Navigation – Plan du site

Le royaume de Méroé

Claude Rilly

Résumés

La civilisation napato-méroïtique qui domine le cours du Nil moyen, d’Assouan à Khartoum, depuis le viiie siècle av. J.-C. jusqu’au ive siècle apr. J.-C., fait suite à la colonisation égyptienne du Soudan ancien. Par sa religion, son idéologie, ses institutions, sa culture matérielle, elle se rattache étroitement au modèle égyptien à tel point que l’on peut parler d’une « civilisation pharaonique » dont l’Égypte et le Soudan ancien seraient les deux versants. L’histoire du royaume de Méroé est assez mal connue dans le détail, d’une part parce que les textes méroïtiques sont peu nombreux et très partiellement compris, d’autre part en raison d’une couverture archéologique relativement récente et clairsemée. Les sources extérieures, égyptiennes, grecques et romaines, sont assez laconiques et moyennement fiables. Les progrès récents de l’archéologie et de la philologie du Soudan ancien laissent toutefois espérer de prochaines avancées.

Haut de page

Texte intégral

1La civilisation napato-méroïtique qui domine le cours du Nil moyen, d’Assouan à Khartoum, depuis le viiie siècle av. J.-C. jusqu’au ive siècle apr. J.-C., fait suite à la colonisation égyptienne du Soudan ancien. Dès l’époque protodynastique, à la fin du quatrième millénaire, les Égyptiens étaient entrés en conflit avec leurs voisins du Sud. On leur attribue la disparition de la première culture post-néolithique du Soudan, le groupe A de Basse Nubie (3500 – 2500 av. J.-C.). Par la suite, ils n’eurent de cesse que de pousser leur avance vers le sud, dans le but de mieux contrôler leur approvisionnement en produits africains, au premier rang desquels figuraient l’or, l’ivoire, l’ébène, les peaux de félins, mais aussi les bovins, dont le Soudan ancien était riche et dont la domestication en Afrique avait sans doute commencé en Nubie.

2Vers 2000 av. J.-C., la montée en puissance du royaume de Kerma, le premier État historiquement connu d’Afrique noire, fondé au sud de la 3e cataracte cinq siècles plus tôt, stoppa l’avance égyptienne et contraignit les rois de la xiie dynastie à ériger un dispositif de forteresses entre la 1e et la 2e cataracte pour se protéger des incursions kermaïtes. Un nom apparaît alors dans les textes égyptiens pour désigner ce nouvel ennemi : Koush (ég. Kȝš), sans doute l’appellation que se donnaient les Kermaïtes eux-mêmes, et qui continuera à les désigner jusqu’à la disparition de la langue égyptienne.

3Sous la Seconde période intermédiaire (c. 1650 – 1550 av. J.-C.), le royaume de Thèbes, confronté à l’alliance entre les rois hyksôs, maîtres de la Basse et de la Moyenne-Égypte et les souverains de Kerma, qui n’hésitaient pas à lancer des expéditions jusqu’à El-Kab, non loin de la capitale, faillit succomber. Lorsque la fortune des batailles s’inversa, et que les Égyptiens, au début de la xviiie dynastie, eurent vaincu les Hyksôs, ils n’eurent de cesse d’anéantir la menace que représentait Koush sur leur flanc sud. Il leur fallut toutefois près d’un demi-siècle pour annexer la totalité du royaume de Kerma, jusqu’en amont de la 4e cataracte.

4Koush devint pour six siècles une colonie égyptienne, administrée par un gouverneur appelé le « fils royal de Koush ». L’influence de la civilisation pharaonique, jusqu’alors relativement limitée, imprégna durablement toutes les composantes de sa culture. C’est dans le domaine religieux qu’elle est sans doute la plus spectaculaire. Les dieux égyptiens, auxquels les souverains de la xviiie et de la xixe dynastie érigèrent en Nubie des temples innombrables, furent ainsi intégrés dans le panthéon indigène. Au premier rang venait Amon, assimilé à la divinité principale de Kerma, un dieu-bélier au nom inconnu. Il devait plus tard figurer au sommet du panthéon royal méroïtique sous le nom d’Amani, dont le vocalisme, antérieur à la fin de la xviiie dynastie, montre que l’emprunt se fit dès le début de la colonisation.

  • 1  Voir D. Kahn, 2001 pour cette révision chronologique (on proposait auparavant 727 av. J.-C.).

5Vers le début du premier millénaire, le pouvoir pharaonique affaibli par les problèmes intérieurs de la Troisième période intermédiaire relâcha son emprise sur la Nubie. Mal lui en prit, car en quelques générations, une lignée de princes koushites de la région de Napata, dans la grande boucle du Nil, acquit une redoutable puissance militaire. En l’an 21 de son règne (sans doute en 732 av. J.‑C.1), le roi Piankhy mena ses troupes à la conquête de l’Égypte et ses successeurs y régnèrent en tant que pharaons de la xxve dynastie, dite « koushite » (cf. Annexe 2). Toutefois, cette domination ne dura qu’une soixantaine d’années, puisqu’en 664 le roi Tanouétamani, devant l’avance des Assyriens, dut se replier sur le Soudan. Bien que désormais limités au territoire ancestral, les souverains de Koush n’abandonnèrent jamais leurs prétentions à la légitimité pharaonique et, jusqu’à la fin du royaume de Méroé, ils se présentèrent, dans leurs inscriptions en égyptien, comme « rois de Haute et Basse-Égypte » (nsw bjty). Sur leur coiffure apparaissent, non pas un, mais deux uraei (cobras royaux), l’un symbolisant la domination sur Koush, l’autre sur l’Égypte.

  • 2  Stèle du roi Nastasen, Caire JE 48884, ligne 3. Voir Fontes Historiae Nubiorum [FHN], ii, p. 441.
  • 3  Voir FHN, ii, p. 687-688.
  • 4  Les statues des rois de Koush sont représentées tenant dans la main l’étui-mekes, qui contient le (...)
  • 5  Voir par exemple la stèle de l’élection d’Aspelta, Caire JE 48866, l. 15-16, voir FHN, I, p. 238.

6La xxve dynastie a constitué pour les royaumes qui vont se succéder au Soudan une ère fondatrice. Bien que les fouilles archéologiques récentes, notamment à Kerma / Doukki Gel (l’antique Pnoubs), aient montré que certains éléments culturels du royaume de Kerma avaient survécu à la longue rupture due à la colonisation égyptienne, la culture koushite ultérieure se rattache étroitement au modèle égyptien par sa religion, son idéologie, ses institutions, sa culture matérielle, à tel point que l’on peut parler, pour la période qui s’étend du viiie siècle av. J.-C. à la fin de l’Antiquité, d’une « civilisation pharaonique » dont l’Égypte et le Soudan ancien seraient les deux versants. Le souverain de Koush est, comme le roi d’Égypte, le « fils d’Amon, (né) de son corps, celui qu’il aime2 ». Dans les textes démotiques égyptiens gravés en Basse Nubie, il est appelé pr-˓ȝ « Pharaon »3. Comme le roi d’Égypte, il possède de droit divin la totalité du monde et est propriétaire de toutes les terres de son royaume4. Il exerce la prêtrise sur l’ensemble du territoire koushite et c’est en son nom que se fait le culte divin5.

7On peut même parler d’une « surenchère dans l’égyptianité » de la part de l’idéologie royale de Koush. Car ce n’est pas l’Égypte contemporaine, au prestige terni par les dominations étrangères (Perses, Macédoniens, Romains) qu’elle entend imiter. C’est de l’Égypte des Sésostris iii, Thoutmosis iii, Amenhotep iii ou Ramsès ii, tous souverains dont les monuments jalonnaient la Nubie, qu’elle se veut l’héritière. Ainsi Taharqo, de la xxve dynastie, sur un relief de temple conservé au Musée de Khartoum, proclame qu’« il a bâti son monument à son père, Khakaourê ». Sésostris iii, dont c’est le nom de couronnement, a pourtant mené des expéditions contre la Nubie au temps du royaume de Kerma. En rendant hommage à cet ennemi de Koush (mais le savait-on encore ?), Taharqo, dix-sept siècles après le règne de ce pharaon, se place non seulement dans sa lignée, mais aussi dans la continuité de Thoutmosis iii qui, vers 1450 av. J.-C., avait bâti à Semna, près de la deuxième cataracte, un temple à ce glorieux ancêtre. Semblablement, les rois de Koush prirent souvent pour nom de couronnement celui d’un de ces anciens pharaons : à la fin du premier siècle de notre ère, le roi Amanakhareqerema se fit ainsi appeler Neb-Maât-Rê, nom de couronnement d’Amen­hotep III, inscrit en hiéroglyphes géants sous les architraves de son temple de Soleb. C’est dans le même esprit qu’il faut interpréter la reprise de la forme pyramidale pour les tombes des rois koushites, huit siècles après que les souverains égyptiens l’eurent abandonné au profit des hypogées. Tous les souverains du Soudan, jusqu’à la fin de Méroé, se firent ainsi ériger des pyramides, de dimensions certes modestes, mais qui illustraient dans la pierre leur lien direct avec les temps les plus glorieux de l’Égypte.

8On pourrait multiplier les exemples de cette « égyptianité » revendiquée. Était-ce un simple calcul pour justifier la légitimité des rois de Koush au trône d’Égypte ? Si tel était peut-être le cas originellement, il faut croire que les Koushites se prirent à leur propre jeu et finirent par se convaincre que les racines de la civilisation égyptienne se trouvaient chez eux. Agatharchide de Cnide, qui visita l’« Éthiopie » (c’est-à-dire Koush) au début du iie siècle av. J.‑C., s’en fait l’écho :

  • 6  Cité par Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 3 [1]-[2] (trad. de l’auteur).

Ils [les Koushites] disent que les Égyptiens sont des colons venus de chez eux et qu’Osiris prit la tête de cette colonisation. […] La plupart des coutumes des Égyptiens sont selon eux éthiopiennes, les colons ayant conservé leurs traditions anciennes. Ainsi l’idée selon laquelle les rois sont des dieux, le soin extrême apporté aux sépultures, et bien d’autres choses similaires sont des habitudes éthiopiennes, comme sont éthiopiens l’aspect des statues et la forme des signes d’écriture6.

9Après la perte de l’Égypte s’ouvre ce que l’on appelle la période napatéenne, ou « royaume de Napata ». Ce nom, entériné par la tradition universitaire, est quelque peu trompeur, puisque Napata était déjà la capitale de Piankhy et de ses ancêtres, et que ses successeurs de la xxve dynastie d’Égypte, même s’ils régnèrent depuis Memphis pour d’évidentes raisons stratégiques, avaient tous grandi dans la métropole koushite. De plus, Napata ne resta pas longtemps le siège du pouvoir royal. En 591, le pharaon Psammétique ii, de la xxvie dynastie, lança une expédition préventive contre son dangereux voisin méridional, profitant sans doute des troubles qui semblent avoir accompagné l’accession au trône du jeune roi Aspelta. Ce raid sans lendemain fut toutefois un véritable traumatisme pour le royaume koushite : Napata fut atteinte et dévastée, les statues royales furent brisées dans les temples dynastiques. À la suite de cet épisode calamiteux, sous le règne même d’Aspelta, la décision fut prise de déplacer la capitale administrative du royaume trois cents kilomètres au sud-est, sur le site de Méroé, afin de l’éloigner d’éventuelles invasions venues du nord. L’ancienne métropole garda toutefois ses prérogatives religieuses et dynastiques : c’est à Napata que les nouveaux souverains venaient de Méroé pour se faire couronner, c’est aux abords de la cité sainte qu’ils se firent inhumer, dans les nécropoles royales de Nuri, puis de Barkal.

10Or, vers le début du iiie siècle av. J.-C., le roi Arkamani rompit cette tradition, en faisant ériger sa pyramide à l’extrémité du cimetière sud de Begrawwiya, deux kilomètres à l’est de la ville de Méroé. Avec son règne commence la période méroïtique ou « royaume de Méroé ». Ici aussi, c’est Agatharchide, cité par Diodore de Sicile, qui fournit une explication, longtemps tenue pour véridique :

  • 7  Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 6 [3]-[4].

Dans les temps anciens, les rois obéissaient aux prêtres, non qu’ils eussent été vaincus par la force ou par les armes, mais leur esprit était dominé par la superstition. Or sous Ptolémée ii, le roi d’Éthiopie [c’est-à-dire Koush] Ergamène, qui avait reçu une éducation grecque, incluant la philosophie, fut le premier à dédaigner cet état de fait. Prenant en effet une décision digne de la royauté, il se rendit avec ses soldats vers le sanctuaire où se trouvait le naos d’or des Éthiopiens, il massacra tous les prêtres et ayant aboli cette coutume, gouverna selon ses propres choix7.

  • 8  Voir notamment G.A. Reisner, 1923.
  • 9  C. Bonnet et D. Valbelle, 2005.
  • 10  Voir L. Török, 1992, FHN ii, p. 566-567 et 649-650, L. Török, 1997, p. 420-423.

11Ergamène est manifestement la transcription grecque du nom Arkamani, et le fait que sa pyramide fût la première tombe royale érigée à Méroé apportait un supplément de crédit à cette narration. Les premières interprétations historiques qui suivirent les fouilles fondatrices de Garstang et de Reisner à Méroé avant la Première Guerre mondiale8 distinguèrent donc deux périodes différentes dans l’histoire de l’État koushite après la perte de l’Égypte : le royaume de Napata jusqu’au début du iiie siècle av. J.‑C. et le royaume de Méroé jusqu’au ive siècle apr. J.‑C. Le premier aurait été une théocratie où les souverains auraient été réduits au rôle de « rois-fainéants », tandis que le second correspondrait à une autocratie où ils auraient exercé la plénitude du pouvoir, après avoir transféré la capitale à Méroé. Toutefois, les fouilles et les analyses qui suivirent relativisèrent déjà cette distinction. Il n’y avait en effet aucune différence fondamentale dans l’organisation de l’État, théocratie et autocratie se fondant dans la divinité de la personne royale. L’examen des textes napatéens tardifs et le résultat des fouilles de Garstang dans la cité de Méroé indiquaient de plus très clairement que cette ville était le siège de l’administration royale bien avant le règne d’Arkamani, et les découvertes récentes à Doukki Gel9 ont permis d’attribuer, comme nous l’avons vu plus haut, le transfert de la capitale au règne d’Aspelta, vers le début du vie siècle. L’étude critique du texte d’Agatharchide, notamment par l’historien L. Török10, a montré que la geste d’Ergamène, plutôt qu’un témoignage historique de première main, était un agrégat de thèmes divers, tirés notamment d’Hérodote, avec un écho très audible des idées politiques et philosophiques qui préoccupaient le monde hellénistique aux débuts de l’époque lagide. Au final, de la distinction entre royaume de Napata et de Méroé ne demeure que le déplacement de la nécropole royale, fait certes significatif, mais qui peut être attribué avec bien plus de vraisemblance à l’émergence d’une nouvelle dynastie issue des lignages aristocratiques locaux de Méroé, dont le cimetière sud de Begrawwiya était la nécropole ancestrale depuis le viiie siècle.

  • 11  Son nom, Amani, apparaît aussi bien dans celui d’Arkamani, premier roi de Méroé, que dans celui du (...)
  • 12  Proto-soudanique oriental nord *Abede, l’élément final ‑mak(a) signifiant « dieu » en méroïtique : (...)
  • 13  Le nom méroïtique, Shebo (Sebo), est récemment apparu dans les fouilles du musée de Berlin à Naga (...)

12La culture méroïtique proprement dite, c’est-à-dire celle du royaume de Méroé, présente toutefois quelques différences avec la culture napatéenne. On peut parler d’un éloignement croissant des modèles égyptiens, mais cette prise de distance s’opérant pour l’essentiel à partir de la fin du iiie siècle av. J.-C., elle ne peut être directement mise en parallèle avec le changement dynastique qui s’opéra sans doute un demi-siècle auparavant. Dans le domaine religieux, si Amon reste la principale divinité du panthéon royal11, on voit accéder au culte officiel d’anciennes divinités locales, au premier rang desquelles se situe Apedemak, un dieu à tête de lion, à la fois créateur et guerrier. Nous avons montré que son nom devait être mis en relation avec celui du démiurge, principal dieu des locuteurs de la langue ancêtre du méroïtique12. Il s’agit donc d’une divinité très ancienne, mais dont le culte n’avait pas été transcrit dans l’iconographie officielle, jusqu’à l’érection de temples spécifiques, connus à Musawwarat sous le roi Arnekhamani, vers 240 / 220 av. J.‑C., puis à Naga sous les corégents Amanitore et Natakamani, vers 60 apr. J.-C. D’autres divinités locales acquièrent une visibilité : Amesemi, parèdre d’Apedemak, représentée comme une femme aux joues scarifiées dont la tête est surmontée d’un ou de plusieurs faucons ; Shebo, parfois appelé Sebioumeker d’après la transcription égyptienne13, un dieu d’apparence humaine coiffé de la double couronne pharaonique ; Masha, dieu-soleil dont on ne possède aucune représentation certaine, mais dont le clergé est cité dans les textes.

  • 14  A. Łatjar, 2006.
  • 15  Voir I. Hofmann, 1991, p. 202-206.

13Dans le domaine politique se fait jour un phénomène nouveau, dont on n’a pas de traces antérieures incontestables, l’accession au trône de reines en tant que souverains à part entière, les Candaces. Contrairement à la situation qui prévalait en Égypte ancienne, où le pharaon est par essence un mâle et où les rares reines régnantes accèdent au trône dans des circonstances exceptionnelles (généralement en abusant, à l’instar d’Hatshepsout, de leur position de régente du royaume durant la minorité du successeur du roi défunt), à Méroé, elle jouissaient apparemment d’une légitimité égale à celle des rois. Elles sont d’ailleurs représentées comme des femmes, éventuellement armées et massacrant les ennemis, contrairement à une Hatshepsout qui se fait figurer en homme. Dans les textes méroïtiques, elles sont nommées qore « souverain », outre leur titre de kdke « Candace ». Les mieux connues sont Amanirenas et Amanishakheto, qui règnent à la fin du ier siècle av. J.‑C., ainsi que, vers 60 apr. J.‑C., la Candace Amanitore, qui exerça le pouvoir en corégence, sur un pied d’égalité absolu, avec le roi Natakamani, sans doute son fils. L’institution dura probablement très tard, puisqu’une stèle latine gravée par un visiteur venu de Rome, retrouvée à Musawwarat et récemment réétudiée14, rend hommage à une reine inconnue que l’on doit replacer à la charnière des iiie et ive siècles de notre ère. Toutefois, la possibilité pour une femme de monter sur le trône de Méroé n’implique pas, comme on l’a parfois extrapolé, que la civilisation méroïtique ait été régie par une sorte de matriarcat. Les fonctions administratives et religieuses sont ainsi l’apanage des hommes15.

  • 16  Par exemple le mot mère (ég. mwt) est précédé d’un article masculin (pA), le méroïtique ne connais (...)
  • 17  Système d’apparence alphabétique, mais à base syllabique, où chaque signe consonantique nu compren (...)
  • 18  Voir C. Rilly, 2003.

14Enfin, dans le domaine de l’écrit, une véritable révolution s’opère en quelques décennies entre la fin du iiie siècle et la fin du iie siècle av. J.‑C., à savoir l’apparition d’une écriture spécifique pour la langue méroïtique. En effet, depuis le développement de la royauté koushite à Napata, au viiie siècle, la seule langue écrite était l’égyptien. Les textes des rois de la xxve dynastie, y compris sur le sol soudanais, puis ceux de leurs successeurs napatéens, étaient ainsi rédigés dans la langue des anciens colons, le méroïtique n’apparaissant que dans les transcriptions phonétiques en hiéroglyphes égyptiens des noms de naissance des rois et des notables, comme on le fera en Égypte pour les Ptolémées et autres Cléopâtre. Le dernier texte d’ampleur en égyptien est la stèle du roi napatéen Nastasen (Berlin 2268), vers la fin du ive siècle avant J.‑C. Il a manifestement été rédigé par un scribe koushite, à en juger par les approximations phonétiques et grammaticales qui trahissent la langue maternelle du scripteur16. Vers la fin du iiie siècle, sans doute à partir d’une forme de démotique (cursive tardive égyptienne) locale, dont les témoignages restent à découvrir, une écriture simple, à base phonétique, composée de 23 signes et d’un séparateur de mots, est élaborée. Il s’agit non d’un alphabet, mais d’un alphasyllabaire17 dont les principes sont assez semblables à ceux des écritures indiennes et sud-asiatiques, sans pour autant qu’il y ait un lien génétique entre ces systèmes. Elle apparaît d’abord vers 200 av. J.‑C. dans les graffiti laissés par les pèlerins dans les temples dynastiques18 et accède à la fin du iie siècle au statut d’écriture officielle sous la reine Nahirqo, puis sous son successeur Taneyidamani qui fait rédiger le plus long texte connu dans cette écriture (161 lignes), sa stèle du Jebel Barkal aujourd’hui conservée à Boston. C’est sous le règne de ce roi, selon toute vraisemblance, qu’une seconde écriture, destinée à remplacer les hiéroglyphes égyptiens dans les inscriptions monumentales, est créée. Seule la forme des signes, empruntés aux hiéroglyphes égyptiens, diffère de la cursive, le système et le nombre de caractères étant identiques. Cette écriture d’emploi assez limité est appelée hiéroglyphique méroïtique.

  • 19  Pour ces regains d’influence égyptienne, qui semblent paradoxalement correspondre à des périodes d (...)

15On a parlé, à propos de cette évolution de la civilisation méroïtique, d’une « africanisation » croissante. Cette qualification, moins choquante certes que le terme d’« abâtardissement » que n’hésitaient pas à employer les archéologues du début du xxe siècle, n’en est pas moins idéologiquement douteuse et historiquement fausse. On ne peut évidemment mettre dans le même sac toutes les cultures d’Afrique, tout en excluant bien sûr cette culture éminemment africaine qu’est la civilisation égyptienne. De plus, il apparaît de plus en plus que des regains d’influence égyptienne ont eu lieu durant certains règnes : c’est entre autres le cas sous les corégents Amanitore et Natakamani, dont les nombreux monuments exhibent côte à côte des inscriptions en égyptien, certes d’ampleur limitée mais tout à fait corrects, et des textes méroïtiques19.

  • 20  L. Török, 1997.
  • 21  Pour un état complet de la question, on se référera à notre publication récente C. Rilly, 2007.
  • 22  Ces fouilles soudano-canadiennes ont été reprises en 1999 par K. Grzymski, du Royal Ontario Museum (...)

16Il n’est évidemment pas possible dans une aussi courte contribution de présenter dans le détail l’histoire du royaume de Méroé. On se référera au Handbook de László Török20 qui constitue une somme actuellement insurpassée. Au reste, on doit souligner que notre connaissance de cette histoire est très lacunaire et souvent incertaine. D’une part, les textes méroïtiques sont peu nombreux (1100 documents, dont moins d’une trentaine de textes officiels) et très partiellement compris, la langue méroïtique étant fort mal connue, même si l’on sait, depuis le déchiffrement des deux écritures par F. Ll. Griffith en 1911, la lire lettre par lettre et si quelques éléments de lexique et de syntaxe sont élucidés21. D’autre part, la couverture archéologique des vestiges méroïtiques est relativement récente et clairsemée. Le site urbain de Méroé, par exemple, a été fouillé de façon peu méthodique par le Britannique John Garstang entre 1909 et 1914, puis sur une moindre échelle par le regretté Peter L. Shinnie entre 1965 et 198422, mais ces excavations n’ont mis au jour qu’un tiers de la surface occupée. Les temples et les sites funéraires sont en règle générale mieux connus que les sites d’habitation : ainsi la cité méroïtique de Faras, l’une des plus importantes de Basse Nubie, a été submergée sous les eaux du lac de retenue du barrage d’Assouan sans être véritablement fouillée, alors que les cimetières attenants avaient fait l’objet de plusieurs campagnes financées par l’université de Liverpool dans les années 1930.

  • 23  Voir Le Monde de la Bible, n° 178, juillet-août 2007, p. 25-31.
  • 24  Voir A.M. Abdel Rahman, C. Rilly, 2008.

17Certaines périodes ne sont représentées que par des noms de souverains inscrits sur un monument unique, voir sur une simple table d’offrandes funéraires retrouvée dans un contexte archéologique bouleversé par les pillards de tombes, comme c’est le cas d’Amanitaraqide, d’Aryesbokhe ou de Tamelordeamani (voir Annexe 2). De nouveaux noms apparaissent régulièrement. Celui d’Amanakhareqerema (vers 90 apr. J.-C.), connu depuis quelques années seulement, a pu être mis tout récemment en relation avec un temple à Amon que dégage à el-Hassa, près de Méroé, l’équipe française de Vincent Rondot23, ainsi qu’avec le temple 200 de Naga, où ce roi est attesté dans des inscriptions récemment mises au jour par la mission du Musée de Berlin. Mais le nom lacunaire du roi Pa[.]khedateqo, découvert sur un graffito des carrières du Gebel Suweigat, près de Napata, n’est actuellement associé à aucun monument, temple ou pyramide, et sa datation ne repose que sur la paléographie24.

  • 25  Voir J. Desanges, 1992. Ces textes sont publiés in extenso dans les Fontes Historiae Nubiorum (FHN (...)
  • 26  Strabon, Geographie, 17.1.53-54 ; Res gestae Divi Augusti, 26.5.

18Les sources extérieures, égyptiennes, grecques et romaines, sont assez laconiques et moyennement fiables, comme on l’a vu à propos de la geste d’Ergamène/Arkamani. On trouve ainsi chez Strabon, Diodore de Sicile, Pline, Claude Ptolémée, des éléments souvent empruntés à des géographes alexandrins dont l’œuvre est par ailleurs perdue, comme Ératosthène, Bion de Soles ou Agatharchide de Cnide25. Un des épisodes les mieux connus est le récit de l’expédition militaire envoyée par Auguste contre les Méroïtes. En effet, à la faveur de l’annexion de l’Égypte par Octave après la bataille d’Actium, le pouvoir méroïtique, toujours habité, comme nous l’avons vu, par l’idée que la terre des Pharaons lui revenait de droit, tenta sa chance. En 25 av. J.‑C., les autorités méroïtes locales de Basse Nubie avaient lancé une incursion dans la zone de la 1ère cataracte, attaquant et prenant Philae, Assouan et Éléphantine. Pour l’épauler, le pouvoir royal dépêcha une armée depuis le Sud. Le nouveau préfet d’Égypte, Cornelius Petronius, fut envoyé contre les Méroïtes. Il leur reprit les villes égyptiennes et, poussant son avantage, s’enfonça dans le territoire de Méroé, selon le témoignage de Strabon et le propre testament d’Auguste26, jusqu’à la ville de Napata qu’il prit et rasa, malgré la résistance des armées du « prince » et les tentatives de pourparlers de la « Candace ». Les hostilités furent conclues en 21/20 av. J.‑C., par le traité de Samos, signé entre Auguste et les émissaires de la reine de Méroé. Il n’était d’ailleurs pas défavorable aux Méroïtes, qui échappaient à la colonisation romaine et à un lourd tribut mais devaient reconnaître la domination romaine sur la Dodécaschène, la province qui s’étend sur une centaine de kilomètres au sud d’Assouan.

  • 27  Malgré l’imprécision des sources, on a calculé que l’expédition sur Napata, avec retour à Alexandr (...)
  • 28  Actes 8 : 26-40.
  • 29  On a longtemps pensé que la première stèle d’Hamadab, un temple près de Méroé fouillé par Garstang (...)

19Toutefois, la pénétration de l’armée romaine de Petronius si loin de sa base alexandrine en un temps record27 n’a pas laissé d’inspirer quelques doutes sur la réalité historique de la prise de Napata, que les Romains pourraient avoir ajoutée par désir de propagande. Semblablement, on ignore quelle est la Candace à laquelle ils s’attaquèrent : les récits grecs et latins semblent confondre le titre et le nom de la reine, comme le fera quelques décennies plus tard le rédacteur des Actes des Apôtres, qui décrit la conversion par le diacre Philippe d’un eunuque de « Candace, reine d’Éthiopie28 ». Faute de posséder une contrepartie méroïtique aux récits grecs et latins de la guerre contre Méroé29, on hésite entre les reines Amanirenas et Amanishakheto, qui se succédèrent aux alentours du début de l’ère chrétienne, sans que l’on puisse préciser davantage les dates de leurs règnes.

  • 30  Aussi écrit pesto, ce mot semble être un emprunt à l’égyptien p3 snty « le diœcète », qui désigne (...)

20Si les chroniques royales inscrites en méroïtique échappent pour l’essentiel à notre compréhension, il n’en va pas de même pour les textes funéraires, très nombreux (la moitié du corpus) et suffisamment stéréotypés pour que Griffith et ses successeurs aient pu élucider la majeure partie de leur contenu. Nous possédons notamment un ensemble considérable de stèles et de tables d’offrandes inscrites pour des notables à travers toute la Basse Nubie entre le iie et le début du ive siècle de notre ère. Contrairement aux documents funéraires du sud du royaume, ces épitaphes septentrionales sont très prolixes, nous livrant de nombreux détails sur les structures familiale, cultuelle et administrative de la région. Ces textes sont composés selon un schéma récurrent : après une invocation initiale aux dieux de l’au-delà, Wos (Isis) et Asori (Osiris), le défunt (ou la défunte) y est nommé(e), avec sa filiation maternelle et paternelle. Suit une « description » où sont énumérés ses titres et dignités (pour les hommes), arrangés en forme de cursus honorum, puis ses rapports familiaux avec les personnalités en vue de son clan (« il était le neveu / la nièce du grand-prêtre d’Amon de Napata, X », etc.). Le texte se termine par des bénédictions où les divinités citées initialement sont invitées à lui fournir l’eau, le pain et le repas dont il a besoin pour sa survie dans l’autre monde, à l’image de ce que l’on connaît pour le culte des morts en Égypte. Nous sommes ainsi à même, notamment pour les sites de Karanóg, Shablul, Gebel Adda, Faras, Nag Gamus (voir Annexe 1), de reconstituer de véritables prosopographies des notables locaux. Le personnage le plus important de Basse Nubie est le peseto30, sorte de vice-roi délégué par le souverain dans cette marche éloignée. D’autres représentants du pouvoir central sont cités, des officiels dont les titres sont rarement traduisibles, mais nommément rattachés au souverain ou à la Candace. Comme il faut s’y attendre dans ce royaume de type pharaonique, les détenteurs de fonctions administratives possèdent souvent aussi des dignités religieuses : ant « prêtre », beloloke « grand-prêtre », etc. Ainsi, le vice-roi Abratoye (vers 260 apr. J.-C.) est « prêtre d’Amon de Pedeme [Qasr Ibrim] », « scribe royal [?] d’Isis de Philae » et détient le rang de « prêtre depuis Boqe [Kubban, près de Bouhen] jusqu’à Pedeme».

  • 31  Concernant ces proscynèmes, voir A. Burkhardt, 1985, l’étude la plus complète sur la question.

21Un autre ensemble d’inscriptions, bien comprises puisqu’elles sont majoritairement en égyptien, nous donne un aperçu de l’histoire locale dans la Dodécaschène, la région au sud d’Assouan. Nominalement rattachée à l’Égypte romaine, elle forme une sorte de principauté théocratique autonome centrée sur le temple d’Isis de Philae. À partir du iie siècle apr. J.-C., l’influence méroïtique y est prépondérante. Sur les murs du sanctuaire de Philae et de celui de Thot à Dakka ont été inscrits de nombreux « proscynèmes », textes d’adoration laissés par des pèlerins. Trente-six d’entre eux, écrits pour des Méroïtes par des scribes égyptiens, constituent les proscynèmes les plus étendus31. Ils témoignent des liens étroits qu’entretenait avec la Dodécaschène l’administration méroïtique, décrivent dans le détail les ambassades du roi de Méroé auprès d’Isis de Philae, et nous livrent, à l’instar des textes funéraires avec lesquels de nombreux recoupements ont pu être faits, une prosopographie des notables locaux, issus de familles où se mêlent Égyptiens et Méroïtes.

  • 32  On distinguera la Nubie, terme géographique désignant la région égypto-soudanaise comprise entre l (...)
  • 33  Voir FHN, III, p. 1066-1072, à propos de deux inscriptions aksoumites en grec retrouvées à Méroé, (...)

22Le royaume de Méroé disparut au milieu du ive siècle de notre ère sous les coups conjugués des tribus nubiennes et de l’empire d’Aksoum. Les Nubiens32 sont mentionnés pour la première fois par Ératosthène, au iiie siècle av. J.-C., puis dans les textes méroïtiques (Nob) à partir de la fin du iie siècle. Il s’agit d’un ensemble de tribus nomadisant à l’ouest du Nil, avec lesquels les Méroïtes étaient régulièrement en conflit. Vers le début du ive siècle apr. J.‑C., il semble que l’empire montant d’Aksoum, au nord de l’Éthiopie, avait déjà lancé des expéditions victorieuses contre la cité de Méroé33. Les Nubiens profitèrent sans doute de cet affaiblissement du pouvoir central pour se lancer à l’assaut du royaume, s’installant sur les rives du Nil et s’avançant vers l’Éthiopie. Vers 350, le roi d’Aksoum Ezana, fraîchement converti au christianisme, réagit fortement en repoussant l’invasion nubienne et en poursuivant l’ennemi sur ce qui restait du royaume de Méroé. Vainqueur, il érigea des stèles triomphales qui nous ont gardé le récit de ces batailles et qui constituent historiquement une sorte d’acte de décès de l’État méroïtique. Bientôt, les Nubiens, maîtres du Nil moyen, y établirent trois royaumes, la Nobadia au nord, Makouria au centre et Alodia au sud. Avec l’avènement du christianisme en Nubie au vie siècle, les traditions méroïtiques furent abandonnées et cette civilisation millénaire disparut des mémoires.

  • 34  Le méroïtique appartient à la famille soudanique orientale nord, rameau des langues nilo-saharienn (...)

23L’histoire de Méroé reste encore largement une terre inconnue. De vastes zones d’ombre subsistent, mais on peut toutefois s’attendre à de substantiels progrès dans les décennies à venir. D’une part, les missions archéologiques se multiplient sur le territoire du Soudan, notamment dans la région entre Napata et Méroé qui n’avait pas bénéficié de la même attention que la Nubie au cours du siècle passé. D’autre part, les recherches sur la langue méroïtique ont bien avancé, avec notamment le repérage récent de la famille linguistique à laquelle elle appartient34. À plus ou moins long terme, on peut espérer traduire les textes royaux jusqu’à présent presque entièrement opaques, qui nous apporteront de nouvelles lumières sur la plus ancienne civilisation connue d’Afrique subsaharienne.

Haut de page

Bibliographie

Abdel Rahman, A. M. et Rilly, C., 2008, « Royal and Private Devotion to Amun of Napata. Two Meroitic graffiti recently discovered in Jebel Suweigat », Kush, 19, p. 127‑137.

Bonnet, C. et Valbelle, D., 2005, Des pharaons venus d’Afrique. La cachette de Kerma, Paris, Citadelles & Mazenod.

Burkhardt, A., 1985, Ägypter und Meroiten im Dodekaschoinos / Untersuchungen zur Typologie und Bedeutung der Demotischen Graffiti, Berlin [Meroitica, 8].

Desanges, J., 1992, « Bilan des recherches sur les sources grecques et latines de l’histoire de la Nubie antique dans les 30 dernières années », in C. Bonnet (dir.), Études Nubiennes. Actes du viie Congrès International d’Études Nubiennes. 3-8 sept. 1990, Genève, vol. I, p. 363‑378.

FHN i : Eide, T., Hägg, T. et alii, 1994, Fontes Historiae Nubiorum. Textual Sources for the History of the Middle Nile between the Eighth Century BC and the Sixth Century AD, vol. I. From the Eighth to the Mid-Fifth Century BC, Bergen.

FHN ii : Eide, T., Hägg, T., et alii, 1996, Fontes Historiae Nubiorum. Textual Sources for the History of the Middle Nile between the Eighth Century BC and the Sixth Century AD, vol. ii. From the Mid-Fifth to the First Century BC, Bergen.

FHN iii : Eide, T., Hägg, T., et alii, 1998, Fontes Historiae Nubiorum. Textual Sources for the History of the Middle Nile between the Eighth Century BC and the Sixth Century AD, vol. III. From the First to the Sixth Century AD, Bergen.

Hofmann, I., 1977, « Der Feldzug des C. Petronius nach Nubien und seine Bedeutung für die meroitischen Chronologie », in E. Endesfelder (dir.), Ägypten und Kusch, Schriften zur Geschichte und Kultur des alten Orients, Berlin, p. 189-205.

Hofmann, I., 1991, Steine für die Ewigkeit / Meroitische Opfertafeln und Totenstelen, Beiträge zur Sudan­forschung. Beiheft 6, Vienne.

Kahn, D., 2001, « The Inscription of Sargon ii at Tang-i Var and the Chronology of Dynasty 25 », Orientalia, 70, I, p. 1-18.

Łajtar, A., 2006, « Rome - Meroe - Berlin. The Southernmost Latin Inscription Rediscovered (Cil III 83) », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 157, p. 193-198.

Reisner, G.A. 1923, « The Meroitic Kingdom of Ethiopia: A Chronological Outline », Journal of Egyptian Archaeology, 9, p. 34-79.

Rilly, C., 2001, « Approche comparative de la paléographie et de la chronologie royale de Méroé », Meroitic Newsletters, 28, p. 71-89.

Rilly, C., 2003, « Les graffiti archaïques de Doukki Gel et l’apparition de l’écriture méroïtique », Meroitic Newsletter, 30, p. 41-55.

Rilly, C., 2004, « The linguistic position of Meroitic », ARKAMANI Sudan Journal of Archaeology and Anthropology. URL : http://www.arkamani.org/arkamani-library/meroitic/rilly.htm

Rilly, C., 2005, « Meroitic Palaeography as a Tool for Chronology: Prospects and Limits », ARKAMANI Sudan Journal of Archaeology and Anthropology. URL :http://www.arkamani.org/arkamani-library/meroitic_conference_paris/rilly_paleography.htm

Rilly, C., 2007, La langue du royaume de Méroé. Un panorama de la plus ancienne culture écrite d’Afrique subsaharienne, Paris, Champion [coll. de l’École pratique des hautes études, Tome 344].

Rilly, C., 2010, Le méroïtique et sa famille linguistique, Paris-Louvain, Peeters [Coll. SELAF, 454, Afrique et Langage, 14].

Török, L., 1992, « Amasis and Ergamenes », in U. Luft (dir.), Intellectual Heritage of Egypt. Studies Presented to L. Kákosy, Budapest, p. 555-561 [Studia Aegyptiaca 14].

Török, L., 1997, The Kingdom of Kush. Handbook of the Napatan-Meroitic Civilization, Leyde, E.J. Brill [Handbook of Oriental Studies I. The near and Middle East].

Yoyotte, J., 1989, « Le nom égyptien du “ministre de l’économie” – De Saïs à Méroé – », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, janvier-mars 1989, p. 73‑88.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  Voir D. Kahn, 2001 pour cette révision chronologique (on proposait auparavant 727 av. J.-C.).

2  Stèle du roi Nastasen, Caire JE 48884, ligne 3. Voir Fontes Historiae Nubiorum [FHN], ii, p. 441.

3  Voir FHN, ii, p. 687-688.

4  Les statues des rois de Koush sont représentées tenant dans la main l’étui-mekes, qui contient le testament d’Osiris donnant au roi la possession de la terre d’Égypte : voir C. Bonnet et D. Valbelle, 2005, p. 86.

5  Voir par exemple la stèle de l’élection d’Aspelta, Caire JE 48866, l. 15-16, voir FHN, I, p. 238.

6  Cité par Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 3 [1]-[2] (trad. de l’auteur).

7  Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, 6 [3]-[4].

8  Voir notamment G.A. Reisner, 1923.

9  C. Bonnet et D. Valbelle, 2005.

10  Voir L. Török, 1992, FHN ii, p. 566-567 et 649-650, L. Török, 1997, p. 420-423.

11  Son nom, Amani, apparaît aussi bien dans celui d’Arkamani, premier roi de Méroé, que dans celui du dernier actuellement connu, Yesbokheamani. La prééminence inchangée d’Amon de Napata durant le royaume de Méroé est une des objections majeures à la légende d’Ergamène rapportée par Agartharchide.

12  Proto-soudanique oriental nord *Abede, l’élément final ‑mak(a) signifiant « dieu » en méroïtique : Voir C. Rilly, 2004 in fine.

13  Le nom méroïtique, Shebo (Sebo), est récemment apparu dans les fouilles du musée de Berlin à Naga au temple 200. Nous remercions le Prof. D. Wildung pour la communication de ces reliefs encore inédits. Sebioumeker (Sbwjmkr) est probablement la transcription égyptienne du méroïtique Sebo mk-l, litt. « le dieu Shebo ».

14  A. Łatjar, 2006.

15  Voir I. Hofmann, 1991, p. 202-206.

16  Par exemple le mot mère (ég. mwt) est précédé d’un article masculin (pA), le méroïtique ne connaissant pas de genre grammatical.

17  Système d’apparence alphabétique, mais à base syllabique, où chaque signe consonantique nu comprend un /a/ non écrit (voyelle inhérente), alors que les autres voyelles sont signalées par des diacritiques spécifiques. Les autres alphasyllabaires connus sont l’écriture éthiopienne et celle du vieux-perse.

18  Voir C. Rilly, 2003.

19  Pour ces regains d’influence égyptienne, qui semblent paradoxalement correspondre à des périodes de tension avec le voisin du nord, on consultera l’excellent mémoire de DEA d’H. Courty, « Les aspects égyptiens des titulatures des rois méroïtiques », Université de Paris IV-Sorbonne, septembre 2005.

20  L. Török, 1997.

21  Pour un état complet de la question, on se référera à notre publication récente C. Rilly, 2007.

22  Ces fouilles soudano-canadiennes ont été reprises en 1999 par K. Grzymski, du Royal Ontario Museum.

23  Voir Le Monde de la Bible, n° 178, juillet-août 2007, p. 25-31.

24  Voir A.M. Abdel Rahman, C. Rilly, 2008.

25  Voir J. Desanges, 1992. Ces textes sont publiés in extenso dans les Fontes Historiae Nubiorum (FHN ii et iii).

26  Strabon, Geographie, 17.1.53-54 ; Res gestae Divi Augusti, 26.5.

27  Malgré l’imprécision des sources, on a calculé que l’expédition sur Napata, avec retour à Alexandrie, aurait duré entre quatre et sept mois, alors que le simple trajet d’Assouan à Napata, soit le quart du parcours prenait régulièrement deux mois, ceci évidemment sans compter les combats. Voir I. Hofmann, 1977 et L. Török, 1997, p. 453-454.

28  Actes 8 : 26-40.

29  On a longtemps pensé que la première stèle d’Hamadab, un temple près de Méroé fouillé par Garstang, contenait le récit méroïtique des événements (voir FHN ii, p. 719-723). Le texte cite la Candace Amanirenas et le prince Akinidad et mentionne des faits de guerre, mais le nom des Romains en est absent. Il est possible que ce soit la seconde stèle d’Hamadab, très abîmée, aujourd’hui conservée au Musée de Khartoum, qui comportait le récit recherché : les ennemis cités sont appelés Tmey, un terme que l’on retrouve pour légender la représentation d’un ennemi de type européen casqué à la grecque ou à la romaine sur une stèle de Naga, et qui pourrait désigner des « Blancs » en général. Seul le prince Akinidad, qui vécut aussi sous Amanishakheto, est mentionné dans cette seconde stèle.

30  Aussi écrit pesto, ce mot semble être un emprunt à l’égyptien p3 snty « le diœcète », qui désigne de hauts administrateurs du royaume d’Égypte aux époques tardives, notamment sous les Lagides (voir J. Yoyotte, 1987).

31  Concernant ces proscynèmes, voir A. Burkhardt, 1985, l’étude la plus complète sur la question.

32  On distinguera la Nubie, terme géographique désignant la région égypto-soudanaise comprise entre la 1re cataracte et la grande boucle du Nil en amont de la 3e cataracte, et les Nubiens, terme ethnique qui ne devrait s’appliquer en toute rigueur qu’aux locuteurs des langues nubiennes, qui apparaissent sur le Nil seulement à la fin du royaume de Méroé. Cette distinction, respectée dans cet article, est rarement faite et l’on trouve chez de nombreux auteurs le mot « Nubien » utilisé à la place de « Koushite ». Voir C. Rilly, 2007, p. 1-2.

33  Voir FHN, III, p. 1066-1072, à propos de deux inscriptions aksoumites en grec retrouvées à Méroé, antérieures à la conversion d’Ezana au christianisme (vers 350).

34  Le méroïtique appartient à la famille soudanique orientale nord, rameau des langues nilo-sahariennes : voir C. Rilly, 2010 et C. Rilly, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Rilly, « Le royaume de Méroé », Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 21 avril 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://afriques.revues.org/379

Haut de page

Auteur

Claude Rilly

Chargé de recherche, CNRS, Langages, langues et cultures d’Afrique noire (LLACAN)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org