Navigation – Plan du site
Repenser les sociétés du Sahel ancien : circulations et transferts

Mobilité et archéologie le long de l’arc oriental du Niger : pavements et percuteurs

Mobility and archaeology along the eastern bend of the Niger River: pottery pavements and pounders
Anne Haour

Résumés

Cet article examine le rôle de la migration en Afrique de l’Ouest, rappelant pour commencer la prévalence de traditions des premiers-arrivés et prenant l’exemple de la migration de saison sèche en zone hausa (cin rani). Le but principal est de voir dans quelle mesure ces notions tirées largement du contemporain peuvent nous assister dans l’interprétation des restes archéologiques, en particulier en prenant en compte la notion d’« espace d’expérience », une approche qui tente de situer le contexte social des activités. Deux sortes de comportement technique sont examinées : la fabrication de poteries par pilonnage sur forme concave, et l’usage de pavement de tessons de céramique. Cette discussion prend pour cas d’étude les résultats préliminaires de travaux archéologiques au nord-Bénin et propose que l’utilisation de ces deux techniques puisse servir d’indicateurs de migration.

Haut de page

Dédicace

Cet article est dédié à Mary Haour-Knipe, dont le travail sur la mobilité a amené sur le radar des organisations de santé publique beaucoup de gens jusqu’ici laissés de côté.

Notes de l’auteur

Je remercie le Conseil européen de la recherche pour son financement du projet sous forme d’un Independent Starter Grant (n° 263747). Les résultats rapportés ici sont le fruit du travail sur le terrain de Simon Agani, Mardjoua Barpougni, Carlos Magnavita, Sam Nixon, Abubakar Sule, et Ali Livingstone Smith. Je remercie Louis Champion, Paulo de Moraes Farias, Nadia Khalaf, Kevin MacDonald et Akinwumi Ogundiran pour les photos et pour de fructueuses discussions.

Texte intégral

  • 1  Voir R. Mauny, 1970 ; H.A. Gemery, J.S. Hogendorn, 1974 ; R. Austen, 1979 ; A. Haour, 2011.
  • 2  I. Kopytoff, 1987.
  • 3  D. Rain, 1999 ; O. Gosselain, 2010.
  • 4  F. Fuglestad, 1978 ; A. Haour, 2013.
  • 5  D. Anthony, 1990, 1992 ; H. Härke, 1998 ; S. Burmeister, 2000 ; C. Ashley, 2010.

1Parmi les grands thèmes intéressant les archéologues, la mobilité est une question à la fois d’une importance majeure et d’une frustrante intractabilité. La mobilité des personnes – à savoir la migration, qu’elle soit permanente ou temporaire – reste extrêmement difficile à appréhender. Même ce mouvement de personnes aussi crucial pour l’histoire de l’Afrique de l’Ouest que fut celui du commerce en esclaves trans- et intercontinental reste à être quantifié de manière satisfaisante1. Pourtant, nous savons que la mobilité était un facteur central dans l’Afrique précoloniale ; le modèle de l’African Frontier élaboré par Igor Kopytoff2 représente l’articulation théorique la mieux reconnue. Un contexte socio-historique de mobilité reste caractéristique de l’Afrique de l’Ouest moderne ; on pense par exemple aux migrations circulaires qui marquent la saison sèche dans de grandes parties du Sahel3. En outre, les traditions orales parlent très fréquemment de mobilité passée ; un phénomène récurrent en Afrique de l’Ouest est celui des « premiers arrivés » et des « second arrivés » (first-comers et late-comers4). Enfin, on constate un désir renouvelé, en archéologie, d’adresser les questions de migration5.

2Où donc les archéologues peuvent-ils en venir avec tout cela ? Le présent article examine une façon de « lire » la mobilité de manière archéologique à travers les gestes techniques, prenant pour illustration l’axe qui court le long du fleuve Niger oriental puis se divise pour traverser le Sahara. Je dois une dette ici aux travaux récents menés par des archéologues tels qu’Akin Ogundiran, Sonja Magnavita, Sam Nixon et David Mattingly, et aux importants travaux de synthèse de Paulo de Moraes Farias et Richard Kuba. Il est possible de proposer certaines catégories d’objets qui ne sont pas des denrées d’échange per se mais qui servent d’indicateur d’un mouvement de personnes à travers un transfert de comportements et de manières de faire.

Études de migration en Afrique

  • 6  I. Kopytoff, 1987, 1999.
  • 7  Voir par exemple A. Ogundiran, 2009, qui rejette la perception des zones frontières comme des zone (...)

3En archéologie, la question de la migration a longtemps été hors mode. Cela n’a pas été autant le cas dans d’autres disciplines touchant au passé africain : le modèle de l’anthropologue Igor Kopytoff relatif aux « zones frontières » est parmi ceux qui ont eu le plus d’influence globale. Kopytoff6 propose que les batailles de succession, la scission de groupes et les accusations de sorcellerie faisaient partie du canevas politique et social de l’Afrique, et obligeaient un flot continu de personnes à quitter leurs communautés pour se créer une nouvelle vie ailleurs. Certains aspects de ce modèle ont été critiqués7 mais il n’en reste pas moins un point de départ très utile. En particulier, il nous confronte à la conclusion inévitable que, dans un tel paysage, bien des individus se trouvaient de facto classés comme des étrangers. Cette situation où divers groupes hétérogènes doivent coexister pacifiquement pose des problèmes spécifiques : dans ces circonstances, un système qui pouvait codifier et reconnaître le rôle d’étranger devient un outil puissant.

  • 8  D. Anthony, 1990, 1992.
  • 9  H. Härke, 1998.
  • 10  D. Anthony, 1990.
  • 11  D. Anthony, 1990, p. 908.
  • 12  S. Burmeister, 2000.
  • 13  S. Burmeister, 2000, p. 544.
  • 14  Voir par exemple V. Černý et al., 2007 ; E. Prevedorou et al., 2010 ; S. MacEachern, en préparatio (...)
  • 15  C. Ashley, 2010.
  • 16  C. Ashley, 2010, p. 36.

4Si la migration a été peu considérée en archéologie, c’est, suggèrent des auteurs tels qu’Anthony8 ou Härke9, pour des raisons idéologiques plutôt que pragmatiques. Pour Anthony10, les archéologues ont – à tort – l’idée que la migration est un phénomène chaotique et mal cerné. La recherche dans d’autres disciplines (géographie, anthropologie sociale, démographie, statistique) a pourtant pu montrer, rappelle-t-il, que la migration est un comportement régi par certaines règles et donc susceptible d’être étudié et prédit. Les cultures ne migrent pas, mais plutôt un sous-groupe souvent étroitement défini et porté sur un but spécifique11. Il existe, propose-t-il, des régularités dans le comportement des migrants, dictées par des réalités, telles que les canaux suivis par l’information ou les voies de transport. Burmeister12, poursuivant cette idée en utilisant comme cas d’étude la colonisation de l’Amérique du Nord par les colons européens, propose que les réseaux sociaux reliant les émigrants et ceux qui restèrent à la maison allow migration to become a calculable dimension13. Tout ceci indiquerait que la migration est une question à laquelle les archéologues pourraient s’intéresser avec raison. Du reste, les données issues d’études bioarchéologiques, archéologiques ou linguistiques deviennent de plus en plus assimilées par les archéologues africanistes et offrent un important potentiel14.Ceci dit, la migration reste un thème peu examiné de façon explicite par les archéologues. Dans le contexte africain, le travail d’Ashley15 sur des sites occupés par des missionnaires au xixe siècle dans les Khwebe Hills (au nord-ouest du Botswana) représente une rare exception. Comme elle l’observe, migration is often overlooked [in archaeology], and particularly so in sub-Saharan Africa, where it often has connotations that relate it to European settlement and colonialism. However, migration is a key feature of everyday life in Africa, and recurs throughout its history, from the early migration “Out of Africa” to modern urban and economic migrants16.

  • 17  O. Gosselain, 2008.
  • 18  O. Gosselain, 2010.
  • 19  O. Gosselain, 2010.
  • 20  O. Gosselain, 2010, p. 250-251.
  • 21  O. Gosselain, 2010.

5L’archéologie n’est du reste pas la seule discipline à entretenir une relation ambiguë avec la notion de migration. On peut, par exemple, comparer deux publications du sociologue Olivier Gosselain. Proposant toutes deux la mobilité comme une stratégie adoptée de longue date par les populations sahéliennes face à un environnement où la production alimentaire peut être imprévisible, leur approche de la migration diffère de manière instructive. Le premier article17 identifie trois façons de faire face à l’incertitude : la migration saisonnière, les échanges commerciaux et la spécialisation artisanale. Le second18, en contraste, identifie la migration, sous ses différentes formes, comme une stratégie fondamentale. La migration définitive, considérée comme un phénomène extrême, ne fait pas ici l’objet d’une longue discussion. En revanche, les comportements qui visent à mettre à profit la longue période d’interruption des tâches agricoles sont maintenant regroupés sous la rubrique de la migration saisonnière. Ces façons de « manger la saison sèche » (cin rani en hausa) incluent les rôles de main-d’œuvre d’appoint et la pratique d’activités spécialisées telles que la poterie, l’enseignement coranique ou la fonte d’aluminium19. On soupçonne que l’analyse a été influencée et enrichie par une considération des « espaces d’expérience », une approche qui tente de situer le contexte social des activités20. L’espace d’expérience consiste, en deux mots, en la collection de contacts et réseaux qui influencent l’individu. L’on voit évoluer entre ces deux publications cette notion, pour en venir à inclure non seulement les endroits dans lesquels les gens mènent leur vie quotidienne, mais aussi les endroits qu’ils n’ont pas visités mais dont ils ont entendu parler. Dans l’analyse des recettes utilisées pour préparer l’argile destinée à la poterie dans le Sahel nigérien, Gosselain21 démontre le rôle central que joue la mobilité pour structurer les activités des potières – même pour les activités se déroulant à une échelle tout à fait locale. La circulation et l’évolution des manières de faire dépendent non seulement du cadre pratique mais aussi du cadre représentationnel, c’est-à-dire de l’appréciation de ce qui peut être ou doit être fait.

  • 22  O. Gosselain, 2010, p. 251.
  • 23  D. Rain, 1999, p. 4.
  • 24  M.A. Collinson et al., 2006.

6La littérature sur les migrations modernes indique en fait que les allers-retours (« migration circulaire ») sont beaucoup plus communs que les migrations permanentes engendrant une rupture des relations avec le lieu d’origine. Les migrations dans le monde rural s’effectuent généralement dans un rayon de moins d’une centaine de kilomètres, et elles tendent « à se structurer spatialement autour de réseaux de parenté, d’amitié ou d’affiliation régionale, ce qui contribue à renforcer les liens entre les zones d’émigration et d’immigration22 ». Les migrations vers les pôles urbains, souvent transnationales, sont de plus longue durée et fréquemment effectuées par des jeunes qui partent à l’aventure, mais qui tendent néanmoins à s’insérer dans des réseaux de personnes originaires des mêmes régions ou partageant une identité commune. Les réseaux prennent donc dans tous ces cas une importance primordiale. Eating the dry season requires a network of connections that spreads across space; it also requires being quick and resourceful; it requires being a good navigator, observe Rain23 dans une analyse des phénomènes de mobilité dans la région de Maradi (Sahel nigérien). Plus largement, les études des comportements adoptés par les migrants circulaires en Afrique contemporaine et ailleurs mettent en évidence une tendance à choisir une destination où les conditions sociales sont les plus favorables, ce qui inclut les endroits qui comportent déjà une population immigrée de même origine24. En résumé, avec l’exception des migrations définitives, somme toute assez rares, la mobilité paraît s’organiser autour de réseaux durables qui pourront être dans une certaine mesure prédits.

  • 25  Par exemple J. Rouch, 1956 ; A. Cohen, 1971 ; E. Schildkrout, 1978.

7Amplement attestée dans l’époque récente25, l’organisation de communautés migrantes selon des lignes identitaires a certainement des racines historiques très profondes. Ce phénomène est souvent résumé par le terme de « diaspora commerçante », mais il dissimule le fait que des échanges de différentes natures, bien au-delà du commercial, prennent place en parallèle. La notion d’espaces d’expérience et la considération des mécanismes selon lesquels les sociétés intègrent les étrangers offrent une manière aux archéologues de comprendre ces échanges. Ainsi qu’on l’a vu plus haut, la question de l’accommodation des différents groupes de nouveaux arrivants est fondamentale dans l’étude de la migration dans une perspective historique. Ici, la considération des traditions orales nous permet de l’identifier comme une préoccupation centrale.

Les premiers et les derniers

  • 26  F. Fuglestad, 1978.
  • 27  O.B. Bagodo, 1978 ; O. Walther, 2012.
  • 28  G. Ayouba, 2000 ; N. Bako-Arifari, 2000.

8Un phénomène récurrent en Afrique de l’Ouest est celui des « premiers » et des « seconds arrivés » ; les premiers arrivés sont souvent supposés avoir établi une relation privilégiée avec les esprits de la terre. Fuglestad26 présente une longue liste de sociétés ouest-africaines possédant de telles traditions. C’est aussi vrai du Dendi (zone de la vallée du Niger entre Bénin et Niger) ; là, on raconte que des conquérants, venant supposément du Songhai en déclin, supplantèrent l’autorité des chefs locaux. Ces derniers, les « fils de la terre », conservèrent néanmoins leur pouvoir sur l’administration de la terre, les ressources naturelles et les cultes animistes27. On trouve donc dans cette zone divers groupes reconnus comme étant allochtones ou autochtones, et dont les sources d’autorité – rituelle ou politique – se combinent sous différentes configurations28. Les traditions orales collectées dans le cadre du projet Crossroads of Empires dont il sera question plus bas ont continué à démontrer l’enchevêtrement de groupes politiques et ethniques sur le territoire.

  • 29  C. Lentz, 2006.
  • 30  R. Kuba, C. Lentz, 2006.
  • 31  C. Lentz, 2006, p. 9.

9Le sujet des premiers et des seconds est traité plus globalement par Lentz29 dans l’introduction d’un livre qui a pour thème les « politiques de l’appartenance30 ». L’appartenance au sol étant liée à l’identité, à l’accès aux ressources, elle représente un enjeu important. Cependant, l’analyse révèle rapidement que la définition du first-comer n’est pas sans ambiguïté31 : quel acte définit l’antériorité d’un groupe ? La découverte du site ou du village, le déboisement de l’endroit, ou la conquête ? Et quelle est l’ordre de séniorité dans les villages descendants ? La question des first-comers ne reflète en fait pas une chronologie absolue ; il s’agit plutôt d’une construction culturelle et politique. En outre, certains nouveaux arrivants profitaient de leur statut d’étranger, qu’ils maintenaient assidûment : un fait qui nuance l’idée que les premiers arrivants auraient nécessairement l’avantage.

  • 32  S. MacEachern, 1994.
  • 33  O. Gosselain, 2001, p. 106.

10La notion des first-comers est certes d’une grande utilité, mais son accent sur les pratiques foncières pose des problèmes de visibilité archéologique. Il me paraît pourtant utile de signaler simplement que ces traditions, si répandues en Afrique de l’Ouest, semblent bien indiquer que la mobilité était et reste très prévalente, et que l’accommodation de nouveaux arrivants était un souci récurrent des populations. Là où cette question rejoint les préoccupations de l’archéologie, c’est que certains de ces nouveaux arrivants auront, on le sait, été des artisans et producteurs de culture matérielle de tous genres. Parmi ceux-ci sont les technical specialists, les artisans spécialistes : forgerons, potières, sages-femmes, fossoyeurs, etc. Scott MacEachern32 propose que ces spécialistes, qui sont souvent de statut social liminal et dont les activités sont très visibles archéologiquement, ont pu être un vecteur important pour la transmission d’éléments à travers les frontières culturelles. Dans le cas spécifique des techniques de poterie, Gosselain33 suggère qu’un contexte d’endogamie stricte et le manque d’époux potentiels a obligé les potières castées à traverser les frontières ethnolinguistiques pour trouver des conjoints, et que les traditions techniques se sont donc propagées plus largement. C’est ces migrants en particulier que nous avons en tête dans le présent article. Cependant il faut d’abord « se mettre dans le bain » de l’archéologie en examinant ce que cette discipline nous a appris récemment sur la mobilité des objets, des pratiques et des personnes.

D’Oyo au Fezzan

  • 34  P.F. de Moraes Farias, 2003 ; S. Magnavita, 2009 ; S. Magnavita, 2013 ; S. Nixon, 2009 ; S. Nixon,(...)
  • 35  S. Nixon, 2009 ; S. Nixon, 2013.
  • 36  S. Magnavita, 2013.
  • 37  S. Magnavita, en préparation.

11De nouveaux travaux archéologiques sont en train de réécrire une partie de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest (figure 1). Dans les dix dernières années, plusieurs projets de recherche, dont certains sont rapportés dans le présent dossier, ont mis au jour des indications du mouvement d’objets sur de très longues distances au Ier millénaire et au tout début du IIe millénaire AD34. Par exemple, on retrouve dès le milieu du viiie siècle à Essouk-Tadmekka les indices d’échanges avec la vallée du Niger et l’Afrique du Nord35 et on note l’arrivée de produits nord-africains vers le milieu du Ier millénaire sur les sites sahéliens de Kissi et Garbey Kourou36. Kissi et Garbey Kourou sont tous deux situés sur des affluents du Niger oriental, et dans le cas de Garbey Kourou le site est associé à des traces de fonte du laiton, signifiant peut-être un échange de cet alliage contre l’or37.

Figure 1 : Carte montrant les endroits mentionnés dans le texte

Figure 1 : Carte montrant les endroits mentionnés dans le texte

Carte dessinée par Nadia Khalaf.

12Un aspect fondamentalement important de ces études est qu’elles ne considèrent pas tant le mouvement d’objets que le mouvement de pratiques. L’approche est technologique plutôt que typologique. Ces études mettent ainsi au premier plan les individus et leur mouvement vers de nouvelles régions. Le second point important – lié au premier – est le fait que ces études admettent l’existence de réseaux multiples d’échange, de consommation et de production, plutôt qu'un mouvement unidirectionnel allant des zones centrales vers les périphéries. C’est ainsi que David Mattingly et Sam Nixon nous rappellent que les habitants des oasis sahariennes étaient des transformateurs de denrées autant que des consommateurs, et que Sonja Magnavita suppose que les fondeurs sahéliens de Garbey Kourou transformaient l’or et le laiton pour satisfaire les goûts des consommateurs locaux et lointains. Archéologiquement parlant, ces approches sont prometteuses car plutôt que de devoir rechercher le seul tesson exotique ou le morceau de verre importé, nous pouvons rechercher les transformations dans la manière dont les gens ont fabriqué les objets, leur régime alimentaire ou leurs rites mortuaires. De là, nous pouvons examiner si ces changements se sont produits en raison d’un contact accru avec des communautés extérieures, impliquant un mouvement physique de personnes. Je prendrai ici deux exemples de pratiques qui ont été mises au jour par des fouilles récentes au Dendi, à la frontière du Niger et du Bénin actuels.

Les données archéologiques du Dendi

  • 38  T. Insoll, T. Shaw, 1997 ; A. Haour et al., 2006 ; A. Haour, 2007 ; R. Kuba, 2009 ; P.F. de Moraes (...)
  • 39  R. Kuba, 2009.
  • 40  P.F. de Moraes Farias, 2013.

13La perspective d’échanges le long du Niger entre Gao et les zones maintenant yoruba existe de longue date38. Kuba39 suppose que la voie commerciale reliant le pays hausa au pays ashanti, très connue au xixe siècle, avait remplacé un axe plus ancien qui longeait le fleuve, en opération peut-être au xve ou xvie siècle. Il fait remarquer, par exemple, l’usage de mots très semblables pour désigner l’or dans les populations riveraines parlant des langues de familles très différentes (tamasheq, songhai, gurma, dendi, boo, baatonu et yoruba). De Moraes Farias40 fait également observer les convergences dans les narratives semi-mythiques et les rituels le long du fleuve.

14Le projet Crossroads of Empires, sous l’égide du Conseil européen de la recherche, vise à avancer ces questions. La mobilité des personnes, l’échange d’idées et de savoir-faire, dans le contexte des évolutions des formations politiques précoloniales, sont des thèmes au cœur du projet dont la zone de recherches est la vallée du Niger, à l’extrême nord du territoire béninois. Le but de base est l’inventaire du potentiel archéologique d’une région jusqu’ici peu étudiée. Sur le plan thématique, les questions centrales sont : comment les entités politiques que l’on connaît par les sources historiques (songhai, borgou, kebbi…) peuvent-elles être appréhendées matériellement ? Est-ce que l’impact de ces formations politiques a modifié la manière dont travaillaient les artisans spécialisés (potières, forgerons…) sous l’effet de nouvelles modes ou de nouveaux contacts ?

  • 41  A. Haour et al., 2011 ; A. Haour, 2012 ; S. Nixon, A. Haour, 2012.

15Deux missions ont jusqu’ici été conduites par le projet, dont les volets archéologiques ont inclus la fouille, les prospections et les études géophysiques et géoarchéologiques. Celles-ci ont permis de mettre au jour les restes d’un site d’habitat important juste au sud du village actuel de Birnin Lafiya, avec des restes architecturaux notables et une longue stratigraphie41. En outre, les enquêtes ont révélé la richesse historique de la région et la complexité des courants migratoires ; il apparaît d’ores et déjà que l’histoire de la région a également été celle des grands empires ouest-africains.

16Le site de Birnin Lafiya se présente sous forme d’un monticule peu élevé, d’une taille de plus de 50 hectares. Lors de la campagne de 2011, deux sondages ont été effectués sur le site, qui ont permis de faire une première description du matériel céramique, de situer la période d’occupation et de mettre au jour dans le sondage II trois pavements de céramique. La campagne 2012 a vu le travail se poursuivre à Birnin Lafiya, à la fois amplifiant l’ancien sondage II et ouvrant quatre nouvelles unités. Sept sondages, de dimensions variées, ont donc été jusqu’à présent effectués sur le site. Nous disposons maintenant de quatorze dates, s’échelonnant entre AD 340 et 1300 environ (figure 2 et tableau 1).

Figure 2 : Dates C14 provenant de Birnin Lafiya

Figure 2 : Dates C14 provenant de Birnin Lafiya

Calibré avec Oxcal 4.2.

Tableau 1 : Dates C14 provenant de Birnin Lafiya

  • 42  Calibration effectuée par radiocarbon.com (Beta Analytic, Miami, Floride, USA). Voir http://www.ra (...)

Date RC

Date calibrée à 2 sigma42

Remarques sur le contexte

R
É
C
E
N
T

Beta 305218

740 ± 40 bp

Cal AD 1220 - 1300

Sondage II.
Possible trou de poteau coupant Pavement 2

Beta 321055

850 ± 30 bp

Cal AD 1160 - 1260

Sondage VI

Beta 320517

880 ± 30 bp

Cal AD 1040 - 1100, Cal AD 1120 - 1140, Cal AD 1150 - 1220

Sondage III, contexte 9.
Amoncellement de débris au-dessus du Pavement 2

Beta 320521

900 ± 30 bp

Cal AD 1030 - 1220

Sondage V

Beta 320522

920 ± 30 bp

Cal AD 1030 - 1190, Cal AD 1200 - 1210

Sondage V

M
O
Y
E
N

Beta 320519

1210 ±
30 bp

Cal AD 710 - 750,
Cal AD 770 - 890

Sondage IV.
Associée à deux poteries encastrées, à environ 90 cm de fond

Beta 321056

1160 ±
30 bp

Cal AD 780 - 900,
Cal AD 910 - 970

Sondage VI

Beta 305219

1260 ±
30 bp

Cal AD 670 - 810

Sondage I

Beta 321054

1270 ±
30 bp

Cal AD 670 - 780,
Cal AD 790 - 800

Sondage VII

Beta 305221

1300 ±
30 bp

Cal AD 660 - 770

Sondage I

Beta 305220

1420 ±
30 bp

Cal AD 600 - 660

Sondage I

Beta 305217

1350 ±
30 bp

Cal AD 640 - 690

Sondage I

A
N
C
I
E
N

Beta 320520

1540 ±
30 bp

Cal AD 430 - 600

Sondage IV

Beta 320518

1650 ±
30 bp

Cal AD 340 - 430

Sondage IV.
Strate noire bien définie dans une fosse

17Pour faciliter la discussion, on peut répartir ces dates en trois groupes : ancien (pré-AD 600 ; deux dates), moyen (AD 600-1000 ; sept dates) et récent (AD 1000-1300 ; cinq dates). La discussion qui suit illustre ce que l’on sait du développement du site en se concentrant sur les résultats provenant des sondages III et IV.

18La date la plus ancienne provient d’une strate noire bien définie dans une fosse à quelque 200 centimètres de fond dans le sondage IV. Ce sondage de 1 x 2 mètres a exposé une série très complexe de fosses et de perturbations, s’entrecoupant sur une épaisseur de plus de 2 mètres. Deux autres dates (Beta 320520 et 320519), toutes deux aussi du Ier millénaire, proviennent de ce sondage, la seconde associée à deux poteries encastrées. Même si le haut de cette séquence stratigraphique a été tronqué, elle offre, dans l’état actuel des recherches, le témoin le plus complet de l’occupation du site. En confirmation, on retrouve ailleurs sur le site des traces d’occupation qui ont été datées des mêmes périodes.

19Quant au groupe de cinq dates les plus récentes, tombant entre 1000 et 1300 environ après calibration, deux sont d’intérêt particulier (Beta 320517 et 305218), car elles se rapportent à un pavement de tessons, « Pavement 2 ». La fouille en 2012 de ce sondage III (5 x 5 mètres) a en effet permis de mettre au jour trois niveaux de pavements de céramique et une architecture de banco et de plâtre, dans certains cas décorée de tessons. Un pavement fragmentaire de tessons décorés était visible en surface (Pavement 1 ; figure 3) ; deux autres, superposés (Pavement 2 et, au-dessous, Pavement 3), avaient déjà été très partiellement mis au jour en 2011. Tous ces pavements étaient constitués de tessons posés à plat.

Figure 3 : Pavement 1, Birnin Lafiya, 2012

Figure 3 : Pavement 1, Birnin Lafiya, 2012

L’échelle manque, mais les chaussures sont de pointure 44 (L = 28 cm).

Photo Alexandre Livingstone Smith.

20En 2012, nous avons exposé davantage le Pavement 2 non décoré et les structures qui y étaient associées. Le travail s’est donc porté sur une épaisseur d’environ 30 centimètres, un remblai brun, dur et lardé de tessons, fréquemment interrompu par des amoncellements de fragments de terre cuite ou de petites surfaces de mosaïques de tessons. À la fin du travail (figure 4), une aire assez importante du Pavement 2 s’est trouvée exposée ; ailleurs, le sol consistait en argile damée, de couleur rouge/violet. Un mur en arc, plâtré, était interrompu par une sorte de seuil décoré de tessons et rejoignait un muret dont la surface sommitale était elle aussi ornée de tessons. À l’écart de cela se trouvait une structure circulaire en terre cuite, un disque de quelque 10 centimètres de hauteur, d’utilisation inconnue. Finalement, les traces de plusieurs probables trous de poteau furent retrouvées avec des charbons assez abondants. Dans l’état actuel des recherches, il semble que cette structure a été détruite, possiblement par le feu, ensuite de quoi le site fut remblayé et nivelé, et le Pavement 1 construit. Il est prévu de continuer la fouille de ce niveau de destruction en 2013. Il faut aussi noter que nous avons retrouvé un pavement semblable dans un sondage effectué à quelque 50 kilomètres en amont, sur le site de Pékinga.

Figure 4 : SIII en fin de fouille 2012, 19 février 2012

Figure 4 : SIII en fin de fouille 2012, 19 février 2012

Photo Paul Adderley et Sam Nixon.

21Les charbons datés proviennent de deux positions spatialement très proches – un amoncellement de débris au-dessus du pavement (Beta 320517) et un possible trou de poteau coupant ledit pavement (Beta 305218). Il n’est pas exclu que ces deux activités aient fait partie d’un même épisode de remaniement architectural, et les deux dates qui, prises ensemble, couvrent la période du milieu du xie siècle à la fin du xive, se recouvrent au tout début du xiiie. Les trois autres dates du groupe « récent » proviennent des sondages V et VI, qui représentent tous deux des accumulations de rebuts (en majorité de la céramique dans une matrice cendreuse). L’impression est d’une activité considérable dans la phase AD 1000-1300.

Pavements et percuteurs

  • 43  A. Ogunfolakan, 2009, p. 81.
  • 44  Voir par exemple A. Ogundiran, 2000 ; A. Ogunfolakan, 2009 ; A. Usman, 2009.

22Les pavements de tessons de poterie restent un phénomène mal compris. Ceux d’Ife sont les mieux connus. Appelés pavements de type Luwo d’après le nom de la reine qui les aurait, la première, employés, ces pavements cover almost the entire town of Ile-Ife43. Les pavements restent une source classique pour l’« archéologie yorouba » et forment la base de certaines périodisations de la zone44. Ces pavements de type Ife sont constitués de tessons posés sur chant, soit en zigzag soit en rangées (figure 5). Ils sont donc très différents en construction et en esthétique de ceux que l’on a jusqu’ici retrouvés à Birnin Lafiya et Pékinga.

Figure 5 : Pavement de tessons, près d’Olokun Grove, Ile-Ife, 2012

Figure 5 : Pavement de tessons, près d’Olokun Grove, Ile-Ife, 2012

Photo Akin Ogundiran.

  • 45  G. Connah, 1981, fig. 7.2., 8.1. bas.
  • 46  D. Gronenborn, 1997.
  • 47  N. Nzewunwa, 1989, p. 94-106.
  • 48  N. David, 1968, 1970. Et au Mali dans la région de Dia, R. Bedaux et al., 2005, fig. 3.2.8.3, 10.1 (...)
  • 49  D. Keita, 2005.
  • 50  Z.R. Dmochowski, 1990, 3.13.
  • 51  A.J. Priddy, 1970.
  • 52  A. Aguigah, 1996.
  • 53  A. Ogunfolakan, 2009.

23En réalité, les pavements en céramique sont un phénomène relativement étendu géographiquement en Afrique de l’Ouest. Archéologiquement, ils sont connus au Borno à Daima45 et Kursakata46 ; au Togo, Bénin et Tchad, et au Nigeria dans la zone de Bussa47 ; au Nord-Cameroun dans la zone de Garoua48 et à Jenné-Jeno (figures 6 et 7). Ceux que l’on a pu dater appartiennent à diverses périodes du milieu du Ier millénaire AD et du début du IIe, avec l’exception d’un possible pavement au fond du sondage K à Dia, plus ancien à 2400bp49. Du point de vue ethnographique, les pavements sont décrits dans quelque détail par Dmochowski50 pour Nupe, où de tels sols sont les plus sophistiqués dans les entrées (katambas) et impliquent la sélection adroite de fragments de poterie et de cailloutis ; ils sont mentionnés par Priddy51 dans la région de Yelwa et surtout étudiés par Aguigah52 au Togo, et Ogunfolakan53 au Togo et Nigeria.

Figure 6 : Pavement de tessons, Jenné-jeno (Mali), Unité WFL, Feature 41, en 1981. Phase III tardive (approx. AD 700-900)

Figure 6 : Pavement de tessons, Jenné-jeno (Mali), Unité WFL, Feature 41, en 1981. Phase III tardive (approx. AD 700-900)

Ce pavement semble combiner des tessons taillés et non taillés.

Source : UCL Thurstan Shaw Collection

Figure 7 : Tondodi, Mali. Pavement de tessons en érosion, surface d’abandon

Figure 7 : Tondodi, Mali. Pavement de tessons en érosion, surface d’abandon

Ce pavement n’est pas daté mais la base de la poterie associée est probablement contemporain de la phase III tardive de Jenné-jeno (MacDonald pers. comm.).

Photo Kevin C. MacDonald.

  • 54  N. Nzewunwa, 1989.
  • 55  N. Nzewunwa, 1989, fig. 3.
  • 56  N. David, 1968.

24L’article synthétique de Nzewunwa54 examine les pavements de tessons ainsi que d’autres matériaux, tels que cailloutis ou pierres, et observe leur prédominance en Afrique de l’Ouest et leur variabilité. Cette variabilité peut, il convient de le noter, se retrouver sur un même site ou même un seul sondage, comme c’est le cas à Ulaira, dans la zone de Bussa au Nigeria, où un sondage traversa neuf pavements sur 3 mètres de stratigraphie, avec des combinaisons des tessons, cailloutis, quartz, os/coquillages et pierres55, ou à Nassarao I dans la zone de Garoua au Cameroun56.

  • 57  G. Connah, 1972, p. 27.
  • 58  A. Ogunfolakan, 2009, p. 94.
  • 59  G. Connah, 1981.
  • 60  N. Nzewunwa, 1989, p. 108.

25Cette variabilité peut surprendre, cette fréquence peut-être moins. On repense au commentaire de Graham Connah qui, décrivant les pavements de tessons qu’il trouvait à Benin City au Nigeria, résistait à la tentation de les lier à ceux d’Ife : Lest diffusionist fancies overtake us, it is perhaps worth remarking that these pavements do comprise a fairly obvious solution to the problem of converting an earth floor into a more durable living surface, using one of the most widely available of materials in Iron Age Africa, namely, broken pottery57. Ceci dit, on peut considérer les pavements de poterie comme indiquant des interactions ou migrations lorsque la parenté stylistique est très proche. C’est le raisonnement fait par exemple par Ogunfolakan58 qui identifie au nord-est de la zone yoruba actuelle des pavements qui, comme ceux d’Ife à 35 kilomètres au sud-ouest, sont arrangés en zigzag et ont un pot en leur centre. Les liens entre les deux régions sont aussi indiqués par une parenté stylistique dans leurs poteries et par les sources historiques. Les pavements de tessons posés de chant ne sont pas limités à Ife ; ils sont par exemple retrouvés à Daima59 sans, en revanche, y être associés avec une poterie enterrée. De manière converse, une fonction rituelle est envisagée pour l’un des pavements retrouvés à Ulaira, consistant de pierrailles, quartz et tessons, et sous lequel se trouvaient des poteries rituelles renversées et percées à la base60. Il est ainsi possible de différencier certains sous-groupes parmi un seul groupe esthétique ou technologique.

  • 61  N. Nzewunwa, 1989.
  • 62  D.A. Breternitz, 1968 ; description des pavements dans N. Nzewunwa, 1989, p. 94.
  • 63  A.J. Priddy, 1970, p. 21.
  • 64  N. David, 1968, 1970.

26Les pavements rencontrés à Birnin Lafiya sont totalement différents du type le plus fréquemment décrit. Les tessons y furent posés à plat, parfois apparemment concassés in situ. La zone de Bussa, maintenant inondée par le barrage de Kainji, semble très importante du point de vue comparatif. Elle n’est qu’à 250 kilomètres de Birnin Lafiya, et des pavements du genre de celui de Birnin Lafiya y furent retrouvés. Il s’agit entre autres du Pavement M dans le sondage II à Ulaira61, de six pavements à Old Warra (BS68/8) (possibly an old Nupe village62), et enfin de pavements au site RS 63/32, près de Yelwa, décrits comme étant of potsherds laid flat and trampled in63. Enfin, ce même type de pavement est aussi brièvement rapporté aux sites de Bé et Nassarao I au Cameroun64 et, à en juger par la photo (figure 7), existe à Tondibi au Mali.

  • 65  N. Nzewunwa, 1989, p. 99.
  • 66  N. Nzewunwa, 1989, p. 99.
  • 67  A. Ogunfolokan, 2009, p. 84.

27Pour Nzewunwa65, commentant sur les données extraites du site d’Ulaira, le pavement de tessons posés à plat représente l’« option budget », chronologiquement postérieure aux pavements complexes employant par exemple des cercles concentriques de tessons ou de pierres rouges et noires. L’utilisation de tessons aurait permis la réutilisation du rebut des ateliers de poterie pour arriver au même résultat fonctionnel que les pierrailles, mais à moindre coût66. J’admets volontiers que ces tessons venaient d’un recyclage, mais il faut supposer, étant donné le volume nécessaire pour la construction de ces pavements, qu’il s’agissait d’une stratégie prévue à l’avance, pas d’une réutilisation ad hoc. Un autre élément est soulevé par Ogunfolokan67 qui, à la base d’observations faites près de Notsé au Togo, associe les pavements de tessons posés à plat avec des matrices sableuses, et ceux posés de chant avec une matrice argileuse. Ce raisonnement paraît tout à fait crédible, et il sera certainement intéressant de voir si, dans les futures saisons de terrain de notre projet, durant lesquelles des sondages seront effectués dans de nombreux autres sites, nous aurons l’occasion de retrouver des pavements d’autres types que ceux vus jusqu’ici à Birnin Lafiya et Pékinga.

  • 68  G. Connah, 1981.
  • 69  D. Gronenborn, 1997.
  • 70  G. Connah, 1981, p. 149.

28D’autres points, méthodologiques, peuvent également être faits. L’examen de la photographie d’un pavement en érosion à Tondodi, Mali (figure 7), fait penser que les concentrations extrêmement denses de tessons de céramique observées dans certaines parties du site de Birnin Lafiya, et un peu plus au nord dans les cuvettes d’érosion de la rivière Mékrou, peuvent représenter des pavements en érosion. Il faut aussi garder à l’esprit que l’occurrence de tessons à tranche usée peut être le témoin non pas de leur usage comme outil mais peut-être, suivant Connah68 et Gronenborn69, de l’existence d’anciens pavements formés de tessons posés de chant. Une approche quantitative, telle que celle employée par Connah70 à Daima, permettra d’identifier de tels pavements démantelés. Le pavement extrait à Daima fournit 2 168 tessons, dont près de 31 % étaient usés ou taillés ; une petite fosse un peu plus bas, qui était remplie presque entièrement de tessons, fournit 1 234 tessons dont 49 % étaient taillés ou usés. Il paraît raisonnable de supposer, comme le fait d’ailleurs Connah, que cette fosse contenait les restes d’un pavement détruit.

  • 71  A. Aguigah, 1996, p. 4-5.

29Les pavements de tessons s’offrent donc comme une source potentielle d’informations sur le mouvement de personnes et les contacts. À la base de renseignements ethnographiques au Togo, Aguigah71 fit l’observation que, même si la pose de pavements n’exigeait pas de spécialisation particulière, les artisans étaient sollicités loin de chez eux, donnant lieu à d’incessants déplacements. Il semble ici s’agir de spécialistes itinérants, dans un contexte de mobilité circulaire.

  • 72  O. Gosselain, 2001 ; A. Livingstone-Smith, 2007, p. 208 ; O. Langlois, 2009, p. 342.

30L’archéologie pourra aussi éclairer les connections le long du Niger oriental à travers les techniques de poterie, plus spécifiquement par la technique de façonnage du pilonnage sur forme concave. Cette technique implique la mise en forme des poteries par l’usage d’un percuteur en argile ou en pierre, au-dessus d’une concavité dans le sol. L’avantage de cette technique du point de vue archéologique est que les percuteurs et les impressions de la natte souvent employée pour recouvrir la concavité peuvent être retrouvés dans des contextes archéologiques. En outre, dans certaines régions, cette technique semble associée aux technical specialists endogames72.

  • 73  A. Mayor, 2011, fig. 4.

31Mayor73 a fait l’inventaire des différentes variations de cette méthode sur une vaste zone de l’Afrique de l’Ouest. Elle propose que la technique ait pu atteindre la boucle du Niger, à partir du Nord-Est du Burkina Faso, sous l’impulsion des expansions songhai. Elle se serait transmise le long du fleuve Niger, atteignant Gao, par exemple, au vie siècle. Le modèle de Mayor est encore spéculatif – en particulier, il se produisit plusieurs changements de support ou de percuteur au cours de cette possible migration. En outre, il est impossible de dire pour le moment si ce sont les artisans, les objets ou les savoirs techniques qui migraient. Cependant, ceci reste une avenue à creuser dans nos travaux au Dendi. Nous avons recueilli à Birnin Lafiya et dans la région plus large plusieurs percuteurs de poterie et certains tessons montrant des traces de pilonnage, permettant d’affirmer que la technique était certainement utilisée (figure 8).

Figure 8 : Percuteur provenant de la surface du site de Birnin Lafiya (SF 73)

Figure 8 : Percuteur provenant de la surface du site de Birnin Lafiya (SF 73)

Photo Louis Champion.

32Les pavements et les percuteurs offrent ainsi deux exemples de matériel archéologique permettant d’interroger la question de la migration d’artisans. De par leur nature, ces deux comportements techniques impliquent une acquisition de savoirs qui semble possible seulement à travers un apprentissage rapproché. La présence de tels restes matériels offre donc une indication d’un mouvement de personnes.

Conclusion

33La considération des techniques, plutôt que la simple approche typologique, nous permet de différencier les mouvements d’objets des mouvements de personnes. Les pavements et les percuteurs dont il a été question ici témoignent d’un mouvement des artisans eux-mêmes ; une autre source d’information pourrait être le transfert de nouvelles plantes et de pratiques culinaires. Les recherches effectuées à Birnin Lafiya (Bénin) nous permettent à plusieurs titres de postuler des connections externes. La mobilité, et en particulier la mobilité circulaire, semble avoir dans le passé, comme dans le présent, constitué une dimension routinière des systèmes de production, et l’archéologie est idéalement adaptée pour étudier cette question.

Haut de page

Bibliographie

Aguigah, A., 1996, « Approche ethnoarchéologique : survivance d’une technique ancienne d’aménagement de sol chez les Kabiyè au Nord-Togo », communication au VIIe colloque de l’Association ouest-africaine d’archéologie (novembre 1996, Ibadan).

Anthony, D., 1990, « Migration in archaeology: The baby and the bathwater », American Anthropologist, 92 (4), p. 895-914.

Anthony, D., 1992, « The bath refilled: Migration in archaeology again », American Anthropologist, 94 (1), p. 174-176.

Ashley, C., 2010, « Migration, missionaries and contact: Recent archaeological research in the Khwebe Hills, Botswana », Archaeology International, 12, p. 36-41. URL : http://dx.doi.org/10.5334/ai.1209, page consultée le 10 décembre 2012.

Austen, R., 1979, « The trans-Saharan slave trade: a tentative census », in H.A. Gemery, J.S. Hogendorn (éds), The Uncommon Market: Essays in the Economic History of the Atlantic Slave trade, Londres et New York, Academic Press, p. 23-75.

Ayouba, G., 2000, « La question de l’établissement des populations songhay-dendi en pays tchanga : cas de Garou et de Madikali », in Celtho, Actes du colloque international sur Migrations et Peuplement dans l’aire culturelle songhay-zarma-dendi, Niamey, Éditions du Celtho, p. 101-111.

Bagodo, O.B., 1978, Le royaume Borgu Wasangari de Nikki dans la première moitié du 19e siècle : essai d’histoire politique, Mémoire de maîtrise, Cotonou, Université nationale du Bénin, faculté des lettres, arts et sciences humaines.

Bako-Arifari, N., 2000, « Migrations et peuplement dendi au nord-est du Bénin et dans le sud-est du Niger : approches anthropo-historiques », in Celtho, Actes du colloque international sur Migrations et Peuplement dans l’aire culturelle songhay-zarma-dendi, Niamey, Éditions du Celtho, p. 113-146.

Bedaux, R., Polet, J., Sanogo, K., Schmidt, A. (éds), 2005, Recherches archéologiques à Dia dans le delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, (Mededelingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde 33), Leyde, cnws Publications.

Breternitz, D.A., 1968, « Interim report of the university of Colorado-Kainji rescue archaeology project 1968 », West African Archaeological Newsletter, 10, p. 30-42.

Burmeister, S., 2000, « Archaeology and migration – approaches to an archaeological proof of migration », Current Anthropology, 41 (4), p. 539-567.

Černý, V., Salas, A., Hájek, M. et al., 2007, « A bidirectional corridor in the Sahel-Sudan belt and the distinctive features of the Chad Basin populations: A history revealed by the mitochondrial DNA genome », Annals of Human Genetics, 71, p. 433-452.

Cohen, A., 1971, « Cultural strategies in the organisation of trading diasporas », in C. Meillassoux (éd.), The development of indigenous trade and markets in West Africa, Londres, Oxford University Press, p. 266-281.

Collinson, M.A., Tollman, S.M., Kahn, K., Clark, S.J. et Garenne, M., 2006, « Highly prevalent circular migration: households, mobility and economic status in rural South Africa », in M. Tienda, S. Findley, S. Tollman, E. Preston-Whyte (éds), Africa on the move – African migration and urbanisation in comparative perspective, Johannesburg, Wits University Press, p. 194-216.

Connah, G., 1972, « Archaeology in Benin », Journal of African History, vol. 13, n° 1, p. 25-38.

Connah, G., 1981, Three Thousand Years in Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

David, N., 1968, « Reconnaissance in Cameroun », West African Archaeological Newsletter, 10, p. 24-26.

David, N., 1970, « A preliminary report on the Iron Age mound at Bé, North Cameroons », West African Archaeological Newsletter, 12, p. 69-70.

Dmochowski, Z.R., 1990, An Introduction to Nigerian Traditional Architecture. Vol. 2 : South-West and Central Nigeria, Londres, Ethnographica in association with the National Commission for Museums and Monuments.

Fuglestad, F., 1978, « A reconsideration of Hausa history before the Jihad », Journal of African History, 19, p. 319-339.

Gemery, H.A., Hogendorn, J.S., 1974, « The Atlantic slave trade: a tentative economic model », Journal of African History, 15, p. 223-246.

Gosselain, O., 2001, « Globalizing local pottery studies », in S. Beyries, P. Pétrequin, « Ethno-Archaeology and its Transfers », papers from a session held at the European Association of Archaeologists Fifth Annual Meeting in Bournemouth 1999, British Archaeological Reports, S983, p. 95-111.

Gosselain, O., 2008, « Thoughts and adjustments in the potter’s backyard » in I. Berg (éd.), Breaking the Mould: Challenging the Past through Pottery, Oxford, BAR International Series 1861, p. 67-79.

Gosselain, O., 2010, « De l’art d’accommoder les pâtes et de s’accommoder d’autrui au sud du Niger. Espaces sociaux et échelles d’analyse au Niger », in C. Mane, F. Convertini, D. Binder, I. Senepart (éds), Premières sociétés paysannes de la Méditerranée orientale. Structure des productions céramiques, Paris, Mémoire 51 de la Société préhistorique française, p. 249-263.

Gronenborn, D., 1997, Architectural Remains, [en ligne] URL : http://www-stud.rbi.informatik.uni-frankfurt.de/~sfb268/c7/fir_fr.htm (page consultée le 10 décembre 2012).

Haour, A., 2007, Rulers, Warriors, Traders and Clerics: the Central Sahel and the North Sea, Oxford, Oxford University Press.

Haour, A., 2011, « The early medieval slave trade of the central Sahel: archaeological and historical considerations », in P. Lane, K. MacDonald (éds), Comparative Dimensions of Slavery in Africa: Archaeology and Memory, Proceedings of the British Academy (168), Oxford, Open University Press/British Academy, p. 61-78.

Haour, A., 2012, « Crafts and Crafters along the Niger-Benin Border », communication présentée à la Society of Africanist Archaeologists, University of Toronto, Canada, 20-23 juin 2012.

Haour, A., 2013, Outsiders and Strangers – an Archaeology of Liminality in West Africa, Oxford, Oxford University Press.

Haour, A., Banni Guene, O., Gosselain, O., Livingstone Smith, A. et N’Dah, D., 2011, « Survey along the Niger River Valley at the Benin-Niger border, Winter 2011 », Nyame Akuma, 76, p.  23-32.

Haour, A., Winton, V., Idé, O., Rendell, H. et Clarke, M., 2006, « The project Sahel 2004: The archaeological sequence in the parc W, Niger », Journal of African Archaeology, 4 (2), p. 299-315.

Härke, H., 1998, « Archaeologists and migrations – a problem of attitude? », Current Anthropology, 39 (1), p. 19-46.

Insoll, T., Shaw, T., 1997, « Gao and Igbo-Ukwu: Beads, interregional trade, and beyond », African Archaeological Review, 14 (1), p. 9-23.

Keita, D., 2005, « Sondage K », in R. Bedaux, J. Polet, K. Sanogo, A. Schmidt (éds), Recherches archéologiques à Dia dans le Delta intérieur du Niger (Mali) : bilan des saisons de fouilles 1998-2003, (Mededelingen van het Rijksmuseum voor Volkenkunde 33), Leyde, cnws Publications, p. 81-86.

Kopytoff, I., 1987, « The internal African frontier: the making of African political culture », in I. Kopytoff (éd.), The African Frontier: the Reproduction of Traditional African Societies, Bloomington et Indianapolis, Indiana University Press, p. 3-84.

Kopytoff, I., 1999, « Permutations in patrimonialism and populism: the Aghem chiefdoms of Western Cameroon », in S. McIntosh (éd.), Beyond Chiefdoms: Pathways to Complexity in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, p. 88-96.

Kuba, R., Lentz, C. (éds), 2006, Land and the Politics of Belonging in Africa, Leyde, Brill.

Kuba, R., 2009, “Cultural Contacts between the Savannah and the Forest: Trade along the Eastern Niger”, in S. Magnavita, L. Koté, P. Breunig, O.A. I (éds), Crossroads / Carrefour Sahel, Francfort-sur-le-Main, Africa Magna Verlag, p. 147-156.

Langlois, O., 2009, « Aux origines de l’endogamie des forgerons dans les monts Mandara (Nord-Cameroun) : mythes, hypothèses historiques et arguments matériels », Journal des africanistes, 79 (2), p. 334-383.

Lentz, C., 2006, « Land rights and the politics of belonging in Africa: an introduction », in R. Kuba, C. Lentz (éds), Land and the Politics of Belonging in Africa, Leyde, Brill, p. 1-34.

Livingstone-Smith, A., 2007, « Histoire du décor à la roulette en Afrique subsaharienne », Journal of African Archaeology, 5 (2), p. 189-216.

MacEachern, S., 1994, « “Symbolic reservoirs” and inter-group relations: West African examples », African Archaeological Review, 12, p. 205-224.

MacEachern, S., en préparation, « Africanist and diaspora archaeology and archaeogenetics: opportunities and challenges », in M. Davies, A. Haour, P. Lane, K. MacDonald, P. Mitchell, J. Phillips, L. Smith et S. Taha (éds), Connections, Contributions and Complexity: Africa’s later Holocene archaeology in global perspective(en préparation).

Magnavita, S., 2009, « Sahelian crossroads: Some aspects on the Iron Age sites of Kissi, Burkina Faso », in S. Magnavita, L. Koté, P. Breunig, O.A. Idé (éds), Crossroads / Carrefour Sahel, Francfort-sur-le-Main, Africa Magna Verlag, p. 79-104.

Magnavita, S., 2013, « Initial Encounters: Seeking traces of ancient trade connections between West Africa and the wider world », Afriques [En ligne], 04 | 2013. URL : http://afriques.revues.org/1145

Magnavita, S., en préparation, « The archaeology of trans-Saharan contact: the Eastern Niger bend », in M. Davies, A. Haour, P. Lane, K. MacDonald, P. Mitchell, J. Phillips, L. Smith et S. Taha (éds), Connections, Contributions and Complexity: Africa’s Later Holocene Archaeology in Global Perspective (en préparation).

Mattingly, D., en préparation, « Trans-Saharan connectivity and the Garamantes of Southern Libya », in M. Davies, A. Haour, P. Lane, K. MacDonald, P. Mitchell, J. Phillips, L. Smith et S. Taha (éds), Connections, Contributions and Complexity: Africa’s later Holocene archaeology in global perspective (en préparation).

Mauny, R., 1970, Les siècles obscurs de l’Afrique noire. Histoire et archéologie, Paris, Fayard.

Mayor, A., 2011, « Impressions de vanneries et technique du martelage sur forme concave : anthropologie et histoire d’une technique dans la boucle du Niger », Azania: Archaeological Research in Africa, 46 (1), p. 88-109.

Moraes Farias, P. F. de, 2003, Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali: Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuāreg History, Oxford, Oxford University Press for The British Academy.

Moraes Farias, P. F. de, 2013, « Bentyia (Kukyia): a Songhay–Mande meeting point, and a “missing link” in the archaeology of the West African diasporas of traders, warriors, praise-singers, and clerics », Afriques [En ligne], 04 | 2013. URL : http://afriques.revues.org/1174

Nixon, S., 2009, « Excavating Essouk-Tadmakka (Mali): new archaeological investigations of Early Islamic trans-Saharan trade », Azania: Archaeological Research in Africa, 44 (2), p. 217-255.

Nixon, S., Haour, A., 2012, « Potsherd Pavements and Associated Structures from First and Second Millenium AD sites in Northern Benin », communication présentée aux African Archaeological Research Days, University of Southampton UK, 3-4 novembre 2012.

Nixon, S., 2013, « Tadmekka. Archéologie d’une ville caravanière des premiers temps du commerce transsaharien », Afriques [En ligne], 04 | 2013, URL : http://afriques.revues.org/1237

Nzewunwa, N., 1989, « Prehistoric pavements in West Africa », West African Journal of Archaeology, 19, p. 93-116.

Ogundiran, A., 2000, « Potsherd pavements in Ilare-Ijesa, Yorubaland: a regional perspective », Nyame Akuma, 53, p. 35-41.

Ogundiran, A., 2009, « Frontier migrations and cultural transformations in the Yoruba hinterland, ca. 1575-1700: the case of Upper Osun », in T. Falola, A. Usman (éds), Movements, Borders, and Identities in Africa, Rochester, University of Rochester Press, p. 37-52.

Ogunfolakan, A., 2009, « Settlement strategies, ceramic use, and factors of change among the people of Northeast Osun state, Nigeria », in T. Falola, A. Usman (éds), Movements, Borders, and Identities in Africa, Rochester, University of Rochester Press, p. 81-98.

Prevedorou, E., Díaz-Zorita Bonilla, M., Romero, A. et al., 2010, « Residential mobility and dental decoration in Early Medieval Spain: Results from the eighth-century site of Plaza del Castillo, Pamplona », Dental Anthropology, 23 (2), p. 42-52.

Priddy, A.J., 1970, « RS 63/32: an Iron Age site near Yelwa, Sokoto province: preliminary report », West African Archaeological Newsletter, 12, p. 20-32.

Rain, D., 1999, Eaters of the dry season: circular labor migration in the West African Sahel, Boulder, Westview Press.

Rouch, J., 1956, « Migrations au Ghana », Journal des africanistes, 26, p. 33-196.

Schildkrout, E., 1978, People of the Zongo: the Transformation of Ethnic Identities in Ghana, Cambridge, Cambridge University Press.

Usman, A., 2009, « Precolonial regional migration and settlement abandonment in Yorubaland, Nigeria », in T. Falola, A. Usman (éds), Movements, Borders, and Identities in Africa, Rochester, University of Rochester Press, p. 99-125.

Walther, O., 2012, « Sons of the soil and conquerors who came on foot: The historical evolution of a West African border region », African Studies Quarterly, 13 (1-2), p. 75-92.

Willett, F., 1960, « Ife and its archaeology », Journal of African History, 1 (2), p. 231-248.

Wilson, A., 2012, « Saharan trade in the Roman period: short-, medium- and long-distance trade networks », Azania: Archaeological Research in Africa, 47 (4), p. 409-449.

Haut de page

Notes

1  Voir R. Mauny, 1970 ; H.A. Gemery, J.S. Hogendorn, 1974 ; R. Austen, 1979 ; A. Haour, 2011.

2  I. Kopytoff, 1987.

3  D. Rain, 1999 ; O. Gosselain, 2010.

4  F. Fuglestad, 1978 ; A. Haour, 2013.

5  D. Anthony, 1990, 1992 ; H. Härke, 1998 ; S. Burmeister, 2000 ; C. Ashley, 2010.

6  I. Kopytoff, 1987, 1999.

7  Voir par exemple A. Ogundiran, 2009, qui rejette la perception des zones frontières comme des zones passives.

8  D. Anthony, 1990, 1992.

9  H. Härke, 1998.

10  D. Anthony, 1990.

11  D. Anthony, 1990, p. 908.

12  S. Burmeister, 2000.

13  S. Burmeister, 2000, p. 544.

14  Voir par exemple V. Černý et al., 2007 ; E. Prevedorou et al., 2010 ; S. MacEachern, en préparation.

15  C. Ashley, 2010.

16  C. Ashley, 2010, p. 36.

17  O. Gosselain, 2008.

18  O. Gosselain, 2010.

19  O. Gosselain, 2010.

20  O. Gosselain, 2010, p. 250-251.

21  O. Gosselain, 2010.

22  O. Gosselain, 2010, p. 251.

23  D. Rain, 1999, p. 4.

24  M.A. Collinson et al., 2006.

25  Par exemple J. Rouch, 1956 ; A. Cohen, 1971 ; E. Schildkrout, 1978.

26  F. Fuglestad, 1978.

27  O.B. Bagodo, 1978 ; O. Walther, 2012.

28  G. Ayouba, 2000 ; N. Bako-Arifari, 2000.

29  C. Lentz, 2006.

30  R. Kuba, C. Lentz, 2006.

31  C. Lentz, 2006, p. 9.

32  S. MacEachern, 1994.

33  O. Gosselain, 2001, p. 106.

34  P.F. de Moraes Farias, 2003 ; S. Magnavita, 2009 ; S. Magnavita, 2013 ; S. Nixon, 2009 ; S. Nixon, 2013 ; D. Mattingly, en préparation ; A. Wilson, 2012.

35  S. Nixon, 2009 ; S. Nixon, 2013.

36  S. Magnavita, 2013.

37  S. Magnavita, en préparation.

38  T. Insoll, T. Shaw, 1997 ; A. Haour et al., 2006 ; A. Haour, 2007 ; R. Kuba, 2009 ; P.F. de Moraes Farias, 2013.

39  R. Kuba, 2009.

40  P.F. de Moraes Farias, 2013.

41  A. Haour et al., 2011 ; A. Haour, 2012 ; S. Nixon, A. Haour, 2012.

42  Calibration effectuée par radiocarbon.com (Beta Analytic, Miami, Floride, USA). Voir http://www.radiocarbon.com/calendar-calibration-carbon-dating.htm pour les références.

43  A. Ogunfolakan, 2009, p. 81.

44  Voir par exemple A. Ogundiran, 2000 ; A. Ogunfolakan, 2009 ; A. Usman, 2009.

45  G. Connah, 1981, fig. 7.2., 8.1. bas.

46  D. Gronenborn, 1997.

47  N. Nzewunwa, 1989, p. 94-106.

48  N. David, 1968, 1970. Et au Mali dans la région de Dia, R. Bedaux et al., 2005, fig. 3.2.8.3, 10.1.4, annexe 5A-1.

49  D. Keita, 2005.

50  Z.R. Dmochowski, 1990, 3.13.

51  A.J. Priddy, 1970.

52  A. Aguigah, 1996.

53  A. Ogunfolakan, 2009.

54  N. Nzewunwa, 1989.

55  N. Nzewunwa, 1989, fig. 3.

56  N. David, 1968.

57  G. Connah, 1972, p. 27.

58  A. Ogunfolakan, 2009, p. 94.

59  G. Connah, 1981.

60  N. Nzewunwa, 1989, p. 108.

61  N. Nzewunwa, 1989.

62  D.A. Breternitz, 1968 ; description des pavements dans N. Nzewunwa, 1989, p. 94.

63  A.J. Priddy, 1970, p. 21.

64  N. David, 1968, 1970.

65  N. Nzewunwa, 1989, p. 99.

66  N. Nzewunwa, 1989, p. 99.

67  A. Ogunfolokan, 2009, p. 84.

68  G. Connah, 1981.

69  D. Gronenborn, 1997.

70  G. Connah, 1981, p. 149.

71  A. Aguigah, 1996, p. 4-5.

72  O. Gosselain, 2001 ; A. Livingstone-Smith, 2007, p. 208 ; O. Langlois, 2009, p. 342.

73  A. Mayor, 2011, fig. 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte montrant les endroits mentionnés dans le texte
Crédits Carte dessinée par Nadia Khalaf.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 : Dates C14 provenant de Birnin Lafiya
Crédits Calibré avec Oxcal 4.2.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-2.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 3 : Pavement 1, Birnin Lafiya, 2012
Légende L’échelle manque, mais les chaussures sont de pointure 44 (L = 28 cm).
Crédits Photo Alexandre Livingstone Smith.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 4 : SIII en fin de fouille 2012, 19 février 2012
Crédits Photo Paul Adderley et Sam Nixon.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 : Pavement de tessons, près d’Olokun Grove, Ile-Ife, 2012
Crédits Photo Akin Ogundiran.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 6 : Pavement de tessons, Jenné-jeno (Mali), Unité WFL, Feature 41, en 1981. Phase III tardive (approx. AD 700-900)
Légende Ce pavement semble combiner des tessons taillés et non taillés.
Crédits Source : UCL Thurstan Shaw Collection
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 7 : Tondodi, Mali. Pavement de tessons en érosion, surface d’abandon
Légende Ce pavement n’est pas daté mais la base de la poterie associée est probablement contemporain de la phase III tardive de Jenné-jeno (MacDonald pers. comm.).
Crédits Photo Kevin C. MacDonald.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 8 : Percuteur provenant de la surface du site de Birnin Lafiya (SF 73)
Crédits Photo Louis Champion.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1134/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Haour, « Mobilité et archéologie le long de l’arc oriental du Niger : pavements et percuteurs », Afriques [En ligne], 04 | 2013, mis en ligne le 28 mai 2013, consulté le 23 février 2017. URL : http://afriques.revues.org/1134 ; DOI : 10.4000/afriques.1134

Haut de page

Auteur

Anne Haour

Reader, Sainsbury Research Unit (SRU), University of East Anglia

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org