Navigation – Plan du site
Esclavage et travail contraint

L’immigration indentured à l’île Maurice, 1840-1870 : conditions, abus et résistance

Indentured immigration in Mauritius, 1840-1870: conditions, abuse and resistance
Alessandro Stanziani

Résumés

Cet article étudie l’engagisme à l’île Maurice entre les années 1840 et 1870. Il analyse en particulier les formes du travail, le niveau et les modalités de paiement des gages, les dettes et épargnes éventuelles, l’assistance médicale, le rapatriement. Comme ces aspects sont fortement différenciés d’un district à l’autre, voire d’une plantation à l’autre, nous essayerons de dépasser un cadre explicatif général valable pour l’ensemble de l’île. Cette échelle micro est indispensable afin d’aboutir à des analyses moins simplistes des formes de la dépendance. Sans vouloir renoncer à mettre en évidence des tendances et des explications générales, il est néanmoins important de rendre compte du fait que la plupart des modèles de la dépendance au travail – liant, par exemple, la coercition à la rareté de travail, à la taille de l’exploitation ou encore à l’accès au crédit et à l’endettement du propriétaire – méritent d’être discutés au sein de leurs contextes propres, en prenant en considération l’histoire particulière du domaine et de son propriétaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans les pages qui suivent, nous adopterons les deux termes comme équivalents, dans la mesure où, à (...)
  • 2 P.C. Emmer, 1986 ; G. Debien, 1952.
  • 3 D. Northrup, 1995, appendice A.
  • 4 D. Eltis, S.D. Behrendt, D. Richardson, H.S. Klein, 1999.
  • 5 J. Lucassen, L. Lucassen, 2005.

1Le contrat d’engagisme (et son équivalent anglais : indentured)1 prévoit que le capitaine (et/ou un employeur dans les colonies) avance les frais de voyage à l’émigrant qui, en échange, s’engage à travailler entre cinq et sept ans afin de rembourser sa dette. Pendant ce laps de temps, l’engagé peut être vendu (ou « transféré ») et doit tout son temps à son maître/créancier. Toute négligence de sa part, tout manquement au respect des consignes en matière de travail, tout gâchis de matières premières ou d’outils sont sanctionnés par des pénalités. Ces dernières s’expriment par des retenues sur les gages ou, le cas échéant, par des journées, voire des semaines de travail supplémentaire. En un mot, la dette de l’engagé risque souvent de s’allonger indéfiniment. Même si l’engagisme et son équivalent anglais indentured connaissent leur apogée pendant la seconde moitié du xixe siècle, d’une part, ils sont répandus du xviiie siècle jusqu’au xxe siècle et, d’autre part, ils se développent à l’échelle planétaire, bien au-delà des régions concernées par l’esclavage et son abolition. Ainsi, quelque 600 000 immigrés indentured et engagés blancs quittent l’Europe à destination des Amériques entre la fin du xviie siècle et le milieu du xviiie siècle2. Entre les années 1830 et 1920, environ 2 millions d’Indiens, d’Africains et de Chinois, à destination de l’océan Indien, de l’Afrique du Sud et des Amériques, sont concernés par ces contrats3. À titre de comparaison, la traite transatlantique concerne 3,4 millions de personnes entre 1801 et 1867, sur un total de 12 millions depuis le xvie siècle4. Pour sa part, l’émigration blanche « libre » vers les Amériques se chiffre à environ 40 millions entre 1820 et 19205.

  • 6  A.D. Blue, 1970.
  • 7  A. McKeown, 2008 ; P. Campbell, 1971.
  • 8  T. Roy, 2008. Les kangany sont en principe des travailleurs « libres » qui émigrent d’Inde vers un (...)
  • 9  A. McKeown, 2008.
  • 10  H. Tinker, 1974 ; U. Patnaik, M. Dingwaney, 1985 ; G. Prakash, 1990 ; H. Quang, 2004 ; F. Fuma, 19 (...)
  • 11  R. Steinfeld, 1991 ; S. Engerman, 1999 ; M. Bush, 2000 ; F. Cooper, T. Holt, R. Scott, 2000 ; T. B (...)

2Dans ce cadre, l’histoire de l’engagisme dans l’océan Indien acquiert une importance particulière, tout d’abord du fait de l’importance de ses effectifs : des 2 millions d’engagés évalués pour les années 1830-1920, le quart d’entre eux vont aux Mascareignes. À ce flux, il faut ajouter ceux qui sont soumis à des contrats et prestations autres, et qui, avant et après cette époque, venus d’Inde, d’Asie du Sud-Est ou d’Afrique, sont employés dans cette région ou y transitent à destination d’autres régions africaines, du monde islamique, voire de la Méditerranée et de l’Atlantique. Des sources européennes conduisent, pour les années 1840, à une estimation d’environ 15 000 Chinois transportés chaque année de la Chine à Bangkok sur des jonques appartenant à des transporteurs locaux6. Pour leur part, les sources chinoises suggèrent des effectifs très importants : environ 7,7 millions de personnes émigrent de la Chine du Sud entre 1851 et 1901, 87 % à destination de l’Asie du Sud-Est. Certains considèrent que seulement 4 % de cette main-d’œuvre était du genre indentured à destination des plantations et autres activités européennes, et que, même en ces cas, les émigrants étaient dépendants d’autres Chinois plutôt que de propriétaires et maîtres européens7. En effet, même s’ils étaient importants, les travailleurs indentured n’étaient pas les seuls ; les kangany et les sirdars étaient également nombreux8, tout comme des formes d’émigration « libre », pour laquelle les émigrants payaient eux-mêmes leur voyage9. Du fait de la complexité de ces formes d’immigration et de travail, un point important du débat historiographique porte sur le degré de liberté des immigrés et, dès lors, sur les frontières entre immigration indentured et esclavage, d’une part, indenture, travail salarié et émigration « volontaire », de l’autre. Une première orientation consiste à apparenter les contrats d’engagement et d’indenture au travail forcé ; ces contrats exprimeraient une « fiction juridique » car, dans la réalité, il s’agirait d’esclavage déguisé, les immigrés ne bénéficiant d’aucun droit réel. Au cours des dernières décennies, cette interprétation a été avancée par plusieurs auteurs, dont certains liés aux subaltern studies10. En revanche, d’autres historiens ont contesté cette image et souligné la distance séparant le contrat indenture de l’esclavage11.

  • 12  A. Stanziani, 2013 ; G. Campbell, A. Stanziani, 2013.
  • 13 Les ouvrages fondateurs et à ce jours les plus complets sont ceux de M. Carter, 1995 ; R. Allen, 19 (...)
  • 14  D. Northrup, 1995 ; M. Carter, 1995 ; R. Allen, 1999 ; E. Maestri, 2002 ; D. Galenson, 1981 ; F. G (...)

3Comme nous avons déjà discuté ailleurs de ces aspects12, nous allons nous concentrer ici sur les conditions des immigrés une fois sur place : les formes du travail, le niveau et les modalités de paiement des gages, les dettes et épargnes éventuelles, l’assistance médicale, le rapatriement. En partie, ces éléments ont également été étudiés13 et nous connaissons en détail les conditions de transport, d’adjudication, de travail, mais aussi d’intégration éventuelle et de retour en Inde14. Dans les pages suivantes, nous entendons préciser certains éléments délaissés par ces travaux, et en particulier la relation entre salaires et punitions, d’une part, l’existence de formes d’épargne des travailleurs, d’autre part. Comme ces aspects sont fortement différenciés d’un district à l’autre, voire d’une plantation à l’autre, nous essayerons de dépasser un cadre explicatif général valable pour l’ensemble de l’île. Cette échelle micro est indispensable afin d’aboutir à des analyses moins simplistes des formes de dépendance. Sans vouloir renoncer à mettre en évidence des tendances et des explications générales, il est néanmoins important de rendre compte du fait que la plupart des modèles de la dépendance au travail – liant, par exemple, la coercition à la rareté de travail, à la taille de l’exploitation ou encore à l’accès au crédit et à l’endettement du propriétaire – méritent d’être discutés au sein de leurs contextes propres, en prenant en considération l’histoire particulière du domaine et de son propriétaire. L’engagisme associe un cadre juridique et économique général à des formes particulières de coercition propres à chaque domaine. C’est là une conséquence du décalage entre règles institutionnelles générales (en matière de travail, santé, crédit, etc.) et leur mise en application. Cette dernière relève des relations complexes à l’intérieur de la plantation (entre immigrés ; entre immigrés, superviseurs et propriétaire) comme de celles avec les autres domaines et avec les autorités. Les archives des plantations, les rapports détaillés des commissions d’enquête, des protecteurs des immigrés et des tribunaux fournissent ces détails.

Essor et évolution des immigrés indentured

  • 15  R. Allen, 1999, p. 84 ; C. Wanquet, 2002 ; H. Gerbeau, 1992.
  • 16  M. Jumeer, 1979.

4Les premiers engagés débarquent à l’île de France (le nom de l’île Maurice à l’époque de la domination française, du début du xviiie siècle jusqu’à 1810) pendant les années 1720 ; ce sont des artisans indiens ou bien en provenance d’autres colonies françaises15. Vers la fin du xviiie siècle, les Indiens constituent 40 % des hommes libres de couleur, mais 15 % seulement de la population servile16.

  • 17  M. Carter, 1995.
  • 18 R. Allen, 1999, p. 16-17 ; A. Toussaint, 1974.
  • 19 Colony of Mauritius, 1854 ; J. Breman,1989 ; U. Patnaik, M. Dingwaney, 1985.

5Par la suite, l’administration anglaise encourage l’immigration indentured de Madagascar, d’Inde et d’Afrique orientale17. Dans l’ensemble, entre l’abolition officielle de l’esclavage, en 1834, et 1910, 450 000 immigrés indentured débarquent à l’île Maurice en provenance d’Inde et, en partie, de Madagascar. Deux tiers resteront après la fin de leur contrat en contribuant à l’essor de la population indienne à Maurice (35 % de la population en 1846, deux tiers en 1871)18. De nombreux observateurs ont souligné les conditions de vie difficiles, parfois qualifiées d’inhumaines, de ces immigrés19.

  • 20 R. Allen, 1999, p. 16-17.
  • 21 Mauritius National Archives (dorénavant : MNA), Mauritius, RA, 1955, Immigration and Protector of S (...)
  • 22  A. Stanziani, 2013.

6À partir des années 1830, les immigrés indentured arrivent en masse ; 450 000 personnes débarquent d’Inde entre 1834 et 1910, dont les deux tiers restent20. En 1851, on compte, en outre, 30 000 immigrés indentured en provenance d’Asie du Sud-Est et d’Afrique, et le double dix ans plus tard21. Ces changements dans les sources d’approvisionnement expriment le fait que, vers la fin des années 1840, les immigrés indiens sont jugés trop coûteux et, en outre, protestataires, tandis que les Africains sont considérés comme plus productifs et dociles. Les planteurs demandent aux autorités de sécuriser l’approvisionnement d’immigrés africains et malgaches22.

  • 23 M. Carter, 1995, p. 3.
  • 24  MNA, B1B, First Immigration, Arrivals of Indian Immigrants.

7L’immigration féminine demeure faible, surtout jusqu’à l’abolition de l’esclavage, et doit être suppléée par les autorités coloniales23. Elle s’affiche à la hausse à partir de la fin des années 1850, lorsque les immigrés indentured commencent à arriver avec leurs familles, et la demande en domestiques augmente en ville comme dans les plantations24.

  • 25 British Parliamentary Papers (dorénavant BPP), 1841, 16 (45), Petition of the Inhabitants of Calcut (...)

8Ces déplacements à l’intérieur de l’Empire britannique ne se font pas sans problèmes ; ils suscitent les protestations des propriétaires fonciers et des compagnies des chemins de fer en Inde et en Afrique. Ceux-ci se plaignent de la concurrence déloyale exercée par les Mauriciens à l’aide des autorités françaises ; comme d’habitude, ces arguments économiques se mêlent aux considérations sur l’esclavage déguisé, pratiqué par les Mauriciens25.

  • 26  S. Deerpalsingh, 2013.
  • 27 MNA, B1B, First Immigration, Arrivals of Indian Immigrants.
  • 28  S. Deerpalsingh, 2013.
  • 29  P. Ramchurn-Jokhun, 2013.

9Les immigrés indiens proviennent de trois ports : Bombay, Calcutta et Madras. Entre 1834 et 1912, sur les 2 millions d’émigrants indiens à destination des autres régions de l’Empire britannique, 95 % sont issus du Bengale. Initialement, ils sont recrutés dans les régions côtières, par la suite, le rayon des recruteurs s’élargit vers l’intérieur des terres26. Entre 1834 et 1842, 15 042 immigrés mâles proviennent de Calcutta, 9 524 de Madras et 264 de Bombay27. Des 50 000 immigrants indiens qui débarquent à Maurice en 1858-1859, la majorité proviennent donc des régions nord-occidentales28. Les indentured provenant de Calcutta appartiennent souvent aux intouchables ou sont originaires des zones tribales de l’intérieur. Dans l’ensemble, ces immigrés d’origine tribale se chiffrent à 50 000 entre 1834 et 187029.

Conditions de vie des immigrés et abus des planteurs

  • 30  R. Allen, 1999.
  • 31  MNA RA, 862 ; HA, 66, Planters’ Petitions.
  • 32  BPP, 1849 37 (280-II), Report of the Committee Appointed to Conduct and Complete the Census of the (...)
  • 33  MNA RA, 1955, Planters’ Petitions, 2205, Immigration, Correspondance.

10Une fois sur place, les immigrés se trouvent confrontés non seulement aux attitudes coercitives des planteurs, mais également à l’hostilité des anciens esclaves affranchis. Certains observateurs considèrent que les affranchis seraient vite marginalisés au sein de la société mauricienne, tandis que d’autres soulignent leur passage progressif dans les rangs des marchands, voire de petits propriétaires30. En réalité, les deux cas de figure se présentent ; les ex-esclaves sont surtout d’origine africaine, et seulement en partie indienne, tandis que les Indiens dominent parmi les immigrés indentured. Les ex-esclaves affichent dès lors une certaine hostilité vis-à-vis des nouveaux arrivants, en partie du fait de leur origine différente, en partie du fait qu’ils considèrent qu’ils contribuent à réduire les gages et salaires. Les nouveaux immigrés indentured acceptent en effet de travailler pour des gages inférieurs à ceux des affranchis31. Ces tensions finissent par se régler par le fait que, très vite, les ex-esclaves quittent en bonne partie les domaines pour travailler en ville comme domestiques ou petits commerçants ; dès 1846, les nouveaux immigrants constituent 85 % des travailleurs agricoles32. Au fil du temps, la situation inverse se produit : parmi les nouveaux immigrés, ceux d’origine indienne décrochent des salaires supérieurs à ceux des indentured africains ; ce résultat s’explique en grande partie par la protection que les Britanniques accordent aux travailleurs indiens et aux conditions qu’ils imposent aux planteurs mauriciens pour que cette immigration se poursuive33. Cette protection n’existe pas pour les immigrés africains.

  • 34  Centre national des archives d’outre-mer, Aix-en-Provence (dorénavant CAOM) Gen, c 149 d 1248 ; Ro (...)
  • 35 Ibid.
  • 36  CAOM Gen, c 149 d 1248.

11Les tensions entre immigrés ne concernent pas que la rémunération : immigrés indiens et africains n’aiment pas partager les mêmes baraques ; les travailleurs indiens se plaignent aussitôt en cas de promiscuité. Cependant, ces plaintes surgissent même en cas de promiscuité d’immigrés provenant de régions différentes d’Inde. C’est le cas du domaine « La Providence », à Flacq (250 acres), qui regroupe 410 travailleurs, dont 195 avaient embarqué à Calcutta, 192 à Madras, 21 à Bombay et deux sont d’origine non précisée. Les immigrés de Bombay proviennent de Chiploon, dans le Coucan méridional. Ils se plaignent d’être mélangés avec des immigrés d’autres régions, Mahrattes, Mohairs et Chummars34. Ces plaintes provoquent, aux dires des propriétaires, une réduction de l’effort au travail et des troubles sur la plantation. C’est pourquoi la plupart des domaines préfèrent avoir recours à des immigrés plus homogènes du point de vue de leur origine. Ainsi, à Pamplemousse, le domaine « Mon choix » (200 acres) emploie 110 indentured, dont 104 en provenance de Calcutta35. Cette solution présente des avantages certains : moins de tensions entre les travailleurs, davantage de connections des producteurs avec des intermédiaires d’une même partie de l’Inde. En même temps, elle présente aussi des inconvénients : sirdars et travailleurs font plus facilement bloc et, selon certains propriétaires, ils seraient dès lors plus facilement enclins à la rébellion36.

  • 37  MNA HA, 66.
  • 38 MNA HA, 66.

12Ces tensions renvoient au problème des formes du contrôle du travail. Les petits propriétaires se plaignent sans cesse des fuites de travailleurs, exactement comme ils se plaignaient auparavant de celles des esclaves. Ils mettent en cause les grands propriétaires et la lassitude des autorités37. En revanche, sur les grands domaines, les propriétaires se plaignent des frais excessifs de surveillance et soutiennent des mesures plus « libérales », au nom des principes humanitaires38. Comment expliquer ces orientations différentes ? Est-ce l’attitude « libérale » des propriétaires qui les encourage à investir, à élargir la taille du domaine et à miser sur le travail « libre », ou plutôt l’inverse, la grande taille permettant des attitudes moins coercitives ?

13Afin de répondre, il faudra dépasser le cadre général de l’île et distinguer par district, puis descendre à l’échelle des plantations. Le premier pas consiste à identifier l’importance en nombre des travailleurs dans les différents districts, en distinguant entre nouveaux immigrants, immigrants ayant renouvelé leur contrat et Créoles. Cette distinction est importante, car elle relève de la capacité des propriétaires à garder les anciens travailleurs, d’une part, à en recruter de nouveaux, d’autre part.

14Commençons donc par examiner ces éléments dans les domaines gérés directement par les propriétaires ; nous verrons ensuite si une gestion par des intermédiaires modifie la donne.

Travailleurs employés en 1874 dans des domaines gérés par les propriétaires

Districts

Nombre de domaines

Nouveaux immigrants

Anciens travailleurs

Créoles d’origine indienne

Créoles d’origine africaine

Immigration libre indienne

Autres

Total

Port Louis

Pamplemousse

36

1 212

5 725

946

38

67

62

8 050

Rivière du Rempart

23

2 081

4 908

557

58

33

28

7 665

Flacq

40

3 600

10 950

1 411

56

158

90

16 265

Grand Port

35

2 354

9 842

1 152

34

133

17

13 532

Savanne

29

2 944

6 501

819

46

112

46

10 468

Black River

12

619

2 477

339

31

44

15

3 525

Plaines Wilhems

29

988

5 247

718

19

62

28

7 062

Moka

19

1 011

4 141

533

22

56

6

5 769

Total

214

14 809

49 791

6 475

304

665

292

72 336

Source : CAOM FM (fonds ministériels) SG/REU (série géographique : Réunion), c 380 d 3228.

  • 39  MNA RA, 862, Immigration, Police.

15Nous constatons que les districts où il y a le plus grand nombre de travailleurs ne sont pas toujours ceux où le nombre de domaines est le plus élevé. Flacq, Grand Port et Savanne comptent le plus de travailleurs, suivis par Pamplemousse, Plaines Wilhems et Rivière du Rempart. Moka et Black River comptent le moins de travailleurs. Cependant, le plus grand nombre de domaines se situent à Pamplemousse, malgré des effectifs plus limités. C’est à partir de ce constat que nous pouvons discuter des relations au travail. Ainsi des différences importantes se constatent dans la proportion entre anciens travailleurs et nouveaux immigrants. Cette distinction est intéressante en soi : elle est d’abord introduite par une ordonnance de 1847 qui définit les nouveaux immigrants comme ceux qui n’ont pas encore terminé leur contrat initial d’indentured de cinq ans39. Par la suite, les immigrés peuvent rentrer en Inde ou bien renouveler leur contrat et passer ainsi dans la catégorie d’anciens immigrants. En principe, les anciens immigrants sont libres de choisir leur employeur ; dans les faits, comme nous le verrons, ils sont eux aussi soumis aux lois contre le vagabondage, prévues pour l’ensemble des travailleurs immigrés, qu’ils aient rédimé ou pas leur « dette ». Ce qui confirme que cette dernière n’est souvent qu’un prétexte et que, en réalité, c’est l’ordre public et le contrôle des déplacements des travailleurs qui préoccupent le plus les autorités.

  • 40  A. Stanziani, 2013.
  • 41  R. Allen, 1999.
  • 42 R. Allen, 1999, p. 72.

16Les autorités coloniales essaient d’encourager des contrats à court terme, surtout à partir du milieu des années 1860 ; à cette époque, plusieurs ordonnances légitiment des contrats à six ou douze mois au lieu des contrats traditionnels d’indentured, compris entre cinq et sept ans. Officiellement, ces mesures sont adoptées afin de mieux protéger les immigrés ; en réalité, plusieurs planteurs y sont favorables, en partie en réaction au taux de succès grandissant des immigrés dans les cours de justice, à l’aide des contrats formels pluriannuels. Ces planteurs considèrent que des contrats à court terme facilitent la gestion de la main-d’œuvre. Cependant, les propriétaires et gérants des petits domaines y sont surtout opposés car ils sont conscients d’avoir du mal à retenir les travailleurs et à s’en assurer d’autres lors des adjudications40. Comme nous le montrerons dans les pages suivantes, ces planteurs multiplient ainsi les pénalités des travailleurs, de manière à garder leur endettement initial (pour le voyage) et les obliger ainsi à renouveler leur engagement. Pendant les années 1870, les grands planteurs aussi finissent par se rallier à cette stratégie : les contrats à court terme sont plus intéressants au moment où c’est moins la main-d’œuvre que l’accès aux machines et aux capitaux qui fait la différence41. Du fait de ces changements, en 1876, sur un total de 60 555 nouveaux contrats signés, 52 292 sont à court terme. Le taux de renouvellement passe de 40 % en 1861 à plus de 70 % en 188142.

  • 43  CAOM, FM/SG REU, 380/3228, minute 6 mars 1876.
  • 44  CAOM, FM/SG REU, 380/3228, minute 7 mars 1877.

17En 1871, 28 172 nouveaux Indiens immigrés signent des contrats, face à 47 713 déjà présents sur l’île et qui renouvellent leurs contrats. Parmi ces derniers, deux tiers passent chez de nouveaux maîtres. Cependant, cette opération exige l’obtention d’un laissez-passer, accordé par les autorités après vérification auprès du planteur. Le nombre de passes s’accroît avec les années, passant de 12 597 en 1871 à 17 730 en 187543. Cette évolution témoigne à la fois d’une plus grande mobilité des travailleurs et de davantage de contrôles administratifs (les passes) la concernant44.

18Durée des contrats et taux de renouvellement sont donc liés ; toutefois, ce lien n’est pas le même dans les différentes parties de l’île. En distinguant par districts, le tableau précédent montre que Flacq, Grand Port et Savanne, où il y a le plus grand nombre de travailleurs, comptent environ un tiers de nouveaux immigrants ; ces derniers sont plus importants en pourcentage à Rivière du Rempart (environ la moitié des effectifs) tandis qu’à Pamplemousse, à égalité de nombre total de travailleurs, les nouveaux immigrés constituent environ le quart des effectifs. Nous pouvons donc conclure que, à l’échelle des districts, les différences sont importantes sans cependant qu’aucune relation significative ne puisse s’établir entre nombre total de travailleurs, taille des domaines et pourcentage de nouveaux immigrants. Suivant cette perspective, les capacités de garder les travailleurs et d’en attirer d’autres se règlent donc à l’échelle du domaine.

19En revanche, il est certain que la forme de gestion des domaines influence le taux de renouvellement des contrats : comme le montre le tableau suivant, les domaines des propriétaires absentéistes et gérés par des intermédiaires n’ont que très peu recours à de nouveaux immigrés et s’appuient presque exclusivement sur les anciens travailleurs.

Travailleurs employés en 1874 dans des domaines gérés par des intermédiaires

District

Nouveaux immigrants

Anciens

Créoles d’origine indienne

Créoles d’origine africaine

Immigration libre indienne

Autres

Total

Port Louis

556

1 685

69

14

84

33

2 441

Pamplemousse

31

323

17

12

5

388

Rivière du Rempart

105

16

1

122

Flacq

850

67

10

927

Grand Port

349

57

8

1

415

Savanne

275

31

1

1

308

Black River

327

64

6

4

401

Plaines Wilhems

8

322

29

1

3

363

Moka

797

116

1

9

923

total

595

5 033

466

34

118

42

6 288

Source : CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

  • 45 BPP, 1901, 106 (cd 4984), 1914-1916, 89 (cd 7786).

20C’est là un élément significatif, surtout vers le milieu des années 1870 : à cette époque, la crise du marché sucrier – confronté à la concurrence des betteraves et à la chute des prix – incite à la mécanisation, alors même que la disponibilité de travailleurs indiens se réduit fortement. Dans ce contexte, les propriétaires absentéistes ont du mal à recruter de nouveaux effectifs et même à survivre : les domaines gérés par des intermédiaires sont de moins en moins nombreux. Les enquêtes parlementaires et les archives cadastrales et notariales à Maurice convergent dans la même direction, à savoir un morcellement des propriétés à partir des années 1860 et un accès considérable à la propriété des immigrés indiens ou, le plus souvent, de marchands indiens qui, ensuite, donnent le domaine en gestion à des anciens immigrés. Au total, en 1910, les Indiens posséderont le cinquième de la surface cultivée en canne à sucre45. Autrement dit, les gérants des domaines ont du mal à recruter, voire à survivre, et la gestion directe de la part des propriétaires prend progressivement de l’essor avec le développement des marchés et le déclin du travail contraint indentured. Comment expliquer ces résultats ?

  • 46 BPP, 1842, 30 (26).
  • 47  MNA RA, 1955, Immigration, Protectors of Slaves, Police ; TNA (The National Archives, Kew), CO (Co (...)
  • 48  TNA CO, 167/213, 202, 266 ; Colony of Mauritius, 1860-1890.
  • 49 BPP, 1875, 34 (704), et appendices A et B ; Colony of Mauritius, 1860-1885.
  • 50  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

21Afin de répondre, il faudra examiner en détail les relations de travail et leur relation avec le recrutement, d’une part, la capacité à garder les travailleurs, d’autre part. Or, malgré les efforts du mouvement abolitionniste, avec ses représentants à Maurice prêts à guetter toute forme d’esclavage déguisé, les conditions des immigrés demeurent extrêmement dures, surtout pendant les années 1850 et une bonne partie des années 1860. Les rapports parlementaires anglais font état des abus des propriétaires46, que les inspecteurs des domaines confirment47. Cependant, dans les cours de justice, les travailleurs ont rarement gain de cause et cela malgré l’institution, au début des années 1840, d’un corps de magistrats nommés par Londres afin d’éviter toute pression et toute collusion avec les propriétaires48. Rares pendant les années 1850, les cas où les travailleurs indentured assignent leurs maîtres en justice augmentent nettement ensuite. Entre les années 1860 et 1870, environ 10 % des travailleurs indentured attaquent en justice leurs maîtres ; dans plus de 70 % des cas, ils obtiennent gain de cause49. Cependant, ce résultat, en partie lié aux pressions venant du Royaume-Uni, n’est pas synonyme d’une « marche vers l’égalité ». Au fil des années, le pourcentage de contrats dénoncés baisse : d’abord à 5 % du total (fin des années 1870), pour se réduire à à peine 0,3 % entre 1895 et 1899, avec un taux de succès qui baisse à moins de 40 %50. La raison en est que, à la suite des résultats des années 1860 et grâce à une nouvelle loi sur le contrat de travail adoptée en 1867, les contrats deviennent de plus en plus oraux et, de ce fait, les travailleurs ont davantage de difficultés à apporter des preuves devant les juges. Le contrat n’est d’ailleurs plus établi entre les immigrés et les propriétaires, mais avec les intermédiaires indiens. Ce qui contribue sans doute à étouffer une bonne partie des conflits.

De quoi les travailleurs se plaignent-ils ?

  • 51 BPP, 1842, 30 (26).
  • 52  CAOM FM/SG REU, c 380 d 228 ; Gen, c 149 d 1248 ; MNA RA, 1955, 2205.

22Les immigrés se plaignent souvent des mauvais traitements, de la rétention de leurs gages, ainsi que de la mauvaise nourriture51. En pourcentage, entre 1860 et 1895, le non-paiement des gages concerne entre 76 et 87 % des plaintes, suivies de celles pour alimentation insuffisante ou mauvaise. Les violences physiques sont nettement moins dénoncées, en partie du fait des pressions des magistrats et des autorités coloniales, soulignant le caractère exceptionnel de ces cas de figure, en partie du fait des attitudes mêmes des immigrants, qui déclarent souvent être à la rigueur prêts à subir des violences physiques mais non à renoncer à leurs salaires52. Toutefois ces attitudes n’ont pas la même importance dans les différents districts.

Plaintes déposées par les travailleurs, tribunaux de première instance, 1875

Non-paiement de gages et salaires

Rations alimentaires insuffisantes

Refus de soins médicaux

Certificat de décharge non délivré à la fin du contrat

Assauts et abus physiques

Port Louis

342

29

23

19

34

Pamplemousse

63

4

2

6

35

Rivière du Rempart

20

6

3

10

14

Flacq

44

9

3

9

17

Grand Port

69

5

5

16

20

Savanne

567

231

21

37

90

Black River

130

178

3

7

17

Plaines Wilhems

127

6

4

11

29

Moka

574

10

4

5

14

Total

1936

478

68

120

270

Source : CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

23Du point de vue de la distribution territoriale, les plaintes des travailleurs sont très nombreuses à Savanne et Moka, moins à Port Louis, suivi de Black River et des Plaines Wilhems, tandis qu’elles sont relativement peu nombreuses dans les autres districts. En rapportant le nombre de plaintes à celui de travailleurs et à la taille des domaines, les hiérarchies se modifient : une centaine de travailleurs par domaine à Savanne contre 600 à Moka déposent le même nombre de plaintes. Le pourcentage de nouveaux immigrants par rapport aux « anciens travailleurs » ne donne pas non plus une correspondance significative avec le nombre de plaintes des travailleurs. Ces éléments à eux seuls ne permettent donc pas de rendre compte des tensions sur les domaines.

  • 53  R. Allen, 1999.
  • 54  CAOM Gen, c 149 d 1248.

24Le fait qu’un domaine ait été racheté par des propriétaires indiens (phénomène à la hausse depuis les années 187053) n’influence qu’en partie ces éléments. Ainsi, à Pamplemousse, le domaine « Mon choix » appartient à des Indiens résidents. Il s’étale sur une surface de 200 acres et emploie 110 travailleurs indentured, dont 104 en provenance de Calcutta. Si les conditions en termes d’accès à l’eau et de confort des dortoirs sont jugées « convenables » par les inspecteurs, les soins médicaux et surtout les punitions infligées aux travailleurs se situent au même niveau que dans les autres domaines54.

  • 55  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.
  • 56  CAOM Gen, c 149 d 1248.

25En réalité, le non-paiement, ou le paiement retardé, des gages constitue un abus et une source importante de tension dès l’introduction du système contractuel de l’indenture. Les planteurs retiennent les gages pendant plusieurs mois, voire jusqu’à la fin du contrat de cinq ou sept ans ; ils justifient cette attitude par deux raisons principales : d’une part, ils veulent se garantir des dettes des immigrés et de leur tentation de s’enfuir ; d’autre part, ils soulignent que, en retenant les gages, ils aident les travailleurs « alcooliques » et « dissolus » à épargner. Arguments fallacieux car, précisément, les travailleurs sans salaire sont obligés de s’endetter auprès du propriétaire. De plus, comme nous le verrons en détail par la suite, les propriétaires profitent de tout écart de conduite de la part du travailleur pour s’approprier une partie de ses gages sous forme de pénalité. Face à cette situation, les autorités britanniques, sous la pression du mouvement anti-esclavagiste, imposent un versement mensuel des gages. Sauf que cette prescription n’est guère respectée par la plupart des propriétaires55. Ainsi, sur le domaine « La Providence », à Flacq, 250 acres et 410 travailleurs, ces derniers sont payés tous les quatre mois, ce qui, aux dires du propriétaire, les encourage à épargner. Bien entendu, les témoignages des travailleurs vont dans le sens opposé et ils réclament leurs gages56. Les témoignages de la quasi-totalité des domaines présentent les mêmes divergences de vues entre les propriétaires et ce qu’ils affirment être les souhaits des travailleurs et les orientations de ces derniers.

26Une exception importante semble se présenter au domaine de « La Grande Baie », à Rivière du Rempart, 380 acres et 180 travailleurs, presque tous en provenance de Calcutta. En 1873, le propriétaire dépose une plainte surprenante : alors qu’il souhaitait payer les travailleurs tous les mois, comme prévu par la loi, il s’est trouvé confronté aux protestations des travailleurs, ayant suspendu leur travail en demandant à être payés tous les deux mois. Aux dires du propriétaire, ces travailleurs vertueux lui auraient expliqué qu’ils souhaitaient épargner pour leurs familles en Inde. Ces travailleurs auraient ainsi suspendu leur travail, et le propriétaire aurait été obligé de leur infliger des sanctions importantes et reprendre ainsi une bonne partie de leurs salaires. Moralité : une mauvaise loi (paiement tous les mois) finit par pénaliser les travailleurs.

  • 57  CAOM Gen, c 149 d 1248.

27Cependant, les travailleurs donnent une version radicalement opposée de la situation : ils auraient souhaité être payés tous les mois et, face au refus du propriétaire, ils auraient arrêté de travailler57. Face à ces abus répétés, quelles sont donc les formes possibles de résistance de la part des travailleurs ?

Résistances

  • 58  R. Allen, 1999, en particulier le chapitre 3.
  • 59  R. Allen, 1999, p. 60.
  • 60  MNA RA, 1955, Immigration, Police, 2205, Immigration ; Colony of Mauritius, 1860-1885.
  • 61  MNA RA, 1023, Prisons and Law, 1459, Vagrancy.
  • 62  MNA RA, 1459.

28L’attention que les propriétaires et les dispositions juridiques consacrent aux fugitifs et aux absences témoigne avant tout de l’héritage lourd de l’esclavage, en termes politiques et juridiques, et des mentalités mêmes des élites mauriciennes. Les travailleurs sont censés rester sur place, sauf autorisation du planteur, exactement comme à l’époque de l’esclavage58. En même temps, l’attention majeure prêtée à l’absentéisme des travailleurs confirme les angoisses des autorités vis-à-vis de l’ordre public (les ex-esclaves et les nouveaux immigrés sont « libres » de s’engager, mais non de ne pas travailler ou de changer librement de résidence) et des planteurs en ce qui concerne l’insuffisance de main-d’œuvre. Les contrats d’indentured sont réglés par les Masters and Servants Acts des colonies59 ; les sanctions pénales, l’interdiction de mariage, la complète disponibilité du travailleur pour son maître, la lutte contre le vagabondage font partie de cet arsenal. En revanche, les immigrés peuvent difficilement mobiliser le droit, les magistrats étant soit corrompus, soit tout simplement liés aux élites coloniales. Entre 1860 et 1870, environ 70 000 plaintes sont déposées à l’encontre des immigrés, dans 80 % des cas elles concernent leur absence injustifiée ou leur désertion60. Bien plus que les désertions proprement dites, ce sont les absences injustifiées qui sont au cœur des préoccupations des planteurs et des tensions avec les travailleurs. Sur le plan légal, toute absence injustifiée est passible de sanctions pénales61. Ces dispositions sont renforcées par les lois contre le vagabondage, qui prennent une ampleur spectaculaire entre 1850 et 187062. Leur adoption exprime un mélange de préoccupations en matière d’ordre public – en particulier l’ambition des autorités de connaître à tout moment le lieu de travail et le domicile du travailleur – et de discipline de la concurrence entre employeurs, visant à récupérer les « fugitifs » d’autres masters.

  • 63  CAOM Gen, c 149 d 1248.
  • 64 Colony of Mauritius, 1860-1869.

29En effet, au fil des années, au lieu de s’assouplir, les normes contre les désertions et l’absentéisme se multiplient et se renforcent. Une ordonnance de 1860 permet le renouvellement tacite du contrat, aux frais des travailleurs immigrés, et légitime les pénalités pour tout retard ou non-accomplissement des tâches souhaitées par le propriétaire. Des passes avec une photographie sont introduits en 1867. Les ambitions des planteurs et des élites coloniales sont de forcer les « anciens » immigrants à respecter les mêmes règles coercitives que les nouveaux et, par ce biais, de contenir le coût du travail et garder l’ordre social. En principe, un travailleur devient fugitif après plus de quinze jours d’absence. Dans la pratique, cette limite est floue ; les propriétaires dénoncent la désertion bien avant le terme, et les juges ont également du mal à distinguer l’absentéisme du vagabondage. En 1845, on estime à 35 000 les Indiens déserteurs (6 % des effectifs), 11 % sont absents et 8 % malades63. À l’aide des nouvelles normes adoptées pendant les années 1860, les propriétaires multiplient les plaintes, jusqu’à atteindre environ 6 000 par an ; à cette époque, entre 8 et 10 % de la force de travail de la colonie est qualifiée d’absente, et 8 % des travailleurs sont arrêtés tous les ans comme vagabonds64.

  • 65 Colony of Mauritius, 1860-1869.
  • 66  TNA CO, 167/252 ; MNA, H66, Planters’ Petitions.
  • 67  CAOM Gen, c 149 d 1248.

30Néanmoins, la plupart de ces plaintes sont classées sans suite, car les travailleurs ne sont jamais retrouvés, soit parce qu’ils sont en ville et difficiles à identifier, soit parce qu’ils sont récupérés par d’autres planteurs qui leur promettent de meilleures conditions. Ces planteurs n’ont aucun intérêt à déclarer ces travailleurs65. C’est pourquoi de nombreux planteurs préfèrent essayer de recruter de nouveaux immigrés au lieu d’essayer de récupérer les fugitifs66. Il s’agit souvent de ceux qui ont les meilleures relations au sein du gouvernement de l’île et un bon réseau d’intermédiaires. Dans cette perspective, il est moins coûteux d’obtenir de nouveaux immigrés que de retrouver les fugitifs ou de les récupérer une fois identifiés. Ce sont surtout les tout petits domaines qui souffrent le plus de cette situation ; avec très peu d’effectifs, ils se retrouvent en situation précaire dès que des engagés prennent la fuite. Le problème est que, du fait de la dégradation du marché du sucre et de celui du travail, ce sont justement ces petits propriétaires qui infligent les conditions les plus dures à leurs travailleurs et qui finissent par les perdre67.

31Les plaintes portées par les propriétaires contre l’absentéisme et la désertion varient dans les différents districts de l’île.

Plaintes déposées par des propriétaires à l’encontre de travailleurs, 1875

Districts

Refus de travailler

Absence injustifiée

Désertion

Plaintes

Condamnés

Plaintes

Condamnés

Plaintes

Condamnés

Port Louis

13

12

86

79

274

241

Pamplemousse

78

78

96

91

Rivière du Rempart

329

328

142

140

Flacq

18

13

180

176

260

256

Grand Port

569

554

268

261

Savanne

198

162

910

651

256

188

Black River

223

219

214

214

88

88

Plaines Wilhems

136

129

101

97

Moka

4

4

194

194

84

81

Total

456

410

2 696

2 403

1 569

1 443

Source : CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

32Nous trouvons Savanne en tête des conflits : aux abus des propriétaires et aux plaintes des travailleurs pour non-paiement des gages, s’opposent les plaintes des propriétaires à cause de l’absentéisme des travailleurs. Sauf que, cette fois-ci, l’écart se creuse avec tous les autres districts : les plaintes des propriétaires sont anormalement élevées à Savanne ; cependant, même dans les conditions juridiques particulières mentionnées auparavant, les planteurs de Savanne semblent avoir du mal à convaincre les magistrats : le taux de réussite de leurs plaintes est moindre par rapport à celui qui s’enregistre dans les autres parties de l’île.

  • 68  CAOM Gen, c 149 d 1248.

33Aussi bien dans les statistiques générales que dans les archives des domaines, nous trouvons donc une relation étroite entre abus des propriétaires et rétention des gages, d’une part, fuites des travailleurs, de l’autre, et, comme résultat, des punitions et déductions des salaires de la part des propriétaires. Ainsi, à Pamplemousse, le domaine du « Mont Choisy » (724 acres et 276 travailleurs) crée le scandale en 1871, après que de nombreuses plaintes des travailleurs et une enquête administrative ont mis en lumière des retenues très fréquentes des salaires, une alimentation insuffisante et des journées de travail pouvant atteindre jusqu’à vingt heures, contre douze heures prévues par la loi. Ces conditions provoquent des désertions très importantes (208 sur l’année, sur 276 travailleurs), mais aussi énormément d’absentéisme, comme le propriétaire le dénonce et comme cela est confirmé par les livres de comptes. Ce qui engendre ensuite des sanctions monétaires extrêmes : sur 11 200 livres de salaires à payer sur l’année, seulement 8 400 sont effectivement données aux travailleurs68.

Les sanctions

  • 69  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6.
  • 70  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 7.
  • 71  M. Carter, 1995, p. 179.
  • 72  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

34De manière générale, en 1874, sur un million de livres de salaires, les maîtres en retiennent 229 225 pour cause d’absentéisme et 91 000 pour maladie69 ; l’année suivante, ces déductions s’élèvent respectivement à 254 193 et 103 756 pour maladie. En effet, les propriétaires déduisent un jour de salaire pour chaque jour de maladie, le double pour chaque jour en prison ou pour absence injustifiée70. Les livres de comptes des plantations permettent de rendre compte de l’importance générale de ce phénomène. En y ajoutant les déductions pour vol, manque d’efficacité, manque de respect, etc., le paiement final du travailleur se limite souvent au quart du salaire contractuel71. Ces déductions sont différentes dans les différents districts : en 1875, par rapport aux salaires, elles sont plus importantes dans les districts de Black River (20 000 livres d’amende sur 65 000 de salaires), du Grand Port (55 000 sur 214 000, dont 40 000 pour absentéisme et 15 000 pour maladie) et à Savanne (48 000 sur 175 000). Suivent Pamplemousse (28 000 sur 137 000), les Plaines Wilhems (33 000 sur 128 000), Moka (27 000 sur 108 000) et Flacq (25 000 sur 277 000)72.

35Afin de comprendre ces données, il faut écarter un schéma explicatif simple, opposant des maîtres adoptant des attitudes répressives à des propriétaires « libéraux ». Ainsi, il est vrai qu’à Savanne le non-paiement des gages, les sanctions sous forme de rétention des salaires et les protestations des travailleurs sont extrêmement nombreux ; ce qui laisserait imaginer le binôme classique répression (et abus)-résistances.

  • 73  CAOM Gen, c 149 d 1248.

36Cependant, à Moka, le non-paiement des salaires et gages est répandu, alors que les sanctions sont faibles. Cette attitude pourrait à première vue être interprétée en des termes foucaldiens ou même d’analyse des formes de gestion (incitation vs répression) : il y aurait parmi les planteurs de Moka une attitude moins de répression que de contrôle exercé via le non-paiement des salaires. En réalité, les correspondances et les archives des domaines de ce district montrent que, dans la plupart des cas, il s’agit tout simplement de domaines fortement endettés et qui ont du mal à dégager du numéraire pour payer les travailleurs73.

  • 74  CAOM Gen, c 149 d 1248.

37Le plus souvent, les conditions particulières de chaque domaine jouent un rôle prépondérant. Ainsi, toujours dans le district de Moka, le domaine « Espérance », de 1 000 acres, emploie 666 travailleurs, presque tous embarqués à Calcutta. Les conditions de logement et de travail ainsi que le niveau des soins médicaux sont définis comme optimaux par l’inspecteur. Sur ce domaine, un cercle vertueux s’installe alors : les bonnes conditions font qu’on compte très peu de désertions (sept) sur l’année ; les sanctions aussi sont moindres qu’ailleurs : en cas d’absentéisme, on retient une demi-journée de salaire (contre un jour, voire deux sur les autres domaines)74.

  • 75  CAOM Gen, c 149 d 1248.

38La situation est tout autre au domaine « Labourdonnais », à Rivière du Rempart, de 900 acres et comptant 518 travailleurs. Déjà, chaque dortoir compte douze lits au lieu des sept prévus par la loi ; le dispensaire est tenu par un Créole sans aucune formation médicale, et les conditions hygiéniques sont hors normes. En outre, dans les livres de comptes, le coût du voyage et les avances faites au départ d’Inde sont écrits au crayon, et non au stylo comme prévu ; avec par conséquent des changements significatifs des montants initiaux au fil du temps. Les pénalités sont très importantes et souvent appliquées sans aucune véritable faute commise par le travailleur. Ainsi les livres mentionnent, comme raison des pénalités, le fait que le travailleur aurait endommagé ou perdu son outil (ce qui est prévu par la loi). Par ailleurs, d’autres documents et témoignages révèlent que le travailleur en question avait été puni car il avait par mégarde coupé de jeunes cannes au lieu des cannes plus âgées. Cette erreur lui coûte plusieurs jours de salaire75. Finalement, sur ce domaine, l’alimentation n’est pas réglementaire non plus : en principe, les ordonnances indiquent du dholl et du poisson salé, sauf que, dans les contrats établis sur ce domaine, le « et » est remplacé par « ou » et, de ce fait, les travailleurs ne reçoivent que du dholl. D’autre part, les travailleurs sont payés en dollars et non en livres (ce qui est en principe interdit par la loi), les salaires sont assez inégaux et, surtout, aucune indication des heures de travail supplémentaires n’apparaît, alors qu’il est certain que les travailleurs dépassent les limites légales. Il en va de même pour les jours de travail : les livres de comptes fixent à trois cent soixante-cinq le nombre normal de jours de travail, toutes les valeurs en dessous étant qualifiées de désertion et absentéisme.

Domaine « Labourdonnais », comptes, 1871

Nom

Salaire mensuel en dollars

Taux de salaire en 1871 en dollars

Déductions pour maladie ou absences

Jours de travail en 1871

Dont jours pour lesquels aucun salaire n’est perçu

Qualification

Minien

4

48

8,76

325

28

« domestique »

Rungan

2,5

30

7,71

318

46

(domestic servant)

Agapen

3,5

42

365

Govinden

2

24

16

147

26

Galliapen

2,5

30

365

Gatan

3

36

11,90

305

59

Vadooran

3

36

7,80

326

39

Arabiaden

3

40

2,20

344

1

Govinden

2,5

30

29,33

20

11

Nieck

3,5

42

11,52

281

25

Chinapien

1,5

20,25

1,93

339

6

Gobarree

3,5

42

5,46

332

14

Godoor

3,5

42

5,48

324

6

Lohkoo

2,5

30

9,93

303

58

Bandun

3

36

27

192

99

Rungen

5

25

151

Gardian

Pooinen

2,5

30

8,79

312

52

Poinandee

3

36

9,80

307

41

Mootoo

3

36

9,60

315

46

Murgen

2,5

27

12,31

198

12

Bangun

3,5

47

28,86

187

37

Mooliapen

3

36

17,80

272

83

Source : CAOM Gen, c 149 d 1248.

39Les qualifications des travailleurs ne sont pas mentionnées et, à l’exception du gardien, ils sont tous placés dans la catégorie des domestic servants ; en effet, dans le langage juridique anglais du Master and Servant Act en vigueur sur l’île à cette époque, cette catégorie englobe à peu près tous les cas de figure.

  • 76  CAOM Gen, c 149 d 1248.

40Les livres de comptes montrent aussi que, sur la plupart des domaines, les salaires varient suivant la saison. Ainsi, à Flacq, le domaine « Beauchamp » (1 250 acres et 620 travailleurs) propose en moyenne des salaires de 3,5 livres entre janvier et juin, 2,5 en juillet et août, 3 en septembre, 2,5 en octobre, novembre et décembre. Comme prévisible, les salaires sont plus élevés lors des grands travaux agricoles, de manière à retenir les travailleurs76.

41Les écarts sont importants aussi entre travailleurs et superviseurs (sirdars). Ainsi, sur le domaine « La Providence », à Flacq, déjà mentionné, les premiers sont payés 3-4 dollars par mois, le second 8 dollars, et il dépose jusqu’à 172 dollars par an à la banque du domaine.

42Le rôle des sirdars est complexe : ils recrutent en Inde et gèrent ensuite les travailleurs une fois arrivés à l’île Maurice. Les observateurs britanniques de l’époque puis les historiens ont débattu – suivant des termes classiques en matière d’organisation du travail – pour savoir si ces intermédiaires bénéficiaient davantage aux travailleurs ou aux propriétaires. Initialement, comme nous l’avons mentionné, les propriétaires considèrent que les sirdars réduisent les coûts de recherche puis de supervision, avec des bénéfices importants. Au fil du temps, les sirdars assurent un autre avantage : les transporteurs puis les propriétaires tendent à signer avec eux les contrats plutôt qu’avec chaque travailleur. De ce fait, les travailleurs ayant des problèmes de salaire, de rapatriement, etc. sont légalement censés s’adresser aux sirdars plutôt qu’aux propriétaires. Ce qui, pendant une partie des années 1870, contribue à réduire fortement le taux de dénonciation des abus de la part des travailleurs et surtout leur succès en justice.

  • 77  CAOM FM/SG REU c380 d3228.
  • 78  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

43Cependant, certains propriétaires accusent les sirdars d’encourager la résistance et les émeutes, tandis que même les inspecteurs et les observateurs anglais les accusent de prélever une partie excessive des salaires des travailleurs77. Suivant cette optique, le niveau insuffisant des salaires serait le fait des sirdars et non des propriétaires. Les taux de déductions des salaires et des pénalités infligées par les intermédiaires par rapport aux propriétaires donnent des indications supplémentaires. Ainsi, au 31 décembre 1874, pour l’ensemble de l’île, les planteurs paient 1,9 million de livres aux immigrés (dont 826 000 aux anciens immigrés et le reste aux nouveaux arrivants) contre 114 000 de la part des intermédiaires (97 800 aux anciens travailleurs). Cependant, les déductions des salaires s’élèvent à 332 690 de la part des planteurs (le tiers presque des salaires payés), contre 26 835 de la part des intermédiaires (moins du cinquième). Les planteurs punissent surtout les absences injustifiées (234 000 livres retenues sur 332 690 de déductions), tandis que les intermédiaires punissent les absences pour 16 000 et les maladies, emprisonnements pour les 10 000 livres restantes78. Ce qui confirme que, malgré l’effort des planteurs et des élites coloniales pour monter les immigrés contre les sirdars, les relations entre ces deux groupes, quoique loin d’être exemptées de conflits, demeurent néanmoins nettement moins tendues que celles entre immigrés et planteurs.

44Il nous reste à examiner de quelle manière ces relations complexes au travail, leur impact sur les salaires, d’une part, sur les formes de la résistance des travailleurs, de l’autre, finissent par influencer le taux de rapatriement et/ou d’insertion des immigrés.

Épargne, rapatriement et renouvellement des contrats

  • 79  MNA RA, 1955 ; BPP, 1836, 49 (166), 1837-1838, 52 (180) ; 1840, 37 (58) ; 1847-1848, 46 (250) ; TN (...)
  • 80 BPP, 1837-1838, 52 (180).
  • 81 BPP, 1849, 37 (280).

45Les contrats d’engagement mentionnent les termes du remboursement de la dette de l’immigré et ses obligations en des termes assez vagues, laissant ainsi une très grande latitude au planteur pour laisser l’immigré endetté à vie79. Ces attitudes suscitent les protestations du mouvement anti-esclavagiste en Grande-Bretagne, mais aussi des autorités coloniales indiennes80 qui, avec les travailleurs mêmes, soulignent le niveau extrêmement bas des salaires des immigrés. La Free Labour Association (fondée par les grands propriétaires mauriciens) réplique que les maîtres ont le droit de récupérer les frais de voyage anticipés et que les conditions du marché du travail les empêchent d’augmenter les gages des immigrés au niveau de ceux des autres travailleurs mieux qualifiés81.

  • 82  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6 mars 1876.
  • 83  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6 mars 1876.

46Nous avons vu que les propriétaires avaient tendance à s’approprier une bonne partie des salaires et à stocker le restant en prétextant aider ainsi les travailleurs à épargner. Il n’empêche que, malgré toutes les distorsions de ce système, un bon nombre de travailleurs rentrent avec des pécules. Ainsi, en 1875, au moment de laisser Maurice et de rentrer en Inde, 2 576 immigrés déclarent avoir épargné. Au total, pour ces travailleurs, les autorités britanniques enregistrent 437 039 roupies, dont 101 223 en or, 201 541 en argent et 134 275 sous forme de remises par l’intermédiaire des agents britanniques82. En réalité, 1 938 hommes (sur 2 576) concentrent la totalité des épargnes et, parmi eux, 1 000 déclarent moins de 300 roupies chacun. 400 n’ont aucune épargne83.

  • 84  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, plusieurs minutes 1877-1882.

47De plus, au cours des années suivantes, les épargnes des immigrés déclarées lors de leur rapatriement ont plutôt tendance à se réduire. 358 314 roupies sont déclarées en 1876, 281 089 en 1877, avant d’augmenter à 386 963 en 1879 et de chuter à 172 653 en 1881. En partie, ces oscillations reflètent celles du nombre des immigrés rapatriés84. En partie, c’est que de plus en plus de travailleurs préfèrent envoyer au fur et à mesure de l’argent en Inde, via les remises gérées par les autorités britanniques, plutôt que de le garder, avec le risque que le propriétaire d’abord, les marins ou autres malintentionnés ensuite, lors du voyage de retour, se l’approprient. Ainsi, seulement en 1875, le bureau d’immigration à Maurice transfère au nom des travailleurs 146 555 roupies, dont 48,57 % envoyées à Calcutta, 40,57 % à Madras et 10,87 % à Bombay.

  • 85  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6 mars 1876.

48Cependant, seulement une partie des travailleurs décident de retourner en Inde : en 1876, ils se chiffrent à 2 572 sur 150 000 présents à ce moment à Maurice85. En partie, cette solution se justifie par le coût élevé du voyage de retour, ce dont plusieurs immigrés se plaignent. En principe, ce coût est déjà anticipé dans l’épargne forcée des immigrés, sauf que, comme nous l’avons vu, les propriétaires cherchent à s’emparer des épargnes des travailleurs. C’est pourquoi, dès le milieu des années 1860, les autorités britanniques imposent aux propriétaires de transférer les montants destinés aux rapatriements des immigrés dans un fonds public spécial. Cependant, cette solution non plus ne donne pas les résultats espérés, car la plupart des propriétaires n’opèrent pas ce transfert, en évoquant les dettes des travailleurs et la nécessité, pour eux, de se protéger de leur fuite éventuelle en gardant leurs salaires.

  • 86  Sur ces aspects : R. Allen, 1999, en particulier chapitre 6.

49Finalement, au fil du temps, le taux de retour s’affaiblit aussi par les possibilités nouvelles d’insertion des immigrés dans la vie de l’île. À partir des années 1870, avec la crise sucrière et la faillite de nombreux « petits Blancs », les anciens immigrés indentured ont moins de contraintes pour s’établir en ville, faire du commerce et surtout avoir en gestion des domaines rachetés par des marchands indiens. Les autorités britanniques décident de soutenir ce processus à l’aide d’une banque foncière. Cette dernière débarrasse les propriétaires endettés d’une partie de leurs terres (souvent les moins bonnes), qui sont ensuite vendues à des marchands et travailleurs d’origine indienne, moyennant des prix intéressants pour les propriétaires et des taux encore plus avantageux encore pour la banque86.

Conclusion

50L’analyse de l’immigration indentured à Maurice permet de discuter de plusieurs questions connectées : les formes d’abolition de l’esclavage et ses suites, la relation entre marché et coercition, les tensions entre contraintes, abus et droits des travailleurs. Ainsi, il ne fait pas de doute que, jusqu’aux années 1860, dans les faits, le travail indentured se rapproche beaucoup de l’esclavage. Les travailleurs ont peu de droits, sont soumis à des abus et pressions auxquels ils ne peuvent que résister par la fuite, l’absentéisme et une moindre productivité au travail. Ces résistances donnent à leur tour vie à de nouvelles répressions.

51Cependant, ce cadre pessimiste mérite d’être nuancé. Tout d’abord parce que, au fil du temps, les conditions institutionnelles et de vie des immigrés s’améliorent : leurs droits sont moins bafoués, ils arrivent à garder quelque épargne, puis, la crise sucrière aidant, à acquérir davantage de mobilité et, dans certains cas, à accéder à la gestion de petits domaines.

52Ensuite, la tension entre coercition et marché se prête mal à des simplifications issues de tel et tel modèle économique ou sociologique. Le recours à la coercition ne s’explique pas que par le manque de travail par rapport au capital ou à la terre. Des domaines dans des conditions très différentes par rapport à ces variables présentent des mesures coercitives tout à fait semblables et, réciproquement, le recours à des sanctions, répressions et coercitions n’est pas forcément lié à la même organisation économique ni à la même forme de gestion. Les conditions sur les grands domaines sont souvent moins répressives que sur les petites plantations. L’explication se trouve moins dans des attitudes éventuellement moins répressives et plus éclairées des grands planteurs – même si certains pouvaient tantôt les afficher – que dans le fait que, par ce biais, ces planteurs pouvaient facilement récupérer des fugitifs d’autres domaines. Ces derniers cherchent moins une « liberté » abstraite et difficile à gagner sur une île comme Maurice que de meilleures conditions de vie. Ce résultat, dans les situations de l’époque, pouvait s’atteindre soit en trouvant une occupation en ville, dans le petit commerce par exemple – solution souvent contestée par les marchands locaux –, soit en s’offrant comme domestique, soit en se déplaçant vers les domaines connus pour offrir de meilleures conditions de travail et, éventuellement, des rémunérations plus élevées. Dans des situations de rareté de la main-d’œuvre et de coûts élevés pour l’acquérir, les grands propriétaires savent pertinemment qu’ils peuvent récupérer des fugitifs d’autres plantations. Ils sont d’autant plus enclins à leur offrir de meilleures conditions que, du fait de la grande taille, leurs domaines bénéficient d’économies d’échelle et peuvent dès lors se permettre des attitudes moins répressives.

53Cependant, ce lien de causalité entre taille et forme de la gestion ne s’affirme pas d’emblée. D’autres variables interviennent, à commencer par le taux de renouvellement des travailleurs. Les grands domaines gardent plus longtemps leurs travailleurs, alors même qu’ils ont davantage de capacités à en recruter de nouveaux. Ils peuvent ainsi gérer au mieux ces différentes stratégies. À l’inverse, les petits domaines, surtout avec la résistance des travailleurs et les soutiens que les institutions britanniques leur accordent, ont du mal à garder leurs travailleurs et à en acquérir de nouveaux. Les propriétaires absentéistes sont dans une situation semblable.

54Le taux de renouvellement des contrats et la mobilité des travailleurs dépendent des conditions de travail et de vie sur le domaine ; cependant, les travailleurs ne se plaignent pas tellement des violences physiques et, en outre, ils sont seulement en partie touchés par la mauvaise alimentation et les mauvaises conditions de logement. En revanche, ils sont extrêmement sensibles au fait que les propriétaires retiennent leurs gages et salaires, et leur infligent sans cesse des sanctions monétaires de manière à perpétuer leur dette.

55Ces attitudes des maîtres relèvent de plusieurs logiques : en partie, ils n’ont guère de numéraire et préfèrent le garder ; de même, par ce biais, ils espèrent garder le contrôle sur les travailleurs et réduire les risques de fuite. Ces comportements se placent donc à mi-chemin entre l’héritage de l’esclavage et des attitudes assez répandues dans les sociétés post-esclavagistes, et même en Europe au xixe siècle, consistant à retenir les salaires des travailleurs afin de mieux les contrôler. À Maurice, cette orientation est davantage répandue dans les petits domaines, très endettés, que dans les grands. Dans les sociétés post-esclavagistes comme Maurice, il n’y aura donc guère de passage de l’esclavage au salariat ou, en des termes foucaldiens, de la punition à la surveillance. Au contraire, ces éléments coexistent, souvent sur le même domaine et sur la longue durée.

Haut de page

Bibliographie

Archives et sources

Centre des archives d’outre-mer (CAOM)
Gen, c 149 d 1248, Royal Commission, The Treatment of Immigrants in Mauritius, 1875.FM/SG REU, c 380 d 3228.

Mauritius National Archives (MNA)
B1B, First Immigration, Arrivals of Indian Immigrants.
HA, 66, Planters’ Petitions.
RA, 862, 1023, 1955, 1459, 2205. Immigration: Police, Reports, Protector of Slaves, Conditions.

The National Archives, Kew (TNA)
CO, 167/213, 201, 202, 252, 263, 266.

British Parliamentary Papers
1836, 49 (166).
1837-8, 52 (180).
1840, 37 (58).
1841, 16 (45).
1842, 30 (26).
1847, 39 (325).
1847-8, 46 (250).
1849, 37 (280-II).
1875, 34 (704).
1901 106 (cd 4984).
1914-16 89 (cd 7786).

Colony of Mauritius, 1854, Annual Report, Port Louis.

Colony of Mauritius, 1860-1885, Annual Report of the Protector of Immigrants, Port Louis, R. W. Brooks.

Ouvrages et articles

Aapravasi Ghat Fund, 2013, Angajé. Explorations into the History, Society, and Culture of Indentured Immigrants in Mauritius and their Descendents, 3 volumes, Port Louis.

Allen, R., 1999, Slaves, Freedmen, and Indentured Labourers in Colonial Mauritius, Cambridge, Cambridge University Press (African Studies).

Barth, G.P., 1964, Bitter Strength: A History of the Chinese in the United States, 1850-1870, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Blue, A.D., 1970, « Chinese emigration and the deck passenger trade », Journal of the Hong Kong Branch of the Royal Asiatic Society, 10, p. 70-93.

Brass, T., Van der Linden, M. (dir.), 1997, Free and Unfree Labour. The Debate Continues, Peter Lang, Bern.

Breman, J., 1989, Timing the Coolie Beast, Delhi, Oxford University Press.

Bush, M., 2000, Servitude in Modern Times, Cambridge, Polity Press.

Campbell, P., 1971, Chinese Coolie Emigration to Countries Within the British Empire, Londres, Routledge.

Campbell, G., Stanziani, A. (dir.), Debt and Bondage in the Indian Ocean Worlds, Londres, Pickering and Chatto.

Carter, M., 1995, Servants, Sirdars and Settlers. Indians in Mauritius, 1834-1874, Delhi, Oxford University Press.

Cooper, F., Holt, T., Scott, R., 2000, Beyond Slavery: Explorations of Race, Labour and Citizenship on Post-Emancipation Societies, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000.

Debien, G., 1952, Les engagés pour les Antilles 1634-1715, Paris, Société de l’histoire des colonies françaises.

Deerpalsingh, S., 2013, « Origins of indentured labourers », in Aapravasi Ghat Fund, Angajé. Explorations into the History, Society, and Culture of Indentured Immigrants in Mauritius and their Descendents, Port Louis, vol. 1, p. 3-11.

Eltis, D., Behrendt, S.D., Richardson, D., Klein, H.S., 1999, The Trans-Atlantic Slave Trade: A Database on CD-ROM, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Emmer, P.C. (dir.), 1986, Colonialism and Migration. Indentured Labour Before and After Slavery, Dordrecht/Boston, Martinus Nijhof.

Engerman, S. (dir.), 1999, Terms of Labour: Slavery, Serfdom and Free Labour, Stanford, Stanford University Press.

Flory, C., 2006, « Le Noir : permanence des représentations et travail libre (1848-1860) », in Mam Lam Fouck, J. Zonzon (éd.), L’histoire de la Guyane depuis les civilisations amérindiennes, Matoury, Ibis Rouge Éditions, p. 393-406.

Fuma, F., 1999, De l’Inde du Sud à La Réunion, Port Louis, Graphica.

Galenson, D., 1981, White Servitude in Colonial America: An Economic Analysis, Cambridge, Cambridge University Press.

Gerbeau, H., 1992, « Les Indiens des Mascaraignes. Simples jalons pour l’histoire d’une réussite (xviie-xxe siècle) », Annuaire des pays de l’océan Indien, XII, 1990-1991, p. 15-45.

Govindin, S., 1994, Les engagés indiens, Saint-Denis de La Réunion, Azalées.

Grubb, F., 1985, « The incidence of servitude in trans-atlantic migration, 1771-1804 », Explorations in Economic History, 22, 3, p. 316-339.

Jumeer, M., 1979, Les affranchissements et les libres à l’île de France à la fin de l’Ancien Régime, 1768-1789, thèse de doctorat, université de Poitiers.

Lucassen, J., Lucassen, L. (dir.), 2005, Migration, Migration History, History. Old Paradigms and New Perspectives, Berne, Peter Lang (1ère édition : 1997).

Maestri, E., 2002, Esclavage et abolition dans l’océan Indien, 1723-1860, Paris, L’Harmattan.

Marimoutou, M., 1999, Les engagés du sucre, Saint-Denis de La Réunion, Éditions du Tramail.

McKeown, A., 2008, Melancholy Order, New York, Columbia University Press.

Northrup, D., 1995, Indentured Labor in the Age of Imperialism, 1834-1922, Cambridge, Cambridge University Press.

Patnaik, U., Dingwaney, M. (dir.), 1985, Chains of Servitude: Bondage and Slavery in India, Madras, Sargam Books.

Prakash, G., 1990, Bonded Histories: Genealogies of labour Servitude in Colonial India, Cambridge, Cambridge University Press.

Quang, H., 2004, Histoire économique de l’île de La Réunion, 1849-1881 : engagisme, croissance et crise, Paris, Lavoisier.

Ramchurn-Jokhun, P., 2013, « Tribal migration », in Aapravasi Ghat Fund, Angajé. Explorations into the History, Society, and Culture of Indentured Immigrants in Mauritius and their Descendents, Port Louis, vol. 1, p. 13-24.

Roy, T., 2008, « Sardars, jobbers, kanganies: The labour contractor and Indian economic history », Modern Asian Studies, 42, 5, p. 971-998.

Schnakenbourg, C., 2007, Histoire de l’industrie sucrière en Guadeloupe aux xixe et xxe siècles, Paris, L’Harmattan.

Stanziani, A., 2013, « Modern bondage in global economies. Servants, wage-earners and indentured migrants in nineteenth century France, Britain, Mauritius and Reunion Islands », Modern Asian Studies, 47, 4, p. 1218-1251.

Steinfeld, R., 1991, The Invention of Free Labour: The Employment Relation in English and American Law and Culture, 1350-1870, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Teelock, V., 1998, Bitter Sugar: Sugar and Slavery in Nineteenth Century Mauritius, Moka, Mahatma Gandhi Institute.

Tinker, H., 1974, A New System of Slavery: The Export of Indian Labour Overseas, 1830-1920, Londres, Hansib.

Toussaint, A., 1974, Histoire de l’île Maurice, Paris, PUF.

Wanquet, C., 2002, « Violences individuelles et violence institutionnalisée : le régime servile de l’île de France à la fin du xviiie siècle à la lumière des dossiers de procédure criminelle », in E. Maestri, Esclavage et abolition dans l’océan Indien, 1723-1860, Paris, L’Harmattan, p. 203-226.

Wanquet, C., 1998, La France et la première abolition de l’esclavage (1794-1802), Paris, Karthala.

Wong-Hee-Kam, E., 1996, La diaspora chinoise aux Mascareignes : le cas de La Réunion, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Dans les pages qui suivent, nous adopterons les deux termes comme équivalents, dans la mesure où, à Maurice, les propriétaires sont le plus souvent francophones, mais ils sont soumis aux règles du droit anglais. Les sources différentes parlent donc à la fois d’engagisme et d’indentured, même par rapport au même domaine.

2 P.C. Emmer, 1986 ; G. Debien, 1952.

3 D. Northrup, 1995, appendice A.

4 D. Eltis, S.D. Behrendt, D. Richardson, H.S. Klein, 1999.

5 J. Lucassen, L. Lucassen, 2005.

6  A.D. Blue, 1970.

7  A. McKeown, 2008 ; P. Campbell, 1971.

8  T. Roy, 2008. Les kangany sont en principe des travailleurs « libres » qui émigrent d’Inde vers une autre région asiatique. Le sardar, terme général pour recruteur et superviseur sur place, devient sirdar à Maurice.

9  A. McKeown, 2008.

10  H. Tinker, 1974 ; U. Patnaik, M. Dingwaney, 1985 ; G. Prakash, 1990 ; H. Quang, 2004 ; F. Fuma, 1999 ; S. Govindin, 1994 ; A. Marimoutou, 1999 ; E. Wong-Hee-Kam, 1996.

11  R. Steinfeld, 1991 ; S. Engerman, 1999 ; M. Bush, 2000 ; F. Cooper, T. Holt, R. Scott, 2000 ; T. Brass, M. Van der Linden, 1997.

12  A. Stanziani, 2013 ; G. Campbell, A. Stanziani, 2013.

13 Les ouvrages fondateurs et à ce jours les plus complets sont ceux de M. Carter, 1995 ; R. Allen, 1999. À voir aussi : V. Teelock, 1998 ; Aapravasi Ghat Fund, 2013.

14  D. Northrup, 1995 ; M. Carter, 1995 ; R. Allen, 1999 ; E. Maestri, 2002 ; D. Galenson, 1981 ; F. Grubb, 1985 ; G.P. Barth, 1964 ; C. Wanquet,1998 ; C. Schnakenbourg, 2007 ; C. Flory, 2006.

15  R. Allen, 1999, p. 84 ; C. Wanquet, 2002 ; H. Gerbeau, 1992.

16  M. Jumeer, 1979.

17  M. Carter, 1995.

18 R. Allen, 1999, p. 16-17 ; A. Toussaint, 1974.

19 Colony of Mauritius, 1854 ; J. Breman,1989 ; U. Patnaik, M. Dingwaney, 1985.

20 R. Allen, 1999, p. 16-17.

21 Mauritius National Archives (dorénavant : MNA), Mauritius, RA, 1955, Immigration and Protector of Slaves ; RA 862, Immigration Agents and Police.

22  A. Stanziani, 2013.

23 M. Carter, 1995, p. 3.

24  MNA, B1B, First Immigration, Arrivals of Indian Immigrants.

25 British Parliamentary Papers (dorénavant BPP), 1841, 16 (45), Petition of the Inhabitants of Calcutta.

26  S. Deerpalsingh, 2013.

27 MNA, B1B, First Immigration, Arrivals of Indian Immigrants.

28  S. Deerpalsingh, 2013.

29  P. Ramchurn-Jokhun, 2013.

30  R. Allen, 1999.

31  MNA RA, 862 ; HA, 66, Planters’ Petitions.

32  BPP, 1849 37 (280-II), Report of the Committee Appointed to Conduct and Complete the Census of the Colony (1846), p. 197.

33  MNA RA, 1955, Planters’ Petitions, 2205, Immigration, Correspondance.

34  Centre national des archives d’outre-mer, Aix-en-Provence (dorénavant CAOM) Gen, c 149 d 1248 ; Royal Commission, The Treatment of Immigrants in Mauritius, 1875.

35 Ibid.

36  CAOM Gen, c 149 d 1248.

37  MNA HA, 66.

38 MNA HA, 66.

39  MNA RA, 862, Immigration, Police.

40  A. Stanziani, 2013.

41  R. Allen, 1999.

42 R. Allen, 1999, p. 72.

43  CAOM, FM/SG REU, 380/3228, minute 6 mars 1876.

44  CAOM, FM/SG REU, 380/3228, minute 7 mars 1877.

45 BPP, 1901, 106 (cd 4984), 1914-1916, 89 (cd 7786).

46 BPP, 1842, 30 (26).

47  MNA RA, 1955, Immigration, Protectors of Slaves, Police ; TNA (The National Archives, Kew), CO (Colonial Office), 167/263, Mauritius Island ; BPP, 1847, 39 (325).

48  TNA CO, 167/213, 202, 266 ; Colony of Mauritius, 1860-1890.

49 BPP, 1875, 34 (704), et appendices A et B ; Colony of Mauritius, 1860-1885.

50  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

51 BPP, 1842, 30 (26).

52  CAOM FM/SG REU, c 380 d 228 ; Gen, c 149 d 1248 ; MNA RA, 1955, 2205.

53  R. Allen, 1999.

54  CAOM Gen, c 149 d 1248.

55  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

56  CAOM Gen, c 149 d 1248.

57  CAOM Gen, c 149 d 1248.

58  R. Allen, 1999, en particulier le chapitre 3.

59  R. Allen, 1999, p. 60.

60  MNA RA, 1955, Immigration, Police, 2205, Immigration ; Colony of Mauritius, 1860-1885.

61  MNA RA, 1023, Prisons and Law, 1459, Vagrancy.

62  MNA RA, 1459.

63  CAOM Gen, c 149 d 1248.

64 Colony of Mauritius, 1860-1869.

65 Colony of Mauritius, 1860-1869.

66  TNA CO, 167/252 ; MNA, H66, Planters’ Petitions.

67  CAOM Gen, c 149 d 1248.

68  CAOM Gen, c 149 d 1248.

69  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6.

70  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 7.

71  M. Carter, 1995, p. 179.

72  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

73  CAOM Gen, c 149 d 1248.

74  CAOM Gen, c 149 d 1248.

75  CAOM Gen, c 149 d 1248.

76  CAOM Gen, c 149 d 1248.

77  CAOM FM/SG REU c380 d3228.

78  CAOM FM/SG REU, c 380 d 3228.

79  MNA RA, 1955 ; BPP, 1836, 49 (166), 1837-1838, 52 (180) ; 1840, 37 (58) ; 1847-1848, 46 (250) ; TNA CO, 167/201.

80 BPP, 1837-1838, 52 (180).

81 BPP, 1849, 37 (280).

82  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6 mars 1876.

83  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6 mars 1876.

84  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, plusieurs minutes 1877-1882.

85  CAOM, FM/SG REU, c 380 d 3228, minute 6 mars 1876.

86  Sur ces aspects : R. Allen, 1999, en particulier chapitre 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro Stanziani, « L’immigration indentured à l’île Maurice, 1840-1870 : conditions, abus et résistance », Afriques [En ligne], 06 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1770 ; DOI : 10.4000/afriques.1770

Haut de page

Auteur

Alessandro Stanziani

Directeur d’études, EHESS et CNRS (CRH)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org