Navigation – Plan du site

Introduction : L’écrit pragmatique en Afrique

Introduction: Pragmatic Literacy in Africa
Anaïs Wion, Sébastien Barret et Aïssatou Mbodj-Pouye
Traduction(s) :
Introduction: Pragmatic literacy in Africa

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour n’en citer qu’une, voir l’impressionnante synthèse intellectuelle et historiographique de P. (...)
  • 2  Sur ce nécessaire travail réflexif interrogeant les méthodes mises en œuvre dans le travail d’édit (...)
  • 3  Voir J.-L. Triaud, 2012, pour une analyse critique de cet engouement académique, médiatique et fin (...)
  • 4  E. g. G. Krätli, G. Lydon, 2011.
  • 5  P.F. de Moraes Farias, 2003.
  • 6  M. Kropp, 2011.

1L’« écrit » constitue un objet de recherche autant qu’un point d’entrée pour l’analyse des sociétés et de leurs dynamiques historiques. L’état des recherches et des réflexions est particulièrement riche et foisonnant, notamment en ce qui concerne les historiographies occidentales1. Qu’en est-il plus particulièrement des travaux sur les pratiques d’écriture et leurs usages sur le continent africain pour les périodes anciennes et modernes (hors du champ des productions écrites coloniales) ? À un moment où les renouveaux historiographiques ont largement permis de repenser les objets de l’histoire, comment des méthodes classiques et venues d’horizons disciplinaires divers (histoire médiévale et sciences dites auxiliaires, anthropologie et sociologie, linguistique) ont-elles – ou n’ont-elles pas – modifié le regard porté sur les usages de l’écrit en Afrique ? L’étude de l’écrit en Afrique, lorsqu’il est produit avant la période coloniale, connaît deux mutations épistémologiques majeures. Tout d’abord, elle semble sortir de l’emprise d’une tradition érudite et orientaliste, traduisant et éditant l’arabe classique, l’hébreu ou encore le guèze, et pour laquelle le texte a une valeur en soi, son étude ne débouchant pas en premier lieu sur une analyse historienne problématisée. Il a fallu effectivement, au cours des xixe et xxe siècles, découvrir les textes, les comprendre, les contextualiser, les rendre disponibles, pour ensuite, une fois l’effet de masse obtenu, les analyser2. Ensuite, notre connaissance des corpus de textes s’étend. C’est d'abord le fait de la mise au jour de nouveaux ensembles. On pense à l’engouement de ces dernières décennies pour les « manuscrits de Tombouctou3 ». Des progrès ont été faits dans la compréhension des cultures matérielles de l’écrit, par exemple en ce qui concerne le marché trans-saharien du livre4. Certains travaux de longue haleine permettent de renouveler les typologies documentaires, tels ceux de Paulo Fernando de Moraes Farias sur les chroniques et les inscriptions épigraphiques maliennes5 ou ceux de Manfred Kropp sur les recueils administratifs de la cour éthiopienne6. C’est ensuite grâce à la poursuite d’un patient travail de compréhension de corpus complexes – comme ceux conservés dans la genizah du Caire. Enfin, la numérisation croissante des textes manuscrits ainsi que leur mise à disposition permettent un accès facilité à la documentation. Sans prétendre donc embrasser le très vaste ensemble des phénomènes scripturaires africains anciens, ce dossier d’Afriques rassemble des contributions qui reposent sur l’analyse d’une variété de textes qu’il nous a paru pertinent de réunir sous la dénomination d’« écrit pragmatique ».

2Cinq articles, dans lesquels les sources sont presque toujours à l’origine de la problématique développée, sont rassemblés ici. Les écrits pragmatiques, de nature variée, sont au cœur de l’interrogation des historien(ne)s ayant joué le jeu de cette enquête. Leur documentation est intensément travaillée, les documents sont souvent édités et/ou traduits, et si chaque étude propose ses propres cadres analytiques et ses résultats, chacune pose des bases solides pour des études ultérieures. Ces cinq articles sont organisés en deux grandes sections. La première rassemble les cas dans lesquels les écrits sont conçus afin de circuler, étant des instruments permettant de construire des réseaux de pouvoir ou de les solidifier, de contrôler des territoires et d’assurer la légitimité des instances qui les produisent. La seconde section concerne les cas dans lesquels l’écrit pragmatique est au contraire rassemblé par une institution qui produit, enregistre et/ou conserve des corpus qu’elle constitue. Registres de tribunaux rabbiniques, documents fonciers familiaux du Dar Fur, ces documents ont pour vocation de faire masse, leur légitimité vient en partie de leur mise en archive. Mais que les écrits obéissent à une vocation centripète et qu’on en retrouve ainsi des traces, parfois intertextuelles, dans de multiples endroits, ou bien qu’au contraire ils se constituent en corpus dans une même chambre d’enregistrement, ils sont tous susceptibles d’avoir été copiés et donc d’avoir parcouru des itinéraires physiques, hiérarchiques, symboliques.

L’écrit pragmatique : une définition de travail

  • 7  Signalons que les formules existant dans d’autres espaces linguistiques recourent, pour les notion (...)
  • 8  De nombreux corpus proche-orientaux et asiatiques sont quant à eux identifiés, édités, analysés (v (...)

3Revenons alors à l’expression « écrit pragmatique ». Y avoir recours est l’une des façons, pour les historiens, d’identifier un registre d’écriture lié à l’exercice des fonctions administratives et juridiques. D’autres expressions existent, délimitant des corpus qui ne sont pas tous strictement coextensifs : « écrit documentaire », « sources de la pratique », « documents légaux7 »… Au-delà de ces variations, l’objectif commun de ces désignations est de mettre en lumière un ensemble d’écrits qui ont mis du temps à émerger comme catégorie digne d’intérêt en elle-même, quand l’attention se focalisait sur des textes plus immédiatement identifiables comme religieux ou littéraires. Les écrits pragmatiques étaient alors avant tout considérés comme transmetteurs d’informations et faisaient l’objet d’une critique étroitement liée à leur appartenance à telle ou telle catégorie fonctionnelle (document de chancellerie, acte notarié…). La plasticité de cette catégorie peut avoir freiné son utilisation comme concept opératoire et ainsi fait obstacle au repérage des textes. Les documents divers réunis dans ce dossier illustrent cette plasticité, puisque certains tiennent de la poésie et de l’éloge, de la prophétie ou encore de l’hagiographie. Aussi, dans un contexte documentaire moins étoffé et moins travaillé que les contextes médiévaux occidentaux, il n’est pas étonnant que la catégorie d’« écrit pragmatique » n’ait pas suscité le travail de critique textuelle systématique qui existe dans les traditions érudites non africanistes8.

  • 9  D. Fabre, 1993 ; K. Barber, 2006, 2007.
  • 10  Voir les contributions historiennes à K. Barber, 2006.
  • 11  P. Bertrand, 2015.

4Sur des terrains contemporains, d’autres disciplines comme l’anthropologie et la sociologie proposent d’aller au-delà des pôles institutionnels de production de l’écrit pour considérer des usages « ordinaires » ou « quotidiens », un domaine identifié cette fois par la non-spécialisation des producteurs et la diffusion de l’alphabétisation et des pratiques de l’écrit9. Si cette désignation est également reprise par des historiens, en Afrique pour la période coloniale et au-delà10 ou en Europe dès la fin du Moyen Âge11, l’application de ces catégories aux sociétés considérées par les articles réunis ici, où l’écrit n’est manié que par une minorité, est peu pertinente. Rien d’ordinaire en effet dans la maîtrise par l’écrit d’enjeux économiques, politiques, sociaux, juridiques, mémoriels tels que ceux présentés dans chacun des articles réunis ici.

  • 12  Même si des travaux comparatistes émergent, notamment avec l’Asie comme R. H. Britnell, 1997, ou a (...)
  • 13  É. Anheim, P. Chastang, 2009, p. 3.

5Même si la diversité des textes et des situations présentés dans ce dossier rend périlleux le projet de proposer une définition de l’écrit pragmatique valable pour tous, la reprise de cette catégorie nous a semblé opératoire pour deux raisons. D’une part, elle permet d’analyser ensemble un large spectre documentaire, dans des situations où l’écrit qui administre, gère ou agit politiquement peut être matériellement, discursivement et symboliquement lié à l’écrit religieux ou littéraire ; elle évite ainsi d’appliquer des catégories anachroniques ou inadaptées à nos corpus et situations d’écriture. D’autre part, elle inscrit les terrains africains dans une perspective comparatiste, en autorisant quand cela s’avère pertinent à convoquer les acquis théoriques et méthodologiques de plusieurs décennies de travaux dans le domaine, sur des terrains principalement européens12. Il s’agit donc, pour reprendre une distinction proposée par Helen Lacey, d’utiliser « [le] mot “pragmatique” pour définir une méthodologie, une manière de penser à propos de toute une série de textes, plutôt que de définir un genre particulier ». Cette manière de penser les documents retient du terme « pragmatique » un questionnement sur le « rapport que chaque écrit entretient spécifiquement avec l’action dans le monde13 ».

Autorité et pouvoir de l’écrit

  • 14  Voir notamment J. Goody, 1968, 1979, 1994.
  • 15  M. Clanchy, 19791, 20133.
  • 16  Dans sa réflexion sur le pouvoir, l’article de G. Ruffini s’appuie notamment sur J. Goody, 1986. M (...)
  • 17  N. Besnier, 1995 ; voir B. Fraenkel, A. Mbodj, 2010.

6Dans cette perspective, une des thématiques transversales du dossier est celle du lien entre pouvoir et écriture. Notons d’abord qu’il s’agit là d’un questionnement classique des travaux sur l’écriture, où les allers-retours disciplinaires, entre histoire et anthropologie notamment, sont particulièrement marqués. En témoigne la référence partagée à Jack Goody, anthropologue qui débute son travail de terrain dans les années 1950 dans le nord de l’actuel Ghana et dont les travaux ultérieurs s’appuient sur des études historiques et archéologiques pour analyser les enjeux sociaux et cognitifs de l’émergence et des développements de l’écriture14. Les thèses de Goody sont ainsi mobilisées par le médiéviste Michael Clanchy, qui a fait pénétrer ses problématiques dans la conscience scientifique des historiens du Moyen Âge occidental et les a incités à de nombreuses réflexions sur le rôle de l’écrit dans la structuration des sociétés de l’Europe médiévale15. On peut signaler ici que les articles de notre dossier ne s’engagent qu’indirectement dans les débats vifs qui ont marqué la postérité des travaux de Goody16. Mais, de par leur approche centrée sur des situations d’écriture singulières, ils s’inscrivent bien dans les perspectives qui ont insisté sur une nécessaire contextualisation d’éventuels effets de l’écriture et qui ont refusé une approche fonctionnelle de l’écriture. Si besoin était de relire en histoire les thèses de J. Goody au prisme d’analyses situées, comme l’ont fait depuis longtemps les anthropologues17, cette documentation en offre toute latitude.

  • 18  Pour une mise au point efficace sur la question du pouvoir de l’écriture, voir J. Morsel, 2000. Il (...)

7Indépendamment de leurs partis pris théoriques, on constate en effet, à lire ces textes, que la question du pouvoir de l’écrit n’est jamais renvoyée à une fascination de populations peu lettrées pour la chose écrite ou le geste d’écriture, mais repose toujours sur une articulation entre écriture et pouvoir. Celle-ci met en jeu trois dimensions : des lieux de production et de mise en circulation des documents institutionnalisés et proches du pouvoir politique ou religieux ; des infrastructures matérielles et textuelles qui constituent des espaces de référence et éventuellement de circulation des écrits ; des groupes lettrés, socialement identifiés et dont les contours dépendent d’un contexte local d’acquisition et de transmission des compétences lettrées18. Chaque article nous présente des configurations différentes du jeu entre ces trois dimensions.

8Ainsi, l’écrit peut être mobilisé pour légitimer un pouvoir institutionnel : c’est le cas dans les articles de Habtamu Mengistie Tegegne (pouvoir religieux) et M. Nobili (pouvoir politique). Mais, à chaque fois, ce qui fait autorité est différent. Dans le cas du califat de Hamdallahi décrit par M. Nobili, le phénomène comporte deux étapes. La première réside dans une construction textuelle et l’accrochage à une généalogie historique via une prophétie (de l’oral dans l’écrit) ; la deuxième est la mise en circulation de ce texte via les réseaux d’un gouvernement dont l’auteur démontre qu’il s’appuyait largement sur l’écrit. Dans le cas des monastères éthiopiens du Goǧǧām décrits par Habtamu Mengistie Tegegne, les ressources narratives et symboliques de l’hagiographie sont mobilisées pour construire une antériorité historique fictive, générant un contentieux, puis validée par des lettres impériales.

9L’analyse de Giovanni Ruffini tourne tout entière autour de l’emploi de l’écrit dans la Nubie médiévale comme outil à produire du pouvoir, l’encadrant, le diffusant et le créant à divers niveaux. Évoquant les questions foncières, il met en lumière les enjeux de pouvoir et de prestige qu’elles impliquent, en portant une attention particulière aux listes de témoins et aux festins cérémoniels, montrant ainsi la dimension sociale de l’acte, son aspect événementiel. Il n’est jusqu’aux comptabilités qui ne puissent servir à illustrer la puissance qui les entoure.

10L’étude de George Michael La Rue sur le Dar Fur au xviiie-xixe siècle illustre de complexes relations de pouvoir nouées autour de la terre, en mettant au jour la mutation des statuts fonciers et des documents témoignant de transferts de propriété, qui obéissent à des stratégies matrimoniales non explicitées par les documents eux-mêmes, mais dont la tradition orale porte la mémoire.

11Et c’est également bien de pouvoir qu’il est question autour des registres dans lesquels les communautés juives abordées par Judith Schlanger conservent la trace de leurs actions juridiques. Cette auteure montre en effet que les tribunaux rabbiniques, dès l’époque fatimide en milieu urbain, prennent progressivement le contrôle et le monopole de l’établissement d’actes légaux, privant les individus du droit d’établir des actes « sous seing privé » ou de passer des accords oraux. L’alliance entre une structuration institutionnelle et l’autorité de l’écrit est ici pleinement visible. Dans le cas des tribunaux rabbiniques du Caire, cela s’accompagne d’un souci d’enregistrement puis d’archivage. C’est de plus une institution centralisatrice puisqu’on y trouve des registres provenant de Syrie ou de Jérusalem.

  • 19  Le débat entre une théorie générale des effets de l’écriture telle que celle de Goody et ses criti (...)
  • 20  A.-M. Eddé, B.-M. Tock, 2009, p. 380.

12Ce dossier aborde aussi la question de la mémoire et de la portée politique de l’inscription d’une situation ou d’un acte, de la légitimité d’une autorité afin qu’elle soit mémoire du présent pour le futur. C’est l’une des qualités communes de l’écrit que sa potentialité19 à se porter dans l’avenir, de témoigner, de permettre de se souvenir ou de faire preuve. Le lien entre les époques est renversé dans le cas des prophéties, puisqu’il s’agit alors d’ancrer une quête de légitimité dans un passé reconstruit, l’écrit étant bien ce qui permet de lier les deux rives du temps. Il y a ainsi une double autorité des documents : lors de sa genèse, c’est l’autorité qui fonde l’écrit, puis, lors de son utilisation, c’est ce dernier qui octroie l’autorité20.

  • 21  Restricted literacy, selon la formule de Goody, 1968.
  • 22  Dans la lignée de D. Bondarev, 2010, par exemple.

13Du point de vue linguistique, les situations présentées se caractérisent toutes par une alphabétisation limitée et un contexte de diglossie, la langue de l’écrit (arabe classique, guèze, hébreu, nubien ancien) étant rarement l’une des langues véhiculaires parlées par les populations au sein desquelles sont produits et circulent ces écrits. Cependant, loin de former un paysage unifié de formes restreintes d’usages de l’écrit21, elles dessinent une gamme de situations variées. Si l’emprise du nubien médiéval au sein de la société qui l’employait est difficile à qualifier, d’autres cas de figure laissent percevoir les tensions linguistiques à l’œuvre tout autant que les phénomènes d’emprunt (signes de transferts de biens et d’échanges culturels) et les processus de régionalisation (signes d’une appropriation des outils scripturaires par leurs acteurs). Nous ne pouvons qu’appeler de nos vœux l’intensification de travaux de sociolinguistique historique sur ces différents contextes22.

Espaces sociaux et topographie de l’écrit

14L’écrit est une forme et un moyen de la communication. Comme tel, il ne renseigne pas qu’avec les informations qu’il porte ; il trace également de véritables topographies, géographiques et sociales, et permet de mettre au jour réseaux et structures inscrits dans l’espace social autant que dans l’espace physique. Or, quoi de plus situé, de plus ancré dans son contexte de production et d’utilisation géographique et social que l’écrit pragmatique ?

15L’article de George Michael La Rue en est peut-être l’exemple le plus évident – ne s’agit-il pas de suivre les frontières des possessions concernées ? Cette documentation concernant des biens fonciers s’illustre par un fort aspect topographique, ici fondé sur le témoignage et sur le relevé de limites microtopographiques, d’arbre en arbre et d’arbres en ruisseaux et en rivières. Mais cela va au point que des termes spéciaux sont utilisés pour désigner les voisins, ceux qui ont leurs possessions en bordure du bien dont il faut assurer la délimitation. Pareillement, les conflits et leur résolution mettent en scène plusieurs lignages, plusieurs générations, et des cercles sociaux de plus en plus considérables au fur et à mesure que la querelle quitte l’échelon local pour arriver à la cour du sultan. De plus, comme le montre bien l’auteur, la fixation par écrit implique la sollicitation de réseaux bien plus larges que ne pourrait le laisser penser la seule lecture des textes, et que seul le contexte, encore documenté un siècle plus tard par les enquêtes orales, permettait de comprendre.

  • 23  M. Gravel, 2012.
  • 24  G. Lydon, 2009.

16L’un des premiers sujets abordés par l’article de Giovanni Ruffini est celui du contrôle de la périphérie par le centre au moyen des décrets royaux, avant de retracer les « réseaux de communication et de pouvoir » que forment les lettres des officiers royaux, mettant en relation différents nœuds de l’exercice de ce même pouvoir et en renforçant chaque étape. Une comparaison avec l’analyse menée par Martin Gravel23, sur la communication des rois mérovingiens et leur gestion des distances pour contrôler et construire l’espace politique et économique, serait probablement fructueuse étant donné la similarité apparente des contextes et de la documentation. Les travaux de G. Lydon sur les réseaux marchands sahéliens24 sont issus de cette même dynamique d’analyse, questionnant les moyens de communication mis en œuvre, en lien avec la constitution de réseaux aux fonctionnalités multiples. C’est plus particulièrement l’espace social de la production documentaire et de son utilisation qui est évoqué par Judith Schlanger, autour des transcriptions de transactions dans les registres des tribunaux rabbiniques, dont les restes ont abouti à la genizah du Caire. Cette étude montre à la fois les marqueurs identitaires et les porosités entre les cultures administratives juives et musulmanes qui se développent de concert avec l’urbanisation croissante.

17D’intéressante manière, les cas de falsifications de textes rapportés par Habtamu Mengistie Tegegne et Mauro Nobili ont aussi leurs aspects spatiaux. À l’occasion de la controverse de préséance née entre les monastères voisins de Dimā et Martula Māryām, c’est vers une église ancienne du nord du pays, dans le Tigray, berceau du christianisme éthiopien, que l’on se tourne pour aller chercher les racines narratives permettant d’étayer la controverse. Puis la validation de ce montage textuel se fait dans le Shawā, là où siège désormais le pouvoir impérial. Enfin, les lettres impériales actant l’issue de la controverse retournent dans la province du Goǧǧām où sont situés les monastères voisins qui s’affrontent. Cette triangulation spatiale et institutionnelle rend opérantes les opérations scripturaires. Le Risāla étudié par Mauro Nobili prend la forme d’une lettre circulaire, en deux versions, destinée au moins en principe à couvrir un large espace – ce qui est confirmé par sa tradition manuscrite encore abondante. Ce texte, une prophétie forgée insérée dans le contexte textuel plus large du Tārīkh al-Fattāsh, cherche également à établir la légitimité d’Aḥmad Lobbo sur un territoire. C’est bien pour cela que sa diffusion a suivi les circuits administratifs et que les autorités locales ont reçu pour instruction de faire effectuer des copies du texte.

18Ces contributions montrent donc que l’écrit peut aussi bien servir à former un maillage de l’espace, à occuper celui-ci, qu’il soit topographique ou social, qu’à le représenter, voire le mettre en scène. L’écrit peut ainsi non seulement suivre certaines topographies, mais aussi, pour ainsi dire, les encapsuler. C’est, dans ce cas, fortement symbolique ; mais cela peut aussi être un objectif concret de la mise par écrit, comme dans le cas des enquêtes sur les limites des terrains évoquées par George Michael La Rue. Les buts immédiats de la fixation ne sont pas les mêmes, mais leurs effets symboliques ne s’en produisent pas moins : et c’est ainsi que, après enquête et intervention de « ceux des frontières », les topographies physiques et, avec elles, sans doute un peu des stratigraphies sociales se fixent dans l’écrit.

  • 25  P. Bertrand, 2015, p. 244-247, et plus largement p. 243-291.

19Il est, finalement, presque plus attendu de voir se développer toute la palette que décrit Giovanni Ruffini. Elle est particulièrement révélatrice des différents cercles, souvent interconnectés, qui sont ceux de l’usage de l’écrit par un pouvoir central, en l’occurrence. Paul Bertrand proposait récemment, dans un tout autre contexte, d’ajouter à l’idée de chaîne de l’écrit celle de réseau d’écriture ou réseau documentaire25 ; il semble que cette idée soit également valable dans les cas ici traités.

  • 26  B. Stock, 1983, 19962, l’auteur décrit les « communauté textuelles » comme des groupements sociaux (...)
  • 27  K. Barber, 2006 ; É. Ficquet, A. Mbodj-Pouye, 2009 ; C. Lefebvre, 2015.
  • 28  En 2005 paraissaient les actes d’un colloque déjà ancien (1993), sous la direction de Donald Crumm (...)
  • 29  Pour les périodes coloniale et ultérieure, la démarche comparatiste se double d’une prise en compt (...)

20Espaces sociaux et spatialisation géographique s’interpénètrent donc au moyen de l’écrit et en son sein même. Vecteur documentaire et porteur de parole, il permet non seulement d’inscrire une action dans l’espace et de répandre des informations, mais aussi de s’en servir pour légitimer et rassembler. Le Risāla dont il a été question, mais aussi dans une certaine mesure d’autres textes dont il est ici question semblent ainsi aptes à créer, ou à tenter de créer, des « communautés textuelles26 », en fédérant, au moins idéalement, des groupes humains autour de textes précis et destinés à en orienter la perception historique, sociale et identitaire. Ces dimensions ne doivent pas être comprises comme exclusives ou alternatives des objectifs premiers et concrets de telle ou telle démarche : elles s’y ajoutent, se surimposent à elles comme des strates supplémentaires des phénomènes sociaux et de leur interprétation. Au fond, un certain nombre des stratégies d’usage de l’écrit restent les mêmes, au-delà des différences typologiques, géographiques et temporelles. Si des études se sont développées sur la culture écrite en Afrique depuis les périodes de la conquête et de la colonisation27, l’accumulation de travaux comme ceux présentés ici sur des périodes antérieures28 permettra peut-être de faire ressortir davantage les continuités et les ruptures par rapport à ces strates des cultures écrites africaines29.

Haut de page

Bibliographie

Anheim, É., Chastang, P., 2009, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (vie-xiiie siècle) », Médiévales, 56, consulté le 28 juin 2016. URL : http://medievales.revues.org/5524

Barber, K. (éd.), 2006, Africa’s Hidden Histories: Everyday Literacy and Making the Self, Bloomington, Indiana University Press.

Barber, K., 2007, The Anthropology of Texts, Persons and Publics, Cambridge, Cambridge University Press.

Bertrand, P., 2015, Les écritures ordinaires : sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et empire, 1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne.

Besnier, N., 1995, Literacy, Emotion, and Authority: Reading and Writing on a Polynesian Atoll, Cambridge et New York, Cambridge University Press.

Bondarev, D., 2010, « Multiglossia in West African manuscripts: The case of Borno, Nigeria », in J.-U. Sobisch, J. B. Quenzer, D. Bondarev (éd.), Manuscript Cultures: Mapping the Field, Berlin, De Gruyter.

Britnell, R. H. (éd.), 1997, Pragmatic Literacy, East and West, 1200-1330, Woodbridge, Boydell Press.

Chartier, R. (éd.) 1987, Les usages de l’imprimé, Paris, Fayard.

Chastang, P., 2008, « L’archéologie du texte médiéval », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 63(2), p. 245-269.

Clanchy, M., 19791, From Memory to Written Record in England, 1066-1307, Londres, Edward Arnold ; 20133, Chichester, Wiley-Blackwell.

Collins, D. S., 2008, « Linking translation theory and African history: Domestication and foreignization in corpus of early Arabic sources for West African History », Canadian Journal of African Studies / Revue canadienne des études africaines, 42(2-3), p. 331-346.

Crummey, D. (éd.), 2005, Land, Literacy and the State in Sudanic Africa, Trenton, NJ, Red Sea Press.

Ewald, J., 1988, « Speaking, writing and authority: Explorations in and from the Kingdom of Tagali », Comparative Studies in Society and History, 30(2), p. 199-224.

Fabre, D. (éd.), 1993, Écritures ordinaires, Paris, POL.

Ficquet, É., Mbodj-Pouye, A., 2009, « Cultures de l’écrit en Afrique. Anciens débats, nouveaux objets », Annales. Histoire, Sciences sociales, 64(4), p. 751-764.

Fraenkel, B., Mbodj, A., 2010, « Introduction. Les New Literacy Studies, jalons historiques et perspectives actuelles », Langage et société, 133, p. 7-24.

Goody, J. (éd.), 1968, Literacy in Traditional Societies, Cambridge, Cambridge University Press.

Goody, J., 1977, The Domestication of the Savage Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

Goody, J., 1986, The Logic of Writing and the Organization of Society, Cambridge, Cambridge University Press.

Goody, J., 1994, Entre l’oralité et l’écriture, Paris, Presses universitaires de France.

Gravel, M., 2012, Distances, rencontres, communications : réaliser l’empire sous Charlemagne et Louis le Pieux, Turnhout, Brepols.

Hofmeyr, I., Kaarsholm, P., Frederiksen, F.B., 2011, « Print cultures, nationalisms and public spheres in the Indian ocean », Africa, 81(1), p. 1-22.

Hopkins, J.F.P., Levtzion, N., 1981, Corpus of Early Arabic Sources for West African History, Cambridge, Cambridge University Press.

Keane, W., 2013, « On spirit writing: Materialities of language and the religious work of transduction », Journal of the Royal Anthropological Institute, 19(1), p. 1-17.

Krätli, G., Lydon, G. (éd.), 2011, The Trans-Saharan Book Trade: Manuscript Culture, Arabic Literacy and Intellectual History in Muslim Africa, Leyde, Brill.

Kropp, M., 2011, « Notes on preparing a critical edition of the Śǝr'atä mängǝśt », Northeast African Studies, 11(2), p. 111-140

Kuppusamy, B.S., Vijayavenugopal, G., 2006-2010, Pondicherry Inscriptions, vol. 1 : Introduction and Texts with Notes ; vol. 2 : Translation, Appendices, Glossary and Phrases, avec une préface de E. Francis et C. Schmid, Pondichéry, École française d’Extrême-Orient.

Lacey, H., 2012, « Pragmatic literacy and political consciousness in Later Medieval England », in L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne, Paris, LAMOP, consulté le 28 juin 2016. URL : https://lamop.univ-paris1.fr/fileadmin/lamop/publications/Cahiers_Histoire_Textuelle/CEHTL_5__2012_/Helen_Lacey.pdf.

Lefebvre, C., 2015, Frontières de sable, frontières de papier : histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, xixe-xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Lydon, G., 2009, On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Moraes Farias, P.F. de, 2003, Arabic Medieval Inscriptions from the Republic of Mali : Epigraphy, Chronicles, and Songhay-Tuāreg History, Oxford, Oxford University Press.

Morsel, J., 2000, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents de la Société des études médiévales du Québec, 4, p. 3-43.

Müller, C., 2013, Der Kadi und seine Zeugen. Studie der mamlukischen Ḥaram-Dokumente aus Jerusalem, Wiesbaden, Harrassowitz.

Stock, B., 1983, The Implications of Literacy: Written Language and Models of Interpretation in the Eleventh and Twelfth Centuries, Princeton, Princeton University Press.

Stock, B., 1996, Listening for the Text: On the Uses of the Past, 2e éd., Philadelphie, University of Pennsylania Press.

Tock, B.-M., Eddé, A.-M. (dir), 2009, L’autorité de l’écrit au Moyen Âge : Orient-Occident, Paris, Publications de la Sorbonne.

Triaud, J.-L., 2012, « Tombouctou ou le retour du mythe. L’exposition médiatique des manuscrits de Tombouctou », in D. Nativel, D. Gary-Tounkara (dir), L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (xvie-xxie siècle). Acteurs, supports, pratiques, Paris, Karthala, p. 201-222.

Haut de page

Notes

1  Pour n’en citer qu’une, voir l’impressionnante synthèse intellectuelle et historiographique de P. Chastang, 2008.

2  Sur ce nécessaire travail réflexif interrogeant les méthodes mises en œuvre dans le travail d’édition et de traduction, voir par exemple la mise en garde théorique et idéologique de D. S. Collins, 2008, à propos des biais de traduction des textes arabes réunis par N. Levtzion et J. F. P. Hopkins, 1981. La tradition classique orientaliste, avec sa tendance à traduire de façon littérale car s’adressant à des érudits familiers des textes, rencontre ici sur un profond malentendu la tradition postmoderne américaine et les exigences sans concession du linguistic turn.

3  Voir J.-L. Triaud, 2012, pour une analyse critique de cet engouement académique, médiatique et financier autour des « manuscrits du désert », et ses inévitables dérives.

4  E. g. G. Krätli, G. Lydon, 2011.

5  P.F. de Moraes Farias, 2003.

6  M. Kropp, 2011.

7  Signalons que les formules existant dans d’autres espaces linguistiques recourent, pour les notions d’écrit, d’écriture, de pratiques de l’écrit ou de culture écrite, à d’autres termes et aboutissent ainsi à des expressions qui ne sont pas strictement équivalentes : pragmatic literacy ou pragmatische Schriftlichkeit, notamment.

8  De nombreux corpus proche-orientaux et asiatiques sont quant à eux identifiés, édités, analysés (voir par exemple les travaux de C. Müller, 2013, pour la documentation arabe ; ou les inscriptions dynastiques du Tamil Nadu éditées par l’École française d’Extrême-Orient de Pondichéry, B. S. Kuppusamy, G. Vijayavenugopal, 2006-2010).

9  D. Fabre, 1993 ; K. Barber, 2006, 2007.

10  Voir les contributions historiennes à K. Barber, 2006.

11  P. Bertrand, 2015.

12  Même si des travaux comparatistes émergent, notamment avec l’Asie comme R. H. Britnell, 1997, ou avec le Moyen-Orient, A.-M. Eddé, B.-M. Tock, 2009.

13  É. Anheim, P. Chastang, 2009, p. 3.

14  Voir notamment J. Goody, 1968, 1979, 1994.

15  M. Clanchy, 19791, 20133.

16  Dans sa réflexion sur le pouvoir, l’article de G. Ruffini s’appuie notamment sur J. Goody, 1986. Mais d’autres articles de ce dossier font eux référence à des contributions critiques des travaux de Goody, comme celle de Janet Ewald (J. Ewald, 1988) dans l’article de G. M. La Rue, ou encore à des synthèses qui incorporent des acquis de ces débats, ainsi G. Lydon, 2009, citée dans l’article de M. Nobili.

17  N. Besnier, 1995 ; voir B. Fraenkel, A. Mbodj, 2010.

18  Pour une mise au point efficace sur la question du pouvoir de l’écriture, voir J. Morsel, 2000. Il pointe les limites d’une conception instrumentale de l’écriture, qu’il invite à remplacer par une prise en compte de l’« usage spécifique de l’écriture au sein de rapports de domination configurés également par rapport à elle, par rapport à la structure de domination symbolique qu’elle est susceptible d’instaurer » (J. Morsel, 2000, p. 21).

19  Le débat entre une théorie générale des effets de l’écriture telle que celle de Goody et ses critiques qui soulignent la nécessaire prise en compte des contextes sociaux et historiques semble aujourd’hui dépassé en faveur d’approches qui renouent avec la comparaison en spécifiant à chaque fois les caractéristiques pertinentes de l’écrit considérées. Pour une synthèse récente en anthropologie, voir W. Keane, 2013.

20  A.-M. Eddé, B.-M. Tock, 2009, p. 380.

21  Restricted literacy, selon la formule de Goody, 1968.

22  Dans la lignée de D. Bondarev, 2010, par exemple.

23  M. Gravel, 2012.

24  G. Lydon, 2009.

25  P. Bertrand, 2015, p. 244-247, et plus largement p. 243-291.

26  B. Stock, 1983, 19962, l’auteur décrit les « communauté textuelles » comme des groupements sociaux autour de corpus associant certains textes et l’interprétation de ces derniers, comme l’un des facteurs de différenciation sociale, par exemple entre cathares et catholiques, ou comme éléments de l’identité des groupes religieux du Moyen Âge occidental notamment. C’est à cette notion que nous renvoyons ici.

27  K. Barber, 2006 ; É. Ficquet, A. Mbodj-Pouye, 2009 ; C. Lefebvre, 2015.

28  En 2005 paraissaient les actes d’un colloque déjà ancien (1993), sous la direction de Donald Crummey, qui interrogeait le rôle de l’écrit, ou son absence, dans les stratégies de construction des États africains avant la période coloniale.

29  Pour les périodes coloniale et ultérieure, la démarche comparatiste se double d’une prise en compte accrue des circulations de textes, de modèles et de technologies ; ainsi, sur les usages de l’imprimé, il s’agit tout autant de mobiliser les acquis des travaux sur l’Europe (R. Chartier, 1987) que de prolonger ceux-ci à d’autres échelles, à l’image des travaux sur l’océan Indien (I.Hofmeyr, P. Kaarsholm, F. B. Frederiksen, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Wion, Sébastien Barret et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Introduction : L’écrit pragmatique en Afrique », Afriques [En ligne], 07 | 2016, mis en ligne le 10 décembre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://afriques.revues.org/1941 ; DOI : 10.4000/afriques.1941

Haut de page

Auteurs

Anaïs Wion

Chargée de recherches CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Articles du même auteur

Sébastien Barret

Chargé de recherches CNRS, Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT)

Aïssatou Mbodj-Pouye

Chargée de recherches CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org