Navigation – Plan du site

Un archéologue capucin en Éthiopie (1922-1936) : François Bernardin Azaïs

A Capuchin archaeologist in Ethiopia (1922-1936): François Bernardin Azaïs
Amélie Chekroun

Résumés

En 1922, François Bernardin Azaïs, moine capucin et ancien missionnaire dans la province de Hārar de 1897 à 1913, est envoyé par le gouvernement français en Éthiopie afin de réaliser des recherches archéologiques. Au total, il y accomplit dix missions archéologiques et ethnographiques couvrant les parties est et sud du pays. Seules ses quatre premières expéditions sont connues aujourd’hui, grâce à son ouvrage Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie (1931). Pourtant, au cours des onze années suivantes, F.B. Azaïs a rédigé de nombreux rapports et articles inédits, conservés actuellement dans les archives capucines de Rome, qui permettent de retracer son parcours et ses découvertes. Cette nouvelle documentation permet au chercheur de compléter nos connaissances sur l’ensemble des sites archéologiques de la moitié sud du pays, de retracer l’origine d’institutions éthiopiennes comme la Bibliothèque nationale et le Musée national mais aussi d’un Institut d’archéologie. À la lumière de ces nouvelles informations, F.B. Azaïs mérite d’être reconnu comme le père de l’archéologie du Sud de l’Éthiopie.

Haut de page

Notes de l'auteur

Pour mener cette étude, j’ai bénéficié du soutien du programme ANR « CornAfrique » et de l’École française de Rome qui m’ont permis de faire deux séjours d’étude dans les archives capucines de Rome (janvier 2008 et septembre 2009). Merci également à Bertrand Hirsch pour ses conseils et ses relectures.

Texte intégral

  • 1  F. Azaïs, 1923b. L’idée d’une influence pharaonique provient de la présence de tumulus dans divers (...)
  • 2  F. Azaïs, 1923b
  • 3  Voir Archives nationales de France, cote 17/17241, « Projet de création d’un Institut français d’É (...)
  • 4  Note de service « affaire de l’établissement d’Éthiopie » de G. Foucard au directeur de l’enseigne (...)

1En 1920, le gouvernement et le monde scientifique français (notamment M. Pottier, conservateur du département des Antiquités orientales du musée du Louvre) cherchent à envoyer un archéologue en Éthiopie afin d’y réaliser des recherches archéologiques. Pour quelles raisons ? Tout d'abord, l'idée était, par le biais de « recherches de ruines antiques et de documents, d'établir et de fortifier les traditions qui font remonter l'origine de ce pays, d'un côté à la reine de Saba, de l'autre aux Pharaons1». En outre, « le musée du Louvre ne possédant aucun document archéologique du passé de cette vieille civilisation, ce serait un honneur pour le Musée, et une gloire pour la science française, de recevoir des documents arrachés aux ruines d'autrefois et pouvant aider à la solution des problèmes historiques relatifs à l'origine de ces peuples2 ». Enfin, à travers ces recherches archéologiques, la France veut convaincre le gouvernement éthiopien de créer à Addis Abeba une annexe de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire3. L'objectif de la France est donc de mener en Éthiopie une politique de fouilles archéologiques et de collecte de documents comme celle qui avait été menée en Égypte, afin de créer un centre de recherches français en Éthiopie qui permettra de « développer l’influence française dans l’Afrique orientale4 ». Cette politique est finalement organisée et soutenue par le ministère de l’Instruction publique, la Société de géographie et la Société de photographie, le ministère des Affaires étrangères, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’École des langues orientales, mais aussi par le Louvre, en la personne de M. Pottier, et par M. Poincaré, alors président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, et membre de l’Académie française. Le choix des autorités françaises se porte sur le père Azaïs, ce qui ne manque pas de surprendre puisqu’il s’agit d’un moine capucin. Mais nous allons voir que ce choix était motivé par de nombreux aspects et se révéla judicieux.

  • 5  Cette mission catholique s’appelait « Galla », car cette région était peuplée d’Oromo, appelés « G (...)
  • 6  Mgr Jarosseau, Journal de la Mission Galla, année 1922, manuscrit non paginé, cote 2R32. En tant q (...)

2Afin de présenter ce projet au rās Tafari, régent de l’empire d’Éthiopie, il était nécessaire de trouver une personne proche du pouvoir éthiopien, capable de le persuader de l’intérêt de ces recherches. Sur les conseils d’Azaïs, le gouvernement français fait appel à monseigneur Jarosseau, ancien précepteur du rās Tafari, évêque et vicaire apostolique de la mission catholique dite des « Galla5 » située dans la province de Hārar. Jarosseau accepte cette mission diplomatique et, dans sa lettre adressée au régent au début de l’année 1922, il souligne que ce programme a pour but « d'établir scientifiquement l'antiquité de l'Empire éthiopien, de révéler son ancienne gloire et de prouver que l'islamisation n'est qu'un empire de dévastation qui poursuit impitoyablement la ruine du passé en faisant table rase de tout pour asseoir son fanatisme6 », mettant ainsi en avant la lutte contre l’islam et la valorisation du passé de l’Éthiopie chrétienne.

  • 7  Il s’agit en effet de zones alors très peu connues du point de vue archéologique, contrairement au (...)

3À la suite d’un accord entre autorités françaises et éthiopiennes, Azaïs se rend en Éthiopie entre 1922 et 1936, et consacre ces quinze années à des recherches archéologiques (mais aussi anthropologiques, botaniques, géographiques…) de vaste ampleur, aussi bien d’un point de vue chronologique que spatial, puisque c’est une grande partie des régions méridionales et orientales de l’Éthiopie d’alors qui sont explorées7. Aucun chercheur n’a jusqu’à aujourd’hui étudié en détail l’ensemble de ce programme, ni cherché à dégager sa cohérence et les effets qu’il a eus sur les recherches scientifiques en Éthiopie. Les archéologues se contentent le plus souvent de se référer à l’œuvre maîtresse d’Azaïs, Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie, parue à Paris, en 1931.

  • 8  Au Collegio Internazionale S. Lorenzo da Brindisi dei Frati Minori Cappuccini (Circonvolarione Occ (...)
  • 9  L’aide précieuse de l’équipe de cette bibliothèque m’a été fondamentale pour entrer en contact ave (...)
  • 10  Voir Annexes 1, 2 et 3.

4Or, le chercheur dispose aujourd’hui d’une documentation originale et inédite qui permet de jeter des lumières nouvelles sur cette entreprise hors du commun. Conservé en grande majorité dans les archives capucines générales de Rome8 mais aussi à la Bibliothèque franciscaine provinciale des Capucins de Paris9 et aux Archives nationales de France, ce corpus est composé de documents variés10 :

  • la correspondance abondante entre Azaïs et Mgr Jarosseau des années 1911, 1922 et 1926 à 1937 ;

  • la correspondance entretenue entre Mgr Jarosseau et les différents missionnaires de la mission dite des « Galla » ;

  • les nombreux rapports de mission rédigés par Azaïs et adressés au rās Tafari, au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts éthiopien ou au gouvernement français, non publiés ;

  • la correspondance entre les différents organismes français et éthiopiens concernant la création d’un Institut (français) d’archéologie à Addis Abeba ;

  • les nombreux articles d’Azaïs, ou de journalistes français d’alors, résumant l’état de ses recherches, publiés dans La Géographie, l’Analecta Ardinis Minorum Capuccinorum, Le Courrier d’Éthiopie, Les Voix franciscaines, la Revue d’ethnographie et des traditions populaires, L’Anthropologie… ;

  • le manuscrit inédit d’un ouvrage d’Azaïs, Troisième Expédition archéologique et ethnographique du père Azaïs ;

  • quatre albums de photographies intitulés « Album [I, II, III ou IV] offert à l’Exposition Vaticane qui aura lieu en 1917 (1925) par son Altesse Impériale le ras Tafari Makonnen, Prince Régent et Héritier de l’Empire d’Éthiopie. Ce 15 novembre 1917 (25 novembre 1924). À la demande du R.P. Bernardin Azaïs, Frère Mineur Capucin de la Province de Toulouse, Missionnaire en Abyssinie, auteur de cet album », inédits ;

  • des carnets de notes d’Azaïs rédigés au cours de ses missions ;

  • des photographies diverses, souvent non triées, prises par Azaïs au cours de ses missions.

  • 11  L’implication du pouvoir éthiopien vis-à-vis de l’archéologie a été soulignée dans B. Hirsch et F. (...)

5À la lecture de cette documentation, je vais essayer de retracer l’histoire d’un projet intellectuel, de voir comment il s’est ou non concrétisé et tenter de comprendre l’implication du pouvoir éthiopien dans ces recherches sur le passé « glorieux » et chrétien de l’Éthiopie11.

De l’apostolat missionnaire à l’archéologie

Un missionnaire en Éthiopie, 1897–1913

  • 12  G. de Grandmaison, 1921.
  • 13  Les Frères mineurs capucins forment un ordre religieux de la famille franciscaine, approuvé comme (...)

6François Bernardin Azaïs est né le 31 janvier 1870 à Saint-Pons, dans l'Hérault12. Il entre au couvent à l'âge de quinze ans et devient capucin13. Très vite, il exprime auprès de ses supérieurs le désir de partir en tant que missionnaire. Ce n’est qu’en novembre 1897 qu’il peut enfin rejoindre la mission dite des « Galla » dans la partie orientale de l’Éthiopie.

7Le frère Bernardin, comme se dénomme alors Azaïs, arrive donc à Hārar en 1897. Au cours de ses premières années en Éthiopie, il est un simple missionnaire chargé de convertir, au même titre que les autres capucins placés sous la direction de Mgr Jarosseau, la population locale oromo, qui, dans cette région de Hārar, était (et est restée majoritairement) musulmane.

  • 14  F. Azaïs, R. Chambard, 1931.
  • 15  Le rās Makwannen (8 mai 1852–21 mars 1906), petit-fils du roi Śāhla Śellāsē du Šawā par sa mère, f (...)
  • 16  Yašimābēt Ali est morte du choléra le 14 mars 1894.
  • 17  Le rās Tafari est né le 23 juillet 1892 à Eğğersāgoro près de Hārar. Il est le fils unique du rās (...)
  • 18  De très nombreux articles ont été rédigés sur cette léproserie, aussi bien de la part du P. Bernar (...)

8À Hārar se concentraient un nombre important de lépreux, qui, selon Azaïs, étaient « surtout des musulmans, venus à la ville sainte de toute l’Éthiopie orientale, dans l’espoir d’obtenir une guérison auprès des tombeaux des saints et aussi, il faut le dire, pour profiter des nombreuses aumônes des âmes pieuses14». Mgr Jarosseau a l’idée, en 1902, de construire une léproserie à l’écart de la ville afin de protéger la population citadine des demandes incessantes des lépreux, et de tenter de les guérir, ou du moins de les soigner. Le gouverneur de Hārar, qui était alors le rās Makwannen15, fut très vite séduit par ce projet de léproserie, l’encouragea, le finança et voulut le dédier à la mémoire de sa femme, Yašimābēt Ali16, mère du futur rās Tafari17. Le père Marie-Bernard se chargea de la création de cette « léproserie de Hārar18 », avec l’aide du frère Bernardin.

  • 19  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 16.
  • 20  Azaïs racontera bien plus tard, à la fin de sa vie, qu’il parvint bien à baptiser, à l’article de (...)

9L’inauguration eut lieu le 13 juin 1902. Les débuts de l’« Œuvre de la Léproserie » ne sont pas à proprement parler un succès. Les premiers temps sont tout particulièrement difficiles, les lépreux refusant de venir s’y faire soigner, les hommes et les femmes étant placés dans deux villages séparés. Après une rébellion et une famine, les lépreux finirent par se soumettre à la direction des capucins19. Durant les trois premières années, bien que de nombreux malades soient venus s’y établir, aucune conversion n’est signalée. Or l’objectif premier de cette œuvre était l’évangélisation20. La léproserie finit par s’imposer et, lors de la rédaction de son ouvrage en 1926, Azaïs compte entre cinquante et soixante lépreux hospitalisés à Hārar.

  • 21  J. Dalbiga, 1933.
  • 22  Mgr Jarosseau, Journal de la Mission Galla, année 1908.
  • 23  Le Semeur d’Éthiopie, « Bulletin de la mission des capucins de Diré Daoua », est le nom que prit L (...)

10Après cette expérience, Azaïs fut chargé de s’occuper de l’imprimerie de la mission, lorsque celle-ci fut transférée à Derē Dāwā21. P. Marie Bernard avait convaincu Jarosseau d’acheter une presse afin de créer une imprimerie à la mission pour financer la léproserie22. En 1908, Jarosseau décide de la transférer à Derē Dāwā, ville dans laquelle une presse pouvait être plus utile qu’à Hārar. En effet, l’ensemble des Européens de la région vivaient dans cette ville en raison de la présence du chemin de fer et formaient un public susceptible d’avoir recours à ce service. En dehors de ces « contrats » passés auprès des Européens, l’imprimerie de Derē Dāwā publiait mensuellement la revue Le Semeur d’Éthiopie23.

  • 24  « Un événement religieux à Diré Daoua : bénédiction de la première église élevée dans cette cité, (...)
  • 25  « Le culte de l’eucharistie dans l’Église d’Abyssinie », publié en 9 fois au cours de l’année 1908
  • 26  « La religion du peuple Galla », février 1907, p. 138-140 ; « La religion Galla, Kimismadal : Sacr (...)

11C’est le P. Marie Bernard qui était directeur de l’imprimerie et du journal, assisté d’Azaïs. Ce dernier a rédigé et publié, dans le cadre de ses nouvelles activités, de nombreux articles sur la vie de la mission24, mais aussi sur l’Église orthodoxe éthiopienne25 et la religion des « Galla »26 pour Le Semeur d’Éthiopie ou pour d’autres revues religieuses françaises, telles que Les Voix franciscaines ou encore Les Missions catholiques.

12Ces dix-sept années passées en tant que missionnaire à la mission des « Galla » lui ont permis d’acquérir une connaissance approfondie de la région de Hārar et de l’Éthiopie. En contact constant avec la population, en particulier comme missionnaire au contact des Oromo du Hārar, il apprend et pratique la langue oromo mais aussi l’amharique.

Azaïs, Jarosseau et Tafari

13Ces années missionnaires ont permis en outre à Azaïs de créer des liens forts avec deux personnalités très influentes dans l’Éthiopie d’alors : Mgr Jarosseau et le rās Tafari.

  • 27  Anonyme, 1933. Pour une biographie de Jarosseau, voir le n° 550 des Voix franciscaines, avril-juin (...)
  • 28  Anonyme, 1933.

14Mgr. Jarosseau était l’évêque de la mission. Mgr. Taurin était encore le vicaire apostolique de la mission des « Galla » en 1897, à l’arrivée d’Azaïs. Appelé pour affaires en Europe, il meurt subitement à Carcassonne le 1er septembre 1899. Mgr Jarosseau lui succède. Ce dernier était arrivé à la mission en 1882, à l’âge de 24 ans, comme simple missionnaire27. Mgr Taurin l’avait nommé « supérieur régulier des missionnaires » en 1897, le désignant ainsi comme son successeur. Il fut sacré évêque et vicaire apostolique des « Galla » à Rome, le 16 septembre 190028.

  • 29  Lettre du Fr. Bernardin à un Frère (non identifié), Toulouse, le 26 septembre 1910.
  • 30  Durant toute l’année 1911, Azaïs a envoyé en moyenne une lettre par semaine à Mgr Jarosseau, le te (...)
  • 31  Évêque italien chargé de l’ancienne mission des Somali.
  • 32  « Hier, […] j’ai été admis en audience particulière et privée auprès de Sa Sainteté Pie X. […] Dès (...)

15Mgr Jarosseau appréciait beaucoup Azaïs. Cette confiance se manifesta de nombreuses manières, mais la plus parlante est la mission diplomatique que Jarosseau lui confia auprès du pape Pie X. À la mort de sa mère, le 21 août 1910, le P. Azaïs rentra en France29. Il en profita pour voir sa famille, c'est-à-dire sa sœur, son beau-frère et sa nièce, mais aussi des amis ou des relations. Puis, au début de l’année 191130, Mgr Jarosseau lui confia le difficile rôle de porte-parole de la mission à Rome puis à Paris. Cette affaire dura presque toute l’année. Azaïs devait en particulier régler le problème des missionnaires de la côte somalie, qui s’étaient retrouvés sous l’autorité de Jarosseau suite à leur expulsion de leur propre mission. Cela faisait plus d’un an qu’ils étaient arrivés, et il s’agissait de négocier leur intégration officielle dans la mission des « Galla », ou leur séparation en une deuxième mission, Mgr Jarosseau consentant à leur céder Derē Dāwā et l’imprimerie. Toute l’affaire aurait pu se régler de manière rapide, mais Mgr Prévotti31 désirait en faire une mission indépendante et remplacer par la suite les missionnaires français par des Italiens. Finalement Azaïs obtint gain de cause et eut même l’honneur d’être reçu longuement par le pape en personne32. Cette mission fut donc une réussite et renforça les liens qui unissaient les deux hommes.

  • 33 Berhanou Abebe, 1998, p. 163 ; H. Marcus, 1987.
  • 1
  • 35  Cette correspondance couvre les années 1910 à 1936 et est conservée sous les cotes 2R 190 à 2R 201 (...)

16La seconde personne avec laquelle Azaïs a tissé des liens de première importance en Éthiopie est le rās Tafari. Ils se connaissent depuis la plus tendre enfance de Tafari. En effet, dès 1896, Tafari, alors âgé de 4 ans, orphelin de mère, est confié, par son père, le rās Makwannen, à Mgr Jarosseau. Lorsque Azaïs arrive pour la première fois en Éthiopie, il se retrouve donc à vivre et à être en contact constant avec le futur empereur du pays. Jarosseau, précepteur de Tafari, s’occupe de son éducation, avec l’aide du Dr Joseph Vitalien, futur médecin personnel de Menilek II, et l’ensemble des missionnaires de la mission33. Jarosseau lui enseigne le français, qui deviendra sa langue de prédilection, les mathématiques, les sciences. Abba Samuel, missionnaire capucin de nationalité éthiopienne, est chargé de son éducation traditionnelle : l’amharique, le ge’ez, l’histoire de l’Éthiopie, les usages34. Jarosseau est donc très proche du jeune Tafari. À la suite de son père, Tafari, devenu dağğāzmāč et gouverneur de Hārar, prend sous sa protection la mission catholique et la léproserie, tout comme l’avaient fait avant lui Menilek II et Makwannen. Il reste en contact avec Mgr Jarosseau jusqu’à la mort de ce dernier, comme le montrent un ensemble de lettres conservées aux archives générales capucines35. C’est donc une relation de longue durée qu’entretiennent le rās Tafari et Azaïs, par le biais de la mission.

De la guerre à l’archéologie

  • 36  G. de Grandmaison, 1921.
  • 37  G. Bernoville, 1950, p. 193. Jarosseau avait un style de rédaction très fleuri qui peut surprendre (...)

17Azaïs était aussi un intellectuel, nanti d’une solide formation. Au cours des études de théologie qu’il suivit lors de sa formation de capucin, il fit preuve d’une réelle capacité de réflexion et de recherche. Il obtint même la possibilité d’aller faire une partie de ses études à Ottawa au Canada36, ce qui, en cette fin du xixe siècle, n’était pas très courant. Puis, rattaché aux capucins de Toulouse, il commença à prêcher dès la fin de ses études et devint professeur de rhétorique des étudiants capucins de Carcassonne. Jarosseau dira de lui : « Sa formation première avait déjà révélé chez lui des dons d’intellectuel, de chercheur et de lettré. Méridional de pied en cap, il échauffe tout ce qu’il dit, tout ce qu’il fait. Au fond de rêve, illuminé de soleil, du Provençal artiste, il joint un esprit positif, lucide, à la fois enthousiaste et critique37. »

  • 38  Le Semeur d’Éthiopie, juillet 1907, p. 227-228.
  • 39  Le Semeur d’Éthiopie, janvier 1908, p. 327-329.

18Il put assez rapidement cultiver son goût pour la connaissance et la recherche. Comme nous l’avons expliqué précédemment, il eut l’occasion à la mission des « Galla » d’écrire des articles de réflexions théologiques, mais aussi des articles de nature ethnographique sur la culture des Oromo, leur religion et leur histoire. Les titres des articles qu’il publia alors sont assez révélateurs : « Le culte de l’eucharistie dans l’Église d’Abyssinie38 », ou encore « La religion Galla : Kimismadal : Sacrifice du pain39 »… Au cours de ses visites auprès des différents missionnaires rattachés à la mission et occupant des stations réparties sur l’ensemble du massif du Č̣erč̣er, il développa un goût pour ce qu’il appelait les « recherches d’antiquité ». Pourtant il ne semble pas qu’il ait publié à cette époque d’articles sur ses découvertes et ses reconnaissances.

  • 40  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 6 janvier 1916.
  • 41  G. de Grandmaison, 1921, p. 52-56.
  • 42  Geoffroy de Grandmaison (1858-1931), historien français, proche des milieux catholiques.
  • 43  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 22 juillet 1922, Addis Abeba. Le prince Murat, de son nom com (...)
  • 44  Pour des détails sur les combats auxquels il a participé, se reporter à l’article de G. de Grandma (...)

19Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, le P. Azaïs est alors âgé de 44 ans, ce qui le dispense du service militaire. Pourtant, dès le mois d’août 1914, il s’engage dans une section active des brancardiers. Puis, selon ses propres désirs, il est envoyé au front, dans la 24e division, en Champagne, Lorraine et Artois40. Il s’occupe alors de l’identification des morts, « c'est-à-dire courir sous la mitraille pour ramasser des cadavres déchiquetés et les enterrer en dépit des miasmes pestilentiels de la putréfaction41 », selon les termes d’un journaliste de l’époque42. De mars 1916 à février 1918, il est à Verdun, comme aumônier particulier du prince Murat43. Au fort de Belle Épine, il est chargé d’assurer le service religieux durant les combats. La nuit, il va relever les blessés sur le champ de bataille. En février 1918, il est nommé aumônier militaire de la 57e division, qui menait une campagne difficile en Albanie. En dehors des combats44, la grippe espagnole fit des ravages dans les rangs de l’armée. Azaïs, habitué à la maladie, suite à ses années passées à s’occuper des lépreux de Hārar, fut, semble-t-il, héroïque durant cette épidémie et il obtint la « médaille des épidémies », récompense honorifique remise par le gouvernement français à ceux qui avaient fait preuve d’un courage et d’un altruisme remarquables lors des grandes épidémies qui frappèrent le pays.

  • 45  « Les Grecs, d’après les décisions de la Conférence des Alliés, devaient recevoir ce pays, jadis t (...)
  • 46  J. Dalègre, 1999 : « Le Général Charpy, chef d’État-major de Franchet d’Esperey devient en 1919, à (...)
  • 47  G. de Grandmaison, 1921.

20À l’armistice, il fut rapatrié en France mais fit en sorte d’être envoyé en mai 1919 à l’armée d’Orient, et fut alors affecté à la 122e division, puis en Thrace45, sous le commandement du général Charpy46. Lors de cette occupation de la Thrace, entre août 1919 et juin 1920, Azaïs réalisa une collection de cartes postales, 200 types de photos différentes éditées à 50 000 exemplaires, afin de collecter des fonds pour la mission. Mais il exerçait surtout son ministère sacerdotal. Son caractère, qui lui sera si précieux lors de ses expéditions archéologiques en Éthiopie, est déjà affirmé : « La douceur et le tact du P. Azaïs s’étaient fait une clientèle d’amis parmi tous ces prêtres schismatiques, il devenait l’agent de liaison entre les différents rites et maintenait la concorde de Grecs à Bulgares ; accord qui dura jusqu’au départ des Français47. »

  • 48  Un certain Ivan Christoffe que nous n’avons pas pu identifier.

21Lors de ces dix mois passés en Thrace, il occupa ses loisirs aux « antiquités » du pays, recherches qui l’intéressaient depuis ses voyages autour de la mission catholique des « Galla » à la recherche de vestiges archéologiques. Sur les indications d’un archéologue de Sophia48, il proposa au général Charpy de tenter des recherches en Thrace. Très vite, il signala sept tumulus aux environs de Gumuldjina et proposa la fouille du plus considérable d’entre eux, situé à quatre kilomètres de la ville. Les fouilles durèrent huit mois et furent fructueuses. Il prospecta sur tout le pourtour de la mer Égée, en compagnie du général Charpy.

  • 49  François Thureau-Dangin (1872-1944), assyriologue, archéologue et épigraphiste français, conservat (...)

22Il rentra en France en août 1920, à la fin de l’occupation française de cette région, avec les caisses contenant ses précieuses découvertes, qu’il porta au musée du Louvre. Elles furent tout d’abord confiées à M. Thureau-Daugin49, puis à M. Pottier, conservateur des Antiquités orientales du musée du Louvre, membre de l’Académie des inscriptions, qui les examina et confirma leur valeur historique. À sa demande, Azaïs rédigea un rapport complet sur les travaux archéologiques de la mission française en Thrace pour l’Académie des inscriptions. M. Pottier le choisit alors pour réaliser des recherches similaires en Éthiopie.

De 1922 à 1926 : vers un Institut français d’archéologie à Addis Abeba ?

  • 50  Voir Archives nationales de France, cotes F/17/17241 et F/17/13604.
  • 51  Rapport de M. Foucart à Tafari Makonnen (Le Caire, 19 mars 1923).
  • 52  Lettre de Foucart au directeur, Le Caire, 10 mai 1924.
  • 53  Lettre du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts au sous directeur chargé de l’Afriq (...)
  • 54  Lettre de G. Foucard au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 8 mai 1923) et lettre de (...)

23Le gouvernement français, sous l’impulsion de Georges Foucart, égyptologue et directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire de 1915 à 1928, recherchait en effet depuis quelque temps à envoyer un chercheur en Éthiopie afin de convaincre le gouvernement éthiopien d’autoriser la création, à Addis Abeba, d’une annexe de l’Institut  français d’Égypte50. G. Foucart était persuadé que des liens existaient entre la civilisation égyptienne et celle d’Éthiopie51 et que ces recherches permettraient de mettre au jour l’origine des sociétés africaines52. Le gouvernement français y voyait un moyen de développer l’influence de la France en Afrique orientale et de créer des liens privilégiés avec l’Éthiopie53. Le projet était d’ailleurs tenu secret afin que les « puissances étrangères » et notamment les États-Unis ne reprennent pas le projet à leur compte54.

24Ainsi Azaïs devait réaliser quelques recherches archéologiques à partir des éléments qu’il avait repérés lors de son séjour en tant que missionnaire afin de convaincre le régent Tafari que son pays regorgeait de vestiges dignes d’être étudiés et nécessitant la création d’un institut (français) destiné à les étudier. Le rôle d’Azaïs n’était donc pas principalement celui d’archéologue mais avant tout celui de porte-parole de ce projet d’annexe du Caire auprès de Tafari.

  • 55  Dépêche n° 61 de de Coppet au président du conseil (Addis Abeba, 1922).

25Le projet initial ne comportait donc qu’une seule mission de prospection et de relevés archéologiques dans la région du Hārar, zone que connaissait bien Azaïs. L’objectif de ce voyage était en effet l’étude approfondie d’une « tombe ancienne signalée dès 1885 par l’explorateur autrichien Paulitschke à 80 kilomètres environ au sud de Harar et que lui-même avait reconnue sommairement quelque temps avant la guerre55 ».

1922-1923 : première expédition dans le Hārar et premières négociations pour la création d’un Institut d’archéologie

  • 56  « L’argent, nerf de la guerre, n’est-il pas aussi celui de la science, qui, après tout, n’est que (...)
  • 57  Les archives concernant la mission des « Galla » furent un temps conservées à Bron, avant d’être e (...)
  • 58  Pour une biographie de Roger Chambard, se reporter au texte rédigé par son fils Jean-Luc et son pe (...)

26Sa préparation prit beaucoup de temps : il fallut récolter des fonds56. À la Fraternité capucine de Bron57, quelques archives concernant les financements obtenus par Azaïs montrent à quel point ils ont été difficiles à rassembler. Tout d’abord, en déposant un rapport à la Commission des missions historiques, il obtint un appui financier du ministère de l’Instruction publique. Il reçut aussi des subventions de la Société de géographie et de la Société de photographie, ainsi que du ministère des Affaires étrangères. Il bénéficiait d’appuis solides et du soutien enthousiaste de personnes en vue comme MM. Pottier, Verneau, Boyer mais aussi Poincaré. Par ailleurs, le père général et le père provincial le relevèrent de ses obligations sacerdotales et l’Académie des inscriptions et belles-lettres l’assura de son « soutien moral ». Enfin l’École des langues orientales met à sa disposition un jeune étudiant en la personne de Roger Chambard58 :

  • 59  F. Azaïs, 1923b.

C’est alors que M. Boyer, Directeur de l’École Nationale des Langues Orientales, voyant que cette mission avait un intérêt tout particulier pour son œuvre d’expansion française à l’étranger, m’offrit spontanément son concours en me proposant M. Roger Chambard, le plus en vue de ses élèves et capable de conquérir un brillant avenir : cela au témoignage de M. Marcel Cohen, son distingué professeur de langue éthiopienne59.

  • 60  Linguiste français (1884-1974), spécialiste des langues sémitiques et notamment éthiopiennes, prof (...)

27Âgé de 18 ans, disciple du professeur Marcel Cohen60, Roger Chambard accompagne Azaïs lors des expéditions de 1922 et 1926 comme traducteur (il connaît l’amharique, l’arabe classique et le turc), assistant et secrétaire. Azaïs ne tarit pas d’éloges sur sa compagnie dans les lettres qu’il adresse à Mgr Jarosseau durant l’année 1922 :

  • 61  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 17 octobre 1922, Gurawa.

M. Roger se porte bien, la fatigue l’effleure un peu comme moi, mais sa force de réaction la domine aisément. Il a heureusement le tempérament bien trempé et plus encore l’énergie de la volonté. Je suis bien consolé et heureux de l’avoir avec moi61.

28Durant ces expéditions, Roger Chambard reste en contact avec son professeur, Marcel Cohen, et lui fait des comptes rendus sur son voyage, comme le rapporte Azaïs à Mgr Jarosseau :

  • 62  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 22 juillet 1922, Addis Abeba. On peut douter de la volonté de (...)

Les impressions, sur tout ce qu’il voit dans nos stations sont si fortes qu’il les a écrites à son Excellent et vénéré Professeur de rhétorique qui les lui avait demandées pour faire l’apologie de l’apostolat chrétien et français à l’étranger dans un article qui aura du retentissement. Notre mission finie, ce sera une série d’articles que cet homme distingué fera paraître au profit des œuvres de Monseigneur62.

  • 63  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 31 janvier 1934.

29Après 1926, et la fin des expéditions financées par le gouvernement français, Roger Chambard ne peut plus suivre Azaïs dans ses recherches. Il est alors remplacé par Gabra Mikā’el, un secrétaire éthiopien, qui l’accompagna durant toutes ses expéditions jusqu’en 1936. Il sera également accompagné parfois par de jeunes Français de manière ponctuelle, comme le comte d’Oncieu en 193463.

  • 64  L’ensemble de cette mission est décrite dans F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 1-146.

30Après des retards et plusieurs reports de leur date de départ, Azaïs et Roger Chambard partent enfin pour leur premier voyage en juin 192264 :

  • 65  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 1.

Partis de Port-Saïd, le 21 juin 1922, nous débarquions à Djibouti le 26 et le surlendemain, nous nous mettions en route pour monter à Dirré Dawa65.

  • 66  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 1er août 1922) et lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 2 (...)
  • 67  Dossier « Projet de création d’un Institut français d’Éthiopie », Archives nationales, F/17/17241.
  • 68  Anonyme, 1935, p. 282.

31Arrivés à Derē Dāwā le 29 juin, ils se dirigent vers Hārar qu’ils atteignent deux jours plus tard. Puis ils se rendent à Addis Abeba pour prendre contact avec le gouvernement éthiopien et commencer les négociations pour la création de l’Institut français. Le projet initial, présenté à Tafari au cours de l’été 192266, prévoyait un rattachement administratif, financier et scientifique à l’Institut français d’archéologie orientale du Caire67, « un centre de culture et d’études abyssines, une sorte d’Institut archéologique, lieu de repos et de travail après les dures journées de voyages ; […] un musée enrichi des antiquités du pays, qui trouveraient là un abri contre les déprédations ou les cupidités des ignorants ; […] une bibliothèque consacrée à la géographie, l’histoire et les institutions de l’Éthiopie68 ».

  • 69  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922.

L’institut devrait comporter une bibliothèque composée de livres en toutes langues, y compris le gueez, et l’amharique. On pourrait aussi envisager la création d’un musée annexe contenant des objets du pays, celle d’un jardin zoologique (comme au Caire), celle d’un jardin botanique69.

32Mais ce projet dépend des résultats de l’expédition archéologique dans la province du Hārar, qui se déroule en trois temps.

  • 70  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922, p. 19 à 41.
  • 71  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922, p. 42 à 119.
  • 72  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922, p. 119 à 146.

33Leur première enquête de terrain, qui se déroule du 24 août au 6 septembre 1922, se concentre sur la région orientale du Hārar70. La seconde, du 8 septembre au 1er novembre 1922, conduit l’équipe dans la partie méridionale du Hārar, tout particulièrement en pays Ania71. Enfin la plus longue et la dernière phase de cette expédition72 a lieu dans la zone située à l’ouest de Hārar, dans les monts du Č̣erč̣er, du 16 novembre 1922 au 5 janvier 1923. Accompagnés d’une escorte éthiopienne fournie par Mgr Jarosseau, les deux hommes se déplacent à pied et à dos de mules.

34Cette expédition dans le Č̣erč̣er a été largement favorisée par la présence de nombreuses stations catholiques tout au long du massif.

  • 73  F. Azaïs, 1923a.

Nous voici maintenant engagés dans une nouvelle expédition, d’allure moins mouvementée, mais d’un charme tout spécial, car nous avons la consolation d’opérer en plein pays de mission et de revoir les anciens chrétiens et les missionnaires. D’étape en étape, nous allons pouvoir saluer les anciens confrères, bénéficier de leurs observations et découvertes, dans leur contrée respective, sur les choses ayant trait à notre mission73.

35Azaïs et Chambard sont ainsi accueillis dans les stations ou les succursales de la mission des « Galla » à chaque étape. Ce réseau missionnaire a grandement favorisé leur enquête. Les missionnaires les logent, les nourrissent et leur évitent d’avoir à dresser un campement dans des conditions précaires ou à demander l’asile aux chefs éthiopiens, qui ne les reçoivent pas toujours de bonne grâce. Ils leur servent aussi d’« informateurs » en fonction de leurs connaissances du territoire proche de leur mission et les introduisent auprès des populations locales. Ils facilitent ainsi l’accès aux sites anciens et aux légendes et traditions orales sur l’histoire de la région.

  • 74  « Au point de vue botanique, nous avons fait une ample moisson de plantes des diverses altitudes, (...)

36Les résultats de cette expédition sont très concluants. De nombreux sites archéologiques ont été repérés (mosquées, tumulus, citadelles, nécropoles, villes anciennes, dolmens, stèles funéraires), ainsi que les premières inscriptions arabes trouvées dans cette zone du pays. Azaïs a également récolté des traditions orales et des légendes liées à l’histoire du massif. De plus, il a réalisé des études de type ethnographique sur la population oromo de cette région. Enfin, il semblerait qu’un herbier et des recherches en botaniques et en géologie aient été réalisés au cours de ce séjour – mais nous ne possédons aujourd’hui que quelques photos de fossiles et une lettre adressée aux Voix franciscaines, indiquant qu’un herbier était en cours de fabrication74.

  • 75  Voir notamment la dépêche n°93 « projet de création d’un institut français » de M. de Coppet au pr (...)
  • 76  Dépêche n°155 au sujet de l’Institut français d’Éthiopie, de M. Gaillard ministre de France au Cai (...)
  • 77  Dépêche n° 397 au sujet de la création d’un Institut français d’Éthiopie, du président du conseil (...)
  • 78  Voir n° 77.

37En parallèle de ses recherches dans le Hārar, Azaïs, ainsi que le ministre de France en Éthiopie, qui est alors M. de Coppet, et G. Foucart, directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, continuent de mener une campagne auprès de Tafari pour la création de l’Institut d’archéologie à Addis Abeba75. Des projets sont envoyés aux gouvernements éthiopien et français, de nombreux débats ont lieu sur les modalités de fondation de cet institut. Très vite le ministre de France en Égypte refuse le rattachement financier de cette annexe au Caire, ne voyant pas d’un bon œil que le budget de l’institut serve à financer d’autres recherches que celles menées en Égypte76. D’un autre côté le gouvernement éthiopien hésite à autoriser la création d’un institut français dépendant d’un autre institut à l’étranger. Le projet de lien entre Le Caire et Addis Abeba est donc réduit à une simple direction scientifique et « à une aide morale accordée par l’établissement d’Égypte à l’établissement d’Éthiopie77 ». Malgré les compromis proposés par l’Institut du Caire et les nombreuses démarches d’Azaïs auprès de Tafari, les négociations n’avancent guère. Tafari émet simplement l’hypothèse que cet institut se fasse dans le calme et la discrétion, et qu’il pourrait se trouver dans l’ancien palais du leğ Iyasu78.

Azaïs, membre de l’Institut du Caire

  • 79  Lettres d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 23 janvier 1923 et Addis Abeba, 4 février 1923).
  • 80  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 4 février 1923).

38Georges Foucart, directeur de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, nomme Azaïs comme membre de l’Institut et futur directeur de l’annexe d’Addis Abeba en janvier 192379. Ainsi, les missions menées par Azaïs entre 1923 et 1926 furent réalisées pour le compte de l’Institut du Caire. C’est à cet institut que Azaïs envoyait ses rapports, institut qui à son tour envoyait des rapports aux instances de Paris. Cette nomination comme membre de l’Institut du Caire modifia totalement les projets d’Azaïs. En effet, une seule mission était prévue, et Azaïs devait ensuite retourner à ses fonctions religieuses. Ainsi Jarosseau souhaitait qu’il reprenne la « préfecture apostolique du Somaliland français » : « Il croit ma mission scientifique terminée et voudrait me faire prendre le siège vacant de cette Préfecture. Or mes pensées, mes désirs vont autre part, ils appartiennent tout entier à l’œuvre où je suis engagé avec vous. Une mitre ne me dit rien du tout80. » G. Foucart négocia donc une nouvelle suspension des obligations sacerdotales d’Azaïs auprès des autorités religieuses capucines.

  • 81  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 22 avril 1923).
  • 82  Lettre de G. Foucart au directeur de l’Enseignement supérieur (Le Caire, 9 juin 1923).

39Après quelques mois de négociations à Addis Abeba, Azaïs et R. Chambard quittent l’Éthiopie le 19 mai par bateau en passant par Massawa, Suez et Alexandrie81. De là R. Chambard rentre en France et Azaïs se rend au Caire une quinzaine de jours afin de prendre contact avec son nouveau centre de recherche et son nouveau directeur82. Puis Azaïs rentre en France se reposer, voir sa famille et faire un compte rendu de ses découvertes au gouvernement français.

  • 83  G. Bernoville, 1950, p. 289-290.

40L'Éthiopie est alors, après des années de négociations, sur le point d'entrer à la SDN, avec l’aide du gouvernement français et la contribution de la mission catholique des « Galla ». Mgr Jarosseau avait, à l’origine, chargé de la défense de l'Éthiopie à Genève le P. Gonzalve de Salviac83 afin de seconder la délégation officielle. Mais le P. Gonzalve n’était pas suffisamment documenté aux yeux des autorités qui cherchent alors un remplaçant plus apte à reprendre le dossier.

  • 84  G. Bernoville, 1950, p. 289-290.

Au pied levé, l’homme des improvisations géniales, le Père Bernardin Azaïs, de passage à Paris, est pressenti, puis agréé par M. Poincaré, pour le remplacer. Il est recuit de fatigue, car, un P. Bernardin, si vous le rencontrez où que ce soit, il vient d’arriver ou va repartir incessamment. Cependant, il accepte, se rend à Genève, et à peine arrivé, à la veille de la séance définitive, se rend compte que le Dedjaz Nado, chef de la délégation éthiopienne, n’a aucun document écrit à présenter. Les défenseurs [français] de l'Éthiopie – Messieurs Hanotaux, Lagarde, Alype, Franklin-Bouillon et de Jouvenel – sont dans les transes. Que faire, sinon, sitôt posée la valise, et au débotté, rédiger un rapport ? Le P. Bernardin passe la nuit à l’écrire84.

41Ce rapport constitue un des éléments que lut M. de Jouvenel devant la commission le lendemain et qui la décida à accepter l'Éthiopie au sein de la SDN. Le 6 octobre 1923, Mgr Jarosseau note, enthousiaste, dans son journal :

  • 85  Mgr Jarosseau, Journal de la mission des Galla, année 1923, manuscrit non paginé.

La mission catholique a le droit de se réjouir parce que son action [celle du P. Bernardin] a été intimement liée aux efforts de ceux qui ont si méritoirement travaillé à faire donner à l’Abyssinie une place dans la Société des Nations85.

42Le rôle d’Azaïs dans cette affaire, qu’il faudrait vérifier par d’autres sources, a dû resserrer ses liens avec le rās Tafari. En décembre 1923, de retour à Addis Abeba, Azaïs rend une visite – qui deviendra habituelle, avant et après chacune de ses missions – au rās Tafari, qu’il relate ainsi à Mgr Jarosseau :

  • 86  F. Azaïs, 1924.

Nous avons longuement parlé de Paris (gouvernement français toujours ami de sa personne et de l’Abyssinie), de Genève, où j’avais eu l’avantage de me trouver auprès de l’ambassade abyssine pour l’admission de l'Éthiopie dans la Société des Nations86.

43En outre, au cours de son séjour parisien, le gouvernement français lui a fourni des lettres de recommandation pour la création de l’Institut français qui reste plus que jamais à l’ordre du jour. Lors de cet entretien, Azaïs présente donc ces lettres à Tafari et réitère sa volonté de créer un institut franco-éthiopien :

« Le gouvernement français, m’a-t-il [rās Tafari] dit, désire donc fonder dans notre empire un Institut d’archéologie ? – Vous le savez, Altesse, lui ai-je répondu. Dès l’an passé, je vous fis connaître ce désir de la France que j’avais mission de vous faire agréer. Aujourd’hui, je vous apporte une lettre officielle de M. Poincaré lui-même vous exprimant ce même désir. » Je tendis alors au prince la magnifique lettre que m’avait confiée pour lui le président du Conseil français. Il la lut avec émotion. Elle contenait des remerciements pour le bon accueil que Son Altesse Impériale avait daigné faire à la mission du Père Bernardin Azaïs, l’an passé, et le priait de vouloir bien le lui continuer. La question de l’Institut franco-éthiopien était traitée aussi.

C’est vrai, la France veut avoir un Institut qui sera autant sa propre gloire que la gloire de l’Éthiopie. Je le veux aussi. Vous allez me préparer le programme décrivant clairement le but qu’elle poursuivra et l’organisation qu’elle comportera.

  • 87  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 18 décembre 1923, Addis Abeba.

J’ai fait parvenir, avant-hier, au ras, le programme demandé. Il faut bien encore une quinzaine de jours, en tenant compte des lenteurs abyssines, pour que le ras, après le Conseil avec son gouvernement, me fasse connaître sa dernière décision. J’ai le grand espoir que tout marchera bien, car son entretien m’a laissé l’impression très nette qu’il désirerait faire plaisir à la France et lui témoigner sa reconnaissance pour son dévouement à l’Éthiopie à Genève87. […]

  • 88  Lettre de M. Gaussen au président du Conseil (Addis Abeba, 19 avril 1924).

44Malgré l’intérêt certain de Tafari, le projet n’avance guère, bloqué en partie par l’impératrice et l’entourage du régent qui étaient assez réticents88.

  • 89  Azaïs avait en effet envoyé un rapport au cours de son séjour dans le Č̣erč̣er à Tafari, sur la de (...)
  • 90  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 22 avril 1923). C’est donc le rās Tafari qui souhaite qu (...)
  • 91  Rās Nādaw, gouverneur de l’Illubabor, fut un politicien spécialisé dans les affaires étrangères so (...)
  • 92  G. Sarton, 1933.

45Toutefois, convaincu qu’Azaïs agit pour le bien de son pays, et impressionné par les découvertes réalisées au cours de sa première mission archéologique89, le rās Tafari encourage le gouvernement français à le financer afin qu'il poursuive ses recherches, mais cette fois-ci dans le Sud du pays90, une zone qu’Azaïs ne connaît absolument pas. De plus, en septembre 1923, à Genève, Azaïs avait rencontré le rās Nādaw Abbā Wallo91 qui lui avait fourni un croquis détaillé d’un gisement de colonnes phalliques qu’il avait découvert à Abera (Sidamo)92. Ce témoignage précis, corroboré par des légendes et des traditions orales, ainsi que le désir du rās Tafari décident Azaïs à entreprendre cette nouvelle expédition dans le Sud du pays.

  • 93  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 26 septembre 1922, Gurawa.

46Lors de son séjour dans la province de Hārar, Azaïs a pu compter sur l'aide et l'accueil de ses anciens compagnons de la mission catholique des « Galla ». Dans le Sud, il ne possède ni aide, ni appui. Le rās Tafari joue alors un rôle fondamental en lui fournissant une aide logistique conséquente (mules, personnel, gardes, tentes...), mais surtout un soutien politique en rédigeant une lettre d'introduction, signée de sa main, auprès des différents gouverneurs de province afin qu'ils l'accueillent et l'aident de leur mieux93.

  • 94  En 1929, il se rend dans la région de Gombo pour se rendre compte si elle avait un quelconque inté (...)

47Dans cette nouvelle mission, ce sont donc les autorités provinciales éthiopiennes qui aident Azaïs et qui, souvent prévenues à l’avance de sa venue, lui indiquent les endroits les plus intéressants à visiter, les zones où rien n’avait été trouvé par les habitants de la région94, les zones qui avaient déjà été fouillées sur leur ordre…

  • 95  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 30 novembre 1926, Addis Abeba.
  • 96  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 30 novembre 1926, Addis Abeba.
  • 97  Bernardin, 1924.

48Après chacune de ses expéditions, Azaïs fait un compte rendu au rās Tafari. Ainsi, de retour le 11 novembre 1926 à Addis Abeba après sept mois d’expédition, il est reçu en compagnie de Roger Chambard par le rās Tafari pour exposer, pendant plus d’une heure, les résultats obtenus95 à l’aide des photographies prises sur le terrain. « Le Prince a été ravi », relate Azaïs à Mgr Jarosseau dans sa lettre du 30 novembre 1926 en lui narrant cette entrevue. « Il a tenu à ce que toutes ces photos soient insérées dans le Grand Rapport qu’il présentera à l'impératrice et au gouvernement96. » De plus, même lorsque le rās est absent, ses aides lui parviennent, comme au début du mois de décembre 1923 : « Le ras Tafari était absent, mais un télégramme de lui reçu à Diré Daoua me dispensait de toute douane. C’est le 15 décembre, le surlendemain de son retour, qu’il m’appela en audience officielle dans son palais privé. Il me manifesta sa joie de me revoir97. »

  • 98  C. Baussan, 1923.

49Cet intérêt de Tafari pour les recherches archéologiques menées par Azaïs apparaît nettement dans la lettre qu’il lui a envoyée après sa mission de 1922 dans le Č̣erč̣er et qui a été publiée dans la France illustrée du 27 octobre 192398 :

Veuillez agréer mes respectueuses salutations.

Votre lettre écrite de Paris en date du 17 juillet 1923 m’est bien parvenue. J’ai été heureux d’apprendre que vous êtes arrivé en bonne santé dans votre pays après avoir rempli la mission qui vous avait été confiée.

Je vous remercie vivement de ce que je viens de recevoir par votre lettre, l’expression de la gratitude des grands savants français à qui vous avez bien voulu faire connaître de vive voix comment, pour exécuter votre mission, vous avez pu circuler de province en province sans la moindre difficulté, grâce à l’aide, aux petites aides, que je vous ai accordées, autant que j’ai pu.

  • 99  Le texte original en amharique est publié dans l’article à la suite de la traduction ; C. Baussan, (...)

Je me suis grandement réjoui de ce que vous m’avez écrit touchant les inscriptions photographiques sur quelques pierres, lesquelles, ayant été traduites, ont donné des indices sérieux d’après lesquels votre mission aurait obtenu de très bons résultats. C’est en effet ma pensée et mon souhait le plus ardent, le plus entier, que l’œuvre que les savants français ont eu l’intention d’accomplir en vous envoyant chez nous soit couronnée d’un plein succès et que ses heureux résultats soient connus de monde entier, à savoir que notre cher pays d’Éthiopie est une des nations les plus anciennes, tant au point de vue chrétien qu’au point de vue de civilisation, et qu’elle est en même temps un pays qui a toujours été régi par des lois écrites, codifiées. Qu’il soit également connu qu’elle va avec joie vers de nouveaux progrès99.

50Ces bonnes relations permettent aussi de comprendre que le gouvernement français, à la demande du régent lui-même, ait reconduit le contrat avec Azaïs pour réaliser trois nouvelles expéditions sous l’égide de l’Institut français du Caire, bien qu’Azaïs ne soit pas le plus qualifié pour explorer le Sud de l’Éthiopie.

Première mission de reconnaissance dans le Sud (1924)100

  • 100  Les trois missions de 1924, 1925 et 1926 se sont déroulées dans les mêmes zones géographiques, et (...)
  • 101  Lettre d’Azaïs à G. Foucart, Toulouse, 27 mai 1925.
  • 102  En effet R. Verneau écrit : « Dans une lettre datée du 24 juillet 1924, le Père Azaïs m’annonce la (...)

51En 1924101, Azaïs part en voyage de reconnaissance sans Roger Chambard, dans les provinces du Soddo et du Gurāgē. Ce séjour lui permet de se rendre compte que cette région regorge de stèles à glaives et de « statues menhirs ». Il se rend notamment sur le site de Tiya et peut-être près du lac Zwāy, même si la carte qui retrace ses trajets ne l’indique pas102.

Seconde mission de reconnaissance dans le Sud (1925)

  • 103  Lac qu’Azaïs nomme Margherita.
  • 104  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 230-233. Il passa quatre jours à explorer ces trois gisements.
  • 105  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 148.

52Durant cette mission effectuée seul, Azaïs se rend jusqu’au Sidāmo près du lac Abāyā103, au cours d’un séjour plus long que celui des années précédentes. Il part d’Addis Abeba, descend directement vers le lac Zwāy qu’il longe sur toute la partie occidentale, puis traverse le plateau Arsi en bordure de la faille des lacs pour atteindre le Sidāmo. Il observe ainsi près de 1 500 colonnes phalliques et notamment les gisements de Darāsa, Watadera et Abera104. Par le nord du lac Abāyā, il regagne Addis Abeba en passant par le Wāllāmo et Soddo, sa capitale, traverse le désert de Chābādino, puis le Kambātā et enfin la province du Gurāgē105. Nous ne pouvons rien affirmer quant aux dates précises de cette expédition, mais il est possible qu’elle se soit déroulée aux alentours du mois de mai.

La mission de 1926 : fouilles et prospections dans le Sud, jusqu’à Konso

  • 106  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, avant–propos, XII. Pour une description précise de cette expédition, (...)
  • 107  R. Verneau, 1926.
  • 108  Leur objectif premier était de pousser jusqu’au lac Rodolphe, aujourd’hui lac Turkana (F. Azaïs, R (...)

53L’expédition de 1926 fut la plus longue de ces cinq premières années (sept mois) et, selon Azaïs, la plus fructueuse106. Parti le 5 mai d’Addis Abeba avec une caravane organisée par le gouvernement éthiopien (22 mulets de charge, 2 de selle, 2 chevaux, 14 hommes et un chef conducteur) et muni des pouvoirs pour faire exécuter les ordres qu’il aurait à communiquer aux chefs de province, Azaïs effectua seul le premier mois de recherches107. Il passe l’ensemble du mois de mai dans la province du Gurāgē, dont la capitale est alors Silté. Puis, rejoint par Roger Chambard, il quitte Tiya le 2 juillet pour se rendre dans la région des lacs Zwāy, Lāngāno et Šālā, où il visite la nécropole de Munessā, et découvre des pierres portant des inscriptions arabes. Ils effectuent quelques fouilles. Le 17 juillet, ils se dirigent vers le Sidāmo, où ils documentent des milliers de pierres phalliques ainsi que quelques statues et organisent des fouilles. Leur voyage se poursuit à partir du 23 août, aux alentours des lacs Abāyā et Č̣āmo, et atteint son point le plus extrême108 le 4 septembre, à leur arrivée dans la capitale du pays Konso, où ils découvrent de très nombreuses statues de bois sur les sépultures, les fameuses statues wākā. Au cours de leur voyage de retour, ils passent par le Gāmu et son massif montagneux, et visitent le sanctuaire de Berber Māryām. La dernière partie de leur long périple les conduit dans la province du Wāllāmo, dans laquelle ils revisitent certains gisements de pierres phalliques, avant d’arriver à Addis Abeba le 11 novembre 1926. Durant cette expédition, six cents photographies ont été prises : trois cents concernent des restes archéologiques, une centaine des vues à caractère ethnographique, et le reste porte sur l’environnement géographique.

  • 109  Lettre de G. Foucart à M. de Bar (Le Caire, s.d.).

54À partir de ces cinq années de recherches, Azaïs a publié de nombreux articles mais surtout un ouvrage qui demeure encore de nos jours une référence pour l’archéologie éthiopienne. Ces publications sont en partie motivées par le fait de publiciser autour de ces découvertes afin de prouver leur intérêt à la fois au gouvernement français et au gouvernement éthiopien. En outre, en tant que membre de l’Institut du Caire, Azaïs est tenu de publier ses découvertes. D’ailleurs G. Foucart n’est pas très satisfait du fait que Azaïs ne mentionne jamais le nom de l’Institut dans ses publications109.

  • 110  Roger Chambard a rédigé des articles avec Azaïs : F. Azaïs, R. Chambard, 1925. Mais il a également (...)
  • 111  Le livre devait à l’origine être publié bien plus tôt puisque Azaïs en parle dans sa correspondanc (...)

55Son ouvrage Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie : province du Hārar et Éthiopie méridionale, composé à quatre mains avec son compagnon Roger Chambard110, a été publié en 1931111. Azaïs explique dans son avant–propos les prémices de la rédaction :

  • 112  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, Avant-propos, XIV.

L’accueil fait à notre retour final [1927], tant à notre personne qu’à nos récits ; les conférences qui nous furent demandées par les milieux scientifiques de France et de l’Étranger ; les instances dont nous eûmes l’honneur de nous voir l’objet pour la publication circonstanciée de nos explorations et de nos découvertes, nous ont décidé à écrire cet ouvrage auquel notre éditeur a tenu, en dépit d’une dépense considérable, à donner le luxe d’une illustration insolite prise parmi les centaines de clichés que nous avions pu exécuter, avec des soins extrêmes, en cours de route. C’est donc avant tout un récit de voyageur que nous faisons, écrit au jour le jour, noté chaque soir sous la tente dans le délassement de l’étape coutumière, afin de n’être pas plus tard dupe de nos souvenirs. Nous lui avons laissé toute sa simplicité, toute sa sincérité, toute la fidélité d’une observation curieuse de voir les choses et de les faire voir à notre tour ; mais avec le regret toutefois de n’en pouvoir rendre le charme souvent étrange et l’exotisme pittoresque112.

  • 113  Anonyme, 1935.

56À la fin de l’ouvrage, Paul Ravaisse, de l’École des langues orientales, M. Cottreau de la Société géologique de France, et M. Lester, du Muséum, ont ajouté des annexes épigraphique, anthropologique et géologique. Cette publication a eu un certain retentissement dans le monde scientifique. Elle a ainsi été couronnée par l’Académie française et les auteurs ont reçu le prix Montyon113. De nombreuses revues ont fait mention de sa parution et ont loué sa très grande utilité. Par ailleurs, Azaïs publicise ses résultats à travers de nombreuses conférences dans les institutions savantes de Paris et de province. Il espère ainsi, conscient de ses limites et de son ignorance dans certains domaines, obtenir une aide scientifique pour ses recherches.

Création d’un Institut éthiopien d’archéologie

57En 1925, le projet de l’institut d’archéologie commence à se préciser. Au cours des deux dernières années, Tafari a mentionné à plusieurs reprises ses réticences à créer un institut français en Éthiopie, préférant une institution contrôlée par les Éthiopiens eux-mêmes qui permettrait de conserver ces découvertes dans leur pays d’origine. Ainsi, en 1924 il écrit à Azaïs :

  • 114  Lettre du Ras Taffari à Azaïs, Addis Abeba, 6 miaza 1916 (14 avril 1924).

Nous voulons que pour ce travail, une Société ayant été constituée, des fonds ayant été recueillis, un Musée ayant été construit à Addis Abeba, toutes les antiquités, de n’importe quelle nature que ce soit, exhumées du sol, ne sortent pas de notre pays, mais restent  dans le musée d’Addis Abeba – que le chef de ce musée soit le gouvernement éthiopien – que les actionnaires éthiopiens y contribuent pour la moitié ou pour un tiers114.

  • 115  Lettre d’Azaïs à Foucart, Toulouse, 27 mai 1925, lettre d’Azaïs à Foucart, Paris, 28 juin 1925 et (...)

58En 1925, Tafari décide de la création d’un institut d’archéologie, couplé d’un musée, mais il le souhaite « national et personnel ». Cet institut éthiopien fournirait le budget et les frais de fouilles ainsi qu’un personnel éthiopien, tout en conservant à son service un ou deux chercheurs français, dont Azaïs115. L’annonce de cette fondation ne fut officielle qu’au début de l’année 1926. Il l’annonce ainsi à R. Verneau dans une lettre de mai 1926 :

  • 116  R. Verneau, 1926.

Si je ne vous ai pas écrit plus tôt c’est que pendant ces cinq derniers mois, j’ai vécu dans l’attente d’une solution définitive du gouvernement éthiopien sur le sort de notre Fondation d’archéologie éthiopienne à Addis Abeba. Enfin, après bien des démarches, des rapports, d’heureuses influences, et surtout beaucoup de patience, la décision officielle m’arrivait, il y a deux mois, approuvant cette œuvre nouvelle, l’adoptant comme un organisme nouveau du Gouvernement dans la main d’ouvriers français, fixant le budget mensuel, assumant toutes les dépenses des caravanes et des fouilles116.

59Ainsi, le gouvernement éthiopien a repris ce projet à son nom, rejetant totalement le rôle que désirait tenir le gouvernement français et l’Institut français du Caire.

Un archéologue au service du pouvoir éthiopien

  • 117  Lettre d’Azaïs à Foucart, Paris, 28 juin 1925.

60À partir de l’expédition de 1926, toutes les missions d’Azaïs seront exclusivement organisées, ordonnées et financées par le gouvernement éthiopien par le biais de cet Institut archéologique. Le gouvernement français n’a plus ce rôle central qui a marqué les premières explorations. Azaïs devient alors un employé du gouvernement éthiopien, ce qui, selon ses termes, le « place dans une situation délicate117 ».

  • 118  « Il se propose de partir vers la fin de septembre pour explorer toute la faille du lac Zouaï jusq (...)
  • 119  Il en parle notamment dans les rapports suivants : Rapport sur l’Expédition Archéologique dans les (...)

61Lorsqu’il était membre de l’Institut du Caire, Azaïs bénéficiait du soutien et des consieils scientifiques de spécialistes. Conscient de ses faiblesses académiques118, il souhaitait que du personnel scientifique renforce son équipe. Suite à son rattachement à l’Institut éthiopien, l’aide française ne lui est plus directement accessible, le gouvernement éthiopien ne pouvant lui allouer qu’un secrétaire, Gabra Mikā’el119, qui lui sera d’une aide précieuse tout au long de ses recherches mais ne possédant aucune compétence scientifique. G. Foucart avait signalé ce problème lors de l’annonce de la création d’un Institut éthiopien, mais il semble que ses inquiétudes n’aient pas été prises en compte :

  • 120  Lettre de Foucart au directeur, Le Caire, 22 juillet 1925.

Le Père Azaïs, de la meilleure grâce du monde, reconnaît qu’il n’est pas spécialiste ; au reste il devrait l’être en cinq ou six spécialités au bas mot, et c’est impossible pour un seul homme. L’an dernier, c’est avec moi qu’il a tracé sur la carte le plan de son voyage de recherches et pris la liste des problèmes à y examiner. Mais le voilà devenu tout à fait indépendant. De qui recevra-t-il les directives scientifiques ? […] Il faudrait adjoindre au Père Azaïs des gens comme Gouyat-Barthoux ou Vignard ou d’autres savants qualifiés120.

62Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Azaïs participe très activement au développement du musée d’Archéologie d’Addis Abeba lié à l’Institut éthiopien d’archéologie nouvellement créé, qu’il va enrichir par de nombreux objets rapportés de ses missions archéologiques. Son expédition de 1929 est consacrée exclusivement à cet objectif :

  • 121  Anonyme, 1935. Il dut réduire ses ambitions et sélectionner les pierres qu’il fit transporter à Ad (...)

En plus de cette exploration dans le Bali, j’ai à transporter au musée d’Addis Abeba d’importants monuments que j’ai déjà découverts dans les Provinces de Sidamo et Konso, où nous avons plusieurs missions catholiques. Ces monuments formeront la base du Musée Archéologique qui va prendre un grand développement121. […]

  • 122  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 3 avril 1927.

63Les expéditions de 1931 et de 1935 eurent également le même objectif. Mais les bâtiments ne sont pas encore construits lorsqu’il rapporte ces « monuments antiques ». En 1927, il rencontre M. Poincaré afin de le sensibiliser à la création de ce musée : « Madame Poincaré m’a fait espérer que son mari pourra me recevoir, en compagnie d’Ato Wold Mariam, dès que de graves occupations en ce moment lui laisseront un peu de loisir. J’ai l’intention de l’intéresser à la fondation du Musée archéologique d’Addis Abeba, pour aider le gouvernement éthiopien122. » Pourtant il ne semble pas que ce musée ait ouvert avant l’arrivée des Italiens et le départ d’Azaïs en 1936.

64Parallèlement, Azaïs s’occupe en 1932 de l’organisation de la Bibliothèque nationale d’Addis Abeba :

  • 123  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 27 mars 1932. Il serait intéressant de mener à l’avenir une (...)

Je travaille activement à l’organisation de la Bibliothèque nationale dont on m’a chargé. Lorsque ce travail délicat (car je me conforme à la méthode de notre Bibliothèque nationale à Paris) aura pris fin, on organisera ma caravane […]. Cette bibliothèque n’est évidemment qu’à son début, mais elle est composée d’ouvrages de grand luxe, fort intéressants, offerts par les divers gouvernements européens à Ménélik et à Haïlé Sélassié 1er. J’ai composé un répertoire qui permet de suite de saisir l’ouvrage qu’on désire. Il y a aussi un milliers de livres abyssins, et je me trouve travaillant avec une vingtaine de deftera [sic] et prêtres abyssins qui me témoignent la plus grande sympathie123.

65Dans le cadre de ce nouvel institut, Azaïs repart sur le terrain sous les ordres du gouvernement éthiopien et conduit plusieurs missions – jusqu’à l’occupation italienne – dont les résultats n’ont pas été publiés, ou dans des revues très confidentielles.

Prospections dans l’Ouest éthiopien (1929)

  • 124  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau des 9 janvier, 10 juin et 10 décembre 1929. Un Européen devai (...)
  • 125  Anonyme, 2 août 1929, p. 6.
  • 126  Gouverneur du Gombo. F. Azaïs, 1929.
  • 127  Ce rapport prend la forme d’une lettre dactylographiée où il rend compte de ses découvertes, des p (...)
  • 128  F. Azaïs, 1929, p. 284-290. Bien que cette revue soit rédigée en latin, le corps de l’article du p (...)
  • 129  Anonyme, octobre 1929. Une partie du rapport de cette deuxième partie de l’expédition de 1929 est (...)
  • 130  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 10 décembre 1929.
  • 131  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 16 décembre 1929.

66La première phase de cette expédition se déroule du mois de janvier au 15 décembre 1929 et a pour but de prospecter l’Ouest éthiopien124. La première phase de ses recherches, jusqu’au mois de juin 1929, se déroule dans la région du Wallagā125. Azaïs passe par le pays de Gombo, où il reste durant une quinzaine de jours pour prendre connaissance des éventuels sites archéologiques de cette région, mais le rās Afṣe Maryam126, le gouverneur du pays, tout comme les habitants ne lui signalent rien de notable, ce que vérifie Azaïs par ses prospections. Il passe ensuite un mois de recherches et de fouilles ponctuelles dans le Wallagā, où il repère des traces d’habitations en ruines, des tumulus, trois « habitations » rupestres et de nombreux sites avec des tessons de poterie ainsi que des haches et des pierres polies. En raison de la saison des pluies, il ne peut pas entreprendre tout ce qu’il avait prévu, mais prend de nombreuses notes dans l’optique de revenir faire une expédition plus longue et dans de meilleures conditions dans cette région, qui semble être très riche en vestiges archéologiques. Dans la ville de Goré, le 30 mai 1929, il rédige un rapport adressé au rās Tafari127, qui a été publié intégralement dans la revue capucine Analecta Ordinis Minorum Capuccinorum128 la même année. Après cette première partie de la mission, il souhaite se rendre dans le Gimirā, le Gārfārdā, le Kafā, le Ğimmā et le Čābbe, pour effectuer le même genre d’enquêtes129. Il se rend ensuite dans le Kafā, où il documente notamment les 14 tombeaux de la dynastie des rois du Kafā130. Il rédige un rapport de 70 pages, illustré de photographies pour le ministère éthiopien de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. De cette expédition de presque une année, Azaïs est revenu avec « 7 grands carnets, un carnet spécial sur le Kafā et les tombeaux des rois, près d’un millier de photographies, dont [il a] pu développer à peine la moitié sous [s]a tente131 ». Nous n’avons pu repérer pour l’instant que deux rapports concernant Goré, mais il nous reste à retrouver les rapports sur le Kafā et sur les autres régions explorées.

Premier transfert de stèles et de pierres gravées du Sud (Soddo, Gurāgē, Māraqo et Arsi) vers la capitale, suivi d’un séjour à Surē (Hārargē) (1931)

  • 132  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau du 27 janvier 1931 et du 16 juin 1931.
  • 133  Ses recherches ne sont alors pas très efficaces car il tombe malade et reste alité durant vingt-si (...)
  • 134  Ce rapport, intitulé Expédition archéologique dans les Provinces du Soddo–Gouraghé–Marako–Arroussi (...)

67La première phase de cette expédition archéologique s’est déroulée du 25 février 1931 au 13 juin 1931, dans les provinces du Soddo, Gurāgē, Māraqo, Arsi132. Cette expédition, à l’instigation du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts et du rās Tafari, avait pour objectif de transférer un certain nombre de stèles et de pierres gravées qu’Azaïs avait découvertes et décrites en 1923 et 1924. Du 28 février au 5 avril, il se trouve en pays Soddo, au sud d’Addis Abeba133. Il se rend ensuite dans la région Gurāgē, où il revisite plusieurs gisements de pierres taillées découverts en 1923. Début mai, il traverse le désert de Maraqo et arrive au lac Zway, en pays « Arroussi-Galla », d’où il souhaite faire transporter des monuments mégalithiques vers la capitale et où il espère en découvrir de nouveaux. À la mi-juin, il est de retour près de la rivière Modjo et rédige un rapport134 sous forme de journal de voyage qu’il adresse au rās Tafari. Durant cette mission, il a expédié 13 monuments au musée d’Addis Abeba et en a découvert 27 nouveaux.

  • 135  F. Azaïs, 2 octobre 1931 ; F. Azaïs, 9 octobre 1931. Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau du 14 sep (...)
  • 136  « Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar » (15 août-15 septembre 19 (...)

68La seconde phase de cette expédition de 1931 le conduit à nouveau dans la province de Hārar, dans la région de Surē, du 15 août au 15 septembre135. Dans un document dactylographié de 5 pages136, il énumère ses trois découvertes : des peintures « archaïques » (rupestres), de nombreux dolmens, ainsi qu’un édifice en pierre très ancien. À la suite de ce séjour, il envoie des photos à Rome et à Paris afin de signaler la découverte de la grotte. Il prévoit alors de revenir de manière plus longue dans cette zone de Surē.

Probable seconde mission de transfert de « monuments » du Sud (Bali et Sidamo) vers la capitale (1932)

  • 137  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 27 mars 1932.
  • 138  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 26 mai 1932.

69Cette mission reste encore très mystérieuse. La correspondance qu’Azaïs entretenait avec Mgr Jarosseau nous permet seulement d’affirmer qu’il a réalisé une expédition dans le Bali et le Sidāmo, « pour recueillir les monuments transportables : ceux d’abord du Gouragé, Soddo et lac Zouaï mis en route l’an passé, puis ceux du Sidamo et du Bali137 ». En mai 1932, Azaïs annonce son départ138, mais nous ne savons pas pendant combien de temps a duré cette mission, ni combien de « monuments » ont été transportés à Addis Abeba.

Avec l’abbé Breuil sur les sites rupestres de la province de Hārar (1933)139

  • 139  Cette mission dans le Hārar en compagnie de l'abbé Breuil, prévue plusieurs années à l'avance, sem (...)
  • 140  « Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar (1931) ».

70Au cours de la mission précédente à Surē, le 28 août 1931, Azaïs a visité pour la première fois le site rupestre de Surē dit « roche de Genda-Biftou ». Cette peinture lui avait été signalée par abba Petros, résident de la mission catholique de Surē140. Une photographie et un rapport furent envoyés à l’abbé Breuil, alors professeur d’ethnologie préhistorique au Collège de France et à l’Institut de paléontologie humaine, considéré et reconnu comme le spécialiste mondial de l’étude de l’art rupestre. Ce dernier répondit à Azaïs :

  • 141  Abbé H. Breuil, 1932.

J’ai lu attentivement votre dernière communication sur votre récent voyage à Harrar et ses résultats. Je tiens à vous dire que je trouve d’un grand intérêt votre découverte de l’abri de Surē, et que je suis très sensible à votre pensée de l’étudier ensemble. […] Je ne pourrai guère songer à m’absenter qu’en mars 1933141.

  • 142  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau du 29 décembre 1931, Addis Abeba.

La découverte de la peinture de Sourré a fait sensation en France. L’abbé Breuil, spécialiste dans ces peintures antiques sur roche, les fait remonter à l’époque pré-pharaonique, et, à ma demande, viendra se joindre à moi, le mois de mars prochain pour une étude plus complète142.

71Le 5 janvier 1933, Fr. Diego écrit de Derē Dāwā à Mgr. Jarosseau :

  • 143  Lettre de Fr. Diego à Jarosseau, 5 janvier 1933, Diré Daoua.

Monsieur et Madame de Mondfreid m’ont prié d’avertir au plus tôt le Révérend Père Bernardin Azaïs de l’arrivée de Monsieur l’Abbé Breuil. C’est un savant qui est envoyé par le Ministère des Beaux-Arts pour examiner les peintures de Sourré. Cet Abbé arrivera à Djibouti le 20 février. J’ai écrit une lettre urgente au R.P. Bernardin pour qu’il vienne ici au plus tôt143.

  • 144  Abbé H. Breuil, 1934.
  • 145  Archéologue alsacien (1889-1972).

72L’abbé Breuil passe en effet un mois en Éthiopie, entre le mois de février et le mois de mars 1933144, en compagnie de Paul Wernert145, pour visiter le site décrit par Azaïs et un autre, la grotte du Porc-Épic à Derē Dāwā, découvert peut-être par Azaïs lors de son travail préparatoire à la venue de Breuil :

  • 146  Abbé H. Breuil, 1934.

Tandis que M. Paul Wernert fouillait la caverne du Porc-Épic, à Diré-Daoua, j’ai relevé les peintures rupestres de cette cavité paléolithique et celles d’une roche découverte par le Père Azaïs à Sourré, à 60 kilomètres de la ville précitée146.

  • 147  Idem.

73Azaïs et Henry de Monfreid, qui avait quant à lui repéré une autre grotte rupestre dans la même zone, l’accompagnent et l’aident dans ses relevés. Breuil a ensuite publié ses découvertes en 1934, dans la revue L’Anthropologie147.

  • 148  Idem.
  • 149  Ce site rupestre de Laga Oda a finalement été étudié de manière plus scientifique que ne l’avait f (...)

74Il est donc certain qu’Azaïs a effectué une mission en 1933, en compagnie de ces trois hommes, dans la province de Hārar. Il semble qu’Azaïs ait poursuivi ses recherches après leur départ, au moins jusqu’à la fin du mois d’avril 1933. En effet, à la fin de son article148, l’abbé Breuil mentionne une lettre qu’il aurait reçue d’Azaïs datée du 24 avril 1933, annonçant la découverte à Laga-Oda149, à 20 kilomètres de Surē, d’un abri très important à double étage couvert de peintures sur 45 mètres de long. Lors de cette mission, Azaïs était accompagné par le comte d’Oncieu de Chappardon. L’article de l’abbé Breuil est l’unique source connue nous signalant l’existence de cette mission.

  • 150  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau du 1er juillet 1933 et du 31 janvier 1934.

75Après cette mission, Azaïs rentre en France au début de l’été, tient une série de conférences à Paris, mais aussi en Belgique, et s’attelle à la rédaction d’un nouvel ouvrage que le « monde scientifique européen » lui réclame150.

Province de Hārar et grottes rupestres (1934)

76Azaïs revient en Éthiopie le 15 février 1934 en compagnie du comte d’Oncieu, fils du comte d’Oncieu qui l’accompagnait l’année précédente à Surē :

  • 151  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 31 janvier 1934.

Et je vais vous revenir par le bateau qui part le 15 février de Marseille. J’ai pour collaborateur le fils du Marquis d’Oncieu de Chappardon jeune homme de 22 ans, plein d’ardeur et très bon, belle figure de notre noblesse française. Son père me le confie, de concert avec le Maréchal Franchet d’Esperey. Nous travaillerons ensemble pendant 5 à 6 mois dans la région de Surē. Car les peintures qui s’y trouvent datent de 4 000 ans avant J.C. – seraient pré-égyptiennes. Leurs desseins et photos sont exposés en ce moment au Trocadéro151.

  • 152  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 5 décembre 1934.
  • 153  Dossier sans cote de 139 photographies, intitulé « Azaïs, P. Mission Archéologique. Cf. « Tolosana (...)

77Azaïs part donc en compagnie de ce jeune homme dans la province de Hārar pendant six mois au cours de l’année 1934. Nous ne possédons pas les six rapports qu’il a rédigés152 lors de cette expédition, mais nous avons pu consulter un ensemble de 30 photographies de cette expédition conservées hors cote aux Archives générales capucines de Rome. Il a visité au moins huit grottes à peintures rupestres. Il s’agit des grottes d’« Ouadessa, de Kasarou, de Laga Oda, de Genda Moussa, de Hadjo, de Tinmiké, de Djilbo et de Guermam153 ».

  • 154  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau des 11 novembre 1934, 5 décembre 1934 et 31 décembre 1934.

78Suite à cette mission, le comte d’Oncieu, sur les conseils et l’appui d’Azaïs, fut engagé par Hayla Śellāsē, le rās Tafari étant devenu l’empereur Hāyla Śellāsē le 2 novembre 1930, comme « instructeur, professeur, initiateur aux choses européennes, comme compagnon et ami154 » du prince héritier, alors âgé de 18 ans. Il entre en fonction à la fin de l’année 1934 et part habiter dans le gēbbi, palais royal dominant Addis Abeba.

Dernière expédition archéologique et ethnologique dans le Sud éthiopien (1935)

  • 155  Premier rapport archéologique de la Mission éthiopienne dans la Province du Bali (illustré de 104  (...)

79Durant l’année 1935, entre janvier et fin août, Azaïs effectue sa « troisième et dernière » expédition archéologique et ethnologique dans la province du Bali, le Sidāmo et la région Konso. De nombreux écrits relatant cette année de recherches ont été recensés. La première partie de l’expédition fait l’objet de deux rapports155 décrivant son voyage dans le Bali et jusqu’à sa capitale, Goba. Il se rend ensuite dans le Sidāmo pour préparer l’envoi au musée d’Addis Abeba de statues de pierre, puis à Konso pour y prendre « au moins une trentaine parmi les milliers qui s’y trouvent des statues antiques de bois », c’est-à-dire des wākā. Malheureusement les données disponibles ne nous permettent pas de documenter les étapes dans les régions Sidāmo et Konso de cette expédition de 6 mois.

Itinéraire du père Azaïs de 1922 et les zones de prospections de 1931, 1933 et 1934 (région de Hārar)

Itinéraire du père Azaïs de 1922 et les zones de prospections de 1931, 1933 et 1934 (région de Hārar)

Amélie Chekroun (2010)

Itinéraires du père Azaïs dans le Sud éthiopien (1922-1935)

Itinéraires du père Azaïs dans le Sud éthiopien (1922-1935)

Fond de carte : Daniel Dalet/Réalisation : Amélie Chekroun (2010)

80Nous avons également pu consulter le manuscrit de ses très nombreux articles concernant cette expédition, publiés dans le Courrier d’Éthiopie, et conservés par les Archives capucines de Rome. Ce texte est intitulé Troisième Expédition archéologique et ethnographique du Père Azaïs. Il s’agit d’un document manuscrit de 14 dossiers, rédigé entre 1935 et 1936, et comprenant 143 pages. Alors que ses rapports étaient rédigés comme son premier ouvrage sous la forme de carnets de voyage au jour le jour, abondamment illustrés, ce manuscrit se présente différemment. Il s’agit d’un récit traitant de points précis et suivant une chronologie moins marquée. Azaïs y décrit les nombreux sites archéologiques qu’il a pu visiter et consacre aussi une large part à des réflexions ethnographiques et à rapporter des légendes et des traditions orales. Plusieurs centaines de photographies ont été prises par Azaïs. Certaines d’entre elles se trouvent dans le premier rapport, collées à même le texte. Les autres photos sont pour l’instant introuvables. Les rapports et le manuscrit s’en trouvent appauvris puisque l’un des intérêts majeurs des recherches d’Azaïs consiste pour nous précisément dans sa documentation photographique. Une recherche plus systématique dans les archives permettra peut-être de retrouver ces documents.

  • 156  Léon de Robillard a repris la publication en 1924 de cet hebdomadaire et est devenu son propriétai (...)

81En 1935 il s’attelle à la rédaction de ces articles qu’il publie par l’entremise de Léon de Robillard, résident à Addis Abeba et rédacteur en chef du Courrier d’Éthiopie156. Le texte fut publié sous forme de feuilleton dans Le Courrier d’Éthiopie à partir du mois de janvier 1936 jusqu’à la fin de la revue, le 1er mai 1936, date à laquelle L. de Robillard et sa famille durent rentrer en France.

82Il est possible qu’il s’agisse là de la première (et de la seule) version du second ouvrage qu’Azaïs souhaitait publier. En effet, dès 1929 se profilait l’idée de ce texte :

  • 157  Lettre « Rapport daté de Goré le 30 mai 1929, adressée au Ras Tafari » (voir Annexe 2).

En dehors de ces rapports que j’enverrai à Votre Majesté chaque fois qu’il y aura lieu, je tiens fidèlement à jour mon journal de voyage quotidien, où je consigne le plus de notes possibles archéologiques, historiques, ethnographiques et géographiques, afin d’être suffisamment armé pour un nouvel ouvrage lorsque bientôt aura paru celui qui se prépare chez l’Éditeur Geuthner à Paris. Ainsi, le regard du monde savant et ami de l’Éthiopie, sera maintenu, dans la mesure du moins de mes forces et de mes capacités, fixé sur ce cher pays que Votre Majesté gouverne, et auquel je suis fier et heureux de pouvoir consacrer tout mon dévouement157.

83C’est en 1933 qu’il semble s’être vraiment consacré à ce travail :

  • 158  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 1er juillet 1933.

Pour le moment, Mr. Pottier et les milieux savants m’incitent à rédiger un nouvel ouvrage, complément au 1er, et embrassant les 7 dernières années de travaux. J’ai toutes mes notes et plus d’un millier de clichés photo pour cela. C’est au Couvent de Toulouse que j’espère, ma mission à Paris terminée, me mettre au travail pendant quelques mois158.

  • 159  Une édition de ces archives inédites est en cours de préparation.

84Mais, à l’heure actuelle, ce manuscrit reste introuvable. Les articles envoyés à M. de Robillard et publiés dans le Courrier d’Éthiopie sont peut-être les premiers jets de ce plus vaste projet. Une recherche dans les archives de la congrégation toulousaine permettra peut-être de mettre la main sur les carnets de notes d’Azaïs. Une édition de ce manuscrit serait en effet des plus utile pour la connaissance archéologique de ces régions de l’Éthiopie ; et si ce manuscrit était bel et bien perdu, il resterait utile de publier la totalité des rapports illustrés adressés au ministère éthiopien de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, qui rassemblent, de manière certes moins élaborée, les données qui devaient se trouver dans le manuscrit du second ouvrage d’Azaïs159.

85En 1936, l’Éthiopie est occupée par les Italiens. Les Européens, aussi bien les expatriés que les membres des différentes missions catholiques, sont alors rapatriés dans leurs pays respectifs. Azaïs rentre lui aussi en France et n’aura plus jamais l’occasion de retourner en Éthiopie. Il arrête alors ses recherches scientifiques et se consacre à son apostolat à Lacanau, en Gironde. Il finit sa vie à la Fraternité capucine de Toulouse, comme « simple » frère. Il y est mort le 6 avril 1966, à l’âge de 96 ans.

  • 160  Il est surprenant tout de même qu’Azaïs ne se soit jamais rendu dans le Nord, zone d’où il aurait (...)

86D’abord envoyé en Éthiopie pour satisfaire les ambitions du monde scientifique français, celles du Louvre qui cherchait à compléter ses collections mais surtout celle de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire qui souhaitait créer une annexe à Addis Abeba pour étendre ses domaines de compétences, F. B. Azaïs devient finalement un archéologue au service du pouvoir éthiopien. Au terme de ses cinq premières années de recherches, le gouvernement français se retire du projet, laissant Azaïs sous la seule autorité éthiopienne. Il n’a d’ailleurs expédié aucun vestige archéologique au Louvre, ce qui semblait pourtant être le principal désir de M. Pottier, déposant seulement de rares éléments au Muséum national d’histoire naturelle, notamment un herbier et quelques fossiles. Il est certes possible qu’il ait réalisé des missions diplomatiques pour R. Poincaré auprès du rās Tafari, mais elles n’apparaissent qu’en filigrane de ses lettres et de ses différents rapports. Dans l’âpre concurrence commerciale et politique qui opposait la France, l’Italie et la Grande-Bretagne en Éthiopie, Azaïs représentait pour la France un véritable atout, lui permettant d’entrer en contact direct avec Tafari. Pour ce dernier, Azaïs, avec lequel il entretenait une longue relation de confiance, était l’homme idéal pour intégrer au patrimoine historique de l’Éthiopie les vestiges archéologiques de régions intégrées à l’espace national seulement depuis la fin du xixe siècle (le Sud et l’Est)160. L’échec de la création de l’Institut français qui devait permettre d’étendre l’influence de la France en Afrique orientale fut une lourde défaite pour les Français qui se désintéressèrent alors du projet, laissant Azaïs seul face au nouvel institut éthiopien.

  • 161  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau des 3 avril 1927, 31 janvier 1934 et 23 décembre 1936.
  • 162  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 31 janvier 1934.

87Il continue néanmoins à tenir des séries de conférences lors de ses passages à Paris, comme en 1927, 1934 et 1936161. En 1934, la découverte des grottes à peintures rupestres et la venue de l’abbé Breuil en Éthiopie relancent l’intérêt pour ses recherches. Ainsi, en janvier 1934, les dessins et photos des grottes de Surē sont exposés au Trocadéro162. Mais ses recherches archéologiques sur des périodes plus récentes restent confidentielles et peu connues du public. Azaïs devient un archéologue éthiopien, au sens où il ne travaille plus que pour le gouvernement de ce pays et qu’il se consacre à construire et à enrichir le Musée national ainsi qu’à organiser la Bibliothèque nationale éthiopienne. Toutefois, ses rapports adressés entre 1926 et 1935 aux différents organes du gouvernement éthiopien ne semblent pas avoir été exploités par les autorités du pays. Peut-être conservés alors dans les Archives impériales, nous ne savons pas quel fut leur destin et s’ils furent préservés pendant et après l’occupation italienne.

  • 163  R. Joussaume, 1980.
  • 164  A. Chekroun et al., à paraître.
  • 165  R. Joussaume, 1995 ; F. Anfray, 1990.

88L’œuvre d’Azaïs, mal connue et peu reconnue, probablement en raison de la complexité du personnage – moine et archéologue, français mais au service du roi d’Éthiopie – et du relatif dédain du milieu scientifique pour les régions et les périodes qu’il a documentées (à l’exception des grottes ornées), est aujourd’hui fondatrice de l’archéologie du Sud et de l’Est de l’Éthiopie. Dans la région de Hārar, il a décrit pour la première fois l’essentiel des sites aussi bien préhistoriques (les grottes rupestres), médiévaux (mosquées, funéraires, villes) que plus contemporains, avec la description de probables katamā de l’époque de Menilek II. Plus tard, seuls les sites mégalithiques ont été étudiés en détail par R. Joussaume163 dans les années 1970. Les sites historiques commencent cependant à attirer de nouveau l’attention des chercheurs164. Pour les régions méridionales du pays, d’Addis Abeba à la frontière avec le Kenya, les recherches d’Azaïs ont mis au jour la plupart des sites à stèles, phalliques ou gravées, qui ont été étudiés par la suite165. Enfin, Azaïs semble avoir été une des pierres angulaires de la fondation, en Éthiopie, d’institutions patrimoniales comme un Institut d’archéologie, la Bibliothèque nationale, le Musée national, bien qu'il ne reste aujourd'hui aucune trace de ce travail dans la documentation (certes maigre) à ce sujet. Il a ainsi toute sa place dans une histoire qui reste largement à écrire, celle de l’utilisation de l’archéologie par le pouvoir éthiopien, depuis Menelik II jusqu’à nos jours, dans un processus de construction nationale et de définition d’un patrimoine culturel commun à l’ensemble de l’Éthiopie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aloys de Moulins, 1931, Capucins missionnaires en Afrique Orientale. Pays Galla en Éthiopie. Cote française des Somalis, Toulouse, Voix franciscaines.

Anfray, F., 1990, Les Anciens Éthiopiens, « Siècles d’histoire », Paris, Armand Colin.

Anonyme, 1922, « Missionnaire et archéologue », Les Voix franciscaines, p. 253.

Anonyme, 1929, « Missionnaire, explorateur, archéologue », Les Voix franciscaines, p. 377.

Anonyme, 1929, « Nouvelles », Le Courrier d’Éthiopie, 2 août, p. 6.

Anonyme, 1929, « Les recherches archéologiques », Le Courrier d’Éthiopie, octobre, p. 3.

Anonyme, 1929, « Biographie de Mgr Jarosseau », Le Courrier d’Éthiopie, 6 octobre, p. 7.

Anonyme, 1933, « Les recherches archéologiques d’un Capucin français en Abyssinie », La Croix, 21 juin.

Anonyme, 1935, « Au service de la science », Les Voix franciscaines, septembre, p. 55-56.

Azaïs, B., 1924, « Lettre du P. Bernardin au T.R.P. Provincial, 29 décembre 1923 », Les Voix franciscaines, p. 138-140.

Azaïs, B., 1929, « Relatio P. Bernardini Azaïs a S. Pons S.M. Tafari Mekonnen, Regi Aethiopiae, circa explorationem archeologicam in provincial Wallaga huius Regni recens peractam », Analecta Ordinis Minorum Capuccinorum, t. 45 (1), p. 284-290.

Azaïs, F., 1923a, « Aux Missions : Une expédition scientifico-apostolique », Voix Franciscaines, avril, t. 352, p. 116-119.

Azaïs, F., 1923b, « Un missionnaire archéologue », La France illustrée, n° 2527, 5 mai, p. 266-268.

Azaïs, F., 1931, « Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar », Le Courrier d’Éthiopie, 2 octobre, p. 1.

Azaïs, F., 1931, « Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar (Suite et fin) », Le Courrier d’Éthiopie, 9 octobre, p. 2 et 3.

Azaïs, F., Chambard, R., 1925, « Folklore Oromo », Revue d’ethnographie et des traditions populaires, n° 22, p. 124-135.

Azaïs, F., Chambard, R., 1931, Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie, province du Hārar et Éthiopie méridionale, Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner.

Bailloud, G., 1959, « La Préhistoire de l’Éthiopie », in Mer Rouge, Afrique Orientale : études sociologiques et linguistiques, Préhistoire, explorations, perspectives d'avenir, Paris, Peyronnet, p. 15-43.

Barenton, H. de, frère, 1935, La civilisation mégalithique. Tumulus, menhirs, dolmens à travers le monde. Leur signification et leur date. Récentes découvertes en Abyssinie, Paris, Berche et Pagis.

Barton, G.A., 1933, « Review : Cinq année de recherches archéologiques en Éthiopie », American Journal of Archaeology, vol. 37, n° 2, p. 345.

Basile, P., 1922, « Progrès chez les Gallas », Les Voix franciscaines, t. 348, décembre, p. 336–337.

Baussan, C., 1923, « Pour l’histoire de l’Abyssinie », La France illustrée, n° 2552, 27 octobre, p. 257.

Benedite, M., 1927, « Monuments préhistoriques de l’Abyssinie Méridionale », Revue de l’ Égypte ancienne, t. 1, fasc. 3-4.

Bernardin, 1924, « Lettre du P. Bernardin au T.R.P. Provincial, 29 décembre 1923 », Les Voix franciscaines, p. 138-140.

Berhanou Abebe, 1998, Histoire de l’Éthiopie d’Axoum à la révolution, Paris, CFEE et Maisonneuve et Larose.

Bernoville, G., 1950, L’épopée missionnaire d’Éthiopie : Monseigneur Jarosseau et la mission des Gallas, Paris, Albin Michel.

Breuil, H., abbé, 1932, « Les appréciations de M.H. Breuil sur les Découvertes Archéologiques dans la Province d’Harrar », Le Courrier d’Éthiopie, 26 février, p. 2-3.

Breuil, H., abbé, 1934, « Peintures rupestres préhistoriques du Harrar (Abyssinie) », L’Anthropologie, t. 44, p. 473–483.

Butin, R., father, 1927, « New archaeological discoveries in southern Abyssinia », Art and Archaeology, n° 1, vol. XXIV, p. 21-26.

Butin, R., father, 1933, « Review : Azaïs et Chambard, recherches archéologiques », The American Historical Review, vol. 38, avril, n° 3, p. 530-531.

Cerulli, E., 1927, « La missione archeologica Azaïs nell’Etiopia dell sud », Oriente Moderno, 7, p. 514–516.

Cervicek, P., 1971, « Rock paintings of Laga Oda (Ethiopia) », Paideuma, vol. XVII, p. 121-136.

Chambard, R., 1926a, « Sur l’organisation sociale des Oromo du Hārar », Revue d’Ethnographie et des traditions populaires, Paris, n° 25, p. 69-79.

Chambard, R., 1926b, « Notes sur quelques croyances religieuses des Galla », Revue d’ethnographie et des traditions populaires, Paris, n° 26, p. 121-124.

Chambard, R., 2002, Proverbes libyens recueillis par Roger Chambard, édités par Gilda Nataf et Barbara Graille avec la coll. d’Aziza Boucherit, Paris, Karthala.

Chekroun, A., 2007, À la recherche des Harla, une population de l’Éthiopie musulmane : entre archéologie, mythologie et histoire, mémoire de master 1, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Chekroun, A., 2008, Histoire et archéologie des itinéraires commerciaux de l’époque médiévale dans le Č̣erč̣er (Éthiopie musulmane) : des recherches du R.P. Azaïs (1922) aux prospections actuelles, mémoire de master 2 recherche, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Chekroun, A., et al., à paraître en 2011, « Archéologie des géants d’Éthiopie. Proposition de séquence historique pour les sites du Č̣erč̣er », in F.-X. Fauvelle-Aymar, B. Hirsch, Espaces musulmans de la Corne de l’Afrique au Moyen âge. études d’archéologie et d’histoire, De Boccard/CFEE.

Clapham, C., 2004, « Haïlé Sélassié et son temps », in G. Prunier (dir.), L’Éthiopie contemporaine, Paris, Karthala/CFEE, p. 109-131.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Clark, J.D., Williams, M.A.J., 1978, « Recent archaeological research in southeastern Ethiopia (1974-1975) : some preliminary results », Annales d’Éthiopie, vol. 11, p. 19-44.
DOI : 10.3406/ethio.1978.902

Cohen, M., Chambard, R., 1928, « Sur les sirènes en Abyssinie », Revue de l’histoire des religions, t. XCVIII, n° 4, 5 et 6, juillet-décembre, p. 94-107.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Coppens, Y., 1979, « Camille Arambourg et Louis Leakey ou un 1/2 siècle de paléontologie africaine », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 76, n° 10-12, p. 291-323.
DOI : 10.3406/bspf.1979.5159

Cottreau, J., 1924, « Invertébrés jurassiques de la région de Hārar (Abyssinie) », Bulletin de la Société géologique de France, sér. 4, t. 24, p. 579-591.

Dalbiga, J., 1933, « L’œuvre du P. Bernardin Azaïs », La Croix, 11 octobre.

Dalègre, J., 1999, « La mission du général Charpy en Thrace occidentale », Mesogeios, 4, p. 66-76.

Dompnier, B., 2001, « Capucins », in D.O. Hurel (dir.), Guide pour l’histoire des ordres et des congrégations religieuses, France, xviexxe s., Turnhout (Belgium), Brepols, p. 154–157.

Ficquet, É., 2003, « Azaïs, François Bernardin », Encyclopaedia Aethiopica, t. 1, Wiesbaden, Germany, Harrassowitz Verlag, p. 414.

Ficquet, É., 2003, « Chambard, Roger », Encyclopaedia Aethiopica, t. 1, Wiesbaden, Germany, Harrassowitz Verlag, p. 711-712.

Gaselee, S., 1933, « Review : Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie », Bulletin of the School of Oriental Studies, vol. 7, n° 1, p. 245-246.

Gérard, D., 2006, Rās Tafari Haïlé Sélassié, visages du dernier empereur d’Éthiopie, Apt, L’Archange Minotaure.

Grandmaison, G. de, 1921, « A la mission de Thrace, Un moine aumônier militaire », La France illustrée, n° 2405, 1er janvier, p. 52-56.

Hirsch, B., Fauvelle-Aymar, F.-X., 2001, « Aksum après Aksum : Royauté, archéologie, herméneutique chrétienne de Ménélik II (r. 1865-1913) à Zär’a Ya’qob (1434-1468) », Annales d’Éthiopie, vol. XVIII, p. 91-97.

Huet, B., frère, 1971, Tableau chronologique comparé de l’histoire des missions catholiques en Éthiopie (de 1837 à 1937), Paris, 23 p. dactylographiées.

Joussaume, R., 1980, Le Mégalithisme en Éthiopie, « Monuments funéraires protohistoriques du Hārar », Addis Abeba, Artistic Printers.

Joussaume, R. (dir.), 1995, Tiya. L’Éthiopie des mégalithes : du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique, APC, mémoire XI.

Joussaume, R., 2004, « Sur les pas du Père Azaïs », Histoire et Préhistoire du Pays Saint-Ponais, t. 4, p. 39-54.

Littmann, E., 1924, « Arabische Inschriften aus Abessinien », Zeitschrift für Semitistik und verwandte Gebiete, t. 3, p. 236-246.

Neuville, H., 1928, « Contribution à l’étude des mégalithes abyssins. Comparaison avec d’autres monuments remarqués sur l’interprétation des mégalithes », L’Anthropologie, n° 38, p. 255-288 et 523-564.

Marcus, H., 1987, Hailé Sellassié I : The Formative Years, 1892–1936, Berkeley, University of California Press.

Mercer, S., 1934, « Review: Archaeological researches in Ethiopia », The Jewish Quarterly Review, New Series, vol. 24, n° 3, janvier, p. 237-238.

Molly, E. W, 1928, Recherches sur le Č̣erč̣er (Abyssinie), Genève, Guerry.

Morand, H., 1927, « Les découvertes du R.P. Azaïs en Éthiopie », Le Courrier d’Éthiopie, 12e année, n° 7, juillet, p. 2-3.

Piolet, J.-B., 1902, La France au dehors : les Missions catholiques françaises au xixe siècle, t. 5, Missions d’Afrique, Paris, A. Colin.

Pottier, E., 1927, « Les découvertes archéologiques d’un Français en Abyssinie », L’Illustration, n° 4389, 16 avril, p. 381-382.

Ravaisse, P., 1923, « Notes sur quelques stèles et inscriptions arabes trouvées en Abyssinie », La France illustrée, n° 2552, 27 octobre, p. 257-261.

Robillard, L. de, 1936, « Livre à Lire : Cinq années de recherches archéologiques en Éthiopie », Le Courrier d’Éthiopie, 6 mars, p. 2.

Rubinkowska, H., 2007, « Nadäw Abba Wällo », Encyclopaedia Aethiopica, t. 3, Wiesbaden, Germany, Harrassowitz Verlag, p. 1094.

Sarton, G., 1933, « Cinq années de recherches archéologiques en Éthiopie by R.P. Azaïs, R. Chambard », Isis, vol. 19, n° 3, septembre, p. 516-518.

Teilhard de Chardin, P., 1930, « Le Paléolithique en Somalie française et en Abyssinie », L’Anthropologie, t. 40, p. 331-333.

Verneau, R., 1924, « Les Mégalithes de l’Abyssinie », L’Anthropologie, t. 34, p. 471-477.

Verneau, R., 1926, « Un institut d’Archéologie éthiopienne à Addis Abeba », L’Anthropologie, t. 36, p. 392-393.

Verneau, R., 1927, « La nouvelle expédition du Père Azaïs dans le sud de l’Abyssinie », L’Anthropologie, t. 37, p. 223-226.

Vincent, A., 1935, « Compte rendu de l’ouvrage du P. Azaïs et R. Chambard », Revues des Sciences religieuses, avril, p. 251-252.

Wagner, E., 2003, Hārar Annotierte Bibliographie zum Schrifttum über die Stadt und den Islam in Südostäthiopien, Wiesbaden, Harrāssowitz Verlag [Aethiopische Forschungen 61].

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Sources non publiées (Pour les écrits d’Azaïs, voir Annexe 2)

1. Fonds d’archives Bibliothèque franciscaine capucine de la province de Paris

Manuscrit 960 : ensemble des lettres de Monseigneur Gauvin Cahagne (1878 – 1886) :

Lettre de Hārar, 20 mai 1881 adressée au P. Péran, p. 25–32.

Lettre de Hārar, 7 juin 1881 adressée au Très Révérend Père Provincial de Paris, p. 33-44.

Lettre de Hārar, 9 novembre 1881, destinataire inconnu, p. 51–53.

Lettre de Zayla, 9 mars 1882, adressée au R. Père Secrétaire, p. 76–92.

Manuscrit 1241 : « Province de Paris, Mission des Gallas, Lettres autographes de Mgr. Tairier Cahagne, P. Julien de Mamer, P. Pierre de Locomine, P. Michel de Viscel, P. Cyprien, 1879–1899 ».

Inventaire des Archives Provinciales de la Province de Toulouse de décembre 1966.

Inventaire Sommaire des archives du Vicariat apostolique d’Hārar, 1983.

2. Fonds des Archives générales capucines à Rome

Cote 2R32 :

Mgr Jarosseau, Journal de la Mission Galla, 1908, non paginé.

Mgr Jarosseau, Journal de la Mission Galla, 1922, non paginé.

Mgr Jarosseau, Journal de la Mission Galla, 1923, non paginé.

Cote 2R151 « Lettere di Mgr Jarosseau e degli altri missionari (autographi) » :

Lettre de Fr. Diego à Mgr. Jarosseau (Diré Daoua, 5 janvier 1933).

Cote 2R66 :

Lettre de Camille Arambourg à Mgr. Jarosseau (Le Raincy, 28 août 1932).

Cote 2R117 « 1910–1922, Lettere dei p. Joachim, Bernard, Jarosseau, Vincent, Lazare, Euchariste, Bernardin » :

Rapport sur l’état de la Mission Catholique des Galla adressé à Monsieur le Président (le T.R. Père Gonzalez Ministre Provincial) et aux Vénérés Messieurs (le Conseil d’administration), document dactylographié, 1911, 17 p.

Cote 2R162 « 1922 : Lettere di Mgr A. Jarosseau e degli altri missionari » :

Lettre de Fr. Basile à Très Révérend et bien cher Père (Diré Daoua, 15 janvier 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau, (Addis Abeba, 2 janvier 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 25 février 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 24 Mars 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 22 avril 1922).

Lettre de Fr. Basile à un Frère (Addis Abeba, 10 juin 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 1er juillet 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 22 juillet 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 29 juillet 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 1er août 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 8 août 1922).

Lettre de Fr. Basile à Frère (Addis Abeba, 26 août 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 26 août 1922).

Lettre de Fr. Basile à Mgr Jarosseau (Addis Abeba, 14 octobre 1922).

3. Archives nationales de France, Paris

Cote F/17/17241 « Projet de création d’un Institut français d’Éthiopie (mission du père Azaïs) 1922-1924 » :

Lettre du sous-directeur chargé de l’Afrique au ministère des affaires étrangères au député du Lot, le prince Murat (Paris, sans date).

Note n°47, au sujet de l’institut franco-éthiopien d’archéologie, de M. Gaussen, ministre de France en Éthiopie, au ministre des affaires étrangères (Addis Abeba, 5 mai 1925).

Lettre de Ato Wolde Mariam, sur l’ordre du gouvernement éthiopien, à Azaïs, en français traduit de l’amharique (Addis Abeba, 6 avril 1925).

Copie d’une lettre (dépêche n° 58) de M. Gaussen, ministre de France en Éthiopie, au président du conseil, ministre des affaires étrangères (Addis Abeba, 19 avril 1924).

Copie d’une lettre de Tafari Makonnen à Azaïs (Addis Abeba, 14 avril 1924).

Dépêche n° 397 au sujet de la création d’un institut français d’Éthiopie, du président du conseil, ministre des affaires étrangères au ministre de l’instruction publique et des beaux arts – direction de l’enseignement supérieur, 2ème bureau (Paris, 11 août 1923).

Minute au sujet de l’institut français d’Éthiopie du ministère de l’instruction publique et des beaux arts au président du Conseil (Paris, 3 août 1923).

Dépêche n° 376 au sujet de l’institut français d’Éthiopie, du sous-directeur pour l’Afrique du ministère des affaires étrangères au ministre de l’instruction publique et des beaux arts (Paris, 31 juillet 1923).

Copie de la dépêche n° 155 au sujet de l’institut français d’Éthiopie, de M. Gaillard ministre de France au Caire au sous-directeur chargé de l’Afrique au ministère des affaires étrangères (Le Caire, 30 juin 1923).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 9 juin 1923).

Note de service « affaire de l’établissement d’Éthiopie » de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 5 juin 1923).

Copie d’une lettre du ministre de l’instruction publique et des beaux arts au sous directeur chargé de l’Afrique au ministère des affaires étrangères (Paris, 8 mai 192 ?).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 8 mai 1923).

Dépêche n° 190 du sous directeur Charles de Chambrun chargé de l’Afrique au ministère des affaires étrangères au ministre de l’instruction publique et des beaux arts (Paris, 21 avril 1923).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 28 mars 1923).

Dépêche n° 161 du ministre des affaires étrangères au ministre de l’instruction publique et des beaux arts (Paris, 28 mars 1923).

Copie d’une note n° 63 au sujet de la création d’un institut français d’archéologie en Éthiopie, de M. Gaillard, ministre de France au Caire au président du conseil, ministre des affaires étrangères (Le Caire, 19 mars 1923).

Rapport de G. Foucart à Tafari Makonnen (Le Caire, 19 mars 1923).

Lettre de G. Foucart au directeur (Louxor, 2 mars 1923).

Dépêche n° 663 de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 10 janvier 1923).

Lettre de G. Foucart à Azaïs (Le Caire, 9 janvier 1923).

Dépêche n° 11 « projet de création d’un institut français d’Éthiopie » du ministre des affaires étrangère au ministre de l’instruction publique et des beaux arts, direction de l’enseignement supérieur (Paris, 8 janvier 1923).

Note préliminaire au sujet du projet d’un établissement annexe de l’institut du Caire à Addis Abeba (sans lieu, sans date).

Dépêche n° 93 « projet de création d’un institut français » de M. de Coppet au président du Conseil, ministre des affaires étrangères (Addis Abeba, 28 novembre 1922).

Avant projet d’institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari rédigé par de Coppet (Addis Abeba, 1922).

Dépêche n° 530 « sujet de la mission archéologique du R.P. Azaïs » du Président du conseil au ministre de l’instruction publique (Paris, 14 septembre 1922).

Dépêche n° 61 « mission archéologique du R.P. Azaïs » de M. de Coppet au président du conseil (Addis Abeba, 1922).

Dépêche n° 347 « Mission de M. Azaïs » du président du Conseil, ministre des affaires étrangères au ministre de l’instruction publique (Paris, 24 juin 1922).

Extrait d’une lettre personnelle de M. de Bellefonds (sans lieu, sans date).

Cote 17/13604 « Affaires d’Éthiopie 1924-1925 » :

Lettre de G. Foucart à M. de Bar (Le Caire, sans date).

Lettre du Ras Taffari à Azaïs (Addis Abeba, 6 miaza 1916 [14 avril 1924]).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 10 mai 1924).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 20 mai 1924).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 23 mai 1924).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 24 juin 1924).

Lettre de G. Foucart au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 5 août 1924).

Lettre de G. Foucart à Azaïs (Le Caire, 6 juin 1925).

Lettre de G. Foucart au directeur (Le Caire, 22 juillet 1925).

Annexe 2 : Bibliographie (non exhaustive) des écrits du père Bernardin François Azaïs

1. Sous le nom de frère Bernardin :

« Le culte de l’eucharistie en Éthiopie, Chapitre Premier (suite) », Le Semeur d’Éthiopie, oct. 1906, p. 101-106.

« Le culte de l’eucharistie en Éthiopie, Chapitre Second, 1. La religion du peuple Galla », Le Semeur d’Éthiopie, fév. 1907, p. 138-140 ; avril 1907, p. 155-157 ; mai 1907, p. 192-196 ; juin 1907, p. 210-212.

« Le culte de l’eucharistie dans l’Église d’Abyssinie », Le Semeur d’Éthiopie, juillet 1907, p. 227-228.

« Le culte de l’eucharistie en Éthiopie, Chapitre Second, 2. Les Sacrifices du peuple Galla, Sacrifice du pain », Le Semeur d’Éthiopie, août 1907, p. 246-249.

« La religion Galla : Kimismadal : Sacrifice du pain », Le Semeur d’Éthiopie, janv. 1908, p. 327-329 ; fév. 1908, p. 342-345 ; avril 1908, p. 377-380.

« Le culte de l’eucharistie dans l’Église d’Abyssinie », Le Semeur d’Éthiopie, mai 1908, p. 394-399 ; juin 1908, p. 408-410 ; juillet 1908, p. 422-426 ; août 1908, p. 456-459.

« La Mission Galla », Les Voix franciscaines, t. 63,août 1908, p. 367.

« Deux chars : le Char de l’Église et le Char de la Patrie », Le Semeur d’Éthiopie, 1909, p. 503-507.

« Un événement religieux à Diré Daoua : Bénédiction de la première église élevée dans cette cité, 25 avril 1909 », Le Semeur d’Éthiopie, 1909, p. 566-575.

« Visite officielle du Consul de France Mr. Naggiar, au Dedjaz Baltcha, Gouverneur général de la Province de Hārar », Le Semeur d’Éthiopie, 1909, p. 633-635.

« Enterrement religieux à Diré Daoua », Le Semeur d’Éthiopie, 1909, p. 637-640.

« Diré Daoua ce 27 Mars 1910, Monsieur le Vice–Consul de France », Le Semeur d’Éthiopie, 1910, p. 716-720.

« Les lépreux de Hārar au Vatican », Le Semeur d’Éthiopie, 1911, p. 77-80.

« Clôture du Mois de Marie à Rome (Quartier Tiburtin) », Le Semeur d’Éthiopie, 1911, p. 87-89.

« Les lépreux de Hārar au Vatican », Les Voix franciscaines, 1911, p. 468-469.

« La léproserie d’Hārar et le Catholicisme en Abyssinie », Les Missions catholiques, 1912, p. 16-18 et p. 28-30.

« La léproserie d’ Hārar et le Catholicisme en Abyssinie », Les Voix franciscaines, 1912, p. 134-137 et p. 181-185.

« Une expédition scientifico-apostolique au pays du Prince héritier, le ras Tafari, souverain d’Éthiopie », Les Voix franciscaines, t. 350, février 1923, p. 47-49 ; t. 351, mars 1923, p. 83-86 ; t. 352, avril 1923, p. 116-119.

« Lettre du P. Bernardin au T.R.P. Provincial, 29 décembre 1923 », Les Voix franciscaines, 1924, p. 138-140.

2. Sous le nom de père Azaïs :

« Un missionnaire archéologue », La France illustrée, n° 2527, 5 mai 1923, p. 266-268.

« Étude sur la religion du peuple Galla », Revue d’ethnographie, 7 (26), 1926, p. 113-120.

« Exploration archéologique – Éthiopie méridionale (mai-novembre 1926) », La Géographie, t. XIVIII, n° 1 et 2, juillet–août 1927, p. 1-29.

« Relatio P. Bernardini Azaïs a S. Pons S. M. Tafari Mekonnen, Regi Aethiopiae, circa explorationem archeologicam in provincia Wallaga huius Regni recens peractam », Analecta Ardinis Minorum Capuccinorum, 45 (11), 1929, p. 284-290.

« Les recherches archéologiques », Le Courrier d’Éthiopie, 25 oct. 1929, p. 1 ; 1 nov. 1929, p. 1 ; 8 nov. 1929, p. 1 ; 15 nov. 1929, p. 1-3.

« Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar », Le Courrier d’Éthiopie, 2 oct. 1931, p. 1 ; 9 oct. 1931, p. 2 et 3.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographique du Père Azaïs », Le Courrier d’Éthiopie, 3 janvier 1936, p. 2 ; 10 janvier 1936, p. 2-3.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographique du Père Azaïs : Cheik – Houssen, Son culte en Éthiopie (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 14 janvier 1936, p. 1-2 ; 21 janvier 1936, p. 2 ; 17 janv. 1936, p. 2 ; 24 janv. 1936, p. 3 ; 31 janv. 1936, p. 3 ; 4 fév. 1936, p. 1 et 2 ; 7 fév. 1936, p. 3.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographie du Père Azaïs : Cheik – Houssen, Son culte en Éthiopie, II. Les Singes de Cheik Houssen (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 11 fév. 1936, p. 1 et 2 ; 14 fév. 1936, p. 3.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographie du Père Azaïs : Cheik – Houssen, Son culte en Éthiopie, III. Du fleuve Web à Oullouka (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 21 fév. 1936, p. 3 ; 28 fév. 1936, p. 3.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographie du Père Azaïs : Cheik – Houssen, Son culte en Éthiopie, IV. Bâlé (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 3 mars 1936, p. 4 ; 6 mars 1936, p. 3 ;17 mars 1936, p. 4.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographique par le Père Azaïs, Du Bali au Sidamo, I. Gôba (Capitale du Bali) (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 20 mars 1936, p. 3 ;31 mars 1936, p. 4 ; 3 avril 1936, p. 3.

« Étude sur les origines de Harrar », Le Courrier d’Éthiopie, 7 avril 1936, p. 1.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographique par le Père Azaïs, Du Bali au Sidamo, I. Gôba (Capitale du Bali) (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 7 avril 1936, p. 4; 10 avril 1936, p. 3 ; 14 avril 1936, p. 4 et 2.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographique par le Père Azaïs, Du Bali au Sidamo, II. Itinéraire de Goba à Irgalem, Digression sur S.M. l’Empereur (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 16 avril 1936, p. 3 ; 17 avril 1936, p. 6.

« Troisième Expédition archéologique et ethnographique par le Père Azaïs, Du Bali au Sidamo, Itinéraire de Goba à Irgalem (Suite) », Le Courrier d’Éthiopie, 21 avril 1936, p. 1 et 2 ; 24 avril 1936, p. 3 ; 28 avril 1936, p. 1.

3. Écrits communs du P. F. Azaïs et de Roger Chambard :

« Folklore Oromo », Revue d’ethnographie et des traditions populaires, n° 22, 1925, p. 124-135.

Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie, province du Hārar et Éthiopie méridionale, Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner, 1931, 362 p. et 110 pl.

4. Rapports du père Azaïs non publiés (archives capucines de Rome) :

Notes sur l’état social des populations de la Province du Harrar et sur leurs Origines, non daté, manuscrit sur cahier d’écolier (Excercise Book Hemraj Hirachand, 32 pages), 19 p. [cote 2R4].

Rapport sur l’état de la Mission Catholique des Galla adressé à Monsieur le Président (le T.R. Père Gonzalez Ministre Provincial) et aux Vénérés Messieurs (le Conseil d’administration), document dactylographié, 1911, 17 p. [cote 2R117].

Rapport adressé au ras Tafari, de Goré le 3 mai 1929, sur la Mission archéologique de cinq mois dans le Wallaga, document dactylographié, 1929, 8 p. [cote 2R66].

Rapport sur l’Expédition Archéologique dans les Provinces : Soddo – Gourague – Marako–Arroussi Galla, Commencée le 25 Février 1931, Terminée le 13 juin 1931, document dactylographié, 1931, 13 p. [cote 2R66].

Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar, document dactylographié, 1931, 5 p. [cote 2R66].

Premier rapport archéologique de la Mission Éthiopienne dans la Province du Bali (illustré de 104 photographies), document manuscrit et photographique, 27 février 1935 [cote 2R4].

3ème Rapport d’archéologie et ethnologie, concernant le Bali ; Faisant suite au 2ème rapport que nous avons clos à Ghinir, adressé à Son Excellence Blaten Gheta Sahlé Sadalou, Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux–Arts, document dactylographié, Goba (Province du Bali), 10 avril 1935, 29 p. [cote 2R66].

Troisième Expédition archéologique et ethnographique du Père Azaïs, document manuscrit, 14 dossiers, 1935–1936, 143 p. accompagné d’un lot de lettres non datées (écrites entre 1933 et 1936) adressées à Mr. Robillard [cote 2R66].

5. Correspondance du frère Bernardin non publiée - Archives capucines de Rome :

Cote 2R151 « Lettres adressées à Mgr Jarosseau, 1911 » :

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Béziers, 7 janvier 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 17 janvier 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 25 janvier 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 28 janvier 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 1er février 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 7 février 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 18 février 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 26 février 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 13 Mars 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 26 Mars 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 5 avril 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 20 avril 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 21 avril 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 21 avril 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, Saint jour de Pâques de 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 4 mai 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 11 mai 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 13 mai 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 15 mai 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 18 mai 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 20 mai 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 26 mai 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Béziers, 25 juin 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 6 juillet 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Ax-les-Thermes, 31 août 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Toulouse, 15 septembre 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Paris, 26 septembre 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Béziers, 9 octobre 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lyon, 21 octobre 1911.

Lettre de Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, « depuis les tranchées », 6 janvier 1916.

Cote 2R162 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1922 » :

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Paris, 8 janvier 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Addis-Abeba, 18 juillet 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Addis-Abeba, 22 juillet 1922 : compte rendu de la visite au rās Tafari.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Lafto, 26 novembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Gourawa, 17 octobre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Fimanbira ( ?), 7 septembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, jeudi 31 (août) 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Gurawa, vendredi 22 septembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Gurawa, 26 septembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, 29 septembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Surē, 20 novembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Surē, 21 novembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Surē, 24 novembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Dobba, 8 décembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Tchiro, 17 décembre 1922.

Lettre du P. Bernardin à Mgr Jarosseau, Bilalou, 25 décembre 1922.

Cote 2R4 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1926 » :

Lettre du P. Bernardin à Mgr. Jarosseau, Addis Abeba, 30 novembre 1926.

Lettre du P. Bernadin à Mgr. Jarosseau, Addis Abeba, 27 décembre 1926.

Cote 2R166-167 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1927, 1928 et 1929 » :

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 3 avril 1927.

Lettre de Fr. Bernardin, Cognac, 30 mai 1927.

Lettre de Fr. Bernardin, Le Valès, 15 août 1927.

Lettre de Fr. Bernardin, Toulouse, 20 décembre 1927.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 16 avril 1928.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 28 août 1928.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 19 septembre 1928.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 11 décembre 1928.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 9 janvier 1929.

Lettre de Fr. Bernardin, Goré, 10 juin 1929.

Lettre de Fr. Bernardin, Ambo, 10 décembre 1929.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 26 décembre 1929.

Cote 2R170 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1930 » :

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 31 mai 1930.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 7 octobre 1930.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, Toussaint 1930.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 23 novembre 1930.

Cote 2R171 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1931 » :

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 27 janvier 1931.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 16 juin 1931.

Lettre de Fr. Bernardin, Diré Daoua, 14 septembre 1931.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 29 décembre 1931.

Cote 2R172 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1932 » :

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 27 mars 1932.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 26 mai 1932.

Cote 2R174 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1933 et 1934 » :

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 1er juillet 1933.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 31 janvier 1934.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 11 novembre 1934.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 5 décembre 1934.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 31 décembre 1934.

Cotes 2R175 et 2R176 « Lettres adressées à A. Jarosseau, 1935, 1936 et 1937 » :

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 20 sept 1935.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 26 novembre 1935.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 3 janvier 1935.

Lettre de Fr. Bernardin, Addis Abeba, 4 mars 1936.

Lettre de Fr. Bernardin, Djibouti, 22 septembre 1936.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 8 octobre 1936.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 3 novembre 1936.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 8 novembre 1936.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 7 décembre 1936.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 23 décembre 1936.

Lettre de Fr. Bernardin, Paris, 2 janvier 1937.

5. Correspondance du père Azaïs non publiée – archives nationales de Paris

Cote F/17/17241 :

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 1er août 1922).

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Dobba, 8 décembre 1922).

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 23 janvier 1923).

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 28 janvier 1923).

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 4 février 1923).

Lettre d’Azaïs au directeur de l’enseignement supérieur (Addis Abeba, 22 avril 1923).

Lettre d’Azaïs au directeur de l’enseignement supérieur (Paris, 30 juin 1923).

Cote F/17/13604 :

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 13 juillet 1924).

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Toulouse, 27 mai 1925).

Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Paris, 28 juin 1925).

Annexe 3 : Les albums photographiques d’Azaïs

Il s’agit de quatre albums photographiques réalisés par Azaïs et conservés dans les archives du Museo Francescano Istituto Storico dei Cappuccini, situé dans l’enceinte du Collegio San Lorenzo da Brandizi à Rome, sous la bonne garde de Fr. Yohannès. Ils commencent tous par un court texte en amharique, traduit sur la page suivante : « Album offert à l’Exposition Vaticane qui aura lieu en 1917 (1925) par Son Altesse Impériale le ras Tafari Mekonnen, Prince Régent et Héritier de l’Empire d’Éthiopie, ce 15 novembre 1917 (8 décembre 1924). A la demande du R.P. Bernardin Azaïs, Frère Mineur Capucin de la Province de Toulouse, Missionnaire en Abyssinie, auteur de cet album. » Chaque album suit un thème plus ou moins respecté. Les photos sont généralement bien conservées sauf certaines dont les couleurs sont passées. Une légende accompagne chacune d’elles.

Album I :

Ce recueil regroupe des photos générales sur Addis Abeba : des portraits du rās Tafari, de sa femme et de ses enfants, de son père ; des portraits de hauts personnages de l’empire, comme le maire d’Addis Abeba ou des chefs de région ; une série d’églises, de marchés, de fontaines, de vues générales d’Addis Abeba, de vues du palais et de la gare d’Addis Abeba. Suivent des portraits d’« Abyssins » divers (hommes, femmes, enfants), des portraits de musiciens, de « Galla ». Les fêtes religieuses de Temket et de Maskal, toutes deux en présence du rās Tafari, sont abondamment représentées. La mosquée d’Addis Abeba, les courses d’Addis Abeba, le retour d’Europe du rās Tafari sont autant de sujets des photographies de cet album. Ce dernier se poursuit par les « Œuvres Catholiques » d’Addis Abeba (École de l’Alliance française, École des Sœurs franciscaines de Calais). Enfin il se termine par une collection de croix et de peintures abyssines ainsi que d’esquisses exécutées par des éthiopiens.

Album II :

Cet album est intitulé « Abyssinie. Alentours d’Addis Abeba, l’Aouache, Pays Soddo et Gouraghé, Ligne du chemin de fer d’Addis Abeba, Diré Daoua et Djibouti ». Voici la liste des différents thèmes qui traversent cet album : chutes de la rivière Aouache, église monolithe aux environs d’Addis Abeba, découvertes archéologiques mai 1924 : gisements de Thya, de Sombo et de Saden, marché du Maroco près de Kalla, vues diverses du Pays Maroco, Pays Gouraghé, Maska, Lac Badetti près de Silté (Gouraghé) et découvertes archéologiques de stèles dans la contrée de Silté, ligne de chemin de fer, l’Aouache, le désert Karayou, Diré Daoua, « types Somali » (portraits d’hommes et de femmes somali), Collège de l’Alliance française de Diré Daoua tenu par les Frères de St Gabriel et les Élèves des Sœurs franciscaines de Calais.

Album III :

Le thème de cet album est la ville de Hārar et la province de Hārar. La plupart des photographies sont des vues de la ville de Hārar, de sa Mission, de la léproserie, des membres de la mission, de Mgr Jarosseau, de la population d’Hārar, des portraits de chefs de la région, mais aussi du rās Tafari ainsi que de son épouse l’impératrice. Pourtant un nombre non négligeable de ces photos sont des vues de sites archéologiques visités par Azaïs et Chambard. Certaines ont été publiées dans Cinq Années de recherches archéologiques en Éthiopie, mais d’autres sont inédites et sont accompagnées de légendes qui apportent des informations nouvelles. Une série de photos est consacrée au « pays Ania » (notamment l’escalier cyclopéen). À la suite, à partir de la page 61, une partie est intitulée « Découvertes archéologiques en des contrées ou tribus Galla (Ouest d’Hārar) 1922–1923 ».

Album IV :

Cet album est un mélange. Il peut être divisé en sept sections. Les photos sont pour la plupart de grandes reproductions de 15 cm sur 20 cm. La première partie, pages 3 à 34, regroupe des photos de 1922 prises dans la Province Hārar. Il s’agit du même corpus que celles publiées dans son ouvrage, mais certaines des photos sont inédites. Puis les thèmes sont : « Découvertes archéologiques en pays Soddo (3 journées environ Sud-ouest Addis Abeba) année 1924 (par le P. Bernardin Azaïs)» p. 35 à 41 ; « Découvertes en Pays Gouraghé (Silté) » p. 42 à 53 ; Artisanat éthiopien (images issues de l’ouvrage de la Mission Duchesnes-Fournet), p. 54 à 62 ; « Quelques mensurations sur le Vivant de types de diverses contrées de l’Abyssinie, faites à Addis Abeba en 1923 par le Père Bernardin Azaïs », p. 63 à 71. Il s’agit de photographies de face et de profil d’hommes, avec en légende leur nom, leur « ethnie », leur taille de crâne et des mensurations diverses ; « Types et costume de contrées du Sud de l’Abyssinie », p. 72 à 75 ; « Animaux abyssins », p. 76 à 82 (cette section regroupe des cartes postales, des gravures ainsi que des photos originales prises par Azaïs).

Haut de page

Notes

1  F. Azaïs, 1923b. L’idée d’une influence pharaonique provient de la présence de tumulus dans diverses zones du pays, que des scientifiques européens associent alors aux pyramides égyptiennes.

2  F. Azaïs, 1923b

3  Voir Archives nationales de France, cote 17/17241, « Projet de création d’un Institut français d’Éthiopie ».

4  Note de service « affaire de l’établissement d’Éthiopie » de G. Foucard au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 5 juin 1923).

5  Cette mission catholique s’appelait « Galla », car cette région était peuplée d’Oromo, appelés « Galla » par les chrétiens des hauts plateaux.

6  Mgr Jarosseau, Journal de la Mission Galla, année 1922, manuscrit non paginé, cote 2R32. En tant que vicaire apostolique de la mission des Galla, Jarosseau a tenu un journal de bord, relatant au jour le jour les événements de la mission. Jarosseau résume ici la lettre qu’il a envoyée au rās Tafari à propos de ce projet archéologique.

7  Il s’agit en effet de zones alors très peu connues du point de vue archéologique, contrairement aux terres septentrionales, cœur du monde chrétien. Ces régions, intégrées au royaume éthiopien seulement depuis l’époque de Menilek II, sont aussi celles qui ont été concédées aux missionnaires catholiques. Azaïs fut envoyé dans ces régions non chrétiennes afin de démontrer leur « passé chrétien ». Ainsi la zone est du pays, musulmane depuis l’époque médiévale, est selon les chrétiens une ancienne terre chrétienne, injustement accaparée par les musulmans.

8  Au Collegio Internazionale S. Lorenzo da Brindisi dei Frati Minori Cappuccini (Circonvolarione Occidentale n. 6850, Rome). Je tiens à remercier l’ensemble des pensionnaires de ce collège, en particulier Fr. Zacharie, ainsi que le personnel de la bibliothèque pour leur accueil chaleureux et leur disponibilité. Je remercie également l’École française de Rome pour m’avoir accordé une bourse me permettant de retourner consulter ces archives dans les meilleures conditions.

9  L’aide précieuse de l’équipe de cette bibliothèque m’a été fondamentale pour entrer en contact avec la direction générale capucine à Rome et accéder à leurs archives.

10  Voir Annexes 1, 2 et 3.

11  L’implication du pouvoir éthiopien vis-à-vis de l’archéologie a été soulignée dans B. Hirsch et F.-X Fauvelle-Aymar, 2001.

12  G. de Grandmaison, 1921.

13  Les Frères mineurs capucins forment un ordre religieux de la famille franciscaine, approuvé comme véritable ordre de Saint-François en 1517 par le pape Léon X. En France, ils n’apparaissent qu’en 1573 et jouèrent un rôle déterminant dans la lutte contre le protestantisme et la réforme du catholicisme. Aboli en France en 1790, l’ordre se maintient à l’étranger. Il a reparu en France depuis 1851. Voir B. Dompnier, 2001.

14  F. Azaïs, R. Chambard, 1931.

15  Le rās Makwannen (8 mai 1852–21 mars 1906), petit-fils du roi Śāhla Śellāsē du Šawā par sa mère, fut gouverneur de la province du Hārar de 1896 à 1906.

16  Yašimābēt Ali est morte du choléra le 14 mars 1894.

17  Le rās Tafari est né le 23 juillet 1892 à Eğğersāgoro près de Hārar. Il est le fils unique du rās Makwannan Walda Mikāɔēl, gouverneur de la province de Hārar, et de Yašimābēt Ali.

18  De très nombreux articles ont été rédigés sur cette léproserie, aussi bien de la part du P. Bernardin que d’autres capucins ayant travaillé pour elle. Les articles sont essentiellement parus dans des revues religieuses de cette époque (Les Voix franciscaines, Les Missions catholiques) afin de récolter des fonds pour subvenir aux besoins toujours plus importants de la léproserie. Voir aussi F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 14–18. Pour une bibliographie plus complète d’ouvrages ou d’articles d’auteurs non religieux, se reporter à E. Wagner, 2003, p. 572-578.

19  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 16.

20  Azaïs racontera bien plus tard, à la fin de sa vie, qu’il parvint bien à baptiser, à l’article de la mort, un lépreux de 20 ans. « Mais pour éloigner ses compagnons d’infortune qui veulent s’y opposer, pour convaincre le mourant lui-même, il devra déployer des efforts inouïs ! », G. Bernoville, 1950.

21  J. Dalbiga, 1933.

22  Mgr Jarosseau, Journal de la Mission Galla, année 1908.

23  Le Semeur d’Éthiopie, « Bulletin de la mission des capucins de Diré Daoua », est le nom que prit La Semaine d’Éthiopie (hebdomadaire publié par la mission depuis 1890), en 1905. Il était distribué aux congrégations religieuses et aux personnes en Europe intéressées par les œuvres de la mission des « Galla » et susceptibles d’en financer une partie. Les articles traitaient principalement de la vie de la mission, de l’histoire de l’Éthiopie, de réflexions religieuses et spirituelles. Ils étaient rédigés par tous les membres de la mission, mais plus particulièrement par les quelques frères qui s’occupaient de l’imprimerie, à savoir le P. Marie Bernard et le P. Bernardin. Il semble que cette revue ait été publiée jusqu’à l’expulsion de la mission, durant l’invasion italienne, en 1936.

24  « Un événement religieux à Diré Daoua : bénédiction de la première église élevée dans cette cité, 25 avril 1909 », 1909, p. 566-575, ou encore « Les lépreux de Hārar au Vatican », 1911, p. 468-469.

25  « Le culte de l’eucharistie dans l’Église d’Abyssinie », publié en 9 fois au cours de l’année 1908.

26  « La religion du peuple Galla », février 1907, p. 138-140 ; « La religion Galla, Kimismadal : Sacrifice du pain », janvier, février et avril 1908.

27  Anonyme, 1933. Pour une biographie de Jarosseau, voir le n° 550 des Voix franciscaines, avril-juin 1941, qui lui est consacré à titre posthume : « Mgr André Jarosseau, dernier évêque français d’Éthiopie, Frère Mineur Capucin, 1858-1941 ». Se référer surtout à G. Bernoville, 1950. Pour son ouvrage, Gaëtan Bernoville a eu recours aux archives concernant Mgr Jarosseau et la mission « Galla » (alors conservées à Toulouse, aujourd’hui à Rome, aux archives capucines), et notamment les 22 cahiers du journal tenu par Monseigneur Jarosseau de 1900 à sa mort. Enfin il a eu accès aux lettres que Mgr Jarosseau a écrites tout au long de sa vie à son intime confident, le curé de St-Mars-des-Prés (Vendée) et aux siens entre 1874 et 1940, conservées par la famille Denis-Ratier, apparentée à Mgr Jarosseau et plus particulièrement au chanoine Denis, de Luçon.

28  Anonyme, 1933.

29  Lettre du Fr. Bernardin à un Frère (non identifié), Toulouse, le 26 septembre 1910.

30  Durant toute l’année 1911, Azaïs a envoyé en moyenne une lettre par semaine à Mgr Jarosseau, le tenant au courant de ses activités. Elles nous permettent de retracer jour par jour l’avancement de cette mission diplomatique. Nous ne développerons pas ici cette année de la vie d’Azaïs.

31  Évêque italien chargé de l’ancienne mission des Somali.

32  « Hier, […] j’ai été admis en audience particulière et privée auprès de Sa Sainteté Pie X. […] Dès que le Pape me vit, il me dit en souriant : "C’est la lèpre qui vient aujourd’hui me visiter ! ". […] Le Souverain Pontife s’intéressa beaucoup au sort de nos pauvres lépreux qu’il affectionne de tout son cœur. Vous leur porterez, m’a-t-il dit, ma Bénédiction ainsi qu’à tous ceux qui se dévouent pour eux. […] Après un quart d’heure environ d’entretien qui sera pour moi le plus beau moment de ma vie et comme l’avant-goût du Ciel, je me levai et prosterné, je reçus la Bénédiction du Souverain Pontife et collai mes lèvres sur cette main qui possède toutes les bénédictions et tous les pouvoirs de Jésus-Christ. "Je vous bénis, mon fils bien-aimé !" me dit le Souverain Pontife, et je me retirai emportant dans mon cœur la même divine impression qu’eurent les Apôtres sur le Thabor à la Transfiguration de Jésus-Christ. » Lettre du Fr. Bernardin à Mgr Jarosseau, Rome, 18 mai 1912.

33 Berhanou Abebe, 1998, p. 163 ; H. Marcus, 1987.

35  Cette correspondance couvre les années 1910 à 1936 et est conservée sous les cotes 2R 190 à 2R 201 aux Archives capucines de Rome. Il s’agit des lettres que Mgr Jarosseau a reçues de la part du rās Tafari ainsi que certains brouillons des lettres de réponse.

36  G. de Grandmaison, 1921.

37  G. Bernoville, 1950, p. 193. Jarosseau avait un style de rédaction très fleuri qui peut surprendre par moment.

38  Le Semeur d’Éthiopie, juillet 1907, p. 227-228.

39  Le Semeur d’Éthiopie, janvier 1908, p. 327-329.

40  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 6 janvier 1916.

41  G. de Grandmaison, 1921, p. 52-56.

42  Geoffroy de Grandmaison (1858-1931), historien français, proche des milieux catholiques.

43  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 22 juillet 1922, Addis Abeba. Le prince Murat, de son nom complet Louis Marie Michel Joachim Napoléon prince Murat, né en 1896, petit-neveu de Napoléon Ier, petit-fils de Joachim Murat, roi de Naples sous le premier Empire, fut, durant la Première Guerre mondiale, engagé volontaire, maréchal des logis du 5e régiment de cuirassiers à pied. Il devient par la suite député du Lot et conserva des liens d’amitié avec Azaïs.

44  Pour des détails sur les combats auxquels il a participé, se reporter à l’article de G. de Grandmaison, 1921.

45  « Les Grecs, d’après les décisions de la Conférence des Alliés, devaient recevoir ce pays, jadis turc, un moment bulgare. Il s’agissait de leur préparer les voies par une occupation militaire française préalable. Et pendant près d’un an d’août 1919 à juin 1920, la France a joué là-bas un rôle peu connu de civilisation et de pacification, auquel le père Azaïs a été fort mêlé », G. de Grandmaison, 1921.

46  J. Dalègre, 1999 : « Le Général Charpy, chef d’État-major de Franchet d’Esperey devient en 1919, à la suite d’une décision de la conférence de la paix, chef d’un gouvernement interallié en Thrace occidentale ex-bulgare ; ses troupes s’installèrent à Gumuldjina/Komotini le 10 octobre 1919 et évacuèrent la Thrace à partir du 28 mai 1920 ».

47  G. de Grandmaison, 1921.

48  Un certain Ivan Christoffe que nous n’avons pas pu identifier.

49  François Thureau-Dangin (1872-1944), assyriologue, archéologue et épigraphiste français, conservateur adjoint du département des Antiquités orientales du musée du Louvre de 1908 à 1925, élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1917, puis directeur du département des Antiquités orientales de 1925 à 1928.

50  Voir Archives nationales de France, cotes F/17/17241 et F/17/13604.

51  Rapport de M. Foucart à Tafari Makonnen (Le Caire, 19 mars 1923).

52  Lettre de Foucart au directeur, Le Caire, 10 mai 1924.

53  Lettre du ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts au sous directeur chargé de l’Afrique au ministère des affaires étrangères (Paris, 8 mai 1923).

54  Lettre de G. Foucard au directeur de l’enseignement supérieur (Le Caire, 8 mai 1923) et lettre de G. Foucart au directeur (Le Caire, 10 mai 1924).

55  Dépêche n° 61 de de Coppet au président du conseil (Addis Abeba, 1922).

56  « L’argent, nerf de la guerre, n’est-il pas aussi celui de la science, qui, après tout, n’est que la guerre de l’inconnu ? » écrit Azaïs dans son avant-propos de Cinq Années de recherches, 1931, p. XI-XII.

57  Les archives concernant la mission des « Galla » furent un temps conservées à Bron, avant d’être envoyées à Rome. De ce passage, il reste quelques rares papiers concernant essentiellement les reçus de financements d’Azaïs.

58  Pour une biographie de Roger Chambard, se reporter au texte rédigé par son fils Jean-Luc et son petit-fils Olivier Chambard dans R. Chambard, 2002, p. VII-VIII. Une courte notice lui est consacrée dans l’Encyclopaedia Aethiopica: É. Ficquet, 2003. Il est à noter que la photo qui illustre cette notice ne représente pas comme il est dit Azaïs et Chambard. Azaïs n’est pas sur la photo, et si Chambard est l’un des deux hommes présents, ce doit être l’homme au chapeau, mais bien après ses voyages archéologiques en compagnie d’Azaïs. Il est d’ailleurs peu probable qu’il s’agisse de Roger Chambard, qui, à l’âge du personnage photographié, ne se trouvait plus en Éthiopie.

59  F. Azaïs, 1923b.

60  Linguiste français (1884-1974), spécialiste des langues sémitiques et notamment éthiopiennes, professeur à l’École des langues orientales, où il enseigna le ge’ez et l’amharique.

61  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 17 octobre 1922, Gurawa.

62  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 22 juillet 1922, Addis Abeba. On peut douter de la volonté de Marcel Cohen de faire l’« apologie de l’apostolat chrétien et français à l’étranger », comme l’affirme Azaïs. En revanche, il était évidemment intéressé à récolter de nouvelles données sur l’Éthiopie. Roger Chambard restera en contact avec son professeur durant plusieurs années. Ainsi, en octobre 1928, à la demande de Marcel Cohen, il effectue des enquêtes ethnographiques, afin de compléter ses recherches : M. Cohen, R. Chambard, 1928.

63  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 31 janvier 1934.

64  L’ensemble de cette mission est décrite dans F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 1-146.

65  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 1.

66  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 1er août 1922) et lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 22 juillet 1922, Addis Abeba.

67  Dossier « Projet de création d’un Institut français d’Éthiopie », Archives nationales, F/17/17241.

68  Anonyme, 1935, p. 282.

69  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922.

70  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922, p. 19 à 41.

71  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922, p. 42 à 119.

72  Avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari, 1922, p. 119 à 146.

73  F. Azaïs, 1923a.

74  « Au point de vue botanique, nous avons fait une ample moisson de plantes des diverses altitudes, variant de 600 à 3000 mètres. Un herbier, composé surtout de plantes médicinales spéciales, s’enrichit chaque jour et sera porté à l’Office national des Matières premières », F. Azaïs, avril 1923. Il semble que cet herbier ait en fait été offert au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Les fossiles récoltés par Azaïs au cours de cette mission, au nombre de 38 espèces, ont été remis aux collections de Paléontologie du Muséum national d’Histoire naturelle par Azaïs avant 1928 (F. Azaïs, R. Chambard, 1931, Appendice III de J. Cottreau). Le catalogue actuel du Muséum (http://coldb.mnhn.fr/colweb/request.do?requestaction=exec [consulté le 3 mai 2010]) indique l’existence d’une « collection Azaïs », composée notamment de « rhynchonella azaisi » (étudiés par J. Cottreau, 1924).

75  Voir notamment la dépêche n°93 « projet de création d’un institut français » de M. de Coppet au président du Conseil, ministre des affaires étrangères (Addis Abeba, 28 novembre 1922) et l’avant projet d’Institut français d’Éthiopie communiqué au Ras Taffari rédigé par de Coppet (Addis Abeba, 1922).

76  Dépêche n°155 au sujet de l’Institut français d’Éthiopie, de M. Gaillard ministre de France au Caire au sous-directeur chargé de l’Afrique au ministère des affaires étrangères (Le Caire, 30 juin 1923).

77  Dépêche n° 397 au sujet de la création d’un Institut français d’Éthiopie, du président du conseil ministre des affaires étrangères à Monsieur le ministre de l’instruction publique et des beaux arts - direction de l’enseignement supérieur, 2ème bureau, (Paris, 11 aout 1923).

78  Voir n° 77.

79  Lettres d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 23 janvier 1923 et Addis Abeba, 4 février 1923).

80  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 4 février 1923).

81  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 22 avril 1923).

82  Lettre de G. Foucart au directeur de l’Enseignement supérieur (Le Caire, 9 juin 1923).

83  G. Bernoville, 1950, p. 289-290.

84  G. Bernoville, 1950, p. 289-290.

85  Mgr Jarosseau, Journal de la mission des Galla, année 1923, manuscrit non paginé.

86  F. Azaïs, 1924.

87  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 18 décembre 1923, Addis Abeba.

88  Lettre de M. Gaussen au président du Conseil (Addis Abeba, 19 avril 1924).

89  Azaïs avait en effet envoyé un rapport au cours de son séjour dans le Č̣erč̣er à Tafari, sur la demande de ce dernier. Voir la lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 17 décembre 1922, Č̣iro : « Le Père Basile m’ayant écrit que le Ras Tafari, très satisfait de nos travaux, désirait recevoir un rapport, nous venons de le lui faire parvenir par l’intermédiaire du Père Basile. Il a 20 pages, et nous lui faisons le récit de notre expédition au Sud, au Nord et à l’Est de Hārar – ainsi que celle où nous sommes engagés en ce moment. Il paraîtrait qu’il désire l’insérer dans les Archives de l’empire. Je l’ai fait de mon mieux. »

90  Lettre d’Azaïs à G. Foucart (Addis Abeba, 22 avril 1923). C’est donc le rās Tafari qui souhaite qu’Azaïs se concentre sur le Sud du pays.

91  Rās Nādaw, gouverneur de l’Illubabor, fut un politicien spécialisé dans les affaires étrangères sous les règnes de Menilek II et Zawditu puis sous celui du rās Tafari. Il fut envoyé en mission au Royaume-Uni et aux États-Unis en 1917 afin de féliciter les alliés et de souligner le rôle de l’Éthiopie sur l’échiquier international. En août 1922, il est à Genève pour l’accession du pays à la Société des Nations, à la tête de la délégation éthiopienne, composée également de Heruy Walda Śellāsē et de Fasika. Voir H. Rubinkowska, 2007.

92  G. Sarton, 1933.

93  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 26 septembre 1922, Gurawa.

94  En 1929, il se rend dans la région de Gombo pour se rendre compte si elle avait un quelconque intérêt archéologique. Aussi bien le gouverneur de la région que les habitants lui ont dit qu’il n’y avait pas grand-chose à voir (Voir Rapport adressé au Ras Tafari, de Goré le 3 mai 1929, sur la Mission archéologique de cinq mois dans le Wallaga).

95  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 30 novembre 1926, Addis Abeba.

96  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau, 30 novembre 1926, Addis Abeba.

97  Bernardin, 1924.

98  C. Baussan, 1923.

99  Le texte original en amharique est publié dans l’article à la suite de la traduction ; C. Baussan, 1923.

100  Les trois missions de 1924, 1925 et 1926 se sont déroulées dans les mêmes zones géographiques, et sont souvent retournées sur des sites que les missions précédentes avaient déjà visités. Azaïs a choisi, non sans raison, de réunir dans les mêmes chapitres toutes les informations concernant une même région : « Nous réunirons donc en une seule, dans le présent livre, nos deux expéditions successives de 1923/4 et 1926 au pays Soddo et Gurage, la seconde n’ayant fait qu’étendre et compléter la première ; et, pour la même raison, nous réunirons pareillement celles du pays Arusi et Sidamo en 1924-1925 et 1926. Deux récits chronologiquement séparés nuiraient à l’unité d’un même objet. Dans un troisième livre, nous exposerons les résultats ainsi conjugués, et nous pourront de cette façon éviter de fastidieuses redites, en clarifiant notre itinéraire », F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 149.

101  Lettre d’Azaïs à G. Foucart, Toulouse, 27 mai 1925.

102  En effet R. Verneau écrit : « Dans une lettre datée du 24 juillet 1924, le Père Azaïs m’annonce la découverte qu’il vient de faire de curieux mégalithes d’un tout autre genre, et qui sont qualifiés de stèles par le missionnaire. Ils ont été rencontrés non loin du Lac Zouaï, à l’extrême Sud de l’Abyssinie, dans un périmètre de 50 kilomètres à peine », R. Verneau, 1924.

103  Lac qu’Azaïs nomme Margherita.

104  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 230-233. Il passa quatre jours à explorer ces trois gisements.

105  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 148.

106  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, avant–propos, XII. Pour une description précise de cette expédition, se reporter à l’article-rapport qu’Azaïs a adressé à la revue La Géographie : « Exploration archéologique – Éthiopie méridionale (mai–novembre 1926) », 1927.

107  R. Verneau, 1926.

108  Leur objectif premier était de pousser jusqu’au lac Rodolphe, aujourd’hui lac Turkana (F. Azaïs, R. Chambard, 1931, p. 149) pour s’assurer si les monuments trouvés à partir du lac Zwāy atteignaient l’extrémité de la faille des lacs. Il s’agit de l’un des lacs qui marquent l'extrême nord de la vallée du grand rift. D’une superficie de 6 405 km² et d'une longueur de quelque 300 km, il se trouve pour l'essentiel sur le territoire du Kenya même si son extrémité septentrionale se trouve en Éthiopie. Mais leurs bêtes et leurs « gens » étant épuisés à leur arrivée à Konso, ils décidèrent de supprimer cette étape et de remonter vers le nord.

109  Lettre de G. Foucart à M. de Bar (Le Caire, s.d.).

110  Roger Chambard a rédigé des articles avec Azaïs : F. Azaïs, R. Chambard, 1925. Mais il a également publié des articles seul, tel que R. Chambard, 1926a et b.

111  Le livre devait à l’origine être publié bien plus tôt puisque Azaïs en parle dans sa correspondance dès l’année 1927 : « Le succès de la dernière exploration est universellement reconnu, et le livre volumineux et abondamment illustré qui va relater ces "Cinq années de découvertes archéologiques en Abyssinie" est désiré de tous, du gouvernement, des milieux scientifiques, comme de ceux qui s’intéressent à ces choses d’un passé si lointain. La mise au point de ce Livre, au point de vue scientifique, m’occupe aussi beaucoup. L’éditeur national, avisé par le ministère, prend ce livre à ses frais. Le tirage en sera de 2 000 exemplaires. Son prix 150 fr. Ce sera un ouvrage à la fois de science, archéologie, influence française et propagande abyssine. C’est pour cela que notre gouvernement, qui depuis 2 ans me l’a demandé, le prend à sa charge. L’éditeur fournit ses cartographes, photographes, etc. Le livre grand in Octavo, de 600 pages et 300 photos paraîtra à la fin de l’année seulement » (Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 3 avril 1927). Durant toute l’année 1927 et la première moitié de l’année 1928, Azaïs s’occupe avec son éditeur Geuthner de la préparation de cet ouvrage : reprise du texte, rédaction de l’introduction et de la conclusion, réalisation de l’index… Au fil de sa correspondance, la date de parution est toujours retardée un peu plus. Dans un article du 4 janvier 1929 écrit pour le Courrier d’Éthiopie, la parution est annoncée pour janvier 1929. Ce n’est qu’au mois de décembre 1931, alors qu’il se trouve à Addis Abeba, qu’Azaïs reçoit le premier exemplaire de son œuvre. Il s’empresse d’ailleurs de l’envoyer à Hāyla Śelāssē [lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 29 décembre 1931].

112  F. Azaïs, R. Chambard, 1931, Avant-propos, XIV.

113  Anonyme, 1935.

114  Lettre du Ras Taffari à Azaïs, Addis Abeba, 6 miaza 1916 (14 avril 1924).

115  Lettre d’Azaïs à Foucart, Toulouse, 27 mai 1925, lettre d’Azaïs à Foucart, Paris, 28 juin 1925 et lettre de Foucart au directeur, Le Caire, 22 juillet 1925.

116  R. Verneau, 1926.

117  Lettre d’Azaïs à Foucart, Paris, 28 juin 1925.

118  « Il se propose de partir vers la fin de septembre pour explorer toute la faille du lac Zouaï jusqu’au lac Rodolphe, mais il espère qu’on lui viendra en aide. Il a également espoir que si sa prochaine exploration, qu’il accomplira encore seul, répond à son attente, les gouvernements français et éthiopien finiront par s’intéresser plus efficacement à son entreprise, par l’adjonction d’un personnel scientifique », R. Verneau, 1924.

119  Il en parle notamment dans les rapports suivants : Rapport sur l’Expédition Archéologique dans les Provinces : Soddo – Gourague – Marako – Arroussi Galla […], document dactylographié, 1931, 13 p. ou encore 3ème Rapport d’archéologie et ethnologie, concernant le Bali […], document dactylographié, 10 avril 1935, 29 p.

120  Lettre de Foucart au directeur, Le Caire, 22 juillet 1925.

121  Anonyme, 1935. Il dut réduire ses ambitions et sélectionner les pierres qu’il fit transporter à Addis Abeba car chaque pierre était si volumineuse qu’il était tout à fait impossible avec les moyens de l’époque de tout transporter.

122  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 3 avril 1927.

123  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 27 mars 1932. Il serait intéressant de mener à l’avenir une enquête sur les débuts de cette Bibliothèque nationale et sur le rôle des lettrés éthiopiens (les dabtarā de la lettre) engagés à ses côtés.

124  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau des 9 janvier, 10 juin et 10 décembre 1929. Un Européen devait l’accompagner, M. Dehaut, mais ce dernier dut rentrer en France avant le début de l’expédition. C’est donc « seul » qu’Azaïs part pour cette première expédition éthiopienne.

125  Anonyme, 2 août 1929, p. 6.

126  Gouverneur du Gombo. F. Azaïs, 1929.

127  Ce rapport prend la forme d’une lettre dactylographiée où il rend compte de ses découvertes, des problèmes qu’il a rencontrés, et de ce qu’il faudrait entreprendre dans l’avenir. Il met aussi à plusieurs reprises en garde le rās contre les pilleurs, et contre le fait que les vestiges archéologiques sont laissés sans surveillance et sont souvent dégradés, déplacés, détruits, ou volés par les habitants des environs (voir Annexe 2).

128  F. Azaïs, 1929, p. 284-290. Bien que cette revue soit rédigée en latin, le corps de l’article du père Azaïs est rédigé en français, tout comme le rapport dactylographié adressé au rās Tafari.

129  Anonyme, octobre 1929. Une partie du rapport de cette deuxième partie de l’expédition de 1929 est publiée dans ces articles.

130  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 10 décembre 1929.

131  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 16 décembre 1929.

132  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau du 27 janvier 1931 et du 16 juin 1931.

133  Ses recherches ne sont alors pas très efficaces car il tombe malade et reste alité durant vingt-six jours. Il n’empêche qu’il s’occupe de transporter au musée d’Addis Abeba une des stèles de Tya-Maryam (Kondaldité), et repère un nouveau gisement de pierres rondes, en forme de calotte, travaillées au ciseau, du même style que celles du site de Dimbo-dara (Kondaltité) visité en 1924.

134  Ce rapport, intitulé Expédition archéologique dans les Provinces du Soddo–Gouraghé–Marako–Arroussi Galla, commencée le 25 février 1931, terminée le 13 juin 1931, est un document dactylographié de 13 pages. De nombreux espaces sont laissés vides, en l’attente de photos dont nous n’avons que les légendes. Ce rapport que nous avons pu consulter n’est qu’une copie de celui envoyé au rās Tafari. Il ne comprend donc pas les photographies, qui devaient être présentes dans le rapport original.

135  F. Azaïs, 2 octobre 1931 ; F. Azaïs, 9 octobre 1931. Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau du 14 septembre 1931.

136  « Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar » (15 août-15 septembre 1931).

137  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 27 mars 1932.

138  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 26 mai 1932.

139  Cette mission dans le Hārar en compagnie de l'abbé Breuil, prévue plusieurs années à l'avance, semble avoir empêché Azaïs de participer à l'expédition de Camille Arambourg, célèbre paléonthogue français (1885-1969) (voir Y. Coppens, 1979) dans la basse vallée de l'Omo. En effet, en 1932, lors de la préparation de son voyage, C. Arambourg écrit à Jarosseau afin de faire appel à l'aide d'Azaïs : « Je serai également heureux que le R. Père Azaïs veuille bien nous aider de la grande expérience qu'il possède des régions que nous allons traverser » [lettre de Arambourg à Jarosseau, Le Raincy, 28 août 1932]. Aucun autre document ne permet de savoir si Arambourg et Azaïs ont été réellement en contact.

140  « Sensationnelles découvertes archéologiques dans la Province de Harrar (1931) ».

141  Abbé H. Breuil, 1932.

142  Lettre du Fr. Bernardin à Jarosseau du 29 décembre 1931, Addis Abeba.

143  Lettre de Fr. Diego à Jarosseau, 5 janvier 1933, Diré Daoua.

144  Abbé H. Breuil, 1934.

145  Archéologue alsacien (1889-1972).

146  Abbé H. Breuil, 1934.

147  Idem.

148  Idem.

149  Ce site rupestre de Laga Oda a finalement été étudié de manière plus scientifique que ne l’avait fait Azaïs par Pavel Cervicek dans les années 1970 : P. Cervicek, 1971.

150  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau du 1er juillet 1933 et du 31 janvier 1934.

151  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 31 janvier 1934.

152  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau du 5 décembre 1934.

153  Dossier sans cote de 139 photographies, intitulé « Azaïs, P. Mission Archéologique. Cf. « Tolosana », sect. 4, « Bernardinus a St. Pons ». Il s'agit essentiellement de photographies de 1922 et 1926 publiées en 1931, exception faite de la trentaine de photographies datées au dos de 1934. Certaines de ces grottes rupestres ont été étudiées depuis la visite d’Azaïs. Voir notamment J.D. Clark, M.A.J. Williams, 1978.

154  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau des 11 novembre 1934, 5 décembre 1934 et 31 décembre 1934.

155  Premier rapport archéologique de la Mission éthiopienne dans la Province du Bali (illustré de 104 photographies, daté du 27 février 1935) et Troisième rapport d’archéologie et d’ethnographie concernant le Bali (faisant suite au 2e rapport que nous avons clos à Ghinir), du 20 mars au 1er avril 1935, rédigé à Goba (capitale du Bali) le 10 avril 1935, adressé à « son Excellence Blaten Gueta, Sahlé Sadalou, Ministre de l’instruction publique et des Beaux Arts ».

156  Léon de Robillard a repris la publication en 1924 de cet hebdomadaire et est devenu son propriétaire-directeur, après le retour en France de M. Desvages qui avait créé ce journal peu avant la Première Guerre mondiale. La collection complète comprend 19 volumes et couvre les années 1916-1935. L’année 1936, arrêtée au 1er mai, n’est pas reliée. La publication de ce journal cesse à l’arrivée de l’armée italienne, au départ de l’empereur pour l’Europe et à l’expulsion des Européens.

157  Lettre « Rapport daté de Goré le 30 mai 1929, adressée au Ras Tafari » (voir Annexe 2).

158  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 1er juillet 1933.

159  Une édition de ces archives inédites est en cours de préparation.

160  Il est surprenant tout de même qu’Azaïs ne se soit jamais rendu dans le Nord, zone d’où il aurait pu rapporter des « monuments » intéressants.

161  Lettres de Fr. Bernardin à Jarosseau des 3 avril 1927, 31 janvier 1934 et 23 décembre 1936.

162  Lettre de Fr. Bernardin à Jarosseau, 31 janvier 1934.

163  R. Joussaume, 1980.

164  A. Chekroun et al., à paraître.

165  R. Joussaume, 1995 ; F. Anfray, 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les missions archéologiques du père Azaïs
Crédits Azaïs, F., Chambard, R., 1931, hors pagination.
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/785/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Itinéraire du père Azaïs de 1922 et les zones de prospections de 1931, 1933 et 1934 (région de Hārar)
Crédits Amélie Chekroun (2010)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/785/img-2.png
Fichier image/png, 110k
Titre Itinéraires du père Azaïs dans le Sud éthiopien (1922-1935)
Crédits Fond de carte : Daniel Dalet/Réalisation : Amélie Chekroun (2010)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/785/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Chekroun, « Un archéologue capucin en Éthiopie (1922-1936) : François Bernardin Azaïs », Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 27 janvier 2011, consulté le 27 août 2016. URL : http://afriques.revues.org/785

Haut de page

Auteur

Amélie Chekroun

Doctorante, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page