Navigation – Plan du site

Une séquence photographique de la mission Dakar-Djibouti : les funérailles d’Ayaléo

A series of photographs from the Dakar-Djibouti mission: Ayaléo’s funeral
Estelle Sohier

Résumés

L’« enterrement d’Ayaléo » a été l’un des évènements photographiés de bout en bout par la mission ethnographique française Dakar-Djibouti, créant ainsi une « séquence » d’une trentaine de photographies ayant une unité de sujet, de temps et d’espace. L’ensemble représente les funérailles du muletier de la mission, célébrées aux alentours de la ville de Gondar, dans le nord de l’Éthiopie, en octobre 1932. L’effort des auteurs pour consigner l’intégralité de l’événement et le processus de traitement de l’image en font un témoignage remarquable sur le déroulement des obsèques dans cette région au début des années 1930. Ces documents ne sont compréhensibles que grâce aux différents textes produits en parallèle : légendes, fiches, mais aussi le journal intime de Michel Leiris. Si l’utilisation de la photographie avait d’abord une fonction médiatique, l’ensemble reflète aussi la mise en place de méthodes appliquées à l’utilisation de la photographie comme outil de recherche ethnographique sous la direction de Marcel Griaule.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. Jamin, 1996, p. 26.
  • 2  É. Jolly, 2001, p. 159.
  • 3  La photothèque a été inaugurée en 1938 (C. Barthe, 2000, p. 72).
  • 4  É. Jolly, 2001, p. 160.
  • 5  É. Jolly, 2001, p. 172 ; A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 106.

1Une équipe de dix ethnologues et techniciens sillonna l’Afrique d’ouest en est, de Dakar à Djibouti, de mai 1931 à février 1933, menant sous la direction de Marcel Griaule une des premières grandes enquêtes de terrain de l’ethnologie française1 à la suite de leurs confrères anglo-saxons. Un des buts de ce « raid » scientifique2 était la collecte d’informations, d’objets et de documentation pour le musée d’Ethnographie du Trocadéro à Paris, réorganisé depuis peu. L’équipe eut amplement recours à la photographie, puisqu’elle réalisa plus de 6 000 clichés, dont près de la moitié ont plus tard été déposés à la photothèque du musée de l’Homme3. Cette production iconographique répondait à un enjeu médiatique, dans la mesure où l’onéreuse entreprise était financée par des donations publiques et privées. L’image était un outil de communication avec le grand public français, qui a d’ailleurs suivi avec enthousiasme les avancées de la mission dans la presse métropolitaine4. Mais la pratique photographique correspondait aussi à une mise en application de nouvelles méthodes ethnographiques. La mission Dakar-Djibouti fut en effet le creuset d’innovations et d’expérimentations ethnologiques, les notes ethnographiques étant complétées par l’usage de la photographie, mais aussi du cinéma et de l’enregistrement sonore5.

  • 6  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 109.
  • 7  Les 26 photographies originales reproduites ici proviennent du Fonds Marcel-Griaule conservé à la (...)

2L’« enterrement d’Ayaléo » a été l’un des événements photographiés de bout en bout par l’équipe de Griaule, qui créa ainsi une « séquence6 » d’une trentaine de photographies ayant une unité de sujet, de temps et d’espace7. L’ensemble représente les funérailles du muletier de la mission, célébrées dans la matinée du 6 octobre 1932 aux alentours de la ville de Gondar, dans le Nord de l’Éthiopie. Contrairement aux funérailles du chasseur de Sanga au pays dogon photographiées l’année précédente, cette série n’a jamais été publiée, peut-être parce qu’elle n’avait pas le caractère spectaculaire de la première. L’effort des auteurs pour consigner l’intégralité de l’événement et le processus de traitement de l’image en font néanmoins un témoignage remarquable sur le déroulement des obsèques dans la région de Gondar au début des années 1930.

  • 8  E. Edwards, 2001, p. 237. Les liens entre l'anthropologie et la photographie ont fait l'objet de n (...)
  • 9  L'utilisation de ce terme renvoie au titre et au propos de l'ouvrage d'Élizabeth Edwards (E. Edwar (...)
  • 10  M. Leiris, 1996, p. 61-869.
  • 11  É. Jolly, 2001-2002. Je remercie Éric Jolly pour l'aide qu'il m'a apportée dans la consultation de (...)

3Le but de cette présentation n’est pas d’analyser de façon exhaustive ces documents, de dévoiler les différentes histoires et interprétations auxquelles ils pourraient se prêter, ni de « troubler la surface des images et des archives8 ». Il s’agit plutôt de souligner l’existence d’un matériel unique donnant un aperçu de l’état, dans les années 1930, du rituel qui fait l’objet de ce dossier. Ces photographies sont aujourd’hui d’autant plus dignes d’attention qu'elles ont désormais un nouvel « engagement social » de par leur accessibilité sur Internet. Nous tenterons de les comprendre en analysant leur contexte de production et en les confrontant aux textes rédigés en parallèle par l’équipe. Les documents « crus9 », que sont les photographies et leurs légendes, ne peuvent être mis en contexte qu’en recourant à un autre type de source, le journal intime publié par Michel Leiris10. Images et textes reflètent la mise en place de méthodes appliquées à l’utilisation de la photographie comme outil de recherche sous la houlette de Marcel Griaule, figure la plus emblématique de la professionnalisation de l’ethnologie française11.

Travail collectif autour d’une séquence photographique : clichés, carnets, fiches, légendes, pastilles…

  • 12  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 107.
  • 13  Nous avons reporté entre crochets les légendes des « carnets photographiques » ou « carnets des lé (...)
  • 14  R. Barthes, 1964.

4Un partage des tâches entre les différents membres de la mission Dakar-Djibouti a été établi au cours du voyage. Le secrétaire de l’expédition, Michel Leiris, était chargé, entre autre, de compiler quotidiennement un « carnet photographique12 » (ou « carnet des légendes originales »), dont les extraits sont ici repris entre crochets13. Les membres de l’équipe ont ainsi explicité et « ancré14 » la signification des photographies en les associant systématiquement à du texte, mais aussi en leur assignant une place définie au sein de séries créées par le biais de fiches numérotées.

  • 15  À ce propos, voir C. Barthe, 2000, p. 77-78.

5Les légendes ont été ajoutées lors de leur archivage au musée de l’Homme, où les documents ont subi le même traitement que toutes les photographies déposées à la photothèque : elles ont été collées sur un carton au format prédéfini (22,5 x 29,5 cm) de couleur grise pour faciliter leur consultation15, carton divisé en trois zones par deux lignes horizontale et verticale. Dans la partie supérieure sont consignées les références géographiques, de la localisation la plus large à la plus précise (ici « Éthiopie-Bagemder-Gondar »), puis la rubrique de classement (en l’occurrence « Religion - rites funéraires »). Deux pastilles de couleur indiquent d’une part le continent (la pastille noire pour l’Afrique), d’autre part le domaine. La photographie est collée sur le rectangle principal, avec sa légende. La bande de droite contient les numéros de référence des images (reportées ici avec les légendes), une troisième pastille dont la signification nous échappe, ainsi que le nom de l’auteur, ici invariablement « Marcel Griaule ».

  • 16  M. Leiris, 1996, p. 702.

6Pourtant Griaule n’a pas été le seul photographe des funérailles d’Ayaléo, puisqu’il apparaît sur au moins deux clichés. Sur le cliché n° 10, il se tient de dos, identifiable à la rareté de ses cheveux. Michel Leiris, à droite d’Éric Lutten, est l’homme vêtu d’un bermuda et de hautes chaussettes. La photographie n° 21 montre trois faranj, dont Marcel Griaule et Michel Leiris, ainsi que Deborah Lifschitz, coiffée d’un chapeau, et abba Jérôme, couvert d’un manteau. Cinq des dix membres de la mission ont participé aux funérailles : « Tout le quartier – femmes surtout – s’est déplacé. Griaule, Lifszyc, Faivre, Lutten, abba Jérôme et moi sommes là16. »

  • 17  Le film réalisé à cette occasion a été égaré après le retour de la mission en France, ainsi que to (...)

7Deux appareils photo Leica ont été utilisés, puisque la cérémonie a été fixée sur deux bobines différentes. Les différents membres de l’expédition ont photographié tour à tour les funérailles enregistrées aussi par Éric Lutten à l’aide d’une caméra dont on aperçoit les pieds sur la photographie n° 1017.

  • 18  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 107.
  • 19  C. Barthe, 2000, p. 78.

8Marcel Griaule est mentionné comme l’auteur de cette série, comme de toutes les photographies de la mission, en raison d’une décision prise par Georges-Henri Rivière en 1936, alors que Éric Lutten et Michel Leiris avaient eux aussi réalisé nombre de clichés18. Généralement, les auteurs des photographies archivées au musée de l’Homme n’étaient pas mentionnés, anonymat qui coïncidait avec la prétention de l’objectivité de l’image photographique, considérée comme un document et non comme la vision subjective d’un individu19. L’identification de l’auteur des photographies de la mission Dakar-Djibouti diffère de cette pratique dans la forme, non dans le fond. L’attribution des photographies à un nom générique était une autre manière de voiler l’origine de ces documents.

  • 20  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 110.
  • 21  É. Jolly, 2001, p. 160 ; M. Griaule, 1957, p. 48-50.
  • 22  M. Griaule, 1957, p. 81.
  • 23  M. Griaule, 1957, p. 81-82.

9Ce travail collectif et l’anonymat des photographes font écho aux méthodes alors en cours d’élaboration pour produire une documentation « neutre » et impersonnelle autour d’un événement, en répondant, de surcroît, à un souci d’exhaustivité. La série est le produit du travail collectif prôné par Marcel Griaule afin d’associer différentes compétences, mais aussi d’observer la même cérémonie à partir de différents points de vue. Cette technique d’« observation plurielle » avait été mise au point au cours des funérailles du chasseur dogon observées par la mission un an auparavant20. Elle a été érigée en modèle par Marcel Griaule durant ses cours à la Sorbonne dispensés à partir de 1943 et publiés après sa mort, en 195721. Griaule développa dans ses cours une conception particulière du rôle de l’enregistrement photographique, qui devait aider à une présentation objective des sociétés étudiées, « loin des approximations conjecturales que fournit par exemple le texte écrit22 ». Photographie et cinéma devaient donner « le moyen d’établir les documents les plus indépendants et les plus impartiaux du système d’investigation ethnographique », la photographie étant considérée comme une « pièce authentique, un témoin indépendant dont la valeur est la conséquence des propriétés physiques et chimiques utilisées pour sa création23 ».

10Ce mythe de l’objectivité de l’enregistrement photographique conditionne aussi la présentation des photographies sur d’invariables supports gris et leur forme. Tirées sur papier baryté, de format 11 x 16,5 cm, les photographies ont en grande majorité été cadrées au format paysage. La cérémonie est uniquement retranscrite à travers des plans moyens et des plans d’ensemble, privilégiant ainsi la fonction descriptive des images. Ces plans permettent d’enregistrer les gestes et éléments matériels de la cérémonie, ainsi que son ordonnancement, à travers la structure et les déplacements de l’ensemble du groupe. Si une vision impersonnelle est privilégiée, une distance entre photographes et photographiés est aussi respectée, aucun personnage n’étant isolé sur les clichés. Les auteurs renoncent ainsi à utiliser la force cognitive des photographies, leur choix excluant la représentation d’émotions ou de pathos. La polysémie potentielle des images est réduite d’une part par leur ancrage à travers leur légende, d’autre part par leur forme et la distance avec laquelle la cérémonie est enregistrée.

Ordonnancement de la cérémonie

  • 24  Ces fiches sont conservées dans le Fonds Marcel-Griaule de la Bibliothèque Éric-de-Dampierre, Mais (...)
  • 25  M. Griaule, 1957, p. 74.
  • 26  M. Griaule, 1957, p. 50.

11Assisté des autres membres de la mission, Michel Leiris compilait également des fiches descriptives des phénomènes observés, fiches qui peuvent être consultées en parallèle aux photographies réalisées24. Trois fiches relatent l’ordonnancement des funérailles. Elles obéissent aux règles du relevé ethnographique prôné par Marcel Griaule, en consignant les différentes phases de la cérémonie, ses personnages principaux, son heure exacte, sa durée, ses lieux, les itinéraires des déplacements25, mais aussi le positionnement spécifique des enquêteurs, le relevé des gestes et le positionnement des acteurs dans l’espace26. Les données rapportées sur ces fiches nous permettent de mieux comprendre le déroulement de la cérémonie et d’établir des points de comparaison avec le contenu des autres articles de ce dossier. Les funérailles sont décrites en trois étapes : l’acheminement du corps jusque dans l’enceinte de l’église, la cérémonie à l’église, enfin la mise en terre.

  • 27  Nous reprenons ici encore l’orthographe et les translittérations originales.

12Fiche n° 1, Éthiopie-funérailles. Obsèques d’Ayaléo le 6 novembre 193227

– Arrivée à 11 heures environ, lamentations. Fumigation de cire au mort, à l’intérieur de la case mortuaire. Un homme (Das Alam) se couche sur le brancard en construction, pour donner la mesure.

– Mouillage d’une natte, à l’extérieur. On la rentre dans la case mortuaire.

– Arrivée d’une nonne. Les femmes commencent à pleurer.

– Le brancard est placé devant la case. L’entrée de la case est voilée. Une pièce de tissu, tenue par quatre collègues, est tendue au-dessus du brancard qui doit supporter le mort. Une autre pièce (tenue par deux côtés par deux des hommes qui tiennent celle disposée au-dessus) bouche la vue du côté du soleil.

– Une branche d’olivier est coupée par un collègue et placée sur le corps.

– Construction d’arceaux sur le brancard, trois shambukos horizontaux les reliant.

  • 28  Large bande de tissu blanc portée au quotidien, sorte de « toge » éthiopienne.

– Des chammas28 sont de nouveaux tendues, pour masquer le brancard.

– Avant d’être emporté, le brancard est soulevé trois fois de terre.

– Dépôt du brancard, à mi-chemin de Qeddus Yohannes.

– Pleurs par hommes et femmes / Rencontre des prêtres. Départ.

– 13 h 05 : arrivée à  Qeddus Yohannes. Dépôt du brancard devant l’entrée de l’église.

13La description est poursuivie sur la fiche n° 2 :

– Pleurs par hommes et femmes, hommes à côtés du corps, femmes à l’écart. Les femmes viennent se placer en prolongeant à droite le rang d’hommes.

– Entrée dans l’enclos de l’église : corps, hommes, femmes.

– Dépôt du corps à l’intérieur de l’enclos, devant l’entrée. Le corps est mesuré avec une baguette, puis la fosse. Hommes groupés face à la porte, femmes dos à la porte.

– Prêtres assis près du corps, à l’ombre d’un arbre. Groupe des collègues autour de la fosse.

– Un voile de couleur appartenant à l’église est disposé sur le corps, orienté est-ouest.

– Nouveaux chants et encens.

– Arrivée des prêtres avec la croix.

– Alaqa Gabra Yohannes encense.

– Des branchages sont cueillis et disposés près de la fosse, sur un des remblais.

– Tous les hommes – moins trois collègues qui restent à la fosse – se rassemblent près du corps. Chants des prêtres et encens.

– Sortie de quelques-uns des hommes.

– 13 h 45 : le corps est déplacé de 3 mètres environ vers la fosse, transversalement. Station avec chants.

Nouveau déplacement, jusqu’à 4 ou 5 mètres environ de la fosse.

– 14 h : transport du corps et station à quelques mètres devant la chapelle.

  • 29  Autel.

– Nouvelle station, gens près du tabot29.

– Les femmes restent toutes assises, le dos tourné à la porte.

– Station devant l’entrée de la chapelle.

– Le corps, soulevé d’abord trois fois, est ramené devant la fosse. Pleurs des hommes.

14La troisième fiche décrit la mise en terre :

– Femmes debout en un rang parallèle à la fosse, près de la porte.

– Mise en terre, avec voiles tendus de tous côtés.

– Les femmes se rapprochent et pleurent plus fort. La terre est mise sans que les voiles soient enlevés. Alaqa Gabra Yohannès jette de l’encens dans la fosse ; un autre prêtre, quelques instants après, en jette de même à l’autre bout.

– Les collègues apportent des pierres.

– Wadajo brise les arceaux du brancard et les plante sur la fosse. Mise des pierres et des branchages sur la fosse.

– Départ des femmes vers la porte, pour se rasseoir.

– Les restes du brancard sont placés sur les pierres.

– Sortie. Devant l’entrée, tous assis écoutent les prières.

– Abba Qāse et les collègues debout remercient la foule.

– Départ définitif des femmes (qui portent leurs robes les manches non enfilées), puis départ des hommes.

  • 30  Fiche n° 3, Éthiopie-funérailles. Obsèques d’Ayaléo le 6 novembre 1932.

– 14 h 45 environ30.

  • 31  Sur le sens de ces stations, voir l’article d’Anaïs Wion dans le même dossier (A. Wion, 2011).

15Plusieurs éléments peuvent être soulignés à partir de ces descriptions. La cérémonie autour de l’église dure environ une heure et quarante minutes. À aucun moment le corps du défunt, ni les assistants ne pénètrent à l’intérieur du bâtiment, mais le groupe évolue sans cesse dans l’espace, selon un parcours défini. Le cortège est ponctué de huit arrêts de plusieurs minutes au cours desquels la civière est déposée à terre31 : le premier arrêt a lieu devant l’entrée de l’enclos de l’église (photographie n° 10), le deuxième près de la même porte d’entrée, mais à l’intérieur de l’enclos (photographies nos 13 et 14). La civière est ensuite déposée à trois mètres de la fosse (photographie n° 18), puis à cinq (photographie n° 20), ensuite à quelques mètres de l’entrée de l’église, puis près du tabot, enfin devant l’entrée de l’église. Salué par les pleurs des hommes, le corps est déposé devant la fosse qui lui est destinée, avant d’y être déposé. La mise en terre correspond à la neuvième station du corps.

16Après la déposition du corps sur le brancard pour son acheminement vers l’église, « le brancard est soulevé trois fois de terre ». Ce geste est répété avant la déposition du corps devant la fosse et salué à cette occasion par les pleurs des hommes (fiche n° 2). Il évoque la Trinité.

17La disposition de l’assistance le long du parcours semble ordonnée selon le genre des participants (voir les photographies nos 13, 15, 18, 23 et 24). A l’entrée de l’église, « hommes à côtés du corps, femmes à l’écart. Les femmes viennent se placer en prolongeant à droite le rang d’hommes » (fiche n° 2). Après le dépôt du corps à l’entrée de l’enclos, à l’intérieur, « Hommes groupés face à la porte, femmes dos à la porte » (fiche n° 2) les hommes se rassemblent autour du corps, tandis que les femmes restent à l’écart (photographies nos 13, 15, 18). Elles restent assises, dos à la porte, jusqu’à ce que le corps soit ramené devant la fosse. Là elles se mettent debout, en rangs parallèles à la fosse, près du mur, avant de se rapprocher du corps pour pleurer (photographie n° 23), puis de retourner près de la porte. Elles quittent les lieux les premières, suivies des hommes.

  • 32  Sur l'usage de voiles, voir l'article d’Anaïs Wion dans le même dossier (A. Wion, 2011).

18Le langage des corps et des vêtements est transcrit à travers les images et les textes : les femmes n’ont pas enfilé les manches de leurs robes, en signe de deuil (fiche n° 3). Les membres de l’assistance se cachent aussi partiellement le visage avec leurs šammā pour exprimer le deuil (photographies nos 4, 6, 14 par exemple). Le corps du défunt, quant à lui, est mis en valeur par la couverture d’un voile de couleur appartenant à l’église après son entrée dans l’enclos religieux (fiche n° 2). Textes et images rapportent les soins pris pour ne pas dévoiler le corps, à tous les instants de la cérémonie32. Si les clichés ne témoignent pas des émotions exprimées ou mises en scène durant la cérémonie, seuls les textes font brièvement état des pleurs, masculins et féminins, qui ponctuent l’événement, depuis la déposition du corps sur le brancard (photographie n° 2 : « Les pleureuses ») jusqu’à la mise en terre.

19La dernière photographie de la série montre que trois hommes d’Église demeurent, assis, non loin de la tombe après le départ de l’assistance (photographie n° 26). La fiche correspondante note laconiquement : « Trois assistants se reposent avant de partir. C’est la coutume. » Que signifie cette « coutume » ? Le document illustre les limites de compréhension d’un événement volontairement « enregistré » sans qu’une interprétation en soit proposée.

20Les partis pris dans le cadrage des photographies et leurs commentaires lapidaires reflètent la volonté d’ériger cette cérémonie en modèle, et non d’enregistrer un événement particulier. Le carnet intime de Michel Leiris permet d’aller au-delà des limites de ce processus d’objectivation et de mieux comprendre le contexte de ces funérailles.

Le journal intime

21Le journal de Leiris donne des informations sur l’identité d’Ayaléo et le rôle joué par les membres de la mission au sein de cette cérémonie. Il relève, le 6 octobre 1932 :

  • 33  M. Leiris, 1996, p. 702. Ici encore nous conservons l'orthographe du texte cité.

Brusquement, une triste nouvelle : Ayaléo, notre achkar (celui qui m’avait accompagné de Métamma jusqu’à Tchelga), est mort. Depuis longtemps il ne travaillait plus, malade de la poitrine. L’enterrement, selon la coutume, a lieu immédiatement, à Qeddous-Yohannès notre paroisse33.

22L’achkar est mentionné pour la première fois le 3 juin de la même année par Leiris, qui donne de lui une description impressionniste :

  • 34  M. Leiris, 1996, p. 475.

Le muletier Ayaléo […] me rappelle mon ami dogon Ambara, par sa petite barbiche et certains détails bizarres d’accoutrement tels : un bouton de col en nacre qu’il porte en guise de boucle d’oreille, un chapeau mou européen qu’il a décoré à l’encre violette de figurations de croix […], mon ami Ayaléo […]34.

  • 35  M. Leiris, 1996, p. 474-475, p. 496, p. 528.
  • 36  Voir la carte de Gondar dans M. Leiris, 1996, p. 422. L'église est située à près de deux kilomètre (...)

23Ayaléo était à la fois muletier, occasionnellement pourvoyeur de nourriture, de rumeurs, ou encore messager35. Il est sans doute décédé au cours de la nuit du 5 au 6 octobre, puisque la règle en Éthiopie voulait que le corps soit inhumé le jour même de la mort. Qeddus Yohannes, l’église choisie pour les cérémonies, se trouvait à environ 500 mètres du camp établi par la mission36.

  • 37  M. Leiris, 1996, p. 702.

24Le journal de Leiris nous apporte également des informations sur l’économie de la cérémonie et son financement : « Les prêtres, largement payés, font bien les choses. Peu d’Abyssins auront eu aussi bel enterrement37. » Un peu plus loin, il révèle au détour d’une anecdote le montant de la somme allouée à l’église pour l’occasion :

  • 38  M. Leiris, 1996, p. 743.

Il y a aussi des histoires du côté d’Enqo Bahri, à qui tous les propriétaires de Qeddous-Yohannès […] reprochent d’avoir gardé pour lui tout seul, au lieu de les partager, les 5 thalers que Griaule a donnés à l’église, à l’occasion de l’enterrement d’Ayaléo38.

  • 39  Sur l’économie de la mort en Éthiopie et l'importance des paroisses, voir l’article de Stéphane An (...)

25Le chef de l’expédition a financé ces funérailles car Ayaléo était depuis plusieurs mois au service de la mission et qu’il n’est pas décédé dans sa paroisse d’origine39. Si la dépense incombait à Griaule, c’était aussi un moyen, pour les membres de l’équipe, d’observer une cérémonie funéraire modèle en disposant de toute la liberté d’opérer un relevé ethnographique à l’aide de six personnes, deux appareils photo, une caméra, des prises de notes, afin de circonscrire l’ensemble de l’événement et ses participants.

  • 40  M. Leiris, 1996, p. 702.

26Dans L’Afrique fantôme, Leiris transmet des informations d’un autre ordre, en rapportant des rêves liés à la mort d’Ayaléo. Le premier est celui qu’Emawayish, une de ses informatrices, fit durant la nuit du décès du muletier. Elle y avait rêvé d’une foule dense et triste de personnages vêtus de rouge, songe interprété par sa voisine comme préfigurant la foule présente à la cérémonie funèbre du lendemain40. Un deuxième rêve ayant trait à la mort d’Ayaléo est rapporté et interprété quelques semaines plus tard par deux autres informateurs :

  • 41  M. Leiris, 1996, p. 772. Le bouda étant défini par Leiris comme « un homme doté du pouvoir inné, i (...)

Enqo Bahri a rêvé qu’un python femelle passait sur la tombe de notre achkar Ayaléo et qu’un python mâle s’enfonçait entièrement dans la vulve du premier python. Cela signifie, selon Malkam Ayyahou, qu’Ayaléo est mort mangé par un bouda41.

27Le journal intime de Leiris n’a pas le même statut que les photographies et les fiches mentionnées ci-dessus, mais il les complète en apportant des informations connexes sur les circonstances de l’événement, ainsi que sur la façon dont la mort pouvait être interprétée par les membres de la société gondarienne. Ses écrits rapportent aussi l’affectivité et la subjectivité dont l’enregistrement photographique est dépourvu.

  • 42  É. Jolly, 2001, p. 149.
  • 43  É. Jolly, 2001, p. 150.

28Le croisement entre le matériel iconographique, objectivé et codifié à travers sa mise en fiches, et les écrits personnels de Leiris autour des funérailles d’Ayaléo illustre tout à la fois la richesse et les paradoxes de l’ethnologie française au moment où elle se dote de méthodes rigoureuses, tout en nouant des liens avec le monde culturel, artistique et littéraire42, ainsi que le « bricolage » qui caractérise son émergence dans les années 193043. L’hétérogénéité de ces documents présente l’intérêt de véhiculer différents niveaux d’information. L’ensemble dévoile le déroulement de la cérémonie des funérailles dans l’espace et le temps, ses acteurs et leurs gestes, mais aussi la façon dont la société pense la mort à travers des interprétations oniriques.

  • 44  M. Griaule, 1957, p. 5.
  • 45  M. Griaule, 1957, p. 81-82.

29L’ensemble reflète aussi d’une certaine façon la volonté d’établir les « archives totales de l’humanité » prônée par Griaule pour l’ethnographie44. Dans les leçons qu’il dispensait à la Sorbonne, Griaule insistait sur le fait que « l’ethnographe devra avoir toujours présent à la mémoire qu’il est pour l’historien le témoin de qualité sur lequel il doit pouvoir compter sans réserve ». Au service de cette mission, photographies et cinéma devaient être « utilisables dans l’établissement des archives de l’humanité, travail historique au premier chef45». Plusieurs décennies plus tard, ces documents nous permettent de saisir une triple histoire : celle d’un rituel éthiopien, celle d’une mission ethnographique collective et celle d’une discipline en cours d’institutionnalisation.

Les photographies46

  • 46  Ces légendes figurent sur les fiches sur lesquelles ont été apposées les photographies. Entre croc (...)

Photographie 1 [fmg_photo_dd–31_L65_006]

Photographie 1 [fmg_photo_dd–31_L65_006]

On voile la civière pour y déposer le corps.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 2 [fmg_photo_dd–31_L65_007]

Photographie 2 [fmg_photo_dd–31_L65_007]

Les pleureuses.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 3 [fmg_photo_dd–31_L65_008]

Photographie 3 [fmg_photo_dd–31_L65_008]

On redévoile la civière pour y ajouter les arcanes. [Cahier des légendes originales : il s’agit d’arceaux].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 4 [fmg_photo_dd–31_L65_010]

Photographie 4 [fmg_photo_dd–31_L65_010]

La civière est prête. La porte de la case est voilée pendant les préparatifs à l’intérieur._Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 5 [fmg_photo_dd–31_L65_011]

Photographie 5 [fmg_photo_dd–31_L65_011]

On place le corps sur la civière voilée.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 6 [fmg_photo_dd–31_L65_012]

Photographie 6 [fmg_photo_dd–31_L65_012]

On soulève la civière trois fois.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 7 [fmg_photo_dd–31_L65_013]

Photographie 7 [fmg_photo_dd–31_L65_013]

Départ du convoi funèbre.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 8 [fmg_photo_dd–31_L65_014]

Photographie 8 [fmg_photo_dd–31_L65_014]

Enterrement en marche.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 9 [fmg_photo_dd–31_L65_017]

Photographie 9 [fmg_photo_dd–31_L65_017]

Le cortège funèbre en marche.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 10 [fmg_photo_dd–31_L65_018]

Photographie 10 [fmg_photo_dd–31_L65_018]

La halte devant l’église.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 11 [fmg_photo_dd–31_L65_019]

Photographie 11 [fmg_photo_dd–31_L65_019]

Le cortège. [C.d.l.o. : Entrée par la porte du Salut Qedus Johannes].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 12 [fmg_photo_dd–31_L65_020]

Photographie 12 [fmg_photo_dd–31_L65_020]

Enterrement d’Ayaléo. [C.d.l.o. : La fosse, on mesure la profondeur].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 13 [fmg_photo_dd–31_L65_021]

Photographie 13 [fmg_photo_dd–31_L65_021]

L’enterrement éthiopien. [C.d.l.o. : À l’intérieur, devant la porte du Salut, les femmes, la civière, les hommes. Agajé pleure le mort].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 14 [fmg_photo_dd–31_L65_022]

Photographie 14 [fmg_photo_dd–31_L65_022]

On pleure le mort. [C.d.l.o. : À l’intérieur, devant la porte du Salut, les femmes, la civière, les hommes. Agajé pleure le mort].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 15 [fmg_photo_dd–31_L65_023]

Photographie 15 [fmg_photo_dd–31_L65_023]

Arrivée du clergé à l’enterrement.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 16 [fmg_photo_dd–31_L65_024]

Photographie 16 [fmg_photo_dd–31_L65_024]

Messe.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 17 [fmg_photo_dd–31_L65_025]

Photographie 17 [fmg_photo_dd–31_L65_025]

Messe.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 18 [fmg_photo_dd–31_L65_026]

Photographie 18 [fmg_photo_dd–31_L65_026]

Messe des morts.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 19 [fmg_photo_dd–31_L65_027]

Photographie 19 [fmg_photo_dd–31_L65_027]

Messe du Requiem.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 20 [fmg_photo_dd–31_L65_028]

Photographie 20 [fmg_photo_dd–31_L65_028]

Le cortège s’arrête. [C.d.l.o. : Une station un peu plus loin].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 21 [fmg_photo_dd–31_L65_030]

Photographie 21 [fmg_photo_dd–31_L65_030]

Station des assistants près de l’église. [C.d.l.o. : Station près des Européens].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 22 [fmg_photo_dd–31_L65_031]

Photographie 22 [fmg_photo_dd–31_L65_031]

Le corps est devant la tombe. [C.d.l.o. : Pleurs].

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 23 [fmg_photo_dd–31_L65_032]

Photographie 23 [fmg_photo_dd–31_L65_032]

On étend le voile sur la tombe pour descendre le mort.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 24 [fmg_photo_dd–31_L65_033]

Photographie 24 [fmg_photo_dd–31_L65_033]

Descente du corps sous le voile.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 25 [fmg_photo_dd–31_L65_036]

Photographie 25 [fmg_photo_dd–31_L65_036]

Le brancard est posé sur la fosse.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

Photographie 26 [fmg_photo_dd–31_L65_037]

Photographie 26 [fmg_photo_dd–31_L65_037]

Trois assistants se reposent avant de partir. C’est la coutume.

Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre

30Pour compléter cet ensemble, six autres photographies de la cérémonie sont consultables à partir de la base de données iconographique du musée du Quai Branly :

  • N° inventaire DMF : 1936-1836-41 : On redévoile la civière pour y ajouter les arcanes. [C.d.l.o. : il s’agit d’arceaux].

  • N° inventaire DMF : 1936-1843-41 : Départ vers le cimetière.

  • N° inventaire DMF : 1936-1852-41 ou n° inventaire DMF : 1936-1851-41? : Messe.

  • N° inventaire DMF : 1998-21823-41 [ancienne cote : 1936-1856-41] : Le cortège s’arrête. [C.d.l.o. : Une station un peu plus loin].

  • N° inventaire DMF : 1998-21824-41 [ancienne cote : 1936-1858-41] : Station près de l’église.

  • N° inventaire DMF : 1998-22466-41 [ancienne cote : 43-282-41].

Haut de page

Bibliographie

Ancel, S., 2011, « Le coût de la mort dans les communautés chrétiennes en Éthiopie », Afriques [en ligne], dossier 3. URL : http://afriques.revues.org/925.

Barthe, C., 2000, « De l’échantillon au corpus, du type à la personne », Journal des anthropologues, n° 80-81, p. 71-90.

Barthes, R., 1964, « Rhétorique de l’image », Communications, n° 4.

Debaene, V., 2007, « Les « Chroniques éthiopiennes » de Marcel Griaule », Gradhiva, 6,[en ligne], mis en ligne le 15 novembre 2010. URL : http://gradhiva.revues.org/955

Edwards, E., 2001, Raw Histories. Photographs, Anthropology, and Museums, Oxford, New-York, Berg.

Edwards, E., Morton, C. A. (dir.), 2009, Photography, Anthropology, and History: Expanding the Frame, Farnham, Ashgate.

Griaule, M., 1957, Méthode de l’ethnographie, Paris, PUF.

Jamin, J., 1996, « Introduction à Miroir de l’Afrique », dans M. Leiris, Miroir de l’Afrique, Paris, Gallimard, p. 9-59.

Jolly, É., 2001-2002, « Du fichier ethnographique au fichier informatique. Le fonds Marcel Griaule : le classement des notes de terrain », Gradhiva, Paris, éd. JM Place, n° 30-31, p. 81-103.

Jolly, É., 2001, « Marcel Griaule, ethnologue : La construction d’une discipline (1925-1956) », Journal des africanistes, tome 71, fascicule 1, p. 149-190.

Leiris, M., 1996 [1re édition 1934], L’Afrique fantôme, publié dans Miroir de l’Afrique, Paris, Gallimard, p. 61-869.

Pierre, A.-L., 2001-2002, « Ethnographie et photographie. La mission Dakar-Djibouti », Gradhiva, Paris, éd. JM Place, n° 30-31, p. 105-113.

Pierre, A.-L., 2005, « Les archives photographiques du Laboratoire d’anthropologie sociale », Gradhiva, 2, [en ligne], mis en ligne le 10 décembre 2008. URL : http://gradhiva.revues.org/519.

« Questions d’optiques. Aperçus sur les relations entre la photographie et les sciences sociales », 2000, Journal des anthropologues, n° 80-81.

Wion, A., 2011, « Onction des malades, funérailles et commémorations : pour une histoire des textes et des pratiques liturgiques en Éthiopie chrétienne », Afriques [en ligne], dossier 3. URL : http://afriques.revues.org/921.

Haut de page

Notes

1  J. Jamin, 1996, p. 26.

2  É. Jolly, 2001, p. 159.

3  La photothèque a été inaugurée en 1938 (C. Barthe, 2000, p. 72).

4  É. Jolly, 2001, p. 160.

5  É. Jolly, 2001, p. 172 ; A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 106.

6  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 109.

7  Les 26 photographies originales reproduites ici proviennent du Fonds Marcel-Griaule conservé à la Bibliothèque Éric-de-Dampierre, Maison René-Ginouvès, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense. Pour la mission Dakar Djibouti, le fonds comprend l’ensemble des photographies, les fiches de terrain, les agendas ainsi que les carnets photographiques manuscrits et dactylographiés. Je remercie madame Calame-Griaule, propriétaire de ces clichés, et madame Marie-Dominique Mouton, directrice de la bibliothèque, pour nous avoir permis de publier ces documents. Toutes ces photographies (sauf une, la seconde) sont aussi consultables sur le catalogue de l'iconothèque du site Internet du musée du Quai Branly : http://www.quaibranly.fr//cc/pod/recherche.aspx?b=2&t=1. En lançant une recherche sur « Enterrement d’Ayaléo » le résultat présente 31 photographies. Les cotes des sept photographies qui ne figurent pas ici sont indiquées dans la liste dressée à la fin de cet article.

8  E. Edwards, 2001, p. 237. Les liens entre l'anthropologie et la photographie ont fait l'objet de nombreuses recherches et publications depuis trois décennies, en lien avec la réflexion autour de la nature du savoir anthropologique et des méthodes utilisées par la discipline. Pour un aperçu des travaux effectués sur ce thème par les chercheurs anglo-saxons, nous renvoyons le lecteur à l'introduction du livre : E. Edwards et C. A. Morton (dir.), 2009. Pour la bibliographie francophone, voir notamment « Questions d'optiques. Aperçus sur les relations entre la photographie et les sciences sociales », Journal des anthropologues, n° 80-81, 2000.

9  L'utilisation de ce terme renvoie au titre et au propos de l'ouvrage d'Élizabeth Edwards (E. Edwards, 2001), mais Marcel Griaule utilisait lui-même l'adjectif « cru » dans ses cours à la Sorbonne pour qualifier la documentation recueillie lors des missions (M. Griaule, 1957, p. 104).

10  M. Leiris, 1996, p. 61-869.

11  É. Jolly, 2001-2002. Je remercie Éric Jolly pour l'aide qu'il m'a apportée dans la consultation des archives de la mission en 2003 et la relecture de ce texte.

12  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 107.

13  Nous avons reporté entre crochets les légendes des « carnets photographiques » ou « carnets des légendes originales » tenus par Michel Leiris, extraits, comme les légendes elles-mêmes, de la base de données photographiques de la photothèque du musée de l’Homme et aujourd'hui reproduits dans la base de données du musée du Quai Branly. L’orthographe originale de tous les textes cités a été conservée.

14  R. Barthes, 1964.

15  À ce propos, voir C. Barthe, 2000, p. 77-78.

16  M. Leiris, 1996, p. 702.

17  Le film réalisé à cette occasion a été égaré après le retour de la mission en France, ainsi que tous les documents cinématographiques réalisés en Éthiopie. Information recueillie lors d’un entretien avec Éric Jolly en juin 2003.

18  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 107.

19  C. Barthe, 2000, p. 78.

20  A.-L. Pierre, 2001-2002, p. 110.

21  É. Jolly, 2001, p. 160 ; M. Griaule, 1957, p. 48-50.

22  M. Griaule, 1957, p. 81.

23  M. Griaule, 1957, p. 81-82.

24  Ces fiches sont conservées dans le Fonds Marcel-Griaule de la Bibliothèque Éric-de-Dampierre, Maison René-Ginouvès, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense. À leur propos, lire É. Jolly, 2002.

25  M. Griaule, 1957, p. 74.

26  M. Griaule, 1957, p. 50.

27  Nous reprenons ici encore l’orthographe et les translittérations originales.

28  Large bande de tissu blanc portée au quotidien, sorte de « toge » éthiopienne.

29  Autel.

30  Fiche n° 3, Éthiopie-funérailles. Obsèques d’Ayaléo le 6 novembre 1932.

31  Sur le sens de ces stations, voir l’article d’Anaïs Wion dans le même dossier (A. Wion, 2011).

32  Sur l'usage de voiles, voir l'article d’Anaïs Wion dans le même dossier (A. Wion, 2011).

33  M. Leiris, 1996, p. 702. Ici encore nous conservons l'orthographe du texte cité.

34  M. Leiris, 1996, p. 475.

35  M. Leiris, 1996, p. 474-475, p. 496, p. 528.

36  Voir la carte de Gondar dans M. Leiris, 1996, p. 422. L'église est située à près de deux kilomètres de l’enceinte des châteaux. De style gondarien, Qeddus Yohannes (voir le cliché n° 28) avait été construite par le frère de Mentewwāb, rās Walda Le’ul, au xviiie siècle.

37  M. Leiris, 1996, p. 702.

38  M. Leiris, 1996, p. 743.

39  Sur l’économie de la mort en Éthiopie et l'importance des paroisses, voir l’article de Stéphane Ancel publié dans ce même numéro (S. Ancel, 2011).

40  M. Leiris, 1996, p. 702.

41  M. Leiris, 1996, p. 772. Le bouda étant défini par Leiris comme « un homme doté du pouvoir inné, inconscient ou non, de dévorer à distance ou de plonger sa victime dans un état cataleptique dans l’intention de la ranimer par la suite pour l’employer comme esclave » (M. Leiris, 1996, note 126, p. 582).

42  É. Jolly, 2001, p. 149.

43  É. Jolly, 2001, p. 150.

44  M. Griaule, 1957, p. 5.

45  M. Griaule, 1957, p. 81-82.

46  Ces légendes figurent sur les fiches sur lesquelles ont été apposées les photographies. Entre crochets se trouvent les légendes des « carnets photographiques » ou « carnets des légendes originales » tenus par Michel Leiris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 [fmg_photo_dd–31_L65_006]
Légende On voile la civière pour y déposer le corps.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 2 [fmg_photo_dd–31_L65_007]
Légende Les pleureuses.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 3 [fmg_photo_dd–31_L65_008]
Légende On redévoile la civière pour y ajouter les arcanes. [Cahier des légendes originales : il s’agit d’arceaux].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photographie 4 [fmg_photo_dd–31_L65_010]
Légende La civière est prête. La porte de la case est voilée pendant les préparatifs à l’intérieur._Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 5 [fmg_photo_dd–31_L65_011]
Légende On place le corps sur la civière voilée.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photographie 6 [fmg_photo_dd–31_L65_012]
Légende On soulève la civière trois fois.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 7 [fmg_photo_dd–31_L65_013]
Légende Départ du convoi funèbre.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 8 [fmg_photo_dd–31_L65_014]
Légende Enterrement en marche.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photographie 9 [fmg_photo_dd–31_L65_017]
Légende Le cortège funèbre en marche.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 10 [fmg_photo_dd–31_L65_018]
Légende La halte devant l’église.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 11 [fmg_photo_dd–31_L65_019]
Légende Le cortège. [C.d.l.o. : Entrée par la porte du Salut Qedus Johannes].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photographie 12 [fmg_photo_dd–31_L65_020]
Légende Enterrement d’Ayaléo. [C.d.l.o. : La fosse, on mesure la profondeur].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 13 [fmg_photo_dd–31_L65_021]
Légende L’enterrement éthiopien. [C.d.l.o. : À l’intérieur, devant la porte du Salut, les femmes, la civière, les hommes. Agajé pleure le mort].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 14 [fmg_photo_dd–31_L65_022]
Légende On pleure le mort. [C.d.l.o. : À l’intérieur, devant la porte du Salut, les femmes, la civière, les hommes. Agajé pleure le mort].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 15 [fmg_photo_dd–31_L65_023]
Légende Arrivée du clergé à l’enterrement.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photographie 16 [fmg_photo_dd–31_L65_024]
Légende Messe.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 17 [fmg_photo_dd–31_L65_025]
Légende Messe.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 18 [fmg_photo_dd–31_L65_026]
Légende Messe des morts.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 19 [fmg_photo_dd–31_L65_027]
Légende Messe du Requiem.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photographie 20 [fmg_photo_dd–31_L65_028]
Légende Le cortège s’arrête. [C.d.l.o. : Une station un peu plus loin].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 21 [fmg_photo_dd–31_L65_030]
Légende Station des assistants près de l’église. [C.d.l.o. : Station près des Européens].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photographie 22 [fmg_photo_dd–31_L65_031]
Légende Le corps est devant la tombe. [C.d.l.o. : Pleurs].
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 23 [fmg_photo_dd–31_L65_032]
Légende On étend le voile sur la tombe pour descendre le mort.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photographie 24 [fmg_photo_dd–31_L65_033]
Légende Descente du corps sous le voile.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 25 [fmg_photo_dd–31_L65_036]
Légende Le brancard est posé sur la fosse.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photographie 26 [fmg_photo_dd–31_L65_037]
Légende Trois assistants se reposent avant de partir. C’est la coutume.
Crédits Fonds Marcel Griaule, Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE, Université de Paris 10-Nanterre
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/954/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Sohier, « Une séquence photographique de la mission Dakar-Djibouti : les funérailles d’Ayaléo », Afriques [En ligne], Sources, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://afriques.revues.org/954

Haut de page

Auteur

Estelle Sohier

Maître assistante, Département de géographie de l’Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org