Navigation – Plan du site

Paul Erdmann Isert (1755-1789), médecin naturaliste sur la côte de Guinée : une source pour une histoire des paysages

Paul Erdmann Isert (1755-1789), a doctor and naturalist on the Guinea coast and a source for the history of landscapes
Dominique Juhé-Beaulaton

Résumés

Paul Erdmann Isert était un médecin et homme de science du xviiie siècle. Auteur d’un récit de voyage considéré comme une source majeure pour l’histoire des populations de la côte de Guinée, son apport aux sciences naturelles est resté méconnu. Il est pourtant un pionnier de l’exploration botanique de cette région d’Afrique et il a contribué à la connaissance de la flore de l’Afrique de l’Ouest par ses envois d’échantillons d’herbier conservés dans plusieurs villes d’Europe. Son récit, comportant de nombreuses descriptions des paysages observés et des références à des espèces végétales identifiées selon la nomenclature de Linné, se révèle être une source fondamentale pour restituer les paysages de cette époque. Après avoir retracé le cheminement scientifique de ce naturaliste bien représentatif de son temps, nous verrons comment les données qu’il nous a transmises concernant la flore peuvent être analysées en vue de reconstituer l’histoire des paysages de la région visitée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  S. A. Winsnes, 1992, a traduit en anglais la première édition allemande de 1788. Elle a réalisé un (...)

1Mon propos dans cet article est de présenter l’œuvre de Paul Erdmann Isert, homme de science du xviiie siècle. S’il est l’auteur d’un récit de voyage publié en allemand en 1788, considéré par les historiens comme une source majeure pour l’écriture de l’histoire des populations de la côte de Guinée, son apport aux sciences naturelles est resté méconnu. Il a pourtant contribué à la connaissance de la flore de l’Afrique de l’Ouest et son récit se révèle être une source fondamentale pour restituer les paysages de cette époque. Le parcours singulier de ce naturaliste bien représentatif de son temps sera tout d’abord retracé à partir des éléments biographiques tirés de son propre livre et de documents d’archives conservés à Copenhague et à Londres, édités par S. Winsnes1. Nous verrons ensuite comment les données qu’il nous a transmises concernant la flore peuvent être analysées en vue de reconstituer l’histoire des paysages de la région visitée.

Itinéraire de P. E. Isert sur la côte de Guinée

Itinéraire de P. E. Isert sur la côte de Guinée

D. Juhé-Beaulaton (2011)

Isert, un naturaliste du xviiie siècle

  • 2  Les lettres 2 à 5 de sa relation de voyage sont essentiellement consacrées à relater la guerre ent (...)

2Paul Erdmann Isert était un médecin allemand, naturaliste et humaniste. Il naquit en 1755 dans le Brandebourg où il apprit le métier d’apothicaire. Puis il fit des études d’histoire naturelle et de médecine auprès du célèbre médecin naturaliste berlinois spécialisé en ichtyologie, Marcus Elieser Bloch (1723-1799). Il quitta l’Allemagne pour le Danemark à une date qui reste inconnue et entra au service de la Compagnie danoise de Guinée en 1783 comme médecin-inspecteur de Sa Majesté danoise au fort de Christiansborg près d’Accra sur la côte de l’Or (Ghana actuel). Il séjourna trois ans sur la côte de Guinée, du 16 octobre 1783 au 7 octobre 1786, visitant différents lieux selon les impératifs de son service, ce qui lui laissa peu de temps pour étudier l’histoire naturelle de ces régions. Il résida principalement à Christiansborg, quartier général des Danois, mais il parcourut aussi la région littorale d’Accra jusqu’à Ouidah. Il séjourna plusieurs mois dans le delta de la Volta, participant au conflit qui opposa les Danois, alliés des Ada, aux Anlo2. Puis il se rendit à Ouidah, sur la côte des Esclaves, sur ordre de la Compagnie danoise pour participer à la traite. Enfin, invité à se rendre à Koumassi, capitale du royaume ashanti, par une sœur du roi qu’il avait soignée, il eut l’occasion de visiter l’arrière-pays d’Accra jusque dans les monts Aquapim. Son excursion malheureusement ne dura qu’une dizaine de jours car il dut rentrer à Christiansborg, rappelé au service par le gouverneur. Amer et dépité, il quitta l’Afrique peu après, en 1786, à bord d’un navire négrier transportant une cargaison d’esclaves pour les Indes occidentales. Au cours de la traversée, il fut blessé lors d’une révolte des esclaves. Leurs abominables conditions de vie à bord du navire et les mauvais traitements qu’il observa ensuite dans les plantations des Antilles l’amenèrent à concevoir un projet d’exploitation agricole en Afrique même, car, ainsi qu’il l’écrivit :

  • 3  P. E. Isert, 1989, p. 218.

[C’est] encore aujourd’hui la partie du monde où, par le moyen des plantations que l’on y ferait de toutes les productions que nous tirons d’Amérique, on pourrait jouir de ces mêmes productions et faire cesser peu à peu ce honteux trafic d’hommes3.

  • 4  S. A. Winsnes, 1992, p. 231.
  • 5  D’après S. A. Winsnes, 1992, p 5, au moins un auteur contemporain (Thorkild Hansen, Slavenes Oyer, (...)

3Dès son retour à Copenhague, Isert soumit son projet à l’assentiment du ministre des Finances du roi du Danemark. C’est ainsi qu’il repartit pour la côte de Guinée en 1788, accompagnée de Dorothea Plum, épousée quelques mois plus tôt, pour y fonder une colonie agricole dans l’Aquapim ; l’établissement fut dénommé Frederiksnopel en l’honneur du prince-régent Frédérik du royaume du Danemark et de Norvège. Après plusieurs mois de travail acharné, il rédigea un rapport positif sur les activités agricoles du nouvel établissement. Mais il mourut subitement quelques jours après l’envoi de son premier rapport à Copenhague en janvier 1789, et son projet fut abandonné peu après4. Les conditions mêmes de sa mort – restées énigmatiques – laissent supposer que son projet d’exploitation agricole de cette contrée d’Afrique n’était pas alors bien vu de ses contemporains5. Bien que sa carrière fût courte, il œuvra en faveur de l’abolition de l’esclavage – rappelons que les Danois furent les premiers à interdire la traite en 1803 – et contribua à l’avancée des connaissances scientifiques.

  • 6  P. E. Isert, 1989, p. 169 et p. 217.

4La publication de son récit de voyage représente d’ailleurs la part la mieux connue de son œuvre. Son récit prend la forme de lettres adressées à un ami ou à son père, style littéraire fort en vogue à cette époque. Certaines d’entre elles semblent avoir été vraiment rédigées sous cette forme et remaniées avant leur publication : des détails et le ton des lettres montrent l’évolution des événements et des connaissances d’Isert. D’autres lettres ont probablement été rédigées à son retour : les lettres 7 et 8 retracent notamment l’histoire des établissements européens de la côte d’Afrique et les modes de vie des Africains et des Européens, succession d’informations ethnographiques sans transition ni construction apparente, donnant le sentiment d’une écriture rapide adoptant le plan classique du genre récit de voyage. Les informations données relèvent à la fois de ses observations personnelles et des lectures de ses prédécesseurs. Le plan et le contenu de l’ouvrage ne montrent pas une cohésion d’ensemble mais donnent une impression forte d’expérience vécue. Il s’en dégage une évolution de sa position par rapport à l’esclavage qu’il dénonça vigoureusement comme une « honte de l’humanité » et un « crime odieux inhumain6 ».

  • 7  P. E. Isert, 1989, p. 201.
  • 8  P. E. Isert, 1989, p. 37.

5Sa situation de médecin de la Compagnie danoise lui était d’ailleurs devenue insupportable et son rôle dans la traite fut certainement à l’origine de son « aversion pour son séjour », selon ses propres termes, car il était chargé de l’examen des esclaves avant leur achat et leur embarquement7. Ces différents écrits montrent que sa première motivation était l’exploration scientifique de régions inconnues, et c’est ce qui le mena à entrer au service de la Compagnie danoise : « Le principal motif qui m’a conduit en Guinée et ensuite en Amérique a été l’étude de la nature8. » En effet, il témoigna lors de ses voyages en Afrique et dans les îles des Caraïbes d’un grand intérêt pour les sciences naturelles. Embarqué comme passager à bord d’un bateau de la Compagnie le 2 juillet 1783, il profita de la traversée pour observer tout objet naturel se présentant à sa vue. Il s’intéressa à la flore comme à la faune, curieux de toutes nouvelles espèces se donnant à voir tout au long de son voyage de Copenhague à Christiansborg, sur la côte de l’Or : il profita de la pêche de requins pour en « anatomiser » un et il signala au large des îles Canaries une nouvelle espèce de seiche et un oiseau de l’espèce des huppes. Une de ses notes laisse supposer que d’autres naturalistes étaient à bord, dont un ornithologue, car il écrivit :

  • 9  P. E. Isert, 1989, p. 41.

Je ne pus parvenir à faire la description de cette charmante bête, qui n’est point connue des ornithologues. L’un de ceux qui étaient avec nous à bord, orthodoxe outré, regardoit comme un péché de la prendre et de la retenir captive. […] Il lui rendit en secret sa liberté9.

6Au cours de ses trois années de séjour, il mit à profit chacun de ses déplacements le long de la côte et dans les collines de l’Aquapim pour herboriser et envoyer en Europe des échantillons d’herbier. Deux anecdotes racontées par Isert lui-même rendent compte de sa passion de naturaliste : ainsi, au soir d’une expédition militaire contre les Anlo dans le delta de la Volta et du carnage qui s’ensuivit, Isert partit « botaniser » dans les marais :

  • 10  P. E. Isert, 1989, p. 83.

Dans cette occasion, je trouvai une sorte d’escargot de marais, que j’envoyai à mes amis à Copenhague ; cet escargot rare, qui s’enroule vers la gauche, est classé comme Helix-Vario10.

  • 11  P. E. Isert, 1989, p. 125.

7Après une partie de chasse à l’éléphant dans la région de Ouidah organisée par le gouverneur du fort français, d’où les participants rentrèrent bredouilles, Isert, quant à lui, estima que « personne n’arriva plus content que moi, qui avais rempli mon herbier de plantes qui ne s’étaient pas jusque-là offertes à ma vue11 ». Certains passages de son récit laissent entrevoir sa méthode scientifique : il releva régulièrement la température pour mieux connaître le climat, disséqua et conserva des animaux dans des préparations, observa certaines plantes au microscope pour comprendre leur biologie et récolta des échantillons mis en herbier qu’il envoya pour la plupart au Muséum d’histoire naturelle de Copenhague.

  • 12  Sir Joseph Banks (1743-1820), éminent naturaliste anglais, participa aux expéditions de Cook, fut (...)
  • 13  Lettre à sir Joseph Banks, écrite à Ouidah le 13 janvier 1785, conservée à la British Library et p (...)
  • 14  Sa lettre n’eut pas de suite mais le projet de colonie agricole sur la côte de Guinée qu’Isert éla (...)

8Mais Isert avait conscience que sa vocation de naturaliste ne pouvait s’épanouir dans le contexte de la Compagnie de commerce danoise ; c’est pourquoi il écrivit de Ouidah en janvier 1786 à sir Joseph Banks12 pour lui demander de le soutenir dans ses recherches et d’entrer au Service anglais d’histoire naturelle afin de pourvoir le Muséum en produits naturels13. Cette lettre nous apprend qu’il étudia la médecine, espérant ainsi visiter le monde et faire des découvertes en histoire naturelle, ce qu’il espérait réaliser en entrant au service de la Compagnie danoise. Isert, se prévalant du Dr Bloch, proposa à J. Banks de mener une expédition scientifique dans l’intérieur de l’Afrique encore inexploré, sachant que ce dernier avait déjà soutenu des scientifiques étrangers ; il cite D. C. Solander, naturaliste suédois disciple de Linné qui accompagna Banks lors de la première expédition de Cook, les Forsters père et fils, nés en Allemagne, qui furent de la seconde expédition, et P. Browne (1720-1790), connu pour son histoire civile et naturelle de la Jamaïque (1756). Pour conforter sa demande, Isert joignit à sa lettre un envoi de 13 fruits, regrettant de ne pouvoir envoyer plus, mais sa collection se trouvait à Christiansborg et il voulait profiter du départ imminent d’un bateau français pour lui confier lettre et échantillons14.

  • 15  Exception faite de l’Afrique du Sud. Voir E. Green Musselman, 2003.
  • 16  F. Hepper, 1976.
  • 17  Tous deux étaient correspondants de l’Académie royale des sciences de Paris.
  • 18  P. E. Isert, 1989, p. 37.
  • 19  S. A. Winsnes, 1992, p. 18 ; illustrations reproduites p. 254-255.

9L’Afrique – particulièrement l’Afrique occidentale – est restée marginale dans le mouvement de découverte scientifique du xviiie siècle15. En effet, peu de naturalistes y ont séjourné. Isert en tant qu’homme de sciences a pourtant contribué à enrichir les collections sur l’Afrique des herbiers européens de Copenhague (283 espèces), Berlin (71), Munich, Vienne, Stockholm et Londres au British Museum16, comme l’ont fait des botanistes plus célèbres, tels M. Adanson (1749-1753) au Sénégal et A. Palisot de Beauvois dans le golfe de Guinée (1789-1803), tous deux ayant publié une flore de ces deux régions17. P. E. Isert est plus connu pour son récit de voyage et ses idées antiesclavagistes que pour ses recherches en histoire naturelle. Il annonçait pourtant dans la préface de son récit : « Un Livre qui paraîtra dans peu sous le titre de Prodromus florae australis, qui contiendra la description de deux cents espèces nouvelles18. » Malheureusement, sa mort soudaine à l’âge de 33 ans, lors de son deuxième séjour, priva ainsi la science d’un esprit curieux et éclairé, digne du siècle des Lumières. Les résultats de ses recherches comprennent sa collection de plantes envoyées à Copenhague – conservée aujourd’hui au Musée botanique de l’université – accompagnée d’un index plantarum d’une trentaine de pages. Cet index présente les noms des plantes selon la classification linnéenne, dont une page de noms de genres nouveaux. Il déposa également deux dessins d’oiseaux accompagnés d’une description à la bibliothèque de l’université de Copenhague, l’Euplectes orix franciscana (Isert) et le Musophaga violacea (Isert) qu’il identifia le premier19. Le botaniste danois Peter Thønning lui succéda sur la côte de Guinée de 1799 à 1803 et son herbier est conservé avec celui d’Isert qui fait figure de pionnier pour l’exploration botanique de cette région d’Afrique. La collection de ces deux botanistes comprend 2 000 spécimens dont 600 espèces nouvelles représentant des spécimens types, c’est-à-dire des éléments de référence qui ont servi à décrire les espèces. Le professeur de botanique Martin Vahl qui les reçut à Copenhague les distribua à des botanistes d’autres pays. C’est ainsi que plusieurs centaines d’échantillons se trouvent dans les herbiers de 10 pays, en plus du Danemark qui en est le principal dépositaire. Le botaniste anglais F. N. Hepper leur consacra un livre en 1976, le West African Herbaria of Isert and Thonning, dans lequel il retrace la distribution des échantillons en Europe, précise leur provenance et révise leur nomenclature.

  • 20  P. E. Isert, 1989, p. 37 et p. 144.
  • 21  P. E. Isert, 1989, p. 145.
  • 22  P. E. Isert, 1989, p. 46.
  • 23  Isert cita Adanson pour l’identification de certains arbres comme le baobab qu’il fut le premier à (...)
  • 24  P. E. Isert, 1989, p. 191.

10Esprit de son temps, Isert, dans le récit de ses voyages et dans sa lettre à J. Bank, se référa à nombre de ses lectures, montrant ainsi sa grande érudition scientifique. Il a lu l’Histoire philosophique et politique de l’abbé Raynal (1713-1796) publiée en 1770 et l’Essay on the Slavery and Commerce of the Human Species, Particularly the African, de l’abolitionniste anglais Thomas Clarkson (1760-1846)20. Inspiré des philosophes du siècle des Lumières, il discuta des hypothèses sur la couleur des Noirs, s’approchant des théories évolutionnistes et tenant compte des facteurs naturels comme le climat et les capacités d’adaptation21. Il a lu également les récits de ses prédécesseurs, citant Rømer (1769), Des Marchais, certainement d’après le père Labat (1730), Bosman (1705) et Barbot (1732)22. Il cita à plusieurs reprises le célèbre naturaliste Linné, dont il utilisa la classification dans ses identifications, et mentionna d’autres naturalistes, outre ceux déjà cités dans la lettre à J. Bank, tels M. Adanson (1757)23 dont il lut la description du Sénégal24, sir H. Sloane, médecin naturaliste irlandais (1660-1753), et Løfling, (1729-1756), botaniste suédois, mort au Venezuela lors d’une expédition et dont Linné publia les travaux sur l’Amérique du Sud en 1758. La référence à ce dernier se situait dans un contexte assez particulier pour être rapporté ici :

  • 25  D’après N. Gayibor, 1989, p. 71, il s’agit peut-être du sanctuaire de Nyigblin, principale divinit (...)
  • 26  P. E. Isert, 1989, p. 71.

J’eus le plaisir de trouver presque à l’entrée de la ville [d’Augua] un cabinet de verdure naturelle […]. Sur la demande que j’en fis, j’appris que c’étoit “ la hutte des Fétis des Auguéens25 […] faite de l’arbre au dragon (Dracona draco, Linn)… La satisfaction que j’eus de cette découverte ne fut certainement pas petite, elle égala celle de l’Oflings, ce célèbre disciple de Linné, lorsqu’il fit la découverte de ce même arbre dans l’Amérique méridionale. On sait qu’il découle de cet arbre une espèce de résine très précieuse pour la médecine et pour la peinture et qu’il communique à l’esprit-de-vin une couleur de sang, d’où vient le nom très impropre de cette drogue, sang de dragon26.

  • 27  M. Sheridan, 2008a.

11Le Dracona draco identifié par Isert est en réalité un Dracaena arborea, espèce qui lui ressemble et qui est non seulement une plante liturgique intervenant dans les rituels religieux et les pratiques médicales qui leur sont associées, mais aussi une plante indicatrice des lieux de culte27. Isert s’est intéressé à ces formations végétales spécifiques, souvent appelées « bois sacré » et qu’il appelle « cabinet de verdure », peut-être par comparaison avec les cabinets de curiosités recelant toutes sortes d’objets rares et exotiques. Il nota leur présence à proximité des habitations et leur composition en espèces singulières qui aujourd’hui intéressent les acteurs de la conservation de la biodiversité :

  • 28  P. E. Isert, 1793, p. 149.

Je visite volontiers ces sortes de lieux parce que j’y rencontre ordinairement les arbres les plus rares du pays qui y sont placés à dessein. Les plus célèbres de ces temples sont ceux qui sont consacrés au serpent qui est leur plus grande divinité28.

  • 29  P. E. Isert, 1989, p. 39.
  • 30  P. E. Isert, 1989, p. 177.
  • 31  Nécrologie publiée le 17 juillet 1789, traduite par S. A. Winsnes, 1992, p. 246.

12Disciple de Linné, même s’il n’a pas été son élève, il introduisit sa première lettre par cette maxime du célèbre botaniste : « Ce que nous savons n’est que la plus petite partie des choses que nous ignorons. Linné29. » Isert quitta ce monde méconnu et incompris de ses contemporains – dans une de ses lettres, il exprime le peu d’intérêt qu’il trouvait à la compagnie des Européens qui passaient leur temps à boire, jouer et voir des femmes30 –, méprisé et ridiculisé, comme semble l’attester la lettre d’éloge écrite par le gouverneur danois J. A. Kiøge après sa mort31. Cependant plusieurs botanistes lui rendirent hommage, donnant son nom à des genres ou des espèces : le botaniste allemand Willdenow travailla sur les 71 échantillons d’Isert reçus en 1799 à l’herbier de Berlin-Dahlem et dénomma un genre de la famille des Rubiacées Isertia, le botaniste suédois D. C. Solander une espèce de cette même famille Mussaenda isertiana, et le botaniste anglais C. C. Townsend appela une espèce d’amaranthe Celosia isertii, d’après des spécimens types récoltés à Ouidah au Bénin.

Explorations botaniques et histoire des paysages

  • 32  Isert ne s’intéressa pas seulement au milieu végétal mais aussi à la faune. Il décrivit un grand n (...)

13L’esprit scientifique d’Isert se retrouve dans la rédaction de son récit de voyage : il s’efforça d’identifier ou de décrire les espèces végétales rencontrées au cours de ses déplacements le long du littoral depuis Accra jusqu’à Ouidah en se référant fréquemment à la classification établie par Linné32. Il se distingue en cela des voyageurs et résidents européens qui visitèrent la côte du golfe de Guinée depuis les premières navigations des Portugais au xve siècle. Ces Européens rédigèrent de nombreux récits de voyages, décrivant des contrées dont la flore et la faune leur étaient inconnues, influencés par les conditions d’observation et les intérêts qui les avaient conduits dans cette partie du monde. Leurs descriptions, souvent peu précises, procédant par comparaison, permettent difficilement d’identifier les plantes citées ou de se faire une idée réaliste et objective des paysages. Les informations sur la végétation littorale sont relativement nombreuses mais concernent essentiellement la physionomie. Elles sont très imprécises, variant des grands aux petits arbres, buissons, broussailles et arbustes. L’ouvrage d’Isert représente donc une source majeure pour reconstituer l’histoire des paysages de la côte de Guinée à la fin du xviiie siècle.

  • 33  Cette zone se caractérise par une « anomalie climatique » : la pluviométrie annuelle, qui varie en (...)
  • 34  F. White, 1986 ; A. Ballouche, 2000.

14En effet, à partir de ses citations d’espèces végétales souvent identifiées et de ses descriptions des paysages, il est possible de restituer l’environnement végétal des régions parcourues par ce voyageur hors du commun : le littoral de Christiansborg à Ouidah et, dans l’intérieur, les collines de l’Aquapim. Les régions visitées et décrites par Isert se situent dans ce qu’il convient d’appeler la « savane du Bénin » ou « Dahomey Gap » : à partir du cap des Trois Pointes au Ghana jusqu’au Nigeria, le domaine de la forêt dense humide s’interrompt pour laisser place à des formations de savane, mosaïques de forêt et de savane, jachères et champs cultivés. Les informations tirées du texte d’Isert permettent aussi de se positionner sur la question des origines et de l’ancienneté de cette savanisation, qui peut s’expliquer par des facteurs climatiques33. Au cours du quaternaire, la forêt dense humide a reculé lors des périodes arides, demeurant dans certaines zones de refuge (cours d’eau, montagnes), ou avancé à nouveau pendant les phases humides pour à nouveau régresser. C’est ainsi que le massif forestier s’est scindé en deux domaines distincts, guinéen à l’ouest et congolais à l’est, permettant à des formations de savane d’atteindre alors la côte34.

La végétation du littoral et du complexe lagunaire : du delta de la Volta à Ouidah

Cordon littoral et mangrove

15La nature marécageuse du réseau lagunaire a frappé les voyageurs qui ne se sont guère étendus sur la végétation rencontrée, exception faite d’Isert. En effet, les sols qui caractérisent cette zone sont souvent hydromorphes, qu’ils soient riches en alluvions fluviatiles ou pauvres comme les sables des cordons littoraux, favorables au développement du cocotier. De la nature des sols, soumis ou non à des inondations, et de leur taux de salinité dépendent les associations végétales qui s’y développent. Isert, qui séjourna près de six mois dans le delta de la Volta, distingua la végétation du cordon littoral de celle du fleuve qui forme dans le delta un archipel de grandes et petites îles. Il décrivit longuement la végétation des rives :

  • 35  P. E. Isert, 1989, p. 96.

Ce fleuve présente un coup d’œil enchanteur ; ses bords toujours verts sont garnis d’arbres et de buissons, parmi lesquels se distinguent le manglier (Rhizophora mangle, Linn), une espèce de tilleul (Hibiscus thiliaceus, Linn), un arbrisseau épineux (Pterocarpus lunatus, Linn), et surtout un grand arbre, nommé ici très improprement cèdre (Avicenniae nov. Sp., Linn) ; ses racines ont cela de particulier qu’elles poussent quantité de jets au-dessus de terre, qui ressemblent à des tuyaux de pipe, mais qui ne se chargent jamais de feuilles35.

  • 36  M. Guyot et al., 1994 ; G. Paradis, 1976.

16Toutes ces espèces, Rhizophora racemosa, Hibiscus tiliaceus, Drepanocarpus lunatus et Avicennia germinans, dont Isert décrivit si bien les racines aériennes, font partie des associations végétales de la mangrove liée aux complexes lagunaires en relation avec la mer. Rhizophora et Avicennia constituent généralement la mangrove « haute », souvent inextricable. Elle est suivie de la mangrove « basse », qui dépasse rarement les dix mètres de hauteur et où se rencontrent Drepanocarpus lunatus et Hibiscus tiliaceus, communs dans les bas-fonds boueux près de la mer36.

  • 37  P. E. Isert, 1989, p. 65.
  • 38  Signalée par G. Paradis (1976, p. 34) sur le littoral béninois.
  • 39  Le binôme entre parenthèse correspond à la nomenclature en usage actuellement.
  • 40  H. M. Burkill, 1985. Il est cependant plus rare au Togo car la zone littorale est largement cultiv (...)
  • 41  Un îlot de ce type de formation se voit encore à l'entrée d’Aneho (Togo). On peut dire que la sacr (...)

17Près de l’embouchure, Isert décrivit le camp établi sur le cordon littoral, entre mer et lagune. Les tentes du camp étaient fabriquées à partir des matériaux à disposition sur place, branchages de « pruniers de cocos (Chrysobalanus icao, Linn), l’unique espèce d’arbuste qui croît dans ces sables stériles, avec deux autres (Convolvulus brasiliensis, Linn ; Scaevola lobelia, Linn)37 ». Ces espèces citées sont caractéristiques des formations végétales littorales : le Chrysobalanus icao (Chrysobalanus orbicularis) est un petit arbuste buissonnant commun dans toutes les brousses sublittorales, le Convolvulus brasiliensis (Ipomoea brasiliensis) est une plante herbacée poussant en communauté derrière la plage38 et Scaevola lobelia (Scaevola plumieri), un petit arbuste succulent sur le cordon littoral39. Burkill note que Scaevola plumieri, espèce dominante de la pelouse littorale, se rencontre du Sénégal au Nigeria40. Si la mangrove est toujours présente, bien que dégradée, le fourré littoral a, quant à lui, aujourd’hui quasiment disparu41, remplacé par les cocoteraies, les plantations de filaos et les cultures maraîchères.

Prairies marécageuses et savanes littorales

  • 42  P. E. Isert, 1989, p. 68.
  • 43  P. E. Isert, 1989, p. 68.
  • 44  M. Guyot et al., 1994.
  • 45  P. E. Isert, 1989, p. 109. Il s’étonna de la présence sur cette côte de ces deux plantes car il pe (...)
  • 46  Les premiers résultats des analyses palynologiques réalisées en différents lieux d’Afrique de l’Ou (...)

18Derrière le littoral, se présentent souvent des zones marécageuses où les roseaux dominent. Isert observa des buffles disparaître « dans un marais » qu’ils traversèrent à leur tour, la marche étant rendue difficile à cause de la présence de hautes herbes de marais identifiées par Isert à Cyperus articulatus, Linn42. Il aperçut de « hauts joncs (une espèce nouvelle de Typha australis) » qu’il compta « comme une nouvelle recrue parmi le corps de ses plantes43 ». Le Typha forme des peuplements denses, souvent monospécifiques sur les sols ne s’asséchant jamais44. Il reconnut aussi Flagellaria indica, Linn (Flagellaria guineensis Shumach) qui est une plante herbacée grimpante, commune dans les halliers périlagunaires et la Gloriosa superba, Linn, herbacée rampante45. Aujourd’hui encore dans cette région, de vastes zones marécageuses occupées par des prairies à Paspalum distichum, Cyperus articulatus, Typha australis46 précèdent généralement la mangrove.

  • 47  P. E. Isert, 1989, p. 62.
  • 48  P. E. Isert, 1989, p. 54.
  • 49  M. Guyot et al., 1994.

19Isert mentionna indirectement la présence de palmiers dans le delta de la Volta. Il écrivit, à propos de la région d’Ada, « qu’on se représente une grande plaine ouverte […] aux rives du fleuve Volta garnies de buissons et de palmiers47 ». Il décrivit les habitations du camp des Akréens et cita les espèces végétales utilisées dans la construction : ils font des maisons basses dont « […] les parois sont de feuilles de palmier (Elaïs Guineensis, Linn ou Borassus flabelliformis, Linn) et le toit d’une espèce d’herbe qui croît fort haut (Andropogi sp. Nova)48 ». La distribution géographique en un lieu donné du Borassus aethiopum ou rônier sert à caractériser précisément un type particulier de savane guinéenne qui est alors appelée « savane à rôniers », incluse non seulement sur les cordons littoraux anciens, mais aussi sur les terres argileuses. Quant à l’Andropogon (Andropogon gayanus var. bisquamulatus), elle se trouve encore fréquemment aujourd’hui dans les prairies ou savanes marécageuses49 et sert toujours à la couverture des toits quand elle n’est pas remplacée par la tôle. Ces grandes graminées du genre Andropogon peuvent constituer des peuplements très étendus.

20Toujours dans le delta de la Volta, Isert nota la présence près du fort de Quita nouvellement construit de quelques grands figuiers des Indes (Ficus indica, Linn) et quelques arbres aux singes dans l’édition allemande de 1788, identifiés par Isert à Adansonia digitata, Linn

  • 50  P. E. Isert, 1989, p. 92.

sous lesquels les Nègres s’assemblent pendant le jour et tiennent conseil. Ces deux sortes d’arbres sont sacrés parmi eux […] du côté de la mer, il y avoit quantité de cotonniers (Bombis petandrum, Linn) qu’on a abattus, parce qu’ils nous ôtoient la vue de ce côté50.

  • 51  Ces bois sacrés peuvent être soit des reliques d’une ancienne couverture forestière aujourd’hui di (...)
  • 52  S. Greene, 2002, p. 50.
  • 53  P. E. Isert, 1989, p. 73.
  • 54  P. E. Isert, 1989, p. 98, 189.

21Ces informations annoncent la présence d’un village, les baobabs se rencontrant souvent dans leur voisinage. Les ficus et les baobabs sont effectivement des arbres souvent considérés comme sacrés et la remarque d’Isert à ce sujet paraît donc pertinente. La présence en grand nombre de Bombis petandrum, Linn ou Ceiba pentendra (Linn) Gaertn, arbre des forêts denses semi-décidues, permet de supposer qu’il devait s’agir d’un petit bois relique d’une ancienne végétation forestière51, très probablement sacré, dans cette région dominée par des paysages de savanes et de marécages comme nous venons de le voir à partir des descriptions d’Isert. Mais celui-ci ne dit rien de plus sur la nature de ces arbres abattus et il se montra très critique par rapport aux pratiques religieuses locales, qualifiées de superstitieuses. À titre de comparaison, S. Greene mentionne l’existence d’un site sacré à Anloga, comprenant un étang bordé d’un bois sacré, dont la configuration est proche de celle de Quita dans le delta de la Volta, où elle a longuement étudié les populations éwé52. Les habitants, craignant l’issue du combat entre les Anlo et les Danois, allèrent se réfugier dans les bois53 selon Isert, qui signala par ailleurs que les esclaves en fuite allaient se réfugier dans les bois sacrés où ils demandaient à se placer sous la protection de la divinité, passant ainsi d’un esclavage à un autre54. Cette idée de bois refuge est largement évoquée dans les sources orales éwé mais pas dans les sources écrites européennes, et ces bois apparaissent dans les paysages comme des traits saillants mais isolés.

Le plateau de terre de barre des environs de Ouidah

  • 55  Le plateau de terre de barre fait suite à la plaine côtière par un talus régulier. Ce plateau est (...)

22Dès le xviie siècle, les témoignages des voyageurs étaient unanimes : les environs de Ouidah étaient déjà très cultivés, les villages étaient nombreux et si les arbres étaient présents, ils formaient des bosquets ou étaient isolés. C’était un pays ouvert, où les prairies et les pâturages abondaient au nord du système lagunaire, sur le plateau de terre de barre, où les établissements humains se sont fixés et les terres ont été cultivées55. Isert fit dans cette région un séjour de six mois, d’octobre 1784 à mars 1785, mais une fièvre tenace l’empêcha certainement d’explorer à sa guise la région car il ne s’étendit guère dans ses descriptions :

  • 56  P. E. Isert, 1989, p. 126.

Les environs de Fida [Ouidah] forment une des contrées de la Guinée les plus délicieuses où les Européens se soient établis ; le pays est plat, parsemé de prairies, et enrichi de sources d’eau. Il pleut ici plus souvent qu’à Accra56.

23Il réussit néanmoins à envoyer un certain nombre d’échantillons d’herbier à Copenhague après plusieurs mois passés à Ouidah.

  • 57  P. E. Isert, 1989, p. 124.
  • 58  P. E. Isert, 1989, p. 121.

24Il eut notamment l’occasion de se rendre à Savi, ancienne capitale du royaume de Ouidah avant sa conquête par le Dahomey en 1727, située à quelques kilomètres à l’intérieur des terres où il participa à une chasse à l’éléphant, encore nombreux à cette époque. Isert fit d’ailleurs un rapprochement entre le nombre d’éléphants et la disponibilité des ressources à leur disposition : « Il y a beaucoup d’éléphants dans cette contrée, parce que tous ses environs forment une plaine fertile en pâturages, arrosée par des sources et ombragée de bois57. » Après avoir longtemps marché dans des « herbes hautes », ils virent quelques éléphants qui arrachaient « sans difficulté les petits arbres » et écrasaient les « buissons » en se retirant dans un « bois ». Près de Savi, il vit une « prairie émaillée de fleurs rouges […] je vis que c’était la balsamine, si recherchée dans nos jardins (Impatiens balsamina, Linn). Dans les buissons je découvris un arbrisseau qui est une espèce particulière d’aloès », se demandant s’il s’agissait de Pandanus odoratissimus,Linn58.

  • 59  P. E. Isert, 1989, p. 121.

Le palmier brûlant croît ici en très grande abondance (Elaïs guineensis, Linn), ainsi qu’une certaine espèce de cocotier, dont la chair qui est communément mangée a un goût aigrelet très agréable et une odeur qui ressemble aux mammées (Mammea americana)59.

  • 60  M. Arbonnier, 2009, p. 173.
  • 61  S. A. Winsnes, 1992, p. 100.
  • 62  A. Mondjannagni, 1977, p. 139.

25Le premier est le palmier à huile (Elaeis guineensis) et le second, comparé à un cocotier, est très probablement le rônier (Borassus aethiopum) dont les fruits sont couverts de fibres épaisses, rendant le fruit difficile à manger. Il est en effet encore présent dans certaines zones proches de Ouidah. Les jeunes pousses sont consommées en légumes60. S. Winsnes suppose qu’il s’agit du Mammea africana mais, d’après la comparaison avec le cocotier, la consommation de la chair et la description des fruits, je penche plus en faveur du rônier61. D’autres auteurs après Isert l’ont cité. Dans les descriptions de la région de Ouidah, si la végétation arborée ne semble pas dominante, elle est cependant présente et caractérisée par un nombre restreint d’espèces végétales, au premier rang desquelles figurent les palmiers avec le palmier à huile (Elaeis guineensis) et le rônier (Borassus aethiopum). Mondjannagni précise que les savanes à rôniers étaient autrefois très étendues, mais qu’elles ont été surexploitées et ne sont plus représentées que dans quelques groupements62. Tout au long du xviiie et encore plus au xixe siècle, des palmeraies se sont développées pour former des groupements homogènes.

Les collines de l’Aquapim

26Le 7 juin 1786, Isert, invité par la sœur du roi ashanti, se lança dans une expédition dans l’intérieur de l’Afrique. Il se dirigea vers les collines de l’Aquapim, à une cinquantaine de kilomètres au nord d’Accra. Isert remarqua que les cultures des habitants de la côte souffraient d’un manque de pluies qui s’expliquait selon lui par la présence des montagnes se dressant au nord de la plaine d’Accra et faisant obstacle aux pluies. Remarque pertinente, les monts de l’Aquapim se prolongeant au Togo font effectivement un barrage aux vents de mousson et expliquent en partie le déficit pluviométrique de la côte. Continuant sa progression, il nota les changements des paysages :

  • 63  P. E. Isert, 1989, p. 188.

Toute la campagne prend ici une apparence qui diffère entièrement de celle de la côte. Des arbres grands et élevés, entrelacés de buissons impénétrables, couvrent les rochers. Le fond n’est plus sablonneux mais terre argileuse63.

  • 64  D’après S. A. Winsnes (1992, p. 256), Abodéeest probablement aujourd’hui « Aburi » et Kommang, « A (...)

27Il arriva à Abodée, premier village considérable de ces montagnes, et traversa ensuite un certain nombre de localités avant d’arriver à Kommang chez son hôte le « duc d’Aquapim, Attiambo64 ». Le chemin devint un vrai labyrinthe, ce qui rendait le voyage quelque peu éprouvant.

  • 65  Il n’existe qu’une seule espèce de baobab en Afrique de l’Ouest, mais son apparence varie selon le (...)
  • 66  P. E. Isert, 1989, p. 190.

Le pays est couvert de bois, cependant d’un aspect riant : les montagnes, les rochers et les collines qui se succèdent varient la scène […] des arbres d’une grosseur prodigieuse. Je mesurai un des plus grands. Il avoit 45 pieds de circonférence ou 15 de diamètre : ce n’est point celui dont Adanson parle dans sa description du Sénégal (Adansonia digitata), mais une espèce particulière65. Il me fut impossible de pouvoir rien atteindre de ses branches, à cause de leur hauteur, ce qui me fit beaucoup de peine […] comme il n’y avoit ni fleurs ni fruits, je m’en consolai plus facilement66.

  • 67  P. E. Isert, 1989, p. 191.
  • 68  F. Irvine, 1961. Un de ses échantillons d’herbier conservé à Copenhague pourrait correspondre au C (...)
  • 69  P. E. Isert, 1989, p. 191.
  • 70  Ce qui est faux, car il y a une espèce d’éléphant adaptée à la forêt.

28Isert décrivit « un autre arbre d’une tige haute et droite, portoit des fleurs qui ressembloient à la tulipe67… ». Les caractéristiques en latin qu’il lui donne, novum genum tetrandrie, n’ont pas aidé à son identification, mais cette description est proche de celle du tulipier ou Spathodea campanulata Beauv. dont le tronc est droit et porte des fleurs écarlates. Isert souligna sa magnificence et Irvine précise que c’est un arbre très ornemental, commun dans cette région, d’où le rapprochement que j’ai fait, sans pourtant être certaine de l’identification68. C’est un arbre de défriche, en limite de forêt et de savane qui correspond bien à l’écologie de l’Aquapim, situé à la frontière des savanes côtières. Isert observa aussi la « plante qui porte le nom de graine de paradis, Ammomum, Grana paradisi, Linn69 ». Il s’agit de la malaguette ou maniguette, Aframomum melegueta (osc.) Shum., qui se trouve communément dans le domaine forestier. Isert remarqua le manque d’herbe qui ne peut croître dans ces forêts impénétrables, ce qui expliquait selon lui l’absence d’éléphant70. Il nota également la présence de plantes parasites sur certains arbres. Ces deux dernières observations donnent des indices supplémentaires sur la nature forestière de la végétation, la lumière du soleil ayant du mal à pénétrer la canopée. Pour terminer, ses remarques sur les palmiers sont tout à fait intéressantes :

  • 71  P. E. Isert, 1989, p. 191.

Les palmiers sont rares ici, excepté le palmier brûlant (Elaïs guineensis) et le latanier (sorte de phœnix) qui sont en abondance et que l’on cultive. On ne voit point ici ni le vrai cocotier ni celui des singes (Borassus), ni les autres palmiers qui sont si communs dans les plaines ; en un mot, tout change de forme dès qu’on a passé la chaîne de montagnes qui sépare ce pays des plaines de la côte, et je ne crois pas que parmi les plantes qui se trouvent dans les deux contrées, il y en ait vingt qui se ressemblent71.

29En effet, le palmier à huile, présent dans les différents types de milieux, est une espèce végétale qui a besoin de lumière et qui est donc caractéristique des milieux forestiers secondaires ou des zones de transition entre la forêt et la savane. Le palmier pour pousser dans de bonnes conditions nécessitait d’abattre et de défricher la forêt qui alors devenait secondaire et anthropisée. Or les monts de l’Aquapim se situent précisément dans cette zone de transition et le Borassus y est absent car il n’y trouve plus les conditions écologiques favorables. Le Phoenix reclinata Jacq., quant à lui, se rencontre en milieu humide, dans les zones de bas-fond et les galeries forestières. Les paysages végétaux de cette région ne semblent pas avoir beaucoup changé, les massifs forestiers couvrant les collines sont encore nombreux, même si des parcelles de défrichement s’observent couramment.

Conclusion

  • 72  M. Sowunmi, 1999.
  • 73  A. Ballouche et al., 2000, p. 244.

30Les paysages décrits par Isert se sont révélés d’une grande diversité selon les milieux, delta du fleuve, cordon littoral, marais lagunaires, terre de barre au nord de Ouidah et collines de l’Aquapim. Isert a observé la variation des paysages selon le relief, la nature du sol et les conditions climatiques : la sécheresse de la côte, plus forte à Accra qu’à Ouidah, va de pair avec les paysages de savane alors que, dans les montagnes, les pluies et l’eau plus abondantes favorisent la végétation forestière. L’analyse de ses 283 échantillons d’herbier conservés à Copenhague, identifiés et localisés, permettra d’affiner encore davantage cette reconstitution des paysages. Nous avons cependant déjà constaté que, à partir des seules observations d’Isert, il était possible de se faire une idée assez réaliste des paysages végétaux de cette partie du golfe de Guinée à la fin du xviiie siècle. Depuis, le cocotier s’est largement développé sur la côte, aux dépens de la végétation littorale décrite par Isert, le palmier à huile domine les paysages de terre de barre, les rôneraies surexploitées ont quasiment disparu et les îlots forestiers qui servaient de refuge aux esclaves, au cours des conflits, ou à la faune en période de chasse se sont réduits considérablement face à la pression anthropique croissante et ont même bien souvent disparu. Enfin, ces paysages, exception faite de ceux des monts de l’Aquapim interprétés comme appartenant au domaine forestier, correspondaient déjà à la zone de la savane du Bénin ou Dahomey Gap, caractérisée par des mosaïques de champs cultivés, d’îlots forestiers et de savanes dominées par des palmiers. Les données archéobotaniques et palynologiques obtenues en Afrique de l’Ouest semblent converger vers cette interprétation72. Le développement des palmeraies se serait fait selon Ballouche et al. aux dépens des forêts primaires fortement réduites et cela déjà vers 3500 ans B.P.73.

Haut de page

Bibliographie

Références des ouvrages utilisés par P. E. Isert

Adanson, M., 1757, Histoire naturelle du Sénégal. Coquillages. Avec la relation abrégée d’un voyage fait en ce pays pendant les années 1749, 50, 51, 52 et 53, Paris, C.J.B. Bauche, 190, XCVI.

Barbot, J., 1732, « A description of the coasts of North and South Guinea », in A. & J. Churchill (dir.), A collection of voyages and travels. Extraits, Londres, Edmund Halley, vol. V, p. 190, p. 197-209.

Bosman, W., 1704, Nawkeurige Beschryving van de Guinese Goud, tanden Slave Kust, Utrecht, A. Schouten, XVI.

Clarkson, T., 1786, An Essay on the Slavery and Commerce of the Human Species, Particularly the African, Translated from a Latin Dissertation, Londres, T. Cadell and J. Phillips.

Labat, J.-B., 1730, Voyage du Chevalier des Marchais en Guinée, isles voisines et à Cayenne fait en 1724, 1725 et 1726, Paris, P. Prault, 4 vol. , cartes, fig.

Raynal, G. T., 1770, L’histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, Amsterdam, 4 vol.

Römer, L. F., 1769, Nachrichten von der Küste von Guinea, Copenhague.

Sloane, H., 1707, A Voyage to the Islands Madera, Barbados, Nieves, S. Christophers and Jamaica, Londres.

Études

Arbonnier, M., 2009, Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest, Montpellier, Quae.

Ballouche, A., Akoegninou, A., Neumann, K., Salzmann, U., Sowunmi, A., 2000, « Le projet "Dahomey Gap" : une contribution à l’histoire de la végétation au Sud-Bénin et Sud-Ouest du Nigeria », Berichte des Frankfurter Sonderforschungsbereichs, vol. 268, n° 14, p. 237-251.

Blanc-Pamard, C., Peltre, P., 1987, « Remarques à propos de "Écologie et histoire : les origines de la savane du Bénin" », Cahiers d’études africaines, vol. XXVII (3-4), 107-108, p. 419-423.

Burkill, H. M., 1985, The Useful Plants of West Tropical Africa, Kew, Royal Botanic Gardens, vol. 2.

Gayibor, N., 1986, « Écologie et histoire : les origines de la savane du Bénin », Cahiers d’études africaines, vol. XXVI (1-2), 101-102, p. 13-41.

Greene, S. E., 2002, Sacred Sites and the Colonial Encounter: A History of Meaning and Memory in Ghana, Bloomington, Indiana University Press.

GreenMusselman, E., 2003, « Plant knowledge at the Cape: A study in African and European collaboration », The International Journal of African Studies, vol. 36, n° 2, p. 367-392.

Guyot, M., Roussel, B., Akpagana, K., 1994, « La végétation des zones inondées du sud du Togo et son état actuel sous l’emprise humaine », Biogéographica, vol. 70, n° 4, p. 161-182.

Hawthorne, W., Jongkind, C. C. H., 2006, Woody Plants of Western African Forests: A Guide to the Forest Trees, Shrubs and Lianes from Senegal to Ghana, Richmond, Kew Pub.

Hepper, F. N., 1976, The West African Herbaria of Isert and Thonning: A Taxonomic Revision and an Index to the IDC, Kew, Bentham-Moxon Trust.

Irvine, F. R., 1961, Woody Plants of Ghana with Special Reference to their Uses, Londres, Oxford University Press.

Isert, P. E., 1788, Reise nach Guinea und den Caribaischen Inseln in Columbien, in Briefen an seine Freunde beschrieben, Copenhague, J. F. Morthorst.

Isert, P. E., 1793, Voyages en Guinée et dans les îles Caraïbes en Amérique, tirés de sa correspondance avec ses amis, Paris, Maradan [trad. de l’allemand].

Isert, P. E., 1989, Voyages en Guinée et dans les îles Caraïbes en Amérique, Paris, Karthala [reprise de l’édition française de 1793].

Juhé-Beaulaton, D., Roussel B., 1998, « À propos de l’historicité des forêts sacrées de l’ancienne Côte des Esclaves », in M. Chastanet, Plantes et paysages d’Afrique, une histoire à explorer, Paris, Karthala/CRA, p. 353-382.

Juhé-Beaulaton, D., 2010, Forêts sacrées et sanctuaires boisés. Des créations culturelles et biologiques, Paris, Karthala.

Mondjannagni, A., 1977, Campagnes et villes au sud de la république populaire du Bénin, Paris, Mouton.

Palisot De Beauvois, A. M. F. J., 1804, Flore d’Oware et de Bénin en Afrique, Paris, Fain Jeunes & Cie, vol. 

Paradis, G., 1976, « Contribution à l’étude de la flore et de la végétation littorales du Dahomey », Bulletin du Museum National d’Histoire Naturelle, Botanique, Paris, n° 383, 26, p. 33-68.

Sheridan, M., 2008a, « Tanzanian ritual perimetrics and African landscapes: The case of Dracaena », International Journal of African Historical Studies, vol. 41, 3, p. 491-522.

Sheridan, M., 2008b, « The dynamics of African sacred groves: Ecological, social, and symbolic processes », in M. J. Sheridan, C. Nyamweru (dir.), African Sacred Groves, Ecological Dynamics and Social Change, Ohio, Unisa, James Currey Press, p. 9-41.

Schumacher, H. C. F, 1827, Beskrivelse af Guineiske planter som ere fundne af danske botanikere, især af Etatsraad Thonning, Copenhague, F. Popp.

Sowunmi, M., 1999, « The significance of the oil palm (Elaeis guineensis Jacq.) in the late Holocene environments of West and West Central Africa: a further consideration », Vegetation History and Archaeobotany, 8 (3), p. 199-210.

White, F., 1986, La végétation de l’Afrique, Paris, IRD Éditions.

Winsnes, S. A., 1992, Letters on West Africa and the slave trade: Paul Erdmann Isert’s journey to Guinea and the Caribbean Islands in Columbia, 1788, Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1  S. A. Winsnes, 1992, a traduit en anglais la première édition allemande de 1788. Elle a réalisé un remarquable travail de traduction qui a été réédité en 2007 à Accra,  Sub-Saharan Publishers (je remercie G. Chouin pour cette information). Pour cet article, j’ai travaillé à la fois sur les éditions françaises de 1793 et 1989 et anglaise de 1992, comparant les textes. Dans l’édition de 1989, publié par N. Gayibor, j’ai réalisé un tableau botanique des espèces citées par Isert en contrôlant les noms de plantes dans l’édition allemande originale. Je suis très reconnaissante à J.-L. Guillaumet, botaniste à l’IRD, de m’avoir aidée alors à revoir les noms des espèces végétales citées par Isert.

2  Les lettres 2 à 5 de sa relation de voyage sont essentiellement consacrées à relater la guerre entre les Anlo, appelés Auguéens par Isert, et les Adangbe, alliés des Danois. Le récit d’Isert met en scène des populations d’origines diverses, mais plus particulièrement les Gâ d’Accra et les Adangbe et Ewe dans le delta de la Volta. Voir l’introduction de N. Gayibor à l’édition de 1989.

3  P. E. Isert, 1989, p. 218.

4  S. A. Winsnes, 1992, p. 231.

5  D’après S. A. Winsnes, 1992, p 5, au moins un auteur contemporain (Thorkild Hansen, Slavenes Oyer, 1970) était convaincu de son assassinat. S. A. Winsnes, 1992, p. 8, pense qu’il est probablement mort de fièvre. Son projet, me semble-t-il, était encore trop récent pout représenter une menace pour les intérêts des traitants.

6  P. E. Isert, 1989, p. 169 et p. 217.

7  P. E. Isert, 1989, p. 201.

8  P. E. Isert, 1989, p. 37.

9  P. E. Isert, 1989, p. 41.

10  P. E. Isert, 1989, p. 83.

11  P. E. Isert, 1989, p. 125.

12  Sir Joseph Banks (1743-1820), éminent naturaliste anglais, participa aux expéditions de Cook, fut directeur honoraire des jardins royaux de Kew et présida la Société royale en 1778. Il organisa et finança de nombreuses expéditions scientifiques.

13  Lettre à sir Joseph Banks, écrite à Ouidah le 13 janvier 1785, conservée à la British Library et publiée in S. A. Winsnes, 1992, p. 224).

14  Sa lettre n’eut pas de suite mais le projet de colonie agricole sur la côte de Guinée qu’Isert élabora lors de son retour à Copenhague en 1787 lui permit de retourner en Afrique dès 1788.

15  Exception faite de l’Afrique du Sud. Voir E. Green Musselman, 2003.

16  F. Hepper, 1976.

17  Tous deux étaient correspondants de l’Académie royale des sciences de Paris.

18  P. E. Isert, 1989, p. 37.

19  S. A. Winsnes, 1992, p. 18 ; illustrations reproduites p. 254-255.

20  P. E. Isert, 1989, p. 37 et p. 144.

21  P. E. Isert, 1989, p. 145.

22  P. E. Isert, 1989, p. 46.

23  Isert cita Adanson pour l’identification de certains arbres comme le baobab qu’il fut le premier à décrire.

24  P. E. Isert, 1989, p. 191.

25  D’après N. Gayibor, 1989, p. 71, il s’agit peut-être du sanctuaire de Nyigblin, principale divinité des Anlo.

26  P. E. Isert, 1989, p. 71.

27  M. Sheridan, 2008a.

28  P. E. Isert, 1793, p. 149.

29  P. E. Isert, 1989, p. 39.

30  P. E. Isert, 1989, p. 177.

31  Nécrologie publiée le 17 juillet 1789, traduite par S. A. Winsnes, 1992, p. 246.

32  Isert ne s’intéressa pas seulement au milieu végétal mais aussi à la faune. Il décrivit un grand nombre d’animaux, particulièrement des oiseaux qu’il fut parfois le premier à identifier. Cependant, seules les espèces végétales sont prises en compte ici. La faune peut également apporter des informations sur le type de végétation, mais ce travail reste à faire.

33  Cette zone se caractérise par une « anomalie climatique » : la pluviométrie annuelle, qui varie en général de 1 500 à 2 000 mm sur la côte du golfe de Guinée, n'est que de 700 mm à Accra et de 890 mm à Lomé. Une polémique est apparue en 1986 entre historiens et géographes sur l’ancienneté de la savane du Bénin (N. Gayibor, 1986 ; C. Blanc-Pamard et P. Peltre, 1987).

34  F. White, 1986 ; A. Ballouche, 2000.

35  P. E. Isert, 1989, p. 96.

36  M. Guyot et al., 1994 ; G. Paradis, 1976.

37  P. E. Isert, 1989, p. 65.

38  Signalée par G. Paradis (1976, p. 34) sur le littoral béninois.

39  Le binôme entre parenthèse correspond à la nomenclature en usage actuellement.

40  H. M. Burkill, 1985. Il est cependant plus rare au Togo car la zone littorale est largement cultivée et subit de plus une forte érosion marine entraînant le recul de la côte (information de B. Roussel).

41  Un îlot de ce type de formation se voit encore à l'entrée d’Aneho (Togo). On peut dire que la sacralisation du lieu a permis sa conservation.

42  P. E. Isert, 1989, p. 68.

43  P. E. Isert, 1989, p. 68.

44  M. Guyot et al., 1994.

45  P. E. Isert, 1989, p. 109. Il s’étonna de la présence sur cette côte de ces deux plantes car il pensait qu’elles étaient originaires d’Asie. F. guinnensis n’a été décrite qu’en 1827 par Shumacher. Seule F. indica était connue de Linné en 1753.

46  Les premiers résultats des analyses palynologiques réalisées en différents lieux d’Afrique de l’Ouest montrent que vers 6000 BP, la mangrove était très dense, dominée par le Rhizophora. La période suivante, entre 3500 et 2500 BP, est caractérisée par une anthropisation des paysages démontrée par la présence de graminées en plus grand nombre mais surtout par la forte augmentation du palmier à huile dont le pourcentage est interprété comme un indice de culture à partir de 3500 BP. Les données archéobotaniques et palynologiques obtenues en Afrique de l’Ouest semblent converger vers cette interprétation (A. Ballouche et al., 2000 ; M. Sowunmi, 1999). Ceci confirme l’hypothèse de A. Mondjannagni (1977, p. 107) qui pensait que la mangrove à palétuviers était jadis très étendue et se trouve actuellement au stade ultime de sa régression : son emplacement est occupé par la formation herbeuse à Paspalum distichum.

47  P. E. Isert, 1989, p. 62.

48  P. E. Isert, 1989, p. 54.

49  M. Guyot et al., 1994.

50  P. E. Isert, 1989, p. 92.

51  Ces bois sacrés peuvent être soit des reliques d’une ancienne couverture forestière aujourd’hui disparue, en raison des changements climatiques depuis l’holocène ancien, conjugués aux activités humaines (A. Ballouche et al., 2000), soit des créations tant culturelles que biologiques. Voir D. Juhé-Beaulaton et B. Roussel, 1998, M. Sheridan, 2008b, D. Juhé-Beaulaton, 2010.

52  S. Greene, 2002, p. 50.

53  P. E. Isert, 1989, p. 73.

54  P. E. Isert, 1989, p. 98, 189.

55  Le plateau de terre de barre fait suite à la plaine côtière par un talus régulier. Ce plateau est une sédimentation continentale de caractère argilo-sableux formé à l’éocène (A. Mondjannagni, 1977, p. 51), d’une altitude moyenne de 150 mètres.

56  P. E. Isert, 1989, p. 126.

57  P. E. Isert, 1989, p. 124.

58  P. E. Isert, 1989, p. 121.

59  P. E. Isert, 1989, p. 121.

60  M. Arbonnier, 2009, p. 173.

61  S. A. Winsnes, 1992, p. 100.

62  A. Mondjannagni, 1977, p. 139.

63  P. E. Isert, 1989, p. 188.

64  D’après S. A. Winsnes (1992, p. 256), Abodéeest probablement aujourd’hui « Aburi » et Kommang, « Akropong », ancienne capitale de l’Akwapim.

65  Il n’existe qu’une seule espèce de baobab en Afrique de l’Ouest, mais son apparence varie selon les latitudes et les conditions pédologiques. Cependant, il ne s’agit pas là d’un baobab mais d’une autre espèce, peut-être un fromager (Ceiba pentendra) qui est aussi une bombacaceae.

66  P. E. Isert, 1989, p. 190.

67  P. E. Isert, 1989, p. 191.

68  F. Irvine, 1961. Un de ses échantillons d’herbier conservé à Copenhague pourrait correspondre au Clerodendron capitatum (Willd.) Schumach., mais la fleur ne ressemble en rien à une tulipe.

69  P. E. Isert, 1989, p. 191.

70  Ce qui est faux, car il y a une espèce d’éléphant adaptée à la forêt.

71  P. E. Isert, 1989, p. 191.

72  M. Sowunmi, 1999.

73  A. Ballouche et al., 2000, p. 244.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Itinéraire de P. E. Isert sur la côte de Guinée
Crédits D. Juhé-Beaulaton (2011)
URL http://afriques.revues.org/docannexe/image/945/img-1.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Juhé-Beaulaton, « Paul Erdmann Isert (1755-1789), médecin naturaliste sur la côte de Guinée : une source pour une histoire des paysages », Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://afriques.revues.org/945

Haut de page

Auteur

Dominique Juhé-Beaulaton

Chargée de recherches CNRS, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org