Navigation – Plan du site

Éditorial

Pour une nouvelle histoire des mondes africains avant le XIXe siècle
Editorial
Bertrand Hirsch

Les études sur l’histoire « ancienne » de l’Afrique, à première vue, ne se portent pas très bien.

Eclairons ce constat abrupt. Par histoire « ancienne », il faut entendre les études sur une longue, une très longue période, qui recouperait ce qui, dans l’histoire du monde européen, se décline classiquement en périodes « antique », « médiévale » et « moderne ». Ces catégories chronologiques, dont on sait qu’elles sont de simples constructions savantes, ont d’ailleurs, pour les mondes africains, la même validité – ou la même absence de validité – qu’elles en ont pour l’Europe. Le fait qu’elles ne soient pas utilisées, à titre de simple convention, reflète surtout la faible présence de l’histoire de l’Afrique sub-saharienne dans les institutions académiques d’enseignement et de recherche en France. La première chaire d’histoire de l’Afrique « ancienne » a été créée à la Sorbonne en 1960 ; cinquante ans plus tard, elle reste la seule à être explicitement consacrée à cette période autrefois appelée, de façon malheureuse, « précoloniale ».

Un demi-siècle de recherches

Pourtant, durant ce demi-siècle, l’histoire intellectuelle et académique des études historiques menées en langue française sur l’Afrique ancienne - une histoire qui reste à écrire – a connu d’indéniables évolutions. Pour faire simple, à une période pionnière, d’essor des études et d’effervescence intellectuelle, qui s’étend jusqu’aux années 1980, a succédé une période de relative désaffection. Cela se repère singulièrement dans un domaine, alors privilégié par la recherche, celui de l’histoire des sociétés sahéliennes entre les viiie et xvie siècles. L’attraction pour cet espace s’explique par la présence française dans les pays de cette zone, héritage de la période coloniale, mais aussi par la volonté des nouvelles élites des pays indépendants d’écrire et de s’approprier une histoire remontant bien avant la découverte européenne, et, en parallèle, par le désir des historiens de rompre avec l’histoire qui s’était affirmée pendant la domination coloniale et de « décoloniser » l’histoire. De cette entreprise, l’un des points de départ se trouve dans les recherches menées au sein de l’IFAN et synthétisées par la thèse de Raymond Mauny Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Âge, d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie publiée à Dakar en 1961, que l’auteur justifiait ainsi (p. 14) :

Il arrive un moment dans toutes les disciplines et les champs de recherche, où se fait sentir la nécessité d’un point d’orgue, d’un arrêt momentané des travaux ordinaires pour établir le bilan des résultats déjà acquis, et qui permette de repartir ensuite riche d’une synthèse où se trouve consigné l’état actuel des connaissances sur la question, qui servira de base pour les études ultérieures et qui facilitera les recherches de nos successeurs.

Il nous semble que ce moment est venu, après plusieurs décades de fouilles, de travaux historiques de détail, de traductions des textes médiévaux, dont de faibles éléments seulement ont été utilisés à ce jour, et à l’instant où le changement de statut politique des pays ouest africains va nécessairement inviter à rédiger de nouveaux ouvrages historiques.

Les deux principaux marqueurs qui clôturent cette phase sont aussi des tentatives (prématurées ?) de synthèse : l’Histoire générale de l’Afrique noire, pilotée par l’Unesco, en particulier les tomes II (« Afrique ancienne », 1980), III (« L’Afrique du viie au xie siècle », 1990) et IV (« L’Afrique du xiie au xvie siècle », 1985), et la grande exposition sur les vallées du Niger, dirigée par Jean Devisse, dont le catalogue est édité en 1993. La caractéristique majeure de ces trois grands opus est d’établir un dialogue nouveau entre l’histoire et d’autres disciplines, à l’instar de ce qui s’est passé alors entre l’histoire et les sciences humaines et sociales. Entre l’histoire et l’archéologie – à la suite des résultats des fouilles archéologiques de Tegdaoust ou de Jenné –, entre l’histoire et l’anthropologie – avec, après la résistance de certains ethnologues face à l’affirmation de l’historicité des sociétés africaines, l’essor d’une véritable anthropologie à dimension historique (Claude Tardits, Emmanuel Terray, Claude Meillassoux, Jean Bazin…), entre l’histoire et les disciplines d’érudition et d’étude des textes, avec un regard renouvelé sur les documents écrits endogènes ou exogènes, comme les sources arabes rendues enfin accessibles aux non-arabisants par le recueil de Joseph Cuoq (Recueil des sources arabes concernant l’Afrique occidentale du viiie au xvie siècle (Bilad al-Sudan), Paris, CNRS, 1975) et aussi entre l’histoire et la linguistique. Enfin, il faut rappeler le rôle du champ d’études considéré alors comme le plus novateur (et qui sera, pour les non-spécialistes, comme la « marque de fabrique » de l’histoire de l’Afrique), je veux parler des réflexions et débats provoqués par la question des sources orales (Jan Vansina, Claude-Hélène Perrot, David P. Henige…). L’œuvre la plus souvent utilisée et citée reste celle de l’anthropologue britannique Jack Goody sur les rapports entre oralité et écriture, précisément parce qu’elle fut la seule qui a su dépasser le cadre africain.

Une désertification ?

Qu’en est-il aujourd’hui ? Par comparaison, ces domaines d’études apparaissent comme quasiment désertés par les recherches françaises, mais aussi, pour d’autres raisons, par nos collègues africains. Il n’y a pratiquement plus d’historiens des sociétés sahéliennes de cette période en France et peu d’anthropologues s’inscrivant délibérément dans l’histoire ancienne. En Afrique sahélienne, la « demande » sociale et politique ne porte plus sur la connaissance de l’héritage historique ancien mais plutôt sur la période contemporaine, tandis que la paupérisation des universités ou centres de recherche contraint de nombreux collègues, pourtant auteurs de thèses remarquables sur l’histoire de leur pays avant le xixe siècle, à emprunter les chemins de l’expertise du monde actuel.

Il ne faudrait pas cependant assombrir le tableau actuel et magnifier, de manière rétrospective, cette période pionnière comme un âge d’or. Le relatif effacement des recherches publiées en langue française sur ces régions a été compensé par un investissement plus massif de nos collègues publiant en anglais, dans le domaine de l’histoire, de la recherche critique sur les sources arabes (Nehemia Levtzion, John Hunwick…), de l’archéologie ou des traditions orales : nous avons basculé d’une historiographie où dominait la langue française à une autre historiographie, rupture qui ne peut qu’être bénéfique, à terme, à notre compréhension des sociétés africaines.

Ensuite, on constate depuis une vingtaine d’années une réelle diversification des thèmes de recherche et des espaces investigués, en particulier grâce au CNRS et aux universités qui ont soutenu l’histoire ancienne de l’Afrique subsaharienne par le recrutement de plusieurs jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs. D’autres horizons se sont ouverts pour les historiens, dans des régions jusqu’alors surtout fréquentées par des chercheurs anglo-saxons : la région des Grands Lacs, la Corne de l’Afrique, l’Afrique orientale et australe. Remarquons que se manifestait peut-être là, de façon non concertée et inconsciente, le désir de rompre définitivement avec l’héritage colonial français, en choisissant des régions situées hors de l’ancien empire colonial.

Histoire « ancienne », « histoire contemporaine »

Reste, au terme de ce demi-siècle, un constat qui dépasse, lui, les frontières nationales ou continentales : la domination de plus en plus forte de l’histoire « contemporaine » de l’Afrique, de la colonisation à nos jours – soulignons en passant que c’est la seule catégorie chronologique employée couramment, comme si elle allait de soi, alors qu’elle pose autant de questions que les autres… Or il existe des différences fortes entre les pratiques des historiens des « mondes anciens » et ceux du monde « contemporain » ou « actuel ». J’en citerai au moins trois :

  • L’historien des périodes avant le xixe siècle travaille sur des documents fragmentaires, lacunaires, sur des traces parfois très fragiles, en particulier lorsqu’il s’agit de sociétés sans documents écrits. Il sait, d’entrée de jeu, que ses ignorances sont immenses, que chaque document compte et qu’il faut, à chaque fois, en reprendre l’interprétation.

  • En raison précisément de cette fragilité documentaire, il se doit de travailler de manière étroite avec les autres sciences qui travaillent sur ces mêmes périodes : l’archéologie, la linguistique, les disciplines d’érudition (philologie, paléographie, codicologie, diplomatique…), l’histoire de l’art, l’anthropologie… Mais il sait aussi que chacune de ces disciplines construit un point de vue qui n’est pas celui de l’historien, que la réunion synthétique des « données » venant d’elles est, pour l’heure, une illusion et que, peut-être, l’une des seules façons d’avancer est de travailler de concert, en construisant sur le « terrain » un même objet de recherches.

  • Enfin, si cette histoire, comme toute histoire, doit savoir élaborer un discours critique sur elle-même (l’historiographie est, pour les études historiques sur l’Afrique, une nécessité absolue en raison de la longue négation de l’histoire de l’Afrique par l’Occident), et si elle sait qu’elle ne peut poser que les questions de son temps, elle ne répond cependant à aucune « demande sociale » pressante, reste méfiante à l’égard de l’expertise et de toutes les approches (économiques, développementalistes , politiques…) actuelles qui « globalisent » le continent africain. Peut-être pertinentes à l’âge de la mondialisation, elles en obscurcissent la connaissance une fois projetées dans le passé.

C’est pourquoi cette nouvelle revue en ligne veut privilégier, sans exclusive, l’histoire sur le temps long et renouer, d’une manière nouvelle, les fils du dialogue avec l’archéologie, la linguistique, les disciplines d’érudition et l’anthropologie. C’est cette volonté qui anime l’équipe, composée surtout d’historiens, qui est à l’origine de la création de ce nouvel espace de publication.

Pour une historiographie critique

Ils partagent d’abord le constat que l’Afrique, comme réalité continentale, est une notion assez récente : sa saisie cartographique par l’Europe date de la fin du xve siècle et la prise de conscience d’une unité de l’Afrique est encore plus récente, avec l’essor du panafricanisme aux xixe et xxe siècles. Pour l’historien des périodes anciennes, le terme « Afrique » est une catégorie sans cesse à interroger : il renvoie plutôt à l’élaboration des savoirs et des clichés sur l’Afrique « noire » depuis l’Antiquité et a peu de pertinence quand il s’agit de l’histoire des sociétés africaines. Ce que l’historien perçoit, ce sont des mondes africains, peu ou pas interconnectés entre eux, mais davantage liés aux mondes qui les entouraient que ce que l’on pense communément : par exemple le monde sahélien et, à travers lui, celui des savanes et des forêts avec le Maghreb et la Méditerranée via le grand désert ; les régions du haut Nil et de la Corne avec les pays de la Méditerranée orientale via le Nil et la mer Rouge, qui ouvrait aussi sur l’Arabie, les pays du golfe Persique et de l’océan Indien avec lesquels la côte orientale et Madagascar ont entretenu de riches échanges.

Des Afriques, donc, d’où le titre de notre revue.

Longtemps l’histoire de l’Afrique a été considérée – et s’est peut-être considérée elle-même – comme le parent pauvre des études historiques : jeunesse de la discipline, certes, mais surtout statut particulier assigné au « continent noir ». Combien de fois n’avons-nous pas entendu, à l’énoncé de recherches sur l’histoire de telle société africaine de l’époque « médiévale » : mais sur quels documents travaillez-vous donc ? Ou alors, à l’annonce d’une mission sur le « terrain », l’idée qu’il ne pouvait s’agir que d’entretiens enregistrés auprès de nobles vieillards à l’ombre d’un grand arbre ? Ces caricatures, qui ne se veulent pas malveillantes, tiennent à la persistance d’un ensemble de « pré-notions » : celle d’un continent sans documentation écrite, sinon d’origine extérieure, à l’historicité floue (n’a-t-elle pas été très récemment remise en cause au plus haut sommet de l’État), aux paysanneries statiques, aux populations travaillées par l’« ethnisme ».... Or ce que l’histoire de l’Afrique peut offrir aux études historiques, au-delà de la nécessaire déconstruction critique de la perception occidentale du monde, dont elle offre un formidable laboratoire, est précisément ce qui a été oublié et totalement occulté : les sociétés africaines des périodes anciennes offrent ce qui fut peut-être le plus large éventail connu d’organisations sociales et politiques, une « grammaire » du politique sans équivalent – depuis de grandes formations étatiques, régissant de manière différenciée d’immenses territoires à un ensemble complexe de sociétés lignagères, segmentaires (dont la découverte est récente puisqu’elle remonte à la grande étude de E. Evans-Pritchard sur les Nuer en 1940 qui a démontré qu’il y avait du politique là où on ne voyait jusqu’alors que segmentation indistincte et vendettas violentes) – et, entre ces deux pôles, des formes politiques extrêmement diverses (royaumes, cités-Etats, chefferies…) et aux frontières perméables. On pourrait affirmer la même chose du « religieux », par exemple entre les religions monothéistes et les cultes locaux, territorialisés, gérant les relations avec le monde des invisibles et des esprits ancestraux, ou du « mythologique » qui, dans son foisonnement et malgré les tentatives de Luc de Heusch pour le domaine « bantou », n’a pas encore trouvé son Claude Lévi-Strauss ou son Georges Dumézil.

Il y a donc un profond renversement de perspective à accomplir : les mondes africains sont parmi ceux qui ont le plus à apporter à l’intelligibilité des sociétés humaines dans le temps.

Il est vrai, pour revenir à notre point de départ, que le petit nombre d’études et d’analyses consacrées à l’histoire de ces centaines de sociétés interdit de véritables synthèses, que des pans entiers d’histoire manquent faute d’investigation, que les instruments d’accumulation des connaissances mis en place pour d’autres histoires (éditions et recueils de sources, encyclopédies, manuels…), permettant au moins la saisie de la doxa du moment, sont très insuffisants. Afriques ne peut avoir pour ambition de combler ce manque. L’enjeu est plutôt d’accompagner et de participer au tournant pris par de récentes études sur les mondes africains anciens qui placent, au centre de l’analyse historique, la façon dont l’histoire des sociétés s’est élaborée et a été pensée par ces sociétés elles-mêmes comme par des sociétés extérieures, sociétés européennes ou autres. Bref, ce tournant n’est autre que la prise de conscience de la puissance heuristique de l’historiographie critique, comme le montrent, pour prendre deux ouvrages récents, le livre de P. Masonen, The Negroland revisited. Discovery and Invention of the Sudanese Middle Ages (Helsinki, 2000) ou la formidable confrontation entre les inscriptions épigraphiques en arabe, les tarikh tombouctiens et les savoirs européens réalisée par P. F. de Moraes Farias (Arabic medieval inscriptions from the Republic of Mali : Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg history, Oxford, 2003).

Le maître mot de notre démarche est donc celui de critique. Critique des documents, regard critique sur notre discipline et son histoire, dialogue critique avec les disciplines voisines pour rompre avec le consensus mou qui prévaut trop souvent aujourd’hui dans les études sur l’Afrique, rejeton de l’« africanisme », cette idéologie post-coloniale qui a fait son temps.

Un dernier mot, enfin, sur la forme donnée à cette revue. Nous sommes, pour partie et avec d’autres, les héritiers de l’aventure qu’a constitué la revue Afrique & histoire, publiée par les éditions Verdier, dont l’objectif était de désenclaver l’histoire de l’Afrique et qui a dû s’arrêter en 2009 à la parution de son septième numéro. Forts de cette expérience, nous avons voulu explorer de nouvelles voies, celle d’une revue entièrement en ligne, gratuite et en accès libre, avec une périodicité régulière autour de deux dossiers annuels, mais permettant de nourrir des rubriques de façon continue et évolutive ; et de profiter des possibilités qu’offre ce medium en termes de volume de données rendues disponibles, en particulier pour les images ou la mise en ligne de sources anciennes volumineuses. Avec l’ambition de créer un réseau entre ceux, que l’on espère nombreux, qui partagent notre conviction sur la place centrale que doit désormais occuper l’histoire des mondes africains.

  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org