Navigation – Plan du site
Le corps du roi et ses sépultures

Le corps des rois des rois dans la ville : Ménélik II et Haylé Sellasé à Addis Abeba

The bodies of kings of kings in the city: Menelik II and Haile Selassie in Addis Ababa
Estelle Sohier

Résumés

Ménélik II et Haylé Sellasé, les deux principaux souverains éthiopiens du xxe siècle, ont tous deux connu des fins de règne et de vie troubles, caractérisées par l’absence de funérailles au moment de leur disparition. Différentes sources endogènes et exogènes sont disponibles pour mieux appréhender leur histoire, au nombre desquelles des monuments visibles aujourd’hui dans la capitale éthiopienne. Le croisement des sources et des regards éthiopiens et étrangers permet de démêler l’écheveau des circonstances de la disparition de Ménélik II et les raisons de la dissimulation du corps du roi défunt. Il permet aussi de comprendre comment son successeur, Haylé Sellasé, a géré politiquement le corps – et, partant, la mémoire – de son prédécesseur, en plaçant également au cœur de sa politique symbolique son propre futur lieu de sépulture. Les monuments d’Addis Abeba transmettent nombre d’informations sur l’histoire des funérailles royales en Éthiopie au xxe siècle, mais aussi sur la place du corps des souverains défunts dans le système politico-religieux de la royauté éthiopienne contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

1Ménélik II et Haylé Sellasé, les deux principaux souverains éthiopiens du xxe siècle, créateurs de l'Éthiopie contemporaine, ont tous deux connu des fins de règne et de vie troubles, caractérisées notamment par l’absence de funérailles au moment de leur disparition. Si certains témoignages tiennent le roi des rois Ménélik II pour mort dès 1909, il ne serait effectivement décédé qu’en 1913, après une longue période de maladie et de réclusion, mais sa disparition n’a été rendue publique qu’en 1916 et célébrée lors d’un tazkār en 1920. Haylé Sellasé a, quant à lui, été assassiné par ses geôliers en 1975. Son corps n’a été retrouvé qu’en 1992, à la chute du régime du Derg, mais il aura fallu attendre l’année 2001 pour que des funérailles officielles lui soient accordées.

2Différents types de sources sont disponibles pour appréhender l’histoire de la royauté éthiopienne au xxe siècle : des documents officiels émanant du pouvoir royal, comme les chroniques, les archives des légations diplomatiques européennes, les récits de voyageurs ou d’hommes d’affaires étrangers de passage dans le pays, enfin le témoignage de protagonistes ou des dépositaires de leur mémoire. Des sources iconographiques et monumentales sont aussi à disposition pour mieux appréhender les enjeux politiques de la mort des souverains et de leur présence, vivants ou défunts, dans l’espace public. Les tombeaux des deux rois se trouvent aujourd’hui dans la capitale éthiopienne, le premier dans la crypte de l’église Ba’ātā, appelée aussi « mausolée de Ménélik II », achevée en 1928, le second au sein de l’église Śelāssē, dite « cathédrale », commanditée au début des années 1930.

3Le croisement des sources et des regards éthiopiens et étrangers permet de démêler l’écheveau des circonstances de la disparition de Ménélik II et les raisons de la dissimulation du corps du roi défunt. Nous tenterons ensuite de comprendre comment son successeur, Haylé Sellasé, a géré politiquement le corps – et, partant, la mémoire – de son prédécesseur, en plaçant également au cœur de sa politique symbolique son propre futur lieu de sépulture. Ces monuments transmettent nombre d’informations sur l’histoire des funérailles royales en Éthiopie au xxe siècle, mais aussi sur la place du corps des souverains défunts dans le système politico-religieux de la royauté éthiopienne contemporaine.

Le corps du roi des rois dans l’espace public

  • 1  Rédigée par le ṣaḥāfē te’ezāz Gabra Śelāssē, secrétaire de Ménélik II, puis ministre de la Plume, (...)
  • 2  Rédigée durant le règne de Zāwditu (r. 1917-1930), cette chronique a été écrite de nouveau à la de (...)

4Le phénomène le plus troublant à la lecture des sources relatant la disparition de Ménélik II est leur divergence quant à la date de l’événement. Le roi des rois a fait sa dernière apparition publique en octobre 1909 en recevant le ministre italien en poste à Addis Abeba. Sa chronique officielle s’achevant en mai de la même année par la désignation de l’héritier au trône, le leǧ (prince) Iyāsu, d’autres sources sont donc requises pour aborder les dernières années de règne1. La chronique officielle des successeurs de Ménélik II, Iyāsu et Zāwditu, établit la mort officielle du roi au 3 tāḫsās 1906 (E.C.), soit le 12 décembre 19132. Toutefois ce texte n’a été rédigé que plusieurs années après les faits. Les sources exogènes véhiculent une autre chronologie des événements : en France, par exemple, la presse a annoncé à maintes reprises, entre 1909 et 1914, la mort du roi. Un médecin français ayant résidé en Éthiopie durant cette période, le docteur Mérab, rapportait un couplet chanté par les chansonniers à Paris en janvier 1914 :

  • 3  Docteur Mérab, 1922, vol. II, p. 241, note 1.

Qu’est-ce que j’apprends, c’pauvr’ Ménélik
Vient de casser sa pipe !…
On enterre, à ce que je vois,
Le Négus d’Abyssinie ;
Ça fait la trent’sixième fois ;
Cela tourne à la manie !…
Moi je ne marche plus
Le truc est trop connu3

  • 4  Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), K-Afrique, Éthiopie, vol. 22, « Succession pr (...)
  • 5  H. G. Marcus, 1975.
  • 6  C. Prouty, 1986.

5Les archives du Quai d’Orsay nous apprennent aussi qu’une banque française a considéré Ménélik II, son client, comme décédé à partir de 19114. Les biographes de Ménélik II, Harold G. Marcus5 et Chris Prouty6, ne remettent pas en cause, à raison, la date donnée a posteriori par le gouvernement éthiopien. Pour quelles raisons les contemporains du roi des rois ont-ils été presque unanimement induits en erreur, et pourquoi la mort du roi a-t-elle été dissimulée durant des années, alors qu’un héritier légitime avait été désigné pour lui succéder dès 1909 ?

La longue maladie du roi des rois

6La maladie de Ménélik II est mentionnée brièvement dans sa chronique, quelques lignes retraçant pudiquement l’origine du mal et ses symptômes :

  • 7  Guebré Sellassie, 1930, p. 535.

Lorsque Atié Ménélik voyageait, il aimait descendre de son mulet et à marcher. Descendu de sa monture et allant à pied, il faisait beaucoup plus de chemin. […] De plus, lorsqu’il était en voyage, il aimait à se lever de bon matin pour se mettre en marche. Voilà pourquoi, à cause de la rosée, il commença à avoir mal aux pieds ; et cette maladie des pieds, produite par la rapidité de sa démarche, doit aussi, semble-t-il, être attribuée aux regards des hommes7.

7Le texte interprète la maladie du souverain en affranchissant le roi de toute faiblesse : l’origine du mal n’est pas une quelconque défaillance physique, inavouable, mais au contraire la vaillance du souverain (à la marche) et sa prééminence, suscitant des regards envieux ou ennemis, source du « mauvais œil ».

  • 8  Le biographe de Ménélik II a déjà eu recours à ces archives diplomatiques (H. G. Marcus, 1975). Le (...)

8Les raisons cliniques de la longue maladie du roi sont explicitées dans les archives du ministère des Affaires étrangères français8. La correspondance des ministres français Léonce Lagarde, ministre plénipotentiaire de 1897 à 1907, puis Charles-Édouard Brice, en poste à partir de juillet 1907, contient pléthore de détails sur l’évolution de la santé du roi, suivie avec la plus grande attention. Léonce Lagarde côtoyait régulièrement Ménélik II. Dans une lettre datée du 21 mai 1906 adressée au ministre français, il relate par exemple que le roi a subi :

  • 9  MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1, Lettre de Lagarde au ministre des Affaires étrang (...)

une sorte d’attaque apoplectique qui a fort effrayé l’impératrice causant, seule, avec lui au moment où il s’est abattu sans connaissance sur le sol […]. Déjà il y a quelques semaines, un léger accident de cette sorte était survenu et j’avais vu arriver chez moi le souverain, descendant d’Entotto, avec la figure décomposée, la lèvre inférieure tombante et les jambes un peu raidies. Je l’avais réconforté avec un mélange qu’il affectionne, de vin de champagne et de vin de Bordeaux et il était reparti dans un meilleur état9.

  • 10  MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1, Lettre de Lagarde au ministre des Affaires étrang (...)
  • 11  Des médecins grec, français, allemand, syrien ont défilé au chevet du roi, proposant différents ty (...)

9Le docteur Vitalien, médecin français d’origine antillaise, est un témoin plus intime des aléas de santé de Ménélik II, son patient de 1904 à 190910. Vitalien communique régulièrement des rapports sur la santé de son auguste client à l’ambassade de France qui lui octroie en échange quelques subsides. La présence d’un médecin français au chevet du roi est un avantage politique et diplomatique de taille pour la légation française : le médecin est à la fois une source d’informations de première main et une source de prestige, puisqu’il noue un lien étroit et personnel avec le plus haut personnage de l’État éthiopien. Cette fonction stratégique est d’ailleurs l’objet d’âpres rivalités entre les étrangers, mais aussi entre les praticiens et la reine durant cette période11.

  • 12  H. G. Marcus, 1975, p. 232.
  • 13  H. G. Marcus, 1975, p. 234.
  • 14  H. G. Marcus, 1975, p. 241.
  • 15  Lettre de Brice (ministre français en poste à Addis Abeba de 1908 à 1917) le 3 mars 1910, MAE, NS, (...)

10En 1904, le médecin constate une première baisse d’attention du roi, contre laquelle il prescrit un régime sans alcool et du repos. En mai 1906, les ministres étrangers témoignent à leur tour d’une attaque d’apoplexie du souverain, attaque qui se renouvelle en mai 1908, puis en août de la même année, ainsi qu’en janvier, août et octobre 1909. Chaque hémorragie cérébrale a des conséquences plus graves que les précédentes. La deuxième déforme pendant quelque temps le visage du roi, la suivante engendre une paralysie générale durant plusieurs jours. Ménélik II s’en remet, mais doit dès lors avoir recours à une canne pour se déplacer12. La crise suivante, provoquée par la fraîcheur des bains matinaux quotidiens à Dabra Libānos, où le roi est soigné à l’eau bénite, immobilise son côté droit en dessous de la taille. Dès lors, le roi est contraint de se déplacer en chaise roulante, demeurant néanmoins tout à fait conscient13. Ces séquelles sont sans doute à l’origine du diagnostic de « maladie des pieds » mentionné par l’écrivain royal. La dernière crise, en octobre 1909, est la plus violente : le roi n’y perd certes pas la vie, mais toutes ses facultés physiques et mentales14. En mars de l’année suivante, devant le manque de perspective de rétablissement du malade, le dernier médecin qui le suit encore, le docteur Martin, est remercié, et tous les traitements sont suspendus15. Le souverain disparaît de la vie publique, cette absence laissant libre cours à la rumeur en Éthiopie, comme à l’étranger.

Le roi doit apparaître à ses sujets pour régner

  • 16  « Il règne en ce moment un certain malaise dans la population aussi bien européenne qu’indigène. P (...)
  • 17  « L’empereur va beaucoup mieux, il a su monter à mulet pour descendre d’Entotto […] mais ça n’a pa (...)
  • 18  Rapport du docteur L’Herminier le 3 novembre 1908, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1
  • 19  H. G. Marcus, 1975, p. 235.

11La disparition progressive du souverain dans la cité est rapidement constatée par ses habitants, car Ménélik II circulait jusqu’alors quotidiennement dans la ville d’Addis Abeba, la plupart du temps à dos de mule16. Il se mêlait à la population, saluait, recevait des réclamations ou donnait l’aumône. Alors que sa santé décline, le roi s’efforce de poursuivre ses apparitions publiques en cachant ses maux17. Après l’attaque cérébrale d’août 1908, il réapparaît à dos de mulet dans la ville dès que ses forces le lui permettent, quelques mois plus tard18. Il évite de descendre de sa monture afin de dissimuler sa maladie, tue par la cour19. À son retour dans la capitale après huit mois d’absence, en juillet 1909, le docteur Vitalien est frappé par la déchéance physique de Ménélik II, amaigri, à l’élocution difficile. Après leur entretien, il est témoin des efforts du souverain et de son entourage pour cacher ses faiblesses :

  • 20  Rapport du docteur Vitalien, 13 juillet 1909, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

Peu après notre entrevue, l’empereur se rendait dans l’adérache où il devait recevoir en audience solennelle M. le ministre des États-Unis récemment arrivé à Addis Abeba. Je le vis descendre l’escalier de son palais […] le public pouvait croire que le souverain marchait par ses propres moyens en s’appuyant simplement sur deux serviteurs ; en réalité il était littéralement porté jusqu’à son mulet sur lequel des bras vigoureux le déposèrent comme un enfant20.

12Le corps du souverain est l’objet d’une véritable mise en scène destinée à dissimuler sa maladie tant que possible. Ainsi, la fête de Masqal le 20 septembre 1909 est célébrée dans l’enceinte même du gebbi. Grâce à un état de santé stationnaire, le roi sort et se prête à tous les regards :

  • 21  Lettre de Brice du 24 septembre 1909, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

Toutes les portes étaient ouvertes et le peuple fut admis en foule à contempler son empereur. Le Négus, entouré du corps diplomatique et des hauts dignitaires de la Cour, avait pris place sous l’auvent qui abrite d’ordinaire le tribunal suprême […] deux heures durant il est resté là, sans manifester la moindre fatigue […] à l’issue de la cérémonie même, un de nos compatriotes, M. Charles Martel, venu en Abyssinie pour le compte d’un établissement de cinématographie, fit connaître par notre premier drogman son désir de pouvoir prendre une vue du cortège impérial à son retour vers l’elfigne. Sa majesté s’y est prêtée de la meilleure grâce21[…].

  • 22  Lettre de Brice du 20 septembre 1909, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

13Quelques jours plus tard, Ménélik II préside le geber donné à l’occasion de la fête. Le festin accueille seize mille hommes et les délégations étrangères. Vigilant, le roi communique avec emphase avec ses hôtes22. C’est la dernière apparition publique du souverain, terrassé par une nouvelle attaque cérébrale en novembre de la même année.

  • 23  I. Guidi, Annales Regnum Iyasu II et Iyo’as, Paris, 1910–1912 (CSCO  66, 61, S.A. 29, 28), repr. L (...)

14La tentative de cacher la maladie du roi montre l’importance de l’intégrité physique du souverain pour gouverner, son corps étant le garant de la continuité de l’État. Cette dissimulation n’est pas inédite dans l’histoire de la royauté éthiopienne, les rois Bakāffa et Iyāsu au xviiie siècle ayant par exemple fait de même23. La présence physique du souverain au milieu de ses sujets est un instrument de pouvoir, le roi incarnant la royauté. À partir de 1909, Ménélik II n’a certes pas disparu physiquement, mais politiquement et symboliquement, en s’effaçant de l’espace public.

D’Addis Abeba au reste du monde : la rumeur

  • 24  Dr. P. Mérab, 1922, dédicace du livre.

15Le docteur Mérab est un des témoins qui ont contesté le plus vigoureusement la date officielle de la mort du roi. Médecin français appelé à Addis Abeba pour soigner le roi des rois en 1908, il publia un récit détaillé de son premier séjour en Éthiopie jusqu’en juin 1914. Son témoignage a souvent été utilisé par les historiens de l’Éthiopie contemporaine car il donne sur la cour une foule de détails que l’on peine à trouver dans d’autres sources. La mort de Ménélik II est relatée dans le second volume, par ailleurs dédicacé « À la mémoire de mon auguste client, le Négus Ménélik II, " Lion vainqueur de la tribu de Juda ", empereur d’Éthiopie et roi du Choa, mort dans la plénitude de sa gloire et l’amour de ses sujets. Le 28 novembre 1909 (style abyssin : 19 hédar 1902)24 ». Le médecin proclame son impartialité avant d’exposer sa version des événements dont il a été contemporain :

  • 25  Dr. P. Mérab, 1922, p. 241.

Avant de résumer les événements du nouveau règne, qu’on me permette une légère digression au sujet de la mort de Ménélik qu’on cacha pendant plus de quatre ans avec une habileté et un sang-froid imperturbables qui en disent tant sur l’incroyable fonds de diplomatie innée du peuple abyssin. Chacun connaissait la réalité et affirmait le contraire sans sourciller. Les Frandjis [i. e. étrangers occidentaux] à la dévotion du gouvernement faisaient chorus avec lui. Les reporters les plus fins et les plus indiscrets durent capituler devant tant de finesse et de discrétion. Bien des fois, à la vérité, la presse d’Europe annonça la disparition du vieux monarque […]. Le grand homme rendit le dernier soupir le vendredi 28 novembre 1909 (ce qui correspond au 19 hédar 1902 du calendrier abyssin), le jour de la fête de Saint Gabriel, à 5 heures du soir. Il avait eu sa troisième et dernière attaque le 30 octobre précédent25.

16La précision de ce témoignage sans appel suscite des interrogations. Mérab a été le médecin personnel de Ménélik II durant quelques mois, en 1909. Pourtant il n’a pas été le témoin direct des évènements qu’il rapporte car il a été congédié par la cour en juin de la même année. Il ouvre alors non loin du gebbi une pharmacie qu’il tient durant plusieurs années. Ces différentes fonctions font de lui un témoin privilégié de l’état de santé de Ménélik II, mais surtout, à partir de juin 1909, des bruits qui circulent autour du palais. Mérab s’est en effet lié d’amitié avec plusieurs dignitaires éthiopiens et il côtoie de surcroît une clientèle hétérogène. Dignitaires du palais, Éthiopiens de rang plus modeste, étrangers de toutes nationalités fréquentent sa boutique et font de lui le réceptacle – et vecteur – des ouï-dire de la capitale. Son animosité contre la cour qui l’a congédié n’a pu que l’encourager à rendre publiques ces révélations fracassantes.

  • 26 H. G. Marcus, 1975, p. 226.
  • 27  MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

17La grande utilité du récit du docteur Mérab est donc de rapporter les rumeurs circulant dans la capitale, à l’instar des témoignages épistolaires des ministres étrangers en poste en Éthiopie. Dès septembre 1906, le ministre anglais, Harrington, notait que l’imminence de la mort de Ménélik II était un sujet de conversation courant à Addis Abeba, même si le souverain continuait alors à apparaître régulièrement en public26. Des bruits similaires étaient rapportés en 1907 dans un télégramme secret envoyé par le ministre français en poste à Addis Abeba, annonçant une « issue fatale de Ménélik probable27 ».

  • 28  MAE, NS, Éthiopie,politique intérieure, vol. 2.
  • 29 Lettre de Brice le 30 mai 1910, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.
  • 30  « Si encore les gens de métier étaient les seuls à renseigner le public, ce ne serait que demi-mal (...)

18À partir de 1909, ces rumeurs sont relayées par les journaux français et européens. La Petite République titre le 29 janvier 1909 : « Ménélik mourant », tandis que le journal l’Éclair affirme le 24 novembre 1909 : « Les jours du Négus sont comptés28 ». Les journaux allemands, anglais ou italiens rapportent occasionnellement les mêmes informations. Le représentant de la France en Éthiopie, Brice, expliqua à son ministre de tutelle, intrigué, les raisons de cette désinformation. Des journalistes du monde entier avaient été mandatés en Éthiopie pour suivre la mort du roi des rois Ménélik II. Celle-ci tardant à survenir, et en l’absence de sources d’informations vérifiables, les journalistes exportaient les rumeurs recueillies dans la capitale29. D’autres étrangers résidant en Éthiopie avaient la même attitude, déplorait aussi le ministre français30.

Des funérailles redoutées

19Après l’accident cérébral qui met fin à la vie publique du roi en octobre 1909, les rumeurs gagnent en intensité, notamment au sein des communautés étrangères qui craignent pour leur sécurité, comme le rapporte Brice en novembre 1909 :

La population européenne, principalement les Grecs et les Arméniens, manifestait d’assez vives appréhensions depuis le jour où l’état alarmant de l’empereur a été connu. On m’avait informé que ces derniers, qui se fréquentent beaucoup, avaient immédiatement complété leur armement en munitions et, la nuit venue, se réfugiaient chez ceux dont les maisons semblaient, par leur solidité, offrir quelque garantie […].

  • 31  MAE, NS, Éthiopie, politique étrangère, dossier général, vol. 10.

L’affolement était tel au début du mois qu’un jour de marché un bœuf s’échappa, des gens coururent après ; aussitôt la masse de se figurer qu’il se passait quelque chose d’anormal et de se précipiter dans tous les sens31[…].

  • 32  MAE, NS, Éthiopie, politique étrangère, cité par H. G. Marcus, 1975, p. 241.

20Plusieurs boutiques sont pillées et quelques passants piétinés à la suite de cette émeute. D’autres événements similaires sont rapportés dans les archives, illustrant les tensions suscitées par la disparition du souverain. Après l’attaque cérébrale de 1909, le gouvernement éthiopien poste immédiatement des forces de police et des soldats à tous les points stratégiques de la capitale. Les trompettes retentissent pour avertir la population, tandis que le marché, lieu de rassemblement, est éloigné du gebbi et déplacé en dehors de la ville afin d’éviter des mouvements de foule. Face aux rumeurs et à l’agitation de la population, un couvre-feu est aussi mis en place32.

  • 33  Dr. P. Mérab, 1922, p. 246.
  • 34  Lettre du gérant de la Légation de France, à son Excellence monsieur Stéphen Pichon, ministre des (...)
  • 35 Lettre de Brice au ministre des Affaires étrangères français, de Addis Abeba le 1er avril 1908, MAE (...)
  • 36 Brice rapporte dans une lettre du 22 octobre 1908 : « L’empereur en bonne santé surveillait tout, a (...)

21Le docteur Mérab affirme que la mort de Ménélik II a été cachée pour éviter le pillage du marché et un massacre d’Européens33. La correspondance diplomatique confirme la peur suscitée par les funérailles des grands personnages depuis la mort du rās Makonnen34. Les funérailles des grands personnages engendrent en effet une situation d’exception dans la ville, due peut-être en partie à la concentration de troupes dans la ville, les soldats assistant aux funérailles de leur chef. Elles donnent aussi lieu à une débauche de vivres et de boissons, offerts à tous les convives et facilitant les débordements tant redoutés par les commerçants et les étrangers. Face aux plaintes de ces derniers, Ménélik II avait d’ailleurs pris des mesures, mettant en scène des funérailles d’un calme exemplaire à la mort de son petit-fils Wāsān Sagad, célébrées en présence du corps diplomatique, des dignitaires de la cour et des habitants de la capitale35. Assurer la paix et la sécurité dans le pays était au début du xxe siècle une des tâches du gouvernement éthiopien, certes libre du joug colonial mais néanmoins étroitement surveillé par les puissances européennes. La crainte devant l’exubérance des funérailles éthiopiennes et l’augmentation des tensions dans la capitale expliquent en partie la propagation des rumeurs concernant l’état de santé de Ménélik II. Sa dégradation physique constituait une menace pour la sécurité publique et la paix, d’autant plus que le roi était, durant son règne, la principale figure d’autorité de la ville et l’épicentre de toute la vie politique, militaire, législative et judiciaire du pays36.

  • 37  M. Ydlibi, 2006, p. 149.
  • 38  D. Toubkis, 2004.

22L’appréhension des étrangers et des diplomates semble avoir été partagée par les Éthiopiens, notamment les dignitaires, craignant pour l’ordre établi. H. Ydlibi, proche de Ménélik II et de sa cour, rapporte par exemple les craintes du rās Walda Giyorgis après le nouvel accident cérébral du roi en 1909. Le rās aurait alors affirmé que, si le souverain venait à décéder subitement, ses sujets seraient comme des « brebis égarées », et la révolution éclaterait37. La perception du roi comme garant de la paix et de la prospérité était, semble-t-il, un topos de la royauté éthiopienne, illustrant la dimension surhumaine des souverains ou plutôt la peur de leur disparition38. À la mort d’un des plus hauts représentants du pouvoir, le régent rās Tasammā, en 1911, des troubles éclatent néanmoins effectivement avec la révolte du rās Abātē, rapidement matée. La mort du souverain ou de son représentant est effectivement propice à une contestation de l’ordre établi. La précarité du système de succession constaté pour les périodes antérieures est toujours d’actualité en ce début de xxe siècle, où des tendances centrifuges se manifestent dès que le principal représentant de la royauté vient à disparaître.

Derrière les murs du gebbi

23Les rapports du ministre français donnent une esquisse des événements survenus derrière les murs du gebbi à partir d’octobre 1909, dans le silence de la cour. La légation française disposait en effet d’un réseau d’informateurs au palais. Grâce à un leǧ, à plusieurs interprètes et aux éléments recueillis par les autres ambassades étrangères, elle disposait d’informations au jour le jour, parfois d’heure en heure, sur l’état de santé du roi. Brice rédigea un rapport complet à ce sujet à l’occasion des fêtes du jour de l’an éthiopien, en septembre 1910. La cour avait laissé pénétrer les hauts dignitaires éthiopiens dans la chambre du roi pour faire taire les rumeurs de décès et peut-être atténuer les craintes de la population :

  • 39  Rapport de Brice du 13 septembre 1910, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

On a laissé aujourd’hui, 1er de l’an abyssin, les hauts dignitaires de l’Empire voir l’empereur. Une quinzaine de personnes environ ont défilé devant Sa Majesté vers 10 heures. Zaoga m’en avise ; en qualité de page, il a fait partie du service d’honneur. Il a vu l’empereur affalé dans un fauteuil, l’œil morne, très amaigri, le teint terreux. Il me rapporte en même temps qu’à la sortie les chefs ne purent retenir leurs larmes d’avoir vu leur maître en pareil état39.

24Un an plus tard, la cour accepte un témoin étranger au chevet du roi, le ministre italien Colli, avant son départ pour l’Europe :

  • 40  Lettre du 4 décembre 1911 du chargé d’Affaires en Éthiopie au ministre des Affaires étrangères, Ad (...)

Avant de quitter l’Abyssinie, le ministre italien a tenu, le bruit ayant couru ici avec une certaine persistance que Ménélick n’existait plus et que, pour des raisons de politique intérieure, le guebbi cachait sa mort, à voir le vieux Négus. Il a été reçu samedi dans l’elfigne particulier et l’a vu de très près : "Ce n’est plus, m’a-t-il dit, qu’une ruine pitoyable […] je suis sûr que c’est bien Ménélick que j’ai vu : je l’ai trop connu pour qu’on puisse, à sa place, me présenter un sosie quelconque"40.

25La nationalité du seul témoin européen invité à approcher le roi grabataire est significative. Ennemi vaincu de l’Éthiopie depuis 1896, l’Italie est toujours une menace potentielle pour l’indépendance du pays. Prouver au représentant italien que le roi vainqueur d’Adoua était toujours en vie était une façon de protéger l’Éthiopie contre de nouvelles velléités de conquêtes du gouvernement italien. Même désarmé et impotent, le corps du souverain demeurait le symbole de l’indépendance du pays et de la souveraineté de son gouvernement.

Dissimulation faces aux menaces internes, et externes

  • 41  Télégramme de Brice le 19 décembre 1913, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 3.
  • 42  Lettre de Brice le 27 décembre 1913, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 3.
  • 43  Lettre de Brice le 10 janvier 1914, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 3.

26Ce n’est que le 19 décembre 1913, dans un télégramme confidentiel, que la mort du souverain malade est réellement envisagée : « Bruit mort Ménélik court avec persistance ; le gouvernement nie, ai tout lieu de penser chose exacte41. » Le renforcement apparent des forces de police, la venue dans la capitale des troupes de réserve de l’héritier au trône et l’annonce de l’arrivée de plusieurs grands chefs à Addis Abeba ne font qu’étayer les soupçons du ministre42. Pourtant, le gouvernement éthiopien s’obstine singulièrement à nier la disparition du souverain. L’héritier désigné, le leǧ Iyāsu, dément officiellement et publiquement le décès de son grand-père : il nie catégoriquement ce bruit dans une audience accordée au ministre allemand le 18 décembre et porte même un toast à la santé de son grand-père au cours d’un geber le 7 janvier 191443. La mort de Ménélik II sera tue par le gouvernement éthiopien pendant environ trois ans, jusqu’à la déposition du prince en septembre 1916.

  • 44 Bahru Zewde, 2001 [1ère éd. 1991], p. 121.

27Retracer les positions et les motivations politiques réelles du prince et des hauts dignitaires durant cette période n’est pas chose aisée, le règne de Iyāsu étant un des plus énigmatiques de l’histoire éthiopienne, comme l’a remarqué l’historien Bahru Zewde. La mémoire de ses années passées à la tête du gouvernement a été modelée et partiellement occultée durant le long règne de son successeur et adversaire politique, Tafari, futur Haylé Sellasé44. Les raisons de cette omission sont néanmoins explicitées par différentes sources, officielles et privées, exogènes et endogènes, pour une fois unanimes. La chronique officielle de Iyāsu et Zāwditu, comme les mémoires de Mers’é Hazen, Éthiopien contemporain de ces événements et proche du gouvernement, abondent dans le même sens :

  • 45 Mers’é Hazen Wolde Qirqos, Of What I Saw and Heard. The Last Years of Emperor Menelik II & the Brie (...)

As soon as he [Ménélik II] died, palace domestics started bewailing. However, Abeto Iyassu’s close followers quieted them down, worried that it might create panic in the country. […] It is not to be doubted this was a ruse suggested by his [Iyāsu’s] counsellors in order to avert country-wide panic. Thus, emperor Menelik’s death was concealed and made a secret45.

  • 46  « Il en sera vraisemblablement ainsi jusqu’au jour où le prince sera suffisamment maître de la sit (...)

28La peur de la violence et des troubles politiques incite le gouvernement éthiopien au silence, analyse que partagent les diplomates alors en poste à Addis Abeba46.

  • 47  H. G. Marcus, 1975, p. 231.
  • 48  H. G. Marcus, 1975, p. 241.
  • 49  « Ménélik a eu beaucoup d’enfants, on parle d’une douzaine […]. Il laisse ces nombreux rejetons gr (...)
  • 50  Dr. P. Mérab, 1922, p. 246.

29Ce motif est surprenant, car le passage du pouvoir de Ménélik II à son successeur officiel, son petit-fils leǧ Iyāsu, avait été préparé afin d’assurer la continuité du gouvernement. En 1907, Ménélik II a créé un cabinet des ministres pour assurer la stabilité politique du pays. En juin 1908, ce cabinet désigne Iyāsu comme héritier de la couronne, mais sa désignation n’est pas annoncée publiquement47. Un conseil de régence est créé peu après, regroupant des ministres et de hauts dignitaires. En mai 1909, l’édit par lequel Ménélik nomme Iyāsu comme son successeur est lu publiquement. Quelques mois plus tard, le jeune prince est officiellement désigné comme successeur du roi et le rās Tasammā nommé régent à ses côtés48. Les rivaux potentiels du leǧ, parmi lesquels plusieurs fils naturels de Ménélik, auraient même été mis aux fers pour anticiper toute velléité de prise de pouvoir de leur part, si l’on en croit le docteur Mérab49. Iyāsu aurait insisté à plusieurs reprises pour être couronné dès 191150, mais cette cérémonie ne pouvait avoir lieu du vivant de son prédécesseur. Pourquoi n’a-t-il pas été intronisé après la mort clinique de Ménélik II, en décembre 1913 ?

  • 51  D. Toubkis, 2004, p. 343.
  • 52 Bairu Tafla, 1972, p. 13-21.

30Après la mort d’un roi éthiopien, son successeur devait être désigné et couronné afin que puissent être célébrées les funérailles, « tout se passa[n]t comme si le plus important n’était pas […] la mort du roi et ses obsèques, mais la nécessité de toujours avoir un roi vivant51 ». Or, malgré les mesures prises par Ménélik II pour institutionnaliser la transmission du pouvoir et imposer son propre choix, en décembre 1913 Iyāsu n’est pas le seul successeur envisageable aux yeux des dignitaires éthiopiens. La réalisation des vœux politiques du roi défunt repose sur la volonté des dignitaires qui lui survivent. Le choix du défunt n’est qu’une possibilité de transmission du pouvoir parmi d’autres. La succession de Ménélik II est un objet de spéculation constant depuis les années 1880, devant l’échec patent du souverain à avoir un descendant mâle viable52.

  • 53  Ces troubles avaient pour origine une lutte de pouvoir à l’intérieur du Tigré (H. G. Marcus, 1975, (...)

31Le parti de la reine Ṭāyṭu s’oppose aux partisans de Iyāsu dès que Ménélik perd ses facultés. L’élimination politique de la reine en 1910 consolide les chances du leǧ d’accéder au trône, mais d’autres dissensions voient le jour, notamment dans les provinces53. L’ajournement du couronnement de Iyāsu a certainement été décidé de concert entre les dignitaires de la cour et les autres chefs de province, réunis en conseil exceptionnel dans la capitale en janvier 1914. Il s’agit d’abord d’une mesure de prudence : devant les prétentions multiples qui peuvent éclater, le couronnement du prince et, partant, l’annonce de la mort de Ménélik II sont reportés, en attendant que le prince jouisse de la stabilité intérieure du pays et des soutiens nécessaires à son intronisation.

  • 54 K. Molvaer, in Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 558.

32Des extraits de différents témoignages portent à croire que le gouvernement éthiopien redoutait tant les menaces internes qu’externes au pays. L’éditeur de la chronique de Iyāsu et Zāwditu rapporte dans son introduction – sans indiquer ses sources qui semblent néanmoins orales – que Ménélik II avait appris le projet de partition de l’Éthiopie établi en 1906 par la France, l’Angleterre et l’Italie par l’intermédiaire d’un espion russe à Paris. Le régent, rās Tasammā, aurait été chargé de transmettre l’information au prince Iyāsu quand il l’aurait jugé apte à la comprendre54. Cette information, difficilement vérifiable, va néanmoins dans le sens de la politique étrangère du prince, qui se rapprocha de l’Allemagne et de la Turquie durant la Première Guerre mondiale.

33Une lettre d’un agent des renseignements de l’armée française rédigée quelques jours après la mort de Ménélik II confirme ces rumeurs de menaces planant sur l’Éthiopie dans les milieux diplomatiques, en particulier italiens. Ce correspondant basé à Vienne relate au ministre de la Guerre des informations recueillies auprès d’Italiens « très au fait des événements » après l’annonce par Reuter de la mort de Ménélik II :

  • 55  Lettre rédigée par le « Lt colonel, chef du 2e bureau » de Vienne en Autriche le 22 décembre 1913, (...)

L’éventualité de la disparition de Ménélik occupe depuis longtemps les puissances, parce qu’on estime généralement qu’elle sera le signal d’une guerre civile [en Éthiopie]. L’Italie, la France et l’Angleterre ont échangé des vues à ce sujet et elles se sont mises d’accord pour intervenir militairement si cette guerre civile se déclare. [Il s’agit du traité de 1906.] L’intervention militaire aura pour prétexte la nécessité du maintien de l’ordre ; le but est l’occupation du territoire abyssin, l’installation d’un régime assurant l’ordre et finalement le partage entre les trois puissances coopérantes […]. Le gouvernement abyssin n’est pas instruit de ce plan avec pleine certitude, il présume seulement que des intentions existent et cette présomption suffira peut-être à éviter la guerre civile […] il est douteux que le jeune neveu de Ménélik […] puisse établir son autorité sans résistances ni compétitions ; par conséquent, l’expédition d’Abyssinie est une possibilité avec laquelle il faut compter55.

  • 56  Le témoignage de H. Ydlibi, Anglais d’origine syrienne, montre que le gouvernement éthiopien tenai (...)

34Ce témoignage démontre d’une part que le seul pays indépendant d’Afrique n’était alors pas à l’abri de manœuvres coloniales si la solidité de l’État, incarnée par Ménélik II, venait à faillir, d’autre part que le gouvernement éthiopien en était conscient56. Avant de dévoiler la mort de son prédécesseur, Iyāsu cherchait donc sans doute non seulement à consolider sa position vis-à-vis des autres chefs, une guerre civile ayant été doublement néfaste pour son gouvernement, mais aussi à se ménager d’autres appuis sur la scène internationale.

Que faire du cadavre ?

35Qu’advient-il alors de la dépouille du roi ? Au-delà de l’anecdote, cette question est un enjeu d’ordre symbolique. Dépositaire de la royauté de son vivant, que représente le corps du souverain une fois défunt ? Là encore, des sources diverses livrent des informations certes ténues mais qui concordent entre elles. Le chroniqueur de Iyāsu et Zāwditu révèle que le corps aurait été l’objet d’égards dans le secret du palais :

  • 57 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 343-344.

Menilek’s faithful nobles secretly put his dead body in a coffin which, fitting the rank of kings, was made of wood which does not decay and embellished with silver and gold, and it was placed upstairs in the store room in the chapel [se’el bēt] of Kidane Mihret in the Palace compound. The “Prayer of Incense” was said, and it was arranged for incense to be burnt always57.

36Ces détails sur le cercueil du roi sont d’ordre à la fois pratique et symbolique. Le récit est largement postérieur aux événements, aussi évoquer l’imputrescibilité du bois permettait d’expliquer comment, dans la pratique, le corps avait pu être transféré d’un lieu à l’autre des années plus tard. Le cercueil inaltérable, couvert d’or, d’argent et de pierres précieuses, qui recueille le corps du roi, symbolise l’ancienne dignité du personnage mais aussi la préservation de la royauté dont le corps du roi est le dépositaire.

  • 58  B. Adjemian, 2008, p. 110-111.

37Une histoire transmise jusqu’à nos jours dans la communauté arménienne d’Addis Abeba peut être mise en parallèle avec ce récit. Des hommes de la cour auraient commandité en toute hâte à K. Boghossian, une nuit de décembre 1913, un cercueil58. La destination de l’objet n’était pas précisée mais la requête fut immédiatement interprétée comme un signe de la mort du roi. Cette histoire est vraisemblable puisque la cour de Ménélik II avait recours aux multiples savoir-faire des artisans arméniens (orfèvres, couturiers, photographes, menuisiers…). Cette communauté avait, en outre, l’avantage d’être en marge des groupes de population où la révélation du secret présentait un danger, c’est-à-dire la société éthiopienne et la communauté européenne.

  • 59  Toujours selon ce prêtre, les restes de Śāhla Sellasé auraient également été déplacés dans le maqd (...)
  • 60  P. Henze, 2000, p. 192, note 11.

38La chapelle royale privée, le se’el bēt, a été choisie pour dissimuler le cercueil car c’était un endroit à la fois prestigieux, sacré et inaccessible, hormis à l’entourage immédiat du roi. C’était aussi le point géographique le plus haut du palais et, partant, de Addis Abeba. Inatteignable, Ménélik II continuait à dominer la ville. Son corps ne semble avoir été conservé dans ce lieu que provisoirement, avant d’être transféré loin de la capitale. En septembre 2003, le guide attitré de l’actuel mausolée de Ménélik II à Addis Abeba nous a confié que le corps du roi avait été transporté à Ankobar, lieu d’origine de Ménélik II où ses ancêtres avaient fait construire plusieurs églises et où son grand-père, le neguś Śāhla Sellasé, était enterré. Le chef ecclésiastique de ce lieu, le liqa kāhenāt Qāla Heymat Hābta Wald, a confirmé à demi-mot cette information en février 2005 : le cercueil de Ménélik II aurait été déposé en secret dans le maqdas de l’église de Mikā’ēl, non loin de la sépulture du neguś Śāhla Sellasé59. Tenir à distance de la cour le corps du roi, déposé en lieu sûr, était une façon d’une part de le protéger d’éventuels regards indiscrets, d’autre part de prévenir son éventuelle utilisation contre le pouvoir en place en cas de révolte ou de révolution de palais. Ce corps était en effet une arme politique potentielle contre l’héritier. D’autres témoignages oraux ont été rapportés à ce sujet : l’historien Paul Henze relate que les prêtres de l’église royale de Enṭoṭṭo Rāgu’ēl affirment que les restes de Ménélik II auraient été déposés dans une cavité taillée dans la roche adjacente à l’église avant leur retour à Addis Abeba60. Avoir abrité le corps d’un roi est sans doute une source de prestige que les églises royales s’arrogent pour illustrer leur proximité avec le pouvoir royal. Néanmoins, ces différentes versions ne sont pas contradictoires, le corps ayant pu être déposé successivement dans ces deux églises royales, d’autant plus que Enṭoṭṭo est située entre Addis Abeba et Ankobar. La mort de Ménélik II fut ainsi cachée durant plus de trois ans, dans un flottement politique qui favorisa le coup d’État perpétré contre l’héritier au trône en septembre 1916.

  • 61  Le prince Iyāsu a connu à son tour une fin de vie longue, trouble et occultée par ses successeurs. (...)

39Iyāsu est alors renversé au profit de la fille de Ménélik II, Zāwditu, couronnée le 11 février 1917, et du rās Tafari nommé endarāsē (traduit par le titre de « régent ») à ses côtés61. Ce couronnement normalise la situation du gouvernement éthiopien, fragilisée par la longue fin de Ménélik II, mais les aléas politiques de cette décennie ont montré, encore une fois, les limites du mode de succession royal éthiopien et le caractère aléatoire de la désignation d’un successeur par un souverain.

Zāwditu, Tafari et la mémoire de Ménélik II

  • 62 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 345.
  • 63 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 388.
  • 64  Documents relatifs au coup d’État d’Addis Abeba du 27 septembre 1916, Diré-Daoua, Imprimerie Saint (...)
  • 65 Documents relatifs au coup d’État…, 1916, p. 13.
  • 66  Haylé Sellassie, “My Life and Ethiopia’s Progress” 1892-1937, autobiographie de Haylé Sellasé I, t (...)

40Le report du couronnement de Iyāsu a été un choix réfléchi lié tant à la structure de la royauté éthiopienne qu’à des phénomènes circonstanciels qui dépassaient la volonté du seul prince. Pourtant, quelques années plus tard, seul Iyāsu est incriminé pour ce manquement qui devint un des principaux arguments pour justifier sa destitution. La chronique de Iyāsu et de Zāwditu insiste sur cette culpabilité62 : dans le récit, seul Iyāsu s’oppose aux funérailles officielles, tandis que les membres de la famille royale, des notables, des serviteurs ressentent frustration et tristesse face à cette dissimulation. Le texte cite aussi des poèmes relatifs au secret ayant entouré la mort de Ménélik II63. Un autre document officiel, publié par le nouveau gouvernement immédiatement après le coup d’État, accuse aussi formellement Iyāsu d’avoir délaissé les funérailles du roi défunt64. L’avènement de la reine, que n’avait pourtant pas souhaité son père Ménélik, est présenté comme le triomphe du bien sur le mal65. L’autobiographie de Haylé Sellasé rapporte la même version de l’histoire. Le récit ne fait aucune allusion au décès de Ménélik II en 1913, mais l’évoque sous forme de grief contre Iyāsu : le dixième et dernier élément d’accusation énoncé contre le leǧ concerne l’ajournement des funérailles66. La narration de la mort du roi est un ressort politique de l’historiographie officielle. Les différentes versions officielles justifiant le coup d’État sont orchestrées autour d’un argumentaire comparable, où le problème des funérailles et de la mémoire du roi est primordial.

  • 67 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 388.
  • 68 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 420.

41La chronique de Zāwditu et de Iyāsu relate ensuite comment a été officialisée la mort du souverain après l’établissement du nouveau gouvernement. Les premières célébrations prennent place non à Addis Abeba, mais dans des villes de province comme Dabra Tābor et Gondar67. La mort de Ménélik II est donc portée sur la scène publique, néanmoins de façon relativement discrète et loin du centre du pouvoir. Pourquoi ? Un élément de réponse peut être décelé dans la même chronique, quand l’auteur donne les raisons de la célébration nationale organisée quelques années plus tard, en 1920 : This year her reign had become firm, and because her reign was a time of peace, she was ready to observe her father’s memorial celebration68. En 1916 et 1917, comme à l’époque de Iyāsu, la situation du nouveau pouvoir royal éthiopien n’était pas assez stable et la paix intérieure pas suffisamment établie pour organiser des funérailles ayant une dimension nationale. La mort de l’ancien roi des rois n’est célébrée à la mesure de la fonction qu’il occupa sur la scène politique éthiopienne qu’en 1920, à l’occasion de son tazkār.

Le tazkār de Ménélik II : « Les historiens en témoigneront »

  • 69  Chapitre 44 : About the memorial [feast and service] for Menilek II, Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, (...)
  • 70 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 402.
  • 71  Maurice de Coppet doit alors attendre plusieurs semaines avant d’être reçu par l’impératrice et de (...)
  • 72 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 404.
  • 73 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 402-410.

42La chronique décrit avec force détails cette célébration69, en mentionnant d’emblée sa dimension historique exceptionnelle : An anniversary like this had not taken place during any previous regime, the historians will testify70. La nouvelle reine des rois dirige l’organisation de cette cérémonie, pour laquelle l’ensemble du gouvernement est mobilisé durant plusieurs semaines71. Un édit est proclamé, invitant tout un chacun à célébrer ce tazkār en organisant ou participant à des messes commémoratives. L’ensemble des membres du clergé éthiopien sont conviés dans la capitale. Afin de les recevoir, les notables de la ville sont tenus d’offrir des banquets. Argent et victuailles sont collectés dans tout le pays, tandis que Zāwditu recueille, elle-même, les offrandes de la population au gebbi, supervisant aussi la préparation des plats avant l’arrivée du clergé72 ; selon l’historiographie officielle, le rās Tafari participe aussi activement aux préparatifs en faisant ériger une salle de banquet dont la chronique loue la magnificence73.

  • 74 And the dance during the service was in each church performed at three places, the clergy having be (...)
  • 75 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 408.
  • 76 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 409.
  • 77 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 409.

43Le clergé pénètre dans la capitale le 11 décembre 1920, les célébrations sont lancées le soir même74. Le chroniqueur de Zāwditu cite ensuite quelques poèmes chantés lors de cette célébration. Tous rappellent le fait que la mort de Ménélik a été dissimulée, et Zāwditu, en ramenant à Addis Abeba le corps de son père, est comparée à Hélène rapportant la sainte Croix. Cette métaphore induit une sacralisation du corps du roi défunt. L’abondance du geber offert au clergé le 12 décembre et présidé par les principaux représentants du pouvoir royal est rapportée avec force détails au lecteur, à qui est même confié que 500 gardes avaient été assignés pour raccompagner vers leur demeure les prêtres rendus impotents par l’excès de boisson75. La fête dure treize jours. Elle est clôturée par des actes de générosité de la reine qui offre un geber de deux jours aux pauvres, gracie des prisonniers et dote l’Église de nouveaux revenus (1/30e des taxes collectées à Addis Abeba et Dirē Dāwā) ainsi que d’une portion mensuelle du trésor du gouvernement76. Dans son discours final, Zāwditu exprime sa volonté de sceller les liens entre le gouvernement et le clergé orthodoxe, après les velléités promusulmanes de son éphémère prédécesseur77.

  • 78  Lettre de Maurice de Coppet au ministre des Affaires étrangères, de Addis Abeba le 10 février 1921 (...)

44Le tazkār du roi a une dimension nationale et regroupe les différentes composantes de la société éthiopienne. Il permet d’unir les nouveaux représentants du pouvoir royal aux notables, au clergé éthiopien et au reste de la population autour de la mémoire du roi défunt. C’est donc à la fois un acte de commémoration et un événement fondateur pour le nouveau règne. La description de l’événement que Maurice de Coppet, le ministre français alors en poste à Addis Abeba, rapporte au ministre des Affaires étrangères français recoupe les données relatées dans la chronique de Zāwditu78. Dans sa lettre, il insiste sur l’ampleur de ces fêtes, au cours desquelles il estime que 300 000 repas ont été distribués. Il remarque aussi que, contrairement à la cérémonie du couronnement de l’impératrice survenue en février 1917, seuls les chefs du Choa ont été invités à cette commémoration. Lors du couronnement, les dignitaires de toutes les régions avaient été invités à prêter en personne leur allégeance au nouveau gouvernement. En revanche, en commémorant la mort de Ménélik, Zāwditu, rās Tafari et les chefs du Choa s’attribuaient la mémoire exclusive du souverain défunt. C’était un moyen de réaffirmer la suprématie du Choa sur toute l’Éthiopie, après la tentative de décentralisation du pouvoir de leur prédécesseur évincé, leǧ Iyāsu.

Le mausolée : le corps du roi regagne l’espace public

  • 79  Lettre du gérant de la Légation de France au ministre des Affaires étrangères, de Addis Abeba le 3 (...)

45Ménélik avait probablement envisagé d’ériger un lieu de sépulture de son vivant. En effet, en mars 1907, le gérant de la Légation de France rapporte que le daǧǧāzmāč Abātā est chargé par le roi d’aller diriger la construction d’une église à Dabra Libānos, « Sépulture des Rois du Choa79 ». En avril-mai 1908, Ménélik effectue un pèlerinage dans le même lieu, sans doute pour constater l’avancement des travaux. En novembre 1908, il entreprend de s’y rendre pour un nouveau pèlerinage. Dans ce contexte de santé précaire, on peut vraisemblablement imaginer que ces voyages répétés ont pour but d’ériger un lieu de sépulture. Mais, une fois n’est pas coutume, le lieu d’inhumation du roi et son importance stratégique sont mis au service des vivants et non conditionnés à la volonté des disparus.

  • 80 Guide d’Addis Abeba, publié par le département de la presse et de l’information du gouvernement imp (...)
  • 81 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, chapitre 91 : About Menilek II’s memorial feast, p. 521.

46La construction du mausolée (Photo n° 1) où repose aujourd’hui le corps de Ménélik II débute en 1918. L’église est baptisée Ba’ātā Māryām, du nom de la fête célébrée à la date de la mort officielle du roi. Sa construction est confiée à des Grecs et des Allemands, nationalité de l’architecte principal C. Haertl80. On ne connaît pas exactement la date à laquelle le corps de Ménélik II y est transféré, mais son inauguration a lieu le 3 tāḥsās 1921 E.C. (soit le 12 décembre 1928), en présence de la reine Zāwditu, du neguś Tafari et du corps diplomatique étranger81.

Photographie n° 1 : Eglise de Ba'ata, Addis Abeba

Photographie n° 1 : Eglise de Ba'ata, Addis Abeba

Photo E. Sohier, 2003

47L’église est bâtie non loin de la chapelle royale, le se’el bēt, où le corps du souverain avait été déposé dans un premier temps. Aujourd’hui, Ba’āta est séparée des bâtiments du gouvernement par un enclos, la surveillance des soldats rappelant que le siège du pouvoir est très proche. Le mausolée est érigé au sommet de la colline du palais. Lors de sa construction, il n’était pas encore entouré d’arbres, et sa silhouette dominait l’ensemble du gebbi, comme le montrent des témoignages des années 1920 et des clichés aériens réalisés au début des années 1930. Avec l’édification de ce bâtiment, le nouveau gouvernement plaçait le pouvoir royal et la ville sous la protection manifeste de son illustre prédécesseur. Il rappelait la mémoire de Ménélik II et sa force à tous les éventuels contestataires du pouvoir, éthiopiens ou étrangers.

  • 82 Ibid.

48« Coupole en pierre avec couverture de plomb. Édifice imposant à l’allure byzantine82 », le mausolée est bâti sur plan carré, alors inédit en Éthiopie. Cette architecture visait peut-être à rappeler les traits novateurs du souverain défunt, reconnu et célébré par ses successeurs comme un des créateurs de l’Éthiopie contemporaine. Ba’ātā comporte néanmoins les divisions traditionnelles des églises éthiopiennes : elle compte quatre entrées, et son espace intérieur est divisé en trois parties. Les attributs de l’ancien roi sont inscrits dans l’architecture du bâtiment : le toit est surmonté d’une couronne, alors visible à distance. L’initiale du souverain est gravée sur le fronton de l’église, et deux lions en pierre sont postés devant chacune des quatre entrées. Ils illustrent la devise royale « Il a vaincu le lion de Juda ». La force et le pouvoir de l’ancien monarque sont donnés à voir à tous les observateurs de l’église, quelle que soit leur distance.

  • 83 And the mausoleum for Emperor Menilek she built in the Palace grounds out of chiselled stone alone (...)
  • 84  « Le temple que Salomon fit construire pour le Seigneur mesurait trente mètres de long, dix mètres (...)

49Dans l’historiographie royale, la reine est décrite comme la principale commanditaire de Ba’ātā. Le même texte revendique l’exclusivité de la forme de l’église et en donne une interprétation notable : « Le mausolée qu’elle a fait construire pour Ménélik sur le terrain du palais est en pierres taillées, avec des portes de métal, sur le plan du temple de Jérusalem […]83. » Cette référence au temple de Jérusalem comporte plusieurs niveaux d’analogies. Les matériaux employés pour l’édification du mausolée sont en partie les mêmes que ceux qui auraient été utilisés pour le temple de Jérusalem (1 Rois 7, 15), la pierre, et le bronze pour la coupole84. Toutefois l’église, avec son plan carré et ses douze portes, ressemble davantage à un autre édifice biblique, celui de la nouvelle Jérusalem décrit dans l’Apocalypse. La forme de Ba’ātā fait sans aucun doute référence à cet épisode et file ainsi, même après la disparition de Ménélik, la métaphore du roi/lion de Juda. Le corps du roi décédé est un nouveau symbole de puissance. Sa disparition n’est que, comme dans l’Apocalypse, le signe d’un renouveau, symbole adressé à tous les habitants de la ville et à ses hôtes.

La crypte

  • 85  Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 546-547.
  • 86  La tombe de la deuxième fille de Tafari, Ṣahāy Warq, décédée en 1942, se trouve également dans cet (...)

50La tombe de Ménélik II est située dans une crypte, sous le maqdas, entre celle de Ṭāyṭu, sa femme à gauche, et celle de Zāwditu, décédée en 1930, à droite. Paradoxalement, le maqdas est la partie la plus sacrée de l’église, où peuvent entrer seulement les prêtres, mais le tombeau de Ménélik peut aujourd’hui être visité par le public (moyennant un dispendieux droit d’entrée), comme il pouvait l’être à l’époque qui suivit sa construction. La présence de cette crypte, inhabituelle en Éthiopie, est ce qui rapproche le plus le mausolée de Ménélik des modèles architecturaux occidentaux. Ses trois tombeaux en marbre ont été importés de France. Zāwditu a été enterrée là après sa mort, ses funérailles étant célébrées rapidement et sans incident puisque sa succession était fermement assurée par le neguś Tafari85. Dans la même crypte a été inhumé l’abuna Mātēwos. Ce regroupement post mortem symbolise l’alliance des pouvoirs temporel et spirituel de la monarchie éthiopienne86.

Mise en images de l’histoire

  • 87  Hailé Gabriel Dagne, 1987, p. 74.

51Les fresques de l’église font aussi partie intégrante du discours politique de Tafari, futur Haylé Sellasé, à travers ce lieu. Exécutées par l’ālaqā Mazmur Za-Dāwit87, elles ornent les quatre voussures de la partie supérieure de l’église. Une de ces fresques représente la rencontre de la reine de Saba avec le roi Salomon. Cette scène, extraite du Kebra Nagaśt (Gloire des Rois), confère une origine biblique au pouvoir de Ménélik II (Photo n° 2). La fresque suivante fait écho à la première, puisque Ménélik II est représenté dans la même position que la reine de Saba, dans une scène où il reçoit la couronne des mains de l’abun (métropolite), au centre de l’image (Photo n° 3). Cette peinture rappelle les fondements chrétiens du pouvoir royal éthiopien et l’alliance du pouvoir et de l’Église. La troisième scène représente la bataille d’Adoua contre l’armée coloniale italienne, victoire qui constitue l’un des épisodes les plus marquants du règne de Ménélik II. Elle exprime la dimension guerrière du pouvoir royal (Photo n° 4). L’église de Ba’ātā est donc utilisée par le nouveau pouvoir, moins affirmé que celui de Ménélik II, pour rappeler aux visiteurs les fondements de la royauté et son rôle de sauvegarde de l’indépendance de l’Éthiopie. La quatrième peinture relate un événement mineur au regard des autres scènes, celui du don des clefs de Harar par Ménélik au rās Makonnen après la prise de la ville en 1887 (Photo n° 5). Cette fresque invite le spectateur à imaginer une transmission des clefs de l’Éthiopie de Ménélik II au rās Makonnen, plus que de la seule ville de Harar, en raison de la présence des drapeaux nationaux. Si Zāwditu est la commanditaire officielle du mausolée, Tafari, alors « régent et héritier du trône », a aussi présidé à sa construction et à l’élaboration de son programme iconographique. La scène de la remise des clefs de Harar représente une véritable passation de pouvoir par Ménélik post mortem, puisque Tafari, prétendant au trône au moment de la construction de l’édifice, était le fils de Makonnen.

52Ces peintures illustrent un prolongement sans faille du pouvoir, une stabilité qui nie le coup d’État de 1916 et les aléas de la succession. Comme l’église, elles célèbrent la mémoire de Ménélik II et reconstituent, symboliquement, la continuité du pouvoir.

Photographie n° 2 : mausolée de Ménélik II

Photographie n° 2 : mausolée de Ménélik II

Rencontre de la reine de Saba et du roi Salomon

Photo E. Sohier

Photographie n° 3 : mausolée de Ménélik II

Photographie n° 3 : mausolée de Ménélik II

Couronnement de Ménélik II

Photo E. Sohier

Photographie n° 4 : mausolée de Ménélik II

Photographie n° 4 : mausolée de Ménélik II

La bataille d’Adoua

Photo E. Sohier

Photographie n° 5 : mausolée de Ménélik II

Photographie n° 5 : mausolée de Ménélik II

Le passage des clefs de Harar

Photo E. Sohier

Ba’āta au cœur de la vie de la cité

  • 88  Haile Gabriel Dagne, 1987, p. 75.
  • 89 Hailé Gabriel Dagne, « The establishment of churches in Addis Abeba », Proceedings of the Internati (...)
  • 90  Bahru Zewde, 2001, p. 135.

53Autour de cette église emblématique a été développée toute une vie politique, sociale et religieuse, les images décrites plus haut étant donc au centre de la vie du royaume. Une école a été adjointe à l’église quelques années après son ouverture, ainsi qu’une maison d’accueil pour les invalides88. En 1922 (E.C.), le patriarche d’Alexandrie procède à la première ordination dans l’histoire d’un évêque (abun) éthiopien, Sawiros, au sein de cette église89. Cette cérémonie fait de Ba’ātā le nouveau centre de la vie religieuse chrétienne éthiopienne. Le mausolée est aussi le témoin de rapports de force. Le rās Tafari doit faire face à une rébellion d’officiers des troupes de Zāwditu en septembre 1928. Les rebelles trouvent refuge à l’intérieur de l’église Ba’ātā90, lieu inviolable par l’armée de leur ennemi, mais aussi lieu symbolique pour ces anciens hommes de Ménélik II, partisans de sa fille, Zāwditu, opposés aux réformes et à la politique de Tafari. Le mausolée est l’épicentre des tensions de la cour et un nouveau centre de la vie politique et religieuse du royaume dans les années 1920 et 1930.

  • 91  Par exemple la mission envoyée par le Saint-Siège en Éthiopie en novembre 1929, MAE, K-Afrique, Ét (...)

54Les étrangers ont eu une place modeste mais réelle dans la commémoration de la mort de Ménélik par le biais de ce monument. Deux ex-voto étrangers, sous forme de plaques commémoratives, font hommage au roi des rois. Le tombeau est un lieu de reconnaissance nationale et internationale, car les étrangers en visite diplomatique sont souvent menés dans l’édifice91. Ba’ātā Māryām est un haut lieu à la fois religieux et diplomatique, et un lieu de démonstration du pouvoir.

  • 92  H. Belting, 2004, p. 200.

55En commanditant ce mausolée et ses symboles après le coup d’État qui les porte au pouvoir, les nouveaux tenants du pouvoir royal s’érigent en successeurs légitimes de Ménélik II, bien que le souverain ne les ait pas choisis. Le successeur d’un roi reconnu par le peuple n’était pas forcément celui que le défunt avait désigné, mais bien celui qui réussissait à s’approprier la mémoire de son prédécesseur à travers, notamment, la mise en scène de ses funérailles et de son lieu de sépulture. « La tombe n’est pas seulement le lieu du repos, elle est aussi le lieu d’une action : un lieu où l’on réinvente le temps de la mort. En tant qu’institution, la mise au tombeau est une reproduction imagée de la mort. À un certain moment, la catastrophe de la mort est échangée contre son contrôle, puisqu’une communauté s’emploie à rétablir ainsi, par une action solennelle, l’ordre qui la fonde. Dans cette cérémonie, le mort trouve son lieu dans l’environnement social92 »… et politique, pourrait-on ajouter. Le mausolée de Ménélik II est un symbole d’union du pouvoir politique éthiopien, mais aussi d’équilibre et de force retrouvée pour la royauté, grâce à la bonne « gestion » du corps du roi précédent.

56Devenu roi des rois sous le nom de Haylé Sellasé en 1930, Tafari Makonnen commandite alors la construction d’une église destinée à abriter sa propre dépouille et celles des membres de sa famille. Ce faisant, il adopte la même attitude que nombre de ses prédécesseurs royaux, en prenant aussi le risque que ces vœux ne soient pas respectés.

Haylé Sellasé et les usages de l’église Qeddest Śelāssē, ou « cathédrale »

  • 93  Haylé Gabriel Dagne, 1987, p. 62.
  • 94  L’église Śelāssē a été construite à côté d’une église bâtie sous les ordres de Ménélik II à la fin (...)

57Le mausolée de Ménélik II et l’église « cathédrale » sont comparables sur différents points : leur commanditaire, leur date de création, leur emplacement géographique, mais aussi la nouveauté, en Éthiopie, de leurs styles architecturaux. Alors que Ba’ātā Māryām a été achevée en 1928, Haylé Sellasé commandite quelques mois après son intronisation en 1930 la construction de l’église de la Trinité, ou Qeddest Śelāssē, qui devait lui servir de lieu de sépulture. La première pierre en est posée en 193393. La nouvelle église est construite elle aussi au cœur d’Addis Abeba, dans le voisinage immédiat du siège du pouvoir, au nord du gebbi94, dont le site a aussi été choisi pour l’édification du Parlement.

  • 95  La principale source d’information sur l’église Śelāssē est le second volume du recueil d’enquêtes (...)

58Si Ba’ata ressemble à une église byzantine, le plan en croix et les décorations de Qeddest Śelāssē l’apparentent, quant à elle, plutôt à une église romaine. Faut-il y voir un message politique et religieux quant à la place de l’Église éthiopienne dans le monde ? Interrompue par l’invasion italienne en 1936, l’édification de Śelāssē est reprise en 1941, et son inauguration célébrée deux ans plus tard, en 1943 (dessin n° 1)95. Le plan d’origine était sensiblement différent et plus modeste que celui de l’édifice actuel. L’église a été agrandie en 1946 et son architecture remaniée pour être transformée en néobaroque (Photo n° 7). Un portique est ajouté à la façade, ainsi que deux clochers de part et d’autre de l’entrée. La sobriété originelle est balayée par des éléments d’architecture baroque, avec l’ajout de tympan brisé, d’ogives, de volutes et de contre-volutes soulignant les différents étages de la façade. Contre toute attente pour une église éthiopienne, des niches sont creusées autour du bâtiment pour accueillir des statues, qui ornent aujourd’hui également le parvis. L’espace intérieur du monument est divisé en une nef centrale et deux nefs collatérales (Photo n° 8). L’entrée d’une crypte se trouve au dos de l’édifice (Photo n° 9). Son existence prouve que l’église Śelāssē a été conçue dès l’origine à la fois comme un lieu de sépulture et comme un des hauts lieux symboliques de l’État éthiopien.

Dessin n° 1 : façade originale de l’église Śelāssē inaugurée en 1943

Dessin n° 1 : façade originale de l’église Śelāssē inaugurée en 1943

Dessin extrait de Alämayähu Megäs, Addis Abäba Adebarat, vol. 2, p. 206

Photographie n° 7 : façade de l’église Śelāssē après son remaniement

Photographie n° 7 : façade de l’église Śelāssē après son remaniement

Photographie extraite de Alämayähu Megäs, Addis Abäba Adebarat, vol. 2, p. 207

Photographie n° 8 : nef de l’église Śelāssē

Photographie n° 8 : nef de l’église Śelāssē

Photo E. Sohier

Photographie n° 9 : Entrée du mausolée à l’arrière de l’église Śelāssē.

Photographie n° 9 : Entrée du mausolée à l’arrière de l’église Śelāssē.

Photo E. Sohier

« Cathédrale », symbole de l’indépendance religieuse et politique

  • 96 The Holy Trinity Cathedral, 1956 (E.C.), p. 2.
  • 97  Dans son autobiographie, Haylé Sellasé affirmait que depuis des temps immémoriaux les rois d’Éthio (...)
  • 98  S. Ancel, (à paraître).
  • 99 The Holy Trinity Cathedral, 1956 (E.C.), p. 2.

59Une des brochures consacrées à l’église Śelāssē, publiée par la royauté dans les années 1960, érige le monument en symbole de la liberté nouvelle de l’Église éthiopienne96, liberté dont Haylé Sellasé a été l’artisan97. L’édification du bâtiment est en effet parallèle à la construction de l’indépendance religieuse de l’Éthiopie vis-à-vis de l'Église copte d'Égypte. Une des premières réformes date de 1929, quand, à la mort du métropolite Mātēwos et sur la demande du gouvernement éthiopien, le patriarche égyptien nomma un métropolite égyptien, tout en consacrant à ses côtés cinq évêques éthiopiens. Dès son retour d’exil en 1941, le roi reprend les négociations avec le patriarche égyptien. En 1948, un accord entre les deux parties est signé, et Basileos, nommé en 1951, est le premier Éthiopien à pouvoir consacrer des évêques. En 1959, il est nommé patriarche et doté du pouvoir de nommer des archevêques. L’Église d’Éthiopie devenait ainsi autocéphale98. Qeddest Śelāssē est alors désignée pour accueillir les cérémonies de consécration des nouveaux dignitaires de l’Église éthiopienne99. Elle est surnommée « cathédrale », sur le modèle de l’église romaine où la cathédrale est l’église de l’évêque et le lieu où il est consacré. Pourtant, ce nom n’appartient pas au vocabulaire éthiopien. L’architecture de l’église et ses nombreuses statues rappellent aussi les églises catholiques, sur le modèle desquelles Śelāssē semble avoir été calquée. Ces similitudes induisaient-elles volontairement une comparaison avec l’Église de Rome, dont l’Église éthiopienne, indépendante, était désormais l’égale ?

60À son retour d’exil en 1941, Haylé Sellasé transforme également le bâtiment en lieu de mémoire pour les patriotes éthiopiens tués pendant la guerre et l’occupation italiennes, à la fois dans le bâti intérieur et extérieur et le cérémonial. Un monument est érigé en l’honneur des soldats devant l’église, entourée également de leurs tombes. À l’intérieur du bâtiment, on rencontre une multiplicité de symboles non religieux. Plaques commémoratives, drapeaux et peintures d’église mettent en scène la lutte de la royauté, la résistance éthiopienne et des soldats britanniques, unis sous l’égide du roi, dans la lutte pour la libération de l’Éthiopie. Des commémorations sont célébrées en parallèle chaque année à la mémoire des soldats au sein de l’église.

Crucifixion, Société des Nations, libération de l’Éthiopie… Peintures religieuses et écriture de l’histoire officielle

  • 100  Haylé Gabriel Dagne, 1987, p. 63.

61Comme l’architecture du bâtiment, les peintures murales qui ornent l’église sont à la fois inédites, éclectiques et programmatiques. De style néoclassique occidental, elles ont été exécutées par ālaqā Asresāheñ Agāñehu, ato Agāñehu Engadā, ato Ema’elafe, ālaqā Mazmur Za-Dāwit et un peintre grec du nom de Germinis100. Parmi elles, quatre fresques invisibles depuis la nef ornent les parois surplombant le chœur de l’église. Si la première, en face de la nef, représente la Crucifixion de Jésus, les trois autres sont plus inattendues.

  • 101  Par exemple dans la base de données du site Internet de l’agence Corbis, http://www.corbis.com.
  • 102  Voir par exemple Charles McClellan, 1996, p. 57-86.

62La fresque à droite du chœur représente la scène du discours de Haylé Sellasé à la tribune de la Société des Nations, dans la salle de la Réformation, en juin 1936 (Photo n° 10). Le roi des rois est représenté debout à gauche de l’image, devant une assemblée surplombée par trois personnages à l’arrière-plan. L’image est structurée autour d’un point de fuite central très marqué, donnant à l’ensemble une tension artificielle. La comparaison de cette image avec les photographies de la salle de la Réformation101 porte à croire que le peintre a utilisé pour modèles des clichés de l’événement, qu’il a néanmoins légèrement modifiés. En observant à distance la composition, on remarque que les lignes formées par les tables et les couloirs semblent esquisser la partie supérieure d’une étoile de David, dont les trois branches inférieures sont visibles. Le roi des rois se tient sur la pointe de la branche gauche de cette étoile. Les trois sièges qui se détachent d’un fond bleu dans la partie supérieure de l’image représentent la présidence de salle, mais, de par leur nombre et leur position, ils ne peuvent manquer d’évoquer la Trinité, symbole omniprésent dans cette église dont elle porte le nom, tout comme le roi. En effet, « Haylé Sellasé » signifie « Puissance de la Trinité ». En choisissant ce nom de règne, Tafari Makonnen s’était placé sous la protection de la Trinité, qu’il rappelait d’ailleurs constamment dans l’iconographie, notamment à travers la croix à trois branches. Haylé Sellasé avait été très critiqué pour sa fuite à l’étranger lors de l’invasion italienne, car jamais un souverain éthiopien n’avait quitté son pays devant une menace extérieure. Face aux critiques formulées par les opposants au roi après son retour en Éthiopie en 1941102, le peintre suggérait peut-être que Haylé Sellasé, commanditaire de l’œuvre, s’était placé sous le patronage de la Trinité en partant défendre son pays auprès de la SDN en Occident, son propre champ de bataille. L’esquisse de l’étoile de David évoque la mythologie de la royauté éthiopienne, conférant une ascendance salomonienne directe au roi des rois. Elle représente le lien presque indissoluble qui, en 1936, unissait toujours le souverain, alors déchu par les Italiens, à son pays conquis. Cette scène profane est de ce fait implicitement marquée du sceau religieux, ce qui explique sa présence sous la coupole de l’église.

Photographie n° 10 : église Śelāssē

Photographie n° 10 : église Śelāssē

Haylé Sellasé à la tribune de la SDN

Photo E. Sohier

  • 103  G. de Juniac, 1994 [1re éd. 1976], p. 201. Le cheval blanc évoque peut-être la prise de Addis Abeb (...)

63Cette image trouve un écho dans la fresque qui lui fait face (Photo n° 11). La scène représente le retour de Haylé Sellasé en Éthiopie avec les forces britanniques en 1941. Les troupes anglaises sont esquissées à gauche, tandis que les dignitaires éthiopiens, le fils du roi et l’armée de résistance éthiopienne sont dépeints sur différents plans à droite de l’image. Au centre, le roi hisse le drapeau éthiopien sur un fond de montagnes évoquant, à l’arrière-plan, la naissance des hauts plateaux. La scène se déroule à la frontière éthiopienne, en 1941, alors que Haylé Sellasé rejoint son pays en compagnie de l’armée anglaise. Dès son arrivée en Éthiopie, le groupe avait rejoint la résistance éthiopienne afin d’obtenir du renfort, mais aussi de donner une légitimité à cette armée étrangère vis-à-vis de la population. Le 20 janvier 1941, une cérémonie marque l’arrivée sur le territoire du souverain, qui hisse le drapeau tricolore aux côtés des troupes du lieutenant-colonel Wingate et des soldats de la résistance éthiopienne103. Cette image laisse entendre que, malgré les critiques (sa légitimité est contestée à son retour en Éthiopie), le roi a été au centre de la reconquête de son pays ; il représentait le trait d’union, le coordinateur entre les troupes anglaises et les patriotes éthiopiens. Parmi la multitude d’images religieuses ornant l’église se distinguent d’autres représentations évoquant Haylé Sellasé, sa foi, son pouvoir et sa famille.

Photographie n° 11 : église Śelāssē

Photographie n° 11 : église Śelāssē

Retour de Haylé Sellasé en Éthiopie

Photo E. Sohier

  • 104 Haylé Sellasé, 1976, p. 166.

64La dernière fresque du chœur de l’église représente par exemple les funérailles de la princesse Zenābē Warq, fille de Haylé Sellasé et Menen née en 1918 et décédée en 1933 (Photo n° 12). L’image suit elle aussi un ordonnancement très géométrique. Le cercueil de la princesse, sujet de l’événement, est placé au centre du premier plan. Il est couvert d’un drapeau éthiopien, soulignant la dimension nationale de la défunte et de l’événement. Les autorités religieuses éthiopiennes et des prêtres ouvrent le cortège. Le véhicule est ensuite suivi de deux guerriers arborant des costumes hybrides, composés d’éléments éthiopiens, comme la crinière de lion (le gofar), et occidentaux, tels que chaussures et pantalons. Suivent la famille royale et d’autres dignitaires. À la ligne brisée qui correspond au défilé répond la pelouse vierge et bien ordonnée du centre de l’image, d’où émane une impression d’ordre et de calme, d’autant plus que très peu de mouvement est suggéré. Dans son autobiographie, Haylé Sellasé consacre un paragraphe à ses mesures de réforme des funérailles, à la suite de Ménélik II104. Le roi des rois déplore la consommation excessive d’alcool et de nourriture lors de ces célébrations et les démonstrations exubérantes de douleur. Il préconise au contraire plus de modération, de calme et de charité, en érigeant en modèle les funérailles de sa fille en 1933. La fresque fait écho à cette volonté d’ordre et consacre l’exemple donné. Haylé Sellasé avait donc repris et atteint le projet de Ménélik II et de l’Église de « mise en ordre » des funérailles, tout au moins des funérailles officielles. La fresque des obsèques de Zenābē Warq illustre donc un événement à la fois privé et national, érigé en modèle de comportement. L’ornementation de la « cathédrale » reflète la politique prônée par le roi et fait écho à l’écriture officielle de l’histoire. L’église est un pan d’une politique symbolique plus large et structurée qui utilise d’autres ressorts, comme l’écriture.

Photographie n° 12 : église Śelāssē

Photographie n° 12 : église Śelāssē

Funérailles de Zenabé Warq

Photo E. Sohier

Une église à l’image du roi

  • 105  À ce sujet, lire par exemple S. Chojnacki, 1999, p. 233-259.
  • 106  Par exemple à l’église de Nārgā Śelāssē. Lire à ce propos C. Bosc-Tiessé, 2008.

65Des images du roi moins monumentales mais tout aussi étonnantes sont données à voir aux visiteurs dans d’autres parties de l’église. L’autel du chœur est par exemple surplombé d’une peinture d’une Vierge à l’enfant entourée du roi et de son épouse Menen. Le couple, agenouillé, est vêtu de manteaux rouges (Photo n° 13). La reine croise ses bras devant sa poitrine, tandis que Haylé Sellasé a les mains jointes en forme de prière. Les tapis dessinés sont ornés de l’étoile de David et de l’étoile à trois branches, emblème du roi des rois. Cette scène s’inscrit dans la tradition picturale éthiopienne puisque la représentation des souverains sur les murs des églises royales était relativement fréquente au début du xxe siècle, comme à des époques antérieures105. Mais la place de l’image dans l’église est inédite de par le plan de l’édifice. En effet, si les peintures de certaines églises éthiopiennes invitaient déjà parfois les fidèles à prier pour le souverain106, cette scène est ici visible depuis toute la nef, par conséquent, et contrairement au passé, l’ensemble les fidèles étaient invités à prier à la fois pour les personnages bibliques et pour le couple royal.

Photographie n° 13 : église Śelāssē

Photographie n° 13 : église Śelāssē

La Vierge à l’enfant et le couple royal

Photo E. Sohier

66Les vitraux qui ornent les fenêtres du lieu sont aussi une innovation en Éthiopie. Ils illustrent les événements bibliques marquants (comme Adam et Ève, l’arche de Noé, etc.), mais aussi la rencontre de la reine de Saba et du roi Salomon (Photo n° 14). Haylé Sellasé était officiellement le descendant de Salomon, et placer l’iconographie de cette rencontre dans le cycle de vitraux permettait d’inscrire son histoire comme celle des neguśā nagaśt éthiopiens dans l’histoire biblique et l’histoire du christianisme. Toutefois, la forme de cette image diffère de l’iconographie éthiopienne, avec des costumes rappelant à la fois les rois du Moyen Âge en Europe (manteaux rouges) et des personnages antiques (drapés blancs, sandales). Cette représentation a un caractère d’autant plus syncrétique que la légende est rédigée en amharique : si la forme est d’inspiration étrangère, elle prend néanmoins son sens à l’aune de la seule culture éthiopienne. L’imagerie chrétienne occidentale est reprise pour être appliquée à la foi orthodoxe et à l’histoire officielle éthiopienne.

Photographie n° 14 : église Śelāssē

Photographie n° 14 : église Śelāssē

Vitrail de la reine de Saba et de Salomon

Photo E. Sohier

  • 107  Entretien avec le guide de l’église Śelāssē en octobre 2003.
  • 108  Je remercie le père Emmanuel Fritsch pour ces informations difficiles à acquérir !

67Les tombeaux du roi et sa femme, inhumée en 1962, se trouvent dans une chapelle à gauche du chœur. Les tombeaux auraient été commandés à des artisans grecs107, à une date inconnue. Leur forme était destinée à évoquer à la fois Aksum et Lālibalā, néanmoins transposés dans le présent par les initiales de Menen et de Haylé Sellasé gravées sur le devant. Les corps des autres membres de la famille royale ont, eux, été déposés dans la crypte prévue à cet effet. Elle réunit les tombes de Zenābē Warq, décédée en 1933, du prince Makonnen, « duc de Harar », mort en 1957, et de son fils, Amha Sellasé, celle du prince Śāhla Sellasé, troisième fils de Haylé Sellasé, enterré en avril de la même année, celle de la princesse Tenāña Warq, fille aîné du souverain issue d’un premier mariage, et dont les funérailles ont eu lieu en 2003, puis celle de son premier époux, rās Dastā Damtaw. Asfāw Wasan, fils aîné du roi décédé en 1997 à Washington, reposerait également peut-être là108. Par cette crypte familiale, Haylé Sellasé liait l’Éthiopie et son histoire à lui-même et à sa descendance directe, à laquelle il désirait transmettre le pouvoir, avant que le derg ne l’en empêche. Malgré la révolution de 1974, les trônes du couple royal demeurent aussi dans le chœur de l’église, ornés de lions, de symboles de la Trinité, de couronnes et de figures de saints. Ils rappellent que la « cathédrale » était l’église officielle de la famille royale pour la célébration des fêtes religieuses.

68Bien d’autres symboles évoquent le roi des rois, çà et là, dans le décor de l’église. Sur la porte menant à l’autel, deux lions de Juda couronnés sont figurés, portant drapeau et croix, encadrés par deux croix latines. Le lion de Juda est une référence directe au roi des rois et à l’origine salomonienne de son pouvoir. L’autel lui-même est marqué des initiales royales, celles-là même qui ornent les grilles de son palais en fer forgé. De par son nom, son ornementation et sa fonction de mausolée, toute la symbolique de l’église se confond avec celle de la royauté. À travers les thèmes développés dans une sorte de métaphore filée à travers l’architecture, l’ornementation et les tombes de l’église Śelāssē (indépendance de l’Église, indépendance politique, indépendance militaire du pays), Haylé Sellasé mêlait à sa personne et à son règne la mémoire de ces évènements fondateurs. L’église illustrait la politique et les aspirations du souverain : être le centre sacré de l’Éthiopie indépendante, moderne, érigée en nation autour de ses patriotes, de son armée et de sa religion.

Abolition de la royauté, assassinat du roi des rois

  • 109 A. del Boca, 1995, p. 3-16. L’introduction, intitulée « Morte per assassinio » est consacrée à la f (...)
  • 110  Le derg nia en attribuant la mort du roi à des troubles mentaux. Le Monde, 9 octobre 1980, cité pa (...)
  • 111  Les témoignages de différents journalistes sont notamment disponibles pour retracer l’événement. V (...)

69Les circonstances de la mort de Haylé Sellasé ont été dévoilées en décembre 1994, lors du procès intenté contre le successeur du roi des rois, Mengistu Hailé Maryam, chassé du pouvoir en 1991109. Après avoir été enlevé de son palais et emprisonné en août 1974, le vieux roi fut confiné durant près d’un an dans l’ancien gebbi de Ménélik II, avant de mourir étouffé par un médecin militaire, en présence de Mengistu Hailé Maryam et d’un autre officier, dans la nuit du 26 août 1975. Son décès, attribué aux conséquences d’une opération chirurgicale, fut annoncé de façon lapidaire par le nouveau régime, qui refusa des funérailles à l’ancien souverain, inhumé dans un lieu tenu secret. Pendant dix-sept ans, les médias éthiopiens évitèrent d’évoquer le nom du roi. Durant toute cette période, des rumeurs traversèrent la ville d’Addis Abeba et la presse internationale au sujet de la fin de Haylé Sellasé. Elles ont été officiellement démenties par le gouvernement éthiopien en octobre 1980110. Après la chute du derg, des fouilles furent entreprises à la demande des partisans de l’ancien roi afin de retrouver son corps et de lui offrir des obsèques en bonne et due forme. Il fut retrouvé à l’aide de plusieurs témoins au sein du gebbi, dans une dalle de béton coulée à plusieurs mètres sous terre sous des sanitaires face au bureau de Mengistu Hailé Maryam. La dépouille du souverain, susceptible d’être instrumentalisée politiquement, avait été mise sous bonne garde. Les descendants de Haylé Sellasé n’obtinrent pas l’autorisation du nouveau pouvoir de transférer le corps du roi dans l’église Śelāssē en 1992, aussi fut-il déposé dans la crypte du mausolée de Ménélik II. Accordé enfin en 2000, ce transfert vers le lieu de sépulture que s’était choisi le roi donna lieu à une cérémonie qui n’eut pas dans la capitale l’ampleur escomptée par les organisateurs, la fondation « Emperor Haile Selassie I ». Seulement quelques milliers de spectateurs étaient présents, au lieu des centaines de milliers escomptés111. Le gouvernement avait donc peut-être accepté ce transfert, tout en refusant des funérailles d’État, en sachant que, sans l’adhésion de la population éthiopienne, la propagande développée dans l’Église en faveur du roi des rois déchu aurait peu de retentissement.

Conclusion

70La dégradation du corps de Haylé Sellasé par l’assassinat, le déni de funérailles et d’un lieu de sépulture correct intervint quelques mois après l’abolition de la royauté éthiopienne en mars 1975. Faire disparaître et avilir le corps de l’ancien souverain   comme ceux des anciens dignitaires du régime et des membres de la famille royale   était une façon de mettre un terme à la royauté, sur les plans matériel et symbolique. Le déni de sépulture avait-il pour but de conjurer la crainte que l’ancien souverain inspirait au pouvoir révolutionnaire ? Le corps du roi vivant avait une importance politique fondamentale, comme l’ont montré les efforts de Ménélik II pour dissimuler sa maladie. De même, les restes d’un souverain avaient un pouvoir politique potentiel réel, comme ses funérailles et son lieu de sépulture. Ménélik II et Haylé Sellasé en furent victimes après leurs fins politiques respectives.

  • 112  Consulter M.-L. Derat, 2003, p. 308.

71Les observations faites au sujet des funérailles et lieux de sépulture des souverains éthiopiens du xxe siècle sont comparables aux données recueillies à des époques antérieures de l’histoire éthiopienne112. Claire Bosc-Tiessé souligne qu’aux xviie et xviiie siècles les rois étaient presque toujours enterrés dans la région qui était le centre de leur pouvoir. Cette donnée est toujours valable au xxe siècle, puisque Addis Abeba était devenue la capitale et le centre géographique du nouveau territoire. Plus, les églises Ba’ātā et Śelāssē ont été édifiées accolées au gebbi de Ménélik, centre du pouvoir en Éthiopie aujourd’hui comme durant tout le xxe siècle. Dans les années 1920, c’était un moyen de lier indissolublement la mémoire et le règne de Ménélik au nouveau gouvernement, qui n’avait pas encore le pouvoir et l’autorité de son illustre prédécesseur. C’était aussi un moyen de réaffirmer la centralisation du pouvoir au Choa face aux rebellions incessantes des notables du Tigré, ou au renforcement politique du Wallo, où le rās Mikā'ēl avait été nommé neguś.

72Des ruptures sont aussi perceptibles dans la politique funéraire des souverains éthiopiens au xxe siècle, en raison de l’entrée de l’Éthiopie sur la scène politique internationale. De par sa forme et sa fonction, le mausolée de Ménélik II a été pensé pour être un lieu de reconnaissance internationale, inédit en Éthiopie, à l’instar de la « cathédrale » quelques années plus tard. Depuis la fin du xixe siècle, les diplomates européens étaient en poste dans la capitale, et les gouvernements éthiopiens ne pouvaient plus ignorer les pratiques des pays occidentaux avec lesquels ils voulaient traiter d’égal à égal, en tant que pays indépendant. Cette tendance se renforça dans les années 1920, avec le rās Tafari et l’entrée de l’Éthiopie dans la SDN. Addis Abeba reflétait les aspirations d’une partie de la classe politique éthiopienne à l’ouverture politique et culturelle sur le monde, avec l’édification de nouveaux bâtiments et infrastructures, la création d’un embryon d’armée moderne, etc. Le mausolée de Ménélik et l’église Śelāssē ont été pensés pour célébrer la mémoire de souverains majeurs dans l’histoire de l’Éthiopie contemporaine et jouissant d’une dimension internationale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sources

Sources publiées

Documents relatifs au coup d’État d’Addis Abeba du 27 septembre 1916, Dire-Daoua, imprimerie Saint-Lazare, 1916, 14 pages en amharique, mises en regard de 14 pages en français.

Alämayähu Megäs, Addis Abäba Adebarat, 8 volumes manuscrits conservés aux archives de l’Institute of Ethiopian Studies, Addis Abeba.

Gebre-Igziabiher Elyas, Prowess, Piety and Politics, The Chronicle of Abeto Iyasu and Empress Zāwditu of Ethiopia (1909-1930), traduit et présenté par Reidulf K. Molvaer, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, Studien zur Kulturkunde, 104, 1994, 596 p.

Guebré Sellassie, Chronique du règne de Ménélik II, roi des rois d’Éthiopie, traduit de l’amharique par Tésfa Sellassié, publié et annoté par Maurice de Coppet, Paris, Maisonneuve, tome I, 1930, tome II, 1932.

Guide d’Addis Abeba, publié par le département de la presse et de l’information du gouvernement impérial, Addis Abeba, non daté, p. 104.

Mérab, P., Dr., Impressions d’Éthiopie, Paris, éditions Ernest Leroux, 3 vol., 1921, 1922, 1929.

Hailé Sellasé I, My Life and Ethiopia’s Progress, 1892-1937, traduit et annoté par Edward Ullendorff, Oxford University Press, 1976, 335 p.

Mers’é Hazen Wolde Qirqos, Of What I Saw and Heard. The Last Years of Emperor Menelik II & the Brief Rule of Iyassu, traduit et annoté par Hailu Habtu, Études Éthiopiennes, 1, Addis Abeba, CFEE & Zamra Publishers, 2004, 195 p.

May Ydlibi, With Ethiopian Rulers. A Biography of Hasib Ydlibi, Bahru Zewde (éd.), Addis Abeba University Press, 2006, 333 p.

Archives

ArchivMicrofilm « Capuchin Missionary. Records, Harar (1911-1914). Mis. Reel. 12 », Addis Abeba, Institute of Ethiopian Studies.

Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), Nouvelle Série (NS), Éthiopie, politique intérieure, vol. 1, 2, 3, 4, 22 ; K-Afrique, Éthiopie, vol. 31 et 61.

Études

Adjemian, B., 2008, « La fanfare du négus. Questions sur l’apport historique de la mémoire arménienne en Éthiopie », Revue arménienne des questions contemporaines, n° 9, p. 103-125.

Ancel, S., (à paraître), « L’autocéphalie de l’Église : une conquête politique », in A. Rouaud (dir.), L’irrésistible ascension du ras Tafari (1916-1930). Études et documents, Paris, Sepia.

Bahru Zewde, 2001 [1re éd. 1991], A History of Modern Ethiopia, 1855-1974, Londres, James Currey Ltd.

Bairu Tafla, 1972, « Marriage as a political device: an appraisal of socio-political aspect of the Menelik Period 1889-1916 », Journal of Ethiopian Studies, vol. X, n° 1, Addis Abeba, p. 13-21.

Belting, H., 2004 [éd. originale en allemand, 2001], Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard.

Berhanou Abebe, 2001, « Le coup d’État du 26 septembre 1916 ou le dénouement d’une décennie de crise », Annales d’Éthiopie, vol. XVII, Addis Abeba, CFEE, p. 309-359.

Bosc-Tiessé, C., 2008, Les îles de la mémoire. Fabrique des images et écriture de l’histoire dans les églises du lac Tana, Éthiopie, xviie-xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Chojnacki, S., 1999, « Les portraits des donateurs comme sources de l’histoire politique, religieuse et culturelle de l’Éthiopie du xiie au xixe siècle », Nubica et Aethiopica, IV-V, p. 233-259.

Del Boca, A., 1995, Il Negus,Vita e morte dell’ultimo re dei re, Rome, Laterza.

Derat, M.-L., 2003, Le domaine des rois éthiopiens (1270-1527), Paris, Publications de la Sorbonne.

Haile Gabriel Dagne, 1987, « The establishment of churches in Addis Abeba », Proceedings of the International Symposium on the Centenary of Addis Abeba, November 24-25, 1986, Addis Abeba, Ahmed Zekaria, Barhu Zewde et Taddese Beyene (éd.), p. 57-78.

Henze, P., 2000, Layers of Time : A History of Ethiopia, C. Hurst & Co. Publishers.

Juniac, G. de, 1994 [1re éd. 1976], Le dernier roi des rois. L’Éthiopie de Haïlé Sélassié, Paris, L’Harmattan.

Marcus, H. G., 1975, The Life and Times of Menelik II, Ethiopia 1844-1913, Oxford, Clarendon Press.

Marcus, H. G., 1964, « The last years of the reign of the emperor Menelik, 1906-1913 », Journal of Semitic Studies, Cambridge, vol. IX, n° 1, p. 229-234.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

McClellan, C., 1996, « Observations on the Ethiopian nation, its nationalism, and the Italo-Ethiopian war », Northeast African Studies, vol. 3, n° 1, p. 57-86.
DOI : 10.1353/nas.1996.0004

Prouty, C., 1986, Empress Taytu and Menelik II. Ethiopia 1883-1910, New Jersey, Red Sea Press.

Ryle J., 2001, « Burying the Emperor », Granta, vol. 73, New York, p. 109-126.

Sohier, E., 2011, Portraits controversés d’un prince éthiopien, Iyasu 1897-1935, L’Archange Minotaure.

Toubkis, D., 2004, « Je deviendrai roi sur tout le pays d’Éthiopie ». Royauté et écriture de l’histoire dans l’Éthiopie chrétienne (xvie-xviiie siècle), thèse de doctorat en histoire, université Paris 1.

Haut de page

Notes

1  Rédigée par le ṣaḥāfē te’ezāz Gabra Śelāssē, secrétaire de Ménélik II, puis ministre de la Plume, la chronique a été publiée en français par un diplomate français en poste à Addis Abeba au début des années 1930, Maurice de Coppet : Guebré Sellassie, Chronique du règne de Ménélik II, roi des rois d’Éthiopie, traduit de l’amharique par Tésfa Sellassié, publié et annoté par Maurice de Coppet, Paris, Maisonneuve, tome I, 1930, tome II, 1932.

2  Rédigée durant le règne de Zāwditu (r. 1917-1930), cette chronique a été écrite de nouveau à la demande de Haylé Sellasé en 1944, les manuscrits ayant été détruits durant l’invasion italienne. Le texte a été édité en 1994, accompagné d’une traduction anglaise. Gebre-Igziabiher Elyas, Prowess, Piety and Politics, The Chronicle of Abeto Iyasu and Empress Zewditu of Ethiopia (1909-1930), traduit et présenté par R. K. Molvaer, Cologne, 1994.

3  Docteur Mérab, 1922, vol. II, p. 241, note 1.

4  Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), K-Afrique, Éthiopie, vol. 22, « Succession privée de Ménélik ».

5  H. G. Marcus, 1975.

6  C. Prouty, 1986.

7  Guebré Sellassie, 1930, p. 535.

8  Le biographe de Ménélik II a déjà eu recours à ces archives diplomatiques (H. G. Marcus, 1975). Les dossiers relatifs à la maladie du roi se trouvent dans les volumes 1 et 2 de la section Nouvelle Série (NS), Éthiopie, politique intérieure.

9  MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1, Lettre de Lagarde au ministre des Affaires étrangères le 21 mai 1906. Dans toutes les citations je reprendrai l’orthographe et les translittérations utilisées par les auteurs.

10  MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1, Lettre de Lagarde au ministre des Affaires étrangères du 20 décembre 1904.

11  Des médecins grec, français, allemand, syrien ont défilé au chevet du roi, proposant différents types de traitements, entre autres des soins par électrochocs. Cette rivalité a été rapportée en détail – avec humour et vivacité – par Hasib Ydlibi, l’homme d’affaires à qui Ménélik avait demandé de faire venir un médecin d’origine syrienne comme lui pour échapper aux manœuvres diplomatiques des puissances européennes. M. Ydlibi, With Ethiopian Rulers. A Biography of Hasib Ydlibi, Bahru Zewde (éd.), Addis Abeba University Press, 2006, p. 133. Merci à Anaïs Wion pour cette référence.

12  H. G. Marcus, 1975, p. 232.

13  H. G. Marcus, 1975, p. 234.

14  H. G. Marcus, 1975, p. 241.

15  Lettre de Brice (ministre français en poste à Addis Abeba de 1908 à 1917) le 3 mars 1910, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 11.

16  « Il règne en ce moment un certain malaise dans la population aussi bien européenne qu’indigène. Personne n’ignore plus la maladie de l’Empereur. […] Les Abyssins habitués d’autre part à voir l’Empereur circuler chaque jour dans la ville ont trouvé confirmation de ces nouvelles dans la vie retirée que mène obligatoirement aujourd’hui leur souverain qui ne sort pour ainsi dire plus de son palais. » Lettre de Brice du 24 août 1908, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

17  « L’empereur va beaucoup mieux, il a su monter à mulet pour descendre d’Entotto […] mais ça n’a pas été sans peine […] c’est cette difficulté du retour qui tenait le Négus éloigné de son palais. On avait pensé le ramener en litière ou en chaise à porteurs, mais c’eût été déclarer son état et il avait refusé nettement de se servir de ce mode de locomotion. » Lettre de Brice le 11 juin 1908, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

18  Rapport du docteur L’Herminier le 3 novembre 1908, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

19  H. G. Marcus, 1975, p. 235.

20  Rapport du docteur Vitalien, 13 juillet 1909, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

21  Lettre de Brice du 24 septembre 1909, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

22  Lettre de Brice du 20 septembre 1909, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

23  I. Guidi, Annales Regnum Iyasu II et Iyo’as, Paris, 1910–1912 (CSCO  66, 61, S.A. 29, 28), repr. Louvain 1960–1961, p. 27-28 et 174-175, cité par D. Toubkis, « Je deviendrai roi sur tout le pays d’Éthiopie ». Royauté et écriture de l’histoire dans l’Éthiopie chrétienne (XVIe-XVIIIe siècle), thèse de doctorat en histoire, université de Paris I, 2004, p. 349.

24  Dr. P. Mérab, 1922, dédicace du livre.

25  Dr. P. Mérab, 1922, p. 241.

26 H. G. Marcus, 1975, p. 226.

27  MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

28  MAE, NS, Éthiopie,politique intérieure, vol. 2.

29 Lettre de Brice le 30 mai 1910, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

30  « Si encore les gens de métier étaient les seuls à renseigner le public, ce ne serait que demi-mal, mais ici il n’y a pas un Grec, pas un Arménien qui ne téléphone à Djibouti tous les racontars du gabaya [palais] et c’est ainsi que se propagent les choses les plus invraisemblables. », lettre de Brice le 16 mars 1910, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

31  MAE, NS, Éthiopie, politique étrangère, dossier général, vol. 10.

32  MAE, NS, Éthiopie, politique étrangère, cité par H. G. Marcus, 1975, p. 241.

33  Dr. P. Mérab, 1922, p. 246.

34  Lettre du gérant de la Légation de France, à son Excellence monsieur Stéphen Pichon, ministre des Affaires étrangères, de Addis Abeba le 5 mars 1907. MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

35 Lettre de Brice au ministre des Affaires étrangères français, de Addis Abeba le 1er avril 1908, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

36 Brice rapporte dans une lettre du 22 octobre 1908 : « L’empereur en bonne santé surveillait tout, avait l’œil à tout, il n’en est plus ainsi aujourd’hui, aussi tout s’en ressent-il, notamment de la sécurité publique […] », MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

37  M. Ydlibi, 2006, p. 149.

38  D. Toubkis, 2004.

39  Rapport de Brice du 13 septembre 1910, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 2.

40  Lettre du 4 décembre 1911 du chargé d’Affaires en Éthiopie au ministre des Affaires étrangères, Addis Abeba. MAE, NS, Éthiopie, politique étrangère, dossier général, vol. 10.

41  Télégramme de Brice le 19 décembre 1913, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 3.

42  Lettre de Brice le 27 décembre 1913, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 3.

43  Lettre de Brice le 10 janvier 1914, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 3.

44 Bahru Zewde, 2001 [1ère éd. 1991], p. 121.

45 Mers’é Hazen Wolde Qirqos, Of What I Saw and Heard. The Last Years of Emperor Menelik II & the Brief Rule of Iyassu, traduit et annoté par Hailu Habtu, Addis Abeba, CFEE & Zamra Publishers, 2004, p. 134.

46  « Il en sera vraisemblablement ainsi jusqu’au jour où le prince sera suffisamment maître de la situation et aura groupé autour de lui les principaux chefs dont l’appui est indispensable pour faciliter son accès au trône. » Lettre de Brice le 23 décembre 1913, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 3.

47  H. G. Marcus, 1975, p. 231.

48  H. G. Marcus, 1975, p. 241.

49  « Ménélik a eu beaucoup d’enfants, on parle d’une douzaine […]. Il laisse ces nombreux rejetons grandir dans l’oubli et le mépris public, sans vouloir même les reconnaître pour ses fils, cependant que suivant les lois du pays, les fils naturels ont droit au trône », Dr. P. Mérab, 1922, p. 45.

50  Dr. P. Mérab, 1922, p. 246.

51  D. Toubkis, 2004, p. 343.

52 Bairu Tafla, 1972, p. 13-21.

53  Ces troubles avaient pour origine une lutte de pouvoir à l’intérieur du Tigré (H. G. Marcus, 1975, p. 262).

54 K. Molvaer, in Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 558.

55  Lettre rédigée par le « Lt colonel, chef du 2e bureau » de Vienne en Autriche le 22 décembre 1913, transmise par le major de l’armée, section renseignements, au ministre de la Guerre et au ministre des Affaires étrangères. MAE, NS, Éthiopie, politique étrangère, dossier général, vol. 10, septembre 1909-mars 1914.

56  Le témoignage de H. Ydlibi, Anglais d’origine syrienne, montre que le gouvernement éthiopien tenait délibérément les puissances européennes à l’écart de certains événements. Le jour de la désignation de Iyāsu, elles n’auraient par exemple pas été admises à voir le prince. M. Ydlibi, 2006, p. 152. Le témoignage de Ydlibi, qui n’est ni éthiopien ni européen, permet de relativiser l’impression d’omniscience laissée par les sources diplomatiques et de percevoir les interstices entre les différentes visions officielles des événements (historiographie éthiopienne, sources diplomatiques européennes).

57 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 343-344.

58  B. Adjemian, 2008, p. 110-111.

59  Toujours selon ce prêtre, les restes de Śāhla Sellasé auraient également été déplacés dans le maqdas de l’église par ordre de Zāwditu pour leur protection durant la guerre entre Tafari et le rās Mikā'ēl en 1916.

60  P. Henze, 2000, p. 192, note 11.

61  Le prince Iyāsu a connu à son tour une fin de vie longue, trouble et occultée par ses successeurs. Lire à ce propos E. Sohier, 2011.

62 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 345.

63 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 388.

64  Documents relatifs au coup d’État d’Addis Abeba du 27 septembre 1916, Diré-Daoua, Imprimerie Saint-Lazare, octobre 1916, 14 pages en amharique, mises en regard de 14 pages en français. Voir aussi Berhanou Abebe, « Le coup d’État du 26 septembre 1916 ou le dénouement d’une décennie de crise », Annales d’Éthiopie, vol. XVII, Addis Abeba, CFEE, 2001. Treize articles récapitulent les arguments incriminant Iyāsu, dont le premier article concerne la disparition de Ménélik II : « Art. 1. Dans la semaine même où mourut l’Empereur alors que son décès était connu de tout le monde, Iyassou ayant donné l’ordre à tous ses gens de seller leurs chevaux il les fit jouer à la fantasia. À supposer qu’on eût des motifs de surseoir à la cérémonie du deuil, on aurait dû, au moins, passer cette semaine dans la tristesse et les sanglots, et c’est ainsi que les larmes que […] le Peuple voulait répandre sur le cercueil de leur souverain ont été desséchées. […]. Heureusement que Notre Abouna Mathéos connaît le lieu de sa sépulture. Mais admettons à la rigueur que pour éviter des bouleversements dans l’empire on ait omis les pleurs et les funérailles publiques ; mais nous espérions d’un jour à l’autre qu’on célébrât un service anniversaire et qu’on nous invitât à distribuer des aumônes pour le repos de son âme. Maintenant nous le comprenons, s’il n’a pas entouré d’honneurs la dépouille mortelle de son père c’est que depuis longtemps il était devenu renégat. » Documents relatifs au coup d’État…, 1916, p. 5 et 6.

65 Documents relatifs au coup d’État…, 1916, p. 13.

66  Haylé Sellassie, “My Life and Ethiopia’s Progress” 1892-1937, autobiographie de Haylé Sellasé I, traduite et annotée par Edward Ullendorff, School of Oriental and African Studies, University of London, Oxford University Press, 1976, p. 49.

67 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 388.

68 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 420.

69  Chapitre 44 : About the memorial [feast and service] for Menilek II, Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 402-410.

70 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 402.

71  Maurice de Coppet doit alors attendre plusieurs semaines avant d’être reçu par l’impératrice et de lui remettre la croix de la Légion d’honneur que lui a décernée le président de la République française. MAE, K-Afrique, Éthiopie, vol. 6.

72 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 404.

73 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 402-410.

74 And the dance during the service was in each church performed at three places, the clergy having been divided into three, and they performed three kinds of rituals. That is, the group at the west part [of the church], the [regular] clergy of that church, performed the rite appropriate for that church. Those who stood to the east performed the rite of [?]. Those who stood to the south read the Horologium. Under the direction of the teachers, the scholars, the head of the choristers, the supervisors of the church singers, the 45 parts of the memorial requiem were performed so that it resembled the praises of the 99 groups of angels, in the 15 main churches. Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 405.

75 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 408.

76 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 409.

77 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 409.

78  Lettre de Maurice de Coppet au ministre des Affaires étrangères, de Addis Abeba le 10 février 1921, MAE, K-Afrique, Éthiopie, vol. 8.

79  Lettre du gérant de la Légation de France au ministre des Affaires étrangères, de Addis Abeba le 3 mars 1907, MAE, NS, Éthiopie, politique intérieure, vol. 1.

80 Guide d’Addis Abeba, publié par le département de la presse et de l’information du gouvernement impérial, Addis Abeba, non daté, p. 104. Wolbert G.C. Smidt, Äthiopien und Deutschland. 100 Jahre Diplomatische Beziehungen, Addis Abeba, Goethe-Institut, 2005, p. 32-33.

81 Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, chapitre 91 : About Menilek II’s memorial feast, p. 521.

82 Ibid.

83 And the mausoleum for Emperor Menilek she built in the Palace grounds out of chiselled stone alone and with the door made of iron/metal, on the pattern of the temple in Jerusalem […].Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 448.

84  « Le temple que Salomon fit construire pour le Seigneur mesurait trente mètres de long, dix mètres de large et quinze mètres de haut » (1 Rois 6, 2).

85  Gebre-Igziabiher Elyas, 1994, p. 546-547.

86  La tombe de la deuxième fille de Tafari, Ṣahāy Warq, décédée en 1942, se trouve également dans cette pièce. Son cercueil y a peut-être été déposé parce que l’église Śelāssē, où est enterré le reste de sa famille, était en cours d’agrandissement au moment de sa mort. Un portrait post mortem de la princesse, portrait dont l’usage était fréquent en Occident à la même époque, mais inaccoutumé en Éthiopie, rappelle la mort précoce de la jeune fille. La présence de ce tombeau indique que Haylé Sellasé s’inscrivait, lui et ses descendants, dans la lignée de Ménélik II, malgré des liens familiaux très éloignés.

87  Hailé Gabriel Dagne, 1987, p. 74.

88  Haile Gabriel Dagne, 1987, p. 75.

89 Hailé Gabriel Dagne, « The establishment of churches in Addis Abeba », Proceedings of the International Symposium on the Centenary of Addis Abeba, November 24-25 1986, publié à Addis Abeba en 1987, Ahmed Zekaria, Barhu Zewde et Taddese Beyene (éd.), p. 74.

90  Bahru Zewde, 2001, p. 135.

91  Par exemple la mission envoyée par le Saint-Siège en Éthiopie en novembre 1929, MAE, K-Afrique, Éthiopie, vol. 31. Au moment du couronnement de Haylé Sellasé en 1930, les représentants des gouvernements étrangers furent aussi conviés à se recueillir dans le mausolée. Voir MAE, K-Afrique, Éthiopie, vol. 61.

92  H. Belting, 2004, p. 200.

93  Haylé Gabriel Dagne, 1987, p. 62.

94  L’église Śelāssē a été construite à côté d’une église bâtie sous les ordres de Ménélik II à la fin du xixe siècle : un tābot avait été emmené d’Enṭoṭṭo en 1884 (E.C.) et déposé dans une chapelle située à cet emplacement, chapelle remplacée quelques années plus tard par une grande église consacrée à la Trinité, appelée maintenant « ancienne église de la Trinité ».

95  La principale source d’information sur l’église Śelāssē est le second volume du recueil d’enquêtes manuscrites de Alämayähu Megäs, Addis Abäba Adebarat, conservé aux archives de l’Institute of Ethiopian Studies à Addis Abeba. Dans la partie consacrée à cette église ont été insérées deux brochures sur Śelāssē, la première en amharique et anglais, The Holy Trinity Cathedral éditée en 1956 (E.C.) (p. 205-231), la seconde seulement en amharique, intitulée Mänbärä Ṣebaot Qedest Śelāssē Katédral, éditée en 1960 (E.C.) (p. 193-204). Elles ont toutes deux été imprimées par le gouvernement éthiopien.

96 The Holy Trinity Cathedral, 1956 (E.C.), p. 2.

97  Dans son autobiographie, Haylé Sellasé affirmait que depuis des temps immémoriaux les rois d’Éthiopie étaient en charge des affaires de l’Église mais que cette tradition s’était perdue, avec l’accroissement du travail de l’État. Il souhaitait reprendre cette tradition et réorganiser l’Église comme il l’avait fait avec le gouvernement. Haylé Sellase I, 1976, Chapitre 27, About Our arrangements for the appointment of bishops chosen from among the savants of Éthiopie, p. 168-171.

98  S. Ancel, (à paraître).

99 The Holy Trinity Cathedral, 1956 (E.C.), p. 2.

100  Haylé Gabriel Dagne, 1987, p. 63.

101  Par exemple dans la base de données du site Internet de l’agence Corbis, http://www.corbis.com.

102  Voir par exemple Charles McClellan, 1996, p. 57-86.

103  G. de Juniac, 1994 [1re éd. 1976], p. 201. Le cheval blanc évoque peut-être la prise de Addis Abeba le 5 mai 1941, car le colonel Wingate aurait souhaité que Haylé Sellasé entre dans la ville sur un cheval blanc, « monture traditionnelle des grands chefs de guerre ». Le souverain refusa et le colonel britannique, seul, enfourcha le cheval, mais cette idée est peut-être reprise ici (G. de Juniac, 1994, p. 205).

104 Haylé Sellasé, 1976, p. 166.

105  À ce sujet, lire par exemple S. Chojnacki, 1999, p. 233-259.

106  Par exemple à l’église de Nārgā Śelāssē. Lire à ce propos C. Bosc-Tiessé, 2008.

107  Entretien avec le guide de l’église Śelāssē en octobre 2003.

108  Je remercie le père Emmanuel Fritsch pour ces informations difficiles à acquérir !

109 A. del Boca, 1995, p. 3-16. L’introduction, intitulée « Morte per assassinio » est consacrée à la fin de Haylé Sellasé, retracée à partir de la presse internationale et du rapport du procès intenté contre le derg en 1994.

110  Le derg nia en attribuant la mort du roi à des troubles mentaux. Le Monde, 9 octobre 1980, cité par A. Del Boca, 1995, p. 8.

111  Les témoignages de différents journalistes sont notamment disponibles pour retracer l’événement. Voir en particulier : J. Ryle, 2001, p. 109-126.

112  Consulter M.-L. Derat, 2003, p. 308.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n° 1 : Eglise de Ba'ata, Addis Abeba
Crédits Photo E. Sohier, 2003
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photographie n° 2 : mausolée de Ménélik II
Légende Rencontre de la reine de Saba et du roi Salomon
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie n° 3 : mausolée de Ménélik II
Légende Couronnement de Ménélik II
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie n° 4 : mausolée de Ménélik II
Légende La bataille d’Adoua
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photographie n° 5 : mausolée de Ménélik II
Légende Le passage des clefs de Harar
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Dessin n° 1 : façade originale de l’église Śelāssē inaugurée en 1943
Crédits Dessin extrait de Alämayähu Megäs, Addis Abäba Adebarat, vol. 2, p. 206
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photographie n° 7 : façade de l’église Śelāssē après son remaniement
Crédits Photographie extraite de Alämayähu Megäs, Addis Abäba Adebarat, vol. 2, p. 207
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photographie n° 8 : nef de l’église Śelāssē
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photographie n° 9 : Entrée du mausolée à l’arrière de l’église Śelāssē.
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photographie n° 10 : église Śelāssē
Légende Haylé Sellasé à la tribune de la SDN
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photographie n° 11 : église Śelāssē
Légende Retour de Haylé Sellasé en Éthiopie
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photographie n° 12 : église Śelāssē
Légende Funérailles de Zenabé Warq
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photographie n° 13 : église Śelāssē
Légende La Vierge à l’enfant et le couple royal
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photographie n° 14 : église Śelāssē
Légende Vitrail de la reine de Saba et de Salomon
Crédits Photo E. Sohier
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1015/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Sohier, « Le corps des rois des rois dans la ville : Ménélik II et Haylé Sellasé à Addis Abeba », Afriques [En ligne], 03 | 2011, mis en ligne le 27 décembre 2011, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://afriques.revues.org/1015

Haut de page

Auteur

Estelle Sohier

Maître assistante, Département de géographie de l’Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page