Navigation – Plan du site

Manger et boire en Afrique avant le XXe siècle

Cuisines, échanges, constructions sociales

Publiée en ligne sur le portail Revues.org depuis avril 2010, Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire (http://afriques.revues.org) est la seule revue d’histoire à être consacrée à l’Afrique dite « ancienne », c’est-à-dire antérieure au xxe siècle. Pour son cinquième numéro thématique, prévu pour la fin de l’année 2012, Afriques lance un appel à contribution sur le thème : « Manger et boire en Afrique avant le xxe siècle. Cuisines, échanges, constructions sociales ». L’année prochaine, dix ans se seront écoulés depuis la parution de l’ouvrage collectif Cuisine et société en Afrique : histoire, saveurs, savoir-faire (M. Chastanet, F.-X. Fauvelle-Aymar, D. Juhé-Beaulaton, dir., 2002). Resté à ce jour l’un des rares ouvrages d’histoire consacrés à ce thème, il fut l’occasion d’un bilan sur l’histoire des produits, des plats, des boissons et de la commensalité en Afrique. Ce bilan, le cinquième numéro de la revue Afriques voudrait le renouveler en insistant – comme c’est la spécificité de la revue – sur les périodes antérieures au xxe siècle.

L’histoire des plantes et de l’agriculture faisait partie des questionnements des premiers historiens du Moyen-âge en Afrique de l’Ouest comme Raymond Mauny (1953) ou Tadeusz Lewicki (1974), qui traquaient la distribution des céréales cultivées dans le Sahel à travers les textes géographiques arabes en les confrontant aux données contemporaines. Le champ de l’histoire de l’alimentation, définitivement ouvert en France et en Europe par les recherches de Jean-Louis Flandrin et de ses disciples, a encore du mal à s’imposer aux historiens de l’Afrique, en particulier au sud du Sahara. De même, les historiens de l’alimentation ne sont pas nombreux à s’être intéressé à ce continent. Grande absente de l’Histoire de l’alimentation (J.-L. Flandrin, M. Montanari, dir., 1996), l’Afrique doit à plusieurs facteurs d’être trop modestement représentée dans les synthèses publiées sur ce thème : un terrain de recherches autrefois occupé par une ethnographie descriptive qui tendait à nier, là encore, tout dynamisme dans l’alimentation, la méfiance toujours bien réelle des historiens du monde occidental vis-à-vis des sources employées pour écrire l’histoire « ancienne » du continent, etc. Pour l’Afrique ancienne, l’historien de l’alimentation n’a pas habituellement accès à des livres de cuisine, ni aux « sources de la pratique » qui permettent de calculer rations et dépenses de la table en Occident.

Lorsque paraît Tables d’hier, tables d’ailleurs (J.-L. Flandrin, J. Cobbi, dir., 1999), l’anthropologie des tables du monde « non-occidental » est comparée à l’histoire de l’alimentation en Europe et au Maghreb : ce n’est pas la première fois que sont opposées enquêtes anthropologiques africaines et sources historiques européennes. Ouvrage controversé dès sa sortie, mais demeuré une référence, Cooking, Cuisine and Class (J. Goody, 1982) ouvrait la voie à une comparaison des tables africaines avec celles de l’Europe et de l’Asie : sociologue venant d’un terrain ghanéen, Jack Goody opposait l’Eurasie (à laquelle il rattachait virtuellement le royaume chrétien d’Éthiopie et l’Afrique du Nord) et ses cuisines différenciées, hiérarchisées socialement, à une Afrique subsaharienne sans hiérarchie sociale de l’alimentation, voire sans modification des « menus » dans l’alternance entre quotidien et festif. La généralisation était certainement abusive, mais surtout J. Goody ne comparait pas le même type de données d’un côté et de l’autre. De plus, certaines caractéristiques que le sociologue affirmait ne pas pouvoir trouver en Afrique pouvaient apparaître comme spécifiques à certains cas choisis dans le monde extra-africain – par exemple la France et sa « haute cuisine » – et à des historiographies reposant essentiellement sur l’étude de certaines sources comme les livres de recettes. Nous en appelons donc à une réponse dynamique, reflétant la diversité des sociétés africaines encore trop souvent minimisée. Où en est-on aujourd’hui dans notre compréhension de la construction sociale de l’alimentation en Afrique ?

Ce numéro propose dans un premier temps de faire le bilan de la pratique de l’histoire de l’alimentation en Afrique, au nord comme au sud du Sahara : des contributions à portée méthodologique innovante sont donc attendues, notamment autour des sources elles-mêmes (l’usage des sources externes, l’identification de sources de production locale, problème de l’articulation oral/écrit), du dialogue entre disciplines scientifiques (histoire, archéologie des temps historiques, linguistique, anthropologie) et d’approches historiques variées (histoire des techniques culinaires, histoire du goût et des textures). Certaines de ces approches rejoignant les nouveaux courants de l’historiographie : histoire connectée, histoire comparée et histoire sensorielle.

La réponse à l’argumentaire de J. Goody passe par l’étude, dans l’histoire, de la construction sociale de l’alimentation dans les sociétés africaines : autrement dit par l’analyse des constructions identitaires mais aussi, au sein des sociétés elles-mêmes, des mécanismes de la hiérarchisation sociale de l’alimentation (produits, mets, boissons et manières de table) et de la question des pratiques alimentaires festives. Nous espérons notamment, sur le thème du festin, un dialogue nourri entre archéologie et histoire.

L’histoire des plantes alimentaires, par laquelle l’histoire de l’alimentation en Afrique a souvent commencé (à travers notamment un dialogue avec les botanistes), reste encore un domaine largement ouvert. L’arrivée des plantes nouvelles, en particulier du maïs américain, a fait l’objet de nombreux écrits. Les céréales constituaient l’un des thèmes de l’ouvrage paru en 2002. Aujourd’hui, nous souhaiterions publier des contributions traitant de différentes plantes alimentaires, qu’il s’agisse d’espèces africaines ou originaires d’autres continents. Nous n’oublions pas les produits issus de la cueillette, de la pêche, de la chasse et de l’élevage.

Enfin, la question des échanges matériels et culturels intra- et intercontinentaux est centrale à notre compréhension des dynamiques de l’alimentation. Nous souhaiterions que l’accent soit mis sur les complémentarités régionales et la circulation des denrées à petite et grande échelle (histoire des marchés, de l’approvisionnement des grands centres), sur les échanges non marchands (dons) et sur la transmission des savoir-faire (impact de l’esclavage, des métissages). Sur ce dernier thème, les contributions concernant des aires géographiques extra-africaines (Amérique, océan Indien) sont particulièrement bienvenues.

Note aux auteurs

Les textes peuvent-être rédigés en français ou en anglais, et doivent traiter des sociétés africaines sans exclusive régionale (Afrique du Nord et diasporas comprises). La revue Afriques n’aborde l’histoire du xxe siècle que lorsque l’approche choisie est celle de la longue durée. Les contributions d’archéologues mais aussi de linguistes, d’ethnobotanistes et d’anthropologues sont encouragées à condition que ces dernières s’inscrivent dans une perspective historique. Enfin, la revue propose aussi les rubriques « Débats et lectures » et « Sources » (destinée à l’édition scientifique de sources en ligne), qui pourraient être nourries à l’occasion de la sortie de ce numéro thématique.

Informations pratiques

La date limite d’envoi des résumés (environ 800 mots) est fixée au 31 octobre 2011.

Les articles complets sont attendus pour le 31 mai 2012.

La date de sortie du n° 5 de la revue Afriques est prévue courant novembre 2012.

Résumés et contributions sont à envoyer à Thomas Guindeuil (tomaso.gu@gmail.com).

Monique Chastanet (CNRS/CEMAf/Université Paris 1) ; Gérard Chouin (IFRA-Ibadan/CEMAf/ArScAn) ; Dora de Lima (CRHM/Université Paris 1) ; Thomas Guindeuil (CEMAf/Université Paris 1)