Navigation – Plan du site

Introduction au dossier « Les chemins de l’identité en Afrique du XVe au XXe siècle »

Marie-Laure Derat

Texte intégral

  • 1 Le programme européen Procope a permis à ces deux instituts de recherche de travailler ensemble de (...)

1Ce dossier est le fruit d’une rencontre entre chercheurs allemands du « Seminar für Orientkunde » de l’université de Mayence et de chercheurs français du Centre d’études des mondes africains et de l’université Paris 1, réunis par un programme d’échange européen1. Autour du thème « Identités composées, dynamiques linguistiques et religieuses en Afrique », trois journées de discussions se sont tenues à Paris du 24 au 26 novembre 2003.

2Le propos de cette rencontre était d’exposer des études de cas portant sur la création, le développement et l’évolution de sociétés complexes, multiculturelles et plurilingues en Afrique. Un intérêt particulier était accordé à la question des langues, au rapport entre écriture et oralité, aux échanges entre religions (christianisme, islam, religions locales) et aux constructions historiques des identités locales. Il s’agissait, avant tout, d’observer des cas précis de contacts, de chevauchements entre groupes relevant de religions ou de langues différentes et d’analyser comment les sociétés en question assimilaient ou rejetaient les nouveautés et comment le rapport à l’autre contraignait ces sociétés à se définir.

  • 2 Pour ne citer que quelques exemples parmi les ouvrages fondateurs, qui restent des références : J.- (...)
  • 3  Voir à ce sujet l’article de C. Bosc-Tiessé, « L’Afrique en trompe-l’œil. Espace et discours au mu (...)

3Le thème de l’identité est inépuisable. De nombreux et excellents travaux ont largement balisé cette question, précisément dans le domaine africain2, afin de montrer en particulier que les définitions ethniques, aujourd’hui parfois perçues comme intangibles, se heurtent à un obstacle majeur, celui de l’évolution des sociétés, de leur historicité. Pourtant, on continue d’employer la catégorisation ethnique comme information élémentaire dès qu’il s’agit de renseigner ce qui touche à l’Afrique, jusqu’à l’identification d’un objet3. Il n’est donc pas inutile de continuer de caractériser le champ de l’identité avec des travaux récents qui n’ont pas pour propos de remettre en cause ce qui a été fait, mais de poursuivre l’enquête en mettant l’accent sur le moment où une identité se cristallise ou mute, et sur les lectures endogènes ou exogènes de l’identité qui sont faites.

4Ce dossier s’articule autour de trois thématiques : les constructions identitaires, les contacts linguistiques et les interactions religieuses.

5La première thématique réunit trois contributions portant sur l’Éthiopie et la côte swahili entre les xvie et xixsiècles. À partir d’approches différentes – qu’il s’agisse de l’étude des relations de la cour royale éthiopienne avec les Oromo qui constituent un véritable parti au xviiisiècle, de l’analyse des pratiques attribuées aux chrétiens ou aux musulmans en ce qui concerne le tabac entre le xvie et le xixe siècle, toujours en Éthiopie, ou bien encore de l’étude des territoires urbains dans les cités swahili et des questions de citoyenneté qui en découlent aux xviie et xviiisiècles – ces trois articles soulignent à quel point les documents, les textes, les images qu’emploient l’historien peuvent parfois « durcir » les critères de l’identité, les conflits entre groupes, les caractères stigmatisant l’autre, et pointent le rôle essentiel de l’historien qui doit déconstruire cette image que renvoie la documentation afin de donner la mesure des enjeux politiques et sociaux qui sous-tendent ces critères.

6La seconde thématique étudie les contacts linguistiques et sur les lectures identitaires qu’une étude biaisée du vocabulaire peut introduire. La première contribution analyse une liste de mots arabes et éthiopiens (ge’ez et amharique) recueillis par un Italien au xvsiècle, de passage à Jérusalem, employant comme langue d’écriture le latin. Le second article s’intéresse aux entrées d’un dictionnaire français-kirundi qui démontrent l’influence des travaux racialistes de la fin du xixsiècle sur les notices du dictionnaire et sur la vision du Burundi qu’impose alors cette lecture.

7Enfin, le dernier thème envisage les interactions religieuses dans le royaume chrétien d’Éthiopie entre le xve et le xxsiècle. Bien que les frontières religieuses paraissent parfois être les plus solides, ces deux contributions signalent des aménagements qui s’opèrent pour introduire des particularités au sein de religions que l’on envisage trop souvent comme des blocs monolithiques ; ou des stratégies pour développer des alliances intereligieuses et non pas les éviter.

8Les enquêtes de ce dossier témoignent par ailleurs de la fécondité de travaux menés sur des périodes « anciennes » de l’histoire de l’Afrique, c’est-à-dire antérieures au xixsiècle, pour lesquelles les questions relatives à l’identité n’ont toujours pas fait l’objet d’études sérieuses à tel point qu’une véritable césure existe parfois entre les études menées sur la période contemporaine et les autres périodes, tant les systèmes de référence semblent s’opposer. Ces contributions constituent donc les premiers éléments d’un pont à construire entre deux mondes historiographiques.

Haut de page

Notes

1 Le programme européen Procope a permis à ces deux instituts de recherche de travailler ensemble de 1997 à 2003. Une première rencontre avait eu lieu à Mayence en octobre 1997 et a donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif : B. Hirsch & M. Kropp (dir.), Saints, Biographies and History in Africa, Francfort, Peter Lang, 2003.

2 Pour ne citer que quelques exemples parmi les ouvrages fondateurs, qui restent des références : J.-L. Amselle & E. M’Bokolo (dir.), Au cœur de l’ethnie. Ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, 1985 ; J.-P. Chrétien & G. Prunier (dir.), Les ethnies ont une histoire, Paris, 1989.

3  Voir à ce sujet l’article de C. Bosc-Tiessé, « L’Afrique en trompe-l’œil. Espace et discours au musée du Quai Branly », Au musée de l’oubli, B. Hirsch (dir.), à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Derat, « Introduction au dossier « Les chemins de l’identité en Afrique du XVe au XXe siècle » », Afriques [En ligne], 01 | 2010, mis en ligne le 21 avril 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://afriques.revues.org/85

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org