Navigation – Plan du site
Approches historiques et archéologiques des festins

Le festin dahoméen. Femmes du palais, politiques internes et pratiques culinaires en Afrique de l’Ouest au XVIIIe-XIXe siècle

The Dahomean Feast: Palace Women, Internal Politics, & Culinary Practices in Atlantic West Africa (18th-19th centuries)
J. Cameron Monroe et Anneke Janzen

Résumés

Le festin est un élément central de l’exercice du pouvoir, utilisé partout par les élites des sociétés dites complexes. Dans le Dahomey précolonial, aujourd’hui inclus dans la République du Bénin, les fêtes publiques organisées entre le xviie et le xixe siècle étaient au cœur des stratégies mises en œuvre par le pouvoir royal pour étendre sa clientèle. Des fouilles menées dans les zones privées des palais royaux dahoméens ont permis la mise au jour de différents assemblages fauniques et céramiques qui peuvent être interprétés pour certains comme des restes de repas festifs ritualisés, et pour d’autres comme des restes de repas quotidiens ordinaires. Les festins laisseraient donc une « signature archéologique ». Dans le cas des palais dahoméens, les auteurs suggèrent qu’une interprétation fine de ces assemblages archéologiques, à la lumière de la documentation historique, met en évidence l’existence de fêtes privées, qui sont autant de stratégies politiques mises en œuvre dans les coulisses du pouvoir. Ils proposent, plus particulièrement, une réflexion sur les stratégies déployées par les épouses royales pour renforcer leur influence, durant des périodes de transition et d’incertitude politiques notamment.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Dahomey
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  D. Eltis et al., 1999.
  • 2  G. Connah, 2001 ; C.D. Forde, P.M. Kaberry, 1967 ; R. Law, 1977b, 1991 ; T.C. McCaskie, 1995 ; I. (...)
  • 3 E. Bay, 1983, 1998 ; K. Kelly, 1997a, b ; J.C. Monroe, 2010b, 2014 ; H.J. Nast, 1996, 2005 ; A. Ogu (...)
  • 4 K. Kelly, 1997a, b ; N.L. Norman, 2009, 2010, 2012 ; A. Ogundiran, 2002b, 2012 ; F. Richard, 2012 ; (...)

1Dans la seconde moitié du xviie siècle, au moment où le commerce à longue distance commence à être dominé par la traite transatlantique des esclaves, des transformations politiques profondes se produisent en Afrique de l’Ouest, avec pour résultat l’apparition d’un réseau complexe d’États unissant l’intérieur et la zone côtière selon des modalités nouvelles1. De nombreuses études ont permis de préciser la nature de ces changements d’un point de vue macropolitique et de comprendre comment le pouvoir était structuré et organisé au sein de ces différents États centralisés2. Des études plus poussées des pratiques du pouvoir politique dans cette région, focalisées en particulier sur des contextes plus quotidiens, ont également permis de caractériser les manières les plus subtiles selon lesquelles le pouvoir a pu s’établir et se faire accepter3. Ce faisant, elles mettent en exergue la façon dont la production et la consommation d’une grande diversité de biens matériels locaux et exotiques ont façonné les pratiques de pouvoir en Afrique de l’Ouest4.

  • 5 A. Akinjogbin, 1967 ; E. Bay, 1998 ; S. Diamond, 1951 ; M.J. Herskovits, 1938 ; R. Law, 1991 ; P. M (...)

2Cette étude examine la matérialité des pouvoirs politiques dans le royaume du Dahomey (situé dans l’actuelle République du Bénin), l’un des acteurs principaux de la traite transatlantique des esclaves et un exemple souvent cité de ces États centralisés fondés vers la fin du xviie siècle dans le golfe de Guinée5. Dans le royaume du Dahomey, les festins publics au sein des concessions royales ont constitué une composante essentielle de la stratégie du pouvoir royal pour attirer et s’attacher des alliés politiques entre les xviie et xixe siècles, période de profonde transformation dans le golfe du Bénin. Les fouilles archéologiques au sein des quartiers domestiques de plusieurs palais royaux dahoméens ont livré des ensembles mobiliers caractérisés par différents assemblages d’artefacts importés, de restes de faune et de poteries produites localement qui correspondent à la fois à la consommation ritualisée d’aliments par les épouses royales et aux pratiques culinaires royales quotidiennes. Dans cet article, les données matérielles issues de la fouille de deux contextes sont mobilisées pour tenter d’établir les « signatures archéologiques » des différents contextes de consommation d’aliments dans les palais dahoméens et suggérer l’existence de festins privés organisés par les femmes du palais pour renforcer leur pouvoir au sein des milieux domestiques royaux. L’analyse qui suit a également pour objectif de contextualiser la consommation de marchandises originaires des mondes atlantiques, acquises par le biais de la traite des esclaves, et de la rattacher aux pratiques locales du pouvoir, mises en œuvre par les élites.

Pouvoir, politique et festins

  • 6 R.M. Adams, 1966 ; K. Flannery, 1972 ; J. Haas, 1982 ; A.W. Johnson, T.K. Earle, 2000 ; F.T. Plog, (...)
  • 7 T.K. Earle, 1977, 1987, 1991 ; K. Kristiansen, 1991 ; T.D. Price, G.M. Feinman, 1995.
  • 8  G. Stein, 1998.
  • 9  A.T. Smith, 2011.

3Pendant près d’un siècle, les approches archéologiques du pouvoir et du politique se sont appliquées à expliquer comment et pourquoi les premiers États centralisés avaient émergé. Les archéologues du milieu du xxsiècle ont mis en lumière le rôle fonctionnel des institutions politiques centralisées, une approche qui a engendré une série de « modèles managériaux » pour expliquer les origines de l’État dans les temps préhistoriques. Ces modèles arguaient que les premiers États s’étaient développés comme une réponse adaptative à une série de problèmes écologiques et sociaux6. Dans le dernier quart du xxe siècle, cependant, les archéologues ont relancé la réflexion sur la nature des premiers États, suggérant que la centralisation politique avait été marquée par la création d’institutions permettant de contrôler diverses sphères d’interactions sociales7. L’attention des chercheurs, jusqu’alors quasi exclusivement centrée sur l’intégration politique comme une réponse adaptative à des tensions socio-environnementales, s’est tournée vers l’analyse des inégalités politiques et de la hiérarchisation sociale8. Le pouvoir et les stratégies mises en œuvre pour l’obtenir sont devenus des thèmes phares pour une approche archéologique de la complexité sociale et de l’État à l’échelle globale, provoquant un basculement intellectuel, de l’étude des structures macropolitiques à celle des manifestations micropolitiques au quotidien9.

  • 10  G. Connah, 2001 ; S.K. McIntosh, 1999 ; J.C. Monroe, 2013b ; J.C. Monroe, A. Ogundiran, 2012 ; A.B (...)
  • 11 C.L. Crumley, 1995 ; S.K. McIntosh, 1999.
  • 12 I. Kopytoff, 1999 ; A. Southall, 1988 ; J. Vansina, 1999.
  • 13 J. Guyer 1995 ; J.I. Guyer, S.M. EnoBelinga, 1995.
  • 14 J. Fleisher, S. Wynne-Jones, 2010 ; P. Robertshaw, 2010 ; D. Schoenbrun, 1999 ; A.B. Stahl, 2004b.
  • 15 J.C. Monroe, 2013b.

4L’Afrique occupe une place de plus en plus importante dans cette discussion10. De fait, les sociétés africaines ont montré l’existence de voies « hétérarchiques » vers la complexité sociale, lorsque des institutions politiques décentralisées résistent au développement de formes hiérarchiques d’organisation sociale ou du moins le restreignent11. Les chercheurs ont ainsi exploré la façon dont l’autorité politique, dans de nombreuses sociétés africaines, oscillait entre deux pôles idéologiques, le premier accentuant les pouvoirs des souverains et des dynasties royales, et le second cherchant à diminuer la tendance expansionniste des élites en favorisant le développement des groupes corporatifs12. Dans le second cas, des formes trop exclusives de pouvoir sont contrebalancées par diverses formes d’associations qui servent de contre-pouvoir. Les dirigeants redistribuent richesses et services pour attirer des clients et accumuler les relations de dépendance, une stratégie politique que Guyer et Belinga nomment wealth in people (« richesse en hommes ») et qui repose plutôt sur la capacité de « composer une palette » de personnes, de savoirs et de savoir-faire que sur l’« accumulation » in fine de richesses et de ressources matérielles, afin d’assurer leur promotion13. Les africanistes ont ainsi distingué le pouvoir « instrumental », c’est-à-dire la possibilité d’accéder au pouvoir grâce au contrôle établi sur les actions humaines, et le pouvoir « créatif », qui prend sa source dans les pratiques symboliques et rituelles14. Ce sont des pôles alternatifs de gravité autour desquels les processus de stratification sociale et de centralisation politique se sont cristallisés par le passé15.

  • 16 S. Alpern, 1995 ; D. Eltis, L.C. Jennings, 1988 ; J.E. Inikori, 2001 ; J.E. Inikori et al., 1992 ; (...)
  • 17 C. DECORSE, S. SPIERS, 2009 ; K. Kelly, 1997a ; J.C. Monroe, 2010b, 2011, 2014 ; J.C. Monroe, A. Og (...)

5Ces nouvelles perspectives ont rapidement transformé notre compréhension de l’étendue des formes de stratégies de pouvoir observées dans les contextes historiques africains. Cependant, les aspects micropolitiques de la vie quotidienne dans les États africains restent difficiles à cerner et à définir. L’Afrique de l’Ouest, dans la période du commerce atlantique (xvie-xixe siècle), offre justement un contexte idéal à l’exploration de ce sujet. Sur plus d’une génération, la recherche historique a examiné l’impact des révolutions commerciales provoquées par l’ouverture de la traite atlantique sur l’économie ouest-africaine, révélant la corrélation entre l’arrivée de nouvelles marchandises et les transformations régionales, culturelles et politiques16. L’archéologie a par ailleurs permis des avancées certaines dans l’analyse des fonctions sociales des produits commerciaux importés, ainsi que des transformations des pratiques matérielles en Afrique de l’Ouest pendant cette période, en mettant au jour les contextes sociaux spécifiques dans lesquels ces produits étaient échangés, utilisés et exposés à différents niveaux de la hiérarchie sociale17.

  • 18  Voir aussi J. Fleisher, 2010, pour un exemple est-africain, et N.L. Norman, 2010.

6Les archéologues ont ainsi contribué à révéler comment les marchandises importées, à la fois mobilisées pour l’exposition publique de leur pouvoir par l’élite et incorporées dans des environnements quotidiens, plus privés, ont été adoptées et transformées de manière créative par les Africains. Les artefacts importés étaient montrés et consommés aux côtés d’une grande diversité d’objets locaux, souvent lors de festins publics organisés de manière à étendre le pouvoir des factions et des dynasties politiques. L’analyse archéologique des festins et des festivités peut de ce fait proposer un point de vue émique sur la nature des stratégies micropolitiques mises en œuvre durant la période du commerce atlantique18.

  • 19 M. Dietler, 1990, 1996, 2001 ; B. Hayden, 1990, 1996.
  • 20 M. Dietler, 2001, p. 65.
  • 21 M. Dietler, 2001, p. 77.

7Les festins sont des événements publics dans lesquels les valeurs sociales sont réaffirmées, les identités politiques matérialisées, et les idéologies culturelles reproduites19. De fait, les anthropologues ont depuis longtemps manifesté un vif intérêt pour ces festins perçus comme un aspect fondamental de la vie politique et sociale. Ils sont généralement caractérisés par la consommation de grandes quantités de nourriture et de boisson, et se distinguent des repas quotidiens sur différents plans. Michael Dietler définit les festins comme des « formes d’activité rituelle impliquant la consommation communautaire de nourriture et de boisson20 ». De tels événements sont ritualisés, non pas dans le sens qu’ils impliquent toujours des activités hautement élaborées ou sacrées, mais dans le fait qu’ils sont symboliquement marqués (de manière matérielle, temporelle ou spatiale) comme distincts des repas quotidiens. Ce qui est important, c’est que les festins produisent des contextes dans lesquels les gens marquent à la fois leur appartenance à un groupe et leurs différences sociales au sein de ce groupe. De fait, les festins unissent en même temps qu’ils divisent les groupes sociaux21, un double processus qui définit les trajectoires politiques de façon fondamentale.

  • 22  M. Dietler, 2001, p. 66.
  • 23  M. Dietler, 1990, 1996, 2001.
  • 24  Il convient de noter ici que, bien que le modèle de Dietler ait été développé pour expliquer des c (...)

8D’un côté, les festins créent et maintiennent les relations sociales qui lient les personnes les unes aux autres, telles des formes particulières de dons et de contre-dons, et créent des obligations entre hôtes et invités, offrant des fonctions intégrantes décisives pour le développement d’un sentiment d’appartenance communautaire. D’un autre côté, les festins agissent à l’occasion de conflits politiques, culturels et sociaux. Ils sont souvent tenus lors d’échanges économiques, de l’arbitrage de disputes, de rites de passage, de cérémonies sacrées et d’autres contextes sociaux comportant un risque de tension et de manœuvres politiques. Selon Michael Dietler, les festins impliquent, ainsi, des « pratiques par lesquelles les individus créent, maintiennent et contestent des positions de pouvoir et d’autorité au sein des systèmes [hiérarchiques]22 ». Comme ils impliquent une diversité de ressources matérielles, les festins sont inscrits dans les relations matérielles du pouvoir, offrant ainsi un point de vue unique sur les stratégies politiques mises en œuvre. Dans une série d’articles, Michael Dietler23 a souligné comment différentes manières de festoyer balisent des chemins distincts vers le pouvoir. Il fait la distinction entre trois formes de festin qu’il qualifie respectivement d’empowering, de patron-role et de diacritical. Le lecteur se référera aux articles publiés de Dietler pour une discussion détaillée sur ces manières de festoyer24.

  • 25  M. Dietler, 2001, p. 76.

9En premier lieu, le festin de type empowering « implique la manipulation de l’hospitalité commensale en vue de l’acquisition et du maintien de certaines formes de capital symbolique25 ». L’objectif principal de ce genre de festins est l’acquisition ou le maintien du prestige social. Ils sont souvent observés au sein de sociétés où les distinctions de statut sont fluides mais, dans les sociétés hiérarchisées, ils marquent des changements importants dans le statut social des individus. Ils dépendent de vivres accumulés et préparés par l’hôte ou par sa corporation. Toutefois, les festins mobilisent souvent des ressources acquises par l’« encaissement » de dettes sociales accumulées lors (ou à l’issue) des années de manœuvres politiques. Ainsi, l’accumulation des aliments et la préparation des festins de type empowering peuvent être décentralisées, et les hôtes servir parfois essentiellement d’organisateurs plutôt que de fournisseurs.

  • 26 M. Dietler, 2001, p. 83.

10En second lieu, le festin de type patron-role implique l’« utilisation formalisée de l’hospitalité commensale pour réitérer et légitimer symboliquement des relations de pouvoir asymétriques26 ». De tels festins, souvent décrits dans la littérature anthropologique comme redistributifs, exigent que l’organisateur fournisse les ressources consommées. De fait, dans ce type de festin, les hôtes-patrons sont censés, en tant que « bons dirigeants », fournir l’essentiel de la nourriture consommée sur leurs propres réserves, requérant ainsi un niveau de préparation centralisé qui n’est pas nécessaire pour les festins de type empowering. Dietler affirme que, pendant de tels festins, les « patrons » matérialisent les relations sociales fondées sur une distribution inégale des ressources en pourvoyant symboliquement aux besoins de leurs clients.

  • 27 M. Dietler, 2001, p. 85.

11En dernier lieu, les festins de type diacritical « impliquent l’utilisation de cuisines et de styles de consommation différents comme moyen symbolique diacritique de rendre naturels et de matérialiser les concepts de différence hiérarchique entre les statuts des classes ou des ordres sociaux27 ». Les hôtes ont recours à de tels festins lorsqu’ils cherchent à mettre en exergue la distance sociale et la distinction de statut, et ces festins sont caractérisés par l’emphase mise plutôt sur le style et le goût que sur la quantité. Les festins diacritiques sont ainsi marqués par la présence de formes élaborées de culture matérielle, d’ingrédients rares et de techniques de préparation spéciales qui constituent des formes spécifiques de « haute cuisine » et d’affichage de statut. De tels festins peuvent servir de cadre à l’établissement et au maintien par les élites de structures sociales marquées par une forte hiérarchie entre statuts sociaux.

  • 28 J. Fleisher, 2010 ; N. L. Norman, 2010.

12À la lumière de cette discussion, les festins apparaissent comme des arènes politiques au sein desquelles pouvoir, statut et allégeance politique sont négociés et transformés. Les festins peuvent être organisés pour acquérir du prestige social, attirer de nouveaux clients politiques, ou matérialiser des distinctions sociales entre élites et sujets. Ainsi, l’analyse archéologique de la modalité des festins peut s’avérer être un puissant vecteur de compréhension de la nature dynamique et variable des manœuvres politiques du passé, tant lors des cérémonies publiques que dans des contextes plus quotidiens28.

13Dans les pages suivantes, nous mobilisons les sources historiques et les observations archéologiques relatives aux palais royaux du Bénin pour révéler les modalités alternatives des festins publics et privés dans le Dahomey précolonial.

Pouvoir et festins au Dahomey

  • 29 A. Akinjogbin, 1967 ; R. Law, 1991.

14À l’aube du xviiie siècle, de nombreux royaumes centralisés s’étendent le long du golfe du Bénin, en Afrique de l’Ouest, sur les territoires actuels du Togo, du Bénin et du Nigeria. Au xviie siècle, dans la région Aja occidentale, l’entité politique dominante était le royaume d’Allada et ses royaumes vassaux de Hueda (Ouidah) et Dahomey, situés sur le territoire actuel de la République populaire du Bénin (Figure 1). Hueda, bien que sujet politique d’Allada, a connu un développement spectaculaire pendant les premières années du commerce transatlantique. Après un siècle d’expansions sur le plateau d’Abomey, le Dahomey finit quant à lui par conquérir ses voisins méridionaux au début du xviiie siècle, prenant de ce fait le contrôle de l’une des principales routes commerciales de l’intérieur vers la côte29. Pendant deux siècles, les rois dahoméens consolidèrent leur contrôle sur les conquêtes pour faire face aux multiples luttes de pouvoir, aux menaces constantes de l’empire d’Oyo voisin, puis au passage déstabilisateur, au cours du xixe siècle, de la traite des esclaves au commerce « légal » de produits agricoles.

Figure 1 : Sociétés précoloniales sur la côte des Esclaves (Afrique de l’Ouest) pendant la période du commerce atlantique (xviie-xixe siècle)

Figure 1 : Sociétés précoloniales sur la côte des Esclaves (Afrique de l’Ouest) pendant la période du commerce atlantique (xviie-xixe siècle)
  • 30 A. Akinjogbin, 1967 ; K. Polanyi, 1966.
  • 31  E. Bay, 1998 ; R. Law, 1991, 1997 ; J.C. Monroe, 2014.

15Les stratégies employées par les rois dahoméens pour maintenir et étendre leur ordre politique jusqu’à la conquête coloniale française, entre 1892 et 1894, ont donné lieu à de nombreux travaux. La guerre et le commerce atlantique ont longtemps été perçus comme les principaux catalyseurs de l’émergence, au xviiie siècle, d’une idéologie politique nouvelle fondée sur la force militaire et servie par une bureaucratie de plus en plus élaborée, mais également bien ancrée dans l’ancien modèle d’ordre politique fondé sur les principes rituels anciens qui prévalaient dans toute la sphère culturelle Aja-Yoruba30. Dans les analyses récentes de l’organisation politique dahoméenne, toutefois, l’attention des chercheurs s’est détournée des questions exclusivement centrées sur les qualités révolutionnaires de l’ordre politique dahoméen, pour mettre l’accent sur les continuités et les ruptures dans un certain nombre de champs d’expression des pouvoirs économique, idéologique et politique31.

  • 32 J.C. Monroe, 2010b, 2011, 2012, 2014.
  • 33 J.C. Monroe, 2010b, 2011.
  • 34  J.C. Monroe, 2010b.
  • 35  J.C. Monroe, 2010b.

16De récentes études archéologiques et ethnohistoriques ont révélé l’importance de l’émergence d’une sphère palatiale royale dans la définition de l’ordre politique du Dahomey précolonial32. Le palais royal dahoméen, en tant qu’espace physique, reflétait et matérialisait les relations sociales inscrites dans les relations de pouvoir33. Sa structure faisait référence aux trois arènes principales de pouvoir au Dahomey34. D’un côté, l’espace palatial était marqué par une « zone publique » extérieure qui servait de scène pour les cérémonies étatiques publiques. Ce que l’un de nous35 a appelé une « zone semi-publique » était situé à l’intérieur, immédiatement derrière les murs du palais. Cette « zone semi-publique » était constituée d’une série de cours et de structures spécialisées, où les affaires politiques de l’État étaient négociées au quotidien. Au-delà de ces espaces et plus profondément à l’intérieur du palais, une « zone privée » servait de contexte à la vie domestique et aux affaires politiques internes au palais. Ces trois zones, publique, semi-publique et privée, modelaient et renforçaient fortement les modalités du discours politique.

La dimension publique du pouvoir

17Les discussions sur la nature du régime politique dahoméen ont largement porté sur l’importance des cérémonies publiques, centrées sur les festins et la distribution de richesses au sein des zones publique et semi-publique du palais royal. Les sources historiques suggèrent que les politiques commensales ont été mises en œuvre dès le xviie siècle. Le Hérissé note que le roi Wegbaja (1645-1685) tenait des réunions publiques marquées par des festins publics et la distribution de richesses pour s’attirer les faveurs politiques des chefs vassaux. Toujours selon Le Hérissé, les dynastes royaux :

  • 36  A. le hérissé, 1911, p. 82.

offraient de nombreux cadeaux aux chefs des tribus au milieu desquels ils venaient vivre ; il se faisaient ainsi de bons amis […] Ouêgbadja [sic : Wegbaja], en régalant les chefs des tribus, savait qu’il se les attachait, car on aime celui qui réjouit son ventre et le Dahoméen accourt vers qui lui donne à manger36.

  • 37  A. Le Hérissé, 1911, p. 86.

18Les rois dahoméens, par le biais de ces manifestations, créaient une relation d’obligation entre eux et les chefs vassaux et ne pouvaient être payés en retour que par la loyauté de ces derniers et le versement de tributs37.

  • 38  M.J. Herskovits, 1938, p. 63-77.

19Plus récemment, Herskovits a décrit des pratiques festives semblables au Dahomey, pratiques associées à des petits collectifs de travail, ou dokpwe38, source de travail collectif pour une grande variété de projets (travaux agricoles, production, activités cérémonielles, etc.) au sein des communautés (Figure 2).

Figure 2 : Tissu en appliqué montrant le dokpwe, dokpwegan, et des calebasses remplies de nourriture pour le festin en préparation

Figure 2 : Tissu en appliqué montrant le dokpwe, dokpwegan, et des calebasses remplies de nourriture pour le festin en préparation

D’après M.J. Herskovits, 1938, planche 15.

20Ces dokpwe, menés par des individus charismatiques, appelés dokpwegan, étaient mobilisés grâce à des festins financés par des commanditaires. Les commanditaires potentiels contactaient un dokpwegan quand un supplément de travail était nécessaire pour nettoyer des champs, construire une maison, ou pour tout autre labeur intensif. On attendait des commanditaires qu’ils rétribuent les travaux à la fin du projet et, selon Herskovits :

  • 39 M.J. Herskovits, 1938, p. 72.« Il incombe au propriétaire du champ […] d’offrir un festin et, pour (...)

It is incumbent upon the owner of the field […] to provide a feast, and for this he slaughters a goat or a pig, and provides as rich and varied fare as he can afford. This meal is the only recompense the individual member of the dokpwe receives39.

  • 40  M.J. Herskovits, 1938, p. 74.

21Herskovits ajoute que les commanditaires acquéraient un prestige certain en organisant de tels festins, gagnant la réputation d’« avoir les moyens de fournir en abondance40 ». Si de telles situations peuvent être comparées avec le genre de festins qui avaient lieu dans le palais royal au xviie siècle, nous pouvons en déduire que les élites rurales étaient d’une certaine façon liées à la capitale par la mise en œuvre de cérémonies redistributives, sous la forme de festins publics et de distributions royales de richesse. Les sources orales suggèrent l’existence d’un système politico-économique dans lequel les surplus générés localement servaient à l’approvisionnement du palais et au financement des festins de type patron-role qui relevaient d’une stratégie politique pour s’attirer une clientèle.

  • 41  R. Law, 1997.

22Les festins publics organisés au temps de Wegbaja ont évolué au fil des années en un cycle rituel étatique élaboré, centré sur des festins de type diacritical organisés pour exacerber les différences de statuts et légitimer la succession royale. En premier lieu, les « grandes coutumes » (Ahosutanu) comprenaient d’importants rituels et des célébrations d’accompagnement mis en scène après la mort du roi. Le nouveau roi initiait ces cérémonies pour légitimer son pouvoir en soulignant son appartenance à la dynastie royale. De semblables cérémonies sont déjà attestées dans le royaume d’Allada, suggérant des racines historiques profondément ancrées dans le golfe du Bénin41. En comparaison, les « coutumes annuelles » (Xwetanu), qui sont mieux illustrées dans les sources documentaires, impliquaient aussi la distribution de richesses, mais avaient lieu annuellement et à plus petite échelle. Les sources historiques suggèrent que le roi Agaja (1716-1740), s’inspirant de la tradition ancienne, inventa le Xwetanu au début du xviiie siècle en même temps qu’il étendait le pouvoir dahoméen en direction du sud et de la côte.

23Des écrits contemporains témoignent des étalages impressionnants de richesses et de pouvoir qui avaient lieu au palais d’Abomey à cette occasion. De manière collective, le culte d’État des ancêtres royaux servait de point d’attraction central dans la stratégie politique du royaume. Ces rituels donnaient au roi la possibilité d’impressionner ses sujets par une généreuse distribution de richesses (Figure 3). Dalzel, qui a fourni l’un des récits les plus clairs sur cette pratique, la décrit ainsi :

  • 42 A. Dalzel, 1793, p. xxiii-xxiv. « Sur cette estrade était empilée une grande quantité de cauris enf (...)

On this stage are piled a great quantity of cowries, strung in branches of two thousand each, pieces of brocade, and other silks, strings of coral, European and country cloths, Brazil tobacco, pipes, bottled liquors, and a variety of other articles. At an appointed time, the King, with all his Caboceers and vassals, repairs to the stage, where the Europeans are also present. Here each officer is allowed to choose a cloth for himself, the Prime Minister making the first election, and the rest following his example, according to their rank. Sometimes, also, a string of coral is given to each. After this, the King takes up a bunch of cowries, and throws it over the fence among the multitude. All the Caboceers, and the Europeans if they please, follow his example, and toss over all the goods, except a few bunches of cowries, which are reserved for some of the favoured servants, who are permitted to take their stand between the stage and the fence, and which are handed to them by their masters42.

Figure 3 : Représentation du Xwetanu dahoméen, ou « coutumes annuelles » aux ancêtres royaux, qui impliquait sacrifices humains et distribution de richesses matérielles

Figure 3 : Représentation du Xwetanu dahoméen, ou « coutumes annuelles » aux ancêtres royaux, qui impliquait sacrifices humains et distribution de richesses matérielles

A. Dalzel, 1793, en face de la page 55.

  • 43 K. Polanyi, 1966.
  • 44  M. Johnson, 1980 ; R. Law, 1977a, 1989a, b, 1991, 1992 ; P. Manning, 1982 ; W. Peukert, 1978 ; D. (...)

24Dans les années 1960, Karl Polanyi affirmait que ces actions étaient la marque d’une économie politique « archaïque », fondée sur la redistribution43, un raisonnement largement remis en question par la recherche historique ultérieure44. Il faudrait plutôt voir dans ces cérémonies du xviiie siècle une façon d’exprimer et de sanctionner publiquement la distinction statutaire entre l’élite et les gens du commun. De telles pratiques de consommation ostentatoire étaient indubitablement calculées de manière à envoyer des messages symboliques importants sur l’étendue de la richesse et du pouvoir des élites palatiales. On peut y voir à la fois une stratégie politique mise en œuvre pour légitimer les inégalités sociales et un exemple clair de festin de type diacritical décrit plus haut. Les festins jouaient ainsi clairement un rôle central dans les revendications publiques du pouvoir et de l’autorité dans le Dahomey précolonial.

Politique dans la sphère privée

25Alors qu’une grande partie de l’attention des historiens s’est portée sur les manœuvres politiques à l’œuvre lors des cérémonies publiques dans le Dahomey, les aspects micropolitiques de la vie quotidienne au sein de la zone privée du palais royal demeurent finalement très peu connus. Nous ignorons particulièrement comment les pratiques culinaires ont pu être impliquées dans ces processus. La zone privée était celle des épouses royales et de leurs enfants, mais aussi de leurs esclaves, eunuques et femmes, et offre un observatoire, certes mal compris mais néanmoins précieux, de la nature des pratiques politiques dans le Dahomey. Une chose est sûre, si l’on en croit les observations des rares visiteurs : les espaces intérieurs des divers palais royaux étaient des zones dominées par les femmes, qui intriguaient activement dans la course au pouvoir politique et à l’influence, et qui contribuèrent de façon significative à l’histoire politique dahoméenne.

  • 45 Bulfinche Lambe, in F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 190-191.
  • 46 A. Dalzel, 1793, p. xi.
  • 47 Wilmot, in R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 368.
  • 48  A. Le Hérissé, 1911, p. 27-31.
  • 49  A. Hérissé, 1911, p. 27.

26Des récits contemporains incluent des estimations du nombre de femmes qui résidaient à l’intérieur des murs des différents palais dahoméens. Au début du xviiie siècle, Bulfinche Lamb suggérait qu’il y avait quelque 2 000 femmes qui vivaient dans le palais royal d’Agaja à Allada45. Dalzel, qui visita le Dahomey à la fin du xviiie siècle, évaluait leur nombre à pas moins de 3 000 dans les palais d’Abomey46. En 1863, Wilmot estimait leur nombre à 5 00047, alors que Le Hérissé affirmait que plus de 8 000 femmes vivaient à l’intérieur des murs du palais d’Abomey sous le règne de Glélé (1858-1889) puis de Béhanzin (1889-1894)48. La précision de ces chiffres est douteuse, compte tenu de l’accès très limité que les étrangers avaient aux zones intérieures du palais. Toutefois, on peut affirmer sans risque que les palais royaux d’Abomey étaient densément peuplés, et presque exclusivement par des femmes. Comme l’écrit Le Hérissé : « Le palais formait une véritable ville au sein d’Abomey. Sa population était presque uniquement féminine49. »

  • 50  E. Bay, 1998.
  • 51  S. Blier, 1995.
  • 52  E. Bay, 1998, p. 15.

27L’importance des femmes dans la vie politique du palais au xviiie siècle est suggérée par les récits historiques contemporains. Les études d’Edna Bay50 et Suzanne Blier51, s’appuyant sur des sources orales, ont considérablement élargi notre connaissance des épouses royales. Ces sources documentent la présence d’une femme, dignitaire importante, souvent évoquée comme étant une « partenaire de règne » du roi52. Appelées kpojito, ou « mère léopard » en langue fon, ces « partenaires de règne » ont joué un rôle central dans la vie politique dahoméenne du xviiie siècle. À la fin de ce même siècle, on a vu la kpojito prendre la tête d’un corps de soldats féminins. Selon Archibald Dalzel :

  • 53  A. Dalzel, 1793, p. xi. « Derrière les murs des différents palais royaux du Dahomey, sont cloîtrée (...)

Within the walls of the different royal palaces in Dahomey, are immured not less than three thousand women. Several hundreds of these are trained to the use of arms, under a female general and subordinate officers, appointed by the King, in the same manner as those under the Agaow [sic. Gau]. These warriors are regularly exercised, and go through their evolutions with as much expertness as the male soldiers53.

  • 54 W. Snelgrave, 1734, p. 125.

28Ces troupes féminines, probablement formées pour grossir les rangs de l’armée dahoméenne dès le règne d’Agaja54, à la fin du xviiie siècle, offraient au roi un puissant bras armé pour maintenir l’ordre.

29Par ailleurs, de nombreux dignitaires féminins, appelés begani, sont aussi référencés dans la documentation produite au Dahomey au xixe siècle. Selon les sources orales et les textes de cette époque, le développement des emplois bureaucratiques pour les femmes dans l’enceinte du palais royal semble avoir été une innovation du roi Guézo (1818-1858). Les données documentaires suggèrent que Guézo a placé un grand nombre de femmes du palais à des positions politiques élevées, une innovation bureaucratique qui a créé un équilibre entre le pouvoir du roi et celui de ses dignitaires masculins. Ces sources suggèrent que le palais lui-même devint la résidence d’un certain nombre de « femmes fonctionnaires » qui étaient le pendant des dignitaires masculins de l’« extérieur ». À ce propos, Skertchly écrit :

  • 55 J.A. Skertchly, 1874, p. 457. « Chaque dignitaire, qu’il soit de haut rang ou pas, a son “double” à (...)

Every official, no matter how high or low his rank, has a corresponding “double” on the inside. When I was created a prince, a warrioress was raised to equal rank inside, who will be known to future travelers as the Avagansi, or white prince’s “mother”55.

  • 56  J.A. Skertchly, 1874, p. 248.

30Pendant le Xwetanu de 1871, Skertchly notait la présence de 51 femmes en plus des 68 ministres masculins présents56. Le développement du rôle des femmes du palais semble avoir été pensé pour contrebalancer le pouvoir des factions politiques rivales à cette époque. De fait, Skertchly écrit du roi Guézo :

  • 57  J.A. Skertchly, 1874, p. 454. « Il mit en place un équilibre des pouvoirs en créant des dignitaire (...)

He also effected the balance of power by creating she-officers, corresponding to the “outside” ministers, thereby checking any rebellious intentions that might enter the mind of any ambitious subject57.

31Au sein de la zone semi-publique qui servait de point de contact entre les résidents du palais et la bureaucratie dahoméenne dans son ensemble, les femmes fonctionnaires avaient la prééminence sur leurs homologues masculins.

  • 58  H.J. Nast, 1996, 2005.
  • 59  W. Smith, 1744, p. 200-201.
  • 60  J.A. Skertchly, 1874, p. 89.
  • 61 A. Dalzel, 1793, p. 214-215.
  • 62 A. Dalzel, 1793, p. xxii.
  • 63  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 115.
  • 64  R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 207, et vol. 2, p. 155.
  • 65  J.A. Skertchly, 1874, p. 25.
  • 66  J.A. Skertchly, 1874, p. 396. En 1951, les ethnologues William R. Bascom et Paul Mercier interrogè (...)
  • 67  C.L. Costin, 1991.

32Ainsi les femmes formaient-elles une faction politique majeure au sein de la sphère du palais royal dahoméen. Ailleurs, les études des communautés palatiales ouest-africaines mentionnent également la présence de hiérarchies statutaires parmi les femmes du palais, constituées de classes : celle du divertissement, celle de la gestion et celle des servantes58. Au Dahomey, il est clair qu’un grand nombre de femmes au sein du palais royal servaient aussi de main-d’œuvre pour le roi. Smith suggère qu’un nombre important de femmes du palais se consacraient aux tâches agricoles59. En 1871, Skertchly remarque que le palais royal d’Allada demeurait vide, « car à ce moment les résidentes amazones, à quelques exceptions près, étaient toutes parties pour Ouidah avec l’huile [de palme] du roi60 ». En effet, les femmes du palais produisaient un ensemble de biens qui étaient vendus ou échangés. Dalzel, par exemple, décrit les épouses en train de fabriquer des cordons de cauris61 et de préparer le pitto, une bière locale qui était largement distribuée lors des Xwetanu62. Burton, de surcroît, affirme que les femmes du palais étaient engagées dans la production de « beaucoup de choses [comme] de la poterie, des nattes, des tissus63 ». Il note en particulier que les femmes du palais contrôlaient la production de parasols colorés offerts aux dignitaires nouvellement investis64. La fabrication de pipes semble aussi être devenue un monopole des femmes du palais à un certain moment précédant la visite de Skertchly en 187165, et la production de céramiques restait « principalement entre les mains des amazones66 ». Le groupe des femmes du palais incluait ainsi des artisanes qui servaient, pour reprendre la terminologie de Cathy Costin67, de spécialistes au service de la communauté palatiale dans son ensemble.

  • 68 H.J. Nast, 2005 ; G.J.A. Ojo, 1966.
  • 69  R. Norris, 1789, p. vi-ix.

33Ainsi, la sphère domestique du palais royal abritait-elle des milliers de femmes qui occupaient des rôles importants dans l’organisation des institutions militaire, politique, économique et rituelle au Dahomey. Cloîtrées derrière les hauts murs du palais royal, ces guerrières, fonctionnaires, artisanes et servantes forgeaient des relations et, vraisemblablement, intriguaient pour le pouvoir dans des espaces analogues à ceux situés dans les zones davantage publiques du palais. Malgré des indications très claires de l’implication des femmes du palais dans la politique dans et au-delà des murs du bâtiment royal, nous ne savons pas grand-chose sur la manière dont ces relations politiques étaient initiées, maintenues et étendues au cours de l’histoire du Dahomey. Ceci est sans doute dû au fait que, à peu d’exceptions près, l’accès aux espaces intérieurs des palais royaux était limité aux femmes, aux eunuques et à quelques rares hauts dignitaires de l’État, répliquant en cela un modèle commun à toutes les cultures palatiales ouest-africaines68. Comme le notait Robert Norris, « aucun être humain de sexe masculin ne pénètre dans les tréfonds du [palais] ; et les appartements de femmes sont gardés de toute intrusion, avec une jalousie plus qu’orientale69 ».

34Les espaces intérieurs des palais royaux dahoméens étaient sans doute les lieux de complexes négociations politiques. Si nous savons que les politiques commensales étaient essentielles pour maintenir l’ordre politique au cours des cérémonies royales publiques, nous ne savons quasiment rien de la manière dont ces mêmes pratiques ont pu avoir leur place à l’intérieur des palais royaux. Les données archéologiques issues des contextes du palais dahoméen de Cana offrent un point de départ utile pour combler cette lacune, en éclairant les pratiques culinaires de l’élite et en suggérant que des festins « privés », révélateurs de manœuvres politiques et de stratégies de pouvoir, se déroulaient également au sein des palais dahoméens.

Archéologie à Cana, Bénin

  • 70 E. Bay, 1998, p. 117.
  • 71 J. Fakambi, 1993.
  • 72  A. Le Hérissé, 1911, p. 222 ; J. C. Monroe, 2003, p. 44.

35Les sources historiques existantes indiquent que deux villes dahoméennes ont émergé sur le plateau d’Abomey, le cœur politique du Dahomey, au cours du xviiie siècle : Abomey et Cana. Fondée vers le milieu du xviie siècle, Abomey émerge au xviiie siècle comme la capitale politique du Grand Dahomey. Abomey était une communauté étendue, établie autour d’un marché central et d’une série de concessions royales (Figure 4, haut), regroupant peut-être jusqu’à 30 000 personnes. La ville voisine de Cana (Figure 4, bas), se targuant d’abriter d’importants marchés régionaux et quelque 15 000 habitants70, servait de nœud de communication majeur pour l’administration régionale et les routes du commerce interrégional71. De fait, plusieurs récits oraux identifient Cana comme un lieu majeur de rassemblement pour les captifs destinés aux ports de la côte. Des estimations démographiques pour les périodes historiques suggèrent que 21 à 33 % de l’ensemble des habitants du plateau vivaient à Abomey et Cana72, le reste étant dispersé dans des villes plus petites et des villages répartis à travers la région, de taille variable, allant de quelques dizaines de familles à 1 000 habitants ou moins, et sur lesquels, à l’heure actuelle, on sait très peu de chose.

Figure 4 : Plan d’Abomey et Cana, précisant les limites des agglomérations actuelles et des concessions royales datant des xviiie et xixe siècles

Figure 4 : Plan d’Abomey et Cana, précisant les limites des agglomérations actuelles et des concessions royales datant des xviiie et xixe siècles
  • 73  J.C. Monroe, 2014.

36Depuis 2000, le projet archéologique Abomey Plateau Archeological Project a exploré les dynamiques régionales du pouvoir et de l’autorité politique dans le Dahomey73. Entre 2001 et 2002, Monroe a mené une série de dix sondages de taille variable, allant de 1 x 2 m à 1 x 10 m, au sein de six palais royaux dahoméens identifiés à Cana (Figure 4, bas). Ces fouilles avaient pour objectifs d’évaluer la stratigraphie, de mettre au jour, à des fins de datation, un échantillonnage d’artefacts importés, et d’établir une sériation de la céramique locale. De ce fait, le projet a visé les dépôts d’ordures et les fosses comblées dans des zones qui semblaient correspondre, sur la base des restes architecturaux visibles en surface, aux aires domestiques de chaque palais. Ces sondages ont livré un assemblage de culture matérielle significatif de la vie dans les palais royaux à l’époque du commerce atlantique. Sur les dix unités fouillées, deux, situées au sein des palais de Cana-Agouna (unité 8) et Cana-Gbengamey (unité 4), se sont révélées particulièrement riches d’un point de vue archéologique et pourraient représenter deux sortes de pratiques culinaires. Un faisceau d’indices convergents nous ont conduits à présumer que l’assemblage de Cana-Gbengamey représentait l’accumulation sur le long terme de déchets provenant des pratiques domestiques quotidiennes du palais, tandis que celui de Cana-Agouna évoquait plus vraisemblablement un bref épisode de consommation d’aliments dans un contexte rituel. Ces deux assemblages, interprétés à la lumière des sources historiques évoquées plus haut, permettent de comparer des pratiques culinaires respectivement festives et non festives, éclairant ainsi de façon significative les aspects micropolitiques de la vie quotidienne au sein de la zone privée.

  • 74  Les archéologues des périodes historiques utilisent la date la plus haute de production pour dater (...)
  • 75 J.C. Monroe, 2003, p. 285-290.

37La tranchée de 1 x 10 m (unité 4), fouillée à Cana-Gbengamey, le palais royal des rois du xixe siècle Guézo et Glélé (Figure 5), a été positionnée selon un axe est-ouest sectionnant la moitié ouest d’un tas d’ordures déposé au-dessus d’un important mur intérieur du palais (W0032). Ce tas recouvrait aussi complètement une petite pièce, mise au jour lors des fouilles, qui avait été construite à l’ouest du mur et représentait peut-être une loge intérieure. L’unité 4 était d’une profondeur considérable et sa stratigraphie complexe. Lors des fouilles, pas moins de neuf surfaces d’occupation furent identifiées à l’est du mur (W0032), et cinq à l’ouest. En sa partie la plus profonde, sur le côté est du mur, les niveaux culturellement stériles furent atteints à un peu moins de 2 m sous la surface actuelle. Au total, quatre phases de dépôts ont été identifiées dans l’unité 4, alternant des couches de déchets domestiques et de murs effondrés. L’unité 4 a livré un nombre important d’artéfacts locaux et importés, ainsi que de restes fauniques. Les objets importés, typologiquement assez variés, représentent un intervalle temporel estimé, sur la base d’un raisonnement TPQ/TAQ74, à une période comprise entre 1828 et 1870, et couvrant donc les règnes des rois Guézo (1818-1858) et Glélé (1858-1889)75. De manière générale, les dépôts de l’unité 4 sont cohérents avec un dépôt sur le temps long de restes domestiques quotidiens produits au sein des quartiers privés du palais de Cana-Gbengamey, plutôt qu’avec ceux de festins ritualisés.

Figure 5 : Profil stratigraphique de l’unité 4 de Cana-Gbengamey (au-dessous), et sélection de céramiques et tessons de bouteilles importées du xixe siècle provenant de ce contexte (au-dessus)

Figure 5 : Profil stratigraphique de l’unité 4 de Cana-Gbengamey (au-dessous), et sélection de céramiques et tessons de bouteilles importées du xixe siècle provenant de ce contexte (au-dessus)

38Par contraste, une seconde tranchée de 1 x 10 m, Unité 8, ouverte à Cana-Agouna, le palais royal du xviiie siècle des rois Kpengla et Agonglo, a révélé un dépôt très différent. Cette unité sectionne, selon un axe nord-sud, un long monticule couvert de déchets domestiques qui étaient visibles en surface (Figure 6).

Figure 6 : Profil stratigraphique de l’unité 8 de Cana-Agouna (au-dessus), et sélection de bouteilles de liqueur et de fragments de pipes hollandaises du xviiie siècle provenant de ce contexte (au-dessous)

Figure 6 : Profil stratigraphique de l’unité 8 de Cana-Agouna (au-dessus), et sélection de bouteilles de liqueur et de fragments de pipes hollandaises du xviiie siècle provenant de ce contexte (au-dessous)

39À la différence de celle de l’unité 4, la stratigraphie de l’unité 8 était caractérisée par huit minces couches de déchets domestiques, et, de son sommet au sol stérile, l’épaisseur n’était que de 80 cm. En dépit de sa faible épaisseur, l’unité 8 de Cana-Agouna contenait de loin la plus grande densité d’artefacts de toutes les unités fouillées jusqu’à présent à Cana (Figure 7).

Figure 7 : Comparaison des densités de faune (SPNI) et d’artefacts entre l’unité 4 et l’unité 8

Figure 7 : Comparaison des densités de faune (SPNI) et d’artefacts entre l’unité 4 et l’unité 8

40De surcroît, les importations européennes, quoique très importantes en termes de quantité, étaient très pauvres en termes de diversité typologique. Elles étaient caractérisées par une seule variété de case bottle, de centaines de fragments de tuyaux et de fourneaux de pipes de traite hollandaises, et quelques rares tessons de céramique importée. Un schéma analogue a été observé à propos des pipes à fumer fabriquées localement. Alors que l’assemblage de telles pipes à Gbengamey est exceptionnellement diversifié (quasiment chaque pipe retrouvée correspond à une forme et un décor singuliers), presque toutes les pipes locales de Cana-Agouna étaient du même type, caractérisé par un fourneau en forme d’entonnoir, une base polylobée ou cernée d’un bourrelet, et décoré de motifs linéaires incisés ou à la roulette (Figure 8).

Figure 8 : Pipes de fabrication locale de l’unité 8 à Cana-Agouna (au-dessus) et de l’unité 4 à Cana-Gbengamey (au-dessous)

Figure 8 : Pipes de fabrication locale de l’unité 8 à Cana-Agouna (au-dessus) et de l’unité 4 à Cana-Gbengamey (au-dessous)
  • 76 W.H. Adams, S.J. Boling, 1989 ; J. Otto, 1977.
  • 77  Selon un récit, Kpengla était prêt à mettre en œuvre ces cérémonies à Allada, en 1776 (R. Law, 199 (...)

41De manière générale, cette faible variabilité typologique de l’assemblage suggère que les artefacts retrouvés dans l’unité 4 provenaient d’un seul lot ou d’un nombre limité de lots obtenus sur une courte période76. De manière notable, les artefacts importés suggèrent, en se fondant sur un raisonnement de type TPQ/TAQ, que l’assemblage a été déposé très rapidement, peut-être au cours de l’année 1775, la deuxième année du règne du roi Kpengla (1774-1789), période pendant laquelle il se préparait à mettre en œuvre l’Ahosutanu77.

42Ainsi, les unités 4 et 8 apparaissent comme ayant été produites par des processus culturels très différents. D’un côté, l’unité 4 de Cana-Gbengamey est typologiquement diverse, stratigraphiquement complexe et constituée sur une durée approximative de quarante-deux ans. De l’autre, l’unité 8 de Cana-Agouna a livré la plus grande densité d’artefacts de tous les contextes fouillés de Cana, mais ils présentent une faible diversité typologique. De surcroît, l’unité présente une stratigraphie très mince, représentant un dépôt peut-être constitué au cours d’une seule année (1775). En se fondant sur ces constatations, nous avons décidé de tester si oui ou non ces deux contextes résultaient de pratiques culinaires distinctes : les repas quotidiens, préparés et consommés à l’intérieur des murs du palais, pour le premier ; les restes de quelque festin, pour le second.

Les pratiques culinaires royales du Dahomey

43Les sources historiques décrivant les pratiques culinaires de l’élite dahoméenne peuvent être utilisées comme canevas pour l’analyse de la poterie et des restes fauniques des deux contextes archéologiques, révélant ainsi les différentes modalités de consommation à l’origine de leur constitution, cuisine quotidienne pour l’un et festin ritualisé pour l’autre. Le schéma archéologique défini plus haut pour Cana-Gbengamey est cohérent avec des pratiques culinaires quotidiennes. En revanche, certains traits de l’assemblage de Cana-Agouna suggèrent une consommation rituelle de nourriture, offrant de nouveaux aperçus sur la nature des festins et des manœuvres politiques dans les contextes domestiques des palais royaux.

Données documentaires pour les pratiques culinaires dahoméennes

  • 78  R. Norris, 1789, p. 144-145. En général, les documents de cette période attestent de la consommati (...)

44Les sources historiques décrivant les habitudes alimentaires au Dahomey du xviiie au xixe siècles fourmillent de références sur la consommation d’une grande diversité de chairs d’animaux domestiques et sauvages, impliquant différentes techniques de préparation et servies bouillies, mijotées, grillées ou rôties. Selon Robert Norris, par exemple, « le marché est abondamment approvisionné car le pays regorge de cervidés, de moutons et de chèvres excellentes (dont la chair est aussi tendre que celle du mouton), de porcs domestiques et sauvages, de variétés de volailles et beaucoup de bons poissons. On peut aussi, à l’occasion, trouver du bœuf78 ». Pour sa part, John Duncan décrivait ainsi les repas qu’il fit pendant sa visite au Dahomey en 1845 :

  • 79  J. Duncan, 1847, p. 296. « Les naturels sont généralement de très bons cuisiniers et s’arrangent p (...)

The natives are in general very good cooks, and contrive to make a great number of dished from the same material. Of the animals cooked were bullocks, roasted and boiled, as well as stewed, sheep, goats, venison, and the young elephant, pork both roasted and boiled, fowls, Guinean fowls, Muscovy ducks, and turkeys and of vegetables, yams, manioc, sweet potato, India corn or maize, with numerous varieties of underground peas, as well as many other sorts above ground. Their food is generally highly seasoned with pepper and palm-oil, which, when fresh, has an excellent flavour, and is very wholesome79.

45De tels récits se font les échos d’une tradition culinaire dans laquelle une grande diversité de viandes et de légumes étaient mijotés, grillés et rôtis, reflétant des pratiques culinaires qui sont encore en usage en Afrique de l’Ouest. Par exemple, Skertchly nous offre des descriptions parmi les plus remarquables des nombreux mets qu’il a pu apprécier à l’occasion d’une visite au Dahomey en 1871 :

  • 80  J.A. Skertchly, 1874, p. 72-73. « Sur la table se trouvait arrangé un parfait assortiment de boute (...)

On a table a perfect regiment of bottles were arranged, and we opened the proceedings by drinking the king’s and the prince’s health […]. A sumptuous repast was then served up, consisting of roast, boiled, grilled, and devilled meats, vegetables, bread, and claret together with limonade gazeuse by way of drinks80.

  • 81  J.A. Skertchly, 1874, p. 285. « Plusieurs paniers de la sorte ordinaire, avec un couvercle en cale (...)

Several baskets of the usual pattern, with calabash covers, branded with the royal hieroglyphics, were then brought in and set on one side for Gézu; the whole assembly praising the king’s bountiful hand. We were then called to the front, and a sucking-pig, fried whole, nine fowls, two ducks, and an abundance of stews, hashes, and cankies given to us81.

  • 82  J.A. Skertchly, 1874, p. 318-319. « Des volailles rôties et bouillies, des porcs, pigeons et viand (...)

Fowls, roasted and boiled, pigs, pigeons, and goat’s flesh, were then brought in, together with yams, sweet potatoes, and roasted plantains82.

  • 83 R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 52.

46Les festins royaux qui se tenaient au sein des palais royaux du Dahomey étaient de toute évidence des événements somptueux. Richard Burton va même jusqu’à écrire : « En vérité, ce jour-là, le palais se trouva sous une pluie de nourriture et de boisson83. »

47En l’absence de documents qui décriraient les pratiques culinaires de l’élite royale en dehors de la période du Xwetanu, il est difficile de juger la manière dont les festins royaux pouvaient, au sein de la communauté palatiale, différer des pratiques culinaires quotidiennes. Les sources documentaires indiquent cependant des différences quantitatives et qualitatives qui distinguent les festins publics des repas ordinaires de l’élite. Les sources de cette période nous permettent, par conséquent, d’établir certaines distinctions entre les différentes pratiques culinaires royales. Ceci offre ainsi un repère ethnohistorique pouvant être utilisé pour savoir quelles pratiques culinaires de l’élite ont pu produire les assemblages archéologiques décrits plus haut.

  • 84 Wilmot, in R.F. Burton, 1864, p. 366.
  • 85  J.A. Skertchly, 1874, p. 319. Skerchly suggère : « Le régime des classes les plus basses consistai (...)
  • 86 J.C. Monroe, 2009, 2010a, 2013a.

48En premier lieu, les festins susmentionnés reflètent une échelle de consommation qui était bien au-delà de ce que tout Dahoméen pouvait espérer manger au quotidien. En particulier, les repas des dignitaires comme des gens du commun semblent avoir été quelque peu limités en termes de volume total de viande consommée. Le gouverneur Wilmot observe, au début du xixe siècle : « Les chefs mangent rarement de la viande, le peuple, jamais. Ils se nourrissent de “cankey”, qui est fait à partir de maïs, mélangé à de l’huile de palme84. » Une décennie plus tard, Skertchly, lui aussi, rapporte que « personne, à part les cabocères et les prêtres, ne mange de la viande plus d’une fois par semaine85 ». Les données archéologiques des communautés rurales autour de Cana confirment la pauvreté en viande du régime des Dahoméens ordinaires. Les fouilles des tas d’ordures et des fosses contenant les déchets de cuisine de cinq sites de l’arrière-pays de Cana (17A, 17B, 178C, 18A et 18B) n’ont livré, à eux tous, qu’une poignée d’ossements animaux86.

49Cela ne veut pas dire pour autant que les Dahoméens ordinaires ne mangeaient pas de viande du tout. De toute évidence, des facteurs taphonomiques, et notamment une grande acidité du sol, des pluies saisonnières et des pratiques culinaires mettant l’accent sur le bouilli et le mijoté, rendent moins visible la consommation de viande dans les sites archéologiques non royaux. Par ailleurs, il est possible que la plupart des Dahoméens n’aient ni élevé ni tué régulièrement d’animaux au sein de leur concession. Peut-être s’approvisionnaient-ils plutôt en morceaux de viande dans des marchés, les ajoutant aux ragoûts usuels des foyers dahoméens. Ceci pourrait contribuer au peu de visibilité de la consommation de produits carnés dans les contextes archéologiques. Skertchly décrit précisément comment se déroulait la vente de viande dans les marchés locaux du Dahomey :

  • 87  J.A. Skertchly, 1874, p. 57. « Beaucoup de huttes étaient réservées à la vente de […] viande déjà (...)

Numerous huts were devoted to the sale of […] ready-cooked meat […]. Set out to the best advantage […] were joints of roast and boiled pork, goat, fowls, ducks, &c., &c. Of these for two cowries about a mouthful could be purchased, the butcher dexterously carving Vauxhall slices from the joint with a knife […] and slapping the morsel on a plantain leaf, he sprinkled some pounded chillies upon it, and handed it to his customer with all the airs of a London street stall-keeper87.

  • 88  S.H. Ambrose et al., 2003 ; K.F. Emery, 2003 ; C.S. Peebles, M.J. Schoeninger, 1981 ; P.D. Welch, (...)

50Ainsi, si les Dahoméens avaient probablement accès – même en quantité limitée – à de la viande prédécoupée et désossée, leur repas n’était en rien aussi riche en protéines animales que ceux consommés pendant les festins publics déjà décrits. Cette observation correspond d’ailleurs à notre connaissance, dans d’autres contextes, de la variabilité des modes alimentaires en lien avec la complexité sociale88.

  • 89  J. Duncan, 1847, vol. 1, p. 263.
  • 90  John Duncan écrit par exemple : « Le roi m’envoya un jeune taureau très beau, une chèvre et deux v (...)
  • 91  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 103.
  • 92  F.E. Forbes, 1851, vol. 2, p. 71.

51Deuxièmement, l’échelle de la préparation de la nourriture augmentait considérablement pendant le Xwetanu, quand le palais devenait la cuisine principale de la communauté entière. Ainsi, John Duncan observe-t-il, lors d’un Xwetanu : les femmes du palais « transportant sur la tête de la nourriture dans d’immenses gourdes ou calebasses contenant des provisions pour les ministres et les notables du roi, qui […] étaient tous approvisionnés par le roi en nourritures préparées au sein du palais89 ». Ces provisions prenaient parfois la forme de mets préparés et, à d’autres moments, d’animaux vivants90. En effet, comme le note Burton, « il n’y avait pas carence de provisions dans le palais91 » en cette période. La distribution de nourriture pendant le Xwetanu pouvait causer des encombrements importants dans les rues d’Abomey, comme le relate Forbes qui passa « un matin près de trois quarts d’heure, empêché d’entrer par la porte de Cumassee en raison de la succession continue d’épouses royales portant de la nourriture d’un palais à l’autre92 ».

52Ces repas, livrés à domicile aux dignitaires et aux invités pendant le Xwetanu, étaient de la même qualité que ceux consommés au sein du palais lui-même. Frederick Forbes décrit ainsi les provisions journalières durant cette période :

  • 93  F.E. Forbes, 1851, p. 41. « Notre déjeuner consiste, chaque jour, en soupe de volaille servie dans (...)

Our luncheon consists, daily, of fowl soup in a washhand-basin, and, generally, stewed fowls, mutton, besides a host of country dishes, rife with palm oil and peppers, yam, and cassado [sic, cassava]93.

53J. A. Skertchly décrit aussi des repas abondants et diverses techniques de préparation lors de son séjour à Cana pendant la période des coutumes annuelles :

  • 94  J.A. Skertchly, 1874, p. 124. « Mon régime quotidien peut intéresser des visiteurs potentiels : de (...)

My own course during the day may be interesting to intending visitors: fowl -- boiled, stewed, or roasted; and wild pig or goat’s flesh formed the main dish of every meal, varied, as occasion offered, by a duck, pigeon, monkey, parrot, or partridge. The vegetables were represented by yams, beans or maize, boiled whole or ground and made into a pudding like the fufu of the Gold Coast; while for dessert I had an abundant supply of eggs, oranges, limes, guavas, cocoa nuts, pine apples, and papaws, to say nothing of melons, onions, and ground nuts94.

54Les fêtes royales étaient ainsi caractérisées par la distribution centralisée et à grande échelle de nourriture aux participants situés non seulement à l’intérieur des palais royaux mais aussi dans Abomey et Cana.

  • 95  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 269.

55Troisièmement, certains éléments étaient associés à ces festins palatiaux pour marquer symboliquement ces événements et, surtout, pour signaler l’appartenance des hôtes à une catégorie distinguée. En premier lieu, des marchandises de traite étaient intégrées de façon remarquable à ces événements. Les sources historiques regorgent de références sur la présence et l’utilisation d’une variété de marchandises européennes durant de tels festins. Ainsi en était-il des bouteilles de liqueur de différentes sortes, des pipes à fumer, des assiettes et des bols, des verres, de l’argenterie, etc. Richard Burton, par exemple, qui a participé au Xwetanu de 1864, a observé, « dans l’espace central entre les hommes et les femmes, une table avec deux flacons de rhum et de liqueur, flanqués d’assiettes et de verres95 ». Par ailleurs, la destruction de tels objets semble avoir été aussi importante que leur utilisation dans de telles cérémonies, marquant symboliquement la fin d’événements tels que le Xwetanu. En effet, dans le même passage, Burton écrit :

  • 96  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 269. « Gélélé versa quelques gouttes de rhum sur le sol, en but de n (...)

Gelele spilt a few drops of rum upon the ground, again imbibed, and dashed his glass upon the table. It was a signal for all those present to do the same, and the attendants smashed everything, including the tables. This terminated the Khwe-ta-nun [sic, Xwetanu], or yearly customs for 1863-6496.

56L’étalage et, de fait, la destruction de ces richesses importées définissaient ainsi l’expérience matérielle des festins publics organisés lors du Xwetanu comme des événements décidément uniques.

  • 97  A. Appadurai, 1986, p. 38.
  • 98  M. Van der Veen, 2003.
  • 99 P.V. Kirch, S.J. O’Day, 2003 ; M. Van der Veen, 2003.
  • 100 M. Dietler, 2001.
  • 101 J.M’Leod, 1820, p. 56.
  • 102  A. Dalzel, 1793, p. 132.

57Les sources historiques évoquent de plus la consommation à ces occasions de certaines « nourritures de luxe » qui signalaient la fusion de pratiques culinaires spéciales avec des ingrédients rares. Les nourritures de luxe sont celles dont « l’emploi principal est rhétorique et social97 », plutôt que nutritionnel98. Leur composition peut varier largement d’une culture à l’autre99, et la consommation de tels repas joue un rôle central dans la matérialisation des distinctions sociales lors des festins de type diacritical100. D’un côté, certaines techniques européennes de préparation culinaire ont pu être introduites dans les traditions du palais par ce biais. M’Leod va même jusqu’à suggérer que « sont recherchés des cuisiniers qui peuvent comprendre les modes de préparation des plats européens ; et même des nappes, des couteaux et des fourchettes, bien que jamais utilisés par eux, sont fournis101 ». D’un autre côté, des espèces animales spécifiques, telles que l’éléphant, peuvent avoir été consommées pendant ces festins. Au xviiie siècle, par exemple, Archibald Dalzel note que « le roi tue un éléphant chaque année pour les régaler102 ». Frederick Forbes observe quant à lui :

  • 103  F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 157. « L’éléphant du Dahomey est de taille immense et inspire, comme (...)

The elephant of Dahomey is of immense size, and is held, like all the large animals, in religious awe. On certain occasions, or the grand festival, the flesh of the elephant is eaten by the king, and distributed by his majesty to the highest of his subjects. Two regiments of amazons are styled rangers of the forest, and one part of their duty is to supply the elephant-flesh for these feasts103.

58Globalement, les documents évoquent des pratiques de table particulières pour les festins publics, caractérisées par l’utilisation de larges quantités d’objets importés, des préparations culinaires exotiques, et des viandes particulières, comme celle de l’éléphant, lequel était capturé lors de chasses organisées par les résidents des palais. Ainsi, en plus de la croissance exponentielle des échelles de production et de distribution culinaires, certains éléments de la culture matérielle et, selon toute vraisemblance, des ingrédients rares signalaient symboliquement le caractère spécial des festins royaux.

59Des modalités distinctes au sein des pratiques culinaires de l’élite peuvent donc être appréhendées à travers ces sources. De manière générale, les repas de l’élite dahoméenne consistaient en rôtis et ragoûts préparés à partir d’une grande variété d’ingrédients, et contenaient des quantités notables de protéines animales. Toutefois, les repas consommés pendant les grands festins publics tels que le Xwetanu se distinguaient des repas courants de l’élite par l’échelle des préparatifs, la quantité de nourriture consommée, ainsi que l’addition d’éléments de culture matérielle et d’ingrédients à forte charge symbolique. Ces observations peuvent servir de point de référence au chercheur pour décider si les assemblages archéologiques identifiés ci-dessus correspondaient aux restes de repas quotidiens au palais ou plutôt à ceux de quelque festin ritualisé. L’analyse de la céramique et des restes archéozoologiques peut apporter un éclairage précieux sur l’échelle des préparatifs culinaires et sur les pratiques représentées dans nos deux contextes archéologiques.

Assemblages céramiques et analyse des pratiques culinaires royales

60La céramique locale retrouvée dans les deux sites palatiaux présentés ici offre un aperçu précieux sur les pratiques culinaires domestiques qui caractérisaient la vie de l’élite au Dahomey, la nature et l’ampleur des préparatifs culinaires à Cana-Agouna et Cana-Gbengamey. En 2005, Monroe a initié une analyse morphométrique sur un échantillon de céramiques mises au jour dans les fouilles de palais à Cana, conduites entre 2000 et 2002. 50 % de tous les tessons de bord des deux assemblages fouillés ont été examinés (n = 1 011). Pour chaque tesson, les données sur l’épaisseur, le diamètre à l’ouverture, les motifs décoratifs et la pâte ont été enregistrées et les profils de bords dessinés. Cette analyse avait pour but de mettre au point une typologie formelle et fonctionnelle pour la céramique de l’aire dahoméenne, avec d’importantes implications pour la discussion qui va suivre. La majorité des formes de bord identifiées renvoyaient à des jarres à bord éversé ou rentrant, des plats à bord rentrant, et un petit nombre de bols en céramique noire polie, à bord droit, présentant de fortes similitudes avec la vaisselle yoruba décrite par Ogundiran (2002a) et avec les poteries vendues sur les marchés actuels du plateau d’Abomey. Les analyses du diamètre de l’ouverture, de l’épaisseur des tessons et des traces de mise au feu, interprétées en référence aux observations ethnoarchéologiques effectuées à Abomey et à Cana, permettent une distinction typologique de la vaisselle en trois catégories : stockage, cuisson et service (Figure 9).

Figure 9 : Typologie de la céramique dahoméenne mettant en évidence une série de récipients pour le stockage, pour cuire et pour servir

Figure 9 : Typologie de la céramique dahoméenne mettant en évidence une série de récipients pour le stockage, pour cuire et pour servir

61L’analyse des diamètres d’ouverture pour chacune des trois principales formes de bord (1. jarres à bord rentrant ; 2. jarres à bord éversé ; 3. plats à bord rentrant) a permis d’identifier des tailles nettement distinctes (petite, moyenne, large) pour chaque type de récipient. À l’heure actuelle, certaines formes céramiques semblables à celles identifiées archéologiquement sont destinées à des usages spécialisés. Des jarres de petite ou moyenne taille à bord rentrant ou éversé sont communément associées à la cuisson, alors que les variétés plus larges de ces mêmes jarres sont plus communément utilisées pour le stockage des grains ou des liquides. Les plats, identifiés archéologiquement, sont aujourd’hui presque exclusivement utilisés pour l’offrande de nourriture en contexte rituel (autels vodun en particulier) et en guise de couvercles de pots. Toutefois, compte tenu de l’ubiquité de tels récipients sur les sites archéologiques, ils étaient sans doute utilisés plus généralement en tant que plats de service à l’époque précoloniale, avant l’introduction massive de plats importés en céramique et en émail tout au long de l’ère coloniale.

62Pour chacun de ces types de forme, l’épaisseur des tessons a été examinée et appréhendée comme première indication de la fonction de la céramique. Les récipients utilisés pour la cuisson ont tendance à avoir des parois minces, autorisant une meilleure diffusion de la chaleur lors de la cuisson, alors que les récipients de stockage ont des parois plus épaisses, leur conférant une plus grande durabilité (Sinopoli, 1991). Dans l’échantillon total, l’épaisseur moyenne des tessons était de l’ordre de 7,1 mm (σ = 3,3 mm). De manière générale, les grandes et moyennes jarres au bord éversé et les grandes jarres au bord rentrant ont tendance à avoir des parois plus épaisses (Figure 10).

Figure 10 : Épaisseur relative des tessons (moyenne, maximum, minimum, et déviation standard) pour les catégories de forme et de taille définies

Figure 10 : Épaisseur relative des tessons (moyenne, maximum, minimum, et déviation standard) pour les catégories de forme et de taille définies

63Les grandes jarres au bord éversé sont quasiment toutes hors normes. Ces données suggèrent que les grandes jarres ont pu servir de récipients de stockage pour la nourriture, mais aussi pour l’eau, sur les sites palatiaux de Cana. La fréquence de tessons noircis par le feu dans les différentes catégories typologiques fondées sur le rapport forme/taille confirme la typologie fonctionnelle décrite plus haut (Figure 11).

Figure 11 : Fréquence au sein des catégories de forme et de taille de tessons présentant des traces de feu

Figure 11 : Fréquence au sein des catégories de forme et de taille de tessons présentant des traces de feu

64La majorité des tessons noircis provenaient de petites (49 %) et moyennes (13 %) jarres à bord rentrant, ainsi que des petites (15 %) et des moyennes (18 %) jarres à bord éversé. Les grandes jarres des deux catégories de bord étaient représentées par moins de 3 % de la série des tessons noircis. Ces données suggèrent que les grandes jarres ont pu servir exclusivement au stockage alors que les jarres moyennes ont pu être utilisées à la fois pour cuire et pour stocker.

65Enfin, nous avons comparé l’épaisseur relative des tessons entre ceux provenant de contextes non palatiaux dans l’arrière-pays de Cana, identifiés lors de prospections archéologiques (n=1077), et les types formels les plus fréquents dans les assemblages palatiaux. De façon notable, la moyenne de l’épaisseur de l’échantillon non palatial est cohérente avec celle des jarres et des plats à bord rentrant (respectivement récipients à cuire et plats pour servir), et significativement plus réduite que celle des jarres à bord éversé (récipients de stockage) (Figure 12).

Figure 12 : Épaisseur relative des formes les plus courantes de récipients provenant des complexes des palais royaux, comparée à tous les tessons collectés lors de prospections systématiques sur les sites ruraux autour de Cana

Figure 12 : Épaisseur relative des formes les plus courantes de récipients provenant des complexes des palais royaux, comparée à tous les tessons collectés lors de prospections systématiques sur les sites ruraux autour de Cana
  • 104 T. D’Altroy, T.K. Earle, 1985.

66Ces données semblent indiquer une plus forte fréquence de récipients de stockage au sein des palais royaux, suggérant une accumulation de denrées au sein de leur enceinte104.

67La fréquence relative de ces types formels dans les différents contextes archéologiques de Cana peut fournir de précieuses indications sur les pratiques culinaires royales et l’échelle de production de nourriture dans chaque contexte archéologique. L’assemblage de Cana-Gbengamey est dominé par des plats à bord rentrant (plats de service et couvercles de pots), des jarres, petites et moyennes, à bord éversé (jarres de stockage et de cuisson) et de petites jarres à bord rentrant (pots pour la cuisson) (Figure 13, droite).

Figure 13 : Fréquence des types céramique mis au jour à Cana-Gbengamey (unité 4) et Cana-Agouna (unité 8) entre 2001 et 2002

Figure 13 : Fréquence des types céramique mis au jour à Cana-Gbengamey (unité 4) et Cana-Agouna (unité 8) entre 2001 et 2002
  • 105  J. Blitz, 1993 ; B. Hayden, 1996.

68Des récipients de grande taille pour le stockage, des pots à cuire et des plats pour servir, souvent associés à la préparation centralisée de nourriture en rapport avec les festins en contexte archéologique105, ne dépassent pas 9 % de l’assemblage. De manière générale, ce schéma est associé à la préparation de nourriture au niveau de l’unité familiale, où les repas sont préparés en utilisant des récipients pour cuire et servir adaptés à de petits groupes. Contrairement à ce qu’on espérait, étant donné l’étonnante densité d’artefacts importés, d’objets manufacturés localement et de restes fauniques au sein de l’unité, le schéma est presque identique à Cana-Agouna (Figure 13, gauche). Là, les petits récipients pour cuire et servir dominent aussi l’assemblage. Ainsi, bien que la grande densité d’artefacts et leur dépôt rapide suggèrent une consommation à large échelle à Cana-Agouna, il n’y a que très peu d’indices d’une centralisation de la préparation de nourriture, comme on pouvait l’espérer pour des événements de grande ampleur comme les festins publics au Dahomey.

Apport de l’archéozoologie à l’interprétation des déchets de cuisine du palais royal

  • 106  L’état de dégradation (A.K. Behrensmeyer, 1978 ; A.K. Behrensmeyer et al., 2003) a été enregistré (...)

69Les données archéozoologiques offrent une perspective complémentaire, révélant des similarités claires et des différences marquées entre les méthodes de préparation de nourriture identifiées dans les deux contextes et les descriptions de festins royaux évoquées plus haut. Entre 2009 et 2012, Janzen a entrepris une analyse archéozoologique fine des restes fauniques révélés lors des fouilles de Cana-Agouna et Cana-Gbengamey. L’analyse s’est attachée à déterminer la diversité taxonomique et les techniques de transformation dans le but d’apporter un éclairage supplémentaire sur les pratiques culinaires royales au Dahomey. 7 129 fragments d’os ont été examinés et un peu moins de la moitié ont pu être déterminés au niveau de l’élément, de la portion d’élément et du taxon. Les spécimens identifiables ont été soumis à une analyse archéozoologique standard106. La faune a été quantifiée en termes de nombre de spécimens identifiés (NSPI), de nombre minimum d’éléments (NME) et de nombre minimum d’individus (NMI) pour chaque taxon. Cette étude a révélé de fortes similarités entre les deux assemblages, ainsi que des indications suggestives de variabilité dans les pratiques culinaires royales.

70L’analyse de la faune, interprétée en référence aux données documentaires décrites plus haut, confirme notre interprétation selon laquelle l’assemblage de Cana-Gbengamey représente les pratiques culinaires royales quotidiennes. Premièrement, l’unité de fouille de Cana-Gbengamey contenait en abondance des spécimens de mammifères, oiseaux et poissons, auxquels s’ajoutait la présence rare de reptiles et d’amphibiens (Voir annexe : Tableau 1). L’assemblage est largement dominé par divers ongulés sauvages et domestiques, des rongeurs comme l’aulacode, des oiseaux et des poissons, en phase avec ce que l’on sait de la nature et de la diversité des plats préparés au sein des contextes royaux dahoméens. Deuxièmement, l’assemblage est très fragmenté, suggérant une absence de pièces de viande rôtie, telles qu’elles sont décrites lors de festins royaux.

71Tous niveaux confondus, au moins 75 % des spécimens mesurent moins de 5 cm, témoignant à la fois des pratiques de boucherie et des dégradations liées à la fouille et à la manipulation. Les petits mammifères présentent les plus hautes fréquences de marques de boucherie (marques de découpe, de débitage et de percussion), suivis par les gros mammifères, les oiseaux et les poissons. Les poissons, généralement, ne montrent que des marques isolées de coupe, et celles-ci sont très rares. Les traces de boucherie pour les échantillons de l’unité 4 (Cana-Gbengamey) se retrouvent de manière récurrente à la fois sur les éléments axiaux (52 %) et sur les éléments appendiculaires (48 %). La distribution des marques de boucherie sur les os des membres suggère que l’on décarnisait et découpait les carcasses en plus petites portions, comme l’indiquent les marques de découpe sur les parties terminales mais aussi le long des os des membres, en même temps que les marques de hachoir et de percussion. Troisièmement, très peu de spécimens à Cana-Gbengamey sont brûlés. Bien que leur nombre reste très faible, ce sont les poissons qui présentent la plus grande fréquence de traces de feu, ceci résultant peut-être du fumage. De manière générale, le schéma identifié est cohérent avec un découpage des carcasses animales en petites portions adaptées aux ragoûts, plutôt qu’en larges portions à rôtir.

72Une fois encore, l’assemblage faunique de Cana-Agouna obéit à un schéma très semblable. La diversité taxonomique y est très élevée (Voir annexe : Tableau 1), moins de 5 % des os montrent des signes de passage au feu, et la plupart des fragments d’os mesurent moins de 5 cm de long. De plus, la fréquence des traces de boucherie sur les os axiaux et appendiculaires est assez semblable à celle de Cana-Gbengamey, avec 63 % des traces de boucherie sur les éléments axiaux et 37 % sur les éléments appendiculaires, et l’on y retrouve également des preuves de décarnisation. Ainsi, comme pour Cana-Gbengamey, l’assemblage de la faune semble refléter les mœurs culinaires royales en général plutôt que les festins à grande échelle, tels qu’évoqués dans les documents de l’époque.

  • 107 A. Dalzel, 1793, p. 132 ; F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 157.

73Toutefois, les deux assemblages diffèrent quelque peu dans les taxons représentés. Bien que les deux assemblages incluent une variété de taxons sauvages et domestiques, celui de Cana-Agouna présente quelques éléments de plusieurs espèces rares, comme l’éléphant, l’hippopotame, le pangolin et l’oryctérope. Par contraste, et à l’exception de deux fragments de singe, l’assemblage de Gbengamey ne comprend pas de taxons aussi singuliers. Comme Forbes et d’autres ont pu le noter, la viande d’éléphant, acquise lors de chasses commanditées par le palais, était distribuée comme un signe de la libéralité royale et consommée pendant le Xwetanu107. L’assemblage de Cana-Agouna livre ainsi un petit nombre d’exemples de ce qui pouvait avoir été considéré comme des mets de luxe au Dahomey.

La micropolitique du festin au Dahomey

74Ce faisceau d’éléments permettent de discuter des pratiques culinaires royales à Cana-Gbengamey et Cana-Agouna, suggérant des ressemblances avec les types de pratiques culinaires généralement employées par l’élite, telles qu’elles sont évoquées dans les sources documentaires. En premier lieu, la prépondérance, dans les deux contextes, de récipients de cuisson de petite et moyenne tailles est en accord avec un schéma de préparation décentralisé. En second lieu, les données sur la faune vont dans le sens d’un lien avec les pratiques culinaires royales quotidiennes. La diversité taxonomique des deux assemblages de faune est relativement élevée, et la petite taille des os, la distribution des marques de coupe et de débitage sur les éléments axiaux et appendiculaires, tout comme l’absence de preuve de passage au feu, tout suggère que la plupart des processus culinaires impliquaient la division des animaux en petits éléments et leur cuisson sous la forme de ragoût. Ensemble, ces indications suggèrent la présence d’une tradition culinaire royale fondée sur un régime varié, majoritairement caractérisé par des bouillons et des ragoûts. Ce schéma est parfaitement en accord avec les récits historiques du xixe siècle qui décrivent la prévalence de ragoûts et une diversité taxonomique significative dans les menus quotidiens de l’élite.

75Toutefois, alors que de tels repas ne différaient de ceux des gens du peuple qu’au regard de la quantité de viande consommée, les festins du Xwetanu étaient marqués par des différences qualitatives importantes dans les pratiques commensales, y compris la préparation de taxons animaux spécifiques, probablement considérés comme mets de luxe, et l’usage (puis la destruction potentielle) de grandes quantités d’objets importés. En ce sens, les données archéologiques attestent clairement qu’un événement particulier s’est déroulé à Cana-Agouna. La durée très courte du dépôt et la grande densité d’objets locaux et importés sont des signes de consommation rituelle de nourriture. Bien que la céramique et les données de l’étude de la faune de Gbengamey et d’Agouna soient largement similaires, la présence limitée de taxons sauvages spécifiques, comme l’éléphant, renforce l’argument en faveur de l’interprétation de l’assemblage de Cana-Agouna comme les restes d’un événement particulier.

  • 108 M. Dietler 2001, p. 76.
  • 109  M.J. Herskovits, 1938, p. 42, 98, 270, 308.
  • 110  M.J. Herskovits, 1938, p. 98.

76Les festins publics tenus pendant le Xwetanu, marqués comme ils l’étaient par la présence en grand nombre de biens de prestige locaux et importés, de nourriture de luxe et d’une préparation centralisée de nourriture, répondent bien au modèle de Dietler du festin de type diacritical. À la lumière de l’analyse présentée dans cet article, l’assemblage de Cana-Agouna correspond cependant à tout autre chose. D’une part, les grandes quantités et la faible diversité typologique des objets importés européens et des pipes à tabac locales suggèrent un nombre limité d’achats, peut-être par un seul individu ou commanditaire. Par ailleurs, la présence de petites quantités de viande luxueuse conduit à penser à la participation d’individus ayant accès à ces produits réservés. D’autre part, l’assemblage faunique de Cana-Agouna diffère de celui de Cana-Gbengamey plutôt en termes de quantité de faune consommée qu’en termes de quelconques différences qualitatives dans les ingrédients ou dans la préparation technique. Les données céramiques, de plus, évoquent une préparation décentralisée, peut-être par des groupes résidentiels particuliers au sein de la population plus large du palais. De manière générale, dans la typologie de Dietler, ce schéma semble correspondre davantage aux festins de type empowering, c’est-à-dire tenus par des individus qui cherchent à acquérir ou à maintenir leurs statut et prestige au sein de leur communauté, en se servant de ressources mobilisées grâce à la liquidation de dettes sociales accumulées sur de longues périodes108. Des analogies ethnographiques existent pour ce type de festin. Herskovits, par exemple, notait de grands festins se déroulant à une fréquence élevée et qui mettaient dans l’embarras beaucoup de Dahoméens. Herskovits soulignait l’importance de tels festins pour marquer un certain nombre de transitions importantes de la vie sociale : l’abattage de certains animaux spirituellement signifiants, les mariages, les décès et la présentation de jumeaux à la communauté, etc.109. Pour financer de tels événements aussi dispendieux, les Dahoméens dépendaient de différentes organisations d’entraide, « regroupements qui assuraient les membres contre l’embarras dans lequel ils pouvaient se trouver lors d’occasions où la dépense sociale était la règle110 ». De façon collective, les membres de telles organisations disaient « se pousser » les uns les autres, c’est-à-dire offrir les ressources requises quand un membre particulier était appelé à organiser des fêtes somptueuses. Festoyer pour construire du prestige, ou encore pour sauver les apparences, était ainsi une composante régulière de la vie quotidienne dans le Dahomey. On dépendait alors des contributions drainées grâce à son réseau social.

  • 111 E. Bay, 1998.
  • 112 R. Law, 1991, p. 331.

77Mais qui « poussait » qui, dans le cas de l’événement précis identifié à Cana-Agouna ? À la lumière du contexte spatial des unités de fouille situées au cœur du palais, l’assemblage de Cana-Agouna pourrait représenter la preuve matérielle que les femmes du palais mobilisaient du capital social afin de participer à la compétition pour le pouvoir et construire des alliances politiques au sein de la zone domestique du palais. Une fois encore, l’analyse des importations européennes datables indique que cette fête se déroula à Cana-Agouna autour de 1775, la deuxième année du règne du roi Kpengla. La succession au trône d’un nouveau roi était accompagnée d’importants changements sociaux et politiques au sein de la concession royale, avec l’entrée de nouvelles femmes dans cette arène et la réorganisation des rôles sociaux de chacun comme reflets de nouvelles hiérarchies politiques111. C’était aussi une période marquée par l’incertitude, car Kpengla n’avait pas encore accompli à Allada les cérémonies nécessaires à son accession officielle au trône112. Sans doute les premières années du règne de Kpengla furent-elles politiquement complexes et socialement fragilisantes pour les femmes vivant derrière les murs du palais à Cana-Agouna. Notre analyse suggère que les festins de type empowering pourraient avoir joué un rôle dans la série complexe de stratégies déployées par ces épouses pour négocier leur accès au pouvoir et rivaliser avec les autres, afin de gagner en influence et en prestige social dans une période d’incertitude politique.

Conclusion

78La consommation rituelle de nourriture apparaît comme une composante particulièrement bien documentée des stratégies de pouvoir des élites au sein de multiples sociétés dans diverses parties du monde. Dans le royaume du Dahomey, les sources documentaires attestent du rôle central des festins publics pour asseoir l’autorité politique entre les xviie et xixe siècles, une période de profondes transformations politiques dans le golfe du Bénin. On sait peu de chose cependant sur le rôle des festins dans la vie sociale au sein de contextes plus quotidiens. Les fouilles archéologiques conduites dans les contextes domestiques de deux palais royaux à Cana ont livré des assemblages caractérisés par des ensembles fauniques et céramiques qui semblent représenter différentes modalités dans les pratiques culinaires au sein des concessions royales. D’un côté, l’assemblage de Cana-Gbengamey représente un exemple clair de pratiques domestiques quotidiennes. Celui de Cana-Agouna, pour sa part, pourrait être l’écho d’un festin de type empowering, c’est-à-dire mis en œuvre dans le but de construire un statut et une influence politiques au sein de la zone privée du palais. L’analyse présentée ici offre donc de nouvelles sources pour l’interprétation de la dimension de la vie quotidienne au sein des concessions privées royales, et suggère de remettre au premier plan le rôle des femmes dans le processus de construction du pouvoir et des manœuvres politiques dans une période d’incertitude dynastique.

Haut de page

Bibliographie

Adams, R.M., 1966, The Evolution of Urban Society: Early Mesopotamia and Prehispanic Mexico, Chicago, Aldine Pub. Co.

Adams, W.H., Boling, S.J., 1989, « Status and ceramics for planters and slaves on three Georgia coastal plantations », Historical Archaeology, vol. 23, n° 1, p. 69-96.

Akinjogbin, A., 1967, Dahomey and its Neighbours, 1708-1818, Cambridge, Cambridge University Press.

Alpern, S., 1995, « What Africans got for their slaves: A master list of European trade goods », History in Africa, vol. 22, p. 5-43.

Ambrose, S.H., Buikstra, J., Krueker, H.W., 2003, « Status and gender difference in diet at Mound 72, Cahokia, revealed by isotopic analysis of bone », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 22, p. 217-226.

Appadurai, A., 1986, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Atkins, J., 1735, A Voyage to Guinea, Brasil, and the West-Indies, Londres, Printed for Caesar Ward and Richard Chandler.

Bay, E., 1983, « Servitude and worldly success in the palace of Dahomey », in C.C. Robertson, M.A. Klein (dir.), Women and Slavery in Africa, Madison, University of Wisconsin Press, p. 340-367.

Bay, E., 1998, Wives of the Leopard: Gender, Politics, and Culture in the Kingdom of Dahomey, Charlottesville, University of Virginia Press.

Behrensmeyer, A.K., 1978, « Taphonomic and ecologic information from bone weathering », Paleobiology, vol. 4, p. 150-162.

Behrensmeyer, A.K., Stayton, C.T., Chapman, R.E., 2003, « Taphonomy and ecology of modern avifaunal remains from Amboseli Park, Kenya », Paleobiology, vol. 29, p. 52-70.

Blier, S.P., 1995, « The path of the leopard : Motherhood and majesty in early Danhome », The Journal of African History, vol. 36, n° 3, p. 391-417.

Blitz, J., 1993, « Big pots for big shots: Feasting and storage in a Mississippian community », American Antiquity, vol. 58, n° 1, p. 80-96.

Burton, R.F., 1864, A Mission to Gelele, King of Dahome. With Notices of the so Called "Amazons", the Grand Customs, the Yearly Customs, the Human Sacrifices, the Present State of the Slave Trade, and the Negro’s Place in Nature, Londres, Tinsley Brothers.

Connah, G., 2001 (2e édition), African Civilizations: An Archaeological Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Costin, C.L., 1991, « Craft specialization: Issues in defining, documenting, and explaining the organization of production », in M.B. Schiffer (dir.), Archaeological Method and Theory, Tucson, University of Arizona Press, vol. 1, p. 1-56.

Crumley, C.L., 1995, « Heterarchy and the analysis of complex societies », in R. Ehrenreich, C.L. Crumley, J.E. Levy (dir.), Heterarchy and the Analysis of Complex Societies, Arlington, American Anthropological Association, p. 1-6.

D’Altroy, T., Earle, T.K., 1985, « Staple finance, wealth finance, and storage in the Inka political economy », Current Anthropology, vol. 26, n° 2, p. 187-206.

Dalzel, A., 1793, The History of Dahomey, an Inland Kingdom of Africa, Londres, T. Spilsbury and Son.

DeCorse, C., Spiers, S., 2009, « A tale of two polities: Socio-political transformation on the Gold Coast in the Atlantic world », Australasian Historical Archaeology, vol. 27, p. 29-42.

Diamond, S., 1951, Dahomey, a Proto-State in West Africa, Ann Arbor, University Microfilms.

Dietler, M., 1990, « Driven by drink: The role of drinking in the political economy and the case of Early Iron Age France », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 9, p. 352-406.

Dietler, M., 1996, « Feasts and commensal politics in the political economy: Food, power, and status in Prehistoric Europe », in P. Weissner, W. Schiefenhövel (dir.), Food and the Status Quest: An Interdisciplinary Perspective, Oxford, Berghahn Books, p. 87-125.

Dietler, M., 2001, « Theorizing the feast: Rituals of consumption, commensal politics, and power in African contexts », in M. Dietler, B. Hayden (dir.), Feasts: Archaeological and Ethnographic Perspectives on Food, Politics, and Power, Washington, Smithsonian Institution Press, p. xi-432.

Duncan, J., 1847, Travels in Western Africa, in 1845 & 1846, Comprising a Journey from Whydah, through the Kingdom of Dahomey, to Adofoodia, in the Interior, Londres, R. Bentley.

Earle, T.K., 1977, « A reappraisal of redistribution: Complex Hawaiian chiefdoms », in T.K. Earle, J. Ericson (dir.), Exchange Systems in Prehistory, New York, Academic Press, p. 213-229.

Earle, T.K., 1987, « Chiefdoms in archaeological and ethnohistorical perspective », Annual Review of Anthropology, vol. 16, p. 279-308.

Earle, T.K., 1991, Chiefdoms: Power, Economy, and Ideology, New York, Cambridge University Press.

Eltis, D., Behrendt, D.S., Klein, S.H., Richardson, D., 1999, The Trans-Atlantic Slave Trade: A Database on CD-ROM, Cambridge, Cambridge University Press.

Eltis, D., Jennings, L.C., 1988, « Trade between Western Africa and the Atlantic world », The American Historical Review, vol. 93, n° 4, p. 936-959.

Emery, K.F., 2003, « The noble beast: Status and differential access to animals in the Maya world », World Archaeology, vol. 34, n° 3, p. 498-515.

Fakambi, J., 1993, Routes des esclaves au Bénin (ex-Dahomey) dans une approche régionale, Ouidah, musée d’Histoire de Ouidah.

Flannery, K., 1972, « The cultural evolution of civilizations », Annual Review of Ecology and Systematics, vol. 3, p. 399-426.

Fleisher, J., 2010, « Rituals of consumption and the politics of feasting on the Eastern African Coast, AD 700-1500 », Journal of World Prehistory, vol. 23, n° 4, p. 195-217.

Fleisher, J., Wynne-Jones, S., 2010, « Authorisation and the process of power: The view from African archaeology », Journal of World Prehistory, vol. 32, n° 4, p. 177-193.

Forbes, F.E., 1851, Dahomey and the Dahomans; Being the Journals of Two Missions to the King of Dahomey and Residence at his Capital in the Years 1849 and 1850, Londres, Frank Cass and Company.

Forde, C.D., Kaberry, P.M., 1967, West African Kingdoms in the Nineteenth Century, Londres, Oxford University Press.

Freeman, T., 1884, Journals of Various Visits to the Kingdoms of Ashanti, Aku, and Dahomi in Western Africa, Londres, J. Mason.

Gifford-Gonzalez, D., 1989, « Ethnographic analogues for interpreting modified bones: Some cases from East Africa », in R. Bonnichsen, M.H. Sorg (dir.), Bone Modification, Orono (Maine), Center for the Study of Early Man, University of Maine, p. 179-246.

Guyer, J., 1995, « Wealth in people, wealth in things », Journal of African History, vol. 7, n° 3, p. 431-443.

Guyer, J.I., EnoBelinga, S.M., 1995, « Wealth in people as wealth in knowledge: Accumulation and composition in Equatorial Africa », Journal of African History, vol. 36, n° 1, p. 91-120.

Haas, J., 1982, The Evolution of the Prehistoric State, New York, Columbia University Press.

Hayden, B., 1990, « Nimrods, piscators, pluckers, and planters: The emergence of food production », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 9, p. 31-69.

Hayden, B., 1996, « Feasting in traditional societies », in P. Weissner, W. Schiefenhövel (dir.), Food and the Status Quest: An Interdisciplinary Perspective, Oxford, Berghahn Books, p. 127-148.

Haynes, G., 1983, « A guide for differentiating mammalian carnivore taxa responsible for gnaw damage to herbivore limb bones », Paleobiology, vol. 9, p. 164-172.

Herskovits, M.J., 1938, Dahomey: An Ancient West African Kingdom, Evanston, Northwestern University Press, 2 vol.

Inikori, J.E., 2001, « Africans and economic development in the Atlantic world, 1500-1870 », in S.S. Walker (dir.), African Roots/American Cultures: Africa in the Creation of the Americas, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, p. 123-138.

Inikori, J.E., Ohadike, D.C., Unomah, A.C., 1992, The Chaining of a Continent: Export Demand for Captives and the History of Africa South of the Sahara, 1450-1870, Mona, Institute of Social and Economic Research University of the West Indies.

Johnson, A.W., Earle, T.K., 2000 (2e édition), The Evolution of Human Societies: From Foraging Group to Agrarian State, Stanford, Stanford University Press.

Johnson, M., 1980, « Polanyi, Peukert and the political economy of Dahomey », Journal of African History, vol. 21, n° 2, p. 395-398.

Kelly, K., 1997a, « The archaeology of African-European interaction: Investigating the social roles of trade, traders, and the use of space in the seventeenth- and eighteenth-century Hueda kingdom, Republic of Bénin », World Archaeology, vol. 28, n° 3, p. 351-369.

Kelly, K., 1997b, « Using historically informed archaeology: Seventeenth and eighteenth century Hueda-Europe interaction on the coast of Bénin », Journal of Archaeological Method and Theory, vol. 4, n° 3-4, p. 353-366.

Kirch, P.V., O’Day, S.J., 2003, « New archaeological insights into food and status: A case study from pre-contact Hawaii », World Archaeology, vol. 34, n° 3, p. 484-497.

Kopytoff, I., 1999, « Permutations in patrimonialism and populism: The Aghem chiefdoms of Western Cameroon », in S.K. McIntosh (dir.), Beyond Chiefdoms: Pathways to Complexity in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, p. 88-96.

Kristiansen, K., 1991, « Chiefdoms, states, and systems of social evolution », in T. K. Earle (dir.), Chiefdoms: Power, Economy, and Ideology, Cambridge, Cambridge University Press, p. 16-643.

Law, R., 1977a, « Royal monopoly and private enterprise in the Atlantic trade: The case of Dahomey », Journal of African History, vol. 18, n° 4, p. 555-577.

Law, R., 1977b, The Oyo Empire, c.1600-c.1836: a West African Imperialism in the Era of the Atlantic Slave Trade, Oxford, Clarendon Press.

Law, R., 1989a, « “My head belongs to the King”: On the political and ritual significance of decapitation in pre-colonial Dahomey », Journal of African History, vol. 30, p. 3, p. 399-415.

Law, R., 1989b, « Slave-raiders and middlemen, monopolists and free-traders: The supply of slaves for the Atlantic trade in Dahomey c. 1715-1850 », Journal of African History, vol. 30, n° 1, p. 45-68.

Law, R., 1991, The Slave Coast of West Africa, 1550-1750: The Impact of the Atlantic Slave Trade on an African Society, Oxford, Oxford University Press.

Law, R., 1992, « Posthumous questions for Karl Polanyi: Price inflation in pre-colonial Dahomey », Journal of African History, vol. 33, n° 3, p. 387-420.

Law, R., 1997, The Kingdom of Allada, Leyde, Research School CNWS.

Le Hérissé, A., 1911, L’ancien royaume du Dahomey : Mœurs, religion, histoire, Paris, Émile Larose.

Lovejoy, P., 1989, « The impact of the Atlantic slave trade on Africa: A review of the literature », Journal of African History, vol. 30, p. 365-394.

Manning, P., 1982, Slavery, Colonialism, and Economic Growth in Dahomey, 1640-1960, New York, Cambridge University Press.

Marean, C.W., Abe, Y., Frey, C.J., Randall, R.C., 2000, « Zooarchaeological and taphonomic analysis of the Die Kelders Cave I Layer 10 and 11 Middle Stone Age larger mammal fauna », Journal of Human Evolution, vol. 38, p. 197-233.

McCaskie, T.C., 1995, State and Society in Pre-Colonial Asante, Cambridge, Cambridge University Press [African Studies Series, n° 79].

McIntosh, S.K., 1999, « Pathways to complexity: An African perspective », in S.K. McIntosh (dir.), Beyond Chiefdoms: Pathways to Complexity in Africa, Cambridge/New York, Cambridge University Press, p. 1-30.

M’Leod, J., 1820, A Voyage to Africa: With Some Account of the Manners and Customs of the Dahomian People, Londres, John Murray.

Monroe, J.C., 2003, The Dynamics of State Formation: The Archaeology and Ethnohistory of Pre-Colonial Dahomey, thèse de doctorat, Los Angeles, University of California.

Monroe, J.C., 2009, Abomey Plateau Archaeological Project: Preliminary Field Report 2009, rapport de mission de terrain inédit soumis à la Direction du patrimoine culturel de la République du Bénin.

Monroe, J.C., 2010a, Abomey Plateau Archaeological Project: Preliminary Field Report 2010, rapport de mission de terrain inédit soumis à la Direction du patrimoine culturel de la République du Bénin.

Monroe, J.C., 2010b, « Power by design: Architecture and politics in precolonial Dahomey », Journal of Social Archaeology, vol. 10, n° 3, p. 477-507.

Monroe, J.C., 2011, « In the Belly of Dan: Space, history and power in precolonial Dahomey », Current Anthropology, vol. 52, n° 6, p. 769-798.

Monroe, J.C., 2012, « Building the state in Dahomey: The political economy of landscape on the bight of Benin », in J.C. Monroe, A. Ogundiran (dir.), Power and Landscape in Atlantic West Africa: Archaeological Perspectives, New York, Cambridge University Press, p. 191-222.

Monroe, J.C., 2013a, Abomey Plateau Archaeological Project: Preliminary Field Report 2013, rapport de mission de terrain inédit soumis à la Direction du patrimoine culturel de la République du Bénin.

Monroe, J.C., 2013b, « Power and agency in precolonial African states », Annual Review of Anthropology, vol. 42, p. 17-35.

Monroe, J.C., 2014, The Precolonial State in West Africa: Building Power in Dahomey, New York, Cambridge University Press.

Monroe, J.C., Ogundiran, A. (dir.), 2012,Power and Landscape in Atlantic West Africa: Archaeological Perspectives, New York, Cambridge University Press.

Morton-Williams, P., 1993, « A Yoruba woman remembers servitude in a palace of Dahomey, in the reigns of kings Glele and Behanzin », Africa: Journal of the International African Institute, vol. 63, n° 1, p. 102-117.

Nast, H.J., 1996, « Islam, gender, and slavery in West Afric circa 1500: A spatial archaeology of the Kano palace, Northern Nigeria », Annals of the Association of American Geographers, vol. 86, n° 1, p. 44-77.

Nast, H.J., 2005, Concubines and Power: Five Hundred Years in a Northern Nigerian Palace, Minneapolis,University of Minnesota Press.

Norman, N.L., 2009, « Hueda (Whydah) country and town: Archaeological perspectives on the rise and collapse of an Atlantic countryside and entrepôt », International Journal of African Historical Studies, vol. 42, n° 3, p. 387-410.

Norman, N.L., 2010, « Feasts in motion: Archaeological views of parades, ancestral pageants, and socio-political process in the Hueda kingdom, 1650-1727 AD », Journal of World Prehistory, vol. 23, n° 4, p. 239-254.

Norman, N.L., 2012, « From the shadow of an Atlantic citadel: An archaeology of the Huedan countryside », in J.C. Monroe, A. Ogundiran (dir.), Power and Landscape in Atlantic West Africa: Archaeological Perspectives, New York, Cambridge University Press, p. 142-166.

Norman, N.L., Kelly, K.G., 2006, « Landscape politics: The serpent ditch and the rainbow in West Africa landscape politics », American Anthropologist, vol. 104, n° 1, p. 98-110.

Norris, R., 1789, Memoirs of the Reign of Bossa Ahádee, King of Dahomy, an Inland Country of Guiney; to which are added, the Author’s Journey to Abomey, the Capital; and a Short Account of the African Slave Trade, Londres, W. Lowndes.

Ogundiran, A., 2002a, Archaeology and History in Ìlàrè District (Central Yorubaland, Nigeria) 1200-1900 AD, Oxford, BAR.

Ogundiran, A., 2002b, « Of small things remembered: Beads, cowries, and cultural translations of the Atlantic experience in Yorubaland », The International Journal of African Historical Studies, vol. 35, n° 2-3, p. 427-457.

Ogundiran, A., 2012, « The formation of an Oyo imperial colony during the Atlantic age », in J.C. Monroe, A. Ogundiran (dir.), Power and Landscape in Atlantic West Africa: Archaeological Perspectives, New York, Cambridge University Press, p. 222-254.

Ojo, G.J. A., 1966, Yoruba Palaces, Londres, University of London Press.

Otto, J., 1977, « Artifacts and status differences: Comparison of ceramics from planter, overseer, and slave sites on an antebellum plantation », in S.A. South (dir.), Research Strategies in Historical Archeology, New York, Academic Press, p. xxvii-345.

Peebles, C.S., Schoeninger, M.J., 1981, « Diet at Moundville, Southeastern Archaeological Conference », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, supplément 24, p. 96-97.

Peukert, W., 1978, Der atlantische Sklavenhandel von Dahomey (1740-1797) : Wirtschaftsanthropologie u. Sozialgeschichte, Wiesbaden, Studien zur Kulturkunde Steiner.

Plog, F.T., 1975, « Systems theory in archeological research », Annual Review of Anthropology, vol. 4, p. 207-224.

Polanyi, K., 1966, Dahomey and the Slave Trade: An Analysis of an Archaic Economy, Seattle, University of Washington Press.

Price, T.D., Feinman, G.M., 1995, Foundations of Social Inequality. Fundamental Issues in Archaeology, New York, Plenum Press.

Redman, C.L., 1978, The Rise of Civilization: From Early Farmers to Urban Society in the Ancient Near East, San Francisco, W.H. Freeman.

Richard, F., 2012, « Political transformations and cultural landscapes in Senegambia during the Atlantic era: An alternative view from the Siin (Senegal)? », in J.C. Monroe, A. Ogundiran (dir.), Power and Landscape in Atlantic West Africa: Archaeological Perspectives, New York, Cambridge University Press, p. 78-114.

Robertshaw, P., 2010, « Beyond the segmentary state: Creative and instrumental power in Western Uganda », Journal of World Prehistory, vol. 23, p. 255-269.

Rodney, W., 1966, « African slavery and other forms of social oppression on the Upper Guinea Coast in the context of the Atlantic slave trade », Journal of African History, vol. 7, p. 431-444.

Ross, D., 1987, « The Dahomean middleman system, 1727-1818 », Journal of African History, vol. 28, p. 357-375.

Schoenbrun, D., 1999, « The (in)visible roots of Bunyoro-Kitara and Buganda in the Lakes region: AD 800-1300 », in S.K. McIntosh (dir.), Beyond Chiefdoms: Pathways to Complexity in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, p. 136-150.

Shipman, P., Foster, G., Schoeninger, M., 1984, « Burnt bones and teeth: An experimental study of color, morphology, crystal structure and shrinkage », Journal of Archaeological Science, vol. 11, p. 307-325.

Sinopoli, C.M., 1991, Approaches to Archaeological Ceramics, New York, Plenum Press.

Skertchly, J.A., 1874, Dahomey as it is: Being a Narrative of Eight Months’ Residence in that Country, Londres, Chapman and Hall.

Smith, A.T., 2011, « Archaeologies of Sovereignty », Annual Review of Anthropology, vol. 40, p. 415-432.

Smith, W., 1744, A New Voyage to Guinea, Londres, J. Nourse.

Snelgrave, W., 1734, A New Account of some Parts of Guinea, Londres, P. Knapton.

South, S.A., 1977, Method and Theory in Historical Archeology, New York, Academic Press.

Southall, A., 1988, « The segmentary state in Africa and Asia », Comparative Studies in Society and History, vol. 30, p. 52-82.

Spiers, S., 2012, « The Eguafo polity: between the traders and raiders Sam Spiers », in J.C. Monroe, A. Ogundiran (dir.), Power and Landscape in Atlantic West Africa: Archaeological Perspectives, New York, Cambridge University Press, p. 115-141.

Stahl, A.B., 2001, Making History in Banda: Anthropological Visions of Africa’s Past, Cambridge, Cambridge University Press.

Stahl, A.B., 2004a, « Ancient political economies of West Africa », in G.M. Feinman, L.M. Nicholas (dir.), Archaeological Perspectives on Political Economies, Salt Lake City, University of Utah Press, p. 253-270.

Stahl, A.B., 2004b, « Political economic mosaics: Archaeology of the last two millenia in tropical Sub-Saharan Africa », Annual Review of Anthropology, vol. 33, p. 145-172.

Stein, G., 1998, « Heterogeneity, power, and political economy: Some current research issues in the archaeology of Old World complex societies », Journal of Archaeological Research, vol. 6, n° 1, p. 1-44.

Thompson, J.C., 2005, « The impact of post-depositional processes on bone surface modification frequencies: A corrective strategy and its application to the Loiyangalani Site, Serengeti Plain, Tanzania », Journal of Taphonomy, vol. 3, n° 3, p. 67-90.

Thornton, J.K., 1998 (2e édition), Africa and Africans in the Making of the Atlantic World, 1400-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Usman, A.A., 2012, The Yoruba Frontier: A Regional History of Community Formation, Experience, and Changes in West Africa, Durham, Carolina Academic Press [African World Series].

Van der Veen, M., 2003, « When is food a luxury? », World Archaeology, vol. 34, n° 3, p. 405-427.

Vansina, J., 1999, « Pathways of political development in equatorial Africa and neo-evolutionary theory », in S.K. McIntosh(dir.), Beyond Chiefdoms: Pathways to Complexity in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, p. 166-172.

Villa, P., Mahieu, E., 1991, « Breakage patterns of human long bones », Journal of Human Evolution, vol. 21, n° 1, p. 27-48.

Welch, P.D., Scarry, C.M., 1995, « Status-related variation in foodways in the Moundville chiefdom », American Antiquity, vol. 60, p. 397-419.

Wilks, I., 1975, Asante in the Nineteenth Century: The Structure and Evolution of a Political Order, Londres, Cambridge University Press.

Wright, H.T., 1970, Toward and Explanation of the Origin of the State, prepared for the School of American Research Symposium Explanation of Prehistorical Organizational Change, Santa Fe, NM.

Wright, H.T., 1994, « Pre-state political formations », in G. Stein, M.S. Rothman (dir.), Chiefdoms and Early States in the Near East: The Organizational Dynamics of Complexity, Madison, Prehistory Press, p. 67-84.

Wright, H.T., Johnson, G.A., 1975, « Population, exchange, and early state formation in Southwestern Iran », American Anthropologist, vol. 77, p. 267-289.

Haut de page

Notes

1  D. Eltis et al., 1999.

2  G. Connah, 2001 ; C.D. Forde, P.M. Kaberry, 1967 ; R. Law, 1977b, 1991 ; T.C. McCaskie, 1995 ; I. Wilks, 1975.

3 E. Bay, 1983, 1998 ; K. Kelly, 1997a, b ; J.C. Monroe, 2010b, 2014 ; H.J. Nast, 1996, 2005 ; A. Ogundiran, 2012.

4 K. Kelly, 1997a, b ; N.L. Norman, 2009, 2010, 2012 ; A. Ogundiran, 2002b, 2012 ; F. Richard, 2012 ; S. Spiers, 2012 ; A.B. Stahl, 2001, 2004a, b ; A.A. Usman, 2012.

5 A. Akinjogbin, 1967 ; E. Bay, 1998 ; S. Diamond, 1951 ; M.J. Herskovits, 1938 ; R. Law, 1991 ; P. Manning, 1982 ; K. Polanyi, 1966.

6 R.M. Adams, 1966 ; K. Flannery, 1972 ; J. Haas, 1982 ; A.W. Johnson, T.K. Earle, 2000 ; F.T. Plog, 1975 ; C.L. Redman, 1978 ; H.T. Wright, 1970, 1994 ; H.T. Wright, G.A. Johnson, 1975.

7 T.K. Earle, 1977, 1987, 1991 ; K. Kristiansen, 1991 ; T.D. Price, G.M. Feinman, 1995.

8  G. Stein, 1998.

9  A.T. Smith, 2011.

10  G. Connah, 2001 ; S.K. McIntosh, 1999 ; J.C. Monroe, 2013b ; J.C. Monroe, A. Ogundiran, 2012 ; A.B. Stahl, 2004a.

11 C.L. Crumley, 1995 ; S.K. McIntosh, 1999.

12 I. Kopytoff, 1999 ; A. Southall, 1988 ; J. Vansina, 1999.

13 J. Guyer 1995 ; J.I. Guyer, S.M. EnoBelinga, 1995.

14 J. Fleisher, S. Wynne-Jones, 2010 ; P. Robertshaw, 2010 ; D. Schoenbrun, 1999 ; A.B. Stahl, 2004b.

15 J.C. Monroe, 2013b.

16 S. Alpern, 1995 ; D. Eltis, L.C. Jennings, 1988 ; J.E. Inikori, 2001 ; J.E. Inikori et al., 1992 ; P.Lovejoy, 1989 ; P. Manning, 1982 ; W. Rodney, 1966 ; J.K. Thornton, 1998.

17 C. DECORSE, S. SPIERS, 2009 ; K. Kelly, 1997a ; J.C. Monroe, 2010b, 2011, 2014 ; J.C. Monroe, A. Ogundiran, 2012 ; N.L. Norman, 2009, 2012 ; N.L. Norman, K.G. Kelly, 2006 ; A. Ogundiran, 2002b ; F. Richard, 2012 ; S. Spiers, 2012 ; A.B. Stahl, 2001, 2004b.

18  Voir aussi J. Fleisher, 2010, pour un exemple est-africain, et N.L. Norman, 2010.

19 M. Dietler, 1990, 1996, 2001 ; B. Hayden, 1990, 1996.

20 M. Dietler, 2001, p. 65.

21 M. Dietler, 2001, p. 77.

22  M. Dietler, 2001, p. 66.

23  M. Dietler, 1990, 1996, 2001.

24  Il convient de noter ici que, bien que le modèle de Dietler ait été développé pour expliquer des contextes rencontrés sur des sites archéologiques de l’âge du fer en Europe, le modèle lui-même s’inspire largement d’exemples ethnographiques africains.

25  M. Dietler, 2001, p. 76.

26 M. Dietler, 2001, p. 83.

27 M. Dietler, 2001, p. 85.

28 J. Fleisher, 2010 ; N. L. Norman, 2010.

29 A. Akinjogbin, 1967 ; R. Law, 1991.

30 A. Akinjogbin, 1967 ; K. Polanyi, 1966.

31  E. Bay, 1998 ; R. Law, 1991, 1997 ; J.C. Monroe, 2014.

32 J.C. Monroe, 2010b, 2011, 2012, 2014.

33 J.C. Monroe, 2010b, 2011.

34  J.C. Monroe, 2010b.

35  J.C. Monroe, 2010b.

36  A. le hérissé, 1911, p. 82.

37  A. Le Hérissé, 1911, p. 86.

38  M.J. Herskovits, 1938, p. 63-77.

39 M.J. Herskovits, 1938, p. 72.« Il incombe au propriétaire du champ […] d’offrir un festin et, pour cela, de tuer une chèvre ou un cochon et de fournir le boire et le manger aussi riche et varié qu’il le peut. Ce repas est la seule récompense que chaque membre du dokpwe reçoit. » Traduction de l’éditeur.

40  M.J. Herskovits, 1938, p. 74.

41  R. Law, 1997.

42 A. Dalzel, 1793, p. xxiii-xxiv. « Sur cette estrade était empilée une grande quantité de cauris enfilés par paquets de deux mille chacun, des pièces de brocard et d’autres soieries, des colliers de corail, des tissus locaux et européens, du tabac brésilien, des pipes, des bouteilles de liqueur, et une variété d’autres articles. À un moment précis, le roi, avec tous ses chefs et vassaux, rejoint l’estrade où se trouvent aussi les Européens. Là, chaque personnalité est autorisée à choisir un tissu pour elle-même, à commencer par le Premier ministre, et le reste suit son exemple, en fonction de son rang. Parfois aussi, chacun reçoit un collier de corail. Après cela, le roi saisit quelques paquets de cauris et les jette par-dessus l’enceinte parmi la foule. Tous les chefs et les Européens qui le souhaitent suivent son exemple et font de même avec toutes les marchandises, à l’exception de quelques paquets de cauris qui sont réservés à certains favoris parmi les serviteurs autorisés à se tenir entre l’estrade et l’enceinte, et qui leur sont remis par leur maître. » Traduction de l’éditeur.

43 K. Polanyi, 1966.

44  M. Johnson, 1980 ; R. Law, 1977a, 1989a, b, 1991, 1992 ; P. Manning, 1982 ; W. Peukert, 1978 ; D. Ross, 1987.

45 Bulfinche Lambe, in F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 190-191.

46 A. Dalzel, 1793, p. xi.

47 Wilmot, in R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 368.

48  A. Le Hérissé, 1911, p. 27-31.

49  A. Hérissé, 1911, p. 27.

50  E. Bay, 1998.

51  S. Blier, 1995.

52  E. Bay, 1998, p. 15.

53  A. Dalzel, 1793, p. xi. « Derrière les murs des différents palais royaux du Dahomey, sont cloîtrées pas moins de 3000 femmes. Plusieurs centaines d’entre elles s’entraînent à l’utilisation des armes sous la direction d’une femme générale et d’officiers subordonnés nommés par le roi […]. Ces guerrières sont soumises à l’exercice régulier et évoluent avec autant d’expertise que leurs homologues masculins. » Traduction de l’éditeur.

54 W. Snelgrave, 1734, p. 125.

55 J.A. Skertchly, 1874, p. 457. « Chaque dignitaire, qu’il soit de haut rang ou pas, a son “double” à l’intérieur [du palais]. Quand je fus fait prince, une guerrière fut élevée au même rang à l’intérieur. Elle sera connue des futurs voyageurs comme l’Avagansi, ou la “mère” du prince blanc. » Traduction de l’éditeur.

56  J.A. Skertchly, 1874, p. 248.

57  J.A. Skertchly, 1874, p. 454. « Il mit en place un équilibre des pouvoirs en créant des dignitaires féminins, correspondant aux ministres “extérieurs”, prévenant ainsi toute intention rebelle qui aurait pu traverser l’esprit de quelque sujet ambitieux. » Traduction de l’éditeur.

58  H.J. Nast, 1996, 2005.

59  W. Smith, 1744, p. 200-201.

60  J.A. Skertchly, 1874, p. 89.

61 A. Dalzel, 1793, p. 214-215.

62 A. Dalzel, 1793, p. xxii.

63  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 115.

64  R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 207, et vol. 2, p. 155.

65  J.A. Skertchly, 1874, p. 25.

66  J.A. Skertchly, 1874, p. 396. En 1951, les ethnologues William R. Bascom et Paul Mercier interrogèrent une femme yoruba qui avait été esclave dans le palais d’Abomey de Glélé et Béhanzin. Dans cette interview, publiée ultérieurement par Peter Morton-Williams, elle évoquait [le fait que] « d’autres épouses vivaient dans l’autre maison Ihwegbe [sic,Jegbe], la première maison ; elles étaient potières et les servantes vendaient les pots. Aucune des servantes ne commerçait au marché » (P. Morton-Williams, 1993, p. 107). Herskovits note aussi que, « parmi les femmes, les potières étaient considérées comme ayant le rang le plus élevé en tant que fabricantes de la vaisselle culinaire et de la poterie cérémonielle pour les cultes des dieux » (M.J. Herskovits, 1938, p. 49).

67  C.L. Costin, 1991.

68 H.J. Nast, 2005 ; G.J.A. Ojo, 1966.

69  R. Norris, 1789, p. vi-ix.

70 E. Bay, 1998, p. 117.

71 J. Fakambi, 1993.

72  A. Le Hérissé, 1911, p. 222 ; J. C. Monroe, 2003, p. 44.

73  J.C. Monroe, 2014.

74  Les archéologues des périodes historiques utilisent la date la plus haute de production pour dater l’artefact le plus récent et la date de fabrication la plus récente du plus ancien artefact datable pour déterminer, pour un assemblage, le terminus post quem et le terminus ante quem respectivement (S.A. South, 1977). Ceci produit un intervalle de datation dans lequel l’assemblage a pu, le plus vraisemblablement, être déposé.

75 J.C. Monroe, 2003, p. 285-290.

76 W.H. Adams, S.J. Boling, 1989 ; J. Otto, 1977.

77  Selon un récit, Kpengla était prêt à mettre en œuvre ces cérémonies à Allada, en 1776 (R. Law, 1991, p. 331).

78  R. Norris, 1789, p. 144-145. En général, les documents de cette période attestent de la consommation d’un large choix de viande incluant : crocodiles, antilopes, chauve-souris, buffles, aulacodes, carpes, silures, chats, bovins, chiens, canards, éléphants, différentes espèces de poissons, chèvres, pintades, lézards, singes, mulets, huîtres, perroquets, perdrix, pigeons, cochons, volaille, lapins, moutons, crevettes, serpents et dindes (J. Atkins, 1735 ; R.F. Burton, 1864 ; A. Dalzel, 1793 ; J. Duncan, 1847 ; F.E. Forbes, 1851 ; T. Freeman, 1844 ; J.M’Leod, 1820 ; R. Norris, 1789 ; J.A. Skertchly, 1874 ; W. Snelgrave, 1734).

79  J. Duncan, 1847, p. 296. « Les naturels sont généralement de très bons cuisiniers et s’arrangent pour faire de nombreux plats à partir des mêmes mets. Parmi les viandes cuisinées se trouvaient du bœuf, qu’ils font rôti, bouilli et aussi cuit à l’étouffée, du mouton, des chèvres, du gibier, de l’éléphanteau, du porc rôti et bouilli, de la volaille, des pintades, des canards de Barbarie et des dindes. Pour ce qui est des légumes, ils cuisinent l’igname, le manioc, la patate douce, le blé d’Inde ou maïs, avec de nombreuses variétés de pois, certaines qui poussent sous terre et d’autres en surface. Leur nourriture est généralement très assaisonnée avec du piment et de l’huile de palme, laquelle a un excellent arôme lorsqu’elle est fraîche, et est très saine. » Traduction de l’éditeur.

80  J.A. Skertchly, 1874, p. 72-73. « Sur la table se trouvait arrangé un parfait assortiment de bouteilles que nous ouvrîmes pour boire à la santé du roi et du prince […]. Un somptueux repas fut ensuite servi, composé de viandes rôties, bouillies, grillées, farcies, des légumes, du pain et, comme boisson, du vin clair et accompagné de limonade. » Traduction de l’éditeur.

81  J.A. Skertchly, 1874, p. 285. « Plusieurs paniers de la sorte ordinaire, avec un couvercle en calebasse, marqués des hiéroglyphes royaux, furent apportés et disposés d’un côté pour Gézu ; l’assemblée tout entière louant la générosité du roi. Nous fûmes alors appelés sur le devant pour nous donner un cochon de lait frit en une seule pièce, neuf volailles, deux canards, et un grand nombre de ragoûts et hachis. » Traduction de l’éditeur.

82  J.A. Skertchly, 1874, p. 318-319. « Des volailles rôties et bouillies, des porcs, pigeons et viande de chèvre furent apportés avec des ignames, des patates douces, et des plantains rôtis. » Traduction de l’éditeur.

83 R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 52.

84 Wilmot, in R.F. Burton, 1864, p. 366.

85  J.A. Skertchly, 1874, p. 319. Skerchly suggère : « Le régime des classes les plus basses consistait en l’universel “cankie”, avec un peu de viande animale à de rares intervalles » (J.A. Skertchly, 1874, p. 490), et « les classes les plus basses ont un régime presque totalement végétal » (J.A. Skertchly, 1874, p. 492). Skertchly note aussi qu’« un repas typique du matin pour les travailleurs au champ consistait en ignames ou en épis de maïs bouillis » (J.A. Skertchly, 1874, p. 331).

86 J.C. Monroe, 2009, 2010a, 2013a.

87  J.A. Skertchly, 1874, p. 57. « Beaucoup de huttes étaient réservées à la vente de […] viande déjà cuite […]. Disposées de la meilleure façon possible […] se trouvaient des pièces de porc, rôties et bouillies, de chèvre, de volaille, de canard, etc. etc. Une bouchée de ces viandes pouvait être achetée pour deux cauris, le boucher coupant adroitement au couteau des tranches extrêmement fines du rôti […] et, étalant le morceau sur une feuille de plantain, il la saupoudrait de piment en poudre et la tendait au client avec tous les airs d’un vendeur sorti d’un échoppe londonienne. » Traduction de l’éditeur.

88  S.H. Ambrose et al., 2003 ; K.F. Emery, 2003 ; C.S. Peebles, M.J. Schoeninger, 1981 ; P.D. Welch, C.M. Scarry, 1995.

89  J. Duncan, 1847, vol. 1, p. 263.

90  John Duncan écrit par exemple : « Le roi m’envoya un jeune taureau très beau, une chèvre et deux volailles, deux sacs de farine et un de sel » (J. Duncan, 1847, vol. 1, p. 263). Richard Burton ajoute : « Là où le roi a des palais, les épouses envoient des plats de sauce feuille, des ragoûts de porc et de volaille riches en gombo et d’autres plats savoureux similaires » (R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 137). Traduction de l’éditeur.

91  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 103.

92  F.E. Forbes, 1851, vol. 2, p. 71.

93  F.E. Forbes, 1851, p. 41. « Notre déjeuner consiste, chaque jour, en soupe de volaille servie dans une cuvette et, en général, de ragoûts de volaille, de mouton, en plus d’une série de plats locaux arrosés d’huile de palme et de piments, d’ignames et de manioc. » Traduction de l’éditeur.

94  J.A. Skertchly, 1874, p. 124. « Mon régime quotidien peut intéresser des visiteurs potentiels : de la volaille bouillie, en ragoût ou grillée et du cochon sauvage ou de la viande de chèvre formaient le plat principal de chaque menu, varié en fonction de ce que l’occasion offrait, par du canard, du pigeon, du singe, du perroquet ou de la perdrix. Les légumes étaient représentés par des ignames, des haricots ou du maïs bouillis ou bien broyés et travaillés comme un pudding, tel le fufu de la côte de l’Or ; comme dessert, j’avais abondance d’œufs, d’oranges, de citrons verts, de goyaves, de noix de coco, d’ananas et de papayes, pour ne rien dire des melons, oignons et arachides. » Traduction de l’éditeur.

95  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 269.

96  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 269. « Gélélé versa quelques gouttes de rhum sur le sol, en but de nouveau, puis brisa son verre sur la table. C’était le signal, pour tous ceux présents, de faire de même, et les participants cassèrent tout, y compris les tables. Ainsi se terminait le Khwe-ta-nun [sic, Xwetanu], ou les coutumes annuelles pour l’année 1863-64. » Traduction de l’éditeur.

97  A. Appadurai, 1986, p. 38.

98  M. Van der Veen, 2003.

99 P.V. Kirch, S.J. O’Day, 2003 ; M. Van der Veen, 2003.

100 M. Dietler, 2001.

101 J.M’Leod, 1820, p. 56.

102  A. Dalzel, 1793, p. 132.

103  F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 157. « L’éléphant du Dahomey est de taille immense et inspire, comme tous les grands animaux, un respect religieux mêlé de crainte. En certaines occasions, ou lors du grand festival, la chair de l’éléphant est consommée par le roi et distribuée par sa majesté à ses sujets les plus éminents. Deux régiments d’amazones ont la charge de “gardes forestiers” et une partie de leur travail est de fournir de la chair d’éléphant pour ces fêtes. » Le Hérissé note aussi : « Dans les contrées giboyeuses, certains hommes étaient spécialement chargés d’approvisionner le palais en venaison et de chasser l’éléphant dont les défenses étaient vendues au roi » (A. Le Hérissé, 1911, p. 89-90). Toutefois, cela ne veut pas dire que le palais royal maintenait un monopole strict sur la consommation de viande d’éléphant. Au contraire, Duncan (1847, vol. 2, p. 290) a observé la vente de viande d’éléphant sur le marché.

104 T. D’Altroy, T.K. Earle, 1985.

105  J. Blitz, 1993 ; B. Hayden, 1996.

106  L’état de dégradation (A.K. Behrensmeyer, 1978 ; A.K. Behrensmeyer et al., 2003) a été enregistré pour les restes de mammifères et d’oiseaux afin de fournir plus d’informations sur les conditions de dépôt. De plus, les lignes de fracture des os ont été enregistrées comme résultant soit de bris récent (causé par la fouille ou des manipulations ultérieures), soit de destructions survenues lors de la formation du dépôt, selon la documentation offerte par les textes (e.g. C.W. Marean et al. 2000 ; J.C. Thompson, 2005 ; P. Villa, E. Mahieu, 1991). Les modifications taphonomiques causées par les acteurs humains ou non ont été enregistrées pour tous les spécimens analysés (D. Gifford-Gonzalez, 1989 ; B. Haynes, 1983). Les localisation et fréquence des marques de découpe et de percussion ont été enregistrées pour chaque spécimen, apportant ainsi des informations sur les processus de boucherie et de préparation culinaire. Ont également été enregistrées, pour chaque spécimen, les altérations thermiques (P. Shipman et al., 1984), offrant ainsi des informations supplémentaires sur les pratiques culinaires.

107 A. Dalzel, 1793, p. 132 ; F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 157.

108 M. Dietler 2001, p. 76.

109  M.J. Herskovits, 1938, p. 42, 98, 270, 308.

110  M.J. Herskovits, 1938, p. 98.

111 E. Bay, 1998.

112 R. Law, 1991, p. 331.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Sociétés précoloniales sur la côte des Esclaves (Afrique de l’Ouest) pendant la période du commerce atlantique (xviie-xixe siècle)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 2 : Tissu en appliqué montrant le dokpwe, dokpwegan, et des calebasses remplies de nourriture pour le festin en préparation
Crédits D’après M.J. Herskovits, 1938, planche 15.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 3 : Représentation du Xwetanu dahoméen, ou « coutumes annuelles » aux ancêtres royaux, qui impliquait sacrifices humains et distribution de richesses matérielles
Crédits A. Dalzel, 1793, en face de la page 55.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 4 : Plan d’Abomey et Cana, précisant les limites des agglomérations actuelles et des concessions royales datant des xviiie et xixe siècles
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-4.png
Fichier image/png, 124k
Titre Figure 5 : Profil stratigraphique de l’unité 4 de Cana-Gbengamey (au-dessous), et sélection de céramiques et tessons de bouteilles importées du xixe siècle provenant de ce contexte (au-dessus)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 6 : Profil stratigraphique de l’unité 8 de Cana-Agouna (au-dessus), et sélection de bouteilles de liqueur et de fragments de pipes hollandaises du xviiie siècle provenant de ce contexte (au-dessous)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 7 : Comparaison des densités de faune (SPNI) et d’artefacts entre l’unité 4 et l’unité 8
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-7.png
Fichier image/png, 81k
Titre Figure 8 : Pipes de fabrication locale de l’unité 8 à Cana-Agouna (au-dessus) et de l’unité 4 à Cana-Gbengamey (au-dessous)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 9 : Typologie de la céramique dahoméenne mettant en évidence une série de récipients pour le stockage, pour cuire et pour servir
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-9.png
Fichier image/png, 59k
Titre Figure 10 : Épaisseur relative des tessons (moyenne, maximum, minimum, et déviation standard) pour les catégories de forme et de taille définies
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-10.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 11 : Fréquence au sein des catégories de forme et de taille de tessons présentant des traces de feu
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-11.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 12 : Épaisseur relative des formes les plus courantes de récipients provenant des complexes des palais royaux, comparée à tous les tessons collectés lors de prospections systématiques sur les sites ruraux autour de Cana
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-12.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 13 : Fréquence des types céramique mis au jour à Cana-Gbengamey (unité 4) et Cana-Agouna (unité 8) entre 2001 et 2002
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1632/img-13.png
Fichier image/png, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

J. Cameron Monroe et Anneke Janzen, « Le festin dahoméen. Femmes du palais, politiques internes et pratiques culinaires en Afrique de l’Ouest au XVIIIe-XIXe siècle », Afriques [En ligne], 05 | 2014, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://afriques.revues.org/1632 ; DOI : 10.4000/afriques.1632

Haut de page

Auteurs

J. Cameron Monroe

Associate Professor, Department of Anthropology, University of California, Santa Cruz

Anneke Janzen

Department of Anthropology, University of California, Santa Cruz

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org