Navigation – Plan du site
Réseaux globaux, réseaux locaux

L’archipel des Comores et son histoire ancienne. Essai de mise en perspective des chroniques, de la tradition orale et des typologies de céramiques locales et d’importation

The Comoro Islands and their ancient history. Putting chronicles, oral traditions and local and imported pottery typologies into perspective
Claude Allibert

Résumés

Cet article ne traite ni de l’histoire moderne ni de l’histoire contemporaine de l’archipel des Comores, mais vise à étudier les époques anciennes en mettant en corrélation trois types de documents en les croisant, même si l’exercice s’en révèle délicat. L’archéologie peut informer sur l’origine des artefacts mais ne peut prétendre à renseigner sur leurs transporteurs. Il est impossible de dire si ceux qui apportèrent les objets sont ceux qui s’installèrent en ces lieux. D’autre part, les chroniques et la tradition orale, si elles peuvent aider, présentent aussi des pièges dus aux pratiques de manipulation opérées à leur avantage par leurs auteurs. Parfois, cependant, une lueur d’association et d’articulation pointe. On semble alors voir apparaître des correspondances entre mouvements commerciaux, culturels et matrimoniaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’orthographe des termes comoriens a été alignée sur la forme préconisée par les linguistes et non (...)

1Le peuplement de l’archipel des Comores s’explique par des migrations multiples vers un groupement d’îles volcaniques issues de mouvements tectoniques au cours des dix derniers millions d’années. Situées au milieu du canal de Mozambique, cet ensemble d’îles d’âges différents – la plus ancienne, Mayotte, située à l’est et la plus récente, Ngazidja1, à l’ouest – offrirent aux populations migrantes des situations écologiques différentes, les îles les plus anciennes ayant des cours d’eau pérennes, contrairement à ce qui se produisit pour l’île la plus grande et la plus récente, Ngazidja (la Grande Comore). Cette dernière est encore en formation grâce à son système volcanique toujours actif. Maore (Mayotte), au basalte dégradé, fournit des sols plus fertiles, ainsi que Ndzuani (Anjouan), aux pentes plus difficiles d’accès. Ngazidja possède moins de surfaces cultivables. Les conditions géologiques et climatiques expliquent le mode de vie des populations, pour certaines tournées vers l’élevage et l’agriculture, d’autres davantage vers l’océan ou les lagons pour la pêche. En réalité, toutes associent plus ou moins ces trois pratiques.

  • 2  Voir D. Gommery, B. Ramanivosoa et al., 2011 ; R.E. Dewar, C. Radimilahy et al., 2013 ; mais égale (...)
  • 3  Quelques tessons gujarati (fig. 1), reconnus par nos collègues indiens (A.B. Irani et D. Dandekar, (...)
  • 4  Pline l’Ancien, 1947, VI, p. 152.
  • 5  C. Allibert, 2012b, p. 342.

2Des trouvailles récentes laissent augurer d’une ancienneté plus grande du peuplement de ces îles qu’il n’avait été envisagé jusque dans les années 2000. Faut-il y voir un accompagnement des découvertes récentes faites dans le Nord de Madagascar, qui présente une activité humaine deux mille cinq cents ans av. EC2 ? De toute manière, il est probable que l’archipel situé sur l’itinéraire entre l’Afrique et Madagascar (peut-être la célèbre Menuthias du Périple de la mer Erythrée ?) ait connu au moins des passages au début du premier millénaire3. Quand Pline évoque Regio amithoskutta, Damnia, Mizi maiores et minores, Drimati4, il semble bien qu’il s’agisse de la zone délimitée par le secteur nord du canal de Mozambique, occupée par les populations mrima (Drimati), mais aussi par les îles Wamizi (le long de la côte africaine) et l’île d’Anjouan, avec la ville de Domoni (Damnia). Cette région fournissait en son temps l’écaille de tortue (skutta)5.

  • 6  Parfois transcrit, selon les auteurs, komr, qomr ou simplement qmr, sans vocalisation. Le terme es (...)
  • 7  Voir Abulfida, in G. Ferrand, 1907, p. 528.

3Le nom des Comores vient du terme qumr qui servit à désigner Madagascar (djazirat al-kmr) et les îles du canal de Mozambique6. Abûlfida nous dit clairement qu’il ne faut pas lire qamar (lune) à la place de qumr7. La lecture prétendant que l’archipel porte le nom des « îles de la lune » est donc erronée, même si elle a fait (et fait encore) fortune, surtout auprès des agences de voyage.

  • 8  Voir C. Allibert, 1984, p. 177-183, mais aussi P. Vérin, 1994, p. 63, citant Damir ben Ali pour ce (...)
  • 9  Comme nous allons le voir, les fani étant en place au xiie-xiiie siècle (et peut-être plus tôt), i (...)
  • 10  Séminaire 1978 (P. Ottino, 1978).
  • 11  Il n’est pas sans intérêt de rappeler que le manuscrit d’Abdul Atifu Musa Fumu donne le nom de mah (...)

4La tradition orale, si elle affirme que l’archipel a connu trois périodes définies comme ayant été sous le contrôle d’abord des béja8, puis des fani (peut-être à Ngazidja) enfin des mfalumé, hésite plus particulièrement à donner une signification précise au premier terme. Nous ne savons que peu de choses sur les béja9. S’agit-il, comme la tradition le dit, d’une première couche culturelle préislamique, comme le pensa Ottino10, l’associant hypothétiquement aux béja de l’ethnie bedja de l’Afrique nord-orientale11, ou d’un terme local hors chronologie pour désigner plutôt une fonction qui demanderait à être précisée ?

Carte de situation

Carte de situation

Les sites archéologiques des Comores

Les sites archéologiques des Comores

Du viiie au xiie siècle, période dite de « Dembeni »

  • 12  Kungu (IGN Koungou, 1200 +/- 60 BP, 1180 +/- 60 BP) (voir P. Fontes, J. Coudray et al., 1987 ; C.  (...)
  • 13  Cette poterie porte également le nom de « type Tana ». Voir les récentes études qui en ont été fai (...)
  • 14  C. Allibert, P. Vérin, 1996, p. 465, fig. 7b.

5Le site de Kungu (viiie-ixe siècle EC)12, aujourd’hui en partie détruit par la mer, a fourni deux datations clés et présente des tessons variés (fig. 4). L’un est dit de type triangular incised ware (TIW) (fig. 2) et est reconnu comme typiquement africain13. Felix Chami fait remonter cette typologie au ve siècle, mais il est certain qu’il est d’une date plus récente sur ce site (viiie siècle). Pour une date semblable, le site voisin de Majikavo (fig. 3) recèle déjà de la poterie sassano-islamique, du chloritoschiste provenant de Madagascar et un tesson de poterie probablement gujarati14.

  • 15  Parfois orthographié M’Bachilé.
  • 16  Voir les publications de C. Hardy-Guilbert, 2002 ; A. Rougeulle, 2008.
  • 17  Communication personnelle pour laquelle je le remercie.

6Une occupation de l’archipel est à noter aux ixe et xe siècles sur les quatre îles. Sima (Ndzuani), Mbashile15 (Ngazidja), Mro Dewa (Mwali) et Dembeni et Mromuhu (Maore), pour les principaux sites, apportent la preuve d’une installation bien en place (une dent de lait a été relevée), confirmant la présence d’une population dite « Dembeni », caractérisée par une poterie rouge graphitée désignée sous le même nom (fig. 5), ainsi qu’une autre à engobe rouge. L’origine de ces poteries est encore discutée. La première a été retrouvée jusqu’à Sharma, au Hadramaout et en Oman16, ce qui en montre la large circulation mais n’en indique pas la provenance. Henry Wright pense qu’elle pourrait être originaire des Comores (un exemplaire en cours de fabrication a été retrouvé sur un site de l’archipel)17. La seconde pourrait être un marqueur malgache, sans certitude. Un caractère original, l’emploi d’empreintes horizontales d’arca sur le bord ou la carène des céramiques (fig. 5), a été aussi envisagé comme autre marqueur malgache. Le pourcentage de tessons portant ce décor va décroissant au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la Grande Île jusqu’aux sites côtiers africains. Mais aucune de ces propositions concernant leur origine ne peut être à ce jour considérée autrement que comme une hypothèse, d’autant plus que les sites côtiers malgaches (à l’exception de Mahilaka) ne les présentent pas en grand nombre.

  • 18  Voir H.T. Wright, 1992 ; C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1989 ; C. Allibert, H.D. Liszkowski et (...)
  • 19  Voir A. Rougeulle, 2004 ; B. Zhao, 2012, pour la diffusion de la porcelaine chinoise dans l’océan (...)
  • 20  C. Guillot (dir.), 1998-2003.
  • 21  P. Sinclair, 1982 ; 2007 ; P. Sinclair, A. Ekbloma, M. Wood, 2012.

7Dembeni, le site éponyme de Mayotte, fouillé à plusieurs reprises jusqu’en 1999 sur des surfaces respectant l’avenir du site, a livré d’importantes réponses18. D’une étendue initiale d’environ cinq hectares, il passe à une vingtaine au xiie siècle. L’importation de poteries chinoises19, islamiques, malgaches (fig. 6 à 15) montre que cette époque s’inscrit dans le commerce international qui caractérise alors l’océan Indien, de Lobu Tua (Barus, Sumatra)20 à Chibuene (Mozambique)21.

  • 22  H.N. Chittick, 1984, p. 101-105.
  • 23  M.C. Horton, 1996, p. 300-303.
  • 24  C. Guillot (dir.), 1998-2003, p. 69-102.

8Les poteries indiennes ne sont pas absentes et sont probablement de gros contenants. H.N. Chittick22 comme M.C. Horton en ont signalé à Manda comme à Shanga23. C. Guillot en fait une longue description pour le site de Barus24. Il s’agit en général d’une céramique de pauvre qualité qui a dû servir à transporter de l’eau ou d’autres liquides.

  • 25  Voir l’étude faite par H. Morrison, in C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1983, p. 106-119, et 198 (...)
  • 26  Il faut évidemment ne pas confondre ce site de l’archipel et celui de la côte africaine. Mais ce m (...)
  • 27  C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1983.
  • 28  Le lecteur se reportera à C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1989, pour avoir le descriptif établi (...)

9Perles et verres, à la fois importés et réutilisés, comme le montrent les gouttelettes fondues pour la fabrication des perles, sont nombreux (fig. 19, 21, 23 à 25)25. Une activité métallurgique représentée par des fours et des scories y apparaît soutenue. À Bagamoyo26, la typologie des fours s’inspire de celle des fours austronésiens : tuyères en bambou reliant le four à des souffleries verticales à piston. Ce four, dont la fonction était de produire de la chaux de bonne qualité – mais en faible quantité – à partir de cérithes, est recouvert par une poterie de large diamètre (32 cm), placée sens dessus dessous (dite « chapeau chinois » dans la littérature malgache), percée intentionnellement au fond pour laisser passer un bout de bambou servant de cheminée (fig. 27-28)27. À Dembeni, des massiots de fer de grande pureté, sans parler de nombreuses scories, ont été retrouvés (fig. 17). Des fers de lance ainsi qu’un hameçon figurent dans les objets recueillis (fig. 18). Une réflexion sur les modes de pêche s’impose, en association avec les nombreuses sortes de poissons retrouvés sur le site28, mais également sur la typologie des pièges à poissons. Enfin, pour ce qui est des métaux, un morceau de plomb plié a été relevé. Des agrafes de ce même métal ont servi à la réparation de poteries de type sgraffiato.

  • 29  Voir C. Allibert, 2002.
  • 30  al-Biruni, 1936, p. 183.
  • 31  Voir C. Allibert, 2011, p. 201. Je remercie mon collègue Jean-Charles Ducène qui m’a fourni la réf (...)

10La multitude de morceaux de quartz hyalin (Fig. 26), vraisemblablement de Madagascar (côte nord-est), depuis le minuscule éclat qui indique qu’il fut travaillé (fig. 22) jusqu’au gros morceau, voire un bloc de plusieurs dizaines de centimètres de long (à Bagamoyo), posent question. Des perles ont été tirées du cristal de roche sur place (fig. 20), mais il semble que le quartz ait aussi servi à d’autres fonctions29, sans oublier d’envisager un probable relais commercial sur l’île entre la Grande Île et le monde arabe, voire la Méditerranée. Al-Birûni vers 1050 le confirme lorsqu’il déclare que « billawr [le cristal de roche] est ramené des îles des Zenj et d’autres îles jusqu’à Basrah, où on en fait des vaisseaux. […] La variété du Kashmir ne vaut pas celle des Zanj30 ». Les îles de « Zanj » autres que Madagascar, volcaniques, ne présentent guère de possibilités pour être une source de provenance. On ne peut retenir que Madagascar comme candidat, ce que confirme l’archéologie de l’archipel des Comores et du Nord de l’île Rouge31.

  • 32  Voir S. Jennings, 2005, qui signale deux secteurs (Iran du Nord et Yémen) où le chloritoschiste ét (...)
  • 33  C. Allibert, J.-A. Rakotoarisoa, 2011, p. 10.

11Le chloritoschiste importé de Madagascar dans lequel furent taillées des marmites d’une dimension allant de 30 à 80 cm de diamètre est courant (fig. 35). Son exportation vers des sites africains est certaine, mais ce ne sont pas tous les sites de la côte orientale du continent africain qui en détiennent à ces époques, apportant ainsi la preuve de relations préférentielles entre certaines échelles de part et d’autre du canal de Mozambique. Ainsi, si Kilwa et Manda en comptent un assez grand nombre, il en va différemment à Shanga. Par ailleurs, l’étude de la nature du chloritoschiste pourrait laisser augurer de l’existence de deux types de ce matériau : l’un, d’excellente qualité, à grains fins, sans imperfections, assez rare et taillé en formes souvent arrondies, qui pourrait provenir de la péninsule Arabique32 ; l’autre, plus grossier, plus fréquent, de couleur verdâtre, plus talqueux, avec des trous et des imperfections. Une étude géologique sera nécessaire pour en déterminer la provenance. Dans tous les cas, les marmites n’ont jamais de trépied, contrairement à celles trouvées à Vohemar (au nord-est de Madagascar), pour une date plus récente33. L’absence de pied rend la pièce moins fragile pour le transport. Il se peut aussi que l’introduction du trépied à Vohemar ait été postérieure (xiiie siècle), sous l’effet d’une influence extérieure et dans le but d’un autre usage cérémoniel, peut-être associé à des fonctions post mortem.

  • 34  H.T. Wright, 1984, p. 53.

12Les restes de tortues sont en grand nombre. Wright signale chelonia mydas et envisage l’utilisation de l’écaille mais également sa consommation. Dembeni, outre cette tortue, présente d’autres reptiles, comme pyxis arachnoides ou kapila (Madagascar) et yniphora, qui ont tous été consommés. D’autres animaux de la côte malgache (tortues probablement du secteur de la baie de Baly, tenrecs, lémuriens) ont aussi servi de nourriture, ce qui rend bien improbable la généralisation de l’islam à cette époque, ces animaux étant interdits à la consommation. Une dent de porc qui a pu servir de pendentif a été signalée à M’Bashile (Ngazidja)34. Il faut voir là encore un indice faisant douter de l’adhésion générale à la religion du Prophète, car un musulman n’aurait pu porter un tel objet impur.

  • 35  Tollenaere (C. Tollenaere, 2009) fait l’hypothèse d’une introduction de la peste il y a mille ans (...)

13Les poissons, en grande quantité, ont été apparemment la base alimentaire, sans que bovins et ovins soient absents, même si leur nombre semble avoir été plus faible qu’à l’époque des sultanats. La volaille (gallus gallus) est aussi représentée. Rattus rattus est signalé et pose la question de l’introduction hypothétique de la peste35.

  • 36  La détermination a été rendue incertaine à cause de l’absence de l’écusson qui le caractérise. Mai (...)
  • 37  On sait combien les populations austronésiennes ont utilisé ce végétal pour divers usages.
  • 38  Son fruit est consommé de part et d’autre de l'océan Indien. En malgache, son nom est wakwa, à Sum (...)
  • 39  La question de l’importation de la patate douce et du maïs, que l’on attribue aux Portugais après (...)

14Pour ce qui est des végétaux, le riz (oryza sativa), le sorgho36, le millet (setaria), la noix de coco (cocos nucifera) ont été trouvés. La datation de l’importation des végétaux d’Afrique mais surtout d’Asie (cocotier37, bananier, riz, taro, igname, arbre à pain, canne à sucre, bambou et peut-être pandanus38), la présence d’une espèce de bambou, confirmée à Kungu à cette époque, et l’occurrence des bambous géants encore présents aujourd’hui sur le site de Dembeni et dans l’archipel mériteraient aussi une étude approfondie pour leur provenance39.

  • 40  Idrisi semble ne pas savoir distinguer Ngazidja de Dzuani (al-Idrisi, in F. Viré, 1984, p. 21).

15Al-Idrisi au xiie siècle signale cinq types de banane sur les îles d’Anjouan (gazirat al-Anguna), dont le centre se nomme al-Angaziga (« en l’idiome des gens du Javaga »)40 :

  • 41  Ibid., p. 21.

Les indigènes y vivent principalement de la banane dite qand, celle dite éléphantine (fili) qui peut atteindre le poids de douze onces, celle dite “de l’Oman” (umâni), celle dite de “Muria” (mûriyâni) et celle dite “à sucre” (sukkarî)41.

  • 42  Non publié à ce jour.
  • 43  Voir également H.T. Wright, 1993, p. 660 : Mud-plastered pole-and-bamboo houses, probably rectangu (...)

16En ce qui concerne l’habitat, deux alignements de trous de poteaux, indiquant sans doute une entrée en chicane pour rendre impossible la vue de la cour intérieure, ont été relevés à la fouille par C. Allibert et H.D. Liszkowski à Dembeni 342. La maison rectangulaire est probable43. La présence en grand nombre de fusaïoles indique que le tissage était largement pratiqué.

  • 44  Voir B.A. Damir, G. Boulinier, P. Ottino, 1985, p. 21-26, qui dénombrent six chroniques pour des é (...)
  • 45  Voir H.T. Wright, 1993, p. 667, pour l’archéologie des xie-xiiie siècles.

17L’archéologie de la Grande Comore pour cette époque est moins bien connue. Le site de M’Bashile (fig. 13) n’est pas encore publié et il est aujourd’hui bien démantelé par l’avancée de l’océan. Les chroniques de Ngazidja44 ne nous renseignent guère sur les périodes anciennes45.

  • 46  C. Chanudet, P. Vérin, 1983.
  • 47  Communication personnelle pour laquelle je remercie mon collègue le professeur Chami.

18À Mwali (Mohéli), le site de Mro Dewa a disparu. Il présentait le même matériel qu’à Dembeni. Un miroir en bronze y a été trouvé par C. Chanudet46. F. Chami a étudié M’Beni, au sud de Ngazidja47.

19La période Agnundru/Bagamoyo (xie-xiiie siècles) peut être lue comme une période « tampon », faisant légèrement transition avec celle de Dembeni, voire la chevauchant. Elle est assez mal représentée à Ngazidja, mais les sites ont pu disparaître sous des coulées de lave. À Mayotte, elle a livré plusieurs sépultures étudiées par Courtaud48 et Pauly49. Il est à noter que la sépulture islamique la plus ancienne du site de Bagamoyo est du ixe siècle, et la typologie des poteries est souvent conforme à celle de Dembeni. Les sépultures d’Antsiraka Boira (xiie-xiiie siècle) font apparaître une islamisation aux pratiques hésitantes (présence de perles en grand nombre50), comme ce sera plus tard le cas à Vohemar.

  • 51  C. Robineau, 1966 ; C. Allibert, 2000.
  • 52  A. Gevrey, 1870, p. 108-115.
  • 53  Ainsi, le terme antalaotse correspondant au chiffre cinq est paipo ou faifo (Abbé Dalmond, 1842, p (...)

20Des marqueurs culturels malgaches sont confirmés dès le xie siècle, avec la présence, comme décrit ci-dessus, d’un four de type austronésien à Bagamoyo. Ainsi note-t-on la présence des Wamatsaha (« ceux de la campagne ») sur les Hauts de Ndzuani51, qui furent confondus dans la littérature coloniale avec des Bushmen à cause d’une mauvaise interprétation du terme buki, utilisé par les Africains de la côte orientale pour désigner les Malgaches (nommés bushi aux Comores). Cette influence austronésienne a perduré dans l’archipel jusqu’à ce jour au moins à Mayotte (en particulier à Poroani) chez la population désignée sous le terme antalaotse. Il s’agit d’un terme malgache ne désignant pas une ethnie mais les « hommes venus de la mer », d’origines diverses, comme le montre l’assemblage de leur vocabulaire livré par Gevrey52 et les origines diverses des termes utilisés (arabe, banto-swahili, malgache, voire européen)53. Ils furent à l’origine des comptoirs de commerçants le long des côtes malgaches, tels que Antsoheribory mais aussi Mahilaka, pour un temps plus ancien, et les îles de l’archipel. Leur rôle fut quasiment réduit à néant par les Merina des Hautes Terres qui prirent le contrôle de l’île de Madagascar à la fin du xviiie siècle et mirent à leur place des Karana, population dite « indo-pakistanaise », de fait principalement gujarati.

À partir des xiiie-xive siècles : tout début de la période dite tsingoni (ou classique) et des sultanats

21L’époque de transition allant du début de la phase Agnundru jusqu’au xiiie siècle (fig. 29) a été récemment étudiée par Martial Pauly à Akua (Acoua), à Mayotte. La jonction avec l’époque dite classique y a été approfondie. L’étude de la mosquée d’Añala m’kiri fait remonter la mise en place des constructions en dur au xiie siècle. L’habitat se poursuit jusqu’au xive siècle, et la technique de construction en pierre se généralisera alors, au moins pour les classes dominantes. H. Wright avait noté qu’il s’agissait d’une période de transition :

  • 54  H.T. Wright, 1992, p. 127.

There was increasing social differentiation and in the XIIIth century there was a reorganisation of social relations, which should be evident in the construction of palatial residences… To evaluate this expectation, we must do more archaeological survey and we must be able to differentiate chronologically between XIth-XIIth and XIIIth century villages54.

22Ce travail a été réalisé par M. Pauly.

  • 55  L. Aujas, 1911-1912.
  • 56  C. Allibert, 2000.

23Les chroniques associées à l’archéologie ont permis de mieux comprendre la période suivante. Le texte de Said Ahmed Zaki, même s’il présente un mélange de traditions autochtones « complétées » par des affirmations livrées par l’administrateur alors en place, si on l’associe à un texte légèrement différent recueilli par Aujas55 au début du xxe siècle, fait remonter la présence des fani aux alentours du xiiie siècle56. Il est délicat de trop s’appuyer sur des chroniques dont nous savons combien elles ont été remaniées au bénéfice de groupes dirigeants ; mais on se doit de relever les noms d’ancêtres communiqués car ils ne sont pas tous de filiations arabo-persanes. Certains sont typiquement africains ou/et malgaches, et les dates évoquées retiennent l’attention à partir du xive siècle.

  • 57  Mais la tradition orale veut qu’une des toutes premières soit celle de Ntsaweni (Ngazidja), au mir (...)
  • 58  H.T. Wright, 1992, p. 126.
  • 59  Date qui invalide celle donnée par la chronique de Said Ahmed Zaki, plus ancienne d’un siècle.
  • 60  C. Allibert, 2011, p. 209.
  • 61 Ibid., p. 205.
  • 62  Piri Re’is, in C. Allibert, 1988.
  • 63  Groupe humain malgache des Hautes Terres d’origine principalement austronésienne.
  • 64  In H. Leitão, 1970, p. 71 ; pour Mariano, voir A. Grandidier et al., 1904, p. 13.

24Les premières mosquées connues à ce jour, à Sima comme à Domoni57, sont à Ndzuani pendant la période xi-xiie siècle58. C’est à partir du xve siècle que s’opère la généralisation des mosquées bâties en dur. La chronique de Tsingoni (Maore) livre la date de 944 H/1538 EC59 grâce à une inscription indiscutable à proximité du mihrab. Cette date peut être recoupée avec le texte de Piri Re’is60, dans lequel il est fait mention du nom du fakih de la ville. Il semble d’ailleurs que ce soit en cette île de l’archipel que l’escadre portugaise de Tristão da Cunha ait retrouvé les navires d’Albuquerque61. Le même texte de Piri Re’is mentionne la pratique, dans cette zone de l’océan Indien, de la traite déjà évoquée par l’auteur des Merveilles de l’Inde plusieurs siècles plus tôt, mais les preuves archéologiques manquent. Toutefois, les écrits portugais confirment cette pratique et les échanges commerciaux, entre Arabes et roitelets de la zone, de ceux « que l’on élève (“mâles et femelles”) qui sont destinés à être emportés au Yémen et à Djedda62 ». Au xviie siècle, Paulo Rodrigues da Costa signalera de son côté le grand nombre d’esclaves sur l’île malgache voisine d’Antsoheribory, et Luis Mariano précisera que ceux-ci viennent du pays des Hova63, à dix jours de marche64.

  • 65  Marco Polo, 1982, tome 2, p. 386-387.
  • 66  Terme bantu désignant les rois ou seigneurs. Masudi (al-Masūdī, 1861-1877, traduction revue par C (...)

25Les xive-xve siècles voient la hiérarchisation de la société s’établir nettement et connaître une influence swahilisante, comme le montrent les chroniques. Comme celle de Tsingoni, elles évoquent des mariages entre cités-États, plus correctement nommées « comptoirs-États ». La poterie de type swahili remplace le type agnundru. Le commerce se poursuit, comme le montre l’introduction de poteries de type « bleu et blanc », chinoises ou d’autres secteurs d’Asie du Sud-Est. De la poterie longquan, remarquable pour sa glaçure et bien décrite en Chine par Marco Polo65, indique le tournant du xve siècle et le début de l’époque des mfalume66.

  • 67  C. Allibert, M. Ahmed-Chamanga, G. Boulinier, 1976.
  • 68  « On ne porte que les morts », déclare-t-il (C. Allibert, 2012a, p. 129).
  • 69  Ngazidja se différencie des autres îles en certains points. Ainsi, l’île ne connut pas de fani mai (...)

26Une autre chronique recueillie à Tsingoni (Maore) décrit l’arrivée à Soulou, à une date indéterminée, d’un mwarabu qui prendra pour épouse la fille du cheikh local, probablement le fani de ce village67. La tradition orale inscrite dans une autre chronique veut que le père de la mariée, chef local, refuse que sa fille soit portée sur un fitako (chaise à porteurs) à l’occasion de leur mariage68, selon l’exigence pourtant exprimée par le mwarabu (probablement shirazi) qui venait d’arriver sur l’île. Cette déclaration montre clairement qu’il s’agit d’un changement dans les pratiques coutumières, entre celles du chef local et celles du nouvel arrivant. Les mfalume se substituent aux fani69, et il semble probable qu’il y ait un remplacement d’une école islamique par une autre : un marqueur shii (présence de pir) caractérise la première période, qui sera suivie par l’installation du sunnisme chaféi. La côte orientale d’Afrique montre de tels changements que les Comores ont probablement connus. Par l’étude du type de mosquées correspondant à ces époques successives, l’archéologie pourra peut-être apporter des réponses.

  • 70  L. Silberman, polycopié, non publié. Notons que les Madhali du Yémen occidental auraient été à Kil (...)
  • 71  Voir B.A. Damir, G. Boulinier, P. Ottino, 1985, p. 27-38.
  • 72  Neville Chittick (H.N. Chittick, 1975, p. 38) acceptait cette migration alors que Jean Devisse con (...)

27Silberman, qui a recueilli la tradition d’Anjouan, affirme la présence, au xive siècle, des Al-Massela de Seti, des Mahdali de La Mecque et des Ali Bakr bin Salim d’Hadramaout70. Les chroniques de Ngazidja attribuent un rôle important aux Shiraziens et à la mise en place des sultanats71. Mais certains chercheurs, plus particulièrement à la côte africaine, voient dans l’évocation de ces derniers une réécriture en partie mythique. La question est encore débattue72. Simultanément à ces mouvements attribués aux Shiraziens partis du Fars, existent des migrations arabes nommées Wamanga, c’est-à-dire d’Arabes du Sud, d’Oman et d’Hadramaout. À ces populations migrantes étaient associés des Zanj, comme ce sera le cas pour la constitution du monde swahili à la côte orientale d’Afrique.

28À partir du xvie siècle, les sites archéologiques sont plus nombreux, et une nouvelle poterie locale (fig. 30) apparue vers le xiv-xvie siècle se retrouve en grande quantité sur chacun d’eux. De la poterie chinoise wan-li et de la poterie à décoration en rameau d’armoise (xviie siècle) figurent à Domweli (Maore) (fig. 31 et 32). L’influence swahili est plus grande. Ngazidja montre des différences typologiques au niveau de la poterie locale. C’est l’époque des sultanats.

  • 73  Voir A. Molet-Sauvaget, 1994. Voir aussi, pour Mayotte, la carte des sites de l’époque dite « clas (...)
  • 74  Voir L. Molet, A. Sauvaget, 1971, p. 11, note 4. Les auteurs s’étonnent à juste titre de voir attr (...)

29Les Portugais, dès leur arrivée dans la zone au début du xvie, puis les Hollandais et les Anglais donnent des descriptions assez rares et brèves73. À cette époque, Maore présente une trentaine de villages, la population pourrait alors s’élever à quelque 10 000 personnes. Mwali connaît les villes de Shuwani et de Mwali Mjini (fig. 33). Dzuani (Anjouan) en 1636 est présenté par Peter Mundy74 comme ayant la « ville de la Reine » et « celle du Roi ». Sur le plan archéologique, Sima (fig. 34) montre bien la transition entre les deux principales périodes, avec deux mosquées, l’une de la première époque, l’autre plus récente.

30La littérature arabe n’a pas laissé de nombreux témoignages. Le premier signalement de l’archipel se trouve chez Idrisi (milieu du xiie siècle) et confirme l’existence des mosquées d’Anjouan :

  • 75  Al-Idrisi, in F. Viré, 1984, p. 20-21.

Vis-à-vis du littoral des Zeng sont des îles appelées îles du Javaga (gaza’ir al-Zabag) […] elles sont nombreuses et de vaste surface. Tout ce qu’on y cultive est le sorgho (dhura), la canne à sucre et le camphrier à camphre noir. […] Parmi encore ces îles du Javaga […] est l’île d’Anjouana (gazirat al-Anguna) et le centre réunissant la population de cette île se nomme al-Angazija (al-Anqaziga) en l’idiome des gens du Javaga. La population de cette île est un mélange [de races] et, actuellement, l’élément dominant est constitué de musulmans75.

31Et Idrisi ajoute :

  • 76  Ibid., p. 22-23.

À proximité de cette île de Javaga […] se trouve également l’île Kumura. Ses habitants sont noirs de peau et se nomment al-bumiyyin (ou al-buqiyyin). Entre cette île et la côte des Zeng, il y a une traversée d’un jour et une nuit et, entre cette même île et celle de l’archipel du Javaga nommée Anqaziga (Angazija), il y a un jour de traversée76.

  • 77  Le terme malgache employé à Mayotte est bushi.

32On notera qu’Idrisi est bien imprécis pour ce qui concerne l’emplacement de cet ensemble d’îles et que son énumération concerne l’ensemble des îles de l’océan Indien occidental. Toutefois Kumura (Madagascar) est bien indiquée (le terme buqiyyin renvoyant au mot swahili buki pour désigner les Malgaches77), et l’île Ngazidja l’est également.

33À la fin du xve siècle, Ibn Majid, complété au xvie siècle par Sulayman al-Mahri, positionne l’archipel sur la carte :

  • 78  G. Ferrand, 1934, p. 68.

Entre l’île de Kumr et le bord de la côte orientale d’Afrique, il y a quatre îles habitées et proches l’une de l’autre où se rendent les gens du Zang. La première de ces îles est Angazidya. Elle est par 11 isba’s ¼ de Na’sh. Entre elle et la côte, il y a 16 zams de route. La seconde Mulali est par 11 isba’s de Na’sh. La troisième Dumuni qui est par 11 is’bas de Ba’sh est à l’est de Mulali ; la quatrième, Mawutu est par 10 isba’s ½ de Na’sh78.

34Piri Re’is, dans les deux versions (1521 et 1526) de son texte renseigné par les Arabes et les Portugais, ajoute :

  • 79  Voir C. Allibert, 1988 et 2011.

Maintenant que tu as appris ce qu’il en est de ces Kumur, écoute l’état d’une autre île. […] Il y a quatre îles qu’on nomme toutes Kumur. Certaines ont leur langue, chacune a son nom. Expliquons-les aussi clairement. L’une des îles […] est nommée Muali, tiens-le pour certain. Il y a trois grandes villes dans cette île, sa population est chafi’i. Ils sont tous respectables, mais nul Chah fils de Chah n’y règne, elle est gouvernée par des cheikhs. La seconde est nommée Magota. On dit que les Portugais y ont mis des hommes. Que je te dise ce qui est arrivé en ce lieu aux Portugais. Les vents de la perte leur ont causé beaucoup d’ennuis. Mais que je vous fasse connaître d’abord le Chah de l’île, que nous fassions savoir qu’il aime son Dieu ; c’est Mohamed bin Omar fils de Sultan. Je vous informe qu’il est le sultan de cette île. Sa population est noire et blanche. Ils sont chafi’i, chez eux point d’hypocrisie. Elle a une ville nommée Chin Kuni (Tsingoni). […] Il s’y trouve un saint homme, […] certains le nomment Faki Mulazi. […] Cette île qui est la troisième […] que l’on nomme Zwani […] toute sa population est noire. Il se peut qu’il s’y trouve un cheikh ou peut-être un Chah. Ils sont musulmans mais chacun est chafi’i […], la quatrième île on la nomme Karidja (Angazidja). Quarante grands cheikhs la gouvernent. […] Ce sont tous des pilleurs comme les Tartares. Cinq îles ont été citées. Ils élèvent les esclaves comme agneaux et moutons. Ils possèdent certains de ces esclaves depuis longtemps et d’autres depuis peu de temps. Il arrive qu’une personne puisse en posséder un millier, femelles et mâles. […] Leurs filles et fils sont continuellement vendus. […] Des gens de mer arrivent et les prennent dans des navires et les emmènent. […] Sache qu’ils les vendent au Yémen. […] Ils arrivent jusqu’à Jeddah79.

Chroniques, écrits anciens et témoignages archéologiques : mise en perspective

  • 80  Voir J. Fleisher et al., 2015.
  • 81  Selon l’auteur des Merveilles de l’Inde. Voir J. Sauvaget, 1954, p. 301.
  • 82  Voir al-Mas’ūdī, 1861-1877, traduction revue par C. Pellat, 1962, vol. 1, p. 94, § 246.

35Les Comores constituent donc une escale entre l’Afrique et Madagascar, comme le montre la présence de poteries africaines mais également d’artefacts et de restes animaux venant indiscutablement de la Grande Île. C’est aussi un lieu de réception de poteries islamiques, chinoises et indiennes. La présence de poteries africaines en Hadramaout et en Oman confirme ces mouvements d’aller-retour80. Les sites de la période Dembeni (ixe-xie siècles, voire xiie siècle) en sont une preuve indiscutable et viennent documenter les rares écrits. Si Idrisi, compilateur, est le seul à signaler les îles de l’archipel, il ne fait pas de doute que c’est bien le canal de Mozambique et ses îles qui voient les Waqwaq austronésiens venir tenter de les piller au milieu du xe siècle81. Aux environs de la même date, Masudi signale que les Arabes prennent la même direction82. Les deux groupes recherchant les mêmes produits se sont vraisemblablement rencontrés et à coup sûr concurrencés.

  • 83  Sorabe, « grandes écritures », et volan’onjatsy, « paroles des Onjatsy », dans lesquels Grandidier (...)
  • 84  G. Ferrand, 1891-1902.

36De fait, le rail « monde arabe/côte africaine/Comores/Madagascar » a toujours été utilisé, comme le laissent entendre les sorabe, dits aussi volan’onjatsy83, de la côte orientale malgache. Gabriel Ferrand avait bien vu le glissement des groupes de musulmans de la côte africaine jusqu’à Madagascar via les Comores84. C’est pour cette raison qu’il importera de réétudier ces groupes humains pour lesquels les sorabe donnent de possibles pistes, quand ils évoquent par exemple des migrations venues du monde arabe, même s’il faut se méfier des prétendues filiations et des provenances souvent mythiques.

  • 85  A. Ducourneau, 2010 ; S. Msaidie et al., 2010.
  • 86  A. Gevrey, 1870, p. 79. Ce qui constitue une erreur puisque le royaume sakalava ne s’est pas const (...)

37Ainsi, il apparaît nettement que l’archipel a été très tôt un lieu d’échanges de populations, du fait de sa position d’« échelle » (selon l’expression de Pierre Vérin) dans le canal de Mozambique. Cela est confirmé par les études génétiques qui font apparaître des marqueurs majoritairement africains (pas nécessairement les plus anciens), sans pour autant exclure la preuve d’influences d’Asie du Sud-Est et des apports du Moyen-Orient, déjà démontrés par la simple étude de la culture comorienne85. Mais la génétique ne pouvant encore être utilisée comme horloge pour des époques relativement récentes, il est possible que l’emprise austronésienne, que l’on relève principalement à Mayotte, mais également à Anjouan, ait pu s’atténuer au fil des siècles et surtout après le xive siècle, sous la poussée swahilo-bantu. En réalité, seuls les marqueurs archéologiques positionnés dans le temps peuvent porter témoignage d’une présence d’une nature ou d’une autre. En effet, pour justifier la présence austronésienne à Mayotte, on aurait pu s’en tenir aux mouvements malgaches de l’époque d’Andriantsoly, tout au plus à ceux incertains de Diva Mame présentés anachroniquement comme sakalava, datés du xvie siècle par Gevrey86.

  • 87  Par exemple, la pratique de récupération des sanies avec seconde funéraille, comme en apporte la p (...)

38De même, d’ailleurs, était-il autrefois possible d’évoquer les périodes de traite pour expliquer la « bantuisation » des autres îles. En vérité, il semble bien que le métissage se soit fait par vagues provenant des deux directions et par osmose et infiltration. Dès le début de l’époque dembénienne, des caractères relevant du monde de l’Afrique orientale et de Madagascar s’interpénètrent. Le voyageur qui, aujourd’hui, quitte les îles de la côte africaine pour Nosy Be et Mahajanga, en passant par les Comores, ne constate pas une aussi grande différence qu’on voudrait le dire. De fait, des mouvements de va-et-vient qui, linguistiquement, ont caractérisé les populations antalaotse expliquent aisément ces populations qui pourtant, selon les régions de cette zone de « frange » (le terme est d’Ottino), peuvent changer et ont changé de langue (du bantu au malgache), de religion (différentes écoles islamiques et pratiques mortuaires parfois déviantes87) et de culture (inflexion protomalgache austronésienne ou banto-swahili). À cet égard, il est intéressant de noter que l’île Maore (Mayotte) présente encore, selon les villages, un usage préférentiel du shi-maore ou du ki-bushi, même si le nombre de locuteurs de cette langue austronésienne régresse au bénéfice de la langue bantu locale.

Figures

  • 88  Mes remerciements à J.-A. Rakotoarisoa pour les cartes et à Aymeric Pitre pour la mise en forme de (...)

39Les figures doivent être lues de haut en bas et de gauche à droite88

  • 89  Nous avons voulu dans cet article introduire un assez grand nombre de planches montrant les poteri (...)

40Ces planches en couleurs présentent un matériel archéologique jamais publié (ier siècle ?-xviiie siècle)89.

Figure 1 : Tesson gujarati, surface Pamanzi Kely (Mayotte)

Figure 1 : Tesson gujarati, surface Pamanzi Kely (Mayotte)

Figure 2 : Kungu. Tesson de poterie dite triangular incised ware, hors stratigraphie

Figure 2 : Kungu. Tesson de poterie dite triangular incised ware, hors stratigraphie

Figure 3 : Tessons de la poterie locale du site de Majikavo (Mayotte)

Figure 3 : Tessons de la poterie locale du site de Majikavo (Mayotte)

Figure 4 : Tessons de la poterie locale de Kungu (Mayotte) hors stratigraphie

Figure 4 : Tessons de la poterie locale de Kungu (Mayotte) hors stratigraphie

Sassano-islamique et chloritoschiste en bas de page.

Figure 5 : Tessons de la poterie locale de Dembeni (Mayotte)

Figure 5 : Tessons de la poterie locale de Dembeni (Mayotte)

On notera les poteries graphitées et celles qui sont à engobe rouge.

Figure 6 : Tesson de grès grossier dit « à carrés non revêtus » (Chine) du site de Dembeni

Figure 6 : Tesson de grès grossier dit « à carrés non revêtus » (Chine) du site de Dembeni

Cf. A. Rougeulle, 1991, p. 18, 3-4.

Figure 7 : Dembeni (Mayotte). Céladon chinois de Yue à décor floral

Figure 7 : Dembeni (Mayotte). Céladon chinois de Yue à décor floral

Cf. A. Rougeulle, p. 35, fig. 11-1 (Sohar, Siraf). Voir aussi H.N. Chittick, A. Rougeulle, M.C. Horton, M.-F. Dupoizat. Bol à décor interne incisé (A. Rougeulle, 1991, p. 35, fig. 1).

Figure 8a : Tesson dit de poterie chinoise « Dusun », site de Dembeni (Mayotte), olive green glazed jar, autrement appelée Chinese stoneware

Figure 8a : Tesson dit de poterie chinoise « Dusun », site de Dembeni (Mayotte), olive green glazed jar, autrement appelée Chinese stoneware

Poterie « Dusun » olive green à col droit, plus ancienne (selon M.-F. Dupoizat, tome I, p. 161, voir jarre Barus, I, p. 166, datée ixe-xe siècle).

Figure 8b : Tesson dit de poterie chinoise « Dusun », site de Dembeni (Mayotte), olive green glazed jar, autrement appelée Chinese stoneware

Figure 8b : Tesson dit de poterie chinoise « Dusun », site de Dembeni (Mayotte), olive green glazed jar, autrement appelée Chinese stoneware

Poterie « Dusun » à col roulé, du ixe au xie.

Figure 9 : Ligne 1 à gauche. Céladon de Yue à décor floral. À droite, blanc chinois, col à lèvre ourlée, Dem.1, C2 273

Figure 9 : Ligne 1 à gauche. Céladon de Yue à décor floral. À droite, blanc chinois, col à lèvre ourlée, Dem.1, C2 273

A. Rougeulle, 1991, p. 30, fig. 8 (cf. Sohar, Minab) xe- début xie s. Barus, p. 135, fig. 34. M.-F. Dupoizat date xe-début xie.
Ligne 2. Fonds de bols à pétales de lotus (Sohar, Qalat’ Abd al-Rahman), A. Rougeulle, fig. 9, 1 à 8, xe-début xie. M.-F. Dupoizat donne xe-début xie à Barus. M.C Horton l’appelle white stoneware (M.C Horton, 1996, p. 309), xe.

Figure 10 : Tesson chinois céladon, dessin gravé (Dembeni, Mayotte)

Figure 10 : Tesson chinois céladon, dessin gravé (Dembeni, Mayotte)

Figure 11 : Ensemble de tessons chinois (Mayotte, Dembeni, à l’exception du col de la 3e ligne à gauche, stoneware de Bagamoyo, en stratigraphie, xie).

Figure 11 : Ensemble de tessons chinois (Mayotte, Dembeni, à l’exception du col de la 3e ligne à gauche, stoneware de Bagamoyo, en stratigraphie, xie).

Ligne 1 (gauche). Stoneware craquelée.
Ligne 2 (gauche). Stoneware (milieu), fond (Changsha ?).
Les cinq morceaux qui restent (dont un col) : Martaban (cf. Barus II, p. 162, début Song du Nord).

Figure 12 : Tesson sassano-islamique (Dembeni, Mayotte) représenté également à Dem 1, C1, 96, type cordé

Figure 12 : Tesson sassano-islamique (Dembeni, Mayotte) représenté également à Dem 1, C1, 96, type cordé

Voir H.N. Chittick, 1984, plate 26 a. Pour Whitehouse, origine Sud-Iraq et peut-être Khurzistan (D. Whitehouse, 2001, p. 420).

Figure 13 : Tesson islamique bleu cobalt (M’Bashile, Ngazidja)

Figure 13 : Tesson islamique bleu cobalt (M’Bashile, Ngazidja)

Figure 14 : Ensemble de tessons islamiques de Dembeni (Mayotte)

Figure 14 : Ensemble de tessons islamiques de Dembeni (Mayotte)

Ligne 1. Splashed ware (2e à gauche) et opaque tin-glazedware (2 de droite).
Ligne 2. Opaque ware et fond de sgraffiato.
Ligne 3. Divers tessons islamiques. À gauche, tesson dit black on yellow (H.N. Chittick, 1984, période 2, late 12th-13th, c. Kilwa, p. 304, II) (M.C. Horton, 1996, p. 291, vers 1250).
Ligne 4. Sgraffiato dont un dit à wide-line ou champlevé.
Ligne 5. Tesson Dem 1. C3 52, tesson dit luster ware (second à partir de la gauche) (Dem 1, C2 258) (Suse, Kervran) (H.N. Chittick, 1984, plate 30 a), tesson glaçure verte Dem 1, C2 198.

Figure 15 : Divers tessons de type late sgraffiato (Dembeni, Mayotte) (xie s.)

Figure 15 : Divers tessons de type late sgraffiato (Dembeni, Mayotte) (xie s.)

Voir Manda (H.N. Chittick, 1984), Shanga (M.C. Horton, 1996), Lobu Tua, Barus (C. Guillot et al., 1998-2003).
Origine Fars ou Kerman selon Whitehouse (D. Whitehouse, 2001, p. 420).
Ligne 1. Islamique apparenté au sgraffiato.

Figure 16 : Tessons de massive unglazed jars de Siraf

Figure 16 : Tessons de massive unglazed jars de Siraf

Voir Manda (H.N. Chittick, 1984, fig. 41 e, 40 c), Shanga (M.C. Horton, 1996, fig. 220 g), Barus II (C. Guillot et al., 1998-2003, vol. , fig. 12, p. 172) dite « poterie friable » selon Tampoe (M. Tampoe, 1989).
Ligne 1 (droite). Dem. 1, C2 39.

Figure 17 : Dembeni 3, massiot de fer

Figure 17 : Dembeni 3, massiot de fer

Voir analyse du musée du Fer de Nancy (C. Allibert, D. Liszkowski et al., 1993).

Figure 18 : Dembeni 3, objets en fer (lame, pincettes, outil (burin ?))

Figure 18 : Dembeni 3, objets en fer (lame, pincettes, outil (burin ?))

La section rectangulaire de l’extrémité n’est pas sans évoquer les points de percussion du morceau de quartz coupé en deux (voir C. Allibert, D. Liszkowski, 1993, p. 57, fig. 21 c).

Figure 19 : Perle dite en « mosaïque à œils » ou « à ocelles », Dem 1, C2 151

Figure 19 : Perle dite en « mosaïque à œils » ou « à ocelles », Dem 1, C2 151

Voir C. Guillot et al., 1998-2003, vol. II, p. 273, fig. 23-25. Origine probable proche-orientale.

Figure 20 : Dembeni. Perle en cristal de roche Dem 1, C1 180

Figure 20 : Dembeni. Perle en cristal de roche Dem 1, C1 180

Diamètre 1 cm, longueur 1,2 cm.
À droite, ébauche de perle dans cristal de roche.

Figure 21 : Dembeni. Diverses perles

Figure 21 : Dembeni. Diverses perles

Voir analyse par H. Morrison (C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1989).

Figure 22 : Dembeni. Col de récipient arrondi en cristal de roche

Figure 22 : Dembeni. Col de récipient arrondi en cristal de roche

Figure 23 : Dembeni. Diverses fioles

Figure 23 : Dembeni. Diverses fioles

L’une dite « molaire » (H.N. Chittick, 1984, p. 399, ixe-xe siècle), (C. Guillot et al., 1998-2003, vol. II, p. 247, milieu ixe-xe siècle, origine Proche-Orient), voir l'étude de Morrison (C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1989), milieu ixe-xe siècle, voir fig. 24 pour agrandissement.
Ligne inférieure. Assemblage de trois flacons, il pourrait s’agir d’offrandes, remontées en surface à l’occasion de la réalisation d’un trou pour planter un bananier.
À droite, 1re ligne. Gros morceau de verre (intrusif ?).

Figure 24 : Dembeni. Fioles

Figure 24 : Dembeni. Fioles

À gauche, fiole molaire (Dembeni 3, surface), à droite fiole boule (Dembeni 2 J1 24), au milieu, col.

Figure 25 : Dembeni. Divers verres

Figure 25 : Dembeni. Divers verres

Trois fonds. Un verre chauffé et fondu.
Fond de flacon : H.N. Chittick, 1984, p. 399 i, période 2.
Minuscule fiole fond (H.N. Chittick, 1984, p. 399 h), période 1 b.
Gobelets cylindriques, Iran IX, X, C. Guillot et al., 1998-2003, vol. I, p. 196.

Figure 26 : Morceaux de quartz (Dembeni)

Figure 26 : Morceaux de quartz (Dembeni)

Figure 27 : Poterie locale de Bagamoyo (xe-xie siècle)

Figure 27 : Poterie locale de Bagamoyo (xe-xie siècle)

Voir C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1983.

Figure 28 : Poterie locale de Bagamoyo (xe-xie siècle)

Figure 28 : Poterie locale de Bagamoyo (xe-xie siècle)

Voir C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1983.

Figure 29 : Sgraffiato dit « champlevé » ou wide-line, xiiie siècle

Figure 29 : Sgraffiato dit « champlevé » ou wide-line, xiiie siècle

Surface d’une tombe dans la lagune de Pamanzi kely, Moriombeni, offrande ?

Figure 30 : Tessons de poterie locale Ajangua (Mayotte), époque dite « classique », xive-xviie

Figure 30 : Tessons de poterie locale Ajangua (Mayotte), époque dite « classique », xive-xviie

Au milieu, plat à décoration de feuille et rameau d’armoise. Niveau fin xviie à Fort Jésus (cf. J.S. Kirkman, 1967, p. VII, fig. 22).
Ligne 1, à gauche, probablement poterie malgache.
Ligne 5, à gauche, tessons de poteries européennes du xixe siècle

Figure 31 : Tessons sur le site de Domweli dit « Sada Halé » Mayotte (époque classique)

Figure 31 : Tessons sur le site de Domweli dit « Sada Halé » Mayotte (époque classique)

Figure 32 : Tessons « bleu et blanc », site de Domweli (Mayotte)

Figure 32 : Tessons « bleu et blanc », site de Domweli (Mayotte)

En cours d’étude.

Figure 33 : Tessons « bleu et blanc », site de Mwali Mjini (Mwali)

Figure 33 : Tessons « bleu et blanc », site de Mwali Mjini (Mwali)

En cours d’étude.

Figure 34 : Site de Sima (Ndzuani), tessons trouvés en surface

Figure 34 : Site de Sima (Ndzuani), tessons trouvés en surface

Morceau de bord de céladon (ligne 2 à droite), poteries locales.

Figure 35 : Dembeni et Bagamoyo (Mayotte), morceaux de chloritoschiste, avec sassano-islamique

Figure 35 : Dembeni et Bagamoyo (Mayotte), morceaux de chloritoschiste, avec sassano-islamique

Ligne du bas, tesson en chloritoschiste à la paroi latérale arrondie

Haut de page

Bibliographie

Abdul Atifu Musa Fumu, vers 1897, Manuscrit, traduction du R.P. Ch. Sacleux, déposé à la bibliothèque de Saint-Maur-des-Fossés.

al-Biruni, 1936, Ketāb al-jamāher fī maʿrefat al-jawāher, édité par F. Krenkow, Hyderabad-Dn, Osmania Oriental Publications Bureau.

Allibert, C., 1977, Histoire de Mayotte avant 1841, thèse de troisième cycle, Paris 1-Sorbonne.

Allibert, C., 1984, Mayotte, plaque tournante et microcosme de l’océan Indien occidental, Paris, Anthropos.

Allibert, C., 1988, « Les contacts entre l’Arabie, le golfe Persique, l’Afrique orientale et Madagascar. Confrontation des documents écrits, des traditions orales et des données archéologiques récentes », in J.-F. Salles (éd.), L’Arabie et ses mers bordières, I. Itinéraires et voisinages, Lyon, Publications de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Travaux de la Maison de l’Orient, 16, p. 111-126.

Allibert, C., 1988, « L’océan Indien occidental dans le kitâb-i Bahrije de Piri Re’is (1521). Transcription et traduction de Said Khorchid », Études océan Indien, 10, p. 9-52.

Allibert, C., 1988 (1991), « Un texte inédit sur l’île d’Anjouan (Comores) (1754) par le Britannique R. Orme », Bulletin des études africaines, vol. 8, n° 16, p. 125-143.

Allibert, C., 1989, « Early settlement on the Comoro Archipelago », National Geographic Research, 5, p. 392-393.

Allibert, C., 1990-1991, « Le muguru : rôle et origines », Annuaire des pays de l’océan Indien, Aix-en-Provence/Paris, Presses Universitaires d’Aix-Marseille / CNRS Éditions, n° XII, p. 211-220.

Allibert, C., 1992, Mayotte : archéologie du 8e au 13e siècle (avec une contribution du Dr Méry), dossier n° 1, Association d’archéologie et d’histoire de Mayotte, 45 pages.

Allibert, C., 1994, « Cités-États et têtes de pont dans l’archipel des Comores », Omaly sy Anio, n° 33-36, p. 115-132.

Allibert, C., 1995, « Les mouvements austronésiens vers l’océan Indien occidental. La tradition arabico-malgache revisitée », in L’étranger intime. Mélanges offerts à Paul Ottino, Saint-Denis de La Réunion, Océan éd., p. 61-76.

Allibert, C., 1996, « Mayotte : mille ans d’histoire (800-1800). Approche archéologique », in O. Gohin, P. Maurice (éd.), Mayotte, 2e édition, Saint-Denis de La Réunion, Université de la Réunion et LGDJ, p. 111-154.

Allibert, C., 1997-1998, « Note sur un terme antalaotse désignant le chat au nord-ouest de Madagascar et à Mayotte », Annuaire des pays de l’océan Indien, Aix-en-Provence/Paris, Presses Universitaires d’Aix-Marseille/CNRS Éditions, n° XV, p. 135-142.

Allibert, C., 1998, Compte rendu de Shanga, The archaeology of a Muslim trading community on the coast of East Africa, Londres-Nairobi, The British Institute in Eastern Africa, Memoir 14, 1996, Topoï. Orient-Occident, vol. 8, 1, p. 477-486.

Allibert, C., 2000, « La chronique d’Anjouan par Said Ahmed Zaki : texte, commentaire, bibliographie », Études océan Indien, 29, p. 9-92.

Allibert, C., 2001, « Le mot Komr dans l’océan Indien (avec une note sur Qanbalu) », Études océan Indien, 31, p. 13-33.

Allibert, C., 2002, « L’interdépendance de l’archéologie et de l’anthropologie culturelle dans l’océan Indien occidental : l’exemple de Mayotte », Études océan Indien, n° 33-34, p. 11-32.

Allibert, C., 2005, « L’apport shirazi dans l’océan Indien occidental », Ya Mkobe, n° 12-13, p. 133-141.

Allibert, C., 2007, « Migration austronésienne et mise en place de la civilisation malgache. Lectures croisées : linguistique, archéologie, génétique, anthropologie culturelle », Diogène, 218, p. 6-17.

Allibert, C., 2011, « Le kitab-i bahriyye de Piri Re’is et l’océan Indien dans le contexte vohémarien. Analyse des versions de 1521 et 1526 », Études océan Indien, n° 46-47, p. 197-220.

Allibert, C., 2012a, « Ladite poupée anjouanaise n’est pas un jouet », in M. Charpentier, A. Sidi (dir.), Études sur l’archipel des Comores, Moroni, Les Naturalistes de Mayotte/CNDRS, p. 126-131.

Allibert, C., 2012b, « Les réseaux de navigation du début de l’ère chrétienne au xvie siècle. Rencontre de populations, échanges commerciaux et matrimoniaux, concurrence à l’ouest et à l’est de Madagascar », Topoï. Orient-Occident, supplément 11, p. 341-357.

Allibert, C., 2013, Compte rendu du livre Les mondes de l’océan Indien de Ph. Beaujard, Topoï. Orient-Occident, vol. 18, 2, p. 707-715.

Allibert, C., 2014, « Places of call in Madagascar and the Comoros. Terminology and types of settlements », actes du colloque Les ports de l’océan Indien, de la mer Rouge au golfe du Bengale (Kolkata, 2011), sous presse.

Allibert, C., à paraître, « Tortues et écailles dans l’océan Indien occidental : données historiques et anthropologiques ».

Allibert, C., à paraître, « Nouvelle hypothèse sur l’origine des Zafi-Ibrahim de l’île de Nosy Boraha (Sainte-Marie, Madagascar) ».

Allibert, C., Argant, A., Argant, J., 1983, « Le site de Bagamoyo (Mayotte, archipel des Comores) », Études océan Indien, n° 2, p. 5-40.

Allibert, C., Argant, A., Argant, J., 1989, « Le site de Dembeni (Mayotte). Mission 1984 », Études océan Indien, n° 11, p. 63-172.

Allibert, C., Ahmed-Chamanga, M., Boulinier, G., 1976, « Texte, traduction et interprétation du manuscrit de Chingoni (Mayotte) », Asie du Sud-Est et monde insulindien, Paris, EHESS, vol. VII, 4, p. 25-62.

Allibert, C., Inzouddine, S., 1987, « Un document sur les Mafani de Mayotte », Études océan Indien, n° 8, p. 97-109.

Allibert, C., Liszkowski, D., 1999, « Au sujet de la découverte d’une pièce de monnaie à Mayotte », Études océan Indien, n° 27-28, p. 329-331.

Allibert, C., Liszkowski, D., 2000, « Dembeni 1999 : réflexion sur les alignements de pierre », Études océan Indien, n° 30, p. 181-184.

Allibert, C., Liszkowski, D., Pichard, J.-C., Issouf, S, 1993, Dembeni 3. Campagne de fouilles de 1990, Fondation pour l’étude de l’archéologie de Mayotte, Association d’archéologie de Mayotte, 63 pages.

Allibert, C., Rakotoarisoa, J.-A., 2011, « Réévaluation du site de Vohemar : ouverture à d’autres hypothèses », Études océan Indien, n° 46-47, p. 7-14.

Allibert, C., Vérin, P., 1993, « Les Comores et Madagascar : le premier peuplement », Archaeologia, n° 290, p. 64-77.

Allibert, C., Vérin, P., 1996, « The Early Pre-Islamic history of the Comores islands. Links with Madagascar and Africa », in J. Reade (éd.), The Indian Ocean in Antiquity, London/New York, Kegan Paul International in Association with the British Museum, p. 461-470.

al-Masūdī, 1861-1877, Kitāb murūj adh-dhahab wa ma’ādin al-jawhar, trad. C. Barbier de Meynard et A. Pavet de Courteille « Le livre des prairies d’or et des mines de pierres précieuses », Paris, Imprimerie nationale, 9 vol. ; nouvelle édition C. Pellat, Paris, Société asiatique, 1962-1971, 9 vol.

Aujas, L., 1911-1912, « Notes historiques et ethnographiques sur les Comores », Bulletin de l’Académie malgache, vol. IX, p. 125-141, et vol. X, p. 183-200.

Beaujard, P., 2007, « L’Afrique de l’Est, les Comores et Madagascar dans le système monde avant le xvie siècle », in D. Nativel, F.V. Rajaonah (éd.), Madagascar et l’Afrique. Permanences et mutations de liens complexes, Paris, Karthala, p. 29-102.

Beaujard, P., 2010, « Les plantes cultivées apportées par les premiers migrants austronésiens à Madagascar », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), Paris, Karthala, p. 357-385.

Beaujard, P., 2012, Les mondes de l’océan Indien. L’océan Indien, au cœur des globalisations de l’Ancien Monde (7e-15e siècle), tome 2, Paris, Armand Colin.

Blanchy, S., 1997, « Note sur le rituel d’intronisation des souverains de Mayotte et l’ancien ordre politico-religieux », Études océan Indien, n° 21, p. 107-129.

Boulinier, G., Boulinier-Giraud, G., 1976, « Volcanisme et traditions populaires à la Grande Comore », Asie du Sud-Est et monde insulindien, Paris, EHESS, vol. 7, 2-3, p. 45-71.

Bourhane, A., 1987, Contribution à l’élaboration d’une monographie historique de Wani (Anjouan), mémoire, École normale supérieure de M’vouni.

Breslar, J., 1979, Habitat mahorais, 1. Une perspective ethnologique, Paris, Éditions AGG.

Chami, F., 1999, « Graeco-Roman trade link and the Bantu migration theory », Anthropos, 94, 1-3, p. 205-215.

Chami, F., 2009, Zanzibar and the Swahili Coast from c. 30000 years ago, Dar-es-Salaam, E&D Vision Publishing.

Chami, F., 2010, « Archaeological research in Comores between 2007 to 2009 », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), Paris, Karthala, p. 810-822.

Chanudet, C., 1983, « Découverte d’un vieux système fortifié au Namaloungou dans l’intérieur de Mohéli », Études océan Indien, n° 3, p. 191-193.

Chanudet, C., 1986, « Les styles de céramiques locales de la période classique de Mohéli (xve-xxe siècles). Première reconnaissance », Taloha, 10, p. 181-191.

Chanudet, C., 1988, Contribution à l’étude du peuplement de l’île de Mohéli, thèse d’Études africaines, Inalco.

Chanudet, C., 1990, Mohéli et les Comores dans le Sud-Ouest de l’océan Indien, Paris, Ceroi-Inalco, Travaux et documents, n° 11.

Chanudet, C., 2011, « Peuplement et traites négrières dans l’espace océan Indien occidental-mer Rouge », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires, Paris, Karthala, p. 415-432.

Chanudet, C., Rakotoarisoa, J.-A., 2000, Mohéli, une île des Comores à la recherche de son identité, Paris, L’Harmattan.

Chanudet, C., Vérin, P., 1983, « Reconnaissance archéologique de Mohéli (Comores) », Études océan Indien, n° 2, p. 41-58.

Chittick, H.N., 1975, « The peopling of the East African Coast », in H.N. Chittick, R.I. Rotberg (éd.), East Africa and the Orient, New York, Africana Publishing Company, p. 16-43.

Chittick, H.N., 1984, Manda. Excavations at an Island Port in the Kenya Coast, Nairobi-Londres, The British Institute in Eastern Africa, Memoir 9.

Chouzour, S., 1994, Le pouvoir et l’honneur. Tradition et contestation en Grande Comore, Paris, L’Harmattan.

Clockers, A., Allibert, C., Vérin, P., 1992, Premier dénombrement pour une banque de données bibliographiques sur les sciences humaines des Comores, Paris, Ceroi-Inalco, Travaux et documents, n° 17.

Courtaud, P., 1999, La nécropole de Bagamoyo. Rapport de fouille, non publié, conservé à la Maison de patrimoine, Service des affaires culturelles du Conseil général de Mayotte, Dzaoudzi.

Dalmond, Abbé, 1842, Vocabulaire et grammaire pour les langues malgaches sakalave et betsimitsara (lire betsimisaraka), Île Bourbon, imprimerie de Lahuppe, Saint-Denis.

Damir, B.A., 1984, « Organisation sociale et politique des Comores avant le xve siècle », Ya Mkobe, n° 1, p. 25-31.

Damir, B.A., Boulinier, G., Ottino, P., 1985, Traditions d’une lignée royale des Comores, Paris, L’Harmattan.

Desachy, B., Belarbi, M. et al., 2001, Dembeni (Mayotte), mission archéologique août-septembre 1999. Rapport de fouilles, déposé à la Sous-Direction de l’archéologie (Paris) et à la Délégation territoriale des affaires culturelles, Mayotte.

Dewar, R.E., Radimilahy, C. et al., 2013, « Stone tools and foraging in northern Madagascar challenge Holocene extinction models », Proceedings of the National Academy of Science, juillet 30, vol. 110, p. 12583-12588.

Ducourneau, A., 2006, Approche phylogéographique de l’histoire du peuplement des Comores, thèse de doctorat, Marseille, Université de la Méditerranée.

Ducourneau, A., 2010, « Approche phylogéographique du peuplement de l’océan Indien occidental », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), Paris, Karthala, p. 855-871.

Dupoizat, M.-F., 1998, « Céramique chinoise de Barus et du Proche-Orient : analogies, différences, premières conclusions », in C. Guillot (dir.), Histoire de Barus. Le site de Lobu Tua. Études et documents, tome 1, Paris, Cahiers d’Archipel, 30, p. 149-167.

Dupoizat, M.-F., Harkantiningsih, N., 2007, Catalogue of the Chinese Style Ceramics of Majapahit: Tentative Inventory, Paris, Cahiers d’Archipel, n° 36.

Ferrand, G., 1891-1902, Les musulmans à Madagascar et aux Comores, 3 tomes, Paris, Geuthner.

Ferrand, G., 1905, Dictionnaire de la langue de Madagascar d’après l’édition de 1658 et l’histoire de la Grande Isle Madagascar de 1661 d’Étienne de Flacourt, publication de l’École des lettres d’Alger, Bulletin de correspondance africaine, XXXIII, Paris, Ernest Leroux.

Ferrand, G., 1907, « Les îles Râmny, Lâmery, Wâkwâk, Komor des géographes arabes et Madagascar », Journal asiatique, nov.-déc., p. 433-566.

Ferrand, G., 1913-1914, Relations de voyages et textes géographiques arabes, persans et turks relatifs à l’Extrême-Orient du viiie au xviiie siècle, 2 tomes, Paris, Ernest Leroux.

Ferrand, G., 1923-1925, Instructions nautiques et routiers arabes et portugais des xve et xvie siècles, tome 1 : Ibn Majid, tome 2 : Souleyman al-Mahri et Ibn Majid, le pilote des mers de l’Inde, de la Chine et de l’Indonésie, Paris, Geuthner.

Ferrand, G., 1934, « Madagascar », Encyclopédie de l’islam, Leyde, Brill, vol. 3, p. 65-76.

Ferrand, G., Vérin, P., 1986, « Madagascar », The Encyclopedia of Islam, 2e édition, Leyde, Brill, vol. 5, p. 1168 et suiv.

Flacourt, E. de, 2007 [1661], Histoire de la Grande Isle Madagascar, annotée, augmentée et présentée par C. Allibert, Paris, Karthala.

Fleisher, J, Lane, P., LaViolette, A., Horton, M.C., Pollard, E., Quintana Morales, E., Vernet, T., Christie, A., Wynne-Jones, S., 2015, « When did the Swahili become maritime », American Anthropologist, vol. 117, n° 1, p. 100-115.

Fleisher, J., Wynne-Jones, S., 2011, « Ceramics and the early Swahili: Destructuring the early Tana tradition », African Archaeological Review, vol. 28, n° 4, p. 245-278.

Fontes, P., Coudray, J. et al., 1987, « Datation et conditions d’occupation du site de Koungou (île de Mayotte) », Revue d’archéométrie, vol. 11, n° 1, p. 77-82.

Gaba, D.E., 1981, « Le manuscrit arabe de Bourhan Mkelle sur la Grande Comore », Asie du Sud-Est et monde insulindien, Paris, EHESS, vol. XII, 3-4, p. 43-80.

Gevrey, A., 1870, Essai sur les Comores, Pondichéry, A. Saligny, imprimeur du gouvernement.

Gommery, D., Ramanivosoa, B. et al., 2011, « Les plus anciennes traces d’activités anthropiques de Madagascar sur des ossements d’hippopotames subfossiles d’Anjohibe (province de Mahajanga) », Comptes rendus Palevol, vol. 10, n° 4, p. 271-278.

Gou, A.M., Soulé, M., Allibert, C., 1994, Rapport de mission archéologique sur le site de Mwali Mdjini (Mwali), archipel des Comores, octobre 1993, Ceroi-Inalco, 25 pages.

Gourlet, J.-F., 2001, Chroniques mahoraises, Paris, L’Harmattan.

Grandidier, A. et al., 1904, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar (COACM), tome II, Paris, Comité de Madagascar.

Grandidier, A. et al., 1912, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar (COACM), tome VIII, Paris, Union coloniale.

Grandidier, A. et al., 1920, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar (COACM), tome IX, Paris, Union coloniale.

Gueunier, N.-J., 1989, La chronique swahilie du cadi Umari de Mayotte, édition critique, Toliara, EESL-CEDRATOM, Recherches et documents, 2.

Gueunier, N.-J., 2003, « Documents sur la langue makhuwa à Madagascar et aux Comores (fin xixe siècle-début xxe siècle) avec un lexique du makhuwa de Madagascar et des Comores », Études océan Indien, n° 35-36, p. 149-223.

Gueunier, N.J., Hébert, J.-C., Viré, F., 1992, « Les routes maritimes du canal de Mozambique d’après les routiers arabo-swahilis », Taloha, n° 11, p. 77-120.

Guillain, M. (capt), 1845, Documents sur l’histoire, la géographie et le commerce de la partie occidentale de Madagascar, Paris, Imprimerie royale.

Guillot, C. (dir.), 1998-2003, Histoire de Barus. Le site de Lobu Tua, 2 vol., Paris, Cahiers d’Archipel, 30.

Hardy-Guilbert, C., 2002, « Al-Shihr, un port d’Arabie face à l’Afrique », Journal des Africanistes, vol. 72, n° 2, p. 39-53.

Hébert, J.-C., 1960, « Fêtes agraires dans l’île d’Anjouan (archipel des Comores) », Journal de la Société des Africanistes, vol. 30, n° 1, p. 101-116.

Hébert, J.-C., 1993-1994, « Les zavaga ou zabaga indonésiens (= vazaha), artisans et trafiquants du fer, commerçants ou pirates (?) à Madagascar et aux Comores, aux xiie-xiiie siècles », Omaly sy Anio, vol. 37-40, p. 13-62

Hébert, J.-C., 1993-1994, « Sur des ports esclavagistes de la côte nord-ouest de Madagascar dont le nom est devenu obsolète : Maringando ou Moringambo et Lulangani/Langany/Morumgany », Études océan Indien, n° 27-28, p. 11-60.

Hébert, J.-C., 2000, « Le bassin sacré du vieux Sima à Anjouan dit Nyungu ya Chuma, marmite en fer », Études océan Indien, n° 29, p. 121-167.

Horton, M.C., 1990, « The Periplus of the Erythraean Sea (reviewing The Periplus Maris Erythraei : text with introduction, translation and commentary by Lionel Casson) », Azania, 25, p. 95-99.

Horton, M.C., 1996, Shanga. The Archaeology of a Muslim Trading Community on the Coast of East Africa, Nairobi-Londres, The British Institute in Eastern Africa, Memoir 14.

Horton, M.C., Middleton, J., 2000, The Swahili. The Social Landscape of a Mercantile Society, Oxford, Blackwell.

Irani, A.B., Dandekar, D., 2003, « Early history pottery from Kachehh (Gujarat) », Man and Environment, XXVIII, 2, p. 91-98.

Jennings, S., 2005, « The material culture at Siraf: 8th to 11th century », in Proceedings of the International Congress of Siraf Port, November 14 - 16, 2005, Bushehr - Iran, Bushehr, Bushehr Branch of Iranology Foundation & Bushehr University of Medical Sciences, p. 50-70.

Jouannès, C., 2001, « La sufaliya d’Ibn Majid, un poème du maître-pilote Shihab al-dîn Ahmad bin Mâjid », Études océan Indien, n° 31, pp 35-114.

Jouannès, C., à paraître, Les instructions nautiques de Shihâb ad-Dîn Ahmad bin Majîd et Sumaimân al-Mahhrî, deux maîtres de navigation arabes de l’océan Indien de la fin du xve et du début du xviesiècle, Paris, Éditions Geuthner.

Kana-Hazi (Cidey, G.), 1997, Histoire des îles Ha’ngazidja, Hi’ndzouani, Maiota et Mwali, présentation critique des manuscrits arabe et swahili émanant du Grand Qadi de Ndzaoudzé / Oumar Aboubakari Housséni (1865), Saint-Denis de La Réunion, Djahazi éditions.

Kennet, D., 2004, Sasanian and Islamic Pottery, from Ras al-Kharmah. Classification, Chronology and Analysis of Trade in the Western Indian Ocean, Oxford, BAR International Series 1248.

Kervran, M., 1977, « Les niveaux islamiques du secteur oriental du tépé de l’Apadana », II. « Le matériel céramique », Cahiers de la DAFI, 7, p. 75-160.

Khoury, S., 1971, « La Hawiya, abrégé versifié des principes de nautique par Ahmad bin Magid », Bulletin des Études orientales, 24, p. 254-384.

Kirkman, J.S., 1967, « Les importations de céramique sur la côte du Kenya », in Arabes et islamisés à Madagascar et dans l’océan Indien, Tananarive, Documents présentés par le Service général de l’information de la République Malagasy (Revue de Madagascars 34, 35, 36, 37 ) et le Centre d’archéologie de la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Madagascar, p. I-X.

Kus, S., Wright, H.T., 1976, « Notes préliminaires sur une reconnaissance archéologique de l’île de Mayotte (archipel des Comores) », Asie du Sud-Est et monde insulindien, Paris, EHESS, vol. VII, 2-3, p. 123-135.

Leguével de Lacombe, B.F., 1840, Voyage à Madagascar et aux îles Comores, 2 vol., Paris, Louis Desessart.

Leitão, H., 1970, Os dois descobrimentos da ilha de Sao Lourenço mandados fazer pelo vice-rei D. Jeronimo de Azevedo nos Anos de 1613 a 1616, Lisboa, Centro de Estudos Historicos ultramarinos.

Liszkowski, H.D., 1994, Polé. Étude archéologique, mémoire de recherches et d’études approfondies, Paris, Ceroi-Inalco.

Liszkowski, H.D., 2000, « Nouveaux éclairages sur l’histoire de Maore à partir de sites archéologiques inédits (Mtsamboro, Kangani, Mitseni, Hajangoua) », in C. Allibert, N. Rajaonarimanana (éd.), L’extraordinaire et le quotidien. Variations anthropologiques, Paris, Karthala, p. 377-386.

Liszkowski, H.D., 2000, Mayotte et les Comores. Escales sur la route des Indes aux xve et xviiie siècles, Mayotte, Éditions du Baobab.

Liszkowski, H.D., 2002, « Le commerce d’escale au xviie siècle dans l’océan Indien, à partir de nouvelles données archéologiques à Mayotte », Études océan Indien,n° 33-34, p. 33-77.

Liszkowski, H.D., 2004, « Mjini-Dembeni, site archéologique de Mayotte postarchaïque ou préislamique ? », Bulletin des Naturalistes, Historiens et Géographes de Mayotte, n° 9, p. 2-13

McCormac, F.G., Reimer, P.J. et al. 2002, « Calibration of the radiocarbon time scale for the southern hemisphere: AD 1850-950 », Radiocarbon, vol. 44, n° 3, p. 641-651.

Marco Polo, 1982, Le devisement du monde, 2 tomes, Paris, Maspero/La Découverte.

Martignon, T., 1994, L’île de Mwali (Mohéli) dans l’archipel des Comores au xviie siècle, Paris, mémoire de DEA, Inalco.

Martin, B.G., 1975, « Arab migrations to East Africa in Medieval times », The International Journal of African Historical Studies, vol. VII, 3, p. 367-390.

Martin, B.G., s.d., « Migrations from the Hadramawt to East Africa and Indonesia c. 1200 to 1900 ». communication personnelle.

Martin, J., 1983, Comores : quatre îles entre pirates et planteurs, 2 tomes, t. 1 : Razzias malgaches et rivalités internationales (fin xviiie-1875), t. 2 : Genèse, vie et mort du protectorat (1875-1912), Paris, L’Harmattan.

Martin, N., 2010, Les productions céramiques de l’océan Indien occidental : implications culturelles au carrefour d’influences, Paris, thèse de doctorat, Langues, littératures et sociétés du monde, Inalco.

Martin, N., 2011, « Madagascar, une île au carrefour d’influences », Études océan Indien,n° 46-47, p. 275-306.

Molet-Sauvaget, A., 1994, Documents anciens sur les îles Comores (1591-1810), Paris, Ceroi-Inalco, Travaux et documents, n° 28.

Molet-Sauvaget, A., 1996, Documents anciens sur les îles Comores (1591-1810), II. Supplément, Paris, Ceroi-Inalco, Travaux et documents, n° 37.

Molet, L., Sauvaget, A., 1971, « Les voyages de Peter Mundy au xviie siècle », 2e partie : « Les Comores », Bulletin de Madagascar, n° 298, mars, p. 3-27.

Msaidie, S., Ducourneau, A., Boetsch, G., Longpied, G., Papa, K., Allibert, C. et al., 2010, « Genetic diversity on the Comoro Islands shows early seafaring as major determinant of human biocultural evolution in the Western Indian Ocean », European Journal of Human Genetics, p. 1-6.

Nurse, D., Spear, T., 1985, The Swahili. Reconstructing the History and Language of an African Society: 800-1500, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Ottino, P., 1974, « Le Moyen Âge de l’océan Indien et le peuplement de Madagascar », Annuaire des pays de l’océan Indien, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, p. 197-221.

Ottino, P., 1978, Séminaire à l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, polycopié.

Pauly, M., 2010, « Développement de l’architecture domestique en pierre à Mayotte au xiiie-xviie siècle », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), Paris, Karthala, p. 603-632.

Pauly, M., 2013, « Acoua-Agnala M’kiri (Mayotte). Archéologie d’une localité médiévale entre Afrique et Madagascar », Nyame akuma, n° 80, p. 73-90.

Pauly, M., 2014, Acoua-Antsiraka Boira : la nécropole aux perles, Mayotte, Direction des affaires culturelles de la Préfecture de Mayotte, collection Patrimoines cachés.

Pauly, M., 2014, « Islam médiéval aux Comores », Les cahiers de l’islam. Revue d’études sur l’islam et le monde musulman. URL : http://www.lescahiersdelislam.fr/Islam-medieval-aux-Comores_a654.html.

Pauly, M., 2014, « La diffusion de l’islam à Mayotte à l’époque médiévale », Taârifa, revue des archives départementales de Mayotte, n° 4, mars, p. 63-88.

Pawlowicz, M., 2013, « A review of ceramics from Tanzania, Malawi and Northern Mozambique with implications for Swahili Archaeology », African Archaeological Review, vol. 30, 4, p. 367-398.

Pellat, C., 1962-1965, Livre des prairies d’or et des mines de pierres précieuses (Kitâb Murûdj adh-dhahab wa-ma’âdin al-djawhar), traduction par Barbier de Meynard et Pavet de Courteille (éd. revue et corrigée par), Paris, Société asiatique, tomes I et II.

Perret, D., Riyanto, S., 1998, « Les poteries proche-orientales engobées à décor incisé et jaspé de Lobu Tua », in C. Guillot (dir.), Histoire de Barus (Sumatra). Le site de Lobu Tua, vol. I : Études et documents, Paris, Cahiers d’Archipel, n° 30, p. 169-188.

Pline l’Ancien, 1947, Histoire naturelle, Paris, Les Belles Lettres.

Poumailloux, P., 1999, « Le mtepe, bateau cousu des Swahili, suivi d’un glossaire technique », Études océan Indien,n° 27-28, p. 227-328.

Poumailloux, P., 2005, « Les îles surnuméraires de l’archipel des Comores », Paris, Bulletin de l’Association des anciens élèves de l’Inalco, mai, p. 20-34.

Pradines, S., 2009, « L’île de Sanje ya Kati (Kilwa, Tanzanie) : un mythe shirazi bien réel », Azania, vol. 41, 1, p. 49-73.

Pradines, S., 2012, « Commerce maritime et islamisation dans l’océan Indien : les premières mosquées swahilies (xie-xiiie siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 130. URL : http://remmm.revues.org/7446.

Pradines, S., 2013, « The Rock Crystal of Dembeni, Mayotte. Mission report 2013 », Nyame Akuma, n° 80, p. 59-72.

Radimilahy, C., 1998, Mahilaka. An Archaeological Investigation of an Early Town in Northwestern Madagascar, Uppsala, Department of Archaeological and Ancient History, Studies in African Archaeology, 15.

Radimilahy, C., 2010, « Contribution à l’archéologie du Sud-Ouest de Madagascar », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), Paris, Karthala, p. 825-885.

Robertshaw, P., Rasoarifetra, B. et al. 2006, « Chemical analysis of glass beads from Madagascar », Journal of African Archaeology, 4 (1), p. 91-109.

Robineau, C., 1966, Société et économie d’Anjouan (océan Indien), Paris, Orstom.

Robineau, C., 1966 « L’Islam aux Comores. Une étude d’histoire culturelle de l’île d’Anjouan », Revue de Madagascar, 35, p. 17-34.

Rotter, G., 1976, Muslimische Inseln vor Ostafrika. Eine Arabische Komoren-chronik des 19 Jahrhunderts, Beyrouth, Orient-Institut der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Beiruter Texte und Studien Bd. 18.

Rougeulle, A., 1991, « Les importations de céramiques chinoises dans le golfe Arabo-Persique (viiie-xie siècles) », Archéologie islamique, 2, p. 5-46.

Rougeulle, A., 1996, « Medieval trade networks in the Western Indian Ocean (8-14th centuries). Some reflections from the distribution pattern of Chinese imports in the Islamic world », in H.P. Ray, J.-F. Salles (éd.), Tradition and Archaeology. Early Maritime Contacts in the Indian Ocean, New Delhi/Lyon, Manohar-CSH, p. 159-180.

Rougeulle, A., 2004, « Le Yémen entre Orient et Afrique. Sharma, un entrepôt du commerce maritime médiéval sur la côte sud de l’Arabie », Annales islamologiques, 38, p. 201-253.

Rougeulle, A., 2008, « A medieval trade entrepôt at Khor Rori: The study of the Islamic ceramics from al-Hamra al-Sharquiya. In a port in Arabia between Rome and the Indian ocean (3rd c. BC-5th c. AD)», in A. Avanzini (éd.), A port in Arabia between Rome and the Indian Ocean, 3rd c. BC-5th c. AD: Khor Rori report 2, Rome, Erma di Bretschneider, Arabia antica, p. 645-667.

Rougeulle, A., 2008, « Hayrig, Sarwaya, Halfât, les ports anciens du Mahra (Yémen, c. ixe-xiie siècles) », Annales islamologiques, 42, p. 377-408.

Sacleux, C. (Rév. Père), 1939, Dictionnaire swahili-français, Paris, université de Paris, Institut d’ethnologie.

Sauvaget, J., 1954, Les merveilles de l’Inde. Une œuvre posthume de Jean Sauvaget. Mémorial J. Sauvaget, Damas, Institut français, t. 1, p. 187-309.

Silberman, L., s.d., The History of Anjouan or Johanna (Comores) in the oral tradition as recounted to…, Oxford, Balliol College, non publié.

Sinclair, P., 1982, « Chibuene. An early trading site in Southern Mozambique », Paideuma, 28, p. 149-164.

Sinclair, P., 2007, « What is the archaeological evidence for external trading contacts on the East African coast in the first millenium BC? », in J. Starkey, P. Starkey, T. Wilkinson (éd.), Natural resources and Cultural Connections of the Red Sea, Oxford, BAR International Series 1661, p. 187-194.

Sinclair, P., Ekbloma, A., Wood, M., 2012, « Trade and Society on the South-East African coast in the later first millennium AD: The case of Chibuene », Antiquity, vol. 86, n° 333, p. 723-737.

Tampoe, M., 1989, Maritime Trade between China and the West. An Archaeological Study of the Ceramics from Siraf (Persian Gulf), 8th to 15th centuries A.D., Oxford, BAR International Series 555.

Tollenaere, C., 2009, Génétique et évolution du rat noir Rattus Rattus, réservoir de la peste à Madagascar, thèse de biologie des populations et écologie, université Montpellier 2.

Vérin, P., 1972, Les échelles anciennes du commerce sur les côtes nord de Madagascar, thèse d’histoire, université de Paris 1.

Vérin, P., 1984, The History of Civilisation in North Madagascar, Rotterdam/Boston, A.A. Balkema.

Vérin, P., 1994, Les Comores, Paris, Karthala.

Vérin, P., Wright, H.T., 1980, « Les anciennes fortifications de l’île de Ngazidja (Grande Comore) », Asie du Sud-Est et monde insulindien, Paris, EHESS, vol. 11, 3-4, p. 289-303.

Vérin, P., Wright, H.T., 1999, « Madagascar and Indonesia: New evidence from Archaeology and Linguistics », Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, 18, p. 35-42.

Vernet, T., 2003, « Le commerce des esclaves sur la côte swahili, 1500-1750 », Azania, n° 38, p. 69-97.

Vernet, T., 2005, Les cités-États swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810. Dynamiques endogènes, dynamiques exogènes, thèse d’histoire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Viré, F., 1984, « L’océan Indien d’après le géographe Abû Abd-Allah Muhammad Ibn Idris al-Hammûdî al-Hasanî dit Al-Sarîf al-Idrîsî (493-560 H./1100-1166) », Études sur l’océan Indien, Travaux de l’université de La Réunion, p. 13-45.

Viré, F., Hébert, J.-C., 1987, « Madagascar, Comores et Mascareignes à travers la Hawiya d’Ibn Majid (866 H/1462) », Omaly sy Anio, n° 25-26, p. 55-80.

Whitehouse, D., 2001, « East Africa and the maritime trade in the Indian Ocean », in B.S. Amoretti (éd.), Islam in East Africa: New sources, Rome, Herder, p. 411-424.

Wood, M., 2012, Interconnections: Glass Beads and Trade on Southern and Eastern Africa and the Indian Ocean: 7th to 16th centuries AD, Uppsala, Department of Archaeology and Ancient History, Studies in Global Archaeology 17.

Wood, M., 2015, « Divergent patterns in Indian Ocean trade to East Africa and southern Africa between the 7th and 17th centuries CE: The glass bead evidence », Afriques [En ligne], 06. URL : http://afriques.revues.org/1782

Wright, H.T., 1984, « Early seafarers on the Comoro Islands: The Dembeni phase of the ixth-xth centuries AD », Azania, 19, p. 13-59.

Wright, H.T., 1986, « Early communities on the island of Maore and the coast of Madagascar », in C.P. Kottak, J.-A. Rakotoarisoa, A. Southall, P. Vérin (éd.), Madagascar, Society and History, Durham, Carolina Academic Press, p. 53-87.

Wright, H.T., 1992, « Early Islam, ocean trade and town development on Nzwani, the Comorian Archipelago in the xith-xvth centuries AD », Azania, n° 27, p. 81-128.

Wright, H.T., 1993, « Trade and politics on the Eastern littoral of Africa, AD 800-1300 », in T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah, A. Okpoko (éd.), The Archaeology of Africa: Food, Metals and Towns, Londres/New York, Routledge, p. 658-672.

Wynne-Jones, S., Fleisher, J., 2013, « Ceramics and Society: Early Tana tradition and the Swahili Coast (Data Paper) », Internet Archaeology, 35, Council for British Archaeology.

Zhao, B., 2012, « Global trade and Swahili cosmopolitan material culture: Chinese style ceramic shards from Sanje ya Kati and Songo Mnara (Kilwa, Tanzania) », Journal of World History, vol. 23, n° 1, p. 41-85.

Zhao, B., 2014, « Contribution de la céramique chinoise à l’histoire médiévale swahili en Afrique orientale (ixe-xve s.) », Comptes rendus des Séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,  I (janv.-mars), p. 353-383. L'excellent article de Mme Zhao Bing m'est parvenu tardivement après la rédaction de mon article et n'a pu être pris en compte pour cette raison.

Haut de page

Annexe

Index des sigles et acronymes

ASEMI : Asie du Sud-Est et monde insulindien

BAR : British Archaeological Reports

Ceroi : Centre d’études et de recherches sur l’océan Indien (Inalco)

Cersoi : Centre d’études et de recherches sur les sociétés de l’océan Indien

CNDRS : Centre national de documentation et de recherche scientifique (Comores)

CNRS : Centre national de recherche scientifique (France)

DAFI : Délégation archéologique française en Iran

DEA : Diplôme d’études approfondies

EHESS : École des hautes études en sciences sociales

EOI : Études océan Indien

IGN : Institut national de l’information géographique et forestière

Inalco : Institut national des langues et civilisations orientales (Paris)

IRD : Institut de recherche pour le développement

Orstom : Office de la recherche scientifique et technique outre-mer

Haut de page

Notes

1  L’orthographe des termes comoriens a été alignée sur la forme préconisée par les linguistes et non pas celle donnée par l’IGN, sauf exception respectant une citation.

2  Voir D. Gommery, B. Ramanivosoa et al., 2011 ; R.E. Dewar, C. Radimilahy et al., 2013 ; mais également F. Chami, 2010, qui présente de l’industrie lithique sur basalte à Ngazidja. Toutefois celle-ci n’est pas associée à un milieu datable et peut très bien être moins ancienne qu’annoncé. Quelques morceaux de silex travaillés avaient été signalés à Mayotte hors stratigraphie (C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1983, p. 12-13).

3  Quelques tessons gujarati (fig. 1), reconnus par nos collègues indiens (A.B. Irani et D. Dandekar, que je remercie) comme datant du ier siècle EC mais trouvés hors stratigraphie, posent question.

4  Pline l’Ancien, 1947, VI, p. 152.

5  C. Allibert, 2012b, p. 342.

6  Parfois transcrit, selon les auteurs, komr, qomr ou simplement qmr, sans vocalisation. Le terme est aussi employé par Piri Re’is (C. Allibert, 1989) pour désigner Madagascar, les Comores et certaines îles de la côte orientale d’Afrique. Son emploi se limitera par la suite pour désigner l’archipel comorien, alors qu’aujourd’hui les populations de l’archipel utilisent le terme masiwa pour l’ensemble des îles et un terme spécifique pour chaque île.

7  Voir Abulfida, in G. Ferrand, 1907, p. 528.

8  Voir C. Allibert, 1984, p. 177-183, mais aussi P. Vérin, 1994, p. 63, citant Damir ben Ali pour ce qui est des chefs bedja de Nzuani. Mais on notera qu’il reste beaucoup d’incertitude sur ce sujet, selon les auteurs.

9  Comme nous allons le voir, les fani étant en place au xiie-xiiie siècle (et peut-être plus tôt), il faudrait, si les bedja les précédèrent, que ces derniers aient été installés sensiblement à l’époque de Dembeni (ixe-xiie siècle).

10  Séminaire 1978 (P. Ottino, 1978).

11  Il n’est pas sans intérêt de rappeler que le manuscrit d’Abdul Atifu Musa Fumu donne le nom de maharadzi à un Bedja (voir C. Allibert, 1977, p. 520-521) sans cependant en tirer une conclusion hâtive.

12  Kungu (IGN Koungou, 1200 +/- 60 BP, 1180 +/- 60 BP) (voir P. Fontes, J. Coudray et al., 1987 ; C. Allibert, 1992), daté par deux laboratoires différents après prélèvements différents. Mais des corrections dans les datations rajeunissant les sites viennent d’être apportées pour l’hémisphère sud (voir F.G. McCormac, P.J. Reimer et al., 2002), ce qui ferait que ce site pourrait être contemporain de celui de Dembeni à ses débuts.

13  Cette poterie porte également le nom de « type Tana ». Voir les récentes études qui en ont été faites (J. Fleisher, S. Wynne-Jones, 2011 ; M. Pawlowicz, 2013) dans lesquelles les auteurs préfèrent utiliser les termes Tana ware, réservant TIW pour le secteur tanzanien.

14  C. Allibert, P. Vérin, 1996, p. 465, fig. 7b.

15  Parfois orthographié M’Bachilé.

16  Voir les publications de C. Hardy-Guilbert, 2002 ; A. Rougeulle, 2008.

17  Communication personnelle pour laquelle je le remercie.

18  Voir H.T. Wright, 1992 ; C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1989 ; C. Allibert, H.D. Liszkowski et al., 1993 ; C. Allibert, H.D. Liszkowski, 1999 ; 2000 ; B. Desachy, M. Belarbi et al., 2001.

19  Voir A. Rougeulle, 2004 ; B. Zhao, 2012, pour la diffusion de la porcelaine chinoise dans l’océan Indien occidental.

20  C. Guillot (dir.), 1998-2003.

21  P. Sinclair, 1982 ; 2007 ; P. Sinclair, A. Ekbloma, M. Wood, 2012.

22  H.N. Chittick, 1984, p. 101-105.

23  M.C. Horton, 1996, p. 300-303.

24  C. Guillot (dir.), 1998-2003, p. 69-102.

25  Voir l’étude faite par H. Morrison, in C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1983, p. 106-119, et 1989, p. 22-24.

26  Il faut évidemment ne pas confondre ce site de l’archipel et celui de la côte africaine. Mais ce même terme recouvre la même idée : il s’agit d’un lieu probablement de débarquement où les esclaves étaient présents et qui exprime leur souffrance (en swahili, « repose ton âme (ici) »), C. Sacleux, 1939, p. 85.

27  C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1983.

28  Le lecteur se reportera à C. Allibert, A. Argant, J. Argant, 1989, pour avoir le descriptif établi par M. Gayet pour les poissons ; il en va de même pour les tortues étudiées par F. de Broin et les gastéropodes étudiés par P. Lozouet.

29  Voir C. Allibert, 2002.

30  al-Biruni, 1936, p. 183.

31  Voir C. Allibert, 2011, p. 201. Je remercie mon collègue Jean-Charles Ducène qui m’a fourni la référence bibliographique. Voir également sur ce point C. Allibert, 1998, p. 482 ; E. de Flacourt, 2007, p. 472, note 20, commentaire C. Allibert ; S. Pradines, 2013. Le gouverneur, un demi-millénaire plus tard, localisera les zones d’extraction sur sa carte entre les rivières de Manangoro et Simiame (Soamianina ?) (E. de Flacourt, 2007, 1er hors-texte, carte 1). François Martin, entre 1665 et 1668, donne avec précision le lieu où les Français vont chercher ce minéral (voir A. Grandidier et al., tome IX, 1920, p. 474).

32  Voir S. Jennings, 2005, qui signale deux secteurs (Iran du Nord et Yémen) où le chloritoschiste était également travaillé.

33  C. Allibert, J.-A. Rakotoarisoa, 2011, p. 10.

34  H.T. Wright, 1984, p. 53.

35  Tollenaere (C. Tollenaere, 2009) fait l’hypothèse d’une introduction de la peste il y a mille ans à Madagascar. La chute de la ville de Mahilaka (P. Vérin, 1972 ; C. Radimilahy, 1998) a pu être attribuée à une épidémie de peste, mais il peut s’agir d’une autre raison, comme la déforestation, ayant rendu l’activité métallurgique impossible. Seule l’analyse de restes contaminés pourrait en apporter la preuve.

36  La détermination a été rendue incertaine à cause de l’absence de l’écusson qui le caractérise. Mais les textes arabes signalant la présence d’une plante dite dhura apportent un complément linguistique renforçant cette probable détermination.

37  On sait combien les populations austronésiennes ont utilisé ce végétal pour divers usages.

38  Son fruit est consommé de part et d’autre de l'océan Indien. En malgache, son nom est wakwa, à Sumatra bakkuwan (en langue batak) (G. Ferrand, P. Vérin, 1986, p. 1168). Une étude portant sur son aire d’origine et sa répartition dans l’océan Indien s’impose.

39  La question de l’importation de la patate douce et du maïs, que l’on attribue aux Portugais après la découverte du continent américain, est encore débattue. Le passage aurait pu être réalisé bien avant dans l’océan Indien par les Austronésiens.

40  Idrisi semble ne pas savoir distinguer Ngazidja de Dzuani (al-Idrisi, in F. Viré, 1984, p. 21).

41  Ibid., p. 21.

42  Non publié à ce jour.

43  Voir également H.T. Wright, 1993, p. 660 : Mud-plastered pole-and-bamboo houses, probably rectangular, occurred in most villages. Cette caractéristique architecturale de la maison traditionnelle comorienne a été bien décrite par J. Breslar, 1979.

44  Voir B.A. Damir, G. Boulinier, P. Ottino, 1985, p. 21-26, qui dénombrent six chroniques pour des époques bien plus récentes.

45  Voir H.T. Wright, 1993, p. 667, pour l’archéologie des xie-xiiie siècles.

46  C. Chanudet, P. Vérin, 1983.

47  Communication personnelle pour laquelle je remercie mon collègue le professeur Chami.

48  P. Courtaud, 1999.

49  Voir M. Pauly, 2013, en ligne : http://archeologiemayotte.over-blog.com/article-la-necropole-de-bagamoyo-xe-xiie-siecle-66025030.html, pour les types de sépultures anciennes.

50  L’origine de ces perles renvoie à presque l’ensemble de l’océan Indien. Toutefois l’origine de fabrication de celles-ci n’implique pas que ceux qui les ont transportées aient nécessairement été natifs du lieu de fabrication.

51  C. Robineau, 1966 ; C. Allibert, 2000.

52  A. Gevrey, 1870, p. 108-115.

53  Ainsi, le terme antalaotse correspondant au chiffre cinq est paipo ou faifo (Abbé Dalmond, 1842, p. 81), confirmé par Gevrey et dont l’origine se trouve dans l’anglais five, tout comme le mot falasika signifiant bouteille provient de l’anglais flask. Nous avons également fait la filiation du terme antalaotse tabia pour chat, renvoyant à l’arabe al’Attabiya (quartier de Baghdad où le tissu à la couleur moirée ressemblait à la robe du chat de la région) (C. Allibert, 1997-1998, p. 138), mais aussi au terme moaro, signifiant également chat. C’est la confirmation du caractère de commerçants-voyageurs de cette population.

54  H.T. Wright, 1992, p. 127.

55  L. Aujas, 1911-1912.

56  C. Allibert, 2000.

57  Mais la tradition orale veut qu’une des toutes premières soit celle de Ntsaweni (Ngazidja), au mirhab sculpté dans du corail rose. Par ailleurs, des mosquées anciennes ont été reconnues à la côte africaine. Damir ben Ali (B.A. Damir, 1984, p. 27) a recueilli une tradition qui veut qu’au iie siècle de l’Hégire, l’islam ait déjà été la religion dominante des îles où de nombreuses familles vinrent s’établir. Ainsi est-il dit que ce furent les Omeyyades qui fondèrent Damun (Domoni à Anjouan), Saweni (Ntsaweni à Ngazidja) et le port de Bone, détruit par une éruption volcanique. En 824 EC, des membres de la secte ibadite seraient arrivés à Anjouan. Ce sont eux qui auraient donné à Mayotte le nom de Maote, et celui de Djomani (Djummani) à Ngazidja. Ces noms seraient des noms de localités irakiennes. Se seraient également installés des Kharidjites d’Irak à Mayotte. Il est dit que diverses sectes auraient vécu en bonne entente dans l’archipel.

58  H.T. Wright, 1992, p. 126.

59  Date qui invalide celle donnée par la chronique de Said Ahmed Zaki, plus ancienne d’un siècle.

60  C. Allibert, 2011, p. 209.

61 Ibid., p. 205.

62  Piri Re’is, in C. Allibert, 1988.

63  Groupe humain malgache des Hautes Terres d’origine principalement austronésienne.

64  In H. Leitão, 1970, p. 71 ; pour Mariano, voir A. Grandidier et al., 1904, p. 13.

65  Marco Polo, 1982, tome 2, p. 386-387.

66  Terme bantu désignant les rois ou seigneurs. Masudi (al-Masūdī, 1861-1877, traduction revue par C. Pellat, 1965, vol. 2, p. 329) déclare : « Pour en revenir aux Zandj et à leurs rois, le nom des rois de ce pays est waflîmî. »

67  C. Allibert, M. Ahmed-Chamanga, G. Boulinier, 1976.

68  « On ne porte que les morts », déclare-t-il (C. Allibert, 2012a, p. 129).

69  Ngazidja se différencie des autres îles en certains points. Ainsi, l’île ne connut pas de fani mais des MaFe.

70  L. Silberman, polycopié, non publié. Notons que les Madhali du Yémen occidental auraient été à Kilwa à la fin du xiiie siècle.

71  Voir B.A. Damir, G. Boulinier, P. Ottino, 1985, p. 27-38.

72  Neville Chittick (H.N. Chittick, 1975, p. 38) acceptait cette migration alors que Jean Devisse consacra un séminaire à tenter d’en démontrer l’aspect mythique, y entrevoyant une « rétro-explication ». La question a été reprise par Claude Allibert (C. Allibert, 2005), puis Stéphane Pradines (S. Pradines, 2009).

73  Voir A. Molet-Sauvaget, 1994. Voir aussi, pour Mayotte, la carte des sites de l’époque dite « classique » (C. Allibert, 2000).

74  Voir L. Molet, A. Sauvaget, 1971, p. 11, note 4. Les auteurs s’étonnent à juste titre de voir attribuer à Mutsamudu ce titre de ville de la Reine alors que c’est Domoni qui semble à cette époque tenir le rôle de capitale.

75  Al-Idrisi, in F. Viré, 1984, p. 20-21.

76  Ibid., p. 22-23.

77  Le terme malgache employé à Mayotte est bushi.

78  G. Ferrand, 1934, p. 68.

79  Voir C. Allibert, 1988 et 2011.

80  Voir J. Fleisher et al., 2015.

81  Selon l’auteur des Merveilles de l’Inde. Voir J. Sauvaget, 1954, p. 301.

82  Voir al-Mas’ūdī, 1861-1877, traduction revue par C. Pellat, 1962, vol. 1, p. 94, § 246.

83  Sorabe, « grandes écritures », et volan’onjatsy, « paroles des Onjatsy », dans lesquels Grandidier (A. Grandidier et al., 1912, t. VIII, p. 78, note 1) pensait reconnaître les Azd ayant migré : « Les descendants des premiers Arabes qui, vers le xe siècle, se sont établis à Madagascar, probablement des Azd de la côte d’Oman, chassés des îles Comores, où ils avaient depuis longtemps fondé une colonie, par les Arabes de Malindi, qui ensuite les suivirent. » Ferrand rejeta cette hypothèse qu’il pensait infondée. L’archéologie redonne quelque crédibilité à l’opinion de Grandidier.

84  G. Ferrand, 1891-1902.

85  A. Ducourneau, 2010 ; S. Msaidie et al., 2010.

86  A. Gevrey, 1870, p. 79. Ce qui constitue une erreur puisque le royaume sakalava ne s’est pas constitué avant le milieu du xviie siècle.

87  Par exemple, la pratique de récupération des sanies avec seconde funéraille, comme en apporte la preuve, au xviie siècle, dans l’île d’Antsoherybory, dans un contexte pourtant islamisé, le journal de Paulo Rodriguez da Costa, capitaine de la caravelle Nossa Senhora da Esperança, retranscrit par Humberto Leitão (H. Leitão, 1970, p. 66).

88  Mes remerciements à J.-A. Rakotoarisoa pour les cartes et à Aymeric Pitre pour la mise en forme des figures. Les illustrations sont la propriété de l’auteur de l’article.

89  Nous avons voulu dans cet article introduire un assez grand nombre de planches montrant les poteries qui n’ont jamais été publiées pour les mettre au service de nos collègues. À l’exception de celles qui sont renseignées (site, carré, numéro), les autres ont été trouvées hors stratigraphie et collectées dans un but de sauvegarde et d’analyse. Tout ce matériel a été restitué au conservateur du Patrimoine, M. Édouard Jacquot, pour être remis au centre archéologique (Maison du patrimoine, Affaires culturelles, Conseil général de Mayotte) récemment créé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de situation
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Les sites archéologiques des Comores
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 1 : Tesson gujarati, surface Pamanzi Kely (Mayotte)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 : Kungu. Tesson de poterie dite triangular incised ware, hors stratigraphie
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3 : Tessons de la poterie locale du site de Majikavo (Mayotte)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 : Tessons de la poterie locale de Kungu (Mayotte) hors stratigraphie
Légende Sassano-islamique et chloritoschiste en bas de page.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 5 : Tessons de la poterie locale de Dembeni (Mayotte)
Légende On notera les poteries graphitées et celles qui sont à engobe rouge.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 6 : Tesson de grès grossier dit « à carrés non revêtus » (Chine) du site de Dembeni
Légende Cf. A. Rougeulle, 1991, p. 18, 3-4.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 7 : Dembeni (Mayotte). Céladon chinois de Yue à décor floral
Légende Cf. A. Rougeulle, p. 35, fig. 11-1 (Sohar, Siraf). Voir aussi H.N. Chittick, A. Rougeulle, M.C. Horton, M.-F. Dupoizat. Bol à décor interne incisé (A. Rougeulle, 1991, p. 35, fig. 1).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 8a : Tesson dit de poterie chinoise « Dusun », site de Dembeni (Mayotte), olive green glazed jar, autrement appelée Chinese stoneware
Légende Poterie « Dusun » olive green à col droit, plus ancienne (selon M.-F. Dupoizat, tome I, p. 161, voir jarre Barus, I, p. 166, datée ixe-xe siècle).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 8b : Tesson dit de poterie chinoise « Dusun », site de Dembeni (Mayotte), olive green glazed jar, autrement appelée Chinese stoneware
Légende Poterie « Dusun » à col roulé, du ixe au xie.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 9 : Ligne 1 à gauche. Céladon de Yue à décor floral. À droite, blanc chinois, col à lèvre ourlée, Dem.1, C2 273
Légende A. Rougeulle, 1991, p. 30, fig. 8 (cf. Sohar, Minab) xe- début xie s. Barus, p. 135, fig. 34. M.-F. Dupoizat date xe-début xie.Ligne 2. Fonds de bols à pétales de lotus (Sohar, Qalat’ Abd al-Rahman), A. Rougeulle, fig. 9, 1 à 8, xe-début xie. M.-F. Dupoizat donne xe-début xie à Barus. M.C Horton l’appelle white stoneware (M.C Horton, 1996, p. 309), xe.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 10 : Tesson chinois céladon, dessin gravé (Dembeni, Mayotte)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 11 : Ensemble de tessons chinois (Mayotte, Dembeni, à l’exception du col de la 3e ligne à gauche, stoneware de Bagamoyo, en stratigraphie, xie).
Légende Ligne 1 (gauche). Stoneware craquelée.Ligne 2 (gauche). Stoneware (milieu), fond (Changsha ?).Les cinq morceaux qui restent (dont un col) : Martaban (cf. Barus II, p. 162, début Song du Nord).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 12 : Tesson sassano-islamique (Dembeni, Mayotte) représenté également à Dem 1, C1, 96, type cordé
Légende Voir H.N. Chittick, 1984, plate 26 a. Pour Whitehouse, origine Sud-Iraq et peut-être Khurzistan (D. Whitehouse, 2001, p. 420).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 13 : Tesson islamique bleu cobalt (M’Bashile, Ngazidja)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 14 : Ensemble de tessons islamiques de Dembeni (Mayotte)
Légende Ligne 1. Splashed ware (2e à gauche) et opaque tin-glazedware (2 de droite).Ligne 2. Opaque ware et fond de sgraffiato.Ligne 3. Divers tessons islamiques. À gauche, tesson dit black on yellow (H.N. Chittick, 1984, période 2, late 12th-13th, c. Kilwa, p. 304, II) (M.C. Horton, 1996, p. 291, vers 1250).Ligne 4. Sgraffiato dont un dit à wide-line ou champlevé.Ligne 5. Tesson Dem 1. C3 52, tesson dit luster ware (second à partir de la gauche) (Dem 1, C2 258) (Suse, Kervran) (H.N. Chittick, 1984, plate 30 a), tesson glaçure verte Dem 1, C2 198.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 15 : Divers tessons de type late sgraffiato (Dembeni, Mayotte) (xie s.)
Légende Voir Manda (H.N. Chittick, 1984), Shanga (M.C. Horton, 1996), Lobu Tua, Barus (C. Guillot et al., 1998-2003).Origine Fars ou Kerman selon Whitehouse (D. Whitehouse, 2001, p. 420).Ligne 1. Islamique apparenté au sgraffiato.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 16 : Tessons de massive unglazed jars de Siraf
Légende Voir Manda (H.N. Chittick, 1984, fig. 41 e, 40 c), Shanga (M.C. Horton, 1996, fig. 220 g), Barus II (C. Guillot et al., 1998-2003, vol. , fig. 12, p. 172) dite « poterie friable » selon Tampoe (M. Tampoe, 1989).Ligne 1 (droite). Dem. 1, C2 39.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 17 : Dembeni 3, massiot de fer
Légende Voir analyse du musée du Fer de Nancy (C. Allibert, D. Liszkowski et al., 1993).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 18 : Dembeni 3, objets en fer (lame, pincettes, outil (burin ?))
Légende La section rectangulaire de l’extrémité n’est pas sans évoquer les points de percussion du morceau de quartz coupé en deux (voir C. Allibert, D. Liszkowski, 1993, p. 57, fig. 21 c).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 19 : Perle dite en « mosaïque à œils » ou « à ocelles », Dem 1, C2 151
Légende Voir C. Guillot et al., 1998-2003, vol. II, p. 273, fig. 23-25. Origine probable proche-orientale.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 20 : Dembeni. Perle en cristal de roche Dem 1, C1 180
Légende Diamètre 1 cm, longueur 1,2 cm.À droite, ébauche de perle dans cristal de roche.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 21 : Dembeni. Diverses perles
Légende Voir analyse par H. Morrison (C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1989).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 22 : Dembeni. Col de récipient arrondi en cristal de roche
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 23 : Dembeni. Diverses fioles
Légende L’une dite « molaire » (H.N. Chittick, 1984, p. 399, ixe-xe siècle), (C. Guillot et al., 1998-2003, vol. II, p. 247, milieu ixe-xe siècle, origine Proche-Orient), voir l'étude de Morrison (C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1989), milieu ixe-xe siècle, voir fig. 24 pour agrandissement.Ligne inférieure. Assemblage de trois flacons, il pourrait s’agir d’offrandes, remontées en surface à l’occasion de la réalisation d’un trou pour planter un bananier.À droite, 1re ligne. Gros morceau de verre (intrusif ?).
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 24 : Dembeni. Fioles
Légende À gauche, fiole molaire (Dembeni 3, surface), à droite fiole boule (Dembeni 2 J1 24), au milieu, col.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 25 : Dembeni. Divers verres
Légende Trois fonds. Un verre chauffé et fondu.Fond de flacon : H.N. Chittick, 1984, p. 399 i, période 2.Minuscule fiole fond (H.N. Chittick, 1984, p. 399 h), période 1 b.Gobelets cylindriques, Iran IX, X, C. Guillot et al., 1998-2003, vol. I, p. 196.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 26 : Morceaux de quartz (Dembeni)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 27 : Poterie locale de Bagamoyo (xe-xie siècle)
Légende Voir C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1983.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 28 : Poterie locale de Bagamoyo (xe-xie siècle)
Légende Voir C. Allibert, A. Argant, A. Argant, 1983.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 29 : Sgraffiato dit « champlevé » ou wide-line, xiiie siècle
Légende Surface d’une tombe dans la lagune de Pamanzi kely, Moriombeni, offrande ?
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 30 : Tessons de poterie locale Ajangua (Mayotte), époque dite « classique », xive-xviie
Légende Au milieu, plat à décoration de feuille et rameau d’armoise. Niveau fin xviie à Fort Jésus (cf. J.S. Kirkman, 1967, p. VII, fig. 22). Ligne 1, à gauche, probablement poterie malgache. Ligne 5, à gauche, tessons de poteries européennes du xixe siècle
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 31 : Tessons sur le site de Domweli dit « Sada Halé » Mayotte (époque classique)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 32 : Tessons « bleu et blanc », site de Domweli (Mayotte)
Légende En cours d’étude.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 33 : Tessons « bleu et blanc », site de Mwali Mjini (Mwali)
Légende En cours d’étude.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 34 : Site de Sima (Ndzuani), tessons trouvés en surface
Légende Morceau de bord de céladon (ligne 2 à droite), poteries locales.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 35 : Dembeni et Bagamoyo (Mayotte), morceaux de chloritoschiste, avec sassano-islamique
Légende Ligne du bas, tesson en chloritoschiste à la paroi latérale arrondie
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1721/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Allibert, « L’archipel des Comores et son histoire ancienne. Essai de mise en perspective des chroniques, de la tradition orale et des typologies de céramiques locales et d’importation », Afriques [En ligne], 06 | 2015, mis en ligne le 25 décembre 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://afriques.revues.org/1721 ; DOI : 10.4000/afriques.1721

Haut de page

Auteur

Claude Allibert

Professeur émérite, Inalco, équipe ASIEs

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org