Navigation – Plan du site

Penser et écrire l’histoire d’un Moyen Âge en Afrique

Une lecture de : François-Xavier Fauvelle-Aymar, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain
Thinking and writing the history of a Middle Age in Africa. A reading of : François-Xavier Fauvelle-Aymar, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain
Claire Bosc-Tiessé

Résumés

Cette note de lecture montre comment François-Xavier Fauvelle-Aymar, dans son livre Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, entend tout à la fois renouveler le regard que l’on porte sur les documents et la manière décrire l’histoire de l’Afrique médiévale. Surtout, elle met en exergue le propos sous-jacent du livre, définir un Moyen Âge africain en fonction de l’histoire globale, ici en rapport aux évolutions du monde musulman, et comment l’auteur procède pour construire sa proposition.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette note de lecture a tout d’abord été présentée lors d’un débat organisé le 2 avril 2013 par la (...)

1Le livre de François-Xavier Fauvelle-Aymar, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, a connu dès sa parution en 2013 chez Alma Éditeur un succès exemplaire pour l’histoire de l’Afrique médiévale. Vendu à plusieurs milliers d’exemplaires à sa sortie, récipiendaire du grand prix des « Rendez-vous de l’histoire » 2013, c’est sa parution cet automne en livre de poche qui signe définitivement son succès par la diffusion qu’elle promet1.

2L’ouvrage s’organise en trente-quatre chapitres assez brefs. Dans un ordre plus ou moins chronologique, ils abordent tour à tour un document qui, s’il était parfois banal à son époque, paraît souvent extraordinaire aujourd’hui : la stèle d’un amiral chinois érigée près du Yangtsé, qui relate les expéditions pendant lesquelles il a atteint l’Afrique au xve siècle, une peinture murale d’une cathédrale de Nubie, enfouie sous les sables quand elle est découverte dans les années 1960 et maintenant disparue sous les eaux du lac Nasser, des ruines de bâtiments construits en blocs de sel, les restes d’une caravane perdue dans le désert, un chèque de 42 000 dinars vu par un géographe persan au milieu du xe siècle dans le Sahara, des tumulus funéraires au Sénégal, au Mali, en Éthiopie, des mines d’or, des monnaies, les documents retrouvés dans la geniza du Caire, etc.

3Quand l’auteur ne s’attarde pas sur le document lui-même, parfois joli prétexte pour retracer une fresque plus large, il revisite une question d’histoire : le baqt passé entre l’Égypte et les royaumes nubiens, l’emplacement des capitales du Mali et du Ghana, les raisons de l’intervention du roi de Nubie pour son voisin, le roi d’Éthiopie, auprès du patriarche d’Alexandrie, etc.

4Au-delà des reproductions, il donne à chaque fois à voir les documents, les lieux, les atmosphères. Les titres des chapitres donnent un avant-goût du contenu : « Dans le ventre du cachalot », pour parler du commerce de l’ambre dans l’Afrique orientale au xe siècle ; « L’affaire de la concubine », ou l’histoire de l’esclave indienne mise enceinte par un commerçant juif égyptien qui l’abandonne à Berbera, au Somaliland actuel, pour parler des zones frontières comme le port d’Aydhâb en Égypte ; « Le pays où l’or pousse comme les carottes », pour parler du problème de localisation des mines d’or au Sahel entre les xe et xive siècles, d’après une citation d’Ibn al-Fakîh, etc.

5La première idée est de proposer – comme le dit l’auteur – une nouvelle hypothèse, une nouvelle approche, de « décaler une perspective », « faire un bilan » (p. 27) sur un point particulier d’histoire. À la fin de chaque chapitre, une notice fait l’historique des recherches et de la bibliographie sur le sujet. C’est donc un livre à la fois très plaisant à lire et érudit. Ce n’est d’ailleurs pas la moindre de ses qualités que d’avoir rendu l’érudition attrayante, si ce n’est pas sa seule ambition.

6Car, bien sûr, il ne s’agit pas d’une juxtaposition de points particuliers d’histoire mais bien d’un itinéraire qui veut nous faire suivre un cheminement choisi à travers plusieurs siècles d’histoire africaine. En cela, ce n’est pas seulement le livre d’un passeur qui met en valeur quelques pépites de l’historiographie publiées discrètement dans des ouvrages spécialisés, comme l’article de Wolbert Smidt sur l’officier chinois de passage en Afrique au viiie siècle, celui de Nehemia Levtzion qui remet en cause l’authenticité du séjour d’Ibn Hawqal à Awdaghust, celui de Tadeusz Levicki sur le royaume de Zâfûn, les travaux de Théodore Monod sur la caravane perdue en plein désert, voire les siens propres, pour certains publiés avec Bertrand Hirsch, notamment une relecture d’Ibn Battûta. L’auteur utilise tout cela mais pour un autre propos.

  • 2  Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, 1953, p. 428.

7Ce livre montre aussi la réalité du travail de l’historien sur l’Afrique, illustrant presque mot pour mot les propos de Lucien Febvre, invitant l’historien à déployer son ingéniosité au-delà des documents écrits et à faire son miel « avec des mots, des signes. Des paysages et des tuiles. Des formes de champs et de mauvaises herbes. Des éclipses de lune et des colliers d’attelage. Des expertises de pierres par des géologues et des analyses d’épées en métal par des chimistes. D’un mot, avec tout ce qui, étant à l’homme, dépend de l’homme, sert à l’homme, exprime l’homme, signifie la présence, l’activité, les goûts et les façons d’être de l’homme2 ». Si l’auteur montre pas après pas quels sont les documents et ce qu’on peut éventuellement en faire, ce n’est toutefois pas un livre de méthode qui nous explique quelles sont les sources à notre disposition et les méthodes à appliquer pour construire une documentation à partir de ce qu’il appelle des traces ou des objets perdus.

8Plus qu’à des « histoires du Moyen Âge africain », nous sommes d’abord face à une histoire des documents du Moyen Âge africain, ou plutôt face à une histoire construite seulement à partir des documents, qui n’extrapole pas pour combler les vides et réécrire une histoire imaginaire.

Définir un Moyen Âge africain

9Le vrai sujet du livre est toutefois au-delà : dans la proposition sous-jacente de définir un Moyen Âge africain. Les termes du problème sont posés dans l’avant-propos, qui présente une définition en plusieurs paliers pour finir par une proposition originale.

10Le début de cette période semble assez simple à établir : à partir de la fin – laquelle s’étale toutefois dans le temps – des civilisations africaines de l’Antiquité : l’Égypte pharaonique, la Nubie méroïtique, l’Afrique punique ou romaine, l’Éthiopie aksumite. Là commence un âge moyen, intermédiaire, pour lequel nous avons de la documentation à partir du viiie siècle, entre les monuments grandioses de l’Antiquité et la multiplication de la documentation de la période moderne, qui s’étend de l’âge des découvertes portugaises au xve siècle jusqu’à la colonisation (p. 14). L’auteur s’arrête donc résolument au xve siècle.

11Ce régime documentaire particulier est caractérisé par « l’absence – dans la plupart des cas – d’une production écrite interne aux sociétés, la disparité des sources écrites externes, l’équivocité des documents matériels, l’unicité ou l’hétérogénéité des témoins du passé pris dans leur ensemble et partant l’irrégularité de la maille narrative » (p. 20). En contre-point, le royaume d’Éthiopie, qui produit sa propre documentation écrite, n’entre pas bien dans ce paradigme, et il est caractéristique que l’auteur ne l’évoque pas.

12Mais, selon lui, le régime documentaire si particulier de la période ne regarde que l’historien et ne saurait donc définir une période. « S’il est un Moyen Âge africain […], c’est en raison de son articulation et de son synchronisme avec des processus qui touchent alors de larges parties du vieux monde » (p. 21). Les régions pour lesquelles on a des traces, de l’Atlantique à l’océan Indien, ont pour point commun de « s’être trouvées en relation, mieux, en prise, avec les grandes dynamiques d’échange du monde islamique, et d’y avoir participé, comme une périphérie active » (p. 21). Les sociétés de ce « croissant médiéval » entrent alors non pas dans l’histoire, mais dans la documentation (p. 24). C’est donc une définition avec plusieurs cercles plus ou moins distants, jusqu’aux limites des dits de la documentation, donnant à voir une humanité qu’on connaît par échelle de voisinage (on connaît le voisin, le voisin du voisin, etc.). Nous ne pouvons parler que de ce qui a laissé des traces, pour autant que quelqu’un les ait vues et en ait parlé, ainsi nous arrivons à gravir quelques échelons supplémentaires à certaines périodes, donnant des contours différents à l’Afrique selon les époques. Dans ce paysage toutefois, les sociétés du golfe de Guinée, et notamment celles d’Igbo-Ukwu ou d’Ifé sur le territoire de l’actuel Nigeria, que l’on connaît d’abord par leurs objets, ne sont pas prises en compte sans que l’on sache ce qu’il faut en comprendre.

13La particularité de ce livre, comme son propos principal, est effectivement la définition de la période en fonction de l’histoire globale, ici par les réactions aux évolutions du monde musulman. C’est pour cela que le Moyen Âge dont il est question s’arrête au xve siècle, avec l’arrivée des Portugais qui déplacent les charnières des mondes africain et extérieur d’abord sur les franges océaniques, puis sur les plages des côtes est-africaines, où leur irruption change les équilibres.

Comment écrit-on l’histoire et comment l’auteur affirme-t-il sa proposition d’histoire globale ?

14L’auteur ne reviendra pas sur cette proposition par une conclusion pour jauger si l’hypothèse de départ était fondée, mais il entend la montrer par la succession des chapitres dans lesquels on voit comment le monde sahélien se convertit progressivement à l’islam, avec ses implications pour le commerce, et comment les espaces de délimitation se déplacent dans le Sahara, puis vers les franges océaniques. Ce livre se joue sur les lignes d’itinéraire, les lignes de démarcation, les lignes de tractation. Il place l’histoire du Moyen Âge africain dans les chemins suivis par les caravanes, plus rarement par les armées, mais aussi par les informations, et qui sont donc ceux de la circulation de l’histoire. Il la place aussi dans les lieux de négociation des espaces intermédiaires, frontières et zones neutres des « petits arrangements entre ennemis » (p. 269).

15Surtout, le livre joue du comparatisme et du changement d’échelle pour faire parler et rendre signifiants non seulement les objets mais aussi les phénomènes. La comparaison se fait à plusieurs échelles : tout d’abord dans un même chapitre, quand il s’agit de comprendre ce que sont les tumulus funéraires au Mali, au Sénégal et en Éthiopie. L’exercice est parfois ardu car il n’est pas toujours possible d’en tirer des conclusions, sauf à souligner, dans ce cas, un « moment archéologique des païens », avant la montée de l’islam et sa captation des routes de commerce, avec pour corollaire de décloisonner des historiographies habituellement cantonnées à l’est ou à l’ouest du continent. Ailleurs, la comparaison se fait dans l’enchaînement des chapitres : c’est le cas des chapitres 18 à 20, dessinant un triangle des mines du plateau du Zimbabwe, à Sofala, au débouché de la production, et à Mapungubwe en Afrique du Sud, d’où provient le rhinocéros d’or, sur la rive sud du Limpopo. C’est en changeant la focale et en prenant un peu de hauteur que l’auteur peut mettre en relation ces trois lieux-événements : la source de l’or, son commerce et son utilisation en Afrique.

16C’est donc le changement d’échelle qui permet des hypothèses, et l’auteur tente la comparaison pour chercher un modèle de développement commun aux sociétés évoquées et contribuer à définir un Moyen Âge africain. Que certains choix – l’absence de certaines formations politiques ou l’emphase sur certains événements – puissent être préjudiciables à la réflexion globale, qu’à l’avenir certains des postulats posés ici se révèlent des fausses pistes, que certaines approches s’avèrent marquées par les biais de la recherche passée ou actuelle, ce livre s’est d’ores et déjà affirmé comme incontournable dans le débat sur l’histoire africaine. Ainsi, sa sortie en poche est le signe non seulement de son succès mais aussi de son importance.

Haut de page

Notes

1  Cette note de lecture a tout d’abord été présentée lors d’un débat organisé le 2 avril 2013 par la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire.

2  Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, 1953, p. 428.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

FAUVELLE-AYMAR François-Xavier, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Alma Éditeur, 2013. ISBN : 978-2-36-279045-4 ; FAUVELLE-AYMAR François-Xavier, Le rhinocéros d’or. Histoires du Moyen Âge africain, Paris, Seuil, Folio Histoire, 2014. ISBN : 10-207045455X.

Référence électronique

Claire Bosc-Tiessé, « Penser et écrire l’histoire d’un Moyen Âge en Afrique », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://afriques.revues.org/1702

Haut de page

Auteur

Claire Bosc-Tiessé

Chargée de recherche CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Articles du même auteur

Haut de page