Navigation – Plan du site

L’Afrique et l’histoire des techniques. Hommage à François Sigaut

Africa and the history of techniques. Tribute to François Sigaut
Monique Chastanet

Texte intégral

1Spécialiste de l’histoire et de l’anthropologie des techniques des sociétés préindustrielles, dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation, François Sigaut (10 novembre 1940 – 2 novembre 2012) nous a quittés récemment, emporté en deux mois par un cancer, alors qu’il avait encore de nombreux travaux en chantier. Ses recherches étaient centrées sur l’Europe, mais il s’intéressait également aux autres continents, à l’Afrique en particulier. Cet intérêt était lié à sa démarche comparative et aussi à son itinéraire professionnel, puisqu’il avait commencé sa carrière en tant qu’ingénieur agronome au Niger et en Algérie. Avant de soutenir, en 1975, une thèse d’ethnologie sur L’agriculture et le feu en Europe, publiée la même année. En 1978, il intégra l’École des hautes études en sciences sociales, comme maître de conférences. Il y fut élu directeur d’études en 1991.

2L’Afrique était présente, à des degrés divers, dans plusieurs de ses publications. Notamment dans certains des ouvrages collectifs qu’il a coédités, à travers des contributions sur le Maghreb, le Sahara ou l’Afrique subsaharienne :

  • Gast, M., Sigaut, F. et al. (dir.), Les techniques de conservation des grains à long terme. Leur rôle dans la dynamique des systèmes de culture et des sociétés, Paris, CNRS Éditions, 1979, 1981 et 1985.

  • Marzouk, Y., Seignobos, C. et Sigaut, F. (éds), Outils aratoires en Afrique. Innovations, normes et traces, Paris, Karthala-IRD, 2000.

  • Barboff, M., Griffin-Kremer, C. et Sigaut, F. (éds), Meules à grains, Paris, Ibis Press-Éditions de la MSH, 2003.

  • Franconie, H., Chastanet, M. et Sigaut, F. (dir.), Couscous, boulgour et polenta. Transformer et consommer les céréales dans le monde, Paris, Karthala, 2010.

3François Sigaut s’intéressait au continent africain dans son ensemble, sans instaurer de cloisonnement a priori entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, attitude assez rare aujourd’hui encore pour être soulignée. Son parcours professionnel et son domaine de recherche, centré sur les gestes du quotidien et les itinéraires techniques, lui ont permis d’échapper à l’ancien clivage entre orientalisme et africanisme. Sans oublier sa curiosité et son ouverture d’esprit. Cette approche l’a amené à collaborer avec des collègues spécialistes de différentes régions d’Afrique.

  • 1 Voir P. Morlon, F. Sigaut, La troublante histoire de la jachère. Pratiques des cultivateurs, concep (...)

4Dans ses travaux sur l’agriculture, il a mis en avant une originalité de l’Afrique subsaharienne : l’ancienneté et la variété de l’outillage en fer et à bras – pensons aux nombreux types de houes et autres outils de labour ou de semis, qui ont évolué avec le temps –, cette ancienneté et cette variété se conjuguant, jusqu’à une période récente, à l’absence d’instruments aratoires attelés. Seule l’Éthiopie des hauts plateaux fait exception avec l’usage de l’araire, à côté de la houe. Il soulignait, à ce propos, que la culture attelée n’a pas de « supériorité intrinsèque » sur la culture à bras, mais que l’une et l’autre doivent être considérées en fonction des composantes des systèmes agraires (plantes cultivées, durée de la saison agricole, type d’élevage, etc.). L’Afrique des céréales a de même retenu son attention, qu’il s’agisse de leur cueillette ou de leur production et de leur récolte, de leur conservation, de leur mode de transformation et de consommation. François Sigaut dénonçait, de plus, l’ignorance voire le mépris des membres de l’élite et des « développeurs » à l’égard des pratiques paysannes, en Afrique comme en Europe. Son histoire de la « jachère » en France en est un exemple. Ce terme a longtemps désigné une série de labours de printemps et d’été, destinés à enfouir les mauvaises herbes et à préparer les semis de céréales d’hiver, faits à l’automne suivant. Au cours du xixe siècle, des agronomes et des propriétaires terriens, voyant dans la « jachère » une période improductive et niant le travail que représentaient ces façons culturales, ont donné à ce mot le sens de « terre en repos ou abandonnée ». Ce changement sémantique – qu’on retrouve de façon métaphorique dans le langage courant – a coïncidé avec l’apparition de nouvelles techniques agricoles, qui ont concurrencé les labours de jachère jusqu’à les faire disparaître. Au xixe siècle, c’est la notion de « terre en repos » qu’on a transposée aux régions tropicales, africaines notamment : jachères herbeuses, arbustives ou arborées qui, pendant plusieurs années, assurent une couverture du sol et son enrichissement par des matières organiques. Les jachères longues africaines et l’ancienne jachère des paysans français procèdent donc de pratiques bien différentes, mais répondent ou répondaient à un même objectif, la fertilisation des terres1.

5Associant l’étude des techniques à l’analyse des faits sociaux, François Sigaut s’inscrivait dans la lignée d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) et, surtout, d’André-Georges Haudricourt (1911-1996). À la suite de ce dernier, il concevait la technologie [comme une] science humaine, pour reprendre le titre d’un recueil d’articles qu’il avait préfacé en 1987. Aussi déplorait-il que ce domaine soit minimisé à l’heure actuelle en histoire, en anthropologie ou en géographie. Son travail se caractérisait par une dimension pluridisciplinaire et par une perspective comparative, où l’Afrique avait toute sa place, rappelons-le. C’est ainsi qu’il n’hésitait pas à rapprocher la diversité des outils agricoles d’Afrique subsaharienne de celle de l’outillage qu’utilisaient la plupart des vignerons français jusqu’à la fin du xixe siècle, outils en fer et à bras qu’on peut voir aujourd’hui dans les musées d’agriculture… Selon ses sujets de recherche, il pouvait embrasser de larges périodes, de la préhistoire à nos jours, au-delà des cadres chronologiques habituels aux historiens. Il s’attachait aussi à trouver le « mot juste », qu’il s’agisse de concepts scientifiques, de l’identification de produits et de mets, ou de la description de gestes techniques et de chaînes opératoires. Il appelait même de ses vœux, à côté de l’usage des termes vernaculaires, la mise au point d’une nomenclature de référence en technologie, comparable à celle qui existe en botanique. Par ailleurs, ses publications comme son enseignement témoignaient d’une grande culture et d’une véritable érudition.

  • 2 Sur l’historique et les appellations successives de cette revue, dont le titre est aujourd’hui JATB (...)

6François Sigaut a marqué un grand nombre d’étudiants et de chercheurs à travers les thèses qu’il a dirigées, les séminaires qu’il a animés avec différents collègues, et les colloques qu’il a contribué à organiser. Il a participé à divers comités scientifiques et comités de rédaction : on pense, entre autres, aux revues comme le JATBA2 et Techniques et Culture. Il a exercé des responsabilités dans plusieurs institutions, telles que l’Association française des musées d’agriculture, dont il avait été l’un des initiateurs au début des années 1980, ou l’Académie d’agriculture, dont il était membre depuis 2009. Quelques jours avant son décès, est paru son dernier ouvrage, Comment homo devint faber. Comment l’outil fit l’homme, Paris, CNRS Éditions. Dans cet essai, il replaçait l’« action outillée » au centre du processus d’hominisation, la considérant comme un facteur déterminant dans l’évolution cognitive et sociale de l’espèce humaine. Ses réflexions stimulantes, souvent à contre-courant, nous manquent déjà.

7On peut consulter l’hommage à François Sigaut par Sophie Archambault de Beaune, sur le site de la MAE :
http://mae.hypotheses.org/​358

8Et celui de François Hartog, sur le site de l’EHESS :
http://lettre.ehess.fr/​4817

9Sur le site de l’INRA, on trouvera une présentation de la participation de François Sigaut aux Mots de l’agronomie, comme auteur et membre du comité éditorial, les références de certaines de ses publications, et des liens vers des enregistrements récents (une intervention sur la notion de « révolution néolithique », qu’il remettait en cause, ainsi qu’une interview sur l’histoire et les fonctions des techniques de labour) :
http://mots-agronomie.inra.fr/​mots-agronomie.fr/​index.php/​François_Sigaut

10Sur le dernier ouvrage de François Sigaut, voir le site des Éditions du CNRS :
http://www.cnrseditions.fr/​ArcheologiePrehistoire/​6642-comment-homo-devint-faber-francois-sigaut.html

Haut de page

Notes

1 Voir P. Morlon, F. Sigaut, La troublante histoire de la jachère. Pratiques des cultivateurs, concepts de lettrés et enjeux sociaux, Versailles, éditions Quae, 2008.

2 Sur l’historique et les appellations successives de cette revue, dont le titre est aujourd’hui JATBA-Revue d’ethnobiologie, voir le texte de Serge Bahuchet (2009) :
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00548204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Chastanet, « L’Afrique et l’histoire des techniques. Hommage à François Sigaut », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 23 février 2013, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://afriques.revues.org/1073

Haut de page

Auteur

Monique Chastanet

Chargée de recherche CNRS, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page