Navigation – Plan du site
Revisiter les textes

Le royaume d’Uri (Darfour) et la Cyrénaïque. Expansion d’un État sahélien jusqu’au rivage méditerranéen

The Kingdom of Uri (Darfur) and Cyrenaica. Expansion of a Sahelian state to the Mediterranean shore
Jean Boulègue

Entrées d’index

Géographique :

Darfour, Tripoli, Waday
Haut de page

Notes de la rédaction

Jean Boulègue travaillait encore à l’achèvement de cet article lorsqu’il nous fut si brusquement enlevé dans la nuit du 13 au 14 mars 2011. Contacté par téléphone quelques jours avant son décès, Jean regrettait de ne pas s’être suffisamment remis de sa dernière opération pour pouvoir se déplacer à la Bibliothèque nationale et effectuer les dernières vérifications qu’il jugeait nécessaires. Bien que l’article n’ait pu être complété, le comité de rédaction a choisi de le publier en l’état plutôt que d’essayer de combler les dernières lacunes dont Jean seul avait connaissance. Sous la forme concise si caractéristique de sa méthode et de son style, Jean Boulègue parvient ici à extraire des renseignements inattendus d’un texte par ailleurs bien connu. Mettant en application la finesse d’analyse et la clarté d’exposition qu’il avait à cœur de transmettre à ses étudiants, l’historien révèle les rouages d’un commerce à longue distance qui relie la côte guinéenne, les rivages libyens de la Méditerranée et, à travers le Darfour, l’extrémité orientale de la bande soudano-sahélienne. Au-delà de sa contribution à l’histoire du Sahel ancien – entendu dans son extension la plus ample –, c’est donc une dernière leçon de méthode et de précision que Jean nous prodigue ici.

Texte intégral

1On sait que les grands États sahéliens ont, à des degrés divers, étendu leur souveraineté sur des portions du Sahara afin de s’en assurer les ressources minérales (sel, alun, cuivre) et d’en contrôler les routes de commerce les reliant à l’Afrique septentrionale. Le Mali, à Walata, contrôlait les mouvements des caravanes. Le Songay possédait les mines de sel de Teghaza. Le Kanem-Bornou, dont la souveraineté s’étendait sur les oasis du Kawar et du Fezzan, contrôlait l’axe Tchad-Méditerranée jusqu’aux portes de la Tripolitaine.

  • 1  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 299-350.
  • 2  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 320-322.

2Grâce à la redécouverte, par Dierk Lange et Silvio Berthoud, du géographe italien Giovanni Lorenzo Anania, il apparaît qu’un degré de plus a été franchi, à la fin du xvie siècle, par un royaume sahélien sis aux confins du Tchad et du Soudan actuels1. L’ouvrage d’Anania, L’Universale fabrica del mondo, a connu quatre éditions : en 1573, 1575, 1582 et 1596. La base est très largement empruntée à Abulféda, Barros, Da Mosto, Marmol et surtout Léon l’Africain, mais les deuxième et troisième éditions (la quatrième étant identique à la troisième) comportent des modifications dues à des informations nouvelles, contemporaines de l’auteur. L’une d’entre elles concerne la Cyrénaïque2. La manière méticuleuse avec laquelle Anania introduit ses ajouts plaide fortement en faveur de leur crédibilité.

3Dans la première édition, la Cyrénaïque est évoquée au sein d’une énumération rapide de lieux situés sur la côte septentrionale :

Sur les plages de Barbarie […] on rencontre Mondibarca […] ainsi appelée d’après la ville de Barca, sa capitale, et Guadames, puis Fizan […]

4L’édition de 1575 étoffe ses indications avec des données d’ordre économique et politique :

Sur les plages de Barbarie […] on rencontre Mondibarca […] ainsi appelée d’après la ville de Barca, sa capitale, et Guadames, ville de grand trafic grâce à l’abondance de grana paradisi qui y est apportée par les marchands, et Barca cité principale (comme il a été dit), avec un fleuve au pied de ses murs, où maintenant réside un cadi dépendant du pacha de Tripoli.

5Le pacha de Tripoli était le représentant du pouvoir ottoman, établi à Tripoli par l’amiral Turgut Reis (Dragut pour les Occidentaux) en 1551. La mainmise du pacha de Tripoli sur la Cyrénaïque était dans la logique de l’expansion ottomane. Elle a pu se produire entre 1573 et 1575, mais peut-être aussi un peu plus tôt car les nouvelles ne sont peut-être pas parvenues immédiatement à Anania.

6L’édition de 1582 complète la précédente et, surtout, elle modifie l’information sur la situation politique :

  • 3  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 320-323.

Sur les plages de Barbarie […] on rencontre Mondibarca […] ainsi appelée d’après la ville de Barca, sa capitale, dont le trafic en cette région est notoire. Et Guadames, ville de grand trafic grâce à l’abondance de grana paradisi qui y est apportée par les marchands, et Barca, cité principale (comme il a été dit) avec un fleuve au pied de ses murs, ou maintenant réside un roi tributaire de celui d’Uri3.

7L’édition de 1582 efface donc la mention signalant la dépendance de Barca envers le pacha de Tripoli pour y substituer une phrase selon laquelle Barca dépendait désormais du roi d’Uri. Le changement de souveraineté semble s’être appuyé sur des forces locales puisque le nouveau détenteur du pouvoir, sous l’autorité du roi d’Uri, est lui-même qualifié de roi.

  • 4  A. J. Arkell, 1946.
  • 5  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 338-341.

8La ville d’Uri était située dans le Nord du Darfour actuel où ses ruines subsistent encore4. Elle était connue d’Anania dont les informations sur le Soudan sont dues à des voyageurs italiens qu’il cite à plusieurs reprises, notamment Vicenzo Matteo, « marchand de Raguse qui a demeuré en toutes ces régions pendant sept ans, essayant de passer chez le prêtre Jean, ce qu’il n’a pu faire5 ». Elle était alors à la tête d’un vaste royaume qu’Anania présente en insistant sur sa composition ethnique :

  • 6  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 342-345.

Puis vient Uri, ville très importante, dont le prince se nomme Nina, c’est-à-dire empereur. Les royaumes voisins lui obéissent, soit Aule, Zurla, dont on parle plus haut, Sagava, Memmi, Musulat, Morga, Saccae et Dagio6.

9Sur les huit noms de royaumes cités, qui sont en fait des ethnonymes, quatre sont identifiables, renvoyant à des noms actuellement portés par des populations qui se trouvent aussi bien au Waday (Ouadaï) qu’au Darfour : les Zaghawa, les Mimi, les Massalit et les Dajo. Le texte d’Anania laisse donc entrevoir l’existence d’un État qui regroupait les territoires des futurs royaumes du Darfour et du Waday, dont les structures politiques sont restées très proches.

  • 7  Principalement Nachtigal et Barth. R.S. O’Fahey a étudié cette chronologie en comparant l’ensemble (...)

10Les sources orales confirment cette donnée7. Elles concordent sur l’existence, antérieure à la séparation des royaumes du Darfour et du Waday, d’une vaste entité politique englobant ces deux territoires, dominée par une dynastie de l’ethnie tunjur. La chronologie que l’on peut reconstituer à l’aide de celles des dynasties qui lui ont succédé, dans le Darfour et le Waday, situe aux xve et xvie siècles cet État tunjur.

11La montée en puissance du royaume d’Uri doit être mise en rapport avec la part de plus en plus importante prise par l’Égypte et l’Empire ottoman dans les échanges, particulièrement le commerce de l’or, entre l’Afrique soudanaise et le monde méditerranéen.

  • 8  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 344-345.

Ce grand prince, puisqu’il est l’allié des Turcs, est très puissant. Il est fourni en armes par des marchands du Caire qui y accourent pour la quantité d’or qui s’y trouve. Le prince ne veut pas que cet or soit dépensé dans son pays, afin que les gens ne deviennent, par avarice, cupides d’un tel métal, et qu’il ne vienne à manquer pour les échanges, et puis que les marchands finissent par ne plus venir, mais il veut qu’ils utilisent les échanges des choses8.

  • 9  R. Mauny, 1961, p. 435-437.

12L’or de la Volta, principale région productrice à partir du xve siècle, était acheminé vers Jenné à l’ouest et vers Kano à l’est. La seconde destination l’emporta sur la première. Après Kano, l’or pouvait être expédié vers l’Égypte par le Kanem ou par le royaume d’Uri. Le Darfour était bien placé sur la « piste des quarante jours » qui aboutissait au Nil9.

  • 10  Cette épice est constituée par les graines de deux espèces de plantes herbacées vivaces, Afromomum (...)
  • 11  Ils l’achetaient au moins dès le xiiie siècle en Tripolitaine et au xive siècle à Alexandrie. À pa (...)
  • 12  Le réseau des Wangara, commerçants d’origine mandingue, couvrait tout l’Ouest africain.

13Il semble, comme le montre le texte d’Anania, qu’à la fin du xvie siècle la Cyrénaïque soit devenue particulièrement attractive grâce à une nouvelle marchandise, une épice, la grana paradisi, appelée malaguette ou maniguette, ou encore « poivre de Guinée »10. On remarquera que, dans le passage qu’il consacre à la Cyrénaïque, Anania ne mentionne pas l’or, qu’il place au contraire au cœur des rapports entre Uri et les Turcs. En Cyrénaïque, la malaguette était probablement, en grande partie, revendue aux Européens qui en étaient très demandeurs11. Si  le commerce de l’or était florissant à Uri, celui de la malaguette l’était à Barca. Le trajet intra-soudanais de cette épice, produite dans les régions humides de la côte de Guinée, pouvait être assuré par les mêmes réseaux commerciaux que ceux de l’or12. Pour le trajet transsaharien, la question a dû alors se poser à Uri d’une liaison directe et contrôlée par ce royaume (la piste Tchad – Méditerranée étant contrôlée par le Kanem-Bornou).

14L’hypothèse se pose alors de l’utilisation de l’axe passant par l’oasis de Koufra. Il s’agit d’une piste difficile qui n’a jamais été empruntée de manière permanente. On sait qu’elle a été mise en service au début du xixe siècle par le sultan du Waday, Saboun. L’entreprise fut grevée par de lourdes pertes en chameaux, mais elle se révéla finalement rentable. L’auteur de l’information met l’accent sur le fait que :

  • 13 M. Émerit, 1954, p. 45.

Ici ce ne sont pas les blancs qui vont aux noirs. Ce sont les noirs soudanais qui, cherchant un débouché pour leurs produits, ont affronté les plus grands dangers, les plus terribles fatigues pour atteindre la côte septentrionale13.

Haut de page

Bibliographie

Arkell, A.J., 1946, « Darfur Antiquities III: The ruined town of Uri in Northern Darfur », Sudan Notes and Records, 27, p. 185-201.

Émerit, M., 1954, « Les liaisons terrestres entre le Soudan et l’Afrique du Nord au 18e et au début du 19e siècle », Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, XI, 1, p. 29-47.

O’Fahey, R.S., 2008, The Darfur Sultanate: a history, Londres, Hurst.

Lange, D., Berthoud, S., 1972, « L’intérieur de l’Afrique occidentale d’après Giovanni Lorenzo Anania (xvie siècle) », Cahiers d’histoire mondiale, 14 (2), p. 299-350.

Magalhães-Godinho, V., 1969, L’économie de l’empire portugais aux xve et xvie siècles, Paris, SEVPEN.

Mauny, R., 1961, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie, Dakar, Sénégal, Portugal, Institut français d’Afrique noire [Mémoires de l’Institut français d’Afrique noire, 61].

Haut de page

Notes

1  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 299-350.

2  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 320-322.

3  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 320-323.

4  A. J. Arkell, 1946.

5  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 338-341.

6  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 342-345.

7  Principalement Nachtigal et Barth. R.S. O’Fahey a étudié cette chronologie en comparant l’ensemble des sources orales (R.S. O’Fahey, 2008, p. 21-40).

8  D. Lange, S. Berthoud, 1972, p. 344-345.

9  R. Mauny, 1961, p. 435-437.

10  Cette épice est constituée par les graines de deux espèces de plantes herbacées vivaces, Afromomum melegueta et Afromomum granum-paradisi.

11  Ils l’achetaient au moins dès le xiiie siècle en Tripolitaine et au xive siècle à Alexandrie. À partir du xve siècle, les Portugais l’achetaient directement sur les côtes du golfe de Guinée. Mais on voit ici que, contrairement à des déductions trop rapides, le commerce atlantique n’avait pas tari les échanges au niveau de l’Afrique septentrionale. Voir V. Magalhães-Godinho, 1969, p. 537-547, et R. Mauny, 1961, p. 249-250.

12  Le réseau des Wangara, commerçants d’origine mandingue, couvrait tout l’Ouest africain.

13 M. Émerit, 1954, p. 45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Boulègue, « Le royaume d’Uri (Darfour) et la Cyrénaïque. Expansion d’un État sahélien jusqu’au rivage méditerranéen », Afriques [En ligne], 04 | 2013, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://afriques.revues.org/1190 ; DOI : 10.4000/afriques.1190

Haut de page

Auteur

Jean Boulègue

Professeur honoraire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org