Navigation – Plan du site

Oralité et écriture dans les chroniques dynastiques d’Afrique de l’Ouest

Jean Boulègue

Résumés

Les chroniques dynastiques ouest-africaines, qu’elles soient écrites ou orales, sont construites sur la base du règne, qui en fournit le découpage, tandis que le roi est au cœur du récit. L’islamisation n’y a introduit ni l’ère hégirienne ni l’année lunaire. Elles utilisent l’année solaire, avec son rythme saisonnier, et un système chronologique dont la date-repère se situe à la fin de l’échelle du temps, à savoir l’avènement du roi régnant. La royauté est bien le principe régulateur de ces chroniques et le choix du mode de transmission (oralité ou écriture) ne le dément pas : il ne dépend pas de la connaissance de l’écriture mais de rapports de force socio-politiques et des choix du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. Devisse, 1985, p. 57.
  • 2  J. Devisse, 1985, p. 66.
  • 3  Ce type de société est présenté ainsi dans le même article : « L’oralité y est porteuse, sans spéc (...)
  • 4  P. Ariès, 1986, p. 88 : « L’Histoire apparaît donc à l’origine, dans la mesure où elle se sépare d (...)
  • 5  J. Devisse, 1985, p. 66.

1Pour souligner la fiabilité de certaines sources orales, Jean Devisse les qualifiait de « textes oraux » et les rapprochait des œuvres historiques écrites : « Certaines sources orales – et non des moindres – sont “écrites” et leur “texte” est invariable1. » Il les opposait en revanche à d’autres formes d’oralité dans lesquelles la mémoire est beaucoup plus malléable : « la constitution de “textes oraux” sur lesquels repose la légitimité du pouvoir se rapproche bien plus, tout compte fait, de l’accaparement de l’écrit par le pouvoir que de la transmission africaine endo-sociale2 ». En insistant sur les légitimités politiques auxquelles sont liés ces « textes oraux », Jean Devisse évoquait l’opposition entre les sociétés étatiques et d’autres sociétés où le pouvoir s’exerce selon d’autres modalités, collectives et décentralisées3, opposition qui sous-tend celle entre textes oraux et autres formes de transmission orale. Il rejoignait là Philippe Ariès pour qui l’histoire apparaît avec l’État4. Mais pour ce dernier, elle apparaît aussi, en même temps, avec l’écrit. Avec la notion de textes oraux, Jean Devisse fait bouger la frontière : « l’opposition oralité – écriture se trouve déplacée de ses situations ordinaires5 ».

  • 6  R. Chartier, 1992, p. 21.
  • 7  Ses cahiers manuscrits, actuellement en majeure partie disparus, ont été publiés dans le Moniteur (...)
  • 8  Archives nationales de France, Colonies, C6.
  • 9  J. Boulégue, 1980.

2Avec ses sociétés hiérarchisées, ses États contrôlant de vastes territoires et ses dynasties à grande profondeur chronologique, l’Afrique de l’Ouest est le lieu par excellence de ces traditions historiques orales sur lesquelles repose la légitimité des pouvoirs. Croisées avec les documents écrits, elles ont fait la preuve de la fiabilité de leur transmission sur le plan chronologique comme dans leur contenu. Certes, l’usure de la mémoire provoque souvent des approximations chronologiques et des lacunes factuelles qui obligent à tempérer l’appréciation optimiste de J. Devisse et il faut rappeler, après Roger Chartier, qu’un document écrit n’est pas seulement un texte mais aussi un objet6, ce que n’est pas une tradition orale. Cependant, sous réserve de précautions critiques, ces traditions orales sont généralement très utilisables. C’est le cas, notamment, de celles des royaumes wolof de l’actuel Sénégal qui n’ont été recueillies et mises par écrit, en français, qu’à la fin du xixsiècle, par un historien sénégalais, Yoro Dyao, membre de l’aristocratie locale et agent de l’administration française7. La situation géographique de ces royaumes dont les territoires s’étendaient depuis la basse vallée du fleuve Sénégal jusqu’au sud de la presqu’île du Cap-Vert, en faisait les partenaires incontournables des comptoirs européens de Saint-Louis et Gorée. Les directeurs qui ont administré ces comptoirs, aux xviie et xviiie siècles, pour le compte de compagnies de commerce, le plus souvent françaises, ont régulièrement informé les conseils d’administration de celles-ci sur les événements importants qui marquaient la vie politique des royaumes wolof. Parmi ces informations, les archives des compagnies nous livrent les noms des rois ainsi que les dates de leurs règnes8. La tradition orale, de son côté, donne les durées des règnes, ce qui permet de reconstituer la datation en soustrayant les durées des règnes successifs de la date de l’avènement du dernier roi. Les recoupements entre l’oral et l’écrit aboutissent généralement, au prix de quelques réajustements, à la constitution de chroniques dynastiques cohérentes et fiables, particulièrement dans le cas du Kajoor (ou Kayor). La tradition orale de ce royaume est d’une précision et d’une exactitude étonnantes. Les dates que l’on peut obtenir à partir de ces seules données sont confirmées par celles que l’on trouve dans les archives à un an près pour le xviiie siècle et à dix ans près pour le xviie siècle9. Outre les dates qui encadrent les règnes, beaucoup d’autres événements se retrouvent dans les deux catégories de sources, à partir de points de vue évidemment différents.

  • 10  Voir D. Lange, 1977. Cet ouvrage est la chronique de la dynastie des Sefuwa qui règna du xie au xi (...)

3Le rapprochement entre une tradition orale du type de celle du Kajoor et certaines productions de l’histoire écrite peut aussi être vérifié sur un autre plan que celui de la fiabilité chronologique et factuelle à laquelle pensait Jean Devisse et confirmer plus encore son jugement. En effet, en Afrique soudanaise, ces traditions orales dynastiques ont coexisté pendant plusieurs siècles avec des histoires écrites, elles aussi dynastiques, rédigées par des lettrés locaux, dans le cadre des cours islamisées. Le cas le plus remarquable est celui du Diwān salatīn Barnū, dont Barth obtint deux copies lors de son séjour à Kukawa, capitale du Bornou, en 1851, et qui, selon lui, existait sous forme écrite depuis le xvie siècle10. Or ces productions historiques, qu’elles soient écrites ou orales, sont le plus souvent quasiment identiques par leur forme narrative, leur construction et leur gestion de la chronologie. Sur tous ces points, par exemple, la chronique du Kanem-Bornou ne diffère pas de celle du Kajoor.

4La forme narrative est celle de la chronique, au sens restreint que lui attribue Jerzy Topolski (en la distinguant de la forme annalistique) :

  • 11  J. Topolski, 1987, p. 78.

The ideal-type chronicler differs from the ideal-type annalist in that instead of writing a sequence of sentences about past events, connected only chronologically but not forming a narrative in the strict sense, he offers a text which is connected not only by an ordering on the time line from the past to the future but also by causal relations interpreted in various ways11.

5Le découpage du récit obéit à la succession des règnes. Au-delà de l’année, le règne est l’unité de temps fondamentale de ces œuvres. Il en est aussi l’unité thématique, dont le roi est le centre et l’acteur principal. C’est le règne aussi qui marque les étapes de la fabrication de tels documents : à la mort de chaque roi, les historiens de la Cour, qui pouvaient être soit des traditionnistes (« griots » dans l’usage français), soit des clercs de culture arabe, composaient une notice contenant ce qui leur semblait devoir être retenu et transmis de son règne, sous le contrôle de son successeur. La prégnance de l’idéologie monarchique sur la structure de ces chroniques est commune à l’oral et à l’écrit (si bien que l’on est souvent passé de l’un à l’autre sans en modifier le contenu) et se retrouve aussi en Europe, bien décrite par Chantal Grell :

  • 12 C. Grell, 1993, p. 210-211. Un exemple de tentative d’effacement d’un changement de dynastie (« rac (...)

L’histoire de France s’ordonnait autour des rois. Son découpage était simple : les chapitres respectaient la succession des princes, la stabilité politique étant soulignée par une numérotation continue qui effaçait les changements de race. Dans cette histoire scandée par les avènements et les décès, où le temps n’était jamais rompu et ne pouvait l’être, les changements dynastiques qui menaçaient la stabilité devaient être évoqués avec la plus grande discrétion12.

6La temporalité sur laquelle sont déployées ces données est aussi la même, qu’il s’agisse de chronique écrite ou orale. Ni l’islamisation, qui a touché à des époques plus ou moins anciennes la plupart des monarchies concernées, ni le passage à l’écrit, en langue arabe, n’ont modifié le comput du temps qui les régit. Ni le calendrier musulman, avec l’année lunaire, ni l’ère hégirienne ne se sont imposés ici. Le calendrier reste fondé sur l’année solaire, celle des calendriers soudanais traditionnels, et la chronologie prend pour date repère l’avènement du dernier roi (système qui n’est pas sans rappeler le Before Present des archéologues). Le relevé rigoureux de la durée des règnes garantit la fiabilité de l’échelle chronologique.

  • 13  P. Veyne, 1983, p. 28. Voir aussi P. Ariès, 1945 et C. Lévi-Strauss, 1971.
  • 14 D. Lange, 1977, p. 65, 95-97.
  • 15  H. Gaden, 1912 et J. Boulégue, 1987, p. 24-26.

7La mise en place d’une chronologie linéaire n’écarte pas la référence à un autre temps, celui du mythe, propre à l’épisode fondateur. Philippe Ariès, Claude Lévi-Strauss, Paul Veyne ont montré l’irréductibilité du temps du mythe à la chronologie, le mythe se situant « dans un passé sans âge, dont on savait seulement qu’il était antérieur, extérieur et hétérogène au temps actuel13 ». Les deux temporalités se retrouvent dans les chroniques ouest-africaines, orales comme écrites, et elles s’articulent de la même façon. Le mythe d’origine, disposé au début du récit, est manifestement hors d’atteinte de la chronologie qui se déroule ensuite. Ainsi le héros fondateur du Kanem-Bornou (plus exactement de la dynastie sefuwa) est un Yéménite du vie siècle, devenu un personnage de la littérature épique arabe, emprunté donc à celle-ci par la chronique et gratifié d’une parenté avec la dynastie abbasside14. Celui qui est à l’origine de l’ensemble des États wolof est rattaché aux Almoravides tout en empruntant des traits à un ancien culte fluvial15. Les chroniques de la monarchie française, comme l’Histoire de France de Mézeray (1643), articulaient de la même manière le mythe de Pharamond et la succession des dynasties et des règnes. Qu’il s’agisse de Pharamond ou du fondateur d’une dynastie africaine, le mythe possède une valeur étiologique :

  • 16  H. Duranton, « Les contraintes structurales de l’histoire de France : le cas Pharamond », Synthesi (...)

Le règne de Pharamond représente bien un lieu mythique, à la fois dans l’histoire et hors d’elle. L’individu par lui-même n’a guère d’importance. Mais l’historiographie monarchique a besoin de ce qu’il représente pour donner forme à toute l’histoire ultérieure. Il constitue le noyau, à la fois manifeste et caché de toute l’histoire nationale, son symbole laïque16.

  • 17  Par exemple, le Tarikh Walata (annales d’une cité du sud de l’actuelle Mauritanie), traduit et pub (...)
  • 18  Selon la typologie de J. Topolski, 1987, p. 78, c’est-à-dire fondée sur le découpage annuel et la (...)

8Des œuvres historiques élaborées, dans le même espace et à la même époque, mais dans un autre contexte et sous une autre autorité que celle des États permettent une comparaison éclairante avec les précédentes. Il s’agit de textes émanant de milieux religieux musulmans se tenant à l’écart des monarchies17. Ces textes sont écrits en arabe, comme le sont certaines chroniques dynastiques, mais ils se différencient de celles-ci par leur structure même. Empruntant la forme annalistique18, ils ne sont soumis à d’autre périodisation que celles de l’année (lunaire) et du siècle et s’inscrivent dans l’ère hégirienne. Périodisation abstraite donc, qui ignore le règne (dont le contenu s’organise autour de la personne du roi) et tout autre découpage thématique. Les événements retenus sont simplement juxtaposés, ne trouvant de raison d’être et de lien entre eux que dans la volonté divine. Liées, elles, au pouvoir monarchique, les chroniques dynastiques, écrites et orales, sont plus proches les unes des autres qu’elles ne le sont d’autres productions historiques, écrites comme orales.

Haut de page

Bibliographie

Ariès, P., 1986, Le temps de l’histoire, Paris, Seuil (1re édition 1954).

Boulègue, J., 1980, « Étude et représentation chronologique d’une tradition orale : la chronique du Kajoor », Journal des africanistes, 50, 2, p. 123-130.

Boulègue, J.,1987, Le Grand Jolof, Paris, Façades-Karthala.

Boulègue, J., 1988, « À la naissance de l’histoire écrite sénégalaise, Yoro Dyao et ses modèles », History in Africa, 15, p. 395-405.

Chartier, R., 1992, L’ordre des livres : lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre xvie et xviiie siècle, Aix-en-Provence, Alinéa.

Devisse, J., 1985, « Sur l’oralité : perplexités d’un historien », Hors-cadre, 3, p. 53-70.

Dyao, Y., 1864, « Histoire des damels du Cayor », Moniteur du Sénégal et dépendances, n°448-453.

Gaden, H., 1912, Légendes et coutumes sénégalaises. Cahiers de Yoro Dyâo, Paris, Leroux.

Grell, C., 1993, L’histoire entre érudition et philosophie. Essai sur la connaissance historique à l’âge des Lumières, Paris, PUF.

Lange, D., 1977, Chronologie et histoire d’un royaume africain, Wiesbaden, Franz Steiner.

Lévi-Strauss, C., 1971, « Le temps du mythe », Annales ESC, 3-4, p. 533-539.

Marty, P., 1927, « Les chroniques de Oualata et de Néma », Revue des études islamiques, p. 355-426 et 531-575.

Rousseau, R., 1929, « Le Sénégal d’autrefois. Étude sur le Oualo. Cahiers de Yoro Dyâo », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF, p. 133-211.

Rousseau, R., 1933, « Le Sénégal d’autrefois. Étude sur le Cayor. Cahiers de Yoro Dyâo », Bulletin du Comité d'études historiques et scientifiques de l'AOF, p. 237-297.

Rousseau, R., 1940, « Le Sénégal d’autrefois. Seconde étude sur le Cayor (compléments tirés des manuscrits de Yoro Dyâo) », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF, p. 79-144.

Topolski, J., 1987, « Historical narrative : towards a coherent structure », History and Theory, 26, p. 75-86.

Veyne, P., 1992, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Seuil (1re édition 1983).

Haut de page

Notes

1  J. Devisse, 1985, p. 57.

2  J. Devisse, 1985, p. 66.

3  Ce type de société est présenté ainsi dans le même article : « L’oralité y est porteuse, sans spécialisation de porteurs et sans frontières subtiles entre genres de productions émises, de l’éducation, de la technologie, de la vie juridique et constitutionnelle, de la science politique et aussi de ce que nous nommons littérature ; elle inclut dans ses généalogies et ses récits d’origine les pactes sociaux et leurs périodiques remaniements. Ceci postule – le rêve de Rousseau – que ces sociétés soient de petit nombre et fortement autogérées » (J. Devisse,1985, p. 62).

4  P. Ariès, 1986, p. 88 : « L’Histoire apparaît donc à l’origine, dans la mesure où elle se sépare du mythe intemporel, comme la chose des princes et des scribes. » En amont de cette opinion, voir La raison dans l’histoire de Hegel (1828).

5  J. Devisse, 1985, p. 66.

6  R. Chartier, 1992, p. 21.

7  Ses cahiers manuscrits, actuellement en majeure partie disparus, ont été publiés dans le Moniteur du Sénégal (1864) puis par H. Gaden (1912) et R. Rousseau (1929, 1933, 1940). Sur cet auteur, voir J. Boulégue, 1988.

8  Archives nationales de France, Colonies, C6.

9  J. Boulégue, 1980.

10  Voir D. Lange, 1977. Cet ouvrage est la chronique de la dynastie des Sefuwa qui règna du xie au xixe siècle sur un vaste État du Soudan tchadien, centré successivement sur le Kanem et sur le Bornou, respectivement situés au nord et au sud du lac Tchad. Cette chronique reprend aussi l’histoire de la dynastie des Duguwa qui avait précédé les Sefuwa. D. Lange estime qu’elle a pu être composée par écrit dès le xiiie siècle.

11  J. Topolski, 1987, p. 78.

12 C. Grell, 1993, p. 210-211. Un exemple de tentative d’effacement d’un changement de dynastie (« race » dans l’ancien usage français) se rencontre dans la chronique du Kanem-Bornou lors du passage des Duguwa aux Sefuwa. D. Lange, 1977, p. 181-183.

13  P. Veyne, 1983, p. 28. Voir aussi P. Ariès, 1945 et C. Lévi-Strauss, 1971.

14 D. Lange, 1977, p. 65, 95-97.

15  H. Gaden, 1912 et J. Boulégue, 1987, p. 24-26.

16  H. Duranton, « Les contraintes structurales de l’histoire de France : le cas Pharamond », Synthesis, IV, Bucarest, 1977, p. 161, cité par C. Grell, 1993, p. 210.

17  Par exemple, le Tarikh Walata (annales d’une cité du sud de l’actuelle Mauritanie), traduit et publié (sous le titre de « chroniques ») par Paul Marty (1931).

18  Selon la typologie de J. Topolski, 1987, p. 78, c’est-à-dire fondée sur le découpage annuel et la simple juxtaposition des événements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Boulègue, « Oralité et écriture dans les chroniques dynastiques d’Afrique de l’Ouest », Afriques [En ligne], 01 | 2010, mis en ligne le 21 avril 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/226 ; DOI : 10.4000/afriques.226

Haut de page

Auteur

Jean Boulègue

Professeur honoraire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org