Navigation – Plan du site
Définition et histoire d’une frontière

La frontière entre le bilād al-islām et le bilād al-Nūba : enjeux et ambiguïtés d’une frontière immobile (VIIe-XIIe siècle)

The frontier between bilād al-islām and bilād al-Nūba: issues and ambiguities of fixed boundary (seventh-twelfth century)
Robin Seignobos

Résumés

Le bilād al-Nūba occupe dans la nomenclature juridique et idéologique arabo-musulmane une position particulière. L’échec de la conquête de la Nubie au viie siècle a débouché sur la signature d’un traité de paix unique qui a fait de cet espace un territoire à part. Ces spécificités ne resteront pas sans effet sur l’appréhension de la frontière qui sépare les pays d’Islam de la Nubie. S’efforçant de définir la limite du bilād al-islām, les géographes arabes semblent unanimes à désigner Assouan comme la dernière ville frontière de l’islam chargée de défendre l’Égypte de l’ennemi latent que demeure, malgré la paix, le pays des Nubiens. Néanmoins, en examinant plus attentivement ces témoignages, ce dispositif frontalier se révèle en réalité plus complexe. Il se structure autour d’un élément naturel, la première cataracte, qui, loin de constituer la barrière infranchissable que certains de ces auteurs souhaiteraient y voir, forme plutôt un espace de transition entre ces deux mondes. Or, c’est justement en tirant parti des porosités de cette frontière que l’islam parvient, sans que cette démarcation soit véritablement remise en question, à étendre son influence bien au-delà de celle-ci.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Égypte, Nubie, Soudan
Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie pour leurs relectures et leurs conseils Marie-Laure Derat (CFEE, Addis Abeba), Jean-Charles Ducène (Université libre de Bruxelles), Vincent Hiribarren (université de Leeds), Bertrand Hirsch (université Paris 1), Camille Lefebvre (CEMAf) et Claude Rilly (SFDAS, Khartoum).

Texte intégral

  • 1  A. Miquel, 1988.
  • 2  R.W. Brauer, 1995. Signalons également l’article de M. Tomalcheva, 1992, p. 361-368, que nous n’av (...)
  • 3  P. Chalmeta, 1991.
  • 4  C. Picard, A. Borrut, 2003.
  • 5  Les références sont bien trop nombreuses pour être toutes citées ici. On peut toutefois se reporte (...)

1Le thème de la frontière dans le monde musulman médiéval a déjà fait l’objet de nombreux travaux. Un état des lieux complet de l’historiographie dépasserait largement le cadre de la présente étude mais l’on peut néanmoins y distinguer deux principales approches. La première consiste en une analyse globale de la notion même de frontière s’appuyant sur l’analyse du lexique, des textes à teneur géographique, des récits de voyage ou des productions cartographiques. Entrent dans cette catégorie l’article, bref mais stimulant, d’A. Miquel1 ainsi que le travail de fond mené par R.W. Brauer à qui l’on doit l’analyse de la question la plus complète à ce jour2. On peut également y ajouter l’analyse du concept de ṯaġr par P. Chalmeta3 et l’étude récente de C. Picard et A. Borrut proposant une réévaluation de l’institution du ribāṭ, éminemment liée aux conceptions arabo-musulmanes de la frontière4. Parallèlement ou conjointement à ces analyses d’ensemble, certains chercheurs ont choisi d’adopter une démarche plus régionale, voire locale. Dans cette perspective, l’attention s’est surtout focalisée sur deux espaces, l’Asie Mineure et la péninsule Ibérique, où se situent les deux principaux fronts de l’Islam faisant face, respectivement, à l’Empire byzantin et aux royaumes chrétiens d’Espagne5. Dans la continuité de cette approche régionale et tout en profitant des acquis des analyses plus généralistes, nous souhaiterions ici nous intéresser à une frontière qui n’a pas jusqu’à présent attiré l’attention des spécialistes de l’islam médiéval mais dont les spécificités laissent pourtant entrevoir une appréhension de la frontière sensiblement différente de celle des fronts ibérique et asiatique.

  • 6  Notons toutefois que ce thème a récemment fait l’objet de plusieurs études détaillées pour les pér (...)
  • 7  L’île d’Éléphantine, située immédiatement en aval de la première cataracte, en face d’Assouan, éta (...)
  • 8  J. Cuoq, 1982, p. 74-76. Notons néanmoins qu’un siècle auparavant, en 1173, les Ayyoubides avaient (...)

2La frontière entre l’Égypte et la Nubie n’a en effet jamais suscité d’études qui lui soient directement consacrées, du moins pour la période médiévale6. Elle est plutôt traitée comme un donné, un préalable acquis que l’on évoque succinctement pour mieux situer son propos dans l’espace. On ne peut, il est vrai, nier l’extraordinaire continuité de cette limite, localisée dès le IIIe millénaire av. J.-C. au niveau de la première cataracte7. Les conquérants arabes, au milieu du viie siècle, ont d’ailleurs dû eux aussi se résigner, face à la résistance des Nubiens, à stabiliser le front au niveau de la ville d’Assouan, située immédiatement en aval de la première cataracte. La frontière ne connaîtra plus ensuite de modifications durables avant l’arrivée au pouvoir des Mamelouks qui annexent le royaume nubien de Makuria en 12768. Cette continuité, réelle quant à sa localisation, a cependant eu pour corrélat l’idée que les différents peuples et pouvoirs qui se succèdent depuis l’Antiquité dans la vallée du Nil ne font finalement qu’hériter de cette frontière. Or, si les Arabes n’ont pas réussi à faire reculer l’antique limite, celle-ci est désormais appréhendée à l’aune d’un nouveau système idéologique, celui de l’Islam, porteur de ses propres conceptions de l’espace et de ses limites.

  • 9  La plupart de ces textes ont été rassemblés dans G. Vantini, 1975. Nous avons également eu recours (...)

3La perspective adoptée dans cet article sera donc essentiellement celle du monde musulman. La raison de ce choix tient d’abord à des limites documentaires puisque, hormis quelques rares inscriptions et documents découverts à l’occasion de fouilles, nous ne disposons pas de sources textuelles endogènes à partir desquelles pourraient s’appréhender les conceptions nubiennes de la frontière avec l’Égypte. En revanche, les géographes et chroniqueurs de langue arabe, du fait précisément de cette contiguïté territoriale de la Nubie et du monde musulman, ont produit un nombre relativement important de récits consacrés aux régions de la moyenne vallée du Nil9. Au sein de ces discours, l’espace, pourtant réduit, de la frontière égypto-nubienne est relativement bien traité et fait l’objet de descriptions brèves mais souvent précises et bien renseignées. Les raisons de cet intérêt tiennent bien évidemment à la nature même du projet des géographes arabes qui se focalisent sur la mamlakat al-islām, le domaine ou l’empire de l’Islam. Dans une telle perspective, la délimitation précise de cet espace  requiert une attention toute particulière.

4Or, l’examen systématique des sources permet de mettre au jour, derrière l’apparent consensus des témoignages, un certain flottement dans la délimitation de l’Islam au sud de l’Égypte. À travers ces incertitudes, il est possible d’appréhender la structure et le fonctionnement du dispositif frontalier égypto-nubien, et d’en déceler les évolutions, discrètes mais décisives. Il apparaît en effet que bien avant que les Ayyoubides et les Mamelouks n’entreprennent de faire reculer manu militari la limite du domaine de l’Islam, la frontière nubienne s’est déjà muée, insensiblement, en front de conquête.

Figure 1 : Les royaumes chrétiens de Nubie

Figure 1 : Les royaumes chrétiens de Nubie

R. Seignobos, d’après la carte contenue dans D. Welsby, J.R. Anderson, 2004, p. 281

Le bilād al-Nūba : un territoire au statut juridique incertain

  • 10  Comme sur le front byzantin, des expéditions saisonnières étaient alors lancées contre les Nubiens (...)
  • 11  Ibid., p. 390.
  • 12  Parmi les contributions les plus récentes et les plus importantes, voir : D.A. Welsby, 2002, p. 68 (...)

5La question du statut du territoire nubien et, par là, de celui de sa frontière avec l’Égypte s’est posée dès l’époque de la conquête arabe. Dès 641/642, dans la foulée de la conquête de l’Égypte, plusieurs raids sont entrepris en Nubie mais ne débouchent pas apparemment sur une conquête territoriale10. Ce n’est qu’en 651/652 que les troupes arabo-musulmanes parviennent à assiéger Dongola, capitale du royaume chrétien de Makuria. Défendue par ses murailles et par les archers nubiens, dont l’habileté sera longtemps vantée par les chroniqueurs arabes, la cité ne tombe pas. Les premiers historiographes qui ont rapporté l’événement avouent tous, en dépit de quelques divergences d’un auteur à l’autre, l’importance des pertes subies par les troupes arabes et admettent l’échec de la tentative de pénétration arabo-musulmane au-delà de l’Égypte11. Un traité original connu sous le nom de baqṭ (dérivé du latin pactum via le grec pakton) est alors conclu entre les deux belligérants. Il ne s’agit pas ici de revenir dans le détail sur l’interprétation complexe de cet accord qui a déjà suscité de nombreux travaux12. L’importance du baqṭ dans les relations entre l’Égypte et la Nubie, et, par conséquent, dans la définition de la frontière qui les séparait nécessite cependant d’en évoquer brièvement les principaux enjeux.

  • 13  Y.F. Hasan, 2005, p. 20-24.
  • 14  Les deux principaux volets du baqṭ (fourniture d’esclaves par les Nubiens et libre circulation des (...)

6Le baqṭ est connu par plusieurs récits qui s’avèrent sensiblement divergents, ce qui laisse entendre que l’accord a connu plusieurs remaniements et développements postérieurs à 651-65213. Tout porte à croire en effet qu’il s’agit moins à l’origine d’un véritable traité de paix formalisé que d’un armistice, une « trêve de sécurité » (hudnat amān). Ainsi les Nubiens sont-ils tenus de laisser librement circuler les marchands musulmans sur leur territoire et inversement. Toutefois ce privilège ne les autorise pas en principe à s’y installer durablement. Autrement dit, l’accord garantit la libre circulation des biens et des personnes de part et d’autre de la frontière tout en limitant, en principe, les possibilités d’installation durable. À cela s’ajoute une clause d’extradition, puisque les Nubiens doivent livrer aux autorités musulmanes les réfugiés ḏimmī, les rebelles, les renégats ou les éventuels esclaves fugitifs14. Plus inhabituel, ce traité est assorti d’échanges commerciaux, les Nubiens devant notamment fournir annuellement 360 à 400 esclaves en contrepartie de produits de luxe (vêtements, chevaux…) et de denrées alimentaires (céréales, vin…). C’est à partir de ce premier accord, conçu comme temporaire, que s’est élaboré le cadre diplomatique et légal qui guidera les relations arabo-nubiennes durant plus de six siècles.

  • 15  M.J. De Goeje, 1885, p. 92. Cette note attribuée à Ibn Ḫurradāḍbih figure dans un manuscrit d’Ibn (...)
  • 16  Cet aspect est surtout mis en valeur dans J. Spaulding, 1995, p. 584 notamment. Dès le ixe siècle, (...)

7Ce traité particulier a suscité de nombreux débats et gloses chez les juristes au cours des périodes ummayade et abbasside, durant lesquelles les écoles juridiques musulmanes se sont formalisées. En effet, le baqṭ s’accorde mal aux catégories issues de la loi islamique. Selon celle-ci, le monde est en principe divisé en deux : le dār al-islām (territoire de l’Islam) et le dār al-ḥarb (territoire de la guerre). Liée théoriquement à l’injonction de tout croyant au ğihād et à l’expansion de la foi, cette partition binaire tolère néanmoins un certain nombre d’accommodements. Aussi existe-t-il une autre catégorie : le dār al-ṣulḥ (territoire de la paix). Mais, même si certains juristes identifient le baqṭ à un traité de ṣulḥ, la plupart d’entre eux ont bien conscience que la question n’est pas aussi simple puisqu’un traité de paix classique suppose qu’un tribut doit être versé aux musulmans. Or les juristes se sont trouvés gênés par l’aspect bilatéral du baqṭ. Ibn Ḫurradāḏbih (vers 885) l’indique explicitement : les esclaves que les Nubiens livrent annuellement aux musulmans ne constituent ni un tribut (ḫarāj), ni une capitation (ğizya) mais s’intègrent dans un échange réciproque de cadeaux (hadiyya)15. Pourtant, même si les traditions anciennes attestant de la nature originellement bilatérale du traité continuent d’être transmises, les auteurs arabes ont tendance, surtout à partir du xe siècle, à omettre la contrepartie musulmane du traité et à considérer, de facto, la livraison des esclaves comme le versement d’un tribut16.

  • 17  M. Khadduri, 1955, p. 261.

8Les spécificités du baqṭ font du bilād al-Nūba un territoire qui échappe aux classifications juridiques classiques, un territoire ni conquis, ni pacifié mais « neutralisé ». Toutefois, à la différence de l’Éthiopie, qui, du fait de ses relations anciennes avec l’Arabie du Prophète, est, de droit, dispensée de ğihād, cette neutralisation est ici liée au respect d’un accord consenti par les deux parties. Si le baqṭ venait à être rompu, le bilād al-Nūba pourrait, théoriquement, redevenir dār al-ḥarb17.

Un autre monde à la lisière de l’Égypte

  • 18  Y. Kamal, t. III, fol. 720 ; C. Schefer, 1881, p. 116.

9Mais la frontière méridionale de l’Egypte dépasse la simple dimension administrative ou militaire. Le voyageur persan du xie siècle Naṣīr-i Ḫusrū en résume les multiples enjeux dans une formulation condensée : « Au-dessus de cet endroit [Assouan] est situé le pays des Nūba, qui a un autre souverain, la population y a la peau noire et est chrétienne18. » Il est donc question ici d’une frontière triple : entre deux souverainetés – les Nubiens ont leur propre roi –, entre deux religions – ils sont chrétiens –, mais aussi entre deux mondes – ce sont des Noirs.

  • 19  Sur l’élaboration et la transmission de cette légende, se référer notamment à l’étude récente de D (...)
  • 20  Ce personnage est surtout connu comme transmetteur d’Isrā’īliyyāt, ces traditions judaïques utilis (...)

10Passer la frontière égyptienne, c’est en effet entrer dans le monde des Noirs (al-Sūdān), dont le pays des Nūba semble constituer le seuil. Cette appartenance des Nūba à la catégorie générique des Sūdān s’est exprimée très tôt dans le monde arabe à travers notamment les généalogies légendaires faisant remonter l’origine des peuples de la terre au patriarche Nūḥ (Noé). Les Nūba figurent systématiquement, avec les autres Sūdān, parmi les descendants de Ḥām (Cham), le fils de Noé dont la peau fut noircie à la suite d’une malédiction19. Au ixe siècle, l’Iraquien Ibn Qutayba, auteur fameux de plusieurs ouvrages d’adab, est l’un des premiers auteurs d’expression arabe à transmettre une généalogie de ce type qu’il attribue à un célèbre traditionniste mort vers 730, Wahb b. Munabbih20 :

  • 21  S. Okacha, 1960, p. 26.

Ḥām engendra Kūš b. Ḥām, Kanʿān b. Ḥām et Fūṭ b. Ḥām. Ce dernier partit s’installer dans les pays du Hind et du Sind dont les peuples [qui s’y trouvent] sont issus de sa postérité. Quant à Kūš et Kanʿān, leur descendants sont les races des Sūdān : les Nūba, les Zanǧ, les Fazzān, les Zaġāwa, les Ḥabaša, les Qibṭ [Coptes], et les Barbar [Berbères]21

  • 22  M.T. Houtsma (éd.), 1883, vol. 1, p. 216.

11Contemporain d’Ibn Qutayba, al-Yaʿqūbī décrit dans son Histoire (v. 872) une généalogie similaire mais distingue au sein de la progéniture de Ḥām deux branches principales. Au moment de la dispersion des fils de Noé à Babylone, les descendants de Ḥām auraient pris la direction de l’ouest puis, une fois arrivé au niveau du Nil d’Égypte, se seraient scindés en deux groupes : d’un côté, les Ḥabaša, comprenant les Nūba, les Buǧa, les Zanǧ et les Ḥabaša proprement dits (c’est-à-dire les Éthiopiens), qui descendirent vers le sud, et, de l’autre, les Sūdān, composés, entre autres, des peuples Zaġāwa, Kawkaw et Ġana, qui se dirigèrent vers l’ouest22.

  • 23  Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’ensemble des préjugés dévalorisants que la civilisation isla (...)
  • 24  V. Christides, 1982, p. 6, 8, 13.

12Les Sūdān occupaient dans la hiérarchie ethnique et civilisationnelle arabo-musulmane les échelons les plus bas, si bien que le Noir apparaît même parfois comme un être à la limite de l’humanité et de l’animalité23. Néanmoins le bilād al-Nūba se distingue des autres royaumes et peuples des Sūdān, notamment par la foi que ses habitants professent, le christianisme, religion du livre reconnue et tolérée par l’islam. Ainsi, s’ils avaient été conquis, les Nubiens auraient certainement bénéficié de la ḏimma, ce statut intermédiaire de protégé que l’islam accorde aux « gens du livre ». D’ailleurs, si l’on se fie au récit – quelque peu confus – de l’historien al-Ṭabarī (m. 923), les Nubiens (Nūb) présents en Égypte au moment de sa conquête auraient eu le choix : soit rester et payer les taxes associées au statut de ḏimmī, soit quitter le territoire égyptien24.

13Ce « supplément de civilisation » des Nūba par rapport à leurs frères Sūdān est clairement exprimé par le géographe al-Iṣṭaḫrī qui compose son Kitāb al-masālik wa-l-mamālik avant 951. Après avoir exposé la division du monde en quatre grands empires : celui de l’Islam (qui a pris le relais de l’Empire perse) celui des Rūm (Romains/Byzantins), celui des Hind (Indiens), et enfin celui des Ṣin (Chinois), il poursuit :

  • 25  M.J. De Goeje, 1870,p. 4-5. Ce passage est repris par Ibn Ḥawqal de façon presque identique : J.H. (...)

Nous n’avons pas mentionné les pays des Sūdān de l’Ouest, ni des Buǧa, des Zanǧ ni des autres nations du même genre, parce que l’ordre des royaumes est fondé sur les croyances religieuses, la culture, la loi et l’ordre, la vie civilisée se fondant sur une organisation politique droite. Or, ces peuples sont indifférents à ces caractéristiques et ne possèdent rien de cela. Leurs royaumes ne méritent donc pas d’être traités séparément, comme nous avons traité des autres royaumes. Cependant, certains Sūdān, voisins de ces royaumes bien connus, ont des croyances et des pratiques religieuses, ainsi que des institutions politiques, se rapprochant par là des populations de ces royaumes. C’est le cas des Nūba et des Ḥabaša. Ce sont en effet des chrétiens qui suivent les rites des Rūm [les Byzantins]. Avant l’islam, ils étaient en relation avec le royaume des Rūm, du fait de leur proximité géographique, car le territoire des Nūba est contigü à celui de l’Égypte et les Ḥabaša sont situés sur la mer Rouge25 […].

14La singularité des Nubiens est ici explicitement reliée à la contiguïté du bilād al-Nūba et de l’Égypte, assimilant ainsi la « civilisation » à un flux qui inonderait les bords de la Méditerranée, puis qui, porté par le Nil, viendrait s’achever en Nubie.

  • 26  M.J. De Goeje, 1885, p. 92. Il est cependant à noter que le Nil décrit dans ce passage comprend ég (...)
  • 27  Voir notamment J.-C. Ducène, 2007, p. 245-252.
  • 28  Voir à ce sujet C. Décobert, 1982, p. 95-114.
  • 29  A. Miquel, 2001, p. 154.

15On touche ici à une question rarement exprimée dans les récits arabes mais qui reste néanmoins toujours sous-jacente : celle du lien que représente le Nil. Ibn Ḫurradāḍbih, décrivant le cours du fleuve, semble ainsi s’alarmer qu’il n’y ait « sur le Nil que des nations ennemies de l’islam », même s’il ajoute aussitôt que les Coptes et les Nubiens n’en font pas partie26. Si le baqṭ permet de tempérer ces inquiétudes, il faut bien concéder que, à la différence du bilād al-Sūdān occidental, nettement séparé du monde musulman par la « mer » que constitue le Sahara, la Nubie est raccordée aux pays d’Islam, physiquement et symboliquement, par le fleuve roi. Il est certes possible de rejoindre la Nubie depuis la Moyenne- ou la Haute-Égypte sans passer par le fleuve, en empruntant les pistes caravanières qui traversent les oasis (al-wāḥāt) du désert occidental égyptien puis l’oasis de Salima dans l’actuel Soudan27. Il semble cependant que ce ne soit pas la voie d’accès privilégiée par les marchands et les voyageurs à l’époque médiévale. De plus, la question de la frontière s’y pose en des termes sensiblement différents dans la mesure où, selon les géographes arabes, les oasis du désert occidental forment déjà un espace intermédiaire, à la fois à l’intérieur et en dehors de l’Égypte28. Définir la frontière de l’Islam, c’est donc d’abord la localiser sur le cours du Nil. La formule d’André Miquel est à cet égard particulièrement évocatrice : « Où peut bien commencer l’Islam, sur les rives de ce fleuve inchangé qui se moque des sables29? »

La figuration de la frontière dans la cartographie

  • 30  G.R. Tibbetts, 1992a, p. 90-107 ; R.W. Brauer, 1995, p. 1-3.
  • 31  Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Ms 4247, fol. 30b-31a. Le manuscrit est daté (...)
  • 32  Ms Aya Sofia 2934, Paris Bn arabe 2214, fol. 13v. Reprod. dans Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 8 (...)
  • 33  Bodleian Library, Ms Arab. c. 90. fol. 42a. J. Johns, E. Savage-Smith, 2003, p. 7-24. Ce manuscrit (...)

16La première cartographie islamique, qui s’élabore au ixe siècle dans la continuité de la tradition ptoléméenne, se montre d’abord peu attentive aux délimitations politiques ou religieuses30. Dans la carte du Nil attribuée à al-Ḫwarīzmī (833)31, il est bien fait référence à Assouan et au pays des Nūba mais rien ne vient signifier la séparation des deux pays. L’objet de cette carte étant de décrire le cours du Nil, les seules délimitations visibles sont celles des klimata grecs (arabe : aqālīm, sing. iqlīm) étagés du nord au sud parallèlement à l’équateur. Il en est de même dans la carte du Nil figurant dans certains manuscrits d’Ibn Ḥawqal32. Toutefois, la volonté de fixer clairement la limite du bilād al-islām sur le Nil apparaît dans une autre carte appartenant à la même tradition. Elle figure dans un manuscrit du xiie/xiiie siècle intitulé Le livre des Curiosités de la science et des merveilles pour les yeux, ouvrage vraisemblablement compilé au xie siècle33. On y trouve une courte indication signalant sur le cours du Nil le « premier district des musulmans » (awwal ʿamal al-muslimīn) et immédiatement en dessous (au nord donc) le « territoire des Arabes » (maskan al-ʿarab). Il est intéressant de noter que ce qui fait ici office de démarcation est en réalité la ligne qui marque la séparation du troisième climat. La frontière politique et religieuse coïncide ici avec une limite relevant d’une géographie plus théorique. Le document est néanmoins trop dégradé pour déterminer avec précision à quel endroit cette ligne croise le cours du Nil.

  • 34  G.R. Tibbetts, 1992b, p. 108-136. Voir également R.W. Brauer, 1995, p. 3-7.

17 La représentation linéaire de la frontière n’était donc pas complètement étrangère aux continuateurs arabes de la tradition ptoléméenne. Mais c’est surtout dans la cartographie de l’« école » d’al-Balḫī, qui s’épanouit au xe siècle, que cette conception d’un monde formé de territoires séparés par des bordures rectilignes trouve son expression la plus nette34. Ce courant, dont les représentants le plus fameux sont al-Iṣṭaḫrī et Ibn Ḥawqal, se focalise en effet sur le monde de l’Islam et ses différentes provinces. Le mot iqlīm est alors détourné de son sens originel pour désigner les unités géopolitiques qui le composent et qui font chacune l’objet d’une carte particulière. Pourvues de contours extrêmement géométriques, ces cartes donnent à voir une représentation synthétique et idéalisée de chaque province.

  • 35  K. Miller, H. Gaube, 1986, vol. 1, p. 50-53, vol. 2, pl. 2-7.
  • 36  Les cartes de l’Égypte attribuées à Ibn Ḥawqal, beaucoup plus détaillées, signalent également Asso (...)
  • 37  « L’Égypte [Miṣr] a une frontière qui va de la mer des Rūm [Méditerranée], entre Alexandrie et Bar (...)
  • 38  Selon M.H. Kheir, ce texte serait en fait tiré d’al-Uswānī (M.H. Kheir, 1985, p. 35, n.° 2). Néanm (...)
  • 39  M.H. Kheir, 1985, p. 62.

18Les frontières séparant chacune de ces unités sont explicitement indiquées par des inscriptions courant le long des bordures qui servent à figurer graphiquement leurs délimitations. La plupart des exemplaires des cartes de l’Égypte attribuées à al-Iṣṭaḫri signalent ainsi la frontière nubienne par l’expression al-Nūba, bilād al-Nūba ou, plus explicitement encore, ḥudud al-Nūba (les frontières des Nūba), inscrite le long du bord supérieur du cadre entourant la carte35. Mais cette convention cartographique, qui suggère une conception linéaire de la frontière égypto-nubienne, est ici trompeuse. Celle-ci n’est en aucun cas assimilable à une ligne ou à une bande s’étendant d’est en ouest et qui mettrait en contact les deux territoires. C’est avant tout sur le Nil qu’elle se décide, là où la souveraineté territoriale des deux États se réalise pleinement. La véritable frontière serait donc à chercher au point d’intersection entre le Nil et la ligne figurant la limite de l’Égypte. Dans les cartes d’al-Iṣṭaḫrī, cette ligne croise le fleuve légèrement en amont d’Assouan (Uswān)36, en accord avec le texte accompagnant ces cartes, dans lequel la ville est explicitement désignée comme la frontière (ḥadd) sud de l’Égypte37. Le mot ḥadd employé ici est la façon la plus courante et la plus neutre de désigner en arabe une limite ou une frontière. C’est ce terme qui est d’ailleurs retenu dans le texte du baqṭ transmis par al-Maqrīzī (m. 1442)38 qui évoque la « frontière du territoire d’Assouan » (ḥadd arḍ uswān)39.

Assouan, marche de l’Islam ?

  • 40  J.H.F. Dijkstra, 2008, p. 23-36 ; J. Locher, 1999, p. 58-86.
  • 41  J.-C. Garcin, EI2, s.v. « Uswān », p. 1013.
  • 42  D’après la liste donnée par Ibn Ḫurraḍadhbih. M.J. De Goeje, 1885, p. 81.
  • 43  M.J. De Goeje, 1870, p. 53.
  • 44  J.-C. Garcin, 2005, p. 48-50, passim ; J. Maspero, G. Wiet, 1919, p. 15-16.
  • 45  C. Torrey, 1922, p. 9.

19Assouan (Uswān), l’antique Syène (copte : Souan), est située immédiatement en aval de la première cataracte. Si aux époques ptolémaïque et romaine cette ville pouvait paraître secondaire par rapport à Éléphantine ou même Philae, elle n’en était pas moins un centre urbain important sur le plan militaire mais aussi administratif40. Dès lors, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’Assouan aie pu être choisie par les Arabes comme base arrière lors des tentatives de conquête de la Nubie au viie siècle41. Reconnue durant les deux premiers siècles suivant la conquête comme l’un des chefs-lieux de circonscription (kūra) de l’Égypte42, elle apparaît,au xe siècle, chez al-Iṣṭaḫrī, comme « la plus grande cité du Ṣaʿīd [Haute Égypte]43 » où siège, jusqu’à la fin du xie siècle, le gouverneur de la province44. Les premières traditions arabes relatives à la conquête y situent déjà la limite sud du territoire égyptien. Un récit rapporté dans la deuxième moitié du ixe siècle par le traditionniste Ibn ʿAbd al-Ḥakam (m. 871) stipule : « C’est d’après Miṣr fils de Bayṣar [fils de Ḥām] que Miṣr [l’Égypte] a été appelée Miṣr. Il obtint pour lui-même et pour ses fils le territoire qui s’étend, en longueur, entre al-Šaǧaratayn [les deux arbres] au-delà d’al-ʿArīš et Uswān […]45 ». Largement reprise tout au long de la période médiévale, la localisation de la frontière au niveau d’Assouan fait l’objet d’un large consensus dans les récits arabes, aussi bien dans les descriptions « administratives » qui procèdent du nord au sud – Assouan étant mentionnée comme la dernière ville d’Égypte – que dans les descriptions plus « géographiques » qui, suivant le cours du Nil, la donnent comme la première cité égyptienne traversée par le fleuve.

  • 46  Cette expression (bāb al-Nūba) est utilisée pour qualifier Assouan dans la liste des circonscripti (...)
  • 47  Populations nomades de langue couchitique occupant les espaces compris entre la moyenne vallée du (...)
  • 48  Qudāma (vers 930) : M.J. De Goeje, 1889, p. 265 ; traité persan anonyme intitulé Ḥudūd al-ʿĀlam (9 (...)
  • 49  M.J. De Goeje, 1870, p. 51.
  • 50  A. Miquel, 1988, p. 23 ; P. Chalmeta, 1991 ; R.W. Brauer, 1995, p. 14-16 ; C.E. Bosworth, J.D. Lat (...)
  • 51  R.W. Brauer, 1995, p. 14, 25.
  • 52  Al-Idrīsī au milieu du xiie siècle exprime la même idée en des termes assez proches : « Assouan es (...)
  • 53  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 150.

20S’il s’agit bien de la dernière cité d’Égypte, Assouan est également la « porte de la Nubie46 » dont la vocation première est de protéger le territoire égyptien des attaques nubiennes et beja47. Un mot évoquant cette fonction guerrière revient fréquemment sous la plume des géographes arabes des xe-xiie siècles48, celui de ṯaġr, employé notamment par al-Iṣṭaḫri au xe siècle : « Uswān : c’est la ville frontière des Nūba [ṯaġr al-Nūba] qui sont cependant en paix [muhādinūn]49. » Ṯaġr désigne littéralement un interstice et, par extension, un passage ou un défilé mais il désigne aussi, surtout quand il est employé au pluriel (ṯuġūr), la première ligne de front qui fait face à un ennemi non musulman. On l’emploie ainsi pour le réseau de places fortes chargées de surveiller la frontière byzantine en Asie mineure ou pour désigner en al-Andalus les marches de l’Islam face aux royaumes chrétiens50. Néanmoins, dans l’usage courant, le singulier ṯaġr tend à désigner une localité frontalière plutôt qu’une véritable « marche51 ». Cela n’exclut pas pour autant que la ville soit, à elle seule, considérée comme une marche, dans la mesure où le front se réduit ici à l’étroit corridor du Nil, rejoignant de ce fait l’étymologie même du terme. Dans la deuxième partie de cet énoncé, al-Iṣṭaḫrī précise toutefois que les Nubiens sont « pacifiés » (muhādinūn), faisant ainsi allusion au baqṭ52. Ibn Ḥawqal, qui démarque ce passage d’al-Iṣṭaḫrī, y ajoute cependant une nuance temporelle : Assouan était autrefois (qadimān) un ṯaġr contre les Nūba mais, dit-il, ils sont maintenant (al-yawm) en paix. Par conséquent, si Assouan est toujours considérée au xe siècle comme un front de conquête latent, celui-ci demeure en principe neutralisé par le baqṭ53. Le ṯaġr nubien est en cela fort différent des ṯuġūr asiatiques et ibériques, toujours susceptibles d’avancer ou de reculer au fil des victoires et des défaites et où l’état de paix ne peut être que transitoire.

  • 54  Ibn Zūlaq (m. 997), Kitāb fadā’il Miṣr : Y. Kamal, vol. III, fasc. 2, fol. 685 ; l’Histoire des ég (...)
  • 55  R.W. Brauer, 1995, p. 14.
  • 56  C. Picard, A. Borrut, 2003, p. 33-65 ; J. Chabbi, N. Rabbat, EI2, VII, s.v. « Ribāṭ », p. 510-524.
  • 57  Nous verrons cependant que l’identification du ribāt d’Assouan à un édifice particulier n’est pas (...)

21La ville d’Assouan est également associée chez les géographes arabes à un autre terme : celui de ribāṭ. On le trouve notamment chez Ibn Zūlaq (m. 997), auteur d’un opuscule sur l’Égypte, qui, énumérant les différents « postes frontières » (ṯuġūr al-ribāṭ) qui encadrent le territoire égyptien, cite le ribāṭ d’Assouan54. Il s’agit là d’un terme plus spécifique, souvent associé à la notion de ṯaġr, comme c’est d’ailleurs le cas dans l’ouvrage d’Ibn Zūlaq55. Selon les définitions classiques, le ribāṭ désigne, avant le xiie siècle, une sorte de couvent fortifié situé aux marges de l’Islam et accueillant des volontaires qui viendraient y partager leur vie entre exercices pieux et entraînement militaire en vue de la guerre sainte. De récentes mises au point viennent cependant nuancer cette définition par trop restrictive56. En effet, bien qu’étroitement associées à la notion de frontière, les réalités auxquelles se rapporte le mot sont extrêmement variables. Ainsi, le ribāṭ ne désigne pas nécessairement un édifice fortifié caractéristique, mais peut aussi se rapporter à la ville ou à la bourgade où se réunissent ces volontaires ou, plus simplement, à une ville frontière faisant face à un ennemi infidèle, comme c’est probablement le cas ici57.

  • 58  D’après Ibn Ḥawqal, cette muraille aurait été édifiée en 827 pour protéger la ville des incursions (...)
  • 59  Y. Kamal, t. III, fol. 720v°; C. Schefer, 1881, p. 175. Ces fortifications étaient, semble-t-il, d (...)
  • 60  A.F. Sayyid (éd.), vol. 1, 2002, p. 539.

22Pour autant le ǧihād pratiqué dans un ribāṭ n’est pas nécessairement lié à une volonté de conquête, il peut s’agir d’un ǧihād à vocation défensive. Cette fonction s’est d’ailleurs inscrite dans l’architecture même de la ville qui s’est dotée dès le ixe siècle de fortifications58. Vers le milieu du xie siècle, Naṣīr-i Ḫusrū, un voyageur persan qui, à l’occasion de son pèlerinage, a séjourné une vingtaine de jours à Assouan décrit même la ville comme « bien fortifiée59 ». Al-Maqrīzī (m. 1442) précise également qu’au moins jusqu’à la fin de l’époque fatimide il y avait toujours « à Assouan une garnison de soldats toujours prêts au combat afin de protéger la frontière [ṯaġr] des incursions des Nubiens et des Sūdān60 ».

  • 61  J.-C. Garcin, EI2, vol. X, s.v. « Uswān », p. 1013-1016.
  • 62  Pour un aperçu de ces conflits, voir en particulier J. Cuoq, 1982, passim.
  • 63  Y.F. Hasan, 2005, p. 91, 96.
  • 64  A.F. Sayyid (éd.), vol. 1, 2002, p. 539.

23La paix, garantie en principe par le baqṭ, ne dispense donc pas d’entretenir une surveillance vigilante de ces marges particulièrement exposées. Il s’agit non seulement de protéger le territoire égyptien mais aussi d’assurer la sécurité des routes du commerce en direction des ports de la Mer Rouge – notamment ʿAyḏāb – routes également empruntées par les pélerins de la Mecque61. En dépit de ces précautions, l’Égypte et plus particulièrement Assouan sont la cible de plusieurs raids entre le viiie et le xiiie siècle62, y compris durant la période fatimide, pourtant réputée pour être une ère de paix et de bonnes relations avec les Nubiens63. L’île d’Éléphantine, située en face d’Assouan, aurait notamment été pillée par une expédition nubienne à la fin de la dynastie des Fatimides. Al-Maqrīzī explique cet incident en arguant du fait que la protection d’Assouan aurait été négligée, laissant ainsi le champ libre aux Nubiens64.

La première cataracte : une barrière naturelle ?

  • 65  Sur cette cataracte et ses environs, voir notamment l’étude, ancienne mais particulièrement fouill (...)

24Force est de constater que le site d’Assouan se prête particulièrement bien à cette vocation défensive du fait de sa situation au débouché de la première cataracte (voir fig. 2). Ces rapides, hérissés de rochers granitiques, marquent en effet la première rupture remarquable dans la navigation nilotique depuis le delta65. Assouan ne serait-elle alors que la gardienne de la cataracte qui marquerait, elle, la véritable frontière entre la Nubie et l’Égypte ?

Figure 2 : La région de la première cataracte

Figure 2 : La région de la première cataracte

R. Seignobos, d’après la carte contenue dans J. Locher, 1999, hors-texte

25Ibn Ḥawqal, dans son Kitāb Ṣūrat al-arḍ (terminé en 988), associe explicitement la première cataracte à la frontière :

  • 66  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145.

Il y a sur le Nil deux endroits que l’on appelle al-ǧanādil [les cataractes]. L’un d’eux se trouve à trois milles [environ 6km] en amont [fawqa] d’Assouan, sur la frontière de l’Islam [bi-ṯalaṯa amiāl fī ḥadd al-islām]66.

26Puis l’auteur poursuit en décrivant plus en détail les particularités topographiques de cette section du fleuve :

  • 67  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145. Dans la carte du Nil figurant dans la version abrégée du K. Ṣū (...)

C’est une montagne qui a elle aussi été coupée pour frayer un chemin à l’eau, mais la partie coupée est restée très accidentée, de sorte que l’eau s’y précipite entre de gros rochers et que les bateaux ne peuvent y naviguer du fait de ces aspérités67.

27Cette description est confirmée par le voyageur persan Nāṣir-i Ḫusrū qui séjourna lui-même à Assouan vers 1050 :

  • 68  Y. Kamal, t. III, fol. 720v°; C. Schefer, 1881, p. 175. La même idée est exprimée dans un autre pa (...)

Enfin nous nous engageâmes par la voie fluviale et nous arrivâmes à une ville appelée Uswān. Au sud de cette ville il y avait une montagne, le Nil sortait de la bouche de cette montagne. On disait que le bateau ne pouvait monter plus haut parce que l’eau descend à travers des défilés et d’énormes rochers [šalālāt]68.

  • 69  La découverte récente du Ms Bodleian Arab. C. 90 a néanmoins remis en question l’attribution de ce (...)
  • 70  Voir par exemple celle qui se trouve dans les manuscrits Bnf, Arabe 2221 (xive s.), fol. 16v-17 ; (...)
  • 71  BnF Arabe 2221, fol. 16v-17 ; Bodleian Library, Ms Pococke 375, p. 28-29, Ms Greaves 42, fol. 17v- (...)
  • 72  Les marchandises sont alors débarquées et acheminées par chameaux jusqu’à Assouan. Il en est de mê (...)
  • 73  S.Z. Abdel-Hamid, 1958, p. 87. Signalons néanmoins que, selon une hypothèse récente, le K. al-Isti (...)

28Ibn Ḥawqal et le voyageur persan semble donc s’accorder sur cette vision d’un fleuve qui serait ici comme obstrué par un ensemble montagneux. En accord avec ces descriptions, cet obstacle massif est figuré, dans les mappemondes circulaires associées à l’œuvre d’al-Idrīsī (ap. 1154)69, comme une montagne située en travers du Nil, au sud de l’Égypte70. De la même façon, dans les cartes de l’atlas d’al-Idrīsī consacrées à la quatrième section du premier climat, la « montagne des cataractes » (ǧabal al-ǧanādil) forme une sorte de barrière qui s’étend de part et d’autre du fleuve entre Assouan et l’île de Philae71 (Bilāq), barrière que le texte relatif à cette section décrit comme absolument infranchissable72. Le géographe rend d’ailleurs grâce à Dieu pour l’avoir placée là, empêchant ainsi les Noirs (Sūdān) d’atteindre la capitale égyptienne. L’auteur du Kitāb al-Istibṣār, à la fin du xiie siècle, rejoint d’ailleurs son prédécesseur en affirmant que, sans ces montagnes, les Nubiens auraient tôt fait de ravager l’Égypte73. Au jugement de certains auteurs, la cataracte fait donc figure de véritable rempart providentiel de l’Islam, permettant de tenir à distance l’ennemi et le rival nubien avec lequel l’Égypte est pourtant bien contrainte de partager le fleuve.

  • 74  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145.

29Si ce raisonnement semble de prime abord rejoindre les discours modernes sur le caractère « naturel » des frontières étatiques, surtout développés à partir du xixe siècle, il est en réalité tout à fait inverse. D’après le discours des géographes arabes, la frontière politico-religieuse n’est pas en l’occurrence fondée sur cet élément topographique, c’est bien au contraire la providence divine qui, par le placement judicieux de cette « montagne », est venue entériner la validité d’une frontière dont le Créateur, dans son infinie sagesse, avait anticipé l’existence. D’ailleurs, Ibn Ḥawqal, qui exposait dès la fin du xe siècle des réflexions similaires, fit également remarquer que cet obstacle constituait en même temps une entrave à toute vélléité d’expansion de l’Islam : « C’est comme si on l’avait laissé là pour dissuader ceux qui convoitent les territoires ennemis, ou les ennemis qui voudraient s’emparer de l’Égypte, de passer à l’acte74. » La cataracte apparaît ainsi comme la garantie, divinement sanctionnée, de l’état de paix réciproquement consenti dans le cadre du baqṭ.

  • 75  G. Troupeau, 1954, p. 277.

30Les propos des géographes arabes semblent dans tous les cas converger sur le caractère infranchissable de cette passe. Néanmoins, d’après le voyageur al-Uswānī qui s’est rendu en Nubie entre 969 et 97375, cette traversée demeure possible mais repose sur l’habileté des habitants de la région :

  • 76  M.H. Kheir, 1985, p. 49.

D’Assouan à cet endroit [Al-Qaṣr, la première bourgade nubienne], le fleuve est coupé par de nombreuses chutes [ǧanādil kaṯīra] que les embarcations ne peuvent franchir sans savoir-faire, à moins de suivre les indications des pêcheurs de l'endroit. En effet, ces cataractes sont entrecoupées de rochers placés en travers du Nil. Les eaux s’y déversent avec un fracas énorme dont le bruit s’entend de loin76.

  • 77  Selon J. Ball, la distance entre Assouan et Philae est de 7 km à vol d’oiseau et d’environ 9 km pa (...)
  • 78  J. Maspero, 1912, p. 56-57; J.G. Keenan, 1990, p. 145-146.
  • 79  On peut notamment se référer au récit de Maxime du Camp au milieu du xixe siècle : « Le passage de (...)

31Même si la cataracte est relativement courte – les mesures modernes l’estiment à une dizaine de kilomètres77 –, elle constitue donc un passage difficile que l’on ne traverse pas sans préparation ni sans assistance. Dès l’époque byzantine, des documents papyrologiques signalent à plusieurs reprises la présence de bateliers basés à Syène (Assouan) et dont l’activité principale consistait certainement à effectuer la traversée de la cataracte78. On retrouve d’ailleurs cette catégorie de matelots spécialisés jusqu’à une époque relativement récente. La plupart des voyageurs du xixe siècle confrontés au passage de la cataracte eurent ainsi recours au « reïs des cataractes » (ra’īs, c’est-à-dire capitaine) qui proposait ses services dans la région d’Assouan79.

  • 80  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145. Al-Idrīsī précise que le transport s’effectue à dos de chameau (...)
  • 81  Sur cette expédition, voir J. Cuoq, 1982, p. 84.

32 Cette interruption de la navigation suppose également que les cargaisons soient déchargées afin de les acheminer par voie terrestre, comme l’explique Ibn Ḥawqal : « […] lorsqu’ils [les bateaux] sont parvenus à cet endroit [la cataracte] les marchandises sont transportées par voie de terre jusqu’à ce que l’on arrive à l’endroit où le cours de l’eau est redevenu égal80. » La procédure de transbordement est d’ailleurs décrite en détail dans une source plus tardive, le Kitāb al-Sulūk d’al-Maqrīzī (m. 1442), dans un passage qui relate la traversée d’une expédition militaire mamelouk envoyée pacifier des troubles en Nubie en 1365-136681 :

  • 82  S.A.F. Ashour, vol. 3, part. I, 1970, p. 110-111.

Il [l’émir Aqtamir ʿAbd al-Ġānī] installa son campement à l’extérieur de la ville [d’Assouan], sur la rive occidentale, pour 14 jours. Il fit transporter les armes, les vivres et les autres choses qui se trouvaient dans les bateaux avec les troupes par voie de terre, traversant la cataracte jusqu’au village de Bilāq [Philae]. Après que le transport des armes, des vivres et des autres équipements fut terminé les bateaux remontèrent la cataracte. On répara ceux qui avaient été endommagés lors de la remontée. Étant parvenus derrière la cataracte, ils chargèrent à nouveau les bateaux avec les armes, les vivres, le reste des équipements et effets et continuèrent leur route sur le Nil. Les troupes parvinrent aussi en Nubie en marchant sur la rive, parallèlement à la flotte, pendant une journée82.

  • 83  Le géographe Strabon, qui l’emprunte pour se rendre à Philae en 25-24 av. J.-C., la décrit brièvem (...)
  • 84  H. Jaritz, M. Rodziewicz, 1993, p. 107-132.
  • 85  Ce mur passait pour immense puisque, d’après la plupart des auteurs médiévaux, il s’étendait en lo (...)

33Loin de constituer une innovation, cette organisation s’appuie sur des habitudes et des pratiques pluriséculaires, comme en témoigne notamment la muraille de protection édifiée sur la rive orientale du Nil à la hauteur de la cataracte. Cet épais mur de briques crues, long de plus de 7 km et haut de 10 m, était vraisemblablement destiné à protéger l’ancienne route de portage reliant Syène à Philae des pillards du désert oriental83. Sa datation demeure encore incertaine mais des investigations archéologiques récentes tendent à montrer que son édification remonterait au Moyen-Empire, peut-être au règne du pharaon Sesostris II (1897-1878 av. J.-C.)84. Toujours visible au Moyen Âge, il a inspiré de nombreux récits – souvent empreints de légendes – chez les auteurs arabes, aussi bien musulmans que chrétiens. On le connaissait sous le nom de « mur de la vieille » (ḥā’iṭ al-ʿaǧūz) et sa construction était attribuée à la reine mythique Dalūka, souvent identifiée à Cléopâtre85.

  • 86  Cette possibilité semble confirmée par les voyageurs du xixe siècle, comme Giovanni Belzoni, qui a (...)

34Si la première cataracte constitue bien un point important de rupture de charge, il convient donc de relativiser le caractère insurmontable de cet obstacle qui demeurait toujours franchissable, y compris en période de basses eaux86. Cette discontinuité pouvait cependant faire office de repère physique commode pour la délimitation entre la Haute-Égypte et la Nubie. Mais traverser la première cataracte équivaut-il bien à franchir la frontière des pays d’islam ?

L’île de Bilāq : clôture de la cataracte, dernier bastion de l’Islam

  • 87  M.H. Kheir, 1985, p. 18, 50.

35D’après le voyageur al-Uswānī (fin du xe siècle), la première cataracte ne relève pas encore du territoire nubien puisqu’il parle, à propos de la cataracte de Wadi Halfa, de la « première cataracte du bilād al-nūba87 » alors qu’elle est pourtant considérée dans la nomenclature moderne comme la deuxième. Cela laisse supposer que la première cataracte, celle d’Assouan, appartient encore à l’Égypte. Dès la fin du ixe siècle, al-Yaʿqūbī signale en effet, dans son Kitāb al-Buldān (v. 890), une ultime ville du bilād al-islām au-delà de la première cataracte :

  • 88  M.J. De Goeje, 1892, p. 334.

Ensuite vient la grande ville d’Uswān. […] La dernière ville du pays de l’islam [bilād al-islām] dans cette région [nāḥiya] est une ville au milieu du Nil appelée Bilāq, elle est entourée de murs de pierre. Puis vient la frontière des Nūba […]88.

36Cette ville du nom de Bilāq (copte : Pilakh), mieux connue sous la forme latinisée de Philae, est la plus petite des îles granitiques situées immédiatement en amont de la première cataracte (fig. 2). Ibn Ḥawqal (988), qui écrit d’après un informateur originaire d’Assouan, précise que celle-ci aurait été conquise dans la foulée de la prise d’Assouan :

  • 89  Mort en 656. Gouverneur de Haute-Égypte au moment de la conquête.
  • 90  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 51.

Abū l-Manīʿ Kaṯīr b. Aḥmad al-ǧaʿdī al-Uswānī m’a rapporté qu’Uswān a été conquise par ʿAbd Allah b. Abī Sarḥ89 en l’an 31 [651-652]. […] Il conquit également Ablāq [sic pour Bilāq], ville située au milieu du Nil sur un rocher, et qui se tient au milieu de l’eau90 […].

  • 91  « Cette ville [Bilāq] est située dans un lieu fait de monts et de rochers, connu sous le nom d’al- (...)
  • 92  U. Monneret de Villard, 1938, p. 132.
  • 93  F. Wüstenfeld, vol. 1, 1866, p. 71.
  • 94  Ce personnage, cité dans trois documents (n° 449, 450 et 451), était alors – ou est devenu ensuite (...)
  • 95  Ou Tilimaara. Ce toponyme n’a pas encore été identifié en dépit des efforts d’U. Monneret de Villa (...)
  • 96  W.E. Crum, 1905, n° 449, p. 212-214.

37Dernière ville de l’Islam avant de pénétrer dans le pays des Nūba, selon al-Yaʿqūbī, c’est également ici, précise al-Masʿūdī, que doivent s’arrêter les embarcations arrivant d’Assouan91, comme le note encore al-Maqrīzī dans l’extrait cité ci-dessus. Bien mieux qu’Assouan, Bilāq constitue donc la charnière entre le domaine de l’islam et le pays des Nubiens92. Yāqūt al-Rūmi, dans son dictionnaire géographique achevé en 1228, l’énonce même explicitement : « Bilāq : bourgade [balad] située à l’extrémité de la province du Ṣaʿīd où commence la Nubie ; c’est la frontière entre les deux territoires93. » D’ailleurs, c’est également Philae qui, du côté nubien, est reconnue comme la frontière nord de leur territoire. Vers le milieu du ixe siècle, un document copte d’émanation nubienne mentionne en effet un haut dignitaire du nom de Georgios94 dont l’autorité s’étendrait « depuis Tilimauara95 jusqu’au kastron de Peilak [Bilāq]96 ».

  • 97  Voir notamment L. Török, 2009, p. 20-21.
  • 98  Cette région était alors connue sous le nom de « Dodekaschène ». Il s’agit de la partie de la Bass (...)
  • 99  J. Maspero, 1912, p. 25-27.
  • 100  « Bilāq possède un minbar et une nombreuse population musulmane. » C. Barbier de Meynard, A. Pavet(...)
  • 101  F. Wüstenfeld, vol. 1, 1866, p. 71.
  • 102  Al-Harawī, au début du xiiie siècle, évoque le village (qarya) de Bilāq ou Birāq qu’il situe à pro (...)
  • 103  J.H.F. Dijkstra, 2005, p. 15, n. 53.
  • 104  À moins que l’île même ne constitue qu’une partie seulement d’une agglomération qui s’étendrait ég (...)
  • 105  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 40-41.
  • 106  « Route d’Uswān à ‘Ayḏāb […] : dans les environs d’Uswān est située l’île de Bilāq, qui est une îl (...)

38Ce statut d’ultime frontière de l’Égypte était déjà celui de l’île de Philae bien avant l’arrivée des Arabes97. Lorsque Dioclétien décide en 298 de se retirer de la Basse-Nubie, jusque-là tenue par Rome98, pour ramener la frontière au niveau de la première cataracte, l’île est fortifiée et devient alors le dernier bastion du limes égyptien et le demeure vraisemblablement durant toute la période byzantine99. Les sources manquent pour se faire une idée de l’évolution de la cité durant les deux premiers siècles suivant la conquête de l’Égypte, mais, dès les ixe-xe siècles, des auteurs comme al-Yaʿqūbī ou Ibn Ḥawqal la considérent sans hésitation comme une ville (madīna). Al-Masʿūdī la décrit même comme particulièrement populeuse et fait remarquer qu’elle abrite un minbar, indiquant par là que l’île était habitée par une communauté musulmane substantielle100. Mais Yaqūt101 se montre plus prudent en parlant plutôt de balad, terme aux sens aussi variés qu’imprécis mais qui se rapporte souvent à des bourgs ou des villages102. Ce qualificatif semble mieux correspondre à la réalité dans la mesure où les modestes dimensions de l’île (350 à 400 m de long sur 135 m de large) ne permettaient pas d’accueillir une population dépassant les 700 ou 800 âmes103. Sans doute l’île même de Bilāq était-elle davantage fréquentée qu’habitée, ce qui pourrait expliquer ces impressions contradictoires104. La plupart des auteurs arabes s’accordent en revanche pour affirmer qu’il s’agit bien encore du bilād al-islām. La présence d’un minbar, notée par al-Masʿūdī vers le milieu du xe siècle105 et au xie siècle par al-Bakrī106, en constitue une indication suffisante.

  • 107  À l’appui de cette idée, on pourrait invoquer le passage, cité plus haut, du Livre des pays d’al-Y (...)
  • 108  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 51.
  • 109  Voir l’extrait cité ci-dessus. Voir également al-Uswānī qui désigne Bilāq comme la dernière place (...)
  • 110  On sait que les fortifications étaient encore entretenues par les Byzantins dans le dernier tiers (...)

39Pour autant, Bilāq n’est pas jugée suffisamment importante pour être considérée comme chef-lieu de circonscription (kūra), d’après la liste du géographe Ibn Ḫurradaḏbih (vers 885). Cela laisse supposer que, durant les premiers siècles suivant la conquête, Bilāq est rattachée sur le plan administratif à Assouan107. Les géographes arabes insistent cependant sur les qualités défensives de l’île qui viennent compléter, en amont de la cataracte, la place forte d’Assouan. Outre son statut d’île qui en facilitait la défense, comme le note Ibn Ḥawqal108, la ville était ceinte d’une muraille de pierre, explicitement mentionnée au ixe siècle par al-Yaʿqūbī109. Sans doute les conquérants musulmans ont-ils simplement continué d’entretenir les fortifications érigées sous Dioclétien à la fin du iiie siècle110.

  • 111  Notons également qu’au xie siècle al-Bakrī inclut implicitement Bilāq dans le district (ʿamal) d’A (...)
  • 112  On peut d’ailleurs se demander si les cartographes de l’école d’al-Balḫī n’ont pas eu conscience d (...)

40L’île apparaît donc comme une sorte de prolongement de l’Égypte « arrimé » à Assouan111. La séquence Assouan-première cataracte-Bilāq forme ainsi une suite continue autour de laquelle s’articule le dispositif frontalier égypto-nubien. C’est d’ailleurs à Bilāq, d’après le récit d’al-Masʿūdī et celui, plus tardif, d’al-Maqrīzī, que les cargaisons acheminées par voie terrestre depuis Assouan rejoignent les embarcations qui ont traversé la cataracte par le fleuve. Assouan s’apparente ainsi à l’entrée d’un sas que constituerait la cataracte, sas que viendrait clore l’île de Bilāq112.

Les musulmans à Al-Qaṣr : un pied dans la porte des Nūba

  • 113  Al-Bakrī l’évoque sous le nom de Ṣūr (Tyr) mais il s’agit là d’une faute de lecture ou de copiste. (...)
  • 114  Al-Ya’qūbī : « Ensuite vient la frontière [ḥadd] du pays des Nūba à un endroit appelé Al-Qaṣr à un (...)
  • 115  H. von Mžik, 1916, p. 7.
  • 116  U. Monneret de Villard, 1935, p. 17, pl. VIII. Un des indices en faveur de cette identification se (...)
  • 117  L’endroit a fait l’objet de prospections en 2007, sous la direction de Pamela Rose (université de (...)
  • 118  A. Łajtar, 1997.

41Quant au point où commence le territoire nubien, il est généralement désigné chez les auteurs arabes sous le nom d’Al-Qaṣr, c’est-à-dire le château113, localité que ces derniers situent à un mille de Bilāq et à 5 ou 6 milles d’Assouan114. Ce toponyme était déjà connu d’al-Ḫwarīzmī (833), dont les tables de coordonnées situent Al-Qaṣr immédiatement au sud de Bilāq (Bilāq : 55°25’/21°40’, et Al-Qaṣr : 55°50/21°45’)115. Dans les années 1930, le savant italien Ugo Monneret de Villard a identifié Al-Qaṣr à un village du nom d’al-Bāb (la porte) connu encore aujourd’hui sous le nom de Ḥiṣn al-Bāb (la forteresse de la porte), situé à environ 1 km-1,5 km au sud de Philae, sur la rive orientale (fig. 2)116. Les vestiges d’un fort y dominent en effet le Nil, justifiant son appellation d’Al-Qaṣr chez les auteurs médiévaux117. Selon A. Łajtar, qui s’appuie sur la relecture attentive d’un papyrus grec datant du vie-viie siècle (P. Haun. II, 26), ce site était peut-être, dès cette époque, occupé par les Nubiens. Il propose en effet d’identifier le village d’Al-Qaṣr des auteurs arabes au camp fortifié ou au village (kastron) que ce papyrus situe à proximité de l’île de Philae et qu’il décrit comme appartenant à des « Maures » (Maûros)118.

  • 119  Il est rejoint sur ce point par al-Uswānī. M.H. Kheir, 1985, p. 61.
  • 120  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3., 1864, p. 39-40.

42Quoique modeste, cette localité n’en demeure pas moins d’une importance cruciale sur les plans stratégique et symbolique, aussi bien pour les Égyptiens que pour les Nubiens. C’est en effet ici, explique al-Masʿūdī (m. 956), qu’ont lieu les échanges de marchandises liées au baqṭ119. La transaction se déroule sous l’autorité de l’émir d’Assouan ainsi que du juge (ḥakim) de la ville, accompagné dans sa tâche de douze témoins, également assouanais. Ce lieu aurait été fixé dans les termes du baqṭ tout comme le nombre d’esclaves devant revenir à chacun des personnages officiels chargés de sa réception. Néanmoins, la description de la scène par al-Masʿūdī, qui évoque à peine la présence de représentants du roi nubien et occulte complètement la contrepartie musulmane, ressemble davantage à une collecte de tribut ou d’impôt qu’à un véritable échange120.

  • 121  Sur cette ambassade, voir G. Vantini, 1970, p. 41-48.
  • 122  Les prétentions nubiennes sur Al-Qaṣr semble trouver confirmation dans le document copte mentionné (...)
  • 123  M.H. Kheir, 1985, p. 40, 64.
  • 124  M.H. Kheir, 1985, p. 49. Notons toutefois que, dans son récit, ce poste militaire (maslaḥa) n’est (...)

43Mais il n’y a finalement rien d’étonnant à ce que les Égyptiens se comportent ici comme en territoire conquis puisque plusieurs sources signalent à Al-Qaṣr une garnison musulmane dont la présence est d’ailleurs perçue par les Nubiens comme une intrusion injustifiée. Le voyageur al-Uswānī évoque cette question sensible dans la relation d’un épisode impliquant le calife al-Muʿtaṣim (833-842) et un prince nubien connu en arabe sous le nom de Qīrqī (Georgios), qui s’était rendu jusqu’à Bagdad en 835-836 afin de renégocier les termes du baqṭ121. Au cours des négociations, l’ambassadeur nubien demanda également le déplacement de la garnison d’Al-Qaṣr, arguant que celle-ci se trouvait sur son territoire122, mais le calife refusa d’accéder à cette requête123. Même si les autorités musulmanes concèdent finalement l’annulation des arriérés et l’espacement du paiement du baqṭ, leur refus de quitter Al-Qaṣr témoigne dès la première moitié du ixe siècle de la ferme volonté du pouvoir musulman de conserver cette tête de pont en territoire nubien. Al-Uswānī signalera encore cet avant-poste lors de son passage dans la région, plus d’un siècle après l’entrevue de Bagdad124.

  • 125  J.H. Kramers, 1938, p. 51.
  • 126  La lecture correcte a été rétablie dans la traduction récente de J.-C. Ducène, 2005, p. 238.
  • 127  A.P. VanLeeuwen, A. Ferré, 1992, p. 619. C’est sans doute chez al-Bakrī qu’Idrīsī a trouvé ce topo (...)
  • 128  K.A.C. Creswell, vol. 1, 1978, p. 147-152, pl. 122. Cette identification pourrait d’ailleurs trouv (...)
  • 129  K.A.C. Creswell les attribue au célèbre vizir fatimide Badr al-Ǧamālī qui les aurait fait bâtir en (...)

44Selon Ibn Ḥawqal, qui écrit sensiblement à la même période, il y aurait également à proximité d’Al-Qaṣr une mosquée en sus de la garnison musulmane signalée par al-Uswānī : « […] et en face d’elle [l’île de Bilāq], sur le Nil, du côté de l’Est, se trouve la mosquée d’al-Rūdaynī et Qaṣr ʿālīyya125 ». La présence de cette mosquée au sud de Bilāq est mentionnée par plusieurs auteurs postérieurs dont al-Bakrī, au xie siècle, qui y ajoute une précision des plus importante : « Le dernier [lieu] du district [ʿamal] d’Uswān est la mosquée d’al-Radd bunī [sic pour al-Rūdaynī]126, qui est le ribāṭ d’Uswān127. » Nous retrouvons ainsi la notion de ribāṭ associée à la ville d’Assouan mais appliquée cette fois à un édifice situé en dehors des murs de la cité tout en appartenant encore, d’après al-Bakrī, à son orbite administrative. On serait donc tenté dans ce cas d’y reconnaître un ribāṭ au sens strict, c’est-à-dire une construction distincte abritant des combattants de la foi. Faudrait-il alors l’identifier au complexe fortifié d’époque médiévale repéré lors des investigations récentes sur le site de Ḥiṣn al-Bāb ? Rien n’est moins sûr dans la mesure où Ibn Ḥawqal distingue bien la place forte de la mosquée. Il serait sans doute plus judicieux d’associer ce lieu saint à l’un des deux minarets édifiés dans les environs immédiats du village d’al-Bāb, l’un à Mašhad al-Baḥrī (immédiatement au sud d’al-Bāb) et l’autre, légèrement plus au sud, à Mašhad al-Qiblī (ou Bilāl) (fig. 2)128. Néanmoins, si les spécialistes s’accordent sur l’attribution à la période fatimide de ces deux monuments, on estime leur édification au milieu ou à la deuxième moitié du xie siècle, à une époque sensiblement postérieure donc à la première mention de la mosquée d’al-Rūdaynī par Ibn Ḥawqal129.

  • 130  À l’exception peut-être d’al-Uswānī qui semble se contredire en affirmant, dans un autre passage d (...)
  • 131  « C’est l’extrême limite de l’Islam [aḫir ḥadd al-islām] et la première limite des Nūba. » J.H. Kr (...)

45Quoi qu’il en soit, l’ultime frontière de l’Islam serait donc bien à chercher quelques centaines de mètres encore au sud de Bilāq. Pourtant, si l’on fait abstraction du témoignage d’al-Bakrī, selon lequel Al-Qaṣr serait encore rattaché au territoire d’Assouan, la plupart des géographes s’accordent à y reconnaître le commencement du territoire des Nūba130. Ibn Ḥawqal ne cherche même pas à esquiver ce qui pourrait passer pour une contradiction : il s’agit bien à la fois de la frontière ultime de l’Islam et de la limite nord du pays des Nubiens131. Al-Qaṣr apparaît ainsi comme le point où les frontières se brouillent et se superposent.

  • 132  « En dessous de la mosquée, il y a une église appartenant aux Nūba. » J.H. Kramers, 1938, p. 51. L (...)
  • 133  « Mašhad al-Rudaynī : c’est un endroit béni. Il ne se trouve derrière lui aucune construction horm (...)

46D’après Ibn Ḥawqal, les Nubiens y possèdent d’ailleurs une église qu’il situe « en dessous » de la mosquée, expression faisant probablement référence à sa position en aval du Nil, et, par conséquent, au nord de la mosquée132. Néanmoins, si l’on se fie au récit d’al-Harawī (début du xiiie siècle) l’église nubienne serait localisée « derrière » la mosquée, indication vague mais qui pourrait suggérer que celle-ci se trouvait plutôt au sud133. La difficulté à déterminer avec précision les positions respectives de ces deux lieux saints est sans doute elle-même un signe de l’extrême contiguïté dans laquelle se trouvent ici le bilād al-islām et le bilād al-nūba. Cette situation ambiguë est particulièrement bien rendue dans l’Histoire des églises et des monastères d’Abū l-Makarīm :

  • 134  Ainsi, l’église anonyme mentionnée par les auteurs musulmans se voit pourvue d’un nom par les comp (...)
  • 135  Ou construite récemment (mustaǧidd). La source de cette information n’est pas mentionnée. Il est d (...)
  • 136  B.T.A. Evetts, A. Butler, 1895, p. 126-127 (texte arabe), 274 (trad.).

[Ensuite vient] l’église du glorieux archange Mīḫā’īl134 qui domine le fleuve [et qui se trouve] entre le pays des Nūba et le pays des musulmans mais dépend des Nūba. Dans son voisinage se trouve une mosquée rénovée135 et un château [qaṣr] qui a été construit pour garder [la frontière] entre les musulmans et les Nūba. C’est le premier district [ʿamal] des Nūba136.

47Les compilateurs coptes rejoignent donc les géographes musulmans en considérant le territoire d’Al-Qaṣr comme le commencement du territoire nubien. Mais ce passage rend compte dans le même temps de l’enchevêtrement du christianisme nubien et de l’islam qu’Ibn Ḥawqal avait déjà noté au xe siècle. Les abords d’Al-Qaṣr offrent ainsi une configuration des plus paradoxale : à une mosquée, entretenue par les musulmans en territoire nubien, fait face une église appartenant aux Nubiens mais qui ne semble pas pleinement relever de leur territoire.

L’imperceptible avancée de la frontière : l’infiltration de l’islam en Basse-Nubie

48Mais derrière ce « grignotage » frontalier, un mouvement de fond est à l’œuvre, mouvement qui accompagne la pénétration de l’islam bien en amont de cette frontière étatique et officielle. En dépit de la volonté chez certains auteurs arabes de la définir comme une barrière étanche, la frontière égypto-nubienne agit tout autant, si ce n’est davantage, comme une membrane perméable qui favorise les échanges et l’acculturation. La volonté mutuelle de ne pas entraver les communications entre les deux territoires est d’ailleurs perceptible dans les termes mêmes du baqṭ qui, tout en interdisant l’installation durable de Nubiens en Égypte et réciproquement, garantit en même temps la libre circulation des commerçants et des marchandises de part et d’autre de la frontière.

  • 137  J.-C. Garcin, EI2, s.v. « Uswān », p. 1013-1015.
  • 138  « Puis vient la grande ville d’Uswān où l’on trouve les commerçants des mines. Elle est située sur (...)
  • 139  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 50.
  • 140  J.C. Garcin, 2005, p. 79-108, passim.
  • 141  « On y pratique le commerce des marchandises qui sont transportées de là vers le pays des Nubiens  (...)

49Située au débouché de la cataracte mais aussi au commencement des routes caravanières menant aux mines du Wadī al-ʿAllāqī et au port de ʿAyḏāb sur la mer Rouge, la ville d’Assouan apparaît, au travers des descriptions des géographes, comme une cité prospère et cosmopolite vers laquelle convergent les immigrants arabes du Ḥiǧāz, les chercheurs d’or et les marchands égyptiens, nubiens et beja137. Dès la deuxième moitié du ixe siècle al-Yaʿqūbī la décrit comme un important carrefour commercial138 et al-Masʿūdī, au xe siècle, insiste encore davantage sur l’importance de la présence nubienne à Assouan139. Les flux commerciaux en direction et en provenance de la mer Rouge seront par la suite progressivement captés par la ville de Qūṣ, située plus au nord. Celle-ci devient, à partir du dernier tiers du xie siècle, la capitale administrative et la principale place de commerce du haut Ṣaʿīd140. Toutefois, le commerce avec la Nubie demeure encore, au milieu du xiie siècle, l’une des prérogatives d’Assouan, si l’on en croit al-Idrīsi141.

  • 142  « D’ici [Al-Qaṣr] à la première cataracte du pays des Nubiens il y a dix étapes. Dans ce territoir (...)
  • 143  M.H. Kheir, 1985, p. 50. Sur cette question voir L. Török, 1978, p. 291-296.

50Pour autant, ces activités ne se limitent pas à la ville d’Assouan ni même à la zone frontalière. C’est bien toute la région comprise entre la première et la deuxième cataracte qui s’est transformée, dès les ixe-xe siècles, en une sorte de zone franche où les musulmans peuvent agir et commercer en toute liberté, comme le remarque le voyageur al-Uswānī lors de son séjour142. Ce dernier signale également que jusqu’à la région dite du « Maqs supérieur », au sud de la deuxième cataracte, dinars et dirhams sont encore employés, mais qu’au-delà de cette limite les transactions se font en nature143. Ainsi, même si les frontières étatiques demeurent inchangées, la partie nord de la Nubie se trouve de fait intégrée à l’espace économique égyptien qui se prolonge ainsi sur 200 à 300 kilomètres en amont de la première cataracte.

  • 144  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 41-42. Sur cette affaire, voir notam (...)
  • 145  Selon al-Uswānī, qui évoque également cette affaire, c’est le prince Qīrqī, lors de son ambassade (...)

51Mais cette pénétration commerciale s’accompagne très tôt d’un autre phénomène : l’installation de musulmans en territoire nubien. Bien que le baqṭ l’interdise explicitement, ces dispositions sont ignorées ou contournées. Al-Masʿūdī (m. 956) explique comment, dès les premiers siècles suivant la conquête arabe, des musulmans d’Assouan sont parvenus à acquérir des propriétés foncières en Basse-Nubie et ont réussi à faire valider ces transactions malgré les protestations des autorités nubiennes144. En 831, profitant du passage en Égypte du calife al-Ma’mūn (786-833), le souverain nubien se serait plaint auprès de lui et aurait demandé l’annulation des ventes, arguant que les vendeurs étaient en réalité ses esclaves et ne disposaient donc d’aucun droit sur ces terres145. Le réglement de l’affaire fut délégué aux juristes d’Assouan qui proposèrent d’employer un stratagème consistant à faire dire aux vendeurs qu’ils n’étaient pas les esclaves du roi mais simplement ses sujets. La manœuvre fonctionna et les terres ainsi acquises purent ensuite être transmises en héritage. Depuis cette époque, explique al-Masʿūdī, la Basse-Nubie bénéficierait d’un statut particulier au sein du royaume nubien de Makuria en n’accueillant plus cette catégorie d’esclaves attachés aux domaines du roi mais seulement des sujets libres du souverain. La relation de ce conflit diplomatique telle qu’elle apparaît chez Masʿūdī simplifie sans doute à l’excès une situation complexe dans laquelle le point de vue nubien fait cruellement défaut. On imagine mal en effet comment le pouvoir royal nubien aurait pu céder devant le droit musulman par ce simple artifice rhétorique. Sans doute cette affaire n’est-elle en réalité que le point d’aboutissement de mutations de plus longue durée, comme le suggère al-Masʿūdī en rappelant que ces achats « illégaux » ont commencé dès la période ummayade.

  • 146 Voir notamment L. Török, 1978, p. 296-298 ; J. Cuoq, 1986, p. 27.
  • 147  Il convient de rappeler que parmi les documents en vieux nubien découverts à Qasr Ibrim et édités (...)

52Si beaucoup de détails nous échappent encore, ce malentendu est néanmoins révélateur de la confrontation en Basse-Nubie de deux systèmes économiques et juridiques concurrents, ou du moins de modes de gestion de la terre distincts. Le témoignage d’al-Masʿūdī laisse en effet penser que le souverain tient dans le système agraire nubien une place centrale. Certains spécialistes ont ainsi vu dans cet épisode obscur une référence implicite à la fiction politique et juridique, très répandue dans les royaumes africains anciens, selon laquelle le souverain demeure en dernier lieu le garant et le détenteur éminent de toutes les terres de son royaume146. Il est néanmoins difficile de se faire une idée plus précise du système foncier nubien à des périodes aussi hautes faute de documentation adéquate147. Mais quelle qu’ait été la situation initiale, il apparaît que, dans l’espace intermédiaire qu’est devenue la Basse-Nubie, la tension entre ces deux modèles se résout à la faveur des musulmans qui parviennent ainsi à faire valoir leur droit et même à imposer en territoire nubien un régime agraire leur facilitant l’acquisition et la transmission des terres.

  • 148  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 41.
  • 149  Pour les références de ces documents, voir U. Monneret de Villard, 1938, p. 118-119.
  • 150  U. Monneret de Villard, 1938, p. 118.
  • 151  « Dans la partie la plus proche [de la frontière] ils possèdent des propriétés, et pratiquent le c (...)
  • 152  « […] Ici réside un certain nombre de musulmans dont pas un ne parle un bon arabe. » M.H. Kheir, 1 (...)

53L’identité et l’origine de ces populations arabes ne sont pas indiquées mais elles sont sans doute issues des tribus Qaḥṭān, Rabīʿa, Muḍar et Qurayš, qui, selon al-Mas‘ūdī, forment alors l’essentiel de la population d’Assouan148. Il n’est pas précisé non plus si les propriétaires fonciers assouanais auxquels il est fait allusion résidaient à proximité de leurs terres. Néanmoins, plusieurs inscriptions arabes retrouvées dans diverses localités de Basse-Nubie témoignent de cette installation musulmane précoce149. On a notamment retrouvé à Tafa une quarantaine de stèles arabes dont la plus ancienne remonte à l’année 832150. Le processus se poursuit et semble même s’intensifier durant les xe-xie siècles. Al-Uswānī affirme d’ailleurs avoir croisé dans la région comprise entre la frontière égypto-nubienne et la deuxième cataracte plusieurs musulmans possédant des propriétés foncières151. Il fait cependant remarquer qu’aucun de ceux qu’il y a rencontrés ne parle un bon arabe, signe sans doute de l’intégration progressive de ces éléments arabophones – encore peu nombreux – dans la société nubienne152.

  • 153  J. Cuoq, 1986, p. 27; Y.F. Hasan, 2005, p. 32-37.

54Cette émigration arabe en Nubie est la conséquence d’un processus de longue durée. Dès l’époque de la conquête, les gouverneurs successifs de l’Égypte avaient encouragé les tribus arabes, qui formaient alors l’essentiel des troupes, à s’installer en Égypte. Mais les Abbassides, qui arrivent au pouvoir en 750, commencent à promouvoir les éléments turcs dans les armées califales, au détriment des Arabes qui se rebellent et s’installent alors en nombre dans le Ṣaʿīd pour échapper au contrôle du pouvoir central. Selon Y.F. Hasan, ce processus de « turquification » de l’armée est certainement le principal moteur des premières vagues d’émigration arabe en Nubie153.

55Afin d’endiguer cet afflux, le royaume de Makuria a mis en place – ou du moins renforcé – une seconde frontière au niveau de la deuxième cataracte. Al-Uswānī la signale à la fin du xe siècle :

  • 154  De multiples lectures de ce toponyme sont possibles. Il n’a pas été identifié mais devait se situe (...)
  • 155  M.H. Kheir, 1985, p. 50.

La première cataracte du pays des Nubiens commence au village connu sous le nom de Taqwa154. C’est ici que s’arrêtent les embarcations des Nubiens remontant le Nil depuis Al-Qaṣr, le commencement de leur pays155.

  • 156  C. Vandersleyen, 1971, p. 257-260.
  • 157  W.Y. Adams, CE, s.v. « Baṭn al-Ḥajar », p. 361-362.

56Là encore, c’est une cataracte, la deuxième en l’occurrence, qui marque la rupture et signale la frontière. Néanmoins, celle-ci est un obstacle autrement plus sérieux que la première. Reconnue comme le passage le plus difficile entre Assouan et Khartoum, elle s’étendait sur environ 17 km et était suivie d’une série de rapides, moins importants, mais s’étendant sur une distance d’au moins 70 km156. Cette section du Nil, particulièrement rocailleuse et inhospitalière était connue sous le nom de Batn El-Hajar (le « ventre de pierre »)157. Très peu peuplé, le Batn El-Hajar faisait non seulement office de glacis protecteur mais aussi de refuge en cas d’attaque extérieure, comme le note encore al-Uswānī :

  • 158  M.H. Kheir, 1985, p. 50. Ce rôle de place refuge s’est notamment exprimé lors de la période chréti (...)

D’ici [la deuxième cataracte] au Maqs supérieur il y a six étapes. Cette région n’est que rochers [ǧanādil] et c’est là la pire région que j’ai pu voir chez eux du fait de sa difficulté, de son étroitesse et de l’exiguïté de ses chemins. Quant au fleuve, il y est entravé de rochers et de montagnes de sorte que le Nil s’écoule en défilés étroits et se rétrécit tant qu’à certains endroits il ne mesure plus que cinquante coudées de large. Ses berges sont étroites et bordées de hautes montagnes. Les chemins qui y mènent y sont si exigus qu’il est impossible pour un cavalier et même pour un piéton de faible constitution de les emprunter. De part et d’autre, à l’Est et à l’Ouest, il n’y a que les sables. Ces montagnes forment pour eux une forteresse naturelle où la population habitant la région située en amont et avoisinant le territoire de l’islam va chercher refuge158.

  • 159  Sur ce personnage, voir notamment U. Monneret de Villard, 1938, p. 134-140, 181-184 ; W.Y. Adams, (...)

57L’ensemble de la région comprise entre Al-Qaṣr et le Batn El-Hajar était administrée par un gouverneur, l’éparque de Nobadia, mieux connu dans les sources arabes sous le nom de « maître de la montagne » (ṣāḥib al-ǧabal). Chargé des relations diplomatiques et commerciales avec les musulmans, il est l’intermédiaire privilégié entre le roi de Makuria et les pouvoirs égyptiens159. Il exerce un contrôle très strict sur les marchands et voyageurs venant du nord auxquels il est interdit de dépasser la deuxième cataracte sans son autorisation :

Cette région a un gouverneur au nom du souverain des Nubiens connu sous le nom de Maître de la montagne [ṣāḥib al-ǧabal]. Il est l’un des gouverneurs les plus importants du fait de sa proximité avec le territoire de l’islam. Chaque musulman qui se rend dans le pays des Nubiens traite avec lui en échangeant des marchandises ou des cadeaux pour lui-même ou pour son seigneur. Il reçoit tout et donne en échange des esclaves. Il ne laisse personne, qu’il soit musulman ou non, se rendre auprès de son seigneur. […]

  • 160  M.H. Kheir, 1985, p. 50. Le contrôle royal des déplacements au sud de la deuxième cataracte et le (...)

Les embarcations ne peuvent pas la franchir [la deuxième cataracte] et personne, qu’il soit musulman ou non, n’est autorisé à aller plus loin sans la permission du Maître de la montagne160.

  • 161  U. Monneret de Villard, 1938, p. 135-136.
  • 162  M.H. Kheir, 1985, p. 50.

58Au sud du Batn El-Hajar, le voyageur mentionne un autre poste militaire et douanier appelé le « Maqs supérieur », qu’U. Monneret de Villard propose d’identifier à la moderne ʿAkasha161. Placé sous l’autorité d’un autre gouverneur relevant directement du roi de Makuria, l’endroit marque la limite sud de cette zone frontière au-delà de laquelle personne n’est admis sans l’autorisation expresse du souverain. Si l’on en croit al-Uswānī, les contrôles y sont d’ailleurs si stricts que si le roi ou sa famille viennent à y passer, ce gouverneur fait même semblant de les fouiller162. Cettte pratique revêt sans doute une signification symbolique, le simulacre de fouille venant souligner et ritualiser le franchissement de la frontière dont le gouverneur doit apparaître comme l’indéfectible garant. On retrouve donc ici un système similaire à celui qui prévalait aux abords d’Assouan, la zone de la cataracte formant là aussi une sorte de sas, encadré en amont et en aval de postes militaires. Mais à la différence de la première cataracte, tout entière aux mains des Égyptiens, ce passage demeure ici sous la supervision des autorités nubiennes.

  • 163  D.A. Welsby, 2001, p. 208 ; W.Y. Adams, 1986, t. I., p. 525.
  • 164  Frontière traditionnelle entre la Basse- et la Haute-Nubie, le Batn El-Hajar marquait dès les époq (...)
  • 165  M.H. Kheir, 1985, p. 50.

59Le « Maqs supérieur » marque à l’évidence l’ultime limite de la pénétration musulmane. À l’appui des observations du voyageur, l’archéologie a montré qu’à l’époque médiévale la céramique produite à Assouan était particulièrement abondante en Basse-Nubie – représentant parfois jusqu’à 30 % de la céramique présente sur les sites – mais ne se trouvait que sporadiquement dans le Batn El-Hajar et bien plus rarement encore au sud de celui-ci163. Aussi, la rupture la plus nette n’est-elle pas finalement celle de la deuxième cataracte et du no man’s land qui la prolonge plutôt que celle de la première cataracte que l’on franchit si aisément164 ? En véritable agent de renseignement, al-Uswānī ne manque d’ailleurs pas de relever l’importance stratégique de cette frontière interne et s’alarme du fait que les musulmans, ne disposant d’aucun moyen de s’informer de ce qui s’y passe au-delà, ne soient pas en mesure d’anticiper une éventuelle attaque nubienne165.

Conclusion

60La définition et les délimitations spatiales de cette frontière à première vue « immobile » ne sont donc pas dépourvues d’ambiguïtés. On pourrait certes se contenter, en suivant l’usage, de définir Assouan comme la frontière entre l’Égypte et le pays des Nubiens, et sans doute n’aurait-on pas tout à fait tort. Mais ce serait perdre de vue les subtilités du système frontalier égypto-nubien ainsi que les puissantes tensions à l’œuvre autour de cet espace réduit. Assouan ne constitue en fait que la pièce maîtresse d’un dispositif organisé autour de la première cataracte. Loin de constituer une véritable barrière, cette particularité topographique marque néanmoins une rupture majeure dans le continuum nilotique et structure en profondeur cet espace frontière aussi bien dans les pratiques que dans les imaginaires. L’importance de ce passage implique donc un contrôle étroit, exercé à la fois en amont et en aval de la cataracte. L’île de Bilāq, point de jonction des embarcations et des marchandises, disjointes le temps de la traversée, vient verrouiller cet espace intermédiaire qui demeure ainsi sous la supervision de l’Égypte. Sur le plan concret de la logistique, cette organisation n’est certes pas neuve. Elle prend appui sur des habitudes extrêmement anciennes dont on trouve des traces à une époque bien antérieure à la conquête arabe. Cette part d’héritage ne saurait cependant être surévaluée. Cette limite est désormais appréhendée à l’aune de nouveaux critères, ceux de l’Islam.

61L’attitude des musulmans face à cette frontière est ainsi marquée par une certaine ambivalence. En dépit de la terminologie employée par les géographes arabes, qui suggère que la ville d’Assouan est encore considérée, aux xe-xie siècles, comme une marche guerrière, il est clair que la frontière nubienne ne constitue plus un véritable front de conquête. Jusqu’à la fin de la période fatimide, ses fonctions militaires se réduisent pour l’essentiel à la défense contre quelques raids nubiens ou beja, tâche à laquelle elle ne réussit d’ailleurs pas toujours. Du reste, le choix de maintenir une garnison à al-Qaṣr malgré les protestations nubiennes répond sans doute davantage à des préoccupations militaires de renforcement du dispositif frontalier plutôt qu’à une véritable volonté de faire avancer l’Islam en territoire nubien.

  • 166  Il faut néanmoins noter que les spécificités du territoire compris entre la première et la deuxièm (...)

62On aurait donc tort de voir dans la lente progression de l’islam en Nubie le fruit d’une stratégie de longue durée sciemment entretenue par les dynasties qui se sont succédées à la tête de l’Égypte. Même lorsque le calife al-Maʿmūn est appelé à se prononcer dans l’affaire de la vente illégale de terres nubiennes à des musulmans il ne fait finalement que renvoyer le règlement de ce litige aux juristes assouanais. L’infiltration des Arabes en territoire nubien apparaît ainsi comme un processus qui échappe largement au contrôle de l’État califal et des maîtres de l’Égypte. Face à cette pression, la région comprise entre la première cataracte et le Batn el-Hajar joue le rôle d’une soupape qui permet de contenir l’afflux arabe tout en garantissant la continuité des relations commerciales avec l’Égypte et les ports de la Mer Rouge, essentielles au bon développement des royaumes nubiens166.

  • 167  P.M. Holt, 1990, p. 7-9. Voir également la version rapportée par l’historien copte al-Mufaḍḍal (av (...)
  • 168  D’après le détail des possessions nubiennes du sultan Baybars donné par al-Mufaḍḍal, al-ʿAlī compr (...)

63Dès lors il n’y a rien d’étonnant à ce que les Mamelouks, lorsqu’ils parviennent au xiiie siècle à subjuguer le royaume de Makuria, distinguent, dans le traité imposé aux Nubiens, la Basse-Nubie des territoires situés plus au sud. D’après le serment d’allégeance au sultan prêté en 1276 par le roi fantoche Shakanda et rapporté par al-Nuwayrī (m. 1332), les territoires d’al-ʿAlī et d’al-Ǧabal sont annexés purement et simplement au domaine du sultan, les territoires situés plus au sud demeurant entre les mains du souverain nubien, en échange d’un lourd tribut167. Ces deux provinces d’al-ʿAlī et d’al-Ǧabal formaient vraisemblablement la région connue dans les sources arabes sous le nom de Marīs (la Nobadia des documents locaux), comprise entre la frontière égyptienne et la troisième cataracte. Al-ʿAlī correspondait à sa portion la plus septentrionale et al-Ǧabal – qu’il faut peut-être relier à ṣāḥib al-ǧabal, l’appellation arabe de l’éparque – à la partie située plus au sud168.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Abdel-Hamid, S.Z., 1958, Kitāb al-Istibṣār fī Aʿjāib al-Amṣār, Alexandrie, Imprimerie de l’université d’Alexandrie.

Ashour, S.A.F (éd.), 1970, Chronicles of Ahmad Ibn ‘Alī al-Maqrīzī. Entitled Kitāb al-Sulūk Li-Maʿrifat Duwal al-Muluk, vol. 3, part. I, Le Caire, The National Library Press.

Barbier de Meynard, C., Pavet de Courteille, A., Les prairies d'or, 9 t., Paris, Société asiatique, 1861-1877.

Belzoni, G.B., 2009 (1re éd. 1821), Voyages en Égypte et en Nubie, Paris, Tallandier.

Blochet, E., 1907, « Moufazzal Ibn Abil-Fazail. Histoire des sultans mamlouks (II) », Patrologia Orientalis, 14, Paris, p. 373-672.

Browne, G.M., 1991, Old Nubian Texts from Qaṣr Ibrīm III, Londres, Egypt Exploration Society.

Cerulli, E., Gabrieli, F., Levi Della Vida, G., Petech, L., Tucci, G., 1970, Opus geographicum, sive « Liber ad eorum delectationem qui terras peragrare studeant », Fasciculus Primus, Naples-Rome.

Crum, W.E., 1905, Catalogue of the Coptic Manuscripts in the British Museum, Londres, British Museum.

De Goeje, M.J., 1870, Viae regnorum, descriptio ditionis moslemicae auctore Abu Isḥak al-Fārisī al-Istakhrī, Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars Prima, Lugduni Batavorum [Leyde].

De Goeje, M.J., 1889, Kitab al Masâlik waʼl mamâlik (Liber viarum et regnorum) […], Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars VIa, Lugduni Batavorum [Leyde], E.J. Brill.

De Goeje, M.J., 1892, Kitâb al Aʿlâk an-nafîsa, auctore Abû Alî Ahmed ibn Omar ibn Rosteh […], Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars VIIa, Lugduni Batavorum [Leyde], E.J. Brill.

Derenbourg, H., 1886, Ousâma Ibn Mounkidh, un émir syrien au premier siècle des croisades, deuxième partie, Paris, Ernest Leroux.

Description de l’Égypte. Recueil des observations et des recherches […], tome premier. Antiquités-Descriptions, Paris, Imprimerie de C.L.F. Panckoucke, 1821 (2e éd.).

De Slane, B.M.G., Reinaud, M., 1840, Géographie d'Aboulféda, texte arabe, Paris, Imprimerie royale.

Du Camp, M., 1854, Le Nil (Égypte et Nubie), Paris, Librairie nouvelle.

Eide, T., Hägg, T., HoltonPierce, R., Török, L., 1998, Fontes Historiae Nubiorum. Vol. III. From the First to the Sixth Century AD, Bergen.

Evetts, B.T.A., Butler, A., 1895, The Churches and Monasteries of Egypt and Some Neighbouring Countries, Attributed to Abū Sāliḥ, the Armenian, Oxford, Clarendon press.

Gadsby, J., 1855, My Wanderings : Being Travels in the East in 1846-47, 1850-51, 1853-53, Londres, John Gadsby, George Yard, Bouverie Street.

Hinds, M., Sakkout, H., 1981,  « A letter from the governor of Egypt to the king of Nubia and Muqqura concerning Egyptian-Nubian relations in 141/758 », in I.Abbas,Studia Arabica and Islamica, Beyrouth, p. 209-30.

Houtsma, M.T. (éd.), 1883, Ibn Wadhih Qui Dicitur Al-Ja'qubi Historiae, 2 vol., Leyde, E.J. Brill.

Kamal, Y., 1926-1951, Monumenta cartographica Africae et Aegypti, 16 vol., Le Caire, Société royale de géographie d’Égypte.

Kheir, M.H., 1985, « A contribution to a textual problem : Ibn Sulaym al-Aswanī’s Kitāb al Aḫbar al-Nūba wa l'Maqurra wa l'Beǧa wa l'Nīl », Annales islamologiques, 21, p. 9-72.

Kramers, J.H., 1938, Ibn Ḥawqal, Muḥammad ibn 'Alī al-Naṣībī Abū al-Qāsim. Kitāb Ṣurat al-arḍ, 2 vol., Leyde, E.J. Brill,

Kramers, J.H., Wiet, G., 2001 [1re éd. 1964], La configuration de la terre Kitab surat al-ard, t. 1, Paris, Maisonneuve et Larose.

Miller, K., Gaube, H., 1986 [1re éd. 1929], Mappae Arabicae: arabische Welt- und Länderkarten des 9.-13. Jahrhunderts, 2 vol., Stuttgart.

Minorsky, V., Barthold, V.V., Bosworth, C.E., 1970, Ḥudūd al-‘Alam; « The regions of the world »; a Persian geography, 372 A.H.-982 A.D, Londres, Luzac.

Miquel, A., 1972, « L'Égypte vue par un géographe arabe du ive/xe siècle : al-Muqaddasī », Annales islamologiques, 11, p. 109-139.

Mžik, H. von, 1916, « Afrika nach der arabischen Bearbeitung der γεωγραφικὴ ὑφήγησις des Claudius Ptolemaeus von Muḥammad ibn Mūsā al-Ḫwārizmī », Kaiserliche Akademie der Wissenschaften in Wien. Phil.-hist. Klasse. Denkschriften, 59, 4, p. 1-67.

Okacha, S., 1960, Ibn Qutayba. Kitâb al-Mâ ‘arif. Édition critique avec introduction également en français sur l'auteur, Le Caire, faculté des lettres et sciences humaines de l'université de Paris.

Rapoport, Y., Savage-Smith, E. (éds), mars 2007, The Book of Curiosities: A Critical Edition. World-Wide-Web publication (http://www.bodley.ox.ac.uk/bookofcuriosities), consulté en avril 2010.

Sayyid, A.F. (éd.), 2002-2005, Al-mawā'iẓ wa-al-iʿtibār fī ḏikr al-ẖiṭaṭ wa-al-āṯār li-Taqī al-Dīn Aḥmad ibn ʿAlī ibn ʿAbd al-Qādir al-Maqrīzī, 5 vol., Londres, Al-Furqan Islamic Heritage Foundation.

Schefer, C., 1881, Sefer nameh relation du voyage de Nassiri Khosrau en Syrie, en Palestine, en Égypte, en Arabie et en Perse, pendant les années de l'hégire 437-444 (1035-1042), Paris, E. Leroux.

Sourdel-Thomine, J., 1953, Abūl-Ḥasan ʿAlī b. Abī Bakr al-Harawī, Guide des lieux de pèlerinage Kitāb al-isarat ila ma’rifat al-ziyarat, Damas, Institut français de Damas.

Torrey, C., 1922, The History of the Conquest of Egypt, North Africa and Spain Known as the Futūh Miṣr of Ibn Abd al-Ḥakam, New Haven, Yale University Press.

Troupeau, G., sans date [années 1950], Textes géographiques arabes du ixe au xive siècle relatifs au pays des Nubiens et des Abyssins, Paris, mémoire de diplôme d'études supérieures, université de Paris, faculté de lettres.

Troupeau, G., 1954, « La description de la Nubie d’al-Uswânî (ive/xe s.) », Arabica, 1, 1954, p. 276-288.

Van Leeuwen, A.P., Ferré, A., 1992, 'Abd Allah ibn 'Abd al-'Azīz Abū 'Ubayd al-Bakrī. Kitāb al-Masālik wal-Mamālik : édition critique avec introduction et indices, Carthage, Tunis, Beit al-Hikma.

Vantini, G., 1975, Oriental Sources Concerning Nubia, Heidelberg, Varsovie.

Wüstenfeld, F., 1866-1873, Jacut's geographisches Wörterbuch, aus den Handschriften zu Berlin, St. Petersburg, Paris, London und Oxford, 6 vol., Leipzig, Brockhaus.

Études

Adams, W.Y., 1986, Ceramic Industries of Medieval Nubia, II t., Lexington, University Press of Kentucky.

Adams, W.Y., 2010, Qasr Ibrim. The Earlier Medieval Period, Londres, Egypt Exploration Society.

Ayalon, D., 1989, « The Nubian Dam », Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 12, p. 372-390.

Ball, J., 1907, A Description of the First or Aswan Cataract of the Nile, Le Caire, National Print. Dept.

Bloom, J.M., 1984, « Five Fatimid minarets in Upper Egypt », Journal of the Society of Architectural Historians, 43, 2, p. 162-167.

Bonner, M., 1994, « The naming of the frontier : Awasim, Thughur, and the Arab Geographers », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, 57, 1, p. 17-24.

Braude, B., 2002, « Cham et Noé. Race et esclavage entre judaïsme, christianisme et Islam », Annales. Histoire, Sciences Sociales, p. 93-125.

Brauer, R.W., 1995, « Boundaries and frontiers in Medieval Muslim geography », Transactions of the American Philosophical Society, 85, 6, p. 1-73.

Buresi, P., Alaya, C.D., Josserand, P. (éds.), 2001, Identités et représentations de la frontière en Espagne (XIe-XIVe siècle), Madrid, Casa de Velasquez.

Buresi, P., 2004, Une frontière entre chrétienté et Islam dans la péninsule Ibérique. Du Tage à la Sierra Morena, fin XIe-milieu XIIIe siècle, Paris, Publibook.

Chalmeta, P., 1991, « El concepto de Ṯaġr », in P. Sénac (éd.), La Marche supérieure d'al-Andalus et l'Occident Chrétien, Madrid, Casa de Velazquez, Universidad De Zaragoza [diff. De Boccard], p. 15-28.

Christides, V., 1982, « Sudanese at the time of the Arab conquest of Egypt », Byzantinische Zeitschrift, 75, p. 6-13.

Christides, V., 1994, « Nubia and Egypt from the Arab invasion of Egypt until the end of the Umayyads », in C. Bonnet (éd.), Études nubiennes. Conférence de Genève, vol. 1, Genève, Compotronic S.A., p. 341-354.

Creswell, K.A.C., 1978 [1re éd. 1952-1959], The Muslim Architecture of Egypt, 2 vol., New York, Hacker Art Books.

Cuoq, J., 1986, L'islamisation de la Nubie chrétienne, Paris, Geuthner.

Décobert, C., 1982, « Un espace-prétexte : les oasis d'Égypte vues par les géographes arabes », Studia Islamica, 55, p. 95-114.

Dijkstra, J.H.F., 2005, Religious Encounters on the Southern Egyptian Frontier in Late Antiquity (298-642), PhD, Groningen, Rijksuniversiteit.

Dijkstra, J.H.F., 2008, Philae and the end of Ancient Egyptian religion. A Regional Study of Religious Transformation (298-642 CE), Louvain, Peeters, 2008.

Ducène, J.-C., 2005, « La description de l'Égypte (à l'exception d'Alexandrie) dans le Kitāb al-masālik wa-l-mamālik d'al-Bakrī », Annales islamologiques, 39, p. 231-248.

Ducène, J.-C., 2007, « Le Darb el-arba'în à l'époque musulmane », in Pharaons noirs. Sur la piste des quarante jours, Mariemont, Musée royal de Mariemont, p. 245-252.

Forand, P., 1972, « Early Muslim relations with Nubia », Der Islam, 48, p. 111-121.

Garcin, J.-C., 2005 [1re éd. 1976], Un centre musulman de la Haute-Égypte médiévale, Qūṣ, Le Caire, Institut français d'archéologie orientale.

Goldenberg, D.M., 2003, The Curse of Ham : Race and Slavery in Early Judaism, Christianity, and Islam, Princeton, N.J., Princeton University Press.

Hagen, J., 2009, « Districts, towns and other locations of medieval Nubia and Egypt mentioned in the Coptic and Old Nubian texts from Qasr Ibrim », Sudan and Nubia, 13, p. 114-119.

Halm, H., 1998, « Der Nubische baqt », in D. De Smet, U. Vermeulen, Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, 2: Proceedings of the 4th and 5th International Colloqium Organized at the Katholieke Universiteit Leuven in May 1995 and 199, Louvain, Peeters, p. 63-103.

Hasan, Y.F., 2005 [1re éd. 1967], The Arabs and the Sudan from the Seventh to the Early Sixteenth Century, Khartoum, Sudatrek Limited.

Holt, P.M., 1990, « The coronation oaths of the Nubian kings », Sudanic Africa, 1, p. 5-9.

Hunwick, J.O., 2005, « A Region of the mind : Medieval Arab views of African geography and ethnography and their legacy », Sudanic Africa, 16, p. 103-136.

Jaritz, H, 1993, « The investigation of the ancient wall extending from Aswan to Philae: second preliminary report », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Abteilung Kairo, 49, p. 107-132.

Johns, J., Savage-Smith, E., 2003, « The book of curiosities: A newly discovered series of Islamic maps », Imago Mundi, 55, p. 7-24.

Keenan, J.G., 1990, « Evidence for the Byzantine army in the Syene papyri », Bulletin of the American Society of Papyrologists, 27, p. 139-150.

Khadduri, M., 1955, War and Peace in the Law of Islam, Baltimore, Johns Hopkins Press.

Łajtar, A., 1997, « ΤΟ ΚΑΣΤΡΟΝ ΤΩΝ ΜΑΥΡΟΝ ΤΟ ΠΛΗΣΙΟΝ ΦΙΛΩΝ. Der dritte Adam über P. Haun. H 26 », Journal of Juristic Papyrology, 27, p. 43-54.

Levtzion, N., 2000, « Arab geographers, the Nile, and the history of bilad al-Sudan », in H. Erlich, I. Gershoni, The Nile. Histories, Cultures, Myths, Londres, Boulder, p. 71-76.

Lewis, B., 1993, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris, Gallimard.

Lirola Delgado, J., Puerta Vílchez, J.M., 2002, Enciclopedia de al-Andalus. Diccionario de autores y obras andalusias. Tomo I. A-Ibn B, Grenade, Fundacion El legado andalusi.

Locher, J., 1999, Topographie und Geschichte der Region am Ersten Nilkatarakt in Griechisch-Römischer Zeit, Stuttgart, Leipzig, B.G. Teubner.

Maspero, J., Wiet, G., 1919, Matériaux pour servir à la géographie de l'Égypte, Le Caire, Imprimerie de l'Institut français d'archéologie orientale.

Miquel, A., 2001 [1re éd. 1975], La géographie humaine du monde musulman jusqu'au milieu du XIe siècle. Tome 2, Géographie arabe et représentation du Monde. La Terre et l'étranger, Paris, Éditions de l'EHESS.

Miquel, A., 1988, « La perception de la frontière aux approches de l'an mil de notre ère », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 48, 1, p. 22-25.

Monneret de Villard, U., 1935-1938, La Nubia medioevale, 4 vol., Le Caire, Imprimerie de l'Institut français d'archéologie orientale.

Monneret de Villard, U., 1938, Storia della Nubia cristiana, Rome, Pont. Institutum Orientalium Studiorum.

Picard, C., Borrut, A., 2003, « Râbata, Ribât, Râbita : une institution à reconsidérer », in N. Prouteau, P. Sénac, Chrétiens et musulmans en Méditerranée médiévale (viiie-xiiie siècle), Poitiers, université de Poitiers. Centre d'études supérieures de civilisation médiévale, p. 33-65.

Poisson, J.-M. (éd.), 1992, Castrum 4, Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen âge : actes du colloque d'Erice-Trapani (Italie) tenu du 18 au 25 septembre 1988, Rome, Madrid, École française de Rome, Casa de Velázquez.

Prémare, A.-L. de, 2005, « Wahb b. Munabbih, une figure singulière du premier islam », Annales ESC, 60, 3, p. 531-549.

Seignobos, R., 2010, « L’île de Bilāq dans le Kitāb Nuzhat al-Muštāq d’al-Idrīsī (XIIe siècle) », Afriques [En ligne], Sources, consulté le 15 janvier 2011. URL : http://afriques.revues.org/807.

Sénac, P. (éd.), 1991, La Marche supérieure d'al-Andalus et l'Occident chrétien [table ronde, Huesca, 1988], Madrid, Casa de Velazquez, Universidad De Zaragoza [diff. De Boccard].

Sénac, P., 2000, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècles) ; le peuplement musulman au nord de l'Ebre et les débuts de la reconquête aragonnaise, Paris, Maisonneuve et Larose.

Spaulding, J., 1995, « Medieval christian Nubia and the Islamic world : a reconsideration of the Baqt treaty », International Journal of African Historical studies, 28, 3, p. 577-594.

Tibbetts, G.R., 1992a, « The beginnings of a cartographic tradition », in J.B. Harley, D. Woodward, The History of Cartography. Vol. 2, Book 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago, University of Chicago Press, p. 90-107.

Tibbetts, G.R., 1992b, « The Balkhī School of geographers », in J.B. Harley, D. Woodward, The History of Cartography. Vol. 2, Book 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago, University of Chicago Press, p. 108-136.

Tomalcheva, M., 1992, « Cultural perceptions of the Islamic frontier in Arabic geographical literature », in A. Harrak (éd.), Contacts Between Cultures: West Asia and North Africa, Lewiston, The Edwin Mellen Press, vol. I, p. 361-368.

Török, L., 1978, « Money, economy and administration in christian Nubia », Études nubiennes. Colloque de Chantilly 2-6 juillet 1975, Paris, Le Caire, p. 287-312.

Török, L., 2009, Between Two Worlds : the Frontier Region Between Ancient Nubia and Egypt 3700 BC-500 AD, Leyde, Brill.

Vandersleyen, C., 1971, « Des obstacles que constituent les cataractes du Nil », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 69, p. 253-266.

Vantini, G., 1970, « Le roi Kirki de Nubie à Baghdad : un ou deux voyages ? », in E. Dinkler (dir.), Kunst und Geschichte Nubiens in Christlicher Zeit, Recklinghausen, p. 41-48.

Welsby, D.A., 2002, The Medieval Kingdoms of Nubia : Pagans, Christians and Muslims on the Middle Nile, Londres, British Museum Press.

Welsby, D.A., Anderson, J.R. (dir.), Sudan ancient treasures, Londres, British Museum Press, 2004.

Haut de page

Annexe

Abréviations

EI2 : Bearman, P.J., Bianquis, T., Bosworth, C.E., Van Donzel, E., Heinrichs, W.P. (éds), 1960-2004, Encyclopédie de l’islam, XII vol., Leyde, Brill.

CE : Atiya, A.S. (éd.), 1991, Coptic encyclopedia, 8 vol., New York, Toronto, Macmillan.

Haut de page

Notes

1  A. Miquel, 1988.

2  R.W. Brauer, 1995. Signalons également l’article de M. Tomalcheva, 1992, p. 361-368, que nous n’avons pas pu consulter.

3  P. Chalmeta, 1991.

4  C. Picard, A. Borrut, 2003.

5  Les références sont bien trop nombreuses pour être toutes citées ici. On peut toutefois se reporter aux contributions consacrées à ces deux régions dans J.-M. Poisson (éd.), 1992. Une partie de l’opuscule de R.W. Brauer est consacrée à l’Asie Mineure dans le cadre d’une étude de cas. R.W. Brauer, 1995, p. 45-63. Voir également M. Bonner, 1994, pour une étude serrée du vocabulaire servant à désigner la frontière avec l’Empire byzantin. Sur la question de la frontière dans la péninsule ibérique voir notamment PBuresi, et alii, 2001 ; PBuresi, 2004 ; P. Sénac (éd.), 1991 ; P. Sénac, 2000.

6  Notons toutefois que ce thème a récemment fait l’objet de plusieurs études détaillées pour les périodes antique et tardo-antique : J. Locher, 1999 ; J.H.F. Dijkstra, 2008 ; L. Török, 2009. Pour la période médiévale, on peut se reporter aux quelques pages dans U. Monneret de Villard, 1938, p. 131-132 ; J.-C. Garcin, 2005, p. 39-50 et passim ; D. Welsby, 2002, p. 83-85.

7  L’île d’Éléphantine, située immédiatement en aval de la première cataracte, en face d’Assouan, était déjà considérée sous la 1re dynastie comme la limite sud de l’Égypte (L. Török, 2009, p. 14).

8  J. Cuoq, 1982, p. 74-76. Notons néanmoins qu’un siècle auparavant, en 1173, les Ayyoubides avaient réussi à faire reculer la frontière jusqu’à la citadelle de Qaṣr Ibrīm. Ces derniers ne parvinrent pas cependant à y maintenir leur position et durent se replier sur l’Égypte après deux ans d’occupation. J. Cuoq, 1982, p. 65-66.

9  La plupart de ces textes ont été rassemblés dans G. Vantini, 1975. Nous avons également eu recours à la somme de Y. Kamal, 1926-1951, ainsi qu’à un autre recueil moins complet mais contenant également les textes arabes avec les traductions en regard : G. Troupeau, sans date. Autant que possible, nous nous sommes efforcé de retourner aux textes originaux dans les éditions faisant autorité.

10  Comme sur le front byzantin, des expéditions saisonnières étaient alors lancées contre les Nubiens. D. Ayalon, 1989, p. 376.

11  Ibid., p. 390.

12  Parmi les contributions les plus récentes et les plus importantes, voir : D.A. Welsby, 2002, p. 68-73 ; H. Halm, 1998, p. 63-103 ; J. Spaulding, 1995, p. 577-594 ; V. Christides,1994, p. 344-346 ; J. Cuoq, 1986, p. 9-16, passim ; Y.F. Hasan, 2005, p. 17-28, passim ; F. Løkkegaard, EI2, s.v. « Baḳṭ » ; P. Forand, 1972, p. 111-121.

13  Y.F. Hasan, 2005, p. 20-24.

14  Les deux principaux volets du baqṭ (fourniture d’esclaves par les Nubiens et libre circulation des marchands de part et d’autre de la frontière) trouvent confirmation dans une lettre en arabe trouvée en 1972 lors de fouilles à Qaṣr Ibrim en Basse-Nubie. Il s’agit d’une plainte datant de 758, émise par le gouverneur égyptien au sujet du mauvais traitement qu’aurait reçu en Nubie un marchand originaire de la ville d’Assouan. Les clauses de libre circulation du baqṭ sont à cette occasion explicitement invoquées pour condamner cette injustice. Il se plaint également de retards dans le versement des annuités du baqṭ et de la mauvaise « qualité » des esclaves que les Nubiens leur envoient. M. Hinds, M.H. Sakkout, 1981, p. 209-230.

15  M.J. De Goeje, 1885, p. 92. Cette note attribuée à Ibn Ḫurradāḍbih figure dans un manuscrit d’Ibn Ḥawqal conservé à la Bodleian Library.

16  Cet aspect est surtout mis en valeur dans J. Spaulding, 1995, p. 584 notamment. Dès le ixe siècle, Ibn Ḫurradāḍbih, quoique conscient de la réciprocité du baqṭ, semble céder à une approche unilatérale de l’accord dans un autre passage : « ʿUṯmān b. ‘Affān a conclu un traité de paix avec les Nubiens en échange de 400 têtes [d’esclaves] par an. » M.J. De Goeje, 1889, p. 83. Voir également le récit du géographe Qudāma (vers 930) : « Le récit sur les frontières orientales étant achevé, retournons vers la région méridionale où se trouve la frontière (ṯaġr) des Buǧa et des Nūba. Une paix a été conclue avec ces derniers en échange d’un tribut [ḍarība] appelé al-baqṭ. Il n’y a pas de guerre entre eux et les musulmans. » (M.J. De Goeje, 1889, p. 265).

17  M. Khadduri, 1955, p. 261.

18  Y. Kamal, t. III, fol. 720 ; C. Schefer, 1881, p. 116.

19  Sur l’élaboration et la transmission de cette légende, se référer notamment à l’étude récente de D.M. Goldenberg, 2003, ainsi qu’aux travaux de B. Braude (notamment B. Braude, 2002).

20  Ce personnage est surtout connu comme transmetteur d’Isrā’īliyyāt, ces traditions judaïques utilisées par les exégètes musulmans pour expliciter et éclairer les passages coraniques relatifs aux personnages ou épisodes bibliques. Voir A.-L. de Prémare, 2005, p. 531-549.

21  S. Okacha, 1960, p. 26.

22  M.T. Houtsma (éd.), 1883, vol. 1, p. 216.

23  Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’ensemble des préjugés dévalorisants que la civilisation islamique classique a entretenus envers les Noirs. Ces aspects sont relativement bien connus grâce, entre autres, à l’étude de B. Lewis, 1993. Voir aussi J.O. Hunwick, 2005, p. 120-136.

24  V. Christides, 1982, p. 6, 8, 13.

25  M.J. De Goeje, 1870,p. 4-5. Ce passage est repris par Ibn Ḥawqal de façon presque identique : J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 9-10.

26  M.J. De Goeje, 1885, p. 92. Il est cependant à noter que le Nil décrit dans ce passage comprend également le « Nil » occidental ou « Nil des Sūdān », construction intellectuelle des géographes arabes à partir de notions vagues sur les cours du Sénégal et du Niger. Voir N. Levtzion, 2000, p. 71-76.

27  Voir notamment J.-C. Ducène, 2007, p. 245-252.

28  Voir à ce sujet C. Décobert, 1982, p. 95-114.

29  A. Miquel, 2001, p. 154.

30  G.R. Tibbetts, 1992a, p. 90-107 ; R.W. Brauer, 1995, p. 1-3.

31  Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Ms 4247, fol. 30b-31a. Le manuscrit est daté de 1037. La carte est reproduite dans plusieurs ouvrages, voir notamment Y. Kamal, vol. III, 1930, fol. 524 ; H. von Mžik, 1916, pl. I. Voir R. Seignobos, 2010, figure 4, pour le dessin et la transcription, http://afriques.revues.org/807.

32  Ms Aya Sofia 2934, Paris Bn arabe 2214, fol. 13v. Reprod. dans Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 809, 817 ; J.H. Kramers, G. Wiet, 2001, p. 141-142.

33  Bodleian Library, Ms Arab. c. 90. fol. 42a. J. Johns, E. Savage-Smith, 2003, p. 7-24. Ce manuscrit, récemment découvert, a fait l’objet d’une excellente édition en ligne : Y. Rapoport, E. Savage-Smith, (éds), mars 2007.
http://www.bodley.ox.ac.uk/bookofcuriosities

34  G.R. Tibbetts, 1992b, p. 108-136. Voir également R.W. Brauer, 1995, p. 3-7.

35  K. Miller, H. Gaube, 1986, vol. 1, p. 50-53, vol. 2, pl. 2-7.

36  Les cartes de l’Égypte attribuées à Ibn Ḥawqal, beaucoup plus détaillées, signalent également Assouan comme la dernière ville égyptienne. Néanmoins, aucune annotation ou signe ne vient y indiquer la frontière nubienne. Ms Topkapi Sarayi, 3336, fol. 79 (ms daté de 1086, reprod. in Y. Kamal, vol. III, fasc. 2, fol. 658 ; Ms Aya Sofia 2934 (vers 1200, reprod. in Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 808) ; Ms Paris Bn arabe 2214, fol. 13v (reprod. in Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 816).

37  « L’Égypte [Miṣr] a une frontière qui va de la mer des Rūm [Méditerranée], entre Alexandrie et Barqa, et passe par les déserts jusqu’à la partie extérieure des oasis, ensuite elle continue vers le pays des Nūba. Après quoi elle contourne les frontières des Nūba [ḥudud al-Nūba] à la frontière d’Uswān [fī ḥadd Uswān] vers la terre des Buǧa, au-delà d’Uswān vers la mer Rouge. » (M.J. De Goeje, 1870,p. 48).

38  Selon M.H. Kheir, ce texte serait en fait tiré d’al-Uswānī (M.H. Kheir, 1985, p. 35, n.° 2). Néanmoins, il toujours très délicat de délimiter ces citations chez Maqrīzī qui n’en signale le plus souvent que le début ou la fin.

39  M.H. Kheir, 1985, p. 62.

40  J.H.F. Dijkstra, 2008, p. 23-36 ; J. Locher, 1999, p. 58-86.

41  J.-C. Garcin, EI2, s.v. « Uswān », p. 1013.

42  D’après la liste donnée par Ibn Ḫurraḍadhbih. M.J. De Goeje, 1885, p. 81.

43  M.J. De Goeje, 1870, p. 53.

44  J.-C. Garcin, 2005, p. 48-50, passim ; J. Maspero, G. Wiet, 1919, p. 15-16.

45  C. Torrey, 1922, p. 9.

46  Cette expression (bāb al-Nūba) est utilisée pour qualifier Assouan dans la liste des circonscriptions de l’Égypte du géographe Ibn Ḫurradaḍbih (v. 885), d’après la restitution proposée par l’éditeur du texte, M.J. De Goeje, 1885, p. 81, n. l.

47  Populations nomades de langue couchitique occupant les espaces compris entre la moyenne vallée du Nil et la mer Rouge.

48  Qudāma (vers 930) : M.J. De Goeje, 1889, p. 265 ; traité persan anonyme intitulé Ḥudūd al-ʿĀlam (982) : V. Minorsky, V.V. Barthold, C.E. Bosworth, 1970, p. 152 ; Al-Bakrī (xie s.) : A.P. Van Leeuwen, A. Ferré, 1992, p. 619 ; Usāma Ibn Mūnqiḏ (fin xiie s.) : H. Derenbourg, 1886, p. 25 (arabe) ; Kitāb al-Istibṣār (fin xiie s.) : S.Z. Abdel-Hamid, 1958, p. 87 ; Abū l-Makarīm, Histoire des églises et des monastères (fin xiie-début xiiie) : B.T.A. Evetts, A. Butler, 1895, p. 275, 283 (trad.), 125, 131 (texte arabe).

49  M.J. De Goeje, 1870, p. 51.

50  A. Miquel, 1988, p. 23 ; P. Chalmeta, 1991 ; R.W. Brauer, 1995, p. 14-16 ; C.E. Bosworth, J.D. Latham, EI2, vol. X, s.v. Thuġur, p. 478-481.

51  R.W. Brauer, 1995, p. 14, 25.

52  Al-Idrīsī au milieu du xiie siècle exprime la même idée en des termes assez proches : « Assouan est l’une des villes frontières (ṯuġūr) des Nūba qui sont cependant en paix la plupart du temps » E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 39.

53  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 150.

54  Ibn Zūlaq (m. 997), Kitāb fadā’il Miṣr : Y. Kamal, vol. III, fasc. 2, fol. 685 ; l’Histoire des églises et des monastères d’Égypte (xiie-xiiie siècle) évoque le « ṯaġr et le grand ribāṭ » d’Assouan. B.T.A. Evetts, A. Butler, 1895, p. 125 (texte arabe)/275 (trad.).

55  R.W. Brauer, 1995, p. 14.

56  C. Picard, A. Borrut, 2003, p. 33-65 ; J. Chabbi, N. Rabbat, EI2, VII, s.v. « Ribāṭ », p. 510-524.

57  Nous verrons cependant que l’identification du ribāt d’Assouan à un édifice particulier n’est pas totalement à exclure.

58  D’après Ibn Ḥawqal, cette muraille aurait été édifiée en 827 pour protéger la ville des incursions des nomades beja (J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 52).

59  Y. Kamal, t. III, fol. 720v°; C. Schefer, 1881, p. 175. Ces fortifications étaient, semble-t-il, déjà en ruines au début du xixe siècle, d’après les observations de E.-F. Jomard qui les évoque brièvement dans un chapitre de la Description de l’Égypte (chap. I, section première, parag. II), Description de l’Égypte, 1821, p. 121.

60  A.F. Sayyid (éd.), vol. 1, 2002, p. 539.

61  J.-C. Garcin, EI2, vol. X, s.v. « Uswān », p. 1013-1016.

62  Pour un aperçu de ces conflits, voir en particulier J. Cuoq, 1982, passim.

63  Y.F. Hasan, 2005, p. 91, 96.

64  A.F. Sayyid (éd.), vol. 1, 2002, p. 539.

65  Sur cette cataracte et ses environs, voir notamment l’étude, ancienne mais particulièrement fouillée, de J. Ball, 1907. Voir également le livre de J. Locher consacrée à la période gréco-romaine, J. Locher, 1999, p. 271-273 notamment.

66  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145.

67  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145. Dans la carte du Nil figurant dans la version abrégée du K. Ṣūrat al-arḍ, la cataracte est curieusement située en aval d’Assouan (Ms Aya Sofia 2934, Paris Bn arabe 2214, fol. 13v. Reprod. dans Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 809, 817 ; J.H. Kramers, G. Wiet, 2001, p. 141-142). Voir à ce propos R. Seignobos, 2010, http://afriques.revues.org/807.

68  Y. Kamal, t. III, fol. 720v°; C. Schefer, 1881, p. 175. La même idée est exprimée dans un autre passage de sa relation de voyage : « Un bateau, arrivé à Uswān, ne peut plus passer au-delà, car l’eau y sort de défilés étroits et coule rapidement. », Y. Kamal, t. III, fol. 720 ; C. Schefer, 1881, p. 116.

69  La découverte récente du Ms Bodleian Arab. C. 90 a néanmoins remis en question l’attribution de cette carte circulaire à Idrīsī. J. Johns, E. Savage-Smith, 2003, p. 13-14.

70  Voir par exemple celle qui se trouve dans les manuscrits Bnf, Arabe 2221 (xive s.), fol. 16v-17 ; Bodleian Library, Ms Pococke 375, fol. 3v-4r (xve s.), Ms Arab. C. 90, fol. 27b-28a (xiie-xiiie s.).

71  BnF Arabe 2221, fol. 16v-17 ; Bodleian Library, Ms Pococke 375, p. 28-29, Ms Greaves 42, fol. 17v-18. La description de cette région chez al-Idrīsī pose néanmoins quelques difficultés d’interprétation. Voir R. Seignobos, 2010, http://afriques.revues.org/807.

72  Les marchandises sont alors débarquées et acheminées par chameaux jusqu’à Assouan. Il en est de même dans l’autre sens, les embarcations ne pouvant, selon Idrīsī, dépasser la ville d’Assouan. E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 39.

73  S.Z. Abdel-Hamid, 1958, p. 87. Signalons néanmoins que, selon une hypothèse récente, le K. al-Istibṣār serait l’œuvre d’un auteur andalou. J. Lirola Delgado, J.M. Puerta Vílchez, 2002, p. 319-321. Je remercie J.-C. Ducène d’avoir attiré mon attention sur ce point et de m’avoir signalé cette référence.

74  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145.

75  G. Troupeau, 1954, p. 277.

76  M.H. Kheir, 1985, p. 49.

77  Selon J. Ball, la distance entre Assouan et Philae est de 7 km à vol d’oiseau et d’environ 9 km par la route ou par le fleuve (J. Ball, 1907, p. 14). D’après J. Locher, sa longueur totale serait de 11 km environ (J. Locher, 1999, p. 271). Ibn Ḥawqal estime la longueur de la cataracte à deux jets de flèche, soit une distance comprise entre 250 et 600 m, estimation bien en deçà de la réalité. L’auteur semble réduire la cataracte à son passage estimé le plus difficile, qu’il situe à 3 milles d’Assouan. J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145.

78  J. Maspero, 1912, p. 56-57; J.G. Keenan, 1990, p. 145-146.

79  On peut notamment se référer au récit de Maxime du Camp au milieu du xixe siècle : « Le passage des cataractes leur appartient [les habitants des abords de la cataracte] ; ils peuvent seuls les diriger et l’effectuer. Reïs-Ibrahim remit donc au reïs des cataractes le commandement de la cange qu’on avait eu soin d’alléger en enlevant le lest et tous les objets pesants qui la chargeaient. Des chameaux conduisirent mon bagage sous la surveillance de Joseph et de mon domestique, jusqu’à un village où je devais les retrouver ; quant à moi, je restai sur la barque. […] Vers cinq heures du matin ma cange fut envahie par une vingtaine de matelots conduits par Reïs-Badjé-Baudi, grand Nubien […] ; c’est lui qui devait opérer le passage avec l’aide de Reïs-Haçan-Duché, vieux marinier dont on consultait souvent l’expérience. » M. Du Camp, 1854, p. 137-138 ; voir également, sensiblement à la même époque, le récit de John Gadsby : As no boat can ascend or descend without the assistance of a very important personage called the Reis of the cataracts, we went as soon as we arrived at Assouan, to the governor of the town, to induce him to order the said reis’s attendance early in the morning […]. J. Gadsby,1855, p. 356.

80  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 145. Al-Idrīsī précise que le transport s’effectue à dos de chameaux. E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 39.

81  Sur cette expédition, voir J. Cuoq, 1982, p. 84.

82  S.A.F. Ashour, vol. 3, part. I, 1970, p. 110-111.

83  Le géographe Strabon, qui l’emprunte pour se rendre à Philae en 25-24 av. J.-C., la décrit brièvement dans sa Géographie (XVII, 1, 50).

84  H. Jaritz, M. Rodziewicz, 1993, p. 107-132.

85  Ce mur passait pour immense puisque, d’après la plupart des auteurs médiévaux, il s’étendait en longueur jusqu’au delta. Certains prétendent même qu’un ouvrage similaire courait le long de la rive occidentale du Nil sur une distance égale. Voir par exemple le récit d’al-Harawī (début xiiie siècle) : « Récit sur le mur de la vieille [ḥā’iṭ al-ʿaǧūz] également appelé ḥā’iṭ al-ḥaǧūz : ce mur est l’une des merveilles du monde. La raison en est qu’il commence dans la région de Bilbays puis qu’il apparaît, comme je l’ai observé, sur le sommet des montagnes et dans les creux des vallées, sur une distance d’un mois de marche environ, jusqu’à ce qu’il atteigne la frontière des Nūba. Personne parmi les gens du pays n’ignore ce mur et on dit même qu’il existe, sur la rive occidentale, un mur semblable. Ils prétendent que c’est une femme qui régnait autrefois sur le pays qui a ordonné la construction de ces deux murs mais Dieu seul sait ce qu’il en est vraiment. » J. Sourdel-Thomine, 1953, p. 45-46. Quant à la destination de cette ligne de défense, les raisons invoquées sont variables, reflétant la diversité des traditions populaires et érudites à ce sujet. Selon l’explication la plus courante, ce mur avait pour objectif de préserver l’Égypte des incursions nubiennes. Pour les références des passages évoquant le « mur de la vieille », voir J. Maspero, G. Wiet, 1919, p. 72-73 ; voir également C. Pellat, EI2, III, s.v., « Ḥā’iṭ al-ʿajūz », p. 73-74.

86  Cette possibilité semble confirmée par les voyageurs du xixe siècle, comme Giovanni Belzoni, qui affirme que de petites embarcations peuvent la remonter et la descendre toute l’année. G.B. Belzoni, 2009, p. 290.

87  M.H. Kheir, 1985, p. 18, 50.

88  M.J. De Goeje, 1892, p. 334.

89  Mort en 656. Gouverneur de Haute-Égypte au moment de la conquête.

90  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 51.

91  « Cette ville [Bilāq] est située dans un lieu fait de monts et de rochers, connu sous le nom d’al-ǧanādil [les cataractes]. Elle est sur une île entourée par les eaux du Nil. […] Cette ville est l’endroit où s’arrête la navigation pour les embarcations des Nūba et des musulmans venant de l’Égypte et d’Assouan. » C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 40-41.

92  U. Monneret de Villard, 1938, p. 132.

93  F. Wüstenfeld, vol. 1, 1866, p. 71.

94  Ce personnage, cité dans trois documents (n° 449, 450 et 451), était alors – ou est devenu ensuite – éparque de Nobadia, comme le confirment les quelques mots du document n° 451 que W.E. Crum a réussi à déchiffrer. W.E. Crum, 1905, n° 451, p. 216.

95  Ou Tilimaara. Ce toponyme n’a pas encore été identifié en dépit des efforts d’U. Monneret de Villard qui pense y reconnaître une forme composée nubienne (U. Monneret de Villard, 1938, p. 100-101) Il est également mentionné  dans un autre document copte découvert à Qasr Ibrim. J. Hagen, 2009, p. 117.

96  W.E. Crum, 1905, n° 449, p. 212-214.

97  Voir notamment L. Török, 2009, p. 20-21.

98  Cette région était alors connue sous le nom de « Dodekaschène ». Il s’agit de la partie de la Basse-Nubie comprise entre Philae et Maharraqa, à 250 km plus au sud.

99  J. Maspero, 1912, p. 25-27.

100  « Bilāq possède un minbar et une nombreuse population musulmane. » C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 40-41. Il s’agit d’une chaire destinée au prône lors de la prière du vendredi, désignant par synecdoque la mosquée. C’est d’ailleurs ce critère qu’a retenu al-Muqaddasī à la fin du xe siècle pour attribuer ou non à une localité le statut de ville. A. Miquel, 1972, p. 112.

101  F. Wüstenfeld, vol. 1, 1866, p. 71.

102  Al-Harawī, au début du xiiie siècle, évoque le village (qarya) de Bilāq ou Birāq qu’il situe à proximité du fameux obélisque inachevé d’Assouan (J. Sourdel-Thomine, 1953, p. 45). Dans l’extrait du Kitāb al-Sulūk cité plus haut, al-Maqrīzī parle également de Bilāq comme d’un simple village. Faut-il en déduire une différence d’appréciation des auteurs tardifs par rapport aux géographes des ixe-xie siècle ou plutôt l’indice d’un déclin de la ville à partir du xiie siècle ?

103  J.H.F. Dijkstra, 2005, p. 15, n. 53.

104  À moins que l’île même ne constitue qu’une partie seulement d’une agglomération qui s’étendrait également sur la rive, au niveau de la plaine située à proximité du village moderne de Shellal.

105  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 40-41.

106  « Route d’Uswān à ‘Ayḏāb […] : dans les environs d’Uswān est située l’île de Bilāq, qui est une île entourée par le Nil. Il s’y trouve un minbar et elle est peuplée de musulmans venant du pays de Miṣr [Égypte] et d’Uswān. » A.P. Dan Leeuwen, A. Ferré, 1992, p. 620.

107  À l’appui de cette idée, on pourrait invoquer le passage, cité plus haut, du Livre des pays d’al-Yaʿqubī, dans lequel il affirme que Bilāq appartient au territoire (nāḥiya) d’Assouan. Néanmoins, le mot ne semble pas encore avoir chez al-Yaʿqūbī le sens administratif qu’il aura chez d’autres auteurs à partir du xe siècle, chez al-Muqaddasī notamment, pour qui ce terme désigne une division administrative plus grande que la circonscription (kūra) mais inférieure à la province (iqlīm). A. Miquel, 1972, p. 110.

108  J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 51.

109  Voir l’extrait cité ci-dessus. Voir également al-Uswānī qui désigne Bilāq comme la dernière place forte (ḥiṣn) de l’Islam (M.H. Kheir, 1985, p. 49.) ainsi que l’ouvrage copte connu sous le nom d’Histoire des églises et des monastères (fin xiie-début xiiie siècle), dont la composition est aujourd’hui attribuée à un certain Abū al-Makarīm : « Île de Bilāq : entre le territoire des Nūba et celui des musulmans se trouvent deux rochers sur une éminence [ǧabal] au milieu du Nil béni [il s’agit sans doute des îles de el-Hasa, Bigeh et Awad]. En face, les musulmans possèdent une puissante et belle forteresse que l’on appelle Bilāq. […] Il s’y trouvent des habitations fortifiées et les vestiges d’édifices de belle facture, ouvrage des Anciens. » B.T.A. Evetts, AButler, 1895, p. 274, 275 (trad.), 127 (texte arabe). Rappelons également que, dans le document copte cité ci-dessus, Philae (Peilak) est qualifiée de kastron. W.E. Crum, 1905, n° 449, p. 213.

110  On sait que les fortifications étaient encore entretenues par les Byzantins dans le dernier tiers du viesiècle. Les vestiges de cette enceinte étaient encore visibles au début du siècle dernier. J. Maspero, 1912, p. 25-27 ; J.H.F. Dijkstra, 2008, p. 327.

111  Notons également qu’au xie siècle al-Bakrī inclut implicitement Bilāq dans le district (ʿamal) d’Assouan en disant de la mosquée d’al-Rudaynī, située au sud de Bilāq, qu’elle est le dernier lieu de ce district. A.P. Van Leeuwen, A. Ferré, 1992, p. 619.

112  On peut d’ailleurs se demander si les cartographes de l’école d’al-Balḫī n’ont pas eu conscience de l’espace qui séparait Assouan du début du pays des Nubiens en laissant délibérément un petit interstice entre Assouan et la frontière nubienne, comme cela apparaît dans la plupart des cartes de l’Égypte attribuées à al-Iṣṭaḫrī. K. Miller, H. Gaube, 1986, vol. 1, p. 50-53, vol. 2, pl. 2-7.

113  Al-Bakrī l’évoque sous le nom de Ṣūr (Tyr) mais il s’agit là d’une faute de lecture ou de copiste. A.P. Van Leeuwen, A. Ferré, 1992, p. 619. La traduction de J.-C. Ducène a dûment corrigé cette erreur. J.-C. Ducène, 2005, p. 238.

114  Al-Ya’qūbī : « Ensuite vient la frontière [ḥadd] du pays des Nūba à un endroit appelé Al-Qaṣr à une distance d’un mille de Bilāq. » M.J. De Goeje, 1892, p. 334 ; al-Masʿūdī : « [Al-Qaṣr] est situé à six milles de la ville d’Assouan près de l’île de Bilāq » C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, 1864, t. 3, p. 40 ; Al-Uswānī : « La première bourgade du pays des Nūba est un village connu sous le nom d’Al-Qaṣr, à cinq milles d’Assouan. […] Entre Bilāq et le village des Nūba il y a un mille. » M.H. Kheir, 1985, p. 17, 49.

115  H. von Mžik, 1916, p. 7.

116  U. Monneret de Villard, 1935, p. 17, pl. VIII. Un des indices en faveur de cette identification se trouve chez le voyageur fatimide al-Uswānī qui écrit à propos d’Al-Qaṣr :« Il y a dans ce village un poste militaire et une porte [bāb] vers le pays des Nubiens. » M.H. Kheir, 1985, p. 49. Le mille arabe équivalent à un peu moins de 2 km, la localisation proposée par les auteurs arabes (un mille entre Bilāq et Al-Qaṣr et 5 ou 6 entre Al-Qaṣr et Assouan) se révèle très proche de la réalité : Ḥiṣn al-Bāb est en effet distant d’environ 1 km-1,5 km de Philae et d’une douzaine de kilomètres d’Assouan.

117  L’endroit a fait l’objet de prospections en 2007, sous la direction de Pamela Rose (université de Cambridge) et Alison Gascoigne (université de Southampton), mais, à ma connaissance, leurs résultats n’ont pas encore été publiés au moment où cet article a été soumis. Ces travaux ont révélé que le complexe fortifié d’Al-Qaṣr se composait de deux structures superposées, l’une appartenant à l’époque romaine et l’autre à l’époque médiéval.
http://www.southampton.ac.uk/archaeology/research/projects/hisnalbab.html.

118  A. Łajtar, 1997.

119  Il est rejoint sur ce point par al-Uswānī. M.H. Kheir, 1985, p. 61.

120  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3., 1864, p. 39-40.

121  Sur cette ambassade, voir G. Vantini, 1970, p. 41-48.

122  Les prétentions nubiennes sur Al-Qaṣr semble trouver confirmation dans le document copte mentionné plus haut, dans lequel un certain Georgios est déclaré maître de « tous les Éthiopiens depuis Tilimauara jusqu’au kastron de Peilak [Bilāq] ». On retrouve une formule identique dans un document copte de Qasr Ibrim, remontant au Xe-XIe siècle, qui concerne cette fois un roi. W.E. Crum, 1905, n° 449, p. 212-214 ; J. Hagen, 2009, p. 117. On peut d’ailleurs se demander si le kastron de Philae mentionné dans ces deux documents n’est pas identique au kastron auquel il est fait allusion dans le papyrus grec (P. Haun. II, 26) mentionné ci-dessus ? Il s’agirait dans ce cas d’une allusion au site d’al-Qaṣr et non aux fortifications de l’île de Philae.

123  M.H. Kheir, 1985, p. 40, 64.

124  M.H. Kheir, 1985, p. 49. Notons toutefois que, dans son récit, ce poste militaire (maslaḥa) n’est pas explicitement qualifié de musulman.

125  J.H. Kramers, 1938, p. 51.

126  La lecture correcte a été rétablie dans la traduction récente de J.-C. Ducène, 2005, p. 238.

127  A.P. VanLeeuwen, A. Ferré, 1992, p. 619. C’est sans doute chez al-Bakrī qu’Idrīsī a trouvé ce toponyme qu’il mentionne, avec Assouan et Edfou, parmi les villes de Haute-Égypte appartenant à la quatrième section du premier climat. Cerulli, F. Gabrieli et alii,1970, p. 32.

128  K.A.C. Creswell, vol. 1, 1978, p. 147-152, pl. 122. Cette identification pourrait d’ailleurs trouver confirmation dans le nom que certains auteurs ont donné à cet édifice. Le lieu est évoqué sous le nom de Mašhad al-Rudaynī dans le Guide des lieux de pèlerinage du Syrien al-Harawī, au début du xiiie siècle (J. Sourdel-Thomine, 1953, p. 45), ainsi que dans le Taqwīm al-buldān d’Abū l-Fida’, au début du xive siècle : « Dans le voisinage d’Assouan se trouve Mašhad al-Rudaynī qui est une grande mosquée située au bord du Nil sur la rive orientale, à une journée à cheval au sud d’Assouan » (B.M.G. De Slane, M. Reinaud, 1840, p. 104). Le mot mašhad, qui se rapporte à l’origine à un lieu de martyre, a fini par servir à désigner des lieux saints de toute nature, comme c’est d’ailleurs le cas chez al-Harawī. C.E. Bosworth, EI2, VI, s.v. « Mašhad », p. 702.

129  K.A.C. Creswell les attribue au célèbre vizir fatimide Badr al-Ǧamālī qui les aurait fait bâtir entre 1077 et 1081-1082 en commémoration de sa victoire sur les tribus arabes établies aux abords de la frontière et qui, menées par Kanz al-Dawla, s’étaient emparées d’Assouan en 1077 (K.A.C. Creswell, vol. 1, 1978, p. 155). Selon J.M. Bloom, ces minarets, dont l’architecture dénote des influences du Ḥiǧāz, seraient plutôt l’œuvre de patrons locaux et dateraient du milieu du xie siècle (J.M. Bloom, 1984, p. 167).

130  À l’exception peut-être d’al-Uswānī qui semble se contredire en affirmant, dans un autre passage de son récit, que le royaume d’al-Muqurra (Makuria) commencerait au village (qarya) de Tafa (l’antique Taphis) situé à une quarantaine de kilomètres au sud d’Assouan, sur la rive occidentale. M.H. Kheir, 1985, p. 22, 52.

131  « C’est l’extrême limite de l’Islam [aḫir ḥadd al-islām] et la première limite des Nūba. » J.H. Kramers, vol. 1, 1938, p. 51.

132  « En dessous de la mosquée, il y a une église appartenant aux Nūba. » J.H. Kramers, 1938, p. 51. Les expressions « en-dessous » ou « au-dessus » sont fréquemment utilisées pour localiser un site en amont ou en aval du Nil. L’expression peut également faire référence à sa position en contrebas de la mosquée. Il est en tout cas peu probable qu’il s’agisse d’un édifice double constitué d’une église surmontée d’une mosquée, comme l’ont interprété la plupart des commentateurs modernes (par exemple A. Miquel, 2001, p. 156).

133  « Mašhad al-Rudaynī : c’est un endroit béni. Il ne se trouve derrière lui aucune construction hormis une église des Nubiens qui s’y rendent en pèlerinage. Les musulmans l’ont profanée à leur arrivée ici. » J. Sourdel-Thomine, 1953, p. 45.

134  Ainsi, l’église anonyme mentionnée par les auteurs musulmans se voit pourvue d’un nom par les compilateurs coptes. Dans un autre passage est signalée la présence d’une église dédiée à l’archange Michel et située sur l’île de Philae. Il n’est pas exclu qu’il soit fait référence au même édifice. B.T.A. Evetts, A. Butler, 1895, p. 131 (texte arabe), 283 (trad.).

135  Ou construite récemment (mustaǧidd). La source de cette information n’est pas mentionnée. Il est difficile de savoir à quelle période il est fait référence ici dans la mesure où l’ouvrage consiste en un assemblage complexe de documents d’origines et d’époques diverses.

136  B.T.A. Evetts, A. Butler, 1895, p. 126-127 (texte arabe), 274 (trad.).

137  J.-C. Garcin, EI2, s.v. « Uswān », p. 1013-1015.

138  « Puis vient la grande ville d’Uswān où l’on trouve les commerçants des mines. Elle est située sur la rive orientale du Nil. On y trouve de nombreux palmiers, des céréales et des marchandises provenant des pays des Nubiens et des Buǧa. » M.J. De Goeje, 1892, p. 334.

139  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 50.

140  J.C. Garcin, 2005, p. 79-108, passim.

141  « On y pratique le commerce des marchandises qui sont transportées de là vers le pays des Nubiens ». Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 40.

142  « D’ici [Al-Qaṣr] à la première cataracte du pays des Nubiens il y a dix étapes. Dans ce territoire les musulmans sont libres d’agir […]. » M.H. Kheir, 1985, p. 49-50.

143  M.H. Kheir, 1985, p. 50. Sur cette question voir L. Török, 1978, p. 291-296.

144  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 41-42. Sur cette affaire, voir notamment J. Cuoq, 1986, p. 27-31 ; Y.F. Hasan, 2005, p. 37-38.

145  Selon al-Uswānī, qui évoque également cette affaire, c’est le prince Qīrqī, lors de son ambassade à Bagdad, qui aurait porté cette question devant le calife al-Muʿtaṣim. M.H. Kheir, 1985, p. 40, 64.

146 Voir notamment L. Török, 1978, p. 296-298 ; J. Cuoq, 1986, p. 27.

147  Il convient de rappeler que parmi les documents en vieux nubien découverts à Qasr Ibrim et édités par G.M. Browne nombreux sont ceux qui évoquent la vente ou la cession de terres entre particuliers. Voir G.M. Browne, 1991, doc. n° 32, 34, 36, 37, 38, 39, 40, 42, 44, 45. Ces textes sont cependant plus tardifs et n’ont pas encore fait l’objet d’analyses approfondies. Il y a également beaucoup à attendre dans ce domaine des textes vieux nubiens encore inédits et des textes coptes de Qasr Ibrim en cours d’étude par Joost Hagen (université de Leyde).

148  C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 41.

149  Pour les références de ces documents, voir U. Monneret de Villard, 1938, p. 118-119.

150  U. Monneret de Villard, 1938, p. 118.

151  « Dans la partie la plus proche [de la frontière] ils possèdent des propriétés, et pratiquent le commerce dans la partie la plus haute […]. » M.H. Kheir, 1985, p. 50.

152  « […] Ici réside un certain nombre de musulmans dont pas un ne parle un bon arabe. » M.H. Kheir, 1985, p. 50. Le contrôle royal des déplacements au sud de la deuxième cataracte et le rôle de l’éparque de Nobadia comme intermédiaire entre les marchands musulmans et le roi de Makuria (mais aussi d’Alodia) trouvent confirmation dans les documents arabes de Qasr Ibrim en cours d’édition par E. Sartain. Pour un premier aperçu voir W.Y. Adams, 2010, p. 251-252.

153  J. Cuoq, 1986, p. 27; Y.F. Hasan, 2005, p. 32-37.

154  De multiples lectures de ce toponyme sont possibles. Il n’a pas été identifié mais devait se situer non loin de la moderne Wadi Halfa.

155  M.H. Kheir, 1985, p. 50.

156  C. Vandersleyen, 1971, p. 257-260.

157  W.Y. Adams, CE, s.v. « Baṭn al-Ḥajar », p. 361-362.

158  M.H. Kheir, 1985, p. 50. Ce rôle de place refuge s’est notamment exprimé lors de la période chrétienne tardive durant laquelle les troubles provoqués par les expéditions mameloukes et les déprédations des tribus arabes (notamment des Banū l-Kanz) ont suscité un repli des populations dans le Batn El-Hajar. W.Y. Adams fait remarquer, à juste titre, qu’hormis les forteresses égyptiennes du Moyen-Empire, les vestiges qui s’y trouvent sont formés pour l’essentiel de villages et de constructions fortifiés remontant à cette période particulièrement agitée de la fin du Moyen Âge. W.Y. Adams, CE, s.v. « Baṭn al-Ḥajar », p. 362.

159  Sur ce personnage, voir notamment U. Monneret de Villard, 1938, p. 134-140, 181-184 ; W.Y. Adams, CE, s.v. « Nobatia, eparch of. », p. 1798 ; D.A. Welsby, 2002, p. 93-95.

160  M.H. Kheir, 1985, p. 50. Le contrôle royal des déplacements au sud de la deuxième cataracte et le rôle de l’éparque de Nobadia comme intermédiaire entre les marchands musulmans et le roi de Makuria (mais aussi d’Alodia) trouvent confirmation dans les documents arabes de Qasr Ibrim en cours d’édition par E. Sartain. Pour un premier aperçu voir W.Y. Adams, 2010, p. 251-252.

161  U. Monneret de Villard, 1938, p. 135-136.

162  M.H. Kheir, 1985, p. 50.

163  D.A. Welsby, 2001, p. 208 ; W.Y. Adams, 1986, t. I., p. 525.

164  Frontière traditionnelle entre la Basse- et la Haute-Nubie, le Batn El-Hajar marquait dès les époques les plus anciennes l’extrême limite de la pénétration égyptienne. W.Y. Adams, CE, s.v. « Baṭn al-Ḥajar », p. 361-362.

165  M.H. Kheir, 1985, p. 50.

166  Il faut néanmoins noter que les spécificités du territoire compris entre la première et la deuxième cataracte, et son importance dans les relations entre l’Égypte et la Nubie revêtent un caractère structurel, se retrouvant pour ainsi dire à toutes les époques. La Basse-Nubie assure en effet depuis les temps les plus reculés ce rôle d’espace de transition entre l’Égypte et la Nubie, comme le démontre notamment l’étude récente de L. Török (L. Török, 2009).

167  P.M. Holt, 1990, p. 7-9. Voir également la version rapportée par l’historien copte al-Mufaḍḍal (av. 1341) dans son Histoire des sultans Mamluk. E. Blochet, 1907, p. 400-403.

168  D’après le détail des possessions nubiennes du sultan Baybars donné par al-Mufaḍḍal, al-ʿAlī comprend le territoire compris entre l’île de Bilāq et Meinarti (l’« île de Michel »), en aval de la deuxième cataracte (E. Blochet, 1907, p. 445-446). La région d’al-Ǧabal n’y est pas mentionnée mais il s’agit probablement de la portion du Marīs située entre la deuxième cataracte et la région de la troisième cataracte qui, selon al-Uswānī, marquait le commencement du royaume de Makuria proprement dit (M.H. Kheir, 1985, p. 51). Selon D.A. Welsby, cette frontière serait située dans la région de Tumbus et Hannek, juste en amont de la troisième cataracte. D.A. Welsby, 2002, p. 85.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les royaumes chrétiens de Nubie
Crédits R. Seignobos, d’après la carte contenue dans D. Welsby, J.R. Anderson, 2004, p. 281
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/800/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 2 : La région de la première cataracte
Crédits R. Seignobos, d’après la carte contenue dans J. Locher, 1999, hors-texte
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/800/img-2.png
Fichier image/png, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Seignobos, « La frontière entre le bilād al-islām et le bilād al-Nūba : enjeux et ambiguïtés d’une frontière immobile (VIIe-XIIe siècle) », Afriques [En ligne], 02 | 2010, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/800 ; DOI : 10.4000/afriques.800

Haut de page

Auteur

Robin Seignobos

Doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org