Navigation – Plan du site

L’histoire d’un vrai faux traité philosophique (Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et Ḥatatā Walda Ḥeywat). Épisode 1 : Le temps de la découverte. De l’entrée en collection à l’édition scientifique (1852-1904)

The history of a genuine fake philosophical treatise (Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob and Ḥatatā Walda Ḥeywat). Episode 1: The time of discovery. From being part of a collection to becoming a scientific publication (1852-1904)
Anaïs Wion

Résumés

Au milieu du xixe siècle, sur les hauts-plateaux d’Éthiopie, un missionnaire catholique, Juste d’Urbin, fait le choix de cesser d’évangéliser pour se consacrer entièrement à l’étude des langues ge‘ez et amharique et de la civilisation orthodoxe éthiopienne. Son mentor est Antoine d’Abbadie alors célèbre pour ses travaux scientifiques sur l’Éthiopie. Juste d’Urbin lui envoie le résultat de ses travaux, en particulier deux copies d’un texte philosophique très rare dont l’auteur serait un penseur éthiopien du xviie siècle. Ce premier épisode d’une série dédiée à l’histoire et aux statuts que connut ce texte, le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, et son appendice, le Ḥatatā Walda Ḥeywat, montre comment ceux-ci trouvent place dans l’œuvre de Juste d’Urbin, en analysant l’ensemble des manuscrits qu’il envoya à Antoine d’Abbadie et en exploitant la correspondance inédite entre les deux hommes. Linguiste, traducteur, Juste d’Urbin voulut contribuer aux études éthiopiennes. Ses lettres révèlent aussi un penseur inquiet et ambitieux, soucieux de faire œuvre de philosophe. Peut-être les Ḥatatā furent-ils une réponse à cette double ambition ?

Haut de page

Texte intégral

« Les archéologues ayant remarqué que l’éléphant semblait absent des pétroglyphes d’Uweinat, j’ai tenu à combler cette lacune et fabriqué un très bel éléphant rupestre, mais il est si blanc sur le fond noir du grès qu’il risque de ne tromper personne, et en tout cas les gens sérieux : pour les autres tant pis pour eux. »
T. Monod, L’émeraude des Garamanthes, Actes Sud, 1998, p. 384-385.

  • 1  Ce premier article a amplement bénéficié des réflexions en commun menées avec Aïssatou Mbodj-Pouye (...)
  • 2  Ms. BnF NAF 23852, fol. 25-26, lettre de septembre 1852.

1Dans ce premier volet de notre enquête1 sur une enquête, nous examinerons longuement le contexte de découverte du texte, sa naissance si l’on peut dire. Nous commencerons par les premières mentions de son existence par Juste d’Urbin qui, après en avoir révélé l’existence, met un point d’honneur, entre septembre 1852 et Pâques 1854, à acquérir, copier et transmettre ce « livre étrange […] intéressant pour l’histoire du temps et pour la nouveauté du genre en Abyssinie2 ».

2Car Juste d’Urbin œuvre à collecter des manuscrits pour Antoine d’Abbadie, tâchant en particulier de remplir les manques dans la déjà très riche et exhaustive collection de ce dernier. La découverte des Ḥatatā vient donc à merveille remplir cette fonction et, dès le départ, ces textes s’inscrivent dans un projet de collection. Ils ont un écrin qui les attend, qui sera l’environnement dans lequel ils trouveront une partie de leur identité et, dès 1859, ils entrent dans le catalogue raisonné de la collection scientifique d’Antoine d’Abbadie, le plus éminent spécialiste du christianisme éthiopien au xixe siècle.

  • 3  À l’exception d’un bref article utilisant cette correspondance pour ses informations relatives à l (...)
  • 4  Ms. BnF NAF 23852, fol. 29-30, lettre du 15 nov. 52.

3Pour reprendre l’examen du moment de la découverte de ces textes, deux sources majeures sont à notre disposition qui, étonnamment, ont jusqu’ici peu suscité d’intérêt. Il s’agit d’une part de la correspondance entre Juste d’Urbin et Antoine d’Abbadie, restée quasiment inédite3 jusqu’à ce jour. D’autre part, les manuscrits que Juste d’Urbin transmit à Antoine d’Abbadie doivent aussi être considérés comme des témoins du travail intellectuel de ce dernier et nous donnent, d’une certaine façon, la mesure du travail accompli. L’étude de ces documents produits par et pour Juste d’Urbin montre que le missionnaire capucin travaillait pour la science et qu’il voyait en Antoine d’Abbadie son mentor, le passeur de son travail, celui par qui son labeur de linguiste, de grammairien, d’érudit sans génie et à l’« esprit vide », comme il se plaît à se décrire non sans humour4, allait être utile par un processus d’inclusion, et même de dissolution dans les travaux d’une « Académie éthiopique » fantasmée. C’est un des leitmotive des lettres de Juste d’Urbin que ce désir de voir son patient labeur transformé par Antoine d’Abbadie.

4Une fois intégrés dans le fonds de manuscrits éthiopiens d’Antoine d’Abbadie, les textes des Ḥatatā prennent place dans des contextes d’érudition et se positionnent par rapport à d’autres textes. L’édition critique est une étape indispensable dans la diffusion et dans les connaissance et reconnaissance d’un texte. Dans les premières années du xxe siècle, deux éminents philologues établissent une édition critique accompagnée d’une traduction, et les Ḥatatā font désormais pleinement partie du corpus accessible au monde savant. Ce premier moment de l’histoire du texte se termine ainsi avec l’édition de celui-ci, une consécration mais aussi le début des ennuis puisque le texte est alors livré à la critique scientifique.

5L’enjeu de cette première partie de notre enquête est donc de faire l’histoire de ces textes, de les observer au moment où ils apparaissent au monde savant occidental, de comprendre par quels processus ils s’intègrent à un – ou plusieurs – projet(s) scientifique(s), de les voir s’épanouir dans les cadres alors naissants et généreux de l’orientalisme, quand l’Occident scrutait l’Orient avec autant de curiosité que de condescendance. Les Ḥatatā sont un épiphénomène révélateur de la rencontre entre les mondes tout autant que d’une période de profonde mutation.

De l’interdépendance du fournisseur et du collectionneur

6Il faut présenter plus avant les deux protagonistes essentiels de ce moment de la découverte des textes : le père capucin Giusto d’Urbino (sous sa forme francisée Juste d’Urbin, comme il se nomme lui-même) et le savant-voyageur Antoine d’Abbadie. Le « découvreur » et « fournisseur » des textes est Juste d’Urbin ; leur « passeur » est Antoine d’Abbadie, qui les intègre dans sa collection de manuscrits éthiopiens.

  • 5  Ces manuscrits sont déposés à la Bibliothèque nationale de France où ils forment la collection Éth (...)
  • 6  Voir le catalogue de vente de sa collection de vingt-cinq manuscrits éthiopiens in [Murray], 1842.
  • 7  En effet, la deuxième grande collecte sera celle « commise » par les Anglais à Maqdālā en 1868, da (...)
  • 8  Les catalogues de Carlo Conti Rossini et de Marius Chaîne, publiés quasiment simultanément, sont d (...)

7Antoine d’Abbadie est un savant, un voyageur qui vécut douze années en Éthiopie au milieu du xixe siècle. Il rentre définitivement et contre son gré en France en 1849. L’un de ses nombreux objectifs scientifiques était de rassembler une collection de textes éthiopiens la plus complète possible. Pour ce faire, il achète et fait copier des manuscrits – l’imprimerie n’a pas encore fait son apparition en Éthiopie – tout au long de la décennie 1840 et, quand il quitte Gondar en 1848, il possède 192 codex présentant un panorama très complet de la littérature éthiopienne. Il continue, une fois de retour en France, à augmenter sa collection, notamment par l’intermédiaire de missionnaires catholiques vivant en Éthiopie qui lui font parvenir des manuscrits5. L’entreprise de collecte, c’est-à-dire d’une acquisition organisée et, dans la mesure du possible, systématique, est caractéristique des entreprises savantes du xixe siècle. La démarche d’Antoine d’Abbadie a cela d’original et de pionnier, dans le champs des études éthiopiennes, qu’elle n’est plus généraliste et orientaliste, qu’elle n’est pas l’effet des hasards des ventes, mais qu’elle se veut dès le départ savante et exhaustive, menée en collaboration avec les intellectuels éthiopiens puis les missionnaires sur place. Cinquante ans avant Antoine d’Abbadie, le voyageur écossais James Bruce avait lui aussi rassemblé des textes éthiopiens, certes en nombre plus modeste et avant tout pour écrire et faire connaître l’histoire du royaume chrétien d’Éthiopie6. Le travail scientifique d’Antoine d’Abbadie annonce quant à lui les grandes collectes institutionnelles ultérieures7. Il a cela d’original, que si Antoine d’Abbadie réalise puis supervise la collecte, il opère aussi la mise en collection des pièces qu’il a rassemblées et en publie, dès 1859, un premier catalogue qui n’obéit pas encore aux traditions académiques qui se mettent en place ultérieurement mais qui fourmille de détails sur la production des textes et des objets-manuscrits, et sur les modalités de leur acquisition. Cette collection exceptionnelle fut à nouveau cataloguée à deux reprises8, ce qui témoigne de l’intérêt qu’elle suscita.

  • 9  Sur le militantisme ultramontain d’Antoine d’Abbadie, voir M.-C. Berger, 1998.

8L’un des fournisseurs d’Antoine d’Abbadie est le père capucin Juste d’Urbin qui vécut en Éthiopie de 1847 à 1855. Il est le tout premier membre de la mission catholique dirigée par celui qui allait devenir le fameux cardinal Massaja. Pourtant Juste d’Urbin ne fut pas un évangélisateur zélé, bien au contraire. Il garda ses distances par rapport à ses supérieurs hiérarchiques puisqu’il refusa d’évangéliser et de quitter la région du Bagēmder où il s’était établi à partir de 1850, ne voulant pas descendre au sud chez les Oromo où Massaja devait mener sa mission. Antoine d’Abbadie est très lié à cette mission catholique et il est possible que son propre séjour chez les « Gallas », en 1847 lui ait donné les arguments militant en faveur d’une évangélisation du peuple oromo. Il rencontre de nombreuses fois ses membres avant son départ définitif d’Éthiopie en 1849, il est en contact épistolaire avec eux et n’hésite pas à intercéder en leur faveur auprès des autorités et à leur faciliter le travail par tous les moyens qui lui sont possibles, étant donné sa fortune et son réseau international9.

  • 10  Sur ces questions, voir D. Crummey, 1972, ou encore une synthèse récente accompagnant une biograph (...)
  • 11 G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 96-97. Cette information est confirmée par l’achat d’un manuscrit à la (...)
  • 12  Étonnamment, Massaja dit à plusieurs reprises dans ses Mémoires (1889, vol. 2, p. 104 par exemple) (...)
  • 13  Voir l’excellente et très bien documentée synthèse biographique de G. Pizzorusso, 2001.

9Juste d’Urbin fait ainsi partie de ces missionnaires qu’Antoine encourage et subventionne, autant pour le bien des missions catholiques que pour servir la science, en particulier les études sur les langues et les littératures éthiopiennes. L’itinéraire de Juste d’Urbin en Éthiopie est assez exceptionnel car, dès 1850, il est séparé des autres membres de sa mission et va demeurer seul jusqu’à son expulsion en 1855, développant ses propres activités et ne conservant comme contact intellectuel avec des Occidentaux que des liens épistolaires, en particulier avec Antoine d’Abbadie qu’il considère comme son mentor et mécène. Le contexte politico-religieux et économique est très difficile pendant ces quelques années de quasi-guerre civile qu’on appelle le Zamana Masāfent, la « Période des Princes ». Les grands chefs régionaux s’opposent et s’allient, les soldats ravagent le pays, et l’autorité morale, politique et religieuse est partagée par de nombreux courants. L’Église orthodoxe éthiopienne est alors officiellement sous la direction du métropolite copte abuna Salāmā, et celui-ci mène une lutte opiniâtre contre les divisions doctrinaires internes à l’Église éthiopienne ainsi que contre les missions catholiques. Les gouverneurs de province ont, quant à eux, des politiques diverses par rapport aux missions comme par rapport au métropolite copte10. Les missionnaires sont ainsi très soutenus dans le Tegrāy par Wubē, mais ils doivent composer avec les différents courants politiques et leurs alliances mouvantes. Ils sont amenés à se déplacer et à se montrer plus ou moins discrets suivant les périodes et les lieux où ils s’établissent. Massaja, chef de mission, dut ainsi quitter l’Éthiopie entre 1849 et 1852. Juste vécut d’abord au monastère de Tadbāba Māryām, dans l’Amḥarā, une période de sa vie en Éthiopie sur laquelle nous n’avons que très peu de sources. Massaja nous dit qu’ils y fêtent ensemble la fête de masqal en octobre 184911. En 1850, Juste d’Urbin a quitté Tadbāba Māryām et il est à Gondar, puis dans le Goǧǧām, enfin il s’installe dès cette année-là et durablement dans la région du Bagēmder, à l’église de Betaleḥēm, distante de deux bonnes journées de marche au sud-est de la ville de Dabra Tābor. Il est donc géographiquement bien placé pour observer les mouvements des troupes du puissant rās Ali dont le centre de pouvoir est à Dabra Tabor. En avril 1855, Juste d’Urbin quitte l’Éthiopie sous le coup d’un avis d’expulsion émis par le métropolite copte Salāmā, soutenu depuis 1854 sans réserve par le nouvel homme fort, Kāsā, qui devient le roi des rois Tēwodros en 1855. Juste d’Urbin gagne l’Égypte en passant par la route du Sennār, au Soudan, et s’établit au Caire où il demeure une année. En avril 1856, il décide de tenter de revenir vers l’Éthiopie plutôt que de rentrer en Europe12. Il meurt d’une fièvre ou du choléra au Soudan, à Khartoum, en novembre 1856, sans avoir revu les hauts plateaux éthiopiens13.

L'Éthiopie de Juste d'Urbin, mi-xixe siècle.

L'Éthiopie de Juste d'Urbin, mi-xixe siècle.

A. Wion

  • 14  Les volumes NAF 23851 et NAF 23852 regroupent ce qu’Antoine d’Abbadie intitula « Lettres et docume (...)
  • 15  Cf N. Trozzi, 1988.

10Pendant toute cette période, le père Juste entretient une intense relation épistolaire avec Antoine d’Abbadie. La cinquantaine de lettres reçues par Antoine sont aujourd’hui conservées à la Bibliothèque nationale de France14. Dans ses lettres, Juste d’Urbin donne des informations sur son travail relatif à la littérature et aux sciences classiques éthiopiennes, en particulier son dictionnaire amharique et sa grammaire guèze, ainsi que sur l’acquisition de manuscrits. Les textes des Ḥatatā, leur découverte et leurs copies sont présentés en détail. Il donne aussi très régulièrement les informations dont il dispose sur la guerre entre Gošu, le rās Ali et Kāsā, jusqu’à la victoire définitive de celui-ci et son couronnement en tant que neguśa nagaśt Tēwodros15. Juste d’Urbin parle enfin beaucoup de lui, de sa misère matérielle (il compte beaucoup sur l’aide financière d’Antoine d’Abbadie), de sa fatigue intellectuelle (le dégoût de la vie, la folie sont des thèmes de plus en plus présents après 1854), de sa croyance en la providence, enfin de son peu d’estime pour les institutions comme pour les hommes, européens ou abyssins. Il voue à Antoine d’Abbadie un amour extrême, exigeant, en même temps qu’il le raille pour sa mauvaise maîtrise du ge‘ez ou qu’il l’apostrophe vertement pour la rareté et la froideur de ses lettres. Sa façon de s’exprimer est souvent hors du champ de la bienséance qui siérait à une correspondance scientifique du milieu du xixe siècle. L’homme se dévoile au fil des lettres et on y sent une personnalité en proie à une effervescence affective et intellectuelle, mêlée à une profonde insatisfaction, telle la personnalité d’un intellectuel dévoré par une soif de savoir combinée avec le sentiment accablant de l’inutilité de ce dernier. La façon dont cet homme complexe se livre sans fard est l’une des surprises qu’a révélées cette correspondance. Dans le contexte de notre enquête sur le texte des Ḥatatā, rédigé à la première personne et exprimant des idées philosophiques issues de l’expérience, une confrontation entre les informations disponibles pour comprendre ce que furent les années éthiopiennes de Juste d’Urbin et le contenu des Ḥatatā est désormais possible.

  • 16  Si le Catalogue définitif est publié en 1859, le premier travail de description de sa collection e (...)
  • 17  Dans une lettre du 26 octobre 1853, il précise : « Je vous disais que vous pourriez ajouter à votr (...)

11Le père Juste envoie vingt-quatre manuscrits à Antoine d’Abbadie. Ils sont entrés dans sa collection sous les numéros 194 à 217, ainsi que sous le numéro 234. L’envoi de ces vingt-quatre manuscrits par Juste d’Urbin répond à une demande du savant français qui le paye – toujours trop chichement au goût de l’intéressé – pour lui fournir des textes et lui envoie le catalogue des manuscrits16 qu’il a déjà acquis, afin que Juste puisse compléter et lui fournir des textes qui lui manqueraient. C’est la lettre du 20 septembre 1852 qui, la première, mentionne ce catalogue. Juste y parle notamment d’un « ouvrage bien important [qui] ne se trouve pas dans votre catalogue, c’est le ṭëfut ጤፉት ou grande histoire autentique [sic] du Royaume dont l’original se conserve scrupuleusement sur l’amba de Gixën et dont n’est pas facile d’en trouver ailleurs quelque copie. C’est bien autre chose que le Tarika Nagast17 ». Cette précision, dont on salue l’exactitude et l’intérêt, permet d’évaluer la grande qualité des connaissances de Juste d’Urbin en matière de littérature et d’historiographie éthiopiennes. Dans cette même lettre, Juste se permet de critiquer abondamment et de corriger les erreurs en matière de transcription et de translittération du ge‘ez qui émaillent ce catalogue, terminant par cet appel sans ambiguïté : « Mais vous êtes, peut-être, très fâché de ce que je viens vous faire le pédagogue sans en avoir aucun droit. C’est afin que vous me choisissiez pour votre correcteur d’Imprimerie lorsque vous imprimerez vos ouvrages éthiopiques. »

Les Ḥatatā comme pièce manquante au puzzle de la collection

12Enfin, dans cette même lettre de septembre 1852, il présente un ouvrage qu’Antoine d’Abbadie ne possède pas :

Vous avez trouvé des livres bien drôles comme le Dirsana Satnaël. Personne ne m’a pu dire où l’on peut le trouver. Moi aussi j’ai trouvé un livre étrange en Abyssinie. C’est une espèce de roman ou histoire biographique écrite par un philosophe déiste du temps des Portugais. L’acteur et l’auteur est un chanoine d’Aksum. Il fut persécuté par un motif de religion : il s’enfuit dans les bois et là seul, ayant pris dégoût à toute religion révélée il se mit à penser et parvient à se persuader qu’il y a un dieu créateur. Il doit être provident, mais nous ne pouvons connaître que très peu sa providence. La prière est bonne ; Le Christianisme est faux, l’islamisme est faux comme toute autre religion révélée. Après la mort, l’âme est immortelle, elle doit aller à Dieu et voir un autre ordre de justice que nous ne connaissons pas sinon que ceux qui auront fait du bien à leur semblables et tolérés les méchants, ils doivent être les plus dignes de Dieu, etc.

Lorsque j’allais à Zinga-Fariccë un tanqway ou devin de Wadla me fit voir ce livre écrit dans de mauvais parchemin et d’une écriture très irrégulière. C’est un petit volume. Je le priais de me le vendre pour un talari. Il me dit que même pour dix il ne l’aurait pas vendu, car il y a dans ce même livre beaucoup de recettes de médecine et de sortilège [sic] ça et là ajoutées. Je n’avais ni papier ni temps de le copier après, je lui envoyais même du papier. Mais jusqu’ici je n’ai rien vu. On pourrait l’appeler ሐተታ፡ ያዕቆብ፡ [Ḥatatā Yā‘eqob] ou simplement መጽሐፈ፡ ያዕቆብ፡ [Maṣḥafa Yā‘eqob] Parce que l’acteur et auteur se nomme Yaiqob. Il me semble intéressant pour l’histoire du temps et pour la nouveauté du genre en Abyssinie. Je fairai du tout pour l’avoir [sic].

13Ce qui est frappant ici, c’est que la « découverte » du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob s’inscrit pleinement dans la logique de collection qui est celle d’Antoine d’Abbadie. Ce dernier veut des textes nouveaux, rares, originaux et, cela va sans dire, authentiques. Juste d’Urbin peut lui en fournir. Il va lui en fournir. À ce moment, Juste d’Urbin dit seulement avoir lu le livre mais il n’a pu encore se le procurer. Il en garde néanmoins un souvenir fort précis, et la trame des arguments du texte y est déjà très claire.

14Six mois plus tard, dans une lettre de février 1853, il annonce que le texte est désormais en sa possession.

  • 18  Ajout dans l’interligne supérieur. Cet ajout, comme les suivants notés entre deux //, tend à montr (...)

J’ai trouvé enfin ce livre étrange que je vous annonçais dans mon précédent numéro. J’en avais fait une traduction pour vous l’envoyer puis en pensant qu’il n’était pas convenable de vous envoyer la traduction plutôt que l’original j’en ai commencé une copie dans de [sic] papier très fin et par un caractère très petit afin de le pouvoir envoyer dans une lettre. Je vous l’enverrais à la première occasion sûre. Voici le contenu. Un homme d’Aksum dit Zar-a Yaiqob après avoir appris les sciences du pays enseigna l’explication de la Bible à Aksum. Après, lors de la persécution causée par le Patriarche Alfonso s’enfuit et demeura deux ans dans les bois. Là étant seul /il examina18/ l’homme et les religions et il parvint à se persuader qu’il y a un Dieu qui par sa Providence régit le tout. Toutes les religions révélées sont fausses. Il trouve dans l’ancien et dans le nouveau testament et dans le quran des choses qui répugnent, dit-il, avec la Sagesse du Créateur. Il admet pour règle de notre conduite l’intelligence ou raison ልቡና፡ que Dieu nous a donné. L’homme, dit-il, cherche à s’opposer à la sagesse du Créateur à fin de faire valoir la parole menteuse mais /le Créateur/ est plus [illisible] que l’homme et il le réduit bon grès mal grès à ses lois. On a beau dire : soyez vierges : la force de la nature portera toujours l’homme vers la femme et la femme vers l’homme... Après la mort de Sisinios ሱሱንዮስ [sic] il sortit des bois et il alla à un pays du Begamdir dit Infraz chez un homme riche : il ne voulut plus enseigner mais il gagnait son pain par l’écriture de sa main. Il prit femme et eut un fils. Toujours en examinant et en vivant selon les lois de la nature, il vit les neveux de son fils. Dieu les bénit et devinrent riches et honorés [sic]. Zar-a Yaiqob vécut 93 ans et mourut en paix et dans la confiance en Dieu. Il admet l’immortalité de l’âme et cherche à la prouver, aussi l’utilité de la prière. Il dit d’avoir vécu chrétien en apparence et d’avoir trompé les hommes parce qu’ils veulent être trompés. Il écrivit ce livre l’an 58 de sa vie. Son disciple Walda Hiywat /surnommé Mitiku/ y ajouta l’histoire de sa mort et dit d’avoir écrit aussi un autre livre sur la sagesse que Dieu lui fait comprendre. J’ai cherché mais je n’ai pu trouver encore le livre de Walda Hiywat. Pourtant un dabtara de Dabra Tabor qui a ses parents dans une île du lac Zana m’a dit de l’avoir vu et il m’en a promis une copie pour un taler.

  • 19 Quaesivi hunc librum et adhuc non inveni. Attamen doctor quidam mihi dixit extare, et promisit mihi (...)
  • 20  Traduction établie par J.-B. Lebigue (IRHT, CNRS). Toutes les notes concernant la langue latine ut (...)

15Cette copie sur papier qu’il a faite pour Antoine, c’est le manuscrit 234, un petit cahier de papier, écrit à l’encre européenne, de la main du père Juste d’Urbin lui-même. Il contient le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, et son colophon annonce bien l’existence du Ḥatatā Walda Ḥeywat. Une longue note en latin19, datée du 28 février 1853 et rédigée par Juste d’Urbin à l’attention d’Antoine, l’accompagne. Formellement, c’est une note de bas de page portée suite à une phrase du colophon du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob disant : « Et voilà que moi [Walda Ḥeywat] aussi j’ai écrit un livre », « ናሁ፡ ጸሐፍኩ፡ አነሂ፡ ካልአ፡ መጽሐፈ ». La voici en traduction française20 :

  • 21  Impropre : revertens au lieu de revertendo ou de cum reverserit.
  • 22  Génitif laci vient de la Vulgate, au lieu du génitif lacus plus classique.
  • 23  Le père Juste utilise ici la prononciation caractéristique du Bagēmder, qui préfère le Ṣ au Ṭ en d (...)
  • 24  Hésitation du père Juste sur l’orthographe, il semble qu’il ait d’abord écrit Jacobi puis qu’il ai (...)
  • 25  Impropre : si au lieu de an.
  • 26  Solécisme : subjonctif postquam cognovissem au lieu de l’indicatif postquam cognovi ou postquam co (...)
  • 27  C’est le sens de présent accompli qu’il faut donner ici à est perfectum.
  • 28  Il est probablement question ici du « style » de l’écriture plus que de la qualité littéraire du t (...)
  • 29  Il s’agit pourtant d’un cahier de papier.
  • 30  Dans une lettre du 15 novembre 52, adressée à Arnauld d’Abbadie (NAF 23852, fol. 27-28), Juste d’U (...)
  • 31  ornatum.
  • 32  Que la plume ou le support puissent être mal appropriés à tracer tel ou tel système d’écriture, pa (...)
  • 33  Scribebam où on attendrait plutôt Scripsi.

J’ai cherché ce livre [celui annoncé par Walda Ḥeywat] et je ne l’ai pas encore trouvé. Cependant un savant m’a dit d’attendre et m’a promis qu’il me l’apporterait vers Pâques, en revenant21 des îles du lac22 Zana [Ṣana23]. Quant au livre de Zara Yacob24, je l’ai trouvé par hasard : en effet, je ne le connaissais pas. Mais un des fils de soldats, au retour d’une expédition au Dambia, m’a demandé si25 je voulais acheter un Psautier de David — ce sont ses propres mots —, et j’ai acheté ce livre après m’être rendu compte26 de ce dont il s’agissait. J’avais certes vu, il y a deux ans de ça, un autre ouvrage semblable à celui-ci. Mais le livre était confus [confusus] : il lui manquait les deux derniers paragraphes et le nom de l’auteur était Zayaiqob ዘያዐቆብet non ዘርአያዐቆብ[Zar’a Yā‘eqob]. Mais le présent exemplaire est complet27, écrit dans un très beau style28, contenu en cent quatre pages d’un volume de bonne taille. Si, comme tu le vois, j’ai transcrit ce livre sur quelques petits feuillets de parchemin [chartulis]29 et dans un style assez grossier, la cause en a été la volonté de te l’envoyer. Car il n’est pas facile de faire parvenir un gros volume ; et si je l’avais écrit avec une encre éthiopienne, il aurait fallu craindre l’humidité pendant le voyage30. C’est pourquoi, après avoir reçu du proconsul Plauden [Plowden] un peu d’encre européenne, afin de l’écrire [le livre-copie], je m’en suis servi [de cette encre], bien qu’elle se prête fort mal au [tracé] orné31 de l’écriture éthiopienne32. Prends-le comme il est et souviens-toi de moi, car je suis pauvre et dans les peines depuis ma jeunesse. Quant à toi, tu es comblé de bénédictions. Donc, d’après le proverbe abyssin ሀብታም፡ በከብት፡ ድኃ፡ በጕልበት [au riche le bétail, au pauvre le travail], que mes services ne te déplaisent pas : ils peuvent être d’un grand poids dans l’école éthiopienne. Vis et sois heureux pour de nombreuses années.
J’écrivais33 dans la ville de Dabra Tabor, le 28 février 1853.

  • 34  Doctissimo Viro Antonio De Abbadia. In suburbio S. Germano in via dicta Vanneau n° 32. Parisiis.
    Sc (...)

16Il a donc enfin pu acquérir le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob auprès d’un soldat revenant du Dambyā. Ce que devient cet exemplaire « original », nul ne le sait mais il en aurait fait faire d’abord une traduction, puis une copie sur papier pour Antoine qu’il lui adresse « rue Vanneau à Paris34 ». Juste d’Urbin se sent tenu de justifier de l’envoi d’une copie faite par lui en arguant qu’il existe bien un manuscrit authentiquement éthiopien qui lui a servi de modèle mais qu’il eût été trop difficile de lui faire parvenir par courrier étant donné son poids, et que ce petit carnet de papier se prêtait mieux à un envoi rapide.

  • 35  L’analyse détaillée de la fin du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob sera présentée dans le troisième épisode.

17Dans la note en latin, Juste d’Urbin dit qu’il ne connaît pas le texte du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et qu’il l’a trouvé par hasard. Il en avait vu un exemplaire qu’il avait jugé « confus », dont il manquait les deux derniers paragraphes et dont le nom de l’auteur était sensiblement différent, observations dont il se souvient avec grande précision et qui lui permettent de dire que l’exemplaire de 104 folios sur lequel il fait la copie du 234 est « complet ». Cette analyse de la validité de son exemplaire de référence est surprenante de précision pour quelqu’un qui prétend ne pas connaître le texte. Le détail quant à l’absence des deux derniers paragraphes, c’est-à-dire le colophon de Walda Ḥeywat, laisse supposer que la première copie vue chez le devin se terminait sur le amen du chapitre 15, tandis que le manuscrit sur lequel Juste réalise cette copie contient le colophon de Walda Ḥeywat mais pas encore son livre35. La copie du 234 semble donc un travail en cours d’élaboration dont on annonce les développements déjà ébauchés par ailleurs, à savoir le livre du disciple, Walda Ḥeywat. Juste d’Urbin annonce en effet, dans sa lettre de février 1853, qu’un savant dabtarā connaît un exemplaire du livre de Walda Ḥeywat sur le lac Tānā.

18Enfin, à Pâques 1854, une année plus tard, alors que Juste est très affaibli par la dépression, le décès de la femme qui le servait et la maladie qu’il contracta à la suite de cette mort qui l’affecta beaucoup, il peut annoncer à Antoine qu’il a enfin trouvé le second livre, celui qu’annonçait le colophon du premier texte :

Quant à mon Nagara ou plutôt Ḥatatā Zar-a Yaiqob je pense qu’il est bien imparfait : car après j’ai trouvé un autre exemplaire bien plus correct. Il y aussi le livre de Walda Ḥeywat annoncé dans le Zar-a Yaiqob. j’ai acheté ce volume pour un thaler. Si j’avais une occasion sûre je vous l’enverrais avec mon dictionnaire Giiz-Français et ma grammaire. Tôt ou tard, le tout sera pour vous.

19Ce passage très court est important car il présente la trouvaille d’un nouveau manuscrit « bien plus correct » que les premiers notamment, car il comporte aussi le livre de Walda Ḥeywat. Il signale donc un troisième manuscrit des Ḥatatā, après l’exemplaire du devin du Wādlā puis celui sur lequel fut faite la copie sur papier (manuscrit 234). On est surpris du bien grand nombre de copies connues au milieu du xixe siècle pour un texte aussi rare ! Comment Juste peut-il acquérir, si vite et pour si peu cher, un exemplaire du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob puis un manuscrit complet c’est-à-dire comprenant les deux Ḥatatā, quand on sait que ce texte est rare au point d’être totalement inconnu aujourd’hui ?

20Quoi qu’il en soit, cet exemplaire du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob suivi du Ḥatatā Walda Ḥeywat qu’il acquiert pour un thaler, c’est le manuscrit BnF Eth Abb 215, un manuscrit sur parchemin, avec une reliure en cuir estampée à froid, fabriquée de façon simple et authentiquement éthiopienne. Or il est facile d’identifier le scribe qui l’a copié car sa main est très caractéristique, très souple, avec un retour systématique vers la gauche. Il a aussi copié le manuscrit 211 (Egzihābēr nagśa) ainsi que le manuscrit 200, le Fetḥa nagaśt que Juste d’Urbin fait copier dès son arrivée à Betaleḥēm et dont le colophon donne clairement le nom du scribe : il s’agit du dabtarā (clerc) Gabra Māryām de Betaleḥēm. Le 215 est donc de façon certaine une copie faite pour Juste d’Urbin. Si le 215 a été produit dans l’atelier de Betaleḥēm, il y a une inexactitude de la part de Juste qui prétend que ce manuscrit est une acquisition, tandis que l’analyse paléographique nous montre qu’il s’agit en réalité d’une copie qu’il a fait faire. C’est le seul petit mensonge décelable dans cette mise en scène dévoilant progressivement le texte que la collection d’Antoine d’Abbadie ne possédait pas !

21Il est essentiel de procéder à cette mise au point sur l’historicité des deux codices des Ḥatatā, car c’est le manuscrit 215, celui qui a tous les attributs matériels d’un manuscrit « authentique » et qui est « complet », qui va par la suite être considéré comme le témoin privilégié des textes, le 234 n’étant que très peu souvent mentionné et utilisé. C’est d’ailleurs probablement l’impression qu’Antoine d’Abbadie a dû avoir lui aussi. Il a reçu le 234 par la poste, bien avant 1856. Mais lorsqu’il reçoit l’ensemble de la collection de Juste d’Urbin envoyée du Caire, c’est le manuscrit complet qui entre dans sa collection, sous le numéro 215. Ce ne serait que lorsqu’il boucle la rédaction de son catalogue que la première copie sur papier vient trouver sa place à la fin de son fonds, sous le numéro 234.

Les Ḥatatā dans l’œuvre de Juste d’Urbin : une pièce maîtresse

  • 36  Lettre du 25 octobre 1851 : « S’il vous plaira de profiter de mes travaux, je serai content de tra (...)

22Le court paragraphe de la lettre de Pâques 1854 citée plus haut révèle peut-être le statut prééminent des Ḥatatā – dont les titres évoluent au fur et à mesure des lettres – dans la collection de textes de Juste d’Urbin. Alors qu’il fait copier et acquiert de nombreux autres manuscrits, il souhaite faire parvenir à Antoine en priorité les Ḥatatā, de même son dictionnaire et sa grammaire, deux travaux d’érudition dont il décrit la maturation dans quasiment chacune de ces lettres. Ce sont ces documents que Juste d’Urbin estime d’importance pour les études éthiopiennes, pour cette science représentée à ses yeux par Antoine d’Abbadie en tant que « directeur en chef de l’Académie éthiopique36 ».

  • 37  Correspondance en partie éditée par F. Tarducci, 1899, p. 158.

23Ces textes des Ḥatatā sont déterminants dans la relation qu’entretiennent les deux hommes, relation de savant à savant, avec tous les enjeux de pouvoir que cela inclut et qui, dans ce cas précis, furent exacerbés par l’un des deux protagonistes. Leur correspondance témoigne du rôle que veut jouer Juste dans les « études éthiopiennes », qui dédie sa vie à la compréhension de la langue et de la littérature ge‘ez, et fait d’Antoine d’Abbadie son mentor. Le père Juste d’Urbin mentionne avec fierté son intense activité intellectuelle dans une lettre à son ami Constantin Nascimbeni, datée du 26 mai 185237 :

Ho scritto una grande grammatica ed un copioso dizionario della lingua dotta etiopica... fin qui ho scritto in latino... Ho anche una ventina di codici etiopici in pergamena, che contengono importanti e curiose cose... Io posso vantarmi di conoscere le due lingue etiopiche, cioè la dotta e la volgara, meglio che qualunque europeo sia francese, sia inglese, o italiano...

24On retrouve les mêmes thèmes au fil des lettres qu’il écrit à Antoine, en particulier sa fierté à être l’Européen maîtrisant le mieux le ge‘ez. Parmi les travaux auxquels il dédie toute son attention, une grammaire ge‘ez et un dictionnaire ge‘ez-français-amharique sont nettement valorisés.

  • 38  A. d’Abbadie, 1859, notice du ms. 216, p. 213.
  • 39  C’est un volume factice dans lequel ont été reliés plusieurs des ouvrages de Juste d’Urbin, à savo (...)

25La grammaire aurait été faite à la demande d’Antoine d’Abbadie38. Juste en a rédigé deux manuscrits : l’un est envoyé à Antoine depuis le Caire (BnF Eth Abb 216) ; l’autre exemplaire autographe de cette grammaire devait être resté dans ses affaires quand il repartit vers le Soudan pour gagner l’Éthiopie, car il est aujourd’hui à la bibliothèque Vittorio Emmanuel à Rome, sous la cote Orient 13439. Malgré les vœux exprimés par Antoine d’Abbadie pour que celle-ci soit imprimée, seuls les deux derniers cahiers, dédiés à la poésie, seront édités par S. Grébaut en 1934.

  • 40  A. d’Abbadie, 1859, p. 214.
  • 41  S. Grébaut, R. Schneider, 1952, p. iii.

26Son dictionnaire a eu une destinée posthume plus complexe. Lui aussi est connu par deux manuscrits autographes, qui ont suivi les mêmes routes. Le BnF Eth Abb 217 comporte l’introduction et le début du dictionnaire jusqu’à la racine ረከበ, c’est donc l’exemplaire qui a en partie été détruit ou perdu lors de son arrestation en 1855. L’autre manuscrit est complet et était à Rome au milieu du xixe siècle et aurait été alors en voie d’être imprimé, selon Antoine d’Abbadie40. Ce dernier utilise les deux versions manuscrites pour son propre dictionnaire et les cite sous les abréviations J1 pour le manuscrit de Rome et J2 pour celui entré dans sa collection. Ce n’est qu’en 1952 que le travail de Juste d’Urbin est édité à partir de deux manuscrits, le A217 et le manuscrit romain, « c’est-à-dire le manuscrit original et complet », dont S. Grébaut a une copie photographique, comme il l’indique dans la préface41.

  • 42  G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 278-279 : Oltre a questo libro [les Soirées de Carthage] mi portò anc (...)
  • 43  C’est du moins ainsi que Massaja présente les choses, in G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 278. Le père (...)

27Ces deux travaux, grammaire et dictionnaire, témoignent du travail que réalisa Juste d’Urbin pour maîtriser les langues savante et vernaculaire, entre 1849 et 1855. Son supérieur hiérarchique, l’évêque Massaja, avait voulu mettre à profit ces talents en lui commandant des traductions en ge‘ez d’ouvrages catholiques. Juste d’Urbin refusait de participer à l’évangélisation catholique des peuples éthiopiens ? Qu’à cela ne tienne, il n’allait pas rester inutile pour la mission et il se vit confier la traduction du rituel du baptême catholique en ge‘ez42 et la traduction, en ge‘ez elle aussi, d’un ouvrage « à la mode », les Soirées de Carthage43. Si l’on n’a pas retrouvé de trace d’une traduction du rituel du baptême, en revanche celle des Soirées de Carthage a eu un succès réel en Éthiopie, puisque la version en ge‘ez de Juste d’Urbin a été elle-même traduite en amharique.

La bibliothèque du père Juste : une collection de travail

  • 44  Poésie en ge‘ez, ou qenē, de 8 ou 9 vers et maniant le double sens, l’ironie, de manière très soph (...)
  • 45  Ms. BnF NAF 23852, fol. 121-122.

28Juste d’Urbin a une démarche de collecte et de copie de manuscrits éthiopiens pour son propre usage. Il constitue cette collection d’abord pour servir ses objectifs, à savoir l’étude de la culture lettrée et religieuse éthiopienne. Il apprend donc le ge‘ez, la langue liturgique et savante, et l’amharique, la langue vernaculaire des hauts plateaux chrétiens. Les manuscrits qu’il envoie à Antoine d’Abbadie, en 1856, depuis l’Égypte où il est en exil, ne représentent qu’une partie de la collection qu’il a possédée. Une liste de ses livres copiée dans le codex A196 montre que, sur vingt volumes qu’il possède après ḥamlē 1845 E.C. (juillet 1853), seuls douze ont été envoyés à Antoine. Quand il doit quitter l’Éthiopie en avril 1855, il emporte la plupart de ses manuscrits. Son arrestation est assez brutale mais il ne déplore au total que peu de perte, à savoir « les livres des machabéens, un bon sawasiw [grammaire et glossaire] et le nouveau testament de l’édition de Londres corrigé et ajouté des mikinyat [commentaires]. Tout cela est bien peu de chose. Ce qui est plus considérable, j’ai perdu sans savoir comment 7 cahiers de mon dictionnaire éthiopique perte purement matérielle car Dieu m’a conservé la première copie avec toutes les notes et corrections. J’ai perdu aussi deux cahiers contenant à peu près 200 መወድስ፡[mawaddes]44 choisis, perte irréparable ». Lorsqu’il arrive au Caire, il n’a de cesse de répéter à Antoine que sa collection de manuscrits doit lui être transmise et qu’il va la lui faire envoyer, ce qu’il parvient à faire. Dès le 17 août 1855, il dresse une liste commentée de ses manuscrits et les lègue tous explicitement à Antoine. Mais ce n’est qu’en mars 1856 qu’il les lui envoie, accompagnés d’une liste descriptive, suivie d’une note qu’Antoine a ajoutée à ses archives45.

  • 46  Juste a d’abord inscrit le chiffre 9, puis l’a barré deux fois pour le remplacer par le chiffre 10

Catalogue des livres éthiopiens envoyés à M. Ant. d’Abbadie
1. Weddasë Amlak – Weddasë Maryam
2. Nagast (4 livres) – Hënok – Iyob Daniël
3. Taammira Maryam
4. Isayiyas – Daqiqa Nabiyat – Ërmyas
5. Fitha Nagast (manfasawi wasegawi) sur papier, copie exacte et corrigée
6. Kidanat ou Sir’ata bëta Kristiyan
7. Sur papier non encore relié Yaamat arkë – igziabher nagsa
8. Salomon amistu mazahift
9. Sur papier non encore relié. Mazhafa Kristinna – id Qandil – id Taklil – Malk’a Yostos (Yostos moi !) - Nagara Maryam – Tomara Atnatewos – Lifafa zidiq – Mahsasa Basilyos – Abgaryos – Malk’a Lissan – Golgota- Guba’ë Qenë
10 9 46. Ḥatatā Zar’a Yaiqob – Ḥatatā Walda Hiywat
11. Saqoqawa Nafs – Dirsana Rufaël- Dirsana Mikaël
12. Mazhafa Minkuisinna
13. Malk’a Iyob – id Diyosqoros – id Qirqos – id Fiqtor – id Istifanos – id Sillus Qeddus – id Masqal – id Nob – id Marmahnam – id Glawidëwos – id Marqorewos
14. Orit za-lidat
15. Orit zazaat wa zalëwayan
16. Tobit – Daniël
17. Malk’a Giyorgis – id Mikaël – id Takla Haymanot – id Gabriël – id Pëtros wa Pawilos
18. Mazhafa Bahiryi
19. Akkonu biisi – malka Gabriël
20. Ya fidal tirguamë – yazalot haymanot tirguamë

Ma grammaire éthiopienne en 7. cahiers de 40 pages chacun, plus trois cahiers de mon dictionnaire.

  • 47  En avril ou mai 1855, Juste d’Urbin est arrêté par des soldats et emmené au camp d’abbā Salāmā. Jo (...)
  • 48  Insertion en interligne supérieur.

Le reste de mon dictionnaire a été perdu dans mon arrestation47, et je n’ai pas eu la bonne volonté de le recopier pendant mon séjour en Égypte, car j’ai l’original qui appartient aussi de plein droit à M. Ant. d’Abbadie et qui l’aura après ma mort. Je tâcherai d’achever la copie et de la lui envoyer. Mais je ne hasarde pas de lui envoyer maintenant l’unique original que je tiens de peur qu’il ne se perde ; ou qu’il <n’arrive qu’il>48 ne soit pas compris, car il y a des notes et des errata corrigé intelligibles seulement pour moi. Que M. d’Abbadie me pardonne la paresse du sot égyptien. J’aurais pu écrire même en Égypte : j’espérais des jours et des climats plus favorables. Le courage m’a manqué.

  • 49  « La montagne est en travail. Elle accouchera d’un rat ridicule. » Dans sa version contemporaine : (...)

J’avais promis dans la grammaire et dans le dictionnaire de signes un (w) sur toute lettre à son double, je ne l’ai pas fait partout. Je me réservais de le faire dans une revue. Je suis un vaurien dans son étymologie vaut-rien nihit valet. Parturient montes nascetur ridiculus mus49. Au désespoir j’ai brûlé hier six cahiers de mes manuscrits qui ne valait rien. J’en brulerai encore beaucoup. Je me sens puissant et je ne produis que des sottises. À l’oubli donc moi et mes productions.

(fol. 122) Mr d’Abbadie est prié de voir dans ma grammaire ce qu’il y a relativement à la versification et à la poésie éthiopienne, et, s’il y a quelque chose de bon, d’en faire ce qu’il voudra.

  • 50  Ils sont aujourd’hui conservés au Vatican, aux Archives historiques de la propagande de la foi, da (...)
  • 51  G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 278.
  • 52  S. Grébaut, E. Tisserant, 1935, p. 613-614.

29Il s’en retourne ensuite vers l’Éthiopie et, lorsqu’il meurt de maladie à Khartoum, il possède encore des papiers et des manuscrits qui furent envoyés à Rome à la Congrégation50. Par ailleurs, il avait remis à Mgr Massaja en 1852, lors de leur dernière entrevue, quelques manuscrits qu’ils avaient faits pour la mission. Ces manuscrits disparurent en 186151, mais l’un d’entre eux, la traduction ge‘ez des Soirées de Carthage par Juste d’Urbin, a eu une destinée singulière. Il s’agit du codex Vatican Et. 165 qui fut acheté par S. Grébaut à Addis Abeba en 192652 et sur lequel on reviendra dans l’épisode suivant, car il fut un document essentiel dans la démonstration communément admise par les « démystificateurs ».

30Il est pour l’instant difficile de se figurer quelle fut la totalité de la collection de Juste. Il reste à étudier le fonds aujourd’hui conservé à Rome et non encore catalogué. Mais les manuscrits perdus par le cardinal Massaja en 1861 ne pourront probablement pas être identifiés. Il nous reste pour premier objet d’étude les vingt-quatre volumes qu’il envoya à d’Abbadie, aujourd’hui déposés à la BnF.

  • 53  A195, A197, A202, A203, A204, A205, psautier (listé dans le A196). Le manuscrit 195 contient deux (...)
  • 54 Hadisāt kwellu enbala Sinodos ba-4 maṣāheft [tout le Nouveau Testament sauf le Senodos, en 4 livres (...)

31Cette collection de manuscrits se compose en grande partie de livres bibliques, l’essentiel de l’Ancien Testament53 et du Nouveau Testament54 y est rassemblé. Ce qui frappe, dès la consultation de ces manuscrits somme toute classiques, c’est le travail d’organisation qu’a mené Juste d’Urbin pour appliquer à cette tradition biblique orthodoxe les repères organisationnels qui étaient les siens. D’une part, il essaye de minimiser, ou à tout le moins de comprendre les différences de traditions textuelles. Il porte ainsi souvent en marge les numéros des chapitres et des versets de la Vulgate, signalant les interpolations qui lui sont inconnues (A195, A202 en particulier). D’autre part, il ajoute des titres, il crée des outils de navigation pour retrouver son chemin dans cet univers formel si peu pourvu des éléments paratextuels que sont les numéros de pages, de chapitres, les titres et sous-titres, les tables des matières, dont sont depuis longtemps désormais coutumiers les Occidentaux.

  • 55  « J’ai appris assez bien le ግዕዝ [ge‘ez] et je suis très content d’avoir suivi votre conseil de l’a (...)

32Un exemplaire du Fetḥa Nagaśt, ouvrage réunissant les « lois du royaume », est particulièrement représentatif de cet effort d’appréhension du texte ge‘ez et de sa matérialité somme toute déroutante pour un Italien du xixe siècle. Le manuscrit A200 comporte un système de numérotation des pages, une table des matières et de nombreuses gloses marginales, de la main du père Juste. C’est l’un des tout premiers manuscrits qu’il fait copier55.

  • 56  A198, A206, A207, A208, A209, A210, A211, A214. Le manuscrit A196 est un recueil des Miracles de M (...)
  • 57  A207, A213.
  • 58  A201.
  • 59  A199.
  • 60 Awda Nagaśt et Marha Ewwer, d’après la liste du A196. Il mentionne aussi la copie de l’Awda Nagaśt (...)

33La collection de Juste est très largement composée de recueils de prières, d’hymnes, d’homélies et de miracles56, en un mot de tous les textes qui forment la base de la liturgie et de la foi quotidiennes, magie incluse. Il rassemble aussi des textes de rituels, que ce soit pour les sacrements57, pour une gestion plus générale de la vie monastique58 et séculière59. Il possède deux livres de computs, qu’il ne transmet pas à Antoine d’Abbadie60. La théologie éthiopienne n’est pas particulièrement représentée puisque seul un traité très commun intitulé Piliers du Mystère, en amharique, est listé et ne fut pas envoyé à d’Abbadie.

34Pour résumer, il s’agit avant tout d’une bibliothèque d’étude destinée à comprendre les fondements de la vie religieuse et savante éthiopienne. Les nombreuses notes, les efforts pour maîtriser langues écrite et orale, l’étude des textes bibliques, des lois civiles et religieuses, de la poésie, de la magie, des computs montrent que Juste d’Urbin avait entrepris d’appréhender de façon méthodique le monde lettré éthiopien.

L’atelier des scribes à Betaleḥēm

  • 61  L’église est fondée par la fille de Dāwit, Del Mogasā, cf. D. Crummey, 2000.
  • 62  Comme en témoigne un rideau donné par Iyāsu I, W. Staude, 1959.
  • 63  Le roi Egwala Ṣeyon (1801-1818) fait reconstruire une partie de l'église.
  • 64  Lettre du 14 juillet 1854.

35L’une des caractéristiques de la présence de Juste en Éthiopie et l’une des composantes essentielles de son environnement intellectuel et matériel résident dans le fait d’être resté presque cinq années au même endroit. Betaleḥēm est le village du Gāynt, au nord de la région actuelle du Sud-Gondar où il a élu résidence. Son église fut un grand centre intellectuel, une fondation royale datant du xive siècle61 et encore honorée par les souverains à la fin du xviie siècle62, ainsi qu'au début du xixe siècle63. C’est là que se développe, probablement au cours du xixe siècle, le type de chant religieux (betalaḥēm zēmā) qui porte son nom et qui s’est répandu dans presque toute l’Éthiopie. On peut donc imaginer que sa bibliothèque de manuscrits était très complète dans la décennie 1850 et que l’endroit était propice à l’étude et aux échanges intellectuels. Juste parle peu de ses amitiés intellectuelles à Betaleḥēm dans sa correspondance avec Antoine, avant tout hantée par le thème de la solitude. Néanmoins, il est assez fier d’avouer avoir eu le « courage de salarier un dabtarā railleur » qui s’est moqué de ses erreurs de prononciation jusqu’à ce qu’il sût prononcer parfaitement le ge‘ez64.

36Plusieurs de ses manuscrits ont été produits à Betaleḥēm. Si l’on se livre à une enquête codicologique en examinant les indices matériels, on peut dresser la liste des complices avec qui il fabriqua un certain nombre de manuscrits. Le travail des parcheminiers, copistes, relieurs est chose commune dans l’Éthiopie du xixe siècle, puisque l’imprimerie est encore inconnue à l’époque de Juste d’Urbin. Les manuscrits sont écrits sur du parchemin ou à défaut du papier, ce que font plus facilement les Occidentaux qui en ont dans leurs malles, souvent acheté au Caire ou depuis leur pays de départ en Europe. Il est très fréquent de faire copier un texte dont on ne peut acquérir un exemplaire manuscrit déjà existant, et Juste d’Urbin eut recours à cette pratique.

  • 65  Cf. note 35, on suppose qu’il s’agit de cet exemplaire qui lui coûta 5 thalers.

37Les manuscrits qui sont des copies réalisées à sa demande sont les numéros 200, 211, 212 et 215. Le manuscrit 200, son exemplaire d’étude très annoté du Fetḥa Nagaśt, possède un colophon (fol. 227) dans lequel le copiste est crédité, il s’agit du dabtarā Gabra Māryām de Betaleḥēm. Il a copié le manuscrit pour le père Juste dans l’année 1843 « de la naissance du Christ », soit en 1850-185165. Si l’on compare le tracé de son écriture avec d’autres manuscrits de la collection, on constate qu’on retrouve cette main très caractéristique, très souple, avec un retour systématique de la plume vers la gauche, dans les manuscrits 211 (Egziābḥēr nagśa) et 215 (Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et Ḥatatā Walda Ḥeywat). Petit détail intéressant, au folio 80v du manuscrit 211, soit à la fin du quatrième cahier, dans la marge inférieure, le chiffre 83 200 semble indiquer que Juste d’Urbin a compté les signes pour payer le scribe. De même, à la fin du cinquième cahier, au folio 96v, on trouve le chiffre 100 000, et à la fin du dernier cahier, au folio 233, 137 280. Juste a donc bien engagé et rémunéré un copiste.

38Enfin, Juste s’est fait lui-même copiste, ce qui est tout à son honneur car cette activité est pénible, laborieuse et peu considérée. Il a copié le manuscrit 212 – un petit ouvrage en amharique d’explication des signes de l’alpha-syllabaire éthiopien, le fidal, signe peut-être de sa curiosité pour cette écriture et ses symboliques – et le manuscrit 213, l’un en avril 1851, d’après un exemplaire qui se trouvait à Betaleḥēm, l’autre plus tard, en juillet 1853 (ḥamlē 1845 EC). Le manuscrit 234, la première copie du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob terminée au plus tard en février 1853, est aussi de sa main.

Du père Juste d’Urbin à abbā Yosṭos

  • 66  Sous la forme « ceci est le livre de abbā Yosṭos », መጽሐፍ፡ ዘአባ፡ ዮስጦስ።, voir les manuscrits 195, 196 (...)
  • 67  Manuscrits 200, 212 et 213, et aussi Vat. Et. 165, où il signe le colophon de traduction.
  • 68  Manuscrits 199, 203.
  • 69  A214, Vatican Et. 165 ; Voir aussi J. Simon, 1936.

39Par ailleurs, Juste d’Urbin multiplie les marques de son activité intellectuelle dans sa collection de manuscrits. Qu’il soit acheteur, copiste, traducteur, commanditaire, il fait apparaître son nom, il explicite son rôle, il justifie ses choix et n’hésite pas à rédiger ex-libris, notes et commentaires documentant la mise en place de sa collection. Ces courts textes sont le plus souvent rédigés en ge‘ez, même si les tout premiers étaient encore en français et que l’un d’entre eux fut rédigé en latin dans le cas du manuscrit A234. Aide-mémoire et marques de propriété adaptés à son environnement, ces éléments montrent aussi le processus d’acquisition d’une identité éthiopienne par Juste d’Urbin. Et pourtant, il subsiste dans cette multiplication des signes de l’existence de Juste dans ses manuscrits une forte connotation occidentale. Cela n’est pas toujours bienséant, dans la tradition lettrée éthiopienne, d’ainsi égrener son nom. La norme sociale et culturelle voudrait que l’on n’écrive que peu son propre nom, que l’individu s’efface devant la communauté. Un scribe mentionnant son nom dans un colophon l’accompagnera d’épithètes le qualifiant de misérable, de pécheur, d’indigne. Le nom propre demeure le plus souvent restreint aux prières dédicatoires pour le salut de l’âme. Or Juste écrit son nom – bien entendu sous sa forme éthiopienne, Yosṭos, la seule qui puisse être comprise dans un contexte éthiopien – partout : dans les ex-libris66, dans les colophons de copie67, dans les notes de transfert de propriété68. Il fait même rédiger des hymnes (salām ou malk’e) à abbā Yosṭos69. Sans que cela soit totalement extraordinaire, on sent pointer derrière cette accumulation de preuves indicielles de son existence un certain malaise. Sans se lancer dans de la psychologie rétroactive, on remarque tout de même que notre protagoniste, le père Juste, et il faut désormais l’appeler abbā Yosṭos, semble saisi d’un besoin récurrent de témoigner qu’il existe et qu’il agit en tant que lettré, possesseur et commanditaire de livres manuscrits. Cette tendance auto-centrée, jusqu’à la névrose, est aussi très sensible dans sa correspondance.

  • 70  Par ailleurs impropre puisqu’il s’agit originellement d’un cycle lunaire de cinq cent trente-deux (...)
  • 71  Cette terminologie n’est pas mentionnée dans O. Neugebauer, 1979, ou encore M. Chaîne, 1925. Étonn (...)

40Dans les nombreux colophons par lesquels il certifie ses codex, un même calendrier est utilisé pour marquer le temps. Juste d’Urbin donne les dates selon le calendrier éthiopien mais en n’utilisant pas le terme le plus fréquent amata meḥrat (« année de la miséricorde70 ») ou encore moins amata segāwi (« année de l’incarnation ») mais au contraire l’expression em-ledata Krestos, « depuis la naissance du Christ ». Or cette expression très simple et explicite n’est pas très fréquente dans la terminologie éthiopienne71. Et pourtant, elle est utilisée dans tous les colophons du père Juste, dont celui de la traduction des Soirées de Carthage (ms. Vat. Et. 165), et dans les deux copies du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, dans le colophon comme dans le texte lui-même, notamment aux chapitres 12 et 13. Elle fonctionne un peu comme une marque d’atelier, comme une référence interne et systématique à un même temps, qui serait un temps réconciliant le temps éthiopien et le temps occidental, un temps unifié par la naissance du Christ comme repère commun.

« Je n’ai jamais aussi étudié l’homme que depuis que je suis en état de moins le comprendre »

41De façon plus fine encore, on peut accéder à certaines des idées du père Juste à travers sa correspondance comme dans un petit nombre de notes qu’il a laissées dans ses manuscrits. Son besoin d’écrire et de faire œuvre est particulièrement puissant.

42Dans une lettre de septembre 1853, Juste dit qu’il pensait écrire un opuscule intitulé L’Abyssinie et les Abyssins pour servir aux voyageurs étrangers, afin qu’ils évitent les comportements déplacés et qu’ils ne soient « raillés et maudits, pillés et même tués ». Ce texte aborderait les questions culturelles et politiques. Mais il n’en a plus le courage et il laisse ce soin à Antoine ou à Arnauld, « le plus sensé de tous les Européens qui ait su se conduire en Abyssinie ». Il préfère donc, explicitement, continuer à se lamenter sur son sort : il a toujours des problèmes d’yeux et aussi la gale. Surtout, la guerre et les pillages ont vidé les marchés. « J’aime le café et le tabac, je n’ai ni l’un ni l’autre, ni le moyen d’en avoir. » Il se plaint longuement et amèrement de manquer de livres, de n’avoir accès qu’aux

sottises éthiopiques qui ne font qu’appauvrir l’esprit. […] Que mes vœux parviennent au cœur de quelque philosophe (σοφος dans sa première et vraie acception) et qu’il ait pitié de moi qui suis un vrai philosophe (σοφω au lieu de σοφος). […] Quand on ne peut pas tout dire il vaut mieux se taire. Cependant si ita est in fatis, j’écrirais consciencieusement ma vie ou Histoire de ma Pensée (les matériaux sont tout prêts) et après ma mort l’on verra si c’est moi qui doit rougir de ma misère spirituelle d’aujourd’hui ou si ce sont d’autres. […] Je suis dans la persuasion que le suicide est immorale [sic] et contraire aux desseins de la providence que j’adore, et comme une révolution de la créature contre son créateur.

43Puis il décrit longuement les sentiments suicidaires et dépressifs qui l’habitent, l’ivresse que cela lui procure. Cette lettre est essentielle pour comprendre l’évolution de la pensée de Juste, au niveau intellectuel comme au niveau émotionnel et matériel, car les deux semblent intimement liés. Au fur et à mesure que sa situation se dégrade (maladies, misère), il prend en aversion son environnement éthiopien et il se persuade qu’il est son propre point de référence. Le découragement et l’ambition de faire, d’écrire une œuvre fondamentale s’alimentent l’un l’autre. Plus il désire faire œuvre de philosophie, plus il se sent peu en mesure de réaliser ce travail, dans une spirale classique d’autodénigrement et de très grande ambition.

44En mai 1854, il offre à Antoine un réel échantillon de sa propre philosophie :

Comme mon esprit ne me présente pas pour à présent de quoi remplir cette lettre = Je met mon âme en train de babiller = Je n’ai jamais aussi étudié l’homme que depuis que je suis en état de moins le comprendre c.a.d. depuis que je suis en Abyssinie éloigné de tous les moyens qui pourraient m’aider dans la recherche de la vérité. Lorsque j’étudiais la psychologie quelques unes des preuves qu’on y rapporte en faveur de spiritualité [sic] de l’âme humaine me semblaient des démonstrations. Toujours est-il au moins ce que dit Sherloch qu’il est plus facile de prouver la spiritualité de l’âme que sa matérialité. Je n’en doute pas aujourd’hui et je n’en douterai jamais peut-être. Mais lorsque j’examine mon âme, je vois que la dépendance du corps est si grande, qu’il semble qu’elle n’ait pas un principe de vie à soi. Je sais tout ce que disent les anatomistes sur les merveilles du système nerveux qui n’est presque jamais entièrement sujet à l’empire de l’âme. Mais venons à la pensée. Descartes est beau avec ses idées innées. Mais mes maîtres et mes observations m’ont fait croire que nous n’avons que des idées acquises (acquisite) ou fictives (fittizie) c’est-à-dire des idées composées de celles qu’on avait déjà acquis par les sens. Aussi il m’est presque impossible de m’imaginer un être immense sans étendue, une éternité sans succession càd sans temps etc etc parce que mes sens ne m’ont rien appris qui valut cela. Or si mon âme avait un principe de vie à soi, si elle était spirituelle, elle devrait me savoir dire quelque chose sur la nature de l’esprit, et sur ce qui se passe hors de la matière et du temps. D’ailleurs comment un esprit peut être empêché par des parois matérielles de comprendre au moins ce qui se passe autour de lui ? C’est la volonté du Créateur, voilà la seule réponse, qui a fait croire à quelqu’un que notre âme n’est qu’un ange méchant renfermé dans le corps comme dans une prison jusqu’à ce qu’il ait expié ses fautes. […] Je vous disais autrefois que je pourrais faire un roman et rien de plus. Je pourrais aussi faire des hypothèses... C’est assez des rêves.

45Il continue sur la nature des songes, qui sont la preuve que l’esprit ne sommeille jamais, puis toute la lettre traite des questions de la possibilité d’une véritable dualité entre le corps et l’esprit, dans une certaine confusion entre esprit et âme. Il aborde enfin le thème de l’esprit des animaux.

  • 72  Le passage sur la « spiritualité de l’âme » se trouve au chapitre 11 : « [...] rien ne périt, tout (...)

46Le « Sherloch » dont il est fait mention est probablement un des pseudonymes d’auteur de Voltaire, et cette lettre reprend, implicitement, des thèmes fréquents chez Voltaire et que l’on trouve dans l’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée, par M. Sherloc. Cet ouvrage de vieillesse de Voltaire est un petit conte qui reprend sous forme de dialogues ses arguments contre l’athéisme et le matérialisme, et qui défend vigoureusement le déisme comme seule conception acceptable de Dieu72.

47Il me semble que dans cette longue lettre entièrement philosophique, Juste se présente enfin ouvertement comme l’auteur d’une pensée réflexive. Il la termine sur :

Monsieur, j’ai relu cette lettre et je l’ai trouvée extrêmement hétéroclite. […] Je vous disais autrefois que je suis devenu fou, or on peut passer à un fou des sottises bien plus extravagantes que celles-ci.

48Si l’influence de Voltaire est très sensible dans la lettre précédente, c’est à Leibniz que Juste d’Urbin se réfère ouvertement dans deux documents distincts. Dans la citation en exergue de la Genèse (A203), de la main du père Juste, en français, on lit :

Ce n’est pas peu de chose que d’être content de Dieu et de l’Univers.
Tous les peuples ont reconnu d’un commun accord qu’il existe un Dieu dont la sagesse gouverne l’Univers.
Le ciel pardonne tout hors l’inhumanité.

  • 73  Note au fol. 63.
  • 74  « La solitude où je suis ici m’a contraint à l’examen ou plutôt à des hypothèses pour voir s’il y (...)

49Cette note en exergue d’un exemplaire de la Genèse acheté à Gondar en 1849 auprès d’un missionnaire lazariste, le père Stella73, résonne comme un acte de foi, comme une revendication de la part d’un moine catholique en terre de mission.La première phrase est une citation de Leibniz, extraite de ses Essais de Théodicée, plus précisément de celui traitant de la bonté de Dieu (1710). Elle semble importante pour Juste d’Urbin car il l’utilise aussi, en se référant explicitement au philosophe, dans l’une de ses lettres à Antoine, datée du 15 septembre 185474, aux moments sombres pendant lesquels il devient évident que Kāsā va être vainqueur et, avec lui, tout espoir de paix pour les catholiques va s’envoler. On reviendra sur les résonances avec le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob dans notre deuxième épisode. Cet exergue de la Genèse exprime des concepts qui semblent peu en accord avec les principes d’un évangélisateur, à savoir la notion d’un Dieu universel dont la sagesse est reconnue par tous les êtres humains indépendamment des religions et des systèmes sociaux. Néanmoins, dans ce système agnostique, la notion de pardon subsiste et peut être accordée à toutes déviances hormis celle de l’« inhumanité ». L’humain est donc la norme sur laquelle se fonde la morale.

50Cette plongée dans l’univers matériel, intellectuel et social de Juste d’Urbin nous a conduits à observer un intellectuel se voulant hors normes, un homme pris entre le désir de se cacher, de s’enterrer, de se faire oublier de sa société et des contraintes qu’elle prétend lui imposer et le désir d’être reconnu, de briller, d’apporter quelque chose de nouveau, de vrai.

  • 75  Lettre à Antoine, Pâques 1854.

51Plusieurs aspects de cette personnalité se font jour. D’une part, il n’est pas trop hasardeux de noter un ego douloureux. Juste d’Urbin a besoin de faire apparaître son nom, de l’inscrire sur du parchemin et, d’une certaine façon, dans l’histoire littéraire. De même, son besoin d’attention et de considération transpire dans chacune des lettres qu’il adresse à Antoine, où il n’a de cesse de déplorer le peu de retour que son illustre correspondant lui donne sur son travail. Cela se combine avec un très fort déni de son « génie » qui va jusqu’à l’effacement de son autoritas derrière son travail qu’il confie de façon gratuite et anonyme à l’« Académie », à la science. Enfin, le taedium vitae ou « dégoût de la vie » s’installe petit à petit en toile de fond de ses lettres. La seule chose qui le fait se maintenir en vie est son désir d’apprendre et surtout d’écrire : « Mais je suis un extravagant, un fou. Je pourrais enfanter un roman, rien de plus75. »

52D’autre part, on note la distance que Juste d’Urbin met entre lui, les sociétés constituées et les institutions. À l’Italie et, mais sans la nommer, à l’institution catholique, il déclare en juillet 1854 : « Personne ne m’a instruit ni fait instruire. On n’a fait qu’empêcher ou retarder le développement de mon esprit. Je crois avoir sur Dieu et sa providence des idées très justes et j’ai l’orgueil de ne les avoir reçues de personne. J’ai été moi-même mon maître. Je ne dois rien à l’Italie. » Ce sont ces sociétés où il a grandi qu’il renie. Mais il n’est pas plus tendre pour sa société d’accueil, qu’il étudie, qu’il observe, mais à laquelle il reste profondément étranger. Il pourfend régulièrement la « sottise » des Éthiopiens, et le manque d’outils intellectuels à sa disposition. Pour finir, la société française est la société maternelle, idéalisée, la société qu’il n’a pas connue et dans laquelle il se projette à travers la langue française qui est la langue de sa correspondance avec Antoine d’Abbadie. En effet, il explique que ses parents étaient d’origine française mais durent s’exiler en Italie.

  • 76  Lettre du 18 septembre 1853 : « Que mes vœux parviennent au cœur de quelque philosophe (σοφος dans (...)
  • 77  Lettre du 15 septembre 1854.

53Enfin, les lettres de Juste d’Urbin expriment très tôt un intérêt pour la philosophie, puis un fort besoin de philosopher, de comprendre la place de l’homme dans l’univers et son rapport avec le divin, de mettre par écrit les conditions du bonheur humain, de s’insurger contre la tyrannie des dogmes. Ce besoin de liberté spirituelle et intellectuelle est réel mais, d’une certaine façon, désespéré. L’Histoire de ma pensée76 promise par Juste, ces « examens », ces « hypothèses77 » dont il parle ne seront jamais couchés par écrit. C’est là me semble-t-il le véritable statut des Ḥatatā, au moment de leur « découverte » : une « profession de foi » philosophique d’un moine missionnaire ayant perdu la foi dans les institutions humaines, Églises comprises.

Le hapax des Ḥatatā : un ver dans le fruit de la collection d’Abbadie

  • 78  Deux exceptions sont connues, les notes du moine Pāwlos (C. Conti Rossini, 1918) et les Miracles d (...)

54Un unicum est un texte connu par une unique copie. Stricto sensu, c’est le cas du Ḥatatā Walda Ḥeywat seulement ; le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob est techniquement connu par deux copies qui proviendraient de deux manuscrits différents, selon les dires de Juste d’Urbin. Dans le champ de la littérature éthiopienne, le cas des unica est rare mais attesté. Ainsi la Chronique royale de Susneyos n’est parvenue jusqu’à nous que par un seul exemplaire manuscrit, acquis à Gondar en 1770 par le voyageur écossais James Bruce et conservé à la Bodleian Library à Oxford. De nombreuses hagiographies ou recueils de miracles de saints locaux ne sont copiés et conservés que dans les monastères où ils vécurent. Le fait de n’être conservé que sous la forme d’une copie, même moderne, n’est pas exceptionnel. Si l’on doit encore préciser le caractère unique, exceptionnel de ce texte, on peut utiliser une terminologie qui caractérise aussi l’aspect anomal, extraordinaire, sémantiquement et formellement parlant : ce double texte, Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et Ḥatatā Walda Ḥeywat, est ce que l’on appelle un hapax, à savoir une forme unique dans la littérature éthiopienne. En effet, c’est une autobiographie très affirmée, et ce genre n’existe pas dans la littérature éthiopienne78. De plus, les opinions et réflexions qui y sont menées semblent très étrangères à la culture éthiopienne. Enfin, ce texte n’est pas attesté de façon indirecte, à savoir qu’il n’est mentionné dans aucun texte éthiopien, il n’est ni cité ni utilisé dans le corpus de la littérature éthiopienne.

  • 79  Lettre de septembre 1852.
  • 80  A. d’Abbadie, 1859, p. 212-213.

55Comment s’insère ce hapax dans la collection d’Antoine d’Abbadie ? Juste d’Urbin reste discret sur la rareté du texte : « J’ai trouvé un livre étrange en Abyssinie. C’est une espèce de roman ou histoire biographique écrite par un philosophe déiste du temps des Portugais. […] Il me semble intéressant pour l’histoire du temps et pour la nouveauté du genre en Abyssinie79. » C’est bien en raison de cette rareté qu’il en fait parvenir à Antoine deux copies. À sa réception et lors de son premier catalogage, en 1859, Antoine se borne à remarquer, à propos du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, la « rareté » d’une autobiographie dans la production littéraire éthiopienne, de même que son aspect « remarquable encore par sa grande naïveté, par les détails de mœurs qu’elle contient et par des notions d’histoire contemporaine qu’on cherche en vain ailleurs. L’auteur parle de l’expulsion des Portugais, et flétrit Fasiladas plus sévèrement que ne l’ont jamais fait les jésuites victimes de ce roi80 ». Dans la notice du 234, il ajoute encore : « Comme mon n° 215 était l’ouvrage le plus curieux de sa collection, le père Juste, craignant que ce livre rare ne s’égarât, en fit cette transcription qu’il m’envoya par la poste. »

56Au départ, le texte bénéficie du mécanisme d’acquisition « en masse » qui fait qu’il est difficile, même pour un grand connaisseur de la culture éthiopienne comme l’était Antoine, de soupçonner une supercherie. D’une part, parce qu’il ne peut probablement pas s’imaginer la cible d’une telle mystification car il a placé sa confiance dans Juste d’Urbin qui lui fournit par ailleurs un matériel d’un grand intérêt, notamment sa grammaire et son dictionnaire. D’autre part, parce que l’envie de constituer un panorama le plus complet possible de la littérature éthiopienne et, dans ce cadre, la découverte de textes rares sont justement ce qu’il souhaite. Peut-on émettre l’hypothèse d’une envie, de la part du faussaire, d’attenter à la perfection vers laquelle tend l’entreprise même de constitution d’une collection ? Il est en effet assez fréquent que les contributeurs – surtout mineurs – à un projet de collection y introduisent le faux, le leurre, le grain de sable. Le prétendu « faux » trouve d’autant mieux sa place qu’il s’insère au sein d’un corpus de « vrais », corpus qui lui donne son échelle, qui lui propose un cadre bien identifié dans lequel il ne peut prendre place qu’en tant qu’objet littéraire et scientifique.

  • 81  G. Massaja, vol. 2, p. 103-104.
  • 82  « Je commence à me faire conscience de manger les revenus de la mission vu le peu que je fais pour (...)

57Quelle est la nature de la relation entre les deux hommes ? Peut-on penser que Juste d’Urbin a voulu se payer la tête d’Antoine ? Le confondre avec une construction littéraire en ge‘ez pour montrer la supériorité de la langue ge‘ez ? Antoine d’Abbadie est un catholique ultramontin qui œuvre pour la fondation de missions en terres éthiopiennes tout autant qu’il est à l’époque le chef de file des études concernant l’Éthiopie chrétienne. Juste d’Urbin a lui délibérément choisi de ne pas accomplir son œuvre missionnaire et il a dédié plus de temps à l’étude de la langue qu’à sauver les âmes, selon les témoignages même du cardinal Massaja81 et ses propres dires82. Juste d’Urbin espérait beaucoup pouvoir sortir de sa condition de missionnaire pour trouver une place au sein des « études éthiopiques », et il misait avant tout sur l’influence d’Antoine d’Abbadie pour réussir cette reconversion. Il est bien possible que Juste ait souhaité que sa paternité dans la rédaction des Ḥatatā lui soit reconnue, que cette plaisanterie soit prise comme telle et qu’ainsi sa maîtrise du ge‘ez et ses idées philosophiques soient également dévoilées. Il a donné suffisamment d’indices à Antoine d’Abbadie pour cela, mais ce dernier ne se sera pas attardé plus avant sur ce texte hors normes et l’a tout simplement englobé dans sa collection.

Les éditions (1903-1904) : les Ḥatatā au rang de philosophie éthiopienne

  • 83  C. Bosc-Tiessé, et A. Wion, 2010, p. 114.
  • 84  E. Littmann, 1904, réimpr. 1961.

58Les Ḥatatā sont entrés en 1856 dans la collection d’Antoine d’Abbadie et, par ce simple fait, dans le corpus de la littérature éthiopienne. Si Antoine d’Abbadie catalogue sa collection dès 1859, on ne sait quel accès il en avait donné au milieu académique de son vivant. C’est peu de temps après sa mort en 1897 que l’ensemble de ses manuscrits sont légués à l’Académie des sciences qui en fait dépôt en 1902 à la Bibliothèque nationale de France où ils deviennent véritablement accessibles au public83. Presque simultanément, deux éditions critiques et traductions voient le jour. Celle de Enno Littmann paraît dans la toute jeune collection Corpus scriptorum christianorum orientalium dont la série dédiée aux textes éthiopiens est dirigée par I. Guidi84. La traduction y est établie en latin qui est encore une langue internationale académique en ce début de siècle. E. Littmann choisit comme manuscrit de base le manuscrit 215, car le plus complet et le plus éthiopien d’apparence, et n’est pas très regardant sur les variantes du 234. Il ne les note que très rarement et, dans des cas de grande divergence entre les deux copies, il établit une version améliorée qui lui sert de base pour la traduction. Le titre de Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, qui n’existe que dans la marge supérieure du 234, est repris avec la mention inscriptionem addidi mais sans indiquer qu’il provient du 234. Par ailleurs, l’incipit du 234 n’est pas édité, c’est la version du 215 qui est suivie sans indication de variantes. De même, les notes latines accompagnant le 234 ne sont aucunement mentionnées, ce qui ne permet pas de situer ces textes dans leur contexte d’acquisition. Ce processus de lissage des textes contribue à donner l’impression qu’ils existent pour eux-mêmes, et le travail que nous venons d’effectuer pour les placer dans une historicité de leur production n’est plus possible. Pour parachever cette construction des textes comme œuvres autonomes de leur contexte matériel, cette édition leur accorde le statut de « philosophie », puisque son titre interprète clairement l’ensemble des deux textes comme une « philosophie abyssine » et interprète même Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob par Vita et Philosophia Zar’a Yā‘eqob, tandis que le Ḥatatā Walda Ḥeywat est lui rendu par Inquisitio Walda Ḥeywat. Sur ces choix interprétatifs, l’édition et la traduction de E. Littmann ont conféré aux textes un statut très signifiant dans le registre des catégories textuelles.

  • 85  B. Turaev, 1904.

59Parue la même année, l’édition russe de B. Turaev85 ne prend en compte que le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et néglige le Ḥatatā Walda Ḥeywat. Elle a bien entendu pâti du fait que le russe ne s’impose pas comme une langue académique, ainsi que d’une distribution assez confidentielle. L’édition critique est faite de façon précise et exhaustive, permettant de suivre l’ensemble des variantes des deux manuscrits, mais c’est le 215 qui est choisi comme manuscrit de base. Seuls les ajouts interlinéaires, de la main de Juste d’Urbin dans le manuscrit 215, sont ignorés.

  • 86  E. Littmann, 1904, préface p. 1.
  • 87  E. Littmann, 1916.
  • 88  B. Turaev, 1903. Nous n’avons pu avoir accès à l’original et cet article ne nous est connu qu’à tr (...)

60Les deux philologues n’émettent aucun doute quant à l’authenticité du texte. Et tous deux veulent y voir un texte philosophique. Certes, E. Littmann a conscience du caractère exceptionnel du texte au sein de la pensée éthiopienne et suggère une possible influence arabe86. Puis il se fend bien plus tard, en 1916, dans le petit ouvrage intitulé Zar’a Ya‘eqob, ein einsamer Denker in Abessinien87, d’une analyse relativement succincte du contenu du texte. Turaev fait précéder son édition d’un article intitulé « Les libres penseurs éthiopiens du xviie siècle88 ». Il y présente le christianisme éthiopien comme un isolat de civilisation dans la barbarie africaine, perdant peu à peu la mesure de l’orthodoxie et se construisant sur des dogmes déviants. Le xvie siècle y est dépeint comme le siècle des confrontations qui ébranlent les convictions des différents « clans monophysites », la rencontre avec les catholiques donnant naissance à une « poussée du rationalisme » dont les Ḥatatā sont les témoins et les héritiers. Même si B. Turaev constate le caractère « à part » de ces textes, il estime que le moment pendant lequel ils sont écrits, le xviie siècle éthiopien, est suffisamment hors du commun pour avoir donné naissance à de tels textes. Le Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob est selon lui d’un grand intérêt historique, et on y sent à l’œuvre un « indigène éduqué et pensant dont l’esprit n’était pas touché par la culture européenne mais qui était cependant du point de vue culturel beaucoup plus élevé que ses contemporains ».

  • 89  T. Nöldeke, 1905 ; W. Weyh, 1906.

61Pour ces deux fins connaisseurs de la littérature éthiopienne, qui ont tous deux pris le temps de transcrire, collationner et traduire le texte, il n’a fait aucun doute qu’il s’agissait d’un texte éthiopien. Quelques orientalistes leur emboîtent le pas et se réjouissent de la découverte et de la mise à disposition d’un tel texte, malgré son caractère surprenant89.

  • 90  K. Bezold, 1907.

62Mais dès 1907, K. Bezold publie un compte rendu assez critique de ces deux éditions et du texte lui-même90. Il insiste fortement sur le manque de sérieux de l’édition de E. Littmann et en relève certaines des incorrections. La comparant avec le travail de B. Turaev, il note que les variantes du 234 qui ont été négligées par E. Littmann sont, bien plus que des variantes orthographiques ou grammaticales, des variantes sémantiques. De ce fait, l’établissement de sa traduction repose sur une base incomplète. Par ailleurs, il fournit un résumé du contenu des Ḥatatā, dont il souligne le caractère exceptionnel, estimant que Zar’a Yā‘eqob a une tendance au protestantisme et trouvant que la pensée de Walda Ḥeywat manque d’originalité.

Conclusion

63Le père Juste s’est personnellement fortement impliqué dans son travail d’immersion dans la culture savante et religieuse éthiopienne. Chercher à saisir l’homme, le savant mais aussi l’individu et sa destinée est primordial pour notre enquête. En effet, aucune étude n’a été menée jusqu’à présent des activités intellectuelles de Juste. La correspondance jusqu’alors inédite de Juste avec Antoine révèle des parallèles troublants entre le désir de Juste d’Urbin de penser par lui-même et les maximes du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob, à tel point que l’on peut se demander si le tout premier statut du texte n’est pas d’être un brouillon de l’Histoire de ma pensée que Juste voulait léguer comme testament philosophique et spirituel, mais que son dégoût de la vie, ce taedium vitae qui hante ses lettres, ne lui donna pas l’énergie nécessaire pour accomplir. Les Ḥatatā seraient alors un avatar non pas d’un texte ge‘ez du xviie siècle, mais de la pensée propre de Juste d’Urbin. On va revenir bien plus avant sur ce parallélisme entre les Ḥatatā et la pensée de Juste d’Urbin dans le deuxième épisode de notre série.

64La « mise en collection » et la publication scientifique par l’édition critique furent les deux leviers de l’entrée des Ḥatatā dans le corpus de la littérature éthiopienne. Ces unica connus seulement à travers les manuscrits qu’envoya le père Juste d’Urbin à Antoine d’Abbadie, ces hapax surprenants, pour être reconnus comme des textes éthiopiens, devaient en effet remplir certains critères formels et catégoriels. En s’inscrivant dans la démarche de collecteur de Juste d’Urbin pour le collectionneur qu’était Antoine d’Abbadie, en s’insérant dans la collection savante de ce dernier, les Ḥatatā gagnent un statut de partie au sein d’un tout et y trouvent une première identité. Juste d’Urbin avait évalué avec acuité la notoriété de son mentor, et si le fait de s’être effacé derrière les textes qu’il lui envoyait ne servit pas la reconnaissance posthume de son travail de linguiste, en revanche les textes des Ḥatatā, de nature profondément différente, ont pleinement bénéficié d’être inclus dans la collection d’Abbadie.

Haut de page

Bibliographie

Abbadie, d’, A., 1859, Catalogue raisonné de manuscrits éthiopiens appartenant à Antoine d’Abbadie, Paris.

Berger, M.-C., 1998, « Antoine d’Abbadie et l’Église catholique », in Antoine d’Abbadie 1897-1997 : Congrès international = Ezhoiko kongresua. Eusko Ikaskuntza Euskaltzaindia, Donostia-San Sebastián, p. 15-32.

Bezold, K., 1907, « [CR de l’édition critique du texte par E. Littmann] », Deutsche Literaturzeitung, p. 1242-1244.

Bosc-Tiessé, C., Wion, A., 2010, « Les manuscrits éthiopiens d’Antoine d’Abbadie à la Bibliothèque nationale de France. Collecte, copie et étude », in Antoine d’Abbadie (1810-1897). De l’Abyssinie au Pays basque – Voyage d’une vie, Biarritz, Atlantica-Séguier, p. 75-116.

Chaîne, M., 1912, Catalogue des manuscrits éthiopiens de la collection Antoine d’Abbadie, Paris, E. Leroux, 170 p.

Chaîne, M., 1925, La chronologie des temps chrétiens de l’Égypte et de l’Éthiopie  : historique et exposé du calendrier et du comput de l’Égypte et de l’Éthiopie depuis les débuts de l’ère chrétienne à nos jours, accompagnés de tables donnant pour chaque année, avec les caractéristiques astronomiques du comput alexandrin, les années correspondantes des principales ères orientales, suivis d’une concordance des années juliennes, grégoriennes, coptes et éthiopiennes avec les années musulmanes, et de plusieurs appendices, pour servir à la chronologie, Paris.

Conti Rossini, C., 1914, Notice sur les manuscrits éthiopiens de la collection d’Abbadie, Paris, E. Leroux, coll. « Journal asiatique ».

Conti Rossini, C., 1918, « L’autobiografia di Pawlos monaco abissino del XVI secolo », Rendiconti della Reale Accademia dei Lincei, ser. 5, vol. 27, p. 279-296.

Crummey, D., 1972, Priests and Politicians : Protestants and Catholics Missions in Orthodox Ethiopia, 1830-1868, Oxford, Clarendon Press, 176 p.

Crummey, D., 2000, Land and Society in the Christian Kingdom of Ethiopia : from the Thirteenth to the Twentieth Century, Urbana, University of Illinois Press.

Crummey, D.,Getatchew Haile, 2004, « Abunä Sälama: Metropolitan of Ethiopia (1841-1867), a new Ge’ez biography », Journal of Ethiopian Studies, 37, 1, p. 4-40.

Getatchew Haile, 2005, « The works of rās Sem’on of Hagara Māryām », Journal of Ethiopian Studies, 38, p. 5-98.

Grébaut, S., 1935, « Édition des spécimens poétiques recueillis par Juste d’Urbin et ajoutés à sa grammaire éthiopienne », Aethiopica, 2 et 4, p. 33-36 ; 41-44 ; 118-124 ; 175-181.

Grébaut, S., 1952, Supplément au Lexicon linguae aethiopicae de August Dillmann (1865) et édition du lexique de Juste d’Urbin (1850-1855), Paris, Imprimerie nationale.

Grébaut, S., Tisserant, E., 1935, Codices aethiopici vaticani et borgiani : Barberinianus orientalis 2, Rossianus 865, Città del Vaticano [Bibliothecae apostolicae Vaticanae codices manuscripti recensiti].

Littmann, E., 1904, Philosophi Abissini, sive Vita et Philosophia Magistri Zar’a Ya’qob einseque Discipuli Walda-Heywat Philosophia, Paris [Corpus scriptorum christianorum orientalium, 18-19, Scriptores Aethiopici, 1-2], 65 et 66 p.

Littmann, E., 1916, Zar’a Ya‘eqob, ein einsamer Denker in Abessinien, Berlin, Curtius, 44 p.

Massaja, G., 1984 (rééd.), Memorie storiche del Vicariato Apostolico dei Galla  : 1845-1880  : manoscritto autografo vaticano, Città del Vaticano, Archivio vaticano [Collectanea archivi Vaticani, 10-11], vol. 1 et vol. 2.

[Murray, A.], 1842, A Catalogue of a Valuable Collection of Oriental Literature, Collected by James Bruce of Kinnaird, Consisting of from Ninety to One Hundred Volumes in High Preservation… Which Will be Sold by Auction, by Mr. George Robins on Monday, the 30th day of May, 1842, Londres, Smith and Robins Printers, 36 p.

Neugebauer, O., 1979, Ethiopic Astronomy and Computus, Vienne, Österreichischen Akademie der Wissenschaften.

Nöldeke, T., 1905, « Zwei abessinische Deisten », Deutsche Rundschau, 9, p. 457-459.

Piovanelli, P., 1990, « Un nouveau témoin éthiopien de l'Ascension d'Isaïe et de la Vie de Jérémie (Paris BN Éth. 195) », Henoch, 12, p. 347-363.

Pizzorusso, G., 2001, « Giusto da Urbino (al secolo Jacopo Curtopassi o Cortopassi) », in Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 57, [en ligne], http://www.treccani.it/Portale/elements/categoriesItems.jsp ?pathFile =/sites/default/BancaDati/Dizionario_Biografico_degli_Italiani/VOL57/DIZIONARIO_BIOGRAFICO_DEGLI_ITALIANI_Vol57_015915.xml, consulté le 6 février 2013.

Simon, J., 1937, « Un mawaddes adressé au P. Juste d’Urbin », Orientalia, VI, p. 214-221.

Simon, J, 1936, « Le Hatata Zar’a Ya’qob et le Hatata Walda Heywat », Orientalia, V, n° 1, p. 93-101.

Staude, W., 1969, « Une peinture éthiopienne datée dans l’église de Bēta-lehem  (région de Gaynt, province du Begember) », Revue de l’histoire des religions, 156, p. 65-110.

Tarducci, F., 1899, P. Giusto da Urbino, missionario in Abissinia, e le esplorazioni africane, Bologne.

Turaev, B., 1903, « Les libres penseurs éthiopiens du xviie siècle », Journal du ministère de l’Éducation, p. 443-476 [en russe].

Turaev, B., 1904, Pamjatniki ėfiopskoj pis’mennosti. 1, Ḥatat zarha Yāqoba / izd. teksta i perevod B. Turaeva., Saint-Pétersbourg, Tip. Imp. Akad. Nauk.

Trozzi, N., 1988, « Il P. Giusto da Urbino e l’ascesa di Teodoro II al trono di Etiopia », Africa : Rivista trimestrale di studi e documentazione dell’Istituto italiano per l’Africa e l’Oriente, vol. 43, n° 2, p. 213-230.

Voltaire, 1776, Histoire de Jenni, ou le Sage et l’athée, par Mr. Sherloc, traduit par Mr. de La Caille. Suivi d’une nouvelle Diatribe sur l’agriculture, adressée à l’Auteur des Ephémérides, le 10 mai 1775. D’une lettre de Mr. de Voltaire à Mr le Comte de Tressan. Du Dimanche, ou les Filles de Minée, contes en vers  ; & d’une Lettre de Mr de La Visclède, à Mr le secrétaire perpétuel de l’académie de Pau. Nouvelle édition, corrigée et augmentée par l’auteur.

Weyh, W., 1906, « Un philosophe éthiopien », Beilage zur Allgemeinen Zeitung.

Wion, A., 2011, « Archivio Storico De Propaganda Fide, Vaticano », in Inventaire des bibliothèques et des catalogues de manuscrits éthiopiens, Ménestrel,
[en ligne], http://www.menestrel.fr/spip.php ?rubrique863&lang =fr#2188, consulté le 26 avril 2012.

Wion, A., 2012, « Collecting manuscripts and scrolls in Ethiopia : The missions of Johannes Flemming (1905) and Enno Littmann (1906) », In kaiserlichem Auftrag : Die Deutsche Aksum-Expedition 1906 unter Enno Littmann, Band 2 : Altertumskundliche Untersuchungen in Tigray/Äthiopien, Steffen Wenig (éd.), Verlag Lindensoft (Forschungen zur Archäologie Außereuropäischer Kulturen),
[en ligne], http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00524382/fr.

Zanutto, S., 1932, Bibliografia etiopica : in continuazione alla « Bibliografia etiopica » di G. Fumagalli. Secondo contributo, Manoscritti etiopici, Roma, Sindacato italiano arti grafiche, 178 p.

Haut de page

Notes

1  Ce premier article a amplement bénéficié des réflexions en commun menées avec Aïssatou Mbodj-Pouye depuis 2010 puis de ses relectures critiques et participatives, aussi cette première personne du pluriel est plus qu’une figure de style.

2  Ms. BnF NAF 23852, fol. 25-26, lettre de septembre 1852.

3  À l’exception d’un bref article utilisant cette correspondance pour ses informations relatives à la montée en puissance de Kāsā, le futur roi Tēwodros, voir N. Trozzi, 1988.

4  Ms. BnF NAF 23852, fol. 29-30, lettre du 15 nov. 52.

5  Ces manuscrits sont déposés à la Bibliothèque nationale de France où ils forment la collection Éthiopien Abbadie. Voir C. Bosc-Tiessé et A. Wion, 2010.

6  Voir le catalogue de vente de sa collection de vingt-cinq manuscrits éthiopiens in [Murray], 1842.

7  En effet, la deuxième grande collecte sera celle « commise » par les Anglais à Maqdālā en 1868, dans un contexte un peu particulier puisqu’il s’agit d’une prise de guerre. Malgré le caractère militaire de l’expédition, elle avait bien dès le départ comme objectif de rapporter des manuscrits puisque se joint à l’expédition militaire un certain R. Holmes, assistant-conservateur au département des manuscrits du British Museum. Le troisième effort de collecte européen est celui de Johannes Flemming, en 1906, accompagnant la mission diplomatique allemande de Felix Rosen. Voir A. Wion, 2012.

8  Les catalogues de Carlo Conti Rossini et de Marius Chaîne, publiés quasiment simultanément, sont deux entreprises menées de façon autonome. C’est le catalogue de C. Conti Rossini qui fait aujourd’hui encore référence. A. d’Abbadie, 1859 ; C. Conti Rossini, 1914 ; M. Chaîne, 1912.

9  Sur le militantisme ultramontain d’Antoine d’Abbadie, voir M.-C. Berger, 1998.

10  Sur ces questions, voir D. Crummey, 1972, ou encore une synthèse récente accompagnant une biographie inédite en ge‘ez d’abuna Salāmā, D. Crummey et Getatchew Haile, 2004. Il est intéressant de noter que, dans cette longue biographie laudatrice, la présence des catholiques et leur dogme ne sont pas une seule fois mentionnés.

11 G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 96-97. Cette information est confirmée par l’achat d’un manuscrit à la même date : Ms. BnF Éth Abb 199, fol. 57r : acheté le 20 maskaram 1842 [sept. 1849], année de Marc, par Juste Romāwi à Tadbāba aux disciples de l’alaqā Tamasrāč pour 1 thaler, cf. C. Conti Rossini, 1914, p. 67.

12  Étonnamment, Massaja dit à plusieurs reprises dans ses Mémoires (1889, vol. 2, p. 104 par exemple) que Juste d’Urbin retourne en l’Italie pendant cet exil, ce qui est complètement démenti par l’étude de la correspondance de Juste, puisque celui-ci envoie du Caire une vingtaine de lettres à Antoine entre août 1855 et avril 1856, à un rythme tel qu’on ne peut imaginer qu’il soit revenu un moment en Italie. Par ailleurs, Massaja, alors en pays oromo, apprit avec près d’une année de décalage le décès de Juste d’Urbin au Soudan.

13  Voir l’excellente et très bien documentée synthèse biographique de G. Pizzorusso, 2001.

14  Les volumes NAF 23851 et NAF 23852 regroupent ce qu’Antoine d’Abbadie intitula « Lettres et documents sur les missions chez les peuples gallas (1845-1895) ». Le manuscrit BnF NAF 23852 contient une partie de la correspondance scientifique d’Antoine d’Abbadie avec les missionnaires catholiques en Éthiopie (Juste d’Urbin (fol. 3-128v), le père Léon des Avanchers et Mgr Taurin Cahagne). Antoine d’Abbadie avait classé son courrier et folioté les lettres qu’il a reçues les unes à la suite des autres, dans l’ordre de réception, ce qui a servi de guide pour la mise en ordre opérée par la BnF. La reliure dans un même volume et le second mouvement de foliotation sont l’œuvre de la BnF. Les lettres de Juste d’Urbin sont au nombre d’une cinquantaine, écrites entre 1847 et juin 1856, c’est-à-dire de son arrivée en Éthiopie jusqu’à la fin de son année d’exil au Caire et son arrivée à Khartoum. Nous ne disposons pas des lettres d’Antoine lui-même. Il n’a pas adjoint à ses archives les copies de ses propres lettres, comme il l’a fait pour les deux autres correspondants de ce volume.

15  Cf N. Trozzi, 1988.

16  Si le Catalogue définitif est publié en 1859, le premier travail de description de sa collection est fait pendant l’hiver 1849-1850 et c’est celui-là que Juste a en main. A. d’Abbadie, 1859, p. i.

17  Dans une lettre du 26 octobre 1853, il précise : « Je vous disais que vous pourriez ajouter à votre catalogue la grande histoire authentique des Rois et de familles Nobles et Généalogies, etc. dit ጤፉት [ṭēfut] qui se trouve sur l’ambā Gixan et il y en a aussi quelque copie à Gondar et ailleurs. » Effectivement, une copie du maṣḥafa ṭefut de l’ambā Gēšen, réalisée par le roi Iyāsu I pour une église de Gondar, est aujourd’hui connue car conservée à Londres, à la British Library, sous la cote BL Or. 481.

18  Ajout dans l’interligne supérieur. Cet ajout, comme les suivants notés entre deux //, tend à montrer que Juste d’Urbin recopie un texte qu’il a rédigé auparavant.

19 Quaesivi hunc librum et adhuc non inveni. Attamen doctor quidam mihi dixit extare, et promisit mihi quod circa tempus Paschae revertens de insulis laci Zanae mihi eum allaturus sit. Librum autem Zara Jacobi fortuito inveni, nesciebam enim eum. Sed unus ex filiis militum revertens de expeditione in Dambyam mihi proposuit si vellem emere Psalterium Davidis, ut ipse dixit, et emi hunc librum postquam cognovissem quid esset. Videram quidem duobus ab hinc annis aliud quoddam opus simile huic. Sed confusus erat liber et duobus postremis articulis carens, et nomen auctoris erat Zayaiqob ዘያዐቆብet non ያዐቆብ. Hoc autem exemplar perfectum est, et pulcherrimo stylo conscriptum, centum et quattuor paginis non parvi voluminis contentum. Quod autem vides paucis chartulis et non limato stylo me hunc librum transcripsisse eum ad te mittendi voluntas in causa fuit. Nam magnum volumen non facile transmittitur, et si atramento aethiopico eum scripsissem de humiditate timendum erat in itinere. Hinc cum ex proconsule Plauden parum atramenti europei accepissem ad eum scribendum usus sum, licet ad ornatum scriptionis aethiopicae minime sit proprium. Accipe eum ut est et memento mei quia pauper sum ego et in laboribus a juventute mea. Tu autem benidictionibus repletus es. Juxta ergo proverbium abyssinum ሀብታም፡በከብት፡ድኃ፡በጕልበትnon tibi displiceant officia mea quae non minimi momenti esse possunt in schola aethiopica. Vive et beatus esto ad multos annos. Scribebam in civitate Dabra Tabor pordie kalendas Martii MDCCCLIII (fol. 30v-31v).

20  Traduction établie par J.-B. Lebigue (IRHT, CNRS). Toutes les notes concernant la langue latine utilisée par Juste d’Urbin sont de lui. Je le remercie pour cette traduction toute en finesse et cette lecture attentive du texte.

21  Impropre : revertens au lieu de revertendo ou de cum reverserit.

22  Génitif laci vient de la Vulgate, au lieu du génitif lacus plus classique.

23  Le père Juste utilise ici la prononciation caractéristique du Bagēmder, qui préfère le Ṣ au Ṭ en début de mot.

24  Hésitation du père Juste sur l’orthographe, il semble qu’il ait d’abord écrit Jacobi puis qu’il ait réécrit l’initiale pour que l’on lise Yacobi.

25  Impropre : si au lieu de an.

26  Solécisme : subjonctif postquam cognovissem au lieu de l’indicatif postquam cognovi ou postquam cognoveram.

27  C’est le sens de présent accompli qu’il faut donner ici à est perfectum.

28  Il est probablement question ici du « style » de l’écriture plus que de la qualité littéraire du texte. En effet, quelques lignes plus bas, le P. Juste oppose le style assez grossier de sa copie au très beau style de l’original.

29  Il s’agit pourtant d’un cahier de papier.

30  Dans une lettre du 15 novembre 52, adressée à Arnauld d’Abbadie (NAF 23852, fol. 27-28), Juste d’Urbin réclame au frère d’Antoine de l’encre et se plaint de la mauvaise qualité de l’encre éthiopienne. Il dit que le consul Plowden lui donne de temps en temps de l’encre européenne.

31  ornatum.

32  Que la plume ou le support puissent être mal appropriés à tracer tel ou tel système d’écriture, passe encore, mais que l’encre pose un problème semble étrange.

33  Scribebam où on attendrait plutôt Scripsi.

34  Doctissimo Viro Antonio De Abbadia. In suburbio S. Germano in via dicta Vanneau n° 32. Parisiis.
Scriptus est hic liber in civitate Dabra Tabor AEthiopiae Mense Februario 1853, ms. 234, fol. 1. Dans son catalogue, Antoine d’Abbadie confirme que ce manuscrit lui est bien parvenu par la poste.

35  L’analyse détaillée de la fin du Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob sera présentée dans le troisième épisode.

36  Lettre du 25 octobre 1851 : « S’il vous plaira de profiter de mes travaux, je serai content de travailler pour ceux qui apprendent [sic] l’Ethiopique et pour vous qui êtes le Directeur en chef de l’Académie Ethiopique. Pour moi je ne cherche ni nom, ni gloire : je cherche à vivre en paix en travaillant selon l’ordre de Dieu in sudore vultus tui vesceris pane », ms. NAF 23852, fol. 15v. Quelques années plus tard, frappé de dépression, il va encore plus loin dans cet abandon de son autoritas au profit de la science, couplé à une très forte estime de son travail : « Quant à ma grammaire et à tout autre travail bon ou mauvais, fut-il un chef d’œuvre, je ne le publierais jamais et je ne permettrai jamais de le publier en mon nom. Vous n’avez sans doute aucun besoin de mes barbouillages éthiopiques pour vous faire connaître du monde savant et je ne vous les offrais pas dans ce but là. Parbleu est-ce que vous avez pu le soupçonner ? Je vous les offrais afin que si vous y trouviez quelque chose d’utile vous auriez pu le refaçonner à votre manière et puis le publier anonyme ou sous un nom quelconque comme de l’académie ou de l’institut ou autre société littéraire. C’est afin que mes travaux ne périssent pas avec moi qui suis très périssable ». Lettre n° 24, janvier 1854, ms. NAF 23852, fol. 49-50.

37  Correspondance en partie éditée par F. Tarducci, 1899, p. 158.

38  A. d’Abbadie, 1859, notice du ms. 216, p. 213.

39  C’est un volume factice dans lequel ont été reliés plusieurs des ouvrages de Juste d’Urbin, à savoir son dictionnaire, sa grammaire et son recueil de poésies ge‘ez. J. Simon, 1936, p. 100-101.

40  A. d’Abbadie, 1859, p. 214.

41  S. Grébaut, R. Schneider, 1952, p. iii.

42  G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 278-279 : Oltre a questo libro [les Soirées de Carthage] mi portò ancora la traduzione del libro del battesimo in due colonne, una etiopica e l’altra latina per l’uso della S. C. di Propaganda, onde sapesse pronunziare un giudizio al uopo sopra questo libro liturgico. Se Iddio l’avesse conservato in vita, questo missionario, forze meno atto per il ministero apostolico in detaglio, non avrebbe lasciato di prestare gran servizii alla Chiesa. Difatti io l’aveva già incaricato di tradurre l’intiero messale abissinese, per sottoporlo al giudizio della Chiesa ; lavoro che il P. Giusto aveva già incomminciato all’epoca del suo esilio ; ma Iddio tronco il filo di tutti questi lavori colla sua morte avvenuta in Kartum […].

43  C’est du moins ainsi que Massaja présente les choses, in G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 278. Le père Juste relate cela de façon légèrement différente, occultant le rôle de Massaja dans ce travail : « On m’a envoyé les Soirées de Carthage par Mr L’abbé Bourgade. Croyant faire une chose utile pour la religion chrétienne, je les traduis en giiz. J’ai déjà traduit six dialogues après j’en fairai [sic] écrire quelque copie pour ceux qui aiment à voir la supériorité de la religion de Jésus Christ au dessus de la religion de Mohammed », lettre à Antoine d’Abbadie, 28 octobre 1851.

44  Poésie en ge‘ez, ou qenē, de 8 ou 9 vers et maniant le double sens, l’ironie, de manière très sophistiquée.

45  Ms. BnF NAF 23852, fol. 121-122.

46  Juste a d’abord inscrit le chiffre 9, puis l’a barré deux fois pour le remplacer par le chiffre 10.

47  En avril ou mai 1855, Juste d’Urbin est arrêté par des soldats et emmené au camp d’abbā Salāmā. John Bell, conseiller de Tēwodros, intervient en sa faveur. Juste doit prêter serment de quitter l’Éthiopie et de ne jamais y revenir. Il doit payer 20 thalers pour racheter ses effets personnels aux soldats. Puis il est conduit à Gondar, enfin à Matammā. Il existe quatre versions de cette arrestation, qui diffèrent quant au contenu de la défense que Juste soutient devant le métropolite copte. Juste d’Urbin la narre deux fois, dans une lettre à Antoine d’Abbadie (NAF 23852, fol. 78-79) et dans une autre à C. Nascimbeni (F. Tarducci, 1899, p. 129-132). Voir aussi G. Massaja, 1984, p. 104, et C. Conti Rossini, 1916, p. 78.

48  Insertion en interligne supérieur.

49  « La montagne est en travail. Elle accouchera d’un rat ridicule. » Dans sa version contemporaine : « La montagne accouche d’une souris. »

50  Ils sont aujourd’hui conservés au Vatican, aux Archives historiques de la propagande de la foi, dans les fonds Congressi, Africa Centrale Etiopia, vol. 4 (1841-1847), 5 (1848-1857), et 6 (1858-1860) ; Congressi, Egitto, vol. 19 (1854-1861). Voir A. Wion, 2011. Leur description reste à faire.

51  G. Massaja, 1984, vol. 1, p. 278.

52  S. Grébaut, E. Tisserant, 1935, p. 613-614.

53  A195, A197, A202, A203, A204, A205, psautier (listé dans le A196). Le manuscrit 195 contient deux textes apocryphes, l'Ascension d'Isaïe et la Vie de Jérémie. Ce manuscrit a été analysé par P. Piovanelli, 1990.

54 Hadisāt kwellu enbala Sinodos ba-4 maṣāheft [tout le Nouveau Testament sauf le Senodos, en 4 livres], listé dans le A196.

55  « J’ai appris assez bien le ግዕዝ [ge‘ez] et je suis très content d’avoir suivi votre conseil de l’apprendre. Il m’a coûté bien de patience mais à présent se vérifie en moi le proverbe ትዕግሥትሰ፡ በጊዜሁ፡ ይከውን፡ መሪረ፡ ወድኅሬሁ፡ ይጥዕም፡ እመዓር። [La persévérance est amère en son temps, puis elle devient plus douce que le miel.] Seulement ma pauvreté ne me permet pas d’avoir beaucoup de livres. J’ai fait écrire tout le ፍትሐ፡ ነገሥት፡ [Fetḥa Nagaśt] pour 5 talaris ce qui est bon marché », lettre écrite au Goǧǧām, en septembre 1850.

56  A198, A206, A207, A208, A209, A210, A211, A214. Le manuscrit A196 est un recueil des Miracles de Marie particulièrement remarquable car il est rédigé à l’encre verte et fut commandité par une princesse royale au xviiie siècle, Walatta Giyorgis.

57  A207, A213.

58  A201.

59  A199.

60 Awda Nagaśt et Marha Ewwer, d’après la liste du A196. Il mentionne aussi la copie de l’Awda Nagaśt dans sa correspondance à Antoine, lettre du 9 mars 1852.

61  L’église est fondée par la fille de Dāwit, Del Mogasā, cf. D. Crummey, 2000.

62  Comme en témoigne un rideau donné par Iyāsu I, W. Staude, 1959.

63  Le roi Egwala Ṣeyon (1801-1818) fait reconstruire une partie de l'église.

64  Lettre du 14 juillet 1854.

65  Cf. note 35, on suppose qu’il s’agit de cet exemplaire qui lui coûta 5 thalers.

66  Sous la forme « ceci est le livre de abbā Yosṭos », መጽሐፍ፡ ዘአባ፡ ዮስጦስ።, voir les manuscrits 195, 196, 200, 203, 212 notamment.

67  Manuscrits 200, 212 et 213, et aussi Vat. Et. 165, où il signe le colophon de traduction.

68  Manuscrits 199, 203.

69  A214, Vatican Et. 165 ; Voir aussi J. Simon, 1936.

70  Par ailleurs impropre puisqu’il s’agit originellement d’un cycle lunaire de cinq cent trente-deux années, mais qui devient à partir du xixe siècle une façon commune de désigner le calendrier éthiopien depuis la naissance du Christ.

71  Cette terminologie n’est pas mentionnée dans O. Neugebauer, 1979, ou encore M. Chaîne, 1925. Étonnamment, on trouve un usage de cette terminologie dans le colophon de la Confessio Claudii: 1555 amata em-ledata egziena Iyasus Krestos. Sans entrer dans les hypothèses relatives à l’authenticité de ce document, à son origine et à cette date problématique car postérieure au décès du souverain éthiopien, peut-on penser que Juste avait une copie de la Confessio et qu’il s’en serait inspiré ? C’est possible, car celle-ci fut popularisée déjà par Hiob Ludolf et elle avait probablement dû beaucoup circuler dans les milieux érudits et missionnaires.

72  Le passage sur la « spiritualité de l’âme » se trouve au chapitre 11 : « [...] rien ne périt, tout change ; les germes impalpables des animaux et des végétaux subsistent, se développent, et perpétuent les espèces. Pourquoi ne voudriez-vous pas que Dieu conservât le principe qui vous fait agir et penser, de quelque nature qu’il puisse être ? Dieu me garde de faire un système, mais certainement il y a dans nous quelque chose qui pense et qui veut : ce quelque chose, que l’on appelait autrefois une monade, ce quelque chose est imperceptible. Dieu nous l’a donné, ou peut-être, pour parler plus juste, Dieu nous a donnés à lui. » Le texte est accessible en transcription intégrale et gratuitement sur wikisource [consulté le 7 mai 2012], et l’édition de 1775 est elle aussi numérisée et accessible sur le portail archive.org [consulté le 7 mai 2012].

73  Note au fol. 63.

74  « La solitude où je suis ici m’a contraint à l’examen ou plutôt à des hypothèses pour voir s’il y a un moyen d’être content de Dieu et de l’Univers. Car sans cela il vaudrait mieux pour moi ne pas être sorti du néant. Je n’ai pas voulu examiner d’abord s’il y a ou non un Dieu. J’ai trop d’intérêt à croire qu’il y a un Dieu et une providence. Sans cela moi-même je ne suis rien, et tout n’est rien... et je n’existe pas... et je me f. bien de tout le reste. Un Dieu est une Providence. Ce fondement posé comme un principe démontré, j’ai dû faire bien de longs examens et d’étranges hypothèses pour accorder ce Dieu et cette Providence avec l’ordre actuel de l’Univers pour en être content. Tous les vieux récits, tout en voulant faire accorder cet ordre avec cette providence ne faisaient à chaque pas que m’en rendre le désaccord plus sensible. J’ai rejeté tout, pas comme faux ou douteux, mais parce qu’il ne me contentait pas. J’ai cru voir un autre accord qui me contente et selon cet accord je ferai ma profession de foi qui sera trop longue pour être ajouter ici même en abrégé. Vous l’aurez tôt ou tard », lettre à Antoine, Pâques 1854, NAF 23852, fol. 51-54.

75  Lettre à Antoine, Pâques 1854.

76  Lettre du 18 septembre 1853 : « Que mes vœux parviennent au cœur de quelque philosophe (σοφος dans sa première et vraie acception) et qu’il ait pitié de moi qui suis un vrai philosophe (σοφω au lieu de σοφος) […] quand on ne peut pas tout dire il vaut mieux se taire. Cependant si ita est in fatis, j’écrirais consciencieusement ma vie ou Histoire de ma Pensée (les matériaux sont tout prêts) et après ma mort l’on verra si c’est moi qui doit rougir de ma misère spirituelle d’aujourd’hui ou si ce sont d’autres. »

77  Lettre du 15 septembre 1854.

78  Deux exceptions sont connues, les notes du moine Pāwlos (C. Conti Rossini, 1918) et les Miracles de Marie rédigés par le rās Sem‘on, qui relèvent en partie de l’autobiographie ou, à tout le moins, de l’écriture de soi (Getatchew Haile, 2005). Ces textes sont eux aussi connus par des copies uniques et ne sont pas cités dans d’autres textes, à l’instar des Ḥatatā. Mais aucun d’entre eux n’utilise de façon aussi extensive la première personne du singulier. Quant à la biographie, il s’agit de vies de saints rédigées par leurs disciples ou, dans une autre mesure, des vies et des actes des souverains. Ces deux genres obéissent à des critères formels précis dont le récit de Zar’a Yā‘eqob se démarque très nettement. On reviendra sur ces questions dans le deuxième temps de notre « enquête sur une enquête ».

79  Lettre de septembre 1852.

80  A. d’Abbadie, 1859, p. 212-213.

81  G. Massaja, vol. 2, p. 103-104.

82  « Je commence à me faire conscience de manger les revenus de la mission vu le peu que je fais pour elle vis à vis de mes compagnons, car je suis fait plutôt pour écrire que pour enseigner la doctrine parlée. Mes écrits éthiopiques auront sans doute leurs effets, mais il sera trop tardif », lettre de janvier 1854, NAF 23852.

83  C. Bosc-Tiessé, et A. Wion, 2010, p. 114.

84  E. Littmann, 1904, réimpr. 1961.

85  B. Turaev, 1904.

86  E. Littmann, 1904, préface p. 1.

87  E. Littmann, 1916.

88  B. Turaev, 1903. Nous n’avons pu avoir accès à l’original et cet article ne nous est connu qu’à travers une traduction française faite pour C. Sumner et communiquée par ce dernier.

89  T. Nöldeke, 1905 ; W. Weyh, 1906.

90  K. Bezold, 1907.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L'Éthiopie de Juste d'Urbin, mi-xixe siècle.
Crédits A. Wion
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Wion, « L’histoire d’un vrai faux traité philosophique (Ḥatatā Zar’a Yā‘eqob et Ḥatatā Walda Ḥeywat). Épisode 1 : Le temps de la découverte. De l’entrée en collection à l’édition scientifique (1852-1904) », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 22 février 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1063

Haut de page

Auteur

Anaïs Wion

Chargée de recherche CNRS, Centre français des études éthiopiennes (CFEE)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org