Navigation – Plan du site
Réseaux globaux, réseaux locaux

Anjouan (Comores), un nœud dans les réseaux de l’océan Indien. Émergence et rôle d’une société urbaine lettrée et marchande (XVIIe-XXe siècle)

Ndzuwani (Comoros), a trading hub in the Indian Ocean. The role of a literate, urban, merchant society (17th–20th century)
Sophie Blanchy

Résumés

Cet article traite du rôle spécifique joué par les makabaila de l’île d’Anjouan (archipel des Comores) dans les réseaux commerciaux de l’océan Indien. Musulmans lettrés urbains, marchands et grands propriétaires fonciers, ils sont en majorité composés de Bā ʿAlawī, des chérifs hadramis qui ont développé dès le xvie siècle des liens commerciaux intenses entre le Hadramaout et l’archipel de Lamu, et se sont établis à partir de la fin de ce siècle aux Comores. Les makabaila d’Anjouan ont fait de l’île une interface commerciale et maritime internationale grâce à une série de facteurs : la qualité des mouillages a favorisé l’enrichissement des villes portuaires et la transmission d’une culture lettrée maintenant l’idéologie élitaire. Malgré les domaines fonciers qu’ils contrôlaient, ils ont fait preuve d’un ethos déterritorialisé, de réseau, à la différence des autres populations comoriennes ritualisant leur lien au territoire. Leur adaptation à la colonisation française à la fin du xixe siècle éclaire les processus plus anciens. Grâce à l’éducation qu’ils avaient monopolisée, les makabaila ont conservé un statut dominant quand Anjouan est devenue un des grands sites mondiaux de production de plantes à parfum et, à l’indépendance, ils ont repris le contrôle de cette exportation, qui reste l’enjeu des dominations locales.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Anjouan, Comores
Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements
Je remercie Thomas Vernet pour ses lectures attentives et les nombreuses précisions historiques sur la région qu’il m’a permis d’insérer, et les relecteurs qui m’ont aidée à mieux formuler l’argument de cet article.

Les noms arabes sont ici translittérés selon les conventions habituelles lorsqu’ils font partie de données historiques et ne sont pas d’usage courant aux Comores. En revanche, les noms de Comoriens vivants ou décédés sont notés selon l’usage local acquis depuis l’époque coloniale pour la vie courante et dans les textes en français.

Texte intégral

  • 1  P. Beaujard, 2012, II, p. 114-120. L’archipel est composé d’ouest en est des îles de Ngazidja (Gra (...)

1Les quatre îles des Comores, dans le canal du Mozambique, se trouvent sur les circuits maritimes qui relient la côte swahili à Madagascar et remontent au nord vers la mer Rouge, l’Arabie et l’Inde1. Cette position explique l’histoire de leur peuplement ; elle fit de l’archipel une escale maritime et une plaque tournante des échanges marchands de la région, d’abord au sein des réseaux musulmans. Par la suite, les navires européens à la recherche d’épices et d’autres produits y passèrent dès le xvie siècle. Cette emprise de nouveaux réseaux donna une place importante à l’escale d’Anjouan, où les ressources naturelles, mais aussi une société urbaine, lettrée et marchande répondaient à la demande. Cette île s’inscrit en effet de manière spécifique dans les réseaux de l’océan Indien.

Carte 1 : L’océan Indien

Carte 1 : L’océan Indien

Réalisation J. Louvet

Carte 2 : L’Afrique orientale et Madagascar, xviie-xxe siècle

Carte 2 : L’Afrique orientale et Madagascar, xviie-xxe siècle

Réalisation J. Louvet

  • 2  Voir bibliographie établie par A. Clokers, 2005.
  • 3  H. Wright, 1984 ; 1992 ; C. Allibert, 1984 ; 1988a et b ; 1991-1992 ; C. Allibert, P. Vérin, 1993  (...)
  • 4  J. Martin, 1983a ; 1982 ; 1985. Voir aussi C. Allibert, 2000.
  • 5  Sur ces razzias, voir J.-C. Hébert, 1983, et E.A. Alpers, 1977.
  • 6  J. Martin, 1973 ; 1976 ; 1983b.
  • 7  A. Grandidier et al., 1903-1907, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar (COACM) ; C (...)
  • 8  J. Repiquet, 1901, pour Anjouan ; A. Gevrey, (1870) 1972 pour l’archipel vu de Mayotte.
  • 9  C. Robineau, 1966a et b ; A. Sidi, 1998. Citons aussi l’excellente analyse du mode d’exercice du p (...)

2Si l’on dispose de quelques travaux importants sur l’histoire des Comores2, on manque d’études approfondies sur l’histoire de chaque île et sur ses connexions particulières avec les réseaux régionaux. Les travaux d’archéologie documentent les échanges commerciaux, le développement des villes et l’expansion de l’islam au début du deuxième millénaire3. L’important travail historique de J. Martin sur l’histoire des Comores de la fin du xviiie siècle à 1912 est fondé sur des sources européennes rigoureusement exploitées et quelques manuscrits locaux4. Il décrit notamment les régimes politiques des îles avant l’intervention européenne, les razzias malgaches de la fin du xviiie siècle, qui laissent supposer un état de richesse attractif, surtout à Anjouan5, et les rares révoltes serviles qui ont vu le jour aux Comores6. Les éditions de journaux de bord des navires européens sont des témoignages précieux sur les îles7, mais restent à analyser, de même que les ouvrages de coloniaux édités au xixe ou au début du xxe siècle, et les traditions orales que ces derniers ont fait noter par écrit par des lettrés locaux8. Sur l’île d’Anjouan elle-même, des travaux significatifs sont dus au sociologue C. Robineau et à l’historien A. Sidi qui décrivent tous deux, à trente ans de distance, les rapports sociaux et les conflits fonciers qui caractérisent cette société dominée par une aristocratie lettrée propriétaire foncière9.

  • 10  M. Newitt, 1983.
  • 11  G. Shepherd, 1980. Également, A. Sidi, 2000.
  • 12  E.A. Alpers, 2001.
  • 13  J. Prestholdt, 2007 ; 2004 ; 2008.
  • 14  F. Le Guennec-Coppens, 1991 ; I. Walker, 2002 ; 2008 ; A.K. Bang, 2003 ; 2014 ; E. Ho, 2006.
  • 15  T. Vernet, 2005 ; 2006 ; 2013 ; 2015.
  • 16  P. Beaujard, 2007 ; 2012. D’autres ouvrages sont fondamentaux pour comprendre les rapports histori (...)

3On dispose d’études sur le rôle de l’archipel dans le commerce avant le xixe siècle10, en particulier le commerce des esclaves11, et sur les relations des Comores avec la juridiction de Mozambique12. J. Presthold, qui a étudié les effets de l’accès à de nouveaux biens dans les sociétés swahili, a saisi à Anjouan une spécificité culturelle des makabaila. Il a en effet bien repéré la stratégie développée aux xviiie et xixe siècles par ces marchands urbains pour susciter chez les Britanniques de passage un sentiment de proximité très productif pour les affaires13. La participation des Comores aux réseaux est également mentionnée dans des travaux plus globaux, portant sur les migrations des Hadramis établis, entre autres lieux, aux Comores14, ou sur l’Afrique orientale et l’archipel de Lamu, et leurs liens avec les Comores15, ou enfin sur la place de l’océan Indien dans les systèmes-monde16.

Carte 3 : L’archipel des Comores de nos jours

Carte 3 : L’archipel des Comores de nos jours

Réalisation J. Louvet

  • 17  Sur les Hadramis aux Comores, outre le texte inédit de L. Silberman, rédigé vers 1960, auquel cert (...)
  • 18  H. ben Saïd Mohammed, al-Badr al-munīr fī dikri qabāʾil wa sīrati al-banī ʿAlawī fī ğuzri al-qamar(...)

4L’anthropologie de ces sociétés insulaires permet d’approfondir l’étude de leur développement spécifique et de l’historiciser. Les conditions d’arrivée d’Hadramis et l’histoire de leur intégration sociale à Anjouan font partie de ces différences notables encore insuffisamment connues17. L’ouvrage récent de H. ben Saïd Mohammed, qui croise mémoire orale locale et sources écrites arabes, constitue à cet égard un apport significatif18. Le récit généalogique qu’il a produit est certes éloigné des règles historiographiques, mais il éclaire les processus de production de l’identité de l’élite lettrée et de sa transmission sur la longue durée.

  • 19  Voir notamment S. Blanchy, 1990 ; 1992 ; 1997a ; 2002 ; 2012 ; S. Blanchy et al., 1991 ; S. Blanch (...)
  • 20  S. Blanchy, 2000 ; 2003 ; 2004a ; 2004b ; 2007a ; 2010a ; 2010b ; S. Blanchy, B. Youssouf, 2003. V (...)
  • 21  S. Blanchy, 2005 ; 2006 ; 2007b ; 2009 ; 2013b ; S. Blanchy, N.J. Gueunier, 2000.
  • 22  Pluriel comorien de kabaila, de l’arabe qabāʾil, « gens des tribus » au Yémen, voir plus loin un d (...)
  • 23  S. Blanchy, 2014.

5On ne peut apprécier les spécificités de l’histoire d’Anjouan qu’en considérant celle des autres îles de l’archipel. À la suite de premiers travaux à Mayotte19, mes recherches à Ngazidja m’ont amenée à y observer un régime politique local fondé d’une part sur des assemblées et des classes d’âge masculines, d’autre part sur des matrilignages localisés, régime qui se déploie au sein de cités autonomes et hiérarchisées dans leur territoire régional (les anciens royaumes de l’île)20. Les données de la mémoire locale et des archives européennes éclairent l’historicité de ce régime hiérarchisé, mais relativement intégrateur, qui aujourd’hui se transforme jusqu’à inclure, de fait, les descendants d’esclaves21. Dans l’univers musulman mais aussi matrilinéaire de Ngazidja, le patrilignage sharif (celui des descendants du Prophète en ligne masculine), quand il existe, n’est qu’une valeur ajoutée ou compensatoire à l’origine maternelle prestigieuse ou modeste. Poursuivant cette recherche à Anjouan depuis 2010, j’ai dû revoir mes objets et mes méthodes. À Anjouan, l’histoire pèse et semble engluer chacun dans une position sociale définitive, sans avenir. La société urbaine des grandes familles, les makabaila22, aux manières raffinées, aux grandes maisons finement décorées, se définit en s’opposant au reste de la population, les wamatsaha, cultivateurs villageois, et aux descendants d’esclaves, issus d’une histoire économique spécifique. Seule Anjouan a vu naître des plantations avant même l’arrivée des colons européens qui ont ensuite occupé presque tout l’archipel. Les manières de ces urbains provoquent encore chez l’Occidental ce sentiment de proximité analysé par J. Presthold : des gens policés et éduqués, ouverts et voyageurs, curieux et entreprenants, qualités auxquelles s’ajoute la généreuse hospitalité dont font preuve tous les Comoriens. Le clivage social, dont l’apparence simpliste appelle un examen approfondi, semble perdurer pendant la colonisation, qui a connu dans l’île un succès exemplaire malgré un relief abrupt offrant peu de surfaces aux cultures extensives. La colonisation, loin d’avoir écrasé uniment la population, a accentué le clivage en accordant à de nombreux makabaila un rôle à leur mesure23.

  • 24  T. Vernet, 2005, p. 167-168.

6Cet article se concentre donc sur l’émergence et l’adaptation de ce groupe social dominant, urbain, lettré, musulman, marchand et grand propriétaire foncier des makabaila, essentiellement du xviie au xxe siècle. Je rappellerai d’abord qu’ils s’affilient en majorité aux Bā ʿAlawī, un des lignages sharifiens d’origine hadramie établis dans le monde swahili, qui animaient aux xvie et xviie siècles des liens commerciaux intenses entre le Hadramaout et l’archipel de Lamu (en particulier la ville de Pate), puis les Comores dès la fin du xvie siècle24.

7Je chercherai ensuite à comprendre pourquoi c’est à Anjouan et pas dans une des trois autres îles, où les mêmes arrivants ont pu aborder, que s’est constituée cette société urbaine marchande et lettrée, étroitement reliée à d’autres établissements de l’océan Indien, variables selon les époques ; société se prévalant d’une ascendance patrilinéaire arabe, s’avérant rompue aux négociations commerciales et se transmettant une culture lettrée. Si la géographie des côtes et des rades favorisait Anjouan, elle ne suffit pas à expliquer la place qu’y a acquise ce groupe qui s’est reproduit par une forte endogamie. Ngazidja fournit un contre-exemple éclairant : d’accès difficile, tournée vers son intense vie politique intérieure, indifférente aux opportunités commerciales des xvie-xviie siècles, elle sera vite délaissée par les navires européens. Les sharifs qui s’y installèrent – s’y marièrent – à la fin du xviiie siècle n’y jouèrent pas le même rôle qu’à Anjouan. Le savoir-faire commercial des makabaila d’Anjouan leur a fourni des ressources pour s’imposer et se maintenir comme élite dirigeante, dominer épisodiquement l’île de Mohéli et menacer parfois celle de Mayotte. Ils participèrent au commerce maritime régional, reliant les côtes africaines et malgaches et les régions arabo-persique et nord-indienne, commerce dont les esclaves étaient un des items les plus importants et rentables : leur rôle dans cette traite sera examiné. Les commerçants de Mutsamudu, port connecté au réseau régional hadrami et au commerce de longue distance, qui devient à la fin du xviiie siècle le centre politique de l’île, créent des liens précoces et durables avec les Britanniques et les Français.

8Enfin, je montrerai que cette élite s’adapte particulièrement bien à la pression coloniale par la scolarisation et la collaboration technique, une réponse mieux maîtrisée que dans les autres îles. Cette capacité d’adaptation des makabaila explique la permanence d’un profond clivage avec les ruraux wamatsaha, maintenus dans la dépendance par différents processus.

La formation de la société urbaine marchande à Anjouan. Les shirazi et les Bā ʿAlawī

  • 25  B.G. Martin, 1971 ; 1974 ; C. Robineau, 1966b ; J. Martin, 1983a ; M.C. Horton, J. Middleton, 2000 (...)
  • 26  R.L. Pouwels, 1984, p. 243 ; 2002, p. 411.
  • 27  Id., 2002, p. 387. Sur les Comores et leurs réseaux avant le xviie siècle, voir P. Beaujard, 2012, (...)
  • 28  L.M. Devic, 1883, p. 103-104.
  • 29  P. Vérin, 1988, p. 57.
  • 30  R.L. Pouwels, 1984 ; p. 238 ; 2002, p. 409.

9Les Comores font partie de la société swahili, née à la fin du premier millénaire de notre ère d’une adaptation de populations africaines aux écosystèmes côtiers d’une part et aux échanges maritimes de l’autre25. La circulation de voyageurs, venant notamment d’Arabie, du golfe Persique et d’Inde, a constamment influencé et modifié cette société, et l’enjeu pour les dirigeants a été de canaliser les changements plus ou moins intenses survenant au cours de l’histoire tout en intégrant les nombreux étrangers26. Les vents de mousson rythment les traversées maritimes : les échanges portent sur des produits bruts africains rassemblés sur la côte, surtout l’or et l’ivoire, les vivres (céréales), et sans doute très tôt les esclaves, et des produits manufacturés (tissus, céramiques, etc.) venus d’Arabie, de Perse, d’Inde et même de Chine. Des centres commerciaux majeurs émergent, tels (du sud au nord) Kilwa, Mombasa, Malindi et Mogadiscio, dont les réseaux atteignent les Comores, même si l’archipel n’est pas toujours mentionné dans les sources27. Dès le xiie siècle, le géographe arabe Al-Idrīsī décrit la circulation des navires de l’Oman dans les îles de Zabag (ğazāʾir al-zabağ), parmi lesquelles al-Anğuna (Ndzuwani ou Anjouan) et al-Anqaziğa (Ngazidja), qu’il dit peuplées d’un mélange de races où l’élément dominant est musulman28. Au xvie siècle, le pilote Sulaymān al-Mahrī, d’Arabie du Sud, cite nommément les quatre îles29. À cette époque, le port d’Aden est à la croisée des circuits d’échanges commerciaux est-ouest et nord-sud. Les flux de migrants du Yémen et du Hadramaout, qui fuient souvent des situations économiques ou politiques difficiles, montrent trois pics : aux xiie-xive, xvie et xixe siècles30.

  • 31  H. Wright, 1984 ; 1992.
  • 32  La transformation du mode de vie des élites était également sensible sur toute la côte swahili (P. (...)
  • 33  T. Vernet, 2005.

10Les plus anciennes mosquées de pierre de l’archipel, contemporaines de celles de la côte est-africaine, se trouvent à Anjouan : ce sont les mosquées de Sima et de Domoni, construites au xie-xiie siècle et élargies au xiiie siècle31. Au tournant des xive et xve siècles, un changement apparaît dans les données archéologiques, faisant écho aux mythes : il montre d’une part l’émergence d’une élite (petites mosquées plus soignées), d’autre part la généralisation de l’islam (mosquées en pierre dans tout l’archipel)32. Le xvie siècle est l’époque à laquelle l’archipel de Lamu, particulièrement avec la ville de Pate, s’affirme comme important relais commercial vers le sud et notamment vers les Comores33. Cette période voit dans la région le développement des villes et l’expansion puis le renouveau de l’islam, à la faveur des voyages de chérifs qui acquièrent dans les différents lieux d’établissement des positions dominantes, non sans conflits ou tensions.

Carte 4 : L’île d’Anjouan de nos jours

Carte 4 : L’île d’Anjouan de nos jours

Réalisation J. Louvet, d’après P. Verin, R. Battistini, 1987, p. 19.

  • 34  P. Beaujard, 2007, p. 82 ; H. Wright, 1992 ; C. Chanudet, 1991.
  • 35  Un mythe très ancré dans les mémoires anjouanaises rapporte que le roi était marié à Sima, qui éta (...)
  • 36  C. Chanudet, 1988.
  • 37  M. Pauly, 2011. Le xviie siècle voit le développement d’autres villes de pierre comme Mzamboro, et (...)

11Au xve siècle, Sima à Anjouan couvre 11 ha et Domoni sans doute autant : ce sont les plus grandes villes des Comores, avec Mwali Mdjini à Mohéli34. Domoni, pourvue d’un petit port bien abrité et d’une plage, finit par s’imposer au terme d’une rivalité avec Sima, que rapportent plusieurs récits35. Ainsi s’ouvre la période dite classique aux Comores36, qui s’étend du xve au xviiie siècle, caractérisée par des institutions politiques centralisées, une hiérarchisation sociale grandissante et le développement de l’élevage bovin, qui devient la forme principale du capital économique. À Mayotte, la ville de Tsingoni se dote d’une mosquée au style proche de celle de Domoni, dont la date de 944H/1538 inscrite sur le mihrab a vu sa lecture récemment confirmée37. Tsingoni restera capitale jusqu’à la fin du xviiie siècle.

Photo 1 : Reste du mihrab à motifs cordés de la mosquée de Sima

Photo 1 : Reste du mihrab à motifs cordés de la mosquée de Sima

Sophie Blanchy, 2010.

Photo 2 : Mihrab à motifs cordés de la mosquée dite shirazi de Domoni

Photo 2 : Mihrab à motifs cordés de la mosquée dite shirazi de Domoni

Sophie Blanchy, 2010.

  • 38  L’historiographie a montré le caractère fictif et diffusionniste de ces récits, qui ont fréquemmen (...)
  • 39  J. de V. Allen, 1982 ; R.L. Pouwels, 1984 ; M. Horton, J. Middleton, 2000. Voir aussi A.H.J. Prins(...)
  • 40  Chronique d’Anjouan par Saïd Ahmed Zaki, dans C. Allibert, 2000. Robineau signale une autre source (...)
  • 41  Pour les établissements sur la côte somalie, voir H.N. Chittick, 1965.
  • 42  Voir le récit cité plus haut sur la rivalité entre les deux villes.
  • 43  Avec un arrière-petit-fils à la fin du xviie siècle, ils furent les deux seuls Al-Ahdal à régner.
  • 44  H. ben Saïd Mohammed, 2009 ; Saïd Ahmed Zaki, dans C. Allibert, 2000.
  • 45  Contrairement à ce qu’écrit B. Dubins, 1972, reprise par B.G. Martin, à savoir que, après un premi (...)

12La mosquée de Domoni est dite shirazi. L’appellation de shirazi désigne, dans les sources orales (reprises ensuite par écrit) de la côte swahili, des Comores et de Madagascar, des musulmans prétendument venus à une époque lointaine (avant le xvie siècle) de l’extérieur, généralement de Perse, pour s’établir en Afrique orientale38. Cette identité revendiquée par les arrivants leur permettait de légitimer des positions sociales de domination39. Les traditions de l’île d’Anjouan mentionnent deux épisodes d’arrivée de musulmans dits shirazi, qui auraient précédé les Bā ʿAlawī40. Le premier présente Husayn b. ‘Alî al-Fârisî, chef à Anjouan à une époque ancienne, et le second, Muhammad b. Îsâ al-Shirâzî, qui se serait enfui du Benadir en Somalie41, où il aurait régné un temps, pour venir au début du xve siècle à Anjouan. Lui-même, ou son fils Hasan, y aurait fondé la dynastie des al-Maduwa, d’abord à Sima, puis en déplaçant sa capitale à Domoni42. Puis un premier chérif du lignage al-Ahdal résidant à Pate aurait été appelé à Anjouan au xve siècle par le sultan al-Maduwa pour lui faire épouser sa fille. Leur fils aurait ensuite régné43. Ensuite vinrent des al-Masīla puis des Abū Bakr b. Sālim, branches du lignage des Bā ʿAlawī44. Les al-Maduwa fondateurs et les lignages chérifiens ne cessèrent dès lors de s’allier par mariage et de se disputer le pouvoir : liés par une étroite parenté, ils régnèrent continûment à tour de rôle selon la logique de lignage45.

Photo 3. Plafond décoré et niches murales du palais de Domoni

Photo 3. Plafond décoré et niches murales du palais de Domoni

Sophie Blanchy, 2013.

Photo 4 : Niches murales du palais de Domoni

Photo 4 : Niches murales du palais de Domoni

Sophie Blanchy, 2013.

Photo 5 : Palais de Domoni

Photo 5 : Palais de Domoni

Sophie Blanchy, 2013.

  • 46  Entretien avec H. Saïd Mohammed, 2013. Gendre d’Abdallah Ier al-Masela, cet Allaoui Ier al-Maduwa (...)
  • 47  R.L. Pouwels, 1984, p. 240. Voir aussi J. de V. Allen, 1982, p. 18. Des sharifs se marièrent dans (...)

13Une anecdote transmise par la tradition locale nous apprend que les chérifs d’Anjouan avaient un signe vestimentaire marquant leur qualité héréditaire, mais que les shirazi al-Maduwa pouvaient en réfuter la pertinence politique. Le sultan Allaoui Ier, un al-Maduwa qui régna au tout début du xixe siècle, aurait un jour giflé un al-Masīla (bien qu’il fût le frère de son beau-père) venu au dīwān avec son voile de chérif sur son turban46… Cette distinction entre shirazi et chérifs souvent dénommés « arabes » a servi, à Anjouan comme sur la côte africaine, à justifier les positions sociales des dominants en compétition. R.L. Pouwels a souligné comment ces identités adoptées ou appliquées par les habitants de la côte swahili nourrissaient des oppositions structurelles, d’abord entre musulmans et non-musulmans, puis, face aux revendications de nouveaux venus chérifs, entre clans musulmans désormais rivaux, dont les plus anciennement établis, comme les al-Maduwa à Anjouan, se réclamaient d’une ascendance shirazi/persane pour justifier leur pedigree47.

  • 48  H. ben Saïd Mohammed, 2015, p. 60.
  • 49  Manuscrits, British Museum (A. Molet-Sauvaget, 1994, p. 65 et suivantes).

14L’élite anjouanaise comptait aussi de grands shaykhs et nombre de savants et lettrés se transmettant des fonctions (cadi, responsable de mosquée, maître coranique) accompagnées d’un capital économique (foncier, commercial) et social non négligeable. Parmi eux, certains ont marqué la mémoire comorienne, comme Abdallah dit ṣāḥib al-ṭuyūr, le « maître des oiseaux », de la branche Ğamālu al-layl, sur lequel plusieurs récits complémentaires circulent dans les îles. À Anjouan, on raconte qu’il vint de Pate dans la deuxième moitié du xviie siècle. Il épousa la fille du chef de Mutsamudu. Il eut un fils, ʿAqīl, et celui-ci une fille qui aurait financé avec son mahr (la prestation matrimoniale reçue de l’époux) la construction de la mosquée de la ville, dont le minaret, dit « de la fille de ‘Aqîl », est encore intact48. Le mausolée pyramidal recouvrant les tombes de Saʿīd ʿAqīl et de sa fille se trouve dans le cimetière situé face à l’entrée de la mosquée. Ces monuments ont été décrits par John Pike en 170449.

Photo 6 : Minaret de la mosquée de Mutsamudu

Photo 6 : Minaret de la mosquée de Mutsamudu

Sophie Blanchy, 2013.

Photo 7 : Mausolée de Saʿīd ʿAqil et de sa fille, Mutsamudu

Photo 7 : Mausolée de Saʿīd ʿAqil et de sa fille, Mutsamudu

Au deuxième plan, le palais des sultans Al-Maduwa restauré et la véranda de l’étage de la mosquée.

Sophie Blanchy, 2012.

Photo 8. Plafonds décorés du palais des sultans Al-Maduwa de Mutsamudu

Photo 8. Plafonds décorés du palais des sultans Al-Maduwa de Mutsamudu

Sophie Blanchy, 2012.

  • 50  Conservé à la Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, ms. Arabe 549-Arabe 11 (...)

15Mutsamudu était à la fin du xviie siècle un centre régional de culture islamique grâce à l’épanouissement de cette élite qui s’enrichissait rapidement par le commerce maritime et les escales européennes. Témoignage rare de cette vie culturelle, on trouve dans les archives françaises un des trente fascicules (djuzu) d’un Coran manuscrit qui fut prélevé en 1700 par des voyageurs français, dans des conditions inconnues, dans la mosquée du Vendredi de Mutsamudu50. Un acte indique que ce volume et les vingt-neuf autres avaient été constitués en waqf dans cette mosquée par le pieux donateur, nommé Sālim b. ʿAbd al-Karīm.

  • 51  F. Le Guennec-Coppens, 1997, p. 164.
  • 52  A. Bujra, 1967 ; 1971 ; S. Camelin, 1997, p. 147-148, citant J.G. Hartley, 1961. Pour un exemple r (...)
  • 53  Les chérifs sont en effet surreprésentés au bout de ces circuits de migration (F. Le Guennec-Coppe (...)

16Aujourd’hui, se disent makabaila les citadins des trois villes de Domoni, Mutsamudu et Ouani, membres de patrilignages (kabila) se prévalant d’une origine shirazi ou arabe hadramie et, pour une majorité, chérifienne. On retrouve la catégorie des makabila dans la hiérarchie sociale des lignages d’origine hadramie en Afrique de l’Est : ils se trouvent au troisième rang derrière les sāda ou chérifs et les shaykhs (et leur nom est dérivé de l’arabe qabāʾil, qui signifie hommes des tribus, originellement agriculteurs et éleveurs)51. Cet ordre correspond à celui qu’a relevé A. Bujra dans une ville du Hadramaout dans les années 1960, alors qu’un autre chercheur, Hartley, travaillant sur un terrain hadrami plus rural, rapporte que les qabāʾil sont au premier rang, les chérifs et les shaykhs se trouvant ensemble dans la deuxième catégorie52. De manière intéressante, la catégorie anjouanaise de kabaila réunit le critère de statut religieux des sharifs et celui d’honneur attaché aux guerriers des tribus, et se fonde à la fois sur l’origine géographique et sur l’origine généalogique réelle ou revendiquée53.

  • 54  Appelés aussi bushmen dans les premiers travaux coloniaux (J. Repiquet, 1901), reposant sur l’hypo (...)
  • 55  C. Robineau, 1966a ; A. Sidi, 1998.

17Le terme de makabaila prend alors un nouveau sens à Anjouan en distinguant ceux qu’il désigne du reste de la population, les wamatsaha54, « ceux de la brousse ». Cette appellation ne concernait autrefois que les ruraux libres, desquels étaient distingués les descendants d’esclaves warumwa. Producteurs de vivres indispensables à l’enrichissement des citadins, les ruraux ont été longtemps tenus à l’écart de l’éducation islamique donnée dans les villes et de leurs modes de vie. On constate également aujourd’hui que les habitants de villes anciennes comme Sima sont repoussés dans cette catégorie des wamatsaha par l’élite des trois villes dominantes55. Ce jeu historique des identités dans les rapports sociaux reste donc d’actualité et prend à Anjouan des formes que l’on n’observe pas ailleurs dans l’archipel.

Réseaux internationaux et stratégies commerciales anjouanaises

18Les productions des Comores sont limitées, outre la pêche, à celles de l’agriculture et de l’élevage, travaux auxquels s’adonnaient les wamatsaha sur des terres en partie contrôlées par les makabaila. Au-delà de la domination foncière, seul le commerce maritime permettait l’enrichissement nécessaire pour se maintenir au pouvoir.

Premières sources

  • 56  « Description de l’île de Madagascar et de l’île d’Anjouan par Jean Ovington », COACM, III, p. 462
  • 57  T. Vernet, 2009 ; 2015, p. 181-182.
  • 58  COACM, II, p. 93.
  • 59  T. Vernet, 2015, p. 182 ; C.G. Brouwer, 1991 ; 1992.
  • 60  T. Vernet, 2015, p. 178, citant Purchas, Hakluytus Posthumus, 4, « Observations collected out of t (...)
  • 61  Bien qu’ils soient moins beaux que ceux des Maldives, le bénéfice était de 200 %, d’après Voyage d (...)
  • 62  T. Vernet, 2005, p. 466.
  • 63  L’écaille de tortue et le gingembre sont des produits mentionnés très tôt. Au xixe siècle, sera ob (...)

19Les Européens, dont les témoignages constituent les sources principales, décrivent d’abord les Anjouanais dans des activités d’intermédiaires dans les échanges commerciaux. Jean Ovington note en 1690 le lien étroit entre Anjouan et Pate : « Les habitants de cette île vont commercer à Patta, sur la côte orientale d’Afrique, où ils portent du riz dans des boutres56. » Le commerce le plus visible est celui des esclaves, dans lequel les gens de l’archipel de Lamu et des Comores sont très actifs57. Pieter Van der Broecke les voit en 1614 faire des va-et-vient entre Madagascar, où ils achètent du riz, du mil, de l’ambre gris et des esclaves, et la mer Rouge, où ils les échangent contre des étoffes indiennes et de l’opium58. Ainsi des liens directs existaient entre Anjouan et le Hadramaout, notamment dans le cadre de la traite. Ils sont particulièrement visibles dans les mouvements de navires dans les ports de l’Arabie du Sud relevés au début du xviie siècle par des agents de la VOC et compilés par C.G. Brouwer59. Thomas Vernet rapporte également l’étonnement de sir Thomas Roe, croisant à Anjouan le pilote musulman d’un navire de traite d’esclaves venant de Madagascar, qui détenait une carte marine assez élaborée et était expert du trajet entre Mogadiscio, dont il était natif, et Cambay60. Par ailleurs, depuis le début du xviiie siècle, des cauris étaient pêchés à Anjouan et exportés par des navires venant de l’Inde61. L’île tenait donc une place dans ce commerce qui se développa sur la côte swahili vers le milieu du siècle, principalement de l’archipel de Lamu62. Les Européens, dont la présence allait élargir les réseaux des gens de Mutsamudu, concentraient la demande sur les produits agricoles locaux, obligeant à mieux organiser cette production63.

  • 64  T. Vernet, 2015, p. 186.
  • 65  A. Molet-Sauvaget, 2000, p. 194.
  • 66  T. Vernet, 2015, p. 189-191.

20Le rôle des marchands locaux semble encore limité fin xviie siècle-début xviiie siècle, car ils sont peu nombreux et partagent sans doute coûts et profits avec des partenaires (hadramis ou omanais)64. John Pike, subrécargue du navire Rochester, ne vit à Anjouan en 1704 que cinq gros bateaux cousus appartenant aux insulaires, deux au « gouverneur » et trois au capitaine « Boomadey65 ». Par ailleurs, les voyageurs est-africains (ou comoriens) qui se rendaient en Arabie et en Inde ne faisaient pas que du commerce : il y avait parmi eux des émissaires politiques, des pèlerins et des étudiants en sciences religieuses66.

La demande européenne et le rôle de Mutsamudu dans l’économie d’Anjouan

  • 67  M. Newitt, 1983, p. 152.
  • 68  A. Molet Sauvaget, 1995, p. 42-43. Fryer décrit des femmes (citadines mais de quel statut ?) aux b (...)

21Les Européens cherchaient avant tout des vivres, ce qui motiva leurs premières escales aux Comores. En 1607, un bateau achète à Anjouan 366 bœufs et 276 cabris ; un autre en 1617, 130 bœufs dont 100 qu’il faut attendre quelques jours (il est sans doute fait appel aux autres îles) ; un troisième en 1634 achète 79 bovins et 27 caprins67. En échange, le fer est tout d’abord très demandé par les Comoriens et, pour tout objet en fer, y compris les petites cloches que le capitaine Bonnel leur échange en 1618, ils offrent de beaux cabris, des bœufs gras et (sans doute à Mohéli) des écailles de tortue. En 1673, John Fryer admire « la façon dont ils transforment le vieux fer (chose très recherchée) en couteaux et outils aussi affûtés que des rasoirs68 ».

  • 69  A. Molet-Sauvaget, 1994, p. 37.
  • 70  M. Newitt, 1983, p. 153.
  • 71  Le village a été récemment relié par la route. Aussi inaccessibles, ceux d’Outsa et d’Uzini ont dû (...)
  • 72 J. Martin, 1983, I, p. 143 et 325.
  • 73  Dr Lafon, 1901, p. 165.
  • 74  T. Vernet, 2004, p. 392 ; 2013, p. 288.
  • 75  Reçu en paiement des vivres.
  • 76  A. Moutailler, 1974, p. 171, citant un article que je n’ai pu identifier : B. Dubins, 1968, « Hist (...)

22Médecin de la Compagnie des Indes, Fryer considère Anjouan comme une escale essentielle à la santé les équipages et vante l’eau qu’on y trouve69. L’escale de Ngazidja, sans eau douce, est abandonnée. La demande de vivres des Européens, toujours plus forte que l’offre, eut des effets directs sur l’économie et la politique anjouanaises, et sans doute indirects sur le reste de l’archipel. Elle poussa d’abord les villes côtières d’Anjouan à étendre au xviie siècle leur contrôle sur l’arrière-pays agricole70. Les traditions recueillies à Koni-djodjo rapportent les déplacements successifs du peuplement, originaire d’Afrique, vers des sites en altitude de plus en plus éloignés de Domoni71. On sait peu de chose sur les procédés de mise en dépendance des paysans wamatsaha. L’impôt de capitation exigé des cultivateurs sous ʿAlawī II, dans les années 1830, se monte à cinq boisseaux de riz, payables même par les jeunes garçons ; sous le sultan Sālim (dans les années 1840), il était d’un boisseau de 33 livres (15 kg) de riz en paille72. Ce rapport à l’arrière-pays rapproche Anjouan des sociétés swahili de la côte africaine, alors que, à Ngazidja et même à Mohéli, l’organisation politique interne accordant moins de place aux activités commerciales exerçait peut-être une moindre pression, malgré les hiérarchies locales. Les campagnes restent très rarement décrites. Plus tardives, les observations du Dr Lafont en 1901 montrent que la presqu’île du Nyumankele, la « partie la plus aride de l’île » entre Domoni et Moya, servait de pâturage aux troupeaux de bœufs à bosse et de chèvres des bushmen (paysans libres ou wamatsaha) : « Leurs principales occupations consistent dans l’élevage et dans les soins donnés à leurs troupeaux73. » Cette demande européenne dut favoriser aussi l’extension par les makabaila de grands domaines à faire cultiver par des esclaves. Mais, comme le note Vernet pour l’archipel de Lamu, avant le xixe siècle, il est « très difficile d’évaluer la proportion et le statut des individus propriétaires de plantations74 ». En 1783, le roi d’Anjouan expliquait à William Jones comment fonctionnait l’économie de son île : celle-ci offre peu de ressources, mais avec l’argent des navires européens en escale75, les Anjouanais achètent des armes et des produits indiens de Bombay, puis les troquent à Madagascar et au Mozambique contre des tissus, lesquels servent à acheter esclaves, bétail et riz rapportés à Anjouan76.

  • 77  The Diaries of Streynsham Master (inspecteur de la Compagnie des Indes orientales), 1676, dans A. (...)

23La stabilité des prix des denrées s’explique par la stratégie des Comoriens qui préfèrent s’assurer le soutien des Européens afin d’y faire appel en cas de conflits locaux. Très tôt, les Anjouanais utilisent ces relations pour augmenter leur capacité d’action. Le rôle d’escale pour les navires européens (non portugais) va se révéler un des outils principaux de cette politique. Ainsi, au xviiie siècle, les marchands et courtiers de Mutsamudu sont de plus en plus compétents en anglais. En 1671, le sultan Mwenye Shah, échaudé par les pertes financières des projets militaires montés avec des navires français et danois qui venaient d’échouer, écrit au roi d’Angleterre pour mettre son île sous sa protection. Abdallah Shah, porteur de sa lettre, embarqué sur un navire anglais, fait don aux Anglais d’une terre sur l’île, le jardin de Brown, près de la rivière où l’on fait l’eau77.

  • 78  M. Newitt, 1983 ; M. Ottenheimer, 1991.
  • 79  T. Vernet, 2015, p. 171.
  • 80  A. Molet-Sauvaget, 1994, p. 29, citant J.J. de Molet et de Lespinay.
  • 81  Il s’agissait d’Abū Bakr b. ʿAlawī, du lignage al-Ahdal (H. ben Saïd Mohammed, 2015).
  • 82  « Description de l’île de Madagascar et de l’île d’Anjouan par Jean Ovington », dans COACM, III, p (...)
  • 83  Plusieurs cartes du xviiie siècle, conservées à la Bibliothèque nationale de France, ne montrent q (...)
  • 84  J. Martin, 1983a, I, p. 92-93.

24Grâce à ce monopole du commerce avec les Britanniques, Anjouan acquit une position dominante dans l’archipel et à la fin du xviiie avait sans doute mis les autres îles en position de satellites économiques. Elle est l’île la plus souvent citée dans les sources, suivie par Mohéli, où des membres de l’élite politique et marchande issue d’Anjouan étaient également en place au xviie siècle et suivaient un mode de vie cosmopolite et mobile78. On peut sans doute appliquer au port de Domoni puis à celui de Mutsamudu la description que fait T. Vernet des cités cosmopolites de la côte swahili entre 1500 et 1800, peuplées de musulmans de culture locale, à distinguer des marchands arabes récemment établis ou non résidents79. Ainsi, des Français en escale en 1671 à Mutsamudu se voient expliquer par les « principaux responsables » de la ville qu’ils sont des Arabes installés dans l’île depuis trente ans seulement80. Les commerçants musulmans étrangers installés dans les ports d’Anjouan faisaient des gendres appréciés des grandes familles, et la proximité du pouvoir était bien utile à leur commerce. Ovington observe en 1689 que « le prince de Sainte-Jeanne [Anjouan]81 a plusieurs filles, dont l’une est mariée à un Arabe [comprendre : un marchand musulman] propriétaire d’un boutre, qui lui a donné cinq cents écus, le tiers de sa fortune à ce qu’on dit, des esclaves et des bestiaux82 » (il s’agissait sans doute de la prestation matrimoniale due par le mari à sa femme en droit islamique et qui peut être assez conséquente dans les mariages comoriens). L’intégration apparente à la société locale des témoins rencontrés en 1671 n’efface pas leur conscience de liens avec des réseaux plus larges, qu’ils mettent en avant devant les puissants étrangers de passage. Ceci laisse entendre que le dynamisme commercial de l’île est déjà concentré dans cette ville, établie sur la vaste rade du nord de l’île, qui fait à l’époque l’objet de cartes marines européennes de plus en plus détaillées83. La capitale, Domoni, sur la côte est, avec ses deux petites baies séparées par un promontoire rocheux, n’est plus compétitive. Mutsamudu la remplace finalement comme capitale vers 1792, à l’occasion de conflits qui voient les al-Masīla remplacer les Abū Bakr b. Sālim au pouvoir84. Déjà, le fils du sultan en place à Domoni résidait à Mutsamudu et s’enrichissait dans le commerce des esclaves. Mais très vite, la nouvelle capitale doit face aux premières razzias malgaches.

Photo 9 : Citadelle de Mutsamudu et ses canons

Photo 9 : Citadelle de Mutsamudu et ses canons

Sophie Blanchy, 2012.

Photo 10 : Vue sur le port et la mosquée depuis la citadelle de Mutsamudu

Photo 10 : Vue sur le port et la mosquée depuis la citadelle de Mutsamudu

Sophie Blanchy, 2012.

  • 85  J. Martin, 1982, p. 119. L’Anjouanais Saïd Hamza el Masela (vers 1790-1856) a laissé des textes éc (...)
  • 86  Les commerçants d’origine indienne sont importateurs, grossistes et détaillants de produits manufa (...)
  • 87  J. Martin, 1982, p. 120.
  • 88  Entretiens avec A. Mamadaly, Mutsamudu, 2013.
  • 89  A. Gevrey, 1870, p. 87.

25Pour construire une citadelle au-dessus de la ville, le nouveau sultan Abdallah Ier (Al-Masela) emprunte de l’argent « aux Hindous et aux Arabes85 ». Les Indiens étaient en effet très présents dans ce port, signe d’un dynamisme des affaires86. Saïd Hamza évoque le naufrage sur les côtes anjouanaises, vers 1803, du navire d’un Banian avec à bord la grosse somme de 30 000 piastres (150 000 fr.) : le négociant promit la moitié de cette somme à ceux qui l’aideraient à la récupérer87. La présence indienne s’amplifie au cours du xixe siècle, et vers 1870 une mosquée bohra est construite au cœur de la ville de pierre de Mutsamudu, où ces opérateurs économiques résidaient avec leurs partenaires makabaila88. Cette proximité spatiale et sociale n’était pas sans risques, et les marchands indiens subirent des pertes en 1884 lors d’un conflit entre le sultan et ses frères. Alfred Gevrey visitant Anjouan dans les années 1860 décrit les petites boutiques presque invisibles des Indiens ou des Arabes, vendant des étoffes indiennes, anglaises ou arabes, des épices, des dattes et quelques objets de provenance européenne89.

  • 90  Rapportée par J. Martin, 1968, p. 61.
  • 91  J. Le Bron de Vexela, 1846, p. 55, cité par S. Sanchez, 2013, p. 427.

26Les anecdotes sur les marchandages montrent dans les ports d’Anjouan, et parfois de Mohéli, une classe de dominants rompus au commerce. Leurs homologues de Ngazidja ou du pays sakalava se faisaient au contraire une réputation d’incompétence en ce qui concernait la valeur des choses et l’état des marchés. La maîtrise du commerce par les Anjouanais et le goût qu’ils en avaient sont encore illustrés par cette scène observée au début du xixe siècle, dans laquelle le sultan Allaoui d’Anjouan, assis à même le sol, marchandait du riz avec deux capitaines de boutres « arabes90 », ou encore par cette remarque prêtée au sultan Sālim d’Anjouan par Le Bron de Vexela en 1846 : « Nous ne sommes pas comme les Sakalaves […] nous connaissons très bien le prix de tout cela91 ! » Remarque qui dénote une bonne connaissance des façons de faire sakalava, grâce aux nombreuses relations que les Anjouanais avaient avec Majunga, Nosy Be et d’autres comptoirs de commerce de la grande île.

La place d’Anjouan dans les réseaux du commerce des esclaves

  • 92  T. Vernet, 2005, p. 176 et suivantes.
  • 93  M. Newitt, 1983, p. 150 ; S. Blanchy, 2013 ; 2005.
  • 94  C. Allibert, 1988b, p. 19-22.
  • 95  « Relâche à Mohely du capitaine Walter Peyton ayant à bord sir Thomas Roe ambassadeur d’Angleterre (...)
  • 96  COACM, II, p. 84.
  • 97  T. Vernet, 2009, p. 42-49.
  • 98  M. Newitt, 1983, p. 148. Des ruines de bâtiments de type entrepôts leur sont attribuées par la tra (...)
  • 99  Ibid., p. 148-150.
  • 100  Lettre à la Compagnie, A. Molet-Sauvaget, 1995, p. 38.
  • 101  Les esclaves y coûtaient « vingt réaux de huit la tête » (A. Molet-Sauvaget, 1995, p. 38).

27Les esclaves ont une place économiquement importante au xvie siècle et surtout au xviie siècle dans les échanges entre le Nord-Ouest de Madagascar, les Comores, l’archipel de Lamu et le Hadramaout92. Produit de commerce comme un autre, ils représentent sans doute le secteur le plus lucratif pour les marchands des Comores93. On cite souvent la mention faite en 1521 par le Turc Piri Reis du rôle d’entrepôt et de plaque tournante tenu par l’archipel dans ce commerce94. En 1614, les habitants de la « ville principale » de Mohéli (sans doute quelques marchands issus du milieu kabaila anjouanais) « sont en relation commerciale suivie avec Malindi, Mogdicho, Mombaz, l’Arabie et Madagascar95 ». Ils revendent dix fois plus cher aux Portugais les esclaves qu’ils achètent à Madagascar96. Dans cette île, l’exportation des esclaves était assurée par les marchands musulmans des villes du Nord-Ouest, nommés localement antalaotra (qui, notamment, partageaient avec les Swahili et les Comoriens des mythes de fondation de type shirazi)97. Les échanges des Comores avec la juridiction de Mozambique étaient également bien établis. Des colons portugais y participaient et certains pensèrent même établir des postes dans l’archipel98. Les Comoriens apparaissent aussi comme intermédiaires actifs pour répondre à la demande venant d’Arabie et d’Inde99. En 1639, les Anglais de Surate suggèrent à la Compagnie anglaise des Indes d’obliger tous les navires à acheter des esclaves à leur passage aux Comores, arguant qu’il sera facile de les troquer contre des tissus100. En 1643, le navire britannique Advice, empêché d’acheter des esclaves à Mayotte par une crise politique, se rend à Anjouan mais, en raison de leur prix élevé, il n’a plus assez de marchandises à troquer101.

  • 102  Témoignage du R.P. Barreto, cité par H. Deschamps, 1972, p. 85. Ils étaient revendus par ces march (...)
  • 103  Ovington en 1689, dans COACM, t. 3, p. 462 ; M. Newitt, 1983, p. 155.
  • 104  J.C. Hébert, 1983, p. 8-9.

28Le rôle des marchands anjouanais semble central dans les réseaux comoriens de traite d’esclaves, et ce commerce générait des revenus considérables. En 1646, John Smart, un gouverneur de la Compagnie anglaise des Indes orientales, voit à Anjouan un boutre de Masalajy (ville de la baie malgache de Boeny) chargé de plus de 500 esclaves, « la plupart des enfants ou de tout jeunes gens », achetés de 2 à 4 piastres de huit réaux, qu’on revendrait de 8 à 16 piastres de huit réaux au moins dans l’île. Mais les marchands eux-mêmes lui disent que, à la côte de Malindi (c’est-à-dire au nord de la côte swahili) ou dans la mer Rouge (c’est-à-dire le Hadramaout et le Yémen), on les vend 50 à 70 piastres de huit réaux. De même, un témoignage de 1664 rapporte que les esclaves enlevés par les commerçants musulmans (les « Arabes ») à Madagascar – plus de mille chaque année – étaient marqués au fer rouge sur le front et revendus à Anjouan et en mer Rouge102. De tels récits soulignent le rôle particulier d’Anjouan. Ainsi la richesse qui circulait au sein de l’élite, notamment à l’occasion des mariages, était essentiellement constituée d’esclaves et de bétail, comme le décrit Ovington en 1689 en observant un important don nuptial – 500 écus, des esclaves et des bestiaux – remis par l’époux, un « Arabe », à une fille de la famille régnante d’Anjouan103. B. de Froberville écrira vers 1800 que les commerçants « arabes » d’Anjouan prennent « depuis deux siècles » des esclaves sur la côte africaine et, après les avoir gardés en dépôt « aux îles d’Anjouan », les transportent dans leur comptoirs de Bombetoka au nord-ouest de Madagascar, première étape vers les Mascareignes. De fait, en 1803, les esclaves achetés à l’île de Sainte-Marie viennent presque tous d’Anjouan104. Dans l’autre sens, des Malgaches sont revendus dans la capitainerie de Mozambique, et des Africains (ou des Malgaches) sont acheminés vers l’Arabie et le golfe Persique. À la fin du xviiie siècle cependant, les flux de traite s’inversent et c’est Madagascar qui importe des esclaves, les Comores gardant leur rôle de relais.

  • 105  Escale de Peyton et Roe à Moheli, dans COACM, t. 2, p. 89 ; G.P.S. Freeman-Grenville, 1965, p. 129 (...)
  • 106  Id., p. 393, n. 51. Les deux bricks arabes portant pavillon anglais arraisonnés à Anjouan en 1797 (...)

29Si Mohéli apparaît également comme base du commerce d’esclaves au xviie siècle – on lit dans les textes anciens que les commerçants de Mohéli vendaient des esclaves pour le nord de la côte swahili ou aux Portugais de Mozambique dix fois leur prix d’achat105 –, cette élite marchande de Mohéli semble uniquement composée des parents des rois anjouanais placés comme gouverneurs pour contrôler ce commerce. Le nombre d’esclaves qui passent par Anjouan et Mohéli n’est pas très important, mais ce commerce, florissant et payé en piastres106, contribue aux xviie et xviiie siècles à l’enrichissement de la société urbaine marchande.

  • 107  Témoignage du marin W. Jones en 1807, J.C. Hébert, 1983, p. 40, n. 23.
  • 108  Témoignage d’un commandant anglais, J. Martin, 1983a, I, p. 392 ; COACM, t. 3, p. 590.

30Parallèlement au commerce de longue distance, on note des épisodes conjoncturels de vente de captifs de guerre ou d’autres prisonniers. En 1783, le sultan d’Anjouan et son conseil, manquant de bras pour la prochaine moisson, attaquent Mayotte sous un prétexte politique : les prisonniers, réduits en esclavage, sont partagés entre les puissants qui les exploitent ou les vendent107. Les Mahorais eux-mêmes avaient vendu en 1710 à des marchands musulmans (« arabes ») des marins européens qu’ils avaient faits prisonniers108.

  • 109  S. Ayache, J. Valette, 1963. Pour des évaluations chiffrées, P. Larson, 1997.
  • 110  J.-C. Hébert, 1983 ; A. Moutailler, 1974, p. 204.
  • 111  E.A. Alpers, 1977.
  • 112  Id., p. 41, et J.C. Hébert, 1883-1884, p. 269, d’après les archives portugaises, Biblioteca Nacion (...)
  • 113  India Office Records, Londres, cités par J. Martin, 1983a, I, p. 414, n. 48.

31L’argent des Européens en escale était devenu au xviiie siècle, comme l’avait fort bien expliqué le sultan, la base du circuit économique par lequel les Anjouanais acquéraient les produits indiens utilisés pour obtenir esclaves, bétail et riz à Madagascar et dans la juridiction de Mozambique. À la fin du siècle, la demande des Mascareignes en esclaves provoque un flux de ces esclaves « mozambiques » qui sont débarqués à Madagascar et acheminés à travers le nord de l’île109. Ce trafic a-t-il contribué à alerter les Malgaches sur la prospérité des Comores – surtout celle d’Anjouan ? Ceux-ci organisent entre 1790 et 1820 des razzias contre lesquelles les Comoriens, aux armes désuètes, se défendent mal110. Ils s’appauvriront d’autant plus que, après ces pillages répétés, ils tenteront de racheter parents et amis. Les razzias touchèrent ensuite la côte mozambicaine, et l’on peut penser que les rivalités politiques et économiques du réseau de commerce musulman liant Madagascar au continent, ainsi que des griefs personnels comptèrent autant sinon plus que les enjeux de la traite pour expliquer leur organisation111. Dans un échange de courrier en 1810 entre le sultan d’Anjouan, le gouverneur portugais de Mozambique et la reine Ravahiny de Bombetoka, celle-ci écrit que c’était le fils du sultan d’Anjouan qui avait appelé les Sakalava à l’aide pour venger l’assassinat de son père112. Les faits montrent plus exactement que les al-Maduwa, ancien lignage régnant, avaient repris le pouvoir en 1804, alors que le sultan Abdallah Ier (al-Masela) était en voyage. Depuis 1800, ce dernier était confiné à Mutsamudu et son arrière-pays, ayant perdu le contrôle de Domoni, occupée par des Malgaches alliés à une faction anjouanaise. Allaoui Ier (al-Maduwa) qui reprit le pouvoir réunifia l’île113. Il est clair que les guerriers malgaches ont pu jouer un rôle dans les conflits de succession.

  • 114  E.A. Alpers, 2001, p. 74-75.
  • 115  L. Bonate, 2006, p. 164, n. 5.
  • 116  Ibid., p. 142 et 164, n. 6.
  • 117  Ibid., 2006, p. 142.
  • 118  B.G. Martin, 1974, p. 382. Le texte, note B.G. Martin, est en arabe incorrect.
  • 119  A.H. Al-Saqqaf, 2001, p. 171.

32Les affaires reprennent vite et, au début du xixe siècle, des émissaires musulmans circulent entre Mozambique, Anjouan et Bombetoka, l’entrepôt commercial antérieur à Majunga114. Dans les courriers échangés entre ces trois sites aux activités d’import-export anciennes et importantes, Ngazidja et Mohéli apparaissent peu, Mayotte pas du tout. On y lit notamment en 1829 une demande en esclaves agricoles du sultan d’Anjouan Abdallah II b. Alawi (qui règne de 1823 à 1836), signe que l’élite anjouanaise se mettait aux cultures de rente. Abdallah III, neveu du précédent (qui régnera de 1853 à 1890), et ses frères les développeront. Pourtant, après la signature en 1815 du traité de Vienne entre le Portugal et la Grande-Bretagne pour l’abolition de la traite et les décrets qui suivent (1836, 1849), certains ports de la côte africaine (l’île de Mozambique, Quelimane) deviennent inaccessibles aux traitants115. Des leaders locaux organisent cependant de nouvelles filières pour répondre à la demande internationale grandissante. D’après les sources portugaises, on apprend que l’un d’eux, Musa Muhammad Sahib Quanto (?-1879), basé à Angoche, voyage et étudie en accompagnant son oncle, un lettré chérif et ḥāğğ, à Zanzibar, Madagascar, aux Comores et dans l’intérieur du Mozambique, région où il conçoit une nouvelle filière de traite116. Les traitants de Mozambique se distinguent clairement, en tant que musulmans et « civilisés », de ceux qu’ils capturent, des Makua et des Lomwe non musulmans traités de sauvages : ils se disent des al-Makkī (Mecquois)117. Ce titre d’al-Makkī est également utilisé par le sultan Ahmad b. Salih de Mutsamudu dans une lettre en arabe écrite en 1773 au gouverneur hollandais de la province du Cap118, dans laquelle il donne sa généalogie (évidemment Bā ʿAlawī) et se dit originaire d’Inat au Hadramaout. Al-Makkī peut simplement signifier cette origine hadramie et chérifienne. En effet, d’après A.H. Al-Saqqaf119, les Hadramis hachémites préféraient se présenter outremer comme des « Mecquois », ainsi que le faisaient ceux qui étaient passés par La Mecque avant d’entreprendre leur voyage, ou simplement comme des « Arabes », plutôt que sous le nom moins connu de Hadramis.

  • 120  E.A. Alpers, 2001 ; 2009.
  • 121  Manuscrit de Saïd Bakari, 1896, traduit et publié dans M. Ahmed-Chamanga, N. Gueunier, 1979, p. 62 (...)
  • 122  V. Forest, 2002, p. 109.

33Bien que les Britanniques fassent signer des conventions par les rois comoriens pour mettre fin à la traite (en 1844 à Anjouan, en 1854 à Mohéli et en 1861 à Ngazidja), ces accords sont peu respectés, surtout quand les signataires se trouvent évincés du pouvoir. C’est que le commerce des esclaves reste crucial pour l’enrichissement des rois et leur maintien au pouvoir au xixe siècle. La colonisation de Mayotte ouvre fort à propos un nouveau marché tout proche120. En 1849, par l’intermédiaire de ses gendres anjouanais, le roi du Bambao (Ngazidja) Aḥmad dit Mwenye Mkuu négocie avec les Français l’embauche d’engagés qu’il envoie à Mayotte121. Le commandant de Mayotte signale en 1860 les droits de sortie prélevés pour chaque homme par les sultans d’Anjouan et de Grande Comore, et les droits de courtage dus aux ministres et interprètes, qui enrichissent une petite élite122.

Photo 11 : Types de navires aux Comores à la fin du xixe siècle

Photo 11 : Types de navires aux Comores à la fin du xixe siècle

Boutres dans le port de Moroni.

Cl. H. Pobéguin, 1898.

Les liens familiaux et religieux dans les réseaux hadramis

  • 123  Des contacts entre Vumba Kuu et Anjouan sont attestés à la fin du xviie siècle, puis avec Ngazidja (...)
  • 124  B.G. Martin, 1974, p. 386.
  • 125  Des représentants du Markaz al-nūr li-l-dirāsāt wa-l-abhāt (Centre Lumière pour les études et les (...)

34La manière dont les arrivées des différents lignages sont rapportées dans les généalogies met en lumière les réseaux qui unissaient dès le xviie siècle, et probablement dès la seconde moitié du xvie siècle, les Hadramis installés à Anjouan à ceux de l’île de Pate et du Hadramaout123. Des arrivées régulières se poursuivent au siècle suivant. H. ben Saïd Mohammed, auteur du commentaire généalogique cité plus haut, concernant les sharifs aux Comores, descend lui-même d’un chérif hadrami venu de Shihr à Anjouan vers 1804, dans des circonstances inconnues, et que le sultan maria à la sœur de son épouse. Ce détail montre que les makabaila anjouanais et les migrants formaient une société d’interconnaissance, communiquant sans doute régulièrement d’une rive à l’autre. Pourtant, aujourd’hui, peu de chérifs à Anjouan connaissent bien leur généalogie, surtout parmi les Bā ʿAlawī. Saïd Mohammed donne plusieurs exemples des arrivées continues de sharifs hadramis et des circulations dans le réseau des Bā ʿAlawī. Selon ces récits, le shaykh Abū Bakr b. Sālim, fondateur éponyme de cette branche à ʿInat, envoya ses fils à Pate, et bien que l’un d’eux s’en soit retourné en 1635, des descendants se trouvaient à Anjouan avant 1676124, notamment Ṣāliḥ b. Aḥmad, venu directement du Hadramaout à Anjouan, où il fut marié avec la future Halima II al-Masīla (qui aurait régné de l’an 1632 à l’an 1670), preuve de contacts permanents entre ces différents espaces. Le père de Halima II, ʿAlawī b. ʿAbdallāh, né à Pate et enterré à Domoni, est inscrit dans les généalogies tenues par les Bā ʿAlawī de Tarim125. Un autre descendant du shaykh Abū Bakr b. Sālim Ṣāliḥ b. ʿUmar, vint du Hadramaout à Anjouan en passant par la côte de l’actuel Mozambique, et épousa la sœur du sultan Sālim (Abū Bakr b. Sālim) qui régnait entre la fin du xviie et le début du xviiie siècle.

  • 126  H. ben Saïd Mohammed, 2015, p. 79-84.
  • 127  Citons parmi eux Ahmed b. Saïd Ali, Saïd Ahmed Zaki et son fils Saïd Kaabi, et le shaykh Ahmed Aff (...)
  • 128  E.A. Alpers, 2001, p. 76.
  • 129  A.K. Bang, 2003, p. 35-46.
  • 130  A.H.M. El Zein, 1974, p. 117 et suivantes.
  • 131  E.A. Alpers, 2001, p. 79.
  • 132 Ibid., p. 86 ; A.K. Bang, 2014. Saïd Hamza (Al Masela), Anjouanais auteur du manuscrit cité plus ha (...)

35Il a sans nul doute existé à Anjouan un milieu d’intellectuels qui entretenaient des échanges de haut niveau et assuraient la transmission des sciences religieuses, tel le groupe de disciples formé autour du shaykh Amīr b. Sālim Būbah al-ʿAqīlī126. Celui-ci, né en Hadramaout en 1882, après des études poussées dans son pays et à Zanzibar, vint en 1908 à Anjouan où son frère s’était installé pour le commerce. Parmi ses disciples, plusieurs exercèrent la fonction de cadi127. Mais on lit également dans les sources anciennes des exemples du caractère pragmatique des Anjouanais qui faisaient alors fi de leurs affiliations : ainsi, en 1831, compatissant par lettre à l’annonce de la prise d’un bateau portugais par des « Arabes », le sultan d’Anjouan souligne qu’il n’existe guère entre Anjouanais et Arabes « qu’une communauté de croyance128 ». Pour garder de bonnes relations avec les Portugais, il n’hésite pas à mettre à distance ses liens avec ce réseau. Le milieu des savants et sharifs de Ngazidja est également animé par des figures telles que les trois générations de bin Sumayt129, ou Habib Saleh, un descendant de ʿAbdallāh Ṣāḥib al-Ṭuyūr, installé à Lamu130. De même, quand les liens commerciaux et politiques entre les Comores et le Mozambique atteignent leurs limites à la fin du xixe siècle, les liens religieux qui se maintiennent et même, souligne E.A. Alpers, qui prennent une nouvelle vigueur131 sont surtout animés par des originaires de Ngazidja, en particulier à travers la diffusion des confréries musulmanes132.

36Les sources citées montrent que l’île d’Anjouan, ouverte sur le réseau régional des cités côtières marchandes grâce à son port et à son élite urbaine commerçante et chérifienne, joua un rôle de premier plan aux Comores dans le commerce international, ce qui eut des effets encore mal connus sur la société insulaire et favorisa le maintien chez les kabaila d’activités en réseau. L’établissement tardif d’alliances matrimoniales avec les matrilignages royaux de Ngazidja permit aux chérifs anjouanais d’élargir ce réseau et leur capacité d’action politique au niveau local. Les activités commerciales des makabaila se poursuivaient au tournant de la colonisation française et sont lisibles en filigrane dans les archives qui rendent essentiellement compte de l’appropriation coloniale.

Les makabaila sous le régime colonial

  • 133  G.W. Clendennen, P.M. Nottingham, 2000.

37C’était pour contrôler la source de produits de luxe comme les épices et les parfums, entre autres, que les Européens (Portugais, Hollandais, Anglais et Français) avaient lancé leurs expéditions maritimes. Au milieu du xixe siècle, la compétition pour asseoir leur influence ou établir un contrôle colonial sur les Comores et Madagascar n’oppose plus que les Britanniques et les Français ; le protectionnisme des Portugais se limite à la côte de l’actuel Mozambique, interdite au commerce étranger en 1844, sauf la ville elle-même133. La France qui possède déjà Mayotte, établit son protectorat dans les trois autres îles en 1886 et y place des résidents ; après quelques épisodes d’agitation et de résistance, les trois îles sont annexées en 1912 pour former la province de « Mayotte et dépendances », rattachée au gouvernement général de Madagascar, elle-même conquise en 1895.

38Des colons vont alors créer des plantations et, pour certains, d’importantes sociétés coloniales, qui occupent de vastes surfaces des îles. Peu à peu, des makabaila lettrés intègrent l’administration de la colonie ou des emplois d’encadrement dans les sociétés, et mettent leurs fils dans les premières écoles françaises, tandis que, pour les paysans, les journées de travail réquisitionné remplacent les impôts qu’ils ne peuvent pas payer. La figure d’Ahmed Rabion (décédé en 1973) illustre ces trajectoires biographiques makabaila. Petit-fils de deux frères du sultan Abdallah III, Saïd Muhammad d’un côté et Saïd Hamza de l’autre, employé dans les bureaux de la SCB (société Comores Bambao), il devient aussi le grand shaykh de la confrérie šāḏiliyya à Anjouan. Il se marie dans son milieu kabaila, mais aussi dans les villages de plantation où il travaille, comme à Bambao. Quand il est en poste à Pomoni, sans doute entre les deux guerres, il fonde la mosquée du Vendredi de ce village de plantation. Les emplois coloniaux apparemment subalternes occupés par les makabaila, par la proximité qu’ils créent avec les Européens (appelés Wazungu), ne font que compléter des profils déjà respectables selon d’autres critères. De plus, des figures politiques émergent parmi les makabaila. Ainsi, en se faisant collecteurs puis producteurs de plantes à parfum, ils seront capables au moment des rétrocessions foncières de reprendre une part importante de ce marché d’exportation. Les bribes de biographies recueillies sur le terrain, amorce d’un travail à faire, mettent en lumière d’un côté la continuité des dominations, de l’autre les mobilités et ruptures vécues par les populations dominées, transférées et recomposées.

L’élite anjouanaise et la nouvelle économie de plantation

  • 134  Ce bel emplacement de Pomoni avait d’abord été donné en 1829 à Ramanetaka, prince merina des Haute (...)
  • 135  G.W. Clendennen, P.M. Nottingham, 2000. Livingston prend à quatre reprises des volontaires à Anjou (...)
  • 136  Benjamin Wilson, chirurgien à bord d’un baleinier américain (E.A. Alpers, M. Hopper, 2008 ; J. Mar (...)
  • 137  Il meurt en 1920 sans héritier.

39Quand les Français prennent Mayotte en 1841, les Britanniques établis à l’île Maurice estiment opportun d’établir un consul à Anjouan. William Sunley, qui s’y installe en 1852, devient proche et conseiller du sultan Sālim, et aide celui-ci à assurer sa succession en la personne de son fils Abdallah III. Avant sa mort, Sālim garantit à Sunley une concession de quarante ans à Pomoni au sud, face à une bonne rade, qui atteindra la surface de 280 ha134. Avec 500 travailleurs, l’Anglais crée une magnifique plantation, que décrit en 1861 l’explorateur Livingston, venu lui demander des porteurs pour ses expéditions africaines135. En 1873, Sunley avait quatre assistants européens et 800 travailleurs payés – la paye des esclaves étant reprise aux trois cinquièmes par leurs maîtres, principalement le sultan Abdallah III. L’Américain Wilson136, arrivé en 1871, prend peu à peu la place de Sunley comme conseiller étranger du sultan. Il obtient d’Abdallah III une concession de 2 000 ha avec un bail de trente ans à Patsy, sur les hauteurs de Mutsamudu137.

Photo 12 : Saïd Ali et son frère Abdallah III

Photo 12 : Saïd Ali et son frère Abdallah III

Tableau d’après photos, collection de la famille.

Sophie Blanchy, 2013.

Photo 13 : Le palais du sultan à Bambao

Photo 13 : Le palais du sultan à Bambao

Sophie Blanchy, 2012.

  • 138  ANOM (Archives nationales d’outre-mer), Mad GGM 6 (8) D 18. Note de Rambaud, résident d’Anjouan en (...)
  • 139  ANOM, FM, sg, MAD//272/611. Lettre du sultan en 1890 sur les dettes de son frère.
  • 140  De nombreuses versions de ce conflit figurent dans les lettres des protagonistes conservées aux Ar (...)

40Le sultan exploitait son domaine de Bambao, et ses frères de vastes propriétés dont ils portaient les noms (Milembeni, Maharani…). Un moulin à sucre fonctionna quelque deux décennies au domaine de Maharani, voisin de celui de Bambao ; il produisait 30 à 40 tonnes de sucre annuellement138. Il avait été acheté à l’île Maurice par Saïd Ali, frère du sultan Abdallah III, qui faisait des affaires avec des commerçants « de Zanzibar, de Maurice et de Bombay139 ». Avant de partir à La Mecque en 1888, Saïd Ali loue son domaine avec cinquante travailleurs valides à Abdallah III pour un prix annuel mais, à son retour, celui-ci, voulant rester maître de la plantation, l’empêche de débarquer. Saïd Ali est contraint de subsister entre Diego-Suarez, l’île Maurice et Le Caire, où il mourra pauvre140.

  • 141  Malgré l’absence d’équivalence entre ce statut foncier et celui des terres supposées appartenir au (...)
  • 142  Entretien avec Ahmed Ali Macsoudy, Bambao, 2013.
  • 143  Mais les héritiers de Saïd Ali ne cessèrent de réclamer Maharani, qui leur fut restitué en 1917 ; (...)
  • 144  ANOM, Mad GGM 6 (8) D 18.

41À la mort d’Abdallah III al-Maduwa en 1891, les troubles suscités par ses fils, qui, se disputant le pouvoir, armèrent les esclaves devenus aussitôt incontrôlables, précipitèrent l’intervention armée des Français appelés par la faction des al-Masīla. Un de ceux-ci, Saʿīd ʿUmar, déjà très actif à Mayotte où il était marié, fut mis au pouvoir, et le fils qu’il avait eu à Mayotte lui succéda à sa mort en 1893. Dans ces conditions, les anciens domaines du sultan Abdallah III al-Maduwa et de ses frères purent être considérés par les coloniaux comme « domaniaux141 », sans rencontrer d’opposition de la part des al-Masīla, satisfaits de voir leurs rivaux dépossédés. La colonisation foncière se fit dans ce contexte biaisé. À Mutsamudu, le palais d’Abdallah III al-Maduwa, face à la mosquée, indûment récupéré par Saʿīd ʿUmar, devient un bâtiment administratif qui remplira plusieurs fonctions. Le tribunal s’installe dans une autre demeure ancienne. À Bambao la Mtsanga, le palais moderne d’Abdallah III sis sur le domaine agricole est transformé en centre colonial, où d’abord des prêtres venant régulièrement de Mayotte font le catéchisme aux enfants de quinze familles françaises résidant dans ce village de plantation142, avant qu’il devienne la résidence du directeur de la « société Bambao ». Le matériel de Maharani est d’abord transféré à Bambao, domaine loué au colon Boin en 1893, ainsi que Maharani l’année suivante, par un bail de vingt-neuf ans143 ; puis, inutilisé à Bambao, il sera transféré en 1923 sur le domaine de Pomoni, au sud, par la Société coloniale de Bambao, devenue concessionnaire de tous ces sites144.

  • 145  Sa production cessera vers 1967 aux Comores.
  • 146  Puis en 1960 à d’autres plantes à parfum et, dans les années 1970, au girofle qui reste aujourd’hu (...)
  • 147  J. Martin, 1983a, II, p. 215.
  • 148  ANOM, Mad GGM D6(8) 13.

42Au début du xxe siècle, la canne à sucre laisse la place au sisal145, à l’ylang-ylang et à la vanille146. Très tôt, les Comoriens eux-mêmes se saisissent de la culture de la vanille, que le sultan d’Anjouan Muhammad Sidi se met à planter dès 1904147. En 1911, un des nombreux Anjouanais qui résident à Nosy Be (il était parti en 1898 au « service militaire » à Madagascar) demande à faire enregistrer deux terrains à Ouani et y fait planter mille pieds de vanille148. Les petits producteurs, à cette époque essentiellement des makabaila, s’efforcent de vendre leur production aux sociétés, qu’ils gênent parfois mais qui les dominent entièrement par leur monopole. Quand le cours augmente dans les années 1920, tous les paysans essayent d’en planter pour leur compte, ce qui fait obstacle au recrutement de travailleurs par les sociétés. Les bénéfices de la vanille sont un levier économique décisif pour toutes les carrières politiques locales. Pour cette ressource comme pour l’ylang-ylang, producteurs, acheteurs, préparateurs et exportateurs constituent autant de positions dans un arc de travail dans lequel varient les coopérations plus ou moins équitables et la concurrence. Avoir de la terre, le matériel, le savoir technique, les crédits bancaires, les acheteurs constitue des conditions qui réservent les profits à un très petit nombre.

La place des makabaila dans les pouvoir politiques et économiques coloniaux

  • 149  Saïd Ahmed Zaki, dans sa chronique (C. Allibert, 2000), fait remonter l’introduction de cette fonc (...)
  • 150  M. Ibrahime, 2000, p. 47. Il n’y eut, du côté de l’administration européenne aux Comores, que deux (...)
  • 151  Saïd Ahmed Zaki b. Abdallah « Diamond » d’Anjouan, à ne pas confondre avec Saïd Ahmed Zaki b. Saïd (...)
  • 152  Par exemple, dans un certificat de non-condamnation du 30 avril 1927 (Archives du CNDRS, Mutsamudu (...)
  • 153  ANOM, GGM 6 (8) D21.
  • 154  L’administrateur de Mayotte et dépendances demande en avril 1909 au gouverneur général de Madagasc (...)
  • 155  ANOM, Mad GGM 6 (8) D6, Lettre de Saïdina au gouverneur général de Madagascar le 15 juin 1909.
  • 156  ANOM, Mad GGM 6 (8) D6. Il aurait, selon les versions, décliné cette offre, ou abandonné rapidemen (...)
  • 157  ANOM, Mad GGM D6(8)7, dans une lettre de son fils annonçant son décès en 1938.

43La confiscation du pouvoir politique et économique par l’administration coloniale et par les sociétés fait passer Anjouan dans de nouveaux réseaux où les makabaila n’ont initialement pas de place. Elle s’accompagne vite, cependant, du recrutement d’auxiliaires locaux pris parmi les lettrés capables de parler français, qui jouent le rôle de traducteurs culturels et linguistiques. Dépossédés pour la plupart de nombre de leurs propriétés, certains purent ainsi accéder à nouveau à quelque pouvoir. Les coloniaux, voyant dans les cadis les plus lettrés des « Arabes », ainsi qu’ils nommaient les citadins makabaila, recrutèrent parmi eux le premier personnel administratif local. Cette fonction de juge musulman, qui suppose une bonne connaissance de certains textes juridiques, est réputée plus ancienne à Anjouan que dans les autres îles, ce qui favorisa les makabaila149. Des cadis fils de grandes familles sont nommés gouverneur ou chef de canton « à titre politique150 ». Le titre de gouverneur, et même abusivement de résident, reste par la suite employé par les Anjouanais pour désigner les fonctionnaires coloniaux autochtones, comme Saʿīd Aḥmad Zakī d’Anjouan151. Celui-ci se présente dans les actes officiels sous le titre de « sous-gouverneur de 1re classe du gouvernement d’Anjouan152 ». Il était assez estimé du pouvoir colonial pour faire partie en 1918 d’une commission de contrôle composée, avec lui, de deux Européens153. Dans les années 1900, il semble que le poste de gouverneur indigène existe dans chaque île et qu’il soit plus important que celui de chef de canton154. En 1923, la liste nominative des cadis en service dans la province des Comores mentionne à Mohéli un gouverneur adjoint de 1re classe (et cadi en cumul). Le titre et le statut semblent avoir eu plus de longévité à Madagascar. En 1909, le papier à lettres officiel du « prince Saïdina » b. Saʿīd ʿUmar, frère agnatique de Saʿīd ʿAlī b. Saʿīd ʿUmar, dernier sultan de Ngazidja, montre qu’il est « gouverneur principal de 1re classe de la province de Nosy Be155 ». En 1922, une note de l’administrateur colonial d’Anjouan retraçant la carrière de Saïd Salim, fils du sultan Abdallah III d’Anjouan, retiré au Caire, mentionne qu’offre lui avait été faite d’être gouverneur de Maintirano, à Madagascar156. Mais on constate que, en 1938 encore, les Comoriens utilisent le titre de « gouverneur indigène » à propos par exemple de Saʿīd Jaʿfar b. Sīdī Muḥammad b. sulṭān Saʿīd ʿUmar, en poste à Ngazidja157.

Photo 14 : Sidi Ben Abderemane

Photo 14 : Sidi Ben Abderemane

Anjouanais, chérif, marié à Mutsamudu et à Moroni, officier de l’Ordre royal d’Anjouan.

Cl. H. Pobéguin, 1898.

  • 158  Auteur de la traduction en arabe du panégyrique de Saʿīd b. Šayḫ al-Maʿrūf, rédigée tout d’abord e (...)

Photo 15. Saïd Kaabi158 b. Saïd Ahmed Zaki

Photo 15. Saïd Kaabi158 b. Saïd Ahmed Zaki

Cadi d’Anjouan, et ses filles, années 1950, Mutsamudu, Anjouan.

Collection de la famille.

  • 159  Jalousé par un beau-frère du sultan qui voulait sa place, le cadi Jaʿfar, ancien ministre du sulta (...)
  • 160  ANOM, Mad GGM D6 (8) D 27.
  • 161  ANOM, Mad GGM D6(8)7.

44Ces cadis, tous des chérifs proches parents des sultans, voient donc leur pouvoir s’amplifier avec la colonisation, car non seulement ils règlent les conflits sur les biens, un poste stratégique dans la société locale, mais ils sont, comme gouverneurs, chefs de canton et parfois en outre interprètes, les premiers médiateurs entre l’État colonial et la population. Ce nouveau pouvoir les expose à des dénonciations, pas toujours fondées, de la part de leurs victimes ou de leurs concurrents159. Le cadi Saʿīd Aḥmad b. Saʿīd ʿAlī b. sulṭān Sālim, fils du frère d’Abdallah III, nommé en 1911 grand cadi d’Anjouan, est également en butte, en tant que al-Maduwa, à l’animosité du clan du sultan en place, les al-Masīla, et de leur faction160. Il resta en poste jusqu’à sa mort en 1955, après quarante-quatre ans de carrière. Tout cadi qu’il était, il restait kabaila, désireux de faire des affaires et, pour cela, de se mettre à la vanille : la planter ou la préparer et l’exporter. On apprend qu’en 1939 il s’est associé avec son frère et deux autres citadins de Mutsamudu pour acheter des gousses de vanille verte que son frère Abdallah a préparées et qu’il a lui-même envoyées en France ; mais il n’aurait pas versé leur part de bénéfices aux associés, qui portent plainte161.

  • 162  Entretien avec H. Saïd Mohammed, 2012.
  • 163  Cette exemption restait dérogatoire. Les Indiens, sujets britanniques, étaient quant à eux compris (...)

45Les makabaila qui avaient récupéré ces parcelles de pouvoir s’assimilaient aux Européens, en se distinguant d’autant plus des wamatsaha. Saʿīd Aḥmad Zakī, lui-même très proche des Européens, avait fait son adjoint chargé de la police d’un sien cousin al-Masīla, né d’une mère mahoraise et scolarisé à Mayotte. On raconte encore comment ce dernier menaçait les wamatsaha qui ne marquaient pas suffisamment de respect aux colons qu’ils croisaient : « Indigènes, vous n’avez pas salué le mzungu162 ! » En superposant de manière inattendue la vieille opposition, kabaila/mmatsaha, et la nouvelle, Européens/indigènes, cette anecdote rappelle d’abord que nombre de makabaila, selon leurs fonctions, se voyaient exemptés du régime de l’indigénat, et montre ensuite la complexité historique des identités revendiquées, négociées ou reconnues163.

  • 164  L’Ordre royal de l’étoile d’Anjouan avait été établi en 1874 par le sultan Saʿīd ʿAbdallāh III, ré (...)
  • 165  Sīdī Muḥammad, qui officiellement ne serait plus sultan l’année suivante avec l’annexion des îles.

46Les coloniaux récupèrent assez vite un des outils symboliques de pouvoir, créé par les Comoriens peu de temps auparavant, à l’imitation des Européens : les décorations164. Ainsi, en 1891, le chef du secrétariat du gouvernement provincial remercie respectueusement le sultan Saʿīd ʿUmar qui l’a fait commandeur de l’Ordre royal d’Anjouan, et vingt ans après, en 1911, c’est le ministre des Colonies qui fait grand officier de l’Ordre de l’étoile d’Anjouan le prince Saʿīd Aḥmad, frère du sultan165. Les ordres de distinction, comme le pouvoir, ont changé de main et c’est désormais l’autorité coloniale qui décore les proches du sultan… avec leur propre médaille.

La relative réhabilitation du capital foncier et commercial des makabaila

  • 166  5 762 ha dans la région de Bambao, 2 583 ha à Patsy, 6 068 ha à Pomoni.
  • 167  A. Sidi, 1983.
  • 168  A. Sidi, 1998, p. 220, n. 1.
  • 169  Les commerçants indiens bohras d’Anjouan ont dû eux aussi s’adapter à la présence coloniale. D’abo (...)
  • 170  Les héritiers de Maharani avaient fini par récupérer le domaine en 1917.
  • 171  Entretien avec Amir Mamadaly, Mutsamudu, 2012. Les premiers alambics marchaient au gazole, bon mar (...)
  • 172  A. Sidi, 1983.

47Il faut enfin mentionner la manière dont les makabaila reprennent un rôle dominant dans l’économie des plantes à parfum, progressivement déverrouillée par les sociétés coloniales grâce aux rétrocessions foncières au xxe siècle. La société Comores Bambao (SCB), dont l’histoire commence en 1893, couvre en 1948 plus de 40 % des terres de l’île d’Anjouan166, auxquels s’ajoutent 20 % détenus par la société du « Nioumakélé167 ». Les activités de la SCB sur les quatre îles entraînent un important brassage de populations ouvrières, tandis que les makabaila fournissent quelques cadres. Le rachat des terres pour rétrocession aux villageois, débuté en 1921, devient pour le Conseil de gouvernement du Territoire des Comores créé en 1946 une question politique cruciale. Les premiers conseillers, comme Saʿīd Muḥammad Šayḫ à Ngazidja et le kabaila Aḥmad ʿAbdallāh ʿAbd al-Raḥmān de Domoni à Anjouan, en ont fait leur argument de campagne électorale. En 1958, les élus comoriens obtiennent la rétrocession de 21 600 ha de terres assez pauvres. À Anjouan, les terres cédées par la SCB sont rachetées par des cadres salariés et par des notables locaux qui possèdent leur propre alambic. Quelques makabaila d’Anjouan impliqués en politique, comme Aḥmad ʿAbdallāh, membre de la commission agraire, s’arrogent de grandes surfaces et favorisent leurs alliés contre leurs rivaux168. Les années 1960 voient l’ouverture de la distillation d’ylang-ylang à d’autres acteurs que les sociétés coloniales : des Indiens169 et des makabaila. Les bohras de la famille Mamadaly s’assurent pour cela de débouchés à Grasse et s’associent avec un comptable de la Bambao, licencié par le directeur pour s’être présenté aux élections de conseillers territoriaux. Il s’agit d’un héritier de Saʿīd ʿAlī, fils du sultan Sālim et frère de ʿAbdallāh III, propriétaire de 500 ha d’ylang à Marahani170. Les Mamadaly reproduisent un alambic acheté à Grasse et le vendent en nombre aux petits propriétaires comoriens171. Dans les années 1980, les petits distillateurs, propriétaires ou non de parcelles, assurent avec leurs unités artisanales peu coûteuses mais rustiques la quasi-totalité de la production d’huile d’ylang-ylang d’Anjouan, qu’ils vendent aux exportateurs172. On retrouve donc des makabaila ainsi que des opérateurs français et indiens parmi les grands exportateurs qui font les prix, et les wamatsaha en petits producteurs dominés.

Conclusion

48Comparer les sociétés insulaires et en particulier observer les spécificités des rapports de domination à Anjouan font s’interroger sur les processus qui, du xviie au xxe siècle, ont amené la situation présente. Les sources parcellaires disponibles pour cette recherche historique – travaux publiés, archives et témoignages oraux – sont elles-mêmes à contextualiser et à historiciser. Il apparaît néanmoins que le rôle économique de l’élite urbaine, lettrée et marchande dans les réseaux commerciaux de longue distance domine avec constance à l’échelle régionale au cours de cette longue période. Cette élite s’est constituée grâce à une série de facteurs, entre structure et événement. Incontestablement, la qualité des mouillages à Anjouan a permis aux échanges internationaux de se concentrer sur l’île. Ceux-ci ont enrichi et développé les villes, centres marchands, mais aussi – et cet aspect n’est pas le moindre concernant les makabaila – centres intellectuels produisant et maintenant une idéologie élitaire. L’oligarchie au pouvoir a tenté de maintenir sa tutelle sur les petites îles, Mayotte et surtout Mohéli, tout en tissant plus tardivement des relations d’affinité avec l’élite matrilinéaire très structurée de Ngazidja, liens qui favorisèrent des coalitions politiques. Les rapports économiques et politiques des quatre îles ont formé un ensemble lâche dans lequel Anjouan a joué le rôle dynamique d’interface commerciale et maritime internationale. Le développement local des plantations fut le fruit de conjonctures historiques mais aussi d’une logique structurale, et la colonisation agricole qui a suivi a pris à Anjouan un tour drastique, dont la violence marque encore à ce jour les rapports sociaux.

  • 173  Sur les rituels des wamatsaha d’Anjouan, voir J.C. Hébert, 1960 ; D. Nissoiti, 1983 ; A. Bourhane, (...)
  • 174  Citons cependant E.A. Alpers, 1975 ; 2001 ; 2003 ; E.A. Alpers, M. Hopper, 2008 ; C. Allibert, 198 (...)
  • 175  Voir des travaux universitaires non publiés, comme A. Bourhane, 2004 ; A.T. Ibouroi, 2014. Voir au (...)
  • 176  Les archives, dont l’essentiel sont aux ANOM, sont encore dispersées entre des fonds publics franç (...)
  • 177  Par ex. la famille Boyer (interview de Charles Boyer, Mutsamudu, 2012).

49Mais ce ne sont pas les descendants d’esclaves qui ont une place à part à Anjouan ; on observe leur lente intégration au sein d’une paysannerie matsaha surexploitée sous la colonisation, puis délaissée, ou de quartiers urbains anciennement dépendants. Ce sont bien les makabaila qui, à la différence des matrilignages royaux de Ngazidja, primi inter pares dans un ensemble hiérarchisé mais englobant, ont un statut à part dans l’île et l’archipel, et dont le nom spécifique reflète une idéologie et une histoire particulières, et des connections extérieures particulièrement signifiantes. Se référant à l’islam et à des valeurs déterritorialisées jusque dans leur organisation sociale la plus pratique, à la différence des autres populations comoriennes ritualisant leur lien au territoire173, les makabaila ont un ethos de réseau. Leur rôle leur a donné une relative visibilité historique. À l’inverse, les paysans wamatsaha, les esclaves, les dépendants en général sont le plus souvent vus en creux dans les textes de voyageurs européens, et les travaux systématiques manquent au sujet de cette catégorie sociale174. Des enquêtes orales raviveraient la mémoire très rarement sollicitée sur leur histoire, peu connue bien que transmise par bribes à l’échelle locale175. Les commerçants indiens ont été, de longue date, des partenaires économiques importants avant leur installation en famille et en communauté dans l’île au début du xxe siècle. Enfin, l’histoire de la société Bambao176 et les histoires, plus modestes mais toutes aussi instructives, des colons français à Anjouan et aux Comores177 sont à mettre au programme des recherches à poursuivre, en ce qu’elles éclaireraient le cadre économique de la reproduction des rapports sociaux et des catégories makabaila/wamatsaha.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed-Chamanga, M., Gueunier, N.J., 1979, « La chronique swahilie de Saïd Bakari (1898) », in Dictionnaire comorien-français et français-comorien du R.P. Sacleux, t. 1, Paris, SELAF, p. 621-657.

Allen, J. de V., 1982, « The Shirazi Problem in East African Coastal History », Paideuma, 28, p. 9-27.

Allibert, C., 1984, Mayotte, plaque tournante et microcosme de l’océan Indien occidental. Son histoire avant 1841, Paris, Anthropos.

Allibert, C., 1988a, « Les contacts entre l’Arabie, le golfe Persique, l’Afrique orientale et Madagascar. Confrontation des documents écrits, des traditions orales et des données archéologiques récentes », in L’Arabie et ses mers bordières, Travaux de la Maison de l’Orient et du monde méditerranéen, 16, p. 111-126.

Allibert, C., 1988b, « Une description turque de l’océan Indien occidental dans le Kitab-i Bahrije de Piri Re’is (1521) », Études Océan Indien, 10, p. 9-52.

Allibert, C., 1990, Textes anciens sur la côte est de l’Afrique et l’océan Indien occidental, Paris, Institut national des langues et civilisations orientales, Centre d’études et de recherches sur l’océan Indien.

Allibert, C., 1991-1992, « Cités-États et têtes de pont dans l’archipel des Comores », Omaly sy Anio, 33-36, p. 115-132.

Allibert, C, 2000, « La chronique d’Anjouan par Saïd Ahmed Zaki (ancien cadi d’Anjouan) », Études Océan Indien, 29, p. 9-92.

Allibert, C., Vérin, P., 1993, « Les Comores et Madagascar : le premier peuplement », Archéologia, 290, p. 64-77.

Alpers, E.A., 1975, Ivory and Slaves in East Central Africa: Changing Patterns of International Trade to the Later Nineteenth Century, Londres, Heineman.

Alpers, E.A., 1976, « Gujarat and the trade of East Africa, c. 1500-1800 », International Journal of African Historical Studies, 9(1), p. 22-44.

Alpers, E.A., 1977, « Madagascar and Mozambique in the nineteenth century: The erce of Sakalava raids (1800-1820) », Omaly sy anio, 5-6, p. 37-53.

Alpers, E.A., 2001, « A complex relationship: Mozambique and the Comoro islands in the 19th and 20th centuries », Cahier d’études africaines, n° 161, p. 73-95.

Alpers, E.A., 2003, « The African diaspora in the Indian Ocean: A comparative perspective », in S. Jayasuriya, R. Pankhurst (éds), The African Diaspora in the Indian Ocean, Trenton, Africa World Press, p. 19-50.

Alpers, E.A., 2009, East Africa and the Indian Ocean, Princeton, N.J., Markus Wiener Publishers.

Alpers, E.A., Hopper, M.S., 2008, « “Parler en son nom ?” Comprendre les témoignages d’esclaves africains originaires de l’océan Indien (1850-1930) », Annales. Histoire, sciences sociales, n° 4, p. 799-828.

Ayache, S., Valette, J., 1963, « Un voyageur français à Madagascar : Jean-Baptiste Fressange, 1802-1803 », Revue de Madagascar, n° 23, n.s., p. 33-44.

Bang, A.K., 2003, Sufis and Scholars of the Sea. Family Networks in East-Africa, 1860-1925, Londres, Routledge Curzon.

Bang, A.K., 2014, Islamic Sufi Networks in the Western Indian Ocean (c. 1880-1940): Ripples of Reform, Leyde, Brill.

Beaujard, P., 2007, « L’Afrique de l’Est, les Comores et Madagascar dans le système-monde avant le xvie siècle », in D. Nativel, F. Rajaonah (dir.), Madagascar et l’Afrique, Paris, Karthala, p. 29-101. 

Beaujard P., 2012, Les mondes de l’océan Indien, t. 1, De la formation de l’État au premier système-monde afro-eurasien, t. 2, L’océan Indien, au cœur des globalisations de l’Ancien Monde (7e-15e siècles), Paris, Armand Colin.

Blanchy, S., 1990, La vie quotidienne à Mayotte, Paris, L’Harmattan.

Blanchy, S., 1992, « Famille et parenté dans l’archipel des Comores », Journal des africanistes, 62 (1), p. 7-53.

Blanchy, S., 1995, Karana et Banyans. Les communautés commerçantes d’origine indienne à Madagascar, Paris, L’Harmattan.

Blanchy, S., 1997a, « Notes sur le rituel d’intronisation des souverains de Mayotte et l’ancien ordre politico-religieux », Études Océan Indien, 21, p. 107-131.

Blanchy, S., 2000, « Les Darwesh aux Comores (île de Ngazidja). Systèmes de valeurs et stratégie : de l’idéal islamique à la réalité sociale », in C. Allibert, N. Rajaonarimanana (dir.), L’extraordinaire et le quotidien. Variations anthropologiques, Hommage au professeur Pierre Vérin, Paris, Karthala, p. 217-241.

Blanchy, S., 2002, « Mayotte : française à tout prix », Ethnologie française, vol. 32, n° 4, p. 677-689.

Blanchy, S., 2003, « Seul ou ensemble ? Dynamique des classes d’âge à Ngazidja (Comores) », L’homme, n° 167-168, p. 153-186.

Blanchy, S., 2004a, « Mosquée du Vendredi, pouvoir et différenciation sociale à Ngazidja (Comores) », Tarehi, 10, p. 16-24.

Blanchy, S., 2004b, « Cité, citoyenneté et territorialité dans l’île de Ngazidja (Comores) », Journal des africanistes, 74 (1-2), p. 341-380.

Blanchy, S., 2005, « Esclavage et commensalité à Ngazidja, Comores », Cahiers d’études africaines, n° 179-180, p. 905-935.

Blanchy, S., 2006, « Une expérience de retour d’archives : la collection photographique Henri Pobéguin à Ngazidja, Comores », Terrain et archive. URL : http://lodel.imageson.org/terrainarchive/document195.html.

Blanchy, S., 2007a, « Maison de la sœur, maison de l’épouse. Organisation sociale et genre à Ngazidja (Comores) », in N.C. Matthieu (dir.), Une maison sans fille est une maison morte. La personne et le genre en sociétés matrilinéaires et/ou uxorilocales, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 271-298.

Blanchy, S., 2007b, La Grande Comore en 1898, Paris, KomEdit.

Blanchy, S., 2009, Images coloniales de la société comorienne. Les raisons d’une méconnaissance durable, in N. Dodille (dir.), Idées et représentations coloniales dans l’océan Indien, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, p. 211-246.

Blanchy, S., 2010a, Maisons des femmes, cités des hommes. Filiation, âge et pouvoir à Ngazidja (Comores), Nanterre, Société d’ethnologie.

Blanchy, S., 2010b, « Mythes et rites à Ngazidja, Comores. Origines du peuplement et construction culturelle », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires. Mélanges en l’honneur du professeur Claude Allibert, Paris, Karthala, p. 211-239.

Blanchy, S., 2012, « Matrilocalité et système d’âge à Mayotte. Notes pour une étude comparative de l’organisation sociale dans l’archipel des Comores », Taarifa, revue des Archives départementales de Mayotte, 3, p. 9-21.

Blanchy, S., 2013a, « Édition annotée du récit autobiographique de M. Maoulida Mchangama », Études Océan Indien, 48, p. 282-288.

Blanchy, S., 2013b, « L’esclavage à Ngazidja, Comores. Approche ethnohistorique », in M.L. Derat, T. Vernet, M.P. Ballarin, H. Médard (dir.), Traite et esclavage en Afrique Orientale et dans l’océan Indien, Paris, Karthala, p. 329-360.

Blanchy, S., 2014, « Intégrations et exclusions. La production différenciée des hiérarchies sociales aux Comores », Études rurales, n° 194, p. 47-62.

Blanchy, S., Soilihi, Z., 1991, Furukombe et autres contes de Mayotte, textes bilingues, Paris, Éditions caribéennes-CMAC de Mayotte.

Blanchy, S., Soilihi, Z., Gueunier, N.J., Saïd, M., 1993, La maison de la mère, contes de l’île de Mayotte, en triple texte, Paris, L’Harmattan.

Blanchy, S., Gueunier, N.J., 2000, « L’“impossible” Charles Poirier, administrateur et ethnographe aux Comores », Études Océan Indien, 29, p. 93-121.

Blanchy, S., Youssouf, B., 2003, « Hiérarchie et égalité dans l’organisation sociale à Ngazidja, Comores. Le cas de Dembeni », Ya Mkobe, 10, p. 35-50.

Bonate, L.J.K., 2006, « Matriliny, islam and gender in Northern Mozambique », Journal of Religion in Africa, 2(36), p. 139-166.

Bourhane, A., 2004, Tradition historique et culturelle de la ville de Wani (Comores), mémoire de maîtrise d’études malgaches, Paris, INALCO.

Bujra, A.S., 1967, A Preliminary Analysis of the Bedouin Community in Marsa Matruh Town, Le Caire, Social Research Center, American University.

Bujra, A.S., 1971, The Politics of Stratification: A Study of Political Change in a South Arabian Town, Oxford, Clarendon Press.

Breslar, J., 1979, Habitat mahorais, étude analytique et perspectives, Paris, AGG, tome 1.

Bron de Vexela (Le), J., 1846, « Voyage à Madagascar et aux Comores (Fort-Dauphin, Baly, Majunga, Anjouan, Morondava) », Revue de l’Orient, vol. IX.

Brouwer, C.G., 1991, « Non-Western shipping movements in the Red Sea and Gulf of Aden during the 2nd and 3rd decades of the 17th century, according to the records of the Dutch East India Company (Part 1) », Die Welt des Islams, 31 (2), p. 105-167.

Brouwer, C.G., 1992, « Non-Western shipping movements in the Red Sea and Gulf of Aden during the 2nd and 3rd decades of the 17th century, according to the records of the Dutch East India Company (Part 2) », Die Welt des Islams, 32 (1), p. 6-40.

Camelin, S., 1997 « Reflections on the system of social stratification in Hadramaut », in U. Freitag, W.G. Clarence-Smith (dir.), Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean 1750s-1960s, Leyde, Brill, p. 147-156.

Camelin, S., Le Guennec-Coppens, F., Mery, S., 2002, « Du Hadramaout aux Comores et retour », Journal des africanistes, 72(2), p. 123-137.

CEFAS, 2006, « Chroniques du manuscrit au Yémen. Actualités, février 2006 », Arabian Humanities, 1. URL : http://www.cefas.com.ye/spip.php?article144.

Chacourou, A.A.A., 1992, Le contrôle des finances publiques aux Comores, Paris, L’Harmattan.

Chanudet, C., 1988, Contribution à l’étude du peuplement de l’île de Moheli, thèse en études africaines, INALCO.

Chanudet, C., 1991, « Un site majeur de Moheli : Mwali-mdjini », Études Océan Indien, 12, p. 9-124.

Chittick, H.N., 1965, « The “shirazi” colonisation of East Africa », Journal of African History, VI (03), p. 275-294.

Chouzour, S., 1994, Le pouvoir de l’honneur. Tradition et contestation en Grande Comore, Paris, L’Harmattan.

Clendennen, G.W., Nottingham, P.M., 2000, William Sunley and David Linvingstone, a Tale of two Consuls, Madison, African Studies Program, University of Wisconsin.

Clockers, A., 2005, « Les sources documentaires écrites de l’archipel des Comores : aperçu et perspective », Ya Mkobe, revue du Centre national de documentation et de recherche scientifique des Comores (CNDRS), 12-13, p. 9-26.

Clockers, A., 2011, « La production ancienne de parfums aux Comores : la civette et son musc. Ébauche d’une problématique », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires. Mélanges en l’honneur du professeur Claude Allibert, Paris, Karthala.

Coret, C., 2013, « Le pouvoir de l’écrit : les chroniques swahili dans l’historiographie », in N. Gayibor, M. Gomgnimbou, D. Juhé-Beaulaton (dir.), L’écriture de l’histoire en Afrique. L’oralité toujours en questions, Paris, Karthala, p. 369-393.

Damir B.A., Ottino, P., Boulinier, G., 1983, Traditions d’une lignée royale des Comores, Paris, L’Harmattan.

Deschamps, H., 1972, Histoire de Madagascar, Paris, Berger-Levrault.

Devic, L.M., 1883, Le pays des Zendjs (ou la côte orientale d’Afrique au Moyen Âge) d’après les écrivains arabes, Paris, Hachette.

Didierjean, M., 2013, Les engagés des plantations de Mayotte et des Comores (1845-1945), Paris, L’Harmattan.

Dubins, B., 1968, « The Comoro islands: A bibliographical essay », African Studies Bulletin, XII(2), p. 131-137.

Dubins, B., 1972, A Political History of the Comoro Islands 1795-1886, Ph.D dissertation, Boston University.

Forest, V., 2002, « L’immigration à Mayotte au cours de la période sucrière (1885-1900) », Études Océan Indien, 33-34, p. 91-115.

Freeman-Grenville, G.S.P., 1962, The East African Coast. Selected Documents from the First to the Earlier Nineteenth Century, Londres, Oxford University Press.

Freeman-Grenville, G.S.P., 1965, The French at Kilwa Island. An Episode in Eighteenth Century East-African History, Londres, Oxford University Press.

Freeman-Grenville, G.S.P., 1996, « Shîrâzî », in Encyclopédie de l’islam, tome IX, livraison 155, Leyde, Brill, p. 499.

Freeman-Grenville, G.S.P., Martin, B.G., 1973, « A preliminary handlist ot the Arabic inscriptions of the Eastern African coast », Journal of the Royal Asiatic Society, 2, p. 98-122.

Gevrey, A., 1972 (1870), Essai sur les Comores, Pondichéry, fac-similé par l’Association malgache d’art et d’archéologie.

Grandidier, A., Charles-Roux, J., Delhorbe, C., Froidevaux, H., Grandidier, G. (éd.), 1903-1920, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar, Paris, Comité de Madagascar et Union coloniale, 9 tomes.

Grose, J.H., 1772, A Voyage to the East-Indias, 3e edition, Londres, S. Hooper.

Gueunier, N.J., 2003, « Documents sur la langue Makhua à Madagascar et aux Comores (fin du xixe-début du xxe siècle), avec un lexique du makhuwa de Madagascar et des Comores », Études Océan Indien, 35-36, p. 149-223.

Guy, P., Cheikh Amir, A. (trad.), 1949, La vie et l’œuvre du grand marabout des Comores, Saïd Mohammed Ben Ahmed Al-Maarouf, 1852-1904, selon son panégyrique en arabe par Saïd Kaabi, Tananarive, Imprimerie officielle.

Hartley, J.G., 1961, The Political Organisation of an Arab Tribe of the Hadramaut, Ph.D. Thesis, University of London, School of Economics.

Hébert, J.C., 1960, « Fêtes agraires dans l’île d’Anjouan (archipel des Comores) », Journal de la Société des africanistes, 30 (1), p. 101-116

Hébert, J.C., 1983, « Documents sur les razzias malgaches aux îles Comores et sur la côte orientale africaine (1790-1820) », 1re partie : « Les invasions à Mayotte et Anjouan jusqu’en 1807 », Études Océan Indien, 3, p. 5-60.

Hébert, J.C., 1983-1984, « Les Français sur la côte ouest de Madagascar au temps de Ravahiny ((1780-1812 ?) », Omaly sy Anio, 17-18-19-20, p. 235-277.

Ho, E., 2006, The Graves of Tarim, Genealogy and Mobility across the Indian Ocean, Berkeley, University of California Press.

Hollis, A.C., 1900, « Notes on the History of Vumba, East Africa », Journal of the Royal Institute of Great Britain and Ireland, 30, p. 275-297.

Horton, M., Middleton, J., 2000, The Swahili: The Social Landscape of a Mercantile Society, Oxford, Blackwell, p. 52-61.

Ibouroi, A.T., 2014, Des Makua et de leurs descendants aux Comores, thèse de doctorat en histoire, université de la Réunion.

Ibrahime, M, 2000, « Quelques aspects de la colonisation française aux Comores », Ya Mkobe, 6-7, p. 45-49.

Lafon Dr, 1901, « Géographie médicale de l’île d’Anjouan », Annales d’hygiène coloniale, 2, p. 157-192.

Larson, P., 1997, « A census of slaves exported from Central Madagascar to the Mascarenes between 1769 and 1820 », in I. Rakoto (dir.), L’esclavage à Madagascar : aspects historiques et résurgences contemporaines, Antananarivo, Institut de civilisations, musée d’Art et d’Archéologie, p. 131-145.

Le Guennec-Coppens, F., 1989, « Social and cultural integration: A case study of the East African Hadhramis », Africa, 59 (2), p. 185-195.

Le Guennec-Coppens, F., 1991, « Qui épouse-t-on chez les Hadrami ? », in F. Le Guennec-Coppens, P. Caplan (dir.), Les Swahili entre Afrique et Arabie, Paris, CREDU-Karthala, p. 145-162.

Le Guennec-Coppens, F., 1997, « Changing patterns of Hadrami migration and social interaction in East Africa », in U. Freitag, W.G. Clarence-Smith (dir.), Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean 1750s-1960s, Leyde, Brill, p. 157-174.

Liszkowski, H.D., 2002, « Le commerce d’escale au xviie siècle dans l’océan Indien à partir de nouvelles données archéologiques à Mayotte », Études Océan Indien, 33-34, p. 33-77.

Lombard-Jourdan, A., 1980, « Une description inédite des îles Comores (1743) », Omaly sy anio, 11, p. 177-199.

Martin, B.G., 1971, « Notes on some members of the learned classes of Zanzibar and East Africa in the Nineteenth Century », African Historical Studies, 4(3), p. 525-545.

Martin, B.G., 1974, « Arab migrations to East Africa in medieval times », The International Journal of African Historical Studies, VII(3), p. 367-389.

Martin, J., 1968, « Les notions de clans, nobles et notables. Leur impact dans la vie politique comorienne d’aujourd’hui », L’Afrique et l’Asie, 81, p. 39-63.

Martin, J., 1973, « Les débuts du protectorat et la révolte servile de 1891 dans l’île d’Anjouan », Revue française d’histoire d’outre-mer, 218, p. 45-85.

Martin, J., 1976, « L’affranchissement des esclaves de Mayotte, décembre 1846-juillet 1847 », Cahiers d’études africaines, 61-62, XVI, 1-2, p. 207-233.

Martin, J., 1982, « Les mémoires de Saïd Hamza el-Masela : une relation de la vie politique anjouanaise de la fin du xviiie siècle à 1840 », Études Océan indien, 1, p. 109-136.

Martin, J., 1983a, Comores, quatre îles entre pirates et planteurs, 2 vol., Paris, L’Harmattan.

Martin, J., 1983b, « Grande-Comore 1915 et Anjouan 1940 : Étude comparative de deux soulèvements populaires aux Comores », Études Océan indien, 3, p. 69-100.

Martin, J., 1985, « Un témoignage sur la révolution de 1891 à Anjouan. Le mémoire du prince Salim », Études Océan Indien, 6, p. 51-70.

Molet, L., Sauvaget, A., 1968, « Les voyages de Peter Mundy au xviie siècle », Bulletin de Madagascar, 264, p. 413-457.

Molet-Sauvaget, A., 1994, Documents anciens sur les îles Comores (1591-1810), Centre d’études et de recherches sur l’océan Indien (INALCO), Travaux et Documents, 28.

Molet-Sauvaget, A., 1995, Documents anciens sur les îles Comores II (1591-1810), Supplément, Centre d’études et de recherche sur l’océan Indien (INALCO), Travaux et Documents, 37.

Molet-Sauvaget, A., 2000, « Passage du navire interlope Rochester à Anjouan [11 au 18 juin 1704], description par John Pike », Études Océan Indien, 29, p. 177-211.

Moutailler, A., 1974, Le trafic commercial des îles Comores à l’époque précoloniale, mémoire de maîtrise d’histoire, Paris VIII-Vincennes.

Newitt, M., 1983, « The Comoro islands in Indian ocean trade before the 19th century », Cahier d’études africaines, XXIII(1-2), 89-90, p. 139-169.

Nissoiti, D., 1983, Essai sur la femme comorienne (île d’Anjouan), thèse de doctorat de sociologie, université Paris V-René-Descartes.

Ottenheimer, M., 1985. Marriage in Domoni, Husbands and Wives in a Indian Ocean Community, Prospect Heights, Illinois, Waveland Press Inc.

Ottenheimer, M., 1991, « Social organisation and Indian Ocean long-distance trade », Zeitschrift für Ethnologie, 116, p. 125-134.

Ottino, P., 1978, Les traditions d’établissement shirazi dans l’ouest de l’océan Indien, ronéo, non publié.

Pauly, M., 2011, « Développements de l’architecture domestique en pierre à Mayotte, xiiie-xviie siècle », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (éd.), Civilisations des mondes insulaires. Mélanges en l’honneur du professeur Claude Allibert, Paris, Karthala, p. 603-634.

Pouwels, R.L., 1984, « Oral Historiography and the Shirazi of the East African Coast », History in Africa, 11, p. 237-267.

Pouwels, R.L., 2002, « Eastern Africa and the Indian ocean to 1800: Reviewing relations in historical perspective », International Journal of African Historical Studies, 2-3, p. 408-409.

Prestholdt, J., 2004, « On the global repercussions of East African consumerism », American Historical Review, 109(3), p. 755-781.

Prestholdt, J., 2007, « Similitude and Empire: On Comorian strategies of englishness », Journal of World History, 18, p. 113-137.

Prestholdt, J., 2008, Domesticating the World African Consumerism and the Genealogies of Globalization, Berkeley, University of California Press.

Prins, A.H.J., 1961, The Swahili-Speaking People of Zanzibar and East African Coast (Arabs, Shirazi and Swahili), Londres, International African Institute.

Purchas, S., 1625-1626, Hakluytus Posthumus or Purchas his Pilgrimes, Contayning a History of the World in Sea Voyages and Lande Travells by Englishmen and Others, Londres, rééd. New York, AMS Press, 1965.

Repiquet, J., 1901, Le sultanat d’Anjouan, Paris, Challamel.

Robineau, C., 1966a, Économie et société à Anjouan, Paris, ORSTOM.

Robineau, C., 1966b, « L’islam aux Comores. Une étude d’histoire culturelle de l’île d’Anjouan », Revue de Madagascar, 35, p. 17-34.

Robinson A,E., 1939, « The Shirazi Colonisation of East Africa: Vumba », Tanganyika Notes and Records, 7, p. 92-112.

Saïd Mohammed, H. Ben, 2001, Al Badr al Munîr fî dhikri qabâ’il wa sîrati Al Banî ‘Alawi fî djuzri al-Qamar, Delhi, Kutub Khana Ishayat-ul-Islam.

Saïd Mohammed, H. Ben, 2009, Al-Mafâhir al-Sâmiyat fî dhikri salâtîni djuzri al-Qamar, Damas, Maison internationale de vérification des généalogies hachémites.

Saïd Mohammed, H. Ben, 2015, Les sharifs dans l’histoire des Comores. Les Bâ ‘Alawî et la confrérie ‘Alawiyya, les Âl Al-Ahdal, traduction de Al Badr al Munîr fî dhikri qabâ’il wa sîrati Al Banî ‘Alawi fî djuzri al-Qamar, par Daniel b . Saïd Ahmed b. Saïd Abdouroihmane dit Café, Moroni, KomEdit.

Saqqaf (Al), A.H., 2001, Compte rendu d'Ulrike Freitag, William G. Clarence-Smith (éds), 1997, Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean 1750s-1960s, Leyde, Brill, inAsian Journal of Social Science, vol. 29, 1, p. 169-175.

Sanchez, S., 2013, Le long xixe siècle de Nosy Be et de la baie d’Ampasidava (nord-ouest de Madagascar) : dynamiques malgaches et mondialisations dans un comptoir du sud-ouest de l’océan Indien, thèse de doctorat d’histoire, université de Paris VII-Denis-Diderot.

Shepherd, G., 1980, « The Comorian and the East African slave trade », in J.L. Watson (dir.), Asian and African Systems of Slavery, Oxford, Basil Blackwell, p. 73-99.

Sidi, A., 1983, L’économie des plantations aux Comores des origines à nos jours, mémoire de maîtrise, université de Dakar.

Sidi, A., 1998, Anjouan, l’histoire d’une crise foncière, Paris, L’Harmattan.

Sidi, A., 2000, « L’esclavage dans le système de plantation coloniale aux Comores au xixe siècle », in I. Rakoto (éd.), La route des esclaves, système servile et traite dans l’Est malgache, Paris, L’Harmattan, p. 263-281.

Silberman, L., s.d., The History of Anjouan or Johanna (Comores) in the Oral Tradition as Recounted to..., Oxford, Balliol College, 15 feuilles, non publié.

Spear, T., 1984, « The Shirazi in Swahili Traditions, Culture and History », History in Africa, 11, p. 291-305.

Vérin, P., 1988, « Les découvreurs placent les Comores sur la carte du monde », Études Océan Indien, 10, p. 53-74.

Vérin, P., 1994, Les Comores, Paris, Khartala.

Vérin, P., Battistini, R., 1987, Les Comores, Paris, ACCT-Nathan.

Vernet, T., 2004, « Le territoire hors les murs des cités-États swahili de l’archipel de Lamu, 1600-1800 », Journal des africanistes, 74 (1-2), p. 381-411.

Vernet, T., 2005, Les cités-États swahili de l’archipel de Lamu, 1585-1810. Dynamiques endogènes, dynamiques exogènes, thèse de doctorat d’histoire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Vernet, T., 2006, « Les réseaux de traite de l’Afrique orientale : côte swahili, Comores et nord-ouest de Madagascar (vers 1500-1750) », Cahiers des Anneaux de la mémoire, 9, p. 67-107.

Vernet, T., 2009, « Slave trade and slavery on the Swahili coast (1500-1750) », in B.A. Mirzai, I.M. Montana, P. Lovejoy (eds), Slavery, Islam and Diaspora, Trenton, Africa World Press, p. 37-76.

Vernet, T., 2013, « Avant le giroflier. Esclavage et agriculture sur la côte swahili, 1590-1812 », in H. Médard, M.-L. Derat, T. Vernet, M.P. Ballarin (dir.), Traites et esclavages en Afrique orientale et dans l’océan Indien, Paris, Karthala, p. 244-306.

Vernet, T., 2015, « East African travellers and traders in the Indian ocean: Swahili ships, Swahili mobilities ca. 1500-1800 », in M. Pearson (dir.), Trade, Circulation and Flow in the Indian Ocean World, New York, Palgrave-Macmillan, p. 167-202.

Walker, I., 2002, « From Moroni to Mukalla: Hadhramis on the island of Ngazidja (Comoros) and in the Hadhramaout », Journal des africanistes, 72 (2), p. 111-121.

Walker, I., 2008, « Hadramis, “Shimalis” and “Muwalladin”: negotiating cosmopolitan identities between the Swahili coast and Southern Yemen », Journal of Eastern African Studies, 2 (1), p. 44-59.

Wright, H.T. et al., 1984, « Early Seafarers of the Comoro Islands: The Dembeni Phase of the IXth-Xth Centuries A.D. », Azania, 19, p. 13-59.

Wright, H.T., 1992, « Early Islam, Oceanic Trade and Town Development on Nzwani: The Comorian Archipelago in the XIth-XVth Centuries A.D », Azania, 27, p. 81-128.

Yahaya, S., « Réveiller la mémoire. L’esclavage dans les fonds oraux des Archives départementales de Mayotte », In Situ, 20. URL : http://insitu.revues.org/10175

Zein (El), A.H.M., 1974, The Sacred Meadows. A Structural Analysis of Religious Symbolism in an East African Town (Lamu), Evanston, Northwestern University Press.

Haut de page

Notes

1  P. Beaujard, 2012, II, p. 114-120. L’archipel est composé d’ouest en est des îles de Ngazidja (Grande Comore), Ndzuwani (Anjouan), Mwali (Mohéli) et Maore (Mayotte).

2  Voir bibliographie établie par A. Clokers, 2005.

3  H. Wright, 1984 ; 1992 ; C. Allibert, 1984 ; 1988a et b ; 1991-1992 ; C. Allibert, P. Vérin, 1993 ; C. Chanudet, 1988 ; 1991 ; P. Vérin, 1994.

4  J. Martin, 1983a ; 1982 ; 1985. Voir aussi C. Allibert, 2000.

5  Sur ces razzias, voir J.-C. Hébert, 1983, et E.A. Alpers, 1977.

6  J. Martin, 1973 ; 1976 ; 1983b.

7  A. Grandidier et al., 1903-1907, Collection des ouvrages anciens concernant Madagascar (COACM) ; C. Allibert, 1990 ; A. Molet-Sauvaget, 1994 ; 1995.

8  J. Repiquet, 1901, pour Anjouan ; A. Gevrey, (1870) 1972 pour l’archipel vu de Mayotte.

9  C. Robineau, 1966a et b ; A. Sidi, 1998. Citons aussi l’excellente analyse du mode d’exercice du pouvoir par les matrilignages royaux de Ngazidja, par B.A. Damir, P. Ottino, G. Boulinier, 1983, et une histoire de Mayotte avant 1841 par C. Allibert, 1984.

10  M. Newitt, 1983.

11  G. Shepherd, 1980. Également, A. Sidi, 2000.

12  E.A. Alpers, 2001.

13  J. Prestholdt, 2007 ; 2004 ; 2008.

14  F. Le Guennec-Coppens, 1991 ; I. Walker, 2002 ; 2008 ; A.K. Bang, 2003 ; 2014 ; E. Ho, 2006.

15  T. Vernet, 2005 ; 2006 ; 2013 ; 2015.

16  P. Beaujard, 2007 ; 2012. D’autres ouvrages sont fondamentaux pour comprendre les rapports historiques régionaux dans lesquels ont été prises les Comores, notamment ceux de Horton et Middleton, Pouwels, Allen (voir la bibliographie).

17  Sur les Hadramis aux Comores, outre le texte inédit de L. Silberman, rédigé vers 1960, auquel certains chercheurs ont eu accès, voir C. Robineau, 1966a et 1966b ; B.G. Martin, 1974 ; J. Martin, 1983a ; M. Ottenheimer, 1985 ; F. Le Guennec-Coppens, 1989.

18  H. ben Saïd Mohammed, al-Badr al-munīr fī dikri qabāʾil wa sīrati al-banī ʿAlawī fī ğuzri al-qamar, publié en 2001 à Delhi, traduction en français sous le titre Les sharifs dans l’histoire des Comores. Les Bâ ‘Alawî et la confrérie ‘Alawiyya, les Âl Al-Ahdal (H. ben Saïd Mohammed, 2015).

19  Voir notamment S. Blanchy, 1990 ; 1992 ; 1997a ; 2002 ; 2012 ; S. Blanchy et al., 1991 ; S. Blanchy et al., 1993. Sur Mayotte, voir aussi J. Breslar, 1979.

20  S. Blanchy, 2000 ; 2003 ; 2004a ; 2004b ; 2007a ; 2010a ; 2010b ; S. Blanchy, B. Youssouf, 2003. Voir aussi S. Chouzour, 1994.

21  S. Blanchy, 2005 ; 2006 ; 2007b ; 2009 ; 2013b ; S. Blanchy, N.J. Gueunier, 2000.

22  Pluriel comorien de kabaila, de l’arabe qabāʾil, « gens des tribus » au Yémen, voir plus loin un développement de ce point.

23  S. Blanchy, 2014.

24  T. Vernet, 2005, p. 167-168.

25  B.G. Martin, 1971 ; 1974 ; C. Robineau, 1966b ; J. Martin, 1983a ; M.C. Horton, J. Middleton, 2000 ; A.K. Bang, 2003 ; R.L. Pouwels, 2002 ; T. Vernet, 2005 ; P. Beaujard, 2012, II, p. 115.

26  R.L. Pouwels, 1984, p. 243 ; 2002, p. 411.

27  Id., 2002, p. 387. Sur les Comores et leurs réseaux avant le xviie siècle, voir P. Beaujard, 2012, II.

28  L.M. Devic, 1883, p. 103-104.

29  P. Vérin, 1988, p. 57.

30  R.L. Pouwels, 1984 ; p. 238 ; 2002, p. 409.

31  H. Wright, 1984 ; 1992.

32  La transformation du mode de vie des élites était également sensible sur toute la côte swahili (P. Beaujard, 2012, II, p. 314).

33  T. Vernet, 2005.

34  P. Beaujard, 2007, p. 82 ; H. Wright, 1992 ; C. Chanudet, 1991.

35  Un mythe très ancré dans les mémoires anjouanaises rapporte que le roi était marié à Sima, qui était alors sa capitale, et à Domoni. Ses deux femmes étant enceintes en même temps, il désigna par erreur son fils de Domoni comme successeur. En effet, l’enfant de Sima naquit le premier, mais le roi se trouvait à Domoni et ne reçut la nouvelle qu’après la naissance du deuxième enfant qui, de fait, lui succéda. Ce récit justifie plusieurs épisodes de violente rivalité entre les deux villes (interviews à Sima, 2010).

36  C. Chanudet, 1988.

37  M. Pauly, 2011. Le xviie siècle voit le développement d’autres villes de pierre comme Mzamboro, et d’un commerce d’escale dont des traces importantes ont été mises au jour dans la baie de Soulou près de Tsingoni (H.D. Liszkowski, 2002).

38  L’historiographie a montré le caractère fictif et diffusionniste de ces récits, qui ont fréquemment fonction de mythes de fondation. Voir A.E. Robinson, 1939 ; G.S.P. Freeman-Grenville, 1966 ; P. Ottino, 1978 ; J. de V. Allen, 1982 ; T. Spear, 1984 ; R.L. Pouwels, 1984 ; 2002 ; M. Horton, J. Middleton, 2000. Pour une réflexion récente sur la diffusion de ces mythes, voir C. Coret, 2013.

39  J. de V. Allen, 1982 ; R.L. Pouwels, 1984 ; M. Horton, J. Middleton, 2000. Voir aussi A.H.J. Prins, 1961 ; G.S.P. Freeman-Grenville, 1962 ; H.N. Chittick, 1965.

40  Chronique d’Anjouan par Saïd Ahmed Zaki, dans C. Allibert, 2000. Robineau signale une autre source convergente, avec cette variante que les shirazi viendraient en réalité de Bagdad (C. Robineau, 1966b), thème que l’on retrouve dans les mythes swahili. Voir aussi J. Martin, 1983a ; H. ben Saïd Mohammed, 2009.

41  Pour les établissements sur la côte somalie, voir H.N. Chittick, 1965.

42  Voir le récit cité plus haut sur la rivalité entre les deux villes.

43  Avec un arrière-petit-fils à la fin du xviie siècle, ils furent les deux seuls Al-Ahdal à régner.

44  H. ben Saïd Mohammed, 2009 ; Saïd Ahmed Zaki, dans C. Allibert, 2000.

45  Contrairement à ce qu’écrit B. Dubins, 1972, reprise par B.G. Martin, à savoir que, après un premier mariage d’un Bā ʿAlawī à Anjouan, les chérifs ne purent jamais succéder au trône.

46  Entretien avec H. Saïd Mohammed, 2013. Gendre d’Abdallah Ier al-Masela, cet Allaoui Ier al-Maduwa avait pris le pouvoir en profitant d’un voyage de son beau-père.

47  R.L. Pouwels, 1984, p. 240. Voir aussi J. de V. Allen, 1982, p. 18. Des sharifs se marièrent dans les grandes familles de tout l’archipel, notamment plus tardivement dans les matrilignages royaux de Ngazidja, où Ahmed dit Mwenye Mkuu (1813-1875) fut le premier roi à être fils de sharif. Mais c’est bien en tant que fils du matrilignage Matswa Pirusa qu’il régnait.

48  H. ben Saïd Mohammed, 2015, p. 60.

49  Manuscrits, British Museum (A. Molet-Sauvaget, 1994, p. 65 et suivantes).

50  Conservé à la Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits, ms. Arabe 549-Arabe 1165, il provient de la bibliothèque d’E. Renaudot, léguée en 1720 à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés.

51  F. Le Guennec-Coppens, 1997, p. 164.

52  A. Bujra, 1967 ; 1971 ; S. Camelin, 1997, p. 147-148, citant J.G. Hartley, 1961. Pour un exemple récent des migrations hadramies aux Comores et leurs effets sur la position sociale au pays d’origine, voir S. Camelin, F. Le Guennec-Coppens, S. Mery, 2002.

53  Les chérifs sont en effet surreprésentés au bout de ces circuits de migration (F. Le Guennec-Coppens, 1997, p. 164).

54  Appelés aussi bushmen dans les premiers travaux coloniaux (J. Repiquet, 1901), reposant sur l’hypothèse d’une origine austronésienne ou malgache de cette population qui maîtrisait bien l’élevage de bœufs (DrLafont, 1901).

55  C. Robineau, 1966a ; A. Sidi, 1998.

56  « Description de l’île de Madagascar et de l’île d’Anjouan par Jean Ovington », COACM, III, p. 462.

57  T. Vernet, 2009 ; 2015, p. 181-182.

58  COACM, II, p. 93.

59  T. Vernet, 2015, p. 182 ; C.G. Brouwer, 1991 ; 1992.

60  T. Vernet, 2015, p. 178, citant Purchas, Hakluytus Posthumus, 4, « Observations collected out of the Journall of sir Thomas Roe », p. 315-316.

61  Bien qu’ils soient moins beaux que ceux des Maldives, le bénéfice était de 200 %, d’après Voyage de Bengale. Relation de Matthieu de Gennes, 1743, ms. 11, Bibliothèque du port de Toulon (462 p.), cité par A. Lombard-Jourdan, 1980, p. 191. Sur place, certains achats se payaient en cauris, d’après un témoignage de 1743 confirmé en 1772 (J.H. Grose, 1772, cité par A. Moutailler, 1974, p. 169).

62  T. Vernet, 2005, p. 466.

63  L’écaille de tortue et le gingembre sont des produits mentionnés très tôt. Au xixe siècle, sera observé l’usage par les makabaila d’un produit de luxe, le musc. Les villageois wamatsaha savaient comment le prélever sur les nombreuses civettes de l’île (A. Clockers, 2011). Cette pratique a pu être influencée par les modes de vie arabes ou swahili, mais nous n’avons pas de trace d’une exportation d’Anjouan. Au xviie siècle, la civette était élevée sur l’île de Pate pour son musc (T. Vernet, 2005, p. 76-77).

64  T. Vernet, 2015, p. 186.

65  A. Molet-Sauvaget, 2000, p. 194.

66  T. Vernet, 2015, p. 189-191.

67  M. Newitt, 1983, p. 152.

68  A. Molet Sauvaget, 1995, p. 42-43. Fryer décrit des femmes (citadines mais de quel statut ?) aux bijoux de cuivre : elles ont « aux oreilles de faux bijoux, autour du cou et des poignets des bracelets de perles, de verre ou fil de cuivre, et aux doigts des bagues du même métal ».

69  A. Molet-Sauvaget, 1994, p. 37.

70  M. Newitt, 1983, p. 153.

71  Le village a été récemment relié par la route. Aussi inaccessibles, ceux d’Outsa et d’Uzini ont dû descendre dans la vallée sous le régime d’Ali Soilihi (1975-1978).

72 J. Martin, 1983, I, p. 143 et 325.

73  Dr Lafon, 1901, p. 165.

74  T. Vernet, 2004, p. 392 ; 2013, p. 288.

75  Reçu en paiement des vivres.

76  A. Moutailler, 1974, p. 171, citant un article que je n’ai pu identifier : B. Dubins, 1968, « Historical influences on Comoro islands », African Studies Bulletin, New York, p. 4. Voir aussi B. Dubins, 1972.

77  The Diaries of Streynsham Master (inspecteur de la Compagnie des Indes orientales), 1676, dans A. Molet-Sauvaget, 1994, p. 48.

78  M. Newitt, 1983 ; M. Ottenheimer, 1991.

79  T. Vernet, 2015, p. 171.

80  A. Molet-Sauvaget, 1994, p. 29, citant J.J. de Molet et de Lespinay.

81  Il s’agissait d’Abū Bakr b. ʿAlawī, du lignage al-Ahdal (H. ben Saïd Mohammed, 2015).

82  « Description de l’île de Madagascar et de l’île d’Anjouan par Jean Ovington », dans COACM, III, p. 462.

83  Plusieurs cartes du xviiie siècle, conservées à la Bibliothèque nationale de France, ne montrent que la côte de la baie de Mutsamudu au nord, certaines mentionnant encore quelques détails autour de Domoni (côte est).

84  J. Martin, 1983a, I, p. 92-93.

85  J. Martin, 1982, p. 119. L’Anjouanais Saïd Hamza el Masela (vers 1790-1856) a laissé des textes écrits en arabe, dont on a conservé la traduction française faite par un interprète colonial, et édités par Jean Martin (J. Martin, 1982).

86  Les commerçants d’origine indienne sont importateurs, grossistes et détaillants de produits manufacturés, notamment de tissus (E.A. Alpers, 1976, p. 22-44 ; S. Blanchy, 1995 ; P. Beaujard, 2012, II, p. 113-114). Des relations régulières des Comores (et de Madagascar) avec l’Inde sont avérées au xviie siècle, et les langues gujerati et hindi étaient comprises à Anjouan en 1636 (Peter Mundy, dans L. Molet, A. Sauvaget, 1968). À la fin du xixe siècle, les Indiens installés à Anjouan sont tous bohras (musulmans chiites septimains ismaéliens).

87  J. Martin, 1982, p. 120.

88  Entretiens avec A. Mamadaly, Mutsamudu, 2013.

89  A. Gevrey, 1870, p. 87.

90  Rapportée par J. Martin, 1968, p. 61.

91  J. Le Bron de Vexela, 1846, p. 55, cité par S. Sanchez, 2013, p. 427.

92  T. Vernet, 2005, p. 176 et suivantes.

93  M. Newitt, 1983, p. 150 ; S. Blanchy, 2013 ; 2005.

94  C. Allibert, 1988b, p. 19-22.

95  « Relâche à Mohely du capitaine Walter Peyton ayant à bord sir Thomas Roe ambassadeur d’Angleterre auprès du grand Mogol », dans COACM, II, p. 84.

96  COACM, II, p. 84.

97  T. Vernet, 2009, p. 42-49.

98  M. Newitt, 1983, p. 148. Des ruines de bâtiments de type entrepôts leur sont attribuées par la tradition orale.

99  Ibid., p. 148-150.

100  Lettre à la Compagnie, A. Molet-Sauvaget, 1995, p. 38.

101  Les esclaves y coûtaient « vingt réaux de huit la tête » (A. Molet-Sauvaget, 1995, p. 38).

102  Témoignage du R.P. Barreto, cité par H. Deschamps, 1972, p. 85. Ils étaient revendus par ces marchands quatre fois leur prix à Anjouan et vingt-cinq fois en Arabie.

103  Ovington en 1689, dans COACM, t. 3, p. 462 ; M. Newitt, 1983, p. 155.

104  J.C. Hébert, 1983, p. 8-9.

105  Escale de Peyton et Roe à Moheli, dans COACM, t. 2, p. 89 ; G.P.S. Freeman-Grenville, 1965, p. 129 ; J. Martin, 1983a, I, p. 395, n. 51.

106  Id., p. 393, n. 51. Les deux bricks arabes portant pavillon anglais arraisonnés à Anjouan en 1797 par un corsaire français détenaient 44 000 piastres et un bon lot de défenses d’éléphants (J.C. Hébert, 1983-1984, p. 254).

107  Témoignage du marin W. Jones en 1807, J.C. Hébert, 1983, p. 40, n. 23.

108  Témoignage d’un commandant anglais, J. Martin, 1983a, I, p. 392 ; COACM, t. 3, p. 590.

109  S. Ayache, J. Valette, 1963. Pour des évaluations chiffrées, P. Larson, 1997.

110  J.-C. Hébert, 1983 ; A. Moutailler, 1974, p. 204.

111  E.A. Alpers, 1977.

112  Id., p. 41, et J.C. Hébert, 1883-1884, p. 269, d’après les archives portugaises, Biblioteca Nacional, Lisbonne, fonds général, Códice 8470.

113  India Office Records, Londres, cités par J. Martin, 1983a, I, p. 414, n. 48.

114  E.A. Alpers, 2001, p. 74-75.

115  L. Bonate, 2006, p. 164, n. 5.

116  Ibid., p. 142 et 164, n. 6.

117  Ibid., 2006, p. 142.

118  B.G. Martin, 1974, p. 382. Le texte, note B.G. Martin, est en arabe incorrect.

119  A.H. Al-Saqqaf, 2001, p. 171.

120  E.A. Alpers, 2001 ; 2009.

121  Manuscrit de Saïd Bakari, 1896, traduit et publié dans M. Ahmed-Chamanga, N. Gueunier, 1979, p. 621-655.

122  V. Forest, 2002, p. 109.

123  Des contacts entre Vumba Kuu et Anjouan sont attestés à la fin du xviie siècle, puis avec Ngazidja quelques années plus tard (A.C. Hollis, 1900). Marchands, ou savants et saints réputés pour leur baraka, les sharifs circulent en tous sens : un al-Masīla Bā ʿAlawī des Comores est demandé à Zanzibar en 1705 pour arrêter une épidémie, puis à Vumba Kuu, où le sultan le marie à sa fille. Leur fils Diwan Rugha (m. 1742) fut le dīwān de Wasini et un gros marchand d’esclaves et d’ivoire (B.G. Martin, 1974, p. 386-387 ; A.E. Robinson, 1939).

124  B.G. Martin, 1974, p. 386.

125  Des représentants du Markaz al-nūr li-l-dirāsāt wa-l-abhāt (Centre Lumière pour les études et les recherches) de Tarim, qui sauvegardent des manuscrits remis par des particuliers et des bibliothèques de ribat-s, entrés en contact avec H. Saïd Mohammed, visitèrent récemment ce tombeau à Domoni (CEFAS, 2006). Près du tombeau, la mosquée dite « de la madrasa » portait en 1960 une inscription indiquant sa réfection en 975H/1567 sous le règne du sultan Ahmad (G.S.P. Freeman-Grenville, B.G. Martin, 1973, p 122).

126  H. ben Saïd Mohammed, 2015, p. 79-84.

127  Citons parmi eux Ahmed b. Saïd Ali, Saïd Ahmed Zaki et son fils Saïd Kaabi, et le shaykh Ahmed Affande, dont les biographies détaillées permettraient une bonne étude prosopographique.

128  E.A. Alpers, 2001, p. 76.

129  A.K. Bang, 2003, p. 35-46.

130  A.H.M. El Zein, 1974, p. 117 et suivantes.

131  E.A. Alpers, 2001, p. 79.

132 Ibid., p. 86 ; A.K. Bang, 2014. Saïd Hamza (Al Masela), Anjouanais auteur du manuscrit cité plus haut (J. Martin, 1982), s’installe au Mozambique lors de son exil dans la première moitié du xixe siècle.

133  G.W. Clendennen, P.M. Nottingham, 2000.

134  Ce bel emplacement de Pomoni avait d’abord été donné en 1829 à Ramanetaka, prince merina des Hautes Terres malgaches réfugié à Anjouan, qui l’avait cultivé avec 200 soldats sakalava avant d’aller s’imposer comme sultan à Mohéli en 1832 (J. Martin, 1983, I, p. 127).

135  G.W. Clendennen, P.M. Nottingham, 2000. Livingston prend à quatre reprises des volontaires à Anjouan, dont vingt-cinq en 1865.

136  Benjamin Wilson, chirurgien à bord d’un baleinier américain (E.A. Alpers, M. Hopper, 2008 ; J. Martin, 1983a, II, p. 10-12).

137  Il meurt en 1920 sans héritier.

138  ANOM (Archives nationales d’outre-mer), Mad GGM 6 (8) D 18. Note de Rambaud, résident d’Anjouan en 1912. J. Repiquet, 1901, parle de 70 t./an.

139  ANOM, FM, sg, MAD//272/611. Lettre du sultan en 1890 sur les dettes de son frère.

140  De nombreuses versions de ce conflit figurent dans les lettres des protagonistes conservées aux Archives nationales d’outre-mer.

141  Malgré l’absence d’équivalence entre ce statut foncier et celui des terres supposées appartenir au sultanat.

142  Entretien avec Ahmed Ali Macsoudy, Bambao, 2013.

143  Mais les héritiers de Saïd Ali ne cessèrent de réclamer Maharani, qui leur fut restitué en 1917 ; l’illégalité de cette transaction était reconnue par les services dès les années 1912 (ANOM (Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence), Mad GGM 6 (8) D 18).

144  ANOM, Mad GGM 6 (8) D 18.

145  Sa production cessera vers 1967 aux Comores.

146  Puis en 1960 à d’autres plantes à parfum et, dans les années 1970, au girofle qui reste aujourd’hui la production la moins onéreuse (A. Sidi, 1983).

147  J. Martin, 1983a, II, p. 215.

148  ANOM, Mad GGM D6(8) 13.

149  Saïd Ahmed Zaki, dans sa chronique (C. Allibert, 2000), fait remonter l’introduction de cette fonction au règne de sultan Îdarûs Al-Ahdal qu’il date du xvie siècle.

150  M. Ibrahime, 2000, p. 47. Il n’y eut, du côté de l’administration européenne aux Comores, que deux gouverneurs stricto sensu, de 1887 à 1896 et de 1899 à 1908, puis ce fut des « administrateurs supérieurs » (A. Chacourou, 1992).

151  Saïd Ahmed Zaki b. Abdallah « Diamond » d’Anjouan, à ne pas confondre avec Saïd Ahmed Zaki b. Saïd Ali de Ngazidja.

152  Par exemple, dans un certificat de non-condamnation du 30 avril 1927 (Archives du CNDRS, Mutsamudu, ACA 53).

153  ANOM, GGM 6 (8) D21.

154  L’administrateur de Mayotte et dépendances demande en avril 1909 au gouverneur général de Madagascar de limiter le cadi Saʿīd Jaʿfar aux postes de « chef de canton » et « cadi du canton de Mutsamudu », alors qu’il était « jusqu’il y a peu gouverneur de l’île entière », ayant autorité sur les deux autres cadis de l’île (ANOM, Mad GGM D6).

155  ANOM, Mad GGM 6 (8) D6, Lettre de Saïdina au gouverneur général de Madagascar le 15 juin 1909.

156  ANOM, Mad GGM 6 (8) D6. Il aurait, selon les versions, décliné cette offre, ou abandonné rapidement le poste pour des raisons inconnues.

157  ANOM, Mad GGM D6(8)7, dans une lettre de son fils annonçant son décès en 1938.

158  Auteur de la traduction en arabe du panégyrique de Saʿīd b. Šayḫ al-Maʿrūf, rédigée tout d’abord en anjouanais (version française éditée par P. Guy et al., 1949).

159  Jalousé par un beau-frère du sultan qui voulait sa place, le cadi Jaʿfar, ancien ministre du sultan, est aussi victime d’une cabale de la part de la faction anjouanaise installée à Nosy Be, notamment un oncle du sultan Muḥammad Sīdī b. Saʿīd ʿUmar, et le frère agnatique du sultan, Saïdina, « gouverneur principal de 1re classe » de la « province de Nosy Be ». Une commerçante apporte les courriers lors de ses va-et-vient entre Anjouan et Nosy Be (ANOM, Mad GGM D6 (8) 13, lettre de l’administrateur adjoint Théron, résident à Anjouan, à Mayotte et dépendances, 15 mars 1909).

160  ANOM, Mad GGM D6 (8) D 27.

161  ANOM, Mad GGM D6(8)7.

162  Entretien avec H. Saïd Mohammed, 2012.

163  Cette exemption restait dérogatoire. Les Indiens, sujets britanniques, étaient quant à eux compris dans le statut d’« Européens et assimilés ».

164  L’Ordre royal de l’étoile d’Anjouan avait été établi en 1874 par le sultan Saʿīd ʿAbdallāh III, réorganisé par le sultan Saʿīd ʿUmar en 1892, puis absorbé comme ordre colonial français en 1896. L’Ordre de l’étoile des Comores ou « Ordre de Saʿīd ʿAlī » fut créé par le sultan du même nom à Ngazidja. L’Ordre de l’étoile de Mohéli aurait été créé en 1851 par la reine Djumbe Fatima et réorganisé en 1888 par le prince Maḥmūd Saʿīd Muḥammad. Nouvelle réappropriation par les Comoriens organisés en îles autonomes, en 2003 le président de l’île de Mohéli rétablit cet ordre par décret, et une Française, descendant de la dernière reine de Mohéli et menant des projets de développement aux Comores, en fut décorée (La Lettre de l’océan Indien, 1053, 02-08-2003).

165  Sīdī Muḥammad, qui officiellement ne serait plus sultan l’année suivante avec l’annexion des îles.

166  5 762 ha dans la région de Bambao, 2 583 ha à Patsy, 6 068 ha à Pomoni.

167  A. Sidi, 1983.

168  A. Sidi, 1998, p. 220, n. 1.

169  Les commerçants indiens bohras d’Anjouan ont dû eux aussi s’adapter à la présence coloniale. D’abord sujets protégés britanniques, ils font partie de la catégorie « Européens et assimilés » et ne sont pas soumis comme les habitants comoriens au régime de l’indigénat. En 1924, ils sont 25 familles, pour 42 familles européennes (Archives du CNDRS, Mutsamudu, ACA 32). Réduits aujourd’hui à deux familles et une quinzaine de résidents, les derniers bohras d’Anjouan relocalisent leur réseau familial et d’affaires à Mayotte, La Réunion et la France métropolitaine.

170  Les héritiers de Maharani avaient fini par récupérer le domaine en 1917.

171  Entretien avec Amir Mamadaly, Mutsamudu, 2012. Les premiers alambics marchaient au gazole, bon marché avant la crise du pétrole, et depuis, au bois, ce qui aggrave le déboisement et le manque d’eau dans l’île.

172  A. Sidi, 1983.

173  Sur les rituels des wamatsaha d’Anjouan, voir J.C. Hébert, 1960 ; D. Nissoiti, 1983 ; A. Bourhane, 2004. Sur les rituels à Ngazidja, S. Blanchy, 2010a et b.

174  Citons cependant E.A. Alpers, 1975 ; 2001 ; 2003 ; E.A. Alpers, M. Hopper, 2008 ; C. Allibert, 1988b ; J. Martin, 1973 ; 1976 ; 1983a et b ; 1985 ; G. Shepherd, 1980 ; T. Vernet, 2006 ; S. Blanchy, 2013 ; S. Yahaya, 2013 ; et pour Anjouan particulièrement, C. Robineau, 1966a et 1966b ; A. Sidi, 1998 ; 2000. Sur les engagés aux Comores, M. Didierjean, 2013.

175  Voir des travaux universitaires non publiés, comme A. Bourhane, 2004 ; A.T. Ibouroi, 2014. Voir aussi A. Sidi, 2000 ; S. Blanchy, 2005 ; N. Gueunier, 2003.

176  Les archives, dont l’essentiel sont aux ANOM, sont encore dispersées entre des fonds publics français et comoriens, et des fonds privés.

177  Par ex. la famille Boyer (interview de Charles Boyer, Mutsamudu, 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : L’océan Indien
Crédits Réalisation J. Louvet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte 2 : L’Afrique orientale et Madagascar, xviie-xxe siècle
Crédits Réalisation J. Louvet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 3 : L’archipel des Comores de nos jours
Crédits Réalisation J. Louvet
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 4 : L’île d’Anjouan de nos jours
Crédits Réalisation J. Louvet, d’après P. Verin, R. Battistini, 1987, p. 19.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 1 : Reste du mihrab à motifs cordés de la mosquée de Sima
Crédits Sophie Blanchy, 2010.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photo 2 : Mihrab à motifs cordés de la mosquée dite shirazi de Domoni
Crédits Sophie Blanchy, 2010.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo 3. Plafond décoré et niches murales du palais de Domoni
Crédits Sophie Blanchy, 2013.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 4 : Niches murales du palais de Domoni
Crédits Sophie Blanchy, 2013.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photo 5 : Palais de Domoni
Crédits Sophie Blanchy, 2013.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Photo 6 : Minaret de la mosquée de Mutsamudu
Crédits Sophie Blanchy, 2013.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Photo 7 : Mausolée de Saʿīd ʿAqil et de sa fille, Mutsamudu
Légende Au deuxième plan, le palais des sultans Al-Maduwa restauré et la véranda de l’étage de la mosquée.
Crédits Sophie Blanchy, 2012.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Photo 8. Plafonds décorés du palais des sultans Al-Maduwa de Mutsamudu
Crédits Sophie Blanchy, 2012.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo 9 : Citadelle de Mutsamudu et ses canons
Crédits Sophie Blanchy, 2012.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo 10 : Vue sur le port et la mosquée depuis la citadelle de Mutsamudu
Crédits Sophie Blanchy, 2012.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Photo 11 : Types de navires aux Comores à la fin du xixe siècle
Légende Boutres dans le port de Moroni.
Crédits Cl. H. Pobéguin, 1898.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo 12 : Saïd Ali et son frère Abdallah III
Légende Tableau d’après photos, collection de la famille.
Crédits Sophie Blanchy, 2013.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Photo 13 : Le palais du sultan à Bambao
Crédits Sophie Blanchy, 2012.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo 14 : Sidi Ben Abderemane
Légende Anjouanais, chérif, marié à Mutsamudu et à Moroni, officier de l’Ordre royal d’Anjouan.
Crédits Cl. H. Pobéguin, 1898.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photo 15. Saïd Kaabi158 b. Saïd Ahmed Zaki
Légende Cadi d’Anjouan, et ses filles, années 1950, Mutsamudu, Anjouan.
Crédits Collection de la famille.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/1817/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Blanchy, « Anjouan (Comores), un nœud dans les réseaux de l’océan Indien. Émergence et rôle d’une société urbaine lettrée et marchande (XVIIe-XXe siècle) », Afriques [En ligne], 06 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://afriques.revues.org/1817 ; DOI : 10.4000/afriques.1817

Haut de page

Auteur

Sophie Blanchy

Directeur de recherche CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org