Navigation – Plan du site

L’Afrique de l’Est et les réseaux d’échanges océaniques entre les Ier et XVe siècles

East Africa and oceanic exchange networks between the first and the fifteenth centuries
Philippe Beaujard

Résumés

L’Afrique de l’Est a été connectée à des réseaux d’échange océaniques depuis le IIe millénaire av. J.-C. et incluse dans un système-monde afro-eurasien où elle forma une périphérie depuis le début du premier millénaire de l’ère chrétienne, puis une semi-périphérie à partir du xe siècle. Comme le montrent les divers articles de ce numéro de la revue Afriques, la côte est-africaine – curieusement négligée par des ouvrages comme celui de K. Chaudhuri (1975) ou J. Abu-Lughod (1989) – a joué un rôle actif dans ce système, y compris après l’arrivée des Portugais au xvie siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  N. Boivin et al., 2013.
  • 2  D. Fuller, 2003.
  • 3  D. Gommery et al., 2011 ; R. Dewar et al., 2013.
  • 4  N. Boivin, D. Fuller, 2009 ; D. Fuller et al., 2011.

1La navigation dans l’océan Indien est sans doute aussi ancienne qu’en Méditerranée, et l’Afrique de l’Est, très tôt, a été partie prenante dans les échanges, même si leurs contextes demeurent souvent mal définis1. On sait que, dès le IIe millénaire av. J.-C., des plantes cultivées africaines arrivent en Inde2, et des découvertes récentes montrent que Madagascar a accueilli des groupes venant sans doute de la côte africaine dès le IIe millénaire av. J.-C.3. Avant les États, des sociétés côtières de dimension modeste (des chasseurs-cueilleurs, dans le cas malgache) jouent un rôle pionnier dans la création de contacts transculturels à travers l’océan Indien4.

  • 5  R. Blench, 2010.

2L’Afrique de l’Est reçoit aussi très tôt des plantes venues de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est5, ceci alors que des agriculteurs – parlant des langues bantoues – n’arrivent sur la côte est-africaine qu’au ier siècle apr. J.-C., une arrivée peut-être hâtée par le développement du commerce avec l’outre-mer, et entre l’intérieur et la côte.

  • 6 L. Casson, 1989. Pour une relecture et une réinterprétation des origines du Périple, voir M.F. Bous (...)
  • 7  P. Beaujard, 2012, vol. 1.
  • 8  Claude Allibert (dans ce numéro) suggère même une connaissance des Comores et de Madagascar par le (...)
  • 9  M.C Horton, H.W. Brown, N. Mudida, 1996.

3Au début de l’ère chrétienne, le texte du Périple de la mer Érythrée, écrit en grec (Casson, 1989)6, nous montre qu’une culture pré-swahili se met en place jusqu’au Mozambique, à un moment où un essor des échanges dans l’océan Indien induit une première globalisation et l’inclusion de cet océan dans ce que l’on peut considérer comme un système-monde afro-eurasien unique7. Sur la côte tanzanienne, la ville de Rhapta (encore mal localisée), mentionnée comme tributaire d’un roi du Yémen, est – selon le Périple – fréquentée par des Arabes, qui se métissent avec les Africains, et sans doute par des navires venus du monde romain8, même si l’archéologie n’en fournit pas encore les preuves. Pour Opônê, sur la Corne de l’Afrique, le Périple relève aussi que l’on y trouve des « esclaves de la meilleure sorte », « qui sont emmenés en Égypte en nombre croissant », et une « grande quantité de carapaces de tortues », esclaves et tortues venant vraisemblablement de la côte africaine plus au sud. Une traite des esclaves est donc en place dès cette époque. Il est à noter que des monnaies parthes, sassanides, ptolémaïques, romaines, axoumites et byzantines ont été découvertes sur la côte est-africaine, mais jamais dans un contexte stratigraphique clair9 ; leur nombre et leur localisation (au Zimbabwe, notamment) semblent pourtant faire sens.

  • 10  A. M. Juma, 2004.

4Avant même la période islamique, l’archipel de Lamu et Zanzibar occupent une place prééminente. Du grès chinois a ainsi été trouvé sur le site d’Unguja Ukuu (Zanzibar), daté du vie siècle environ10 – reflétant sans doute le commerce de la Perse sassanide avec la Chine (la datation de ce matériel chinois reste toutefois à confirmer).

  • 11  M.C Horton, H.W. Brown, N. Mudida, 1996 ; M.C Horton, 2001.
  • 12  Toutefois, malgré l’appellation de « Zanj », qui désigne d’abord les populations d’Afrique orienta (...)

5Avec la formation et l’interconnexion des deux empires tang et musulman, le viie siècle voit un essor significatif des échanges, par terre et par mer, et une culture swahili se met en place sur la côte est-africaine, où les vestiges des premières mosquées mises en évidence par les fouilles archéologiques remontent au viiie siècle11. L’archipel de Lamu (sites de Shanga, Manda et Pate) et surtout Pemba jouent alors un rôle d’interface entre les réseaux océaniques et l’intérieur du continent. Le géographe arabe Masʿūdī (mi-xe siècle) évoque les voyages des Omanais jusqu’à Qanbalū, « habitée par une population mélangée de musulmans et de Zanj idolâtres ». S’il souligne l’importance des exportations d’ivoire, la traite esclavagiste semble également florissante, au moins jusqu’en 868, date de la « révolte des Zanj » en Irak12. Les réseaux musulmans transportent des esclaves africains jusqu’en Indonésie et en Chine.

  • 13  M.C Horton, H.W. Brown, N. Mudida, 1996.
  • 14  F. Chami, 1994.
  • 15  J.B. Fleisher, S. Wynne-Jones, 2011.

6La présence de la céramique dite Tana13, ou Triangular Incised Ware14, de la côte kenyane au Mozambique – et dans le sud de Madagascar – révèle l’extension des réseaux d’échanges. Si Mark Horton a fait remarquer que cette poterie se répand à partir de l’aire du proto-Swahili (côte kenyane), cette origine demeure débattue, et il paraît discutable de relier sa diffusion à celle d’une langue ; le processus de diffusion reflète aussi probablement l’extension de « pratiques de consommation particulières » et de nouvelles structures sociales15.

  • 16  P. Sinclair et al., 2012 ; M. Wood, 2011 ; et ce numéro.
  • 17  « La mer des Zanj se termine avec le pays de Sofala et le Waqwaq, qui produit de l’or et beaucoup (...)

7L’importance du littoral de l’actuel Mozambique, et du site de Chibuene en particulier, est frappante pour cette époque. Elle pourrait être en rapport avec l’exploitation de ressources métalliques (cuivre, puis or) et la demande en ivoire. Marilee Wood a souligné l’abondance des perles importées (du golfe Persique sans doute) par le site de Chibuene, perles que l’on retrouve jusqu’au Botswana et qui témoignent de réseaux océaniques particuliers16. La première mention d’une exploitation de l’or se trouve dans Masʿūdī, mais elle est certainement plus ancienne17.

  • 18  Voir J.-C. Ducène, dans ce numéro.

8Des voyages austronésiens se poursuivent vers l’ouest de l’océan Indien, voyages qui s’inscrivent dans la phase de croissance globale des échanges. Les Austronésiens atteignent ainsi les Comores et Madagascar vers le viie ou viiie siècle. Un texte d’Al-Jahiz (ixe siècle) parle des « attaques navales organisées par le souverain d’az-Zābaj [Srīwijaya], capable d’envoyer mille barques en expédition punitive ». Selon al-Sīrāfī – dans un ouvrage que l’on appelait Le Livre des Merveilles de l’Inde18 –, en 945, les « gens de Waqwaq » (venus sans doute de Sumatra, d’abord pour se procurer des esclaves) auraient attaqué – en vain – Qanbalū. Jean-Charles Ducène signale en outre une autre anecdote d’al-Sīrāfī, rapportée dans l’encyclopédie d’al-Umarī (xive siècle), selon laquelle « il arriva que le roi de Sribuza [Srīwijaya] s’en aille faire la guerre aux souverains des Zanj/du Zabag », pays qu’il n’est pas interdit de situer en Afrique orientale.

  • 19 A. Rougeulle, 2004 ; M. Regert et al., 2008.

9La désintégration des deux empires tang et musulman aux ixe et xe siècles se traduit par un repli global du système-monde et une réorganisation des réseaux qui, dans l’océan Indien, profite à l’Égypte fatimide et à la mer Rouge, alors que le golfe Persique voit son influence diminuer. Le port musulman de Daybul (Sind) et le Gujarat acquièrent une importance nouvelle dans les réseaux de l’océan Indien occidental, dont on commence à mieux percevoir l’impact sur la côte est-africaine, comme le montrent Jason Hawkes et Stephanie Wynne-Jones dans ce numéro. La demande de ces régions en produits de l’Afrique de l’Est – notamment en or, mais aussi en ivoire et en copal – soutient l’activité de la côte des Zanj et une première expansion vers les Comores et Madagascar au ixe-xe siècle. Le littoral est-africain adopte l’utilisation du corail taillé pour les constructions, selon une technique venue de la mer Rouge. Inscrites dans le champ des monnaies islamiques, de minuscules pièces en argent ont été exhumées à Shanga, avec lesquelles des pièces émises à Pemba, à Zanzibar, à Mafia et à Kilwa semblent en continuité. Une influence de l’Égypte fatimide et de la cité de Daybul a été proposée pour ces monnaies, mais John Perkins (dans ce numéro) souligne que ces monnaies présentent aussi des caractéristiques locales, notamment des formules rythmées, que l’on retrouve dans le domaine fatimide, mais à une date plus tardive (ici, de plus, les formules sont écrites des deux côtés de la pièce). Le golfe Persique conserve en outre une influence significative sur le rivage oriental de l’Afrique, comme le montrent les céramiques du golfe retrouvées de Shanga à Chibuene et, en sens inverse, les céramiques africaines découvertes sur le site hadrami de Sharma, daté du xe-xiie siècle et sans doute fondé par des Persans. Celui-ci a aussi livré de grandes quantités de copal19. Hawkes et Wynne-Jones (dans ce numéro) notent la présence probable de marchands et d’artisans indiens sur la côte est-africaine. En effet, de la poterie indienne a été exhumée sur certains sites, tels Manda et Unguja Ukuu, et une influence indienne est perceptible sur un site comme Shanga, au tournant des xe et xie siècles, dans le percement des perles et la métallurgie ; le littoral livre en outre des perles en cornaline à partir du viie siècle, qui pourraient venir du Gujarat.

  • 20  D. Nurse, T.J. Hinnebusch, 1993, p. 494.
  • 21  Voir C. Allibert dans ce numéro.

10L’expansion africaine vers les îles induit une séparation des langues swahili et comorienne vers le ixe siècle20. Aux Comores, la rencontre entre locuteurs bantous et austronésiens permet l’épanouissement d’une culture mixte, dite Dembeni, du nom d’un site de Mayotte (viiie-xiie siècle) qui est en relation à la fois avec Madagascar, l’Afrique de l’Est et le golfe Persique21. Claude Allibert, toutefois, n’exclut pas une présence humaine plus ancienne aux Comores et note en outre que des contacts avec le golfe Persique permettent dès la fin du Ier millénaire les apports de céramiques islamiques et chinoises ; il signale aussi la présence de quelques poteries indiennes.

  • 22  C. Radimilahy, 1998.
  • 23  Ibn Rusteh cité par A. Miquel, t. II, 1975, p. 178.

11L’archéologie et les textes révèlent l’existence de contacts entre Madagascar et le monde musulman aux ixe et xe siècles. Le site de Mahilaka (nord-ouest de Madagascar) montre des céramiques importées du golfe (et des poteries chinoises) dès les premiers niveaux22, et Ibn Rusteh rapporte l’importation d’« œufs qu’on eût dits d’autruche », référence à l’Aepyornis23, un oiseau évoqué par ailleurs par Al-Sīrāfī. Il n’est pas anodin que dans cette période le terme « Waqwaq » dans les ouvrages arabo-persans désigne à la fois des îles de l’Asie du Sud-Est, Madagascar et la côte de Sofala, témoignage d’une reconnaissance de l’extension de réseaux austronésiens et d’une communauté de culture.

12À partir de la fin du xe siècle, le système-monde afro-eurasien connaît une nouvelle période d’essor, impulsé par la réunification de la Chine, par la dynastie Song, et l’activité d’États ou de marchands de l’Inde (thalassocratie et guildes chola, Gujaratis…). Cet essor est en outre favorisé par une montée globale des températures, dans ce qu’on appelle pour l’Europe l’« optimum climatique médiéval », réchauffement qui s’accompagne d’un renforcement du système des moussons dans l’océan Indien. L’avènement du xiiie siècle marque ensuite un moment de crise et de restructuration, mais l’économie connaît un apogée dans les premières décennies du xive siècle.

  • 24  R. Pouwels, 1987.
  • 25  É. Vallet, 2010.
  • 26  G. Scheurs et al., 2011. Sur ce point, Bing Zhao se montre très prudente (dans ce numéro).
  • 27  Voir le numéro spécial d’Études Océan Indien consacré au site de Vohémar (n°46-47, 2011).

13La culture swahili se développe pleinement dans cette période, notamment à compter du xiiie siècle, une expansion que reflète pour une part le mythe shirazi24. L’islam progresse alors dans tout l’océan Indien. Constitué de différents courants, il est désormais présent en Afrique orientale dans des sites de tailles diverses. Pour James Allen (1993) et John Middleton (1992), le système royal shirazi développe un modèle en opposition avec le « patriciat collectif » dit waungwana des cités-États swahili de la côte nord, mais les données dont nous disposons datent essentiellement des périodes récentes, et notamment du xixe siècle, et il convient d’être prudent avec ce type d’interprétations historiques. Si la mer Rouge semble prééminente dans le commerce de l’océan Indien occidental, les relations du golfe Persique avec la côte swahili demeurent toutefois importantes. Égyptiens et Yéménites sont impliqués dans les échanges : une céramique noir-sur-jaune, caractéristique du Yémen, apparaît ainsi à partir de 1250 sur le littoral africain, aux Comores et à Madagascar, révélant l’importance nouvelle de l’Arabie du Sud-Ouest sous la dynastie rasūlide du Yémen – dont la place dans les échanges a été magistralement étudiée par Éric Vallet25. Parallèlement aux Arabo-Persans, des Indiens viennent commercer sur les côtes africaines et s’y établissent. Vers 1030, al-Bīrūnī met en relief l’importance de Somanāt (Gujarat) comme port de transit pour les marins qui naviguent entre Afrique et Orient. Des Chinois eux-mêmes, actifs dans l’océan Indien à l’époque des Song du Sud puis des Yuan, fréquentaient peut-être la côte d’Afrique, voire Madagascar26, ici sans doute à partir de Java. Des populations d’Afrique de l’Est et des marchands arabes continuent à migrer vers les Comores et les côtes malgaches, où arrivent aussi de nouveaux migrants austronésiens qui contribuent à l’essor de la ville de Vohémar27, dans le nord-est de l’île, et à la formation de royaumes développant une riziculture intensive.

  • 28  I. Pikirayi, 2001.
  • 29  M. Wood, 2011 ; et ce numéro.
  • 30  Voir aussi P. Robertshaw et al., 2010.

14Les cités-États swahili s’appuient sur le commerce, mais développent aussi divers artisanats (une industrie textile notamment) et l’agriculture. Des États émergent en outre en Afrique du Sud-Est (notamment le royaume de Mapungubwe, puis celui du Grand Zimbabwe28), dans la région du fleuve Limpopo, en connexion avec l’exploitation de l’or et l’exportation d’ivoire, d’une part, l’essor d’échanges régionaux et celui de l’élevage, d’autre part. Marilee Wood montre que l’importation de perles dans cette région signale à nouveau des changements dans les réseaux océaniques, avec des assemblages qui diffèrent pour une large part de ceux de la côte orientale plus au nord29. Les perles de la série Zhizo (Schroda, Chibuene) provenaient du golfe Persique ; les perles de Bambandyanalo, du type « indo-pacifique », seraient importées de la côte du Coromandel, et peut-être (avant le xiiie siècle) d’Asie du Sud-Est. L’origine des perles de Mapungubwe, de même que celle des perles de la « série Grand Zimbabwe », est encore incertaine (peut-être gujarati)30. À compter du xiiie siècle surtout, la cité-État de Kilwa contrôle le commerce de l’or, contrôle qui lui donne un pouvoir de négociation inédit avec les traitants étrangers.

  • 31  J.B Fleisher, 2003 ; J.B Fleisher, S. Wynne-Jones, 2011 ; B. Zhao, 2012.

15L’archéologie permet aujourd’hui une meilleure compréhension des sociétés est-africaines. On s’intéresse désormais non seulement aux « villes de pierre » swahili mais aussi aux bourgades construites en matériaux végétaux, et aux relations entre côte et intérieur. La recherche tente par ailleurs de mieux saisir les changements sociaux, que peut révéler par exemple l’évolution des poteries31. Il convient toutefois de garder à l’esprit que des biens essentiels comme les textiles ou les esclaves sont invisibles archéologiquement. Les textiles jouaient un rôle essentiel pour la construction de réseaux de clientèle qui permettaient les échanges entre les cités swahili et l’arrière-pays. Concernant les esclaves, on sait par les textes qu’une traite se maintient sur toute la côte, puis à partir des îles Comores et de Madagascar.

16Dans les années 1320-1330, le système-monde connaît un déclin brutal, exacerbé par un refroidissement climatique, avant que des épidémies de peste parties de la Chine ne balaient l’Ancien Monde à partir de 1346. La côte swahili est elle aussi touchée ; Kilwa paraît se dépeupler à cette période ; la grande mosquée, qui s’effondre dans le courant du xive siècle, n’est pas reconstruite avant le siècle suivant, et le palais du sultan, Husuni Kubwa, est abandonné avant d’être totalement terminé.

  • 32  M.C. Horton, J. Middleton, 2000 ; T. Vernet, 2005.

17La récession se prolonge pendant six ou sept décennies, puis la production et les échanges connaissent une nouvelle croissance à la fin du xive siècle. Elle est impulsée par le rebond de la Chine sous les Ming, l’expansion de l’Empire ottoman, l’activité d’États indiens qui émergent après l’effondrement du sultanat de Delhi, par des cités-États (Malacca, Calicut, Ormuz...), et par une Europe en plein développement. Cette nouvelle phase de croissance est sensible au niveau de l’Afrique de l’Est. On note de manière générale un nouvel essor des villes swahili, accompagné de certaines transformations sociales, dont seraient peut-être partie prenante des ibadites (à Pate) mais surtout des Hadramis porteurs d’un islam sunnite orthodoxe32. Les deux éléments essentiels qui fondent le pouvoir des « villes de pierre » (commerce à longue distance et islam) sont visuellement associés au xve siècle par l’insertion de bols et d’assiettes importés (de Chine notamment) dans les murs des mosquées et des tombes.

  • 33  B. Zhao, 2011.

18Des navires chinois appartenant aux grandes flottes lancées dans l’océan Indien à partir de 1403 visitent Mogadiscio et Malindi, contribuant à l’apport de ces porcelaines chinoises (bleu-et-blanc), désormais présentes en quantités significatives dans beaucoup de villes de la côte est-africaine, ainsi qu’aux Comores et à Madagascar. Cette poterie est apportée aussi par les Persans, les Arabes et les Indiens, avec des tissus, des céramiques islamiques, du verre et des produits agricoles33.

19Des mutations régionales sont discernables vers le milieu du xve siècle, initiées par un refroidissement climatique global, corrélé à une baisse de l’activité solaire et à l’explosion du volcan Kuwae au Vanuatu. Ainsi, en Afrique orientale, l’État du Grand Zimbabwe entre en déclin – également pour des raisons internes –, déclin qui contribue à un affaiblissement de la ville côtière de Kilwa, dont tirent parti des cités plus au nord, comme Mombasa, Malindi et Pate.

  • 34  T. Vernet, 2009.
  • 35  Langany : du persan lang, « lieu de halte d’une caravane », la finale -ni représentant le locatif (...)

20Un nouvel essor est perceptible dans la dernière partie du xve siècle, dans tout l’océan Indien et par conséquent sur le rivage est-africain. L’exploitation de l’or, généralement contrôlée par les souverains, se poursuit dans les États qui succèdent à celui du Grand Zimbabwe (Mutapa, Butua, Manica...). L’ivoire demeure également un article d’exportation majeur, particulièrement de la part des Gujaratis, dont on constate la montée en puissance dans les réseaux océaniques ; les Portugais signaleront leurs navires dans les principaux ports de la côte. Si la traite est seulement évoquée de manière sporadique par les sources écrites après le xe siècle, elle ne disparaît pas : dans les premières années du xvie siècle, les Portugais indiquent que des esclaves venant d’Afrique de l’Est mais aussi de Madagascar sont acheminés vers l’Arabie, l’Inde ou l’Asie orientale34. L’essor de la culture des cités-États swahili induit une intégration croissante des périphéries de la côte africaine dans le système-monde. De nouveaux établissements côtiers apparaissent aux Comores et à Madagascar, en connexion avec la côte africaine : une architecture en pierre similaire à ce que l’on observe dans les villes swahili s’y développe (époque dite « classique » des Comores). Si Mahilaka apparaît en déclin, une cité nouvelle se crée à Langany (nord-ouest de Madagascar), où arrivent des caravanes amenant des Hautes Terres bœufs et esclaves35.

  • 36  É. Vallet, 2015.
  • 37  T. Vernet, 2005, p. 153 ; 2015.

21Navires et marchands swahili traversent aussi l’océan, mais en petit nombre. Voyagent aussi des pèlerins et des étudiants en religion. Au xive siècle, Ibn Battūta (1341) rencontre à Hili, sur la côte du Malabar, un uléma de Mogadiscio qui a passé quatorze ans à La Mecque et à Médine, et séjourné en Inde et Chine. Un siècle plus tard, al-Maqrizi rencontre à La Mecque un qadi de Lamu et, selon la Chronique de Kilwa, différents sultans de la cité font le pèlerinage à La Mecque – par exemple le sultan Hasan bin Husain en 1411 (ce qui est confirmé par des sources arabes) –, et un héritier du trône de Kilwa passe deux ans à Aden à « étudier les sciences spirituelles36 ». Il y a toutefois peu de données sur les pèlerinages de Swahili vers le Yémen et le Hijāz, soit parce que les sources sont ici lacunaires, soit parce que ces voyages vers l’Arabie ne sont pas si fréquents. Sur le plan du commerce, le Persan Abd el-Razzaq, en 1441, signale le pays des Zanj parmi les pays qui envoient des traitants et des biens à Hormuz. Plus tard, au début du xvie siècle, « le sultan de Malindi, en 1515, demanda l’autorisation d’envoyer l’un de ses navires à Goa37 » et, la même année, le Portugais Tome Pires signale la présence à Malacca de « gens de Kilwa, Malindi, Mogadiscio et Mombasa ». Parmi les maîtres de navigation de la « mer de l’Inde », à la fin du xve siècle, le pilote arabe Ibn Mājid mentionne les Arabes, les gens d’Hormuz, les Indiens de la côte ouest, les Chola (du sud-est de l’Inde) et les Zanj (Africains de l’Est).

  • 38  Id., 2005.

22Contrairement à ce qui a souvent été écrit, l’irruption des Portugais dans l’océan Indien ne bouleverse que pour une courte période les réseaux d’échanges. En Afrique de l’Est, elle contribue non pas à un affaiblissement de la culture des cités-États swahili, mais plutôt à une reconfiguration des réseaux qui profite à l’archipel de Lamu et surtout à la ville de Pate, celle-ci tirant parti de sa situation au confluent des sphères d’interaction portugaise et arabe38.

Haut de page

Bibliographie

Abu-Lughod, J., 1989, Before European hegemony. The World System A.D. 1250-1350, New York, Oxford, Oxford University Press.

Allen, J. de V., Swahili Origins : Swahili Culture & the Shungwaya Phenomenon, Londres, James Currey Publishers, Nairobi, E.A.E.P., Athens, Ohio University Press, 1993.

Beaujard, P., 2007, « East Africa, the Comoros islands and Madagascar before the Sixteenth Century : On a neglected part of the world-system », Azania, XLII, « The Indian Ocean as a cultural community », p. 15-35.

Beaujard, P., 2012, Les mondes de l’océan Indien. Vol. 1 : De la formation de l’État au premier système-monde afro-eurasien (4e millénaire av. J.-C.-6e siècle apr. J.-C.). Vol. 2 : L’océan Indien au cœur des globalisations de l’Ancien Monde, Paris, Armand Colin.

Blench, R., 2010, « New evidence for the Austronesian impact on the East African coast », in C. Anderson, J. Barrett, K. Boyle (éd.), The Global Origins and Development of Seafaring (Proceedings of the Conference held in Cambridge, 19th-21st september 2007), Cambridge, McDonald Institute Monographs, p. 239-248.

Boivin, N., Crowther, A., Helm, R., Fuller, D.Q., 2013, « East Africa and Madagascar in the Indian Ocean world », Journal of World Prehistory, 26, p. 213-281.

Boussac, M.-Fr., Salles, J.-Fr., Yon, J.-B. (éds), 2012, Autour du Périple de la mer Érythrée, Topoi. Orient-Occident, Supplément 11, Lyon.

Casson, L., 1989, Periplus Maris Erythreai, Princeton, Princeton University Press.

Chaudhuri, K.N., 1985, Trade and Civilization in the Indian Ocean. An Economic History from the Rise of islam to 1750, Cambridge, Cambridge University Press.

Dewar, R.E., Radimilahy, C., Wright, H.T., Jacobs, Z., Kelly, G.O., Berna, F., 2013, « Stone tools and foraging in Northern Madagascar challenge Holocen extinction models », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 110 (31), p. 12583-12588.

Fleisher, J.B., 2003, Viewing Stonetowns from the Countryside : An Archaeological Approach to Swahili Regional Systems, AD 800-1500, PhD, University of Virginia.

Fleisher, J.B., Wynne-Jones, S., 2011, « Ceramics and the Early Swahili : Deconstructing the Early Tana tradition », African Archaeological Review, 28, p. 245-278.

Fuller, D.Q., 2003, « African crops in Prehistoric South Asia : A critical review », in K. Neumann, A. Butler, S. Kahlhaber (éd.), Food, Fuel and Fields : Progress in African Archaeobotany, Cologne, Heinrich-Barth Institut, p. 239-271.

Fuller, D.Q., Boivin, N., 2009, « Crops, cattle and commensals across the Indian Ocean : Current and potential archaeobiological evidence », Études Océan Indien, 42-43, p. 13-46.

Fuller, D.Q., Boivin, N., Hoogervorst, T., Allaby, R., 2011, « Across the Indian Ocean : The Prehistoric movement of plants and animals », Antiquity, 85, p. 544-558.

Gommery, D., Ramanivosoa, B., Faure, M., Guerin, C., Kerloc’h, P., Senegas, F., Randrianantenaina, H., 2011, « Les plus anciennes traces d’activités anthropiques de Madagascar sur des ossements d’hippopotames subfossiles d’Anjohibe (province de Mahajanga) », Comptes Rendus Palevol, 10 (4), p. 271-278.

Horton, M.C., 2001, « The Islamic conversion of the Swahili coast 750-1500 : Some archaeological and historical evidence », in B. S. Amoretti (éd.), Islam in East Africa : New Sources, Rome, Herder, p. 449-469.

Horton, M.C., Brown, H.W., Mudida, N., 1996, Shanga. The Archaeology of a Muslim Trading Community on the Coast of East Africa, Londres, British Institute in Eastern Africa.

Horton, M.C., Middleton, J., 2000, The Swahili. The Social Landscape of a Mercantile Society, Oxford-Malden, Blackwell Publishers.

Juma, A.M., 2004, Unguja Ukuu on Zanzibar. An Archaeological Study of Early Urbanism, Studies in Global Archaeology 3, Uppsala, Uppsala University.

Al-Mas‘ūdī, 1962, 1965, Les prairies d’or, trad. Ch.-A.-C. Barbier de Meynard et A. Pavet de Courteille, rev. et corr. par Ch. Pellat, 2 t., Paris, Société asiatique.

Middleton, J., 1992, The world of the Swahili, an African mercantile civilization, New Haven, Yale University Press.

Miquel, A., 1975, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle, t. II : Géographie arabe et représentation du monde : la terre et l’étranger, Paris/La Haye, École des hautes études en sciences sociales/Mouton.

Nurse, D., Hinnebusch, T.J., 1993, Swahili and Sabaki. A Linguistic History, avec un addendum de Gérard Philippson, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press.

Pikirayi, I., 2001, The Zimbabwe Culture. Origins and Decline in Southern Zambezian States, Walnut Creek, Altamira Press.

Pouwels, R.L., 1987, Horn and Crescent, Cultural Change and Traditional Islam on the East African Coast, 800-1900, Cambridge, Cambridge University Press.

Radimilahy, C., 1998, Mahilaka. An Archaeological Investigation of an Early Town in Northwestern Madagascar, Uppsala, Uppsala University, Department of Archaeology and Ancient History.

Rakotoarisoa, J-A., Allibert, C., 2011, Vohémar, cité-État malgache, Études océan Indien, n° 46-47.

Scheurs, G., Evers, S., Radimilahy, C., Rakotoarisoa, J.-A., 2011, « The Rasikajy civilization in Northeast Madagascar : A pre-European Chinese community ? », Études Océan Indien, « Vohémar, cité-État malgache », 46-47, p. 107-132.

Sheriff, A., 2005, « Slave trade and slave routes of the East African coast », in B. Zimba, E. Alpers, A. Isaacman (éd.), Slave Routes and Oral Tradition in Southeastern Africa, Maputo, Filsom Entertainment Ltd, p. 13-38.

Sinclair, P., Ekblom, A., Wood, M., 2012, « Trade and society on the South-East African coast in the Latter First Millennium AD : The case of Chibuene », Antiquity, 86, p. 723-737.

Vallet, É., 2010, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne.

Vernet, T., 2005, Les cités-États swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810. Dynamiques endogènes, dynamiques exogènes, thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Vernet, T., 2009, « Slave trade and slavery on the Swahili coast (1500-1750) », in B.A. Mirrai, I.M. Montana, P. Lovejoy (dir.), Slavery, Islam and Diaspora, Trenton (NJ), Africa World Press, p. 37-76.

Vernet, T., 2015, « East African travellers and traders in the Indian Ocean : Swahili ships, Swahili mobilities ca. 1500-1800 », in M. Pearson (dir.), Trade, Circulation and Flow in the Indian Ocean World, New York, Palgrave Macmillan, p. 167-202.

Wood, M., 2011, Interconnections : Glass Beads and Trade in Southern and Eastern Africa and the Indian Ocean — 7th to 16th Centuries AD, Uppsala, Uppsala University, Department of Archaeology and Ancient History.

Zhao, B., 2011, « Vers une expertise plus fine et une approche plus historique de la céramique chinoise de la nécropole de Vohémar », Études Océan Indien, « Vohémar, cité-État malgache », 46-47, p. 91-103.

Zhao, B., 2012, « Global trade and Swahili cosmopolitan material culture : Chinese-Style ceramic shards from Sanje ya Kati and Songo Mnara (Kilwa, Tanzania) », Journal of World History, 23 (1), p. 41-86.

Haut de page

Notes

1  N. Boivin et al., 2013.

2  D. Fuller, 2003.

3  D. Gommery et al., 2011 ; R. Dewar et al., 2013.

4  N. Boivin, D. Fuller, 2009 ; D. Fuller et al., 2011.

5  R. Blench, 2010.

6 L. Casson, 1989. Pour une relecture et une réinterprétation des origines du Périple, voir M.F. Boussac et al., 2012.

7  P. Beaujard, 2012, vol. 1.

8  Claude Allibert (dans ce numéro) suggère même une connaissance des Comores et de Madagascar par le monde romain.

9  M.C Horton, H.W. Brown, N. Mudida, 1996.

10  A. M. Juma, 2004.

11  M.C Horton, H.W. Brown, N. Mudida, 1996 ; M.C Horton, 2001.

12  Toutefois, malgré l’appellation de « Zanj », qui désigne d’abord les populations d’Afrique orientale (au sud de la Corne), les révoltés n’étaient pas tous des esclaves originaires de la côte swahili (A. Sheriff, 2005, p. 15 et 18).

13  M.C Horton, H.W. Brown, N. Mudida, 1996.

14  F. Chami, 1994.

15  J.B. Fleisher, S. Wynne-Jones, 2011.

16  P. Sinclair et al., 2012 ; M. Wood, 2011 ; et ce numéro.

17  « La mer des Zanj se termine avec le pays de Sofala et le Waqwaq, qui produit de l’or et beaucoup d’autres choses merveilleuses » (Masʿūdī, t. II, 1965, p. 322-323).

18  Voir J.-C. Ducène, dans ce numéro.

19 A. Rougeulle, 2004 ; M. Regert et al., 2008.

20  D. Nurse, T.J. Hinnebusch, 1993, p. 494.

21  Voir C. Allibert dans ce numéro.

22  C. Radimilahy, 1998.

23  Ibn Rusteh cité par A. Miquel, t. II, 1975, p. 178.

24  R. Pouwels, 1987.

25  É. Vallet, 2010.

26  G. Scheurs et al., 2011. Sur ce point, Bing Zhao se montre très prudente (dans ce numéro).

27  Voir le numéro spécial d’Études Océan Indien consacré au site de Vohémar (n°46-47, 2011).

28  I. Pikirayi, 2001.

29  M. Wood, 2011 ; et ce numéro.

30  Voir aussi P. Robertshaw et al., 2010.

31  J.B Fleisher, 2003 ; J.B Fleisher, S. Wynne-Jones, 2011 ; B. Zhao, 2012.

32  M.C. Horton, J. Middleton, 2000 ; T. Vernet, 2005.

33  B. Zhao, 2011.

34  T. Vernet, 2009.

35  Langany : du persan lang, « lieu de halte d’une caravane », la finale -ni représentant le locatif swahili.

36  É. Vallet, 2015.

37  T. Vernet, 2005, p. 153 ; 2015.

38  Id., 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Beaujard, « L’Afrique de l’Est et les réseaux d’échanges océaniques entre les Ier et XVe siècles », Afriques [En ligne], 06 | 2015, mis en ligne le 25 décembre 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1996 ; DOI : 10.4000/afriques.1996

Haut de page

Auteur

Philippe Beaujard

Directeur de recherche CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org