à Daniel et lui apprend le péché des rois.

110  Cf., pour cette indication chronologique, Matthieu XXVIII, 1.

111  Cf. entre autres, pour ces phénomènes météorologiques accompagnant un événement exceptionnel, Apocalypse IV, 5.

112  Cf. Psaumes XXXIV (33), 19-20.

113  La mention d’abbés portant le titre d’évêque ou d’archevêque est quelque peu étonnante (cf. toutefois le folio 50v°b où Marie investit Daniel de la dignité épiscopale, « comme Ildefonse l’évêque »).

114  Cf. entre autres, pour l’association des pécheurs et des publicains, Matthieu IX, 10.

115  Cf. Genèse II, 13.

116  Le guèze porte « jusqu’à la dix et … génération » ; peut-être s’agit-il de la seizième, si l’on en croit la disposition, analogue, du folio 96 r°c.

117  Cf. entre autres, pour cet instrument de musique, Psaumes XXXIII (32), 2.

118  Cf. Psaumes CXVIII (117), 20-21.

119  Cf. Psaumes CXVI (115), 15-16.

120  Il manque ici des mots tels que « et les anges s’écrièrent ».

121  395 a.m. = 223 ou 755 ou 1279 ou 1819 ap. J.C.

122  Ce pluriel (ኰኵሓት፡) de ኰኵሕ፡ (« roc ») est absent des dictionnaires.

123  396 a.m. = 224 ou 756 ou 1280 ou 1820 ap. J.C.

124  Cf. entre autres, à propos des cochons et des démons, Matthieu VIII, 32.

125  Il manque ici des mots tels que « dans le monastère de ».

126  Cf. Josué VI, 1-21.

127  Le guèze ajoute « celui qui a planté ce cèdre (est) Ēwosṭātēwos, le fils de la sœur de (Daniel) ».

128  Cf., par exemple, la lecture du 18 maskaram du Synaxaire.

129  Réminiscence de Matthieu VII, 13-14.

130  On attendrait plutôt « en bas de ».

131  Cf. Actes II, 3-4.

132  Cf., pour l’expression, Psaumes XCI (90), 6.

133  On attendrait plutôt « le 6 de ḫedār ».

134  C’est-à-dire en 1975-76 ap. J.-C.

135  La traduction des mots qui suivent immédiatement ce nom propre est incertaine.

136  Cf. Juges VI, 36-40.

137  Cf. entre autres, pour la comparaison avec Jacob, Isaïe XLI, 8.

138  Cf. Genèse XLVIII, 13-20.

139  Cf. Genèse XXII, 1-12.

140  Cf. Jean XIII, 23.

141  Cf. Genèse XVIII, 2.

142 Cf. Psaumes CXVI (115), 15.

143  Cf. Marc III, 13.

144  Cf. Nombres XVI, 32-33.

145  La traduction de ces deux phrases en amharique est due à l’obligeante amitié d’Emmanuel Fritsch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Colin, « Vie et miracles de Daniel de Qorqor. Traduction française », Afriques [En ligne], Sources, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://afriques.revues.org/1495

Haut de page

Auteur

Gérard Colin

Chargé de recherche CNRS, Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org