Skip to navigation – Site map
La mise en archive : des usages immédiats aux enjeux mémoriels

Les archives médiévales dans la genizah du Caire : registres des tribunaux rabbiniques et pratiques d’archivage reconstituées

Medieval archives in the Cairo Genizah: Registers of the rabbinic courts and archiving practices
Judith Olszowy-Schlanger

Abstracts

No institutional archives of Jewish communities of the medieval Near East and North Africa have been preserved. However, the contents of such archives were deposited in a genizah, a repository of writings no longer in use. The discovery in the Cairo Genizah of several registers of the rabbinic courts enables us to reconstruct archiving practices in the context of the rising authority of pragmatic writings in the legal and economic affairs of medieval Jewish communities.

Top of page

Author's notes

Je tiens à remercier les syndics de la bibliothèque universitaire de Cambridge pour leur permission de reproduire les images des fragments de la genizah du Caire.

Full text

1Les communautés juives d’Orient et d’Afrique du Nord à l’époque médiévale étaient fondamentalement régies par l’écrit ; leur quotidien était rythmé par la lecture solennelle des textes religieux, de même qu’il était marqué par la production et l’utilisation des actes de la pratique. Les instruments écrits accompagnaient des transactions de toutes sortes, les listes, inventaires et aide-mémoire proliféraient, et les réseaux internationaux des marchands maintenaient des échanges épistolaires intenses. L’autorité religieuse et juridique de ces écrits impliquait aussi leur conservation et leur gestion. À cette fin, les juifs ont possédé des archives familiales, commerciales et communautaires. Malheureusement, les aléas historiques souvent tragiques ainsi qu’une certaine indifférence à l’égard des documents du passé plus lointain et hors d’actualité n’ont pas favorisé la survivance de telles archives dans leur lieu et leur état d’origine. De fait, il n’existe pas aujourd’hui d’archives juives in situ remontant à l’époque médiévale. Nous ne possédons pas non plus de descriptions explicites de telles archives. Leur emplacement, leur étendue, leur organisation, leur mode de conservation et éventuellement de consultation sont aujourd’hui mal connus.

  • 1  L’histoire de la découverte de la genizah du Caire et de l’étude de son contenu a fait l’objet de (...)

2Cela ne veut pas dire que nous ne connaissons pas de documents d’archives eux-mêmes. Au contraire, des milliers de documents juifs émanant des communautés orientales, essentiellement celle d’Égypte, la plupart datant des époques fatimide et ayyubide (xe-xiie siècle), ont été découverts dans ce lieu bien spécifique qu’est la genizah du Caire. Située dans la synagogue Ben Ezra à Fustat (Vieux Caire), cette genizah a fourni quelque 250 000 fragments de manuscrits, dont 15 000 sont de nature documentaire. Objets d’une découverte sans précédent dès la fin du xixe siècle, ces fragments constituent la base de la recherche historique quasi unique sur les communautés juives des rives est et sud de la Méditerranée1.

  • 2  Cet article cite les fragments de la genizah sous leurs cotes abrégées. ENA : fragment de la geniz (...)

3La genizah du Caire est notamment une source unique et peu exploitée pour éclairer le fonctionnement des archives juives, aussi bien archives des individus ou entreprises privées qu’archives émanant des institutions de la communauté juive en tant qu’entité administrative et légale. En effet, la volonté des instances de la communauté de conserver des traces écrites des diverses transactions et procès qui se sont déroulés devant les juges est bien attestée, sous forme de très nombreux fragments de registres confectionnés par les institutions communautaires, et notamment les tribunaux rabbiniques au xe-xiiie siècle. Le but de cet article est de mener une étude préliminaire sur quelques exemples de ces registres afin de mieux comprendre les pratiques d’archivage des actes2. Ces pratiques seront examinées après des remarques concernant l’institution de la genizah et le contexte administratif et légal de production et de gestion des documents.

Genizah versus archives

  • 3  Le mot hébreu גניזה, d’une racine d’origine perse qui signifie « cacher », « enfouir », désigne da (...)

4S’écartant de son sens biblique d’origine3, la genizah de l’époque talmudique, médiévale ou contemporaine n’est pas un fonds d’archives. Les archives impliquent la gestion des écrits potentiellement valides – pour le juriste ou l’historien – et donc conservés, entretenus et rendus accessibles. Les documents dans des archives sont classés de manière à pouvoir être retrouvés par un lecteur ou utilisateur, et conservés pour une longue durée, à l’abri des intempéries ou rongeurs. En Europe chrétienne, bien avant l’institutionnalisation de l’époque moderne, les établissements seigneuriaux et ecclésiastiques conservaient les actes, plus systématiquement dès le haut Moyen Âge, dans des lieux dédiés à ce but (sinon dans des bâtiments ou salles spéciales, du moins dans des écrins (scrinia) ou coffres (archae)), de sorte qu’ils puissent être retrouvés et consultés.

  • 4  L’étude ethnographique de Yedida Stillman concernant les genizot contemporaines montre que le lieu (...)

5La genizah implique la gestion des « déchets », dont la présence encombre mais que le respect qui leur est dû empêche de détruire. En effet, l’institution de la genizah est conçue au départ pour protéger de la profanation (mais pas de la décomposition naturelle) les écrits sacrés susceptibles de contenir le nom de Dieu (shemot). Il s’agit d’un lieu où les vieux écrits sont jetés pêle-mêle, souvent après une longue circulation, voire des réutilisations. Ces écrits y reposent définitivement et a priori ne sont plus destinés à une consultation ultérieure. Les communautés juives ont même mis en œuvre une série de mesures pour rendre la genizah impénétrable : la mise en tombeau dans un cimetière, le dépôt dans des pièces dépourvues d’ouverture, à l’exception d’un « guichet » (ou fenêtre) par lequel les vieux écrits étaient jetés à l’intérieur, ou encore des récits menaçant de punitions surnaturelles ceux qui briseraient le repos des vieux livres et documents4.

  • 5  J. Sapir, 1866, fol. 21b.

6Très différente donc des archives, la genizah du Caire a pourtant abrité de très nombreux écrits de la pratique, documents et lettres privées, des « papiers » de familles ou d’entreprises commerciales. Plus important encore, dans la genizah du Caire ont abouti aussi des liasses d’archives de la communauté juive de la ville de Fustat et de quelques autres communautés qui avaient des contacts étroits avec le centre égyptien. Jetées en désordre dans les combles de la synagogue, visiblement sans souci de conservation ou classification, dérangées pendant les travaux de réfection de la synagogue et lors de pillages, les archives qui se sont retrouvées dans la genizah du Caire sont incomplètes et désordonnées. En plus du dépôt indiscriminé, la stratification de cette masse de fragments a été perturbée par des interventions postérieures, par exemple par des marchands du xixe siècle qui puisaient dans la genizah des feuillets séparés pour les vendre aux touristes et aux antiquaires, ou par les premiers savants eux-mêmes, dont les méthodes d’extraction de manuscrits jugés dignes d’intérêt de la genizah ne ressemblaient en rien aux méthodes de l’archéologie moderne. Quand le voyageur et collectionneur Jacob Sapir a réussi à pénétrer dans la genizah en 1866, la masse de papiers et de parchemins qu’il y a trouvée, « de la hauteur de deux étages », était mélangée avec de la poussière et des débris des matériaux de construction5.

  • 6  S. Schama, 2014.
  • 7  Par exemple, les grandes maisons marchandes conservaient des documents légaux, mais aussi des inve (...)

7Les archives médiévales préservées dans la genizah du Caire doivent par conséquent être reconstituées à partir de feuilles éparpillées, souvent conservées aujourd’hui dans des collections différentes, parfois dans plusieurs pays. De surcroît, en réunissant ces membra disiecta, il s’avère que ces archives sont conservées de manière très incomplète. Souvent pas plus d’un fragment, parfois endommagé, ne subsiste de ce qui a été jadis un vaste registre de communauté. Même si la genizah du Caire constitue une source documentaire d’une richesse sans précédent, the greatest empire of paper to have survived from the medieval world, selon l’expression quelque peu emportée de l’historien Simon Schama6, les documents qui y sont conservés ne représentent qu’un petit pourcentage de la production écrite médiévale. Ces feuillets fournissent néanmoins des renseignements de première importance sur des archives de nature différente : des documents conservés par des individus concernant leur famille ou leurs biens privés, des archives de commerçants et de maisons marchandes, et enfin les archives des institutions de la communauté juive, notamment son tribunal. Dans cet article, nous laisserons de côté les archives privées ainsi que la comptabilité marchande, dont les contenus sont hétérogènes du point de vue de leur objet ainsi que de l’autorité émettrice7. Nous allons nous concentrer sur les archives émanant du tribunal de justice rabbinique (beit din), car les documents émis par cette institution, et notamment ses registres, constituent des témoins uniques de pratiques d’archivage dans le monde juif médiéval.

Cadre légal des actes de la pratique

  • 8  Voir Y. Potin, 2015, p. 5-6.
  • 9  A. Fattal, 1994, p. 68. Cependant, les individus juifs avaient aussi le droit de recourir aux trib (...)
  • 10  Pour les académies rabbiniques en Iraq, voir R. Brody, 2013.
  • 11  Voir M. Ben-Sasson, 1984-1986 ; S. Assaf, 1930. Pour un résumé et une bibliographie, voir J. Olszo (...)

8Pour apprécier ces pratiques d’archivage reconstituées, il convient de définir brièvement le contexte de production, de diffusion et de conservation des écrits pragmatiques auprès des communautés juives orientales. Même si le terme « archives » dérive étymologiquement d’une archa, une armoire où l’on garde des documents, plutôt que du grec arkhein, « gouverner », comme le veulent certains, la production et la conservation des écrits sont pourtant bien liées à l’exercice du pouvoir8. De quelle autorité peut-il bien s’agir dans le cas d’une communauté démunie d’un territoire commun et d’une organisation politique propre ? À défaut de l’organisation « étatique », le beit din, aux côtés d’autres institutions que sont la synagogue et l’école, jouait un rôle cohésif et administratif dans la communauté. Ce rôle était encouragé par un certain degré d’autonomie accordé par les autorités musulmanes aux dhimmīs (citoyens non musulmans protégés, notamment les « gens du Livre ») juifs et à leurs institutions. Il leur était notamment permis de régler leurs transactions et conflits internes relevant du droit civil devant leurs propres juges et selon la loi talmudique9. Les documents de la genizah du Caire témoignent du rôle quasi exclusif des tribunaux rabbiniques dans la production, la gestion et aussi l’archivage des documents juridiques juifs. Depuis l’époque des geonim (chefs des académies talmudiques (yeshivot) actives en Iraq et à Jérusalem sous la domination musulmane, entre les viie et xie siècles), on assiste effectivement à un renforcement du rôle des tribunaux rabbiniques dans la gestion des écrits documentaires10. Si, pendant l’Antiquité, les contrats et reconnaissances entre les particuliers écrits par les parties d’une transaction, en quelque sort « sous seing privé », étaient reconnus comme juridiquement valides, dès le début de l’époque médiévale, les autorités rabbiniques insistaient sur l’obligation d’employer un clerc professionnel. Le métier de scribe nécessitait en effet une connaissance de plus en plus pointue des formules et usages juridiques. Des livres de formulaires contenant des textes modèles et des instructions pour les scribes étaient rédigés par des autorités rabbiniques renommées, telles que Saadia ben Joseph, gaon de Sura (882-942), ou Hai ben Sherira, gaon de Pumbeditha (939-1038). Le but de ce genre juridique était l’uniformisation des documents et leur conformité avec des enseignements talmudiques11.

  • 12  S.D. Goitein, 1967-1993, vol. II, p. 312.
  • 13  Voir un fragment d’un registre du tribunal des juifs de rite palestinien à Fustat de 1028 (TS 8 K (...)
  • 14  A. Neubauer, 1887, vol. II, p. 85-86 : וכל מי שהוא עושה שטר בסתר מנדה אותו וקונס אותו שיתן שכר השט (...)

9Dans l’Égypte des époques fatimide et ayyubide, la gestion des actes légaux relevait d’une bureaucratie sophistiquée. Les transactions étaient effectuées devant un tribunal professionnel composé de trois juges12, qui siégeait dans la synagogue13. Les documents étaient valides s’ils étaient écrits par des scribes professionnels liés aux tribunaux. Les contrats « sous seing privé » (et plus encore les accords passés oralement devant les témoins, théoriquement valables pour la loi juive) étaient de moins en moins admissibles dans un contexte où les institutions rabbiniques se renforçaient et où s’affirmait le pouvoir de l’écrit dans le monde urbain en général. Selon Nathan ha-Bavli, si un individu écrivait un document sans recours au beit din, les juges avaient le droit de l’excommunier, lui faire payer une amende ou encore le soumettre à une punition corporelle14.

10Le renforcement du contrôle institutionnel et de la professionnalisation de la production des actes juridiques va de pair avec le souci du tribunal rabbinique de conserver la trace des transactions passées sous sa responsabilité. Ainsi, le tribunal met en place des pratiques d’archivage des actes légaux et notamment leur enregistrement systématique.

La transcription des actes dans les registres des tribunaux rabbiniques

  • 15  Partiellement édité par M. Frenkel, 2006, vol. I, n° 41, p. 418-425.
  • 16  Édité par M.A. Friedman, 1980-1981, vol. II, n° 53-55, p. 396-439.
  • 17  Édité par M. Gil, 1983, vol. II, n° 42, p. 70-72.
  • 18  Édité par M.A. Friedman, 1980-1981, vol. II, p. 447 (seul le verso a été édité).
  • 19  E. Bareket, 1995.

11Les plus anciens de ces registres remontent au xe siècle et les plus récents datent du xixe siècle. La pratique de l’enregistrement des transactions n’était pas limitée à Fustat, mais semble avoir été fort répandue chez les juifs d’Orient : parmi des registres découverts dans la genizah du Caire que nous étudions ici, certains proviennent d’Égypte (Fustat, par exemple, MS Bodl. Heb. c 13 fol. 21, qui mentionne Yefet ben David ben Shekhanya, ou Alexandrie, TS 28. 6, qui contient des documents concernant des transactions faites en Tunisie15), mais aussi de Syrie (Damas, TS 16. 181, TS AS 146. 66 + TS NS 320. 10816) et de Terre d’Israël (probablement de la cour du gaon de Jérusalem, ENA 4010.2817 + ENA NS 8. 1518). Mis à part la reconstruction d’un registre émanant du tribunal de la congrégation de rite palestinien de Fustat au temps du juge et chef de la communauté Efraim ben Shemarya (mort en 1055), qui a fait l’objet d’études détaillées par Elinoar Bareket19, ces registres n’ont pas encore été étudiés ni comme un corpus, ni du point de vue de leur aspect diplomatique, ni au regard de leur potentiel pour comprendre les pratiques d’archivage. En attendant une étude globale de ces documents, nous proposons ici quelques pistes de recherche concernant principalement leur aspect diplomatique.

  • 20  Ph. Ackerman-Lieberman, 2010, p. 10 ; voir S.D. Goitein, 1967-1993, vol. II, p. 235 ; voir G. Weis (...)
  • 21  Voir Ph. Ackerman-Lieberman, 2010 : exemples de documents qui mentionnent explicitement qu’ils ont (...)
  • 22  Édité par E. Bareket, 1995, n° 14, p. 220-223 ; mentionné par E. Krakowski, M. Rustow, 2014, p. 14 (...)

12Les transcriptions ou résumés de transactions légales et commerciales dans les registres étaient destinés à l’usage du tribunal rabbinique. Ces enregistrements reflètent une étape importante dans un système sophistiqué de fonctionnement de l’appareil bureaucratique juridique. Dans ce système, une transaction pouvait être accompagnée d’un acte en plusieurs copies, qui se situaient à des niveaux différents du processus juridique. Tout d’abord, le scribe qui assistait à la transaction qui se déroulait devant le tribunal rabbinique préparait un brouillon de l’acte, contenant un résumé avec des détails concrets tels que les noms des parties, la nature de la transaction, les conditions particulières et les sommes transférées. De tels brouillons ont été conservés dans la genizah du Caire20. Ensuite, le scribe rédigeait des copies propres des actes originaux, qui étaient validées par les témoins (qui pouvaient inclure les juges et le scribe). Les actes légaux, notamment les contrats bilatéraux, étaient en principe écrits en au moins deux exemplaires, un pour chacune des parties. Quelques exemplaires en double ont été conservés, ainsi que des mentions explicites de la production de deux copies identiques pour les besoins de chacune des parties21. Enfin, l’acte faisait aussi l’objet d’une transcription dans le registre du tribunal, validée par les signatures. La transcription d’un accord concernant une pension alimentaire pour un fils, versée par son père à son ex-épouse, dans le registre TS NS J 51 écrit en 1027, contient une instruction explicite au beit din d’enregistrer cet accord dans son registre22.

  • 23  Voir M.A. Friedman, 1986.

13Les registres incluent donc une troisième copie, indépendante de celles de l’auteur et du destinataire de l’acte. Cette copie, sous forme d’une entrée dans le registre, pouvait être soit une transcription assez complète et fidèle de l’acte original, y compris des formules de validation élaborées, soit un texte très court, contenant seulement les informations essentielles de la partie opératoire de l’acte. Dans ENA 4010.28, par exemple, le même feuillet contient au recto un texte long, occupant toute la page, qui enregistre un accord au sein d’un couple. Malheureusement incomplet, ce document contient des stipulations pour le cas où le mari prendrait une deuxième femme (la polygamie, même si elle restait assez limitée, n’était pas interdite dans les communautés juives orientales23) et les conditions d’un divorce éventuel. En plus des informations essentielles, l’entrée contient des formules juridiques figées et les signatures de cinq témoins. Le verso du même feuillet, en revanche, contient trois actes différents, reflétant trois transactions financières résumées de manière abrégée. Les entrées abrégées sont d’habitude rédigées en langue arabe, notées en caractères hébraïques (le « judéo-arabe »), tandis que les transcriptions plus complètes peuvent transcrire fidèlement le document original en hébreu, araméen ou arabe.

14Les transcriptions (tout comme les actes eux-mêmes) sont d’habitude pourvues de signatures des témoins, juges et scribe. Le fait que ces différentes signatures soient souvent des autographes des témoins (voir fig. 1 et 3) pourrait indiquer que l’enregistrement se faisait en présence des témoins de l’acte, et donc vraisemblablement simultanément à la procédure juridique ou transaction elle-même, en session du tribunal. L’inclusion de ces moyens de validation dans le registre suggère que la copie enregistrée serait légalement « conforme » aux actes eux-mêmes. Cependant, il existe des registres dans lesquels les noms des témoins sont copiés de la main du scribe du document, comme c’est le cas du TS 24. 81. Dans d’autres registres, par exemple ENA 4010. 28 + ENA NS 8. 15, certaines transcriptions contiennent des signatures autographes des témoins, tandis que d’autres, très abrégées, s’en passent. Les signatures des témoins peuvent être suivies d’une souscription qui spécifie qu’il s’agit d’un registre plutôt que d’un acte. Ainsi, dans MS Bodl. Heb. c 13 fol. 21 (Fustat, première moitié du xie siècle, copié par Yefet ben David), le scribe fait suivre les quatre signatures de témoins (dont la sienne) de la formule : אנן כתבנן שימושא, « nous avons écrit le registre ».

Figure 1 : Feuillet d'un registre sous forme de rouleau de la communauté babylonienne de Damas

Figure 1 : Feuillet d'un registre sous forme de rouleau de la communauté babylonienne de Damas

Le feuillet comprend 4 enregistrements de fiançailles sur l'espace de deux mois (daté de 933). TS 16.181.

Publié avec la permission des syndics de la Bibliothèque universitaire de Cambridge.

Figure 2 : Feuillet recto d'un registre « usuel » de la congrégation palestinienne de Fustat (Vieux Caire)

Figure 2 : Feuillet recto d'un registre « usuel » de la congrégation palestinienne de Fustat (Vieux Caire)

Daté de 1026. TS 8 J 4.2.

Publié avec la permission des syndics de la Bibliothèque universitaire de Cambridge.

Figure 3 : Feuillet verso d'un registre "usuel" de la congrégation palestinienne de Fustat (Vieux Caire)

Figure 3 : Feuillet verso d'un registre "usuel" de la congrégation palestinienne de Fustat (Vieux Caire)

Daté de 1026. TS 8 J 4.2.

Publié avec la permission des syndics de la Bibliothèque universitaire de Cambridge.

Livres-journaux et registres thématiques

  • 24  E. Bareket, 1995, p. 52-53.
  • 25  E. Bareket, 1998, p. 12-16.

15Les registres portaient apparemment le nom de שמוש בית דין, « usuel (litt. usage) du tribunal », comme dans MS Bodl. Heb. b 11. fol. 12, de la main d’Efraim ben Shemarya, où « l’acte est “gravé” dans l’“usuel du tribunal” (registre) » (נחקק בשמוש בית דין)24, dans TS NS 51 cité ci-dessus, ou encore dans TS 8 J 4. 2, de la main de Yefet ben David, qui annonce que l’acte a été signé par celui qui a témoigné dans « cet usuel » (פי הדא אלשימוש)25.

  • 26  À l’époque médiévale, les communautés juives de la diaspora orientale demeuraient sous l’autorité (...)

16En ce qui concerne le contenu, la plupart des registres contiennent des transcriptions certifiées des transactions et procédures judiciaires différentes (ventes, partenariat, prêts, statut familial, etc.), notées dans l’ordre chronologique de leur traitement par le tribunal. Ce type de « livre-journal » générique enregistrait à la suite, au fil du temps, parfois sur la même page, des transactions sans aucun lien entre elles. Il existait aussi des registres « thématiques », concernant plus particulièrement les mariages et les divorces. Ainsi, TS 16. 181 (Damas, 933), le feuillet d’un registre de la communauté de rite babylonien26, contient quatre enregistrements de fiançailles en l’espace de deux mois. Autrement dit, les actes portant sur le statut personnel des individus pouvaient être enregistrés séparément. Cependant, des affaires de mariage étaient aussi parfois transcrites dans le registre générique (par exemple, ENA NS 8. 15 + ENA 4010. 28).

Format et mise en page des registres

17Malgré la présence des moyens de validation sur les uns et les autres, il est aisé de distinguer entre les registres, aussi fragmentaires soient-ils, et les actes eux-mêmes. Si les actes sont écrits sur une feuille libre de papier ou de parchemin, sur un seul côté, les registres sont des livres qui peuvent contenir plusieurs entrées différentes par feuillet écrit recto verso. Même si les registres conservés sont très abîmés, il est possible de constater que ces livres pouvaient prendre deux formes codicologiques, soit le rotulus, soit le codex.

  • 27  S.D. Goitein, 1967-1993, vol. II, p. 343 ; M. Ben-Sasson, 1991, p. 52.
  • 28  E. Bareket, 1998, a identifié neuf fragments provenant probablement du même registre : TS 8 J 6. 1 (...)

18Le codex est le format le plus fréquent des registres. Un registre datant de 1156, aujourd’hui dans la collection Firkovicz de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg (EVR-AR I 1700), est relativement bien conservé ; il contient plus de soixante actes transcrits, et ses bifeuillets sont encore reliés par une ficelle pour former un petit codex27. Les registres que nous connaissons étaient des livrets d’assez petite taille, de format rectangulaire, dont la hauteur était plus grande que la largeur. Par exemple, le registre de la congrégation palestinienne de Fustat, dont quelques feuillets (datant d’entre 1026 et 1047) ont été découverts et étudiés par Elinoar Bareket, mesurait approximativement 21 x 15 cm28.

  • 29  Par exemple, les livres de comptabilité concernant l’entretien des biens immobiliers de la communa (...)

19L’autre format utilisé pour les registres, comme il l’était pour toutes sortes de listes, inventaires et livres de comptes, est le rotulus – le rouleau à déroulement vertical dont les lignes du texte sont parallèles à la jointure entre les pièces de support qui forment le livre29.

  • 30  Édité par M.A. Friedman, 1980-1981, vol. II, n° 53-55.
  • 31  Dans Mafātīḥ al ‘ulūm d’al-Khwārazmī (écrit en 977), al-askudār, « le registre » des lettres reçue (...)

20Tel est le cas du registre des actes de fiançailles, TS 16. 181 (voir fig. 1) et TS AS 146. 66 + TS NS 320. 108, rédigé par la communauté de rite babylonien à Damas, en 933 (qui est d’ailleurs le plus ancien registre explicitement daté)30. C’est aussi le cas du TS 24. 81, contenant la transcription d’un acte de tutelle, un testament et une quittance faite en 1207. En fait, le format du rotulus paraît particulièrement approprié pour des listes de toutes sortes, y compris des enregistrements des transactions passées devant le tribunal. Ces longues et étroites lanières de papier (TS 24. 81 mesure 50 x 8,5 cm) permettaient de visualiser plusieurs enregistrements sur la même « page » et avaient surtout l’avantage de ne pas nécessiter une planification préalable, dans la mesure où des nouveaux morceaux de papier ou de parchemin pouvaient être ajoutés au fur et à mesure pour accueillir plus de texte. Par ailleurs, une fois arrivé en bas du rouleau, le scribe pouvait le tourner et écrire sur le verso, à l’envers par rapport au recto (ex. TS 16. 181, TS 24. 81). Cependant, l’avantage matériel seul n’explique pas le choix de ce format, étant donné surtout que la plupart des registres qui nous sont connus sont des codex. L’emploi du format de rotulus pour des registres semble plutôt correspondre aux modèles esthétiques et formels du monde non juif environnant, tels qu’adoptés par la bureaucratie musulmane. Même si des rotuli administratifs arabes de la même période ne sont pas conservés, ils sont mentionnés dans les sources littéraires31.

21Qu’ils soient sous forme de codex ou de rotulus, les registres sont des livres de « travail », des « usuels ». Écrits sur du papier de qualité médiocre, sans aucun effort calligraphique, ils économisent l’espace avec des marges étroites, parfois presque inexistantes (fig. 1). Leurs scribes n’hésitent pas à corriger des erreurs sans essayer de les masquer, en barrant grossièrement les mots ou phrases erronés (fig. 2) ou en ajoutant des passages oubliés entre les lignes du texte. Néanmoins, plusieurs de ces registres sont mis en page de façon à faciliter le repérage des unités textuelles distinctes. Une ligne horizontale sépare souvent les entrées différentes. Elle peut être tracée à travers toute la largeur de la page (fig. 1), ou bien être courte, pas plus d’un quart de la largeur de la page, comme dans MS Bodl. Heb. c 13 fol. 21. La transcription d’une nouvelle transaction commence à la ligne, avec les mots initiaux du document, זכרון עדות, « mémorandum de témoignage », écrits au milieu de la ligne, à l’instar d’un titre (TS 24. 81), parfois avec un espace blanc de la hauteur de plus d’une ligne entre les entrées (ENA 4010. 28 verso).

Fonction des registres

22Même s’ils sont d’apparence peu soignée, les registres de tribunal juif demeurent des instruments juridiques efficaces et témoignent de pratiques d’archivage élaborées. Ils possédaient probablement une dimension officielle et solennelle en tant que copie de référence destinée à l’usage du tribunal : l’emploi dans MS Bodl. Heb. b 11. fol. 12, mentionné plus haut, du verbe חקק, « graver », qui évoque חוק, la « loi », pour désigner la transcription dans le registre, souligne cet aspect solennel de l’enregistrement.

23On constate que certains registres contenaient des éléments graphiques, même rudimentaires, qui facilitaient la navigation et un référencement plus aisé lorsqu’il fallait rechercher rapidement une transaction spécifique. Cette organisation du contenu des registres par une mise en page claire indique que ces textes étaient conçus pour qu’on s’y réfère dans le futur.

  • 32  De telles formules d’annulation, qui se trouvent souvent au verso des documents, font l’objet d’un (...)

24En effet, les registres des tribunaux visaient à la conservation d’informations sur les transactions pour une certaine durée. Ils restaient à la disposition des tribunaux qui pouvaient s’y référer si besoin. Cette troisième copie, gardée et archivée par le tribunal, avait une validité juridique et une importance pratique non négligeables. Il est possible que ces registres archivés aient été consultés quand les parties ne pouvaient ou ne voulaient pas présenter leurs propres copies des actes lors des contentieux juridiques. Ils ont pu notamment servir lors de l’émission des duplicatas si l’original d’un acte détenu par les parties de la transaction avait disparu. En effet, la genizah a conservé des duplicatas des documents perdus par leurs possesseurs, réécrits et certifiés par le tribunal. D’autres éléments témoignent que les registres restaient « sous la main » des juges et des scribes, qu’ils restaient facilement accessibles pour être mis à jour. Tel est le cas de transactions financières impliquant par exemple un prêt, transcrit dans le registre, qui a vocation à être remboursé à un certain moment. Lors du remboursement, en plus d’un reçu émis à l’adresse du débiteur, le document de reconnaissance de dette est annulé soit par sa destruction matérielle (texte barré, document déchiré ou découpé), soit par une formule qui le rend invalide32. Or l’annulation de ce document n’est pas suffisante, puisque reste encore sa transcription dans le registre. Un créancier peu scrupuleux, ayant reçu son remboursement et annulé la reconnaissance de dette, aurait pu demander un duplicata au tribunal, en prétendant que son exemplaire s’était perdu. Pour éviter une telle situation, le registre aussi devait être mis à jour en fonction des changements. ENA 4010.20 verso en est un excellent exemple. La première des trois entrées sur cette page est une reconnaissance de dette avec des conditions de remboursement. Cette entrée a été barrée avec deux lignes entrecroisées. Le scribe du tribunal a ajouté dans la marge de droite, perpendiculairement au texte : תסלם תלת ורבע ואיצ’א [...], « il a été remboursé de la somme de trois et un quart, et aussi […] ».

Conclusion

  • 33  Mishna, Shevuot VII: 7 « Nous n’avons pas trouvé parmi les documents de notre père que ce contrat (...)
  • 34  P. Sijpesteijn, 2007, p. 177.

25L’étude des registres et pratiques d’archivage présentées ici n’aborde ce vaste sujet que de manière préliminaire. Le corpus des dizaines de fragments de registres juridiques conservés dans la genizah du Caire nécessite une analyse plus exhaustive. Mais il est d’ores et déjà possible de constater que ces registres, aussi bien des « livres-journaux », où l’on transcrivait des transactions au fil de la journée du travail des juges, dans l’ordre chronologique, que des registres spécialisés et limités à un type de transaction (mariage, divorces, etc.), conservaient systématiquement les contenus et les preuves de validité des transactions de nature économique ou familiale. Si la conservation des documents par des juifs dans les archives familiales pendant plus d’une génération est bien attestée dès l’Antiquité33, les registres juridiques conservés à la genizah du Caire montrent une institutionnalisation et une professionnalisation de la gestion des actes écrits à l’époque médiévale, professionnalisation qui va de pair avec les développements bureaucratiques de la culture juridique musulmane. En effet, si la bureaucratie sophistiquée était souvent associée au monde ottoman, les recherches récentes suggèrent la prolifération des archives privées et publiques bien plus tôt, notamment dans l’Égypte des Fatimides et Ayyubides. Il existait aussi des registres des tribunaux dont les descriptions font penser aux registres juifs de la genizah du Caire. Un tel registre, appelé maḥḍar dans les textes, contenait des déclarations des parties, signées par des témoins et certifiées par le qāḍī. Si nécessaire, les signataires pouvaient être convoqués devant le tribunal pour vérifier la déclaration34. Les parallèles entre les registres juridiques musulmans et juifs restent à explorer. Mais il est clair que, pour le « monde de la genizah du Caire », le souci de conserver la mémoire des transactions – et donc le contenu des actes – relève de l’organisation communautaire et implique des juges, des scribes et le tribunal, et n’est pas la seule affaire des individus concernés directement par la transaction. L’existence de cette troisième « copie conforme », conservée par le tribunal, et sa mise à jour en fonction de la situation juridique attestent du rôle croissant de l’écrit administratif et de la bureaucratie dans l’essor des communautés juives médiévales de la diaspora d’Orient et d’Afrique du Nord.

Top of page

Bibliography

Ackerman-Lieberman, Ph., 2010, « Legal writing in medieval Cairo: “copy” or “likeness” in Jewish documentary formulae », in S. Bhayro, B. Outhwaite (éd.), « From a Sacred Source »: Geniza Studies in Honour of Professor Stefan C. Reif, Brill, Leyde, p. 1-24.

Ackerman-Lieberman, Ph., 2012, « Commercial forms and legal norms in the Jewish community of Medieval Egypt », Law and History Review, 30/4, p. 1007-1052.

Ackerman-Lieberman, Ph., 2015, « Legal pluralism among the court records in medieval Egypt », Bulletin des études orientales, p. 79-112.

Allony, N., 1976, « Genizah practices among the Jews » (en hébreu), Sinai, 79, p. 193-201.

Allony, N., 2006, The Jewish Library in the Middle Ages, Book Lists from the Cairo Genizah (en hébreu), édité par M. Frenkel, H. Ben-Shammai, avec la collaboration de M. Sokolow), Ben Zvi Institute for the Study of Jewish Communities in the East, Yad Izhak Ben-Zvi and the Hebrew University of Jerusalem, Jérusalem.

Assaf, S., 1930, Book of Formularies of R. Hay Gaon (en hébreu), Jérusalem.

Bareket, E., 1995, The Jewish Leadership in Fustat in the First Half of the Eleventh Century (en hébreu), Tel Aviv, The Diaspora Research Institute, Tel Aviv University.

Bareket, E., 1998, « Books of records of the Jerusalemite court from the Cairo Geniza in the first half of the eleventh century » (en hébreu), Hebrew Union College Annual, 69, p. 1-57.

Ben-Sasson, M., 1984-1986, « Fragments from the Book of Testimony and Formularies by R. Saadya Gaon » (en hébreu), Shnaton ha-Mishpat ha-Ivri, 11-12, p. 135-278.

Ben-Sasson, M., 1991, « Firkovich’s Second Collection. Remarks on historical and halakhic material » (en hébreu), Jewish Studies, 31, p. 47-67.

Bosworth, C. E., 1969, « Abū ‘Abdallāh al-Khwārazmī on the technical terms of the secretary’s art. A contribution to the administrative history of Medieval Islam », Journal of Economic and Social History of the Orient, 12 (1), p. 113-164.

Brody, R., 2013, The Geonim of Babylonia and the Shaping of Medieval Jewish Culture, Yale University Press, New Haven et Londres (2e édition).

Cohen, M., Stillman, Y., 1985, « The Cairo genizah and the custom of genizah among Oriental Jewry. An historical and ethnographic study » (en hébreu), Pe ‘amim. Studies in the Cultural Heritage of Oriental Jewry, 24, p. 3-35.

Cole, P., Hoffman, A., 2011, Sacred Trash: The Lost and Found World of the Cairo Geniza, Nextbook Press, New York.

Fattal, A., 1994, Le statut légal des non-musulmans en pays d’islam, Beyrouth, 1958, p. 351-365.

Frenkel, M., 2006, « The Compassionate and Benevolent ». The Leading Elite in the Jewish Community of Alexandria in the Middle Ages (en hébreu), 2 vol., Jérusalem, Ben Zvi Institute.

Friedman, M.A., 1980-1981, Jewish Marriage in Palestine: A Cairo Geniza Study, Tel Aviv, University of Tel Aviv.

Friedman, M.A., 1986, Jewish Polygyny in the Middle Ages. New Documents from the Cairo Geniza (en hébreu), Jérusalem et Tel Aviv.

Gil, M., 1976, Documents of the Jewish Pious Foundations from the Cairo Geniza, Brill, Leyde.

Gil, M. 1983, Palestine during the First Muslim Period (634-1099) (en hébreu), 3 vol., Tel Aviv.

Gil, M., 1992, A History of Palestine, 634-1099, Cambridge University Press, Cambridge.

Goitein, S.D., 1967-1993, A Mediterranean Society, The Jewish Communities of the World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, 6 vol., University of California Press, Berkeley, Los Angeles, Londres.

Goldberg, J., 2012, Trade and Institution in the Medieval Mediterranean: The Geniza Merchants and their Business World, Cambridge University Press, Cambridge and New York.

Habermann, A.M., 1971, La genizah du Caire et les autres genizot (en hébreu), Jérusalem.

Krakowski, E., Rustow, M., 2014, « Formula as content: Medieval Jewish institutions, the Cairo Geniza, and the new diplomatics », Jewish Social Studies, 20 (2), p. 111-146.

Libson, G., 2003, Jewish and Islamic Law: A Comparative Study of Custom during the Geonic Period, Harvard Series in Islamic Law, Cambridge, Mass.

Mann, J., 1922, The Jews in Egypt and Palestine under the Fatimid Caliphs, 2 vol., Oxford University Press, Oxford.

Marglin, J.M., 2014, « Jews in sharī’a courts: A family dispute from the Cairo Geniza », in A.N. Franklin, R.E. Margariti, M. Rustow, U. Simonsohn (éd.), Jews, Christians and Muslims in Medieval and Early Modern Times. A Festschrift in Honor of Mark. R. Cohen, Brill, Leyde et Boston, p. 207-225.

Neubauer, A., 1887, Medieval Jewish Chronicles and Chronological Notes Edited from Printed Books and Manuscripts, 2 vol., Clarendon Press, Oxford.

Olszowy-Schlanger, J., 2012, « Formules juridiques des documents médiévaux en caractères hébraïques et les livres de formulaires-modèles », Résumés des conférences et travaux. Annuaire de l’École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, 143e année (2010-2011), Paris, Sorbonne, p. 23-27.

Potin, Y., 2015, « Les archives et la matérialité différée du pouvoir. Titres, écrins ou substituts de la souveraineté ? », Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 153 (2), p. 5-6.

Reif, S.C., 2000, A Jewish Archive from Old Cairo. The History of Cambridge University’s Genizah Collection, Curzon, Richmont.

Sapir, J., 1866, Even Sapir (en hébreu), Lyck.

Schama, S., 2014, The Story of the Jews. Finding the Words, 1000 BC-1492 AD, Vintage Books, Londres.

Sijpesteijn, P., 2007, « The archival mind in early Islamic Egypt: Two Arabic papyri », in P.M. Sijpesteijn, L. Sundelin, S. Torallas Tovar, A. Zomeño (éd.), From al’Andalus to Khurasan. Documents from Medieval Muslim World, Brill, Leyde et Boston, p. 163-186.

Vallat, J.-P. et al. (éd.), 2014, Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, L’Harmattan, Paris.

Weiss, G., 1970, Legal Documents Written by the Court Clerk Halfon ben Manasse (Dates 1100-1138), thèse de doctorat, université de Pennsylvania.

Top of page

Notes

1  L’histoire de la découverte de la genizah du Caire et de l’étude de son contenu a fait l’objet de plusieurs travaux, voir surtout S.C. Reif, 2000 ; P. Cole, A. Hoffman, 2011. Pour la genizah du Caire et l’institution de la genizah dans les communautés orientales au Moyen Âge, voir A.M. Habermann, 1971 ; M. Cohen, Y. Stillman, 1985, p. 3-35 ; M. Ben-Sasson, 1991, p. 47-67.

2  Cet article cite les fragments de la genizah sous leurs cotes abrégées. ENA : fragment de la genizah du Caire, New York, Jewish Theological Seminary of America, collection Elkan Nathan Adler. ENA NS : fragment de la genizah du Caire, New York, Jewish Theological Seminary of America, collection Elkan Nathan Adler, New Series. MS Bodl. Heb. : fragment de la genizah du Caire, manuscrit Oxford, Bodleian Library, Hebrew. TS : fragment de la genizah du Caire, Cambridge, bibliothèque universitaire, collection Taylor-Schechter. TS Misc. : fragment de la genizah du Caire, Cambridge, bibliothèque universitaire, collection Taylor-Schechter, Miscellaneous. TS NS : fragment de la genizah du Caire, Cambridge, bibliothèque universitaire, collection Taylor-Schechter, New Series.

3  Le mot hébreu גניזה, d’une racine d’origine perse qui signifie « cacher », « enfouir », désigne dans la Bible un trésor ou archive. C’est le sens de ce mot dans גנזי המלך, « trésors du roi » dans le livre d’Esther (Esther 3, 9 ; 4, 7), ou son équivalent en araméen biblique בית גנזייא, « maison du trésor ou archive », dans le livre d’Ezra (Ezra 5, 17 ; 6, 1 ; 7, 20). Pour l’institution de la genizah et ses aspects légaux, voir N. Allony, 1976.

4  L’étude ethnographique de Yedida Stillman concernant les genizot contemporaines montre que le lieu physique du dépôt variait selon les communautés (pièces, combles, niches, celliers, recoins dans une synagogue, fosses dans l’enceinte de la synagogue ou tombeaux des livres au cimetière de la communauté, parfois aux côtés des savant défunts, comme dans le Talmud babylonien, traité Megillah 26b). Mais, dans tous les cas, il n’était pas prévu de pénétrer aisément dans ces pièces et même l’accès en était rendu difficile, voir M. Cohen, Y. Stillman, 1985. Y. Stillman explique que certaines communautés pouvaient garder leur genizah de manière temporaire dans la synagogue, souvent dans un endroit scellé, pour l’enterrer ensuite dans le cimetière, quand la genizah était comblée. Il est possible que dans certaines communautés les documents et livres sortis d’usage aient été conservés d’une manière plus organisée avant d’être enterrés dans un cimetière. En fouillant la genizah située sous le plancher de la synagogue de Figuig au Maroc, les archéologues travaillant sous la direction de Jean-Pierre Vallat (université Paris VII) ont constaté la présence d’étagères qui indiquent peut-être un certain souci d’organisation. Malheureusement, la fouille de la genizah de la synagogue de Figuig n’est pas encore terminée, et le rapport des fouilles de la synagogue n’inclut pas la description de la genizah. Pour la fouille, voir J.-P. Vallat et al., 2014.

5  J. Sapir, 1866, fol. 21b.

6  S. Schama, 2014.

7  Par exemple, les grandes maisons marchandes conservaient des documents légaux, mais aussi des inventaires et surtout des lettres échangées entre les partenaires commerciaux. Voir surtout J. Goldberg, 2012. Les juifs conservaient aussi des documents établis par des tribunaux musulmans, auxquels ils avaient le droit de recourir, voir G. Libson, 2003 ; Ph. Ackerman-Lieberman, 2012, p. 1010.

8  Voir Y. Potin, 2015, p. 5-6.

9  A. Fattal, 1994, p. 68. Cependant, les individus juifs avaient aussi le droit de recourir aux tribunaux musulmans. Même si ce recours suscitait l’opposition des rabbins, la genizah du Caire conserve plusieurs exemples d’un tel « forum shopping », dans le cas où les décisions d’un qāḍī promettaient d’être plus avantageuses pour le plaignant que la loi juive, voir Ph. Ackerman-Lieberman, 2010 ; Ph. Ackerman-Lieberman, 2015 ; J.M. Marglin, 2014.

10  Pour les académies rabbiniques en Iraq, voir R. Brody, 2013.

11  Voir M. Ben-Sasson, 1984-1986 ; S. Assaf, 1930. Pour un résumé et une bibliographie, voir J. Olszowy-Schlanger, 2012, p. 23-27.

12  S.D. Goitein, 1967-1993, vol. II, p. 312.

13  Voir un fragment d’un registre du tribunal des juifs de rite palestinien à Fustat de 1028 (TS 8 K 20.1), édité par J. Mann, 1922, vol. II, p. 89 ; E. Bareket, 1998, p. 44-50.

14  A. Neubauer, 1887, vol. II, p. 85-86 : וכל מי שהוא עושה שטר בסתר מנדה אותו וקונס אותו שיתן שכר השטר ומלקהו.

15  Partiellement édité par M. Frenkel, 2006, vol. I, n° 41, p. 418-425.

16  Édité par M.A. Friedman, 1980-1981, vol. II, n° 53-55, p. 396-439.

17  Édité par M. Gil, 1983, vol. II, n° 42, p. 70-72.

18  Édité par M.A. Friedman, 1980-1981, vol. II, p. 447 (seul le verso a été édité).

19  E. Bareket, 1995.

20  Ph. Ackerman-Lieberman, 2010, p. 10 ; voir S.D. Goitein, 1967-1993, vol. II, p. 235 ; voir G. Weiss, 1970, doc. 197, pour un autre brouillon (TS NS 320. 29).

21  Voir Ph. Ackerman-Lieberman, 2010 : exemples de documents qui mentionnent explicitement qu’ils ont été établis en deux exemplaires, TS 16. 21, un partenariat de 1140 environ : « deux copies identiques en toutes leurs lettres et tous leurs mots » (תרי נוסחי אות באות ומילה במילה). TS 16. 138, TS Misc. 25. 132r traitent aussi de deux documents parallèles (מתקאבלתין), tandis que TS 24. 20 spécifie que « les deux documents ont été écrits pour que chacun des partenaires puisse avoir en sa possession le titre et le droit à l’égard de l’autre ».

22  Édité par E. Bareket, 1995, n° 14, p. 220-223 ; mentionné par E. Krakowski, M. Rustow, 2014, p. 142.

23  Voir M.A. Friedman, 1986.

24  E. Bareket, 1995, p. 52-53.

25  E. Bareket, 1998, p. 12-16.

26  À l’époque médiévale, les communautés juives de la diaspora orientale demeuraient sous l’autorité et sous l’influence juridique et intellectuelle des grandes écoles (yeshivot) rabbiniques en Iraq (à l’origine dans les villes de Sura et Pumbeditha mais, à l’époque qui nous intéresse, à Bagdad) et en Terre d’Israël (à Jérusalem jusqu'en 1070 environ). Le rite et les coutumes pratiqués par des communautés de la diaspora reflétaient les enseignements de ces centres rabbiniques respectifs : les juifs du Levant, y compris l’Égypte, suivaient la yeshivah de Jérusalem, et ceux de l’Iraq et de l’Iran suivaient les deux yeshivot de Bagdad. Comme c’est d’usage dans la recherche aujourd’hui, nous allons désigner les communautés comme suivant respectivement le rite « palestinien » ou le rite « babylonien ».

27  S.D. Goitein, 1967-1993, vol. II, p. 343 ; M. Ben-Sasson, 1991, p. 52.

28  E. Bareket, 1998, a identifié neuf fragments provenant probablement du même registre : TS 8 J 6. 18, TS NS J 51, TS 8 J 4. 2, ENA NS 7. 24, ENA NS 7. 25, TS 13 J 5. 1, TS 8 J 4. 3, TS 8 K 20. 1, TS 8 J 4. 1.

29  Par exemple, les livres de comptabilité concernant l’entretien des biens immobiliers de la communauté, tenus par Yefet ben David ben Shakhanyah, scribe et secrétaire de la congrégation palestinienne de Fustat, entre 1037 et 1046, publiés par M. Gil, 1976, n°s 8, 17, 28. Ou bien un fragment d’inventaire des livres de Joseph Rosh ha-Seder écrit vers 1200, TS K 3. 44, voir N. Allony et al., 2006, n° 101. Mais le même Joseph Rosh ha-Seder écrivait d’autres inventaires dans des cahiers-codex, voir TS K 6. 170 (N. Allony et al., 2006, n° 99), TS C 2. 146 (N. Allony et al., 2006, n° 105) et TS NS 309. 65 (N. Allony et al., 2006, n° 103).

30  Édité par M.A. Friedman, 1980-1981, vol. II, n° 53-55.

31  Dans Mafātīḥ al ‘ulūm d’al-Khwārazmī (écrit en 977), al-askudār, « le registre » des lettres reçues et envoyées tenu par le service des postes, avait la forme d’un rouleau (mudraj), voir C.E. Bosworth, 1969, p. 142-143.

32  De telles formules d’annulation, qui se trouvent souvent au verso des documents, font l’objet d’une étude en cours par Sarah Fargeon et Wissem Gueddich.

33  Mishna, Shevuot VII: 7 « Nous n’avons pas trouvé parmi les documents de notre père que ce contrat a été remboursé. »

34  P. Sijpesteijn, 2007, p. 177.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Feuillet d'un registre sous forme de rouleau de la communauté babylonienne de Damas
Caption Le feuillet comprend 4 enregistrements de fiançailles sur l'espace de deux mois (daté de 933). TS 16.181.
Credits Publié avec la permission des syndics de la Bibliothèque universitaire de Cambridge.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1885/img-1.jpg
File image/jpeg, 27k
Title Figure 2 : Feuillet recto d'un registre « usuel » de la congrégation palestinienne de Fustat (Vieux Caire)
Caption Daté de 1026. TS 8 J 4.2.
Credits Publié avec la permission des syndics de la Bibliothèque universitaire de Cambridge.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1885/img-2.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Figure 3 : Feuillet verso d'un registre "usuel" de la congrégation palestinienne de Fustat (Vieux Caire)
Caption Daté de 1026. TS 8 J 4.2.
Credits Publié avec la permission des syndics de la Bibliothèque universitaire de Cambridge.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1885/img-3.jpg
File image/jpeg, 44k
Top of page

References

Electronic reference

Judith Olszowy-Schlanger, « Les archives médiévales dans la genizah du Caire : registres des tribunaux rabbiniques et pratiques d’archivage reconstituées », Afriques [Online], 07 | 2016, Online since 06 December 2016, connection on 27 April 2017. URL : http://afriques.revues.org/1885 ; DOI : 10.4000/afriques.1885

Top of page

About the author

Judith Olszowy-Schlanger

Directrice d'études EPHE-PSL, Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT)

Top of page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org