Navigation – Plan du site

En Afrique, pourquoi meurt-on ? Essai sur l’histoire d’un mythe africain

In Africa, why do people die? Essay on the History of an African myth
Jean-Loïc Le Quellec

Résumés

Parmi les mythes d’origine de la mort, celui du message perverti présente en Afrique une répartition très particulière. Son aréologie et l’étude de ses mythèmes à l’aide d’outils phylogénétiques montrent que sa variante la plus archaïque, à un seul messager, est enracinée dans l’aire khoisane. Selon ce récit, Lune mandate Lièvre pour porter à l’humanité un message de vie. Lièvre modifie le message, ce qui introduit la mort chez les hommes, qui depuis lors le haïssent ; en punition, Lièvre est frappé et en garde la lèvre fendue. Ce type primitif fut ultérieurement modifié par l’introduction d’un second messager animal rivalisant avec le premier. Selon ce nouveau type, largement diffusé par des peuples parlant des langues non khoisanes, le Créateur mandate un messager pour porter aux humains un message de vie ; ce messager marche lentement ; pendant qu’il musarde, un second coursier part de son propre chef, et c’est lui qui arrive le premier, mais il modifie le message, ce qui introduit la mort chez les hommes. La répartition des versions du type archaïque conforte l’hypothèse d’une ancienne aire linguistique initialement étendue de l’est à l’extrême sud de l’Afrique, qui aurait été scindée en deux par l’expansion bantoue et dont l’aire khoisane serait un reste méridional.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  H. Abrahamsson, 1951.
  • 2  R. Gordon, 2000 ; Y.E.Berezkin, 2008 ; 2009b ; 2013 ; L.-V. Thomas, 2013.
  • 3  J. Bernolles, 1968 ; D. Zahan, 1969.
  • 4  D. Paulme, 1967.
  • 5  F. Boas, 1917.
  • 6  B. Anell, 1964.
  • 7  H.T. Fischer, 1932 ; G. Forth, 1992.
  • 8  T. Ōbayashi, 1966.
  • 9  M. Waida, 1982.
  • 10  Y.E. Berezkin, 2009, p. 76-77.
  • 11  Id., 2013.
  • 12  J.-R. Boisserie, 2011.

1Les mythes d’origine de la mort sont en nombre très limité dans le monde. Hans Abrahamsson a proposé1, pour ceux d’Afrique, une typologie généralement acceptée par tous les auteurs ayant ultérieurement étudié ces récits2 ou ayant réfléchi sur leur fonction et leur signification3 – quitte à repérer quelques rares types qui lui avaient échappé4. Des travaux similaires ont été conduits sur d’autres régions du globe : Amérique du Nord5, Océanie6, Indonésie7, Japon8, Asie centrale9. Yuri Berezkin a finalement établi une typologie valable pour le monde entier, en classant ces mythes en fonction des motifs justifiant l’introduction de la vie brève : changement de peau interrompu ou impossible, perte du remède d’immortalité, épreuve ratée, revanche d’un petit animal, rapport avec la réjuvénation lunaire, mauvaise réponse (ou silence) à l’appel divin, comparaison des humains avec un objet fort et un faible, ou avec la pierre qui flotte et le bois qui coule, mort souhaitée par un responsable qui en est la première victime, mort personnifiée, message perverti10. Cet auteur a établi des cartes de la répartition mondiale de chacun de ces types11. Bien que la documentation sur laquelle il s’appuie ait été recueillie par des voyageurs, administrateurs coloniaux, missionnaires, ethnologues et linguistes, et qu’elle soit donc relativement récente, ayant été constituée pour l’essentiel aux xixe et xxe siècles, l’aréologie comparée des différents motifs lui a permis de conclure, de façon très convaincante, à la très grande ancienneté de plusieurs d’entre eux, qui seraient originaires d’Afrique et se seraient diffusés out of Africa en même temps que les populations d’hommes modernes qui se sont répandues en Eurasie-Océanie, puis en Amérique12.

2Le type de mythe d’origine de la mort le plus répandu sur le continent africain est celui qui l’associe à la mauvaise transmission d’une promesse de résurrection qui, une fois pervertie par la faute du messager, annonce l’introduction de la vie brève. Il peut y avoir un ou deux coursiers. Quand il y en a deux, le premier est bien chargé de transmettre un message de vie, mais il est si lent qu’un second messager prend la route, le dépasse et arrive le premier en inversant l’annonce – quand il n’avait pas été chargé dès le départ de porter un message de mort. Il peut encore arriver que, après le départ du premier coursier, celui qui l’a envoyé change d’avis et en fasse partir un autre avec le message contraire. Voici quatre exemples de ces mythes, recueillis chez des groupes parlant des langues appartenant à des familles différentes et sis en des régions très éloignées les unes des autres.

3Igbo (Afrique de l’Ouest, Niger-Congo) :

  • 13  H. Scheub, 2000, p. 32.

Quand la mort apparut pour la première fois dans le monde, les hommes envoyèrent un chien à Chuku pour lui demander de faire revenir les défunts à la vie. Le chien lambina le long du chemin et fut dépassé par un crapaud qui avait entendu le message mais voulait punir les humains. Il atteignit Dieu avant le chien et lui transmit le mauvais message, disant que les hommes ne voulaient pas revenir à la vie. Chuku, ayant accepté cette requête, fut incapable de modifier sa décision quand le chien arriva finalement avec la demande correcte. C’est ainsi que la mort fut introduite dans le monde13.

4Oromo (Corne de l’Afrique, afrasien) :

  • 14  A. Werner, 1913.

Dieu envoya l’oiseau Holawaka dire aux hommes qu’ils ne mourraient pas : quand ils se sentiraient devenir vieux et faibles, ils changeraient de peau et redeviendraient jeunes. Il nantit l’oiseau d’une crête […] pour le désigner comme son messager. L’oiseau partit, mais trouva bientôt sur le chemin un serpent qui mangeait un animal mort. Holawaka lui dit : « Donne-moi un peu de viande et de sang, et je te dirai quel est le message divin. » Le serpent répondit qu’il ne voulait pas l’entendre, mais Holawaka insista tellement, tout en ajoutant que ce message le concernait de très près, que le serpent finit par céder. L’oiseau dit alors : « Le message est le suivant : quand les hommes deviendront vieux, ils mourront, mais toi, quand tu te sentiras devenir infirme, tout ce que tu auras à faire est de ramper hors de ta peau, et tu retrouveras ta jeunesse. » C’est pour cette raison que les gens vieillissent et meurent, alors que les serpents changent de peau et rajeunissent. Dieu maudit l’oiseau en lui infligeant une constipation chronique, ce qui fait qu’on le voit en haut des arbres, souffrant et criant « Wakati-a-a ! » (« Mon Dieu ! »)14.

5Nama (Afrique australe, khoisan) :

  • 15  J. Shooter, 1857, p. 398, n. 2. NB : sur les questions soulevées par la famille « khoisan », voir (...)

Lune envoya Lièvre chez les humains avec ce message : « Tout comme je meurs et renais de nouveau, de même vous mourrez et renaîtrez. » Lièvre se trompa et dit : « Tout comme je meurs et ne renais pas de nouveau, de même vous, etc. » Quand il revint, Lune, très en colère à cause de cette erreur, lança sur Lièvre un bâton qui lui fendit la lèvre. Lièvre s’enfuit, et continue de le faire de nos jours15.

6Tonga (Afrique australe, Niger-Congo) :

  • 16  A. Werner, 1906, p. 72.

Chiuta chargea Caméléon et Lézard […] d’apporter aux hommes un message de vie pour le premier et de mort pour le second. Caméléon devait dire aux hommes qu’ils mourraient mais qu’ils reviendraient à la vie, tandis qu’il avait été demandé à Lézard de leur annoncer que, s’ils mouraient, ce serait pour de bon. Caméléon partit le premier mais, dans sa marche lente et hésitante, il fut bientôt dépassé par Lézard, qui se précipita chez les hommes et leur expliqua que la mort marquerait la fin de leur existence. Assez longtemps après, Caméléon arriva paresseusement parmi eux et leur annonça que, bien que les hommes dussent mourir, ils retourneraient ensuite à la vie ; mais on l’accueillit avec colère et tristesse en lui disant que le premier message avait déjà été accepté16.

  • 17  Y.E. Berezkin, 2009, p. 91.

7Dans son étude, Yuri Berezkin expose que l’un des messagers est très souvent le caméléon et qu’il s’oppose régulièrement au lézard. Or, remarque-t-il, c’est le lézard qui apporte la mort dans plusieurs mythes du même type recueillis hors d’Afrique : Lituanie, Inde du Nord (Nagaland), Amérique du Nord (Mohave) et Mésoamérique (Nahuatl, Makiritare, Tepehua), ce qui ouvre la possibilité d’un lien historique entre ces divers récits. En Afrique, le responsable peut également être le lièvre, et les narrations qui font intervenir ces trois animaux « pourraient facilement remonter au paléolithique », ce qui n’est évidemment pas le cas lorsque les messagers sont du bétail, chèvre ou mouton par exemple17.

8L’hypothèse d’une origine paléolithique de ce type de mythe est stimulante, et je me propose de poursuivre ici l’enquête à son propos, particulièrement en Afrique. Pour ce faire, j’ai d’abord réalisé une base de données réunissant l’ensemble des mythes d’origine de la mort parvenus à ma connaissance pour le monde entier (soit un total de 1 024 récits, dont 440 pour l’Afrique). Chaque mythe est détaillé en motifs, 156 au maximum pour ce type de récit. Cette base de données est géoréférencée, ce qui permet de tracer facilement des cartes de répartition pour chaque motif, ou correspondant à des demandes croisées (tel motif + tel autre). Ainsi, une première carte (fig. 1) présente la totalité des mythes recensés (sauf pour l’Océanie, car cette zone est sans incidence sur la discussion qui suit), et une deuxième (fig. 2) montre la répartition mondiale des 148 mythes du message perverti, particulièrement présents en Afrique (117 attestations). Il convient de préciser que, à l’échelle de ces cartes, un point peut parfois représenter plusieurs attestations.

Figure 1. Répartition de la totalité des 1 024 mythes d’origine de la mort recensés dans la base de données

Figure 1. Répartition de la totalité des 1 024 mythes d’origine de la mort recensés dans la base de données

À cette échelle, un point peut parfois représenter plusieurs données.

Figure 2. Répartition mondiale des 148 mythes du message perverti recensés

Figure 2. Répartition mondiale des 148 mythes du message perverti recensés

Il y en a 117 pour le seul continent africain.

9En Eurasie, ce sont d’autres conceptions qui prédominent autour de la vie brève et de son origine, notamment les mythes du type du « corps souillé » (fig. 3), mais les personnifications de la mort y sont aussi particulièrement nombreuses (fig. 4).

Figure 3. Répartition des mythes d’origine de la mort appartenant au type du « corps souillé »

Figure 3. Répartition des mythes d’origine de la mort appartenant au type du « corps souillé »

10La distribution de ces deux derniers types de mythes (en rouge sur la fig. 5) est pratiquement complémentaire de celle des mythes du type « message perverti » (en vert), les points de recouvrement (en noir) étant très rares. Avant de pouvoir commenter utilement cette répartition contrastée, il convient d’étudier les différents types de messagers impliqués.

Figure 5. Carte mettant en évidence la répartition complémentaire des mythes d’origine de la mort du type « message perverti » (en vert), comparativement à ceux du type « corps souillé » et/ou dans lesquels intervient une personnification de la mort (en rouge). Les points de recouvrement sont indiqués en noir.

Figure 5. Carte mettant en évidence la répartition complémentaire des mythes d’origine de la mort du type « message perverti » (en vert), comparativement à ceux du type « corps souillé » et/ou dans lesquels intervient une personnification de la mort (en rouge). Les points de recouvrement sont indiqués en noir.

Qui sont les messagers ?

11Il existe dans le monde deux grandes catégories de mythes du message perverti : l’une à un seul messager (45 attestations), l’autre, beaucoup plus fréquente, à deux messagers rivaux (103 attestations). Dans le premier cas, le messager unique se trompe dans la transmission et, dans le second, l’un est porteur d’un message de vie, l’autre d’un message de mort, mais le premier arrivé sera le second, pourtant parti après le premier qui avait par trop musardé.

12Lorsqu’il n’y a qu’un seul messager, il s’agit majoritairement du lièvre (40 % des cas), beaucoup moins souvent d’un chien (18 %) ou d’un oiseau (18 %), voire d’une taupe (9 %) ou d’un lézard (4 %). Les autres animaux (loutre, tortue…) n’étant présents que très sporadiquement.

13En Afrique, sur les 45 mythes à un seul messager, celui-ci est, par ordre d’importance décroissante, un lièvre (38 %), une taupe (9 %), un chien (7 %), un lézard (4 %), les autres espèces (oiseau, chat, arthropode…) n’étant présentes qu’une seule fois chacune. Sur les 103 mythes à deux messagers, le premier de ceux-ci (ou le porteur du message de vie) est un caméléon plus d’une fois sur deux (55 % des cas), beaucoup moins souvent une chèvre ou un mouton (13 %), ou encore un chien (10 %), rarement un lézard (7 %), parfois un arthropode (un seul cas) ou une autre espèce. Le deuxième messager, porteur du message de mort qui finalement prévaudra, est très majoritairement un lézard (32 %), moins souvent une chèvre ou un mouton (13 %), un chien (11 %), un lièvre (9 %), un caméléon (8 %), un oiseau (6 %), un arthropode (une fois) ou plus rarement encore d’autres espèces.

14Lorsque les récits narrent la concurrence entre deux espèces, l’une porteuse du message de vie et l’autre porteuse du message de mort, il s’agit très généralement du caméléon pour la première et du lézard pour la seconde. Du point de vue zoologique, la répartition de ces animaux est panafricaine (à l’exception des déserts pour les Chamaelonidae), et leur intervention dans les mythes ne peut donc rien nous apprendre sur l’origine géographique de ceux-ci.

  • 18  J.-L. Le Quellec, 2013 ; O. Bar-Yosef, 2013, p. 243 ; A. Smith, 2013 ; J.-L. Le Quellec, 2014, p.  (...)
  • 19  K. Sadr, 2013 ; 2014.

15En revanche, il est frappant de constater que les animaux domestiques sont différemment représentés dans ces deux sous-types. Si le chien intervient dans 7 % des récits à un seul messager et dans 20 % de ceux à deux messagers concurrents, les caprins (chèvres et moutons) sont totalement absents du premier type, alors qu’on les trouve une fois sur quatre dans les seconds. Or, si le chien est le plus ancien animal domestiqué, les caprins domestiques connus en Afrique ne dérivent pas d’une espèce sauvage autochtone, et leur présence résulte forcément d’une introduction dans le continent, à partir du Proche-Orient. Par conséquent, l’intervention de ces animaux dans les mythes ne peut avoir précédé cette arrivée, qui remonte initialement au début du VIe millénaire avant l’ère commune18. En Afrique subsaharienne, la présence des caprins résulte d’une diffusion forcément ultérieure et, en Afrique australe, il n’existe aucune indication de réel pastoralisme avant le IIe millénaire de l’ère commune19. Les mythes mettant en scène chèvre ou mouton dans un rôle de messager sont donc parmi les plus récents, ou bien résultent d’une réélaboration de mythes antérieurs.

16L’aréologie des espèces intervenant dans le mythe permet de préciser ces observations. Le centre de densité des mythes dans lesquels au moins un messager est le lièvre se trouve à l’ouest de l’Afrique australe (fig. 6). Le noyau de plus haute densité de ceux dans lesquels il s’agit soit du lézard, soit du caméléon, soit des deux se trouve à l’est de la même zone, avec une importante extension vers le nord (fig. 7).

Figure 7. Distribution des versions dans lesquelles un lézard et/ou un cameléon interviennent

Figure 7. Distribution des versions dans lesquelles un lézard et/ou un cameléon interviennent

17Ceux dans lesquels un messager au moins est un chien sont majoritaires en Afrique de l’Ouest et présentent une répartition plus septentrionale que les précédents (fig. 8), tout comme ceux où c’est un capriné, ce dernier étant un peu plus densément représenté à l’ouest (fig. 9).

Figure 8. Distribution des versions dans lesquelles un messager au moins est un chien

Figure 8. Distribution des versions dans lesquelles un messager au moins est un chien

18Il apparaît ainsi que les élaborations secondaires faisant intervenir des animaux domestiques (fig. 10) concernent essentiellement l’Afrique de l’Ouest et très moindrement la région des Grands Lacs. Les versions originelles, avec lièvre ou lézard/caméléon, sont les plus méridionales. La question qui se pose alors est de savoir si les versions avec lièvre ne seraient pas les plus anciennes de toutes, et si l’intervention du lézard et du caméléon ne serait pas plus récente, ainsi que pourrait le faire supposer l’examen des cartes (fig. 6, 7)… à moins que les versions à lièvre soient au contraire secondaires.

Figure 10. Distribution des versions dans lesquelles au moins l’un des messagers est un animal domestique

Figure 10. Distribution des versions dans lesquelles au moins l’un des messagers est un animal domestique

19Pour tenter de répondre à cette question, il faut tenir compte du fait que le noyau de plus haute densité des versions à lièvre (fig. 6) est le même que celui du sous-type à un seul messager (fig. 11), alors que la répartition des versions dans lesquelles interviennent toutes les autres espèces est la même que celle du sous-type à deux messagers (fig. 12). Nous y reviendrons.

Figure 11. Distribution des versions à un seul messager

Figure 11. Distribution des versions à un seul messager

20L’hypothèse qui s’offre alors est que les plus anciennes versions du mythe seraient apparues à l’ouest de l’Afrique australe et qu’elles n’auraient mis en scène qu’un seul messager : le lièvre.

Le motif du message perverti remonte-t-il à la préhistoire ?

  • 20  E.J.M. Witzel, 2006 ; Y.E. Berezkin, 2009 ; E.J.M. Witzel, 2012.
  • 21  Y.E. Berezkin, 2007 ; J.-L. Le Quellec, 2014.

21Le modèle de répartition dans lequel un type de mythe est majoritaire dans l’hémisphère Sud, alors qu’un autre l’est dans l’hémisphère Nord (fig. 5), est interprétable en termes chronologiques20 : une telle distribution pourrait en effet s’expliquer du fait que le premier type serait plus vieux que le second, suivant un raisonnement similaire à celui qui a permis d’établir l’ancienneté de mythes tels que celui de l’émergence primordiale de l’humanité et des animaux21.

22Une hypothèse de ce type pourrait rendre compte de la répartition actuelle des mythes du « message perverti », mais comment la prouver ?

23Nous avons vu que, dans l’ensemble des attestations du mythe, il est possible de distinguer deux grands ensembles : l’un où un seul messager intervient, le second où deux messagers sont en concurrence. À l’échelle mondiale, les mythes d’origine de la mort à un seul messager sont beaucoup moins nombreux (45 attestations) que ceux où il y en a deux (103), et leur répartition est très différente, avec une dispersion sporadique en Eurasie dans le premier cas (14 attestations) et une quasi-absence de la même zone dans le second (4 attestations). En Afrique, le premier type s’atteste en 22 occurrences, mais en 95 dans le second. Si l’on tient compte des noyaux de plus haute densité et pas seulement des limites d’extension ou des chiffres absolus, on constate que le premier type est plus densément présent au sud-ouest de l’Afrique australe, particulièrement dans la zone de rencontre entre les actuels Botswana, Afrique du Sud et Namibie (fig. 11), alors que le second l’est davantage à l’est et un peu au nord, avec une plus haute densité centrée sur le KwaZulu-Natal (fig. 12).

24Ces constatations conduisent à proposer une nouvelle hypothèse : les versions à deux messagers résulteraient d’une élaboration secondaire, développée à partir de celles où il n’y en a qu’un seul. Celles-ci seraient nées au sud-ouest de l’Afrique australe et se seraient répandues en Afrique, puis out of Africa. Les récits faisant intervenir deux messagers, complexifiant les précédents, se seraient ensuite propagés de la même manière, mais surtout en Afrique, leur répartition eurasiatique étant beaucoup plus modeste du fait de leur caractère plus récent et parce que leur diffusion aurait été gênée par la prégnance d’autres conceptions. Ce petit « roman » rendrait bien compte des faits observés, mais comment dépasser le stade de l’hypothèse ?

  • 22  J. d’Huy, Le Quellec, 2014 ; J. d’Huy, 2014.
  • 23  Id., 2012.
  • 24  Id., 2012.
  • 25  J.-L. Le Quellec, 2013.
  • 26  J. d’Huy, 2012 ; 2013b.
  • 27  J.J. Tehrani, 2013.
  • 28  R.M. Ross, S.J. Greenhill, Q.D. Atkinson, 2013.
  • 29  J. d’Huy, 2013.

25Pour ce faire, une autre approche est nécessaire, qui fait appel aux méthodes et outils utilisés par les généticiens pour comparer des génomes, suivant une démarche avantageusement appliquée depuis quelques années à plusieurs mythes ou motifs dont la répartition mondiale permettait de poser des questions comparables. Les succès remportés de cette manière sur différents grands mythes justifient de parler d’une nouvelle méthode d’analyse mythologique. Celle-ci permet de distinguer la part des emprunts de celle de la transmission verticale, tout en parvenant à calculer la probabilité de présence de chaque mythème dans les protomythes, pour finalement contribuer à l’histoire des peuplements22. Jusqu’à présent, les applications ont concerné le mythe de Polyphème23, la chasse cosmique24, la géranomachie25, Pygmalion26, le conte du Petit Chaperon Rouge27, le conte type AT 480 dit des « Deux Filles »28 et le motif du dragon29.

  • 30  M. Wilson, 1959, p. 15.

26Dans l’intention d’appliquer ce type d’approche aux mythes qui nous intéressent ici, j’ai sélectionné, dans la base de données, ceux composés d’un nombre de motifs assez élevé pour permettre la comparaison. En effet, la littérature ethnographique fournit parfois des attestations qui peuvent être utilisées pour la cartographie d’un mythe en général, mais non pour celle de ses motifs, du fait de mentions tronquées, ou trop lapidaires. Par exemple la version Nyakyusa rapportée par Monica Wilson est très lacunaire, puisqu’elle se contente de rapporter que « le mythe de l’origine de la mort est une variation sur le thème, si familier dans l’Afrique bantouphone, des deux messagers (un mouton et un chien dans cette version) envoyés chez les humains par “Kyala”, l’un promettant la vie, et l’autre la mort30 ». Cette mention permet d’enrichir la carte de répartition des mythes à deux messagers, mais elle est de peu d’utilité lorsqu’il s’agit de comparer des récits pouvant théoriquement comporter plusieurs dizaines de motifs différents.

  • 31  D.H. Huson, 1998 ; 2006.

27En réalité, les mythes du message perverti intégrés à la base de données pour l’Afrique ne comportent chacun que de 3 à 14 des motifs possibles et, pour l’étude qui suit, je n’ai retenu que les 94 récits dans lesquels au moins 8 motifs sont attestés, ce qui permet de minimiser le risque de rapprocher artificiellement des mythes qui n’auraient surtout en commun que l’absence de certains motifs. La matrice ainsi formée (publiée en annexe) a été analysée avec l’algorithme Neighbor-Net implémenté dans le logiciel SplitsTree4.13.131, qui livre un dendrogramme (fig. 13) permettant de visualiser le degré de similarité entre les versions. Sur ce graphe, les noms des taxa sont formés de celui de l’ethnie chez laquelle fut recueilli le mythe (sans discuter ici la validité ou non de ces dénominations, puisqu’elles ne sont utilisées que pour préciser une localisation), suivi d’un sigle indiquant la région de provenance (AfrO : Afrique de l’Ouest, AfrC : Afrique centrale, AfrS : Afrique du Sud, AfrGL : région des Grands Lacs), puis d’un autre précisant la famille linguistique de la langue dans laquelle le mythe fut dit (Afr : afrasien, NC : Niger-Congo, NS : nilo-saharien, KHS : khoisan).

Figure 13. Graphe Neighbor-Net des mythes africains de message perverti, obtenu avec SplitsTree 4.13.1

Figure 13. Graphe Neighbor-Net des mythes africains de message perverti, obtenu avec SplitsTree 4.13.1

Les « boîtes » quadrangulaires indiquent des signaux conflictuels, dus par exemple à des emprunts.

  • 32  H. Abrahamsson, 1951, p. 7-8.
  • 33  T. von Held, 1904, p. 151.

28Ce qui frappe surtout, sur ce graphe, c’est que l’ensemble des versions a tendance à s’y regrouper par grandes zones géographiques, alors qu’aucune information de localisation n’a été intégrée aux données utilisées par le logiciel. Ainsi, les récits en langues khoisane sont tous regroupés sur une même branche, ce qui confirme l’originalité des versions de l’Ouest de l’Afrique australe, déjà remarquée sur les cartes. La seule version non khoisane à se trouver sur cette branche est un récit hawsa (groupe de langue afrasienne) dont Hans Abrahamsson signalait déjà « l’intérêt particulier, dans la mesure où il rappelle beaucoup les “mythes de message” des Hottentots et des Bushmen32 ». Il s’agit d’un mythe étiologique dans lequel Lune commande à Lièvre d’aller dire aux hommes qu’ils mourront et ressusciteront tout comme elle ; le messager part en courant, mais leur annonce qu’ils mourront ; Lune en colère veut frapper Lièvre mais n’atteint que sa lèvre, qui en est restée fendue ; de douleur, Lièvre saute à la face de Lune, qu’il lacère de ses griffes, d’où les traces foncées qui se voient encore sur l’astre ; enfin, effrayé de sa propre audace, Lièvre s’enfuit et, depuis lors, il traverse toujours le monde en fuyant33.

  • 34  B.R. Holland, K.T. Huber, A. D  et al., 2002.

29Outre dessiner ce graphe, le logiciel SplitsTree permet aussi de quantifier le signal phylogénique par calcul d’un « score δ » qui représente un bon moyen de mesurer le degré de réticulation entre les taxa et les groupes34. Ce score attribue à chaque taxon un chiffre entre 0 et 1, et plus δ est proche de 1, moins bien le taxon concerné s’intègre à la phylogénie proposée – laquelle correspond à des processus historiques réels.

  • 35  S. Wichmann, E.H. Holman, T. Rama et al., 2011, tableau 6.
  • 36  L.C. Robinson, G. Holton, 2012, p. 137-138.
  • 37  J. d’Huy, J.-L. Le Quellec, 2014, p. 156.

30Ainsi, un score delta plus élevé indiquera une plus grande probabilité de ressemblance par emprunt que par phylogénie. Ici, le δ moyen pour l’ensemble des mythes africains de message perverti est de 0,32. Si l’on compare ce résultat aux scores de 0,31, obtenu pour les familles mondiales de langues35, de 0,24 pour les langues indo-européennes, de 0,29 pour les langues Alor-Pantar ou de 0,33 pour les langues polynésiennes36, il apparaît que le δ calculé pour notre famille de mythes indique une réelle stabilité de leur transmission dans le temps37, tout en témoignant néanmoins de nombreux signaux conflictuels, visualisés sur le graphe sous la forme de « boîtes » losangiques et qui peuvent être notamment dus à des emprunts, des influences, des hybridations.

31À ce stade, il est intéressant de comparer les scores δ obtenus pour les attestations de notre mythe selon les familles de leur langue d’expression :

Famille de langue

N

δ Min

δ Max

δ Moyen

Écart type

Afrasien

5

0,24

0,37

0,34

0,05570

Niger-Congo (Ouest)

16

0,30

0,36

0,33

0,02266

Niger-Congo (Centre)

12

0,32

0,39

0,35

0,02134

Niger-Congo (Est)

4

0,34

0,36

0,35

0,00974

Niger-Congo (Sud)

38

0,29

0,39

0,34

0,03240

Khoisan

19

0,24

0,35

0,27

0,03786

  • 38  Pour une situation similaire en linguistique, voir L.C. Robinson, G. Holton, 2012, p. 138.

32C’est dans la région australe que le score δ témoigne du meilleur signal phylogénique (δ  = 0,30 – la moyenne pour les autres régions étant de 0,34). Mais, en Afrique australe même, ce signal varie en fonction des langues utilisées : δ  = 0,27 pour les langues khoisanes et 0,34 pour les langues Niger-Congo (bantoues). Cela signifie que, partout en dehors de l’Afrique australe, les similarités observables entre les mythes du message perverti sont davantage imputables à des emprunts qu’à un héritage partagé38 et que c’est dans l’ensemble khoisan que le signal est le plus fort.

33L’analyse en composantes principales (fig. 14) montre que la première composante est celle qui produit l’essentiel de la variance entre les versions non khoisanes, alors que c’est la seconde composante pour les versions khoisanes. L’ensemble de ces observations permet de déduire que le mythe serait d’origine khoisane et qu’il se serait ensuite diffusé dans toute l’Afrique subsaharienne, les versions sud-africaines les plus récentes pouvant avoir bénéficié à la fois d’une transmission par le phénomène communément dénommé « expansion bantoue » et de l’influence directe des versions khoisanes voisines.

Figure 14. Analyse en composante principales (CP 1 : 27,4 % ; CP 2 : 11,7 %)

Figure 14. Analyse en composante principales (CP 1 : 27,4 % ; CP 2 : 11,7 %)

Les couleurs indiquent régions et familles linguistiques.

  • 39  W.P. Maddison, D.R. Maddison, 2014.

34À l’aide d’un autre logiciel, Mesquite 3.0239, il est possible de construire un arbre de consensus (fig. 15), élaboré en testant, par la méthode SPR (Subtree Pruning and Regrafting), les cent arbres les plus parcimonieux reconstruits à partir de la matrice de départ.

35Les branches de cet arbre de consensus sont celles qui apparaissent dans au moins 50 % des cent arbres reconstruits. Il a été enraciné sur une version recueillie chez les Khakas (peuple sibérien de langue altaïque), choisis comme groupe extérieur (outgroup) du fait de l’impossibilité d’échanges ou d’influences directes avec notre corpus africain.

Figure 15. Arbre de consensus élaboré avec Mesquite 3.02 par la méthode SPR

Figure 15. Arbre de consensus élaboré avec Mesquite 3.02 par la méthode SPR
  • 40  J. d’Huy, J.-L. Le Quellec, 2014, p. 158-159.
  • 41  Id., p. 158.

36Mesquite permet d’évaluer la robustesse de l’arbre de consensus en calculant deux indices situés entre 0 et 1 : l’un (IC) mesure la cohérence, l’autre (IR) la rétention. Leur valeur est inversement proportionnelle à l’importance des transmissions horizontales, c’est-à-dire les emprunts entre groupes voisins essentiellement40, et ces indices permettent donc d’évaluer à quel point les mythèmes sont hérités plutôt qu’empruntés. Si IC = 1, il n’y a aucune homoplasie (similitude ne provenant pas d’un ancêtre commun). Quant à IR, il sert à évaluer dans quelle mesure les synapomorphies (caractères dérivés partagés par un ou plusieurs taxons) participent à la construction de l’arbre. Un IC et un IR élevés (> 0,60) signaleront une faible transmission horizontale (incluant les emprunts, totaux ou partiels, à des sociétés voisines) et un sens de transmission essentiellement vertical, d’une génération à l’autre41.

37Or l’indice de rétention de notre arbre est très élevé (IR = 0,72), alors que celui de cohérence est bas (IC = 0,30), ce qui semble contradictoire à première vue, mais s’accorderait bien avec ce qui a été suggéré plus haut : au départ, le mythe aurait été transmis verticalement (d’une génération à l’autre) au sein de groupes parlant des langues khoisanes, puis il se serait propagé horizontalement – c’est-à-dire par emprunts – parmi les groupes parlant d’autres langues africaines, essentiellement de la famille Niger-Congo. Les bantouphones auraient enfin contribué à une rediffusion secondaire du mythe vers le sud, dans sa version à deux messagers, éventuellement en influençant en retour quelques groupes de langue khoisane.

  • 42  J. Huelsenbeck, F. Ronquist, 2001 ; F. Ronquist, J. Huelsenbeck, 2003 ; 2012.
  • 43  Code utilisé pour le réglage du logiciel : [begin mrbayes; set autoclose=yes nowarn=yes; lset nst= (...)

38Il convient de rappeler que cet arbre, comme le graphe précédent, a été construit automatiquement par le logiciel, sans qu’aucune indication de provenance des récits n’ait été intégrée aux calculs : seul le critère de la présence/absence des motifs composant le mythe a été pris en compte. Pour confirmer les résultats obtenus jusqu’à présent, un dernier logiciel, MrBayes 3.2.142, a permis de générer dix millions d’arbres en utilisant une méthode de Monte-Carlo par chaînes de Markov ; un arbre sur mille a été conservé, et un arbre de consensus a finalement été construit à partir des 14 582 arbres à 99 % de crédibilité43.

  • 44  Il s’agit de Harold Scheub, qui indique : « San/Botswana, Namibia, South Africa » (H. Scheub, 2000 (...)

39Pour éviter les risques d’enracinement arbitraire, cet arbre a été ancré automatiquement par le procédé de l’enracinement médian (Midpoint Root), et le résultat corrobore entièrement les remarques précédentes (fig. 16). Les versions khoisanes se trouvent à la racine et se développent en une branche qui les regroupe toutes, sauf une (sarwa), mais en intégrant la version hawsa citée plus haut. L’autre branche se divise en deux rameaux : l’un qui porte le récit sarwa qu’on vient de mentionner et l’autre qui regroupe toutes les autres versions du mythe. Seule anomalie notable : le récit san paraît curieusement placé, mais cela provient fort probablement du fait qu’il s’agit d’une attestation non précisément localisée par l’auteur, qui ne livre pas ses sources44 : sans doute eût-il mieux valu ne pas tenir compte de ce texte qui, de plus, semble bien correspondre à une version synthétique.

Figure 16. Arbre des mythes africains d’origine de la mort du type « message perverti »

Figure 16. Arbre des mythes africains d’origine de la mort du type « message perverti »

Obtenu avec MrBayes en utilisant une méthode de Monte-Carlo par chaînes de Markov avec enracinement médian.

À la recherche du protomythe

40Le logiciel Mesquite permet aussi de reconstruire l’histoire de chaque motif au sein d’un arbre (fig. 17). Comme nous savons maintenant que les branches les plus anciennes proviennent de l’aire khoisane, l’arbre a été ici enraciné sur la version !Gamiǂnun en place de la version Khakas, qui a été supprimée (puisqu’il est évident ici qu’un récit altaïque ne peut jouer aucun rôle dans la reconstruction d’un protomythe africain).

Figure 17. Exemple d’histoire des mythèmes avec Mesquite. Graphe obtenu pour le mythème n° 30 de la base de données : « Il y a un seul messager. »

Figure 17. Exemple d’histoire des mythèmes avec Mesquite. Graphe obtenu pour le mythème n° 30 de la base de données : « Il y a un seul messager. »

Les versions des locuteurs de langues khoisanes sont en rouge, celles des locuteurs de langues Niger-Congo en bleu.

41En ne retenant que les mythèmes ayant plus de 90 % de chances de se trouver au premier nœud de l’arbre, on obtient le résultat suivant (avec, dans l’ordre : le numéro du mythème, son énoncé, sa probabilité de présence au premier nœud) :

  • 26. Il est question de Lune : 99,8 %

  • 27. Il est question de Lièvre : 99,9 %

  • 30. Il y a un seul messager : 99,9 %

  • 37. Lièvre a la lèvre fendue : 99,9 %

  • 38. Le message est modifié : 99,7 %

  • 40. Le messager est Lièvre : 99,9 %

  • 52. Le responsable de la mort est puni (ou haï par l’humanité) : 99,4 %

  • 71. Le messager est missionné par Lune : 99,9 %

42Cette série de mythèmes à très haute probabilité de présence au premier nœud autorise la reconstruction du protomythe suivant :

Lune mandate Lièvre pour porter à l’humanité un message de vie [« les hommes mourront et renaîtront comme Lune »]. Lièvre modifie le message, ce qui introduit la mort chez les humains, qui depuis lors le haïssent. En punition, Lièvre est frappé [par Lune ?] et en garde la lèvre fendue.

43En suivant la même méthode, on peut calculer le pourcentage de présence de chaque mythème à l’embranchement marquant la différenciation du mythe, lorsqu’il a été modifié par ajout d’un second messager pour donner naissance à toutes les versions non khoisanes (fig. 18). Les résultats sont alors les suivants :

  • 38. Le message est modifié : 48,7 %

  • 41. Le premier messager est lent ou musarde : 93,6 %

  • 52. Le responsable de la mort est puni ou haï par l’humanité : 51,9 %

  • 53. Le second messager arrive le premier : 99,9 %

  • 72. Messager(s) missionné(s) par le Créateur : 98,9 %

Figure 18. Histoire du protomythème n° 28 : « Il y a deux messagers. »

Figure 18. Histoire du protomythème n° 28 : « Il y a deux messagers. »

44Du protomythe khoisan originel, le protomythe non khoisan n’a donc pas conservé systématiquement le mythème de la corruption du message, car le récit fut largement modifié pour aboutir au sous-type suivant :

Le Créateur mandate un messager pour porter aux humains un message de vie. Ce messager marche lentement ; pendant qu’il musarde, un second coursier arrive le premier et introduit la mort chez les humains (car soit il a modifié le message, soit il porte un message inverse du premier).

45Il est à noter que la même démarche, appliquée à la recherche des plus anciens nœuds conduisant aux mythes dans lesquels il y a au moins un animal domestique parmi les messagers, ne donne aucun résultat, sauf pour ceux dans lesquels le premier messager est une chèvre (mythème n° 48), mais ceux-ci se trouvent surtout en Afrique centrale et à un étage relativement récent – ce qui est logique puisque l’intervention d’une chèvre dans le récit est forcément postérieure à l’introduction de cet animal dans cette région, donc à une période historique. Les deux attestations d’Afrique de l’Ouest (Gbayi, Ashanti) dans lesquelles la chèvre est également messagère résultent probablement d’une influence des précédentes (fig. 19).

Figure 19. Histoire du mythème n° 48 : « Le premier messager est une chèvre. »

Figure 19. Histoire du mythème n° 48 : « Le premier messager est une chèvre. »

46Dans tous les autres cas où un animal domestique intervient, les reconstructions montrent une totale absence de phylogénie, comme par exemple dans le cas du mythème n° 46 : « Le premier messager est un mouton », uniquement présent en Afrique de l’Ouest (fig. 20). On peut en conclure que ces versions résultent d’influences très récentes à l’échelle de l’histoire du mythe ; il s’agit vraisemblablement là du facteur responsable de la faiblesse, plus haut mentionnée, de l’indice de cohérence dans les calculs portant sur l’ensemble des attestations.

Figure 20. Histoire du mythème n° 46 : « Le premier messager est un mouton. »

Figure 20. Histoire du mythème n° 46 : « Le premier messager est un mouton. »

Discussion et conclusion

  • 45  « Les langues khoisanes pourraient être les représentantes actuelles des idiomes parlés par les pr (...)
  • 46  J.K. Pickrell, N. Patterson, C. Barbieri et al., 2012 ; T. Güldermann, A.-M. Fehn, 2014, p. 17.

47L’étude aréologique et phénétique des mythes d’origine de la mort dans lesquels celle-ci est introduite par l’envoi d’un message perverti a permis d’en renouveler l’histoire et de lui reconnaître une profondeur insoupçonnée. En effet, ces mythes s’enracinent en Afrique australe, chez des groupes parlant des langues de la famille dite khoisane, qui est la plus ancienne d’Afrique45. La recherche des protomythèmes montre que les versions les plus archaïques relataient comment Lune mandata Lièvre pour dire aux humains qu’ils mourraient et renaîtraient, comment Lièvre inversa le message, ce qui provoqua l’apparition de la mort chez les hommes, et comment Lune frappa Lièvre pour le punir de ce méfait, d’où sa lèvre fendue. Ce type ancien est assez largement réparti dans l’aire khoisane (et absent ailleurs) pour qu’on puisse envisager une origine antérieure à la division de cette famille en deux groupes (Khoe-Kwadi vs Tuu + Kx’a), il y a environ trente mille ans46. Une telle hypothèse ne peut être actuellement prouvée sur la base des données disponibles, mais la répartition complémentaire des types à un et deux messagers, qui ne peut s’expliquer par les seules migrations bantoues, tendrait à la conforter.

  • 47 E. Pennisi, 2013 ; O. Thalmann, B. Shapiro, P. Cui et al., 2013.
  • 48  W. Van Neer, 2002, p. 258.
  • 49 Id., 2000.

48Il reste que, quel que soit son âge, la version archaïque, khoisane de l’histoire fut ensuite modifiée par l’introduction d’un second messager et qu’elle fut largement diffusée sous cette forme par des peuples parlant des langues d’autres familles linguistiques. Plus tard, le rôle d’au moins l’un des messagers fut joué par un animal domestique. Lorsque celui-ci est le chien, domestiqué hors d’Afrique il y a au moins vingt mille ans47, les récits concernés ne peuvent précéder son introduction sur le continent, mais la date de celle-ci n’est malheureusement pas connue48. Lorsqu’il s’agit d’une chèvre ou d’un mouton, les versions qui mettent en scène ces espèces et qui proviennent d’Afrique centrale ne peuvent être antérieures à l’introduction des caprinés domestiques dans cette région, c’est-à-dire pas avant le IIe millénaire avant l’ère commune49.

  • 50  T. Güldermann, 1999, p. 80-81 ; 2014, p. 36.

49Enfin, la répartition des mythes à un seul messager (fig. 11) conforte l’hypothèse, développée par Tom Güldermann, d’une super-aire linguistique initialement étendue de l’est à l’extrême sud de l’Afrique, qui aurait été scindée en deux par l’expansion bantoue et dont l’aire khoisane serait un reste méridional50.

Remerciements : Je remercie Julien d’Huy et David Morrison pour leur examen attentif des premières versions de ce texte et pour leurs judicieuses suggestions. Merci également aux deux relecteurs anonymes dont les remarques m’ont permis d’améliorer mon argumentation. La base de données a été conçue sous FileMakerPro©. Les cartes ont été réalisées à l’aide des logiciels Geocart©et Cartographica©.

Haut de page

Bibliographie

Abrahamsson, H., 1951, The Origin of Death. Studies in African Mythology, Uppsala, Almqvist/Wiksells (Studia Ethnographica Upsaliensia, 3).

Anell, B., 1964, « The origin of death according to the traditions in Oceania », Studia Ethnographica Upsaliensia, 20, Varia 1, p. 1-32.

Bar-Yosef, O., 2013, « Nile Valley-Levant interactions: An eclectic review », in N. Shirai (éd.), Neolithisation of Northeastern Africa (Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence and Environment, 16).

Berezkin, Y.E., 2007, « Earth-diver and emergence from under the earth: Cosmogonic tales as evidence in favor of the heterogenic origins of the American Indians », Archaeology, Ethnology and Anthropology of Eurasia, 4, 32, p. 110-123.

Berezkin, Y.E., 2009, « Out-of-Africa hypothesis and areal patterns of cosmological motifs », Acta Americana, 17, 1, p. 5-22.

Berezkin, Y.E., 2009, «Why are people mortal? World mythology and the “out-of-Africa” Scenario », in P.N. Peregrine, I. Peiros, M. Feldman (éd.), Ancient Human Migrations. A Multidisciplinary Approach, Salt Lake City, The University of Utah Press.

Berezkin, Y.E., 2013, АФРИКА, МИГРАЦИИ, МИФОЛОГИЯ. Ареалыраспространения фольклорных мотивов в исторической перспективе (Afrique, migration, mythologie. Répartition des zones de motifs folkloriques dans une perspective historique), Санкт-Петербург, Наука.

Berezkin, Y.E., 2008, « Thinking about death from the very beginning. African origins of some mythological motifs », Proceedings of the International Conference on Comparative Mythology (Beijing, May 11-13, 2006), Pékin, Beijing University Press.

Bernolles, J., 1968, « À la poursuite du Chien de la Mort d’Asie steppique en Occident et en Afrique noire », Revue de l’histoire des religions, 173, 1, p. 43-84.

Blench, R., 2006, Archaeology, Language, and the African Past, Lanham, Altamira Press.

Blench, R., 1999, Archaeology and Language, IV. Language Change and Cultural Transformation, Londres/New York, Routledge (One World Archaeology, 35).

Boas, F., 1917, « The origin of death », The Journal of American Folklore, 30, 118, p. 486-491.

Boisserie, J.-R., 2011, « La première mondialisation. Quelle place pour l’Afrique dans l’histoire évolutive et biogéographique du genre Homo ? », Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, Débats et lectures.
URL : http://afriques.revues.org/626

Fischer, H.T., 1932, « Indonesische Paradiesmythen », Zeitschrift für Ethnologie, 64, 4/6, p. 204-245.

Forth, G., 1992, « The pigeon and the friarbird. The mythical origin of death and daylight in Eastern Indonesia », Anthropos, 87, 4-6, p. 423-441.

Gordon, R., 2000, Dying and Creating. A Search for Meaning, Londres, Karnac Books.

Güldermann, T., 1999, « Head-initial meets head-final: Nominal suffixes in Eastern and Southern Bantu from a historical perspective », Studies in African Linguistics, 28, 1, p. 49-91.

Güldermann, T., Fehn, A.-M., 2014, Beyond’ Khoisan’: Historical Relations in the Kalahari Basin, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins Publishing Company (Current Issues in Linguistic Theory, 330).

Held, T. von, 1904, Märchen und Sagen der afrikanischen Neger, Jena, H.W. Schmidt/Gustav Tauscher.

Holland, B.R. et al., 2002, « δ plots: A tool for analyzing phylogenetic distance data », Molecular Biology and Evolution, 19, p. 2051-2059.

Huelsenbeck, J., Ronquist, F., 2001, « Mr.Bayes: Bayesian inference of phylogenetic trees », Bioinformatics, 17, p. 754-755.

Huson, D.H., 1998, « SplitsTree: Analyzing and visualizing evolutionary data », Bioinformatics, 14, 1, p. 68-73.

Huson, D.H., Bryant, D., 2006, « Application of phylogenetic networks in evolutionary studies », Molecular Biology and Evolution, 23, 2, p. 254-267.

Huy, J. d’, 2012, « Le conte type de Polyphème : essai de reconstitution phylogénétique », Bulletin de la Société de mythologie française, 248, p. 47-59.

Huy, J. d’, 2012, « Le motif de Pygmalion : origine afrasienne et diffusion en Afrique », Sahara, 23, p. 49-58.

Huy, J. d’, 2012, « Un ours dans les étoiles : recherche phylogénétique sur un mythe préhistorique », Bulletin Préhistoire du Sud-Ouest, 20, 1, p. 91-106.

Huy, J. d’, 2013, « Le motif du dragon serait paléolithique : mythologie et archéologie », Bulletin Préhistoire du Sud-Ouest, 21, 2, p. 195-215.

Huy, J. d’, 2013, « A phylogenetic approach of mythology and its archaeological consequences », Rock Art Research, 30, 1, p. 115-118.

Huy, J. d’, 2014, « La généalogie des mythes », Pour la science, 442, p. 2-9.

Huy, J. d’, Le Quellec, J.-L., 2014, « Comment reconstruire la préhistoire des mythes ? Application d’outils phylogénétiques à une tradition orale », in M. Ben Hamed, P. Charbonnat, G. Lecointre (éd.), Apparenter la pensée. Vers une phylogénie des concepts savants, Paris, Éditions matériologiques, p. 146-184.

Le Quellec, J.-L., 2013, « Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central », Préhistoires méditerranéennes, 4
URL : http://pm.revues.org/715

Le Quellec, J.-L., 2014, « Prehistory in the North Africa after the Middle Palaeolithic », in C. Renfrew, P.G. Bahn (éd.), The Cambridge World Prehistory, 3 vol. (vol. 1), Cambridge, Cambridge University Press.

Le Quellec, J.-L., 2014, « Une chrono-stratigraphie des mythes de création », Eurasie, 23, p. 51-72.

Le Quellec, J.-L., Huy, J. d’, 2015, « Géranomachie : aréologie et phénétique », in M.V. García Quintela et al. (éd.), Hommages à Bernard Sergent, Louvain, ULB, sous presse.

Maddison, W.P., Maddison, D.R., 2014, Mesquite: A modular System for Evolutionary Analysis.
URL : http://mesquiteproject.org

Mitchell, P., 2010, « Genetics and Southern African Prehistory: An archaeological view », Journal of Anthropological Science, 88, p. 73-92.

Ōbayashi, T., 1966, Origins of Japanese Mythology: Especially of the Myths of the Origin of Death, Tokyo, Sophia University Press (Monumenta Nipponica Monographs, 25).

Paulme, D., 1967, « Two themes on the origin of death in West Africa », Man, 2, 1, p. 48-61.

Pennisi, E., 2013, « Old dogs teach a new lesson about canine origins », Science, 342, 6160, p. 785-786.

Pickrell, J.K. et al., 2012, « The genetic Prehistory of Southern Africa » Nature Communications, 3, p. 1143.

Robinson, L.C., Holton, G., 2012, « Internal classification of the Alor-Pantar language family using computational methods applied to the lexicon », Language Dynamics and Change, 2, p. 123-149.

Ronquist, F., Huelsenbeck, J., 2003, « Mr.Bayes 3: Bayesian phylogenetic inference under mixed models », Bioinformatics, 19, p. 1572-1574.

Ronquist, F. et al., 2012, « Mr.Bayes 3.2: Efficient Bayesian phylogenetic inference and model choice across a large model space », Systematic Biology, 61, 3, p. 539-542.

Ross, R.M. et al., 2013, « Population structure and cultural geography of a folktale in Europe », Proceedings of the Royal Society, 280, p. 1-9.

Sadr, K., 2013, « A short history of early herding in Southern Africa », in M. Bollig, M. Schnegg, H.-P. Wotzka (éd.), Pastoralism in Africa: Past, Present and Futures, New York/Oxford, Berghahn Books.

Sadr, K., 2014, Radiocarbon Dates, Stone Tools and the Origin of Herding on the West Coast of South Africa, Frankfurt am Main, Africa Magna Verlag (Reports in African Archaeology).

Scheub, H., 2000, A Dictionary of African Mythology: The Mythmaker as Storyteller, Oxford/New York, Oxford University Press.

Shooter, J., 1857, The Kafirs of Natal and the Zula Country, Londres, Stanford.

Smith, A., 2013, « Unraveling the prehistoric ancestry of the present-day inhabitants of Northeast Africa: An archaeogenetic approach to Neolithisation », in N. Shirai (éd.), Neolithisation of Northeastern Africa (Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence and Environment, 16).

Tehrani, J. J., 2013, « The phylogeny of little red riding hood », PloSOne, 8, 11, e78871.

Thalmann, O. et al., 2013, « Complete mitochondrial genomes of ancient canids suggest a European origin of domestic dogs », Science, 342, 6160, p. 871-874.

Thomas, L.-V., 2013, Cinq essais sur la mort africaine, Paris, Karthala.

Van Neer, W., 2000, « Domestic animals from archaeological sites in Central and West-Central Africa », in R.M. Blench, K.C. MacDonald (éd.), The Origins and Development of African Livestock: Archaeology, Genetics, Linguistics, and Ethnography, Londres, University College London Press.

Van Neer, W., 2002, « Food security in Western and Central Africa during the Late Holocene: The role of domestic stock keeping, hunting and fishing », in F.A. Hassan (éd.), Droughts, Food and Culture Ecological Change and Food Security in Africa’s Later Prehistory, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers.

Waida, M., 1982, « Central Asian mythology of the origin of death: A comparative analysis of its structure and history », Anthropos, 77, 5/6, p. 663-702.

Werner, A., 1906, The Natives of British-Central-Africa, Londres, Archibald Constable and Company Ltd.

Werner, A., 1913, « Two Galla legends », Man, 13, p. 90-91.

Wichmann, S. et al., 2011, « Correlates of reticulation in linguistic phylogenies », Language Dynamics and Change, 1, p. 205-240.

Wilson, M., 1959, Communal Rituals of the Nyakyusa, Londres, Oxford University Press.

Witzel, E.J.M., 2006, « Out of Africa: The spread of our earliest mythologies », in International Conference on Comparative Mythology, Beijing (May 11-13, 2006), Harvard/Pékin, Beijing University Press.

Witzel, E.J.M., 2012, The Origins of the World’s Mythologies, Oxford, Oxford University Press.

Zahan, D., 1969, « Essai sur les mythes africains d’origine de la mort », L’Homme, 9, 4, p. 41-50.

Haut de page

Annexe

I - Liste des mythèmes

1. L’apparition de la mort est liée à celle de l’enfantement

2. Elle est associée à un arbre ou un fruit défendu

3. Elle découle d’une désobéissance

4. Elle survient par suite d’un ensevelissement prématuré

5. L’immortalité est comme un changement de peau

6. L’élixir de vie (ou l’âme éternelle) tombe

7. L’Être suprême introduit la mort

8. L’immortalité est comme la lune (qui meurt et renaît)

9. La mort est le prix de la nourriture

10. La mort est un prix à payer

11. La mort est une punition

12. La mort résulte de la discussion entre deux personnages

13. Son apparition est en lien avec boisson ou alimentation

14. Elle résulte d’un mauvais choix

15. Elle résulte d’une mauvaise réaction face au premier mort

16. La mort fut créée pour éviter la surpopulation

17. Elle résulte de la consommation d’une nourriture défendue

18. La mort est personnifiée

19. Son introduction est une responsabilité féminine

20. L’apparition de la mort a un rapport avec le sommeil

21. Elle résulte d’un tabou sexuel rompu

22. Elle survient par suite d’un concours

23. – d’une course entre deux candidats

24. – d’une dispute

25. – entre caméléon et serpent

26. Il est question de la lune

27. Il est question du lièvre

28. Il y a deux messagers

29. Il y a un message différent pour chaque messager

30. Il y a un seul messager

31. L’introduction de la naissance compense la mort

32. La lune est tachée

33. Le caméléon intervient d’une façon ou d’une autre

34. Le contestataire change d’avis

35. Le Créateur change d’avis

36. Le Créateur refuse de changer d’avis

37. Le lièvre a la lèvre fendue

38. Le message est modifié

39. Le messager est un lézard

40. Le messager est un lièvre

41. Le premier messager est lent ou musarde

42. Le premier messager est un caméléon

43. Le premier messager est un chien

44. Le premier messager est un insecte

45. Le premier messager est un lézard

46. Le premier messager est un mouton

47. Le premier messager est un scolopendre

48. Le premier messager est une chèvre

49. Le premier messager est une grenouille

50. Le premier messager est une tortue

51. Le remède d’immortalité ne peut être appliqué

52. Le responsable de la mort est puni (ou haï par l’humanité)

53. Le second messager arrive le premier

54. Le second messager est un bouc

55. Le second messager est un caméléon

56. Le second messager est un chien

57. Le second messager est un crapaud

58. Le second messager est un lézard

59. Le second messager est un lièvre

60. Le second messager est un mouton

61. Le second messager est un oiseau

62. Le second messager est un scolopendre

63. Le second messager est un serpent

64. Le second messager est une chèvre

65. Le second messager est une grenouille

66. Le second messager est une salamandre

67. Le second messager part de son propre chef

68. Les hommes acceptent le mauvais message par ignorance

69. Les hommes ne croient pas le second messager

70. Messager(s) missionné(s) par l’humanité

71. Messager(s) missionné(s) par Lune

72. Messager(s) missionné(s) par le Créateur

73. Messagers missionnés par le Créateur et son adversaire

II - Matrice utilisée pour l’analyse

Akan_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Ashanti.01_AfrO_NC 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0

Ashanti.02_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0

Ashanti.03_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Akposso_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 0 0

Bemba_AfrGL_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Bembe.01_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Bembe.02_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0

Bongo.01_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Bongo.02_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Bongo.03_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Bongo.04_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1

Bura-Pabir_AfrO_AFR 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0

Calabar_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Dagomba_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 1 0 0 0

Eyniqua_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Ewe_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Fang.01_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0

Fang.02_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

Gbaya_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Gbabyi.01_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 1 0

Gbabyi.02_AfrO_NC 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Hawsa.01_AfrO_AFR 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 1 0

Hawsa.02_AfrO_AFR 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Igbo.01_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Igbo.02_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0

Ila.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1

Ila.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Isoko_AfrO_NC 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Kamba.01_AfrE_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0

Kamba.02_AfrE_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Kamba.03_AfrE_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Kikuyu_AfrE_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Kilba_AfrO_AFR 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0

Korana.01_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Korana.02_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Kraci_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Lamba_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

Luyi.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Luyi.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0

Luyi.03_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Margi_AfrO_AFR 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0

Matabele_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0

Mende_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Mpondo_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0

Nama.01_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Nama.02_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0

Nama.03_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 1 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Nama.04_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Nama.05_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Nama.06_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Nama.07_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Nama.08_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Ndau_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Ngoni_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Nyanja.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Nyanja.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Nyangi_AfrC_NS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 1 0 0 1 0

Pare_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0

San_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0

Sarwa.01_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Sarwa.02_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Sotho.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Sotho.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0

Sotho.03_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0

Swazi.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Swazi.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Tikar_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0

Tonga.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Tonga.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Tonga.03_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Tonga.04_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Tswana.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Tswana.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0

Tswana.03_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Tswana.04_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Tswana.05_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1

Tswana.06_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1

Venda_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Vute_AfrO_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0

Xhosa_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0

Xiri_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 1 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Yaka_AfrC_NC 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0

Yao_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0

Zulu.01_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 1

Zulu.02_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1 0

Zulu.03_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Zulu.04_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 1 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 1 0

Zulu.05_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0

Zulu.06_AfrS_NC 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 0

!Gamiǂnun_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

!Naranin_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

//Hawoben_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

ǀXam_AfrS_KHS 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0

Khakas_ASN_ALT 0 0 0 0 0 5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0

Haut de page

Notes

1  H. Abrahamsson, 1951.

2  R. Gordon, 2000 ; Y.E.Berezkin, 2008 ; 2009b ; 2013 ; L.-V. Thomas, 2013.

3  J. Bernolles, 1968 ; D. Zahan, 1969.

4  D. Paulme, 1967.

5  F. Boas, 1917.

6  B. Anell, 1964.

7  H.T. Fischer, 1932 ; G. Forth, 1992.

8  T. Ōbayashi, 1966.

9  M. Waida, 1982.

10  Y.E. Berezkin, 2009, p. 76-77.

11  Id., 2013.

12  J.-R. Boisserie, 2011.

13  H. Scheub, 2000, p. 32.

14  A. Werner, 1913.

15  J. Shooter, 1857, p. 398, n. 2. NB : sur les questions soulevées par la famille « khoisan », voir en dernier lieu T. Güldemann, A.-M. Fehn, 2014.

16  A. Werner, 1906, p. 72.

17  Y.E. Berezkin, 2009, p. 91.

18  J.-L. Le Quellec, 2013 ; O. Bar-Yosef, 2013, p. 243 ; A. Smith, 2013 ; J.-L. Le Quellec, 2014, p. 156-157.

19  K. Sadr, 2013 ; 2014.

20  E.J.M. Witzel, 2006 ; Y.E. Berezkin, 2009 ; E.J.M. Witzel, 2012.

21  Y.E. Berezkin, 2007 ; J.-L. Le Quellec, 2014.

22  J. d’Huy, Le Quellec, 2014 ; J. d’Huy, 2014.

23  Id., 2012.

24  Id., 2012.

25  J.-L. Le Quellec, 2013.

26  J. d’Huy, 2012 ; 2013b.

27  J.J. Tehrani, 2013.

28  R.M. Ross, S.J. Greenhill, Q.D. Atkinson, 2013.

29  J. d’Huy, 2013.

30  M. Wilson, 1959, p. 15.

31  D.H. Huson, 1998 ; 2006.

32  H. Abrahamsson, 1951, p. 7-8.

33  T. von Held, 1904, p. 151.

34  B.R. Holland, K.T. Huber, A. D  et al., 2002.

35  S. Wichmann, E.H. Holman, T. Rama et al., 2011, tableau 6.

36  L.C. Robinson, G. Holton, 2012, p. 137-138.

37  J. d’Huy, J.-L. Le Quellec, 2014, p. 156.

38  Pour une situation similaire en linguistique, voir L.C. Robinson, G. Holton, 2012, p. 138.

39  W.P. Maddison, D.R. Maddison, 2014.

40  J. d’Huy, J.-L. Le Quellec, 2014, p. 158-159.

41  Id., p. 158.

42  J. Huelsenbeck, F. Ronquist, 2001 ; F. Ronquist, J. Huelsenbeck, 2003 ; 2012.

43  Code utilisé pour le réglage du logiciel : [begin mrbayes; set autoclose=yes nowarn=yes; lset nst=6 rates=invgamma; unlink statefreq=(all) revmat=(all) shape=(all) pinvar=(all); prset applyto=(all) ratepr=variable; mcmcp ngen= 10000000 relburnin=yes burninfrac=0.25 printfreq=1000 samplefreq=1000 nchains=4 savebrlens=yes; mcmc; sumt; end;].

44  Il s’agit de Harold Scheub, qui indique : « San/Botswana, Namibia, South Africa » (H. Scheub, 2000, p. 107).

45  « Les langues khoisanes pourraient être les représentantes actuelles des idiomes parlés par les premiers humains anatomiquement modernes » (R. Blench, 2006, p. 167). Voir aussi id., 1999, p. 43. Discussion dans P. Mitchell, 2010.

46  J.K. Pickrell, N. Patterson, C. Barbieri et al., 2012 ; T. Güldermann, A.-M. Fehn, 2014, p. 17.

47 E. Pennisi, 2013 ; O. Thalmann, B. Shapiro, P. Cui et al., 2013.

48  W. Van Neer, 2002, p. 258.

49 Id., 2000.

50  T. Güldermann, 1999, p. 80-81 ; 2014, p. 36.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition de la totalité des 1 024 mythes d’origine de la mort recensés dans la base de données
Légende À cette échelle, un point peut parfois représenter plusieurs données.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 2. Répartition mondiale des 148 mythes du message perverti recensés
Légende Il y en a 117 pour le seul continent africain.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3. Répartition des mythes d’origine de la mort appartenant au type du « corps souillé »
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4. Répartition des récits dans lesquels la mort est personnifiée
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 5. Carte mettant en évidence la répartition complémentaire des mythes d’origine de la mort du type « message perverti » (en vert), comparativement à ceux du type « corps souillé » et/ou dans lesquels intervient une personnification de la mort (en rouge). Les points de recouvrement sont indiqués en noir.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6. Distribution des versions dans lequelles au moins un messager est un lièvre
Légende Plus leur densité est élevée, plus la couleur des aires est chaude, le rouge correspondant au noyau de plus haute densité.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 7. Distribution des versions dans lesquelles un lézard et/ou un cameléon interviennent
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 8. Distribution des versions dans lesquelles un messager au moins est un chien
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 9. Distribution des versions dans lesquelles un messager au moins est un capriné
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 10. Distribution des versions dans lesquelles au moins l’un des messagers est un animal domestique
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 11. Distribution des versions à un seul messager
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 12. Distribution des versions à deux messagers
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 13. Graphe Neighbor-Net des mythes africains de message perverti, obtenu avec SplitsTree 4.13.1
Légende Les « boîtes » quadrangulaires indiquent des signaux conflictuels, dus par exemple à des emprunts.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 14. Analyse en composante principales (CP 1 : 27,4 % ; CP 2 : 11,7 %)
Légende Les couleurs indiquent régions et familles linguistiques.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 15. Arbre de consensus élaboré avec Mesquite 3.02 par la méthode SPR
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 16. Arbre des mythes africains d’origine de la mort du type « message perverti »
Légende Obtenu avec MrBayes en utilisant une méthode de Monte-Carlo par chaînes de Markov avec enracinement médian.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 17. Exemple d’histoire des mythèmes avec Mesquite. Graphe obtenu pour le mythème n° 30 de la base de données : « Il y a un seul messager. »
Légende Les versions des locuteurs de langues khoisanes sont en rouge, celles des locuteurs de langues Niger-Congo en bleu.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 18. Histoire du protomythème n° 28 : « Il y a deux messagers. »
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 19. Histoire du mythème n° 48 : « Le premier messager est une chèvre. »
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 20. Histoire du mythème n° 46 : « Le premier messager est un mouton. »
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1717/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Loïc Le Quellec, « En Afrique, pourquoi meurt-on ? Essai sur l’histoire d’un mythe africain », Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 28 juillet 2015, consulté le 31 juillet 2016. URL : http://afriques.revues.org/1717

Haut de page

Auteur

Jean-Loïc Le Quellec

Directeur de recherche CNRS, Institut des mondes africains (IMAF); Honorary Fellow, School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Witwatersrand, Johannesburg 2050

Articles du même auteur

Haut de page