Navigation – Plan du site
Des pratiques alimentaires aux frontières de la discipline historique

Entre sables et pierres : s’alimenter et boire dans les villages néolithiques d’une zone refuge saharienne de Mauritanie sud-orientale

Between sands and stones: Eating and drinking in the Neolithic villages of a Saharan refuge area in South-Eastern Mauritania
Sylvie Amblard-Pison

Résumés

En Mauritanie sud-orientale, les falaises de Tichitt et Oualata ont constitué une zone refuge abondamment occupée entre le début du IIIe millénaire avant J.-C. et celui de notre ère, grâce à leurs réserves d’eau. Des centaines de villages aux murs de pierre ont été construits par des hommes vivant de cueillette, de chasse, d’élevage et d’agriculture. La recherche de l’eau, la production et la récolte de nourriture, leur conservation ont entraîné une organisation de la société très spécifique. Les repas se préparaient dans les concessions, à l’aide d’ustensiles façonnés dans les matières premières locales. Les vestiges architecturaux, matériels et artistiques témoignent de la circulation des denrées et de la transmission des savoir-faire tout au long de ces falaises. Certains secteurs villageois semblent avoir été des lieux d’échanges privilégiés de type marché. L’ensemble de ces éléments révèlent la dynamique et l’adaptation de ces sociétés néolithiques face aux impératifs vitaux que sont boire et manger.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  G. Quéchon, A. Person, 1997.
  • 2  P.J. Munson, 1971 ; H.J. Hugot, 1979 ; S. Amblard, 1984 ; A. Holl, 1986 ; S. Amblard-Pison, 2006.

1Pour les populations qui vécurent en milieu saharien à l’époque néolithique, se nourrir et s’hydrater étaient des impératifs d’autant plus forts qu’ils dictaient le choix même de leur implantation. Si les conditions climatiques optimales de la première moitié de l’holocène ont favorisé un habitat dispersé au Sahara méridional1, dans la seconde période, le climat tendant vers l’aride a transformé cette région en un théâtre de mouvements de population. En Mauritanie sud-orientale, dans la région du Hodh, la longue barre rocheuse des Dhar de Tichitt et Oualata (figures 1 et 2), piégée entre deux étendues sableuses peu hospitalières, apparaît avoir été adoptée pour ces raisons par un grand nombre d’hommes dès l’aube du IIIe millénaire avant J.-C. Sur le rebord et les pentes de ces falaises, ils ont construit des villages aux murs de pierres sèches2 (figure 3), dont les ruines forment aujourd’hui un ensemble spectaculaire s’étendant presque continûment sur plus de 500 km.

Figure 1 : Les Dhar de Mauritanie sud-orientale

Figure 1 : Les Dhar de Mauritanie sud-orientale

© S. Amblard-Pison.

Figure 2 : Le Dhar Oualata et le Baten avec des dépôts lacustres en premier plan

Figure 2 : Le Dhar Oualata et le Baten avec des dépôts lacustres en premier plan

© S. Amblard-Pison.

Figure 3 : Un aspect du village v.72

Figure 3 : Un aspect du village v.72

© S. Amblard-Pison.

2Au pied des falaises, dans le Baten, de grands sites d’habitat sans architecture lithique renforcent encore l’image d’une densité humaine importante dans cette région lors des deux mille ans de son occupation, avec une phase plus intense entre le milieu du IIIe millénaire et celui du Ier avant J.-C. Ceci sous-entend une biomasse animale et végétale suffisante pour répondre aux besoins journaliers des habitants. Les techniques mises en œuvre pour récolter et produire ces diverses ressources végétales et animales, voire pour les conserver, puis les rendre aptes à la consommation, suggèrent des moyens et ustensiles particuliers. L’approche du mode de vie de ces populations néolithiques, parfois limitée pour ces périodes anciennes, reste néanmoins possible grâce à de nombreux témoignages archéologiques et à l’étude du milieu.

Une zone refuge aux ressources environnementales relativement abondantes

3Ces falaises (les Dhar) et leurs prolongements ouest (Dhar Tagant) et sud (Dhar Néma) s’étirent en arc de cercle sur plus de 800 km. À leur pied s’étend le Baten (figure 2), couloir limité, large de quelques kilomètres, entre le massif dunaire de l’Aouker et les contreforts de la falaise, et au revers envahi par les sables du grand erg de la Majâbat al-Koubrâ. Sur le plateau de la falaise, la présence d’un vent plus ou moins fort mais quasi permanent et de direction constante permet de bénéficier d’un air moins chaud qu’au pied du relief. Ces conditions environnementales contribuent en partie à expliquer le choix de cet emplacement par ces hommes qui y construisirent plusieurs centaines de villages (figure 3).

De l’eau

  • 3  Empilement de couches sédimentaires déprimé au centre.
  • 4  A. Person et al., 1995 ; A. Person et al., 1996.

4Le géoécosystème exceptionnel représenté par les Dhar correspond à la bordure méridionale de la synéclise3 de Taoudenni. Il constitue un véritable château d’eau grâce à ses nappes phréatiques alimentées à l’optimum climatique de l’holocène ancien. Les perturbations de la circulation éolienne, liées à la présence même du relief des falaises, conduisent à des turbulences surcreusant les sédiments du Baten jusqu’à atteindre ce niveau phréatique ; ce phénomène aménage ainsi des lacs hydroéoliens, des mares et des zones de marécages4. Les vestiges paléoenvironnementaux qui témoignent de ces étendues d’eau lacustres et palustres sont nombreux (figure 2) ; les plus spectaculaires consistent en bancs et buttes blanchâtres de diatomites (amoncellements de diatomées, algues unicellulaires d’eau douce), qui donnent un aspect lunaire au paysage. La résurgence de sources, y compris en période sèche, est par ailleurs une constante de la région. Leur alimentation dépend de la circulation des eaux à l’intérieur des formations primaires (paléozoïques) qui constituent la falaise. Le plateau rocheux avec ses bassins naturels retient les eaux météoriques. Le trop-plein de ces réservoirs était à l’origine d’écoulements d’orientations variées, dont la plupart alimentaient les oueds temporaires du Baten, aux lits (batha) restés bien visibles dans le paysage. La ligne de puits encore exploités qui jalonnent le tracé des Dhar atteste toujours la présence de ces eaux souterraines.

5Les eaux de résurgence fossiles constituaient l’essentiel des ressources aquatiques disponibles lorsque l’apport des pluies devenait insuffisant. Malgré un climat à tendance aride, peu différent de l’actuel, la vie était donc possible dans ce couloir restreint, incluant la bordure de la falaise et le Baten entre le début du IIIe millénaire avant J.-C. et celui de notre ère. Cependant, la gestion de ces ressources en eau a dû être organisée très vite, comme nous le verrons par la suite.

Des pierres, de l’argile et des sols arables

6Cette zone refuge au milieu des sables représentait aussi pour les hommes qui l’investirent une réserve de matières premières de choix pour construire leurs habitats, tailler des outils et façonner des récipients. La falaise étant un ensemble gréso-schisteux (figure 2), le grès est partout présent, notamment aux côtés de quartzite, quartz, dolérite, phtanite et schiste : un éventail de matières capables de répondre à des besoins divers et auxquelles les hommes ont su s’adapter en utilisant leurs particularités. De nombreux exemples le soulignent : ainsi le grès était employé pour la construction des différents éléments architecturaux des villages, et ses qualités abrasives appréciées pour le mobilier de broyage (meules [figure 4], broyeurs) et de polissage (pierres à rainures) ; le quartzite et le jaspe, excellents matériaux pour la taille, ont servi de supports notamment aux grattoirs, perçoirs et armatures de flèches ; la dolérite, de par sa dureté, sa résistance à l’écrasement et la forme naturelle souvent sphérique sous laquelle on la trouve, a fourni percuteurs et molettes, gouges, haches et herminettes ; la phtanite, au débitage naturel en barres, a été exploitée pour façonner des ciseaux, haches et herminettes ; la silexite, au même type de débitage, a servi de support à la quasi-totalité des grandes lames taillées de type houe ; les petits galets ovoïdes de quartz ont été transformés en grattoirs et perçoirs ou, perforés, en perles ; quant au schiste, au délitage en plaquettes, il est à l’origine d’une industrie tout à fait originale, limitée presque exclusivement à la production d’armatures de flèches polies qualifiées de « doucies ».

Figure 4 : Meule sur un site du Baten de Tichitt

Figure 4 : Meule sur un site du Baten de Tichitt

© S. Amblard-Pison.

  • 5  A. Person et al., 2001 ; B. Ferré et al., 2001.

7Les argiles utiles à la fabrication des récipients pouvaient être récoltées sur les sols de bords de marigot ou de dépression lacustre et le long des oueds temporaires. Quant aux sols nécessaires aux cultures (cfinfra), les hommes ont su les trouver également dans le Baten, voire les « fabriquer » en mêlant sédiments du Baten et sables du plateau au sommet duquel ils ont été acheminés5.

Des ressources végétales et animales sauvages

8Pour se nourrir, ces villageois néolithiques disposaient des plantes et animaux sauvages de leur environnement immédiat. Cueillette, chasse et, en moindre importance, pêche ont été pratiquées. L’identification de ces ressources locales a été rendue possible grâce à de nombreux témoignages directs et indirects.

Les produits de cueillette

  • 6  Si l’on se réfère aux travaux de E. Schulz et A. Adamou, 1992.
  • 7  A. Person et al., 1996.

9Les espèces identifiées sont caractéristiques de la limite Sahara/Sahel6. Ce cadre, confirmé par les résultats sédimentologiques, correspond bien à celui des populations d’une « zone refuge7 » dans la seconde moitié de l’holocène. Les indices de leur présence sont multiples et variés : empreintes de graines intégrées – en tant que dégraissant – à l’argile des poteries, composition isotopique du carbone constituant cette matière organique, graines fossilisées, pollens et phytolithes contenus dans des paléosols. Tous attestent la présence en grand nombre de graminées, confirmée par ailleurs par l’abondance du matériel de broyage sur les sites (figure 4).

  • 8  H. Jacques-Félix, 1971 ; S. Amblard, J. Pernès, 1989. Dans ce groupe de végétaux, au cycle photosy (...)
  • 9  H. Jacques-Félix, 1971.

10Dans ce paysage parsemé de dunes dans la seconde moitié de l’holocène, la couverture herbacée ne devait guère différer de l’actuelle. La faible épaisseur des paléosols enregistrée par les dépôts sédimentaires témoigne de la fugacité des conditions favorables au développement de la végétation, dont l’importance variait selon les hivernages. Les plantes comestibles que la nature proche fournissait à l’homme permettaient un régime constitué de diverses espèces, parmi lesquelles les céréales abondaient. Si l’on s’appuie sur le nombre d’empreintes identifiées dans l’argile des poteries, les plus récoltées semblent avoir été le fonio sauvage (Panicum laetum), le cram-cram (Cenchrus biflorus) et le mil (Pennisetum sp.)8. Dans le Baten, Panicum laetum, qui affectionne les sols des zones inondées de manière saisonnière, trouvait un terrain particulièrement apte à son développement. Il en était de même pour Cenchrus biflorus, extrêmement prolifique à l’état naturel, et Pennisetum (Pennisetum mollissimum, mil sauvage), très bien adaptés aux sols sablonneux. L’existence de Panicum turgidum (trace fugace attestée dans un seul village par un seul moulage d’empreinte9) reste très probable, car il pousse généralement sur les dunes de sable ou dans les lits d’oueds asséchés.

  • 10  Notamment au Sahel nigérien (E. Bernus, 1967). Cenchrus biflorus est encore consommé comme vivre d (...)
  • 11 P.J. Munson, 1971 ; H.J. Hugot, 1979.
  • 12  M. Gast, 1968 ; X. Jaouen, 1988 ; E. Bernus, 1992-1993. La consommation des fruits d’Ephedra altis (...)
  • 13 P.J. Munson, 1971.

11À ces graminées sauvages, toujours consommées10, s’ajoutaient les productions des arbres et arbustes : les fruits du Ziziphus lotus (le jujubier), de Balanites, du Celtis intergrifolia11 (le micocoulier), aux feuilles également préparées en ragoût, et sans doute aussi d’Ephedra altissima12. La présence de cucurbitacées, comme Citrullus sp. (le melon d’eau), est signalée par deux empreintes de graines dans l’argile de poterie13. La liste des produits de consommation issus du monde végétal apparaît donc variée. Mais elle doit sans doute être étendue à d’autres aliments originaires de ce même milieu et n’ayant pas laissé de traces.

12Ces végétaux récoltés par l’homme ont constitué également un très bon fourrage pour les animaux. En témoignent d’autres plantes poussant dans la région à cette époque et connues pour être appréciées de ces derniers, notamment : les combretacées, les pousses et graines de l’acacia (Acacia seyal) et du Calligonum, les buissons de chenopodiacées, les rameaux des rubiacées, les jeunes pousses de Typha, voire les euphorbes.

Du gibier, des poissons et des mollusques aquatiques

  • 14  J. Daget, 1971 ; R.D. Estes, 1971 ; R. Tucker Abbott, 1971 ; P.F. Turnbull, 1971 ; R.C. Wood, 1971 (...)

13Les espèces sahariennes dominent largement les restes osseux14 et représentations rupestres d’animaux sauvages. Dans le Baten et sur le plateau des Dhar, les animaux vivaient selon leur écologie, plus ou moins proches des points d’eau qu’ils partageaient avec l’homme dans cette étroite bande de terrain. Gazella sp., Addax nasomaculatus, Oryx dammah, Mellivora capensis témoignent de l’aridité déjà bien prononcée du climat de l’époque. À l’intérieur du village v.72, ils figurent aux côtés de restes osseux appartenant à des animaux aux biotopes différents : des espèces ne vivant jamais loin de l’eau, comme l’éland de Derby (Taurotragus derbianus), le cobe (Kobus sp.) et l’hippotrague (Hippotragus equinus), et d’autres sahéliennes, tels le grand koudou (Tragelaphus sp.), le rat de Gambie (Cricetomys gambianus) la genette (Genetta genetta), le léopard (Panthera pardus) et des animaux du genre Equus. Parmi les gros mammifères présents dans la région à l’holocène inférieur et dont les besoins en eau sont importants, seul le rhinocéros aurait pu être consommé. Des ossements retrouvés dans deux villages semblent l’attester ; ses possibilités d’adaptation en milieu subdésertique rendent sa présence possible tout au moins au début de l’occupation en villages, à l’aube du IIIe millénaire avant J.-C.

  • 15  GX. 1421 : P.J. Munson, 1971.
  • 16  Gif. 4110 : G. Delibrias et al., 1988. Calibrations à 2 sigma avec OXCAL 4.1. et la courbe IntCal (...)
  • 17  R. Tucker Abbott, 1971 ; H.J. Hugot, 1977 ; A. Person et al., 1995 ; 1996.
  • 18  GX. 1890 : P. J. Munson, 1971.

14Les villageois des Dhar disposaient aussi, tout au moins à certaines périodes de l’année, de réserves de nourriture aquatique (issue de nappes de résurgence et d’oueds temporaires). L’ichthyofaune, dont le rôle n’a pas dû être négligeable, comprenait des poissons tels Claria sp. et Tilapia sp., caractéristiques d’eaux peu profondes, de type mares et marécages. Les dates obtenues à partir de vertèbres de poisson du Baten montrent que ce complément alimentaire était disponible pendant presque toute la durée d’occupation néolithique de la région : de 3465 ± 160 BP (2271-1422 cal BC)15 à 2610 ± 110 BP (978-411 cal BC)16. L’abondante faune malacologique identifiée17 était vraisemblablement source de nourriture. Par exemple, la consommation de mollusques, tels Parreysia sp., bivalves présents en 3700 ± 130 BP (2468-1760 cal BC)18 dans les eaux des dépressions interdunaires du Baten de Tichitt, s’avère probable.

L’adaptation des populations

  • 19  Aucun vestige humain correspondant à cette période n’ayant jusqu’à présent été découvert.

15Le gibier vivant, apparemment, en toute quiétude dans la région lors de la première moitié de l’holocène19 s’est trouvé vite amenuisé du fait de la chasse. Les autres ressources sauvages du milieu naturel sont rapidement devenues insuffisantes pour une population ne faisant que s’accroître. Dès les débuts de leur sédentarisation le long de ces falaises, comme l’indiquent les dates du radiocarbone, les hommes ont dû s’adapter pour préserver cet environnement sous peine de le détruire totalement. Ils ont su ainsi compléter ces ressources sauvages en cultivant du mil et en élevant des bovins et du petit bétail.

Des pratiques agricoles originales

  • 20  H. Jacques-Félix, 1971 ; S. Amblard, J. Pernès, 1989.
  • 21  S. Amblard, G. Quéchon, 1994.

16Malgré des conditions climatiques globales précaires sur l’ensemble du Sahara méridional, la pratique de l’agriculture a été néanmoins rendue possible tout au long des Dhar de Tichitt et Oualata. Ceci en raison même de la présence des ressources phréatiques de la falaise. Les témoignages directs d’agriculture y sont bien présents, étayés par de nombreuses preuves indirectes (abondant mobilier de broyage, nombreux vestiges de récipients en céramique, outils à vocation agricole et espaces aménagés). L’abondant dégraissant végétal inclus dans l’argile des poteries a laissé des empreintes de mil Pennisetum domestiqué à la surface des récipients20. Aucun autre témoignage d’autres espèces cultivées n’a été observé. Mais une absence de preuve n’est pas forcément une preuve d’absence21 :

  • 22  S. Amblard-Pison, 2006, p. 276.

Une grande prudence s’avère nécessaire quant aux conclusions que l’on peut tirer de l’existence ou non des divers végétaux dans la pâte des poteries22.

  • 23  J.R. Harlan, 1972 ; 1989 ; R. Portères, 1976 ; J. Pernès, 1985 ; 1986 ; L. Marchais, S. Tostain, 1 (...)
  • 24  Pa. 1157 : S. Amblard, 1996 ; Ly-3334 : S. Amblard, J. Pernès, 1989.
  • 25  GX-29358, GX-28139 : D.Q. Fuller et al., 2007 ; K.C. MacDonald et al., 2003.

17Le mil étant déjà présent et récolté dans la région sous sa forme sauvage (Pennisetum mollissimum), les conditions écologiques se trouvaient donc réunies pour la culture de cette céréale parmi les moins exigeantes et les plus robustes, et arrivant rapidement à maturité23. Les datations réalisées à partir du dégraissant végétal de céramiques à empreintes de mil domestiqué (Pennisetum americanum) ont permis d’obtenir des âges se situant entre 3500 ± 100 BP (2132-1537 cal BC) et 2740 ± 160 BP (1367-420 cal BC)24. Les âges obtenus à partir de la datation du même type de dégraissant végétal de poteries pour le site de Djiganyai sur le Dhar Néma corroborent sa présence aux mêmes époques : 3550 ± 40 BP (2016-1756 cal BC) et 2780 ± 30 BP (1005-842 cal BC)25. Ces dates ne concernant que leur présence à l’intérieur du dégraissant végétal, l’origine de cette agriculture peut être plus ancienne. De petits champs de mil, encore visibles de nos jours dans le Baten lors d’années exceptionnellement pluvieuses, jouxtent parfois la base de l’éboulis du pied de la falaise. Ils confortent le fait que les villageois ont cultivé le mil pendant toute leur durée d’occupation néolithique des Dhar.

18L’originalité de cette agriculture consiste surtout en l’aménagement très particulier d’espaces cultivables. Certains d’entre eux pouvaient être dévolus à la pratique d’une culture qualifiée, aujourd’hui, de « culture du vent » par les actuels pêcheurs bozos de la boucle du Niger,

  • 26 G. Dieterlen, M. Griaule, 1949, p. 212.

« culture légère », dite dugu dahirime, [qui] a pour but principal de rappeler les temps mythiques où les hommes ne travaillaient pas encore le sol et se contentaient de récolter les graines des plantes sauvages26.

  • 27  Les concessions villageoises correspondent à des surfaces plus ou moins grandes délimitées par un (...)

19En dehors des probables zones de culture ouvertes du Baten, des témoins archéologiques, sédimentologiques et micropaléontologiques ont permis d’identifier sur le plateau des champs et jardins clos de murs. Ces murs, identiques à ceux des concessions villageoises27 (deux rangées de grosses dalles avec remplissage interne de petites pierres), apparaissent ainsi contemporains de l’agglomération, tout au moins d’une partie. Le sol de ces espaces de culture est vierge de tout mobilier archéologique.

  • 28  S. Amblard, 1996.

20Trois catégories de champs et jardins clos de murs se distinguent28 :

21– les grands champs situés toujours dans le même secteur, en retrait et à distance égale du village (en moyenne une cinquantaine de mètres) ; près d’un tiers des villages possèdent un champ clos de murs, voire deux ou plus, de grandes dimensions (une dizaine d’ares à plus de quatre hectares) ;

22– les jardins accolés aux concessions d’habitat ou répartis entre elles, aux dimensions moindres (environ 1 000 m2) ;

  • 29  Pa.1292 : A. Person et al., 1995.

23– les petits jardins turriformes, érigés dans la cour même des enclos d’habitat. Ils n’ont été identifiés jusqu’à présent que sur le Dhar Oualata, notamment dans plusieurs du village v.304, dont la plus ancienne occupation actuellement reconnue remonte à 3360 ± 100 BP (1894-1435 cal BC)29. Ces constructions d’environ 1,50 m de haut ont des murs aveugles de 1 m d’épaisseur moyenne, renforcés à leur base par des murets lorsque la structure est bâtie sur le rocher. La surface intérieure du jardin, de 13 à 14 m2, est surélevée par rapport au sol de la cour. Ces petits jardins ceints de murs rappellent, par leurs dimensions et leur aspect,

  • 30  M. Griaule, 1938, p. 10.

les champs minuscules [des Dogons] établis sur des blocs isolés […] où l’on parvient à l’aide d’échelles [et où] les parcelles [ont] moins de vingt mètres carrés ; parfois [il ne s’agit que d’] un creux contenant quelque peu de terre [qui] protège la pousse de cinq ou six tiges de mil30.

  • 31  A. Person et al., 2001 ; B. Ferré et al., 2001.
  • 32  H. Doutrelepont, L. Vrydaghs, Musée royal de Tervuren, Belgique, in litteris 13/11/1995.

24Ces trois types d’espaces cultivés possèdent des sols constitués de sables et de sédiments argilo-limoneux reposant sur le substrat paléozoïque de la falaise. Les sables éoliens stériles, seuls apports sédimentaires sur ce massif gréseux, fournissaient le substrat ; la fraction argileuse, nécessaire au maintien de l’eau dans le sol et riche en matière organique permettant le développement des cultures, provenait du Baten. Les études comparées des assemblages microfauniques des sédiments de ces champs et jardins et de sédiments de paléolacs du Baten attestent l’identité des arthropodes crustacés de taille millimétrique, les ostracodes31, renfermés dans chacun d’entre eux. L’homogénéisation puis la dispersion de ces deux types de sédiments sont à l’origine de ces sols artificiels. Les phytolithes, dont « certaines typiques des graminées panicoïdes32 », soulignent qu’ils étaient favorables au développement de plantes :

  • 33  J. Pernès, 1986.
  • 34  S. Amblard-Pison, 2006, p. 95.

25Le mil Pennisetum, qui ne supporte pas d’être noyé et pousse sur les sols sablonneux33, trouvait ainsi sur le sommet des Dhar et grâce à l’effort des villageois néolithiques – apport de sédiments argilo-limoneux lacustres et protection par des murs – un terrain favorable à son développement34.

Un milieu apte à l’élevage

  • 35  C. Guérin, M. Faure, 1983.
  • 36  A. Person et al., 2012.
  • 37  S. Amblard-Pison, 2011.

26Dès la fin du IIIe millénaire avant notre ère, les bœufs domestiques étaient déjà largement disséminés en Afrique de l’Ouest35. Il en est de même pour Ovis/Capra. Leur arrivée, en même temps que celle des populations néolithiques dans la région des Dhar Tichitt et Oualata, est probable puisqu’ils sont présents dans les villages les plus anciennement occupés. La consommation de bœufs est par ailleurs attestée plus au sud, sur le Dhar Néma, à cette même époque36. À l’instar des animaux sauvages, ils ont bénéficié des ressources offertes par l’environnement, sur le plateau des Dhar et dans le Baten, à proximité plus ou moins immédiate des villages37. Par ailleurs, les terres salées autour de la cité actuelle de Tichitt (appelées amersal en arabe hassanya), très recherchées actuellement pour leur apport en sel notamment dans l’alimentation des dromadaires, ont pu être également exploitées lors de l’occupation des populations néolithiques.

  • 38  J. de Félice-Katz, 1980.

27Cet élevage apportait un complément alimentaire non négligeable en viande mais aussi en lait, voire en sang. En milieu aride, le système d’élevage touareg actuel permet une production journalière moyenne par vache de 3 litres en saison sèche et de 5 à 7 litres en hivernage38. Cet exemple souligne la quantité non négligeable de lait que devaient fournir les vaches néolithiques des Dhar (dont les races différaient sans doute des actuelles), dans un milieu moins difficile qu’aujourd’hui.

  • 39  P.J. Munson, 1971 ; A. Holl, 1986 ; S. Amblard-Pison, 2006.
  • 40  S. Amblard, R. Vernet, 1984 ; S. Amblard, 1993.

28Le bœuf (Bos taurus) domine aux côtés de chèvres et/ou moutons (Ovis/Capra). Leurs restes osseux ont été identifiés dans les villages des Dhar et les habitats de Baten39. De nombreuses gravures rupestres à l’intérieur même des concessions40 les représentent (figure 5), soulignant également l’attachement des villageois à leurs animaux. Les dimensions souvent importantes des pis des vaches, aux robes marquées, renforcent la valeur du produit qu’ils renferment. Comme le fait remarquer Emmanuelle Honoré à propos de peintures rupestres sahariennes :

  • 41  E. Honoré, 2012, p. 38.

La surreprésentation des éléments femelles […] et l’exagération de leur pis pourraient correspondre à une gestion de troupeau déterminée par l’optimisation des apports alimentaires, qu’ils soient issus des sous-produits ou de la viande41.

Figure 5 : Homme muni d’un bâton, et vaches à robe marquée du village v.72

Figure 5 : Homme muni d’un bâton, et vaches à robe marquée du village v.72

S. Amblard, 1993, p. 44.

29Le village offrait de nombreux endroits pour parquer les animaux, surtout la nuit. Parmi eux, figurent les cours des concessions, voire de petits enclos d’angle qui ont pu faire fonction de bergerie ou d’étable, les places et grands espaces vides à l’intérieur même des villages, les impasses au sol témoignant d’une utilisation comme décharges (lieux attirant tout particulièrement les chèvres) et les grands champs clos de murs après les moissons. Des espaces, limités par des matériaux périssables aujourd’hui disparus, ont pu également servir à parquer les animaux.

Outils et techniques en rapport avec la production et l’acquisition de nourriture

30Les outils utilisés pour acquérir ces divers aliments gisent en quantité sur le sol des habitats ou, exceptionnellement, sont représentés sur les blocs rocheux. Certains suggèrent la préparation des sols aux fins d’agriculture, d’autres la récolte de graminées sauvages ou cultivées, la chasse, la pêche et même l’élevage.

La préparation des sols

31De nombreux outils peuvent être considérés comme étant à vocation agricole, à l’instar des haches, herminettes, charges de bâtons à fouir (kwés) et houes :

  • 42  F. Sigaut, 2000, p. 371.

À proprement parler, ce n’est pas l’outil qui a une fonction, mais l’opération que l’agriculteur choisit d’effectuer42.

32Sarclage, ratissage, bêchage, piochage, arrachage..., autant de fonctions auxquelles ils ont pu servir. La daba à usages multiples, outil traditionnel des cultivateurs d’Afrique de l’Ouest, en témoigne aujourd’hui. Et comme l’écrit avec justesse Christian Seignobos :

  • 43  C. Seignobos, 2000, p. 333.

Isoler un mode d’action singulier est toujours artificiel, car le réseau opératoire est rarement homogène et abouti, il reste constamment en situation d’hybridation. Cette fonction, jamais tranchée, des instruments aratoires, qui fait leur originalité, leur confère parfois une relative efficacité43.

  • 44  J. Garanger, 1988, p. 484.

33– Les haches et herminettes (figure 6), essentiellement en dolérite, abondent sur les sites. La panoplie est variée à l’intérieur même des villages ; nous avons identifié douze types dans le village v.72. En grande majorité polies, ce sont pour l’essentiel des outils trapus et robustes, peu fracturés, de dimensions moyennes (7 x 4 x 2 cm) et à biseau double. Ils ne devaient pas être exclusivement destinés à la préparation des sols, mais « l’usage de l’herminette est très fréquent dès les premières sociétés d’agriculteurs ou d’horticulteurs44 ». Une bonne partie des haches ont pu être utilisées aussi en herminettes et emmanchées comme telles : le tranchant de la lame disposé perpendiculairement à la direction du manche et non parallèlement. Des indices d’un emmanchement de la lame sont parfois visibles, surtout dans leur partie centrale ; ils consistent en zones transversales plus lustrées que le reste du corps, suggérant la présence d’un lien, méplats patinés symétriques sur les bords ou encore étranglement à proximité du biseau. Le talon, dans la majorité des cas arrondi, a parfois été réaménagé après polissage et retaillé pour emmanchement.

Figure 6 : Haches et herminettes provenant de villages du Dhar Tichitt

Figure 6 : Haches et herminettes provenant de villages du Dhar Tichitt

© S. Amblard-Pison.

  • 45  J. Tixier, 1962.

34– Les houes (figure 7) correspondent à de grandes lames taillées en silexite qui proviennent de villages néolithiques du Dhar Oualata. Elles sont beaucoup plus imposantes que les haches, avec des dimensions moyennes (24 x 11 x 4 cm) nettement supérieures à celles de ces dernières ; certaines atteignent 34,5 cm de long. Leur poids moyen (1,3 kg) est près de six fois plus élevé que celui des haches et herminettes. Ces outils à tranchant double se caractérisent par une taille bifaciale à grands enlèvements irréguliers et profonds, affectant surtout les bords et le biseau, et laissant d’importantes plages de cortex au centre des deux faces, voire sur le talon. Les bords ont été régularisés par de petites retouches. Il s’agit d’outils élancés et plats, dont le fil du tranchant, formant parfois une véritable denticulation, suggère une utilisation dans une matière meuble comme le sol ; leur faible indice de robustesse corroborant cette hypothèse. Par ailleurs, un disque ovale en dolérite (11,5 x 10,2 cm), à section transversale biconvexe très aplatie, rappelle les disques ténéréens que J. Tixier45 supposait avoir été fixés perpendiculairement à un manche pour servir de houe. Ses faces polies, légèrement convexes, montrent effectivement deux plages fortement patinées à mettre en relation avec un emmanchement. Ses bords amincis et bien régularisés forment un biseau au fil en partie aigu, en partie émoussé.

Figure 7 : Grande lame taillée en silexite de type houe à l’intérieur d’un village néolithique du Dhar Oualata

Figure 7 : Grande lame taillée en silexite de type houe à l’intérieur d’un village néolithique du Dhar Oualata

© S. Amblard-Pison.

35– De rares pierres lestant les bâtons à fouir, les kwés, suggèrent aussi la préparation des sols ou l’arrachage de tubercules (fonction qui leur est le plus souvent dévolue). La présence de ces pièces fracturées, majoritairement en grès, à polissage intégral ou partiel, n’est attestée à ce jour que dans trois villages des Dhar. Arrondies de façon plus ou moins régulière, elles ont un diamètre de 6 à 13 cm ; l’épaisseur moyenne de l’anneau est de 1,9 cm et son poids estimé à quelque 220 g. Les pans des anneaux sont plans, polis ou bouchardés. La perforation centrale, biconique, dans un cas conique, a un diamètre moyen de 3 cm.

36L’identification de mil cultivé et de zones spécifiques dédiées à la culture renforce l’idée de l’utilisation de ces divers outils à des fins agricoles.

Les techniques de récolte et leur transport

37Trois moyens de récolte actuels sont décrits dans la littérature, concernant le fonio sauvage, Panicum laetum. Ils sont également applicables aux autres graminées perdant leurs graines dès maturité. La première méthode doit être employée juste avant que les grains n’aient acquis une maturité suffisante pour tomber au sol ; elle nécessite un panier fait de feuilles de palmier tissées,

  • 46  J.R. Harlan, 1987, p. 14. De nos jours, un panier est utilisé également chez les Soninkés (M. Chas (...)

balancé d’un geste rapide à la cime des plantes à récolter. À maturité, les graines se détachent facilement et tombent dans le panier que l’on vide ensuite dans un sac en toile46.

  • 47  A. Chevalier, 1932.
  • 48 Cf. supra pour la présence de cucurbitacées.

38Un cueilleur adulte récolte ainsi 10 kg sans difficulté en une matinée47. À défaut de panier, l’utilisation d’un autre type de récipient à l’époque néolithique, notamment d’une calebasse48, est envisageable.

  • 49 E. Bernus, 1981, p. 250.

39La seconde technique de récolte pratiquée chez les Touaregs du Niger consiste en un « ramassage à la main en pressant les épis entre les doigts pour les égrainer au-dessus d’un récipient49 ». Le troisième moyen est le balayage des grains au sol, suivi d’un important travail de vannage,

  • 50 E. Bernus, 1981, p. 250.

sans doute la technique la plus utilisée par les nomades [Touaregs] […] [et qui] peut se poursuivre tout au long de la saison sèche [:] si l’année est bonne, la récolte se prolonge d’octobre à mai50.

40À l’intérieur des villages néolithiques, céramique et art rupestre témoignent de l’utilisation de vannerie. Des tessons de panse de récipients en portent l’impression. Plus qu’un décor intentionnel, il semble s’agir de la simple empreinte de la natte sur laquelle le récipient a été posé afin d’être façonné. Des exemples actuels semblent le confirmer. Chez les Dogons de la falaise de Bandiagara,

  • 51 A. Gallay, 1981, p. 200.

la potière façonne sa poterie à l’endroit en évidant une motte d’argile posée sur une natte à gros torons. Ces derniers s’impriment sur l’argile51.

  • 52  S. Amblard-Pison et al., 2010.

41Intentionnelles ou non, ces empreintes attestent la connaissance du tressage de fibres végétales. Plus au sud, sur le Dhar Néma, une gravure rupestre à Tounfrin, rattachée à la même période néolithique, représente un personnage tenant à la main un objet évoquant un panier et une scène de cueillette52.

  • 53  S. Amblard-Pison, 2006.

42L’abondance de résidus de vannage utilisés comme dégraissant dans l’argile des poteries suggère de véritables moissons. La récolte n’a donc pas porté que sur les grains, et d’autres moyens ont dû être utilisés pour le ramassage des tiges portant ces épis. Dans cette optique, les villageois néolithiques ont-ils utilisé des serpes ou des faucilles ? La faiblesse numérique dans l’outillage de microlithes géométriques, traditionnellement reconnus comme éléments de faucille, ne parle pas en cette faveur : une trentaine de segments et quelques trapèzes et triangles. Palliant l’extrême rareté des microlithes dans cette région, de nombreux petits éclats en quartz53 extrêmement résistants et très coupants, de 5 à 35 mm de long, pourraient avoir joué ce rôle. Par ailleurs, dans un village du Dhar Tichitt, sept gravures d’anthropomorphes aux mains prolongées par des traits courbes, s’apparentant à des serpes ou des faucilles, semblent confirmer ce moyen de récolte. Paniers et faucilles s’avèrent donc avoir été utilisés conjointement pour récolter les graminées.

  • 54  Y. de Boisboissel, 1914 ; T. Monod, 1937a ; 1937b ; T. Monod, R. Mauny, 1949 ; P.J. Munson, C.A. M (...)

43Une autre question se pose alors : comment les récoltes – tout au moins celles effectuées dans le Baten – étaient-elles transportées dans les villages perchés sur le sommet des Dhar ? Sur les rochers de la falaise, des gravures de chars54, parfois attelés à des bœufs, témoignent à la fois d’un moyen de transport et de l’ancienneté de la traction bovine. Elles sont en effet contemporaines de l’occupation villageoise néolithique des Dhar Tichitt et Oualata. Plusieurs éléments soulignent la relation plausible entre ces chars et le transport de moissons. En premier lieu, il émane de ces gravures une atmosphère paisible et calme que l’aspect statique et massif des bœufs, toujours représentés par paire, souligne. En second lieu, les chars apparaissent plutôt lourds à tracter, surtout ceux à plate-forme particulièrement allongée, comme dans le village v.157 (figure 8). Enfin, la localisation de chars rupestres dans l’un des grands champs, à l’ouest de ce denier village, renforce cette idée de leur destination première. Sur ces gravures, les attelages bovins sont parfois conduits par un homme.

Figure 8 : Char rupestre du village v.157 à longue plate-forme (103 x 50 cm)

Figure 8 : Char rupestre du village v.157 à longue plate-forme (103 x 50 cm)

La plate-forme est traversée en son milieu par un timon relié à l’essieu : barre transversale visible sous la plate-forme. L’arrière, rectiligne, est encadré par deux roues.

S. Amblard-Pison, 2006, p. 232.

Les instruments en rapport avec l’élevage

  • 55  V.G. Childe, 1936, p. 81.

44L’activité d’élevage laisse généralement peu de témoignages archéologiques, comme le faisait déjà remarquer V. G. Childe en 193655. Quelques éléments permettent cependant d’en préciser les modalités sur les Dhar. Parmi les rares représentations rupestres d’anthropomorphes, contemporaines de l’occupation néolithique en village, certaines sont associées à des vaches. Dans le village v.72, l’un de ces personnages, aux bras bien détachés du corps et aux mains matérialisées par une plage arrondie, est debout aux côtés d’un troupeau de quatre vaches (figure 5). Il tient dans sa main gauche un bâton dressé, trait rectiligne parallèle au corps, dont la longueur est d’environ la moitié de la hauteur de l’homme. L’extrémité supérieure du bâton est en contact avec la queue d’une vache. La représentation des animaux, avec la tête tournée tantôt vers la droite tantôt vers la gauche, renforce cette image d’un gardien au milieu d’un troupeau.

45Par ailleurs, bien que leur lien avec l’élevage ne puisse être établi avec certitude, il convient de mentionner également de grandes dalles percées en grès, rectangulaires, aux angles arrondis et contours régularisés (figure 9). Elles n’ont été observées jusqu’à présent qu’à l’intérieur de quatre villages répartis sur les Dhar. De dimensions similaires (40 à 50 cm de long, 25 à 30 cm de large et 3 à 5 cm d’épaisseur), leurs faces ne présentent aucune trace d’usure, témoin d’une quelconque utilisation. La perforation, située à proximité d’un bord, est biconique à cônes réguliers de 3 à 9 cm de diamètre, avec une lumière qui peut être réduite à 1 cm. L’intention d’y faire passer un lien ne laisse guère de doute, mais l’une des extrémités de ce dernier était-elle reliée au cou d’un animal ou à une patte, comme cela se fait encore de nos jours ? Cette dalle perforée a-t-elle joué ainsi le rôle de lest pour empêcher les animaux de divaguer dans le village ?

Figure 9 : Grande dalle à perforation biconique à l’intérieur d’un village du Dhar Oualata

Figure 9 : Grande dalle à perforation biconique à l’intérieur d’un village du Dhar Oualata

S. Amblard-Pison, 2006, p. 78.

La panoplie des chasseurs

  • 56  S. Amblard, 1984.

46Très diversifiée, elle renferme vingt-cinq types de têtes de flèches56 (figure 10), dominées par des formes triangulaires pédonculées à ailerons courts aux côtés d’armatures triangulaires à base rectiligne ou concave, foliacées ou polies. Il s’agit essentiellement de pièces de petites dimensions : entre 2 et 4 cm de haut, 1 et 2 cm de large et 0,3 à 0,5 cm d’épaisseur. Le quartzite et le jaspe restent les matières premières les plus utilisées, avec le schiste, ce dernier essentiellement pour les armatures polies. Le pourcentage de pièces fracturées est fort, dominé par les cassures à la pointe. Celles restées intactes sont le plus souvent aiguës, dégagées par de fines retouches, voire réaménagées de façon à être à nouveau performantes.

Figure 10 : Pointes de flèches

Figure 10 : Pointes de flèches

a, b - foliacées ; c - triangulaire à base concave ; d, e - ankyroïdes ; f, g - triangulaire pédonculée ; h - triangulaire à base concave ; i - polie triangulaire à base concave.

© S. Amblard-Pison.

47Quelques têtes de flèches aux arêtes latérales denticulées sur toute leur longueur, parfois de façon très prononcée, apparaissent comme des armes particulièrement efficaces. Ce même souci d’efficacité et de solidité s’observe parmi les armatures polies qui comptent peu d’exemplaires fracturés. Ce dernier groupe est composé de pièces finement polies, pour l’essentiel triangulaires, à base concave, et foliacées, à base rectiligne. Amincissement et très souvent biseautage – en certains cas double – des bords sont à l’origine d’arêtes encore vives ou légèrement émoussées. Une reprise de taille de ces arêtes latérales biseautées par des coches clactoniennes régulières et juxtaposées dessine une denticulation plus ou moins prononcée. Un biseautage local complémentaire au niveau de la pointe renforce sa solidité. L’ensemble de ces caractéristiques soulignent le soin apporté dans la réalisation de ces armes et contribuent à en faire une spécificité régionale.

Les instruments et techniques de pêche

48La relative faiblesse numérique des instruments de pêche est à mettre en relation, tout au moins en partie, avec le type d’activité (annexe pour les populations des Dhar) auquel ils se rattachent. Plusieurs techniques de pêche sont suggérées par des outils en pierre ou en os : à la ligne, dans des filets ou des nasses, et par harponnage.

  • 57  Le bouchardage est une « technique reconnaissable sur des objets portant de nombreuses traces de p (...)

49Les poids de filets (figure 11) correspondent à des pièces bouchardées57 en grès à gorge mésiale, profonde de 2 à 6 mm. Ce sillon qui encercle la pièce la sépare en deux lobes arrondis de mêmes dimensions. Ces pièces sont de dimensions variées : 7 à 18 cm de long, 3 à 10 cm d’épaisseur, et pèsent entre 160 et 1 270 g. Accrochés à des filets ou des nasses, ces poids servaient de lests et ont dû être utilisés surtout pour la pêche des poissons comme Clarias sp. et Tilapia sp..

Figure 11 : Poids de filet en grès (échelle : 3 cm)

Figure 11 : Poids de filet en grès (échelle : 3 cm)

© S. Amblard-Pison.

  • 58  M. Bathily, 1981 ; T. Monod, R. Mauny, 1957.
  • 59 P.J. Munson, 1971 ; A. Holl, 1986 ; S. Amblard-Pison, 2006.
  • 60  Entre autres : A. Gallay, 1966 ; H. Camps-Fabrer, 1968 ; J. Gaussen, M. Gaussen, 1988.
  • 61 K. MacDonald, W. van Neer, 1994. Les restes ichtyologiques restent cependant rares dans les habitat (...)

50Les hameçons en os sont très rares. Les quatre spécimens recueillis dans la région58 sont droits, bipointes, à perforation légèrement décentrée. De faibles dimensions (24 x 8 x 4 mm pour un poids de 1 g), ils sont à mettre en rapport avec la pêche de poissons de taille plus réduite. À leurs côtés, existent également des outils perforants. Bien que rares, ils figurent parmi les outils en os les plus représentés dans les villages néolithiques des Dhar Tichitt et Oualata59. Classés en poinçons (figure 12) à l’instar des exemplaires découverts dans d’autres sites sahariens60, leur rôle en tant que hameçons est néanmoins envisageable lorsqu’on les compare à ceux découverts au Mali61 et rapportés à une activité de pêche en raison de l’abondante faune ichtyologique des sites. Les fûts polis sont rectilignes ou légèrement incurvés, longs ou courts (de 32 à 99 mm). Ces outils robustes à section ovoïde possèdent des pointes, plus ou moins émoussées, épaisses de 3 à 4 mm à leur extrémité.

Figure 12 : « Poinçons » en os du village v.157 (échelle : 5 cm)

Figure 12 : « Poinçons » en os du village v.157 (échelle : 5 cm)

© S. Amblard-Pison.

51La rareté des hameçons et de ces outils en os de type « poinçon » ne prêche pas cependant en faveur d’abondantes activités de pêche utilisant cette technique. Les petits poissons devaient plutôt être attrapés dans les filets ou nasses, lestés notamment par les poids précédemment décrits.

  • 62  S. Amblard, 1984.

52Dans la panoplie des pêcheurs peuvent aussi figurer des armatures ankyroïdes62 (figure 10). Elles correspondent à des pièces relativement allongées, à retouches bifaciales et envahissantes, pointe aiguë et pédoncule épais. L’aileron unique, retouché, dégagé par une large encoche des deux côtés, forme un angle avec le pédoncule voisin parfois de 90 degrés. Il ressemble à un crochet épais (5 à 6 mm à la base), aminci à son extrémité, dont la longueur peut atteindre 5 mm. De la denticulation des arêtes latérales résulte une sorte de scie aux dents prononcées. Ces caractéristiques en font un outil de pêche bien approprié, utile au harponnage.

Outils et techniques de conservation des aliments et de l’eau

Le stockage des denrées : moyens et aires de stockage

53De nombreux éléments nous renseignent sur les moyens mis en œuvre pour conserver les récoltes sauvages ou issues de l’agriculture, voire de l’élevage. Ainsi, vestiges de greniers sur pilotis et grandes jarres en céramique indiquent un stockage de denrées alimentaires largement pratiqué sur ces 400 km de falaises qui portent les villages.

  • 63  Tel est le cas de nos jours dans la zone sahélienne du Mali et du Niger (E. Bernus, 1967).
  • 64  A. Testard, 1982, p. 34.

54Le cycle végétal des principales graminées recueillies étant annuel, les récoltes issues des champs de mil et celles des graminées sauvages s’effectuent à la même période de l’année63. Le stockage de denrées alimentaires par ces communautés néolithiques s’est donc trouvé très vite indispensable pour pouvoir disposer de ces ressources tout au long de l’année et vivre de façon autarcique au niveau de leur région. Le stockage dénote effectivement « une qualité particulière d’un mode de vie […] qui implique une tendance à la stabilité pendant les mois d’hiver ou de pénurie64 ».

Les greniers sur pilotis

  • 65 P.J. Munson, 1971 ; H.J. Hugot, 1979 ; A. Holl, 1986.
  • 66  S. Amblard-Pison, 1996.

55Pratiquement tous les villages comportent des greniers aux pilotis de pierre. La présence de greniers à plate-forme reposant sur des supports en bois – matière beaucoup plus rare que la pierre, déjà à cette époque – ne doit pas non plus être exclue. Attribués par le passé à des habitations65, les ensembles de pierres dressées, disposées selon un agencement bien précis, se sont effectivement avérés être les vestiges de greniers sur pilotis66, à l’instar de ceux qui existent à l’heure actuelle en Afrique. La disposition des différents pilots qui les composent (le plus souvent selon un système ternaire), leur nombre et leur nature (piliers, dalles ou blocs) sont à l’origine de greniers de dimensions variées et à silhouette plus ou moins massive. Ces variantes s’observent aussi bien dans le village qu’à l’intérieur même des concessions. Tous les supports présentent un aménagement sommital destiné à créer un niveau horizontal. Il s’agit le plus souvent d’un méplat piqueté voire, plus rarement sur les dalles, d’une concavité large et régulière indiquant qu’elles étaient destinées à soutenir une couverture – en matières périssables aujourd’hui disparues et, dans ce dernier cas, vraisemblablement constituée de rondins de bois. Pour obtenir une hauteur homogène des supports lors de sols à forte déclivité, les plus longs étaient alors situés le plus bas.

56La hauteur des plates-formes a permis de distinguer deux types de greniers, présents conjointement dans les villages néolithiques et qui s’apparentent aux actuels greniers d’Afrique saharienne et soudano-sahélienne :

57- Le plus fréquent (figure 13a), où la plate-forme située à un mètre du sol permettait d’entreposer les denrées à l’air libre ou dans des récipients. La hauteur des pilots sur laquelle repose la plate-forme empêche les animaux d’atteindre les réserves. Ces supports, essentiellement des piliers en pierre, sont relativement fins (10 à 20 cm d’épaisseur moyenne). Leur base est taillée en pointe, enfoncée dans le sédiment sur une faible profondeur ou calée par des blocs. Certains greniers ont des pilots constitués de blocs épais, parfois si rapprochés qu’ils forment des parois presque continues avec les autres blocs de la même rangée. L’utilisation de dalles, planes et peu épaisses, est moins fréquente.

58- L’autre type de grenier (figure 13b) possède une plate-forme, nettement plus basse, qui sert de plancher à une construction circulaire ou quadrangulaire. Sur les Dhar, ces pilots sont matérialisés par de gros blocs épais, parfois calés par de petites pierres à leur base, ou par des dalles de 30 à 40 cm de haut.

Figure 13a : Bases de greniers sur pilotis à l’intérieur de concessions villageoises : à plate-forme élevée

Figure 13a : Bases de greniers sur pilotis à l’intérieur de concessions villageoises : à plate-forme élevée

S. Amblard-Pison, 1996, p. 87.

Figure 13b : Bases de greniers sur pilotis à l’intérieur de concessions villageoises : à plate-forme basse

Figure 13b : Bases de greniers sur pilotis à l’intérieur de concessions villageoises : à plate-forme basse

S. Amblard-Pison, 1996, p. 87.

Les jarres

59Ces récipients en céramique (figure 14), aux parois épaisses de 2 à 3 cm (voire 6 cm), sont constitués d’une pâte grossière renfermant des débris végétaux en forte densité ; ces derniers ont laissé en surface une très grande abondance d’empreintes, dont de nombreuses tiges. Les jarres sont nombreuses à l’intérieur des villages où, fragmentées, elles ont parfois été utilisées comme matériau de remplissage des murs des concessions. Leurs parois rugueuses, grossièrement lissées intérieurement, sont vierges de décor. Les récipients sont en quasi-totalité munis de grands cols de hauteur variable : de 3 à 15 cm selon les récipients et les villages. Leur hauteur reste cependant toujours inférieure au diamètre de l’ouverture et relativement peu élevée par rapport à la hauteur de la jarre.

Figure 14 : Petite jarre du village v.72 (échelle : 10 cm)

Figure 14 : Petite jarre du village v.72 (échelle : 10 cm)

© S. Amblard-Pison

Les aires de stockage

  • 67  Il reste néanmoins possible qu’ils aient été érigés dans une concession dont les limites en matéri (...)

60Les greniers sur pilotis ont en quasi-totalité été érigés dans des concessions, en un ou plusieurs exemplaires. Ils sont plus ou moins nombreux selon les villages. Ainsi, nous en avons décompté 320 dans le village v.72, répartis dans 77 % des unités d’habitat, chacune en ayant de un à sept. Cette distribution suggère leur gestion par une famille au sens large, celle occupant la concession. En revanche, dans d’autres villages existent des aires plus spécifiques de regroupement : à la périphérie, hors des enclos d’habitat aux murs de pierre67, ou dans un enclos qui semble dévolu à cet usage. Cette situation géographique est-elle dictée par un souci de préserver les récoltes contre les incendies, comme elle l’est souvent aujourd’hui en Afrique ? Doit-on y voir, surtout dans le cas de l’accumulation de greniers dans une seule concession, des réserves destinées à l’ensemble des villageois – voire à ceux de villages voisins – plutôt qu’à une seule famille ?

61Les jarres sont généralement réparties dans tout le village, parfois en abondance, avec dans certains villages des concentrations de plus ou moins grande ampleur. Un village du Dhar Tichitt, à grenier sur pilotis en unique exemplaire, possède ainsi de nombreuses jarres dont certaines, très grandes, de type « jarres-silos », s’adossent à de gros blocs rocheux. Leur présence peut s’expliquer par les difficultés d’accès à cette agglomération, bien dissimulée dans les rochers, où les habitants étaient contraints de stocker des vivres et de l’eau.

62Ces pratiques de stockage sont attestées dès les périodes les plus anciennes d’occupation villageoise des Dhar, que ce soit en jarres ou dans des greniers sur pilotis, comme en témoignent les données du radiocarbone, soit dès l’aube du IIIe millénaire avant J.-C.

La gestion de l’eau : petites retenues et barrages en pierre

63Dans cette région transformée en zone refuge, les hommes ont su s’organiser pour recueillir, transporter et, sans nul doute, préserver cet élément liquide : l’eau, source de vie. En dehors des jarres, qui ont dû être utilisées aussi à ce dessein, les retenues d’eau l’attestent. De plus ou moins grande ampleur, elles sont construites à l’intérieur ou à proximité des villages.

64Sur le plateau, des murets de pierre barrent certains lits d’oueds aujourd’hui asséchés qui empruntent les réseaux de failles affectant les grès paléozoïques. Sur le Dhar Tichitt, dans le village v.113, des concessions se répartissent ainsi de part et d’autre d’un oued ; un petit barrage de pierres au travers de son lit confirme son fonctionnement, au moins temporaire, à l’époque de l’occupation du village. Toujours sur le plateau existent des réservoirs naturels d’eaux météoriques, occasionnellement bordés de murets en pierre. Les écoulements liés à leur trop-plein avaient leur cours également barré avant la descente des eaux du plateau, aménageant ainsi de nouveaux bassins. L’illustre, entre autres, la construction de deux murs de pierre sur le trajet d’un oued traversant le village v.157, permettant ainsi aux occupants de disposer de suffisamment de ressources en eau pour satisfaire leurs besoins quotidiens (consommation, cuisine, lavage, arrosage des cultures...) et, au moins en partie, ceux de leurs troupeaux. Enfin, sur les pentes, les bords des vasques naturelles formées par le chaos des rochers sont parfois ourlés de grosses pierres formant barrage pour les eaux.

65Aux côtés de ces simples retenues, des constructions plus importantes peuvent être assimilées à des barrages destinés à alimenter en eau les populations de plusieurs villages. Relativement rares, elles n’ont été observées que dans la région du Dhar Oualata. Le plus bel exemple (figure 15) est illustré par un système complexe de trois murs, disposés en arc de cercle et séparés d’environ 100 m. Ces murs délimitent ainsi plusieurs « bassins » étagés, où les eaux de ruissellement des pentes de la falaise venaient se mêler. Bâtis à l’identique de ceux des concessions villageoises, leur largeur moyenne dépasse le mètre et leur hauteur maximale est de 1 à 1,50 m. L’ajout de mottes d’argile, pour colmater les interstices entre les pierres et rendre ainsi le mur étanche, reste fort probable. Des ruptures de barrage, marquées par l’éboulement d’une partie de ces constructions, témoignent de débordements des eaux. S’il est possible d’approcher les surfaces des nappes ainsi retenues (quelque 87 000 m2 maximum dans ce dernier cas), il reste cependant plus difficile d’en estimer le volume, étant donné la pente inégale des réservoirs ainsi créés.

Figure 15 : Murs de barrage sur les pentes du Dhar Oualata, à proximité d’un petit village

Figure 15 : Murs de barrage sur les pentes du Dhar Oualata, à proximité d’un petit village

© S. Amblard-Pison.

Lieux et modes de préparation des repas

66La préparation et, sans doute, la consommation des repas se faisaient dans les concessions, lieux de rassemblement d’une famille au sens large, à l’instar des concessions villageoises actuelles d’Afrique de l’Ouest. La présence de greniers dans la plupart d’entre elles permettait de disposer ainsi de réserves à proximité immédiate. Dans la cour, au sol recouvert des témoignages de la vie quotidienne de leurs habitants, le matériel de broyage et les vestiges de récipients en céramique abondent (cf. supra).

67Les villages néolithiques des Dhar sont des habitats bâtis directement sur le substrat rocheux de la falaise et exposés en plein vent. Pour ces raisons, les foyers ouverts n’ont guère laissé de vestiges : quelques traces cendreuses dans les rares sols conservés. Ils devaient cependant être les plus fréquents car les exemples de foyers construits (figure 16) restent rares. Ils consistent en arcs de cercle de pierres plates disposées sur chant, délimitant une surface arrondie de quelque 50 cm de diamètre. Installés le plus souvent près d’un angle de mur de la cour, ces types de foyers ont également été aménagés dans les petites maisons à base circulaire de pierres. Mis à part ce dernier cas, où l’on peut évoquer – par analogie ethnographique – une couverture en matériaux périssables aujourd’hui disparus, la cuisson se faisait donc en plein air. En dehors de lieux de cuisson, le rare mobilier renfermé par ces maisons témoigne d’une activité de broyage (meule et broyeurs) aux côtés de fragments de jarre. Ces éléments suggèrent une préparation culinaire de type familial. Les abris sous roche, situés à l’intérieur ou en bordure des villages, en attestent pareillement avec des groupements de 2 à 3 meules, voire des concentrations plus fortes. Aucune localisation préférentielle de tel ou tel type de meules dans certaines parties du village, susceptible d’indiquer une production spécifique, n’a jusqu’à présent été observée.

Figure 16 : Foyer construit à l’intérieur d’une concession du village v.72

Figure 16 : Foyer construit à l’intérieur d’une concession du village v.72

© S. Amblard-Pison.

68En ce qui concerne les techniques culinaires, des indices matériels permettent d’approcher un tant soit peu les recettes utilisées pour transformer ces produits en vue de leur consommation ou pour les accommoder de façon plaisante. Les ustensiles qui ont servi à la préparation, c’est-à-dire à la transformation des aliments, à la cuisson ou directement à leur consommation, sont nombreux et variés. Ils ont été taillés ou façonnés dans les matières premières locales directement accessibles. D’autres, en matières périssables aujourd’hui disparues (bois, peaux…), devaient les accompagner.

Le matériel de broyage

69L’abondance du matériel de broyage dans les villages atteste une alimentation où la consommation de graminées était importante. Meules (figure 4) et broyeurs permettaient de transformer les grains en farine ou en semoule. De petites anfractuosités sur les faces actives de molettes sont à mettre en rapport avec une pression plus forte en certains points, résultant du broyage d’autres éléments, notamment de type noyaux ou enveloppes de graines ou de fruits.

  • 68  S. Amblard-Pison, 2006.

70Ce matériel a été presque exclusivement taillé dans du grès, matériau aux qualités abrasives ; le reste est en dolérite. L’inventaire exhaustif des meules dans les villages v.26 et v.7268 montre que leur nombre varie selon les villages et les concessions : 106 dans le premier, 699 dans le second. Les occupants d’un même enclos d’habitat pouvaient posséder plusieurs types de meules. Ceci suggère différentes techniques de broyage, en fonction des matériaux travaillés et de la texture souhaitée (farine, semoule…) ; la recherche de saveurs différentes devait aussi entrer en ligne de compte. Malgré un poids moyen élevé (40 à 60 kg), qui les rend difficilement transportables, l’état des meules retrouvées (peu sont encore entières ou utilisables, souvent percées à l’usage) atteste une récupération par les habitants successifs de la région, de leur abandon sur le site jusqu’à l’époque actuelle. En conséquence, elles devaient être encore plus nombreuses à l’époque néolithique.

71Les meules sont le plus souvent de forme extérieure rectangulaire, circulaire ou ovalaire. La cuvette (ensellement) est plus ou moins approfondie suivant les degrés d’usure. La forme des ensellements témoigne d’utilisations variées :

72– simple, à cuvette ovale (type A ; figure 4) correspondant à l’utilisation d’un instrument de type broyeur dissymétrique allongé : c’est le type le plus répandu (la quasi-totalité des cas dans certains villages) ;

73– simple, à cuvette circulaire (type B) de faible diamètre, témoignant de l’utilisation d’un objet cylindrique plus ou moins allongé, utilisé souvent en « vrille » : ce type est plus rare ;

74– double, à cuvette ovale au fond de laquelle se trouve une cuvette circulaire (type AB), correspondant à deux utilisations différentes mais décalées dans le temps, l’usage de l’ensellement de type B étant postérieur à celui de type A. Exceptionnel dans certains villages, ce type AB est abondant dans d’autres : il suggère une évolution des techniques de broyage, liée sans doute à un changement des graminées (ou autres matières) broyées, changement qui s’est opéré tout en réutilisant essentiellement les mêmes récipients.

75Il existe également des meules fixes, sur grande dalle ou rocher plat, à cuvette souvent peu profonde, voire à peine amorcée, piquetée et polie. Elles sont fréquentes dans certains villages, rares voire absentes dans d’autres.

76Aux côtés de ces meules figurent des mortiers de forme circulaire. Le fait qu’ils soient facilement transportables explique sans doute leur extrême rareté. De petites dimensions, ils pèsent en moyenne 1 kg et leurs ensellements, profonds de 3 à 6 cm, sont ovalaires ou circulaires. S’observent aussi un grand nombre de mortiers « fixes », cupules sur rochers et dalles.

77À la diversité des types d’ensellements de meules correspond un éventail de types de broyeurs (figure 17), de dimensions variées, aux formes adaptées aux récipients, aux modes d’utilisation et, sans doute, aux produits à broyer. Quatre catégories principales ont été observées : les molettes, les palettes, les pilons et les pilons-molettes, outils composites.

Figure 17 : Différents types de récipients en céramique : à ouverture évasée, à ouverture resserrée, à col (échelle : 5 cm)

Figure 17 : Différents types de récipients en céramique : à ouverture évasée, à ouverture resserrée, à col (échelle : 5 cm)

© S. Amblard-Pison.

78Parmi les molettes, la molette globulaire, d’aspect fruste, à section triangulaire à hémisphérique, est la mieux représentée ; il s’agit pour la plupart d’anciens percuteurs en dolérite réutilisés. Une seule face, la plus large, est active. Des pans coupés obliques facilitent sa préhension. Les autres types de molettes (plates, à section triangulaire, hémisphérique ou trapézoïdale) semblent avoir été conçus également comme des outils destinés à être aisément préhensibles. Ces objets bien élaborés, polis ou finement bouchardés, ont des faces actives qui se caractérisent par un poli d’usure encore plus fin.

79Les palettes sont des outils finement polis, de forme allongée, ovalaire ou biconvexe, destinés à être actionnés par un mouvement horizontal ; l’aspect rugueux de leurs extrémités suggère aussi une utilisation en pilon. Elles ont deux à quatre faces, au centre desquelles une plage rugueuse, légèrement concave, évoque une pression plus forte en ce point. Les palettes à trois faces sont les plus imposantes, avec un poids moyen supérieur à 1,2 kg. Un biseautage des bords s’observe parfois sur celles à trois ou quatre faces.

80Les deux types de pilon différenciés par leur taille sont également finement polis. Ils étaient actionnés par un mouvement vertical, comme en témoignent leurs extrémités arrondies, plano-convexes ou très légèrement concaves, qui montrent presque toutes une usure régulière liée à l’utilisation. Les grands pilons, qui peuvent atteindre 37 cm de long et peser plus de 2,2 kg, sont très rares. Leur section transversale est circulaire. L’état lisse de leur surface évoque aussi une utilisation en « rouleau à pâtisserie », fonctionnant sur meule ou rocher plat.

81Il existe également une catégorie de broyeurs composites qui regroupe des outils appartenant à la fois au groupe des molettes et à celui des pilons. Leur état de surface indique une utilisation conjointe.

Les « tables de travail »

82Étant donné que leur rôle reste difficile à établir, nous avons choisi de dénommer ainsi ces percuteurs dormants, observés à maintes reprises à l’intérieur des concessions villageoises. Ils consistent en dalles rondes ou légèrement ovales – voire rectangulaires – et à surface plane. Dans le village v.72, les 90 que nous avons recensées ont un diamètre moyen de 64 cm et une épaisseur de 6 à 15 cm. Le piquetage plus ou moins régulier qui les caractérise, souvent plus prononcé au centre de la dalle, suggère une utilisation complémentaire de celui d’enclume : s’agissait-il de supports destinés à écraser des fruits ou autres ingrédients, voire racler des peaux ? Certaines dalles sont surélevées par rapport au sol d’habitat et posées sur des blocs leur servant de pied ou sur un rocher. Elles sont essentiellement associées à des greniers sur pilotis à plate-forme élevée et regroupées entre les pilots.

Les récipients en céramique

  • 69  Selon la typologie établie par H. Balfet et al., 1989 ; S. Amblard-Pison, 2006.

83Trois grands types de récipients ont été distingués à partir de leurs ouvertures (figure 17) et un quatrième, les jarres (cfinfra), caractérisé notamment par l’épaisseur de ses parois. Ils peuvent être subdivisés en différents groupes69 permettant de mieux approcher leur utilisation :

84– les récipients à ouverture évasée ont un diamètre d’ouverture (10-35 cm) toujours supérieur à la hauteur (1,7-16 cm). L’épaisseur de leur paroi varie entre 5 et 9 mm. Ces mesures correspondent à celles d’écuelles, d’assiettes très plates (voire de couvercles), de plats creux, de bols et de jattes ;

85– les récipients à ouverture resserrée sont aussi de taille variée, avec un diamètre à l’ouverture de 8 à 35 cm et une hauteur située entre 10 et 42 cm. Il existe, en proportions presque égales, des récipients plus larges à l’ouverture que hauts et plus hauts que larges. Il s’agit de pots ;

86– les récipients galbés à col apparaissent comme les contenants les plus grands, avec un diamètre à l’ouverture de 4 à 32 cm, une hauteur de 20 à 39 cm et une épaisseur de parois située pour l’essentiel entre 5 et 11 mm. Il existe cependant de petits récipients à col, hauts en moyenne de 11 cm. Les récipients à col sont toujours plus profonds qu’ouverts.

  • 70  P.J. Munson, 1971 ; S. Amblard-Pison, 2002.

87Ces trois types de récipients portent des décors parmi lesquels les impressions dominent. Les jarres, aux parois très épaisses, ne sont qu’exceptionnellement décorées. Sur de très rares tessons, de petites perforations régulièrement alignées suggèrent une utilisation en faisselle (pour la préparation de lait caillé) ou passoire (pour une cuisson à la vapeur de type couscous au-dessus d’une marmite)70.

88Certains récipients sont munis de moyens de préhension : anses à ruban plat ou à boudin asymétrique, oreilles horizontales, boutons formés de pastilles d’argile surimposées à la panse ou trous de perforation destinés à faire passer un lien (dont la fonction peut aussi être liée à la réparation d’un récipient cassé). Un décor en relief formant bourrelet près du bord facilite également la préhension, de même que les décors des récipients jouent le rôle d’empêcher le pot de glisser des mains. La présence de récipients à goulot n’est actuellement attestée que par de très rares exemplaires.

89Cinq objets, originaires du village v.72, pourraient s’apparenter à des fragments de cuillères :

  • 71  M. Delneuf, 1981, p. 178.

Quatre d’entre eux représentent des cuvettes de cuillères, de forme plus ou moins régulière [et à] concavité relativement accusée par rapport […] à celle de la surface interne d’un tesson ordinaire, ainsi qu’une trace d’attache de manche [ ; leurs] diamètres internes [sont] de 1,3 à 1,8 cm. Le cinquième serait éventuellement le manche d’un objet de même type [,] de forme conique et relevé à l’une des extrémités [,] façonné irrégulièrement [, de] longueur 2,6 cm [et de] largeur 1,1 cm71.

  • 72  M. Bathily et al., 1998, p. 141. Rappelons qu’actuellement, en milieu rural, l’utilisation de cuil (...)

90Deux autres figurent dans les collections de l’IFAN à Dakar, recueillis par Raymond Mauny en 1949 dans la région. La pâte est de même type que celle des céramiques de chacun de ces sites. Les exemples de cuillères restent rares au Sahara, peut-être à cause de leur fragilité : en Mauritanie occidentale, douze fragments (cuvettes ou/et manches) ont été récoltés sur des habitats du site de Khatt Lemateïg72.

91Des fragments de trépieds ont été retrouvés dans trois villages. Ils consistent en rouleaux de pâte parfois décorés, de section ovale (20 à 28 mm), coudés à angle droit, dont l’une des extrémités semble avoir été collée à un autre élément, l’autre, moins large, formant la base servant de support à un autre récipient.

Recettes

92La batterie des ustensiles de cuisine des occupants des habitats néolithiques des Dhar Tichitt et Oualata s’avère donc variée. Elle suggère des préparations culinaires de différents types.

  • 73  S. Guinko et al., 1992.

93La présence de foyers indique un passage du cru au cuit avec ses variantes. L’environnement des villages fournissait le bois nécessaire à la cuisson. Les hommes avaient le choix notamment entre le jujubier (Ziziphus lotus), la plupart des espèces de combretacées, les branches de « dattier du désert » (Balanites), au bois utilisé comme torche en raison de son imprégnation résineuse, ou encore l’acacia (Acacia seyal) et Calligonum pour la fabrication du charbon73. Les produits destinés à être consommés ont pu ainsi être en contact direct avec les flammes – rôtis ou grillés –, ou indirect – enfouis sous les braises ou dans les cendres chaudes, à l’étouffée, voire fumés, posés sur des pierres (« à la plancha ») ou déposés dans des récipients pour une cuisson en milieu hydrique (bouillis).

  • 74  S. Amblard-Pison, 2002 ; M. Chastanet, 2002 (à propos du « sanglé »).

94Comment les céréales, parmi lesquelles le mil, ressource alimentaire relativement stable car cultivée, ont-elles été accommodées ? Le mobilier archéologique présent à l’intérieur des habitats permet d’envisager différents modes de préparation et de consommation applicables à toute la période d’occupation néolithique attestée dans cette région. Les nombreuses meules révèlent un écrasement des matières premières. Leur cuisson en milieu hydrique est suggérée par un grand nombre de récipients en céramique. La farine et la semoule obtenues dans les meules ont ainsi pu servir de base à la préparation de bouillies plus ou moins épaisses, à l’exemple de celles qui sont actuellement fabriquées et consommées entre autres au Sénégal74.

Conclusion : organisation sociale et circulation des denrées

95Dans la seconde moitié de l’holocène, le milieu naturel, déjà appauvri par la péjoration du climat, est de plus en plus sollicité à mesure que les hommes s’installent dans cette région des Dhar. Les villages aux épais murs de pierre sont les témoins les plus spectaculaires de cette cohabitation quotidienne d’un très grand nombre d’individus, coexistence qui perdurera pendant plus de deux millénaires. S’organiser pour gérer les ressources et s’adapter pour en produire d’autres et pour les conserver étaient donc les seuls moyens pour s’assurer un avenir sur ces falaises. Cette prise de conscience semble avoir eu lieu dès l’arrivée des populations néolithiques dans la région : en effet, les dates de radiocarbone soulignent que l’agriculture du mil et la pratique du stockage en jarres et greniers sur pilotis peuvent être contemporaines des premières occupations villageoises.

  • 75  M. Chastanet, 1991, p. 267.

96Au vu des vestiges archéologiques qui nous sont parvenus, de nombreuses activités apparaissent avoir nécessité la participation de plusieurs personnes ; la plus importante consistant en la construction même des murs des concessions et des murs d’enceinte des villages. D’autres exemples soulignent la présence d’un système social où les habitants étaient adaptés à une activité coopérative. Ainsi, les grands barrages témoignent d’une gestion commune de leur édification, à l’instar de celle des murs des champs et jardins aménagés sur les falaises. En effet, les sédiments du Baten, nécessaires pour rendre leur sol propice à la culture, n’ont pu être acheminés par un seul individu, voire par sa famille, même étendue. Dans le cas précis des grands champs du sommet de la falaise, cela s’avère plus qu’improbable. Il a fallu parfois aménager des rampes d’accès sur les pentes du Dhar ou des guelbs (petits massifs isolés dans le Baten), ce qui a entraîné, entre autres, le déplacement de nombreux blocs rocheux. Les activités agricoles réclamaient aussi des travaux plus ou moins collectifs, notamment au moment des semailles et des moissons. L’art rupestre l’atteste, avec ses représentations de groupes d’hommes munis de serpes. De même, la cueillette qui, par  essence, « participe de la connaissance et de la gestion du milieu » ne devait pas se pratiquer « en dehors de toute réglementation75 ». Ces exemples soulignent tous l’existence d’une organisation spécifique de la société.

97Dans cet isolat d’apparence quasi totale, propre à une zone refuge, où ont évolué ces communautés villageoises, le couloir du Baten a constitué un axe de passage privilégié, d’autant plus qu’il était – et est toujours – jalonné de puits. Nul étonnement à retrouver ainsi, tout au long des falaises, cette similitude dans les formes architecturales, les structures de stockage, le mobilier de broyage, les récipients en céramique et les outils. À partir des matières premières locales, les hommes ont su élaborer toute une série d’ustensiles et d’outils pour récolter, préparer et consommer les produits nécessaires à leur vie quotidienne.

  • 76 S. Amblard-Pison, A. Person, 2011.

98Dans certains villages, plusieurs rues s’ouvrent sur de vastes espaces non construits, bordés par des murs de concessions. Sur le plan architectural, ces grandes places apparaissent bien intégrées aux villages dont elles forment le cœur76. Leur raison d’être est à rapprocher de lieux privilégiés de type marché où, par exemple, les denrées stockées sur ou dans les greniers pouvaient être échangées. Le fait que de petits villages se trouvent parfois concentrés aux alentours de plus grands peut également être mis en rapport avec le besoin de bénéficier des marchés de ces derniers. L’existence même de ces grandes agglomérations pourrait être liée à la présence de membres de ces communautés villageoises au statut particulier, détenteurs de pouvoirs « politiques » ou symboliques, mais dont l’existence reste difficile à attester. Les contacts et échanges n’ont eu lieu, à l’intérieur de cette zone refuge, qu’entre gens soumis aux mêmes contraintes environnementales ; en témoigne l’extrême rareté de pièces façonnées dans des matériaux étrangers à la région.

99L’ensemble de ces éléments révèlent la dynamique et l’adaptation de ces sociétés néolithiques, vivant entre sables et pierres, face à ces impératifs biologiques vitaux que sont boire et manger.

Haut de page

Bibliographie

Amblard, S., 1984, Tichitt-Walata, République islamique de Mauritanie. Civilisation et industrie lithique, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations,Association pour la diffusion de la pensée française, mémoire 35.

Amblard, S., 1993, « Les gravures rupestres du Hodh occidental (Mauritanie sud-orientale) », in Actes du colloque « L’arte e l’ambiente del Sahara preistorico : dati e interpretazioni » (1990), Memorie della Società Italiana di Scienze Naturali e del Museo Civico di Storia Naturale di Milano, XXVI (II), p. 41-51.

Amblard, S., 1996, « Agricultural evidence and its interpretation on the Dhar Tichitt and Oualata (South-Eastern Mauritania) », in G. Pwiti, R. Soper (dir.), Aspects of African Archaeology. Papers from the 10th Congress of The Panafrican Association for Prehistory and Related Studies (Harare, 18-23 juin 1995), Harare, University of Zimbabwe Publications, p. 421-442.

Amblard, S., Ould Khattar, M., 1993, « Nouveaux chars rupestres sur le Dhar Oualata (Mauritanie sud-orientale) », Dossiers et recherches sur l’Afrique, 1, p. 143-155.

Amblard, S., Pernès, J., 1989, « The identification of cultivated pearl millet (Pennisetum) amongst vegetable impressions on pottery from Oued Chebbi (Dhar Oualata, Mauritania) », The African Archaeological Review, 7, p. 117-126.

Amblard, S., Quéchon, G., 1994, « L’agriculture néolithique au Sahara méridional : faits, théories et contradictions », in G. Aumassip et al. (dir.), Milieux, hommes et techniques du Sahara préhistorique. Problèmes actuels. Actes du colloque international de Montignac, Hommes et techniques en milieu saharien (1988), Montignac-Lascaux (20-23 septembre 1988), Paris, L’Harmattan, p. 161-170.

Amblard, S., Vernet, R., 1984, « Des gravures rupestres intégrées à une structure d’habitat : l’exemple d’Akreijit (R. I. Mauritanie) », Journal de la Société des africanistes, 54 (1), p. 67-78.

Amblard-Pison, S., 1996, « Greniers néolithiques sur pilotis du Sahara méridional (dhar Tichitt et Oualata, Mauritanie) », L’Anthropologie, 100 (2/3), p. 356-365.

Amblard-Pison, S., 2002, « 4 000 ans d’histoire du mil en Mauritanie sud-orientale », in M. Chastanet, D. Juhé-Beaulaton, F.-X. Fauvelle-Aymar (dir.), Cuisine et société en Afrique : histoire, saveurs, savoir-faire, Paris, Karthala, p. 119-130.

Amblard-Pison, S., 2006, Communautés villageoises néolithiques des Dhar Tichitt et Oualata (Mauritanie), Oxford, British Archaeological Reports [International Series 1546].

Amblard-Pison, S., 2011, « Villages et territoires villageois néolithiques d’une zone refuge du Sahara méridional », in G. Kourtessi-Philippakis, R. Treuil (dir.), Archéologie du territoire, de l’Égée au Sahara, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 169-179.

Amblard-Pison, S., Person, A., 1999, « Relations chronologiques entre habitats, modes de vie et fluctuations climatiques holocènes sur les Dhar Tichitt et Oualata (Mauritanie sud-orientale) », in J. Evin, C. Oberlin, J.-P. Daugas, J.-F. Salles (dir.), Actes du 3e congrès international 14C et Archéologie, Lyon (6-10 avril 1998), Revue d’archéométrie, supplément, Société préhistorique française, mémoire n° 26, p. 355-359.

Amblard-Pison, S., Person, A., 2011 (communication à paraître), « Échanges et circulations dans le Hodh mauritanien, zone refuge au néolithique », table ronde sur l’archéologie africaine, La Recherche archéologique en Afrique. Hommage au professeur Jean Devisse, 6-8 décembre 2011, Paris.

Amblard-Pison, S., Vallette, T., Jousse, H., Albaret, C., Person, A., 2010, « Les gravures rupestres d’anthropomorphes du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale) », Afrique : Archéologie & Arts, 6, p. 67-84.

Balfet, H., Fauvet-Berthelot, M.F., Monzon, S., 1989, Lexique et typologie des poteries, Paris, Presses du CNRS.

Bathily, M., 1981, « Le matériel en os des villages néolithiques de la région de Tichitt », in Troisième colloque de l’Association ouest-africaine d’archéologie, Dakar.

Bathily, M. S., Ould Khattar, M., Vernet, R., Cluzel, C., Ott, J. M., Beckouche, S., Caruba, R., Delarozière, M.F., Evin, J., 1998, Les Sites néolithiques de Khatt Lemateïg (Amatlich) en Mauritanie occidentale, Meudon. CMA, UPR 311.

Bernus, E., 1967, « Cueillette et exploitation des ressources spontanées du Sahel nigérien par les Kel Tamasheq », Cahiers de l’ORSTOM, série Sciences humaines, IV, p. 31-52.

Bernus, E., 1981, Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur, Paris, L’Harmattan.

Bernus, E., 1992-1993, « Des arbres et des herbes aux marges du Sahara », Sahara, 5, p. 17-28.

Boisboissel, Y. de, 1914, « Les gravures rupestres de Keddamou », Compte rendu des séances de l’Institut français d’anthropologie, II, p. 51-52.

Bronk Ramsey, C., 2012, OxCal 4.1 [en ligne : http://c14.arch.ox.ac.uk/embed.php?File=oxcal.html].

Camps-Fabrer, H., 1968, Industrie osseuse épipaléolithique et néolithique du Maghreb et du Sahara. Types 1-30, Paris, Arts et Métiers graphiques [CRAPE, Fiches typologiques africaines, 6e cahier], fiches 167-199.

Chastanet, M., 1991, « La cueillette de plantes alimentaires en pays soninké (Sénégal) depuis la fin du 19e siècle : histoire et devenir d’un savoir-faire », in Dupré, G. (dir.), Savoirs paysans et développement, Paris, Karthala-ORSTOM, p. 253-287.

Chastanet, M., 2002, « Le “sanglé”, histoire d’un plat sahélien (Sénégal, Mali, Mauritanie) », in M. Chastanet, F.-X. Fauvelle-Aymar, D. Juhé-Beaulaton (dir.), Cuisine et société en Afrique. Histoire, saveurs, savoir-faire, Paris, Karthala, p. 173-190.

Chevalier, A., 1932, Ressources végétales du Sahara et de ses confins nord et sud, Paris, Muséum national d’histoire naturelle.

Childe,V.G., 1936, Man Makes Himself,Londres, Spokesman Books.

Daget, J., 1971, « Fish remains », in P.J. Munson, The Tichitt Tradition: A Later Prehistoric of the S. Western Sahara, thèse de doctorat, University of Illinois at Urbana-Champaign, p. 367-368.

Delibrias, G., Guillier, M.-T., Labeyrie, J., 1988, « Gif natural radiocarbon measurements. XI », Radiocarbon, 30 (1), p. 61-124.

Delneuf, M., 1981, La Céramique néolithique du village d’Akreijit (Mauritanie), mémoire de maîtrise, Université de Paris X-Nanterre.

Dieterlen, G., Griaule, M., 1949, « L’agriculture rituelle des Bozo », Journal de la Société des africanistes, 19 (19-20), p. 209-222.

Estes, R.D., 1971, « Reptilian remains I (Lizards, crocodiles, and snakes) », in P.J. Munson, The Tichitt Tradition: A Later Prehistoric of the S. Western Sahara, thèse de doctorat, University of Illinois at Urbana-Champaign, p. 369-370.

Félice-Katz, J. de, 1980, « Analyse éco-énergétique d’un élevage nomade (touareg) au Niger, dans la région de l’Azawak », Annales de géographie, 89e année, 491, p. 57-73.

Ferré, B., Person, A., Amblard-Pison, S., 2001, « Ostracodic evidence of a Neolithic food crop practice on Dhar Oualata (SE-Mauritania) », Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, 3, p. 129-141.

Fuller, D.Q., MacDonald, K.C., Vernet, R., 2007, « Early domesticated pearl millet in Dhar Néma (Mauritania): Evidence of crop processing waste as ceramic temper », in R.T.J. Cappers (dir.), Fields of Change. Progress in African Archaeobotany, Groningen, Barkhuis Publishing, p. 71-76.

Gallay, A., 1966, « Quelques gisements néolithiques du Sahara malien », Journal de la Société des africanistes, 36 (2), p. 167-208.

Gallay, A., 1981, Le Sarnyere dogon. Archéologie d’un isolat, Mali, Paris, Éditions ADPF [Recherche sur les grandes civilisations, mémoire 4].

Garanger, J., 1988, « Herminette », in A. Leroi-Gourhan (dir.), Dictionnaire de la préhistoire, Paris, PUF, p. 483-484.

Gast, M., 1968, Alimentation des populations de l’Ahaggar : étude ethnographique, Paris, Arts et Métiers graphiques [Mémoire du CRAPE VIII].

Gaussen, J., Gaussen, M., 1988, Le Tilemsi préhistorique et ses abords. Sahara et Sahel malien, Paris, Éditions du CNRS [Cahiers du Quaternaire, 11].

Griaule, M., 1938, Masques dogons, Paris, Travaux et Mémoires de l’Institut d’ethnologie, XXXIII.

Guérin, C., Faure, M., 1983, « Mammifères », in N. Petit-Maire, J. Riser (dir.), Sahara ou Sahel ? Quaternaire récent du bassin de Taoudenni (Mali), Paris, Librairie du Muséum, p. 239-272.

Guinko, S., Millogo, J., Thiobiano, A., 1992, « Importance socio-économique des Combretacées chez les Gourmantche) », in Symposium Histoire des cultures et des langues dans l’environnement de la Savane ouest-africaine, Francfort (16-19 décembre 1992) [résumés des communications].

Harlan, J.R., 1972, « Crops that extend the range of agricultural settlement », in P.J. Ucko, R. Tringham, G.W. Dimbleby (dir.), Man, Settlement and Urbanism, Gloucester, G. Duckworth and Co. Ltd, p. 239-243.

Harlan, J.R., 1987, Les plantes cultivées et l’Homme, Paris, ACCT/PUF.

Harlan, J.R., 1989, « Wild grass seed harvesting in the Sahara and sub-Sahara of Africa », in D.R. Harris, G.C. Hilman (dir.), Foraging and Farming : the Evolution of Plant Exploitation, Londres, Unwin Hyman, p. 79-98.

Holl, A., 1986, Économie et société néolithique du dhar Tichitt (Mauritanie), Paris, Éditions Recherches sur les civilisations [ADPF, mémoire 69].

Honoré, E., 2012, « Peintures rupestres et cultures pastorales dans le Sahara égyptien », in C. Leduc, A. Salavert, T. Nicolas, T. Al Halabi, L. Bachelot (dir.), Images et sociétés. Actes de la Journée doctorale d’archéologie 2008, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 17-53.

Hugot, G., 1977, Un secteur du quaternaire lacustre mauritanien : Tichitt (Aouker). Éléments pour servir à une étude géomorphologique, mémoire de l’Institut mauritanien de recherche scientifique.

Hugot, H.J., 1979, Le Néolithique saharien, thèse de doctorat d’État, université de Paris X-Nanterre, 4 vol.

Inizan, M.-L., Reduron, M., Roche, H., Tixier, J., 1995, Technologie de la pierre taillée, tome 4, Meudon, CREP.

Jacques-Félix, H., 1971, « Grain impressions », in P.J. Munson (dir.), The Tichitt Tradition: A Later Prehistoric of the S. Western Sahara, thèse de doctorat, University of Illinois at Urbana-Champaign, p. 355-361.

Jaouen, X., 1988, Arbres, arbustes et buissons de Mauritanie, Nouakchott, Centre culturel français A. de Saint-Exupéry.

MacDonald, K., Neer, W. van, 1994, « Specialished fishing people in the Later Holocene of the Méma Region (Mali) », in W. van Neer (dir.), Proceedings of the 7th meeting of the ICAZ, Fish remains working group, Annales du Musée royal de l’Afrique centrale. Sciences zoologiques, 274, p. 243-251.

MacDonald, K.C., Vernet, R., Fuller, D., Woodhouse, J., 2003, « New light on the Tichitt tradition: A preliminary report on survey and excavation at Dhar Néma », in P. Mitchell, A. Haour, J. Hobart (dir.), Researching Africa’s Past. New Contributions from British Archaeologists, Oxford, Oxford University School of Archaeology Monograph, 57, p. 73-80.

Marchais, L., Tostain, S., 1989, « Le Sahel ouest-africain. Foyer principal de la domestication des mils pénicillaires (Pennisetum Glaucum) », in Sud-Sahara Sahel Nord, Abidjan, Centre culturel français, p. 99-101.

Monod, T., 1937a, « Gravures et inscriptions rupestres du Sahara occidental. Renseignements pratiques et inventaire », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF, p. 155-178.

Monod, T., 1937b, « Documents rupestres de l’Ouest saharien », L’Anthropologie, 47 (1-2), p. 118-122 et 247-250.

Monod, T., Mauny, R., 1949, « Nouveaux chars rupestres sahariens », Notes africaines, 44, p. 112-114.

Monod, T., Mauny, R., 1957, « Découverte de nouveaux instruments en os dans l’Ouest africain », in J.D. Clark, S.M. Cole (dir.). Proceedings of the Third Pan-African Congress on Prehistory, Livingstone, 1955, Londres, Chatto & Windus, p. 242-247.

Munson, P.J., 1971, The Tichitt Tradition: A Later Prehistoric of the southwestern Sahara, thèse de doctorat, University of Illinois at Urbana-Champaign [Ann Arbor, University microfilms international, 1979].

Munson, P.J., Munson, C.A., 1969, « Nouveaux chars à bœufs rupestres du Dhar Tichitt (Mauritanie) », Notes africaines, 122, p. 62-63.

Pernès, J., 1985, « Évolution des plantes cultivées : l’exemple des cérales », CRASP, série La vie des sciences, 2 (5), p. 429-447.

Pernès, J., 1986, « L’allogamie et la domestication des cérales : l’exemple du maïs (Zea mays L.) et du mil (Pennisetum americanum (L.) K. Schum) », Bulletin de la Société botanique française. Actualités botaniques, 133 (1), p. 27-34.

Person, A., Saoudi, N.E., Amblard, S., 1995, « Nouvelles recherches, objectifs et premiers résultats sur le paléoenvironnement holocène des sites archéologiques de la région des Dhar Tichitt et Oualata (Mauritanie sud-orientale) », Journal de la Société des africanistes, 65 (2), p. 9-29.

Person, A., Amblard-Pison, S., Saoudi, N.E., Saliège, J.-F., Gérard, M., 1996, « Les Dhar de la Mauritanie sud-orientale : environnements refuges sahariens au néolithique moyen », Préhistoire anthropologie méditerranéennes, 5, p. 119-134.

Person, A., Amblard-Pison, S., Ferré, B., Saoudi, N.E., 2001, « Témoin direct paléoenvironnemental d’une pratique agricole vivrière en habitat perché néolithique sur le Dhar Oualata (Mauritanie sud-orientale) », Afrique : Archéologie & Arts, 1, p. 101-109.

Person, A., Amblard-Pison, S., Jousse, H., Vallette, T., Albaret, C., Raimbault, M., Maurer, A.-F., Suire, J., 2012, « Influence de l’environnement sur la gestion des ressources au néolithique dans la zone refuge du Dhar Néma (Mauritanie sud-orientale) », Journal of African Archaeology, 10 (2), p. 133-164.

Portères, R., 1976, « African cereals : éleusine, fonio, black fonio, teff, brachiaria, paspalum, pennisetum and African rice », in J.R. Harlan, J.M.J. de Weet, A.B.L. Stemler (dir.), Origins of African Plant Domestication, La Haye/Paris, Mouton, p. 409-452.

Quéchon, G., Person, A., 1997, « Questions sur le peuplement holocène au Sahara. Problèmes de méthodes et d’environnement », Dossiers et recherches sur l’Afrique, 4, p. 25-29.

Reimer, P.J., Baillie, M.G., Bard, E., Bayliss, A., Beck, J.W., Bertrand, C., Blackwell, P.G., Buck, C.E., Burr, G.S., Cutler, K.B., Damon, P.E., Edwards, R.L., Fairbanks, R.G., Friedrich, M., Guilderson, T., Hughen, K.A., Kromer, B., McCormac, F.G., Manning, S., Ramsey, C.B., Reimer, R.W., Remmele, S., Southon, J., Stuiver, M.S.T., Taylor, F.W., van der Plicht, J., Weyhenmeyer, C.E., 2004, « IntCal04 », Radiocarbon, 46, p. 1029-1058.

Saliège, J.-F., Person, A., 1991, « Matière organique des céramiques archéologiques et datation par la méthode du radiocarbone », in M. Raimbault, K. Sanogo (dir.), Recherches archéologiques au Mali. Les sites protohistoriques de la zone lacustre, Paris, Karthala/ACCT, p. 413-448.

Schulz, E., Adamou, A., 1992, Leben in der Südlichen Sahara. Die traditionelle Nutzung der Vegetation im Nord-Niger, Würzburg, Geographisches Institut.

Seignobos, C., 2000, « Nomenclature commentée des instruments aratoires du Cameroun », in Y. Marzouk, C. Seignobos, F. Sigaut (dir.), Outils aratoires en Afrique : innovations, normes et traces, Paris, Karthala, p. 297-338.

Sigaut, F., 2000, « Quelques remarques sur la nomenclature des outils », in Y. Marzouk, C. Seignobos, F. Sigaut (dir.), Outils aratoires en Afrique : innovations, normes et traces, Paris, Karthala, p. 371-375.

Testard, A., 1982, Les Chasseurs-cueilleurs ou l’origine des inégalités, Paris, Société d’ethnographie.

Tixier, J., 1962, « Le Ténéréen de l’Adrar Bous III », in H.J. Hugot (dir.), Mission Berliet : Ténéré-Tchad. Documents scientifiques, Paris, AMG, p. 333-348.

Tucker Abbott, R., 1971, « Molluscan remains », in P.J. Munson, The Tichitt Tradition: A Later Prehistoric of the S. Western Sahara, thèse de doctorat, University of Illinois at Urbana-Champaign, p. 373-374.

Turnbull, P.F., 1971, « Mammalian fauna », in P.J. Munson, The Tichitt Tradition: A Later Prehistoric of the S. Western Sahara, thèse de doctorat, University of Illinois at Urbana-Champaign, p. 362-366.

Wood, R.C., 1971, « Reptilian remains II (Turtles) », in P.J. Munson, The Tichitt Tradition: A Later Prehistoric of the S. Western Sahara, thèse de doctorat, University of Illinois at Urbana-Champaign, p. 371-372.

Haut de page

Notes

1  G. Quéchon, A. Person, 1997.

2  P.J. Munson, 1971 ; H.J. Hugot, 1979 ; S. Amblard, 1984 ; A. Holl, 1986 ; S. Amblard-Pison, 2006.

3  Empilement de couches sédimentaires déprimé au centre.

4  A. Person et al., 1995 ; A. Person et al., 1996.

5  A. Person et al., 2001 ; B. Ferré et al., 2001.

6  Si l’on se réfère aux travaux de E. Schulz et A. Adamou, 1992.

7  A. Person et al., 1996.

8  H. Jacques-Félix, 1971 ; S. Amblard, J. Pernès, 1989. Dans ce groupe de végétaux, au cycle photosynthétique dit en C4 (J.-F. Saliège, A. Person, 1991, p. 417, fig. 1), se retrouvent les principales familles de graminées de l’Afrique subsaharienne. Lors de la mesure du 14C de la matière organique carbonisée, provenant du dégraissant végétal inclus dans l’argile, leur composition isotopique a également permis de les identifier.

9  H. Jacques-Félix, 1971.

10  Notamment au Sahel nigérien (E. Bernus, 1967). Cenchrus biflorus est encore consommé comme vivre de soudure en Afrique de l’Ouest (J.R. Harlan, 1987 ; 1989), mais sa consommation annuelle actuelle dans l’Aïr pouvant atteindre 80 à 100 kg par famille (selon E. Schulz, A. Adamou, 1992) le place dans ces régions au-dessus du simple vivre de soudure.

11 P.J. Munson, 1971 ; H.J. Hugot, 1979.

12  M. Gast, 1968 ; X. Jaouen, 1988 ; E. Bernus, 1992-1993. La consommation des fruits d’Ephedra altissima est évoquée au conditionnel par X. Jaouen (X. Jaouen, 1988, p. 27).

13 P.J. Munson, 1971.

14  J. Daget, 1971 ; R.D. Estes, 1971 ; R. Tucker Abbott, 1971 ; P.F. Turnbull, 1971 ; R.C. Wood, 1971 ; G. Hugot, 1977 ; S. Amblard, 1984 ; A. Holl, 1986 ; S. Amblard-Pison, A. Person, 1999 ; S. Amblard-Pison, 2006.

15  GX. 1421 : P.J. Munson, 1971.

16  Gif. 4110 : G. Delibrias et al., 1988. Calibrations à 2 sigma avec OXCAL 4.1. et la courbe IntCal 09 (P.J. Reimer et al. 2004 ; C. Bronk Ramsey, 2012).

17  R. Tucker Abbott, 1971 ; H.J. Hugot, 1977 ; A. Person et al., 1995 ; 1996.

18  GX. 1890 : P. J. Munson, 1971.

19  Aucun vestige humain correspondant à cette période n’ayant jusqu’à présent été découvert.

20  H. Jacques-Félix, 1971 ; S. Amblard, J. Pernès, 1989.

21  S. Amblard, G. Quéchon, 1994.

22  S. Amblard-Pison, 2006, p. 276.

23  J.R. Harlan, 1972 ; 1989 ; R. Portères, 1976 ; J. Pernès, 1985 ; 1986 ; L. Marchais, S. Tostain, 1989.

24  Pa. 1157 : S. Amblard, 1996 ; Ly-3334 : S. Amblard, J. Pernès, 1989.

25  GX-29358, GX-28139 : D.Q. Fuller et al., 2007 ; K.C. MacDonald et al., 2003.

26 G. Dieterlen, M. Griaule, 1949, p. 212.

27  Les concessions villageoises correspondent à des surfaces plus ou moins grandes délimitées par un (ou des) mur(s) en pierre sèche, percé(s) d’une ou plusieurs ouvertures. À l’intérieur, le sol est le plus souvent jonché de vestiges d’habitat et de structures en pierre de différents types (essentiellement maisons et greniers).

28  S. Amblard, 1996.

29  Pa.1292 : A. Person et al., 1995.

30  M. Griaule, 1938, p. 10.

31  A. Person et al., 2001 ; B. Ferré et al., 2001.

32  H. Doutrelepont, L. Vrydaghs, Musée royal de Tervuren, Belgique, in litteris 13/11/1995.

33  J. Pernès, 1986.

34  S. Amblard-Pison, 2006, p. 95.

35  C. Guérin, M. Faure, 1983.

36  A. Person et al., 2012.

37  S. Amblard-Pison, 2011.

38  J. de Félice-Katz, 1980.

39  P.J. Munson, 1971 ; A. Holl, 1986 ; S. Amblard-Pison, 2006.

40  S. Amblard, R. Vernet, 1984 ; S. Amblard, 1993.

41  E. Honoré, 2012, p. 38.

42  F. Sigaut, 2000, p. 371.

43  C. Seignobos, 2000, p. 333.

44  J. Garanger, 1988, p. 484.

45  J. Tixier, 1962.

46  J.R. Harlan, 1987, p. 14. De nos jours, un panier est utilisé également chez les Soninkés (M. Chastanet, 1991) et les Touaregs (E. Bernus, 1981).

47  A. Chevalier, 1932.

48 Cf. supra pour la présence de cucurbitacées.

49 E. Bernus, 1981, p. 250.

50 E. Bernus, 1981, p. 250.

51 A. Gallay, 1981, p. 200.

52  S. Amblard-Pison et al., 2010.

53  S. Amblard-Pison, 2006.

54  Y. de Boisboissel, 1914 ; T. Monod, 1937a ; 1937b ; T. Monod, R. Mauny, 1949 ; P.J. Munson, C.A. Munson, 1969 ; S. Amblard, M. Ould Khattar, 1993 ; S. Amblard-Pison, 2006.

55  V.G. Childe, 1936, p. 81.

56  S. Amblard, 1984.

57  Le bouchardage est une « technique reconnaissable sur des objets portant de nombreuses traces de piquetage obtenues à la pierre » (M.-L. Inizan et al., 1995, p. 136).

58  M. Bathily, 1981 ; T. Monod, R. Mauny, 1957.

59 P.J. Munson, 1971 ; A. Holl, 1986 ; S. Amblard-Pison, 2006.

60  Entre autres : A. Gallay, 1966 ; H. Camps-Fabrer, 1968 ; J. Gaussen, M. Gaussen, 1988.

61 K. MacDonald, W. van Neer, 1994. Les restes ichtyologiques restent cependant rares dans les habitats des Dhar Tichitt et Oualata.

62  S. Amblard, 1984.

63  Tel est le cas de nos jours dans la zone sahélienne du Mali et du Niger (E. Bernus, 1967).

64  A. Testard, 1982, p. 34.

65 P.J. Munson, 1971 ; H.J. Hugot, 1979 ; A. Holl, 1986.

66  S. Amblard-Pison, 1996.

67  Il reste néanmoins possible qu’ils aient été érigés dans une concession dont les limites en matériaux périssables auraient aujourd’hui disparu.

68  S. Amblard-Pison, 2006.

69  Selon la typologie établie par H. Balfet et al., 1989 ; S. Amblard-Pison, 2006.

70  P.J. Munson, 1971 ; S. Amblard-Pison, 2002.

71  M. Delneuf, 1981, p. 178.

72  M. Bathily et al., 1998, p. 141. Rappelons qu’actuellement, en milieu rural, l’utilisation de cuillères demeure rare.

73  S. Guinko et al., 1992.

74  S. Amblard-Pison, 2002 ; M. Chastanet, 2002 (à propos du « sanglé »).

75  M. Chastanet, 1991, p. 267.

76 S. Amblard-Pison, A. Person, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les Dhar de Mauritanie sud-orientale
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-1.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 2 : Le Dhar Oualata et le Baten avec des dépôts lacustres en premier plan
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 3 : Un aspect du village v.72
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 4 : Meule sur un site du Baten de Tichitt
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 5 : Homme muni d’un bâton, et vaches à robe marquée du village v.72
Crédits S. Amblard, 1993, p. 44.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 6 : Haches et herminettes provenant de villages du Dhar Tichitt
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 7 : Grande lame taillée en silexite de type houe à l’intérieur d’un village néolithique du Dhar Oualata
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 8 : Char rupestre du village v.157 à longue plate-forme (103 x 50 cm)
Légende La plate-forme est traversée en son milieu par un timon relié à l’essieu : barre transversale visible sous la plate-forme. L’arrière, rectiligne, est encadré par deux roues.
Crédits S. Amblard-Pison, 2006, p. 232.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 9 : Grande dalle à perforation biconique à l’intérieur d’un village du Dhar Oualata
Crédits S. Amblard-Pison, 2006, p. 78.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 10 : Pointes de flèches
Légende a, b - foliacées ; c - triangulaire à base concave ; d, e - ankyroïdes ; f, g - triangulaire pédonculée ; h - triangulaire à base concave ; i - polie triangulaire à base concave.
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 11 : Poids de filet en grès (échelle : 3 cm)
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 12 : « Poinçons » en os du village v.157 (échelle : 5 cm)
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 13a : Bases de greniers sur pilotis à l’intérieur de concessions villageoises : à plate-forme élevée
Crédits S. Amblard-Pison, 1996, p. 87.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 13b : Bases de greniers sur pilotis à l’intérieur de concessions villageoises : à plate-forme basse
Crédits S. Amblard-Pison, 1996, p. 87.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 14 : Petite jarre du village v.72 (échelle : 10 cm)
Crédits © S. Amblard-Pison
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 15 : Murs de barrage sur les pentes du Dhar Oualata, à proximité d’un petit village
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 16 : Foyer construit à l’intérieur d’une concession du village v.72
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 17 : Différents types de récipients en céramique : à ouverture évasée, à ouverture resserrée, à col (échelle : 5 cm)
Crédits © S. Amblard-Pison.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1496/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Amblard-Pison, « Entre sables et pierres : s’alimenter et boire dans les villages néolithiques d’une zone refuge saharienne de Mauritanie sud-orientale », Afriques [En ligne], 05 | 2014, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://afriques.revues.org/1496 ; DOI : 10.4000/afriques.1496

Haut de page

Auteur

Sylvie Amblard-Pison

Chargée de recherche CNRS, Archéologie et sciences de l’Antiquité (ArScAn, UMR 7041)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org