Navigation – Plan du site

L’histoire d’un vrai faux traité philosophique (Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et Ḥatatā Walda Ḥeywat). Introduction : Enquête sur une enquête

The history of a genuine fake philosophical treatise (Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob and Ḥatatā Walda Ḥeywat). Introduction: Investigating an investigation
Aïssatou Mbodj-Pouye et Anaïs Wion

Texte intégral

  • 1  Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle : français, historique, géographique, (...)

Assurément mystifier un savant est chose légitime et même louable en soi, attendu que cela lui fait éprouver pendant quelque temps les plus douces, les plus suaves émotions, à la perspective d’une grande découverte, et que l’illusion compense la déception et au-delà. Que sera-ce donc lorsque l’on pourra mystifier toute une académie1 ?

1L’étude qui suit a pour objet principal un texte, le Traité de Zara Yā‘eqob ou Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, et son appendice, le Ḥatatā Walda Heywat. Nous les considérerons, pour simplifier et dans un premier temps, comme un texte unique. Ce texte est hors du commun à plus d’un trait. Pour en présenter les multiples visages, pour rendre compte de sa polyphonie, un seul article n’aurait pu suffire. Aussi proposons-nous une suite d’articles sous forme d’un feuilleton, avec ses nécessaires rebondissements, son scénario en chausse-trappes, ses personnages hauts en couleur, ses mensonges et ses trahisons. La publication sera progressive et, nous l’espérons, régulière.

  • 2  A. Mbodj, 1998.
  • 3  […] un caso così minimo, e posto ai margini del più marginale lembo dell’orientalismo, Ricci, L. , (...)

2Ce travail de recherche à quatre mains a déjà une longue histoire. Il a pris racine en 1998, lorsque Aïssatou Mbodj faisait son mémoire de maîtrise en philosophie sur les textes et l’histoire des Ḥatatā2. Elle enquêtait à Addis Abeba, en Éthiopie, où elle rencontra Anaïs Wion et lui présenta alors ce texte et les interrogations qu’il suscitait. Ce mémoire est au cœur des premières réflexions sur le sujet et a posé les bases heuristiques du présent travail. Nous avons rouvert les dossiers en 2010, répondant à l’invitation de Marc Aymes et des organisateurs d’un séminaire de l’EHESS intitulé « La domestication du faux », qui explore les enjeux lié au traitement du « faux » en sciences humaines et sociales. Pourquoi plus de dix ans entre ces deux moments du travail sur les Ḥatatā ? Parce que nous avions d’emblée perçu que ce sujet était en quelque sorte verrouillé, qu’une porte solidement fermée séparait deux mondes : celui pour lequel les Ḥatatā sont un texte philosophique, pièce maîtresse de la philosophie éthiopienne et donc africaine, et celui dans lequel les Ḥatatā sont une supercherie dénuée d’intérêt, un « cas infime, aux marges du plus marginal des limbes de l’orientalisme3 », pour citer Lanfranco Ricci, le dernier des orientalistes à s’intéresser au sujet en 1964. Aussi, vouloir adopter une position analytique explorant l’un et l’autre de ces deux univers ne pouvait amener qu’au mépris, voire au rejet de la part des communautés scientifiques concernées. Désormais, avec plus de maturité scientifique et d’assise institutionnelle, nous pouvons rouvrir cette enquête et tenter de comprendre quels furent et quels sont les statuts accordés à ce texte polémique.

3Cette saga nous entraîne sur quatre cents ans d’histoire. Le personnage central n’en est autre que le texte. Le ressort dramatique se loge dans les changements de statuts qui furent conférés à ce texte : ce qu’il est, ce qu’on lui a proposé d’être, la façon dont il a été lu, les paternités qu’on lui attribue. Animé d’une vie propre, il s’intègre à différents paysages, prend vie dans des contextes historiques et culturels variés. On distingue ainsi quatre grands moments qu’il va s’agir d’articuler. Il y a le temps de la « découverte » du texte, à savoir celui de son envoi par Juste d’Urbin à Antoine d’Abbadie et de son inclusion dans le corpus de la « littérature éthiopienne ». Ce moment est lié à la présence du père capucin Juste d’Urbin en Éthiopie, à son activité missionnaire et scientifique sur place, tout autant qu’à l’activité de collecte d’Antoine d’Abbadie et à celle d’éditeurs des savants de la génération suivante, qui permettent au texte de trouver sa place dans une collection, puis de s’affranchir des limites de son statut d’œuvre manuscrite pour accéder à celui d’édition critique.

4Le deuxième temps est celui de la démystification, puis de la « traversée du désert » lorsque, de 1920 jusqu’aux années 1960, le texte est rejeté hors du champ de la littérature éthiopienne par l’ensemble de la communauté scientifique et n’a plus d’autre existence que celle d’un texte mensonger, un rebut n’étant pas digne d’avoir une histoire autre que celle que l’on démasque.

5Pour arriver au troisième moment de notre enquête, il faut faire marche arrière, remonter le temps et se projeter dans le xviie siècle éthiopien, cadre dans lequel se déroule le récit du Ḥatatā. C’est le « temps du récit ». À cette époque charnière pendant laquelle le royaume chrétien d’Éthiopie se convertit au catholicisme puis revient sous la tutelle de l’Église d’Alexandrie, un lettré éthiopien interpelle Dieu et examine les fondements de la foi et de l’existence de l’homme sur Terre. Épris de liberté, il remet en question toute forme de domination intellectuelle, religieuse, politique ou matérielle sur son libre arbitre et son autonomie.

  • 4  Valentin Mudimbe consacre ainsi un appendice à ces textes dans son ouvrage influent, The Invention (...)
  • 5  Ainsi, par exemple, de l’Encyclopédie philosophique universelle (1990), du dictionnaire Les notion (...)
  • 6  Qui se trouve aussi orthographié sous les formes suivantes : Zara Yaqob, Zar’ä Ya’aqob, etc.

6Le quatrième temps nous est contemporain, c’est celui du retour en gloire du texte comme pièce centrale dans l’édifice de la philosophie africaine. Le Ḥatatā devient dorénavant un champion de la cause africaine dans le monde. Il est présenté comme un ouvrage « cartésien », « rationaliste » et avant tout « philosophique », rédigé en Éthiopie par un maître puis complété par son disciple, à l’époque où Descartes, Pascal, Spinoza posaient les bases de la philosophie occidentale. La plupart des présentations dans le domaine philosophique, que ce soit dans le champ de la philosophie africaine4 ou dans des panoramas plus vastes de la philosophie à l’échelle mondiale, tranchent en faveur de l’authenticité du Traité ou ne font même pas mention de ce que celle-ci est débattue5. Au-delà des cercles universitaires, le nombre des sites Internet qui traitent du Treatise of Zar’a Ya’eqob6 témoigne de l’ampleur de l’intérêt pour ce texte, à une échelle internationale. Ces sites sont majoritairement anglophones, mais aussi francophones ou produits par différents pays européens.

  • 7  Claude Sumner fut le premier à retraduire, en français et en anglais, et diffuser largement ce tex (...)
  • 8  E. Littmann, 1904.
  • 9  B. Turaev, 1904.

7Le texte lui-même se présente comme une « enquête », du mot ge‘ez ḫatata, une recherche de connaissance et de vérité, écrite à la première personne du singulier par un homme qui, en relatant son parcours de vie à un âge avancé, tâche de comprendre les points qui lui paraissent essentiels, tels que la relation entre un Dieu créateur et ses créatures, en particulier l’être humain et la place qui lui est assignée dans la Création. Selon lui, l’accès aux connaissances ontologiques, spirituelles et théologiques, sociales et culturelles doit se faire par la seule force de la raison, de l’examen critique, hors de tout système de pensée préétabli, mais néanmoins dans un dialogue constant avec Dieu. Voilà en quelques mots le contenu du Traité de Zar’a Yā‘eqob qui se déroule sur quinze courts chapitres. Ce premier traité est suivi de son apostille, en réalité un traité plus long dont l’auteur, Walda Ḥeywat (« Fils de la Vie »), se présente comme le premier et unique disciple de Zar’a Yā‘eqob (« Graine de Jacques »). Cette seconde « enquête » est un examen assez pragmatique de nombre des thèmes abordés dans le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, plus proche du « sens commun » cette fois-ci que de la philosophie. Quelques grands principes moraux, les bienfaits du mariage et la critique du célibat, la relativité des religions révélées induisant la nécessité de respecter ses propres coutumes et traditions, assortis de conseils d’hygiène et de morale, sont égrenés – pour ne pas dire ressassés – au fil d’une trentaine de chapitres. C’est surtout le Traité de Zar’a Yā‘eqob qui est aujourd’hui connu. Rédigé en ge’ez, la langue scripturaire de l’Éthiopie chrétienne, il est accessible aux lectorats francophone et anglophone par de nombreuses traductions anglaises et françaises7. L’édition critique du texte ge’ez n’est accessible que par deux publications du début du xxe siècle, assorties respectivement de traductions latine8 et russe9, cette dernière étant quasiment introuvable. Enfin et surtout, seuls deux manuscrits se font témoins de ce texte, tous deux envoyés par le père Juste d’Urbin, un missionnaire capucin demeurant en Éthiopie, à Antoine d’Abbadie, un savant français désireux de compléter sa déjà très impressionnante collection de manuscrits éthiopiens.

  • 10  A. dAbbadie, 1859, p. 212-213.
  • 11  C. Conti Rossini, 1920.

8Comment s’est forgé le statut de texte philosophique qu’a aujourd’hui le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob ? Va-t-il de soi ? A-t-il évolué ? Antoine d’Abbadie, son tout premier lecteur occidental après Juste d’Urbin, trouve le premier traité d’une « grande naïveté » et estime que le second est fait de « conseils dictés par le bon sens contre les défauts les plus communs en Éthiopie ». Fin connaisseur de la littérature et de la culture éthiopiennes, ayant vécu douze années sur les hauts plateaux chrétiens, il note la rareté de ce type de texte, et l’incongruité des « opinions » qui y sont professées dans le contexte éthiopien, sans s’attarder plus avant10. Les deux traités sont édités et traduits en 1904, simultanément et de façon indépendante par deux philologues orientalistes, Enno Littmann et Boris Turaev. E. Littmann intitule son édition Philosophi Abissini, tandis que B. Turaev publie dès 1903 un article (en russe) intitulé « Les libres penseurs éthiopiens du xviisiècle », explicitant par ceci le statut qu’il accorde au texte. L’édition critique et la traduction de ce texte le présentent donc comme de la philosophie, un exercice de libre pensée. En effet, l’un des deux manuscrits porte en titre Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, qui peut se traduire par « Enquête » ou « Traité » de Zar’a Yā‘eqob. La publication du Ḥatatā dans les premières années du xxsiècle n’a pas créé d’engouement particulier pour ce texte. L’époque est à la philologie triomphante et, dans le champ des études orientales, la publication de textes inédits est monnaie courante. Les spécialistes des langues orientales, anciennes et sémitiques traduisent et éditent à tour de bras, ils font œuvre de pionniers cherchant à traverser les terres inconnues des littératures orientales. Ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale qu’un grand philologue et historien italien, Carlo Conti Rossini, réexamine le texte des Ḥatatā et donne son verdict : il s’agit d’un faux11. En une vingtaine de pages, il démontre que son auteur en est le père Juste d’Urbin, celui-là même qui envoie les deux seules copies manuscrites connues à Antoine d’Abbadie. Cette démonstration, émise par une figure d’autorité, convainc le petit monde des études éthiopiennes, et le texte est relégué au rang honteux de la mystification. Pourtant, au moment des indépendances africaines, alors que les intellectuels africains cherchent à s’émanciper de l’héritage colonial, alors que les universités des États africains se dotent de structures autonomes, le texte des Ḥatatā va connaître un radical changement de statut. Relu, retraduit, étudié, commenté et remis en circulation dans des cercles académiques par Claude Sumner, professeur de philosophie à l’université d’Addis-Abeba, il devient la pierre angulaire de la philosophie africaine, le texte qui prouve que l’Afrique a produit des textes philosophiques à l’instar du monde occidental. Nous avons là un cas assez rare de réhabilitation d’un texte ayant subi l’épreuve normalement considérée comme infamante de la démystification. Ce renversement de situation opère de façon très active et, depuis lors, deux attitudes très marquées opposent ceux pour qui ce texte est le parangon de la pensée réflexive africaine et en devient un texte quasi sacré (à savoir soumis à de nombreuses exégèses passionnées mais dont l’origine ne saurait être remise en doute), et ceux pour qui il n’est qu’une supercherie indigne d’être considérée plus avant.

9Entre ces deux attitudes, il nous a semblé qu’il y avait un espace pour rouvrir l’enquête et faire de ce texte un objet d’histoire. L’analyse de la correspondance entre Juste d’Urbin et Antoine d’Abbadie apporte des éléments nouveaux pour situer les textes des Ḥatatā dans la démarche intellectuelle de Juste d’Urbin et offre un faisceau d’indices de la paternité de ses œuvres par le père capucin. Ici apparaît d’emblée toute la difficulté de ce travail qui nous conduit à produire les preuves contre l’authenticité de ce texte, quand bien même la démarche de démystification nous semble périlleuse. En effet, aucune preuve n’est définitive, quand bien même l’accumulation produit une présomption, voire une conviction. De plus, le résultat serait bien pauvre s’il se résumait à dénier à ce texte sa place dans un corpus établi. Au contraire, nous nous sommes attachées à réinsérer ce texte dans les différents moments de son existence, dans une histoire tout à la fois éthiopienne et internationale, savante et politique. Tout autant donc qu’une étude du texte lui-même, il s’agit d’analyser les mécanismes en œuvre dans la production d’un discours scientifique, que ce soit en histoire, en philologie, en philosophie ou dans le cadre d’une politique scientifique. Tous ces discours construisent une vision du monde dans laquelle ce texte joue un rôle, par son existence ou par le déni d’existence qu’on lui accorde.

Haut de page

Bibliographie

1990, Encyclopédie philosophique universelle, Paris, PUF.

1990, Les notions philosophiques, Paris, PUF.

2000, Concise Routledge Encyclopedia of Philosophy, Londres, Routledge, entrée « Ethiopia, Philosophy in », p. 259.

Abbadie, d’, A., 1859, Catalogue raisonné de manuscrits éthiopiens appartenant à Antoine d’Abbadie, Paris.

Conti Rossini, C., 1920, « Lo Ḥatatā Zar’a Yā‘qob e il padre Giusto da Urbino », Rendiconti della Reale Accademia dei Lincei, 29, ser. 5, p. 213-223.

Littmann, E. (éd.), 1904, Philosophi Abissini, sine Vita et Philosophia Magistri Zar’a Ya’qob einseque Discipuli Walda-Heywat Philosophia, Paris (Corpus scriptorum christianorum orientalium, vol. 18 et 19, Scriptores aethiopici, t. 1 et 2).

Mbodj, A., 1998, Le cas Zara Yaqob. Étude critique de la « philosophie éthiopienne », mémoire de maîtrise de philosophie sous la dir. d’A. Benmakhlouf, université Paris X-Nanterre, 91 p.

Mudimbe, V., 1988, The Invention of Africa: Gnosis, Philosophy, and the Order of Knowledge, Bloomington, Indiana University Press, James Currey, 241 p.

Ofosu-Appiah, L. H., 1977, The Encyclopaedia Africana Dictionary of African Biography (in 20 Volumes). Volume One,Ethiopia-Ghana, New York, Reference Publications.

Ricci, L., 1964, « Le ultime fortune di Giusto da Urbino », in A Francesco Gabrieli. Studi orientalistici offerti nel sessantesimo compleanno dai suoi colleghi e discepoli, Rome, p. 225-241.

Sumner, C., 1976, The Treatise of Zärʾa Yaʿǝqob and of Wäldä Ḥǝywat : Text and Authorship, Addis Ababa.

Sumner, C., 1983, Sagesse éthiopienne, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, vol. 1, 83 p.

Turaev, B., 1903, « Les libres penseurs éthiopiens du xviie siècle », Journal du ministère de l’Éducation, p. 443-476 [en russe].

Turaev, B., 1904, Pamjatniki ėfiopskoj pis’mennosti. 1, Ḥatat zarha Yāqoba / izd. teksta i perevod B. Turaeva, Saint-Pétersbourg, Tip. Imp. Akad. Nauk.

Haut de page

Notes

1  Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique, tome 11, Paris, 1866, p. 756.

2  A. Mbodj, 1998.

3  […] un caso così minimo, e posto ai margini del più marginale lembo dell’orientalismo, Ricci, L. , 1964, p. 225.

4  Valentin Mudimbe consacre ainsi un appendice à ces textes dans son ouvrage influent, The Invention of Africa, 1988.

5  Ainsi, par exemple, de l’Encyclopédie philosophique universelle (1990), du dictionnaire Les notions philosophiques (1990), et en anglais du Concise Routledge Encyclopedia of Philosophy (2000), voir également Ofosu-Appiah, L. H., 1977.

6  Qui se trouve aussi orthographié sous les formes suivantes : Zara Yaqob, Zar’ä Ya’aqob, etc.

7  Claude Sumner fut le premier à retraduire, en français et en anglais, et diffuser largement ce texte (C. Sumner, 1976, 1983).

8  E. Littmann, 1904.

9  B. Turaev, 1904.

10  A. dAbbadie, 1859, p. 212-213.

11  C. Conti Rossini, 1920.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aïssatou Mbodj-Pouye et Anaïs Wion, « L’histoire d’un vrai faux traité philosophique (Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et Ḥatatā Walda Ḥeywat). Introduction : Enquête sur une enquête », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 22 février 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1060

Haut de page

Auteurs

Aïssatou Mbodj-Pouye

Chargée de recherche CNRS, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Anaïs Wion

Chargée de recherche CNRS, Centre français des études éthiopiennes (CFEE)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org